Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

Kordoleôn et Mantaia (1467-1476)

Essai de géographie historique

Irène Beldiceanu-Steinherr

Texte intégral

  • 1 Citons à titre d’exemple: W.-D. Hütteroth, Ländliche Siedlungen im südlichen Inneranalolien in den (...)
  • 2 Irène Beldiceanu-Steinherr, Charsianon Kastron/Qal῾e-i Ḫarsanōs, dans Byzantion, t. LI, Bruxelles, (...)

1A maintes reprises les registres de recensement conservés aux Archives d’Istanbul et d’Ankara se sont avérés une source précieuse pour connaître le monde ottoman. Ils nous fournissent en effet des données de nature fiscale, démographique et institutionnelle qu’on cherchera en vain dans les sources narratives. Mais si de nombreux travaux ont vu le jour dans les domaines mentionnés ci-dessus, en revanche très peu de chercheurs ont reconnu leur utilité pour la géographie historique1. De plus, les travaux qui ont été accomplis dans cette discipline ne remontent pas au-delà de la période ottomane. Or les quelques sondages que nous avons faits, montrent que les registres de recensement conservent maint toponyme disparu de nos cartes2. Ils permettent par un certain nombre de recoupements de localiser des sites parfois fort anciens dont les noms ne nous sont parvenus qu’à travers des textes littéraires de tout genre. Les lignes qui suivent essaieront de montrer les services que peut rendre cette documentation nouvelle aux études byzantines, particulièrement dans le domaine de la géographie historique.

2En feuilletant les registres de recensement de la province d’Aydın, notre attention a été attirée par deux localités, Kordoleôn et Mantaia. On rétorquera que la localisation de Kordoleôn ne pose aucun problème ; quant à Mantaia, elle ne se trouve certes plus sur nos cartes, mais on peut deviner à peu près son emplacement. Le but de notre étude n’est pas de revenir entièrement sur l’acquis, mais d’apporter un certain nombre de précisions.

Carte de la région de Kürdelan et Manda

Carte de la région de Kürdelan et Manda

Les toponymes en italique sont mentionnés dans le MM 232 et le TT 8.

  • 3 Hélène Ahrweiler, L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations tu (...)
  • 4 P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident. Becherches sur « La geste d’Umur Pacha », Par (...)
  • 5 P. Lemerle, op. cit., p. 47-50 ; Hélène Ahrweiler, op. cit., p. 10.
  • 6 Sur ces principautés voir : Irène Melikoff-Sayar, Le deslân d’Umūr Pacha, Paris, 1954 ; P. Lemerle(...)
  • 7 P. Lemerle, op. cit., p. 180-203.
  • 8 I. H. Uzunçarsili, op. cit., p. 113 (Aydin), p. 88 (Saruhan) ; P. Wittek, Das Fürstentum Mentesche(...)
  • 9 Marie-Mathilde Alexandrescu-Dersca, La campagne de Timur en Anatolie (1402), Bucarest, 1942, p. 87 (...)
  • 10 P. Wittek, op. cit., p. 95-99, 102, 103 ; I. H. Uzunçarsili, op. cit., p. 114-115 ; H. Akin, op. c (...)

3Avant de présenter la documentation dont nous disposons, passons rapidement en revue l’époque qui précède l’incorporation de la région susdite à l’État ottoman. C’est à la conquête de Constantinople par les Latins que la région de Smyrne doit son essor dans la première moitié du xiiie siècle. En effet, Jean Vatatzès transfère la cour à Nymphaion et fait de nombreux efforts pour développer la vie économique et spirituelle3. La période de prospérité et de paix est cependant de courte durée. Réinstallés à Constantinople, les empereurs se détournent de cette partie de l’Asie Mineure soumise de plus en plus à la poussée turque. Les quelques essais pour endiguer l’avance turque s’avèrent autant d’échecs4. Peu après 1307 mais avant 1318, toute la région passe aux mains des Turcs à l’exception de Philadelphie5. Izmir devient une partie de la principauté d’Aydın, tandis qu’au nord s’installe la principauté de Ṣaruḫan6. En 1344, les Latins occupent le château fort du port7, mais les choses en restent là. C’est au tournant du xve siècle que les événements se précipitent. Conquête d’Aydın, de Ṣaruḫan et de Philadelphie dès l’avènement au trône de Bāyezīd Ier8 mise à sac d’Izmir par Timur après la bataille d’Ankara (1402) et délogement des Latins9 ; réinstallation des anciennes dynasties pour une courte période et l’épisode du maître d’Izmir, Ğüneyd, personnage à la vie agitée qui fut vaincu finalement par Murād II et exécuté en 829 (1425/26)10. Le premier registre dont nous disposons ne date cependant que de 1467. Cent-cinquante ans séparent donc la source la plus ancienne dont nous disposons, de l’installation des Turcs dans la région.

