Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

L'écrivain, le savant et le philosophe

 | 
Eveline Pinto

Écriture romanesque et science du social : l’enquêteur et l’artiste

Le romancier social comme quasi-sociologue entre enquête et littérature : le cas de Zola et de L’Argent

“The social novelist as ‘shine sociologist’ between survey and literature: the example of Zola and L’Argent

Christophe Charle

Abstract

À l’ère romantique, la littérature a prétendu, notamment par le roman, servir de miroir idéal ou réel aux aspirations historiques et sociales du moment. Par là, l’auteur de romans sociaux quitte le registre du plaire de l’esthétique classique ou celui de l’émotion de l’esthétique romantique pour celui de la révélation, du déchiffrement, de l’enquête, voire de la dénonciation ou de la démonstration, comme en témoigne d’ailleurs la réception, parfois difficile, des œuvres répondant à ces ambitions.
Zola se proclame l’héritier de ces auteurs, construit son projet a priori, et rationalise leurs procédés en empruntant des procédures d’enquête aux spécialistes en voie d’émergence de « la science sociale » ou du journalisme de reportage. Une première partie est consacrée à la mise en place de cette quasi-sociologie romanesque et aux raisons de son avènement. La seconde partie analyse une œuvre singulière, L’Argent. L’on voit ces éléments fonctionner mais aussi, parfois, dévoiler des tensions non résolues, en raison de la difficile conciliation entre objectivisme et subjectivisme à propos de tableaux en réalité contemporains et dans lesquels l’auteur lui-même se trouve pris de par sa position dans le champ intellectuel et, plus généralement, dans le champ du pouvoir.

During the Romantic period, literature claimed, in particular fiction, to be used as an ideal or realist mirror of historical and social aspirations. Thus, the social novelist renounces to please the reader as in the classical aesthetics or to provoke emotions as in romanticism. He intends to reveal, to denounce or to demonstrate, which leads, rather frequently to misunderstanding or difficulties of reception for novels corresponding to these goals.
Zola accepted this program, built his cycle according to it, and systematized their procedures, borrowing from social surveys and press reporters, their manner of gathering informations about social groups. The first part shows how this shine sociology, present in social novels, emerged and for what reasons. The second part analyses a singular book, L’Argent (Money). It allows to see how these elements are combined but also let appear unsolved tensions. It is more and more difficult for the novelist to conciliate objectivist and subjectivist viewpoints to describe contemporary society, since the author, himself, cannot escape to the bias induced by his specific position in intellectual field, and more generally, in the field of power.

Full text

  • 1 Lise Quéffelec-Dumasy, La Querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique : un déba (...)

1À l’ère romantique, la littérature a connu, en France principalement, une double mutation : elle a été soumise à des contraintes économiques et sociales de plus en plus visibles et a prétendu en même temps, notamment par le roman, servir de miroir idéal ou réel aux aspirations historiques et sociales du moment. À la fonction traditionnelle de divertissement ou de diffusion de stéréotypes, s’est substituée, chez certains auteurs, à partir de Balzac et Sue, une volonté de vérité et de révélation du caché ou d’explication de l’incompréhensible présent (en témoignent des titres comme Physiologie du mariage [1829], L’Envers de l’histoire contemporaine [1842-1846], Les Mystères de Paris [1842-1843], etc.). Par là, l’auteur de romans sociaux quitte le registre du plaire de l’esthétique classique ou celui de l’émotion de l’esthétique romantique pour celui de la révélation, du déchiffrement, de l’enquête, voire de la dénonciation ou de la démonstration, comme en témoigne d’ailleurs la réception, parfois difficile, des œuvres répondant à ces ambitions. On a pu ainsi évoquer une querelle du roman-feuilleton dans les années 18401 et certains socialistes, avant 1848, ont voulu voir dans Les Mystères de Paris une défense et illustration inespérée de leurs thèses sur la société inégalitaire à réformer.

2Après l’échec de la révolution de 1848, cette nouvelle tradition est réprimée et reniée partiellement par le courant de l’art pour l’art. Lorsque le courant réaliste reprend cette veine, il subit la répression idéologique (cf. le procès de Madame Bovary en 1857) ou adopte une ironie distanciée qui suscite le malentendu, ainsi dans L’Éducation sentimentale (1869). Seul Hugo, protégé par son statut d’exception politique et littéraire et ses privilèges paradoxaux d’exilé, réussit une renaissance du genre avec Les Misérables (1862). Mais il réalise plutôt, c’est significatif, un roman historique sur sa période de jeunesse et reprend la question sociale à l’époque des Mystères de Paris au lieu de peindre la société du Second Empire dont il est coupé par l’exil. C’est donc seulement avec la série des Rougon-Macquart, conçue en 1869, qu’un romancier renoue avec l’ambition de faire concurrence à l’état civil comme Balzac, de promener un miroir au bord d’une route comme Stendhal, et de donner un tableau social doté d’une dynamique interne générale comme celle qui animait La Comédie humaine ou Les Mystères de Paris.

  • 2 L’avant-propos de La Comédie humaine n’est publié qu’en 1842 à l’occasion de l’entreprise de publi (...)
  • 3 La première esquisse de préface date de 1869 et la première liste de romans prévue comptait une di (...)
  • 4 Eugène Sue revendique cette figure du médecin lorsqu’il rappelle dans une note des Mystères de Par (...)
  • 5 Cf. Christophe Charle, « De la science à la prophétie. Situation de Zola », dans Eveline Pinto (di (...)

