Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

La place des listes toponymiques dans l’organisation du livre IV des Édifices de Procope

Martine Perrin-Henry

Texte intégral

  • 1 Sur l’intervention de Justinien, cf. Édifices, 1,3, 1 : τοῦτο γὰρ καὶ αὐτῷ βασιλεῖ ἐξεπιστάμεθα βο (...)
  • 2 La discussion a été reprise par J. A. S. Evans, The Dates of the Anecdota and the De Aedificiis of (...)

1Sur les circonstances intellectuelles et matérielles qui entourèrent la rédaction du Περὶ κτισμάτων, nous ne possédons guère que quelques remarques faites par Procope lui-même. L’occasion immédiate qui suscita les premiers travaux de Procope sur le sujet fut vraisemblablement fournie par une demande personnelle de l’empereur ; cependant, aux yeux de l’auteur, l’ouvrage s’inscrit dans la continuité de pensée des Guerres, sans doute parce que sa mise au point répondait à un projet que Procope gardait en réserve depuis un certain temps déjà1. C’est là, nous semble-t-il, un point important. Sans vouloir entrer ici dans les discussions relatives à la datation des différentes œuvres de Procope2, nous estimons qu’il convient d’accorder quelque attention au fait que le Περὶ κτισμάτων est un ouvrage de la maturité intellectuelle, probablement le dernier écrit par Procope. Son contenu et son organisation ont été orientés par la nature des matériaux et des informations que l’auteur avait pu accumuler sans les utiliser. En tout cas Procope a pris soin, dans les Édifices, de ne rapporter que des événements ou des descriptions qui ne figurent pas dans les Guerres.

  • 3 Cf. G. Downey, The Composition of Procopius’ De aedificiis, Transactions and Proceedings of the Am (...)
  • 4 Cf. G. Downey, Notes on Procopius, De aedificiis, Book I, Studies presented to David M. Robinson, (...)

2Tel que nous l’a livré la tradition manuscrite, respectée depuis par les éditions modernes, le traité des Édifices se présente comme un ouvrage en six Livres, dont chacun est consacré à une région particulière de l’empire romain durant le règne de Justinien. Dans son état actuel, l’ouvrage a connu au moins deux étapes successives de rédaction, qui se laissent percevoir à travers la maladresse des remaniements, et tous les critiques semblent avoir admis aujourd’hui qu’il est resté inachevé3. L’autonomie interne de chaque Livre demeure très forte. En effet, le critère géographique qui préside à la succession des Livres est souvent très approximatif dans ses applications, et se révèle insuffisant à assurer l’unité intellectuelle de l’ensemble. A l’exception des Livres V et VI qui sont nettement dans la continuité l’un de l’autre en raison de leur union originelle, les autres Livres sont à ce point indépendants les uns des autres que le Livre I a même été présenté comme un ouvrage à part entière, destiné au terme d’une première rédaction à une lecture publique devant la cour impériale4.

3Ces préliminaires indispensables étant établis, nous allons tenter de reconstituer ce que dut être le processus de composition du Livre IV et dégager ainsi quelques fondements susceptibles d’aider à l’interprétation historique du contenu, en particulier au niveau des listes.

4L’autonomie du Livre IV s’aperçoit d’abord dans la façon, à la fois très lâche et inhabituelle, dont ce Livre est intégré à l’ensemble des six Livres des Édifices. Contrairement à ce qui existe dans les Livres II, III et V — le Livre VI faisant exception en raison de son rattachement originel au Livre V —, le Livre IV ne comporte à son début aucune phrase rappelant le contenu géographique du Livre précédent. Par ailleurs, c’est de façon tout à fait insolite que le contenu du Livre IV, c’est-à-dire les constructions accomplies en Europe, est annoncé à la fin du Livre III. Ces deux « anomalies » sont évidemment liées aux mécanismes de l’insertion du Livre IV dans l’ensemble des Édifices. Cette insertion dépendait elle-même étroitement des différents moments de la composition ; aussi est-ce à la chronologie de la rédaction que nous allons nous attacher maintenant.

5L’organisation interne du Livre IV est remarquable en ce qu’elle comporte un texte rédigé et deux longues listes de toponymes situées, l’une au milieu du texte rédigé, l’autre à la fin. Nous nous intéresserons en premier lieu au texte rédigé.

6Constatons d’emblée que le Livre IV, s’il ne comporte aucun rappel du contenu du Livre précédent, s’ouvre en revanche de façon beaucoup plus originale sur une préface relativement longue (§ 1, 1-14), fidèle à ces procédés de la rhétorique que sont la comparaison et la captatio benevolentiae, et introduisant du point de vue géographique le contenu du récit. Il faut voir là une introduction au sens propre du terme et admettre que sa présence est tout à fait insolite, sinon incongrue, au milieu du traité des Édifices.

  • 5 Procope n’est pas sans connaître la conception « large » de l’Europe ; mais il l’utilise surtout a (...)

