Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Geographica Byzantina

 | 
Hélène Ahrweiler

Sur la localisation du couvent de Timios Stauros de Syricha

Hélène Ahrweiler

Texte intégral

  • 1 Sur le thème de Charsianon, cf. E. Honigmann, Die Ostgrenze d. byz. Reiches von 363 bis 1071, Brux (...)
  • 2 Charsianon, Hypsèlè et le fleuve Halys sont cités par Théophane Continué, Bonn, p. 427, comme marq (...)
  • 3 Cf. l’étude d’Irène Beldiceanu (sous presse dans Byzantion) fondée sur les renseignements des cada (...)

1La constitution et la délimitation du thème de Charsianon continuent à poser des problèmes aux spécialistes de l’administration provinciale de l’Empire byzantin1. Il nous semble nécessaire d’examiner l’histoire et même l’existence du thème de Charsianon en liaison avec la protection des passages du fleuve Halys (l’actuel Kizil Irmak) et dans le cadre de la défense des frontières arabo-byzantines pendant le ixe siècle2. Sans toucher à la question épineuse de la localisation du kastron Charsianon à qui le thème-région doit son nom3, il nous a paru utile d’essayer de clarifier le problème des limites du thème en exploitant la documentation — elle est mince mais précieuse — concernant les localités (forteresses, villes, villages, couvents, etc.) qui se trouvaient dans la circonscription de Charsianon.

  • 4 De Administrando Imperio, ed. Jenkins-Moravcsik, chap. 50, 1. 100-110, p. 236 (dorénavant DAI).

2Pendant sa longue existence le thème de Charsianon a subi des transformations territoriales dictées par les besoins militaires de chaque époque : les plus importantes se rapportent au règne de Léon VI, elles nous sont connues par Constantin Porphyrogénète4 ; elles ont aussi affecté la composition des thèmes voisins — les détails en sont fournis par l’écrivain impérial —, c’est-à-dire les thèmes de Cappadoce, des Bucellaires et des Arméniaques ; il est probable que la formation du thème de Lykandos a provoqué des modifications dans la composition du thème de Charsianon.

  • 5 Ibid., l.c. et t. II, Commentary, p. 188-189, et p. 190, sur les modifications dictées par la créa (...)
  • 6 The Historical Geography of Asia Minor, Londres 1890, p. 218.

3C’est à la suite de la restructuration administrative du temps de Léon VI que Césarée et sa région jusqu’à Nyssa comprise ont fait partie du thème de Charsianon et non pas de celui de Cappadoce ce qui, ecclésiastiquement, ne pouvait que surprendre, Césarée restant toujours la métropole de l’éparchie de Cappadoce première. De même la tourma de Saniana qui était composée des banda de Myrioképhalon, de Timios Stauros et de Bérinoupolis (anciennement partie du thème des Bucellaires) et la tourma de Kasès (anciennement partie du thème de Cappadoce), ainsi que les banda de Kômodromou et de Tabia (anciennement partie du thème des Arméniaques) furent attachés au thème de Charsianon5 : dans la circonscription formée par ces unités et par la tourma de Charsianon proprement dite, il faudra placer les localités connues comme appartenant au thème de Charsianon, telles Siricha, Hypsèlè, Siboron, Agranai, Spyn, etc. La présente note veut contribuer à la localisation du couvent (ou église) de Timios Strauros (ou simplement Stauros) de Sy(i, è)richa, le vocable de la fondation pieuse, Timios Stauros, n’étant pas obligatoirement en rapport avec le bandon du même nom ; sans que cette éventualité soit exclue, l’identification faite par Ramsay6 du bandon de Timios Stauros avec le couvent (église) de Timios Stauros de Siricha reste une hypothèse vite prise comme une certitude par la bibliographie postérieure.

  • 7 Théophane Continué, Bonn, p. 369-370 ; Syméon Magister, Bonn, p. 708 ; Georges le Moine, Bonn, p.  (...)
  • 8 Bonn, II, p. 264, 1. I ; les autres sources rapportent que lors de son arrestation Samônas s’apprê (...)

