Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les échanges culturels au Moyen Âge

Avant-propos

Régine Le Jan

Texte intégral

1Il est des lieux où les thèmes de recherche semblent s’imposer d’eux-mêmes : Boulogne-sur-Mer est l’un de ceux-là. Nulle autre ville universitaire ne pouvait en effet mieux convenir à un Congrès sur les échanges culturels au Moyen Âge que Boulogne, fondée par les Romains en un lieu où, par temps clair, on aperçoit sans difficulté les côtes de la « Bretagne ». Elle n’a cessé depuis de vivre de et par la mer. C’est donc tout naturellement un thème centré sur les échanges, plus particulièrement les échanges culturels, qui a été retenu pour le XXXIIe Congrès de notre Société.

2Le thème est vaste, trop vaste ont dit certains, mais il rend parfaitement compte des tendances profondes de la recherche historique française. Une recherche qui se veut globale, qui cherche à comprendre le fonctionnement des sociétés, dans ses pratiques bien sûr, mais aussi dans son imaginaire et ses systèmes de représentation. Nul domaine ne pouvait donc être écarté, même si les échanges intellectuels, religieux et cultuels ont tenu une place essentielle, comme il se doit quand le champ de l’étude se porte sur la société chrétienne médiévale.

3L’accent a été mis sur les formes de communication et sur les contacts qui sous-tendent les transferts. Les sociétés médiévales sont connues pour l’importance qu’elles accordent aux formes de communication orales et gestuelles. Le serment prêté par le chevalier à son seigneur ou les rituels d’investiture font partie intégrante du système de l’échange, au même titre que l’échange des objets symboliques, y compris les reliques, dont il a été abondamment question. La part belle a évidemment été faite à la communication écrite, à la culture de l’écrit, et au livre en général. On a étudié les textes, les lieux de leur production, leurs supports matériels et leurs aires de diffusion. Cependant, on ne saurait opposer artificiellement communication écrite et communication orale. Lorsque l’évêque Augustin embarque à Boulogne à la fin du VIe siècle pour évangéliser les païens du Kent, il emmène ses manuscrits liturgiques, ses objets cultuels, mais aussi ses interprètes, sans lesquels aucun échange n’aurait été possible.

4Si les rapports entre les hommes sont nécessairement fondés sur l’échange, il est des lieux et des moments où la circulation des hommes, des idées et des objets a accéléré les transferts culturels. Sont évoqués dans ce volume comme lieux privilégiés des échanges les tavernes aussi bien que les écoles, les églises et les monastères. On y insiste également sur l’émergence d’espaces où fleurissent les créations intellectuelles et artistiques, comme la Flandre et l’Italie à la fin du Moyen Âge. Mais on n’a pas limité l’étude spatiale aux grands centres artistiques et intellectuels, puisque finalement, ce volume met en lumière l’émergence, à la fin du Moyen Âge, d’une véritable culture européenne, fruit des transferts culturels des cinq siècles médiévaux.

5Le volume d’actes que je viens de présenter brièvement s’inscrit dans un ensemble de relations qui fait vivre notre société. Le Congrès de Boulogne-sur-Mer fut une rencontre réussie, grâce à une organisation parfaite, à l’accueil chaleureux des autorités universitaires et municipales, et enfin à l’excursion qui a conduit les congressistes de l’autre côté du Channel, à Canterbury, sur les pas de l’évêque Augustin et sur le tombeau de Thomas Becket. La réussite d’un Congrès de notre Société est le fruit d’une longue préparation. Nous tenons donc à remercier toutes celles et tous ceux qui y ont consacré leur temps, leur énergie et leurs moyens, en commençant par les deux organisatrices, Danièle Courtemanche et Anne-Marie Helvetius, maîtres de conférence à l’Université du Littoral-Côte d’Opale. Elles ont pu compter sur le soutien actif des instances universitaires, du Président et des Vice-Présidents, de la Cellule Recherche, de la Maison de la Recherche en Sciences humaines et sociales, du centre de recherche d’histoire atlantique et littorale représenté par son directeur, et enfin de tout le département d’histoire. On ne saurait oublier les collectivités territoriales qui ont soutenu le projet, en l’occurrence le Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais, le Conseil Général du Pas-de-Calais, la Communauté d’Agglomération et la Municipalité de Boulogne-sur-Mer, l’Office du Tourisme et la Bibliothèque Municipale. Nos remerciements vont enfin aux présidents de séance, à l’équipe logistique qui nous a accueillis et guidés pendant ces trois jours, sans oublier Richard Gameson, de l’Université du Kent, qui nous a servi de guide à Canterbury.

© Éditions de la Sorbonne, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.