Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

Les sources du Tigre oriental selon la tradition hellénistique

Jean-Michel Thierry

Texte intégral

1Le fleuve Tigre est formé par l’union de deux cours d’eau de longueur et de débit à peu près équivalents :

  1. le Tigre Occidental, né lui-même de la jonction de l’Ergani çay1et du Debin çay (ou Dibene Su) qui, en amont, porte le nom de Bilkalen Su. Ce dernier naît du versant méridional du Taurus, là où la chaîne est la plus étroite, par trois sources (Üçgöl), traverse un tunnel naturel dont l’issue a été considérée comme la source du Tigre par les Assyriens2, les géographes arabes et arméniens du Moyen Âge3 et les géographes modernes4. Ainsi constitué le Tigre Occidental se dirige vers le sud, puis, au-delà de Diyarbakir, se coude à angle droit vers l’est et, après un trajet de plus de 150 km, reprend sa progression méridionale ;
  2. le Tigre Oriental ou Bohtan Su ( = Botan Su) né des yaylas (estivages) de Norduz, à 3 300 m d’altitude. Il suit un trajet en S renversé (il porte là le nom de Norduz çay), passe à Çatak où il reçoit le Sortkin çay, se dirige ensuite à l’ouest et prend le nom de Çatak çay jusqu’à sa jonction avec le Müküs çay dont il empruntera le nom dans son cours d’aval5 (fig. 1).

2C’est ce Tigre Oriental que les géographes de l’Antiquité gréco-romaine ont estimé être le véritable Tigre à la suite d’Ératosthène de Cyrène (276-196 a. C). L’ouvrage de ce dernier, les Études géographiques, sont perdues, mais elles ont été rapportées, plus ou moins déformées par Strabon, Ptolémée et Pline l’Ancien, ainsi que par les auteurs byzantins du haut Moyen Âge.

3Voyons maintenant comment ils ont décrit le cours supérieur du Tigre Oriental :

  1. D’après Strabon, le Tigre naît du versant méridional des monts Niphatès (Νιφάτης) (Géog., XI, 12,4 ; XI, 14,8), traverse rapidement, sans y mêler ses eaux, le lac Arsène (Ἀρσηνή) ou Thopitis (Θωπῖτις) que sa composition nitreuse, si elle a des vertus détergentes, rend impropre à la consommation et à la vie de tout poisson à l’exception d’une seule espèce (XI, 14, 8 ; XVI, 1, 21). Après la traversée du lac, le Tigre s’engouffre sous terre et reparaît, après un trajet d’une longueur indéterminée, en Chalonitide (XI, 14, 8) ou en Gordyène (XVI, 1, 21). Cette description se retrouve dans Justin et dans Ammien Marcellin.
  2. Ptolémée (Géog. V, 12, 3) a décrit plus rapidement le cours du Tigre. Le fleuve traverse le lac Thospitis (Θωσπῖτις) laissant à distance à l’est le lac d’Arsès (Ἄρσησα), puis traverse le Taurus.
  3. Selon Pline l’Ancien (VI, 31), qui donne la description la plus riche, le Tigre, né dans la plaine d’Elegosine, coule d’abord paresseusement sous le nom de Diglito, puis devient plus rapide et est alors nommé Tigre ; il traverse le lac Aretissa dont les eaux on des propriétés remarquables : même denses, les objets qu’on y jette flottent ; elles émettent des vapeurs nitreuses ; elles n’abritent qu’une seule espèce de poisson ; elles ne se mêlent pas aux eaux du fleuve. Ensuite le Tigre franchit à Zoroanda un court tunnel pour déboucher dans un autre lac nommé Thospites. Il s’enfonce ensuite en terre et réapparaît au Nymphaeum après un trajet de 22 milles.
  • 6 . Markwart, op. cit., passim.
  • 7 L. Dillemann, Haute-Mésopotamie Orientale et Pays adjacents..., Paris, 1962, p. 40-9.
  • 8 On notera cependant l’intérêt des travaux de H. F. B. Lynch, Armenia. Travels and Studies, II, Lon (...)

4Ces descriptions ont été considérées comme des fables sans fondement, mais depuis le début de notre siècle plusieurs chercheurs parmi lesquels il faut citer Markwart6 et Dillemann7, se sont efforcés de démêler le vrai du faux. Malheureusement, ces auteurs, plus philologues que géographes se sont surtout attachés à analyser les toponymes en négligeant l’étude sur le terrain des phénomènes hydro-géologiques8.

