Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

La répartition du marbre de Proconnèse en Crimée à l’époque paléochrétienne

Anne Bortoli-Kazanski

Texte intégral

  • 1 F. W. Deichmann, Ravenna (Wiesbaden, 4 volumes, 1958-1976). R. Kautzsch, Kapitellsludien (Studien (...)
  • 2 La carte ne reflète peut-être pas toujours l’emplacement actuel des fragments mentionnés car les d (...)

1L’importance des carrières impériales de Proconnèse et l’exportation massive de leur production à travers tout l’Empire ont été largement mises en évidence, notamment dans des travaux récents1. Nos recherches sur l’architecture paléochrétienne de la Crimée nous ont conduite à étudier les nombreux fragments en marbre de Proconnèse mis au jour sur la presqu’île et ceux en calcaire local qui les imitent fidèlement. Ce matériel apporte un témoignage sûr de la présence des Byzantins ou tout du moins de leur influence directe dans cette région. Nous ne prétendons pas dresser ici un inventaire exhaustif de ces fragments. Cependant, il nous paraît utile de les présenter brièvement, site par site, et d’en proposer une carte de répartition (fig. 1), et ce d’autant plus que la Crimée reste un peu à l’écart du domaine d’investigation des archéologues occidentaux2. L’examen plus approfondi de quelques exemples particulièrement caractéristiques illustre notre notice.

  • 3 Voir en particulier D. V. Ajnalov, Razvaliny Hersonesa (les ruines de Chersonèse), Pamjatniki Hris (...)
  • 4 On connaît également quelques fragments de marbre provenant de Chersonèse au musée d’Odessa. Voir (...)
  • 5 A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, op. cit., pp. 130-152. A. L. Jakobson, Vizantijskaja (...)

2Sur la presqu’île d’Héraclée, Chersonèse (point 1 sur la carte, fig. 1) occupe une place privilégiée par le nombre et la variété du matériel retrouvé. Le site, dont les fouilles sont loin d’être achevées, compte pour la période paléochrétienne douze basiliques, trois églises à plan centré et plusieurs martyria3. Les éléments de décoration architecturale en marbre de Proconnèse (chapiteaux, bases, colonnes, colonnettes, impostes, architraves, corniches, linteaux, plaques de chancel, plaques d’ambon, tables d’autel, etc.) y sont donc abondamment représentés. Ils sont conservés en majeure partie au musée de Chersonèse, mais on en trouve également à l’Ermitage de Leningrad et au musée historique à Moscou4. A. L. Jakobson a effectué un catalogue des chapiteaux. Il en a recensé deux cents, presque tous de provenance constantinopolitaine, dont quatre-vingts chapiteaux ioniques à imposte et une trentaine de chapiteaux corinthiens5.

  • 6 Notre fig. 2 est une photographie conservée dans les archives de l’Institut d’Archéologie de Lenin (...)
  • 7 Voir par exemple les chapiteaux ioniques à imposte de Saint-Marc de Venise dans F. Ongania, Dettag (...)
  • 8 Il s’agit d’un chapiteau de pilastre, la partie ionique est absente. Mais on retrouve la même comp (...)
  • 9 R. Kautzsch, Kapitellstudien, op. cit., fig. 549 et p. 170.
  • 10 F. Ongania, Dettagli di altari..., op. cit., voir également pl. 193, fig. B 1.
  • 11 G. Sotiriou, La basilique de Saint-Demetrius à Thessalonique (Athènes, 1952, pl. 42 b et p. 168).
  • 12 M. Kalligas, Die Hagia Sophia von Thessalonike (Würzburg, 1935, pl. VI, fig. 11). Fikret K. Yegül, (...)
  • 13 N. V. Izmajlova, Vizantijskaja kapitel’..., op. cit., p. 122. Un chapiteau semblable provient du s (...)

3Nous nous arrêterons en premier lieu sur un chapiteau ionique à imposte (fig. 2), intéressant par la richesse de son ornementation, et qui s’inscrit dans une série assez limitée, caractérisée par la juxtaposition d’acanthe épineuse et d’acanthe finement dentelée. Bien que l’exemplaire choisi soit très abîmé, on distingue aisément les différents éléments du décor6. La partie ionique offre, entre les deux volutes, des palmettes posées sur un rang de perles. Sur le petit côté de l’imposte, les angles sont marqués par une feuille d’acanthe finement dentelée. Elle côtoie l’acanthe épineuse qui encadre le motif central. Celui-ci a disparu sur notre chapiteau, mais on doit sans doute restituer une sorte de médaillon végétal en relief, renfermant peut-être une croix7. L’abaque est décoré d’une suite de vrilles. Le prototype de ce chapiteau existe à Istanbul, à Saint-Jean de Stoudios8. On trouve également d’autres exemples très proches, toujours à Istanbul, dans l’église de Sainte-Marie Panachrantos (Fenari Isa Camii)9, à Saint-Marc de Venise10, à Saint-Demetrius11 et à Sainte-Sophie de Thessalonique12. A Chersonèse même, on a mis au jour trois autres chapiteaux de la même variante à l’occasion des fouilles de la basilique dite Uvarov, la plus importante de la ville13.