3Zola se proclame l’héritier de ces auteurs jusque dans ses découpages en milieux, en scènes parisiennes et provinciales ou dans ses classifications inspirées des sciences naturelles comme celles de Balzac, ou dans ses types apparentés aux anciennes Physiologies. Toutefois, à la différence de ses prédécesseurs qui inventent leurs schèmes d’appréhension du monde social au travers de la pratique d’une écriture à la commande, ou en revenant après coup sur leurs œuvres dans des préfaces et avant-propos2, il construit son projet a priori, dessinant, dès l’origine3, le plan général que symbolise l’arbre généalogique des deux familles qui personnifient les deux pôles, bourgeois et populaire, de la société. Surtout, il rationalise leurs procédés en empruntant des procédures d’enquête aux spécialistes en voie d’émergence de « la science sociale » ou du journalisme de reportage, sortes de soubassements, jusque-là invisibles, du projet romanesque. Jusqu’alors, le roman social se réclamait de la figure du médecin auscultant le corps social, dévoilant les plaies pour essayer de les soigner4. Zola recourt également à cette image et aux métaphores cliniques qui vont de pair, s’abritant même derrière la figure savante de Claude Bernard. Il prétend même expérimenter comme le professeur de médecine du Collège de France ou justifier sa thèse héréditariste par les publications savantes de Prosper Lucas ou de Taine. On sait que cet habillage « scientiste » est ce qui a le moins convaincu. Lui-même l’a progressivement renié tant dans ses œuvres que dans les définitions qu’il a données de sa propre posture5.

4Ces considérations générales justifient le choix de cet auteur pour illustrer le thème de cette rencontre. Nous procéderons en deux temps. Une première partie sera consacrée à la mise en place de cette quasi-sociologie romanesque et aux raisons de son avènement. La seconde partie analysera une œuvre singulière, L’Argent, où nous verrons ces éléments fonctionner mais aussi, parfois, dévoiler des tensions non résolues, en raison de la difficile conciliation entre objectivisme et subjectivisme à propos de tableaux en réalité contemporains et dans lesquels l’auteur lui-même se trouve pris de par sa position dans le champ intellectuel et, plus généralement, dans le champ du pouvoir. L’Argent, publié en 1891, a été choisi à la fois pour son thème central dans l’autoreprésentation sociale du xixe siècle, pour les échos qu’il renvoie des productions antérieures de Zola ou d’autres auteurs qui ont traité ce même thème, et pour le moment tournant qu’il représente dans le cycle romanesque des Rougon-Macquart.

1. Roman social et science sociale de Balzac à Zola

1) Roman social initial et débuts de la science sociale

  • 6 Balzac, dans l’avant-propos cité de La Comédie humaine, hésite entre l’analogie de son entreprise (...)

5On fera l’hypothèse ici que ce décalage initial entre le travail réel du romancier et le méta discours qu’il en donne au public s’explique par l’absence de la figure du « sociologue » (il vaudrait mieux dire du savant social) comme modèle possible du romancier social6. Et pourtant, si l’on ne peut encore identifier une telle figure ou une telle pratique intellectuelle au moment où Zola lance son entreprise, ce qui explique sa propre hésitation sur la façon de définir son rôle, cette figure existe déjà à l’état latent à travers les constructions intellectuelles des fondateurs de la science sociale désormais reconnus (qu’il s’agisse de Le Play et de son école ou de Comte et ses héritiers). Cette situation transitoire est bien différente de celle où se trouvaient les romanciers sociaux de la génération précédente. Ceux-ci pouvaient s’inspirer des travaux des premiers observateurs sociaux, mais une véritable science sociale, au sens du second xixe siècle, ne pouvait encore être identifiée ni prétendre toucher un public large comme le pourront certains livres à prétention sociologique de la fin du xixe siècle. On peut renvoyer ici au succès des livres de Taine (Les Origines de la France contemporaine), de Tarde (Les Lois de l’imitation) ou de Le Bon (Psychologie des foules), considérés, en leur temps, comme des savants, à l’égal de ceux que la tradition sociologique a conservés comme pères fondateurs, mais dont le public initial a été beaucoup plus restreint, si l’on songe à Durkheim. Zola romancier peut donc être identifié à un quasi-sociologue parce que désormais théorie sociale et analyse empirique ne sont plus disjointes dans les sciences sociales émergentes, tout comme, dans la pratique d’écriture romanesque de Zola, enquête de terrain et construction d’ensemble dans laquelle elle s’insère sont menées de front.

  • 7 Cf. notamment Johan Heilbron, The Rise of Social Theory, Cambridge, Polity Press, 1995 ; Sophie-An (...)

6Dans ce premier point, nous nous appuierons sur les conclusions qu’on peut tirer des nombreux travaux qui existent maintenant sur la « préhistoire » de la sociologie et sur l’émergence du genre du roman social comme nouvelle pratique littéraire7. De cet ensemble de travaux relevant en général de disciplines différentes, on peut tirer des conclusions convergentes, nécessaires au traitement de notre objet singulier. L’observateur social et le romancier social partent de trois présupposés communs :

  • Il existe une réalité supra-individuelle au-delà des types professionnels et des milieux singuliers que l’on commence à appeler la société et cette réalité est à explorer comme un univers inconnu régi par des lois à découvrir8.
  • En second lieu, les bouleversements induits par la Révolution et ses suites ont brouillé les repères, renversé certaines hiérarchies admises, ce qui rend cette entreprise d’inventaire et de dévoilement indispensable.
  • Enfin les changements urbains et économiques, notamment à Paris et dans les grandes villes, multiplient, à partir de la fin des années 1820, les groupes à la dérive et suscitent des peurs nouvelles9 que les observateurs sociaux et les romanciers tentent à la fois d’exploiter (pour justifier leur entreprise de dévoilement) et d’exorciser (pour désarmer les tenants d’une vision morale ou idéaliste du monde qui dénoncent comme dangereuse une telle entreprise parce qu’elle diffuse les germes pathogènes)10.
  • 11 Sur cette figure d’Eugène Sue, telle qu’elle se dégage de son courrier avec ses lecteurs, voir Jud (...)
  • 12 Eugène Sue, op. cit., p. 88, note 1, où il renvoie au célèbre livre de Jean-Baptiste Parent-Duchât (...)

