Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'écrivain, le savant et le philosophe

 | 
Eveline Pinto

Le poète et le connaître

Poésie et science : un seul savoir ?

“Poetry and science: one knowledge?”

Jean-Marie Klinkenberg

Résumé

La thèse ici défendue est que la forme même de la langue littéraire constitue non seulement un instrument de connaissance du monde mais aussi un instrument de mutation des valeurs cognitives et des valeurs sociales. L’étude de l’unité atomique du langage littéraire – la figure – montre qu’elle a une puissante fonction herméneutique qui la rapproche de la démarche scientifique. Connaissance rhétorique et connaissance scientifique ont ainsi une base commune : leur distinction reste certes pertinente, mais elle se fait essentiellement sur ces bases pragmatiques.

The hypothesis which is defended here is that the very form of literary language constitutes not only an instrument to know the world, but also a tool to change cognitive and social values. The study of the atomic unit of literary language –the figure– shows that it has a powerfully hermeneutic function, which brings it closer to a scientific approach. Rhetoric knowledge and scientific knowledge share a common basis: although their distinction remains relevant, it is essentially a pragmatic difference.

Texte intégral

1Mon propos sera légèrement déviant par rapport au projet du présent colloque. Ma réflexion portera en effet sur la littérature comme forme, étant entendu que prendre celle-ci en considération ne débouche pas fatalement sur une pratique autoréflexive. Ma thèse est en effet que la forme même de la langue littéraire – ce n’est pas le privilège de ses contenus – constitue non seulement un instrument de perception et de connaissance du monde, mais aussi un instrument de mutation des valeurs cognitives et des valeurs sociales.

2Cette forme, nous irons la chercher dans la poésie, dont Valéry disait qu’elle représentait la littérature réduite à l’essentiel de son principe actif, et, au sein de la poésie, nous la décrirons dans l’unité atomique du langage littéraire : la figure. C’est de cette figure qu’il sera question en premier lieu, pour montrer qu’elle a une puissante fonction herméneutique qui la rapproche de la démarche scientifique.

1. La figure comme mécanisme de restructuration des codes

1. L’innovation rhétorique

3Aujourd’hui, tout le monde est d’accord pour définir la figure comme un dispositif consistant à produire des énoncés polyphoniques.

4Des manipulations contextuelles particulières obligent en effet le récepteur (1) à ne pas se satisfaire d’un ou de plusieurs des éléments présents à la surface de l’énoncé (éléments que j’appellerai « degré perçu ») ; ce sont ces mêmes dispositions contextuelles qui (2) l’amènent à produire un ensemble flou d’interprétations qui vient se superposer à ce degré perçu (ensemble que j’appellerai « degré conçu »). Il s’agit bien de superposition et non d’une simple substitution, comme pouvait le laisser croire la terminologie traditionnelle, laquelle parlait de sens propre et de sens figuré. Car l’effet provient d’un troisième processus : (3) de l’interaction dialectique entre le degré perçu et l’ensemble flou dit degré conçu. Pour illustrer ce mécanisme, commentons immédiatement un exemple, que nous emprunterons à la vie quotidienne ; il s’agira, pour la simplicité de l’exposé, d’une figure « usée ». Soit une jeune optimiste déclarant : « J’ai épousé un ange. » Le mot /ange/ ne peut être pris au sens d’« être surnaturel, jouant le rôle de messager céleste » (degré perçu). Le récepteur de l’énoncé y constate en effet une incompatibilité encyclopédique entre le sens d’« épouser » – qui laisse attendre un complément désignant un être de chair – et le complément effectivement produit. Mais il va au-delà de ce simple constat d’incompatibilité. Le contexte comporte « épouser », dont le complément, dans l’encyclopédie reçue, est nécessairement « être charnel ». Ce contexte lui permettra d’avancer l’hypothèse que /ange/ désigne ici une certaine catégorie d’êtres charnels. « Ange » va donc subir une transformation. Le récepteur de l’énoncé va en effet y sélectionner les composantes compatibles avec le reste de l’énoncé – comme « douceur », « tendresse », « beauté », « pureté », « bonté » – et les appliquer à « être humain de sexe masculin », que laisse attendre le verbe « épouser » lorsqu’il est prononcé par une personne de sexe féminin (degré conçu).

  • 1 Cf., pour plus de détails, Jean-Marie Klinkenberg, Précis de sémiotique générale, Paris, Seuil, 20 (...)

5Ce schéma que je simplifie à l’excès1, on peut le décrire comme une pure opération logique, dont le lieu de production est un code que certaines écoles sémiotiques décrivent comme autonome. Mais il peut aussi être décrit dans ses aspects sociaux. Dans cette perspective, l’incompatibilité qui enclenche le processus constitue une atteinte au code encyclopédique commun fondant la communication, et la réévaluation de cet écart est la réorganisation qui permet de maintenir intact le contrat de coopération liant les interlocuteurs. Ce principe de coopération est capital dans une théorie rhétorique : d’un côté, l’énonciateur produit un énoncé qui rompt l’encyclopédie, mais il postule que le récepteur surmontera cet écart ; de l’autre, le récepteur est confronté à un énoncé déviant, mais il parie sur le caractère signifiant de cet énoncé, ce qui le pousse à produire un travail de réinterprétation, de réévaluation.

2. Les réactions à l’écart et la restructuration des codes

6Il faut à présent, pour suivre le propos, nous concentrer sur le produit de la réévaluation. Quel est son statut ?