  • 14 Ces trois chapiteaux sont presque identiques. Ils ne présentent de différences que dans le détail (...)
  • 15 Ce chapiteau est publié dans A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, op. cit., fig. 45 (1) et (...)
  • 16 C. Mango, The date of the Studius basilica at Istanbul, Byzantine and Modern Greek Studies (1978, (...)
  • 17 R. Krautheimer, Early Christian and Byzantine Architecture (Kingsport, 1979, p. 105-107, fig. 52, (...)
  • 18 I. Pallas, Les fouilles de la basilique du Lechaion, Prakt. Arch. Et. (1961, p. 137-154, en partic (...)

4Sur sept chapiteaux composites retrouvés à Chersonèse, trois beaux exemples proviennent de la basilique fouillée en 1935 par G. D. Belov14. Nous examinerons rapidement l’un d’entre eux (fig. 3)15. L’astragale est formée de feuilles obliques descendantes. Sur la couronne supérieure du calathos, un pourtour de lobes supplémentaires ourle les huit feuilles dentelées. Un enroulement végétal décore la tranche des volutes et, entre les volutes, se tend une collerette de palmettes à cinq digitations. Le chapiteau se termine par un abaque qui présente une couronne de laurier disposée symétriquement par rapport aux nœuds médians. Ceux-ci offrent un motif de feuilles ajourées. Les exemples les plus anciens de chapiteaux de cette catégorie sont attestés à Saint-Jean de Stoudios16, à l’Acheiropoietos de Thessalonique17 et dans la basilique de Saint-Léonidès au Léchaion18. Le plan de la basilique « 1935 » montre très distinctement la présence de deux édifices paléochrétiens successifs. Les chapiteaux composites appartiennent sans doute à l’église primitive.

PLANCHE I

PLANCHE II

  • 19 V. V. Latyšev, Dva barel’efa s nadpisjami iz sela Znamenskago Gubajlova (deux bas-reliefs avec des (...)

5A l’extérieur de Ghersonèse, le site le plus proche vers l’est où soit attestée la présence de marbre de Proconnèse est celui d’Inkerman (point 2 sur la carte, fig. 1). On y signale un chapiteau (ionique à imposte ?) et deux fragments de plaques présentant des croix19.

  • 20 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 49. E. V. Vejmarn, O dvuh nejasnyh voprosah sr (...)

6Au pied du haut plateau de Čufut-Kale (point 3 sur la carte, fig. 1), deux chapiteaux corinthiens ont été remployés dans la maçonnerie d’une fontaine. A Čufut-Kale même, un autre chapiteau présente dans sa partie inférieure des feuilles d’acanthe épineuse à pointes recourbées. L’édifice auquel appartiennent ces chapiteaux n’a, jusqu’à présent, pas été découvert20.

  • 21 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 50. Des éléments de décoration architecturale (...)
  • 22 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 49.

7Le kiosque d’un palais de Baktchisaraï (point 4 sur la carte, fig. 1) comprend des chapiteaux et des colonnes de Proconnèse21. A Eski-Jurt, faubourg de Baktchisaraï, un fragment de colonne a servi au xive s. de stèle funéraire22.

  • 23 M. A. Tihanova, Bazilika-otčëty-raskopky 1938 (la basilique, rapport des fouilles en 1938), M.I.A.(...)

8Dans la basilique de Mangup (point 5 sur la carte, fig. 1), plusieurs chapiteaux en marbre de Proconnèse voisinent avec des éléments architectoniques en calcaire local (un chapiteau de pilier-colon-nette, plusieurs fragments décorés d’acanthe épineuse, des fragments de colonnes, de piliers et de plaques de chancel) qui reproduisent assez exactement les modèles constantinopolitains23.

  • 24 Ce chapiteau est publié par A. L. Jakobson, Rannesrednevekovye sel’skie poselenija jugo-zapadnoj T (...)
  • 25 Il s’agit d’un chapiteau conservé dans le cloître de la basilique de Saint-François et provenant d (...)

9On rencontre un autre exemple de chapiteau de pilier-colonnette en calcaire (fig. 4), sous le plateau de Mangup, dans la basilique de Roguz-Dere (point 6 sur la carte, fig. 1)24. Ce petit chapiteau corinthien présente quatre feuilles d’acanthe. Un bandeau médian à deux rainures marque la nervure centrale des feuilles. Sur l’abaque on aperçoit sur une face une croix et sur une autre une rosette dans un cercle. Le rendu du feuillage est très sec, presque métallique. On retrouve cette caractéristique sur un chapiteau de pilier-colonnette en marbre à Ravenne25.

  • 26 A. L. Jakobson, Rannesrednevekovye sel’skie poselenija..., op. cit., p. 121-126 et fig. 79 (1).

10Des fragments de chapiteaux en calcaire, d’une facture très proche de celui de Roguz-Dere, sont attestés dans l’église de Pampuk-Kaja (point 7 sur la carte, fig. 1)26.