7Le contenu de cette introduction est en lui-même suggestif. Tout d’abord, les éloges adressés à l’ample tâche accomplie par Justinien ont un caractère très général et pourraient trouver place dans une introduction d’ensemble au traité des Édifices. Procope entreprend ensuite un long commentaire ethnico-géographique dont le but évident est — au-delà du topos —, de donner des limites précises au texte rédigé qui va suivre. Or, à ce moment, il définit sa conception de l’Europe : celle-ci est considérée selon un axe d’orientation qui va de la mer Adriatique à l’Istros, acquérant ainsi la configuration d’une île (νησοειδῆ). Une première partie du texte rédigé envisage en effet la Grèce, l’Illyricum au sens géographique du terme, ainsi que les régions ripuaires danubiennes, y compris les provinces de Mésie Seconde et de Scythie Mineure, situées dans le diocèse de Thrace ; l’axe déterminé par la mer Adriatique et le Danube est donc scrupuleusement respecté. Cette conception de l’Europe semble bien être particulière au traité des Édifices ; il s’agit d’une Europe « orientale », souvent envisagée comme le pendant de l’Asie. En aucun cas cette conception n’est assimilable à notre conception moderne. Il ne faut donc pas espérer trouver dans le Livre IV des Édifices quelque commentaire que ce soit sur les constructions ou restaurations accomplies en Italie ou en Espagne5. De fait, le texte rédigé qui commence au § 1, 15 et se termine au § 7, 21 correspond très exactement par son contenu aux suggestions ethnico-géographiques de l’introduction ; nous avons affaire ici à un texte dont l’unité intellectuelle a été soigneusement définie et mise en application. Tout semble indiquer que cette première partie du Livre IV a été conçue et rédigée dans une perspective tout à fait autonome, qui explique la présence d’une introduction à part entière suivie d’un commentaire complet, l’ensemble étant en quelque sorte clos sur lui-même. Sans doute s’agit-il là du premier essai de rédaction du Livre I des Édifices, conçu de façon indépendante, mais probablement simultanée, de l’actuel Livre I qui, ainsi que cela a été suggéré, avait une destination initiale différente. La terre natale de l’empereur se trouvait en Europe ; c’était là une raison suffisante pour que cette région fournisse la matière d’ouverture d’un Livre I, et il n’est pas étonnant de constater que l’argument est utilisé dans l’actuel Livre IV.

8Si nous examinons maintenant la seconde partie du texte rédigé, qui va du § 8, 2 au § 11, 17 — nous traiterons à part le § 11, 18 —, nous remarquons d’abord que son contenu échappe complètement aux limites indiquées dans l’introduction, soit l’axe mer Adriatique-Danube. Procope annonce en effet qu’il va désormais s’engager en Thrace, avec comme point de référence (κρηπĩδα) les régions situées autour de Byzance ; en fait, il se borne à énumérer, depuis la sortie de Constantinople jusqu’à Topiros, les villes et fortifications situées sur la Via Egnatia ou dans ses environs proches, comme la Chersonèse de Thrace. Nous faisons ici une seconde remarque : à partir de ce § 8, Procope change brusquement l’orientation de sa description géographique puisqu’il procède dès lors d’Est en Ouest. Cette discontinuité dans la perspective générale du commentaire rédigé devient plus frappante encore si nous considérons la façon dont Procope introduit ici son étude de la Thrace. Il s’exprime ainsi ἐπὶ τὴν Θρᾴκην δὲ τὸ λοιπὸν ἴωμεν, c’est-à-dire « dirigeons-nous désormais vers la Thrace ». Or cette petite phrase ne s’imposait pas du tout, n’étant que la répétition d’une indication antérieure, située dans la première partie du texte rédigé ἐπὶ Θρᾴκης δὲ νῦν ἰτέον ἡμĩν (§7,1), c’est-à-dire « il nous faut maintenant nous rendre en Thrace ». Ainsi, Procope s’y reprend à deux fois pour aborder la Thrace, avec à chaque fois une orientation géographique différente ; c’est d’abord l’Istros qui sert de guide à la description, puis l’étude de la Thrace — ou du moins ce que Procope annonce comme telle —, est entreprise par référence à Constantinople.

9Ces différents éléments, l’annonce redoublée de la Thrace, la rupture soudaine dans l’orientation géographique, ainsi que la modification de l’axe intellectuel, suggèrent que Procope a soudé entre elles deux parties rédigées originellement distinctes. Nous croyons volontiers en effet que la seconde partie a été rédigée antérieurement à la première et que, au moment de construire l’actuel Livre IV, Procope avait déjà à sa disposition une petite monographie consacrée aux villes et stations de la Via Egnatia. La cohérence de la rédaction était telle qu’elle ne permettait pas de camoufler le rajustement à la partie précédente, sur laquelle la monographie venait donc se greffer comme un corps étranger.

10Est-il possible d’aller plus avant et de déterminer d’où provient cette seconde partie du Livre IV ? Procope y rappelle qu’il a déjà décrit par ailleurs tous les bâtiments de Constantinople, et surtout ses édifices religieux, situés tant à l’intérieur qu’à l’extérieur des murailles, justifiant ainsi qu’il lui soit loisible de s’intéresser dorénavant aux contrées environnantes (τὰ ἐπὶ Βυζαντίου χωρία). C’est là la seule allusion interne du Livre IV à un autre Livre des Édifices, et elle paraît bien prouver que dans cette seconde partie, le Livre IV est postérieur au Livre I tel qu’il se présente à nous aujourd’hui. Par ailleurs, non seulement ce rappel du contenu du Livre I est relativement précis, mais encore il renvoie très exactement aux derniers paragraphes de ce Livre I, où Procope mentionne l’aménagement de différents ports situés à l’extérieur de la ville, ainsi que d’une maison d’accueil pour les étrangers affluant de toutes les parties de l’empire. Nous sommes donc placés, dans cette fin du Livre I, à un moment du récit où Procope envisage l’ouverture de Byzance sur le monde extérieur. Or, au § 8 du Livre IV, la description de la Via Egnatia commence depuis le faubourg de Strongylon : il y a une continuité psychologique et géographique évidente entre la fin du Livre I et la seconde partie du Livre IV. En nous fondant sur cette constatation, nous voudrions proposer l’hypothèse suivante :