7On pourrait objecter qu’on ne peut mettre sur le même plan complètement, bien que leur démarche intellectuelle et politique présente une certaine analogie, des personnages quasi officiels, souvent fonctionnaires ou proches des pouvoirs en place, en tout cas mandatés et reconnus pour leur entreprise d’utilité publique (dont témoignent, par exemple, certains prix académiques qu’on leur attribue) et des hommes de lettres, mus souvent au départ par le seul appât du gain qu’on peut attendre d’un sujet porteur, même si certains se piquent au jeu et finissent par se poser en quasi-théoriciens ou bienfaiteurs de leurs contemporains11. En fait, malgré cette distance inégale à l’égard du pouvoir et l’appartenance à deux sphères distinctes de production intellectuelle, des échanges et des renvois nombreux d’un type d’écriture à l’autre démontrent amplement la réalité de la communauté des présupposés évoqués plus haut. Eugène Sue cite et salue explicitement Parent-Duchâtelet dans son célèbre feuilleton12, tel spécialiste lui écrit pour approuver ou corriger tel tableau présenté dans Les Mystères de Paris. Balzac mime dans son écriture certains tics ou certaines terminologies empruntés à la littérature savante ou philosophique. La circulation des images, des thèmes et des idées est d’autant plus facile que la science sociale émergente n’existe ni comme discipline ni comme milieu professionnel sui generis, et dispose moins encore d’un circuit de publication réellement autonome.

  • 13 Dès le début des Mystères de Paris, Eugène Sue insère l’argot dans les dialogues, mais s’en excuse (...)

8Un autre intérêt commun de position facilite en outre les échanges entre la sphère savante et la sphère du roman social, c’est leur commune situation dominée au regard d’autres genres d’écritures et de posture sociale au sein du champ du pouvoir. Même si la science sociale dispose, grâce à la fondation de l’Académie des sciences morales par Guizot en 1832, d’un lieu intellectuel privilégié d’échange, de soutien et de consécration, celle-ci accueille d’autres disciplines traditionnellement prestigieuses (histoire, philosophie, droit) et surtout l’Université reste le bastion des genres ou des disciplines qui ne laissent nulle place à un enseignement de cette approche entachée de vulgarité par son caractère trop contemporain, ou lié aux intérêts matériels ou politiques immédiats. Le roman social se trouve, d’une certaine manière, dans une position dominée similaire à l’intérieur de la gamme des types de romans concurrents (roman historique, roman sentimental, roman d’aventures exotiques) que résument les trois œuvres à succès de la charnière xviiie-xixe siècles : Atala, Werther et Paul et Virginie, et a fortiori des genres dominants, poésie et théâtre. Comme l’a montré Judith Lyon-Caen, le roman social à tendance réaliste est l’objet d’un procès systématique des critiques officiels fidèles à l’esthétique classique. Celle-ci est ennemie du présent, de la mixité des milieux et des genres et de la vulgarité langagière qu’implique la peinture des classes populaires13. Dans une société politique troublée et où la liberté d’expression n’est pas encore assurée, l’évocation de certains problèmes et de certains milieux est l’origine immanquable de scandales, de procès officiels ou symboliques, de polémiques politiques ou religieuses.

9Pour se défendre, les auteurs de romans sociaux doivent donc invoquer les valeurs nouvelles de la société contemporaine : l’utilité sociale (peindre pour réformer), l’effet moral indirect (de l’horreur du mal, suscitée par la lecture, surgira la volonté du bien et de la réforme morale). Enfin, le souci de connaître, commun au roman et à la science sociale, peut se réclamer d’un mouvement intellectuel ancien, héritier d’une tradition remontant aux xviie et xviiie siècles qui glisse logiquement du monde naturel au monde social. Si l’on retrouve dans cette ligne de défense des idées communes à tous les théoriciens ou utopistes sociaux de la même époque, le roman social suscite plus d’inquiétudes néanmoins que les autres genres d’écrits sur la société, parce que la pratique nouvelle du roman-feuilleton livre ces tableaux sociaux à des publics beaucoup plus divers socialement que ceux du volume imprimé traditionnel encore coûteux.

  • 14 Philippe Besnard (éd.), The Sociological Domain : the Durkheimian School and the Founding of Frenc (...)

10Le roman social en feuilleton peut en effet devenir une force morale et sociale parce qu’il diffuse dans l’espace public général des représentations et des personnages ou des schèmes d’intrigue naguère réservés à un petit nombre ou à des lecteurs suffisamment instruits pour prendre leurs distances et manifester leur esprit critique. Au spectacle de la confusion sociale qu’il met à la disposition de tous, il peut ajouter un effet de miroir et de confusion sociale supplémentaire en suscitant des passions sociales ou politiques chez des lecteurs qui s’identifient aux personnages qui leur ressemblent ou qui les fascinent. Alors qu’une enquête officielle ou un rapport est un outil intellectuel mis à la disposition du pouvoir qui l’a commandé, le roman social est susceptible, pour ses adversaires, de devenir une arme pour les ennemis de l’ordre ou du pouvoir en livrant les clés des secrets de la société établie. Qu’il l’ait prévu et voulu ou non, le romancier social doit donc se défendre sur un terrain politique. On le voit bien dans l’avant-propos de La Comédie humaine où Balzac accompagne son projet romanesque d’une profession de foi politique conservatrice, voire réactionnaire, ou dans les commentaires qu’Eugène Sue insère dans son œuvre ou dans ses marges quand la polémique fait rage. Cette évolution justifie l’expression de « quasi-sociologue » appliquée au romancier social puisque des réponses similaires se retrouvent sous la plume des premiers sociologues justifiant politiquement leur entreprise, qu’on songe à Le Play, à Durkheim ou à Tarde14.

2) La méthode d’enquête de Zola

  • 15 Émile Zola, Les Mystères de Marseille (1869), rééd., Paris, Casterman, 1978.
  • 16 Cf. Émile Zola, Carnets d’enquête, une ethnographie inédite de la France, textes établis et présen (...)