4Nous connaissons l’existence du couvent de Timios Stauros de Siricha par le récit que les sources de l’époque consacrent à la fuite de Samônas vers son pays d’origine, vers Mélitène7. Prétextant une visite dans son couvent de Speira à Damatrys, Samônas fuit vers Mélitène, empruntant une route impériale puisque sur son passage et afin d’échapper à ses poursuivants il estropiait les chevaux de la poste impériale, en service dans les stations (allagai). C’est en traversant le fleuve Halys (cela est explicitement précisé par Kedrènos)8 que Samônas a été arrêté par le drongaire Nicéphore

  • 9 DAI, chap. 50, 1. 152 et t. II, p. 190 : la datation proposée par Jenkins à la suite de Grégoire p (...)

5Kaminas (d’après les autres sources Kallônas ou Kamytzès). Comme il n’a pas persuadé Nicéphore, malgré la promesse d’une riche récompense, de le laisser continuer son chemin, Samônas chercha refuge au Timios Stauros de Siricha, sous prétexte de faire ses dévotions à la Sainte-Croix ; c’est alors qu’il fut arrêté par Constantin Doux (nous savons par Porphyrogénète que Constantin Doux sera par la suite stratège de Charsianon)9 qui le ramena à Constantinople pour y être jugé : la haine de Samônas qui, malgré sa fuite, continua à jouir des faveurs de Léon VI, contre la famille de Doux, date de ce moment.

  • 10 F. Hild, op. cit., p. 86-87, cartes nos 6 et 7.
  • 11 Dans les listes épiscopales, cf. Notitiae Episcopatum, éd. Parthey, nos 3, 10, 13 (p. 104, 203, 24 (...)
  • 12 Pour les mentions de Saricha (Syricha) dans les sources, cf. E. Honigmann, op. cit., s.v. et F. Hi (...)
  • 13 Miklosich-Müller, Acta et Diplomata Graeca, t. I, n° 46, p. 84 ; les circonscriptions orientales é (...)

6Quoi qu’il en soit, il nous semble certain que dans sa fuite Samônas emprunta la route impériale Ancyre-Césarée-Melitène via Tzamandos10 ; il a dû traverser le Halys dans un passage se trouvant dans la circonscription du stratège de Charsianon ; c’est près de ce passage, ou plutôt dans la direction qui s’offrait par ce passage, et en tout état de cause dans le thème de Charsianon, qu’il faut chercher la fondation pieuse de Timios Stauros, et bien entendu le lieu (ville ou région) appelé Siricha. L’identification hâtive du bandon de Timios Stauros avec le couvent de Siricha, et ce à cause du fait que ce bandon appartenait jadis au thème des Bucellaires, conduirait à conclure, et c’est actuellement l’opinion générale, que Samônas franchit le Halys à l’Est d’Ancyre (à Çeşnigir Köprü), Siricha devant alors être placé tout près, disons dans la région de l’actuel Kaman. Outre le fait que cette région semble faire partie du thème de Cappadoce à la suite des réformes de Léon VI, bien que la tourma de Saniana ait pu être située à l’intérieur de la boucle du Halys — le fleuve devenant ainsi la frontière entre les thèmes de Cappadoce et de Charsianon —, il me semble nécessaire de dissocier le problème de la localisation du bandon de Timios Stauros11 de celui de la localisation du couvent de ce vocable et en conséquence de Siricha. Celle-ci peut être identifiée avec Saricha (d’après Étienne « ville de Cappadoce »), avec Sirica, station des itinéraires en liaison avec Komana, ou avec Sariha des sources orientales12, mentions qui nous conduisent toutes à placer Siricha beaucoup plus à l’Est que le bandon de Timios Stauros, sans pour autant chercher à identifier le couvent de Timios Stauros de Siricha avec le couvent de Syricha qu’un acte patriarcal de 1318 situe explicitement dans le diocèse de Mélitène13. Notre couvent de Timios Stauros de Syricha (ou Siricha) doit être placé pas très loin des rives du Halys, et dans une région qui, à l’aube du xe siècle, faisait partie de l’Empire byzantin et plus précisément du thème frontalier à ce moment, de Charsianon. Après ces précisions, il me semble nécessaire d’examiner si le passage par lequel Samônas franchit le Halys avant de se rendre à Timios Stauros de Siricha ne se situe pas sur la partie Sud-Est de la boucle du Halys, ou plus précisément sur la zone rivière qui se trouve entre Nyssa et Césarée, partie incontestable à ce moment du thème de Charsianon, et passage obligatoire pour quelqu’un qui d’Ancyre se rend à Césarée-Mélitène, comme cela était le but initial de Samônas.