Fig. 1. — Le Tigre Oriental dans son cours supérieur.

5Leurs conclusions ne laissent pas d’être déroutantes. Certes, quelques toponymes sont clairs, mais la plupart d’interprétation sujette à caution :

Fig. 2. — Bassins du Lac de Van et du Tigre Oriental.
1 sources chaudes
2 tunnels
3 résurgences
4 pertes

  1. Il est clair que les monts Niphatès ne sont autres que l’Ala dag moderne. En effet cette montagne portait aussi naguère le nom arménien de Caɫkac’leaṙn qui était synonyme du nom plus ancien de Npat ou Npatakanleaṙn9.
  2. Bien que Markwart situe le lac Thospitis en Anzitène et l’identifie au lac Gölcük10 il ne fait aucun doute qu’il faille y voir le lac de Van. Depuis l’époque ourartéenne jusqu’à la première guerre mondiale, le district de Van était appelé Tosp. Entre autres noms, les Arméniens appelaient parfois le lac, Tospay cov.
  3. Le lac Arséné (l’Arses de Ptolémée, Aretissa de Pline), topo-nyme qui d’après Markwart trouverait son origine dans le nom de la petite ville d’Erçiş (en arménien, Arčēš) serait le lac de Van actuel11. Pour Dillemann, qui suit en cela Strabon, Arséné et Thospitis nomment la même étendue d’eau12. En fait le problème est loin d’être simple et le nom d’Arséné n’avait aucune raison d’être donné s’il ne correspondait pas à une réalité. L’hypothèse étymologique de Markwart n’est pas sans fondement encore que les termes phonétiquement voisins d’Arséné abondent dans la région bordière de la corne nord-est du lac de Van : outre Arčēš, on peut citer les toponymes d’Arǰonivank’, d’Aṙen, d’Arǰrovank’, d’Arnǰkers sur la rive nord, d’Aṙest, à l’embouchure du Bendimahi çay13, d’Arčak (lac salé situé à l’est du lac de Van : Erçek en turc) sans compter le site d’Arcuaber au nord d’Erçis et la ville ourartéenne d’Arsuni-uni qui était voisine de l’actuelle Berkri14.
  4. Markwart place la plaine d’Elegosine au nord du lac de Van, dans la région de Malazgirt15. Étymologiquement il l’explique par le mot arménien Eɫegn ( = roseau) dont les dérivés Eɫegnašēn ou Eɫegnacin rappellent le nom latin. Dillemann, qui accepte l’hypothèse pense que la terminaison ine vient de l’araméen ‘aina ( = source) ; mais il place le site dans la plaine de Bermaz, au sud du lac de Gölcük, dans le bassin du Tigre Occidental16. Mais le nom d’Elegosine pourrait tout aussi bien être rapproché du mot arménien Eɫēg ou Eɫegi ( = chicorée sauvage) ; or il se trouve sur la rive sud du lac de Van, séparé de lui par une petite crête, la plaine de Göllü ovasi, ancien cratère qui portait naguère le nom arménien d’Eɫegis où, s’il n’y a pas de roseaux, les chicorées croissent en abondance.
  5. Le tunnel de Zoroanda (ou Zoaranda) dont le nom a été longuement analysé par Markwart est situé par cet auteur sur le Tigre Occidental ; il l’identifie au tunnel de Bilkalen17 comme Dillemann qui propose d’y voir un doublet de Zorbadon18. Toutefois aucun toponyme évoquant le mot de Zoroanda ne se trouve dans la région du Bilkalen Su, non plus d’ailleurs que dans celle de Van19.
  6. Markwart place le Nymphaeum de Pline au tunnel de Bilkalen Su ; il l’identifie au Nymphaeus aminis d’Ammien Marcellin (XVIII, 9) mais non au fleuve Nymphios de Procope (Bel. Pers., I, 17, 5)20. Cependant Dillemann place avec beaucoup plus de vraisemblance le Nymphaeum sur le versant méridional du Taurus, dans la vallée du Müküs çay à la résurgence de Mağara qui, en effet, se trouve bien en Gordyène comme le veut Strabon et à 35 km à vol d’oiseau du lac de Van comme le dit Pline21.