11Les premières œuvres de Zola, avant les Rougon-Macquart, ont exploré les procédés du roman-feuilleton et du roman social du premier xixe siècle. Il a même affiché sa dette aux Mystères de Paris en intitulant l’une de ses œuvres alimentaires de jeunesse Les Mystères de Marseille15. Quand il élabore son projet de cycle romanesque, il cherche à se libérer de cette image littéraire dégradée de deux manières : en invoquant le patronage d’intellectuels alors illustres, reconnus par les institutions savantes, lui qui a échoué au baccalauréat, et en mettant son futur cycle romanesque au service de l’opposition montante au régime et à la société qu’il prétend dépeindre dans sa série. À mesure que le projet de Zola prend de l’ampleur et que sa notoriété grandit, ce qui lui permet de se poser en chef d’école et théoricien littéraire, la première prétention, savante, l’emporte sur la seconde, politique. Ce changement d’accent est rendu nécessaire aussi par le renversement de sens du cycle romanesque : avec l’effondrement plus brutal que prévu du Second Empire, Les Rougon-Macquart ne présentent plus une histoire sociale du temps présent mais une histoire sociale de la course à l’abîme et ont perdu une partie de leur charge politique initiale. C’est pourquoi les dossiers préparatoires, les enquêtes préalables, bref l’emprunt aux méthodes de la science sociale et du reportage16, prennent de l’ampleur, en particulier pour les romans sur les milieux les plus étrangers à l’auteur (la mine, le chemin de fer, la paysannerie, la Bourse, l’armée), ou sur les thèmes dont Zola attend qu’ils suscitent scandales et résistances dans le lectorat. C’est pourquoi aussi, c’est inhérent à sa posture savante et théoricienne, Zola met en scène cette scientificité dans ses articles d’autodéfense ou dans ses interviews en réponse aux attaques.

12Cependant, la charge politique reste encore forte dans la première décennie de la Troisième République tant que la majorité républicaine n’est pas acquise et que la tolérance de la censure du régime d’Ordre moral reste limitée. L’antibonapartisme du roman est donc une arme objective au service de l’opposition à la République conservatrice. En revanche, une fois la République installée, Zola prend ses distances avec ses anciens amis. La critique sociale qu’implique tout tableau réaliste, dans la mesure où les mêmes problèmes non résolus se posent à la République, peut devenir alors une critique implicite de la timidité du programme social républicain et une arme au service des deux ailes opposantes au régime : la droite monarchiste et l’extrême gauche socialiste et anarchiste. Ceci explique l’importance du roman de la grève, Germinal (1885), et du roman paysan, La Terre (1887), dans le changement progressif de posture du romancier quasi sociologue. L’un et l’autre mettent en évidence les non-dits du régime démocratique et les faux-semblants du discours officiel sur l’égalité et sur les vertus de la petite propriété, d’autant plus, et les lecteurs ne s’y trompent pas, que la peinture sociale de Zola est faussement rétrospective. En réalité, elle fait écho aux événements immédiatement antérieurs à la publication des deux romans : les conflits sociaux des années 1880 pour Germinal et le débat sur le protectionnisme et la propriété paysanne pour La Terre.

13C’est toutefois avec L’Argent que ces tensions inhérentes à la prétention du romancier à être un quasi-sociologue apparaissent le plus nettement au point de modifier ses procédés initiaux.

2. Le quasi-sociologue rattrapé par l’histoire : L’Argent

1) Pourquoi L’Argent ?

  • 17 Interview au Figaro du 2 avril 1890, rééditée dans Dorothy E. Speirs et Dolorès A. Signori (éd.), (...)

14Ce changement de rapport à la société a pu d’autant mieux se manifester avec L’Argent que ce roman n’était nullement programmé dans le premier plan des Rougon-Macquart. Zola avait déjà peint la nouvelle bourgeoisie des spéculateurs, typique à ses yeux de la soif de jouissance du Second Empire, dans le second volume de la série, La Curée, publié dès 1871. Il était revenu, dans un sens plus favorable, sur la figure du capitaine d’industrie insatiable avec l’Octave Mouret du Bonheur des Dames. À quoi bon un troisième volet sur ces affairistes bonapartistes maintenant déchus ? C’est qu’en réalité Zola ne fait que transposer dans un décor Second Empire des événements tout récents qui ont marqué le début des années 1880, c’est-à-dire le krach de l’Union générale (1882), l’affaire des Métaux ou les prodromes du scandale de Panama (1889). Dans une interview du 2 avril 1890 au Figaro avant le début de la rédaction du livre, il répond en ces termes au journaliste : « J’ai pensé m’inspirer un moment des derniers événements financiers : l’Union Générale, les Métaux, Panama. Réflexion faite, j’y renonce. Mon action se passe sous l’Empire. L’affaire Mirès me semble indiquée. Je veux donc l’étudier consciencieusement dès aujourd’hui »17.

  • 18 Cf. son interview au Gil Blas du 8 avril 1890 où il revient à sa première idée, l’affaire de l’Uni (...)

15Contrairement à son repentir de la dernière phrase, ce sont bien pourtant les premières affaires citées, les plus contemporaines, qui fonderont la trame du livre18. En donnant cette clé au lecteur avant même la publication, Zola trahit ainsi sa volonté d’actualité et d’intervention sociale. Qu’il le veuille ou non, il lui faudra prendre parti dans des affaires qui ont défrayé la chronique et suscité des débats à forte teneur politique et polémique puisque Drumont, par exemple, en a fait le symbole de la mise en coupe réglée de la République par la finance juive et notamment Rothschild, banquier incarné de manière transparente dans le roman de Zola par le personnage du richissime Gundermann.

  • 19 Cf. Halina Suwala, « À propos de quelques sources de L’Argent », Cahiers naturalistes, 16, 1960, p (...)

16S’il existe une clé contemporaine à L’Argent, L’Argent n’est pas un simple roman à clés qui démarquerait la chronique d’un scandale boursier mémorable, comme il y en eut dans les mêmes années et à propos des mêmes événements19. L’histoire de la Banque universelle (nom significatif) est un condensé de plusieurs krachs et spéculations des années précédentes afin d’élever le tableau au type et de poser une question générale sur les crises de la société capitaliste.

