Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

La frontière chez deux auteurs byzantins : Procope de Césarée et Constantin VII Porphyrogénète

Jean-Pierre Arrignon et Jean-François Duneau

Texte intégral

1De l’État romain antique, l’empire de Constantinople a hérité une certaine conception de la frontière : limite de l’administration impériale effective, sur la terre subdivisée en provinces romaines ; limite englobant les pays pourvus de souverains indigènes, mais concernés par une juridiction impériale, réelle ou du moins revendiquée.

  • 1 Pour définir cette section « impériale » (ou « politique ») dans l’ensemble de la compilation, nou (...)

2Cette conception peut être plus facilement étudiée à deux moments de l’histoire byzantine : dans le second tiers du vie siècle, sous le règne de Justinien, avec Procope de Césarée ; au milieu du xe siècle, avec « l’encyclopédie impériale » rédigée sous la direction de Constantin Porphyrogénète1. Dans les ouvrages de Procope comme dans les compilations de l’époque macédonienne, une tradition culturelle grecque côtoie la réalité politique et administrative romaine, dont la frontière constitue un élément important.

  • 2 Sur l’imprécision du vocabulaire de Zosime pour la dénomination des fonctions et la terminologie m (...)

3Chez les écrivains prédécesseurs de Procope, se fait sentir le manque d’un vocabulaire approprié, pour transcrire en grec la terminologie propre aux institutions romaines. Particulièrement significatif à cet égard est le cas de Zosime, sous le règne d’Anastase2. En ce qui concerne la frontière, il faut remarquer que les classiques grecs ne pouvaient procurer des formules exactes et des termes adéquats. Hérodote, Thucydide, Xénophon, ont en vue deux sortes de limites. D’abord, limites entre cités, bornant des territoires restreints. Puis, limites entre l’hellénisme et la barbarie, forcément floues et susceptibles de varier souvent. Par ailleurs, l’enseignement rhétorique suggérait une imprécision délibérée, surtout en matière d’institutions. Il nous reste à voir dans quelle mesure ces traits « antiques » ont influencé la présentation de la frontière chez les auteurs du vie, puis du xe siècle.

  • 3 Sur la valeur de l’œuvre en général, le meilleur exposé reste celui de E. Stein et J. R. Palanque, (...)
  • 4 L’Histoire Nouvelle s’ouvre sur la mention du nom de Polybe (I-1, t. I, p. 8, éd. Paschoud).

4Procope de Césarée, infiniment supérieur à Zosime comme historien, est plus proche, pour le fond et pour la forme, de la tradition grecque de l’âge classique3. Alors que Zosime se réclamait surtout de Polybe4, Procope remonte plus volontiers à Thucydide. A la manière de son modèle, l’historien du vie siècle de notre ère expose surtout des événements de son temps, en rappelant seulement des faits des périodes précédentes indispensables à la compréhension du récit. La méthode (recherche des causes et d’un enchaînement logique), tout comme le style, confirment cette filiation. D’autre part, l’histoire des guerres de Justinien concerne, pour l’essentiel, des faits que l’auteur a vécus en témoin, sur les frontières de l’empire : campagnes de 527-531 sur le limes perse, en Mésopotamie notamment ; reconquête de l’Afrique du Nord en 533 ; phase initiale de la reconquête de l’Italie, de 536 à 540.

  • 5 Bella, I, 17, t. I, p. 84, l. 21-26.

5Procope n’est donc pas seulement un homme de lettres, capable de mettre en œuvre des lectures et le témoignage d’autrui. A l’état-major de Bélisaire, il a pu faire de nombreuses observations sur le terrain. Il lui arrive de faire référence à des souvenirs visuels, ainsi à propos de certain paysage de Cappadoce, qu’il compare à un site analogue dans le Taurus5. L’apport de cet écrivain présente donc un intérêt certain dans la perspective particulière que nous devons envisager. Procope a vu beaucoup de localités et d’installations militaires de la frontière, du côté de l’empire « romain » et du côté des Perses ; il a visité une bonne part des forteresses et des fortifications qu’il décrit dans son traité des Édifices, où de nombreux chapitres sont consacrés à la zone frontalière.

  • 6 Bella, I, 3, t. I, p. 11, l. 2.
  • 7 Id., I, 18, t. I, p. 91, l. 7.
  • 8 Id., I, 21, t. I, p. 113, l. 27-114, l. 1.
  • 9 Id., II, 5, t. I, p. 167, l. 4.
  • 10 Ce Paul était originaire de la région d’Antioche et avait étudié le grec avec un grammatistès de c (...)

6Le témoignage de Procope permet de préciser les conceptions des habitants de l’empire, et spécialement celles des hauts fonctionnaires, à propos des questions de la frontière ; il peut éclairer aussi le vocabulaire qui était employé à ce sujet. En premier lieu, voici ce qui concerne les frontières de la partie orientale de l’empire, celle qui était demeurée, après le partage de 395, sous l’administration du gouvernement siégeant à Constantinople. On sait que ce domaine s’étendait depuis l’Illyrie et la Tripolitaine, à l’Ouest, jusqu’aux confins du Caucase et de l’Euphrate, à l’Est. L’élite dirigeante, sinon la majorité de la population, y était partout hellénophone. Néanmoins, l’ensemble de ces territoires est toujours qualifié de « romain » par l’historien du vie siècle — qui s’exprime en grec et se trouve profondément imprégné par les valeurs traditionnelles de la paidéia. Procope oppose invariablement aux zones situées hors des frontières la « terre des Romains » (Ῥωμαίων γῆ). L’expression apparaît pour désigner les provinces voisines de la frontière de l’Est et du Nord-Est. Elle s’applique à la région située au voisinage des Huns, et soumise aux incursions de ce peuple remuant6. Procope qualifie aussi de Ῥωμαίων γῆ plusieurs provinces habituellement menacées par les raids perses : l’Euphratensis, lors de l’attaque lancée en 527 par Kavadh7 ; la région de Martyropolis, visée par l’offensive de 5318 ; la région de Circesium, où Chosroès pénètre en force en 5409. Il arrive que l’expression Ῥωμαίων γῆ soit employée à propos de l’empire de Constantinople dans son ensemble : mentionnant un certain Paul, transfuge devenu interprète de Chosroès, Procope indique que cet homme était originaire de la « terre des Romains »10.

  • 11 An., 18, t. III, p. 115, l. 22.
  • 12 Aed., II, 1, t. IV, p. 46, l. 14 ; II, 4, p. 60, l. 4 (région d’Amida) ; II, 5, p. 61, l. 15 (régi (...)
  • 13 Ῥωμαίων χωρία : Bella, II, 26, t. I, p. 271, l. 4.

7L’expression Ῥωμαίων γῆ est également utilisée dans l’Histoire Secrète de Procope11 et dans son traité Des Édifices12. L’auteur emploie plus rarement, avec un sens analogue, Ῥωμαίων χωρία13.

  • 14 Περσῶν γῆ : id., II, 10, p. 196, l. 11-12.

8Parfois, le ressort de l’empire est opposé à la terre des Perses (Περσῶν γῆ)14 du côté de l’Est.

  • 15 Aed., II, 4, t. IV, p. 57, l. 24, ὅρια τῶν Μηδίκων : Aed., II, 1, p. 46, l. 12.
  • 16 Bella, I, 8, I, p. 38, l. 12 (offensive de Kavadh en 502-503).

