Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

A propos du Tenou Ormon (Teleorman) de Kinnamos

Petre Ş. Năsturel

Texte intégral

  • 1 Kinnamos (éd. du Corpus de Bonn), p. 93.

1Jean Kinnamos, secrétaire de l’empereur Manuel Ier Comnène, a narré incidemment l’épisode que constitue l’expédition punitive dirigée par le basileus en personne au nord du Danube en 1148. Décidé à donner une leçon aux pillards coumans qui avaient, une fois de plus, violé le territoire de l’Empire et même pris la ville byzantine et danubienne de Demnitzikos, le souverain, à la tête d’un corps de cinq cents cavaliers, franchit le fleuve à l’aide de barques indigènes attachées les unes aux autres. Le gros des forces impériales demeura sur la rive droite du Danube, la flotte n’étant pas encore arrivée1. Ce qui va nous retenir ici c’est le terme géographique de Tenou Ormon consigné dans le récit du chroniqueur grec.

  • 2 Idem, p. 94.

2Ayant donc passé le fleuve — et nous céderons maintenant la parole à Kinnamos — Manuel « devant aller de l’avant, rencontre deux autres rivières navigables. Or, comme absolument aucune embarcation ne se montrait nulle part, dont on se fût servi pour les franchir, il ordonna aux gens de son entourage d’attacher à la queue des chevaux les barques du Danube et de les transporter ainsi auxdites rivières. Ainsi fit-on et l’on passa sans peine. Et, après qu’on eut entièrement traversé (διαμείψαντες) un long territoire (χῶρóν ... τινα δολιχóν), on vint précisément jusqu’à un ὄρος τένου ὅρμον, lequel s’étend jusqu’à proximité des limites de la Tauroscythie (ὅπερ ἀγχοῦ τῶν Ταυροσκυθικῆς ὁρέων ἀνέχει) »2.

  • 3 Idem, p. 95.

3Nous arrêterons ici notre traduction du passage incriminé, non sans préciser encore que Manuel Comnène trouva là le camp abandonné des Coumans. Le basileus poursuivit son avance et, comme c’était la méridienne, il envoya en avant-garde des « Scythes » fidèles placés sous le commandement de l’hypostratège Giphardos. Un engagement armé se produisit bientôt avec les pillards. Décimés par les prodiges de valeur de l’empereur et le courage de ses soldats, ils trouvèrent le salut dans la fuite de leurs montures et se perdirent, je citerai à nouveau Kinnamos, dans « la végétation touffue des hauteurs (τò τῶν ὀρῶν ... λάσιον) qui s’étendent en grand nombre dans cette contrée »3.

4Bien des savants, certains de grand renom, se sont penchés sur ce texte pour le commenter et en localiser les éléments. Sur leurs traces, nous allons tenter de proposer à notre tour une solution de ce problème de géographie historique.

  • 4 P. Ş. Năsturel, Valaques, Coumans et Byzantins sous le règne de Manuel Comnène, Byzantina, 1, 1969, (...)
  • 5 P. Diaconu, Les Coumans au Bas-Danube, aux xie et xiie siècles, Bucarest 1978, p. 78-90.

5C’est ainsi que la plupart des commentateurs, roumains, bulgares, russes, français même (comme Chalandon), ont estimé pouvoir identifier la ville forte de Demnitzikos et déterminer du coup les deux rivières mentionnées par Kinnamos, ainsi que le mystérieux oros Tenou Ormon. Nous-même, nous avons déjà pris part au débat en 19694. Reprenant, tout dernièrement, l’examen du texte en question dans son ouvrage sur Les Coumans au Bas-Danube, notre collègue et ami M. Petre Diaconu a refait l’historique des discussions animées, provoquées par ce passage de l’Epitomé de l’auteur byzantin5.

  • 6 P. Ş. Năsturel, art. cit., p. 170 ; cf. V. G. Vasiljevskij, Iz istorij Vizantij v XII veke, Slavjan (...)
  • 7 F. Chalandon, Jean II Comnène (1118-1143) et Manuel Ier Comnène (1143-1180), Paris, 1912, p. 324 et (...)
  • 8 B. Petriceicu-Hasdeu, Originile Craiovei, Bucarest, 1878, p. 31 ; K. Ja. Grot, Iz istorij Ugrii i s (...)
  • 9 N. S. Deržavin, Isiorija Bolgarij, II, Moscou-Leningrad, 1946, p. 112.
  • 10 G. Moravcsik, Byzantinoturcica, II, 2e éd., Berlin, 1958, p. 305-306.
  • 11 A. A. Bolşacov-Ghimpu, La localisation de la cité byzantine de Demnitzikos, Revue des études sud-es (...)
  • 12 P. Ş. Năsturel, art. cit., p. 72-73, dont l’argumentation paléographique n’a pas été saisie par l’a (...)