17En effet, plusieurs lectures contradictoires s’affrontent de ces événements au moment où Zola s’en empare, lectures qu’on retrouve mutatis mutandis à propos des scandales financiers récents produits par la déréglementation : une lecture modérée (ces excès sont normaux et le prix à payer d’une économie dynamique), une lecture polémique de droite antisémite, (ces scandales traduisent la corruption générale d’une société aux mains de minorités toutes-puissantes), une lecture anticapitaliste de gauche (ces krachs annoncent la crise finale d’un système qui sème la ruine). En intitulant son roman L’Argent et non La Bourse (comme La Terre) ou Le Krach (comme La Curée) ou La Banque universelle (comme Au Bonheur des Dames), Zola s’est mis dans l’obligation de poser le problème général du capitalisme financier et donc de se situer dans l’espace des prises de position grossièrement défini plus haut.

  • 20 Interview citée, p. 59.
  • 21 C’est Maupassant dans Bel-Ami (1884) qui a, le premier, mis en scène cette dérive des journaux dan (...)
  • 22 Eugène Bontoux, L’Union générale, sa vie, sa mort, son programme, Paris, A. Savine, 1888 ; Édouard (...)
  • 23 Ce thème est directement évoqué par Zola par le truchement du personnage du socialiste Sigismond B (...)

18Le second problème posé par un tel sujet est l’ignorance totale de Zola, avouée dans l’interview déjà citée. Non seulement l’auteur de L’Œuvre ne connaît rien au monde dont il veut faire l’analyse mais lui-même considère l’argent à l’inverse des spéculateurs. Alors que ceux-ci accumulent, jouent, étendent leur capital, Zola, ancien pauvre, dépense largement ce qu’il gagne, sans souci de laisser un héritage puisqu’il n’a pas alors de descendance directe et transforme son argent en objets improductifs, bibelots, tableaux et tapisseries qui encombrent son intérieur20. D’où le pari que représente ce livre : « J’essayerai d’entrer cette fois dans la redingote d’un agent de change ou d’un banquier », entreprise qu’il compare à ses tentatives antérieures d’analyser le monde ouvrier auquel il était tout aussi étranger : « J’ai dépouillé le costume du mineur pour la cotte du mécanicien. » Par ce jeu d’identification à un milieu, Zola affiche donc la prétention exorbitante du quasi-sociologue, pénétrer la psychologie et l’habitus d’individus qu’il n’a aucune raison de comprendre, en fonction de la thématique prégnante du xixe siècle qui oppose le « Bourgeois » et l’« Artiste » et dont la référence à sa passion de collectionneur est un rappel discret. Or, de fait, ce monde de la Bourse, malgré sa visibilité dans la chronique journalistique du temps et en dépit des liens étroits entre la presse (que connaît Zola) et les affaires21, est peut-être plus impénétrable que les masses ouvrières parce que les écrits qui le concernent sont tout sauf sociologiques et objectifs. Alors que, depuis la monarchie de Juillet, les romanciers bourgeois qui s’intéressent au peuple peuvent s’aider d’enquêtes ou de témoignages offrant une illusion de transparence pour comprendre la misère, tout ce qui touche à la finance est biaisé puisque révélé au travers de scandales ou d’écrits intéressés, qu’ils soient critiques ou laudatifs. Ainsi Zola dispose-t-il sur l’Union générale du livre de son ancien directeur Bontoux, à tendance apologétique, ou de certains passages de La Fin d’un monde de Drumont, dénonciateur de la finance juive comme responsable du krach22. En fait, cette littérature partisane, relayée à l’extrême gauche par les écrits guesdistes annonçant la crise finale du « Vieux Monde »23, a plutôt pour effet d’inciter Zola à se tenir à distance d’une position univoque concernant le monde qu’il décrit.

19Au-delà des aspects idéologiques, sa double aversion du catholicisme antisémite et du dogmatisme socialiste, une raison structurale l’incite à cette prise de distance ; le romancier quasi sociologue qui veut endosser l’habit du milieu qu’il décrit doit provisoirement adopter le point de vue de celui-ci, donc celui du héros central, le spéculateur Saccard. Il lui faut rendre sensible au lecteur ce qui le pousse dans sa folle entreprise et comment, loin d’être le maître de la Banque, il en est devenu l’esclave et court à l’abîme avec elle. Au-delà de Saccard, c’est l’ensemble des acteurs de ce champ particulier qui sont pris dans le même jeu et la même dépendance. Zola retrouve ainsi l’une de ses intuitions fondamentales sur la société contemporaine. À la différence des héros de Balzac ou de Flaubert, les individus chez Zola, même dominants, sont soumis au diktat de machines sociales plus puissantes qu’eux et sur lesquelles la société perd prise.

  • 24 Manuscrit de L’Argent, Bibliothèque nationale, NAF 10269, f° 10-11.

20Reprenant les métaphores qu’il avait élaborées à propos d’autres organismes sociaux évoqués dans ses romans antérieurs (les Halles, le grand magasin, la mine, le chemin de fer), Zola transpose, à propos de la Bourse, les mêmes images de machines déréglées dont les prétendus mécaniciens, banquiers, agents de change, financiers, actionnaires, petits ou gros, perdent le contrôle. Dans le manuscrit préparatoire de L’Argent, il écrit par exemple : « La Bourse, c’est la machine, engrenage qui prend le petit doigt puis tout le corps24. » De nombreux passages du roman développent cette idée, qu’il s’agisse de la Bourse ou de la banque société anonyme.

