Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

Le thème et la forteresse, de Charsianon : recherches dans la région d’Akdagmadeni

Dejanira Potache

Texte intégral

  • 1 Sur ces routes, F. Taeschner, Das Anatolische Wegenetz nach Osmanischen Quellen, I, II, Türk Bibl. (...)

1La forteresse de Charsanion fut l’un des maillons forts du système de défense de l’Empire Byzantin en Asie Mineure. Son importance était due à deux facteurs : d’une part sa position, commandant un territoire frontalier des régions arméniennes et arabes, d’autre part le contrôle qu’elle exerçait sur deux importantes routes militaires, celle qui reliait Constantinople à Ancyre, Sebasteia et Mélitène (ou Téphriké), et celle qui unissait les régions du Pont à Césarée par Malandara1.

  • 2 Théophane, Bonn, I, p. 630, l. 16-18 ; Cedrenus, Bonn, I, p. 800, l. 5-6 ; Tabari in E. W. Brooks, (...)
  • 3 M. Canard, Extraits des sources arabes in A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, II, 2°, Bruxelles (...)

2Ces axes ayant été également des routes d’invasion, Charsanion fut très tôt sur la trajectoire des Musulmans. Théophane, qui enregistre l’avance arabe dans ces régions éloignées de l’Empire signale sa prise par la ruse en 730, lors d’une expédition de Maslamah au nord de la Cappadoce2. Reprise par les Byzantins, elle devint pratiquement imprenable, repoussant avec succès trois grandes attaques au ixe siècle : celle de Ma’mun en 831 (vaincu par Théophile aux alentours de la forteresse), et celles d’Abou Sayd en 843 et 8453.

  • 4 Constantin Phorpyrogénète, De Administrando Imperio, ed. Moravcsik-Jenkins, Budapest, 1949, p. 236 (...)
  • 5 Théophane Continué, Bonn, p. 181,1. 15 ; E. Honigmann, Die Ostgrenze des Byzantinischen Reiches vo (...)
  • 6 . Les Musulmans qui ont survécu à cette bataille sont capturés sur le territoire du Thème de Charsi (...)
  • 7 Ibn Al Fakih l’appelle « Khisliyug » (in E. W. Brooks, Arabic Lists of the Byzantine Thèmes, J.H.S (...)

3C’est vraisemblablement lors de cette reprise de la guerre arabo-byzantine que Charsianon, jusqu’alors Tourma du Thème des Arméniaques fut détachée de celui-ci, ainsi que le rapporte Constantin Porphyrogénète : le Thème fut divisé en trois parties et le nom de Charsianon donné à la région centrale4. L’élévation au rang de Kleisoura qui survint ensuite témoigne de l’importance militaire accrue de la forteresse et de sa région5. Et en effet ses troupes jouent un rôle important en 860 après la bataille de Poson6 ; commandées par le Kleisourarque qui siégeait à Charsianon, estimées à 4.000 hommes par les sources arabes7, elles fonctionnent alors comme un détachement très mobile opérant contre les incursions musulmanes en Cappadoce.

  • 8 Les sources font état d’une rivalité entre les soldats de Charsianon et des Arméniaques (Génésius, (...)
  • 9 Mention du Thème in Génésius, Bonn, p. 122, l. 20. Vers 856 le Taktikon Uspenskij mentionne encore (...)

4Détachée du Thème des Arméniaques, Charsanion fut un instrument important de la politique de Basile Ier pour éliminer les Pauliciens. Jugée alors vraisemblablement plus fidèle à l’Empire que le Thème des Arméniaques8, elle se trouva renforcée par l’élévation au rang de Thème qui eut lieu entre 863 et 872 au cours de la guerre contre les Pauliciens. Ce sera finalement grâce à l’action conjuguée des troupes de Charsanion et des Arméniaques que ceux-ci seront vaincus en 8729.

  • 10 Bar Hebraeus, ed. Budge, London, 1932, p. 148 ; A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, ΙI, I°, p.  (...)
  • 11 A. A. Vasiliev, op. cit., II, I°, p. 121. Des troupes de Charsianon furent envoyées en Italie du S (...)
  • 12 Théophane Continué, Bonn, p. 354, l. 11-15. La frontière passait alors par Hypsela, Charsianon et (...)

5Ce danger éliminé, le nouveau Thème eut à faire face à une nouvelle vague d’attaques musulmanes échelonnées entre la fin du ixe siècle et la première moitié du xe siècle. Dès 878, opérant avec les troupes d’autres Thèmes il contribue à une série de succès militaires byzantins contre Abdallah ben Rasid ben Ka’us à Podandos et à Adana10. En 886 ou 88711, les Musulmans déclenchent une grande expédition contre Charsianon. Ne parvenant pas à s’emparer de la forteresse, ils ravagent le Thème et prennent Hypsela, située au nord de Sebasteia12.

  • 13 Sous Léon VI, le stratège était de 2e rang (H. Gelzer, Die Genesis der Byzantinischen Themenverfas (...)
  • 14 Dhariga (Saricha), Ramhasu ( ?), Barukta (Badukta, Pedachtöe ?) et Makha-thiri ( ?) (Ibn Al Fakih (...)
  • 15 Le Thème des Anatoliques et celui des Arméniaques viennent en tête avec respectivement 44 et 17 fo (...)

6Selon les sources arabes, Charsianon comportait alors, outre le kastron du même nom, siège de l’administration et du stratège13, quatre autres places fortes14. La liste d’Ibn Khordadhbeh, qui classe les Thèmes d’après le nombre de leurs forteresses, place Charsianon à l’avant-dernier rang devant les Optimates, à égalité avec les Thracésiens mais loin derrière les Arméniaques et les Anatoliques15.

  • 16 Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, op. cit., p. 236, l. 101-110. A la fin du ixe(...)
  • 17 C’est notamment le cas de Mélias (Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, op. cit., p (...)