  • 11 En tête du chapitre qui introduit les domaines de Kürdelan et Manda est inscrite la date du 26 ğem (...)
  • 12 M. A. Cook, op. cit., p. 48. Étant donné que le troisième recensement du règne de Mehmed II fut ré (...)

4Notre étude s’appuie sur deux registres conservés à Istanbul aux Archives de la Présidence du Conseil. Le premier se trouve dans le fonds Maliyeden Müdevver (registres transmis du ministère des finances) et porte le n°232 (cité dorénavant MM 232). Il date de 146711. Le second appartient au fonds Tapu ve Tahrir Defterleri (registres de cadastre et de recensement) et porte le n°8 (cité dorénavant TT 8). Bien qu’il ne soit pas daté, il ne fait aucun doute qu’il fut rédigé autour de l’année 147612.

  • 13 District de Kürdelan ; MM 232, p. 306-313 ; TT 8, p. 528-531 ; district de Manda : MM 232, p. 313- (...)
  • 14 MM 232, p. 307-308, TT 8, p. 529 ; sur la localisation cf. infra, p. 47 n. 8.
  • 15 MM 232, p. 308-310, TT8 p. 529-530 ; sur la localisation cf. infra, p. 47 n. 9.
  • 16 MM 232, p. 311-312, TT 8, p. 530-531.
  • 17 MM 232, p. 312.
  • 18 MM 232 p. 318-319 ; TT 8, p. 538.
  • 19 MM 232, p. 322, TT 8, p. 539 ; sur la localisation cf. infra, p. 48 n. 1.
  • 20 MM 232, p. 323-324 ; TT 8, p. 536 ; sur la localisation cf. infra, p. 48 n. 2.
  • 21 MM 232, p. 324-326 ; TT 8, p. 537 ; sur la localisation cf. infra, p. 48 n. 3.
  • 22 District de Kürdelan : MM 232, p. 312-313 ; TT 8, p. 531 ; district de Manda : MM 232, p. 327 ; TT (...)
  • 23 Sur les enoriai de Kordoleôn et Mantaia : Hélène Ahrweiler, art. cit., p. 59-61.

5Dans les deux registres Kordoleôn et Mantaia font partie des domaines du sultan ; c’était à l’époque Mehmed II, le Conquérant de Constantinople. Le premier toponyme est transcrit Kürdelan (ou Gürdelan — l’écriture arabe permet malheureusement plusieurs lectures —), le second Manda. On y reconnaît aisément les formes byzantines. Bien que qualifié de qariye, Kürdelan et Manda ne se présentent pas comme de simples villages. Chacun est le chef-lieu d’un district auquel se rattachent d’autres localités13. Ainsi Orta Köy14, Sek (prononcé peut-être Sag ou Seki)15, Ṭaġlu16 et la madrague de Phocée17 — mais non pas Phocée elle-même — dépendent de Kürdelan, tandis que Ḥamīdlü18, Qoġluğa19, Ḥāğğılar20 et Pıñar Baši21 dépendent de Manda. Notons toutefois que le recenseur n’emploie aucun terme propre au langage administratif ottoman pour désigner cette subdivision territoriale. Pourtant il est clair qu’il considère l’ensemble comme un district. En effet, contrairement aux habitudes de la chancellerie ottomane, la production n’est pas inscrite après chaque village, mais à la fin du district22. Il est donc légitime de se demander, si nous n’avons pas ici la survivance de l’ancienne enoria byzantine23. Si cette hypothèse s’avère correcte — nous laissons aux byzantinistes le soin de confronter leurs sources avec les nôtres, — on pourrait connaître d’une façon plus précise les limites des anciennes subdivisions ecclésiastiques.

