Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évêques, pouvoir et société à Byzance (viiie-xie siècle)

 | 
Benjamin Moulet

Fiches hagiographiques des saints évêques (VIIIe-XIe siècles)

Texte intégral

1Il nous a semblé utile de proposer ici une présentation des Vies épiscopales étudiées dans ce livre. Nous classons ces textes par ordre alphabétique des saints plutôt que par ordre chronologique, plus complexe – voire impossible – à établir puisqu’il devrait reposer sur les dates de rédaction des Vies (souvent mal connues) et non sur les dates de la vie, historique ou imaginée, du saint.

  • 1 BHG 394-395 : Vie de Cosme de Maïouma et de Jean Damascène (BHG 394), éd. A. Papadopoulos-Kerameus, (...)
  • 2 BHG 1744 : Vie de Théodore d’Édesse, éd. I. Pomjalovskij, Zitie ize vo sv. otca nasego Feodora arch (...)

2Nous avons exclu de notre travail deux textes pourtant recensés dans les répertoires de sources hagiographiques. Le premier rapporte la Vie de Cosme, évêque de Maïouma et hymnographe du viiie siècle. Plusieurs textes concernent cet évêque de Syrie, précepteur de Jean Damascène mort en plein office vers 751-752 et qui a été l’objet de peu d’études, Cosme ayant vécu dans l’ombre hagiographique et historiographique de son demi-frère1. Le second concerne Théodore, évêque d’Édesse au ixe siècle, dont la Vie grecque daterait peut-être du xe siècle et reposerait sur un grand nombre de légendes2. Dans les deux cas, les textes évoquent la Vie d’évêques ayant exercé leur charge hors des frontières de l’Église byzantine, dans des contextes socio-politiques bien différents de celui de l’Empire mésobyzantin ; ces textes s’excluaient donc d’eux-mêmes de notre corpus.

  • 3 Renvoi à la DOHD (ou, à défaut, à l’ODB) et aux notices de la PMBZ et de la PBE.
  • 4 Sur la question des auteurs et des commanditaires, voir supra, p. 456-464.

3Pour chaque saint évêque présenté ci-dessous, nous donnons, quand ils sont connus : la date de Vie et de mort du saint, les références prosopographiques qui le concernent3, l’édition principale de sa Vie et ses éventuelles traductions, l’auteur, le commanditaire4, la date connue ou supposée de rédaction et les manuscrits. Suit un rapide commentaire sur le saint ou le texte de la Vie et son intérêt ; dans certains cas, nous précisons les datations des textes et/ou de la Vie historique du saint.

ANTOINE DE DYRRACHION (VIE DE THÉODORA DE THESSALONIQUE)

    • 5 Plus vraisemblablement 843 : Talbot, Theodora, p. 179, n. 98.

    Meurt le 2 novembre 843 ou 8445 ; fêté le 2 novembre. Extraits de la Vie de Théodora de Thessalonique (c. 10-18). DOHD, p. 96-98 ; PMBZ I, Prolegomena, p. 126-127 ; PMBZ 556 et PBE Antonios 34.

  • BHG 1737 : Βίος καὶ πολιτεία τῆς ὁσίας µητρὸς ἡµῶν Θεοδώρας τῆς ἐν Θεσσαλονίκῃ ; éd. Paschalidès, Βίος, p. 82-102 ; trad. angl. Talbot, Theodora, p. 171-180.

    • 6 EAD., Essere donna, p. 64 ; EAD., Theodora, p. 161 ; Delierneux, Sainteté féminine, p. 59.

    Auteur : Grégoire, clerc de Thessalonique (récit des miracles de Théodora, c. 20, p. 232) ; commanditaire : sans doute Théopistè, fille de Théodora, à l’occasion de la célébration anniversaire de la mort de la sainte6.

  • Date de rédaction : 894 (deux ans après la mort de Théodora) ; Vie conservée dans un manuscrit du xiie siècle (Moscou, Bibliothèque synodale 390) et dans un manuscrit des xiiie-xive siècles (récit de la translation et des miracles de Théodora, Vat. Palatinus gr. 211).

  • 7 Sur l’auteur, ibid., p. 25-26.

4L’auteur de la Vie de Théodora de Thessalonique, Grégoire7, consacre neuf chapitres à Antoine, parent de la sainte, métropolite de Dyrrachion promu au siège de Thessalonique après 843. La Vie de Théodora est l’une des rares sources à nous faire connaître Antoine, absent du Synaxaire de Constantinople. Par rapport aux autres hagiographies du temps, cette « Vie » ne possède guère d’originalité : constituée des mêmes topoi faisant de l’évêque un confesseur de l’iconoclasme, elle n’attribue aucun miracle à Antoine, si ce n’est l’incorruptibilité de son corps plusieurs décennies après sa mort.

ARSÉNIOS DE CORCYRE

  • ixe-xe siècle (né sous le règne de Basile Ier, mort au milieu du xe siècle) ; fêté le 19 janvier. ODBI, p. 186 ; PMBZ 626 (abs. PBE) ; PMBZ II, Prolegomena, p. 46 ; notice complète à paraître dans la PMBZ II.