7Pour répondre à cette question, on peut noter qu’il y a théoriquement cinq types de réactions à l’impertinence. Ce sont :

  1. La non-conscience : le récepteur ne constate pas d’écart. C’est par exemple le cas lorsqu’un sous-entendu est pris à la lettre. Ceci nous donne l’occasion de noter – et la remarque a une portée générale – qu’il n’y a jamais de rupture dans l’absolu, mais toujours par rapport à une encyclopédie donnée.
  2. L’erreur : l’écart est attribué à un dysfonctionnement accidentel survenu au cours de la transmission, et est simplement corrigé. L’interaction dialectique qui définit la figure ne se produit donc pas.
  3. L’écart proprement rhétorique. C’est celui qui est conforme aux règles que je viens d’exposer avec mon exemple.
  4. La conventionnalisation, sur laquelle je vais revenir.
  5. La non-interprétabilité : le contrat de coopération est rompu.

8Toutes ces réactions sont intéressantes. Mais deux d’entre elles seulement me retiendront : la troisième et la quatrième.

  • 2 La question se pose peut-être, au passage, de savoir qui prend la responsabilité de cette intégrat (...)
  • 3 Nous venons de voir que le résultat réévalué de l’écart pouvait être intégré à l’ensemble dans leq (...)

9Dans la quatrième, le résultat réévalué de l’écart est intégré à l’ensemble dans lequel il s’est produit. C’est en ce sens que la figure rhétorique relève d’une pensée que l’on peut qualifier de progressive. Si elle est généralisée, cette attitude a une conséquence importante pour le système sémiotique où la réévaluation s’est produite : ce dernier système entre dans un mouvement d’expansion. Le stock de croyances, l’encyclopédie, se modifie. C’est la conventionnalisation, ou lecture scientifique. La figure laisse ici la place au concept2. Qu’advient-il du statut de l’élément ainsi intégré ? Il cesse évidemment de faire écart : l’innovation s’est abolie dans le mouvement d’expansion. Je règle ainsi au passage le problème de la prétendue « métaphore scientifique ». Il ne faut en effet pas confondre métaphoricité rhétorique et transfert conceptuel, au nom d’un trait commun qui serait « l’analogie ». Ce concept d’analogie est en effet beaucoup trop vague : il renvoie à deux démarches que la terminologie ancienne distinguait parfaitement : la similitudo et la comparatio. Les démarches cognitives classiques exploitent autant la similitudo que la comparatio, mais la figure de rhétorique se fonde exclusivement sur la similitudo3.

10On voit donc que l’écart rhétorique est simultanément contestation d’un ordre antérieur, et confirmation de cet ordre. Ou, pour le dire avec plus de précision, il est confirmation de l’existence d’un système, mais il est aussi réorganisation des relations entre les unités du système.

3. Instruments de la réorganisation rhétorique. Le rôle privilégié de la métaphore

11Ce rôle réorganisateur, toutes les figures ne le jouent pas de la même manière. Et c’est indubitablement la métaphore qui procède le plus aisément à la recatégorisation de l’expérience.

  • 4 Sur la notion de médiation, cf. Groupe μ [Jacques Dubois, Francis Édeline, Jean-Michel Klinkenberg (...)
  • 5 Paul Ricœur, La Métaphore vive, Paris, Seuil, coll. L’ordre philosophique, 1975.

12La métaphore fonctionne en effet, on le sait, sur la base d’une intersection de deux ensembles de propriétés encyclopédiques. L’intersection proprement dite constitue le soubassement logique de la figure ; mais l’intérêt de la manœuvre n’est évidemment pas de souligner la co-possession de ces propriétés encyclopédiques. Comme on l’a déjà dit, l’effet rhétorique provient de l’interaction dialectique entre le degré perçu et l’ensemble flou dit degré conçu. Dans le cas de la métaphore, la manœuvre consiste à étendre à la réunion des deux ensembles ce qui n’appartient qu’à son intersection, autrement dit de valider le maximum de traits provenant du degré perçu dans la représentation du conçu. La structure intersective de la métaphore lui confère ainsi sa puissante fonction médiatrice4. D’où ses importantes potentialités herméneutiques, mises en évidence par Paul Ricœur5. Écart de catégorisation, elle établit des connexions nouvelles dans nos structures encyclopédiques.

  • 6 Les métonymies et les synecdoques du tout pour la partie et de la partie pour le tout ne font guèr (...)

13Face à la métaphore, les autres tropes n’ont qu’un faible rôle réorganisateur6. La métaphore est seule à mettre en cause des principes importants de structuration du monde, et il semble qu’elle frappe plus volontiers des principes qui nous paraissent fondamentaux (comme par exemple les oppositions animé vs inanimé) ; la recatégorisation produite par la métaphore peut se situer aux plus hauts niveaux de l’arbre des disjonctions. Par contre, la lecture métaphorique n’a pas lieu lorsque les entités en présence sont de même niveau : en dehors de contextes très spéciaux, « bouleau » n’est jamais la métaphore de « frêne », ni « chat » de « chien ». Dans de tels cas, la réaction à l’écart est de type 1 ou de type 2. Remettant en cause les structurations les plus fondamentales et les remplaçant par des principes nouveaux mais de même niveau de généralité, la métaphore a donc le plus haut rendement cognitif. Pour reprendre – en la trahissant légèrement – une expression de Perelman, elle « fonde la structure du réel ».

14Fonder de nouvelles structures du réel : voilà un des objectifs que s’assigne la science.