9Dans l’espace, la terre des Romains a une délimitation précise, à propos de laquelle Procope utilise les termes de ὅρια et ἐσχατίαι. On sait que les ὅρια, en grec classique, étaient les bornes sacrées qui délimitaient les domaines patrimoniaux, et que le terme désignait également les frontières des cités. Chez Procope, les frontières des grands États sont appelées ὅρια ; notamment celles de l’empire sassanide15. Le plus souvent, il est question des ὅρια des Romains, notamment à l’occasion d’offensives perses à l’intérieur du territoire de l’empire de Constantinople16.

  • 17 Id., I, 19, I, p. 104, l. 15-17. Ἑκ δὲ Αὐξώμιδος πόλεως ἐς τὰ ἐπ’ Ἀιγύπτου ὅρια τῆς Ῥωμαίων ἀρχῆς, (...)

10Visiblement, pour l’historien du vie siècle, ces ὅρια correspondent à une frontière, sinon toujours linéaire, du moins localisée en une bande de terrain comprise entre deux rangées parallèles de bourgades ou de forteresses. Procope indique, par exemple, que « depuis la ville d’Axoum jusqu’aux ὅρια de la puissance (ἀρχή) romaine du côté de l’Égypte, il n’y a pas d’autre ville que celle qu’on nomme Éléphantine »17.

  • 18 Id., I, 29, t. I, p. 291, l. 19-20.
  • 19 Lazique: Bella, II, 17, t. I, p. 224, l. 13; id., II, 29, p. 292, l. 18. Égypte: id., I, 17, p. 89 (...)

11Procope donne également bon nombre de précisions sur le secteur Nord-Est de la frontière romano-perse. Il indique que le fleuve appelé Boas dans son cours supérieur, tant qu’il coule en pays tzane, prend le nom de Phase quand il sort de Colchide ; ce fleuve délimite alors la mouvance « romaine » en Arménie, les territoires qui s’étendent au-delà, autour de la forteresse de Pharaggion, relèvent de la domination sassanide18. Outre les deux cas évoqués, Procope mentionne de façon plus ou moins précise les ὅρια de plusieurs régions de l’empire, du côté de l’État perse19.

  • 20 Id., II, 9, p. 73, l. 22-23.
  • 21 Id., II, 6, p. 63, l. 11-12.
  • 22 Bella, I, 17, t. I, p. 86, l. 14. A noter que dans le discours que Procope, un peu plus loin (ibid (...)

12Un autre terme caractéristique, ἐσχατίαι, apparaît chez Procope avec une acception voisine de celle donnée à ὅρια. Il s’agit de « l’extrémité » de l’empire de Constantinople, de la limite au-delà de laquelle on pénètre dans un monde tout différent ; le terme revient plusieurs fois à propos de la frontière orientale. L’historien mentionne ainsi « tous les bourgs et tous les fortins situés aux limites (ἐσχατίαι) de l’Euphratensis »20 et encore « un fortin près du fleuve Euphrate, aux limites (ἐσχατίαι) de la Mésopotamie »21. Dans l’un et l’autre cas, c’est l’empire perse qui s’étend au-delà de ces ἐσχατίαι. Le tracé de la frontière s’appuie par endroits, traditionnellement, sur certains fleuves, qui servent de repère à l’historien : εντός, en deçà, dans son récit, concerne ce qui est du côté « romain » de la rivière ; ἐκτός, au-delà, désigne ce qui se trouve du côté sassanide. Ainsi en va-t-il, à plusieurs reprises, pour l’Euphrate, dans la partie mésopotamienne de son cours22.

  • 23 Id., II, 29, p. 293, l. 11-13. Ces régions de part et d’autre du Phase étaient alors vivement disp (...)

13Autre fleuve traditionnellement regardé comme limite des deux empires : le Phase (appelé, comme on l’a vu, Boas dans son cours supérieur). Par rapport au Phase, Procope distingue les contrées situées en deçà (ἐντός), qui sont du ressort de l’empire romain, de ce qui se trouve au-delà (ἐκτóς), régions dépendantes de l’empire des Sassanides23.

  • 24 Id., VIII, 2, t. II, p. 495, l. 5-11.

14Plus loin, nous apprenons que le Phase ne sépare pas seulement deux États, mais aussi deux parties du monde. Pour Procope, en effet, la rive droite et « romaine » de ce fleuve est européenne, tandis que la rive gauche, chez les Perses, se trouve en Asie24.

  • 25 Id., V, 12 (= Bellum Gothicum, I, 12), t. II, p. 64, l. 4-8.

15L’Occident tient une place dans le récit des guerres de Procope, qui embrasse la période initiale de la reconquête de Justinien. L’auteur n’a visité que l’Afrique et l’Italie, théâtre des campagnes de Bélisaire ; il est cependant amené à évoquer l’ensemble des anciennes provinces romaines d’Occident, et les territoires limitrophes. C’est une occasion intéressante de mesurer l’étendue de ses connaissances, historiques et géographiques ; on peut également discerner une conception des limites de l’empire et de la nature de l’autorité impériale romaine dans l’ancienne pars occidentis. On notera d’abord que Procope n’ignore pas la frontière du Rhin, qui limitait l’empire à l’époque de sa plus grande extension. Dans la récapitulation des principaux faits qui précède le récit de la guerre des Gots, l’historien situe le Rhin par rapport au Rhône, précisant que les deux fleuves coulent en sens opposé, l’un vers la Méditerranée tyrrhénienne, l’autre vers l’Océan25.

  • 26 Ἀρϐόρυχοι. ... Ῥωμαίων κατήκοοι ἐκ παλαιοῦ ἦσαν ibid., p. 64, l. 4-8. Les érudits ne sont pas d’ac (...)
  • 27 Kαὶ στρατιῶται δὲ Ῥωμαίων ἕτεροι ἐς Γάλλων τὰς ἐσχατιὰς φυλακῆς ἕνεκα ἐτετάχατο, ibid., p. 65, l. (...)

16Procope insiste sur un point important de l’histoire de la Gaule, en évoquant le temps où ce pays tout entier était soumis à l’administration de Rome. Sous le nom d’Ἀρϐόρυχοι, il distingue, par rapport aux peuples germaniques envahisseurs, une population indigène primitivement sujette de l’empire26 ; il rappelle donc qu’avant les grands bouleversements qui ont précédé eux-mêmes l’établissement des Gots dans les régions de l’Occident voisines de la Méditerranée, le Rhin constituait une frontière, que défendaient des troupes romaines. Cette ligne du Rhin est désignée par le terme d’ἐσχατίαι, utilisé, nous l’avons vu, dans le cas des limites orientales de l’empire27.

  • 28 Nόμοις τε τοῖς πατρίοις ἐς ἀεὶ χρῶνται ibid., p. 65, l. 22-24.
  • 29 Ibid., p. 65, l. 25-26.

17Procope mentionne aussi une seconde délimitation, plus récente et imposée par les événements, celle du Rhône. Après l’entrée massive des Germains, l’ancienne Gaule est restée un certain temps divisée en deux secteurs de statut différent. La Gaule ἐκτός Ῥοδανοῦ, au-delà du Rhône, englobe la plus grande partie du pays. Dans ces régions, une domination germanique a été instaurée légalement, au moyen de traités, passés entre les nouveaux occupants et le gouvernement impérial. Il avait été stipulé, rappelle l’historien, que les indigènes, jusque-là soumis à l’autorité de l’empire, conserveraient leurs lois ancestrales (νόμοι πατρίοι), c’est-à-dire le statut défini par la loi romaine ; ainsi le σχῆμα τῶν Ῥωμαίων, l’appartenance à une réalité romaine supérieure aux royautés barbares, et en quelque sorte superposée à elles, se trouvait sauvegardée28. En ce qui concerne la Gaule ἐντός Ῥοδανοῦ, en deçà du Rhône, elle était demeurée sous administration impériale directe, tant que l’état de choses (πολιτεία) établi par les traités susdits était demeuré en vigueur29.