  • BHG 2044 : Ὁ ἀοίδιµος οὗτος καὶ µέγας πατὴρ ἡµῶν Ἀ. ἐν τοῖς χρόνοις ἦν Βασιλείου ; éd. N. Boulgaris, Ἀκολουθία τοῦ ἐν ἁγίοις πατρὸς ἡµῶν Ἀρσενίου, ἀρχιεπισκόπου Κερκύρας, Corcyre, rééd. 1873 ; analyse dans Emereau, Arsène de Corfou, p. 438-442.

  • Trois auteurs connus : deux métropolites de Corfou, Georges Attikos Bardanès et Georges Chôniatès (xiie-xiiie siècles), et le prêtre Jean Théophylacte ; des retouches de l’acolouthie auraient également été faites par N. Boulgaris au xviie siècle ; commanditaire inconnu.

  • Date de rédaction inconnue ; notice conservée dans un manuscrit transcrit par Allatius au xviie siècle et conservé à Grottaferrata (cod. Crypt. B, a, XII).

5N’ayant pu consulter l’édition que N. Boulgaris a donnée de l’acolouthie d’Arsénios, il nous est difficile d’en faire un commentaire. L’analyse détaillée de C. Emereau permet néanmoins de constater que le texte est assez semblable aux hagiographies du temps : après l’esquisse de la Vie du saint, l’hagiographe évoque les vertus du héros et quelques-uns de ses miracles. Arsénios fut également l’auteur de plusieurs éloges, consacrés notamment à l’apôtre André (BHG 105), la martyre Barbara (BHG 218) et le martyr Thérinos (BHG 1799).

ATHANASE DE MÉTHONÈ

    • 8 Follieri, Santi di Metone, p. 402. D’après la BHG, Athanase serait fêté le 10 décembre.

    Né vers 818-819 à Catane, mort après 879 puisqu’il prend part au concile phôtien (Mansi XVII, col. 376C) ; peut-être fêté le 31 janvier8. DOHD, p. 27-28 ; PMBZ I, Prolegomena, 119-120 ; PMBZ 683 (abs. PBE).

  • BHG 196 : Ἐπιτάφιος ; éd. et trad. gr. mod. K. Kyriakopoulos, Ἁγίου Πέτρου ἐπισκόπου Ἄργους βίος καὶ λόγοι, Athènes, 1976, p. 44-67 ; trad. lat. dans PG 104, col. 1365-1380.

  • Auteur : Pierre, saint évêque d’Argos ; commanditaire inconnu pour ce discours prononcé probablement sur la tombe du saint évêque lors de sa mort.

    • 9 Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 80.

    Date de rédaction : fin du ixe (peut-être 885 selon C. Loparev) ou début du xe siècle (v. 912-920 selon K. Kyriakopoulos ; 920 selon Efthymiadis9) ; éloge conservé dans un manuscrit des xie-xiie siècles (Messanensi Gr., Bibl. Nation. 15, ff. 51v-61v).

  • 10 Certains auteurs, à juste titre sans doute, préfèrent ne pas se prononcer (D. Constantelos, « Lives (...)
  • 11 Follieri, Santi di Metone, p. 401 et 432-433.

6On ne possède sur Athanase de Méthonè que l’oraison funèbre prononcée par son collègue en épiscopat Pierre d’Argos ; on ignore si le texte fut rédigé lors de l’enterrement d’Athanase ou pour l’anniversaire de sa mort ; les hypothèses sur la date divergent sans qu’aucune semble plus pertinente qu’une autre10. Le culte d’Athanase fut sans doute limité à Méthonè, car il n’apparaît pas dans le Synaxaire de Constantinople, et les récits plus tardifs de voyageurs mentionnant le culte du saint ont sans doute confondu celui-ci avec un autre saint patron de la cité11.

DÈMÈTRIANOS DE CHYTRI

  • v. 829/830-v. 912/913 ; fêté le 6 novembre. DOHD, p. 33 ; PMBZ 1276 (abs. PBE) ; PMBZ II, Prolegomena, p. 53 ; notice complète à paraître dans la PMBZ II.

  • BHG 495 : Βίος καὶ πολιτεία τοῦ ἐν ἁγίοις καὶ θαυµατουργοῦ πατρὸς ἡµῶν ∆ηµητριανοῦ, ἐπισκόπου Χυτρίδων, µιᾶς τῶν ὑπὸ τὴν Κυπρίων νῆσον ; éd. H. Delehaye, AASS Nov. III, 300-308 ; ancienne éd. H. Grégoire, « Saint Démétrianos, évêque de Chytri (île de Chypre) », BZ 16, 1907, p. 217-237 ; mention dans le Syn. Eccl. CP, col. 197-19853-54.

  • Auteur et commanditaire inconnus.

    • 12 Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 80.
    • 13 Voir supra, p. 463.

    Date de rédaction : peu après sa mort, vers 911-913 ; vers 930-940 selon Efthymiadis12, mais date trop tardive selon nous13. Vie conservée dans un manuscrit du xiie siècle (Sinaït. gr. 789).

  • 14 Analyse détaillée de cette mission supra, p. 314-315.