  • 24 Village situé sur la rive septentrionale du golfe de Smyrne : A. M. Fontrier, Le monastère de Lemb (...)
  • 25 Carte de la Turquie 1/200 000 publiée par la Direction Générale de Cartographie, Ankara, 1946, feu (...)
  • 26 Nous ignorons la prononciation de ce toponyme écrit seulement avec deux consonnes. Les cartes donn (...)

6Prenons d’abord le district de Kürdelan. Sur trois localités, seule une est inconnue. Kordoleôn/Kürdelan, devenu par la suite Cordélio, est le Karşı Yaka d’aujourd’hui24. Orta Köy se trouve à 4 km à l’ouest de Menemen25. Étant donné qu’il s’agit d’un nom très répandu, une certaine prudence s’impose cependant. Quant à Sek, la localité ne figure plus sur les cartes récentes, mais se trouve sur les cartes anciennes. Elle est située à environ 5 km au nord de Karşı Yaka, à peu près à la hauteur de Çığlı, mais à l’est de cette localité26. La madrague de Phocée était certainement au sud de cette ville. N’oublions pas qu’à l’époque le Menemen se déversait directement dans le golfe d’Izmir.

  • 27 Qoġluğa ne se trouve plus sur les cartes d’aujourd’hui ; le village figure sur la carte dessinée p (...)
  • 28 Aujourd’hui Hacılar, carie de la Turquie 1/200 000, feuille Manisa Ik/11 ; cf. A. M. Fontrier, art (...)
  • 29 Aujourd’hui Pınarbaşı. Le toponyme signifie tête de source : Carte de la Turquie 1/200 000, feuill (...)
  • 30 TT 8, p. 542.
  • 31 Village et cours d’eau de même nom existent de nos jours : Carie de la Turquie 1/200 000, feuille (...)
  • 32 TT 8, p. 542.
  • 33 TT 8, p. 542. Il ne peut pas s’agir du Qızıl Taġ au sud-ouest d’Izmir qu’on trouve également sur l (...)
  • 34 TT 8, p. 542.
  • 35 TT 8, p. 538.
  • 36 Cf. N. Beldiceanu, Irène Beldiceanu-Steinherr, Riziculture dans l’empire ottoman (xive-xve siècle) (...)
  • 37 TT 8, p. 536.
  • 38 A. M. Fontrier, art. cit., carte.

7En ce qui concerne le district de Manda, le site du chef-lieu même est inconnu, mais sur les cinq villages qui s’y rattachent, trois sont portés sur les cartes, à savoir Qoġluğa27, Hāğğılar28 et Pıñar Bašı29. Le TT 8 nous livre d’autres détails qui permettent de tracer les limites du district. En notant les droits sur les moulins, il mentionne le moulin de Qavaqlu Dere30. Il s’agit donc soit du village, soit du cours d’eau de même nom qui passe par cette localité31. Nous savons en outre que le district comprenait une région montagneuse, car le recenseur enregistre les revenus qui en proviennent, sans en préciser toutefois la nature32. TT 8 cite également la montagne Rouge (Qızıl Ṭaġ)33, mais nous ignorons où il faut la chercher. Quant à Manda même, l’agglomération ne pouvait être située que dans la plaine. Le recenseur précise en effet, que le canal qui servait à l’irrigation des rizières se trouvait dans les limites du village34. Ḥamīdlü dont on ne connaît pas non plus l’emplacement, devait être situé également dans la plaine, puisqu’il comptait en 1476 dix pelleteurs (kürekği)35, paysans spécialisés dans la riziculture36. Ḥāğğılar ne comprenant que deux pelleteurs37, la terre devait y être moins propice à cette culture. Tous ces détails mènent à la conclusion que Manda devait se trouver en aval du cours d’eau qui se déverse dans le golfe d’Izmir. Si on compare ces données avec la carte que Fontrier a dressée de la région à propos des biens du monastère de Lembos38, on constate qu’au moins à l’époque ottomane ces deux districts étaient plus étendus. Kürdelan englobait au nord la madrague de Phocée, tandis que Manda comprenait à l’est non seulement Pıñar Bası et Ḥāğğılar, mais également Qavaqlu Dere.