7A la fin du ixe siècle, la préoccupation des souverains byzantins fut de renforcer sa puissance. Vers 890, sous le règne de Léon VI, une réforme entraîna l’élargissement territorial du Thème par le rattachement de deux Tourmai et sept Banda, détachés des Thèmes des Arméniaques, des Bucellaires et de Cappadoce16. Ces mesures signifièrent concrètement l’incorporation au Thème de Charsianon de régions névralgiques situées sur la frontière arabe comme Césarée et le territoire de Tyana-Venasa, et le renforcement des capacités défensives et offensives de son armée. Son stratège joue alors un important rôle d’intermédiaire entre l’Empire et les petites puissances frontières, contribuant ainsi au renforcement de la présence de Byzance dans ces régions17.

  • 18 Sur la dynastie, M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides, du Jazira et de Syrie, t. I, A (...)
  • 19 Selon A. Pertusi, in De Thematibus, op. cit., la capitale du Thème au xe siècle était Césarée (id. (...)
  • 20 Saricha était proche de Charsianon (cf. la carte VIII d’Ibn Haukal in M. Canard, Histoire de la dy (...)
  • 21 Ibn Zafir in M. Canard, Extraits des sources Arabes, op. cit., p. 346-347, note 2 ; Ad-Dahabi (xiv(...)
  • 22 Sari in M. Canard, Extraits des sources arabes, op. cit., p. 373, vers II.

8Tant le fait que l’expansion de l’Empire vers l’Est au xe siècle fut menée par les grandes familles originaires de Charsianon, que la position stratégique de ce Thème, allaient concourir à l’accroissement de son influence politique. Aux visées expansionnistes de Byzance répondirent celles des Arabes qui, sous la dynastie des Hamdanides d’Alep18 lancèrent alors quatre grandes attaques contre Charsianon. La première, en 950, semble avoir eu pour objet la forteresse où siégeait toujours le stratège du Thème19. De la confrontation de nombreux textes arabes faisant le récit de l’événement il ressort que Sayf-ad-Dawla (à la tête de 30.000 hommes) tenta de s’emparer du kastron et n’y parvenant pas, ravagea les environs de celui-ci et ceux de Saricha20. Ce demi-échec entraîna l’Émir à refaire une nouvelle campagne contre Charsianon en 951 : ayant dû renoncer à cause de l’hiver il revint en 956 et 960, années où il ravagea, toujours sans succès, les alentours de Charsianon et de Saricha21. Les forteresses de Kharshana « la haute » qui « étaient pour lui une obligation stricte » tandis que ses environs n’étaient qu’une cible secondaire22, ne tombèrent que lors de l’avance des Seldjoucides.

  • 23 Étaient originaires de Charsianon les Doukas, les Phocas, les Argyros et les Maleinos. Un exemple (...)
  • 24 W. E. Kaegi, La politique du Thème de Charsianon, op. cit., p. 87-88. Sur les familles militaires (...)
  • 25 W. E. Kaegi, La politique du Thème de Charsianon, op. cit., p. 88. Malgré les services rendus à l’ (...)
  • 26 Zonaras, Bonn, III, p. 550, l. 2-6 ; Cedrenus, Bonn, II, p. 438, l. 14-18 (les détails de l’affron (...)
  • 27 Sur les propriétés de Maleinos, E. Honigmann, Un itinéraire arabe à travers le Pont, Mélanges F. C (...)
  • 28 Attaliates, Bonn, p. 145, l. 6. Cedrenus, Bonn, II, p. 690-691, l. 3-4, décrit l’itinéraire de l’E (...)
  • 29 A l’exception de l’inscription découverte à Mushalem Kalesi (cf. notes 1, 2 et 3, p. 117), l’histo (...)

9Vers la fin du xe siècle le Thème de Charsianon subit le contrecoup du rôle joué au sein de l’Empire par son aristocratie toute puissante23. L’opposition au Thème des Arméniaques, mêlée aux rivalités entre familles, prit de l’ampleur24. Charsianon devint un foyer d’opposition aux régions de peuplement arménien25 et fut d’une fidélité à l’Empire non sans faiblesse au cours des luttes civiles. Si Bardas Skléros fut vaincu sur le territoire du Thème en 979 par Phocas, c’est probablement dans la forteresse de Charsianon (propriété des Maleinos) qu’en 987, Phocas se fait proclamer empereur et prépare son insurrection26. Par la suite, en séquestrant Eusthate Maleinos, Basile II régla le problème que posait à l’Empire la menace potentielle du Thème27. En 1069 l’Éparchie de Charsianon est traversée par Romain Diogène lors de son déplacement vers l’Est28. A la suite de Manzikert, la région avec ses places fortes est occupée par les Turcs : elle ne reviendra pas à l’Empire29.

  • 30 Il y avait de nombreux monuments seldjoucides dans la région (K. Bittel, Kleinasiatische Studien, (...)
  • 31 Defrémery avait compris que Harsiun et Harsana se référaient à Charsianon (E. Honigmann, K.K., p.  (...)
  • 32 Huit toponymes furent signalés (E. Honigmann, K.K., p. 139). Ibn Khordadhbeh et Kodama utilisent l (...)
  • 33 Cf. notes 1, 2 et 3 p. 117. Une inscription sur le mur de la chapelle de Zarzma en Géorgie (datée (...)
  • 34 Vilayet d’Yozgat. Pour tous les détails, E. Honigmann, K.K., p. 129-160. Les difficultés de locali (...)