7Texte relativement riche, la Vie de Dèmètrianos montre le parcours d’un homme marié devenu veuf trois mois après son mariage. Moine, il fut promu évêque après avoir franchi les étapes de la carrière ecclésiastique : ordonné prêtre, il devient économe de la cité de Chytri (Chypre) avant d’en être le pasteur. L’épisode central de sa Vie concerne son voyage à Bagdad afin d’obtenir la libération de certains de ses compatriotes, faits prisonniers lors de l’attaque arabe de l’île en 910-91114.

ÉTIENNE DE SOUGDAÏA

  • v. 680/705-v. 750/775 ; fêté le 15 décembre. DOHD, p. 92-93; PMBZ I, Prolegomena, p. 73; PMBZ 6997 (abs. PBE).

  • BHG 1671 : Τῇ αὐτῇ ἡµέρᾳ µνήµη τοῦ ὁσίου πατρὸς ἡµῶν Στεφάνου τοῦ ὁµολογητοῦ ἀρχιεπισκόπου Σουγδαίας ; éd. V. Vasilievskij, Russko-vizantijskija issledovanija I, Saint-Pétersbourg, 1893, p. 74-79 (éd. de référence) ; texte réédité dans Ivanov, Stefan of Surozh, 165-167 ; Vie slavonne : ibid. (avec trad. angl.), p. 119-163 ; Vie arménienne : éd. et trad. Bozoyan, Étienne de Sougdaia, p. 94-107 (éd. de référence qui complète les quelques lacunes de l’édition ancienne avec traduction donnée par G. Bayan dans Le Synaxaire arménien de Ter Israël, PO 21, 1930, p. 865-876).

  • Auteurs et commanditaires inconnus pour les trois Vies.

    • 15 Bozoyan, Étienne de Sougdaia, p. 91-92.
    • 16 Ivanov, Stefan of Surozh, p. 111.

    Dates de rédaction : la Vie grecque est antérieure au xie siècle, date du manuscrit (Patr. de CP, Chalcensis 75), la Vie slavonne antérieure au xive siècle (date du plus ancien manuscrit slavon conservant la Vie, Bibliothèque nationale russe, f. 304, no 745) ; la Vie arménienne est intégrée dans le synaxaire de Ter Israël du xiiie siècle ; une première version de ce texte pourrait dater du règne de Constantin V15. Un archétype grec commun aux Vies slavonne et arménienne pourrait dater de la fin du xe siècle16.

  • 17 La valeur historique des Vies slavonne et arménienne semble plus grande que celle de la Vie grecque (...)

8Texte peu connu, la Vie d’Étienne nous emmène aux confins de l’Empire et dans la Crimée des viiie-ixe siècles. La Vie grecque, assez brève, atteste le culte local d’un évêque de Crimée qui aurait été confesseur du premier iconoclasme. Inconnu par d’autres sources, Étienne est également le héros de deux autres Vies postérieures, l’une slavonne et l’autre arménienne, que nous intégrons ici car, bien que plus tardives, elles complètent par plus de détails la Vie grecque17.

  • 18 Il s’agit d’Irène, l’épouse de Constantin V ; voir supra, p. 341-343.

9La datation du texte comme la chronologie interne de la Vie grecque sont problématiques. Né en Cappadoce, devenu orphelin à l’adolescence, Étienne va étudier à Athènes puis à Constantinople où il devient moine. Après la mort de l’évêque de Sougdaïa en Crimée, Étienne fut désigné évêque par le clergé réuni en synode, élection a clero justifiée par l’hagiographe par les vertus de son héros. Le choix du synode provincial est ratifié par le patriarche Germain Ier : Étienne devient donc évêque entre 715 et 730. La suite du texte rapporte la confession d’Étienne sous le règne de Léon III : lors d’une attaque, Étienne est fait prisonnier à Sougdaïa et amené à Constantinople pour y être interrogé par l’empereur ; là, il confesse sa foi et échange des réflexions avec l’empereur sur les images. Une femme, nommée Irène, libéra de sa prison Étienne18, qui retourna auprès de ses ouailles opprimées ; il accomplit de nombreux miracles et mourut un 15 décembre.

  • 19 Il s’agit bien de Léon III pour deux raisons : Étienne fut consacré par le patriarche Germain d’une (...)

10Le xie siècle, époque de composition du manuscrit, est le terminus ante quem de rédaction de la Vie. Un élément du texte peut nous éclairer mais relève du domaine de l’hypothèse. Dans le chapitre 3 de la Vie, l’auteur confond Léon l’Isaurien au viiie siècle et Léon l’Arménien au ixe siècle19 : cette erreur est-elle due au copiste du manuscrit ou à l’auteur ? Celui-ci a pu confondre, peut-être volontairement, le nom de l’empereur persécuteur d’Étienne et le nom de l’empereur sous le règne duquel il écrit, ce qui ramènerait la date de rédaction du texte à la période 813-820, et plus précisément à la période 815-820, puisqu’il est fait mention de la lutte contre les iconodoules, qui reprend dès 815. À l’inverse, une telle confusion pourrait s’expliquer par une écriture plus tardive du texte, peut-être au xe siècle, et donc par une méconnaissance des événements – hypothèse qui semble plus vraisemblable.

