Version classiqueVersion mobile

Spinoza au XIXe siècle

 | 
André Tosel
, 
Pierre-François Moreau
, 
Jean Salem

Spinoza en France

Maine de Biran et Spinoza

Jacques Moutaux

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

ARGUMENT

Biran n’évoque guère le spinozisme que pour mieux asseoir sa doctrine du « fait primitif » ; il n’a sans doute pas une connaissance approfondie du spinozisme, qu’il refuse plus qu’il ne le discute et ne le réfute ; il s’oppose en dualiste et en spiritualiste à un système qu’il considère comme un monisme matérialiste ; surtout, il récuse en philosophie la méthode « géométrique », qui détermine d’emblée ce que l’esprit est en soi, alors qu’il conviendrait d’examiner ce que l’esprit est pour soi avant de définir ce qu’il peut être en lui-même. En conséquence, la question la plus intéressante que posent les vues de Biran est peut-être la suivante : comment est-il possible que la philosophie réflexive, qui suit la voie ouverte par Biran, aboutisse chez Brunschvicg, par exemple, à une tout autre interprétation, qui donne un tout autre crédit au spinozisme ?

***

On ne trouve pas ou à peu près pas de références à Spinoza ou au spinozisme dans les premiers et dans les derniers travaux ...

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search