Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

Manuel Ducas Comnène Gavras de Troade à propos de CIG IV2, n°8763

Anne Avraméa

Texte intégral

  • 1 A. A. M. Bryer, A Byzantine Family : The Gabrades, c. 979-c. 1653, University of Birmingham, Histo (...)

1Parmi les travaux de prosopographie byzantine, ceux concernant la famille des Gavras tiennent une place prépondérante puisque les Gavras ont fait l’objet d’études poussées ces dernières années1. La présente note a comme but d’apporter quelques éclaircissements sur la personne nommée Manuel Ducas Comnène Gavras, le « skoulikas » mentionné par l’inscription publiée dans le Corpus Inscriptionum Graecarum, t. IV2, p. 350-1, n°8763. Rappelons brièvement le contenu du texte épigraphique : la première partie (4 lignes) n’est pas très claire. Il s’agit peut-être de la constitution par Gavras, d’une rente de vingt hyperpes à un monastère. De la seconde partie (9 lignes) il ressort que la pierre était placée dans un cimetière entouré d’une vigne et de plantations d’arbres fruitiers ; le texte mentionne un contrat de vente de la vigne et des arbres fruitiers à Manuel Ducas Comnène Gavras, surnommé « skoulikas », par le kathégoumène Agathon et les moines d’un couvent, dont le vocable n’est pas mentionné, pour la somme de 40 hyperpes. Cette somme est redonnée par Gavras au couvent pour le salut de son âme. L’acte date de l’an 1300-1, indiction XIV.

  • 2 D. Polemis, The Doukai. A Contribution to Byzantine Prosopography, London 1968, p. 120, n° 88, n. (...)
  • 3 Musée de Sculpture antique et moderne ou Description historique et graphique du Louvre et de toute (...)
  • 4 Musée Impérial du Louvre : Les Inscriptions Grecques, interprétées par W. Froehner, Paris 1865. N° (...)

2Les chercheurs modernes2 ont classé cette inscription comme provenant de Mistra et fait de Manuel Gavras une personne vivant en Laconie. Pourtant une lecture attentive de CIG IV2, n° 8763 nous conduit dès le début à la constatation que Mistra n’est point mentionné comme lieu de provenance de la pierre ; l’erreur est facilement explicable par le fait que deux inscriptions, celle qui précède et celle qui suit (les nos 8762 et 8764), en proviennent. Dans les notes introductives à l’édition du n°8763, il est signalé que le texte qui nous préoccupe était gravé sur le revers d’un autel qui, de l’autre côté, comportait une épitaphe mentionnant Mélanippe ; les deux textes avaient le n°210 dans le catalogue de la collection Choiseul-Gouffier et furent édités par Clarac dans son grand travail sur les sculptures du Louvre3. Nous apprenons ainsi que la pierre était entrée au Musée du Louvre grâce à Choiseul-Gouffier. Le fait que la pierre était gravée des deux côtés nous a amenée à chercher des détails sur le texte de l’épitaphe de Mélanippe. Cette inscription fut éditée en 1843 — donc avant l’inscription mentionnant Gavras — dans GIG II, n° 3765 et classée comme provenant de Nicée ; mais il y est mentionné ainsi que dans Clarac qu’« on ne connaît pas davantage ni l’époque de cette inscription ni le lieu où était placé le monument ». Quelques années plus tard W. Froehner dans le recueil des inscriptions grecques du Louvre nous indique que l’autel apporté d’Asie Mineure par Choiseul-Gouffier était coupé et que les deux textes gravés étaient séparés4.

  • 5 Anne Catsantonis-Avraméa, Les Relations des navigateurs français aux Archives Nationales de France (...)
  • 6 N°des cotes : 3jj 225, 226. Sur la participation et l’œuvre de Truguet, cf. J. B. Le Chevalier, Vo (...)
  • 7 Nous comptons présenter prochainement le dossier complet. Pour le moment notons que pour les inscr (...)

3Une recherche dans les Archives Nationales de France et notamment dans le Dépôt des Cartes et Plans de la Marine nous a fait découvrir la provenance exacte de la pierre. Parmi les relations des navigateurs français5 Figurent les travaux du vice-amiral Comte L. J. F. Truguet contenant des cartes, plans et autres documents, résultats de la campagne qu’il a faite dans les mers du Levant pendant les années 1785 à 1788 avec Choiseul-Gouffier6. Les papiers de Truguet contiennent des rapports sur les levées de cartes marines et des observations astronomiques, mais parmi ces documents se trouvent douze inscriptions grecques et latines de la région de la Troade et de l’Hellespont copiées par lui-même. La plupart de ces inscriptions ont été publiées par Le Chevalier, Le Bas, et reprises dans les GIG II et CIL III7. Le texte mentionnant Gavras y figure (cf. fig. 1).