  • 20 PMBZ 1437 et PBE Eirene 3 ; Ševčenko, Hagiography, p. 114.
  • 21 Vie arménienne d’Étienne de Sougdaïa, p. 104. La symétrie entre la Vie pré-épiscopale d’Étienne et (...)
  • 22 O. Pritsak (« At the dawn of Christianity in Rus’ : East meets West », dans Proceedings of the Inte (...)
  • 23 Mansi XII, col. 1095 ; Darrouzès, Listes de Nicée II, liste B, 56e rang (2e session du concile) ; L (...)
  • 24 Syn. Eccl. CP, col. 264 l. 1-4 ; dans cette brève notice, il n’est pas fait mention d’une quelconqu (...)

11Revenons à la datation de la Vie historique d’Étienne. Irène épousa Constantin V en 732-733 et mourut après 75120 ; la libération d’Étienne eut donc lieu entre ces dates. Selon la Vie arménienne, Étienne fut consacré évêque à 35 ans et resta trente-cinq ans sur le siège épiscopal de Sougdaïa21. Ordonné entre 715 (début du patriarcat de Germain) et 717 (date de la mort de l’empereur Théodose III, cité dans la Vie arménienne comme ayant accepté la nomination d’Étienne) ou en 741 (mort de Léon III, auquel s’adresse le saint dans la Vie grecque), Étienne serait né vers 680 et mort vers 750 dans le premier cas, né vers 705 et mort vers 775 dans le second cas22. Quelle que soit la date retenue, il n’est en tout cas pas celui qui participa au concile de Nicée de 787 comme l’affirmait G. Da Costa-Louillet23, ni sans doute le personnage du même nom mentionné dans le Synaxaire de Constantinople24.

EUSTATHE DE KIOS

  • viiie-ixe siècle ; fêté les 28, 29 et 30 mars ; PMBZ I, Prolegomena, p. 140 ; PMBZ 1784 et PBE Eustathios 58.

  • BHG 2138 ; Syn. Eccl. CP, col. 567-568, l. 37 et suiv. ; col. 569-570 ; col. 573-574, l. 38 ; mentionné dans le Ménologe de Basile II au 29 mars (col. 376D).

12Moine devenu archevêque de Kios (Bithynie), Eustathe fut martyrisé lors du second iconoclasme ; déchu et exilé, il mourut des tortures infligées par ses adversaires.

EUTHYME DE SARDES

  • 754-831 ; fêté le 26 décembre. DOHD, p. 38 ; PMBZ I, Prolegomena, p. 61-62 ; PMBZ 1838 et PBE Euthymios 1.

  • BHG 2145 : Βίος τοῦ ὁσίου πατρὸς ἡµῶν καὶ ἱεροµάρτυρος Εὐθυµίου ; éd. et trad. GOUILLARD, Euthyme de Sardes, p. 21-89 ; éloge d’Euthyme par Métrophane, éd. A. PAPADAKIS, « The unpublished Life of Euthymius of Sardis: Bodleianus Laudianus Graecus 69 », Traditio 26, 1970, p. 63-89.

  • Auteur : Méthode, futur patriarche ; commanditaire : Syméon (c. 1, p. 21, c. 9, p. 33 et c. 47, 87).

    • 25 Gouillard, Euthyme de Sardes, p. 3 et n. 17.

    Date de rédaction : 832 ; Vie contenue dans un manuscrit unique (fin ixe-début xe siècle) ayant appartenu à l’École théologique de l’île de Chalki (Schol. Theol. in Chalce insula 88, ff. 227v-252v)25.

13Évoquer la Vie d’Euthyme de Sardes consiste à se plonger dans une vaste bibliographie : toute la littérature traitant de l’iconoclasme, de l’hagiographie mésobyzantine ou de l’histoire politique et religieuse de l’Empire aux viiie-ixe siècles intègre cette Vie. Œuvre exceptionnelle par sa qualité littéraire et son contenu théologique, mais surtout par la personnalité de son auteur, cette Vie met en scène le seul véritable martyr du second iconoclasme ; elle apparaît néanmoins secondaire du point de vue de l’étude de l’épiscopat, car peu d’éléments y font référence dans le texte. Cependant, le parcours d’Euthyme, qui fut destitué de son siège mais conserva son titre, est intéressant pour reconstituer la carrière d’un évêque et son insertion dans les réseaux de sociabilité de l’Église et de l’État.

14La sainteté d’Euthyme se construit dans son combat contre l’iconoclasme, en particulier lors de la rencontre de 814 entre Léon V et les chefs iconodoules. Les quelques miracles réalisés par le saint n’ont que peu de rapports avec sa fonction épiscopale si bien que Méthode n’en cite que pour sacrifier aux lois du genre hagiographique : le martyre seul suffit à justifier la sainteté d’Euthyme.

GEORGES D’AMASTRIS

    • 26 La notice de la PBE est inutile car elle ne mentionne pas la Vie du saint et évoque uniquement le r (...)

    v. 760-806 ; fêté le 21 février. DOHD, p. 43-44 ; PMBZ I, Prolegomena, p. 85-86 ; PMBZ 2183 et PBE Georgios 226.

  • BHG 668 : Βίος σὺν ἐγκωµίῳ εἰς τὸν ἐν ἁγίοις πατέρα µῶν καὶ θαυµατουργὸν Γεώργιον τὸν ἀρχιεπίσκοπον µάστριδος ; éd. V. Vasilievskij, Russko-vizantijskija issledovanija, Saint-Pétersbourg, 1893, p. 1-73 ; Syn. Eccl. CP, col. 481-482.