2. Connaissance rhétorique et connaissance scientifique : une base commune

1. Les deux types de nouveauté

15Mais il y a deux types de nouveauté, que distinguent aussi bien Bateson que Watzlawick, ou encore Kuhn, lorsqu’il distingue « science normale » et « révolution scientifique ». Une distinction qui connaît aussi son correspondant dans les sciences sociales, qui observent des tendances réformistes et des tendances révolutionnaires, des périodes d’évolution et des périodes de saut.

  • 7 En ce sens, les métaphores de Lakoff et Johnson ne décrivent jamais que des acquisitions de nouvea (...)

16Dans les changements de type 1, le cadre de référence n’est pas modifié, et c’est le même ensemble de catégories qui sert à concevoir le monde. C’est à l’aide de ces catégories que l’on élabore des solutions aux problèmes qui surviendraient, par exemple lorsque se manifestent des phénomènes imparfaitement décrits par ces catégories : les phénomènes nouveaux sont donc ramenés aux phénomènes connus, dans une manœuvre analogique7. Une nouveauté, dans ce cas, n’est donc jamais qu’un aménagement du système.

17Les changements de type 2, au contraire, sont des révolutions (selon Kuhn qui ose la métaphore des sciences sociales, « les révolutions politiques visent à changer les institutions par des procédés que ces institutions elles-mêmes interdisent »). Il y a avènement d’une grille de lecture nouvelle, où tous les phénomènes – anciens comme nouveaux – sont recadrés. La nouveauté de type 2 est donc totalisante puisqu’elle donne un nouveau statut à ce qui était réputé connu et en avait déjà un.

18C’est évidemment de ce type de nouveauté que se rapproche celle que permet la figure.

19Tout ce qui précède permet en effet d’affirmer que, dans un premier examen, la rhétorique crée du sens exactement selon le modèle de la démarche scientifique : elle propose bien de nouveaux découpages du concevable. Lorsque le poète écrit « de bleus angélus », il se fonde sur le présupposé existentiel « il y a des angélus bleus », ce qui postule du même coup l’existence « d’angélus non bleus ». Cette nouvelle ségrégation de propriétés a trois conséquences sur l’encyclopédie.

20La première accorde une propriété jusque-là inconnue à l’entité qu’est l’angélus : sa coloration. Ce qui crée un axe « angélus incolore » vs « angélus coloré », où s’opposent deux entités nouvelles, et donc de nouvelles classes. La seconde, qui se déduit de la première, est que l’énonciateur propose un embryon d’analyse de la propriété d’être coloré qu’il accorde à « angélus » : ici, cette analyse est menée sur l’axe bleu vs non bleu. On retrouve donc partout la structuration disjonctive qui est à la base de toute activité cognitive. Cette structuration est favorisée (et non bloquée) par la production de sens dits figurés. La troisième conséquence de la figure est qu’elle pousse à établir de nouvelles interactions entre qualités. Ainsi, si on est d’accord pour attribuer à l’entité « angélus » les qualités « sonore » et « marial » préexistant dans l’encyclopédie, on s’avise aisément que la qualité « bleue », nouvellement admise pour l’angélus, est faiblement compatible avec « sonore » mais l’est par contre fortement avec « marial ».

21Il faut conclure sur ce point : il n’y a pas, comme le laisse entendre une pensée vulgaire et paresseuse, « deux sortes de savoir ». Le savoir est un, et se réalise selon les mêmes procédures tant dans le discours scientifique que dans le rhétorique. Le premier radicalise la démarche cognitive classique. Le deuxième la mime de manière créatrice. Grâce à l’élaboration des qualités et des entités, la démarche scientifique conjoint toujours deux manœuvres : d’une part elle pose les unités, distinctes les unes des autres et de ce qui les entoure, et de l’autre, elle établit des relations entre ces unités. La rhétorique ne procède pas autrement : elle distingue des entités nouvelles, à quoi elle confère des qualités nouvelles, et qu’elle connecte de manière neuve.

22Le rhétorique voit ainsi son statut se préciser. C’est – entre autres choses – la partie créative du système sémiotique : celle qui permet de faire évoluer celui-ci par la production de nouvelles relations entre unités... Elle est donc un élément moteur, qui se situe en un endroit privilégié : à la frontière, toujours mobile, tracée par les règles du système cognitif.

23Comme on l’a déjà dit, le lieu du rhétorique est ainsi paradoxal : à la fois dedans et dehors.

2. La nouveauté comme décision pragmatique

24Le problème de la nouveauté est au cœur de la problématique de la science. Un des objectifs que se donne cette dernière est en effet de « découvrir » des nouveaux aspects du réel.

25Mais la quête de l’innovation de type 2 est incompatible avec les conditions d’élaboration des nouveautés de type 1. Ces conditions sont en effet l’attachement à la routine, et le refus de l’inattendu et de la catastrophe. L’interprétation automatique de photos aériennes est possible parce que nous avons pu sémantiser chaque configuration de texture (des étalonnages ont permis de tester la validité de chacune d’elles). Le répertoire des configurations contient la liste complète des sites repérables, et tout ce qui ne peut être ramené à l’un d’eux est considéré comme bruit, ou artefact, ou indifférent. Dans ces conditions on ne verra que ce qu’on est prêt à voir. Dans ce type de procès cognitif, il y a simultanément imposition d’un ordre, et suppression ou refus du non-conforme.

26La question se pose donc : comment le radicalement neuf peut-il être repéré ? Par exemple, comment peut-on détecter, et même mesurer, les objets non encore décrits ?