10Bien que la forteresse et le Thème soient mentionnés par les sources narratives et hagiographiques grecques et par les sources arabes et syriaques, l’information transmise par ces textes est restreinte et souvent imprécise : dans la mesure où le Thème et sa plus importante fortification gardèrent le même nom, il n’est pas toujours aisé d’identifier ce qui est entendu par Charsianon : s’agit-il de la ville entourant les remparts, de la citadelle, de la région ou du Thème ? Le toponyme ne semble pas avoir survécu, peut-être parce que la région a été soumise à une occupation active de la part des Seldjoucides30. C’est ainsi que Charsianon a été identifiée à Harsana ou Kharshana maintes fois mentionnées par les sources arabes31. La fréquence de ces toponymes en Cappadoce et dans les régions arméno-syriennes, avec de nombreuses variantes orthographiques32, et le peu de matériel épigraphique découvert33, contribuèrent à alimenter une longue controverse sur la localisation de la forteresse de Charsianon, qui dura jusqu’en 1935, année où Ernest Honigmann l’identifia à la fortification qui surplombe le village de Mushalem Kalesi à l’Ouest de Sivas34.

  • 35 . E. Honigmann, K.K., p. 145-151 ; M. Canard, La dynastie des Hamdanides..., op. cit., p. 252.
  • 36 Vie de S. Michel Maleinos, éd. Petit, B.O.C., 7, p. 550. E. Honingmann, K.K., p. 143. Sur la vie e (...)

11Selon Honigmann, l’itinéraire de Sayf-ad-Dawla au xe siècle démontrait l’impossibilité de placer le kastron de Charsianon ailleurs qu’entre les montagnes du Akdag et celles du Tschamli Bel35. Le site de la forteresse qui domine le village de Mushalem Kalesi correspondait à cette exigence ainsi qu’à la description géographique de Charsianon dans la « Vie de S. Michel Maleinos », description d’ailleurs fort imprécise et pouvant s’appliquer à plusieurs points de la région du Akdag36.

  • 37 Soit par les sources arabes soit par les textes arabes et syriaques.
  • 38 Sari in M. Canard, Extraits des sources arabes, op. cit., p. 372-373, vers 21.
  • 39 M. Canard, Les allusions à la guerre byzantine chez les poètes Abu-Tammam et Buhturi, in A. A. Vas (...)
  • 40 Sari in M. Canard, Extraits des sources arabes, op. cit., p. 372-373, vers 22 et Abou Firaz (Id., (...)
  • 41 Cedrenus, Bonn, II, p. 250, l. 10-16. Théophane Continué, Bonn, p. 354,1. 11-15 décrit l’attaque a (...)
  • 42 Ibn Haukal, éd. de Goeje, op. cit., II, p. 129 et Idrisi, éd. Jaubert, op. cit., p. 309-310. Les d (...)

12La confrontation des sources arabes et grecques permet d’esquisser un tableau de Charsianon entre le viiie siècle et le xe siècle. Avant cette dernière période, seule la forteresse est mentionnée37. Il faut attendre le xe siècle et les expéditions de Sayf-ad-Dawla pour avoir quelques références à la ville : elle était alors composée d’une citadelle avec ses tours, « perchée sur le sommet des nuages »38. En cas d’attaque on y abritait la population qui, des créneaux des tours, faisait voir à l’assaillant les pointes des lances39. En 950, lors de la première grande incursion hamdanide, le faubourg et les « hauts édifices » qui composaient la ville basse sont incendiés, puisque « le feu faisait rage sur toutes ses faces »40. C’est probablement cet incendie-là que Cedrenus mentionne en apportant quelques précisions : la ville (polis) subit l’attaque des Agarènes qui amènent la population en captivité. Un des quartiers, appelé quartier du fer, situé dans la partie méridionale de la ville est détruit par le feu ainsi que le temple du Saint Apôtre Thomas41. Bien que ravagée, Charsianon subsiste : les itinéraires arabes d’Idrisi et d’Ibn Haukal mentionnent encore la ville d’Harsana et Harsana-ville comme étant une des étapes entre Amorium et Kamacha sur l’Euphrate42.

  • 43 La photo prise par P. Wittek (Von der Byzantinischen zur Türkischen toponymie, Byz., 10, 1935) mon (...)
  • 44 Ch. Wilson, Handbook for travellers in Asia Minor, London, 1895-1905, p. 34 (route II, Geune/Musha (...)
  • 45 W. Ramsey, Historical Geography of Asia Minor, op. cit., p. 265. Génésius. Bonn, p. 122 ; F. Hild, (...)

13Outre la forteresse, beaucoup moins dégradée que maintenant43, un voyageur du xixe siècle signala à Mushalem Kalesi « les fragments d’une église byzantine et d’autres bâtiments »44. A cause de ces vestiges le village fut considéré comme étant Sibora, troisième étape de l’itinéraire Antonin sur la route Ancyre-Sebasteia, et d’après Génésius, résidence de Basile Ier en 87245.

  • 46 Il n’est pas exclu que les remplois proviennent de plus loin : leur pierre est semblable à celle q (...)
  • 47 Carte de la Turquie au 1 :1.200.000, feuille 14, Akdagmadeni (Mikyasli Türkiye Haritasi Pafta Inde (...)
  • 48 Surtout des mines de fer et de plomb (cf. la carte citée ci-dessus). Toutes les sources sur l’Asie (...)

14Les fragments en question font encore partie de deux Türbe construites sur la pente méridionale de la colline sur laquelle s’élèvent les remparts. Ils consistent en huit remplois distribués entre les deux Türbe et comprennent, entre autres, trois corbeilles de chapiteaux décorées, un fût et une base de colonne qui pourraient provenir d’un petit sanctuaire intra-ou extra-muros à dater d’une haute époque (ve ou vie siècle)46. D’autre part, on trouve autour du village actuel bâti sur la pente méridionale de la colline mentionnée, deux mines de fer47. Celles-ci sont d’ailleurs nombreuses dans la région autour de Mushalem Kalesi sur un rayon d’une trentaine de kilomètres48.

  • 49 R. Kiepert, Karte von Kleinasien, 1 :1.400.000, B. IV, Yozgat, 1914, signale un « kale » entre Kaç (...)
  • 50 Les vestiges hittites abondent dans la région : cf. à propos de Sivas, A. Gabriel, Recherches d’ar (...)