  • Auteur : Ignace le Diacre ; commanditaire : Jean (c. 48, p. 73).

    • 27 Vie rédigée avant 829 selon S. Efthymiadis (Byzantine hagiographer, p. 78).
    • 28 Markopoulos, Georges d’Amastris, p. 79 et suiv.
    • 29 Ibid. ; opinion déjà émise par H. Ahrweiler dans « Les relations entre les Byzantins et les Russes (...)
    • 30 Treadgold, Contacts with the Rus’, p. 143.

    Date de rédaction : v. 830-83827 ; les chapitres sur les invasions russes pourraient être plus tardifs (et donc n’auraient pas été écrits par Ignace), sans doute dus à l’influence de Phôtios28 et relatant alors l’attaque russe de Constantinople en 86029, et non les raids de 818-81930. Vie conservée dans un manuscrit du xe siècle (Parisinus gr. 1452, ff. 57-75).

  • 31 Ševčenko, Hagiography, p. 121.
  • 32 Auzépy, Analyse littéraire, p. 58-62 ; voir les réticences d’A. Acconcia-Longo (« A proposito di un (...)
  • 33 On objectera à M.-F. Auzépy la « collectivité » du miracle concernant l’eucharistie (Vie de Georges (...)
  • 34 Auzépy, Analyse littéraire, p. 60-61.

15La très riche Vie de Georges, évêque d’Amastris à la fin du viiie siècle, a bénéficié d’une vaste historiographie. Plusieurs raisons expliquent cet intérêt : le texte rapporte des invasions russes sur la côte méridionale de la mer Noire et dont la datation est problématique ; la Vie fut rédigée par Ignace le Diacre, métropolite et hagiographe prolifique ; enfin, ce texte serait un « modèle de Vie iconoclaste », selon l’expression de Ševčenko31, dont l’analyse permet de préciser justement la nature iconoclaste. Ses arguments ont été complétés par l’étude menée par M.-F. Auzépy sur la culture iconoclaste de l’auteur et les miracles rapportés dans le récit32 ; concernant ces derniers, il s’agit de différencier les miracles collectifs des miracles individuels, les premiers étant plutôt attribués à des héros de Vies iconoclastes, contrairement aux seconds, qui seraient le fait de héros des Vies iconodoules. La Vie de Georges permet en effet de constater la prégnance de miracles collectifs33, en tout cas de miracles qui se justifient par la fonction épiscopale de Georges, comme la défense de la ville contre les Arabes ou la conversion des Russes. Si l’on suit le raisonnement de M.-F. Auzépy, c’est la miséricorde qui fait et justifie la sainteté de Georges, tout comme celle de Philarète ou d’Eudocime à la même époque34. Pourtant, dans le cas de Georges, la miséricorde n’est pas la seule justification de sa sainteté : Georges a le souci de la sécurité de ses fidèles et de sa cité. Il entend assurer leur prospérité en les défendant auprès des autorités impériales dans la revendication d’une spécificité provinciale et d’une recherche d’autonomie, puisque Georges veut affranchir sa cité de la métropole de Gangra, allant pour cela jusqu’à solliciter l’aide de l’empereur. C’est l’épiscopat de Georges qui est mis en avant par Ignace, et les fonctions assignées au héros sont très proches de celles remplies par Ignace lui-même, comme on le perçoit dans sa correspondance.

16L’importance de la dignité épiscopale de Georges se retrouve dans tout le récit, puisque Georges est reconnu comme archevêque par les gouvernants de la cité avant même sa naissance ; ce sont également ses qualités de gouvernant qui sont pleurées à sa mort. Le fait qu’il s’agisse d’une Vie iconoclaste importe assez peu ici, même s’il faut préciser que, contrairement à d’autres Vies épiscopales, celle de Georges est entièrement construite autour de l’idée que son héros est évêque toute sa Vie et que les qualités qui lui sont reconnues sont liées à sa fonction.

  • 35 Ibid., p. 58-59.

17Puisque la Vie insiste sur la fonction épiscopale de son héros, il pourrait être tentant d’en faire un modèle d’évêque iconoclaste ; or, c’est moins dans le contenu de la Vie qu’il faut chercher des traces de l’iconoclasme de l’auteur que dans le récit hagiographique : l’utilisation par Ignace de références vétérotestamentaires serait caractéristique d’une Vie passée inaperçue aux yeux de la censure iconodoule35.

  • 36 Vie de Georges d’Amastris, c. 43-46, p. 66-71.
  • 37 Treadgold, Contacts with the Rus’, p. 143.
  • 38 Vasilievskij, l’éditeur du texte, a attribué la paternité du texte à Ignace par une étude comparée (...)
  • 39 Da Costa-Louillet, Saints de CP, p. 480 ; Wolska-Conus, Ignace, spéc. p. 342-351.
  • 40 Markopoulos, Georges d’Amastris, p. 79 et suiv.
  • 41 Sur l’attaque de 860, voir A. Vasiliev, The Russian Attack on Constantinople in 860, Cambridge, 194 (...)