  • 8 Truguet fait d’abord le brouillon des inscriptions sans commentaire, puis il recopie les inscripti (...)

4La contribution du fac-similé de Truguet8 consiste surtout dans la mention de détails sur le lieu de la trouvaille de la pierre et moins dans la transcription puisque le texte épigraphique est aujourd’hui bien conservé au Musée du Louvre (cf. fig. 2 ; MA 3051). Le texte accompagnant le fac-similé de Truguet est le suivant : « Inscription d’un autel couché et enchassé dans une muraille dans la maison d’un turc de Kemallhy village au pied du mont Ida. Cet autel a 34 pouces de hauteur sur 22 pouces en quarré ; il est un peu écorné par en haut de deux côtés, de sorte qu’il manque peut-être une ou deux lettres au commencement de la première ligne, 4 à 5 à la fin, et deux à la fin de la seconde ; le reste est bien entier, bien conservé, les lettres sont nettes la copie est aussi très exacte, il n’y manque aucun accent. »

  • 9 Cf. J. M. Cook, o.c., p. 201, 209-210.
  • 10 Cité par A. Reinach, Voyage épigraphique en Troade et en Éolide, Revue Épigraphique, t. I, 1913, p (...)
  • 11 J. M. Cook, o.c., p. 202.
  • 12 Cette inscription a été signalée aussi par Chandler : « au-dessus de la porte sont gravés des cara (...)

5Le village de Kémalli au Nord-Est et proche d’Alexandria Troas est donc le lieu de provenance de la pierre qui portait les deux textes épigraphiques. Ceux qui ont visité et décrit le village, en particulier Chandler, Newton, Schliemann, Reinach et Cook ont noté l’abondance de pièces de marbre gravées qu’ils ont vues à l’entrée de Kémalli et dans le village, et ils sont tous d’avis que ce riche matériel épigraphique provenait d’Alexandria Troas9. « On trouve dans les anciens cimetières une foule de fragments d’inscriptions grecques et latines et nous vîmes plus de marbres dans les environs de ce petit village qu’à Troas même », notait Chandler10. Pourtant aucun voyageur n’a signalé des inscriptions ou des restes byzantins et Cook qui visita la région en 1960 écrit : « bien que Alexandria Troas fût le siège d’un évêché il n’y a pas de traces de l’époque byzantine et rien de plus tardif que du proto-chrétien »11. Truguet est donc le seul à avoir vu à Kémalli une inscription byzantine dont il prit soin de transcrire le texte. Le même Truguet a parlé de la mosquée de Kémalli dont il écrit qu’elle fut bâtie quatre ans avant la prise de Constantinople. Sur la mosquée, Truguet a vu et copié une inscription en caractères grecs dont le contenu est indéchiffrable12.

  • 13 F. de Clarac, o.c., p. lxv.
  • 14 G. Fatouros, o.c., nos 369, 371, 386, 396.

6Nous pouvons ainsi dire que si l’autel portant le texte sur Mélanippe fut apporté d’Alexandria Troas, on ne sait pas où il fut placé et gravé au début du xive s. pour annoncer le contrat de vente de la vigne et la donation de la somme par Gavras au couvent anonyme. Il est en tout cas très probable que cette possession terrienne du couvent n’était pas loin de Kémalli. Manuel Ducas Comnène Gavras devait vivre dans la région de Troade. Il ne nous est pas connu par d’autres sources et nous sommes en difficulté pour l’identifier avec un des Gavras mentionnés à cette époque. Le surnom « skoulikas » a été interprété par Hase13 comme titre militaire et traduit en français par « chef de gardes », du mot σκούλκαι (excubiae, vigiliae = troupes de reconnaissance). Pourtant il nous semble impossible d’accepter cette interprétation puisque celui qui appartient à la « σκούλκα » est appelé « σκουλκάτωρ ». Il nous paraît plus probable de voir dans l’appellation « σκουλικᾶς » celui qui s’occupe de l’élevage des vers à soie. Peut-être serait-il possible de l’identifier avec un des frères du fameux Michel Gavras (ca. 1290-après 1350) dont nous possédons le corpus des lettres et qui mentionne dans sa correspondance un de ses frères qui reste anonyme ? La difficulté qui provient de l’addition des noms Ducas Comnène pourrait être expliquée par le fait que notre Gavras aurait acquis ces noms par alliance. Par des lettres adressées par Michel Gavras à l’empereur, à Théodore Xanthopoulos, à Jean Cantacuzène et à Démétrius Kéraméas, nous apprenons que son frère qui possédait une métairie fut fait prisonnier parce qu’il avait quitté son poste militaire ; il écrit donc pour solliciter la mise en liberté de celui-ci14. En conclusion nous pouvons dire que, s’il n’est pas facile d’identifier Gavras, nous sommes sûrs qu’il vivait en Troade et non à Mistra.