  • 39 Nous avons calculé le nombre des unités fiscales en comptant un a un les contribuables. L’expérien (...)
  • 40 Nous savons par d’autres passages que le coton était mesuré par vuqiyye et qu’un vuqiyye de coton (...)

8Le district de Kürdelan comptait, en 1467, 170 unités fiscales et en 1476, 206 unités fiscales, célibataires et familles confondus39. Quant à Manda, le registre recense 440 unités fiscales en 1467 et 668 en 1476. Les deux régions étaient très riches. Le lecteur trouvera ci-dessous deux tableaux. Le premier réunit les revenus fiscaux du district de Kürdelan et le second ceux de Manda. Viennent d’abord les produits agricoles classés par variétés. Dans les deux colonnes qui suivent sont inscrites les données du MM 232 qui date de 1467. La première contient le revenu fiscal exprimé en aspres, la seconde, l’unité de mesure et le prix par unité, toujours en aspres. Suivent les données du TT 8 qui date de 1476. On y trouve également le montant du revenu fiscal en aspres et à côté l’unité de mesure et le prix par unité. Étant donné que nous ne connaissons pas la contrevaleur de ces mesures dans le système métrique — chaque province avait ses propres mesures — nous nous sommes abstenue de toute spéculation. Le recenseur ne donne d’ailleurs pas pour tous les produits l’unité de mesure40. La dernière colonne montre l’augmentation ou la diminution des revenus fiscaux par rapport au MM 232. La partie inférieure du tableau contient les divers droits. Le droit de tenure a été calculé à partir de la liste des contribuables, car les recenseurs se trompent constamment dans les additions et multiplications, surtout celui du MM 232. Ce chiffre ne prétend pas être rigoureusement exact. Nous ignorons malheureusement le montant du droit de tenure de quelques cas plutôt exceptionnels : quatre veuves, un éleveur de moutons possédant une tenure et un autre possédant une vigne.

  • 41 N. Beldiceanu, Code de lois coutumières de Mehmed II : Kitāb-i qavānīn-i ῾örfiyye-i ῾osmānī, Wiesb (...)
  • 42 N. Beldiceanu, op. cit., fol. 27 v°; H. Akin, op. cit., p. 205. Sur le raisiné on percevait cepend (...)
  • 43 TT 8, village de Češme ; sur le microfilm la pagination n’est pas lisible.
  • 44 N. Beldiceanu, Le timar dans l’État ottoman (début xive-début xvie siècle), Wiesbaden, 1980, p. 57 (...)

9En ce qui concerne l’imposition, il faut noter les règles suivantes : on prélevait un huitième sur les céréales41 et un dixième sur le reste42 à l’exception du riz soumis à un régime particulier. En effet, dans la province d’Aydın, on divisait la récolte en trois parts après avoir prélevé la semence. Une part revenait aux riziculteurs et deux parts aux domaines43. Pour ce qui est de la réserve, on prélevait la moitié de la production lorsqu’il s’agissait de céréales et un quart lorsqu’il s’agissait de fruits44. Les revenus d’Uzunquyu et de Qızıl Ṭaġ comprennent le loyer des maisons et les amendes dus par les habitants. Le tableau n° II inclut un certain nombre de revenus fiscaux mineurs qui se rapportent à des terrains détenus par des particuliers et que le recenseur a omis dans son tableau.

Tableau n° I. REVENUS FISCAUX DE LA RÉGION DE KÜRDELAN EN 1467 et 1476

Tableau n° I. REVENUS FISCAUX DE LA RÉGION DE KÜRDELAN EN 1467 et 1476

Légende :
* raisins noirs secs.
+ raisins rozaqi.
° chiffre arrondi à l’unité.

Tableau n° II. REVENUS FISCAUX DE LA RÉGION DE MANDA EN 1467 ET 1476

Tableau n° II. REVENUS FISCAUX DE LA RÉGION DE MANDA EN 1467 ET 1476

Légende du tableau 2 :
+ la dîme sur les olives est incluse dans la dîme sur les ruches.
+ + le chiffre comprend la dîme sur les olives.
* la dîme sur les potagers comprend la dîme sur la vesce.
** la dîme sur la vesce est inclue dans la dîme sur les potagers.