15Cinq kilomètres au N.-O. de Mushalem Kalesi, à Kirsin Kavac, s’élève une autre fortification, très ruinée, dénommée Kirsin Kalesi. Bâtie sur une colline assez basse, elle est loin d’être aussi imposante que Charsianon-Mushalem Kalesi. Kiepert, et plus récemment Bittel signalèrent dans cette région deux fortifications49, un peu plus à l’Est de Kirsin Kavac50. Aux alentours de ce village on trouve également des mines de fer et un Tepe où les villageois auraient mis à jour des ossements et des débris de poterie.

  • 51 La carte Murray situait Charsianon à Akdagmadeni (M. Canard, La dynastie des Hamdanides..., op. ci (...)
  • 52 Ch. Wilson, Handbook for Travellers in Asia Minor, op. cit., p. 34. Vers 1842 Sivas comptait 4.000 (...)

16Dix kilomètres au S.-E. de la forteresse de Charsianon et du village de Mushalem Kalesi, sur la route actuelle Ankara-Sivas, se trouve le village plus important d’Akdagmadeni, situé autour des mines d’argent qui fonctionnent encore aujourd’hui51. Dans ce village on trouve deux grandes églises de plan basilical, construites à trois cents mètres environ l’une de l’autre et orientées dans la même direction. Une inscription grecque à l’intérieur de la plus imposante fait état de la présence sur place d’une communauté grecque en 1852 : la construction de ces églises est peut-être l’œuvre de celle-ci, puisque Ch. Wilson signale lors de son passage dans le village en 1895 (1905) que tous les mineurs des mines d’argent d’Akdagmadeni étaient des Grecs52.

  • 53 Les vestiges se trouvent entre Çulhali et Nusratli.
  • 54 Une route secondaire unissait Charsianon à Akdagmadeni et à Bozkurt sur le Kizil Irmak (Halys) (F. (...)
  • 55 Cf. note 5, p. 112 et P. Wittek, Von der Byzantinischen zur Türkischen Toponymie, op. cit., p. 62.
  • 56 P. Wittek, Von der Byzantinischen zur Türkischen Toponymie, op. cit., p. 60. Lors de notre passage (...)
  • 57 . P. Wittek, Von der Byzantinischen zur Türkischen Toponymie, op. cit., p. 61, ligne 1 : « āmara » (...)
  • 58 Wittek n’indique pas si le mot « āmara » existait ou s’il faisait défaut sur l’inscription arabe.
  • 59 Nous n’avons pas eu l’occasion de voir les matériaux byzantins signalés par Wittek près de la mosq (...)
  • 60 Cette hypothèse semble être la plus vraisemblable. L’étude des remparts, menée actuellement, est s (...)

17Des fortifications en ruines sont également à signaler dans les montagnes environnantes du Akdag à peu de distance des mines de fer et de plomb de Çulhali et de Nusratli53. Elles avaient probablement pour but (comme d’ailleurs Charsianon et Kavak) de défendre la grande route militaire Ancyre-Sebasteia et la route secondaire traversant l’Akdag, tout en assurant la protection d’Akdagmadeni ainsi que l’ensemble minier de la région54. Il est également probable que celui-ci fut exploité par les Seldjoucides55. La protection de ce gisement expliquerait alors le contenu de l’inscription seldjoucide trouvée dans le village de Mushalem Kalesi, à savoir, que la forteresse fut construite sous le Sultan Kaykhusraw II (1236-1246)56. Encore faut-il se méfier du terme « āmara », complété par Wittek. Ce verbe est l’un des plus ambigus de la langue arabe pour signifier bâtir57. A la place de ce terme un autre aurait pu être choisi, comme rénover58. Il reste donc plusieurs hypothèses : ou bien la forteresse qui domine le village de Mushalem Kalesi fut effectivement bâtie dans les conditions qu’indique l’inscription mentionnée, sur une colline libre de toute fortification antérieure (ce qui est peu probable, étant donné sa position stratégique privilégiée et la présence des vestiges byzantins)59, ou bien la forteresse fut élevée sur ce qui restait de Charsianon prise, sans que nous puissions savoir actuellement si ces restes déterminèrent une rénovation ou une nouvelle construction60, ou bien encore la problématique précédente reste vraie mais concerne une autre forteresse que Charsianon.

Notes

1 Sur ces routes, F. Taeschner, Das Anatolische Wegenetz nach Osmanischen Quellen, I, II, Türk Bibl. 22, 23, Leipzig, 1921-1926 ; K. Bittel, Kleinasiatische Studien, Amsterdam, 1967, p. 12-14 ; F. Hild, Das Byzantinische Strassensystem in Kappadokien, Wien, 1977, p. 106-112 et carte 8.

2 Théophane, Bonn, I, p. 630, l. 16-18 ; Cedrenus, Bonn, I, p. 800, l. 5-6 ; Tabari in E. W. Brooks, The Arabs in Asia Minor (641-750) from Arabic Sources, J. H. St., 18, 1898, p. 200 ; Michel le Syrien, éd. Chabot, II, Paris 1901-Bruxelles 1963, p. 501. Les deux dernières sources attribuent le commandement de l’expédition à Mo’avia Ibn Isham : J. R. Lilie, Die Byzantinische Reaktion auf die Ausbreitung der Araber, B.B., 22, München, 1976, p. 148 (notes 20 et 22).

3 M. Canard, Extraits des sources arabes in A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, II, 2°, Bruxelles, 1968, p. 405-406. L’expédition de 831 semble avoir inspiré le passage de Delhema où Sayd Battal reçoit de Ma’mum l’ordre de s’emparer de Kharshana, où régnait Barsouis (Basile ?). Battal emploie la ruse comme jadis Maslamah/Mo’avia. Le kastron occupé, les Byzantins sont vaincus par Ma’mun (M. Canard, Delhema, épopée Arabe des Guerres arabo-byzantines, in Byzance et les Musulmans au Proche-Orient, V. R., London, 1973, p. 292-293).