6Pour mémoire seulement, nous rappellerons que, en 1877 déjà, Vassilij Vassiljevskij avait proposé d’identifier la place de Demnitzikos avec la ville roumaine de Zimnicea, sur le Danube, tandis qu’il voyait dans l’Oros Tenou Ormon le nom d’une autre ville roumaine, Urziceni, à l’est de Bucarest6. Chalandon lui a emboîté le pas et a ainsi, post mortem, influencé la version française de cette source byzantine par Mme J. Rosenblum en 19727 : sa traduction dudit passage laisse à désirer, et nous en reparlerons plus loin. Au siècle dernier encore, le grand polyhistor roumain Bogdan Petriceicu-Hasdeu situait dans les environs de Buzău ou de Râmnicu-Sărat le Tenou Ormon. Tomaschek, en 1886, plaçait l’action de Manuel Ier au confluent du Siret et du Danube. Le baron Grot proposait, en 1889, la région de Svištov et Silistra, en Bulgarie. Pour Zlatarski, Demnitzikos se trouve au sud du Danube, du côté de Turtucaia (Tutrakan) et les deux cours d’eau seraient, en Valachie, la Vedea et l’Argeş, sinon l’Argeş et la Dâmboviţa. Nicolas Iorga optait, lui, pour la région de Zimnicea. Pour notre regretté professeur Nicolas Bănescu, la ville de Demnitzikos est tout une avec celle de Zimnicea, et les rivières en question sont donc la Vedea et le Teleorman : c’est à lui que revient le grand mérite d’avoir reconnu dans l’expression de Tenou Ormon du texte byzantin tel qu’il a été transmis, la déformation du nom petchénègue ou couman (puis roumain depuis de longs siècles) de Teleorman, la forêt folle, ou la grande forêt8. Deržavine situe dans le sud de la Moldavie l’action des Byzantins9. Moravcsik fixe le Tenon Ormon à proximité des régions russes (Tauroscythie), ce qui est vague10. En 1967 Bolşacov-Ghimpu, de Bucarest, suivi par Barnea en 1971, identifie Demnitzikos à la forteresse de Dinogetia (Garvăn), dans une île du Danube, non loin de Galaţi, et les rivières seraient conséquemment le Siret et le Bârlad11. Nous-même, nous avons proposé, en 1969, de localiser Demnitzikos à Turnu-Măgurele, l’ancien Holăvnic, et maintenu pour les lancinantes rivières les noms de la Vedea et du Teleorman, déjà proposés par Bănescu12.

L’extension probable des forêts de Dacie et des territoires roumains au moyen âge en fonction des cartes du sol, de la végétation et des indices d’aridité (d’après M. David).

  • 13 P. Diaconu, op. cit., p. 86.

7Des années de réflexion, l’accumulation également d’éléments nouveaux, nous incitent à reprendre aujourd’hui le problème. Un premier fait à retenir, c’est la remarque pertinente de P. Diaconu que les cours d’eau que Manuel Comnène rencontra sur son chemin et franchit, sont « tout simplement deux des nombreux bras ou canaux qui doublent le Danube sur tout son cours inférieur ». Et, poursuit l’archéologue roumain, le terme d’oros tenou Ormon ne peut être identifié à telle ou telle montagne des Carpates mais à l’une des collines ou des terrasses de la rive gauche du Danube (ce que nous avions déjà montré en 1969). Critiquant les diverses identifications proposées par les uns ou par les autres pour la place forte (φρούριον, πóλις) de Demnitzikos, Diaconu achève son commentaire en queue de poisson et s’abstient de proposer une localisation quelconque de ce toponyme13. Et j’avoue maintenant que cette solution (qui n’en est pas une !) est, dans l’état insatisfaisant de notre documentation actuelle, le parti le plus sage auquel on puisse se rallier.

8Qu’on ne nous accuse pas pour autant de défaitisme ! Ce qu’il importe de déterminer tout d’abord c’est le sens des mots Oros Tenou Ormon.

  • 14 N. Bănescu, La domination..., p. 11 et Les duchés..., p. 104. Voir aussi P. Ş. Năsturel, art. cit.,(...)
  • 15 Ainsi que veut bien nous le préciser amicalement notre collègue M. N. Beldiceanu. Voir aussi I. Ior (...)
  • 16 Sur les Petchénègues le livre de P. Diaconu, Les Petchénègues au Bas-Danube, Bucarest, 1970. Les do (...)

9N. Bănescu a clairement démontré que Tenou Ormon, dans le manuscrit édité de Kinnamos, remémore l’appellation turque osmanlie donnée à la vaste étendue boisée du sud de la Dobroudja, incorporée à la Bulgarie : le Deliorman, la Forêt Folle, ainsi appelée en raison de son étendue et de sa nature comparable à une sorte de forêt vierge14. On le sait, deli, en turc, signifie fou, mais aussi immense15. Comme à l’époque de l’événement relaté par Kinnamos — l’an 1148 — le territoire de l’actuelle Roumanie avait connu la longue domination petchénègue et se trouvait alors sous celle des Coumans, peuplade sœur des Petchénègues et dont on connaît passablement la langue, et comme depuis la création de l’État de Valachie, vers la fin du xiiie siècle, il y avait et existe encore de nos jours un département de Teleorman d’après la rivière du même nom16, on peut, avec Bănescu, émender l’ὄρος τένου ὅρμον du texte de Kinnamos en Tενούορμον, sinon en Tελεóρμαν (rectius Tέλε ρμαν).