  1. Procope compose une dissertation destinée à la lecture publique portant sur les édifices de Constantinople. Dans la continuité, il s’intéresse aux constructions situées sur la Via Egnatia, au sortir de la ville ; cette étude est facilitée par des connaissances personnelles manifestes, et il n’est pas exclu, étant donné le caractère très détaillé et visuel des descriptions, qu’elle ait été destinée, elle aussi, à une lecture publique6.
  2. Ayant reçu l’ordre, peut-être à la suite de cette lecture publique, de développer son sujet, et de dresser l’inventaire des bâtiments construits par Justinien sur toute l’étendue de l’empire, Procope inaugure sa nouvelle œuvre de façon solennelle, en traitant de la patrie de Justinien, et rédige ainsi la première partie du Livre IV.
  3. Rebuté, chemin faisant, par l’ampleur de la tâche et désireux d’utiliser ses travaux précédents, Procope procède à une redistribution, faisant de sa dissertation le nouveau Livre I des Édifices et allongeant le Livre européen grâce à son étude des fortifications de la Via Egnatia.
  • 7 Ainsi Procope préfère dire ἐπὶ Μυσούς (§ 7, 3) ou ἐπὶ Σκύθας (§ 7, 16) plutôt que d’employer les n (...)
  • 8 Le procédé est le même au § 1, 31 ; en nous reportant à la liste 1, nous voyons que les noms de ce (...)

11Cette étude ne traitait pas, tant s’en faut, de l’ensemble de la Thrace, et Procope se sentait tenu de s’intéresser aux régions de l’intérieur. C’est ici qu’intervient le dernier paragraphe du texte rédigé, soit le § 11, 18 qui, par le caractère général de son information, suggère l’ébauche d’une troisième partie. Procope y annonce la description de toutes les forteresses de Thrace, mais ce projet avorte immédiatement et, au texte rédigé attendu, se substitue la grande liste 2. Ainsi, c’est donc le Livre IV lui-même, et non plus seulement l’ensemble des Édifices, qui est resté inachevé. Le dernier paragraphe n’a d’ailleurs pas fait l’objet d’une rédaction très soignée, dans la mesure où Procope s’est abstenu d’y faire disparaître les références administratives. D’une façon générale, en effet, Procope manifeste une grande réticence dans l’emploi des noms de provinces et, à la précision administrative, il préfère des données ethniques ou géographiques beaucoup plus vagues mais plus littéraires ; dans le texte rédigé, les noms de provinces ont un caractère furtif, presque accidentel7. Or, dans ce dernier paragraphe, s’il est permis d’hésiter sur l’interprétation exacte du terme « Thrace », sans doute le diocèse plutôt que la province, en revanche le terme « Hémimont » ne peut désigner que la province, Procope indiquant même qu’il s’agit d’une appellation récente (τὴν νῦν καλουμένην Αἱμίμοντον). Nous pensons avoir affaire ici à une étape intermédiaire du travail de Procope : des listes sur lesquelles il travaille, il a extrait les noms des capitales régionales8, mais il n’a pas encore assez épuré son texte pour dépouiller ses informations de leur gangue administrative.

12Le texte rédigé faisant ainsi défaut, nous nous tournons maintenant vers les listes, et nous allons d’abord tenter de déterminer comment elles s’insèrent dans le processus général que nous venons de décrire.

  • 9 Dans le manuscrit Vaticanus graecus 1065, le scribe a tenté d’utiliser le procédé des colonnes dan (...)
  • 10 La physionomie des toponymes est susceptible d’avoir été altérée aussi par les systèmes d’abréviat (...)

13Remarquons à titre préliminaire que ces deux listes sont, dans la pensée de Procope lui-même, très différentes de la liste sur laquelle s’achève le Livre V. Celle-ci adopte en effet la forme d’un appendice relativement explicite et détaillé, consacré en majeure partie à des monuments religieux ou apparentés, et elle est envisagée par Procope comme un κεφάλαιον (V, 8, 10). Les deux listes du Livre IV, outre le fait qu’elles traitent presque exclusivement d’ouvrages militaires, prennent l’allure d’énumérations sèches et longues, bien peu littéraires dans leur présentation et leur conception : Procope utilise, du moins pour la liste 1, le terme κατάλογος (IV, 3, 15 et IV, 4, 1 et 3). Telles qu’elles apparaissent dans les manuscrits, ces listes n’ont pas toujours, tant s’en faut, l’organisation en colonnes que leur confèrent les éditions modernes ; le plus souvent, les noms se succèdent les uns aux autres selon une énumération linéaire qui avait sans doute pour but d’utiliser toute la place disponible9. Ce procédé doit être souligné, car il favorisait à l’évidence les fausses coupes au niveau des simples syllabes ou des groupes de mots10.