  • 27 F. I. Šmit, Ėski-Kermenskaja bazilika (la basilique d’Ėski-Kermen), Gotskij Sbornik (Recueil Goth) (...)

11La publication des fouilles de la basilique d’Ėski-Kermen (point 8 sur la carte, fig. 1) mentionne des colonnes et des chapiteaux en marbre27. Sans doute s’agit-il de marbre de Proconnèse.

  • 28 F. Du Bois de Montpéreux, Voyage au Caucase, chez les Tcherkesses et les Abkhazes, en Colchide, en (...)
  • 29 Une étude récente a été consacrée au marbre de Proconnèse sur la côte est de la mer Noire. Voir L. (...)

12Sur la côte sud de la Crimée, sur le cap Aj-Todor (point 9 sur la carte, fig. 1), se tenait un monastère aujourd’hui disparu. L’existence d’un édifice paléochrétien à cet endroit est vraisemblable si l’on se reporte à la description de F. Du Bois de Montpéreux, voyageur du xixe s., qui écrit y avoir vu « cinq colonnes, dont trois grandes et deux petites en marbre blanc veiné de bleu », ainsi qu’un chapiteau28. Il compare les colonnes à celles qu’il a vues en Abkhazie29et sur l’Aju-Dag (notre point 11 sur la carte).

  • 30 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 47. V. H. Kondaraki, Universal’noe opisanie Kr (...)

13Plus à l’est, non loin de Yalta, à Autka (point 10 sur la carte, fig. 1), un chapiteau paléochrétien isolé, de type ionique à imposte a été signalé30.

  • 31 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 50-51.

14Sur le promontoire d’Aju-Dag (point 11 sur la carte, fig. 1), on a retrouvé plusieurs colonnes de marbre31.

  • 32 Selon V. G. Vasil’evskij, Jean de Gothie a été évêque à partir de 760 et il meurt vers 792-798. Vo (...)
  • 33 N. I. Repnikov, Partenitskaja bazilika (la basilique de Parténit), I.A.K. (1909, t. 32, p. 91-140, (...)

15La fondation de la basilique de Parténit (point 12 sur la carte, fig. 1) est attribuée à l’évêque Jean de Gothie32. Cependant, la découverte d’un chapiteau ionique à imposte laisse supposer un état de l’édifice antérieur au viiie s. Les éléments de décor architectural en calcaire sont, dans cette basilique, d’une exécution particulièrement soignée33.

  • 34 A. I. Markevič, O drevnej cerkvi v d. Kozah Feodosijskago uczda (au sujet de l’ancienne église dan (...)

16A Lagernoe (point 13 sur la carte, fig. 1), un chapiteau n’est rattaché à aucun édifice paléochrétien. Seule, la partie inférieure est conservée. Elle offre des feuilles d’acanthe épineuse dont les nervures sont marquées par des trous de trépan34.

  • 35 Photographie inédite prise par M. A. Tihanova et conservée dans les archives de l’Institut d’Arché (...)
  • 36 A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, op. cit., p. 138 et fig. 49 (1).
  • 37 J. B. Ward-Perkins date l’église centrale d’Apollonia de 535-540. J. B. WardPerkins, The Christian (...)

17Au musée de Théodosia (point 14 sur la carte, fig. 1), M. A. Tihanova a photographié plusieurs chapiteaux de Proconnèse. L’un d’entre eux (fig. 5), un petit chapiteau corinthien aux proportions tassées, montre des feuilles d’acanthe qui ont perdu tout naturalisme35. Elles s’effacent au profit des figures géométriques formées par la rencontre des digitations. On connaît des chapiteaux analogues à celui-ci à Chersonèse (six exemplaires)36 et en dehors de la Crimée dans l’église centrale d’Apollonia en Cyrénaïque où ils sont conservés in situ sur les colonnes du ciborium37.

  • 38 M. Tichanov-Klimenko, Les chapiteaux de l’église de Saint-Jean-le-Précurseur à Kerč, L’art byzanti (...)

18A Staryj Krym (point 15 sur la carte, fig. 1), plusieurs fragments en marbre de Proconnèse sont connus38.

  • 39 V. F. Gajdukevič, Pamjatniki rannego srednevekov’ja v Tiritake (témoignages de la haute époque méd (...)

19Sur le Bosphore Cimmérien, dans la basilique de la ville de Tiritaka (point 16 sur la carte, fig. 1), on a retrouvé un ensemble homogène d’éléments architectoniques en marbre (chapiteaux corinthiens et ioniques à imposte, bases, fragments de colonnes, etc.)39.

  • 40 M. Tichanov-Klimenko, Les chapiteaux de l’église de Saint-Jean-le-Précurseur..., op. cit., p. 3-24
  • 41 A. A. Avdeev, Cerkov Ioanna Predteči v Kerči (l’église de Saint-Jean-le-Précurseur à Kerč), Trudy (...)

20Quatre colonnes en marbre de Proconnèse surmontées par quatre chapiteaux corinthiens supportent la coupole de l’église de Saint-Jean-le-Précurseur à Kerč (point 17 sur la carte, fig. 1)40. Celle-ci s’élève probablement au-dessus d’une basilique paléochrétienne41.