  • 17 C’est le cas de Petriceicu-Hasdeu, de Xénopol, I. Nistor, etc. (apud P. Diaconu, Les Coumans..., p. (...)
  • 18 J. Rosenblum, op. cit., p. 72.
  • 19 Eadem, op. cit., p. 214. Cf. supra, note 6 : l’identification avancée par Vasiljevskij est imputabl (...)

10Traduira-t-on dans le contexte que Manuel et ses guerriers vinrent à la montagne de Teleorman ? C’est ainsi que les chercheurs ont entendu le passage17. Mme Rosenblum a ignoré l’émendation proposée par le byzantiniste roumain, laquelle a échappé aussi à Moravcsik, et sa traduction, qui trahit un certain embarras, porte : « ils arrivèrent au point Orosténos »18 ; une note reprend l’identification, fantaisiste, de Vassilijevskij : Urziceni19. Autrement dit, la traductrice de Kinnamos a disposé autrement les trois vocables du manuscrit de l’auteur byzantin et compris non pas la montagne de Tenou Ormon mais vu dans ormon le grec ὄρμος, en lui donnant le sens forcé de point, au lieu de celui de port, point de départ. Ce faisant, elle a établi en pleine Valachie orientale, à Urziceni, la frontière de la Tauroscythie au xiie siècle !

11A notre avis, la question est autre. Et Bănescu avait raison. Mais jusqu’à ce jour nul n’a observé que Kinnamos ou son copiste a confondu τò ὄρος, la montagne, la hauteur et ὁ ὅρος, la limite, le territoire. Nous comprenons donc que Manuel parvint jusqu’à la limite, à l’orée du Teleorman ou jusqu’au territoire du Teleorman, c’est-à-dire de la Forêt Folle.

12Oui-da, pourrait-on nous rétorquer, mais cette explication ne tient pas compte du fait que ὄρος montagne, hauteur est un mot neutre et que l’autre est masculin : or Kinnamos emploie bien le neutre puisqu’il fait précéder le terme de la préposition ἐπί. Et si l’on donne à ὅρος le sens de limite ou de territoire, il faudrait alors corriger en ἐφ’ ὅρος Τενουóρμον.

  • 20 P. Ş. Năsturel, Dans le sillage des marchands italiens en mer Noire, Byzantinische Forschungen, IV, (...)

13On voudra bien nous permettre d’invoquer des précédents. Tout d’abord, dans notre étude sur le portulan grec de Leyde, nous avons déjà rencontré, à propos de l’un des bras du Danube, cette étrange description : ἐγνώρισις τοῦ Σουλινᾶ · ἔναι ὄρος μέγα ὅλον δενδρώτον, « description du bras de Soulina : c’est une grande montagne toute boisée ». Or là il n’y a aucune hauteur, mais seulement le territoire insulaire de Letea, à la végétation luxuriante. C’est la réalité géographique qui nous a amené à émender le texte édité par le maître ès-philologie grecque que fut le regretté Armand Delatte et à proposer la lecture ὅρος μέλας ὅλος δενδρώτος20.

  • 21 Détail qui nous a frappé à la lecture de la thèse (en roumain) de A. Decei, sur Les Roumains du ixe(...)

14Autre exemple : le géographe Ptolémée parlant de la Sarmatie, mentionne, entre autres, ἥ τε Πεύκη ρος et ὁ Kαρπάτης ρος, tous écrits avec l’esprit doux21.

  • 22 Ératosthène, Géographie, livre III ( = fragment III B, 98 Berger) : Scholies aux Argonautiques d’Ap (...)

15Si le second est bien la chaîne des Carpates, la montagne habitée par les Carpes (une branche des Daces demeurée insoumise aux conquérants romains), l’ρος Peucè, accentué par les éditeurs (ou par les manuscrits) avec un esprit doux, ne peut être une montagne, ni même une hauteur, mais bien le territoire de l’île de Peucè des Anciens, dans le delta du Danube. Selon Ératosthène, c’était une île triangulaire, aussi grande que celle de Rhodes ! et ainsi nommée en raison de la multitude des pins qui y croissaient22. Il faudra donc rectifier un jour sur ce point l’édition de Ptolémée. Mais il est permis de se demander si le géographe antique avait lui-même une notion précise de ce dont il s’agissait.

  • 23 I. Bogdan, Cronica lui Constantin Manasses. Traducere mediobulgară..., Bucarest, 1922, p. 168 : юко (...)