  • 11 Cette hypothèse a été suggérée par G. Downey, The Composition of Procopius’ De aedificiis, p. 179- (...)

14Par ailleurs, les manuscrits ne nous permettent pas une connaissance équivalente de chacune des deux listes. La liste 1 manque en effet dans le manuscrit A et ceux de sa famille, tandis qu’elle est présente dans ceux de la famille V. Il ne nous paraît pas possible d’en conclure, comme cela a été fait, que A représente une version plus ancienne et plus incomplète que V et que la liste 1 n’est apparue que lors d’une seconde rédaction de Procope11. Nous pensons au contraire qu’elle faisait partie du projet initial de Procope. Cette liste 1 commence à proprement parler au § 4 par une courte introduction dans laquelle Procope justifie l’insertion et l’intérêt d’un κατάλογος. Mais, bien avant ce §4, Procope annonçait qu’il avait l’intention de faire l’inventaire des fortifications thessaliennes en même temps que celles de la Macédoine ἐν καταλόγῳ, sous forme de liste (§3, 15). Ce passage, qui existe dans les deux familles de manuscrits, prouve que Procope disposait de recensements dès le début de la rédaction de la première partie du Livre IV ; la liste 1 était prévue dès l’origine, au moins partiellement, en ce qui concerne la Thessalie et la Macédoine. Nous notons par ailleurs à propos de cette liste : a) que son contenu correspond parfaitement aux lignes directrices définies dans l’introduction, b) que son insertion a été soigneusement effectuée, puisque la liste s’achève par une courte phrase destinée à assurer la transition avec la suite du texte rédigé. Ces différents éléments réunis suggèrent que la liste 1 a été conçue d’emblée pour trouver place dans la première partie du Livre IV, à laquelle elle apporte un supplément d’information.

15Il en va tout autrement pour la liste 2 qui, succédant à une tentative avortée de rédaction d’une troisième partie, constitue une solution de rattrapage, un pis aller au niveau de l’information. Visiblement, arrivé au stade où il lui fallait traiter des régions intérieures de la Thrace, Procope n’a pas eu la possibilité de mettre en œuvre sous une forme littéraire la documentation dont il disposait. Pire encore, il n’a pas cherché à faire correspondre de façon précise le contenu de cette liste 2 avec les intentions annoncées dans la troisième partie, si bien que cette liste 2 traite non seulement des provinces de Thrace et d’Hémimont, mais encore des quatre autres provinces du diocèse de Thrace, Europe, Rhodope, Mésie Seconde et Scythie Mineure. Elle correspond donc aussi et successivement à la seconde, puis à la première partie du texte rédigé. Le Livre IV s’achève ainsi au milieu d’un grand désordre intellectuel. Son caractère inachevé est considérablement souligné par la présence de la liste 2, corps étranger ajouté sans commentaire ni justification.

  • 12 Selon P. Skok, De l’importance des listes toponomastiques de Procope pour la connaissance de la la (...)
  • 13 Cf. Skok, op. cit., p. 49 et 52, et l’ouvrage de synthèse de V. Beševliev, Zut Deutung der Kastell (...)
  • 14 Par exemple, la Notice des Dignités, éd. Otto Seeck, 1876/1962, p. 97, appelle Zernis la ville que (...)
  • 15 Il va de soi que les copies successives des manuscrits ont apporté quelques perturbations dans la (...)
  • 16 § 6, 3 ; la Notice des Dignités connaît le nom ancien, Laederata, avec des variantes, Laedenatae, (...)

16Par contre, au niveau de leur organisation interne, les listes 1 et 2 constituent des documents très voisins dans leur conception ; elles utilisent toutes deux des classements provinciaux qui distinguent assez souvent, mais non de façon constante, entre les restaurations et les constructions nouvelles. Dans le cours de la liste 1, le cadre administratif est précisé et renforcé par des en-têtes mentionnant le nom des villes principales. Il est peu probable que ces classifications soient le fait de Procope. En effet, comme nous l’avons déjà observé, celui-ci procède dans le texte rédigé par centres d’intérêt ou par régions dont la dénomination géographique permet au lecteur de se situer, et se montre peu intéressé par les références administratives qu’il prend soin le plus souvent de dissimuler sous une forme littéraire. Aussi est-il plus cohérent d’admettre que de tels procédés de classement reflètent le caractère officiel des documents utilisés par Procope qui, grâce à ses fonctions auprès de Bélisaire, avait aisément accès aux archives de l’administration impériale12. La langue officielle de l’administration étant alors le latin, Procope devait avant tout se livrer à un travail de traduction, ou plutôt de transcription. Contrairement à ce que suggèrent la plupart des critiques, nous ne pensons pas que Procope a confié cette tâche, assurément fastidieuse et malaisée, à une équipe de scribes. Nous pouvons observer en effet que le texte rédigé lui-même n’est pas exempt d’énumérations (§2, 16 ; § 6, 5 et 18). Il est bien évident que les listes 1 et 2 ont été détachées d’un catalogue beaucoup plus complet qui représentait une part non négligeable de la documentation de base sur laquelle reposait la mise en œuvre littéraire ; aussi Procope ne pouvait-il guère se dispenser d’effectuer lui-même le travail fondamental de la transcription. Et de fait, comme nous le verrons bientôt, il a achoppé personnellement sur les difficultés de cette transcription. Par ailleurs, les critiques ont souvent mis en évidence l’existence de fautes de copistes dans l’orthographe des noms latins13. Cette notion de fautes ainsi que l’intervention de copistes doivent être précisées d’un point de vue chronologique, sinon historique. En effet, il faut avoir à l’esprit que le grec des listes est la transcription d’un latin ayant perdu sa pureté originelle et largement altéré par l’évolution de la prononciation, elle-même soumise à des particularités régionales. Les modifications phonétiques d’un toponyme latin qui apparaissent dans la transcription grecque des listes existent déjà au niveau de la langue latine14 ; ce fait linguistique une fois établi, il apparaît que la transcription grecque a été plutôt soigneusement effectuée, et c’est à ce titre qu’elle permet de saisir la langue latine dans sa réalité phonétique propre au vie siècle de notre ère15. Que cette réalité phonétique ait été fluctuante et ait suscité des variantes, Procope lui-même en témoigne quand il donne l’exemple de Λιτερατά, forteresse de Mésie Première, dont le nom se prononçait autrefois Λεδέρατα16. De fait, ces fluctuations semblent avoir été particulièrement fréquentes dans les régions danubiennes, sans doute parce qu’elles étaient soumises à d’incessants renouvellements de populations dont les phonèmes ne reproduisaient pas toujours exactement ceux du latin et du grec.

