Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

Le siège de Philadelphie par Umur pacha d’après le manuscrit de la Bibl. patriarcale d’Istanbul, Paneghias 581

Matoula Couroupou

Texte intégral

  • 1 Voir ci-dessous p. 78-80 la note d’Élizabeth A. Zachariadou.
  • 2 Le microfilm de ce manuscrit se trouve à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes.
  • 1 Cf. H. Delahaye, Synaxarium Ecclesiae Constantinopolitanae, Bruxelles 1902, p. xxxviii-xlvi.

1Le texte que nous publions ici est tiré du manuscrit d’Istanbul, Bibl. Patriarcale, Panaghias 582. Ce manuscrit est un synaxaire d’été (mars-août) du type M1, écrit sur papier, 285 × 210 mm, sur deux colonnes, à 31 lignes par colonne. Il comporte 193 folios. Il y a des lacunes après les folios : 80v (1 f.), 83v (1 f.), 95v (plusieurs ff.), 98v (1 f.), 193v fin (1 f.). L’écriture est d’un type courant au xive siècle ; d’ailleurs une notice dans la marge supérieure du fol. 68 confirme cette datation : « Ὁ πρ(ω)τογιερακάρη(ος) Τζαούσι(ος) Ἀνγγελ(ος) ὁ Ποτζηάτ(ης) .ο/ἔτους, ςωϟδ » ( = 1386). Une autre notice dans la marge inférieure du fol. 1 nous apprend aussi que le possesseur du manuscrit vit à Philadelphie : » [Π]έλει Mιχαλ πρεσϐυτέρ(ου) τοΔούκα σακελλαρίου Φιλαδελφεί(ας) συναξάρι(ον) ἔχ(ον) ξ μήν(ας) μόνον σνλτΑγούστῳ ».

  • 2 I. Melikoff-Sayar, Le destân d’Umur-Pacha, Texte, traduction et notes, Paris 1952, p. 81-83.
  • 3 P. Lemerle, L’émirat d’Aydin Byzance et l’Occident, Recherches sur « La geste d’Umur Pacha », Paris (...)
  • 4 Cantacuzène, Bonn, I, p. 483.

2Le texte qui nous intéresse commence au folio 11 et se termine au fol. 12v. Il s’agit de la première source grecque faisant état du siège de Philadelphie par Umur pacha, connu jusqu’à maintenant uniquement par le Düstūrnāme2. En effet le poète turc consacre 56 vers à la description romanesque du siège de Philadelphie par les troupes d’Umur pacha qui, d’après le poète, a fini par la victoire des Turcs. Comme M. Paul Lemerle le remarque, il faut comprendre par cette « victoire » que « les Turcs ne firent pas de prisonniers, ne pénétrèrent même pas dans la ville, mais la rançonnèrent : ils se firent donner une somme d’argent et peut-être des biens en nature et exigèrent la promesse de versements réguliers »3. Pour appuyer l’authenticité de ce récit, M. Paul Lemerle cite ensuite l’entrevue qui a eu lieu à Clazomènes entre Cantacuzène et Umur. En effet Cantacuzène a demandé à Umur d’être l’ami et l’allié des Philadelphiens et de renoncer au tribut qu’il recevait en conséquence du traité conclu avec eux4. Comme cette entrevue a eu lieu en 1335, M. Paul Lemerle conclut que le siège de Philadelphie cité par le Düstūrnāme et qui a donné lieu à ce traité ne peut être qu’antérieur à cette date.

3Quelles sont maintenant les informations nouvelles que la chronique nous apporte ? Une description beaucoup plus détaillée et vraisemblable du siège, qui a dû durer plusieurs mois, et qui présente deux phases distinctes : la première se termine par l’arrêt provisoire des combats et le retour d’Umur dans son émirat, la seconde par la mort d’Umur à Smyrne et le retrait de ses troupes de Philadelphie. Mais, en dehors de cette preuve incontestable du siège de Philadelphie, l’information la plus importante est donnée par la datation de ces événements que l’auteur de la chronique place en 1348 : « Ταύτην oὖν τν κα νον κα λόγον ὑπερϐαίνουσαν εεργεσίανορτάζομεν σήμερον καττν ϐδόμην τοΜαρτίου μηνός, καθ’ ἣν κα ἡ ἐν τπαλατίῳ, ὡς ερηται, ἐγεγόνει περιφανς τοΧριστονίκη ντει μν τνπò κτίσεως κόσμου ξακισχιλιοστκτακοσιοστπεντηκοστῷ ἕκτ, ἐπινεμήσεως δέ, ἤτοινδικτινος πρώτης ».

  • 5 Cf. aussi Doukas, Bonn, p. 30 « καπερονται τò ἐπισκύνιον διμέσου τνφρύων » et Gregoras, Bon (...)