  • 45 Une pièce d’or valait 40 aspres en 1462 et 45 aspres en 1477 : N. Beldiceanu, Les actes des premie (...)
  • 46 Cf. Tableaux nos I et II.

10Les deux tableaux montrent que Kürdelan et Manda étaient spécialisés dans la production des raisins secs dont une variété s’appelait rozaqi. A Kürdelan, le revenu fiscal s’élevait à 11 000 aspres en 1467 et à 17 480 aspres en 1476, ce qui donne respectivement 275 et 388 florins45. A Manda, le revenu fiscal était de 20 000 aspres et cela aussi bien en 1467 qu’en 1476. Compte tenu de la dévaluation de l’aspre, cette somme correspond respectivement à 500 et 444 florins. Il faut remarquer cependant qu’il n’est pas sûr que le prix des raisins secs ait été ajusté par rapport à la dévaluation de l’aspre, car en ce qui concerne le blé et l’orge, nous constatons que le prix était le même en 1467 et 147646. Nous assistons ici peut-être à un phénomène de surproduction.

  • 47 Cf. ci-dessus et p. 49 n. 5.

11Après les raisins et les céréales, c’est le riz qui tient la place la plus importante dans l’économie du district de Manda. La production d’un montant de 4 500 aspres en 1467, s’élève à 15 000 aspres en 1476, la semence non comprise47. Vient ensuite le coton dont la culture diminue à Kürdelan, mais fait un bond dans le district de Manda. Ajoutons à cela quelques produits mineurs : abricots, poires, oranges amères, noix, olives, faséoles, pois chiches et plantes fourragères. Ces dernières augmentent considérablement à Manda en 1476. Ce qui surprend, lorsqu’on examine les tableaux, est le fait que de nombreux produits n’apparaissent que dans le recensement de 1476. Il ne faut pas en conclure qu’on ne les cultivait pas en 1467. Ils n’étaient peut-être pas jugés assez importants pour être recensés ou avaient échappé à la perspicacité du recenseur. Les nombreux sondages que nous avons faits montrent que le MM 232 contient des négligences flagrantes.

  • 48 N. Beldiceanu, Code de lois coutumières de Meḥmed II : Kitāb-i qavānīn-i ῾örfiyye-i ῾osmānī, Wiesb (...)

12L’élevage constituait l’une des richesses de la région. Si on prend en considération qu’on percevait un aspre sur deux moutons48, cela fait respectivement 2 000 et 3 500 moutons à Kürdelan pour les années 1467 et 1476 et à Manda respectivement 6 000 et 8 000 moutons pour les mêmes années.

13En ce qui concerne les moulins, il est frappant que le revenu qui provient de l’affermage diminue d’un recensement à l’autre, tandis que le droit sur les moulins augmente. Cela traduit peut-être le développement de l’initiative privée par rapport à l’entreprise d’État.

  • 49 MM 232, p. 312.
  • 50 Sur la déportation : Ö. L. Barkan, Osmanlı imparatorluğunda bir iskân ve kolonizasyon metodu olara (...)

14Nous avons mentionné plus haut la madrague de Phocée. Le MM 232 qui date de 1467 précise qu’elle était abandonnée parce que les pêcheurs, tous chrétiens, avaient été déportés à Constantinople49. Ce passage est un témoignage de plus de la politique de repeuplement menée par Meḥmed II en faveur de sa nouvelle capitale50. Nous assistons cependant aussi au revers de ses mesures parfois arbitraires. Dans le cas de la madrague de Phocée, c’est finalement le sultan lui-même qui est lésé, puisqu’il était le bénéficiaire des revenus.

