Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

Avanos-Vénasa – Cappadoce

Nicole Thierry

Texte intégral

  • 1 A. M. Levidis, Αἱ ἐν μονολίθοις μοναὶ τῆς Καππαδοκίας καὶ Λυκαονίας, Constantinople, 1899, p. 98 ; (...)
  • 2 W. M. Ramsay, The historical geography of Asia minor, London, 1890, p. 292-93, en raison de la tro (...)
  • 3 W. M. Calder, A classical map of Asia minor, Ankara, 1958.

1L’identification Avanos-Vénasa est mentionnée pour la première fois à la fin du siècle dernier par Lévidis et adoptée par H. Rott, Kiepert, G. de Jerphanion et récemment par F. Hild1. On trouve dans Lévidis les diverses formes Ἀϐανισσω, Οὐάνασα, Οὐήνασα, Βήνασα, Οὐάνωτα. D’autre part, l’équivalence phonétique de Vénasa et Avanos correspond aux modifications usuelles des toponymes, les points d’appui sur les consonnes ν et n étant conservés ; le a, en suffixe dans le premier cas et en préfixe dans le second étant des variantes banales. Cependant, Ramsay crut pouvoir situer Vénasa à Suvermez2, et après lui, Calder3.

2Des découvertes archéologiques récentes et une analyse élargie de la région justifient une nouvelle étude ; elles confirment l’identification ancienne.

SOURCES LITTÉRAIRES ET HISTORIQUES

STRABON

3Dans le douzième livre de sa Géographie, Strabon cite « dans la Morimène, à Vénasa, ce temple de Jupiter dont l’enceinte peut abriter aisément 3 000 hiérodules et qui possède un territoire sacré fournissant au grand-prêtre un revenu annuel de quinze talents. Ce grand-prêtre qui occupe le second rang après celui de Comana est comme lui nommé à vie ». (chap. 2, § 5).

  • 4 Géographie de Strabon, traduction nouvelle par A. Tardieu, Paris, 1873, II, p. 476, 473.

4Précédemment, Strabon avait dit que Comana possédait « le fameux temple consacré à la déesse Mâ » et que c’était « une ville considérable » dont les habitants, « bien que soumis nominalement au roi de Cappadoce, étaient plutôt les sujets du grand-prêtre. Celui-ci a la surintendance du temple et règne en maître sur les hiérodules ; or à l’époque où nous avons visité ce temple, on y comptait plus de 6 000 hiérodules, tant hommes que femmes. Un territoire spacieux dépend du temple et c’est encore le grand-prêtre qui en perçoit les revenus. Le grand-prêtre tient du reste en Cappadoce le second rang après le roi, et en général, jusqu’à présent, rois et grands-prêtres ont été choisis dans la même famille. » (chap. 2, § 3)4.

5Il faut donc conclure que le grand-prêtre de Vénasa était le troisième personnage du royaume de Cappadoce et qu’il était également choisi dans la haute aristocratie, voire la famille royale. Nous verrons à propos des tombeaux antiques retrouvés dans la région que le rang social des grands-prêtres a son intérêt.

  • 5 E. Chantre, Mission en Cappadoce, 1893-1894, Paris, 1898, p. 156 ; F. Cumont, Les religions orient (...)
  • 6 W. Wroth, Catalogue of the greek coins of Galalia, Cappadocia and Syria, London, 1899, p. 45, 89, (...)
  • 7 Objet inédit de notre collection ; de provenance inconnue, acquis au Bazar de Stamboul en 1967 ; 4 (...)
  • 8 P. Merlat, op. cit., p. 31, 33-34. Cette coiffure est caractéristique de la représentation anatoli (...)

6L’importance de Vénasa, seconde ville sacrée de Cappadoce vient de l’entité mythologique qu’on y vénérait. Le Jupiter auquel la cité était consacrée était le Zeus Ouranios, le grand dieu céleste, dieu des sommets et notamment du Taurus et de l’Argée ; en partie héritier du Zeus Sabazios et du Zeus Stratios et contaminé par le Jupiter Dolichènus, dieu de l’orage ; sa qualité céleste était attestée par l’aigle, animal solaire, qui était à la fois son symbole et son substitut5. Sur quelques monnaies de Césarée (Mazaca), l’aigle figure sur le sommet de l’Argée, dieu des trônes célestes6, de la même façon que sur le petit ex-voto de bronze romain dont nous donnons ici la reproduction (fig. 3)7. En 1971 nous avons trouvé chez le chiffonnier-brocanteur d’Orathisar, à 12 km environ d’Avanos, une petite bague de bronze dont le châton en éperon représente le buste du Zeus Ouranios au-dessus de l’aigle aux ailes déployées (fig. 2). Bien que très usé, son costume est très reconnaissable, constitué d’une tunique drapée et du bonnet phrygien (ou plutôt irano-mésopotamien) qui l’apparente au Jupiter Dolichène8.

TEXTES PATRISTIQUES

GRÉGOIRE DE NYSSE. 20e LETTRE.