  • 17 Sur la chute du -ν- dans Πότες, cf. Beševliev, op. cit., p. 61 et 115.

17Ainsi, il convient de considérer les listes 1 et 2 comme des documents à l’état brut, sur lesquels Procope n’a pas travaillé, à l’exception de la transcription, mais qu’il a introduits tels quels dans le Livre IV. Le texte rédigé et les listes ne sont pas complémentaires mais concomitants. Il n’est donc pas étonnant que certains toponymes apparaissent à la fois dans le texte rédigé et dans une liste, parfois même avec des variantes, car le grec de Procope dans le texte rédigé n’est pas le même que celui des listes. Or la liste 1, qui est insérée, comporte à la fois des toponymes qui ont été commentés précédemment, et des toponymes qui sont commentés seulement par la suite. Dans le premier cas, nous relevons, à titre d’exemples, de manière non exhaustive, ἐν χώρᾳ Ῥεμισιανισίᾳ et Κουμούδεϐα qui dans le texte rédigé étaient déjà apparus sous les formes Ῥουμισίανα et Κουιμέδαϐα. Dans le second cas se trouvent Ζάνες, dernier toponyme de la liste 1, commenté ensuite au § 6, 6-8 mais aussi ἐν χώρᾳ Ἀκυενισίῳ et Πότες qui sont repris plus loin sous les formes Ἀκύες et Πόντες, sans référence aucune au fait qu’ils ont déjà été mentionnés17.

18Les variantes graphiques ont évidemment une importance immédiate quant à l’identification des toponymes. Il n’est pas toujours facile de décider si nous avons affaire à deux toponymes différents, ou bien au même toponyme mentionné avec des variantes. A cet égard, la comparaison, ou même la confrontation entre le texte et la liste peut apporter quelques éclaircissements.

  • 18 Le texte rédigé offre d’autres exemples de ce type, Οὔννων, Κυντῶν, Τιλικίων, Οὐλμιτῶν. Pour la bo (...)
  • 19 La Tabula Imperii Romani, Romula-Durostorum-Tomis, L 35, Bucarest, 1969, se référant à chacun des (...)
  • 20 Cf. Aricescu, op. cit., et surtout R. Vulpe, La limite méridionale de la province romaine de Scyth (...)

19Procope, au cours de son commentaire sur les cités ripuaires de Mésie Seconde, fait état d’un ἔρυμα τὸ Ἀλτηνῶν précisant qu’il est situé entre Transmarisca et Candidiana, c’est-à-dire relativement loin de la frontière avec la Scythie Mineure (§ 7, 9). Comme très souvent dans le livre IV, la graphie -ων est une transcription du neutre latin -um, et il faut admettre que le terme ἔρυμα tout comme φρούριον ou πόλις se construit avec le toponyme en apposition ; le nom de la localité en question doit être interprété comme étant en latin Altinum. L’existence d’une place de ce nom en Mésie Seconde est confirmée par la Notice des Dignités qui mentionne des « Milites nauclarii Altinenses, Altino », indiquant qu’il s’agit d’une station fluviale18. Par ailleurs, un nom très ressemblant apparaît dans la liste 2, au cours d’une énumération consacrée aux places de Mésie Seconde : Ἄϐριττος, Ῥουϐοῦστα, Δινισκάρτα, Μοντερεγĩνε, Βέκις, Ἀλτĩνα, Μανροϐάλλε, Τίγρα, Σκεδεϐά, Νόϐας. Nous allons tenter de déterminer s’il y a convergence entre ces deux passages du Livre IV, c’est-à-dire si Altina de la liste est identifiable à Altinum et, dans le cas d’une place unique, chercher son emplacement. Ces deux points sont liés, et aucun ne paraît avoir été résolu de façon claire à l’heure actuelle19. Disons tout de suite que dans l’ensemble les chercheurs ont conclu à l’existence d’une place unique qu’ils ont localisée à l’emplacement de la ville moderne d’Oltina, en Roumanie, sur le seul fondement, semble-t-il, de la ressemblance onomastique, bien qu’une telle localisation soit en complète contradiction avec les indications fournies par Procope20.