  • 14 Voir H. Grégoire, Voyage dans le Pont et en Cappadoce, dans Bull, de Corr. Hell., t. 33, 1909, p.  (...)
  • 15 Catherine Jolivet-Levy, La Peinture byzantine en Cappadoce (thèse dactylographiée déposée au Centr (...)
  • 16 Kappadokika (en grec), Constantinople 1856, p. 86 sq.
  • 17 L.c. ; cf. aussi, G. Jerphanion, op. cit., p. 105, note n° 1.

7Nous connaissons dans les parages des constructions dédiées à Timios Strauros, grâce à la documentation épigraphique et archéologique d’un groupe d’églises rupestres situées au Sud de Ürgüb (Hagios Procopios) et au Nord et à l’Ouest de Mustafapachaköy (Sinasos) ; plus précisément dans la vallée qui porte aujourd’hui le nom de Uzengidere mais qui jadis était connue des Grecs de la région comme la vallée de Eleuvra ou de Timios Stauros14. Une église rupestre dont les peintures sont attribuées par des spécialistes au ixe siècle (seconde moitié) était en effet consacrée à Timios Stauros15. Si l’on croit Rizos16 qui était originaire de la région, l’église de Timios Stauros appartenait à une agglomération importante on parlait au milieu du siècle précédent d’un village de six cents maisons) qui, par une voie souterraine, était reliée à d’autres villages des alentours : retenons de ce récit l’information concernant l’existence d’un ensemble rupestre dans le ravin qui comme nous le confirme H. Grégoire17, portait encore au début de notre siècle le nom de Timios Stauros. L’examen des églises, outre celle de Timios Stauros, qui se trouvent dans ce ravin ou dans son voisinage immédiat, nous permettra d’affirmer que le nom de Timios Stauros pour l’ensemble de la région, et cela à cause du nombre important des couvents ou églises dédiés à la Sainte-Croix, est assurément de l’époque de la construction de cet ensemble, en l’occurrence de la seconde moitié du ixe siècle.

  • 18 Cf. G. Jerphanion, op. cit., p. 105 sq.; et Catherine Jolivet-Levy, op. cit. p. 350 sq.
  • 19 G. Millet, Les iconoclastes et la croix, à propos d’une inscription de Cappadoce, dans Bull. Corr. (...)

8En effet, dans le même ravin, en face de la rive et au Nord de l’église de Timios Stauros, se trouve l’église connue sous le vocable de Saint-Basile particulièrement signalée par la prédominance des croix de toute nature dans sa décoration18, ce qui a conduit les savants depuis Millet19 à considérer l’église de Saint-Basile comme typiquement iconoclaste. Sans vouloir entrer dans la discussion concernant la provenance iconoclaste des décors dominés par la croix, il me semble nécessaire de voir, en ce qui concerne notre église (où, disons-le en passant, est mentionné le nom d’un peintre et où deux évêques sont représentés) si d’autres raisons n’expliquent pas mieux que la référence iconoclaste, la présence d’un décor quasi uniquement cruciforme : la nouvelle lecture que nous proposons de l’importante inscription transcrite par Grégoire nous permettra de répondre à cette question. Toutefois rappelons auparavant que dans l’important corpus des inscriptions de Cappadoce aucun texte n’est correctement orthographié (notamment en ce qui concerne les différents i) et que très peu obéissent aux règles de la grammaire et de la syntaxe, et cela pas seulement pour des raisons métriques, comme c’est souvent le cas en épigraphie byzantine.

  • 20 H. Grégoire, op. cit., p. 91 et 92 ; G. Jerphanion, op. cit., p. 109.
  • 21 Cf. Catherine Jolivet-Lévy, op. cit., p. 339, avec bibliographie.