16Et voici encore le témoignage, ô combien éloquent, de l’histoire versifiée de Constantin Manassès. Le vers 4930 qualifie le patriarche Méthode (sous l’empereur Théophile) ὡς πόλινχυρόπυρλον τοῦτονρ’ ὅρους στσαι, mais le traducteur slave de ce poème si fameux au moyen âge traduit le mot comme si le texte qu’il avait sous les yeux eût porté un esprit doux et il entend gorá, hauteur, montagne23 !

  • 24 Voir, par exemple, P. Diaconu, Les Coumans..., passim.
  • 25 Sur cette symbiose : N. Iorga, op. cit., p. 68-74 ; P. Diaconu, Les Coumans..., p. 31-34 ; I. Conea(...)

17Et c’est maintenant que nous sommes en mesure d’aborder la question de la signification du mot Tenou Ormon ou Teleorman. On sait que du temps de Kinnamos, la Valachie nord-danubienne, où se déroulèrent les événements relatés plus haut, était au pouvoir des Coumans24. Ces derniers vivaient, comme l’a montré N. Iorga, en symbiose avec les Roumains autochtones, parmi lesquels il pouvait encore y avoir à l’époque des îlots de Slaves bulgares25. Or le traducteur du Mariassès slave a buté sur le terme oros et il a compris, nous l’avons déjà dit, hauteur, montagne (gorá), au lieu de limite.

  • 26 I. Bogdan, op. cit., loc. cit. (voir aussi à l’index, s.v.). Cf. aussi Fr. Miklosich, Lexicon palae (...)
  • 27 Tout dictionnaire de serbo-croate et de bulgare.
  • 28 Voir la bibliographie citée par C. C. Giurescu, Istoria pădurii..., p. 212. Voir encore I. Iordan, (...)
  • 29 N. H. Gjini, Λεξικó ἀλϐανο-ἑλληνικó, Tirana, 1971 (s.v.).

18En vieux-slave, gorá signifie montagne ; mais le terme a aussi l’acception de forêt26. Il en est de même encore de nos jours en serbe et en bulgare27. Tout pareillement, en roumain, le mot codru signifie forêt, mais en vieux-roumain il avait parfois le sens de montagne28. De même, en albanais, kodra ou kodrë a le sens de hauteur, colline, déclivité située au pied d’une montagne et cultivée29.

  • 30 Le commentaire historique de ce précieux document constituera la matière d’un prochain article dans (...)

19Si nous rappelons ces vocables et leurs significations, c’est parce que, au mois d’août 1979, à la faveur d’une mission de recherches au Mont Athos, confiée par le C.N.R.S., nous venons de retrouver un chrysobulle valaque, inédit, de 1433. Il s’agit d’un parchemin original relatif au monastère de Bolintin, dont il atteste l’ancienneté, au moins dans la première moitié du xive siècle, puisqu’il y est fait allusion au voévode Basarab (1310-1352). Or il est dit textuellement que ce couvent était situé sur le fleuve Argeş, dans la goleaja gorja30.

  • 31 Cf. Doc. Rom. Hist. B) Ţ. Rom., I, p. 137 (n° 75) (c’est un résumé roumain ancien du document conse (...)

20N’étant pas slavisant de métier, j’ai tout machinalement compris en parcourant le texte slavon de cette charte d’une grande importance historique (et à la faveur d’un mouvement de surprise) : « le monastère de la grande montagne », alors que la région concernée a tout au plus de douces collines. Et je la connais de mes yeux. Et de mes jambes ! Et puis, intriguée, la mémoire a joué et nous nous sommes souvenu de l’existence du monastère de Bolintin « din Pădurea cea Mare » (en roumain), « de la Grande Forêt »31.

21Alors, comment ne pas établir ici-même, aujourd’hui, un rapprochement entre, d’une part, la Forêt Folle (immense), le Tenou Ormon de Kinnamos, la rivière roumaine de Teleorman et le département du même nom (car traversé par ce cours d’eau) et, d’autre part, la Grande Forêt où le monastère, depuis longtemps disparu, de Bolintin fut fondé à une époque que seuls les archéologues nous feront connaître, après qu’ils auront retrouvé sur le terrain et fouillé les vestiges de cet ancien établissement religieux ?

  • 32 Oct. Toropu, Romanitatea tîrzie şi Străromânii în Dacia traiană sud-carpatică (secolele iii-xi), Cr (...)
  • 33 Voir, par exemple, l’article, discutable sur plus d’un point, d’E. Frances, Les relations russo-byz (...)
  • 34 Entre autres, A. D. Xenopol, Istoria Românilor din Dacia traiană, II, 3e éd. (par les soins de I. V (...)
  • 35 G. G. Litavrine, Vlahi vizantijskih istočnikov X-XIII vv., dans le recueil Iuzo-vostočnaja Europa v (...)
  • 36 P. Ş. Năsturel, Valaques..., p. 186 et surtout maintenant le minutieux relevé de la diffusion des m (...)
  • 37 Voir l’ample bibliographie réunie par P. Diaconu, op. cit., p. 100-101. Personnellement, nous nions (...)
  • 38 E. Frances, art. cit., p. 57 ; P. Ş. Năsturel, Valaques..., p. 184 ; Al. A. Bolşacov-Ghimpu, Cronic (...)