  • 21 Ces composantes géographiques et stratégiques apparaissent à l’occasion des opérations militaires (...)
  • 22 Bien que la confirmation par l’onomastique moderne nous semble remplie de pièges, nous signalons à (...)

20La liste 2 est très perturbée dans son ensemble, et les en-têtes des groupements ne correspondent pas au contenu ; c’est ainsi que dans le passage qui nous occupe, sous l’en-tête Μυσίας παρὰ μὲν ποταμὸν Ἴστρον, se trouvent des toponymes de la Scythie Mineure et d’autres qui appartiennent bien à la Mésie Seconde, mais qui sont situés à l’intérieur des terres, comme Abrittos. Cependant, cette liste, en dépit des obscurités et confusions qu’elle comporte, laisse apercevoir que les places situées le long du Danube en Mésie Seconde sont toujours énumérées d’Est en Ouest. Tous les noms ne sont évidemment pas identifiables, mais nous pouvons tout de même distinguer au moins deux tronçons routiers pour lesquels cette remarque est justifiée. Le premier est constitué par Ἀππίαρα, Ἐξεντάπριστα et Διμώ (qui est une correction pour Λιμώ que portent les manuscrits) ; ces trois stations apparaissent d’Ouest en Est dans l’Itinéraire Antonin, sous les graphies Dimo, Sexantapristis et Appiaria (221, 3 ; 222, 3 et 5). Le second, qui nous intéresse plus particulièrement ici, est constitué par Τίγρα, Σκεδεϐά et Νόϐας, trois stations également repérables dans l’Itinéraire Antonin qui mentionne d’Ouest en Est Novas, Scaidava et Tigra (221, 4 ; 222, 1 et 4). Comme ce sont là les dernières places de la liste consacrée à la Mésie Seconde, nous pouvons envisager avec vraisemblance que plusieurs autres parmi celles qui étaient énumérées immédiatement avant se trouvaient déjà sur la route danubienne ; en remontant le cours de la liste, nous trouvons Μανροϐάλλε et Ἀλτĩνα qui ont donc toutes chances de se trouver à l’Est de Tigra, sur une route qui longe le Danube et aboutit à Abrittos, à l’intérieur de la province. En comparant avec l’Itinéraire Antonin, nous rencontrons, à l’Est de Tigra, et successivement, Appiaria, puis Transmarisca et Candidiana, c’est-à-dire précisément les deux places entre lesquelles le texte rédigé situait Altinum. Ainsi, en considérant avec attention le rang occupé par Altina dans le cours de la liste, et après avoir déterminé l’orientation géographique de ce secteur, nous aboutissons à la zone de localisation qui était celle proposée par Procope pour Altinum. La communication entre Abrittos et le Danube était facilitée par l’existence de deux petites vallées fluviales dont l’une aboutissait à l’importante tête de pont de Transmarisca21. La présence de la station fluviale d’Altinum avait son utilité lors de l’installation de ponts de bateaux dans une région où, depuis l’empereur Constantin, les Romains s’efforçaient de maintenir la place forte de Daphné sur la rive gauche du Danube. Aussi est-ce à proximité immédiate de Transmarica que nous suggérerons de chercher Altinum22.

  • 23 Cf. pseudo Aurélius Victor, Epitome de Caesaribus, 40 : « Galerius... ortus Dacia Ripensi, ibique (...)

21Pouvons-nous expliquer la graphie Ἀλτĩνα ? Il pourrait s’agir à la rigueur d’une mauvaise lecture du latin Altino. Mais nous n’aimons pas cette interprétation parce que : a) comme nous l’avons vu, la transcription du latin en grec est plutôt soignée et que la notion de faute de scribe ne constitue bien souvent qu’un pis aller en matière d’explication ; b) tous les toponymes des listes ne sont pas exprimés exclusivement à l’accusatif ou à l’ablatif, en dépit du substrat routier qui s’y manifeste, mais un grand nombre d’entre eux sont au nominatif. Nous pensons que Ἀλτĩνα doit représenter un nominatif latin originel. Le changement de genre n’est pas un phénomène rare dans la langue latine tardive et il aboutit de façon générale à l’élimination du neutre. Nous avons un autre exemple de ce type dans la liste 1 dans le cas de Ῥωμυλίανα, ville de Dacie Ripuaire, qu’un texte latin du ive siècle nomme Romulianum23. L’alternance Altina/Altinum qui existe entre la liste et le texte rédigé met en évidence deux niveaux différents d’expression de la langue latine, le premier, administratif et vulgaire, le second littéraire et attaché au classicisme.