4A première vue il y a une contradiction entre cette date et le témoignage de Cantacuzène. Mais, à notre avis, le siège de Philadelphie cité par la chronique n’exclut pas l’existence d’incidents antérieurs entre Philadelphie et Umur, et notamment antérieurs à l’entrevue à Clazomènes, événements qui auraient justifié le tribut versé par les Philadelphiens à Umur. Quant à l’exactitude de cette datation nous n’avons pas de raison de la contester. La précision du récit de la chronique, la connaissance évidente de la ville, l’authenticité du récit sur la mort d’Umur5, la citation par leur nom d’un grand nombre de héros ayant péri, tout montre que l’auteur a une parfaite connaissance aussi bien de la ville que des événements. En outre le passage suivant ne permet plus aucun doute : il s’agit d’un auteur venant de Philadelphie et contemporain des événements décrits : « Ος μν χαρίσθη παρΘεοτ ζντι τν ν σαρκταύτην ζων καμεθ’ ἡμν βιοτεύειν ».

  • 6 P. Lemerle, op. cit., p. 227.
  • 7 Ibidem, p. 225.

5Il est donc pratiquement exclu que l’auteur grec fasse une erreur de datation aussi importante. Par contre le point sur lequel il est plus difficile de se prononcer, est le suivant : le siège décrit dans Düstūrnāme est-il le même que celui de la chronique grecque ? Étant donné que le poète turc place cet événement juste avant la rencontre de l’empereur Andronic III avec Umur à Kara Burun — avant donc 1335 — nous sommes amenés à croire qu’il ne s’agit pas du même siège. Or, malgré le caractère romanesque du récit turc, si l’on y regarde de plus près, on est obligé d’admettre qu’il y a certaines ressemblances entre les grands traits de ce récit et la première phase du siège rapportée par la chronique grecque, la bataille dite du Palais. En effet dans les deux descriptions nous avons, dans l’ordre, la montée d’un nombre limité de Turcs sur la muraille au moyen d’échelles, la contre-attaque des Grecs sortis de la ville, le retour des Turcs et leur tentative pour défoncer une porte de la ville, la lutte acharnée à l’intérieur de la ville avec beaucoup de morts, la trêve conclue entre les deux camps, enfin le retour d’Umur dans son émirat. Et encore, ce qui est beaucoup plus important, c’est que le nom du chef turc commandant les opérations, cité par les deux auteurs, est le même (Sâid dans Düstūrnāme, Σαχάτης dans la chronique grecque). Évidemment, entre les deux récits il y a aussi des différences, mais qui ne sont pas tellement significatives. Dans le récit turc on apprend par exemple que ledit Sâid meurt au cours de cette bataille. Il est toujours vivant dans la chronique grecque. Différent aussi est le récit concernant la trêve — ce qui, après tout, est habituel, lorsqu’il s’agit des chroniqueurs ennemis : Enveri dit que la trêve a été demandée par les Grecs et que les Turcs l’ont acceptée en échange des biens reçus, tandis que l’auteur grec attribue aux Turcs l’initiative de la trêve. Il dit, plus précisément, qu’Umur a donné une promesse de paix et d’amitié en échange de la vie de soldats turcs restés à l’intérieur de la muraille et des corps des morts (si d’ailleurs, Sâid était parmi les morts, on comprend bien l’intérêt d’Umur pour un tel arrangement). Que faut-il en penser ? S’il s’agit du même événement — ce qui est très vraisemblable — pourquoi Enveri le place-t-il avant Kara Burun, c’est-à-dire autour de 1335, et la chronique grecque en 1348 ? On est tenté de penser que l’auteur turc attribue les principaux traits du siège de 1348 à un siège antérieur qui a dû avoir lieu autour de 1335. Évidemment on pourrait aussi prétendre que le chroniqueur grec confond la première et la seconde phase de son récit et qu’il donne la même date à deux événements distincts, dont le premier a dû avoir lieu autour de 1335 et le second en 1348. Cette deuxième hypothèse paraît tout de même erronée, si l’on pense que le chroniqueur grec est chronologiquement et géographiquement très près des événements. Quoi qu’il en soit, on peut conclure ainsi : il est sûr qu’un siège important de Philadelphie par Umur a eu lieu autour de Pâques 1348. Pendant la seconde phase de ce siège, Umur a quitté Philadelphie avec une partie de sa troupe pour attaquer Smyrne. Ce siège de Philadelphie en 1348 ne se trouve d’ailleurs pas en contradiction avec les autres événements historiques de la même année — voir le rejet par Clément VI, en février, du traité concernant Smyrne6, et le mémorandum remis par Cantacuzène au pape, le 5 mars7, — événements qui montrent la détérioration, ou en tout cas l’ambiguïté, des relations entre l’empereur et Umur. Par ailleurs, et indépendamment de ce siège, on doit admettre que des hostilités antérieures ont sans doute eu lieu autour de 1335 et ont fini par l’imposition aux Philadelphiens du tribut cité par Cantacuzène pendant son entrevue avec Umur en 1335.

