Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

Note sur l’article de Matoula Couroupou

Elizabeth A. Zachariadou

Texte intégral

1Le texte très intéressant édité par Mme Couroupou me conduit à formuler les remarques suivantes :

  • 1 P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jahrhundert (1293-1390), Orientalia Christiana (...)

21. Philadelphie, principauté chrétienne d’Asie Mineure entourée par les émirats, a connu plusieurs razzias et attaques turques pendant le xive siècle, comme tous les autres territoires chrétiens. Selon une chronique brève, la ville fut assiégée entre 1322 et 1324 par les forces unies des émirs de Germiyan et d’Aydin ; ce dernier est sans doute Mehemmed Aydin-oglu, le père d’Umur pacha1. Ces événements étaient connus de l’auteur anonyme du texte publié par Mme Couroupou, comme l’indique la remarque qu’Umur « a dépassé la ruse de son père » (supra, p. 71, 1. 9-10).

  • 2 P. Lemerle, L’Émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident, Paris 1957, p. 93-101 ; V. Laurent, Action de (...)
  • 3 Er komak signifie en turc placer une garnison ; l’interprétation d’Enveri suggérée par M. Bazin, v (...)

32. L’attaque suivante des Turcs d’Aydin contre Philadelphie, qui soit rapportée par une source, est celle décrite par Enveri ; elle a très probablement eu lieu dans la première moitié de l’année 1335. Rappelons-en les circonstances. En 1334 la flotte de la Sancta Unio est arrivée en mer Égée, a attaqué et détruit l’arsenal d’Umur, le port de Smyrne, et, après une série d’opérations militaires en mer et sur terre, a anéanti une importante flotte turque dans le golfe d’Adramyttion2. L’action décisive des Latins obligea Umur à renoncer pour quelque temps à ses razzias navales : il entreprit donc une opération militaire sur terre en attaquant Philadelphie. Selon Enveri cette attaque se termina par la victoire des Turcs qui « placèrent des hommes », c.-à-d. une garnison dans la ville3.

  • 4 Couroupou, supra, p. 68.
  • 5 Pachymeres, t. II, p. 597.
  • 6 . E. A. Zachariadou, The Catalans of Athens and the Beginning of the Turkish Expansion in the Aege (...)
  • 7 Miklosich-Muller, t. I, p. 228.
  • 8 D. Gioffrè, Atti rogati in Chio nella seconda metà del xiv secolo, Bulletin de l’Institut Belge de (...)

4D’autres part, Cantacuzène nous informe qu’en automne 1335 Philadelphie versait un tribut, très probablement annuel, aux Aydin-oglus, et que lui-même a conseillé à Umur d’y renoncer4. Ce tribut ne fut pas nécessairement imposé pour la première fois à la ville après l’attaque de 1335. Les Turcs ont commencé à percevoir des tributs sur les territoires chrétiens qu’ils menaçaient dès le début du xive siècle : en 1304 la ville de Proussa versait un tribut aux Ottomans5. Pendant les années trente du xive siècle cette politique turque fut appliquée sur une grande échelle : les Aydin-oglus et les Menteshe-oglus percevaient un tribut annuel sur Négrepont6. Nous ne connaissons pas le résultat de l’intervention de Cantacuzène auprès d’Umur. En tout cas un document patriarcal de 1342 mentionne parmi les impôts versés par les habitants de Philadelphie τò βιρίμιον7, qui est sans doute la forme grécisée du terme turc verim ou virim signifiant tribut (équivalent du grec δóσιμον et du latin datium). Comme le montre un document notarial génois rédigé à Chios en 1398, le terme verim était employé par les Turcs pour désigner le tribut annuel versé par les territoires chrétiens8.

53. Il faut distinguer l’attaque d’Umur décrite par l’auteur anonyme dans le Synaxaire et celle de 1335 ; elle fut entreprise peu avant le 7 mars 1348, le jour commémoré. La description des opérations militaires dans le récit d’Enveri et celle du Synaxaire offrent quelques ressemblances mais toute attaque de ville fortifiée se déroulait plus ou moins de la même manière.