9Quoi qu’il en soit, il me semble que l’inscription transcrite par Grégoire et ensuite par Jerphanion et qui se développe autour de la nef nous livre le vocable de l’église à l’époque de sa construction ; en effet le texte .·. ΗΚΟΝ ϒΠΑΡΧΗ TOϒ CEBAC. ΙΟϒ ΞϒΛΟϒ doit être transcrit en οἶκον ὑπάρχη τοῦ σεϐασμίου ξύλου, et non pas en εἰκὼν... σεϐασμίου ξύλου, etc. comme l’ont fait Grégoire et Jerphanion20. Il me semble certain que le terme είϰών (= image) ne peut pas désigner la croix qui est un symbole et non point une image ; en effet, chaque fois qu’il s’agit de signifier la croix les Byzantins utilisent les termes Typos, Signon, Symbolon ou même Sèmeion. Ainsi il est hors de doute que notre inscription nous révèle le vocable de l’église (= oikos) dédiée à la Sainte-Croix, les termes Sébasmion Xylon et Timios Stauros, étant équivalents. Une inscription du xviiie siècle nous révèle le vocable Saint-Basile, vocable tardif qui, comme le note Jerphanion (qui pourtant n’attribue pas notre église à la Sainte-Croix), était donné par les habitants de la région de Sinassos « pour éviter la confusion avec l’église de Timios Strauros d’en face, le nom étant passé à l’ensemble de la région ». C’est justement la prolifération des décors cruciformes qui caractérisent les églises de cette vallée et de son voisinage, qui nous permet de parler d’une vraie staurophilie : elle est peut-être expliquée non seulement par des soucis d’ordre iconoclaste (la date des décors reste à préciser), mais aussi par le fait que l’endroit était consacré au culte de la Sainte-Croix, au Timios Stauros. Une inscription de l’église voisine de Saint-Théodore à Susam Bayri (Pancarli Kilisse) laisse lire clairement ὁ τιμῶν τὸν τύπον τιμᾶ τὸν τὸπον ce qui signifie que « celui qui vénère la croix (typon) vénère également le lieu (topos) » : je comprends que le typos et le topos sont homonymes, une autre manière de livrer le nom de l’endroit21.

  • 22 M. N. Beldiceanu me communique plus de dix lieux d’Asie Mineure orientale du nom de Sarika (divers (...)

10Ainsi il me semble établi que la région du ravin qui s’étend au Sud d’Urgub et à l’Ouest près de Sinassos était désignée au ixe siècle (les églises mentionnées datent de cette époque) comme Timios Stauros : faut-il chercher là le bandon de Timios Stauros ou plutôt, faut-il voir si l’emplacement de Siricha doit se situer dans le voisinage22 ? Je me porterai plus volontiers vers cette seconde hypothèse d’autant plus que la tradition veut que près de cet ensemble rupestre se trouvât une agglomération importante dont le nom ne nous est pas donné par Rizos qui écrit, nous l’avons vu, au milieu du siècle dernier.

  • 23 Étudiée par Jacqueline Lafontaine-Dosogne, Sarica Kilisse en Cappadoce, dans Cahiers Archéologique (...)
  • 24 Op. cit., t. II, 1, p. 47-49.
  • 25 Op. cit., p. 263.
  • 26 Cf. ci-dessous, p. 119, la contribution de Nicole Thierry.
  • 27 G. Jerphanion, op. cit., t. I, p. liv ; curieusement Jerphanion ne fait pas la liaison entre l’évê (...)
  • 28 Pour tout ce qui concerne les églises rupestres de Cappadoce, se reporter aux travaux de Nicole Th (...)