Istanbul, Bibl. Patriarcale, Panaghias 58

6[Τατμηνγʹ]

7f. 11 Τατἡμέρᾳ τννάμνησινορτάζομεν τς εςμς εεργεσίας τοφιλανθρώπου ΘεοκαΣωτρος ἡμνησοΧριστοῦ, καθ’ ἣνμέρανλυτρώσατομς τς πικρς αχμαλωσίας τν ἀθέων Τούρκων, πρεσϐείαις τςπεράγνου Θεομήτορος καὶ ἀειπαρθένου Μαρίας καπροστασίτοτιμίουρχιστρατήγου καφύλακοςμν Μιχαήλ. 5

  • 8 II Reg. 17.10.

810 Ὁ γρσεϐςκενος καχριστομάχοςμούρης, ὁ καὶ Ἀτίνης, μυρίας μηχανςργασάμενος καττς εκλεος ταύτης καθεοσκεπάστου πόλεωςμν Φιλαδελφείας καὶ διπροδοσιν καὶ διμάχης φανερς καὶ δι’ ἐνέδρας παντοίας καὶ δόλου, ὥστε καὶ τν τοπατρòς αὐτοθεομισπανουργίαν νικσαι, καὶναπεσαι τινς τνμετέρων κρατσαι τνκρόπολιν, ἤτοι τò καστέλλιον τς φυλάξεως, καὶ μεττατα δικλιμάκωνναϐιϐάσαι τος σατράπας ατοῦ, ὡσεὶ τριακoσίους, ἐν τπύργτòν ες τòνγιονλέξανδρον, ὑπουργοντος Σαχάτους τινòς λεγομένου, βαρϐάρου, καὶλλα μυρία κατασκευάσαι, ἐπειδπανταχόθενπεκρούσθη θείδυνάμει καὶ ες οδν ατκέρδος, προεχώρησε τμηχανήματα · ἀλλκαὶ τοναντίονπαν, τπόλειμν κράτος καὶσφάλειαπρξε μλλον τγεγονότα, ατδζημία καὶ ασχύνη περιφανής. 15 Τέλος τοςλοις ξαπορηθεὶς δι’ ἑαυτοτς μηχανς κατεσκεύαζε, καὶ τηρήσας σκοτεινην τινα καὶσέληνον νύκτα, πάλιν δικλιμάκωννεϐίϐασεν ες τò τεχος τν παλατων Τούρκους, ἐγγύς που τνκατόν, οτινες καὶ κρατήσαντες δύο πύργους, τòν μέγα δηλαδτòν οτωςνομαζόμενονχόρταστον καὶ τòνγγιστα τούτῳ ὑπάρχοντα, μετκαὶ τοῦ ἐν μέστείχους, διεμάχοντο πρòςμς κραταις, ἔξωθενχοντες καὶ μυριάριθμοντερον βαρϐαρικòν στράτευμα. 20 Πᾶσαν γρ τν δύναμιν ατν συνξαν ατός τε καὶ οἱ ἀδελφοὶ ατοκαὶ ἦλθον εἰς τò αἰχμαλωτίσαι τὴν πόλιν ταύτην. 25 Ἀλλ τοῦ Θεοῦ ἄμαχος δύναμις, πάλιν ἐνισχύσασα τοὺς ἡμετέρους, κατῄσχυνεν αὐτοὺς καὶ ἄπρακτον ἐτίθει τὴν τοιαύτην αὐτῶν εἰσέλευσιν. Καὶ οἱ μὲν ἀπέθνησκον ἄνωθεν τοῦ πύργου ἐκ τῶν βελῶν, οἱ δὲ κατακρημνιζόμενοι ἐξωλοθρεύοντο, ἄλλοι δὲ καὶ παρεδίδουν ἑαυτοὺς καὶ οὐκ ἠξιοῦντο φειδοῦς. 