4 Constantin Phorpyrogénète, De Administrando Imperio, ed. Moravcsik-Jenkins, Budapest, 1949, p. 236,1.90-91 et De Themalibus, ed. Pertusi, Studi e Testi, 60, Valicano, 1952, p. 65,1. 43-47 ; W. E. Kaegi, Al-Balâdhuri and the Armeniak Theme, Byz., 38, 1968, p. 273-277.

5 Théophane Continué, Bonn, p. 181,1. 15 ; E. Honigmann, Die Ostgrenze des Byzantinischen Reiches von 363 bis 1071, Bruxelles, 1935, p. 43 et 50.

6 . Les Musulmans qui ont survécu à cette bataille sont capturés sur le territoire du Thème de Charsianon (W. M. Ramsey, The Historical Geography of Asia Minor, London, 1890, p. 249).

7 Ibn Al Fakih l’appelle « Khisliyug » (in E. W. Brooks, Arabic Lists of the Byzantine Thèmes, J.H.St., 21, 1897-1901, p. 76) et indique les frontières de Charsianon (ibid., p. 75 et p. 76). Le nombre semble réduit : Ibn Khordadhbeh indique que les tourmarques commandaient chacun 5.000 hommes (in B. G. A. ed. de Goeje, Lugdunum Batavorum, VI, 1967, p. 84).

8 Les sources font état d’une rivalité entre les soldats de Charsianon et des Arméniaques (Génésius, Bonn, p. 123, l. 8-23, p. 124, l. 1-11 ; Théophane Continué, Bonn, p. 272,1. 22-23 et p. 273,1. 1-15 ; W. E. Kaegi, La politique du Thème de Charsianon, XIV C.I.E.B., Résumés, Bucarest, 6-12 sept. 1971, p. 87-88).

9 Mention du Thème in Génésius, Bonn, p. 122, l. 20. Vers 856 le Taktikon Uspenskij mentionne encore le Kleisourarque de Charsianon (A. A. Vasiliev, I, p. 104). Les limites chronologiques indiquées n’excluent pas une élévation au rang de Thème avant 863 (G. Ostrogorsky, Sur la date et composition des premiers Thèmes d’Asie Mineure, Byz., 23, 1953, p. 60). Sur la défaite de Chrysocheir, Génésius, Bonn, p. 122, l. 19 sq. ; Théophane Continué, Bonn, p. 272-275 ; Cedrenus, Bonn, II, p. 207-212 ; P. Lemerle, L’Histoire des Pauliciens d’Asie Mineure d’après les sources grecques, T.M., V, Paris, 1973, p. 103.

10 Bar Hebraeus, ed. Budge, London, 1932, p. 148 ; A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, ΙI, I°, p. 82-83. Ces victoires sont le résultat de l’action des « cinq patrices » (Id., ibid., p. 87).

11 A. A. Vasiliev, op. cit., II, I°, p. 121. Des troupes de Charsianon furent envoyées en Italie du Sud en 882 ou 883 (Théophane Continué, Bonn, p. 312, l. 15-17 ; Cedrenus, Bonn, II, p. 236 ne mentionne pas les troupes de Charsianon).

12 Théophane Continué, Bonn, p. 354, l. 11-15. La frontière passait alors par Hypsela, Charsianon et par l’Halys (Id., ibid., p. 427, l. 3-4). Hypsela est mentionnée par les Notitia Episcopatum, ed. Parthey, Amsterdam, 1967, p. 99-100 (Not. Episc. 2) et p. 307 (Not. Nilus Doxapatrius c/a 1143).

13 Sous Léon VI, le stratège était de 2e rang (H. Gelzer, Die Genesis der Byzantinischen Themenverfassung, Leipzig, 1899, p. 121, tableau). Le Klétorologion de Philothée lui accorde le IIe rang, après le stratège de Cappadoce et avant celui de Colonée (in De Cerimoniis, ed. Reiske, 1, 2, 52, p. 713, l. 7-8 ; cf. encore, Id., ibid., p. 714, l. 19 et p. 727, l. 16-17). Selon S. Vryonis, An Attic Hoard of Byzantine Gold Coins (668-741), in Byzaniium : ils Internai History and Belations with the Muslim World, V. R., London, 1971, p. 298, au ixe siècle sa paie était de 20 livres et la roga du Thème de 650 solidi.

14 Dhariga (Saricha), Ramhasu ( ?), Barukta (Badukta, Pedachtöe ?) et Makha-thiri ( ?) (Ibn Al Fakih in E. W. Brooks, Arabic Lists of Byzantine Themes, op. cit., p. 75-76 ; Ibn Khordadhbeh, ed. de Goeje, op. cit., p. 77-80).

15 Le Thème des Anatoliques et celui des Arméniaques viennent en tête avec respectivement 44 et 17 forteresses (Ibn Khordadhbeh, op. cit., supra, p. 77-80).

16 Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, op. cit., p. 236, l. 101-110. A la fin du ixe siècle le Thème comprenait quatre Tourmai : Charsiana, Saniana, Kasi et Kymbalaios. Cette dernière (Id., ibid., p. 238, l. 134) apparaît, comme siège d’un stratège dans le Scorialensis (N. Oikonomidès, L’organisation de la frontière Orientale de Byzance aux xe-xie siècles et le Taktikon de l’Escurial, XIV C.I.E.B., Bucarest, 1971, p. 290).