6Néanmoins : a) il est évident que l’auteur du Synaxaire raconte des événements récents ; b) selon Enveri (p. 85, v. 1011-1012) Umur « fut blessé en trois endroits par des flèches », un événement que l’auteur du Synaxaire ne passerait pas sous silence dans son récit détaillé ; c) selon le Synaxaire, Umur avant de procéder à l’attaque, avait convaincu certains Philadelphiens d’occuper l’acropole et par la suite il avait fait monter quelques-uns des siens sur les fortifications (supra, p. 71, 1. 10-12) ; il existait donc des traitres parmi les Philadelphiens.

74. Le texte du Synaxaire nous permet de préciser la date de la mort d’Umur : il fut tué peu avant Pâques de l’année 1348 (cf. supra, p. 73, l. 1-3) c.-à-d. peu avant le 20 avril.

  • 9 Lemerle, op. cit., p. 236 ; Schreiner, op. cit., p. 401-402 ; cf. K. H. Schäfer, Die Ausgaben der (...)

85. Nos connaissances sur Philadelphie pendant les années quarante du xive siècle sont très limitées. Toutefois il est clair qu’en 1348 il n’y avait pas de garnison turque dans la ville. De plus, nous savons que les habitants de Philadelphie étaient en contact avec les croisés Latins qui depuis 1344 occupaient le port de Smyrne : en 1352 quelques représentants de Philadelphie se trouvaient à la cour papale, à Avignon, pour suivre les négociations d’une nouvelle paix entre le Pape et Khizir Aydin-oglu9. L’existence de tels contacts avant 1348 pourrait expliquer la campagne d’Umur.

  • 10 G. Beck, Kirche und Theologische Literatur im Byzantinischen Reich, Munich 1959, p. 790 ; cf. Schr (...)

96. La « chronique » du Synaxaire fut sans doute rédigée pendant les années où le métropolite Makarios Chrysokefalos, théologien et auteur de nombreux ouvrages, occupait le siège de Philadelphie. Une étude comparée du texte édité ci-dessus et de son œuvre reste à faire : elle permettrait peut-être de résoudre le problème de l’anonymat de l’auteur.10

Notes

1 P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelpheias im 14. Jahrhundert (1293-1390), Orientalia Christiana Periodica t. 35 (1969), p. 389-391.

2 P. Lemerle, L’Émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident, Paris 1957, p. 93-101 ; V. Laurent, Action de grâces pour la victoire navale remportée sur les Turcs à Atramyttion au cours de l’automne 1334, Eἰς μνήμην K. Ἀμάντου, Athènes 1960, p. 25-41.

3 Er komak signifie en turc placer une garnison ; l’interprétation d’Enveri suggérée par M. Bazin, voir Lemerle, op. cit., p. 106-107, note 1, me semble inutilement sophistiquée. Sur l’attaque de 1335, cf. Schreiner, op. cit., p. 396-401.

4 Couroupou, supra, p. 68.

5 Pachymeres, t. II, p. 597.

6 . E. A. Zachariadou, The Catalans of Athens and the Beginning of the Turkish Expansion in the Aegean Area, Studi Medievali, 3e série, t. 21 (1980), p. 837-838.

7 Miklosich-Muller, t. I, p. 228.

8 D. Gioffrè, Atti rogati in Chio nella seconda metà del xiv secolo, Bulletin de l’Institut Belge de Rome, t. 34 (1962), p. 373 ; cf. E. A. Zachariadou, Ertogrul bey, il sovrano di Teologo (Efeso), Atti della Società Ligure di Storia Patria, n.s. t. 5 (79) (1965), p. 155-161.

9 Lemerle, op. cit., p. 236 ; Schreiner, op. cit., p. 401-402 ; cf. K. H. Schäfer, Die Ausgaben der Apostolischen Kammer unter Benedikt XII, Klemens VI und Innocenz VI (1335-1362), Paderborn 1914, p. 522.

10 G. Beck, Kirche und Theologische Literatur im Byzantinischen Reich, Munich 1959, p. 790 ; cf. Schreiner, op. cit., 402-403.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540