22Un coup d’œil sur la carte montre que si l’on trace une ligne imaginaire entre la localité actuelle de Bolintin et la rive gauche de l’Oit qui borne à l’ouest le département historique de Teleorman, la distance à vol d’oiseau est bien de 125 km. A supposer que ce fussent là les limites extrêmes de la Forêt Folle des Coumans, ce serait déjà un territoire suffisamment grand. En fait, la réalité devait concerner une étendue boisée infiniment plus grande. Si l’on examine la carte des forêts de la Dacie et des territoires roumains au moyen âge, on constate que cette forêt s’étendait jusqu’aux Carpates et qu’elle rejoignait l’Ukraine et la Galicie, la Russie Rouge32. La Galicie c’est, sous la plume de Kinnamos ou celle de Nicétas Choniatès, la Tauroscythie. Du temps des Coumans, cette forêt était infiniment plus grande, s’étendant jusqu’à la Galicie, dont elle ne faisait par conséquent pas partie. Notre constatation soulève un autre problème, problème ardu s’il en fût, celui de l’extension de la principauté (knézat) de ce nom : selon certains chercheurs, ledit État atteignait le Danube33 ; selon d’autres, il recouvrait une partie seulement de la Moldavie historique34. Mais M. Litavrine a fort bien remarqué et rappelé qu’entre l’Empire byzantin, établi sur la rive droite du Danube, et la Tauroscythie s’interposait le territoire des Coumans, habité par les Roumains soumis à leur domination35. Byzance détenait les bouches du Danube et comptait des têtes de pont sur la rive gauche36. On ne peut pas affirmer que la principauté (le knézat) de Galicie (Halici) englobait la Valachie et la totalité de la Moldavie. Les témoignages invoqués, comme par exemple la fuite d’Andronic Comnène en 1164, n’ont aucune valeur37. De même, les territoires donnés sur le Danube au prince Vladislav de Tauroscythie en 1164/65 par Manuel Ier Comnène, qui les avait précédemment octroyés à Vasilko, autre dynaste « tauroscythe »38. Ces territoires, bien au contraire, attestent la présence byzantine au Danube et, qu’ils fussent situés sur la rive droite ou gauche du fleuve, ce que l’on ignore, ils ne font que témoigner de la réalité de cette présence. Mais la question de l’existence ou non d’une domination galicienne (tauroscythe) jusqu’au Danube ou sur une partie du territoire moldave constitue un autre problème, qui sort du cadre que nous nous étions proposé ici-même. Nous reprendrons une autre fois cette question, que nous avons à peine amorcée.

  • 39 C. C. Giurescu et D. C. Giurescu, op. cit., p. 16-17 (cf. par exemple les noms « dendrologiques » d (...)

23En résumé, les Petchénègues ou les Coumans et leur langue ont donné le nom de Teleorman à l’immense forêt qui recouvrait toute la Valachie et la Moldavie alors dominées par eux. Ce n’est que plus tard, quand les États de Valachie et de Moldavie se furent constitués, que cette immense zone sylvique fut morcelée en territoires défrichés ou boisés qui empruntèrent leur nom aussi bien à des cours d’eau qu’à des localités ou à des monastères qui s’y développèrent petit à petit. Et réciproquement39.

  • 40 C. C. Giurescu, Istoria pădurii..., p. 20-65 et 173 (d’après Florus, éd. Henrica Malcovati, Rome, 1 (...)

24Une remarque encore : les soldats de Manuel Comnène ne s’aventurèrent point à travers ces forêts mystérieuses, si propices à des embûches. Et, en effet, les arbres séculaires qui s’y dressaient leur auront fait la même impression que celle que ressentirent les légions romaines commandées par Caïus Scribonius Curion. Arrivées jusqu’à la Dacie (tenus Dacia), elles prirent peur devant l’obscurité des bois (tenebras saltuum expauit)40. Cela s’était passé l’an 75/74 avant J.-C. Treize siècles environ avant l’incursion du basileus au nord du Danube...

  • 41 C. C. Giurescu, op. cit., p. 21-37.
  • 42 Emm. de Martonne, La Valachie. Essai de monographie géographique, Paris, 1902, p. 29-31.
  • 43 En dernière minute, voici encore un cas de confusion entre ὅρος « territoire » et ὄρος « montagne » (...)