  • 9 Gregori Nysseni Opera, VIII, 2, Epistulae, ed. G. Pasquali, Berlin, 1925, Leiden, 1959. Nous utili (...)

7Lettre à Adelphios, scholastique9.

8Elle est destinée à le remercier d’une réception, en son absence, dans sa propriété de Venasa ; l’auteur y décrit les charmes du site et de la villa de son hôte. Elle mériterait une longue étude en raison de l’importance de la documentation apportée mais nous nous limiterons à l’essentiel.

9Après quelques comparaisons dithyrambiques sur la beauté des lieux, Grégoire en vient aux descriptions. « En bas l’Halys, dont les berges ornent le paysage, brille comme un galon d’or sur une robe de pourpre, les flots rougis de son limon » (§5). On reconnaît le Kızıl Irmak dont les méandres sinuent dans la vallée entre les rives verdoyantes, et la couleur ocre rouge que prend le fleuve après les orages lorsqu’il charrie ses boues.

  • 10 X. de Planhol, Les nomades, la steppe et la forêt en Anatolie, Geographische Zeitschrift, 53, 2/3, (...)

10« En haut, une montagne vaste et touffue, déploie en tous sens le long d’une haute falaise une chevelure de chênes... Courant le long du versant, la forêt qui a poussé spontanément vient s’unir aux terres cultivées du pied de la montagne : là en effet, les vignes se déploient sur les flancs, les replats et les creux du terrain comme un manteau de couleur verte pour occuper toute l’étendue de la plaine. La saison ajoutait à la beauté en laissant soupçonner une admirable abondance de raisins. » (§ 6-7). La description de l’Idiş, daǧ (1 560 m) est nettement emphatique mais on reconnaît l’étalement des pentes au-dessus de l’oasis fluviale (fig. 4, 5). D’autre part, la montagne a perdu ses forêts, fait bien connu en Anatolie où elles ont péri sous les coups des bûcherons et des défricheurs10. Par contre, l’extension des vignes reste d’actualité, elles s’étendent partout, remontant au fond des vallons et donnant lieu à de multiples travaux d’irrigation. La production locale de vin est actuellement croissante et des recherches œnologiques ont été entreprises par le gouvernement turc pour améliorer la qualité du produit et le rendre exportable.

  • 11 On sait que pêches, prunes et abricots sont originaires d’Asie, l’abricot étant nommé prunus armen (...)

11Décrivant les vergers, Grégoire note « Homère n’a pas vu le pommier d’ici, avec ses fruits magnifiques, dont la couleur éclatante le ramène aux teintes de sa fleur ; il n’a pas vu le poirier plus brillant que l’ivoire nouvellement poli. Que dire de la variété et de la diversité des fruits persiques résultant du mélange et de la réunion d’espèces différentes ? » (§ 10-11). Aujourd’hui, les vergers de Cappadoce, quoique mal entretenus, donnent encore des pêches, et des abricots surtout que l’on fait sécher sur les terrasses ou des aires réservées11. Quant à la pomme, elle a été réintroduite récemment, à partir d’espèces occidentales ; cette culture scientifiquement entreprise dans la région d’Aksaray a donné des fruits de belle présentation, gros et de couleurs vives, rouge et verte, et de chair juteuse et acidulée, sans rapport avec nos pommes chimiques de production industrialisée.

12Pour les jardins (§ 13), Grégoire évoque « l’allée sous les treilles », les chemins bordés de haies où se mêlent « les vignes et les roses ». Aujourd’hui l’oasis d’Avanos n’a plus de ces beautés dues aux horticulteurs mais le long des berges, les peupliers et les saules, l’herbe touffue et les buissons fleuris évoquent bien ce que furent les jardins des villas romaines.

  • 12 Aucune fouille rationnelle n’a été entreprise jusqu’ici ; cf. infra pour les trouvailles.

13De même, d’après la description de la maison d’Adelphios, le bassin aux poissons, la galerie sur la piscine, sont faciles à imaginer (§ 9 et 14-20). Enfin, en cours de description, Grégoire cite des bâtiments et un martyrium à l’entrée de la ville dont il ne reste rien12 : « Au loin, comme le feu d’un grand phare brillait l’éclat des constructions ; à gauche, en arrivant, se trouvait l’oratoire destiné au culte des martyrs, splendide malgré l’inachèvement de sa construction — il y manquait encore le toit. » (§ 8).

GRÉGOIRE DE NAZIANZE. LETTRES 246-24813

  • 13 Saint Grégoire de Nazianze, Lettres, Texte établit et traduit par P. Gallay, Paris, 1967, t. II, p (...)