  • 30 Ὀδόακρος ἐς τυρρανίδα μετέϐαλε, ibid., p. 66, l. 1.

18Le récit de Procope indique nettement la présence d’un tournant décisif dans les destinées des régions d’Occident. La date de 476 (selon le comput actuel) marque pour l’historien la fin de la légitimité romaine dans les pays situés en deçà du Rhône et des Alpes. La domination d’Odoacre, en effet, s’est établie sans accord préalable avec l’autorité impériale, et Procope qualifie son régime de « tyrannie »30. A la suite de cette usurpation, la Gaule ἐντός Ῥοδανοῦ et l’Espagne perdent ce caractère romain (σχῆμα τῶν Ῥωμαίων) que les accords conclus avec les chefs germaniques avaient permis de conserver jusque-là.

  • 31 Procope oppose encore à diverses reprises la Gaule ἐκτός τοῦ Ῥοδανοῦ à la Gaule ἐντός τοῦ Ῥοδανοῦ (...)

19Au moment où débute l’entreprise de reconquête voulue par Justinien, il existe pour Procope — et pour le milieu dirigeant de Constantinople — deux frontières du point de vue de la romanité. Une première limite est constituée par le Rhône, à l’Ouest, les Alpes, au Nord. On y trouve, avec la Sicile, la Corse et la Sardaigne, l’Italie tout entière et la Gaule ἐκτός Ῥοδανοῦ31. Du point de vue juridique, ces régions n’ont jamais été soustraites par un traité en forme à l’administration impériale romaine. Dans la pensée des hommes d’État de Constantinople, cette zone n’a aucunement cessé d’appartenir à la Romania, de relever de la souveraineté de l’empereur et de la compétence des fonctionnaires du gouvernement romain désormais unique, siégeant dans l’ancienne Byzance.

20Une seconde limite est celle du Rhin, qui englobe, avec l’Espagne, la Gaule ἐκτός Ῥοδανοῦ. Dans le secteur compris entre cette limite et la ligne du Rhône et des Alpes, l’établissement de gouvernements barbares a été légitimé — sur le moment ou après coup — par des traités qui devaient permettre au gouvernement impérial de conserver une autorité éminente, tandis que les indigènes, distingués des conquérants allogènes, se voyaient reconnaître le statut des Romains.

  • 32 Au Midi, Procope paraît assez bien informé des événements, qu’il situe avec une certaine précision (...)
  • 33 Procope distingue, en dehors de la βρεττανία, une île de βριττία qui semble correspondre au Jutlan (...)

21Il existe donc, pour Procope, à l’intérieur des anciennes limites de l’empire, des royautés — ainsi celle des Francs — sur lesquelles le gouvernement de Constantinople ne revendique en principe que l’hégémonie. L’auteur témoigne d’une certaine connaissance de l’histoire récente et de la géographie de ces pays — à vrai dire d’autant plus vague que l’on s’éloigne du Midi et de la Méditerranée32. Au-delà du Rhin, Procope a l’occasion d’évoquer la Germanie et les régions plus septentrionales, qui n’ont jamais fait partie de l’empire romain. Là, les mentions de territoires ou de peuples se font plus rares et sont souvent inexactes. Visiblement, ces pays restent en dehors de l’horizon des sujets de Constantinople, même ceux de la classe la plus instruite et la mieux informée33. Y étendre la conquête, ou seulement l’hégémonie, n’est pas envisageable, même à long terme.

22En ce qui concerne les frontières de l’empire, le récit de Procope de Césarée exprime deux réalités différentes. A l’Est, de la Lycaonie au Danube, les limites sont à peu près stables, sauf modifications de détail dues aux vicissitudes militaires, depuis sept à huit siècles. Elles sont ordinairement désignées par le terme de ὅρια, et souvent précisées par des mentions de rivières ou de localités. A l’Ouest, est prise en compte l’existence d’une zone concédée, entre la barrière des Alpes et du Rhône, d’une part, le cours du Rhin, d’autre part. Juridiquement, l’empire conserve des droits éminents sur l’ensemble, mais le secteur en deçà des Alpes — peut-être du Rhône — est resté, légalement, partie intégrante de l’œcoumène romain ; ce secteur n’a pas de véritable frontière juridique avec les provinces balkaniques de Constantinople. Dans le gouvernement de ces pays, la reconquête de Justinien, narrée par Procope, met seulement les faits en conformité avec le droit.

  • 34 H. Ahrweiler, la frontière et les frontières de Byzance en Orient, Actes du XIVe Congrès internati (...)

23L’historien protobyzantin, Procope de Césarée, fait apparaître essentiellement la notion de frontière idéologique34 séparant la Romania dont Byzance est le centre, du reste de l’œcoumène. Pourtant, cette frontière culturelle et politique se matérialise aussi dans l’espace de façon concrète comme le montre l’emploi des termes ὅρια, et ἐσχατίαι, dans le sens de bornes, de limites, ou des particules ἐντός-ἐκτός, en deçà - au-delà d’un repère géographique, fleuve, montagne, considéré comme frontière.

  • 35 Constantin VII Porphyrogénète, De Administrando Imperio, éd. Moravcsik-Jenkins (désormais DAI), 2e(...)

24Nous nous proposons de suivre l’évolution du vocabulaire servant à désigner la frontière à travers le De Administrando Imperio de l’empereur érudit du Xe siècle, Constantin VII Porphyrogénète. Cet ouvrage, rédigé par l’empereur entre 948 et 95935, à partir des documents confidentiels de la chancellerie impériale pour contribuer à la formation de son fils et successeur Romain II en matière diplomatique, comporte de remarquables descriptions géographiques et historiques des régions frontalières de l’empire. C’est la raison pour laquelle il nous a semblé particulièrement intéressant de relever dans cette œuvre les termes servant à désigner la frontière.

  • 36 DAI, 53/172, 175, 176, 182, 225, 226 et 227.
  • 37 DAI, 30/19, 114 ; 32/53 ; 45/158, 161, 164, 173 ; 46/15.
  • 38 DAI, 49/13 ; 50/78, 116.
  • 39 DAI, 29/29, 41, 44 ; 50/113, 156, 158, 168.

25Au sens matériel du terme, la frontière est désignée par les termes suivants : ὁροθεσία36, σύνορος37, ἄκρα38, κλεισοῦρα39.

