Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

La géographie du culte de saint Christophe en Grèce a l’époque méso-byzantine et l’évêché de Lacédémone au début du xe siècle*

Anne Avraméa

Texte intégral

  • * Communication faite on grec au IIe Congrès International d’Études Péloponnésiennes (Patras, mai 19 (...)
  • 1 Dans cette étude je me borne à la mention des monuments cultuels méso-byzantins de Grèce voués à S (...)

1Dans le cadre d’une recherche étendue, relative à la répartition géographique des sites byzantins en Grèce du viie au xiie s., j’ai été amenée à faire une constatation particulière : c’est à l’époque méso-byzantine et surtout au xe s. que se réfèrent des renseignements mentionnant l’existence d’un martyrion, d’un monastère et d’églises, voués à la mémoire de S. Christophe1. Ces renseignements d’ordre philologique — notamment des scholies à des codex—, archéologique et épigraphique se répartissent géographiquement dans la Grèce centrale et le Péloponnèse et ceux qui sont rassemblés jusqu’à présent sont les suivants :

I. Grèce centrale

  1. Une scholie à Lucien nous fait connaître l’existence d’un martyrion de S. Christophe sur la colline de l’oracle de Trophonios en Lévadie de Béotie : « Ὁ μέν Τροφώνιος ἐν Λεϐαδείᾳ τῆς Βοιωτίας, καθ’ ὅ νῦν ἐπί λόφου τό μαρτύριον Χριστοφόρου τοῦ ἱεροῦ μάρτυρος, τό αὑτοῦ συνεστήσατο χρηστήριον πρός τῇ συναγκείᾳ τῶν ἐκεῖ πετρωδῶν λόφων...2. Le renseignement provenant de cette scholie n’a pas pu être recoupé par la recherche bibliographique ainsi que locale ; il faut pourtant signaler que G. Lampakis mentionne la découverte d’un chancel du xe-xie s. trouvé dans les ruines d’une vieille église de la Vierge à Trophonion3.
  2. Près du village Polydrosson (ex-Souvala) de Phocide, au-dessus des sources du Céphise béotien, deux églises de l’époque méso-byzantine ont été signalées : l’une sous le vocable de la Vierge Eléoussa, l’autre sous le vocable de S. Christophe4. Il est intéressant de signaler que l’église de S. Christophe se trouve près de l’église de la Vierge, aux sources du fleuve Céphise et à côté d’un sanctuaire ancien voué à la nymphe Lilaia (Pausanias X, 33.4).

II. Péloponnèse

  1. Dans le codex Parisinus Graecus 1397, de la seconde moitié du xe s., qui contient des scholies aux livres I à IX de Strabon, après la phrase « θινώδης ὁ τόπος », se référant aux lagunes de Kaïapha, dans le département d’Élide, nous lisons la scholie suivante : « νῦν τοῦ Ἁγίου Χριστoφóρου μοναστήριον τοῦτο φασίν »5. L’éditeur des scholies, Α. Diller, ignore l’emplacement de ce monastère et je n’ai pu trouver aucun indice topographique ou bibliographique qui se réfère à cette mention6.
  2. Au Sud-Est de la ville Philiatra, du département de Messénie, à une heure de distance de celle-ci, se trouve une petite église creusée dans le rocher connue sous le vocable de « S. Christophe de la montagne ». L’église ainsi que d’autres églises de la région portent sur leurs murs des graffiti et ont été étudiées et présentées par P. Papachristopoulos7. Ce savant local se fondant sur l’architecture de l’église, où il a constaté un synthronon creusé aussi dans le rocher, et sur la mention d’un graffito, date l’église de S. Christophe du ixe s. et précisément de 871. Le graffito donnant ce renseignement est écrit sur la partie gauche de l’abside de la petite église de S. Jean à côté de S. Christophe et sa traduction française est la suivante : « Aujourd’hui en αφπβ (= 1582) indiction---un chancel a été retiré du fond de la terre dans l’église de S. Christophe portant un canthare et une fleur sur le col. Derrière le chancel est inscrite la date 6379 donc années 711 ». Si l’on soustrait 871 de 1582, nous obtenons bien 711, c’est-à-dire que 711 années s’étaient écoulées de l’année où le chancel avait été placé jusqu’au jour de sa découverte en 15828.
  3. Dans la région de l’ancien Pallantion d’Arcadie, au Sud de Tripolis et à l’Ouest de Tégée, Guido Libertini a fouillé et étudié en 1940 deux églises chrétiennes, au lieu-dit « Bataki » : S. Georges et S. Christophe9. La basilique de S. Christophe, de grandes dimensions, est datée des ve-vie s. et contient des mosaïques ; elle fut érigée sur un sanctuaire ancien et un cimetière hellénistique et fut reconstruite et consacrée au xe s. La datation de ce renouvellement est expliquée en partie par le matériel de marbre sculpté qui y fut trouvé, entre autres l’ambon ou trône épiscopal déposé aujourd’hui au Musée de Tégée10. Mais la preuve décisive et le témoignage sûr que l’église de S. Christophe fut consacrée au xe s. proviennent d’une inscription commémorative datée, découverte par Libertini dans l’église moderne de la Vierge construite à côté de la basilique de S. Christophe.
  • 11 A ma connaissance seul Orlandos, o.c, a pris en considération cette inscription et accepté la date (...)

