Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain, le savant et le philosophe

 | 
Eveline Pinto

Résumés

Texte intégral

Christophe Charle, « Le romancier social comme quasi-sociologue entre enquête et littérature : le cas de Zola et de L’Argent »

1À l’ère romantique, la littérature a prétendu, notamment par le roman, servir de miroir idéal ou réel aux aspirations historiques et sociales du moment. Par là, l’auteur de romans sociaux quitte le registre du plaire de l’esthétique classique ou celui de l’émotion de l’esthétique romantique pour celui de la révélation, du déchiffrement, de l’enquête, voire de la dénonciation ou de la démonstration, comme en témoigne d’ailleurs la réception, parfois difficile, des œuvres répondant à ces ambitions.

2Zola se proclame l’héritier de ces auteurs, construit son projet a priori, et rationalise leurs procédés en empruntant des procédures d’enquête aux spécialistes en voie d’émergence de « la science sociale » ou du journalisme de reportage. Une première partie est consacrée à la mise en place de cette quasi-sociologie romanesque et aux raisons de son avènement. La seconde partie analyse une œuvre singulière, L’Argent. L’on voit ces éléments fonctionner mais aussi, parfois, dévoiler des tensions non résolues, en raison de la difficile conciliation entre objectivisme et subjectivisme à propos de tableaux en réalité contemporains et dans lesquels l’auteur lui-même se trouve pris de par sa position dans le champ intellectuel et, plus généralement, dans le champ du pouvoir.

Joseph Jurt, « Flaubert et le savoir historique »

3Le xixe siècle a été le siècle de l’histoire ; les historiens cherchaient à dégager au-delà des bouleversements politiques une continuité postulant des sujets collectifs-le peuple, la nation, l’Humanité-et une orientation téléologique vers une libération. Flaubert se réfère à l’historiographie en tant que science qui doit prévenir contre le danger de spéculations métaphysiques. L’histoire est ainsi présente dans Madame Bovary sans qu’il y ait des allusions explicites à des événements politiques. Les oppositions entre les forces sociales ne débouchent ici vers aucun dépassement et l’écrivain s’écarte de la sorte de l’idée d’intelligibilité de la suite des événements qui relève à ses yeux d’une pensée métaphysique. De même, dans Salammbô, le conflit fondamental entre le principe de la vie et de la mort montre également l’antithèse de deux forces naturelles qui n’est pas dépassée dans une sorte de dialectique. Flaubert entend montrer ici l’étrangeté radicale de l’Antiquité punique. Si les allusions aux événements historiques sont nombreuses dans L’Éducation sentimentale, Flaubert se sépare de la conception continuiste chère aux historiens de son époque. Il ne s’en tient pourtant pas à l’idée d’un désordre fondamental du monde, mais organise la discontinuité par l’invention d’une cohérence d’ordre poétique.

Eveline Pinto, « Virginia Woolf, le “point de vue de l’auteur” et la construction romanesque du monde réel »

4Une œuvre romanesque obéit à un projet spécifiquement littéraire et ne peut être lue comme un exposé de thèses spéculatives. Ainsi l’art de Virginia Woolf n’est pas plus traduction poétique du problème du réalisme philosophique que variation sur le thème des apories du temps augustinien. Il procède d’un choix littéraire paradoxal, celui d’un « formalisme réaliste », qui est le désaveu de l’esthétique réaliste et du roman social. Les analyses, dans l’un de ses derniers essais, du « point de vue » ou angle de vision des écrivains anglais de l’entre-deux-guerres, de leurs croyances et de leurs dispositions, engagent cependant une posture qui s’apparente à celle d’un sociologue réflexif et critique. Ce « tact » sociologique, rendu explicite par l’essai, se manifeste comme structure et principe d’organisation latent des romans La Chambre de Jacob, description ironique de l’habitus incorporé à Cambridge, Mrs. Dalloway, où tous les repères sont donnés pour la construction de cet espace social nommé « champ du pouvoir ».