18La datation de la Vie est liée à celle de l’invasion russe à Amastris dont fait mention le texte36. La date de rédaction serait antérieure au rétablissement du culte des images en 843, mais le récit des invasions russes pourrait mettre en doute cette datation. W. Treadgold a ainsi placé la rédaction entre 820 et 842, montrant que les raids russes ont accéléré la création de deux provinces militaires sur la mer Noire, la Paphlagonie et la Chaldie ; aussi date-t-il les raids des années 818-81937. De son côté, A. Markopoulos a tenté de montrer, à mi-chemin entre V. Vasilievskij et I. Ševčenko d’une part38, G. Da Costa-Louillet et W. Wolska-Conus d’autre part39, que si la rédaction première est effectivement due à Ignace, les chapitres concernant les invasions russes sont plus tardifs, sans doute dus à l’influence de Phôtios40 et relatant l’attaque russe de Constantinople en 86041.

GEORGES DE LESBOS (VIE DE DAVID, SYMÉON ET GEORGES DE LESBOS)

    • 42 PMBZ 1248 et PBE David 13 ; PMBZ 7178 et PBE Symeon 13 ; Efthymiadis, Theodore the Studite, p. 151- (...)

    763-845 ou 846 ; fêté le 7 avril. DOHD, p. 32-33 ; PMBZ I, Prolegomena, p. 133-134 ; PMBZ 2161 et PBE Georgios 13542.

  • BHG 494 : Vie de David, Syméon et Georges : Βίος καὶ πολιτεία καὶ διήγησις περὶ τῶν τρισµακάρων καὶ θεοφόρων πατέρων µῶναβίδ, Συµεὼν καὶ Γεωργίου, τῶν ἐν παλαιοῖς καὶ δεινοῖς χρόνοις φωστήρων ἀναλαµψάντων ; éd. I. Van Den Gheyn, « Acta graeca ss. Davidis, Symeonis et Georgii Mitylenae in insula Lesbo », Anal. Boll. 18, 1899, p. 211-259; trad. angl. Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 149-241.

  • Auteur (sans doute plusieurs) et commanditaire inconnus.

  • Date de rédaction : après 863-865 et avant le xive siècle, date de l’unique manuscrit, probablement originaire de Lesbos et conservé à la Bibliothèque laurentienne de Florence (Flor. Bib. Med. Laur. XXI plutei IX, ff. 12r-63v).

  • 43 Seule la tradition fait que l’on considère les trois hommes comme frères : ils seraient, d’après la (...)
  • 44 Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 143-147.
  • 45 Le mot est de F. Halkin (Ménologe de Patmos, p. 23) ; voir ID., Trois saints Georges de Mytilène, p (...)

19La Vie de David, Syméon et Georges, trois frères originaires de Lesbos43, n’est pas à proprement parler une Vie épiscopale, car seul le troisième frère, Georges, devient évêque et sa Vie est parfois confondue avec celle de l’évêque Georges de Mytilène, dont on conserve une Vie anonyme. Au-delà de la carrière et de la Vie de Georges, le texte évoque à diverses reprises plusieurs évêques, iconodoules comme iconoclastes. Cette Vie, sans doute la plus riche de notre corpus, pose un certain nombre de difficultés, liées aux confusions de la chronologie ou des personnages mentionnés ; certains ont douté de l’authenticité du texte44 ou l’ont considéré comme fantaisiste45 ; d’autres y ont vu un texte tardif, peut-être du xie siècle.

  • 46 Ševčenko, Hagiography, p. 117-118 : il cite en exemple le cas du monastère de la Vierge Péribleptos (...)
  • 47 Ibid., p. 146, n. 13 ; la Vie mentionne ainsi le nom du bourreau d’Euthyme de Sardes, le patrice Co (...)

20L’enchaînement des événements dans le texte est en effet très confus et, en ce cas, soit l’auteur s’est trompé dans la chronologie de son récit, soit les trois hommes n’étaient pas frères. Le texte inclut des références à des bâtiments qui n’existent pas encore au ixe siècle et le vocabulaire utilisé n’est pas attesté dans l’hagiographie contemporaine46. À l’inverse, la Vie apporte des informations plausibles pour l’époque qu’elle décrit en fournissant même des détails inconnus par ailleurs et que rien ne permet de remettre en cause47.

  • 48 Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 147.
  • 49 En 863, Pétronas (PMBZ 5929 et PBE Petronas 5) est victorieux des Arabes (Vie de David, Syméon et G (...)

21Aussi faut-il adopter une position médiane : la Vie est peut-être une compilation plus tardive de traditions séparées, ce que l’absence de toute mention d’un culte commun peut confirmer48. On distinguera deux traditions : celle du culte de David, au viiie siècle, et celle plus tardive du culte de Syméon et Georges, dont la Vie atteste un lien plus fort. Dans tous les cas, la datation est postérieure à 863-86549 et si l’authenticité de la Vie a pu être remise en cause, il semble néanmoins qu’elle repose bien sur une part de réalité historique.

GEORGES DE MYTILÈNE50

    • 50 Par commodité, nous distinguons Georges de Lesbos (frère de David et Syméon) et Georges de Mytilène (...)
    • 51 La notice de la PBE assimile, à juste titre selon nous, ce personnage à l’évêque Georges de Mytilèn (...)