27En définitive, la définition sémiotique de la nouveauté est soumise à une décision pragmatique. Ou plutôt à une double décision : celle d’attribuer on non au signe une valeur indicielle (autrement dit de lui assigner comme source un référent qui l’a produit), et celle de le ramener ou non à un type connu, préexistant. Les différentes options possibles peuvent être synthétisées dans ce tableau :

Typologie des situations interprétatives

28La contemplation d’un vieux mur ou d’un tas de chiffons, ou de nuages, ou des taches du Rorschach, peut être neutre – un philosophe zen dirait « ce n’est rien qu’un mur » – ou déboucher sur la contemplation de visages, de palais, de forêts. Mais le regardeur est prêt à admettre que ces visages sont une pure projection de lui-même et ne sont l’indice d’aucune réalité. Le « chasseur à l’affût » est, lui, muni de types préexistants qu’il projette sur l’univers : une bécasse, ou un chevreuil, peut survenir, mais il est possible que rien de tel ne se produise. Dans la case « lecture ordinaire », on projette le modèle sur sa manifestation attendue. C’est la reconnaissance des types, étudiée par la Gestaltpsychologie. Seules les deux cases « type non préexistant » + « valeur indicielle » correspondent à la procédure de recherche scientifique lorsque celle-ci soulève le problème de l’innovation radicale.

29Dans cette quête de nouveauté, il semble bien qu’on ne puisse jamais faire l’économie d’une comparaison du stimulus émanant d’un phénomène non encore décrit avec des référents et donc avec des modèles connus.

30Il arrive fréquemment qu’au moment du décodage, on constate dans les faits observés des écarts par rapport à ce que l’on attendrait si le référent devait être conforme à un type attendu. Mais quel est le statut de ces écarts ? Est-il attribuable à la source ou au sujet ? Par hypothèse, cet écart dans les faits ne peut être attribué à ce dernier, puisque la relation entre faits et sujet est réputée sous contrôle. Il est donc attribuable à un référent que nous appelons le phénomène inconnu. Mais si un phénomène quelconque peut être détecté par un appareillage existant et au moins approché par des modèles disponibles, c’est parce que ce phénomène a au moins un point en commun avec ceux qui sont connus, et étudiés par cet appareillage et décrits par les modèles disponibles. On a donc, dans le phénomène inconnu, deux parties, la première maîtrisable grâce aux modèles existants et la seconde qui ne l’est pas. « Le nouveau » sera donc l’écart irréductible.

  • 8 Cf. Abraham Moles, La Création scientifique, Genève, Kister. 1957.

31Comment ce nouveau peut-il être approché ? Il faut ici se souvenir de la loi générale selon laquelle le fait ne peut être atteint qu’à travers son modèle. C’est donc le réservoir de modèles qui doit être complété ou modifié. Et la révision des codes ne peut être proposée, dans le monde de la science, autrement que sous la forme de l’hypothèse, c’est-à-dire par un acte d’imagination, donc dans une démarche fictionnelle8.

32Le paradoxe est donc que l’on ne peut progresser qu’en abolissant les modèles. Car tout ce qui est préconçu constitue un obstacle à la perception de la nouveauté. Certes, la modification du code ne pourra être validée que si l’on dispose de nouveaux dispositifs de mesure et de description. Mais l’essentiel, dans la production de la nouveauté scientifique, c’est bien le travail créatif opéré sur le code, travail qui devra être proposé comme légitime dans le champ scientifique au cours de ce qui prendra l’allure d’une véritable négociation.

  • 9 Cf. Groupe μ [Francis Édeline, Jean-Marie Klinkenberg], « Sens rhétorique et sens cognitif », La R (...)

33La nouveauté scientifique a donc en définitive le même statut qu’une innovation poétique9. L’innovation scientifique, comme la rhétorique, a pour effet de modifier le code. Toutes deux sont simultanément contestation d’un ordre antérieur et confirmation de cet ordre, confirmation de l’existence d’un système, mais aussi réorganisation continuelle des relations entre les unités de ce système.

3. Sens scientifique et sens rhétorique : quatre oppositions de nature pragmatique

34Mais n’y aurait-il pas, dans le cadre unique qui vient d’être tracé, une différence de nature entre le sens rhétorique et le sens scientifique ?

35Cette différence existe bien, et s’établit même sur quatre plans. Toutefois, il faudra le noter, ces différences ne sont pas essentielles, mais accidentelles, elles ont une valeur pragmatique seulement. Nous rencontrerons une fois de plus cette variabilité sociale que nous avons rencontrée dans la décision de produire une innovation poétique, aussi bien que dans la décision de produire une innovation scientifique de type 2.

1. Stabilité vs instabilité

36Première opposition : le sens scientifique est par définition destiné à se stabiliser, tandis que le sens rhétorique tend par définition à rester instable. Par stabilité et instabilité, j’entends des propriétés à la fois sociales et temporelles, comme l’indique le tableau suivant :

Sens scientifique (stabilité)

Sens rhétorique (instabilité)

Point de vue social

Universalité

Individualité

Point de vue temporel

Permanence

Instantanéité

37On dit volontiers que la science vise à la généralité la plus haute. Sur le plan social, le savoir scientifique entend être partagé, et la restructuration scientifique se donne comme ayant une portée universelle. Face à lui, le savoir rhétorique est par définition erratique. Individuel, il l’est tant dans le chef de l’émetteur que dans celui du récepteur. On voit en effet aisément que c’est l’émetteur qui prend la responsabilité de l’écart, et impose donc à son partenaire de procéder à une réévaluation ; mais ce dernier conserve toute sa liberté. Il peut ignorer « bleus angélus » (c’est la réaction 1) ou le récuser (c’est la réaction 5). Il peut le corriger comme une erreur (réaction 2). Mais peut aussi l’admettre. S’il l’admet, il peut considérer que cette prédication vaut pour lui seul (réaction 3), comme il peut en faire une loi universelle (réaction 4). Enfin, dans sa manœuvre d’admission, le partenaire a toute latitude pour calculer de manière différenciée les nouvelles relations entre les propriétés qu’il est invité à élaborer.