  • 40 Θήσαντες καὶ ὁροθεσίας ἐν τῷ αὐτῷ λεγομένῳ Καφᾷ ἐν ῷ τόπῳ πολεμήσαντες τòν Σαυρόματον ἐνίκησαν, ἐν (...)
  • 41 Ἵνα γένηται σύνορον τῆς Φασιανῆς ὁ ποταμòς ὁ Ἔραξ, ἤτοι ὁ Φᾶσις, DAI. 45/158. Συμφέρον εἶναι τòν π (...)
  • 42 Ἐκ παλαιοῦ τοίνυν ἡ Δελματία τὴν ἀρχὴν μὲν εἶχεν ἀπò τῶν συνόρων Δυρραχίου. DAI, 30/8-9.
  • 43 Καὶ παρεκτείνεται πρòς μὲν τὴν παραθαλασσίαν μέχρι τῶν συνόρων Ἰστρίας. DAI, 30/114-115.
  • 44 Ἐπεὶ οὖν ὁ τηνικαῦτα στρατηγòς ὑπῆρχεν πρòς τὴν ἄκραν τοῦ θέματος ἐν κάστρῳ Κορίνθου. DAI, 49/13-1 (...)
  • 45 Ὁ δὲ Μελίας εἰς Εὐφράτειαν καθεζόμενος, ὁ πότε καὶ προεϐλήθη Κωνσταντῖνος ὁ Δοὺξ εἰς τò Χαρσιανόν, (...)

26Ces vocables ont en réalité chacun un sens particulier que nous allons nous efforcer de préciser. Ainsi, ὁροθεσία désigne la « borne-frontière », dressée dans un lieu dépourvu de repères géographiques pouvant servir de frontières, que chacun s’engage par serment à ne pas franchir40. Les deux termes suivants sont plus difficiles à définir. Employé au singulier, σύνορος indique une limite naturelle, en l’occurrence un fleuve41 ; au pluriel, ce vocable devient beaucoup moins précis et peut évoquer les confins d’une ville42 ou d’une région43. Quant au terme ἄκρα, il semble le plus souvent désigner les limites intérieures du thème44 dont les subdivisions territoriales, les tourmai semblent s’appuyer sur des reliefs accidentés. Enfin, la κλεισοῦρα est en général, la ville fortifiée qui commande une région montagneuse frontalière d’accès difficile45.

  • 46 Ἰστέον, ὅτι αἱ τέσσαρες τῶν Πατζινακιτῶν γενεαί, ..., κεῖνται πέραν τοῦ Δανάπρεως πoταμοῦ πρòς τὰ (...)
  • 47 Ἄνωθεν δὲ τῆς Ζιχίας ἐστὶν ἡ χώρα ἡ λεγομένη Παπαγία, καὶ ἄνωθεν τῆς Παπαγίας χώρας ἐστὶν ἡ χώρα ἡ (...)
  • 48 τουτέστιν τὸ Θέμα Γιαζιχοπὸν πλησιάζει τῇ Βουλγαρία, τò δὲ θέμα τοῦ κάτω Γύλα πλησιάζει τῇ Τουρκίᾳ (...)
  • 49 On trouvera une bonne étude de la frontière danubienne dans R. Browning, Byzantium and Bulgaria, A (...)
  • 50 D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth, Eastern Europe 500-1453, Londres, 1971, xiv + 446 p. (Hi (...)
  • 51 Ὅτι τὰ ἀπὸ τῆς ἔξω Ῥωσίας μονόξυλα κατερχόμενα ἐν Κωνσταντινουπόλει εἰσὶ μὲν ἀπò τοῦ Νεμογαρδας, ἐ (...)

27Ces frontières parfaitement matérialisées dans l’espace, bornent les territoires se trouvant directement sous administration romaine (ὑπò τὴν Ῥωμαϊκὴν πολιτείαν). Par contre, les territoires qui ne font pas partie de l’empire mais qui jouxtent ses frontières et sur lesquels l’empire considère avoir droit de regard, sont habituellement désignés par des couples adverbiaux : πέραν/πέραθεν-ἔνθεν46, ἄνωθεν/ἔνδοθεν47, par le verbe πλησιαζεῖν48, ce qui permet de situer ces régions par rapport à des repères géographiques connus comme le Danube49 ou le Dniepr ou bien par rapport à des pays faisant partie de ce que l’on appelle le « Commonwealth » byzantin50. Enfin, il y a les pays éloignés tant sur le plan géographique que politique, comme la Russie, pour lesquels l’empereur emploie la préposition ἔξω51.

  • 52 Ἐν οἷς αὐτὸν ἑώρα ἔξω τοῦ δέοντός τι διαπραττόμενον ἢ καὶ προστάττοντα. DAI, 50/179.
  • 53 Καὶ δὴ τῷ τρόπῳ τούτῳ ἐπὶ διετῆ χρόνον ἐκ τοῦ κατὰ μέρος ἐρχομένων τῶν Βοσποριανῶν μετὰ τῶν ξενίων (...)
  • 54 Μεμαθηκότες δὲ τοῦτο οἱ Χερσωνῖται, στεφανηφοροῦντος τότε καὶ πρωτεύοντος τῆς Χερσῶνος Βύσκου, τοῦ (...)
  • 55 « Ἐν Ἱσπανίᾳ τῇ μικρᾷ τῇ ἔξω Λουσιτανῶν πάλιν ἀποστάντων, ἐπέμφθη ὑπὸ Ῥωμαίων στρατηγὸς ἐπ’ αὐτοὺς (...)

28Cette préposition apparaît en fait un grand nombre de fois dans l’œuvre du Porphyrogénète, avec des acceptions que nous allons tenter de préciser. Ainsi, nous trouvons l’expression ἔξω τοῦ δεοντος52, dans le sens de au-delà de sa compétence. Mais, pour nous en tenir au seul vocabulaire géographique, nous rencontrons l’expression τὰ ἔξω dans le sens de territoire situé à l’extérieur des remparts de la ville53, au-delà des limites de la cité54. Enfin, la préposition ἔξω suivie d’un nom de pays a été le plus souvent traduite par ultérieur par opposition à citérieur55.

  • 56 On trouvera l’essentiel de celle-ci dans A. Soloviev, Ἡ ἜΞΩ ῬωΣΙΑ, Byzantion, 13, 1938, p. 227-232 (...)

29Si l’expression d’Espagne ultérieure ou Lusitanie ne pose pas de problèmes, il n’en va pas de même de celle de « Russie extérieure » qui a déjà suscité une abondante littérature56, sans aboutir toutefois à une solution vraiment satisfaisante. C’est pour cette raison qu’il nous a paru souhaitable d’ouvrir encore une fois le dossier.

  • 57 H. Stürenburg, Relative Orstbezeichnung ; zum geographischen Sprachgebraucht der Griechen und Röme (...)
  • 58 V. V. Mavrodin, Obrazovanie drevnerusskogo gosudarstva i formirovanie drevne-russkoj narodnosti, M (...)

30Il importe avant tout de préciser l’emploi de l’expression suivie d’un nom de pays sous la plume de l’empereur byzantin. En effet, on a déjà fait remarquer que la traduction par l’adjectif extérieur était par trop littérale et qu’il s’agissait d’une expression relative indiquant que la région considérée était située à une distance plus ou moins éloignée de la mer Méditerranée57. Dès lors, la traduction par l’adjectif lointain paraît mieux adaptée et a d’ailleurs été retenue par l’historien soviétique V. V. Mavrodin58.

  • 59 F. Jacoby (éd.), Die Fragmente der Griechischen Historiker, t. II, Zeitgeschichle, A. Universalges (...)
  • 60 DAI, 24/2. Ἱσπανίαι δύο τῆς Ἰταλίας ἐπαρχίαι . ἠ μὲν μεγάλη, ἡ δὲ μικρά.
  • 61 N. A. Nasonov, « Russkaja zemlja » obrazovanie territorii drevnerusskogo Gosudarstva, Moscou, 1951 (...)