30 Ὡς δὲ καὶ ἐξελθόντες τῆς πόλεως ἄνδρες ἱκανοί, υἱούς, ἡ γραφή, δυνάμεως8 τούτους καλεῖ, καὶ ἀγωνισάμενοι γενναίως ἀπεδίωξαν τοὺς ἐν τῷ ἔξω κάστρῳ καὶ τὰς / κλίμακας παραλαϐόντες κατέαξαν. f. 11v Βουλὴν οἱ βάρϐαροι βουλεύονται πονηρὰν καὶ προσϐάλλουσι πόλεμον ἐξ ἄλλου μέρους τῆς πόλεως καί, ἀπελθόντες εἰς τὴν κάτω λεγομένην πόρταν, κατίσχυσαν διορύξαι τò ἔξω τεῖχος καὶ ποιῆσαι πολλὰς δι’ ὀπῶν εἰσόδους καὶ οὕτως ἔγγιστα ἐλθεῖν τοῦ κατακαῦσαι τὴν πύλην τῆς πόλεως. 35 Ἀλλὰ κἀκεῖθεν ἡ τοῦ Θεοῦ δύναμις αὐτοὺς ἐκδιώξασα μετ’ αἰσχύνης δι’ ολίγων τῶν παρατυχόντων ἀνδρῶν τε καὶ γυναικῶν ἀπράκτους ἐποίησεν. Ἐντεῦθεν γίνεται πρòς τοὺς ἐν παλατίῳ πᾶσα ἡ μάχη · καὶ ἦν ἰδεῖν τοῦ Θεοῦ μὲν κραταιὰν τὴν νίκὴν, τῶν δὲ πολεμίων περιφανῆ τὴν ἀπώλειαν. 5 Ὅθεν καὶ ἐξαπορήσαντες οἱ ἐν τῷ πύργῳ ἀναϐάντες, ὅλοι τῆς πρòς τòν Ἀμιρᾶν αὐτῶν οἰμωγῆς γίνονται. Καὶ παρεκάλουν φεισάμενον τῶν ἑαυτοῦ φίλων, ὅτι ἀπόλλυνται, εἰρήνην ποιῆσαι πρòς τοὺς τῆς πόλεως. Οἷς καὶ προσχὼν ὁ Ἀμούρης τοὺς ἡμετέρους παρεκάλει πρòς τò σπείσασθαι καὶ παυσαμένους τòν πόλεμον ζῶντας ἐκϐαλεῖν τοὺς ἀπολειφθέντας. 10 Οἱ δὲ τὴν ἐκ Θεοῦ βοήθειαν ἐπιϐοώμενοι καὶ τòν λαοπλάνον ἐκείνου διδάσκαλον τòν μιαρòν Μωάμεδ καθυϐρίζοντες, εἴχοντο τῆς μάχης. Ὡς δὲ πρòς ἑσπέραν ἦν ὁ καιρòς καὶ ἀσυντελὲς ἐδόκει τοῦ λοιποῦ διαμάχεσθαι, πείθονται συμϐουλαῖς θεοφιλεστάτων ἀνδρῶν καὶ ποιοῦσιν εἰρηνικὴν συμϐίϐασιν. 15 Ἡ δὲ ἦν · τοὺς ἔτι ζῶντας καὶ τῶν διαφθαρέντων ἤδη τὰ σώματα χαρίσασθαι τῷ βαρϐάρῳ ἄληκτον ὑποσχομένῳ τὴν ἑξης εἰρήνην καὶ τò φιλίως διατίθεσθαι τὰ πρòς τὴν πόλιν ἡμῶν. Γίνεται τοίνυν ἐκϐολὴ τῶν σωμάτων, ἐξέρχονται καὶ οἱ ἐναπολειφθέντες ἀκινδύνως. 20 καὶ ὁ θεομάχος ἐκεῖνος καὶ βλάσφημος Ἀμιρᾶς μικρὰ φροντίσας τῶν συνθηκῶν καὶ τῆς ἐνόρκου ἀσφαλείας, ἐπειδὴ μετ’ αἰσχύνης εἰς τὰ οἰκεῖα γένοιτο, καὶ ἀνακαλέσασθαι τὴν ἧτταν εὐθὺς ἐϐουλεύσατο, ταύτη τοι καὶ παντςς ἐποιεῖτο σύνταξιν τοῦ ἑαυτοῦ στρατεύματος, καὶ ἦν παρασκευασμένος ὅλη δυνάμει ἀμεταθέτως ἐπιθέσθαι ἡμῖν, κατ’ αὐτὴν δὴ τὴν κυρίαν ἡμέραν τοῦ Πάσχα. 