17 C’est notamment le cas de Mélias (Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, op. cit., p. 238,1. 136-148 ; H. Ahrweiler, La frontière et les frontières de Byzance en Orient, XIV C.I.E.B., Bucarest, 1971, p. 19). Le tourmarque (ou kleisourarque) de Charsianon, Basile, aurait été ambassadeur de Théophile auprès de Mutasim (Ma’mum ?) en 831, après une première défaite de l’Empereur à Amorium (Bar Hebraeus, ed. Budge, I, London, 1932, p. 138). Dans la « Vie de S. Eudokimos » (plus précisément dans l’abrégé de la vie du Saint il est dit que son père s’appelait Basile (A.S.S., juillet 31, p. 310-311). S’il est vrai que la famille d’Eudokimos était propriétaire de Charsianon dans la première moitié du ixe siècle son père était peut-être ce Basile dont Bar Hebraeus parle, ainsi que Delhema (cf. supra, note 1, p. 108. Cela expliquerait la confusion visant à attribuer à Eudokimos lui-même le rôle de tour-marque (ou kleisourarque) dans la bataille de 831 : lors de celle-ci, le Saint aurait 18 ans, puisque né en 813 il est mort vers 843 (A.S.S., juillet 31, VII, p. 308 ; Basilius Porphyrogenetus Imperator : Menologium Basilianum, P.G., Migne, CXVII, col. 565-568 ; Vie in M. Loparev, Pamjatniki drevnej Pismennosti, Petropoli, 96, 1893 et Id., avec commentaire M. Loparev, in Bulletin de l’Institut Archéologique Russe à Constantinople, 13, Sofia, 1908, p. 199-219 et p. 152-198).

18 Sur la dynastie, M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides, du Jazira et de Syrie, t. I, Alger, 1951 (2e série, v. 21).

19 Selon A. Pertusi, in De Thematibus, op. cit., la capitale du Thème au xe siècle était Césarée (id., ibid., p. 124). Sur l’expédition de 950, Bar Hebraeus, ed. Budge, op. cit., p. 166 ; Abou Firaz in M. Canard, Extraits des sources Arabes, op. cit., p. 359-366 ; Mutanabbi in M. Canard, Mutanabbi et la guerre byzantino-arabe : intérêt historique de ses poésies, in Byzance et les Musulmans au Proche-Orient, op. cit., p. 100-103 et M. Canard, Quelques noms de personnages byzantins dans une pièce du poète arabe Abu-Firas (xe siècle), in v. cité supra, p. 453-454.

20 Saricha était proche de Charsianon (cf. la carte VIII d’Ibn Haukal in M. Canard, Histoire de la dynastie des Hamdanides..., op. cit., p. 250). Sur les difficultés de localisation, F. Hild, Das Byzantinische Strassensystem in Kappadokien, op. cit., p. 110.

21 Ibn Zafir in M. Canard, Extraits des sources Arabes, op. cit., p. 346-347, note 2 ; Ad-Dahabi (xive siècle), Id., ibid., p. 241-242, Kamal-Ad-Din in A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, II, I°, p. 359. Sur l’expédition de 960, E. Honigmann, Kharsianon Kastron, Byz., 10, 1935, p. 151 (dorénavant K.K.).

22 Sari in M. Canard, Extraits des sources arabes, op. cit., p. 373, vers II.

23 Étaient originaires de Charsianon les Doukas, les Phocas, les Argyros et les Maleinos. Un exemple de l’importance de ces familles, la carrière d’Eustathe Argyre et celle de son aïeul Léon (Théophane Continué, Bonn, p. 374, l. 3-19 ; Cedrenus, Bonn, II, p. 269, l. 18-23 et p. 270, l. 1-8 ; Constantin Porphyrogénète, De Administrando Imperio, op. cit., p. 238, l. 136-138 ; R. Guilland, Patrices byzantins sous le règne de Constantin VII Porphyrogénète (913-959), in Recherches sur les Institutions byzantines, I, Amsterdam, 1967, p. 570-571 et II, p. 178 ; J. F. Vannier, Familles byzantines-les Argyroi (ixe-xiiesiècles), Byzantina Sorbonensia, Paris, 1975).

24 W. E. Kaegi, La politique du Thème de Charsianon, op. cit., p. 87-88. Sur les familles militaires d’Asie Mineure, I. Sorlin, Publications soviétiques sur le xie siècle, T.M., VI, 1976, p. 475, note 28.

25 W. E. Kaegi, La politique du Thème de Charsianon, op. cit., p. 88. Malgré les services rendus à l’Empire les Arméniens sont toujours considérés avec méfiance (H. Ahrweiler, L’idéologie Politique de l’Empire Byzantin, P.U.F., Paris, 1975, p. 52, note 1 ; S. Vryonis, Byzantium : the Social Basis of Decline, op. cit., V. R., London, 1971, p. 169-175 et 174), mais remarquer qu’au xie siècle Gagik II revendique un pouvoir sur les Thèmes frontaliers de l’Arménie, dont Charsianon (Cedrenus, Bonn, II, p. 559, l. 2-8).

26 Zonaras, Bonn, III, p. 550, l. 2-6 ; Cedrenus, Bonn, II, p. 438, l. 14-18 (les détails de l’affrontement entre Phocas et Skleros in Cedrenus, Bonn, II, p. 431, l. 4-5 et sq.).

27 Sur les propriétés de Maleinos, E. Honigmann, Un itinéraire arabe à travers le Pont, Mélanges F. Cumont, I, 4, Bruxelles, 1936, p. 268-270 ; Cedrenus, Bonn, II, p. 438, l. 14-15 et p. 448, l. 9-15).

28 Attaliates, Bonn, p. 145, l. 6. Cedrenus, Bonn, II, p. 690-691, l. 3-4, décrit l’itinéraire de l’Empereur mais ne mentionne pas la forteresse de Charsianon.

29 A l’exception de l’inscription découverte à Mushalem Kalesi (cf. notes 1, 2 et 3, p. 117), l’histoire de la forteresse pendant cette période est encore inconnue. Sur Manzikert, C. Toumanoff, The Background of Manzikert, XIII C.I.E.B., Oxford, 1966 ; A. Sevim, Islam kaynaklarina göre Malazgirt savasi. Metinler ve çeverileri, T.T.K., B., Ankara, 1971 ; sur la première occupation turque de la région, C. Cahen, Pre-Ottoman Turkey, Taplinger, New York, 1968.