6On voit combien il persiste encore aujourd’hui d’imprécisions, de difficultés, voire de contradictions dans l’interprétation proposée par la seule philologie et la description d’Ératosthène apparaît toujours aussi étrangère à la réalité et toujours aussi incohérente. Pourtant le géographe nous paraît avoir assez bien regroupé les curiosités hydro-géologiques de la région vanique (fig. 2). Nous allons en faire une rapide analyse :

  • 22 D’après la Description du Monde de Mustafa Efendi, Istanbul, 1732 (trad. dans F. Charmoy, Cheref N (...)

7a) Les résurgences vauclusiennes seraient assez nombreuses dans le Taurus kurde ; nous en connaissons deux importantes : la Kanî spî ( = la fontaine blanche en kurde) qui, située à 5 km au nord de Çatak, paraît drainer les eaux d’un bassin fermé d’amont (le Pesandaşt düzü) et surtout la Mağara ( = la grotte, en kurde ; nommée par les Turcs Büyük bulak ou Baş, bulak) qui se trouve sur la rive droite du Müküs çay à 1 900 m d’altitude (fig. 3). Elle apparaît dans une assez vaste grotte dont les parois semblent avoir été régularisées de main d’homme22. On ne voit pas nettement d’où les eaux proviennent car il n’y a en amont ni katavothre ni bassin fermé ; toutefois la surprenante absence de tout cours d’eau sur les pentes de l’Agerov dağ qui culmine à 3 700 m donne à penser qu’il y a une infiltration importante dans ce vaste massif calcaire.

  • 23 Le phénomène était déjà noté par Anania de Širak au début du viie siècle (cf. La Géographie de Moï (...)

8b) Les katavothres et tunnels se rencontrent comme les résurgences. Sur le Deli çay, petit fleuve côtier qui se jette dans le lac de Van près d’Erçiş, on a signalé plusieurs pertes avec résurgences près de l’embouchure. Il est de fait que, sur un long trajet, le cours d’eau est presque à sec, mais nous avons observé que, les paysans ayant en amont détourné pour l’irrigation une partie importante des eaux, le phénomène est maintenant imperceptible. Dans la Göllü ovasi (fig. 4), dont nous avons parlé plus haut, trois ruisseaux descendus des montagnes viennent buter sur la crête la séparant du lac de Van. Ils la traversent par deux katavothres et un tunnel pour se déverser dans le lac par des cascades de près de 30 m de hauteur. Ce phénomène est presque inexistant en été, au moment de l’étiage (fig. 5) ; par contre, il est à son maximum au printemp, s à la fonte des neiges. Alors katavothres et tunnel sont saturés et la plaine se transforme en un lac (Ekisa gol, en kurde) laissant après l’évaporation de l’été un limon d’une extraordinaire fertilité23.

  • 24 Chlorure de Na : 9 ‰, carbonate de Κ : 7 ‰ sulfate de Na : 3 ‰.

9c) La concentration saline du lac de Van est considérable24 ce qui entraîne deux conséquences principales :

10D’abord, comme le signalait Pline, l’évaporation de l’eau s’accompagne d’une sublimation des sels dont l’odeur de « lessive » est caractéristique ; ce phénomène est nettement perceptible au lever du soleil sur les lagunes de la rive nord.

  • 25 Cf. en particulier T. Deyrolle, « Notice sur une espèce remarquable de poisson qui vit dans les ea (...)

11Ensuite le lac constitue un biotope très particulier et qui a fait l’objet de plusieurs études scientifiques25 dont certaines contrastent avec nos observations. Il n’y a qu’une espèce de poisson pouvant vivre dans le lac ; il s’agit d’un cyprinidé, une sorte d’ablette nommée par les Arméniens Taṙex, par les Kurdes Derêx (Alburnus Tarichi, Pallas) (fig. 6). D’après Deyrolles, ce poisson ne serait présent dans le lac que pendant les mois d’avril et mai, lorsque la fonte des neiges grossit les fleuves côtiers et diminue la salure extrême des eaux du lac. Ensuite les poissons remonteraient tous les rivières et disparaîtraient complètement du lac. Nous avons pu constater que cette assertion était trop absolue : en plein été des paysans ont péché sous nos yeux des tareks dans le lac et d’autre part (comme l’ont dit Strabon et Pline d’après les observations d’Ératosthène) on capture toute l’année des sortes de grosses truites assez loin au large, mais en regard de l’embouchure des fleuves les plus importants.