22Le cas que nous venons d’envisager est sans doute l’un des plus favorables du Livre IV dans la mesure où il comporte suffisamment de données pour susciter la discussion. De fait, la démarche qui consiste à identifier les toponymes ne saurait, dans le cadre du Livre IV, être immédiate. En effet, l’originalité même de la documentation par listes est source de désillusion au niveau de l’interprétation du contenu : l’énumération systématique, en éliminant par principe tout commentaire, risque de faire de chaque liste un hapax inutilisable, dépouillé de toute référence susceptible d’étayer les recherches. C’est donc l’isolement découlant de la nature du document qu’il s’agit de réduire, et cela n’est possible que sur la base d’une claire compréhension de ce que fut le processus de la composition du Livre IV. Nous en résumons quelques aspects essentiels :

  • Le texte rédigé n’offre aucune continuité intellectuelle dans l’étude géographique de l’Europe ; les deux premières parties sont chacune le produit d’agencements antérieurs distincts liés à l’organisation personnelle de l’auteur, et la troisième partie n’est qu’amorcée.
  • Il n’y a pas de rapport systématique entre le texte rédigé et les listes ; certaines parties des listes correspondent à des régions abordées dans le texte, d’autres ont une signification purement intrinsèque. Toutefois, là où la liste 1 apporte, au moins partiellement, un complément d’information au texte, la liste 2 constitue essentiellement un palliatif destiné à masquer le caractère inachevé de la troisième partie.
  • La langue originelle des listes étant le latin, l’identification des toponymes doit prendre en compte l’instabilité phonétique de cette langue au vie siècle, et replacer dans leur contexte chronologique ou régional les variantes et les perturbations transmises dans la transcription grecque effectuée par Procope. Ce sont là quelques-uns des fondements pouvant aider à la compréhension de l’ensemble du Livre IV.

Notes

1 Sur l’intervention de Justinien, cf. Édifices, 1,3, 1 : τοῦτο γὰρ καὶ αὐτῷ βασιλεῖ ἐξεπιστάμεθα βουλομένῳ εἶναι. Il apparaît ici que Procope, au moins dans le Livre I des Édifices, travaillait en tenant compte avec minutie des désirs exprimés par l’empereur. Sur le rappel des Guerres, cf. Édifices, I, 1, 6 : ὥσπερ μοι λεπτολογουμένῳ ἐν τοῖς ὑπὲρ πολέμων δεδήλωται λóγοις. Sur les projets de Procope, cf. Guerres, II, 12, 29 : ἅπερ ἐν τοῖς καθήκουσι λóγοις δηλώσω toutefois, nous ne pouvons tirer de conclusion certaine de cette remarque, car elle succède à une lacune de neuf lignes dans les manuscrits.

2 La discussion a été reprise par J. A. S. Evans, The Dates of the Anecdota and the De Aedificiis of Procopius, Classical Philology, LXIV, 1969, p. 29-30 : l’auteur conteste les arguments avancés par E. Stein, Histoire du Bas-Empire, II, 1949, p. 837, excursus V : La date du traité des Édifices de Procope, en faveur d’une chronologie haute, entre le printemps 553 et l’été 555, et conclut en faveur d’une chronologie basse, soit peu avant le 7 mai 558.

3 Cf. G. Downey, The Composition of Procopius’ De aedificiis, Transactions and Proceedings of the American Philological Association, t. LXXVIII, 1947, p. 172 et 176. Toutes les hypothèses avancées dans cet article sont acceptées par J. A. S. Evans, Procopius, Twayne’s World Authors Series, 1972, p. 79.

4 Cf. G. Downey, Notes on Procopius, De aedificiis, Book I, Studies presented to David M. Robinson, II, Washington University, 1953, p. 719-725.

5 Procope n’est pas sans connaître la conception « large » de l’Europe ; mais il l’utilise surtout au cours de descriptions géographiques, cf. Guerres, III, 1, 7, III, 1, 14-15, ou encore V, 12, 1. Le traité des Édifices fait une large place, surtout dans la partie qui nous occupe, au contenu ethnique de cette Europe orientale ainsi envisagée ; il semble que Procope emploie toujours le terme Εὐρώπη dans un sens restreint à teneur ethnique, tandis que le sens large et géographique est rendu par les expressions γῆν τὴν Εὐρωπαίαν (Éd., IV, 9, 1) ou γῆν τὴν Εὐρώπην (Éd., VI, 1, 7).

6 Plusieurs éléments concourent à cette interprétation : a) les descriptions sont d’une telle précision qu’elles débouchent en fait sur une succession de tableaux très diversifiés, le pavage d’une route, l’affrontement entre les eaux d’un lac et celles de la mer, la mise en œuvre d’une forteresse exceptionnelle, etc., bien faits pour maintenir éveillée l’attention d’éventuels auditeurs ; b) la mention de l’architecte Théodore le Silentiaire, au § 8, 24, rappelle celles d’Antémius de Tralles et d’Isidore de Milet au Livre I ; c) la phrase τὰ δὲ δὴ ἐνθένδε ἐρῶν ἔρχομαι peut être comprise aussi dans un contexte oral.

7 Ainsi Procope préfère dire ἐπὶ Μυσούς (§ 7, 3) ou ἐπὶ Σκύθας (§ 7, 16) plutôt que d’employer les noms Μυσία et Σκυθία qui existent par contre dans la liste 2. Notons que l’expression Ῥιπησία Δακία (§ 5, 11) n’a dans le texte qu’un sens géographique, puisque Procope enchaîne aussitôt sur la ville de Singidunum, située en Mésie Première.