Jacques Bouveresse, « Robert Musil, la tâche de la littérature et la fonction sociale de l’écrivain »

5Il y a une affinité évidente entre certaines des descriptions et des analyses de Musil dans L’Homme sans qualités et le travail que pourrait effectuer sur le même matériau un sociologue critique. Musil peut être considéré effectivement comme un écrivain que sa situation particulière prédisposait naturellement à la sociologie du milieu littéraire et à la sociologie en général. On examinera dans cet article la façon dont l’idée qu’il se faisait des possibilités et des obligations de la littérature et les difficultés considérables qu’il a éprouvées pour se faire reconnaître comme écrivain l’ont conduit à une réflexion approfondie et originale sur la condition de l’écrivain et de l’artiste dans le monde d’aujourd’hui et sur les relations de la société avec la littérature et avec l’esprit en général.

Jean-Pierre Cometti, « Le roman et l’homme intérieur. Remarques sur la littérature romanesque et l’introspection »

6Le roman, au même titre que d’autres genres littéraires ou d’autres arts, est une source de connaissance. La présente étude s’attache à le montrer en s’intéressant plus particulièrement au statut de l’intériorité dans la littérature romanesque. À la différence des philosophies qui font traditionnellement appel aux ressources de la conscience, de l’intuition ou de l’expérience vécue, le romancier confie à la fiction la tâche d’une exploration de l’intériorité qui en renouvelle le sens et en découvre, d’une certaine manière, la nature. Considéré sous ce rapport, l’art du romancier se conjugue étonnamment aux analyses et aux suggestions du dernier Wittgenstein.

Yves Michaud, Les ressources conceptuelles de la littérature : quelques hypothèses (à propos du Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley).

7On envisage deux questions : Quelle est la spécificité de la littérature quand il s’agit d’analyser des situations sociales et politiques qui font aussi l’objet d’analyses philosophiques ? S’il y a une telle spécificité, à quoi tient – elle ? Quelles sont les ressources de la littérature comme instrument d’analyse conceptuelle ?

8On tente de répondre à ces questions à travers une comparaison systématique du Meilleur des Mondes de Huxley et de contributions philosophiques contemporaines comme A Scientifîc Outlook de Russell.

Pascale Casanova, « Littérature et philosophie : malentendu structural et double instrumentalisation. Le cas de Samuel Beckett »

9La réception critique de l’œuvre de Samuel Beckett en France est un cas paradigmatique qui permet de faire comprendre la puissance et la spécificité des rapports de domination qui unissent et opposent littérature et philosophie. L’appropriation des textes de Beckett par la critique philosophique – notamment par Maurice Blanchot et Gilles Deleuze-et l’imposition d’un sens conforme aux problématiques et aux méthodes de la philosophie, est en effet une des formes les plus puissantes du déni de la spécificité littéraire : toute recherche formelle, toute histoire esthétique des textes sont oubliées ou passées sous silence. Mais, à l’inverse, Beckett a lui-même fait un grand usage de la philosophie ; il a usé des textes de la tradition philosophique comme de matrices littéraires. Et c’est pourquoi on a proposé de parler ici de double instrumentalisation.

Jean-Marie Klinkenberg, « Poésie et science : un seul savoir ? »

10La thèse ici défendue est que la forme même de la langue littéraire constitue non seulement un instrument de connaissance du monde mais aussi un instrument de mutation des valeurs cognitives et des valeurs sociales. L’étude de l’unité atomique du langage littéraire – la figure – montre qu’elle a une puissante fonction herméneutique qui la rapproche de la démarche scientifique. Connaissance rhétorique et connaissance scientifique ont ainsi une base commune : leur distinction reste certes pertinente, mais elle se fait essentiellement sur ces bases pragmatiques.