14Il s’agit d’un courrier situé entre 370 et 375 ayant trait à l’étrange conduite de Glycérios, un diacre de Vénasa. Celui-ci avait restauré les panégyries antiques à l’occasion de la fête religieuse locale, fête qui était sans doute la survivance des cérémonies consacrées à la liturgie du Zeus Ouranios. Ce diacre, ordonné jadis par Grégoire, était entré en rébellion contre ses supérieurs, le prêtre et le chorévêque, dévoyant les jeunes gens du pays et les entraînant dans des chants et des danses renouvelés du paganisme. Après la réprimande de Grégoire, il s’était finalement enfui avec quelques jeunes filles de ses choristes dans le diocèse de Basile le Grand, y trouvant asile. La lettre 246, adressée à Basile, était donc destinée à obtenir le retour des jeunes filles et le repentir du diacre. La lettre 247 est la même requête faite directement à Glycérios. La dernière missive est de nouveau pour Basile ; Grégoire s’interroge sur l’échec de ses démarches et se résigne avec amertume à son impuissance.

15Il faut donc conclure que la vitalité des traditions païennes était encore une force à laquelle l’Église s’attaquait parfois vainement. A Vénasa, le vieux culte du Zeus céleste survivait victorieusement à la fin du ive siècle malgré une organisation écclésiastique bien structurée.

  • 14 Ed. par P. Peeters, De SS. Hierone et sociis martyribus Melitinae in Armenia, Acta Sanctorum, 65, (...)
  • 15 Theophanes, Éd. de Boor, p. 161. Bibliographie dans C. Mango, Three inscriptions of the reigns of (...)

16Au-delà de ces textes du ive siècle, nous n’avons plus que la Passio Prior de Hiéron, jeune viticulteur de Matiane (Maçan-Avcılar, à 8 km au sud de Vénasa) qui, enrôlé de force dans l’armée de Dioclétien après une fuite mémorable dans une grotte, refusa d’abjurer sa foi et subit le martyre à Mélitène avec trente-deux de ses compagnons. Sa main, coupée de son vivant, et envoyée à sa mère restée au pays, est signalée comme une relique insigne de Cappadoce14. Le texte, qui a les caractères habituels aux récits hagiographiques, a été écrit après une invasion destructrice des Scythes ou Cimmériens, très vraisemblablement celle des Sabires qui date de 51515.

  • 16 N. Thierry, Haut moyen âge en Cappadoce, Les églises de la région de Çavuşin, chap. III. A paraîtr (...)

17Cette légende, destinée à glorifier un saint local, marque la christianisation profondément établie cette fois dans la région de Vénasa. Sans doute tendait-elle à accréditer le culte de la relique de Hiéron, celle-ci étant peut-être déposée dans le martyrium décrit à l’entrée de Vénasa ou, plus près de Matiane, dans la basilique Saint-Jean-Baptiste de Çavuşin où se trouve une remarquable fosse à reliques16.

SOURCES ARCHÉOLOGIQUES

18Elles sont de trois ordres. Les premières sont des trouvailles fortuites dans les environs immédiats de la ville actuelle d’Avanos. Les secondes sont constituées par une série de tombeaux rupestres antiques établis à quelque distance de la ville. Les troisièmes correspondent à une quarantaine d’établissements chrétiens, échelonnés des débuts du christianisme au siècle, concentrés dans le voisinage.

TROUVAILLES À AVANOS

  • 17 N. Thierry, Un problème de continuité ou de rupture. La Cappadoce entre Rome, Byzance et les Arabe (...)
  • 18 Photographies au Musée de Nevşehir.
  • 19 Cf. G. Mendel, Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, Constantinople, 1912, I, (...)

19Jusqu’en 1975 on n’avait pas signalé de témoignages archéologiques de l’occupation antique du site. Depuis, on a découvert fortuitement un établissement romain à 4 km à l’est du centre actuel d’Avanos, le long de la rive sud du Kızıl Irmak. Nous avons visité le lieu en été 1976 ; grossièrement fouillé par les paysans, il était à l’abandon. Il comprend les fondations d’un vaste bâtiment dont nous n’avons pas pu apprécier le périmètre mais un angle de muraille, fait d’une suite de dalles dressées, était parfaitement identifiable près d’un boqueteau de peupliers. Les dalles ou plaques de barrière étaient vierges de gravure, à l’exception de l’une d’entre elles marquée d’une simple croix à bras égaux profondément incisée, signe d’une christianisation primitive du site17. A proximité, le sol remanié présente une fosse où l’on distingue difficilement un beau sarcophage ; dégagé lors de sa découverte et photographié alors (fig. 6), il a été réenterré par mesure de précaution18. Il s’agit d’un sarcophage de marbre blanc dans un parfait état de conservation ; il est d’un type bien connu dit sarcophage à guirlandes, caractéristique du iie siècle après J.-C.19. Conformément au type, il est pourvu d’un toit en bâtière, orné ici de cinq nervures transversales se terminant latéralement par des masques de lion ; les acrotères sont sans ornement. Sur les côtés, les guirlandes enrubannées de feuillage et de fruits, au nombre de trois, se raccordent à des piliers engagés. Sur les fronts, la concavité de la guirlande est ornée du masque de la Méduse, et plus haut, le triangle est centré par un simple umbo.