11A ce point de mon exposé, je considère comme indispensable de rappeler que juste à côté de Saint-Théodore et à une distance de deux kilomètres au Nord de Timios Stauros et de Saint-Basile se trouve l’église (elle date d’après son décor du xie siècle) connue sous le nom de Saricha23. Sans pouvoir entreprendre une enquête linguistique qui expliquerait l’origine de cette appellation, je ne crois pas qu’il faille retenir l’opinion que le nom est dû à l’aspect jaunâtre du rocher sur lequel se trouve l’église (hypothèse Jerphanion)24, ou à la couleur jaune de l’église elle-même (hypothèse Lafontaine-Dosogne)25. La réalité semble démentir cette explication — la région est de la même texture sur un rayon important — et en tout état de cause le jaune est désigné en turc comme Sari et non Saricha, une église jaune serait appelée « Sari Kilisse » (comme dans la région le Sari Han = caravansaraï jaune) et non Saricha Kilisse comme c’est le cas. En d’autre termes le rapprochement entre Siricha et Saricha me semble tentant, Samônas traversant le Halys à la hauteur de Venasa (Avanos)26, où même plus à l’Est vers Césarée pouvait atteindre en peu de temps la région du Timios Stauros parsemée des églises et des couvents rupestres. S’il en est ainsi notre Saricha a gardé le souvenir de Siricha byzantine tout comme la vallée dite de Timios Stauros par les Grecs de la région a gardé jusqu’à notre siècle le nom de l’autre composant de l’endroit byzantin dit « Timios Stauros de Siricha » ; il ne me paraît pas nécessaire, à cette étape de notre recherche, de lier l’endroit avec le bandon de Timios Stauros, bien que l’hypothèse ne doive pas être absolument écartée. Il est certain que tout ce qui concerne la géographie du thème de Charsanion reste à refaire, les survivances dans la tradition ou dans des documents postérieurs sont précieuses en matière de toponymie ; les recherches des Beldiceanu fondées sur les informations fournies par les cadastres ottomans s’annoncent particulièrement prometteuses. Toutefois, en ce qui concerne la fondation pieuse de Timios Stauros de Siricha (couvents, églises, liés à l’incident de la fuite de Samônas) particulièrement florissante pendant la fin du ixe et le début du xe siècles, la solution de sa localisation dans la région de Césarée, nous est aussi suggérée par la Taxis de Léon le Sage et du patriarche Nicolas (901-907), qui place, sous la métropole de Césarée, les évêchés de Siricha, de Hagios Prokopios (Ürgüb) et de Sobésos27 : évêchés éphémères, dont la création correspond avec la période du plus grand essor de la région des églises rupestres28.

Notes

1 Sur le thème de Charsianon, cf. E. Honigmann, Die Ostgrenze d. byz. Reiches von 363 bis 1071, Bruxelles 1935, p. 49-52 ; A. Pertusi, Costantino Porfirogenito de Thematibus, Studi e Testi, 160, Vatican 1952, p. 65, 123-124 ; N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972, p. 348 et s.v. ; F. Hild, Das byz. Strassensystem in Kappadokien, Vienne 1977, p. 104-110.

2 Charsianon, Hypsèlè et le fleuve Halys sont cités par Théophane Continué, Bonn, p. 427, comme marquant la frontière arabobyzantine jusqu’à la première moitié du xe siècle. Cf. J.-F. Haldon-H. Kennedy, The Arab-Byz. Frontier in the Eight and Ninth C., dans Sbornik Radova, t. 19, 1980, p. 79 sq.

3 Cf. l’étude d’Irène Beldiceanu (sous presse dans Byzantion) fondée sur les renseignements des cadastres ottomans, et ci-dessous, p. 107, Dejanira Potache, Le thème et la forteresse de Charsianon.

4 De Administrando Imperio, ed. Jenkins-Moravcsik, chap. 50, 1. 100-110, p. 236 (dorénavant DAI).

5 Ibid., l.c. et t. II, Commentary, p. 188-189, et p. 190, sur les modifications dictées par la création du thème de Lycandos.

6 The Historical Geography of Asia Minor, Londres 1890, p. 218.

7 Théophane Continué, Bonn, p. 369-370 ; Syméon Magister, Bonn, p. 708 ; Georges le Moine, Bonn, p. 863-864 ; Théodose de Mélitène, éd. Tafel, p. 194 ; Kedrènos, Bonn, II, p. 263-264.

8 Bonn, II, p. 264, 1. I ; les autres sources rapportent que lors de son arrestation Samônas s’apprêtait à traverser le fleuve.