25 καὶ παρετήρει τὴν φωταυγῆ καὶ ὑπέρλαμπρον ἑσπέραν τοῦ μεγάλου Σαϐϐάτου, ἵνα καὶ κρύϐδην ὡς ὄφις τò πρότερον, καὶ φανερῶς ὡς λέων προσϐάλῃ τò δεύτερον, καὶ ἀπò τῆς νυκτòς τῆς τειχομαχίας ἄρξηται. f. 12 Kαὶ διὰ τοῦτο τὰς / ἐν μέσω πάσας ἡμέρας τῆς ἁγίας τεσσαρακοστῆς ἦγχεν ἡμᾶς, καὶ τῶν ἀναγκαίων τὴν εἴσοδον διεκώλυε, καὶ εἰς δεινὴν λοιπòν ἀπορίαν καὶ στένωσιν κατήντησε τὰ ἡμέτερα. Ἀλλ’ ὁ τών θαυμασίων Θεός κενὰ ταῦτα καὶ μάταια πεποίηκε · μᾶλλον δὲ οὐδὲ κενά, ἀλλὰ κατὰ τῆς ἐκείνου κεφαλῆς ἔτρεψε πάντα εἰς δόξαν τῆς καθ’ ἡμᾶς ἁγιωτάτης πίστεως καὶ αἰσχύνην τῆς ἐκείνου ἀθεότητος. 30 Ἐμπεσὼν γὰρ εἰς ἀδόκιμον νοῦν ὁ ἀλάστωρ, τò μὲν σύνταγμα τοῦ οἰκείου στρατοῦ εἰς τòν τεταγμένον παρ’ αὐτοῦ τόπον ἀφῆκε προσκαρτερεῖν, αὐτòς δὲ τοὺς κρείττονας λαϐὼν ἀπῆλθεν εἰς τὴν Σμύρνην ἀνδραγαθῆσαι βουλόμενος, ὡς δυνατόν, ἵν’ ἅμα κἀκείνους ταπεινoτέρους ἐργάσηται καὶ ἡμᾶς καταθροήσῃ καὶ οὕτως προσϐάλῃ περιδεέσιν ἤδη καὶ κατεπτοημένοις ἐκ τῶν ἀκουσθέντων ὑπάρξασιν. 35 Ἀλλ’ ἐμπίπτει εἰς βόθρον ὃν εἰργάσατο, καὶ εἰς λάκκον δν αὐτòς ὤρυξε. Θνῄσκει γὰρ έκεῖσε διὰ βέλους ὀξυτάτου, οἷα τὰ τῶν Λατίνων, τὴν καιρίαν δεξάμενος κατὰ πρόσωπον, μᾶλλον δὲ διὰ θεηλάτου πληγῆς, ὡς ἡ θεόθεν ἀπόφασις, ἥτις καὶ δι’ ὀπτασίας ἐδηλώθη πρότερον τῆς φοϐερᾶς ἡμῖν. Τὶς δέ ἡ ὀπτασία καὶ τίνι τῶν ἡμετέρων ἀπεκαλύφθη οὐ τοῦ παρόντος λέγειν. 40 Πλήν θνήσκει ὁ παλαμναῖος Χριστοῦ καὶ τῆς αὐτοῦ κληρονομίας ἐχθρός, καὶ διαλύονται τὰ μηχανήματα πάντα καὶ εἰς φαιδρότητα ἡμῶν ἡ κατήφεια μεταϐάλλεται. Kαὶ οἱ προσδόκιμον ἤδη τòν θάνατον καὶ τὴν αἰχμαλωσίαν ἔχοντες, οὐκέτι λοιπòν εἰς άθυμίαν, ἀλλ’ εἰς χαρὰν καὶ εὐφροσύνην παντοίαν τὴν τοῦ Πάσχα ἡμέραν καταλαμϐάνομεν καὶ ἑορτάζομεν διπλᾶ Χριστοῦ τὰ νικητήρια ὅτι τε τòν διάϐολον ἐν αὐτῇ κατῄσχυνε, καὶ ἡμῖν ἐχαρίσατο τὴν ἀθανασίαν, καὶ ὅτι τòν ἐκείνου λάτρην καὶ ὑπηρέτην θερμότατον ἀπωλείᾳ παρέδωκε, ζωὴν ἡμῖν καὶ ἐλευθερίαν χαρισάμενος, ζωὴν οὐχ ἁπλῶς τὴν παροῦσαν καὶ πρόσκαὶρον, ἀλλὰ τὴν ἀΐδιον καὶ μέλλουσαν, ἣν διὰ τής ένταῦθα χριστιανικῆς πολιτείας οί εὐσεϐεῖς ἐλπίζομεν βιώσασθαι. 5