31Notons tout d’abord que dans l’exemple espagnol, Constantin VII ne fait que reproduire une citation59 ; par conséquent, on ne peut en tirer argument pour la signification de cette expression dans le passage concernant les Russes où la préposition est employée par l’empereur lui-même. Constatons ensuite qu’il n’est pas fait la moindre allusion à l’existence d’une autre province russe qui aurait constitué le pendant de la grande province d’Espagne60. Aussi est-il difficile de suivre N. A. Nasonov lorsqu’il oppose la Russie extérieure, celle de Novgorod où régnait Syjatoslav, à la Russie intérieure, celle de Kiev, où régnait Igor61.

32Ce dernier point de vue suppose en fait l’attribution d’un sens adversatif à la formule είσί δὲ. En réalité, il faut considérer, d’une part, la symétrie voulue parfaite des deux membres de la phrase avec la répétition du verbe είσί — ce qui semble équivaloir à εἰσίν αἱ μέν ... αἱ δέ — d’autre part, la présence de μέν, puisque δέ adversatif, en règle générale, n’est pas annoncée par καί et l’absence de tout mot introduisant un sens nettement adversatif impliquant une rupture du balancement créé. Tous ces faits constatés, pris séparément ne permettraient pas de conclure avec certitude ; mais leur conjonction semble conduire à l’attribution d’un sens corrélatif aux deux particules.

  • 62 Oἱ δὲ Σκλάϐοι, οἱ πακτιῶται αὐτῶν. DAI, 9/9.
  • 63 τò δὲ θέμα τοῦ Χαραϐόη πλησιάζει τῇ Ῥωσίᾳ, τò δὲ θέμα Ἰαϐδιερτὶμ πλησιάζει τοῖς ὑποφόροις χωρίοις (...)

33Si l’on accepte cette conclusion, la Russie « lointaine » comprend, outre la ville de Novgorod, celles de Smolensk, de Ljubec, de Cernigov et de Vyšgorod. Reste alors posé le cas de la ville de Kiev qui ne fait pas partie de cette énumération, mais où se rassemblent les monoxyles provenant des villes précédemment citées, sans que l’empereur n’évoque la moindre opposition entre celles-ci et celle-là. De plus, évoquant les Slaves tributaires de ces villes, Constantin VII emploie le pronom à valeur possessive αὐτῶν62 qui peut se rapporter à l’ensemble de ces villes, y compris Kiev. Enfin, évoquant les quatre tribus des Petchénègues installées à l’Ouest du Dniepr et constituant quatre provinces, l’empereur note que celle des Charoboi jouxte la Russie et que celle des Iabdiertim est limitrophe des territoires payant tribut à la Russie63. Or, dans ces deux exemples, la Russie est évoquée comme formant une entité géopolitique unique, ainsi que le prouve l’emploi du singulier.

  • 64 J.-P. Arrignon, Les relations internationales de la Russie de Kiev au milieu du xe siècle et le ba (...)

34Dès lors, nous pouvons raisonnablement admettre que l’empereur Constantin VII évoquait l’ensemble de la Russie lorsqu’il faisait état de la Russie « lointaine ». Quant à la préposition ἔξω elle souligne ici, certes, l’éloignement géographique indiscutable du pays par rapport à Constantinople et à la Méditerranée, mais plus encore l’éloignement politique dans lequel se trouvait alors la Russie. Il faut en effet attendre la venue de la princesse russe Olga dans la Ville impériale pour voir la Russie faire son entrée dans les relations internationales du xe siècle64.

35En conclusion de ce rapide examen des vocables servant à désigner la frontière dans le De Administrando Imperio de l’empereur Constantin VII Porphyrogénète, trois réalités politiques différentes semblent être présentées.

36Tout d’abord, les territoires qui font partie intégrante de l’empire romain — ὑπό τὴν Ῥωμαϊκήν πολιτείαν — sont délimités dans l’espace de façon précise et situés en deçà de frontières qui sont désignées par des termes dont chacun à une signification particulière.

37Puis, ce sont les territoires situés « au-delà » des dites frontières, donc hors de la juridiction romaine proprement dite, mais sur lesquels Constantinople conserve ou prétend conserver un droit de regard. Ils sont désignés par des locutions adverbiales ou par le verbe πλησιαζεῖν qui précisent leur position par rapport à un repère géographique connu.

38Enfin, le cas de la Russie, située tout à fait en dehors de l’œcumène romain, est souligné par l’emploi de la préposition ἔξω qui évoque, à notre avis, l’éloignement tant géographique que politique de ce pays par rapport à Constantinople, tout en reconnaissant son unité.

39Si l’on compare maintenant les vocabulaires servant à désigner la frontière chez Procope de Césarée et Constantin VII, on est amené à d’intéressantes conclusions.

  • 65 « Ἐντὸς δὲ Πυρήνης Ἴϐηρ τ’ ἐστὶ μέγας ποταμὸς φερόμενος ἐνδοτέρω. » DAI, 23/3-4.
  • 66 « ...πρῶτον μὲν οἱ ἐπὶ τοῖς ἐσχάτοις οἰκοῦντες τὰ πρὸς δυσμέων Κύνητες ὀνομάζονται. » DAI, 23/8-9.

40Constatons tout d’abord que nos deux auteurs n’ont pas de termes communs pour désigner la frontière, si l’on excepte toutefois les citations d’Apollodore d’Athènes65 et d’Hérodore d’Héraklée66 retenues par Constantin VII pour sa description de l’Espagne et qui comportent des vocables utilisés par Procope. Cette notation nous semble particulièrement intéressante dans la mesure où elle fait apparaître la grande stabilité du vocabulaire durant la période qui s’étend du ive siècle avant J.-C, au vie siècle après J.-C.

  • 67 Οὐ γὰρ ἐπίδειξιν καλλιγραφίας ἤ φράσεως ἠττικισμένης καὶ τὸ διηρμένον διογκούσης καὶ ὑψηλὸν ποιῆσα (...)

41Comme nous l’avons déjà noté, il faut également insister sur les perspectives différentes qui animent ces deux auteurs. Alors que Procope se place délibérément dans la continuité des historiens de l’Antiquité, Hérodote et Thucydide, dont il cherche à reproduire le style, au contraire, Constantin VII s’est volontairement servi de l’expression de tous les jours67 ; il a donc probablement conservé la langue dans laquelle étaient rédigées les notices qui parvenaient aux services de renseignement de l’empire. Cela explique, en partie du moins, la plus grande technicité du vocabulaire employé par l’empereur et illustre surtout la transformation de la langue consécutive à l’hellénisation de l’empire.

  • 68 P. Lemerle, op. cit., p. 75.
  • 69 J. Darrouzès, Les épistoliers byzantins du xe siècle, Paris, 1960 et G. Karlsson, Idéologie et cér (...)

42Il est, bien sûr, particulièrement tentant d’essayer de dater l’apparition de ce vocabulaire technique, mais l’on sait l’extrême pauvreté des manuscrits conservés pour la période s’étendant du vie au ixe siècle68. Néanmoins, le goût particulier de Constantin VII pour les encyclopédies est bien connu. Or, ce genre littéraire implique des recherches attentives menées le plus souvent dans le cadre de la Bibliothèque impériale, sur des documents écrits pour la plupart en langue vernaculaire, par des spécialistes des questions faisant l’objet de rapports. On peut alors raisonnablement suggérer l’idée que c’est à partir du ixe siècle, sous l’impulsion de quelques personnalités comme Léon le Mathématicien et Photios dont on connaît l’attachement à la rhétorique ainsi qu’aux questions de vocabulaire et de langue, que s’est effectuée peu à peu la transformation de la langue par l’adoption d’un grand nombre de vocables nouveaux plus précis et plus techniques. Cette transformation a dû être élaborée pour l’essentiel dans le cadre des bureaux impériaux. C’est aussi probablement la raison pour laquelle elle apparaît de façon aussi caractéristique dans l’œuvre de l’empereur érudit du xe siècle. Enfin, il résulta aussi de cette évolution une divergence de plus en plus grande entre la langue « de tous les jours », pour reprendre l’expression de Constantin VII, et la langue savante et archaïsante telle qu’elle apparaît dans la littérature épistolaire du xe siècle69.