9 DAI, chap. 50, 1. 152 et t. II, p. 190 : la datation proposée par Jenkins à la suite de Grégoire pour la carrière de Constantin Doux, notamment sa nomination comme stratège de Charsianon, demande à être rectifiée ; il me semble que Constantin Doux se trouvant à Charsianon quand Mélias se trouvait encore à Euphrateia, avait exercé les fonctions de stratège bien avant la construction par Mélias de Lycandos ; cela nous ramène au tout début du xe siècle. La date de la fuite de Samônas est placée en 901, par R. Janin, Un arabe ministre à Byzance : Samônas, dans Échos d’Orient, t. 34, 1935, p. 308 sq. De toute façon il est hors de doute que la carrière de Constantin Doux se déroule à Charsianon où il a pu servir sous Eustathe Argyros, stratège de ce thème jusqu’en 907/8 : cf. J. F. Vannier, Familles byzantines : Les Argyroi, Byzantina Sorbonensia, I, Paris 1975, p. 22-23.

10 F. Hild, op. cit., p. 86-87, cartes nos 6 et 7.

11 Dans les listes épiscopales, cf. Notitiae Episcopatum, éd. Parthey, nos 3, 10, 13 (p. 104, 203, 245), Stauros est associé à Bérinoupolis de la Métropole d’Ancyre (cf. V. Laurent, Corpus des Sceaux, t. V, 1, p. 685 et V, 3, p. 148) ; le voisinage de ces circonscriptions-évêchés est déjà établi par Porphyrogénète (DAI, p. 236).

12 Pour les mentions de Saricha (Syricha) dans les sources, cf. E. Honigmann, op. cit., s.v. et F. Hild, op. cit., s.v.

13 Miklosich-Müller, Acta et Diplomata Graeca, t. I, n° 46, p. 84 ; les circonscriptions orientales étant depuis longtemps entre les mains des Turcs, toute hypothèse concernant la localisation du couvent fondée sur cet acte me semble aléatoire.

14 Voir H. Grégoire, Voyage dans le Pont et en Cappadoce, dans Bull, de Corr. Hell., t. 33, 1909, p. 90-92 ; G. Jerphanion, Les Églises rupestres de Cappadoce, t. II, Paris 1936, p. 100 et sq.

15 Catherine Jolivet-Levy, La Peinture byzantine en Cappadoce (thèse dactylographiée déposée au Centre des Études byzantines en Sorbonne), t. II, p. 353-355.

16 Kappadokika (en grec), Constantinople 1856, p. 86 sq.

17 L.c. ; cf. aussi, G. Jerphanion, op. cit., p. 105, note n° 1.

18 Cf. G. Jerphanion, op. cit., p. 105 sq.; et Catherine Jolivet-Levy, op. cit. p. 350 sq.

19 G. Millet, Les iconoclastes et la croix, à propos d’une inscription de Cappadoce, dans Bull. Corr. Hell., t. 34, 1910, p. 96-109.

20 H. Grégoire, op. cit., p. 91 et 92 ; G. Jerphanion, op. cit., p. 109.

21 Cf. Catherine Jolivet-Lévy, op. cit., p. 339, avec bibliographie.

22 M. N. Beldiceanu me communique plus de dix lieux d’Asie Mineure orientale du nom de Sarika (diverses graphies), signalés dans le Guide des localités de Turquie : Türkiyè de meskûn yerler Kilavusu, t. II, Ankara 1947, p. 946.

23 Étudiée par Jacqueline Lafontaine-Dosogne, Sarica Kilisse en Cappadoce, dans Cahiers Archéologiques, t. 12, 1962, p. 263 sq.

24 Op. cit., t. II, 1, p. 47-49.

25 Op. cit., p. 263.

26 Cf. ci-dessous, p. 119, la contribution de Nicole Thierry.

27 G. Jerphanion, op. cit., t. I, p. liv ; curieusement Jerphanion ne fait pas la liaison entre l’évêché de Siricha mis sous la métropole de Césarée et le Timios Strauros de Siricha qu’il met comme Ramsay et Anderson, ibid., p. lxiii, au nord de Terzili Hammam. J. Darrouzès, compte rendu de l’ouvrage de F. Hild dans Rev. d. Étud. byz., t. 37, 1977, p. 278, signale que ces évêchés sont tombés de la liste après 945 (date approximative de Nova Taktika).

28 Pour tout ce qui concerne les églises rupestres de Cappadoce, se reporter aux travaux de Nicole Thierry.

© Éditions de la Sorbonne, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540