2Cette inscription byzantine doit faire ici l’objet d’une nouvelle étude puisque la présentation du texte par Libertini, faite après sa mort, est une simple transcription, sans photo ni fac-similé, comportant des fautes de lecture et de datation. L’important contenu de l’inscription, qui n’était suivi d’aucun commentaire, passa presque inaperçu11 et ne fut pas exploité du point de vue historique. Une visite sur place nous permit de vérifier le texte de près et de prendre des photos.

3La pierre fut trouvée et se trouve encore aujourd’hui sous l’autel de l’église de la Vierge formant une sorte de marche (cf. à la photo).

4Inscription de quatre lignes gravée sur pierre : longueur 0,86 (surface inscrite : 0,77) ; largeur 0,29 ; hauteur 0,14. Hauteur des lettres 0,04-0,02.

5Édition : G. Libertini, o.c. dans Actes du IXe congrès international d’études byzantines à Thessalonique, t. I, p. 254.

+ Ἐνεκενήσθη ὁ ναώς τοῦ ἁγίου Χριστωφóρου ὑπó Νικολάου τοῦ ἁγιοτάτου ἐπησκόπου Λακεδεμονίας μηνή Μαΐω ιεʹ ἰνδ(ικτιῶνος) Στʹ ἔτους, στυιαʹ.

6L’église de Saint-Christophe a été consacrée par Nicolas le très saint évêque de Lacédémone, mois de mai 15, indiction 6, an 6411 (= 903).

7L. 1 : ἐνεκενήσθη, Libertini : ἐνεκαινίσθη : du verbe ἐγκαινιάζωμαι, cf. CIG IV2, n° 8668 = ἐγκενήσθη ; n° 8660 = ἐγκαινιάσθη. Χριστωφόρου, Libertini : Χριστoφóρου.

8L. 2 : τοῦ, Libertini : vacat. ἁγιοτάτου, Libertini : ἁγιωτάτου ; ἐπησκóπου, Libertini : ἐπισκóπου.

9L. 3 : Λακεδεμονίας, Libertini : Λακεδαμονίας ; μηνή, Libertini : μινή ; Μαϊω, Libertini : Μαϊου ; ἰνδ(ικτιῶνος), Libertini : ιδʹ.

10L. 4 : ἔτους, Libertini : ἔτος ; στυιά, Libertini : στυπʹ (= 972).

  • 12 H. Delehaye, Propylaeum ad Acta Sanctorum Novembris, Synaxarium Ecclesiae Constantinopolilanae, Br (...)

11La chronologie : Le mois de mai de l’année 6411 = 903 correspond avec l’indiction 6. D’ailleurs le mois de mai est bien celui de la commémoration de S. Christophe dont le synaxaire donne la date du 9 mai12.

  • 13 D. Pallas, Ἀνασκαφή βασιλικῆς τοῦ Κρανείου, Praktika Archaeologikis Hetaireias, 1972, p. 250.
  • 14 M. Karamessini-Oikonomidès, Νομισματική Συλλογή Ἀθηνῶν, Archaeologikon Deltion 28, Bʹ 1 (1973), p. (...)
  • 15 V. Laurent, La liste épiscopale du Synodicon de la Métropole de Lacédémone, Revue des Études Byzan (...)
  • 16 Cité par V. Laurent, o.c., p. 219. Des fautes d’impression ont transformé l’évêque Nicolas dans l’ (...)