15Nous terminons cette étude par un détail qui intéressera surtout les byzantinistes. Aussi bien le MM 232 (p. 312) que le TT 8 (p. 531) mentionnent des revenus provenant d’un monastère situé dans le district de Kürdelan, sans nous donner toutefois son nom. Dans le MM 232, le revenu du monastère est groupé avec le revenu provenant des noix et le recenseur a placé en dessous le chiffre 3. Ce chiffre est trop petit pour représenter un revenu quelconque. S’agit-il du nombre de noyers ? Nous sommes en présence d’une des nombreuses négligences dont le MM 232 fourmille malheureusement. Dans le TT 8, le monastère rapporte 400 aspres aux domaines. Chose curieuse, ni le MM 232, ni le TT 8 ne parlent des moines. Si on feuillette les deux registres, on constate qu’il ne reste des chrétiens que dans quelques grandes villes de la province. Partout se manifeste un fort courant d’islamisation. De nombreux contribuables sont soit des renégats — ils sont alors désignés par l’expression fils de ῾Abdullāh, c’est-à-dire l’esclave de Dieu —, soit des esclaves affranchis. En Aydın, contrairement à d’autres régions anatoliennes, la fusion entre la population autochtone et les nouveaux venus s’est opérée très rapidement, surtout à la campagne.

***

16Concluons. Les registres de recensement ottomans montrent que Kordoleôn et Mantaia, deux enoriai à l’époque byzantine, continuaient à survivre sous forme de district à l’époque ottomane et qu’on peut en connaître les limites grâce à un certain nombre de villages qui s’y rattachaient et qui sont repérables sur les cartes. Il reste à déterminer dans quelle mesure ces limites se superposent à celles de l’époque byzantine. Les registres révèlent en outre que les deux districts étaient très riches en produits agricoles, spécialement en raisins secs, ce qui leur valut d’être incorporés dans les domaines du sultan.

Notes

1 Citons à titre d’exemple: W.-D. Hütteroth, Ländliche Siedlungen im südlichen Inneranalolien in den letzten vierhundert Jahren, Göttingen, 1968; W.-D. Hütteroth, K. Abdulfattah, Historical Geography of Palestine, Transjordan and Southern Syria in the Late 16th Century, Erlangen, 1977; A. Cohen, B. Lewis, Population and Revenue in the Towns of Palestine in the Sixteenth Century, Princeton, 1978.

2 Irène Beldiceanu-Steinherr, Charsianon Kastron/Qal῾e-i Ḫarsanōs, dans Byzantion, t. LI, Bruxelles, 1981 (sous presse).

3 Hélène Ahrweiler, L’histoire et la géographie de la région de Smyrne entre les deux occupations turques (1081-1317) particulièrement au xiiie siècle, dans Travaux et mémoires (Centre de Recherches d’Histoire et Civilisation Byzantines), t. I, Paris, 1965, p. 42-44 ; sur les couvents p. 94-99.

4 P. Lemerle, L’émirat d’Aydin, Byzance et l’Occident. Becherches sur « La geste d’Umur Pacha », Paris, 1957, p. 14-18 ; P. Schreiner, Zur Geschichte Philadelphias im 14. Jahrhundert (1293-1390), dans Orientalia Christiana Periodica, t. XXXV/2, Rome, 1969, p. 375-404.

5 P. Lemerle, op. cit., p. 47-50 ; Hélène Ahrweiler, op. cit., p. 10.

6 Sur ces principautés voir : Irène Melikoff-Sayar, Le deslân d’Umūr Pacha, Paris, 1954 ; P. Lemerle, op. cit. ; H. Akin, Aydinogullari tarihi hakkinda bir arastirma2 (Recherches sur l’histoire de l’émirat d’Aydin), Ankara, 1968 ; I. H. Uzunçarsili, Anadolu beylikleri ve Akkoyunlu, Karakoyunlu devletleri2 (Les émirats anatoliens et les états du Mouton Blanc et du Mouton Noir), Ankara, 1969, p. 104-120 (Aydin), p. 84-91 (Saruhan) ; M. Ç. Uluçay, Saruhanogullari ve eserlerine dair vesikalar (Documents concernant l’émirat de Saruhan et leurs œuvres), 2 vols, Istanbul, 1940-1946.

7 P. Lemerle, op. cit., p. 180-203.

8 I. H. Uzunçarsili, op. cit., p. 113 (Aydin), p. 88 (Saruhan) ; P. Wittek, Das Fürstentum Mentesche2, Amsterdam, 1967, p. 77-83 ; sur Philadelphie : P. Schreiner, art. cit.

9 Marie-Mathilde Alexandrescu-Dersca, La campagne de Timur en Anatolie (1402), Bucarest, 1942, p. 87-90 ; P. Lemerle, op. cit., p. 42.