  • 20 Trouvaille faite en 1976 dont nous avons eu connaissance par M. le Pr. Cevat Erder. Malheureusemen (...)

20D’autre part, le potier Galip, habitant d’Avanos, aurait trouvé des fondations à 1 km de la ville et a rapporté du site une stèle de marbre20.

  • 21 Pour Doliché, en Commagène, on note également la rareté des témoignages archéologiques locaux, F. (...)

21Enfin, nous considérons la petite bague acquise à Ortahisar (fig. 2) comme une bonne illustration du culte qu’à Vénasa on rendait au grand Zeus Ouranios. Sans doute s’agissait-il d’un de ces menus objets dont les artisans trouvaient aisément la vente auprès des fidèles qui affluaient dans la ville sainte21.

LES TOMBEAUX ANTIQUES

22Les tombeaux antiques sont situés au sud du Kızıl Irmak, dans les falaises et rochers qui se dressent à distance de ses rives, le plus grand nombre étant concentré dans la vallée affluente, dirigée sud-nord et aboutissant à Vénasa-Avanos, surtout à Matiane-Maçan-Avcılar, à 8 km d’Avanos (cf. carte, fig. 1).

  • 22 Texier, Description de l’Asie mineure faite par ordre du Gouvernement français de 1833 à 1837, Par (...)
  • 23 N. Thierry, Matiane antique et chrétienne, à paraître.
  • 24 N. Thierry, L’archéologie cappadocienne en 1978, Cahiers de civilisalion médiévale, XXII, n° 1 (ja (...)

23Au début du xixe siècle, Charles Texier avait décrit quelques tombeaux rupestres à Maçan, et notamment le plus prestigieux, creusé au pied d’une haute colonne commémorative, d’où son nom de Dikili Taş22. Nous n’avons pas retrouvé ce monument mais nous en avons découvert d’autres (cf. fig. 7) que nous nous proposons de publier ailleurs23. Dans le village même de Maçan, nous dénombrons actuellement huit tombeaux antiques, un neuvième dans un cirque qui lui fait face à l’ouest et un dixième à quelque distance au nord, sur la rive gauche de l’affluent du Kızıl Irmak, près de la route qui se dirige vers Avanos24.

24Le long de cette route, une série de cônes et rochers ont probablement abrité des tombeaux mais nous n’en avons pas fait l’exploration, identifiant cependant avec certitude un vaste tombeau inaccessible creusé dans le sommet du cône dit Çavuşin kaya. Il s’agit du promontoire d’une petite chaîne rocheuse qui s’avance vers le fleuve, à 3 km au sud d’Avanos, sur la rive ouest de l’affluent, face à la falaise de Çavuşin mais un peu plus au nord (fig. 5). La colonnade qui précédait l’entrée est détruite mais l’encadrement mouluré de la façade est conservé.

25A 12 km environ à l’est d’Avanos, près de Sofular (bord extrême de notre carte, fig. 1), nous avons vu encore un tombeau, plus petit mais en bon état de conservation (fig. 8).

  • 25 H. von Gall, Die paphlagonischen Felsgräber, Istanbuler Mitteilungen, Tübingen, 1966, p. 111-12 ; (...)

26Jusqu’à présent, les tombeaux rupestres de Cappadoce n’avaient pas attiré l’attention alors que ceux des autres provinces d’Asie mineure ont donné lieu à de nombreuses publications25. Notre exploration, rapide cependant, nous permet d’avancer quelques conclusions intéressantes.

  • 26 G. Perrot, Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, V (1890), p. 213-15 ; pour la Phrygie, (...)
  • 27 Le tombeau n° 10 de Maçan peut être attribué au iiie-ive s. ap. J.-C. (cf. note 1), de même pour l (...)
  • 28 Pour le monnayage, 332 av. J.-C, 17 après, cf. W. Wroth, op. cit. p. 120, n. 3, p. xxiv-xxxiv.
  • 29 Sur l’interdiction d’inhumer intra muros dans l’Antiquité, cf. Les morts dans la ville, G. Dagron, (...)

27Du point de vue archéologique, il semble y avoir une certaine unité entre ces monuments funéraires de Cappadoce et ceux de Paphlagonie, les deux séries entrant dans la catégorie des tombes asiatiques de type septentrional26. Ces mausolées de datation délicate vont de l’époque grecque à la fin de l’Empire romain27. Ceux que caractérisent le fronton et, surtout, la colonnade dorique (fig. 7), sont attribuables à la période des Rois de Cappadoce (iiiе s. av. J.-C. - ier après)28. Leur nombre à proximité de Vénasa-Avanos indique l’importance de la cité antique à l’époque gréco-romaine et le rôle de Maçan comme nécropole de Vénasa29. Reste à identifier les personnages qu’on y a inhumés. La qualité des monuments étant fonction du rang social du mort, on est autorisé à penser qu’une partie de ces tombeaux a abrité la dépouille des grands-prêtres de la ville sainte consacrée au Zeus Ouranios.