12L’évêque Nicolas : Le texte de l’inscription assure qu’en 903 l’évêque de Lacédémone était Nicolas. C’est en 1972 que le professeur D. Pallas a trouvé le sceau de cet évêque pendant les fouilles de la basilique de Kraneion à Corinthe13. Le sceau fut étudié et présenté par Mme M. Karamessini-Oikonomidès qui le date du xe s. d’après la bibliographie et notamment d’après le Synodicon de Lacédémone14. Comme on le sait, la constitution de la liste épiscopale de Lacédémone est fondée surtout sur son Synodicon qui fut publié simultanément et indépendamment par V. Laurent et R. J. H. Jenkins-C. Mango15. Dans la liste du Synodicon, Nicolas occupe la 7e place et les trois éditeurs dressant la liste épiscopale de Lacédémone déclarent qu’il ne leur est connu par aucune autre source mais qu’il devait être placé dans la première moitié du xe s. La justesse de leur conjecture est prouvée par l’inscription de Pallantion. Dans la liste épiscopale de Lacédémone, Nicolas est le successeur de Basileus ou Basile, auteur de deux petits écrits hagiographiques qui, d’après S. Binon « n’a pu écrire — et par conséquent vivre — qu’à la fin du ixe, début du xe siècle »16. Ce calcul est confirmé non seulement par le Synodicon de Lacédémone, comme le notait Laurent mais aussi et surtout par le texte épigraphique ; d’après ce nouveau renseignement, l’épiscopat de Basileus ne peut plus être placé au-delà de 902-903.

  • 17 A. Bon, Le Péloponnèse byzantin jusqu’en 1204, Paris 1951, p. 107. G. Huxley, The second Dark Age (...)
  • 18 Cité par A. Bon, o.c, p. 51, n. 2. Les vestiges byzantins signalés par G. Lampakis (Deltion Christ (...)
  • 19 A. Bon, o.c., p. 66-68, 145-146.

13La valeur historique de l’inscription arcadienne ne consiste pas seulement à prouver la suite chronologique et l’exactitude de la liste du Synodicon de Lacédémone. En effet, à une époque où les mentions sûres et les faits datés manquent tellement pour le Péloponnèse, nous apprenons que le centre de l’Arcadie est sous la juridiction ecclésiastique de l’évêché de Lacédémone, suffragant alors de la métropole de Patras, et que l’évêque Nicolas y consacre une église en 903. Un an avant, en 901-2 fut promulguée la Notice de Léon VI sous le patriarche Nicolas le Mystique. La distribution géographique des évêchés mentionnés dans cette notice a donné l’occasion aux historiens d’accentuer le fait que même sous le règne de Léon VI, au début du xe s., la chrétienté était beaucoup plus forte sur les côtes ; et comme les évêchés de Tégée et de Mégalopolis avaient disparu, le centre n’était pas représenté17. Spécialement d’ailleurs pour l’Arcadie, G. Fougères a exagéré l’absence de renseignements concernant le pays et estimé que l’occupation de la plaine par les Slaves était complète18 ; ajoutant à cela le grand nombre de toponymes slaves (Vasmer en cite 94 pour l’Arcadie) et l’absence de monnaies entre le vie et le xe s., les chercheurs modernes en ont donné l’image de la désolation. La renaissance religieuse qui a été signalée pour le Péloponnèse dans ses différentes parties à partir du ixe s. et prouvée surtout par l’activité d’évêques, de prêtres et de missionnaires n’était démontrée par aucun indice pour le centre du pays, l’Arcadie. La mention sûre de la consécration de S. Christophe à Pallantion en 903 devient d’autant plus précieuse, si l’on prend en considération la rareté des monuments et des constructions du Péloponnèse qui peuvent être attribués avec certitude au ixe ou au xe s.19. Il faut descendre en 964 pour avoir la mention sûre du couvent de Philosophe, près de Démétsena.

14Regroupant les mentions relatant l’existence d’églises et de monastères en Béotie, en Phocide, au centre et à l’ouest du Péloponnèse, nous pouvons les considérer comme des indices de la renaissance religieuse et s’ils ne sont pas très importants pour prouver la véritable renaissance et le grand épanouissement de la vie religieuse, ils sont par contre précieux parce qu’ils témoignent de la byzantinisation de régions sur lesquelles les renseignements manquaient jusqu’à présent.

Notes

1 Dans cette étude je me borne à la mention des monuments cultuels méso-byzantins de Grèce voués à S. Christophe. Je rappelle toutefois ce que F. Halkin écrivait : « le plus ancien monument daté du culte de S. Christophe est comme on sait une inscription de Bithynie relatant l’érection, par l’évêque Eulalius de Chalcédoine, et la dédicace, le 22 septembre 452, d’une église en l’honneur de cet énigmatique martyr » (= Études d’épigraphie grecque et d’hagiographie byzantine, Variorum Reprints, London 1973, V, p. 98).