38Sur le plan temporel, la restructuration scientifique se veut aussi universelle. C’est-à-dire qu’elle vise la permanence. Du moins jusqu’à ce qu’un nouveau découpage vienne la relativiser. En face, la restructuration rhétorique se donne comme momentanée. Ainsi, lorsque Éluard écrit « Les saisons à l’unisson », la qualité nouvelle de simultanéité qui est attribuée à la relation entre les entités « saisons » n’a d’existence que le temps de la lecture ou de la remémoration du poème d’Éluard. En dehors de ces circonstances, notre encyclopédie continue à leur attribuer la qualité « successivité », de sorte que si je dois sortir en hiver, même le cœur réchauffé par la poésie éluardienne, je ne manquerai pas de mettre ma petite laine.

39Nombre d’exemples historiques attestent que c’est bien dans le couple stabilité vs instabilité que réside l’opposition entre le sens scientifique et le sens rhétorique. Des sens métaphoriques peuvent en effet se socialiser à la longue, et dès lors donner naissance à ce qui est reconnu socialement comme concept. Pensons à la théologie : il y a bien, dans des universités contemporaines, des facultés de théologie ; ceci semble indiquer que, pour les responsables de l’organisation des activités qu’on y mène, la théologie constitue une discipline, faisant partie des « sciences religieuses », dont les concepts peuvent prétendre à l’universalité. Mais d’autres, on le sait, considèrent que ces concepts sont du même ordre que ceux de la poésie. On peut multiplier les exemples de ce genre : le matérialisme dialectique était naguère sujet obligatoire dans certaines facultés, alors que certains n’hésitent pas à y voir une sorte de théologie. On connaît, historiquement, beaucoup de cas d’énoncés ayant fait autrefois l’objet d’une lecture stable, mais qui font aujourd’hui l’objet d’une lecture instable (c’est le cas des textes religieux lus comme de la poésie). Mais l’inverse est vrai : des prédications instables à un moment donné – comme « la terre est ronde » ou « le sang circule » – peuvent ultérieurement faire l’objet d’une approche qui les rend stables.

40On voit donc que le couple stabilité vs instabilité n’est pas donné : c’est la décision de conférer stabilité ou instabilité à un système qui fait verser celui-ci du côté de la science ou de la rhétorique. Songeons à des énoncés comme « Ceci est mon corps ». Ce fut, à certaines époques, la décision d’y voir une figure ou non qui faisait de son interprète un orthodoxe ou un hérétique, avec toutes les conséquences graves que cela pouvait comporter...

41L’opposition stabilité vs instabilité présente un corollaire, qui va constituer notre deuxième opposition.

2. Effet de distance vs effet de présence

42Ce corollaire est que, la science se donnant comme générale, on y perd toute appréhension phénoménologique des phénomènes dont elle s’occupe. Les effets de présence immédiate s’y abolissent. Tout le monde peut voir des pommes tomber, les prendre sur la tête, les ramasser, les croquer. Mais quand un Newton en tire la loi d’attraction des masses, le fait de la chute des corps s’éloigne de nous – qu’il s’agisse de ceux des fruits ou de ceux des banquiers à Wall Street. À l’inverse, parce qu’elle est individuelle, la restructuration rhétorique – qu’elle œuvre dans le champ esthétique ou philosophique – vise bien, elle, à assurer cette appréhension phénoménologique.

43Comment le peut-elle ?

44On l’a vu, la figure suspend des structures sémiotiques socialement établies. En effet, elle juxtapose fatalement, à la création du nouveau sens qu’elle propose, une destruction partielle des sens établis. Ce qui mime un mouvement général d’abolition du sens, et suggère que tout découpage peut être supprimé, et qu’un retour au magma originel, océanique, est possible.

  • 10 Jean Cohen, Le Haut Langage : théorie de la poéticité, Paris, Flammarion, 1979, p. 79.
  • 11 Ibid., p. 129.
  • 12 Jean Cohen, Structure du langage poétique, Paris, Flammarion, 1966, p. 75.

45Dans un beau livre injustement boudé, Jean Cohen commente le phénomène : « La stratégie déviationnelle, comme négation de la négation, rend le langage à sa positivité plénière. Et cette définition peut maintenant se proposer : la poésie est un langage sans négation, la poésie n’a pas de contraire. Elle est, comme telle, un procédé de totalisation du sens. »10 « Le signifié poétique est totalitaire. Il n’a pas d’opposé. »11 De ce que « le poète a pour seul but de construire un monde despatialisé et détemporalisé, où tout se donne comme totalité achevée, la chose sans dehors et l’événement sans avant ni après »12, la spécificité de la signification poétique serait d’être existentielle, pathétique. Au rebours du langage quotidien, qui ramène le perçu à d’autres perçus, et au langage scientifique, qui pense les choses comme pures relations, la poésie ne se réfère pas à l’expérience intégrée, mais à l’expérience brute et naïve.