LES ÉTABLISSEMENTS CHRÉTIENS

  • 30 Raids saisonniers renouvelés annuellement du début du viiie siècle jusqu’au-delà du milieu du ixe  (...)

28Notre inventaire des églises et chapelles creusées dans les falaises et ravins de la rive sud du Kızıl Irmak, en regard d’Avanos nous a permis de constater une extrême concentration des fondations et une très forte proportion d’établissements antérieurs à l’époque des raids arabes frontaliers, époque grossièrement superposable à celle de l’Iconoclasme, 726-84330.

  • 31 N. Thierry, Monuments inédits ou peu connus des régions de Göreme et Mavrucan. Notion de centres r (...)
  • 32 Soit l’unique état du monument considéré, soit son premier état. Nombre d’entre eux, en effet, ont (...)

29Les églises sont installées dans le cirque de Zelve, à 5 km au sud-est d’Avanos ; dans le massif de Çavuşin, à 4 km au sud et dans les vallons de Maçan-Avcılar, à 8 km au sud (cf. carte, fig. 1). Dans cet espace, nous avons dénombré une quarantaine d’églises et chapelles31. Quelques grandes églises comme les nos 2 et 4 de Zelve, la basilique Saint-Jean-Baptiste de Çavuşin, l’église dite Durmuş kilisesi et l’église sous les tombeaux, à Maçan, sont attribuables au vie siècle et au viie. Dans le massif de Çavuşin lui-même, le long des vallons et ravins dits Güllü dere, Kızıl Çukur et Zindanönü, nous avons répertorié neuf chapelles antérieures à l’Iconoclasme32. Ce massif infiniment complexe où se multiplient les ravins propices à la retraite et la méditation solitaire, semble avoir joué le rôle de désert pour la ville de Vénasa alors que le centre de Zelve correspond plutôt à une installation religieuse plus organisée avec une certaine participation de peuplement rural (et cela dès le ve-vie s.), le centre de Maçan étant, lui, à vocation plus rurale et urbaine que monastique.

  • 33 Cf. p. 123 ; Jerphanion, op. cit., p. 119, p. lvii-lx (l’utilisation de ces listes comme critère d (...)

30Il serait trop long d’entrer dans le détail de l’histoire de ces trois centres, nous nous contenterons de reprendre ici quelques-unes de nos constatations développées ailleurs. Pour le centre de Zelve et les églises du massif de Çavuşin, on note deux périodes de développement, du ve-vie au début du viiie, puis de la deuxième moitié du ixe siècle à la fin du xe. Deux périodes de déclin leur répondent, l’un, relatif au viiie siècle et dans la première moitié du ixe, l’autre, définitif, à partir de la fin du xe siècle. Nous n’avons, en effet, pas trouvé de monument attribuable au xie ou au xiiie. Pour le centre de Maçan, nous notons deux groupes d’établissements, le premier de l’époque protobyzantine jusqu’à l’Iconoclasme, le second de la fin du xe siècle au début du xie. Pour ce site, les sources écrites sont parallèles, la Passio Prior de Hiéron étant contemporaine de la première série, une liste épiscopale qui mentionne Matiane comme siège à partir de 1022-1035, correspondant à la seconde33. Alors que Zelve et Çavuşin s’éteignaient, eux qui étaient les plus proches de Vénasa, Maçan prenait quelque essor, et plus encore Göreme, à 2 km au sud-est de Maçan.

  • 34 Op. cit., p. 123, p. 333 (paragraphe 11).
  • 35 Chapelle 4 b de Göreme et l’état antérieur de l’Église ancienne de Tokalı, dont il ne reste qu’une (...)

31Le centre monastique de Göreme, installé au fond d’un cirque retiré, se développa en effet de façon considérable tout au long du xe et du xie siècle jusqu’à l’installation définitive des Turcs vers les années 1080. Antérieurement, le toponyme de Korama n’est connu que dans la Passion de Hiéron, pour situer le terrain d’un compagnon du héros34 et nous n’y avons décelé que deux établissements attribuables au haut moyen âge sur un ensemble d’une bonne cinquantaine35. Göreme apparaît donc comme un avatar des centres nés antérieurement de Vénasa.

CONCLUSIONS

  • 36 Sur la richesse de la Cappadoce, R. Teja, Organización economica y social de Cappadocia en el sigl (...)

32Ainsi, sources archéologiques et littéraires ou historiques se complètent pour établir la continuité du peuplement antique et médiéval dans l’aire de Vénasa. La ville sacerdotale païenne a vécu sur sa lancée à l’époque protobyzantine, sa situation d’oasis fluviale lui conférant une prospérité encore accrue à cette époque36. Les centres religieux rupestres qui en dépendaient périclitèrent au cours du haut moyen âge, peu revigorés par la renaissance générale des xe et xie siècles, comme si le centre vital avait été définitivement éteint à l’époque des raids saisonniers arabes. Il est de fait, qu’avant les trouvailles archéologiques de ces dernières années, la petite ville turque actuelle d’Avanos semblait être sans passé.