  • 42 M. Tichanov-Klimenko, Les chapiteaux de l’église de Saint-Jean-le-Précurseur..., op. cit., p. 9, p (...)

21Enfin, au lapidarium de Taman’ (point 18 sur la carte, fig. 1), plusieurs chapiteaux paléochrétiens ont été réunis42. Il s’agit de matériel errant.

  • 43 Il faut tenir compte également du fait que nous n’avons pas pu avoir accès à certains rapports de (...)

22Ce rapide survol du matériel de Proconnèse et de ses imitations en calcaire, en Crimée, ne représente qu’une mise au point provisoire. Les fouilles à venir apporteront certainement de nouvelles données43. Cependant, l’on peut formuler dès maintenant certaines constatations.

23Du point de vue de la chronologie, on observe que la majorité des fragments de marbre sont datables du ve s. et surtout du vie s., ce qui correspond à la période d’exploitation intensive des carrières de Proconnèse.

24Si l’on se reporte à la carte de répartition (fig. 1), on note la concentration de fragments en calcaire entre les rivières Čërnaja et Bel’bek (en particulier à Mangup, Roguz-Dere et Pampuk-Kaja). On en a retrouvé également sur la côte sud, dans la basilique de Parténit. Ces fragments sont sans doute l’œuvre d’artisans locaux qui copient la production de Proconnèse. Mais on peut également envisager la venue de sculpteurs de Constantinople installés sur place et travaillant le calcaire local. On remarque une grande homogénéité dans l’exécution de ces éléments de décoration architecturale. Proviennent-ils tous d’un même atelier situé au sud-ouest de la Crimée ? La question reste ouverte.

  • 44 E. V. Vejmarn, O vremeni vozniknovenija srednevekovoj kreposti Kalamita (sur l’époque de la constr (...)
  • 45 On sait qu’à l’époque du royaume du Bosphore, Théodosia est une ville très importante du point de (...)
  • 46 Voir par exemple Ė. Ja. Nikolaeva, Krasnolakovaja keramika so štampami s Il’ičevskogo gorodišča (l (...)

25La carte montre plusieurs zones de diffusion du marbre de Proconnèse : Chersonèse et les hauts plateaux du sud-ouest, la côte sud, le Bosphore cimmérien. Certains fragments sont signalés en dehors de tout contexte architectural et l’on pourrait croire qu’ils se trouvent loin de leur site d’origine. Mais presque toujours, à notre sens, il n’en est pas ainsi. A Inkerman, on a mis au jour, semble-t-il, un rempart paléochrétien44. Aussi peut-on supposer qu’il y avait là une église contemporaine. La présence d’un édifice paléochrétien à Čufut-Kale et d’un autre à Staryj-Krym est plausible, à considérer la quantité d’éléments en marbre qu’on a retrouvés sur les deux sites. A Autka et sur l’Aju-Dag, on ne signale pas de basilique, mais on connaît celle toute proche de Gurzuf. Il est permis de penser que certains des chapiteaux réunis au musée de Théodosia ont été découverts dans cette ville bien qu’on n’y ait pas isolé jusqu’à présent de niveau paléochrétien45. En ce qui concerne le marbre conservé au lapidarium de Taman’, sa provenance exacte reste inconnue. Néanmoins, on peut avancer qu’il a été trouvé sur la rive orientale du détroit, car du matériel paléochrétien y est par ailleurs attesté46.

  • 47 Procope, Bellum persicum, I, 12 (éd. J. Haury, Teubner, 1912, vol. I, p. 57) et Procope, Bellum go (...)
  • 48 Procope, De aedificiis, III, 7 (éd. J. Haury, Teubner, 1914, vol. IV, p. 101).
  • 49 Procope, Bellum persicum, I, 12 (éd. J. Haury, Teubner, 1912, vol. I, p. 57). Théophane, Chronogra (...)

26Ainsi, la répartition des fragments de marbre reflète-t-elle une réalité historique, la présence byzantine en Grimée, qui coïncide avec une réalité géographique, le relief de la presqu’île. On remarque le contraste entre la zone montagneuse du sud-ouest et la côte sud, où les fragments sont nombreux, et la steppe du nord et de l’est où (sauf sur le Bosphore) ils sont absents. Absence explicable à l’époque qui nous concerne. La steppe, occupée par les barbares et principalement par les Huns47, constitue un territoire dangereux pour les Byzantins. Les fragments de décoration architecturale du sud-ouest de la presqu’île ont été trouvés sur les sites des hauts plateaux (Čufut-Kale, Mangup, Ėski-Kermen, Inkerman) qui dominent les couloirs d’accès de la steppe vers Chersonèse. L’implantation byzantine dans ce secteur a donc un rôle essentiellement défensif : protéger Chersonèse, la capitale régionale, des incursions éventuelles des peuples de la steppe. Sur la côte sud, la carte indique une domination byzantine incontestable tant les sites sont rapprochés les uns des autres. L’espace inoccupé, visible entre Parténit et Lagernoe, semble résulter du hasard des découvertes car, sur cette portion du rivage, Procope mentionne la forteresse d’Alustus48. En ce qui concerne le Bosphore cimmérien, plus vulnérable aux poussées des barbares, les fragments en marbre prouvent une reprise en main par les Byzantins de la rive occidentale, comme de la rive orientale, au moins au vie s., ce dont on trouve confirmation dans les sources écrites49.