  • 9 Pour Βορεινή voir éd. Μανουὴλ Γεδεών, Διαθήκη μοναχοῦ κτίτορος τῆς ἐν Λυδίᾳ μονῆς Κοτινῆς (1247), Μ (...)

9f. 12v Ταύτην οὖν τὴν καὶ νοῦν καὶ λόγον ὑπερϐαίνουσαν εὐεργεσίαν ἑορτάζομεν σήμερον κατὰ τὴν ἑϐδόμην τοῦ Μαρτίου μηνός, καθ’ ἣν καὶ ἡ ἐν τῷ παλατίῳ, ὡς εἴρηται, ἐγεγόνει περιφανὴς τοῦ Χριστοῦ νίκη, ἐν ἔτει μὲν τῶν ἀπò κτίσεως κόσμου ἑξακισχιλιοστῷ ὀκτακοσιοστῷ πεντηκοστῷ ἕκτῳ, ἐπινεμήσεως δέ, ἤτοι / ἰνδικτιῶνος πρώτῆς. 10 Kαὶ πανηγυρίζομεν τὴν ἀπολύτρωσιν τῶν ψυχῶν ἡμῶν, τὴν ἐλευθερίαν τῶν σωμάτων, τὴν τῶν θείων ναῶν ἀνακαίνισιν, τὴν τῶν φρικτῶν μυστηρίων ἔνδοξον ἐπανάδειξιν, ἅ πάντα ό βδελυρòς ἐκεῖνος καταδουλοῦν ἔμελλε καὶ ἐξυϐρίζειν, ὡς τοῦ διαϐόλου ὄργανον τò χαλεπώτατον, καὶ λιτανεύοντες ἐξερχόμεθα τῆς μεγάλης ἐκκλησίας καὶ ἀπερχόμεθα ἐν τῷ παλατίῳ. 15 Κἀκεῖσε τὴν θείαν μυσταγωγίαν έκτελοῦμεν ἐν τῷ πανσέπτῳ ναῷ τῆς σεϐασμίας μονῆς τῆς ὑπεράγνου Θεοτόκου, τῆς οὕτω λεγομένης Bορεινῆς9, εἰς δόξαν Χριστοῦ καὶ μνημόσυνον εὐκλεὲς τῶν ὑπὲρ ἡμῶν ἁπάντων ἐνδόξως ἀποθανόντων τηνικαῦτα γενναίων ἀνδρῶν. 20 Οἱ γὰρ τοιοῦτοι ὑπὲρ τῆς ἀμωμήτου ἡμῶν πίστεως μέλλοντες τότε διαμάχεσθαι εἰς τῷ περισώσασθαι ἐν Χριστῷ τὴν πόλιν, ἐξαγορευόμενοι πρότερον, καὶ τῶν ἀχράντων τοῦ Χριστοῦ μυστηρίων μεταλαμϐάνοντες, οὕτως ἀπήρχοντο πολεμήσοντες ὡς διὰ Χριστòν τεθνηξόμενοι. καὶ οἱ μὲν αὐτῶν θείᾳ δυνάμει διεσώθησαν, οἱ δὲ καὶ ἀπέθανον κατὰ τὴν ἰδίαν πρόθεσιν τοῦ Θεοῦ παρὰ τὴν ἀΐδιον αὐτοῦ βασιλείαν προσλαϐόντος αὐτούς. 25 Οἷς μὲν ἐχαρίσθη παρὰ Θεοῦ τό ζῆν ἔτι τὴν ἐν σαρκὶ ταύτην ζωὴν καὶ μεθ’ ἡμῶν βιοτεύειν, δοθείη παρὰ τῆς χάριτος ὁ ἄξιος κἀνταῦθα μισθòς καὶ ἡ τῶν θείων χαρισμάτων ἀπόλαυσις, τά τε παρόντα καὶ τὰ αἰώνια ἀγαθά. 30 Τοὺς δὲ ἀναιρεθέντας μετὰ τῶν ἁγίων πάντας εἰσδέξαιτο στεφανίτας ὁ Κύριος ἀπολαμϐάνοντας μετὰ τῆς ïδίου δόξης ἐκείνης καὶ τὴν ἐνταῦθα εὐφημίαν καὶ ἀνακήρυξιν.

1035 Εἰσὶ δὲ κατ’ ὄνομα οὗτοι : Μανουὴλ ὁ Λαγώδιώτῆς, Ἰωάννης ὁ Ἰορδάνης, Γεώργιος ὁ τοῦ Κονταράτου, Μιχαὴλ ὁ Θηκαρᾶς, Μανουὴλ τοῦ Ἀγελάρη, Γεώργιος τοῦ Φωκᾶ, Ἰωάννης τοῦ Πρωξίμου, Μανουὴλ τοῦ Χρυσοϐέργη, Ἰωάννης ὁ αιϐέσης, Θεόδωρος ὁ Πεπανός, Κωνσταντῖνος τοῦ Χριστοπο-λίτου, Γεώργιος τοῦ Μαλάκη, Μιχαὴλ ὁ Τζαμάντουρος, Ἰωάννης ὁ Καλούδης, Ἀϊτάνης ὁ Αἰγύπτιος καὶ Μανουὴλ ὁ Σαραπάτης, ὧν ἐν Κυρίῳ αἰωνία ἡ μνήμη εἰς τοὺς αἰῶνας, Ἀμήν. 40

11[Dans le même mois, le 7e jour]

12Ce même jour nous nous commémorons le bienfait que Dieu philanthrope et sauveur Jésus-Christ a fait en notre faveur le jour où, par l’intercession de la très pure mère de Dieu, la vierge Marie, et sous les auspices de notre saint archistratège et gardien Michael, il nous a délivrés de la captivité amère des athées turcs.