2) Le héros et son double

21Par ce recours paradoxal au mythe et à la métaphore, le quasi-sociologue échappe ainsi au point de vue biaisé des écrits journalistiques antérieurs sur le même sujet puisqu’il crée l’équivalent littéraire d’un modèle sociologique pour penser les lois d’un milieu précis. Aussi rudimentaire soit-il, ce modèle permet d’échapper à l’alternative du fatalisme et de la culpabilité pour rendre compte des dysfonctionnements sociaux, options présentes dans les écrits antérieurs sur le même sujet. Contrairement à ce qu’affirme le socialiste du roman, le krach n’est pas le prodrome de la catastrophe inéluctable du système que personne ne domine et il n’a pas que des effets négatifs puisqu’il élimine les spéculateurs douteux, tel le héros. Mais, contrairement aux affirmations des imprécateurs d’extrême droite, on ne peut désigner de responsables individuels aux krachs. Zola y insiste même à propos du tout-puissant Gundermann (Rothschild), bouc émissaire des antisémites : ceux qui croient diriger sont enchaînés aux machines qu’ils ont construites, Gundermann compris.

22Cependant Zola, et le « quasi » de « quasi-sociologue » prend ici toute son importance, par ce type de procédé de mise à distance, ne règle pas complètement la difficulté inhérente à son entreprise pour penser un monde opaque. Situé, du fait du titre choisi et par le procédé de fusion de plusieurs affaires, en position d’appréhension globale du mécanisme central de la société capitaliste, il ne peut se contenter de cette mise à distance sans conclusion, tel un syndic de faillite. L’Argent, inscrit dans le cycle plus global des Rougon-Macquart, se trouve pris dans la même dépendance structurale que la monographie ou l’enquête sociale par rapport à la théorie sociologique qui l’inspire, qu’elle se réclame à l’époque de Le Play ou, plus tard, de Durkheim.

23De ce fait, les figures d’entrepreneurs, chez Zola, bénéficient d’un privilège sans équivalent pour les autres héros des Rougon-Macquart : leur destinée s’étale sur plusieurs romans et ils mènent des vies multiples, bref, quels que soient leurs malheurs, ils gardent un avenir. C’est le cas d’Octave Mouret, présent dans La Conquête de Plassans (1874), Pot-Bouille (1882) et Au Bonheur des Dames (1883), et, plus encore, de Saccard. On peut suivre son parcours à rebondissement depuis La Fortune des Rougon (1869), et La Curée (1871) jusqu’à L’Argent (1891). Il resurgit même une nouvelle fois de la ruine, converti à la République et à de nouvelles affaires dans Le Docteur Pascal (1893), le roman récapitulatif et conclusif de la série.

24Sans doute, comme pour Vautrin, Rastignac et Nucingen qui partagent plus d’un trait avec les deux héros capitalistes de Zola, s’agit-il d’abord d’une facilité pour donner au lecteur l’épaisseur temporelle et le sentiment de maîtrise du temps propre aux dominants. Mais il faut y voir aussi une thèse sociale qui change le sens historique annoncé dans la préface générale des Rougon-Macquart et tranche sur l’apparente neutralité initiale invoquée par Zola dans ses notes préparatoires. En donnant une vie double ou triple à Saccard, Zola renonce au ton pamphlétaire du jeune républicain qui haïssait dans le Second Empire non seulement la dictature qui opprime la pensée mais l’agiotage généralisé, la corruption et l’impudence des parvenus jouisseurs. Vingt ans après, il finit par donner à Saccard des côtés séduisants et positifs d’autant plus que, dans certains passages, il le donne à voir à travers le regard amoureux de la seconde héroïne du livre, Mme Caroline, chargée de tirer la « morale » générale de l’ouvrage.

  • 25 Cf. Henri Mitterand, Zola, t. 1, Sous le regard d’Olympia 1840-1871, Paris, Fayard, 1999 p. 15-64.

25Le spéculateur n’est plus seulement un profiteur de secrets d’État, comme dans La Curée, ou un marchand d’illusions, comme dans la littérature anticapitaliste qui sert de source à Zola. Il est un créateur à sa manière puisque l’argent de la Banque a été en partie investi dans un projet de développement industriel en « Orient ». Derrière le capitaliste, instrument aveugle de sa passion du jeu, se profile ainsi l’ingénieur Hamelin, frère de Mme Caroline, inspiré du saint-simonisme et sans doute aussi de la figure du père disparu de Zola, ingénieur-entrepreneur qui, malgré de multiples projets (chemins de fer, fortifications, port, canal), mourut prématurément et couvert de dettes25. Ce dédoublement du même personnage (par rapport à ses premières apparitions et au sein même du roman par le truchement de l’image positive qu’en donne le personnage féminin qu’il séduit) inscrit dans la trame du récit la difficulté du rapport du romancier quasi sociologue à un objet présent.

26Contrairement à ce que Zola affirmait dans l’interview, il ne suffit pas d’endosser la redingote du banquier, ni d’enregistrer, à travers des personnages porte-parole, les divers points de vue et thèses sur le monde, ni même de construire des schèmes dynamiques, comme la métaphore de la machine, pour sortir de la tension inhérente à l’entreprise. Au nom de quoi le romancier naturaliste peut-il prétendre donner le sens de l’histoire ? À partir du moment où ce n’est plus l’horizon de la débâcle et de la fin du Second Empire (thème qui donne son titre au roman suivant du cycle) qui donne sens à L’Argent, puisque Zola n’a fait que peindre un krach de la Troisième République dans un décor Second Empire, et où il récuse explicitement les interprétations ou les issues proposées par les deux courants idéologiques anticapitalistes du temps (le catholicisme conservateur et antisémite et le socialisme marxiste), il se doit d’offrir un sens alternatif à son roman et, au-delà, au cycle global.

  • 26 Voici la conclusion du porte-parole de Zola : « Mon Dieu ! au-dessus de tant de boue remuée, au-de (...)