2 H. Rabe, Scholia in Lucianum, Leipzig 1906, p. 255: (cod. xe, xie, xiie, xive s.).

3 G. Lampakis, Περιηγήσεις, dans Deltion tis Chrisiianikis ke Archaeologikis Hetaireias I, 6 (1906), p. 14.

4 P. Lazaridis, Archaeologikon Deltion 21, Bʹ (1966), p. 245. Ch. Barla, Ὁ βυζαντινός ναός τῆς Σουϐάλας, dans Charistirion eis Α. Κ. Orlandon, t. IV, Athènes 1967-1968, p. 303. Il faut signaler l’opinion de Ch. Bouras sur l’église de la Vierge dans Deltion lis Chrisiianikis ke Archaeologikis Helaireias IV, 5 (1969), p. 257-8.

5 A. Diller, The Scholia on Strabo, Traditio, X (1954), p. 38.

6 A signaler encore une fois que le monastère de S. Christophe se trouve près du fleuve Anigros et de la grotte des nymphes Anigriades.

7 Dans la revue Philiatra, II, fasc. 7, mai 1958 (édition exceptionnelle), p. 5-16 et édition des graffiti : II, fasc. 8, juillet 1958, p. 3-8.

8 Les églises et autres monuments cultuels de la région seront étudiés par une équipe constituée d’historiens et d’archéologues grecs et français. Avant l’étude de ces églises, il faut être prudent pour l’acceptation sûre de la chronologie.

9 Guido Libertini, Scavi in Arcadia (Agosto-Settembre 1940), dans Annuario della Regia Scuola Archeologica di Atene et delle Missioni Italianae in Oriente, t. I-II (N.S. 1939-1940), p. 225-230. Id., Chiese bizantine nell’area dell’antica Pallanzio, Actes du IXe congrès international d’études byzantines à Thessalonique, t. I, Athènes 1955, p. 250-256, pl. 48-51.

10 A. K. Orlandos, Παλαιοχριστιανικά καí Βυζαντινά Μνημεῖα Τεγέας-Νυκλίου, Archeion Byzantinon Mnemeion tis Hellados, XII (1973), p. 124-125, fig. 92, 93.

11 A ma connaissance seul Orlandos, o.c, a pris en considération cette inscription et accepté la date proposée par Libertini.

12 H. Delehaye, Propylaeum ad Acta Sanctorum Novembris, Synaxarium Ecclesiae Constantinopolilanae, Bruxelles 1902, p. 667-670. BHG3, nos 308-311.

13 D. Pallas, Ἀνασκαφή βασιλικῆς τοῦ Κρανείου, Praktika Archaeologikis Hetaireias, 1972, p. 250.

14 M. Karamessini-Oikonomidès, Νομισματική Συλλογή Ἀθηνῶν, Archaeologikon Deltion 28, Bʹ 1 (1973), p. 7.
+ Κ(ύρι)ε βοήθει τῷ σῷ δούλ[ῳ]
+ Νικ[ο]λάῳ ἐπισκóπῳ Λακεδαιμονί(α)ς.

15 V. Laurent, La liste épiscopale du Synodicon de la Métropole de Lacédémone, Revue des Études Byzantines, XIX (1961), p. 208-226. R. J. H. Jenkins and C. Mango, A Synodicon of Antioch and Lacedaemonia, Dumbarton Oaks Papers, XV (1961), p. 225-242.

16 Cité par V. Laurent, o.c., p. 219. Des fautes d’impression ont transformé l’évêque Nicolas dans l’édition de Laurent tantôt en Nicodème (p. 220) tantôt en Nicéphore (p. 221 et 226).

17 A. Bon, Le Péloponnèse byzantin jusqu’en 1204, Paris 1951, p. 107. G. Huxley, The second Dark Age of the Peloponnese, Lakonikai Spoudai, t. III (1977), p. 108.

18 Cité par A. Bon, o.c, p. 51, n. 2. Les vestiges byzantins signalés par G. Lampakis (Deltion Christ. Archaeologikis Hetaireias, III, 1903, p. 22 et 108) en Arcadie et mentionnés par A. Bon, o.c, p. 147, n. 2, ne sont pas retenus par ce dernier qui ne les considère pas comme sûrement datés.

19 A. Bon, o.c., p. 66-68, 145-146.

Notes de fin

* Communication faite on grec au IIe Congrès International d’Études Péloponnésiennes (Patras, mai 1980).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1985/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

Auteur

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540