30 Il y avait de nombreux monuments seldjoucides dans la région (K. Bittel, Kleinasiatische Studien, op. cit., p. 45-46). Entre Sivas et Kayseri il y avait 24 caravansérails : C. Cahen, Ibn Sa’id sur l’Asie Mineure seldjoucide, in Turcobyzantina et Oriens Christianus, V. P.., London, 1974, p. 46.

31 Defrémery avait compris que Harsiun et Harsana se référaient à Charsianon (E. Honigmann, K.K., p. 130 et note 1).

32 Huit toponymes furent signalés (E. Honigmann, K.K., p. 139). Ibn Khordadhbeh et Kodama utilisent le terme Kharshana (ed. de Goeje, op. cit., p. 144 et 194), Mas’udi, Harsana (M. Canard, Extraits des sources arabes, op. cit., p. 402) et Idrisi, Djarsioun (éd. Jaudert, op. cit., 5e climat, 4e section, p. 301).

33 Cf. notes 1, 2 et 3 p. 117. Une inscription sur le mur de la chapelle de Zarzma en Géorgie (datée de 1054), mentionne la révolte de Sklèros et « le pays nommé Charsianon » (E. Honigmann, Die Ostgrenze des Byzantinisches Reiches von 363 bis 1071, op. cit., p. 51, note 5 et p. 150, note 14). Un certain nombre de sceaux furent publiés (G. Schlumberger, Sigillographie de l’Empire Byzantin, I, Paris, 1924, p. 284-286 ; A. Pertusi, in De Thematibus, op. cit., p. 124 ; K. Konstantopoulos, Les sceaux byzantins du musée national d’Athènes, Athènes, 1917, p. 47, 294 et 295 (en grec) ; B. A. Pancenko, Catalogue of the Lead Seals of the IRAIK Collection, I.R.A.I.K., 9, Sofia, 1904, p. 348 (eu russe) ; V. Laurent, Documents de sillographie. La collection Orghidan, P.U.F., Paris, 1952, p. 109 ; Likhačev mentionne un sceau dont la lecture est incertaine (in Ist. Značenie, app. IV, 20, cité par V. Laurent, ibid., p. 109), d’autres sont inédits (F. Hild, Das Byzantinische Strassensystem in Kappadokien, op. cit., p. 104, note 258) : un de ces sceaux se trouve au musée de Varsovie et trois autres, appartenant à l’I.F.E.B. furent lus par le P. Laurent. Je remercie vivement mon collègue J.-Cl. Cheynet qui m’a transmis ces renseignements.

34 Vilayet d’Yozgat. Pour tous les détails, E. Honigmann, K.K., p. 129-160. Les difficultés de localisation des forteresses sont exposées par M. Restle, F. Hild, Semaluos Kastron, J.O.B., 23, 1974, p. 263 et note 2.

35 . E. Honigmann, K.K., p. 145-151 ; M. Canard, La dynastie des Hamdanides..., op. cit., p. 252.

36 Vie de S. Michel Maleinos, éd. Petit, B.O.C., 7, p. 550. E. Honingmann, K.K., p. 143. Sur la vie et le rôle joué par le Saint à Byzance, R. Janin, Les églises et les monastères des grands centres byzantins, C.N.R.S., Paris, 1975, p. 115-118 et une courte note in A.S.S., juillet 12, v. III, p. 303 ; cf. encore J. Darrouzès, Les mouvements des fondations monastiques au xie siècle, T.M., VI, 1976, p. 171, note 12.

37 Soit par les sources arabes soit par les textes arabes et syriaques.

38 Sari in M. Canard, Extraits des sources arabes, op. cit., p. 372-373, vers 21.

39 M. Canard, Les allusions à la guerre byzantine chez les poètes Abu-Tammam et Buhturi, in A. A. Vasiliev, Byzance et les Arabes, I, La dynastie d’Amorium, p. 405, vers 39.

40 Sari in M. Canard, Extraits des sources arabes, op. cit., p. 372-373, vers 22 et Abou Firaz (Id., ibid., p. 366, vers 21). Ce dernier vers est ambigu : l’expression peut désigner soit la forteresse, soit la ville. Abou Firaz fut fait prisonnier par les Byzantins circa 960, et logea dans la forteresse avant d’être transféré à Constantinople (Id., ibid., p. 350 et p. 366, note 1).

41 Cedrenus, Bonn, II, p. 250, l. 10-16. Théophane Continué, Bonn, p. 354,1. 11-15 décrit l’attaque arabe contre Hypsela (cf. note 4, p. 109) dans des termes très proches du récit de Cedrenus sur Charsianon : la population est amenée en captivité (Sari in M. Canard, Extraits des sources arabes, op. cit., p. 373, vers 14 et 15). Un incendie se déclenche à Sophias ( ?) (peut-être le « quartier du fer » de Cedrenus) et l’église du Saint Apôtre Thomas brûle (elle est postérieurement restaurée par l’Empereur Léon [VI ?]). L’incendie de l’église est commun aux deux sources. S’agit-il d’Hypsela ou de Charsianon ?

42 Ibn Haukal, éd. de Goeje, op. cit., II, p. 129 et Idrisi, éd. Jaubert, op. cit., p. 309-310. Les deux itinéraires sont analysés par E. Honigmann, K.K., p. 151-157.

43 La photo prise par P. Wittek (Von der Byzantinischen zur Türkischen toponymie, Byz., 10, 1935) montre encore le parement extérieur des deux tourelles. Celui-ci s’est effondré depuis. La forteresse a été endommagée par les tremblements de terre, fréquents dans la région et son accès est actuellement déconseillé à cause des chutes de pierres.