  • 13 Ibid., p. 176.

Et c’est pourquoi la relecture poétique n’est jamais redondante. Le poème est inépuisable parce qu’il est saisi comme éprouvé et que l’éprouvé est un événement. À la différence du concept, il ne peut être stocké dans la mémoire, intégré au savoir du sujet. L’expérience est toujours à vivre ou à revivre. Et le langage qui l’exprime est lui aussi un vécu, un moment d’existence. Toute poésie en ce sens est événementielle.13

46Régression donc, puisque la structure ternaire du champ perceptif – sujet, objet, monde – est prise d’assaut. Cette structure est fondée sur une double exclusion : l’objet n’est pas le sujet et il n’est pas le monde.

  • 14 Ibid., p. 258.

Mais une telle structure n’est réalisée que dans certaines conditions et peut s’atténuer ou même disparaître dans d’autres conditions. Alors s’estompe la différence de l’objet au monde et en même temps de l’objet au sujet [...] Ainsi la qualité sensible n’est pas liée par elle-même à une région déterminée de l’espace. Elle peut le remplir tout entier, mais alors elle englobe le sujet lui-même pour devenir à la limite un de ses états.14

  • 15 Ibid., p. 259.

47La théorie peut donc opposer deux structures de champs, « l’une, totalisante et indifférenciée, est le corrélat phénoménal de la connaissance affective, tandis que l’autre, distincte et oppositive, constitue le corrélat de la connaissance conceptuelle »15.

3. Restriction vs provignement

48La troisième opposition réside dans le caractère autorégulé du discours scientifique. Malthusien, celui-ci limite non le nombre d’entités dont il fait son objet, mais bien le nombre de leurs qualités et celui de leurs relations. Et pour cela, il se donne des règles très restrictives, qui représentent autant de valeurs venant structurer son champ. Ce sont par exemple les principes d’économie, de non-contradiction, du tiers exclu, de bi-univocité. C’est avec ces règles que rompt le système encyclopédique créé par la métaphore. Soit l’exemple « d’incolores idées vertes dorment furieusement ». Cet énoncé établit l’existence d’un univers conceptuel structuré de manière à ce que « verte » est devenue une sous-catégorie de « incolore », et qu’existe, de manière plus générale, la catégorie « incolore coloré ». Ceci apparaît comme une contradiction par rapport à l’état connu du système mais aussi aux principes de la pensée scientifique tels que définis plus haut. Mais insistons une fois de plus sur le fait que l’opposition est de nature pragmatique.

4. Falsifiabilité vs infalsifiabilité

49La quatrième et dernière opposition est la suivante : les catégorisations scientifiques sont falsifiables, ce qui n’est pas le cas des catégorisations rhétoriques.

  • 16 L’expérience. La vérifiabilité de l’énoncé scientifique découle de son caractère universel et prév (...)

50Par falsifiable ou vérifiable, on pourrait d’abord évidemment entendre que les énoncés scientifique et rhétorique ne peuvent de la même manière être confrontés à la vérification. Nous ne pensons pas ici à la vérification expérimentale16, mais à une falsifiabilité ou à une vérifiabilité toutes discursives, résidant dans le mécanisme social d’appropriation des énoncés. Dans l’univers scientifique, on fait un certain usage des énoncés : un énoncé falsifié est rejeté, et ne peut donc modifier l’encyclopédie ; l’attribution de propriétés qui s’est révélée insatisfaisante est abandonnée, et une autre est recherchée, qui peut n’avoir aucun rapport avec la première. Dans l’usage rhétorique des énoncés, la lecture insatisfaisante peut également laisser la place à une recherche de lecture plus satisfaisante. Mais la différence est qu’ici, la première lecture peut encore servir. Tout falsifié qu’il soit, un énoncé peut donc être assumé, et modifier l’encyclopédie.

51Prenons un exemple à Henri Michaux. S’adressant au malheur, le poète déclare : « Je suis ta ruine. » Le mot ruine peut avoir le sens de « action de détruire » mais aussi celui de « ce qui découle de l’action de détruire ». Ces deux sens permettent de proposer deux paraphrases différentes de l’énoncé : « Je te détruis » et « J’ai été détruit par toi. » Différentes, ces paraphrases sont même antinomiques, puisque celui qui parle est, dans une hypothèse, sujet du processus et dans l’autre hypothèse, objet du processus. Comme le montre l’enquête menée auprès d’une centaine de lecteurs, le contexte immédiat ne permet pas de trancher. Mais un certain nombre de ces lecteurs assument simultanément les deux lectures, bien qu’elles soient antinomiques. La justification de cette assomption est le contexte plus général qu’est la thématique de l’œuvre de Michaux, où la destruction et la déréliction vont de pair avec la révolte.

52Bref, l’usage rhétorique des énoncés est cumulatif, alors que le scientifique est malthusien : tout fait farine à son moulin. Polyphonique, il l’est doublement : non seulement les unités qu’il agence peuvent avoir plusieurs sens, mais encore il juxtapose les lectures ; les hiérarchisant peut-être, mais sans les ramener à l’unité.