25Le passage de Jean Kinnamos revêt donc une singulière importance pour la géographie historique du Bas-Danube. A bien le considérer — et une fois dénoncés les méfaits d’un scribe qui aura confondu esprit doux et esprit rude ! —, il s’avère que le chroniqueur (ou sa source) aura vu et aperçu de ses yeux et décrit du même coup : le Danube, puis une mince zone découverte praticable à la cavalerie et, enfin, les premières collines des Carpates, l’épaisseur sans fin de leurs forêts, ce refuge millénaire du peuple roumain, ainsi que l’a établi, voici quelques années, avec de nouveaux arguments, feu le professeur C. C. Giurescu. Dans cette étendue fantastique de forêts poussaient principalement des chênes, des bouleaux, des hêtres, puis, à haute altitude, le sapin et le mélèze41. Tout compte fait, le récit laissé par Kinnamos constitue un excellent raccourci d’archéogéographie des contrées nord-danubiennes42. Quant au « Ténouormon » (Teleorman), les Coumans avaient donné ce nom à l’immense territoire de forêts vierges qui s’étendait du Danube aux confins de la principauté de Galicie43.

Notes

1 Kinnamos (éd. du Corpus de Bonn), p. 93.

2 Idem, p. 94.

3 Idem, p. 95.

4 P. Ş. Năsturel, Valaques, Coumans et Byzantins sous le règne de Manuel Comnène, Byzantina, 1, 1969, p. 167-186.

5 P. Diaconu, Les Coumans au Bas-Danube, aux xie et xiie siècles, Bucarest 1978, p. 78-90.

6 P. Ş. Năsturel, art. cit., p. 170 ; cf. V. G. Vasiljevskij, Iz istorij Vizantij v XII veke, Slavjanskij Sbornik, II, Petrograd, 1877, p. 221-222 ; P. Diaconu, op. cit., p. 82.

7 F. Chalandon, Jean II Comnène (1118-1143) et Manuel Ier Comnène (1143-1180), Paris, 1912, p. 324 et note 2 ; cf. P. Ş. Năsturel, art. cit., loc. cit. et P. Diaconu, op. cit., loc. cit. Voir aussi J. Rosenblum, Jean Kinnamos, Chronique. Traduite par... [Paris], 1972, p. 71-72 (trad. du texte grec) et p. 214, note 3.

8 B. Petriceicu-Hasdeu, Originile Craiovei, Bucarest, 1878, p. 31 ; K. Ja. Grot, Iz istorij Ugrii i slavjanstva v XII veke, Varsovie, 1889, p. 132 ; V. N. Zlatarski, Isiorija na Bălgarskata dăržava prez srednite vekove, II, Sofia, 1934, p. 384-385 ; N. Iorga, Histoire des Roumains et de la Romanité orientale, III, Bucarest, 1937, p. 70 ; N. Bănescu, La domination byzantine sur les régions du Bas-Danube, Académie Roumaine, Bulletin de la Section historique, XIII, 1927, p. 11 et, idem, Les duchés byzantins de Paristrion (Paradounavon) et de Bulgarie, Bucarest, 1946, p. 104. Cf. aussi P. Diaconu, op. cit., p. 82-83.

9 N. S. Deržavin, Isiorija Bolgarij, II, Moscou-Leningrad, 1946, p. 112.

10 G. Moravcsik, Byzantinoturcica, II, 2e éd., Berlin, 1958, p. 305-306.

11 A. A. Bolşacov-Ghimpu, La localisation de la cité byzantine de Demnitzikos, Revue des études sud-est européennes, V/3-4, 1967, p. 543-549 ; I. Barnea et Şт. Ştefănescu, Din istoria Dobrogei, III, Bucarest, 1971, p. 180.

12 P. Ş. Năsturel, art. cit., p. 72-73, dont l’argumentation paléographique n’a pas été saisie par l’archéologue P. Diaconu, op. cit., p. 84 et 87, qui la combat un peu vite !

13 P. Diaconu, op. cit., p. 86.

14 N. Bănescu, La domination..., p. 11 et Les duchés..., p. 104. Voir aussi P. Ş. Năsturel, art. cit., p. 175 et P. Diaconu, op. cit., p. 30 où il est précisé que le Deliorman « s’étendait autrefois de manière presque ininterrompue jusqu’à Razgrad (Bulgarie) » et qui, sur les traces de T. Kowalski, incline à penser que ce nom « est la forme plus récente d’un nom turc ancien ». Cf. encore C. C. Giurescu et D. C. Giurescu, Istoria Românilor, I, Bucarest, 1974, p. 199.

15 Ainsi que veut bien nous le préciser amicalement notre collègue M. N. Beldiceanu. Voir aussi I. Iordan, Toponimia românească [Bucarest], 1963, p. 87-88 et 96 et C. C. Giurescu, Isloria pădurii româneşti din cele mai vechi timpuri pînă astăzi, Bucarest, 1976, p. 388 (à l’index, s.v.).

16 Sur les Petchénègues le livre de P. Diaconu, Les Petchénègues au Bas-Danube, Bucarest, 1970. Les documents princiers de Valachie attestent le nom de la rivière de Teleorman (sous la forme Tealiorman) en 1441 pour la première fois et celle du département homonyme en 1451 : Documenta Bomaniae Historica B) Ţ. Rom., Bucarest, 1966, p. 162 (n° 94) et p. 184 (n° 105). Un affluent du Teleorman est désigné du diminutif de Teleormănel : I. Iordan, op. cit., p. 460.