10 P. Wittek, op. cit., p. 95-99, 102, 103 ; I. H. Uzunçarsili, op. cit., p. 114-115 ; H. Akin, op. cit., p. 78-83. Les deux auteurs ne tiennent pas compte des pages que Wittek a consacrées à Güneyd ; à utiliser avec précaution.

11 En tête du chapitre qui introduit les domaines de Kürdelan et Manda est inscrite la date du 26 ğemāzī’l-evvel de l’année 871 de l’hédjire (3 janv. 1467). Cf. M. A. Cook, Population Pressure in Rural Anatolia, 1450-1600, Londres, 1972, p. 47.

12 M. A. Cook, op. cit., p. 48. Étant donné que le troisième recensement du règne de Mehmed II fut réalisé aux environs de 1476, le TT 8 doit dater de la même époque. Cf. la liste des recenseurs : Irène Beldiceanu-Steinherr, N. Beldiceanu, Règlement ottoman concernant le recensement (première moitié du xvie siècle), dans Südost-Forschungen, t. XXXVII, Munich, 1978, p. 33, nos 46, 50.

13 District de Kürdelan ; MM 232, p. 306-313 ; TT 8, p. 528-531 ; district de Manda : MM 232, p. 313-327 ; TT 8, p. 532-542.

14 MM 232, p. 307-308, TT 8, p. 529 ; sur la localisation cf. infra, p. 47 n. 8.

15 MM 232, p. 308-310, TT8 p. 529-530 ; sur la localisation cf. infra, p. 47 n. 9.

16 MM 232, p. 311-312, TT 8, p. 530-531.

17 MM 232, p. 312.

18 MM 232 p. 318-319 ; TT 8, p. 538.

19 MM 232, p. 322, TT 8, p. 539 ; sur la localisation cf. infra, p. 48 n. 1.

20 MM 232, p. 323-324 ; TT 8, p. 536 ; sur la localisation cf. infra, p. 48 n. 2.

21 MM 232, p. 324-326 ; TT 8, p. 537 ; sur la localisation cf. infra, p. 48 n. 3.

22 District de Kürdelan : MM 232, p. 312-313 ; TT 8, p. 531 ; district de Manda : MM 232, p. 327 ; TT 8, p. 542.

23 Sur les enoriai de Kordoleôn et Mantaia : Hélène Ahrweiler, art. cit., p. 59-61.

24 Village situé sur la rive septentrionale du golfe de Smyrne : A. M. Fontrier, Le monastère de Lembos près de Smyrne et ses possessions au xiiie siècle, dans Bulletin de Correspondance Hellénique, XVIe année, Paris, 1892, carte ; Hélène Ahrweiler, art. cit., p. 60-61.

25 Carte de la Turquie 1/200 000 publiée par la Direction Générale de Cartographie, Ankara, 1946, feuille Izmir, Ii/8.

26 Nous ignorons la prononciation de ce toponyme écrit seulement avec deux consonnes. Les cartes donnent des prononciations différentes : H. Kiepert, Specialkarte vom westlichen Kleinasien, Berlin, 1890 (Saghkiöi) ; Z. Khanzadian, Atlas de géographie économique de Turquie, Paris, 1924, pl. 15 (Saki Keui).

27 Qoġluğa ne se trouve plus sur les cartes d’aujourd’hui ; le village figure sur la carte dessinée par Fontrier à mi-chemin entre Buca (Boudja) et Işıklar (Ichiklar) : A. M. Fontrier, art. cit., carte (Kokloudja).

28 Aujourd’hui Hacılar, carie de la Turquie 1/200 000, feuille Manisa Ik/11 ; cf. A. M. Fontrier, art. cit., carte (Hadjilar).

29 Aujourd’hui Pınarbaşı. Le toponyme signifie tête de source : Carte de la Turquie 1/200 000, feuille Manisa Ik/11 ; A. M. Fontrier, art. cit., carte (Bounarbachi).

30 TT 8, p. 542.

31 Village et cours d’eau de même nom existent de nos jours : Carie de la Turquie 1/200 000, feuille Manisa Ik/11 ; cf. A. M. Fontrier, art. cit., carte (Kavaklidéré).