27A l’époque paléochrétienne, la pénétration des Byzantins sur la presqu’île taurique, aux confins septentrionaux de l’Empire, est donc forte. L’étude de la répartition du marbre de Proconnèse contribue à mieux en cerner les limites.

ABRÉVIATIONS

28A.B.S.A.: The Annual of the British School at Athens.

29A.O. : Arheologičeskie Otkrytija (Découvertes Archéologiques).

30D.O.P. : Dumbarton Oaks Papers.

31I.A.K. : Izvestija Imperatorskoj Arheologičeskoj Kommissii (Bulletin de la Commission Impériale Archéologique).

32I.G.A.I.M.K. : Izvestija Gosudarstvennoj Akademii Istorii Material’noj kul’tury (Bulletin de l’Académie d’État d’Histoire de la Culture Matérielle).

33I.T.U.A.K. : Izvestija Tavričeskoj Učënoj Arhivnoj Kommissii (Bulletin de la Commission Taurique Scientifique Archivistique).

34I.R.A.I.K. : Izvestija Russkogo Arheologičeskogo Instituta ν Konstantinopole (Bulletin de l’Institut Archéologique Russe à Constantinople).

35K.S.I.A. : Kratkie Soobščenija lnstituta Arheologii (Brèves Communications de l’Institut d’Archéologie).

36L. : Leningrad.

37L.G.U. Leningradskij Gosudarstvennyj Universitet (Université d’État de Leningrad).

38M. : Moscou.

39M.I.A. : Materialy i Issledovanija po Arheologii (Matériaux et Recherches sur l’Archéologie).

40Prakt.Arch.Et. : Πρακτικά τῆς ἐν Ἀθήναις Ἀρχαιολογικῆς Ἐταιρείας.

41S.A. : Sovetskaja Arheologija (Archéologie Soviétique).

42S.K. : Seminarium Kondakovianum.

43SPb. : Saint-Pétersbourg.

44V.V. : Vizantijskij Vremennik (Annales Byzantines).

Notes

1 F. W. Deichmann, Ravenna (Wiesbaden, 4 volumes, 1958-1976). R. Kautzsch, Kapitellsludien (Studien zur spätantiken Kunstgeschichte) (Berlin, Leipzig, 1936). J. Kramer, Skulpturen mit Adlerfiguren am Bauten des 5 Jahrhunderts n. chr. in Konstantinopel (Cologne, 1968). G. Kapitän, The church wreck off Marzamemi, Archaeology (avril 1969, vol. 22, n° 2, p. 122-133).

2 La carte ne reflète peut-être pas toujours l’emplacement actuel des fragments mentionnés car les difficultés de circulation en Crimée ne nous ont pas permis, à de rares exceptions près, de faire des vérifications sur le terrain. Notre étude se fonde donc sur un dépouillement systématique des publications et des archives. La consultation du manuscrit de N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma (au sujet de la datation des basiliques de Crimée), conservé dans les archives de l’Institut d’Archéologie de Leningrad (fonds n° 10, dossier n° 3), nous a fourni de précieuses indications. Nous tenons à remercier M. A. Tihanova et A. L. Jakobson de nous avoir permis d’utiliser leur documentation photographique inédite.

3 Voir en particulier D. V. Ajnalov, Razvaliny Hersonesa (les ruines de Chersonèse), Pamjatniki Hristianskogo Hersonesa, vyp. 1 (Chersonèse chrétien, tome 1) (M., 1905) et A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones (Chersonèse à la haute époque médiévale), M.I.A. (1959, n° 63).

4 On connaît également quelques fragments de marbre provenant de Chersonèse au musée d’Odessa. Voir en particulier une photographie conservée dans les archives de l’Institut d’Archéologie de Leningrad (n° d’inventaire 88926) qui montre une plaque d’ambon décorée d’un mouton. Du marbre de Proconnèse est attesté à Sainte-Sophie de Kiev. Il proviendrait de Chersonèse d’où il aurait été emmené au xe s. par Vladimir. Voir V. G. Pucko, Rannevizantijskij rel’ef v Sofii Kievskoj (une sculpture protobyzantine à Sainte-Sophie de Kiev), K.S.I.A. (1980, n° 160, p. 107-110).

5 A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, op. cit., pp. 130-152. A. L. Jakobson, Vizantijskaja kapitel’ VI v. iz Hersonesa (un chapiteau byzantin du vie s. à Chersonèse), Sbornik rabot studentov fakul’teta istorii, jazyka i material’noj kul’tury L.G.U. (recueil des travaux des étudiants de la faculté d’histoire, de langue et de culture matérielle du L.G.U.) (mai 1929, p. 24-27).