27Zola trouve l’échappatoire dans une apologie social-darwinienne de la lutte pour la vie, dont la lutte boursière, ou d’autres luttes – celle des nations dans le roman suivant – sont les manifestations26. En adoptant cette philosophie sociale optimiste malgré tout, Zola est pleinement intégré aux courants idéologiques dominants alors. En revanche, il se trouve pris dans de multiples contradictions par rapport à son projet objectiviste et à sa première philosophie héréditariste. Si la rançon du progrès réside dans l’écrasement des plus faibles, comment comprendre le titre de Germinal, promesse d’un avenir meilleur pour les dominés ? Si les dominants – en fait dominés par des machines sociales incontrôlées et par leur libido dominandi – sont justifiés dans leur rôle et leurs passions par ce sens caché vers le progrès du mouvement économique et social, le cycle romanesque, qui se voulait critique dans sa préface initiale, ne devient-il pas une apologétique qui dédouane les dominants et les régimes des scandales financiers, qu’ils datent du Second Empire ou des années 1880 ? Le romancier quasi sociologue n’est-il pas devenu, en dépit de ses efforts de mise à distance, l’avocat du diable au point de se donner un porte-parole fictif à travers le personnage du héros secondaire du livre ?

*

28Ce n’est pas le lieu de pousser plus loin l’épistémologie implicite du roman « naturaliste ». Comme tout le courant réaliste, le roman zolien bricole des solutions à toutes les apories contenues dans son projet et dans le changement de point de vue qu’induisent les vingt années écoulées depuis son début. On pourrait aussi conduire des démonstrations analogues à propos des structures ou des réflexions internes des autres romanciers sociaux. Mais l’exemple choisi est plus parlant que les autres parce qu’immédiatement contemporain des débats des sciences sociales émergentes et pris dans l’évolution du champ littéraire et intellectuel de la fin du xixe siècle. Sans pouvoir connaître vraiment les nouvelles sciences sociales, encore armé d’une demi-culture médicale et de schèmes littéraires décalés repris de certains devanciers, Zola, parce qu’il s’attaque à un objet « chaud », présent, saturé de discours tout faits, se trouve pris dans les mêmes pièges que les sciences sociales naissantes. Il n’y échappe provisoirement – mais, ce faisant, ruine son statut initial revendiqué de quasi-sociologue – que par le retour, qui s’accentue à partir de L’Argent, au prophétisme refusé à l’orée de sa carrière. Plus d’un siècle après les sciences sociales succombent souvent, elles aussi, aux sollicitations publiques ou politiques qui se multiplient tandis que le roman littéraire s’isole du monde et que prospère le thriller financier.

Notes

1 Lise Quéffelec-Dumasy, La Querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique : un débat précurseur (1836-1848), Grenoble, ELLUG, 1999.

2 L’avant-propos de La Comédie humaine n’est publié qu’en 1842 à l’occasion de l’entreprise de publication des œuvres complètes de Balzac par l’éditeur Furne (cf. l’introduction de Marcel Bouteron à l’édition de La Comédie humaine dans la Pléiade, Paris, Gallimard, 1969, t. I, p. xiv). Il y annonce, après plus de treize ans de publications romanesques, pour la première fois l’architecture d’ensemble et le sens général de la vision sociale et politique qui la sous-tend.

3 La première esquisse de préface date de 1869 et la première liste de romans prévue comptait une dizaine de titres (cf. les notes d’Henri Mitterand dans l’édition de la Pléiade des Rougon-Macquart, t. I, Paris, Gallimard, 1960, p. 1544).

4 Eugène Sue revendique cette figure du médecin lorsqu’il rappelle dans une note des Mystères de Paris son ascendance familiale médicale (Eugène Sue, Les Mystères de Paris, rééd., Paris, R. Laffont, « Bouquins », 1989, p. 1133).

5 Cf. Christophe Charle, « De la science à la prophétie. Situation de Zola », dans Eveline Pinto (dir.), Penser l’art et la culture avec les sciences sociales, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 177-189, en particulier p. 180-181 la citation de la lettre de Zola au directeur du Bien public du 10 février 1877 où il reprend l’image du médecin à propos de L’Assommoir.

6 Balzac, dans l’avant-propos cité de La Comédie humaine, hésite entre l’analogie de son entreprise avec celle du zoologiste, s’occupant des « Espèces Zoologiques », et avec celle de l’historien, s’occupant des « Espèces Sociales », dont il complète la chronique par le tableau des mœurs (édition citée, p. 4 et p. 7 : « La Société française allait être l’historien, je ne devais être que le secrétaire »).

7 Cf. notamment Johan Heilbron, The Rise of Social Theory, Cambridge, Polity Press, 1995 ; Sophie-Anne Leterrier, L’Institution des sciences morales 1795-1850, Paris, L’Harmattan, 1995 ; Ségolène Le Men (éd.), Les Français peints par eux-mêmes. Panorama social du xixe siècle, catalogue de l’exposition du musée d’Orsay, Paris, RMN, 1993 ; Gérard Leclerc, L’Observation de l’homme. Une histoire des enquêtes sociales, Paris, Seuil, 1979 ; Bernard-Pierre Lécuyer, « Médecins et observateurs sociaux : les Annales d’hygiène publique et de médecine légale (1820-1850) », dans Pour une histoire de la statistique, Paris, Economica/INSEE, 2e éd., 1987, p. 445-475 ; Wolf Lepenies, Les Trois cultures. Entre science et littérature, l’avènement de la sociologie, trad. fr., Paris, éd. de la Maison des Sciences de l’Homme, 1990 ; introduction d’Alain Corbin à Jean-Baptiste Parent-Duchâtelet, La Prostitution à Paris au xixe siècle (1836), Paris, Seuil, 1981, nouvelle édition de Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers des manufactures..., Paris, EDI, 1989, avec une préface de J.-P. Chaline et F. Dernier ; et la thèse de Judith Lyon-Caen, Lectures et usages du roman en France de 1830 à l’avènement du Second Empire, thèse Paris I, A. Corbin, 2002, 3 vol., notamment la première partie.