32 TT 8, p. 542.

33 TT 8, p. 542. Il ne peut pas s’agir du Qızıl Taġ au sud-ouest d’Izmir qu’on trouve également sur la carte de Piri Reis : P. Lemerle, op. cit., pl. I; cf. A. M. Fontrier, art. cit., carte (Kızıl Dagh).

34 TT 8, p. 542.

35 TT 8, p. 538.

36 Cf. N. Beldiceanu, Irène Beldiceanu-Steinherr, Riziculture dans l’empire ottoman (xive-xve siècle), dans Turcica, t. IX/2-X, Paris-Strasbourg, 1978, p. 9-28.

37 TT 8, p. 536.

38 A. M. Fontrier, art. cit., carte.

39 Nous avons calculé le nombre des unités fiscales en comptant un a un les contribuables. L’expérience montre en effet, que les totaux donnés par les recenseurs contiennent souvent des erreurs de calcul. En ce qui concerne les différents types d’unités fiscales, nous espérons y revenir dans un travail ultérieur.

40 Nous savons par d’autres passages que le coton était mesuré par vuqiyye et qu’un vuqiyye de coton valait 1 aspre : MM 232, p. 249, 255.

41 N. Beldiceanu, Code de lois coutumières de Mehmed II : Kitāb-i qavānīn-i ῾örfiyye-i ῾osmānī, Wiesbaden, 1967, fol. 27 v°; H. Akin, op. cit., p. 204.

42 N. Beldiceanu, op. cit., fol. 27 v°; H. Akin, op. cit., p. 205. Sur le raisiné on percevait cependant 1 aspre sur 15 aspres : H. Akin, op. cit., p. 205.

43 TT 8, village de Češme ; sur le microfilm la pagination n’est pas lisible.

44 N. Beldiceanu, Le timar dans l’État ottoman (début xive-début xvie siècle), Wiesbaden, 1980, p. 57 ; H. Akin, op. cit., p. 203.

45 Une pièce d’or valait 40 aspres en 1462 et 45 aspres en 1477 : N. Beldiceanu, Les actes des premiers sultans conservés dans les manuscrits turcs de la Bibliothèque Nationale à Paris, t. I : Actes de Mehmed II et de Bayezid II du ms. fonds turc anc. 39, Paris-La Haye, 1960, p. 175.

46 Cf. Tableaux nos I et II.

47 Cf. ci-dessus et p. 49 n. 5.

48 N. Beldiceanu, Code de lois coutumières de Meḥmed II : Kitāb-i qavānīn-i ῾örfiyye-i ῾osmānī, Wiesbaden, 1967, fol. 56 v°-57 r° ; H. Akin, op. cit., p. 206-207.

49 MM 232, p. 312.

50 Sur la déportation : Ö. L. Barkan, Osmanlı imparatorluğunda bir iskân ve kolonizasyon metodu olarak sürgünler (Les déportations comme méthode de peuplement et de colonisation dans l’empire ottoman), dans Iktisat fakültesi mecmuası, t. XIII, Istanbul, 1953, p. 56-79 ; t. XV, 1-4, Istanbul, 1955, p. 209-237 ; N. Beldiceanu, Irène Beldiceanu-Steinherr, Déportation et pêche à Kilia entre 1484 et 1508, dans Bulletin of the School of Oriental and African Studies, t. XXXVIII/1, Londres, 1975, p. 40-54.

Table des illustrations

Titre Carte de la région de Kürdelan et Manda
Légende Les toponymes en italique sont mentionnés dans le MM 232 et le TT 8.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1988/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Tableau n° I. REVENUS FISCAUX DE LA RÉGION DE KÜRDELAN EN 1467 et 1476
Légende Légende :* raisins noirs secs.+ raisins rozaqi.° chiffre arrondi à l’unité.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1988/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre Tableau n° II. REVENUS FISCAUX DE LA RÉGION DE MANDA EN 1467 ET 1476
Légende Légende du tableau 2 :+ la dîme sur les olives est incluse dans la dîme sur les ruches.+ + le chiffre comprend la dîme sur les olives.* la dîme sur les potagers comprend la dîme sur la vesce.** la dîme sur la vesce est inclue dans la dîme sur les potagers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1988/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 386k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540