53Plus encore que les autres, cette dernière opposition n’est pas une essence, mais est de type sociologique et pragmatique : la restructuration scientifique est perçue comme assurant une meilleure prise sur les choses ; elle est vécue sur le mode réaliste. La science, comme institution, se dote d’un exécutif, externe à elle-même, susceptible de modifier la vie quotidienne de chacun. La restructuration rhétorique, elle, est vécue sur le mode fantasmatique : elle joue du « comme si », elle mime les démarches scientifiques, et ses catégories nouvelles sont proposées sans danger et à titre exploratoire.

54Mais que ces oppositions pragmatiques importantes n’occultent pas la profonde parenté entre la démarche scientifique et la démarche rhétorique. Cette parenté étroite sur laquelle je reviens pour la dernière fois, Nietzsche l’avait déjà pressentie, un Nietzsche que nous voyons ici jouer un rôle de sociologue de la circulation des biens culturels :

  • 17 Le Livre du philosophe, Paris, Aubier-Flammarion, p. 181-182. Cité par Jacques Derrida 1972, p. 258 (...)

Qu’est-ce que la vérité ? Une multitude mouvante de métaphores, de métonymies, d’anthropomorphismes, bref, une somme de relations humaines qui ont été poétiquement et rhétoriquement haussées, transposées, ornées, et qui, après un long usage, semblent à un peuple fermes, canoniales et contraignantes : les vérités sont des illusions dont on a oublié qu’elles le sont, des métaphores qui ont été usées et qui ont perdu leur force sensible, des pièces de monnaie qui ont perdu leur empreinte et qui entrent dès lors en considération, non plus comme pièces de monnaie mais comme métal.17

Notes

1 Cf., pour plus de détails, Jean-Marie Klinkenberg, Précis de sémiotique générale, Paris, Seuil, 2000.

2 La question se pose peut-être, au passage, de savoir qui prend la responsabilité de cette intégration. Je ne puis ici traiter exhaustivement cette importante question. Disons que dans la perspective d’une théorie de la réception (à laquelle ressortit la rhétorique), la double manœuvre de réévaluation et d’intégration incombe au récepteur. Mais si l’émetteur est impuissant à imposer un sens précis à la réévaluation et plus encore à forcer l’intégration, il assume au moins – du moment que l’écart est perçu (donc dans les réactions 2 à 5) – la responsabilité de l’écart. Il indique donc à son partenaire qu’il a l’obligation de procéder à une réévaluation quelconque (obligation à laquelle le partenaire peut se soustraire : réaction 5).

3 Nous venons de voir que le résultat réévalué de l’écart pouvait être intégré à l’ensemble dans lequel il s’est produit. Mais il y a une autre représentation possible du produit réévalué de l’écart. C’est la suivante : l’écart est considéré comme restant extérieur à l’ensemble dans lequel il s’est produit. La figure, pointant de nouvelles qualités, donne un nouveau statut à des entités, qu’elle range dans de nouvelles classes, susceptibles d’entretenir de nouvelles relations. Mais une variante importante de cette seconde lecture est possible. L’élément est alors réputé appartenir à un ensemble qui engloberait le premier, ensemble potentiel englobant. Chaque figure ne serait alors que l’actualisation d’une virtualité de cet ensemble. En ce sens encore, la rhétorique est progressive. Chaque acte rhétorique serait en effet une exploration des potentialités du monde sémiotique : il rend de nouveaux découpages accessibles à de nouveaux partenaires de l’échange sémiotique. On voit immédiatement l’intérêt de cette description. Indiquer que la figure est violation d’un certain type de classement se situant au niveau m, mais application des règles d’un second système situé à un nœud n supérieur, permet en effet de concilier deux conceptions apparemment irréconciliables de cette figure : celle qui voit dans la figure une violation des règles de l’échange langagier, et celle qui y voit un usage tout à fait conforme à ces règles. Paradoxe que pas mal de rhétoriciens – s’étonnant que l’usage des tropes soit à la fois déviant et quotidien, donc « normal » – ont eu du mal à résoudre jusqu’à présent.

4 Sur la notion de médiation, cf. Groupe μ [Jacques Dubois, Francis Édeline, Jean-Michel Klinkenberg, Philippe Minguet], Rhétorique de ta poésie, Lecture tabulaire et lecture linéaire, Bruxelles, Complexe, 1977 ; Klinkenberg, op. cit.

5 Paul Ricœur, La Métaphore vive, Paris, Seuil, coll. L’ordre philosophique, 1975.

6 Les métonymies et les synecdoques du tout pour la partie et de la partie pour le tout ne font guère qu’exploiter des relations entre entités fortement stabilisées dans une encyclopédie déjà socialisée. La métonymie et ces sortes de synecdoques ne construisent pas les interactions : elles se limitent « à valoriser leur enracinement profond dans la perception et dans la catégorisation des objets » (Michele Prandi, Grammaire philosophique des tropes. Mise en forme linguistique et interprétation discursive des conflits conceptuels, Paris, Minuit, 1992, p. 15). Quant aux synecdoques de l’espèce pour le genre et du genre pour l’espèce, on sait que leur caractère figurai est souvent discutable : dire « l’animal bondit » n’est pas figurai, même si l’on sait que l’animal en question est un chien, et même si l’on sait qu’il répond à un nom précis, Mirza ou Médor. La manœuvre de généralisation ou de particularisation est pleinement prévue par le code. On peut toujours désigner un membre d’une classe par l’étiquette de la classe à laquelle il appartient. Lorsqu’une généralisation ou une particularisation est authentiquement figurale – autrement dit, lorsqu’on a affaire à une vraie synecdoque –, la manœuvre de généralisation ou de particularisation va généralement de pair avec une modification d’encyclopédie qui introduit entre degré conçu et degré perçu une structure logique d’intersection et non plus seulement d’inclusion. C’est dire que de telles figures se rapprochent de la métaphore. Empruntons un exemple à Raymond Queneau : « Des radis l’attendaient, et le chat qui miaula espérant des sardines, et Amélie (...). Le maître de maison grignote les végétaux, caresse l’animal et répond à l’être humain. » Dans cet exemple, le rapport « radis »-« végétaux » n’est pas seulement de généralisation. Dans le contexte domestique mis en scène par le roman, la généralisation attendue aurait été « légume ». « Végétaux » introduit en fait un autre univers général de catégorisation. Univers non plus domestique, mais botanique, et radicalement différent du premier : la catégorie « légume » n’existe pas aux yeux des botanistes, dont elle transcende les catégorisations (botaniquement parlant, un légume peut être un fruit, une racine, une tige, une feuille, voire une fleur). Figure donc, mais il n’est pas sûr qu’on puisse la décrire comme synecdoque.