Fig. 3. — La résurgence de Magara.

Fig. 4. — La plaine de Göllü (Plaine d’Elegosine ?).

Fig. 5. — Le débouché du tunnel de Göllü dans le lac de Van.

Fig. 6. — Taṙex (Alburnus Tarichi).

12d) Les phénomènes de flottement dont a parlé Pline s’expliquent facilement. En effet, après les petites tempêtes qui secouent le lac chaque après-midi, on voit flotter sur une grande étendue des eaux des centaines de pierres ponces arrachées au rivage avant d’être rejetées à la côte.

13e) Les courants ont été assez bien interprétés par les géographes classiques. En effet un puissant courant traverse dans sa plus grande longueur le lac de Van. Il est dû à la fusion de trois importants fleuves côtiers, le Zilan Su, le Deli çay et le Bendimahi çay. Il est parfaitement visible et discernable, même pendant l’étiage, grâce à la différence de couleurs des eaux (en particulier après les orages) comme le notait Pline. Toutefois dans sa progression du nord-est au sud-ouest le courant perd de sa force ; encore perceptible au droit du cap de Devebynu, il se dilue dans la masse des eaux pour disparaître au large de Reşadiye.

14f) Il est étonnant que les modifications de niveau du lac n’aient pas retenu l’attention d’Ératosthène, sans doute par manque d’observation prolongée. Or ces modifications sont importantes et intéressantes ; elles sont de trois ordres :

15d’abord un mouvement saisonnier lié à la fonte des neiges avec de basses eaux en novembre et un maximum en avril ; la différence est d’environ un mètre ;

16ensuite un mouvement plus ample s’étalant sur plusieurs décennies oblige parfois les riverains à abandonner provisoirement les villages situés sur les berges du lac ;

17enfin, d’une façon générale, le niveau s’élève comme le prouve l’immersion définitive de quelques très anciens couvents ainsi que de la ville d’Arčēš dont l’ancien établissement, en terre ferme au Moyen Âge a été progressivement transformé en presqu’île à la fin du siècle dernier et est maintenant réduit à un îlot marécageux d’où émergent quelques ruines.

  • 26 Sur les variations du lac, cf. Lynch, op. cit., p. 48.

18C’est qu’en effet le lac de Van n’a pas encore atteint son niveau d’équilibre entre l’apport des eaux fluviales et l’évaporation. Il est de formation relativement récente ; c’est une coulée de lave venue du volcan Nemrut dağ qui a obstrué la vallée qui, auparavant, se continuait avec celle du Bitlis çay. Étendue d’eau sans déversoir, le lac de Van doit être géographiquement considéré comme une mer. C’est du reste ainsi qu’il était nommé par les Arméniens26.

19Cette élévation du niveau du lac autorise une hypothèse sur l’interprétation de ses deux noms, Arsène et Thospitis. Le lac comporte un étranglement entre, au sud, l’éperon de l’Ererin dağ et, au nord, une coulée de lave émise par le volcan Süphan dağ. Il n’y a pas, à notre connaissance, de carte hypsométrique du lac de Van, mais il est aisé de constater du haut des montagnes bordières que ce détroit n’est pas très profond. Il est donc possible qu’aux temps pré- ou proto-historiques le lac de Van ait été séparé en deux parties par une barre volcanique percée d’un tunnel naturel ce qui éclairerait l’affirmation de Pline selon laquelle le Tigre traversait deux lacs.

  • 27 . Encore de nos jours les paysans kurdes de la région croient fermement que les eaux proviennent d (...)

20Ainsi peut-on conclure qu’Ératosthène, loin d’être un simple colporteur de fables semble avoir voulu expliquer des phénomènes réels mais dont la cause lui échappait. La seule hypothèse logique était pour lui l’existence d’un exutoire souterrain, hypothèse que semblait confirmer la résurgence de Mağara. Le fait que l’eau de cette dernière soit douce n’était pas pour le géographe une objection valable puisqu’il affirmait que les eaux du Tigre ne se mêlaient pas à celles du lac ; il ne pouvait pas savoir évidemment que la résurgence de Mağara se trouve à plus de 200 m au-dessus du niveau du lac27. A partir de ce faux postulat, tout s’enchaîne logiquement et sans grosses erreurs. La différence entre Strabon et Pline au sujet de la source proprement dite est aisément explicable par le fait que les fleuves côtiers ont un cours et un débit assez voisins et peuvent être chacuns considérés comme l’origine du fleuve.