17 C’est le cas de Petriceicu-Hasdeu, de Xénopol, I. Nistor, etc. (apud P. Diaconu, Les Coumans..., p. 82, 83, etc. : lui-même parle de colline, p. 80). Quant à nous, art. cit., nous parlions (p. 75) des hauteurs et des terrasses du Teleorman. Voir également Al. Elian et N.-Ş. Tanaşoca, Fontes historiae Daco-Romaniae, III, Bucarest, 1975, p. 235 (« montagne ») et, index, p. 565 « montagne non identifiée ».

18 J. Rosenblum, op. cit., p. 72.

19 Eadem, op. cit., p. 214. Cf. supra, note 6 : l’identification avancée par Vasiljevskij est imputable aux réalités de la guerre russo-roumano-turque de 1877/78, qui faisait rage juste alors. La petite ville d’Urziceni constituait un important nœud de communications pour les forces russes basées en Roumanie (Valachie), d’où elles montaient au front, sur la ligne du Danube ou en Bulgarie, pour y combattre les armées turques. Les cartes et la presse du temps devaient en faire mention. Ce détail aura frappé l’esprit du grave byzantiniste russe, alors préoccupé par l’histoire du second empire bulgare (comme quoi la science est parfois à la remorque de la politique), et cela l’aura poussé à formuler cette hypothèse aussi gratuite que le serait l’identification, sur une vague ressemblance phonétique, de Bucarest et de Budapest ! Pour revenir aux réalités historiques, notons ici que la plus ancienne mention d’Urziceni, comme village, remonte à 1596 : Documenta Romaniae Historica, B) Ţ. Rom., V, Bucarest, 1975, p. 210 (n° 163).

20 P. Ş. Năsturel, Dans le sillage des marchands italiens en mer Noire, Byzantinische Forschungen, IV, 1972, p. 232 ; idem, Le littoral roumain de la mer Noire d’après le portulan grec de Leyde, Revue des études roumaines, XIII-XIV, 1974, p. 127-128. Cf. A. Delatte, Les portulans grecs. II) Compléments, Bruxelles, 1958, p. 44.

21 Détail qui nous a frappé à la lecture de la thèse (en roumain) de A. Decei, sur Les Roumains du ixe au xiiie siècle à la lumière des sources arméniennes, Cluj, 1938, reproduite dans son recueil Relaţii româno-orientale, Bucarest, 1978, p. 24, note 2. Cf. Ptolémée, Géographie (éd. G. Müller), I/1, Paris, 1883, p. 420 (cf. p. 413, 421 et 425).

22 Ératosthène, Géographie, livre III ( = fragment III B, 98 Berger) : Scholies aux Argonautiques d’Apollonius de Rhodes. Texte reproduit dans les Fontes ad historiam Dacoromaniae pertinentes, I, Bucarest, 1964 (edd. VI. Iliescu, V. C. Popescu et Gh. Ştefan), p. 142-144.

23 I. Bogdan, Cronica lui Constantin Manasses. Traducere mediobulgară..., Bucarest, 1922, p. 168 : юко град твръдоNырħNъ сего Na гopħ поставити.

24 Voir, par exemple, P. Diaconu, Les Coumans..., passim.

25 Sur cette symbiose : N. Iorga, op. cit., p. 68-74 ; P. Diaconu, Les Coumans..., p. 31-34 ; I. Conea et I. Donat, Contribution à l’étude de la toponymie petchenègue-comane de la Plaine roumaine du Bas-Danube, Contributions onomastiques publiées à l’occasion du VIe Congrès International des Sciences onomastiques à Munich du 24 au 28 août 1958, Bucarest, 1958, p. 139-168 ; G. Ivănescu, Istoria limbii romane, Iasi, 1980, p. 436-437. Pour les toponymes roumains conservant le souvenir des Coumans : I. Iordan, op. cit., p. 269-270 (et p. 279-280 ceux relatifs aux Petchénègues).

26 I. Bogdan, op. cit., loc. cit. (voir aussi à l’index, s.v.). Cf. aussi Fr. Miklosich, Lexicon palaeoslouenico-graeco-latinum, Vienne, 1862-1865, p. 136.

27 Tout dictionnaire de serbo-croate et de bulgare.

28 Voir la bibliographie citée par C. C. Giurescu, Istoria pădurii..., p. 212. Voir encore I. Iordan, op. cit., p. 86 (qui rappelle, note 6, qu’en espagnol également, bosque signifie à la fois forêt et montagne).

29 N. H. Gjini, Λεξικó ἀλϐανο-ἑλληνικó, Tirana, 1971 (s.v.).

30 Le commentaire historique de ce précieux document constituera la matière d’un prochain article dans la Revue des études roumaines.

31 Cf. Doc. Rom. Hist. B) Ţ. Rom., I, p. 137 (n° 75) (c’est un résumé roumain ancien du document conservé au Mont Athos).