    776-820/821 ; fêté le 7 avril. DOHD, p. 42-43; PMBZ I, Prolegomena, p. 86-87; PMBZ 2160 et PBE Georgios 13451.

    • 50 Par commodité, nous distinguons Georges de Lesbos (frère de David et Syméon) et Georges de Mytilène (...)

    BHG 2163: Βίος καὶ πολιτεία τοῦ ὁσίου πατρὸς µῶν καὶ µολογητοῦ Γεώργιου ἀρχιεπισκόπουΜυτιλήνης; éd. Phountoulès, Γεώργιοι ἀρχιεπίσκοποιΜυτιλήνης, p. 33-43.

  • Auteur et commanditaire inconnus.

    • 50 Par commodité, nous distinguons Georges de Lesbos (frère de David et Syméon) et Georges de Mytilène (...)
    • 52 Ménologe du 7 avril : Halkin, Ménologe de Patmos, p. 22-23 ; pour S. Efthymiadis (Byzantine hagiogr (...)

    Date de rédaction : entre 843-847 et la fin du xe siècle, date du manuscrit conservé au monastère de Saint-Jean-le-Théologien de Patmos (Cod. Patm. 254, ff. 77v-81v)52.

  • 53 Lackner, Gestalt des Heiligen, p. 524.
  • 54 Vie de Georges de Mytilène, c. 6, p. 36-38.

22La Vie de Georges, au-delà des confusions éventuelles entre plusieurs Georges qui auraient occupé le siège épiscopal de Mytilène aux viiie-ixe siècles et sur lesquelles nous revenons ci-dessous, comporte une certaine rigueur historique qui permet de reprendre ici la notion de historisches Bewußtsein évoquée par W. Lackner pour l’hagiographie des ixe et xe siècles, alors même que Lackner n’utilise pas cette Vie53. La chronologie interne de la Vie est d’une grande cohérence et l’auteur a le souci d’inscrire son héros dans le contexte politique de son temps. Cela est particulièrement net dans le chapitre 6 de la Vie lorsque l’auteur évoque la lutte de Michel Ier contre les Bulgares, la trahison de Léon (V) et sa prise de pouvoir condamnant à l’exil la famille de Michel54. Ces éléments ne concernent pas directement Georges mais permettent à son auteur de rendre son récit crédible dans un style simple mais particulièrement clair pour un public local sans doute peu habitué aux figures rhétoriques.

23Un élément notable de cette Vie est le nombre restreint de miracles opérés par le saint de son vivant (et sans rapport direct avec sa fonction épiscopale) et l’absence complète de miracles posthumes, alors même que l’auteur mentionne le transfert des reliques de Georges par Méthode après 843 : on s’attendrait ainsi à trouver le récit de miracles liés aux reliques du saint.

  • 55 Ibid., c. 4, p. 35 : « Il fut désigné évêque de cette île, et ne le voulant pas, il accepta finalem (...)

24C’est donc la confession, réelle ou imaginée, du saint et son exil plutôt que son épiscopat qui font la sainteté de Georges ; sa fonction épiscopale n’est évoquée que dans un court passage, qui met plus en avant la quête personnelle du saint que son souci pour son diocèse55. Georges apparaît comme un saint confesseur classique en ce début de ixe siècle plutôt que comme un saint évêque.

25Y a-t-il eu trois saints Georges évêques de Mytilène ?

  • 56 Vie de David, Syméon et Georges, c. 10, p. 220.
  • 57 Halkin, Trois saints Georges de Mytilène, p. 464.
  • 58 La première hypothèse est celle de F. Halkin et de A. Kazhdan (« Hagiographical Notes [5-8] », op.  (...)

26La cité de Mytilène connaît une certaine gloire hagiographique au ixe siècle par l’existence de plusieurs cultes rendus à ses pasteurs. En plus des deux évêques Georges que nous venons d’évoquer, la Vie des trois frères de Lesbos mentionne un certain Georges, également évêque de la cité et confesseur sous le règne de Léon l’Isaurien56. Que faire face à trois personnages nommés Georges, évêques d’une même cité à quelques décennies d’intervalle ? « Un cas aussi surprenant de triple homonymie » mérite qu’on s’y arrête57. Il y a trois possibilités : les trois personnages sont une seule et même personne ; à l’inverse, il s’agit de trois hommes distincts58 ; il peut s’agir enfin de deux personnages : le frère de David et Syméon et un second évêque Georges, mentionné dans la Vie des trois frères et dont on conserve la Vie. La comparaison des deux Vies dans le tableau ci-contre peut apporter la réponse.

  • 59 Phountoulès, Γεώργιοιἀρχιεπίσκοποι Μυτιλήνης, p. 20-29.
  • 60 Vie de David, Syméon et Georges, c. 10, p. 220.
  • 61 Ibid., c. 15, p. 227 ; détails dans Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 165-16 (...)