Notes

1 Pour définir cette section « impériale » (ou « politique ») dans l’ensemble de la compilation, nous reprenons la classification de P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin, notes et remarques sur enseignement et culture à Byzance des origines au xe siècle, Paris, P.U.F., 1971 (Bibliothèque byzantine, Études, 6), p. 274-280. Cette section comprend le De Administrando Imperio (de loin le plus intéressant pour notre sujet, le De Thematibus, le De Ceremoniis et la Vie de Basile Ier, le fondateur de la dynastie macédonienne.

2 Sur l’imprécision du vocabulaire de Zosime pour la dénomination des fonctions et la terminologie militaire, cf. F. Paschoud, Introduction à l’édition nouvelle de l’Histoire Nouvelle, t. I, p. lxxii-lxxiii.

3 Sur la valeur de l’œuvre en général, le meilleur exposé reste celui de E. Stein et J. R. Palanque, Histoire du Bas-Empire, t. II, 1949, p. 709-723. Nous utiliserons l’édition de J. Haury, Procopii Caesariensis opera omnia, Teubner, Leipzig, 2e éd. revue par G. Wirth, 4 vol. , 1963-1964. Bella, livres I-VIII = Haury, t. I-II ; An. (Anecdota, ou Histoire Secrète) = Haury, t. III ; Aed. (de Aedificiis), livres I-VI = Haury, t. IV.

4 L’Histoire Nouvelle s’ouvre sur la mention du nom de Polybe (I-1, t. I, p. 8, éd. Paschoud).

5 Bella, I, 17, t. I, p. 84, l. 21-26.

6 Bella, I, 3, t. I, p. 11, l. 2.

7 Id., I, 18, t. I, p. 91, l. 7.

8 Id., I, 21, t. I, p. 113, l. 27-114, l. 1.

9 Id., II, 5, t. I, p. 167, l. 4.

10 Ce Paul était originaire de la région d’Antioche et avait étudié le grec avec un grammatistès de cette ville, id., II, 7, t. I, p. 177, l. 6-9. Paul était né ἐν γῇ τῇ Ῥωμαίων.

11 An., 18, t. III, p. 115, l. 22.

12 Aed., II, 1, t. IV, p. 46, l. 14 ; II, 4, p. 60, l. 4 (région d’Amida) ; II, 5, p. 61, l. 15 (région de Martyropolis) ; II, 10, p. 76, l. 6-7.

13 Ῥωμαίων χωρία : Bella, II, 26, t. I, p. 271, l. 4.

14 Περσῶν γῆ : id., II, 10, p. 196, l. 11-12.

15 Aed., II, 4, t. IV, p. 57, l. 24, ὅρια τῶν Μηδίκων : Aed., II, 1, p. 46, l. 12.

16 Bella, I, 8, I, p. 38, l. 12 (offensive de Kavadh en 502-503).

17 Id., I, 19, I, p. 104, l. 15-17. Ἑκ δὲ Αὐξώμιδος πόλεως ἐς τὰ ἐπ’ Ἀιγύπτου ὅρια τῆς Ῥωμαίων ἀρχῆς, οὗ δὴ πόλις ἡ Ἐλεφαντίνη καλουμένη οἰκεῖται...

18 Id., I, 29, t. I, p. 291, l. 19-20.

19 Lazique: Bella, II, 17, t. I, p. 224, l. 13; id., II, 29, p. 292, l. 18. Égypte: id., I, 17, p. 89, l. 4-5 ; Palestine : id., I, 19, p. 100, l. 26 ; Ibérie : id., II, 29, p. 292, l. 10-11.

20 Id., II, 9, p. 73, l. 22-23.

21 Id., II, 6, p. 63, l. 11-12.

22 Bella, I, 17, t. I, p. 86, l. 14. A noter que dans le discours que Procope, un peu plus loin (ibid., p. 88, l. 6) prête à « Alamoundaros » (le Lakhmide Al-Mundhir), les terres « romaines » dont le chef arabe recommande l’invasion, sont dites ἐκτός Εὐφράτου πoταμοῦ : la situation est présentée ici du point de vue de l’ennemi.

23 Id., II, 29, p. 293, l. 11-13. Ces régions de part et d’autre du Phase étaient alors vivement disputées entre l’empire de Constantinople et l’État sassanide ; Procope les mentionne ici à l’occasion de la campagne du magister militum romain Dagisthée contre le corps perse commandé par Mihr-Mihroé, avec pour enjeu la forteresse de Pétra, enlevée en 541 par les armées sassanides (Stein, Histoire du Bas-Empire, t. II, p. 505).

24 Id., VIII, 2, t. II, p. 495, l. 5-11.

25 Id., V, 12 (= Bellum Gothicum, I, 12), t. II, p. 64, l. 4-8.

26 Ἀρϐόρυχοι. ... Ῥωμαίων κατήκοοι ἐκ παλαιοῦ ἦσαν ibid., p. 64, l. 4-8. Les érudits ne sont pas d’accord sur la nature des Arborychoi (transcription des aborigines, désignant l’ensemble des Gallo-romains des zones occupées en Gaule du Nord, pour F. Lot, Revue hist., CLXV, 1930, p. 244, ou « Armoricains » ? pour Stein, op. cit., p. 719, n. 1).

27 Kαὶ στρατιῶται δὲ Ῥωμαίων ἕτεροι ἐς Γάλλων τὰς ἐσχατιὰς φυλακῆς ἕνεκα ἐτετάχατο, ibid., p. 65, l. 10-11.

28 Nόμοις τε τοῖς πατρίοις ἐς ἀεὶ χρῶνται ibid., p. 65, l. 22-24.

29 Ibid., p. 65, l. 25-26.

30 Ὀδόακρος ἐς τυρρανίδα μετέϐαλε, ibid., p. 66, l. 1.

31 Procope oppose encore à diverses reprises la Gaule ἐκτός τοῦ Ῥοδανοῦ à la Gaule ἐντός τοῦ Ῥοδανοῦ (ainsi : Bella, V, 13, t. II, p. 71, l. 20-22.

32 Au Midi, Procope paraît assez bien informé des événements, qu’il situe avec une certaine précision, ainsi que dans le cas de la campagne victorieuse des Francs contre les Wisigots dans la région subpyrénéenne en 507, et du siège de Carcassonne (Bella, V, 12, t. II, p. 68, l. R s. et 69, l. 9 s.

33 Procope distingue, en dehors de la βρεττανία, une île de βριττία qui semble correspondre au Jutland (Bella, VIII, 20, t. II, p. 589-591. Sur ces inexactitudes, cf. Stein, op. cit., p. 718-719.

34 H. Ahrweiler, la frontière et les frontières de Byzance en Orient, Actes du XIVe Congrès international des études byzantines, 1971 (Bucarest, 1974, p. 209) et H. Ahrweiler, Byzance : les pays et les territoires, Variorum reprints, Londres, 1976, III.