44 Ch. Wilson, Handbook for travellers in Asia Minor, London, 1895-1905, p. 34 (route II, Geune/Mushalem Kalesi).

45 W. Ramsey, Historical Geography of Asia Minor, op. cit., p. 265. Génésius. Bonn, p. 122 ; F. Hild, Das Byzantinische Strassensystem in Kappadokien, op. cit., p. 107, situe Sibora à Karamagara et Agriane (4e station de l’itinéraire Antonin), à Mushalem Kalesi (Id., ibid., p. 108).

46 Il n’est pas exclu que les remplois proviennent de plus loin : leur pierre est semblable à celle qu’on trouve à Akdagmadeni. Les godrons des chapiteaux présentent des ressemblances avec ceux de l’église de S. Clément d’Ankara (G. Jerphanion, Mélanges d’archéologie anatolienne, Beyrouth, 1928, t. I, p. 140-143 et pl. CXVIII, 4). Autres chapiteaux du même type : R. Kautzsch, Kapitellstudien, Berlin, 1936, pl. 44 (chapiteaux nos 738 et 745) ; J. Strzygowsky, Ein Christusrelief und Altchristliche Kapitelle in Moesien, B.N.J., 1920, p. 33, pl. 13.

47 Carte de la Turquie au 1 :1.200.000, feuille 14, Akdagmadeni (Mikyasli Türkiye Haritasi Pafta Indeksi, 1957).

48 Surtout des mines de fer et de plomb (cf. la carte citée ci-dessus). Toutes les sources sur l’Asie Mineure indiquent la présence de mines au N.-E. de l’Anatolie (S. Vryonis, The Question of the Byzantine Mines, in Byzantium : its internal History and relations with the Muslim World, op. cit., p. 4-10 ; E. Honigmann, Un itinéraire arabe à travers le Pont, op. cit., p. 263 ; A. Refik, Osmanli Devrinde Tiirkiye Madenleri 767-1200, Istanbul, 1931).

49 R. Kiepert, Karte von Kleinasien, 1 :1.400.000, B. IV, Yozgat, 1914, signale un « kale » entre Kaçak (Kavac ?) et Muhadjir K.(alesi ?). K. Bittel, publia une note sur une fortification découverte à Asap-Basli (Spätrömisches Kastell bei Asap Başli, Vilayet Yozgat, Archaologischer Anzeiger, Berlin, 1933, p. 176-182 et Id., Kleinasiatische Studien, op. cit., p. 14, note 15).

50 Les vestiges hittites abondent dans la région : cf. à propos de Sivas, A. Gabriel, Recherches d’archéologie pré-hellénique, Anadolu, I, 1951, p. 12 et T. Ozguç, Die Grabung von Maltepe bei Sivas, Belleten, 2, Ankara, 1947.

51 La carte Murray situait Charsianon à Akdagmadeni (M. Canard, La dynastie des Hamdanides..., op. cit., p. 252) ; K. Bittel, Kleinasiatische Studien, op. cit., p. 46, ne croit pas que Mushalem Kalesi (malgré le voisinage des mines d’Akdagmadeni) soit le Qalat-I-Maden où furent frappées des monnaies du Sultan Burhaneddin. Cette dernière place forte serait à chercher plus au N.-O.

52 Ch. Wilson, Handbook for Travellers in Asia Minor, op. cit., p. 34. Vers 1842 Sivas comptait 4.000 chrétiens environ (W. F. Ainsworth, Travels and Researches in Asia Minor, t. II, London, 1842, p. 14-15). Les centres religieux et monastiques du Thème de Charsianon ne sont toujours pas localisés, à savoir, le monastère de S. Elisabeth (Théophane Continué, Bonn, p. 374, l. 10-11 ; Cedrenus, Bonn, II, p. 269) et celui que Nicéphore, moine d’Esphigménou, fonda en 1001 à Charsianon (J. Lefort, Archives de l’Athos, VI, Actes d’Esphigménou, Paris, 1973, Acte n° 2 (1037), p. 43-45, l. 5-10). Cf. encore dans les Archives de l’Athos, V, Actes de Lavra, Paris, 1970, Acte n° 40 (1080), p. 225, I. 22-23, et H. G. Beck, Kirche und Theologische Literatur im Byzantinischen Reich, München, 1959, p. 760.

53 Les vestiges se trouvent entre Çulhali et Nusratli.

54 Une route secondaire unissait Charsianon à Akdagmadeni et à Bozkurt sur le Kizil Irmak (Halys) (F. Hild, Das Byzantinische Strassensystem in Kappadokien, op. cit., carte 8, route C2).

55 Cf. note 5, p. 112 et P. Wittek, Von der Byzantinischen zur Türkischen Toponymie, op. cit., p. 62.

56 P. Wittek, Von der Byzantinischen zur Türkischen Toponymie, op. cit., p. 60. Lors de notre passage en 1979 nous n’avons pas vu cette inscription, mais seulement au pied des Türbe les deux inscriptions sur deux blocs de calcaire blanc, devenus des stèles funéraires (Id., ibid., p. 63-64).

57 . P. Wittek, Von der Byzantinischen zur Türkischen Toponymie, op. cit., p. 61, ligne 1 : « āmara » peut signifier aussi meubler, apporter de nouveaux éléments, mais non rénover.

58 Wittek n’indique pas si le mot « āmara » existait ou s’il faisait défaut sur l’inscription arabe.

59 Nous n’avons pas eu l’occasion de voir les matériaux byzantins signalés par Wittek près de la mosquée de Mushalem Kalesi.

60 Cette hypothèse semble être la plus vraisemblable. L’étude des remparts, menée actuellement, est susceptible d’apporter quelques éclaircissements à cette question. En tout cas, une rénovation ou une nouvelle construction sur les fondations byzantines n’invalident pas entièrement le contenu de l’inscription mentionnée par Wittek.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540