32 Oct. Toropu, Romanitatea tîrzie şi Străromânii în Dacia traiană sud-carpatică (secolele iii-xi), Craiova, 1976, p. 87, où est reproduite une carte des forêts de l’antique Dacie et du moyen âge roumain, d’après M. David — mais sans renvoi bibliographique ! Nous empruntons à notre tour à l’ouvrage de Toropu cette carte très utile pour notre sujet : supra, p. 83.

33 Voir, par exemple, l’article, discutable sur plus d’un point, d’E. Frances, Les relations russo-byzantines au xiie siècle et la domination de [la] Galicie au Bas-Danube, Byzantinoslavica, XX/1, 1959, p. 50-62.

34 Entre autres, A. D. Xenopol, Istoria Românilor din Dacia traiană, II, 3e éd. (par les soins de I. Vlădescu) [Bucarest, 1925], p. 191 notamment.

35 G. G. Litavrine, Vlahi vizantijskih istočnikov X-XIII vv., dans le recueil Iuzo-vostočnaja Europa v srednie veka, Chişinău, 1972, p. 103, déclare textuellement que « Entre l’Empire [byzantin] et la Russie il y avait une portion de territoire appartenant aux Polovtzes [ = Coumans], et, à notre avis, aux Valaques locaux ». Toute la question est de déterminer ce territoire, que des préjugés nationaux ou politiques continuent de se disputer, sinon même de nier. La reconnaissance de l’existence de ce territoire fait honneur à l’objectivité de M. Litavrine.

36 P. Ş. Năsturel, Valaques..., p. 186 et surtout maintenant le minutieux relevé de la diffusion des monnaies byzantines au Bas-Danube au xiie siècle par P. Diaconu, Les Coumans..., p. 134-138 (avec 2 cartes).

37 Voir l’ample bibliographie réunie par P. Diaconu, op. cit., p. 100-101. Personnellement, nous nions que le futur empereur ait pu franchir le Danube et ait été capturé dans le nord de la Moldavie, sur les confins de la Galicie, par des Valaques locaux qui avaient ouï dire de sa fuite. Dernièrement, prenant position contre ce point de vue développé par E. Stănescu, Les Bλάχοι. de Kinnamos et Choniatès et la présence militaire byzantine au nord du Danube sous les Comnènes, Revue des études sud-est européennes, IX/3, 1971, p. 586-587, par G. G. Litavrine, art. cit., p. 103 et par P. Diaconu, Despre situaţia politică la Dunărea de Jos în secolul al XII-lea, Studii şi cercetări de istorie veche şi arheologie, 27/3, 1976, p. 299-301, nous avons réexaminé cette question : P. Ş. Năsturel, Vlacho-balcanica, Byzantinisch - neugriechische Jahrbücher, XXII, 1978, p. 238-241 et p. 248 ; idem, Les Valaques balkaniques aux xe-xiiie siècles (Mouvements de population et colonisation dans la Romanie grecque et latine), Byzantinische Forschungen, VII, Amsterdam, 1979, p. 104-105.

38 E. Frances, art. cit., p. 57 ; P. Ş. Năsturel, Valaques..., p. 184 ; Al. A. Bolşacov-Ghimpu, Cronica Ţării Moldovei pînă la întemeiere, Bucarest, 1979, p. 50-51 ; P. Diaconu, Les Coumans..., p. 98. Voir également l’exposé et la bibliographie de C. C. Giurescu, Tîrguri sau oraşe si cetăṭi moldovene din secolul al X-lea pînă la mijlocul secolului al XVI-lea, Bucarest, 1967, p. 25-39.

39 C. C. Giurescu et D. C. Giurescu, op. cit., p. 16-17 (cf. par exemple les noms « dendrologiques » des départements valaques de Ilfov, Dâmboviţa, Pădureţ et, naturellement, Teleorman).

40 C. C. Giurescu, Istoria pădurii..., p. 20-65 et 173 (d’après Florus, éd. Henrica Malcovati, Rome, 1938, I, 39, 6 : texte reproduit dans les Fontes..., I, p. 522).

41 C. C. Giurescu, op. cit., p. 21-37.

42 Emm. de Martonne, La Valachie. Essai de monographie géographique, Paris, 1902, p. 29-31.

43 En dernière minute, voici encore un cas de confusion entre ὅρος « territoire » et ὄρος « montagne », que l’on ajoutera à ceux invoqués par nous plus haut. Nicétas Choniatès (éd. du Corpus de Bonn), p. 621, 1. 4-5 parle des τῶν ὅρων τῆς Μυσίας « des limites de la Moesie », mais dans le manuscrit B (v. apparat critique) on trouve cette fausse équivalence : τῶν βουνῶν τῆς Ζαγορᾶς « des montagnes de Zagora » ! Pareilles confusions doivent être assez fréquentes dans la littérature grecque antique et médiévale.

Table des illustrations

Légende L’extension probable des forêts de Dacie et des territoires roumains au moyen âge en fonction des cartes du sol, de la végétation et des indices d’aridité (d’après M. David).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 571k

Auteur

(C.N.R.S. - Paris)

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540