6 Notre fig. 2 est une photographie conservée dans les archives de l’Institut d’Archéologie de Leningrad (n° d’inventaire 51186). Ce chapiteau a été publié par N. V. Izmajlova, Vizantijskaja kapitel’ v Hersonesskom muzee (un chapiteau byzantin au musée de Chersonèse), S.K. (1927, t. I, p. 121-125, voir fig. 4 a et 4 b, pl. VII) et par A. L. Jakobson, Rannesredenevekovyj Hersones, op. cit., fig. 50 (3 et 4) et p. 141-142. Il est conservé au musée historique à Moscou.

7 Voir par exemple les chapiteaux ioniques à imposte de Saint-Marc de Venise dans F. Ongania, Dettagli di altari, monumenti, scultura ecc. della basilica di San Marco in Venezia (Venise, 1881, t. V, pl. 119, fig. C5 et pl. 223, fig. E3).

8 Il s’agit d’un chapiteau de pilastre, la partie ionique est absente. Mais on retrouve la même composition que sur le chapiteau de Chersonèse : des feuilles d’acanthe finement dentelée aux angles et des feuilles d’acanthe épineuse vers le centre. Voir O. Wulff, Altchristliche und Byzantinische Kunst (Berlin, 1918, fig. 258, p. 272). Un exemplaire identique à celui de Saint-Jean de Stoudios est mentionné à Izmit. Voir P. D. Pogodin et O. Wulff, Nikomedija, istoriko-arheologičeskij očerk (Nicomédie, étude historique et archéologique), I.R.A.I.K. (1897, t. II, en particulier p. 172-174 et fig. 7).

9 R. Kautzsch, Kapitellstudien, op. cit., fig. 549 et p. 170.

10 F. Ongania, Dettagli di altari..., op. cit., voir également pl. 193, fig. B 1.

11 G. Sotiriou, La basilique de Saint-Demetrius à Thessalonique (Athènes, 1952, pl. 42 b et p. 168).

12 M. Kalligas, Die Hagia Sophia von Thessalonike (Würzburg, 1935, pl. VI, fig. 11). Fikret K. Yegül, dans un article consacré aux chapiteaux de Sardes, retrace l’évolution générale du chapiteau ionique à imposte byzantin. Voir : Early byzantine capitals from Sardis. A study on the Ionic Impost type, D.O.P. (1974, n° 28, p. 265-274). Il sépare les chapiteaux que nous venons de voir, avec des feuilles d’acanthe finement dentelée, des chapiteaux qui montrent uniquement une acanthe épineuse. Selon lui, les seconds, plus simples, moins élaborés seraient plus anciens que les premiers. A notre avis, cette distinction ne se justifie peut-être pas puisque les deux types de chapiteaux, à l’épannelage très proche, sont connus sur les mêmes sites, par exemple à Saint-Jean de Stoudios (voir Fikret K. Yegül, fig. 21 et notre note n° 2, p. 56). Aussi apparaissent-ils sans doute à la même époque.

13 N. V. Izmajlova, Vizantijskaja kapitel’..., op. cit., p. 122. Un chapiteau semblable provient du site de Parténit, sur la côte sud de la Crimée (voir notre point 12 sur la carte).

14 Ces trois chapiteaux sont presque identiques. Ils ne présentent de différences que dans le détail de leur exécution (ainsi, sur l’un d’entre eux, les nervures des feuilles du calathos sont-elles soulignées par des trous de trépan). Un quatrième chapiteau composite a été mis au jour en 1936, non loin de la basilique « 1935 ». Il faut sans doute l’attribuer à ce même édifice. Voir G. D. Belov, Otčët o raskopkah Hersonesa za 1935-1936 gg. (rapport des fouilles à Chersonèse en 1935-1936) (Sébastopol, 1938, voir p. 80-85 et p. 300).

15 Ce chapiteau est publié dans A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, op. cit., fig. 45 (1) et p. 133. Ses dimensions : hauteur, 44 cm ; diamètre du lit de pose, 38 cm.

16 C. Mango, The date of the Studius basilica at Istanbul, Byzantine and Modern Greek Studies (1978, vol. 4, p. 115-122). Voir également J. Kramer, Skulpturen mit Adlerfiguren..., op. cit., fig. 8, 9, 10, 15, 16, 17, 18, 19.

17 R. Krautheimer, Early Christian and Byzantine Architecture (Kingsport, 1979, p. 105-107, fig. 52, p. 107) et M. Vickers, Fifth-century brickstamps from Thessaloniki, A.B.S.A. (1973, n° 68, p. 285-294). R. Kautzsch, Kapitellstudien, op. cit., fig. 432 et p. 135.

18 I. Pallas, Les fouilles de la basilique du Lechaion, Prakt. Arch. Et. (1961, p. 137-154, en particulier p. 151). J. Kramer, Skulpturen mit Adlerfiguren..., op. cit., fig. 25, fig. 27.

19 V. V. Latyšev, Dva barel’efa s nadpisjami iz sela Znamenskago Gubajlova (deux bas-reliefs avec des inscriptions du village Znamenskij-Gubajlov), Otčët Istoričeskogo Muzeja za 1907 (rapport du musée historique en 1907), p. 82-85. Voir aussi une photographie inédite prise par A. L. Jakobson : archives de l’Institut d’Archéologie de Leningrad (n° d’inventaire 1197-27).