Notes

1 A. A. M. Bryer, A Byzantine Family : The Gabrades, c. 979-c. 1653, University of Birmingham, Historical Journal, vol. XII, n°2, 1970, p. 164-187 (= The Gabrades). A. Bryer - St. Fassoulakis - D. M. Nicol, A Byzantine Family: The Gabrades. An Additional Note, Byzanlinoslavica, t. 36, fasc. 1 (1975), p. 38-45. La correspondance du plus fameux des Gavras, Michel, fut éditée par G. Fatouros, Die Briefe des Michael Cabras (ca. 1290 - nach. 1350). I Teil : Einleitung, Adressaten, Begesten, Begisier. II Teil : Text., Wien 1973 (Wiener Byzantinistische Studien, Band X/1, 2). Cf. dernièrement D. Tsamis, Ἰωσήφ Καλοθέτου Συγγράμματα, Thessalonique 1980, p. 61-67.

2 D. Polemis, The Doukai. A Contribution to Byzantine Prosopography, London 1968, p. 120, n° 88, n. 2. Bryer, o.c., n° 18, p. 171, 182, n. 68. C. Mentzou-Meïmari, Χρονολογημέναι Βυζαντιναί Ἐπιγραφαί τοῦ Corpus Inscriptionum Graecarum, t. IV, 2, Deltion tis Christianikis ké Archaiologikis Hetaireias, pér. IV, t. IX, 1977-1979, p. 98-99, n° 106.

3 Musée de Sculpture antique et moderne ou Description historique et graphique du Louvre et de toutes ses parties par le Cte F. de Clarac, t. II, Paris 1841, 483, n°681, pl. XXXII, p. 887 et additions p. lxiv-lxv, lxvii ; 485, n° 578, pl. XXXI, p. 890-892.

4 Musée Impérial du Louvre : Les Inscriptions Grecques, interprétées par W. Froehner, Paris 1865. N°141, p. 245-247 (Mélanippe) ; n°290, p. 321-323 (Gavras).

5 Anne Catsantonis-Avraméa, Les Relations des navigateurs français aux Archives Nationales de France, Eranistis, t. 2, fasc. 11, 1964, p. 207-213.

6 N°des cotes : 3jj 225, 226. Sur la participation et l’œuvre de Truguet, cf. J. B. Le Chevalier, Voyage de la Troade fait dans les années 1785 et 1786, 3e éd., t. I, Paris 1802, p. 256-7, 269. M. G. A. F. Choiseul-Gouffîer, Voyage pittoresque de la Grèce, t. II, Paris 1809, p. 11 et surtout l’excellent travail de J. M. Cook, The Troad. An Archaeological Study, Oxford 1973, p. 47 (chapitre consacré aux voyageurs et cartes de la Troade : p. 14-51. Nouvelles inscriptions, par G. A. Bean : p. 395-418).

7 Nous comptons présenter prochainement le dossier complet. Pour le moment notons que pour les inscriptions dont Truguet donne le fac-similé, mentionne le village et le site où elles ont été vues par lui, et donne parfois les mesures, les villages de provenance sont : Kémalli, Bergas, Escuptcha, le château du canal des Dardanelles, Cangrely, Yenikoi (Yeni-Sehir), Eskistamboul (Alexandria Troas), Ténédos.

8 Truguet fait d’abord le brouillon des inscriptions sans commentaire, puis il recopie les inscriptions avec un bref texte accompagnant le fac-similé.

9 Cf. J. M. Cook, o.c., p. 201, 209-210.

10 Cité par A. Reinach, Voyage épigraphique en Troade et en Éolide, Revue Épigraphique, t. I, 1913, p. 313 n. 1.

11 J. M. Cook, o.c., p. 202.

12 Cette inscription a été signalée aussi par Chandler : « au-dessus de la porte sont gravés des caractères grecs, mais tellement compliqués que je ne pus ni les copier ni les déchiffrer » : Reinach, o.c., p. 314. Mis à part les deux inscriptions grecques, Truguet copia à Kémalli deux inscriptions latines (= CIL III, nos 381, 382).

13 F. de Clarac, o.c., p. lxv.

14 G. Fatouros, o.c., nos 369, 371, 386, 396.

Table des illustrations

Légende Fig. 1
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1987/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Légende Fig. 2
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1987/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 574k

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540