8 Le procédé est le même au § 1, 31 ; en nous reportant à la liste 1, nous voyons que les noms de ces capitales régionales ont été fournis à Procope par les recensements administratifs sur lesquels il travaillait.

9 Dans le manuscrit Vaticanus graecus 1065, le scribe a tenté d’utiliser le procédé des colonnes dans la liste 1, avec d’abord trois noms par ligne, puis quatre ; mais les déviations de l’écriture font que l’ensemble n’est pas toujours très net. Quant à la liste 2, elle énumère simplement les noms les uns à la suite des autres, ligne après ligne.

10 La physionomie des toponymes est susceptible d’avoir été altérée aussi par les systèmes d’abréviation particuliers aux scribes ou à leur époque.

11 Cette hypothèse a été suggérée par G. Downey, The Composition of Procopius’ De aedificiis, p. 179-181. Cependant, le fait que cette liste ne se trouve pas dans les manuscrits de la famille A peut être dû simplement à l’oubli ou à l’incompréhension d’un scribe.

12 Selon P. Skok, De l’importance des listes toponomastiques de Procope pour la connaissance de la latinité balkanique, Revue Internationale des Études balkaniques, IIIe année, 1937, t. I, p. 48, ces « sources officielles » seraient « des rapports des gouverneurs de Justinien chargés d’ériger ou de restaurer les édifices en question ». G. Downey, op. cit., p. 173-174, estime que les listes « evidently reproduce the contents of government archives ». Cette opinion sur le caractère officiel des listes est adoptée comme tout à fait certaine par V. Beševliev, Die lateinische Herkunft der Kastellverzeichnisse bei Prokop, Coll. Latomus, vol. 101, fasc. 1, Hommages à Marcel Renard, Bruxelles, 1969, p. 94-98.

13 Cf. Skok, op. cit., p. 49 et 52, et l’ouvrage de synthèse de V. Beševliev, Zut Deutung der Kastellnamen in Prokops Werk « De Aedificiis », Amsterdam, 1970.

14 Par exemple, la Notice des Dignités, éd. Otto Seeck, 1876/1962, p. 97, appelle Zernis la ville que Ptolémée, III, 8, 4 connaissait sous le nom de Δίερνα, en Dacie, sur la rive gauche du Danube. Procope, à son tour, nomme Ζέρνης, § 6, 5 (avec une erreur de localisation). Cf. H. Mihăescu, La langue latine dans le Sud-Est de l’Europe, Paris, 1978, p. 198, § 158.

15 Il va de soi que les copies successives des manuscrits ont apporté quelques perturbations dans la toponymie des listes ; certaines sont évidentes, mais somme toute, en moins grand nombre que les critiques l’ont laissé entendre ; en tout cas, la notion de « fautes d’orthographe » n’est pas compatible avec un contexte historique exact du point de vue linguistique.

16 § 6, 3 ; la Notice des Dignités connaît le nom ancien, Laederata, avec des variantes, Laedenatae, Laedemata, p. 92-93.

17 Sur la chute du -ν- dans Πότες, cf. Beševliev, op. cit., p. 61 et 115.

18 Le texte rédigé offre d’autres exemples de ce type, Οὔννων, Κυντῶν, Τιλικίων, Οὐλμιτῶν. Pour la bonne intelligence grammaticale du texte, il n’est pas possible d’interpréter ces toponymes comme des formes de génitif pluriel, contrairement à l’interprétation de A. Aricescu, Quelques précisions sur la carte de la Scythia Minor, Dacia, N.S. t. XIV, 1970, p. 305. Cette hypothèse est d’ailleurs mentionnée avec réticence par Beševliev, op. cit., p. 124. Sur Altinum, cf. Notice des Dignités, p. 90.

19 La Tabula Imperii Romani, Romula-Durostorum-Tomis, L 35, Bucarest, 1969, se référant à chacun des deux passages du Livre IV, distingue deux places, l’une Altinon (Ἀλτηνῶν) en Mésie Seconde, l’autre Altinum en Scythie Mineure. Seule la seconde apparaît sur la carte. La confusion est encore accrue par les références aux sources.

20 Cf. Aricescu, op. cit., et surtout R. Vulpe, La limite méridionale de la province romaine de Scythie, Studio Balcanica, 1970, t. 1, p. 33-47.

21 Ces composantes géographiques et stratégiques apparaissent à l’occasion des opérations militaires conduites par l’empereur Dèce en cette région en 251, cf. Aurélius Victor, Livre des Césars, 29, 4. Sur les localisations de ces toponymes entre Abrittos (Razgrad) et le Danube, cf. les commentaires de Beševliev, op. cit., p. 145.

22 Bien que la confirmation par l’onomastique moderne nous semble remplie de pièges, nous signalons à titre anecdotique que les cartes géographiques du début du siècle indiquent une ville nommée Olténitza, située sur la rive gauche du Danube, presque en face de Transmarisca-Tutrakan ; cf. en particulier la carte de K. Patsch, Der Kampf um der Donauraum unter Domitian und Trajan, 1937.

23 Cf. pseudo Aurélius Victor, Epitome de Caesaribus, 40 : « Galerius... ortus Dacia Ripensi, ibique sepultus est : quem locum Romulianum ex vocabulo Romulae matris appellarat ». Sur les processus des changements de genre, cf. Mihăescu, op. cit., p. 215-216.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540