20 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 49. E. V. Vejmarn, O dvuh nejasnyh voprosah srednevekov’ja jugo-zapadnogo Kryma (deux problèmes concernant le sud-ouest de la Crimée à l’époque médiévale), Arheologičeskie issledovanija srednevekovogo Kryma (recherches archéologiques sur la Crimée médiévale) (1968, voir p. 60-62).

21 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 50. Des éléments de décoration architecturale en marbre et en calcaire provenant du sud-ouest de la Crimée sont conservés au musée de Baktchisaraï. L’inventaire de ce matériel n’a malheureusement jamais été publié.

22 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 49.

23 M. A. Tihanova, Bazilika-otčëty-raskopky 1938 (la basilique, rapport des fouilles en 1938), M.I.A. (1953, n° 34, p. 334-389). R. H. Leper, Arheologičeskija izsledovanija v Mangupe v 1912 g., vtoroe predvoritel’noe soobščenie (recherches archéologiques à Mangup en 1912, second rapport préliminaire), I.A.K. (1913, t. 47, p. 148). A. L. Jakobson, Iz istorii srednevekovoj arhitektury v Krymu. — Il Mangupskaja bazilika (l’histoire de l’architecture médiévale de la Crimée. — Il la basilique de Mangup), S.A. (1940, n° VI, p. 215). Pour les fouilles de la basilique ces dernières années, voir les brefs comptes rendus dans les A.O. de 1971 à 1978.

24 Ce chapiteau est publié par A. L. Jakobson, Rannesrednevekovye sel’skie poselenija jugo-zapadnoj Tavriki (les habitats ruraux de la haute époque médiévale au sud-ouest de la presqu’île taurique), M.I.A. (1970, n° 168, p. 18-19, p. 121, p. 126 et fig. 79-2).

25 Il s’agit d’un chapiteau conservé dans le cloître de la basilique de Saint-François et provenant de Saint-Vital. Voir R. Farioli, Corpus della scultura paleocristiana bizantina ed altomedioevale di Ravenna. — III La scultura architettonica (Roma, 1969, p. 50 et fig. 88) et F. W. Deichmann, Ravenna (Wiesbaden, 1969, vol. I, fig. 72, fig. 74 et p. 234).

26 A. L. Jakobson, Rannesrednevekovye sel’skie poselenija..., op. cit., p. 121-126 et fig. 79 (1).

27 F. I. Šmit, Ėski-Kermenskaja bazilika (la basilique d’Ėski-Kermen), Gotskij Sbornik (Recueil Goth), I.G.A.I.M.K. (1932, t. XII, en particulier p. 216 et p. 223.)

28 F. Du Bois de Montpéreux, Voyage au Caucase, chez les Tcherkesses et les Abkhazes, en Colchide, en Géorgie, en Arménie et en Crimée (Paris, 1843, t. VI, p. 72).

29 Une étude récente a été consacrée au marbre de Proconnèse sur la côte est de la mer Noire. Voir L. G. Hruškova, Mramornye izdelija vizantijskogo proishoždenija iz vostočnogo pričernomor’ja (le matériel en marbre de provenance byzantine sur la côte est de la mer Noire), V.V. (1979, t. 40, p. 127-134).

30 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 47. V. H. Kondaraki, Universal’noe opisanie Kryma, čast’ pjatnadcataja (description universelle de la Crimée, quinzième partie) (SPb., 1875, voir fig. p. 99).

31 N. I. Repnikov, O datah bazilik Kryma, op. cit., p. 50-51.

32 Selon V. G. Vasil’evskij, Jean de Gothie a été évêque à partir de 760 et il meurt vers 792-798. Voir V. G. Vasil’evskij, Žitie Ioanna Gotskogo (la vie de Jean de Gothie), Trudy (Travaux) (1909, t. II, p. 420).

33 N. I. Repnikov, Partenitskaja bazilika (la basilique de Parténit), I.A.K. (1909, t. 32, p. 91-140, voir en particulier les fig. 46, 47, 48, 49, 50, 52, 53, 54). Le chapiteau ionique à imposte fait partie de la série des chapiteaux élaborés, avec des feuilles d’acanthe finement dentelée (voir notre fig. 2). Parmi les éléments en calcaire, citons une colonnette entièrement décorée d’acanthe et un fragment montrant une suite de poissons.

34 A. I. Markevič, O drevnej cerkvi v d. Kozah Feodosijskago uczda (au sujet de l’ancienne église dans le village de Kozy du district de Théodosia), I.T.U.A.K. (nos 32-33, 1902, voir fig. entre les p. 146 et 147).

35 Photographie inédite prise par M. A. Tihanova et conservée dans les archives de l’Institut d’Archéologie de Leningrad (n° d’inventaire 82098).