8 Johan Heilbron rappelle que le terme « société » au xviiie siècle avait un sens restreint et désignait soit une association volontaire d’individus, soit la « bonne société », c’est-à-dire le « monde » des élites pratiquant une sociabilité intense, visible et objet des relations des gazettes (The Rise of Social Theory, op. cit., p. 87).

9 C’est le point de départ de l’ouvrage célèbre, et aujourd’hui contesté, de Louis Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris dans la première moitié du xixe siècle, Paris, Plon, 1re éd., 1958, 2e éd., 1970, discuté par Barrie M. Radcliffe, « Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du xixe siècle : The Chevalier Thesis reexamined », French Historical Studies, 1991, no 2, p. 542-574.

10 Ce reproche d’immoralité et d’exploitation des bas instincts du public est analysé en détail dans la thèse citée de Judith Lyon-Caen, Lectures et usages du roman en France de 1830 à l’avènement du Second Empire, chap. 2.

11 Sur cette figure d’Eugène Sue, telle qu’elle se dégage de son courrier avec ses lecteurs, voir Judith Lyon-Caen, thèse citée et Jean-Pierre Galvan, Les Mystères de Paris. Eugène Sue et ses lecteurs, Paris, L’Harmattan, 1998, 2 vol.

12 Eugène Sue, op. cit., p. 88, note 1, où il renvoie au célèbre livre de Jean-Baptiste Parent-Duchâtelet, La Prostitution à Paris au xixe siècle.

13 Dès le début des Mystères de Paris, Eugène Sue insère l’argot dans les dialogues, mais s’en excuse en note auprès des lecteurs : « Nous n’abuserons pas longtemps de cet affreux langage d’argot, nous en donnerons seulement quelques spécimens caractéristiques » (op. cit., p. 33, note 1).

14 Philippe Besnard (éd.), The Sociological Domain : the Durkheimian School and the Founding of French Sociology, Cambridge, Cambridge UP, 1983 ; Bernard Kalaora et Antoine Savoye, Les Inventeurs oubliés : Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Champ Vallon, 1989 ; Ian Lubek, « Histoire de psychologie sociale perdue : le cas de Gabriel Tarde », Revue française de sociologie, XXII, 3, 1981, p. 361-395 ; A. Savoye, Les Débuts de la sociologie empirique : études socio-historiques (1830-1930), Paris, Méridiens/Klincksieck, 1994.

15 Émile Zola, Les Mystères de Marseille (1869), rééd., Paris, Casterman, 1978.

16 Cf. Émile Zola, Carnets d’enquête, une ethnographie inédite de la France, textes établis et présentés par Henri Mitterand, introduction de Jean Malaurie, Paris, Presses Pocket, 1991.

17 Interview au Figaro du 2 avril 1890, rééditée dans Dorothy E. Speirs et Dolorès A. Signori (éd.), Entretiens avec Zola, Ottawa, Les Presses de l’Université d’Ottawa, 1990, p. 59-60.

18 Cf. son interview au Gil Blas du 8 avril 1890 où il revient à sa première idée, l’affaire de l’Union générale (citée dans L’Argent, édition d’Henri Mitterand, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1967, p. 1236).

19 Cf. Halina Suwala, « À propos de quelques sources de L’Argent », Cahiers naturalistes, 16, 1960, p. 651-654, et « Le krach de l’Union générale dans le roman français avant L’Argent de Zola », Cahiers naturalistes, 27, 1964, p. 80-90.

20 Interview citée, p. 59.

21 C’est Maupassant dans Bel-Ami (1884) qui a, le premier, mis en scène cette dérive des journaux dans les années 1880. Le scandale de Panama qui n’a pas encore éclaté confirmera largement ce tableau désenchanté du disciple de Zola. La Banque universelle de L’Argent s’appuie sur un journal, L’Espérance, mais il joue un rôle secondaire dans l’intrigue.

22 Eugène Bontoux, L’Union générale, sa vie, sa mort, son programme, Paris, A. Savine, 1888 ; Édouard Drumont, La Fin d’un monde, Paris, A. Savine, 1889, sources utilisées par Zola. Sur l’ensemble des informations rassemblées par Zola, grâce notamment à des entretiens avec des spécialistes, voir l’édition citée de L’Argent, p. 1254-1261.

23 Ce thème est directement évoqué par Zola par le truchement du personnage du socialiste Sigismond Busch, inspiré de Guesde lui-même, que Zola a interrogé dans la phase préparatoire du roman.

24 Manuscrit de L’Argent, Bibliothèque nationale, NAF 10269, f° 10-11.

25 Cf. Henri Mitterand, Zola, t. 1, Sous le regard d’Olympia 1840-1871, Paris, Fayard, 1999 p. 15-64.

26 Voici la conclusion du porte-parole de Zola : « Mon Dieu ! au-dessus de tant de boue remuée, au-dessus de tant de victimes écrasées, de toute cette abominable souffrance que coûte à l’humanité chaque pas en avant, n’y a-t-il pas un but obscur et lointain, quelque chose de supérieur, de bon, de juste, de définitif auquel nous allons sans le savoir et qui nous gonfle le cœur de l’obstiné besoin de vivre et d’espérer ? » (L’Argent, p. 398 de l’édition citée de la Pléiade).

Author

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, directeur de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine (CBRS/ENS) et secrétaire de l’ARESER (Association de réflexion sur les enseignements supérieurs et la recherche). Auteur d’une quinzaine d’ouvrages, il a publié en dernier lieu : Les Intellectuels en Europe au xixe siècle, Paris, Seuil, 1996, nelle éd. avec une postface, Seuil, « Points », 2001 ; Paris fin de siècle, culture et politique, Paris, Seuil, 1998 ; La Crise des sociétés impériales. France, Allemagne, Grande-Bretagne, 1900-1940, essai d’histoire sociale comparée, Paris, Seuil, 2001 ; et il a édité avec Daniel Roche Capitales culturelles, capitales symboliques, Paris et les expériences européennes xviiie-xxe siècles, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

© Éditions de la Sorbonne, 2003

Terms of use: http://www.openedition.org/6540