35 Constantin VII Porphyrogénète, De Administrando Imperio, éd. Moravcsik-Jenkins (désormais DAI), 2e éd., Washington, 1967 et R. J. H. Jenkins, Commentary, 1962, p. 1-8 et P. Lemerle, op. cit., p. 277, note 36

36 DAI, 53/172, 175, 176, 182, 225, 226 et 227.

37 DAI, 30/19, 114 ; 32/53 ; 45/158, 161, 164, 173 ; 46/15.

38 DAI, 49/13 ; 50/78, 116.

39 DAI, 29/29, 41, 44 ; 50/113, 156, 158, 168.

40 Θήσαντες καὶ ὁροθεσίας ἐν τῷ αὐτῷ λεγομένῳ Καφᾷ ἐν ῷ τόπῳ πολεμήσαντες τòν Σαυρόματον ἐνίκησαν, ἐν ῷ καὶ ὅρκους ἐπετέλεσεν ὁ αὐτòς Σαυρόματος καὶ οἱ σὺν αὐτῷ ὑπολειφθέντες τοῦ μηκέτι αὐτοὺς χάριν πολέμου ὑπερϐαίνειν τὰς μεταξὺ αὐτῶν τεθείσας ὁροθεσίας, ἀλλ’ ἕκαστον αὐτῶν τοὺς ἰδίους ἔχειν τόπους πρòς τὰς τεθείσας ὁροθεσίας. DAI, 53/171-176.

41 Ἵνα γένηται σύνορον τῆς Φασιανῆς ὁ ποταμòς ὁ Ἔραξ, ἤτοι ὁ Φᾶσις, DAI. 45/158. Συμφέρον εἶναι τòν ποταμòν σύνορον. DAI, 45/163-164.
Καὶ δέδωκεν αὐτῷ εἰς ἀντισήκωσιν τό τε Τυρόκαστρον καὶ τὴν ποταμίαν τοῦ Ἀρτζαρά, τὴν οὖσαν σύνορον Ῥωμανίας εἰς Κώλωριν. DAI, 46/13-15.

42 Ἐκ παλαιοῦ τοίνυν ἡ Δελματία τὴν ἀρχὴν μὲν εἶχεν ἀπò τῶν συνόρων Δυρραχίου. DAI, 30/8-9.

43 Καὶ παρεκτείνεται πρòς μὲν τὴν παραθαλασσίαν μέχρι τῶν συνόρων Ἰστρίας. DAI, 30/114-115.

44 Ἐπεὶ οὖν ὁ τηνικαῦτα στρατηγòς ὑπῆρχεν πρòς τὴν ἄκραν τοῦ θέματος ἐν κάστρῳ Κορίνθου. DAI, 49/13-14.
Ἡ δὲ Κάμαχὰ ἡ τοῦρμα ἄκρα Κολωνείας ἦν. DAI, 50/116.

45 Ὁ δὲ Μελίας εἰς Εὐφράτειαν καθεζόμενος, ὁ πότε καὶ προεϐλήθη Κωνσταντῖνος ὁ Δοὺξ εἰς τò Χαρσιανόν, κατῆλθεν οὗτος ὁ προρρηθεὶς Μελίας, καὶ τò παλαιòν κάστρον τὴν Λυκανδòν ἐκράτησεν, καὶ ἔκτισεν αὐτò καὶ ὠχυροποίησεν, καὶ ἐκεῖσε ἐκαθέσθη, καὶ ὠνομάσθη παρὰ Λέοντος, τοῦ φιλοχρίστου βασιλέως, κλεισοῦρα. Καὶ μετὰ τοῦτο διεπέρασεν ἀπò Λυκανδοῦ εἰς τò ὄρος τῆς Τζαμανδοῦ, κἀκεῖσε τὸ νῦν ὄν κάστρον ἔκτισεν, καὶ ὡσαύτως κἀκεῖνο κλεισοῦρα ἐκαλεῖτο. DAI, 50/152-158.
Τὸ δὲ Χανζὶτ καὶ ἡ Ῥωμανόπολις κλεισοῦραι τῶν Μελιτηνιατῶν ὑπῆρχον. DAI, 50/113.
Καὶ γὰρ πλησίον τῆς θαλάσσης ὑπò τò αὐτò κάστρον κάστρον ἔστιν, τò ἐπιλεγόμενον Σαλῶνα, ..., ἐν ῷ πάντες οἱ Ῥωμᾶνοι συνήγοντο καὶ καθωπλίζοντο καὶ προσαπεκίνουν ἐκ τῶν ἐκεῖσε, καὶ πρòς τὴν κλεισοῦραν ἀπήρχοντο, τὴν ἀπò τοῦ αὐτοῦ κάστρου ὑπάρχουσαν μίλια τέσσαρα, ἥτις καὶ μέχρι τοῦ νῦν καλεῖται Κλεῖσα διὰ τò συγκλείειν τοὺς διερχoμένους ἐκεῖθεν. DAI, 29/25-31.

46 Ἰστέον, ὅτι αἱ τέσσαρες τῶν Πατζινακιτῶν γενεαί, ..., κεῖνται πέραν τοῦ Δανάπρεως πoταμοῦ πρòς τὰ ἀνατολικώτερα καὶ βορειότερα μέρη, ... Αἱ δὲ ἄλλαι τέσσαρες γενεαὶ κεῖνται ἔνθεν τοῦ Δανάπρεως πoταμοῦ πρòς τὰ δυτικώτερα καὶ ἀρκτικώτερα μέρη. DAI, 37/34-40.
Καὶ κατοικοῦσιν μὲν οἱ Τοῦρκοι πέραθεν τοῦ Δανούϐεως πoταμοῦ εἰς τὴν τῆς Μοραϐίας γῆν, ἀλλὰ καὶ ἔνθεν μέσον τοῦ Δανούϐεως καὶ τοῦ Σάϐα πoταμοῦ. DAI, 42/18-20.

47 Ἄνωθεν δὲ τῆς Ζιχίας ἐστὶν ἡ χώρα ἡ λεγομένη Παπαγία, καὶ ἄνωθεν τῆς Παπαγίας χώρας ἐστὶν ἡ χώρα ἡ λεγομένη Κασαχία, ἄνωθεν δὲ τῆς Κασαχίας ὄρη τὰ Καυκάσιά εἰσιν, καὶ τῶν ὀρέων ἄνωθεν ἐστιν ἡ χώρα τῆς Ἀλανίας. Ἡ δὲ τῆς Ζιχίας παράλιος ἔχει νησία, τò μέγα νησὶν καὶ τὰ τρία νησία, ἔνδοθεν δὲ τούτων εἰσὶν καὶ ἕτερα νησία, τὰ καὶ ἐπινεμηθέντα καὶ παρὰ τῶν Ζιχῶν κτισθέντα. DΑΙ, 42/99-105.

48 τουτέστιν τὸ Θέμα Γιαζιχοπὸν πλησιάζει τῇ Βουλγαρία, τò δὲ θέμα τοῦ κάτω Γύλα πλησιάζει τῇ Τουρκίᾳ, τò δὲ Θέμα τοῦ Χαραϐόη πλησιάζει τῇ Ῥωσίᾳ, τò δὲ θέμα Ἰαϐδιερτὶμ πλησιάζει τοῖς ὑποφόροις χωρίοις χώρας τῆς Ῥωσίας, τοῖς τε Οὐλτίνοις καὶ Δερϐλενίνοις καὶ Λενζενίνοις καὶ τοῖς λοιποῖς Σκλάβοις. DAI, 37/40-45.