13Le mécréant ennemi du Christ feu Umur, appelé aussi Aydin, a machiné mille intrigues contre notre glorieuse ville Philadelphie, protégée par Dieu, et essayé aussi bien la trahison que la guerre ouverte et toutes sortes de pièges ; si bien qu’il a dépassé la ruse de son père haï de Dieu et réussi à convaincre certains des nôtres d’occuper l’acropole, c’est-à-dire la forteresse de garde, pour faire monter ensuite au moyen d’échelles ses satrapes, au nombre de trois cents environ, sous les ordres d’un certain barbare nommé Sachatês, sur la tour qui se trouve près de Saint-Alexandre ; ayant enfin essayé mille autres ruses et ayant été de tout côté repoussé par la force de Dieu sans rien gagner, il a fait avancer contre la ville ses machines. Mais contrairement à son attente ces événements ont procuré à notre ville puissance et sécurité, tandis que lui n’a subi que des pertes et s’est couvert de honte. Finalement, ne sachant plus que faire, il a personnellement pris en main la préparation d’intrigues et il a attendu une nuit sombre et sans lune pour faire monter encore une fois au moyen d’échelles une centaine de Turcs sur la muraille du palais ; ils ont ainsi occupé deux tours, c’est-à-dire la grande tour appelée Achortastos et celle qui se trouve tout près, avec la partie de la muraille entre ces deux tours. De là ils nous attaquaient avec acharnement, ayant aussi hors de la muraille une armée infinie de barbares. Car Umur et ses frères avaient ramassé toutes leurs forces pour assujettir cette ville. Mais la force invincible de Dieu, ayant encore une fois renforcé les nôtres, a déshonoré les ennemis et a tenu en échec leur entrée. Les uns mouraient sur la muraille, atteints par les flèches, les autres se tuaient jetés du haut de la muraille et d’autres se rendaient sans condition. En plus, des hommes puissants, que les Écritures appellent fils de la force, sortis de la ville, se sont battus courageusement, ils ont chassé ceux qui restaient encore dans l’enceinte de la muraille extérieure et ils ont descendu et détruit les échelles. Mais les barbares conçoivent un autre projet plein de malice et ils attaquent un autre endroit de la ville ; venus à la porte appelée inférieure, ils ont réussi à percer la muraille extérieure, à faire aussi plusieurs trous-accès, et ont failli mettre le feu à la porte de la ville. Mais encore une fois la force de Dieu, par l’intermédiaire de quelques hommes et femmes qui se trouvaient là, a mis en échec leur entreprise et les a fait fuir avec honte. De cet endroit la guerre se déplace et toutes les forces attaquent ceux qui tiennent le palais. Et on pouvait voir la victoire glorieuse de Dieu et l’échec éclatant de l’ennemi. Ainsi, ceux qui étaient montés sur la tour se trouvant dans l’impasse se sont mis à se lamenter auprès d’Umur et à le supplier d’avoir pitié de ses propres amis en péril et de faire la paix avec les hommes de la ville. Umur les a écoutés et a prié les nôtres de faire la trêve, d’arrêter les combats pour faire sortir vivants ceux qui restaient encore à l’intérieur. Mais les nôtres, invoquant le secours de Dieu et insultant l’imposteur et scélérat Mahomet, le maître d’Umur, continuaient à se battre. Mais à l’approche du soir, comme il ne leur paraissait plus utile de se battre, ils furent convaincus par les conseils des hommes pieux d’accepter un arrangement pacifique. Et cet arrangement était le suivant : rendre aux Barbares les survivants et les corps des tués en échange d’une promesse de paix et d’amitié incessantes envers notre ville. On laisse alors sortir sans danger ceux qui restaient encore à l’intérieur et on fait sortir les corps des morts. Or, cet ennemi de Dieu, le blasphémateur Umur, ayant pendant une courte période pris soin des traités et de l’assurance de paix donnée par serment, dès qu’il rentra déshonoré dans son pays, voulut tout de suite prendre sa revanche. Dans ce but, il regroupa toute son armée et il était prêt à nous attaquer irrévocablement à toute force et notamment le jour même de la fête de Pâques. Il attendait donc le soir lumineux et brillant du Samedi Saint, pour attaquer d’abord secrètement, comme un serpent, et ensuite ouvertement, comme un lion, et pour commencer l’assaut dès la nuit venue. C’est pourquoi auparavant et tout au long du Saint Carême il nous pressait, il empêchait l’entrée des denrées et il nous avait réduit à une pénurie et à une gêne terribles. Mais le Dieu des miracles a rendu tout cela vain et inconsistant ; ou plutôt pas tout à fait vain, puisqu’il l’a fait retomber sur la tête d’Umur, pour la gloire de notre sainte foi et pour le déshonneur de son athéisme. Car cet homme maudit a eu la mauvaise idée de laisser ses troupes attendre là où il les avaient rangées et de partir, accompagné par les meilleurs de ses soldats à Smyrne, désirant à tout prix un autre exploit, afin de réussir à humilier ceux de Smyrne et de nous effrayer de sorte qu’il nous attaque ensuite avec l’avantage de la peur et du moral bas qu’aura produit sur nos hommes la nouvelle de son exploit. Mais il tombe dans le gouffre que lui-même a construit, dans la fosse que lui-même a creusée. Il meurt, là-bas, à Smyrne, par une flèche extrêmement pointue, comme le sont les flèches des Latins, qu’il a reçue sur le visage ; ou, plutôt, par une plaie envoyée par Dieu, à la suite d’une décision divine, qui nous avait été révélée par une vision terrible. Quelle était la vision et à qui, parmi les nôtres, elle a été révélée, ce n’est pas le moment de le raconter. En tout cas ce scélérat, ennemi du Christ et de son héritage, meurt ; toutes ses intrigues sont détruites et notre tristesse est transformée en gaieté. Et nous, qui attendions d’un moment à l’autre la mort et la captivité, nous ne sommes plus dans la détresse, mais nous consacrons le jour de Pâques à la joie et à toute forme de jouissance, célébrant ainsi la double victoire du Christ, puisque d’une part il a humilié le démon et il nous a donné l’immortalité, et d’autre part il a conduit à sa perdition Umur, l’admirateur et serviteur ardent du diable. Ainsi il nous a donné la vie et la liberté, et non seulement la vie présente et éphémère, mais la vie future et éternelle que nous, les fidèles, nous espérons vivre, si nous menons ici une vie qui convient aux chrétiens.