36 A. L. Jakobson, Rannesrednevekovyj Hersones, op. cit., p. 138 et fig. 49 (1).

37 J. B. Ward-Perkins date l’église centrale d’Apollonia de 535-540. J. B. WardPerkins, The Christian architecture of Apollonia, Apollonia, the port of Cyrene, excavations by the University of Michigan 1965-1967, Supplements to Libya Antiqua (1976, n° IV, voir en particulier p. 274, p. 291 et pl. LI, fig. d).

38 M. Tichanov-Klimenko, Les chapiteaux de l’église de Saint-Jean-le-Précurseur à Kerč, L’art byzantin chez les slaves, l’ancienne Russie, les slaves catholiques, deuxième recueil dédié à la mémoire de Théodore Uspenskij (1932, voir p. 9, p. 14, note 1, p. 15 et p. 22) et V. P. Semënov-Tjan-Šanskij, Rossija, polnoe geografičeskoe opisanie našego otečestva, nastol’naja i dorožnaja kniga, t. XIV, Novorossija i Krym (la Russie, description géographique détaillée de notre patrie, livre de chevet et de voyage, t. XIV, la Nouvelle Russie et la Crimée) (SPb., 1910, p. 802).

39 V. F. Gajdukevič, Pamjatniki rannego srednevekov’ja v Tiritake (témoignages de la haute époque médiévale à Tiritaka), S.A. (1940, t. VI, p. 190-204).

40 M. Tichanov-Klimenko, Les chapiteaux de l’église de Saint-Jean-le-Précurseur..., op. cit., p. 3-24.

41 A. A. Avdeev, Cerkov Ioanna Predteči v Kerči (l’église de Saint-Jean-le-Précurseur à Kerč), Trudy VI arheologičeskogo c’’ezda v Odesse v 1884 g. (Travaux du VIe congrès archéologique à Odessa en 1884) (1887, p. 382-386).

42 M. Tichanov-Klimenko, Les chapiteaux de l’église de Saint-Jean-le-Précurseur..., op. cit., p. 9, p. 12, fig. 8 et fig. 9. Voir également les photographies inédites prises par M. A. Tihanova et conservées dans les archives de l’Institut d’Archéologie de Leningrad (n° d’inventaire 82092, 82094, 82097, 82317 bis).

43 Il faut tenir compte également du fait que nous n’avons pas pu avoir accès à certains rapports de fouille. Nous pensons par exemple aux fouilles sur la côte sud de la basilique de Simeiz (à l’ouest du cap Aj-Todor) et à celles de la basilique de Gurzuf (non loin du cap Aju-Dag). On a une brève mention de la basilique de Simeiz dans O. I. Dombrovskij, Srednevekovye poselenija i « issary » krymskogo južnoberež’ja (les habitats et les « issars » médiévaux de la côte sud de la Crimée), Feodal’naja Tavrika (la Taurique féodale) (1974, p. 27-29). Celle de Gurzuf est citée dans A. L. Jakobson, Rannesrednevekovye sel’skie poselenija..., op. cit., p. 24.

44 E. V. Vejmarn, O vremeni vozniknovenija srednevekovoj kreposti Kalamita (sur l’époque de la construction de la forteresse médiévale de Kalamita), Istorija i arheologija srednevekovogo Kryma (l’histoire et l’archéologie de la Crimée médiévale) (1958, p. 52-62).

45 On sait qu’à l’époque du royaume du Bosphore, Théodosia est une ville très importante du point de vue stratégique et commercial. Voir V. F. Gajdukevič, Bosporskoe carstvo (le royaume du Bosphore) (M.L., 1949, p. 369).

46 Voir par exemple Ė. Ja. Nikolaeva, Krasnolakovaja keramika so štampami s Il’ičevskogo gorodišča (la céramique vernissée rouge estampée du site d’Il’ičevo), K.S.I.A. (1978, n° 156, p. 110-113).

47 Procope, Bellum persicum, I, 12 (éd. J. Haury, Teubner, 1912, vol. I, p. 57) et Procope, Bellum gothicum, IV, 5 (éd. J. Haury, Teubner, 1913, vol. II, p. 508).

48 Procope, De aedificiis, III, 7 (éd. J. Haury, Teubner, 1914, vol. IV, p. 101).

49 Procope, Bellum persicum, I, 12 (éd. J. Haury, Teubner, 1912, vol. I, p. 57). Théophane, Chronographie (éd. C. de Boor, Teubner, 1883, p. 175-176). Malalas, Chronographie (éd. W. Dindorf, Bonn, 1831, p. 431-433). Procope, De aedificiis, III, 7 (éd. J. Haury, Teubner, 1914, vol. IV, p. 100-101). Voir également une inscription trouvée sur la presqu’île de Taman’, V. V. Latyšev, Sbornik grečeskih nadpisej hristianskih vremen iz južnoj Rossii (recueil des inscriptions grecques chrétiennes du sud de la Russie) (SPb., 1896, p. 98-105).

Table des illustrations

Légende Fig. 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1990/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 583k
Légende Fig. 2
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1990/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1002k
Légende Fig. 3
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1990/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 676k
Légende Fig. 4
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1990/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 571k
Légende Fig. 5
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1990/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 983k

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540