Jeffrey Mehlman, « Paul Valéry, entre craniométrie et critique »

11On considère dans cette étude l’œuvre de Valéry au carrefour où la littérature, la philosophie et l’« anthroposociologie » (pseudo « science sociale » de la fin du xixe siècle) ont trouvé leur point d’intersection. Il y va d’une fantasmagorie proprement craniométrique de l’Intelligence européenne et d’un travail onirique de la larme (dream-work), figure de la menace liée à la diffusion de cette Intelligence dans des régions du monde statistiquement plus importantes que l’Europe elle-même. L’argument se termine par une lecture du « Yalou », anticipation du chef-d’œuvre méditerranéen Le Cimetière marin, mais transposé dans un contexte asiatique.

Gisèle Sapiro, « Le principe de sincérité et l’éthique de responsabilité de l’écrivain »

12La revendication de l’autonomie des écrivains contre les pouvoirs économiques, politiques et religieux s’est faite, comme pour d’autres professions, en affirmant des valeurs propres à leur pratique artistique : défense de la beauté et de la vérité, de la sincérité, de la probité, du désintéressement, de la responsabilité. Cette déontologie de l’écrivain est appréhendée ici à travers la valeur de vérité, commune aux nouvelles professions intellectuelles qui revendiquent leur autonomie en son nom, et celle de sincérité, plus spécifique au métier d’écrivain. Trois moments de son élaboration sont analysés. Le premier est celui de l’affirmation d’une éthique de responsabilité opposée à la conception sociale de la responsabilité de l’écrivain telle que la définit le Ministère public lors des procès pour outrage à la morale et aux bonnes mœurs au xixe siècle. L’illustration du principe de sincérité comme éthique de responsabilité de l’artiste dans l’entreprise autobiographique d’André Gide constitue le deuxième moment de cette étude. Enfin, troisième moment, les procès de l’épuration ont marqué une forme de reconnaissance sociale et étatique paradoxale de cette déontologie de la sincérité.

Anne Simonin, « Le suicide de Pierre Drieu La Rochelle : stratégie littéraire, stratégie judiciaire ? »

13Le suicide de Pierre Drieu La Rochelle, le plus célèbre des écrivains collaborateurs, intervenu à la Libération, peut être diversement interprété. En insistant sur la dimension juridique de cet acte, on défend ici l’idée que ce suicide a eu des conséquences politiques, préservant les collaborateurs de Drieu à La Nouvelle Revue Française de verdicts trop sévères de la part de la justice de l’épuration.

Jean-Pierre Salgas, « Witold Gombrowicz, “sociologue en apesanteur” »

14Witold Gombrowicz cite une fois le nom de Pierre Bourdieu mais n’a pu connaître son œuvre, alors qu’au contraire Bourdieu a connu les livres de Gombrowicz. Cet article entend montrer comment l’écriture objectivante de l’auteur de Ferdyduke lui a donné comme un pressentiment de « la sociologie du champ » de l’auteur des Règles de l’art.

Anna Boschetti, « Le “formalisme réaliste” d’Olivier Cadiot : une réponse à la question des possibles et du rôle de la recherche aujourd’hui »

15Dans les analyses qu’il a consacrées à l’œuvre de Flaubert et à celle de Baudelaire, Pierre Bourdieu pose que leur esthétique est un formalisme réaliste, fondé « sur la conciliation de possibles indûment séparés par la représentation dominante de l’art ». Car « c’est le travail pur sur la forme pure, exercice formel par excellence, qui fait surgir, comme par magie, un réel plus réel que celui qui se donne immédiatement aux sens ». Mais il n’est pas facile de se débarrasser de schèmes mentaux très résistants : l’opposition formalisme/réalisme est reproposée avec force aujourd’hui, ce qui risque d’occulter la contribution fondamentale que les recherches formelles peuvent apporter à la connaissance du monde. L’œuvre d’Olivier Cadiot est un exemple réussi de « formalisme réaliste », en ce que, loin de conforter les préjugés sur la gratuité du travail formel et sur son neutralisme éthique, elle répond de manière nouvelle à l’interrogation sur le rapport de la littérature au réel et sur le rôle social de la littérature.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540