Notes

1 L’Ergani çay ou Argana Su est émissaire du lac Gölcük (ou Hazar Gölü). Cf. H. Saraçoglu, Doǧu Anadolu, I, Istanbul, 1956, p. 57-62.

2 Ainsi qu’en témoignent textes et inscriptions in situ (C. F. Lehmann-Haupt, Armenien Einst und Jetzt... Berlin-Leipzig, 1910-1931, II, 1, p. 90).

3 J. Markwart, Sudarmenien und die Tigrisquellen..., Wien, 1930.

4 E. Reclus, Nouvelle Géographie Universelle, IX, L’Asie Antérieure, p. 387-8.

5 Le Tigre Oriental reçoit encore deux affluents : le Ǧindig Su et le Bitlis çay.

6 . Markwart, op. cit., passim.

7 L. Dillemann, Haute-Mésopotamie Orientale et Pays adjacents..., Paris, 1962, p. 40-9.

8 On notera cependant l’intérêt des travaux de H. F. B. Lynch, Armenia. Travels and Studies, II, London, 1901, p. 39-53 et de F. R. Maunsell, Military Report on Eastern Turkey in Asia, London, 1903, II, 95; III, 128 b.

9 Cf. Ł. Inčičean, Ancienne Arménie, Venise, 1822, p. 403-4 (en arménien).

10 Markwart, op. cit., 32-3*.

11 Ibid., p. 76-7.

12 Dillemann, op. cit., p. 41.

13 Certaines sources syriaques parlent du lac d’Arestia. Cf. S. T. Eremyan, L’Arménie, d’après la « Géographie », Erivan, 1963, p. 37 (en arménien).

14 Cf. N. Adontz, Histoire d’Arménie, Paris, p. 225.

15 Markwart, op. cit., p. 61, 74, n. 2.

16 Dillemann, op. cit., p. 45.

17 Markwart, op. cit., p. 555-6, fait dériver le nom Zoroanda de l’adjectif iranien signifiant vert (couleur des eaux do la résurgence).

18 Dillemann, op. cit., p. 44.

19 Les Kurdes riverains de la côte sud du lac de Van nomment la région où se déversent les tunnels décrits plus haut, Zeva ou Ziva, noms qui contractent avec celui de Zoroanda des rapports trop lointains pour être retenus.

20 Markwart, op. cit., p. 23-6.

21 Dillemann, op. cit., p. 44.

22 D’après la Description du Monde de Mustafa Efendi, Istanbul, 1732 (trad. dans F. Charmoy, Cheref Nameh ou Fastes de la Nation kurde, Saint-Pétersbourg, 1874, I, 1, p. 212) on aurait façonné à l’intérieur de la grotte des sièges de pierre.

23 Le phénomène était déjà noté par Anania de Širak au début du viie siècle (cf. La Géographie de Moïse de Corène d’après Ptolémée, trad. A. Soukry, Venise, 1881, p. 42). Pour les détails voir M. Thierry, « Monastères arméniens du Vaspurakan. VI », Revue des Études Arméniennes, nouvelle série, IX, p. 148-9.

24 Chlorure de Na : 9 ‰, carbonate de Κ : 7 ‰ sulfate de Na : 3 ‰.

25 Cf. en particulier T. Deyrolle, « Notice sur une espèce remarquable de poisson qui vit dans les eaux du lac de Van », Revue et Magazin de Zoologie (Paris), 2e série, XXIII (1871-1872), p. 401-5.

26 Sur les variations du lac, cf. Lynch, op. cit., p. 48.

27 . Encore de nos jours les paysans kurdes de la région croient fermement que les eaux proviennent du lac de Van.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Le Tigre Oriental dans son cours supérieur.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2003/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 911k
Légende Fig. 2. — Bassins du Lac de Van et du Tigre Oriental.1 sources chaudes2 tunnels3 résurgences4 pertes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2003/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Légende Fig. 3. — La résurgence de Magara.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2003/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Légende Fig. 4. — La plaine de Göllü (Plaine d’Elegosine ?).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2003/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Légende Fig. 5. — Le débouché du tunnel de Göllü dans le lac de Van.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2003/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 506k
Légende Fig. 6. — Taṙex (Alburnus Tarichi).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2003/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 456k

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540