7 En ce sens, les métaphores de Lakoff et Johnson ne décrivent jamais que des acquisitions de nouveautés de type 1.

8 Cf. Abraham Moles, La Création scientifique, Genève, Kister. 1957.

9 Cf. Groupe μ [Francis Édeline, Jean-Marie Klinkenberg], « Sens rhétorique et sens cognitif », La Rhétorique et la sémiotique / Rhetorics and Semiotics, 1994, numéro spécial de Recherches sémiotiques / Semiotic inquiry, XIV, 3, p. 11-23.

10 Jean Cohen, Le Haut Langage : théorie de la poéticité, Paris, Flammarion, 1979, p. 79.

11 Ibid., p. 129.

12 Jean Cohen, Structure du langage poétique, Paris, Flammarion, 1966, p. 75.

13 Ibid., p. 176.

14 Ibid., p. 258.

15 Ibid., p. 259.

16 L’expérience. La vérifiabilité de l’énoncé scientifique découle de son caractère universel et prévisible, et peut se faire par la voie de l’expérience. L’expérimentation consiste à vérifier qu’une entité donnée possède bien la qualité prévisible, c’est-à-dire celle que son appartenance à sa catégorie est censée lui conférer : « si tous les x sont p, alors un quelconque x sera p ». L’examen permet d’affirmer la vérité ou la fausseté de l’assertion « tous les x sont p ». On ne peut évidemment procéder de la même manière avec l’énoncé rhétorique. Si de « bleus angélus », j’induis que « tous les angélus ont une couleur », je devrais pouvoir soumettre un quelconque angélus à un examen visuel, qui démontrerait la fausseté de l’assertion. Mais, contrairement à une idée répandue, les propositions rhétoriques ne se définissent pas par leur fausseté. On peut introduire la négation dans l’exemple canonique « Achille est un lion », ce qui donne « Achille n’est pas un lion ». Cette négation supprime la contradiction et en fait un énoncé vrai, qui s’apparente même à la tautologie. C’est ce statut qu’a aussi l’adage célèbre « nul homme n’est une île ». Ces énoncés vrais restent toutefois métaphoriques, en application du principe de coopération. En effet, si mon interlocuteur prend la peine de m’affirmer qu’un homme n’est pas une île, ou n’est pas un animal, c’est que la possibilité existait qu’il puisse l’être. L’énoncé prévoit donc bien la possibilité d’attribuer la qualité d’insularité ou d’animalité à l’entité homme. (Notons au passage que, lorsqu’elle tente de classer les contenus implicites, la littérature linguistique glisse le plus souvent le sens rhétorique parmi les sous-entendus. Mais on observe ici que ce sens se comporte partiellement comme le présupposé : si « un homme est une île » et « nul homme n’est une île » n’ont évidemment pas le même sens, le fait même du sens tropique résiste à la négation, comme il résiste aussi à l’interrogation). Le critère de la vérifiabilité, en tant qu’il découle de l’expérimentation, est donc impertinent pour distinguer le discours scientifique du discours rhétorique.

17 Le Livre du philosophe, Paris, Aubier-Flammarion, p. 181-182. Cité par Jacques Derrida 1972, p. 258-259.

Table des illustrations

Légende Typologie des situations interprétatives
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19837/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 82k

Auteur

Jean-Marie Klinkenberg (chaire de sémiotique et rhétorique, Faculté de Philosophie et Lettres de Liège) a publié à peu près 500 travaux en sémiologie, rhétorique et sociologie de la culture, depuis Rhétorique générale, 1970, rédigé avec le Groupe μ, traduit en une vingtaine de langues et devenu un classique des sciences humaines, et notamment Rhétorique de la poésie, Bruxelles, 1977 et Paris, Seuil, 1990 ; Rhétorique, sémiotique, Paris, UGE, 1979 ; adaptation française de Le Signe, Introduction à un concept et à son histoire, par Umberto Eco, Bruxelles, Labor, 1988, Livre de Poche, 1992 ; Raymond Queneau, André Blavier : lettres croisées (1949-1976), Bruxelles, 1979 ; Traité du signe visuel, Pour une rhétorique de l’image, Paris, Seuil, 1992 ; La Langue et le citoyen, PUF, 2001.
Également spécialiste des cultures francophones, il a longtemps présidé le plus ancien Centre d’Études québécoises d’Europe et le Conseil supérieur de la langue française de son pays. Il est président de l’Association internationale de sémiotique visuelle et membre de l’Académie royale de Belgique.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540