Fig. 1. — Carte de la région d’Avanos (Nevşehir, Ε VIII, au 200.000e).

Fig. 2. — Buste du Zeus Ouranos sur l’aigle solaire. Bague romaine (33 mm de haut).

Fig. 3. — L’aigle céleste sur l’Argée, ex-voto de bronze romain (49 mm de haut).

Fig. 4. Vue panoramique du confluent de la vallée du Κızıl Irmak et de celle de l’affluent sud. Au fond, à gauche, Avanos au pied de l’Idiş dag. A droite, l’extrémité nord du massif tabulaire de Çavuşin ; le village étant un peu à distance, au pied des pentes. Vue prise du plateau qui surplombe le quartier ouest de Maçan-Avcılar.

Fig.5..—- Vue de la vallée de l’affluent sud. vers Avanos au pied de l’Idis dag. Au centre de la photo, le cône de Çavuşin kaya, à 3 km au sud d’Avanos.

Fig. 6. — Sarcophage à guirlandes trouvé à Avanos.

Fig. 7. — Maçan-Avcılar, tombeaux nos 6 et 7.

Fig. 8. — Tombeau près de Sofular.

Notes

1 A. M. Levidis, Αἱ ἐν μονολίθοις μοναὶ τῆς Καππαδοκίας καὶ Λυκαονίας, Constantinople, 1899, p. 98 ; Η. Rott, Kleinasiatische Denkmäler aus Pisidien, Pamphylien, Kappadokien und Lykien, Leipzig, 1908, p. 241, note 2 ; Kiepert, Formae orbis antiqui, VIII, Asia Minor Imperatoris Trajani tempore, 1909 ; carte au 1/400.000, feuille civ Kaisarije, 2e éd. 1911 ; G. de Jerphanion, Les églises rupestres de Cappadoce, Paris, 1925-1942, I, p. 18, note 5 ; F. Hild, Das byzantinische Strassensystem in Kappadokien, Wien, 1977, p. 79-80.

2 W. M. Ramsay, The historical geography of Asia minor, London, 1890, p. 292-93, en raison de la trouvaille d’une stèle au Zeus Ouranos sur une colline voisine (cf. infra sur ce culte) ; mais l’auteur ne tient pas compte des incompatibilités orographiques entre ce lieu aride (Suvermez veut dire qui ne donne pas d’eau) et la prospérité de Vénasa ; il est vrai qu’il ignorait la 20e lettre de Grégoire de Nysse et que, par une erreur d’attribution du courrier de Grégoire de Nazianze, il avait mal situé la fuite d’un diacre de Vénasa dans le diocèse de Basile le Grand (cf. infra, p. 123).

3 W. M. Calder, A classical map of Asia minor, Ankara, 1958.

4 Géographie de Strabon, traduction nouvelle par A. Tardieu, Paris, 1873, II, p. 476, 473.

5 E. Chantre, Mission en Cappadoce, 1893-1894, Paris, 1898, p. 156 ; F. Cumont, Les religions orientales dans le paganisme romain, Paris, 1929, p. 118-24, 136-37, 163, 60-62, 276 ; P. Merlat, Jupiter Dolichenus, Paris, 1960, p. 40-42, 107-15, 120-26.

6 W. Wroth, Catalogue of the greek coins of Galalia, Cappadocia and Syria, London, 1899, p. 45, 89, pl. XIII, 1. Plus souvent l’Argée est sommé d’une étoile, d’un génie ou d’autres divinités, cf. pl. VIII-XIII.

7 Objet inédit de notre collection ; de provenance inconnue, acquis au Bazar de Stamboul en 1967 ; 49 mm de hauteur.

8 P. Merlat, op. cit., p. 31, 33-34. Cette coiffure est caractéristique de la représentation anatolienne alors que l’imagerie romaine a popularisé le type avec chevelure au vent, la composition du buste sur l’aigle volant étant conservée (cf. sur de nombreuses lampes d’argile, cf. D. M. Bailey, Greek and roman pottery lamps, British Museum, 1963, pl. 10 b ; modèle très répandu que nous avons vu aussi bien au Musée archéologique de Genève que de Vienne dans l’Isère et de Pithiviers du Loiret).

9 Gregori Nysseni Opera, VIII, 2, Epistulae, ed. G. Pasquali, Berlin, 1925, Leiden, 1959. Nous utilisons la traduction libre du R.P. J. Darrouzès et celle, prête à l’édition du R.P. C. Jouvenot, que nous remercions tous deux ici.

10 X. de Planhol, Les nomades, la steppe et la forêt en Anatolie, Geographische Zeitschrift, 53, 2/3, mai 1965, p. 101-116 (le déboisement est parallèle aux progrès de la vie sédentaire et au développement de l’agriculture, l’époque romaine marque déjà un temps du déboisement).

11 On sait que pêches, prunes et abricots sont originaires d’Asie, l’abricot étant nommé prunus armeniaca, et la pêche, persica ou persicum.