14Ce bienfait donc, qui dépasse aussi bien l’esprit que la parole, nous le célébrons aujourd’hui, le septième jour de mars, jour pendant lequel a eu lieu la victoire glorieuse du Christ au palais, comme il a été décrit, en l’année six mille huit cent cinquante-six de la création du monde, à la première epinemêsis, c’est-à-dire à la première indiction. Nous fêtons le salut de nos âmes, la liberté de nos corps, la restauration des églises divines, la réapparition glorieuse des terrifiants mystères — car cet être abominable, l’instrument le plus méchant du diable, voulait tout asservir et insulter. Nous sortons en procession de la grande église et nous venons au palais. Ensuite nous célébrons l’office divin dans la très vénérable église du monastère pieux de la très pure mère de Dieu appelée Boreinê, à la gloire du Christ et à la mémoire de tous les hommes courageux qui ont ainsi péri pour nous. Car ces hommes qui devaient alors se battre pour défendre notre foi irréprochable et sauver la ville du Christ, se confessaient et recevaient la sainte communion, avant de partir à la guerre mourir pour le Christ. Et les uns ont été sauvés par la force de Dieu, les autres ont péri, suivant la volonté de Dieu, qui les a pris avec Lui dans son royaume éternel. Ceux à qui Dieu a donné le droit de vivre encore cette vie charnelle et d’être avec nous, que la Grâce leur donne aussi la récompense digne et la jouissance des dons divins et les biens présents et éternels. Tous ceux qui sont montés dans les Cieux, que le Seigneur les reçoive avec les Saints en vainqueurs couronnés, pour qu’ils jouissent à la fois de cette gloire éternelle et de notre louange et acclamation.

15Les noms de ceux-ci dont les suivants : Manuel Lagôdiôtès, Jean Jordanès, Georges le fils de Kontaratos, Michel Thècaras, Manuel le fils d’Agelarès, Georges le fils de Phôcas, Jean le fils de Prôximos, Manuel le fils de Chrysobergès, Jean Raibèsès, Théodore Pèpanos, Constantin le fils de Christopolitès, Georges le fils de Malakès, Michel Tzamantouros, Jean Kaloudès, Aïtanès l’Égyptien et Manuel Sarapatès, que leur mémoire soit éternelle à travers les siècles, Amen.

Notes

1 Cf. H. Delahaye, Synaxarium Ecclesiae Constantinopolitanae, Bruxelles 1902, p. xxxviii-xlvi.

2 I. Melikoff-Sayar, Le destân d’Umur-Pacha, Texte, traduction et notes, Paris 1952, p. 81-83.

3 P. Lemerle, L’émirat d’Aydin Byzance et l’Occident, Recherches sur « La geste d’Umur Pacha », Paris 1957, p. 107.

4 Cantacuzène, Bonn, I, p. 483.

5 Cf. aussi Doukas, Bonn, p. 30 « καπερονται τò ἐπισκύνιον διμέσου τνφρύων » et Gregoras, Bonn, 2, p. 835 « καιρίαν πληγέντος μούρ ».

6 P. Lemerle, op. cit., p. 227.

7 Ibidem, p. 225.

8 II Reg. 17.10.

9 Pour Βορεινή voir éd. Μανουὴλ Γεδεών, Διαθήκη μοναχοῦ κτίτορος τῆς ἐν Λυδίᾳ μονῆς Κοτινῆς (1247), Μικρασιατικὰ Χρονικὰ 2, Athènes 1939, ρ. 263-291. — Σ. Εὐστρατιάδου, ἐν Φιλαδελφείᾳ μονή τῆς ὑπεραγίας Θεοτόκου τῆς Κοτεινῆς, Ἑλληνικά 3 (1930), p. 317-339.

Notes de fin

1 Voir ci-dessous p. 78-80 la note d’Élizabeth A. Zachariadou.

2 Le microfilm de ce manuscrit se trouve à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540