49 On trouvera une bonne étude de la frontière danubienne dans R. Browning, Byzantium and Bulgaria, A comparative Study across the early medieval frontier, Londres, 1975, 232 p. et V. Tapkova-Zaimova, Polni dunabgranicna zona ha vizantijckija zapad, Sofia, 1976, 188 p.

50 D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth, Eastern Europe 500-1453, Londres, 1971, xiv + 446 p. (History of Civilisation).

51 Ὅτι τὰ ἀπὸ τῆς ἔξω Ῥωσίας μονόξυλα κατερχόμενα ἐν Κωνσταντινουπόλει εἰσὶ μὲν ἀπò τοῦ Νεμογαρδας, ἐν ῷ Σφενδοσθλάϐος, ὁ υἱòς Ἴγγωρ, τοῦ ἄρχοντος Ῥωσίας, ἐκαθέζετο, εἰσὶ δὲ καὶ ἀπò τò κάστρον τὴν Μιλινίσκαν καὶ ἀπò Τελιούτζαν καὶ Τζερνιγῶγαν καὶ ἀπò τοῦ Βουσεγραδέ. Ταῦτα οὖν ἅπαντα διὰ τοῦ πoταμοῦ κατέρχονται Δανάπρεως, καὶ ἐπισυνάγονται εἰς τὸ κάστρον τὸ Κιοάϐα, τò ἐπονομαζόμενον Σαμβατάς. DAI, 9/3-9.

52 Ἐν οἷς αὐτὸν ἑώρα ἔξω τοῦ δέοντός τι διαπραττόμενον ἢ καὶ προστάττοντα. DAI, 50/179.

53 Καὶ δὴ τῷ τρόπῳ τούτῳ ἐπὶ διετῆ χρόνον ἐκ τοῦ κατὰ μέρος ἐρχομένων τῶν Βοσποριανῶν μετὰ τῶν ξενίων πρòς τò μὴ γνωσθῆναι τῇ πόλει τòν δόλον ἔφερε μὲν αὐτοὺς πεζικῶς ἐκ τοῦ Συμϐόλου ὀτοῦ Ἀσάνδρου υἱός καὶ μετὰ ἡμέρας τινὰς πάλιν ἐπὶ πάντων πρòς ἑσπέραν ἀπέλυεν αὐτούς, φησίν, ἐπὶ τὰ ἔξω ὡς δῆθεν βραδέστερον διὰ τὴν ὥραν. DAI, 53/299-304.
Ἰστέον, ὅτι ἔξω τοῦ κάστρου Ταμάταρχα πολλαὶ πηγαὶ ὑπάρχουσιν ἄφθαν ἀναδιδοῦσαι. DAI, 53/493-494.

54 Μεμαθηκότες δὲ τοῦτο οἱ Χερσωνῖται, στεφανηφοροῦντος τότε καὶ πρωτεύοντος τῆς Χερσῶνος Βύσκου, τοῦ Σουπολίχου, ἀντιπαραταξάμενοι καὶ αὐτοὶ ὑπήντησαν τῷ Σαυρομάτῳ ἔξω ἐν τοῖς τοῦ λεγομένου Καφᾶ τόποις. DAI, 53/167-170.

55 « Ἐν Ἱσπανίᾳ τῇ μικρᾷ τῇ ἔξω Λουσιτανῶν πάλιν ἀποστάντων, ἐπέμφθη ὑπὸ Ῥωμαίων στρατηγὸς ἐπ’ αὐτοὺς Κύιντος. » DAI, 24/3-5.

56 On trouvera l’essentiel de celle-ci dans A. Soloviev, Ἡ ἜΞΩ ῬωΣΙΑ, Byzantion, 13, 1938, p. 227-232 et dans Constantinus Porphyrogenetus, De Adminis-trando Imperio, II, Commentary, éd. par R. J. H. Jenkins, Londres, 1962, p. 25-26, note 9/3.

57 H. Stürenburg, Relative Orstbezeichnung ; zum geographischen Sprachgebraucht der Griechen und Römer, Leipzig, 1932, p. 14-18.

58 V. V. Mavrodin, Obrazovanie drevnerusskogo gosudarstva i formirovanie drevne-russkoj narodnosti, Moscou, 1971, p. 183.

59 F. Jacoby (éd.), Die Fragmente der Griechischen Historiker, t. II, Zeitgeschichle, A. Universalgeschichte und Helenika, Berlin, 1926, frag. 26, p. 488.

60 DAI, 24/2. Ἱσπανίαι δύο τῆς Ἰταλίας ἐπαρχίαι . ἠ μὲν μεγάλη, ἡ δὲ μικρά.

61 N. A. Nasonov, « Russkaja zemlja » obrazovanie territorii drevnerusskogo Gosudarstva, Moscou, 1951, p. 31. Ce point de vue a été récemment repris par V. A. Bulkin, I. V. Dubov, G. C. Lebedev, Arkhéologičeskie pamjatniki drevnej Rusi IX-XI υ., Leningrad, 1978, p. 10.

62 Oἱ δὲ Σκλάϐοι, οἱ πακτιῶται αὐτῶν. DAI, 9/9.

63 τò δὲ θέμα τοῦ Χαραϐόη πλησιάζει τῇ Ῥωσίᾳ, τò δὲ θέμα Ἰαϐδιερτὶμ πλησιάζει τοῖς ὑποφόροις χωρίοις Χώρας τῆς Ῥωσίας. DAI, 37/42-43.
Sur les frontières de la Russie de Kiev, cf. P. P. Toločko, Kievskaja zemlja, in Drevnerusskie kniažestva X-XIII υ., Moscou. 1975. p. 5.

64 J.-P. Arrignon, Les relations internationales de la Russie de Kiev au milieu du xe siècle et le baptême de la princesse Olga, Colloque des Historiens médiévistes de l’Enseignement Supérieur, Dijon, 1979, p. 167-184 et, en russe dans Vizantijskij Vremennik, t. 41, p. 113-124.

65 « Ἐντὸς δὲ Πυρήνης Ἴϐηρ τ’ ἐστὶ μέγας ποταμὸς φερόμενος ἐνδοτέρω. » DAI, 23/3-4.

66 « ...πρῶτον μὲν οἱ ἐπὶ τοῖς ἐσχάτοις οἰκοῦντες τὰ πρὸς δυσμέων Κύνητες ὀνομάζονται. » DAI, 23/8-9.

67 Οὐ γὰρ ἐπίδειξιν καλλιγραφίας ἤ φράσεως ἠττικισμένης καὶ τὸ διηρμένον διογκούσης καὶ ὑψηλὸν ποιῆσαι ἐσπούδασα, ἀλλὰ μᾶλλον διὰ κοινῆς καὶ καθωμιλημένης ἀπαγγελίας διδάξαι σοι ἔσπευσα, ἅπερ οἴομαι δεῖν σε μὴ ἀγνοεῖν, καὶ ἅ τὴν ἐκ μακρᾶς ἐμπειρίας σύνεσίν τε καὶ φρόνησιν εὐμαρῶς σοι δύναται προξενεῖν. DAI, 1/10-15.

68 P. Lemerle, op. cit., p. 75.

69 J. Darrouzès, Les épistoliers byzantins du xe siècle, Paris, 1960 et G. Karlsson, Idéologie et cérémonial dans l’épistolographie byzantine, Uppsala, 1959, 154 p.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540