12 Aucune fouille rationnelle n’a été entreprise jusqu’ici ; cf. infra pour les trouvailles.

13 Saint Grégoire de Nazianze, Lettres, Texte établit et traduit par P. Gallay, Paris, 1967, t. II, p. 135-38. Souvent considérées par erreur comme étant de Basile (l. 169-71).

14 Ed. par P. Peeters, De SS. Hierone et sociis martyribus Melitinae in Armenia, Acta Sanctorum, 65, Novembris, t. III, Bruxellis, 1910, p. 329-35.

15 Theophanes, Éd. de Boor, p. 161. Bibliographie dans C. Mango, Three inscriptions of the reigns of Anastasius I and Constantine V, BZ, 65 (1972), p. 379-93 (note 5, p. 381).

16 N. Thierry, Haut moyen âge en Cappadoce, Les églises de la région de Çavuşin, chap. III. A paraître.

17 N. Thierry, Un problème de continuité ou de rupture. La Cappadoce entre Rome, Byzance et les Arabes, CRAI, 1977, p. 98-144 (p. 130-33).

18 Photographies au Musée de Nevşehir.

19 Cf. G. Mendel, Catalogue des sculptures grecques, romaines et byzantines, Constantinople, 1912, I, p. 116-19 ; on trouve des équivalents dans bien des musées de Turquie, notamment à Kayseri, Antalya, Side, etc.

20 Trouvaille faite en 1976 dont nous avons eu connaissance par M. le Pr. Cevat Erder. Malheureusement nous n’avons pu rencontrer le potier lors de notre séjour de 1977.

21 Pour Doliché, en Commagène, on note également la rareté des témoignages archéologiques locaux, F. Cumont, Études syriennes, Paris, 1917, p. 185 sq., Id., Groupe de marbre du Zeus Dolichenos, Syria, I (1920), p. 183-89 ; S. Przeworski, Quelques nouveaux monuments de Marash, Syria, XVII (1963), p. 34-35.

22 Texier, Description de l’Asie mineure faite par ordre du Gouvernement français de 1833 à 1837, Paris, 1839-1849, p. 83-85, pl. 92. Id., Asie mineure (L’Univers), Paris, 1862, p. 557-58 ; reproduit dans N. Thierry, Un problème de continuité, op. cit., fig. 9.

23 N. Thierry, Matiane antique et chrétienne, à paraître.

24 N. Thierry, L’archéologie cappadocienne en 1978, Cahiers de civilisalion médiévale, XXII, n° 1 (janv.-mars 1979), p. 3-22, fig. 7.

25 H. von Gall, Die paphlagonischen Felsgräber, Istanbuler Mitteilungen, Tübingen, 1966, p. 111-12 ; G. Jacopi, Esplorazioni e studi in Paflagonia e Cappadocia, R. Istituto d’archeologia e storia dell’arte, Roma, 1937, p. 3-43 (p. 8-9, 16) ; E. Chantre, Mission en Cappadoce, 1893-1894, Paris, 1898, p. 121-123 ; N. Thierry, Un problème de continuité, op. cit. p. 124, p. 108-13. Le Père de Jerphanion avait négligé les tombeaux de Maçan décrits par Texier (cf. p. 125), Jerphanion, op. cit. p. 119, p. xxxv, 21, n. 2.

26 G. Perrot, Ch. Chipiez, Histoire de l’art dans l’Antiquité, V (1890), p. 213-15 ; pour la Phrygie, p. 196-215. Id., ibid., IV (1887), pour la Ptérie, p. 686-90. Ce qui correspond également à la classification de H. von Gall, op. cit., n. 2, p. 104, 112. Conclusions parallèles en onomastique, L. Robert, Noms indigènes dans l’Asie mineure gréco-romaine, I, Paris, 1963, p. 523 et suiv.

27 Le tombeau n° 10 de Maçan peut être attribué au iiie-ive s. ap. J.-C. (cf. note 1), de même pour les tombeaux d’Azugüzel (E. Chantre, op. cit., n. 2 ; N. Thierry, op. cit., n. 2, fig. 4).

28 Pour le monnayage, 332 av. J.-C, 17 après, cf. W. Wroth, op. cit. p. 120, n. 3, p. xxiv-xxxiv.

29 Sur l’interdiction d’inhumer intra muros dans l’Antiquité, cf. Les morts dans la ville, G. Dagron, La christianisation de la ville byzantine, DOP, 31 (1977), p. 11-19.

30 Raids saisonniers renouvelés annuellement du début du viiie siècle jusqu’au-delà du milieu du ixe ; ils étaient destinés à assurer la subsistance des troupes de garnison arabe, cf. A. A. Vasiliev, éd. par H. Grégoire et M. Canard, La dynastie d’Amorium, 820-SG7. Byzance et les Arabes, Paris, 1935, p. 1, 94-97. Documents sur le sujet dans N. Thierry, Un problème de continuité, op. cit., p. 124, p. 102-103 ; 142-44 ; note 143.
C’est dans cette région que nous avons trouvé 5 de nos 7 exemples de costume épiscopal du vie-viiie s. (N. Thierry, Les plus anciennes représentations cappadociennes du costume épiscopal byzantin, Variorum reprints, London, 1977, chap. III ; liste complétée par les cas de Zelve n 3 et Mavrucan n° 3). Globalement, la répartition des églises conservées correspond à 15 % pour l’époque protobyzantine à l’Iconoclasme inclus, 30 à 35 % pour la seconde moitié du ixe s. et la première du xe, 10 à 15 % pour la seconde moitié du xe, 25 à 30 % pour les trois premiers quarts du xie s., puis après un silence monumental poursuivi jusqu’à la fin du xiie s., 10 % environ pour le хiiiе (cf. nos listes dans Arts de Cappadoce, Genève, 1971, p. 198-205). Cette répartition est très différente pour les trois centres considérés ici puisque la première catégorie correspond à plus de la moitié des cas.

31 N. Thierry, Monuments inédits ou peu connus des régions de Göreme et Mavrucan. Notion de centres ruraux et monastiques en Cappadoce rupestre, Thèse du IIIe Cycle dactylographiée, Paris, 1969, p. 10-104 ; compléments dans Id., Matiane antique et chrétienne, à paraître. Id., Les peintures murales de six églises du haut moyen âge en Cappadoce, CRAI, 1971, p. 444-79. Id., Les églises de la région de Çavuşin, 2 tomes à paraître. La plupart de ces églises ont échappé au Père de Jerphanion et parmi celles qu’il décrit, beaucoup le sont d’après les seules notes du Père Grandsault qui ne valent que pour les relevés d’inscriptions, Jerphanion, op. cit., p. 119, I, p. 498-595 ; sur ces pages, seules les études du Grand Pigeonnier de Çavuşin, ou Église de Nicéphore Phocas, et de l’ermitage de Siméon sont satisfaisantes (p. 520-50, 551-80).

32 Soit l’unique état du monument considéré, soit son premier état. Nombre d’entre eux, en effet, ont été modifiés lors de la période de renouveau qui marque la seconde moitié du ixe siècle et la première du xe. Ainsi, la basilique Saint-Jean-Baptiste de Çavuşin a été ramenée à de plus petites dimensions, les deux chapelles pré-iconoclastes de Saint-Jean de Güllü dere ont été repeintes entre 913 et 920, et, l’église dite Haçlı kilise, creusée à l’époque iconoclaste comme église-refuge a été peinte au début du xe ; cf. N. Thierry, Les églises de la région de Çavuşin, chap. III, VII, XI.

33 Cf. p. 123 ; Jerphanion, op. cit., p. 119, p. lvii-lx (l’utilisation de ces listes comme critère de valeur absolue est actuellement critiquée par J. Darrouzès, étude en cours).

34 Op. cit., p. 123, p. 333 (paragraphe 11).

35 Chapelle 4 b de Göreme et l’état antérieur de l’Église ancienne de Tokalı, dont il ne reste qu’une niche, cf. liste p. 202-03 dans Arts de Cappadoce, op. cit., p. 127, p. 202-03.

36 Sur la richesse de la Cappadoce, R. Teja, Organización economica y social de Cappadocia en el siglo IV segun los padres cappadocios, Salamanca, 1974. Plus tard, la XXXe Novelle de Justinien (Corpus Iuris civilis, III, Berolini, 1928, p. 223 et suiv. ; commentaires dans M. Kaplan, Les propriétés de la Couronne et de l’Église dans l’Empire byzantin, ve-vie siècles, Paris, 1976, p. 51-55, 76-77).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte de la région d’Avanos (Nevşehir, Ε VIII, au 200.000e).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Légende Fig. 2. — Buste du Zeus Ouranos sur l’aigle solaire. Bague romaine (33 mm de haut).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende Fig. 3. — L’aigle céleste sur l’Argée, ex-voto de bronze romain (49 mm de haut).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 779k
Légende Fig. 4. Vue panoramique du confluent de la vallée du Κızıl Irmak et de celle de l’affluent sud. Au fond, à gauche, Avanos au pied de l’Idiş dag. A droite, l’extrémité nord du massif tabulaire de Çavuşin ; le village étant un peu à distance, au pied des pentes. Vue prise du plateau qui surplombe le quartier ouest de Maçan-Avcılar.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2002/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 906k
Légende Fig.5..—- Vue de la vallée de l’affluent sud. vers Avanos au pied de l’Idis dag. Au centre de la photo, le cône de Çavuşin kaya, à 3 km au sud d’Avanos.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2002/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1023k
Légende Fig. 6. — Sarcophage à guirlandes trouvé à Avanos.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2002/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende Fig. 7. — Maçan-Avcılar, tombeaux nos 6 et 7.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2002/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 8. — Tombeau près de Sofular.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/2002/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 802k

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540