27I. M. Phountoulès identifiait de son côté trois personnages distincts59 : un premier Georges, évêque défenseur du culte des images au viiie siècle et « qui était confesseur au temps de Léon l’Isaurien »60 ; un homonyme du début du ixe siècle qui confesse sa foi et est le héros de la Vie de Georges de Mytilène ; enfin, le frère de David et Syméon dans la première moitié du ixe siècle. Néanmoins, il faut selon nous voir dans la mention de « Léon l’Isaurien » une confusion de l’auteur avec Léon l’Arménien au début du ixe siècle : s’il s’agit du premier, alors l’évêque en question, qui ordonna Georges de Lesbos et fut exilé en Thrace61, aurait eu près d’une centaine d’années lors de son exil, ce qui paraît peu probable.

  • 62 Vie de David, Syméon et Georges, c. 10, 15 et 16.
  • 63 Il s’agit de Chersonèse dans la Vie des frères de Lesbos et d’une île, peut-être dans la Propontide (...)

28Aussi ne faut-il voir, selon nous, que deux Georges de Mytilène, évêques et confesseurs, même s’il faut nuancer la « confession » de Georges I. Plusieurs points communs apparaissent entre la Vie de Georges II et les mentions de celle de l’évêque Georges dans la Vie des frères de Lesbos62, en particulier l’exil ordonné par Léon V en 815, même si les lieux d’exil ne correspondent pas63.

  • 64 Il fut évêque pendant neuf ans : Vie de Georges de Mytilène, c. 5, p. 35-36.
  • 65 Vie de David, Syméon et Georges, c. 15, p. 227-229.
  • 66 La Vie des trois frères n’évoque pas la date de déposition de Léon ; dès lors, il pourrait être res (...)

29À Georges II, évêque en 804-813, exilé par Léon V64, succéda Léon, mentionné dans la Vie des frères de Lesbos65 ; il fut probablement déposé en 84366 et remplacé par Georges I, mort en 845 ou 846. La datation plus tardive de la Vie de Georges de Mytilène (milieu du ixe-fin du xe siècle) et la compilation confuse de la Vie de David, Syméon et Georges expliquent les difficultés d’identification de ces personnages.

JEAN DE GOTTHIE

  • v. 700/725-v. 792/805 ; fêté les 22 et 26 janvier, le 31 mai. DOHD, p. 54-55 ; PMBZ I, Prolegomena, p. 90-91 ; PMBZ 3118 et PBE Ioannes 6.

  • BHG 891 : Βίος τοῦ ὁσίου πατρὸς ἡµῶν Ἰωάννου ἐπισκόπου Γοτθίας ; éd. et trad. Auzépy, Jean de Gothie, p. 79-85, qui modifie quelques éléments de l’ancienne édition (AASS Iun. V, 190-194 ; 3e éd., VII, p. 167-171). Une brève notice sur le saint, réécriture légendaire de la Vie, apparaît dans un synaxaire du xiie siècle conservé à Oxford : F. Halkin, « Le synaxaire grec de Christ Church à Oxford », Anal. Boll. 66, 1948, notice 3, p. 80-83.

    • 67 Auzépy, Jean de Gothie, p. 69 et n. 3 ; supra, p. 461-462.

    Auteur inconnu, mais qui aurait écrit sur la côte méridionale de la mer Noire, peut-être à Amastris67 ; commanditaire inconnu, mais peut-être s’agit-il d’un évêque d’Amastris.

  • Date de rédaction : entre 815 et 842. Vie contenue dans trois manuscrits, deux conservés à la Bibliothèque apostolique vaticane (Vat. gr. 1667, xe siècle ; Vat. gr. 665, xvie siècle), un au monastère de Philothéou sur le mont Athos (Philotheou 8, xie-xiie siècle).

  • 68 Dont sa signature, conservée dans les actes de Nicée II : Mansi XIII, col. 137B.
  • 69 Ševčenko, Hagiography, p. 115. Sur cette Vie, voir l’analyse détaillée de G. L. Huxley, « On the Vi (...)
  • 70 Voir par exemple le récit géorgien du martyre d’Abo de Tiflis, qui mentionne aussi l’avancée des Kh (...)
  • 71 Comme l’écrit N. A. Alekséenko, « les Goths ont sans doute dû reconnaître la souveraineté des Khaza (...)

30Comme les Vies d’Étienne de Sougdaïa, la Vie de Jean, évêque de Gotthie connu par d’autres sources du viiie siècle68, nous emmène dans les confins criméens de l’Empire byzantin. Comme la Vie de Georges d’Amastris (avec qui le saint est d’ailleurs en contact), la Vie de Jean, texte qui, selon I. Ševčenko, inspire confiance69, a intéressé les historiens pour le contexte politique et militaire dans lequel l’hagiographe fait évoluer son héros : les attaques des Khazars dans les régions côtières de la mer Noire au viiie siècle et l’implantation des Goths dans la région70. La Crimée du viiie siècle voit en effet le partage des terres entre les deux peuples, qui se disputent la souveraineté du territoire et le pouvoir à y installer71.

  • 72 N. Oikonomidès, « Le "système" administratif byzantin en Crimée (ixe-xe siècles) », dans Materialy (...)
  • 73 Reconstitution des événements dans Auzépy, Gothie et Crimée, p. 329, et EAD., Jean de Gothie, p. 74 (...)

31Au ixe siècle se pose à nouveau le problème de la souveraineté de la région, partagée entre monde byzantin et monde khazar, revendiquant à la fois son rattachement à l’une ou l’autre de ces régions ainsi qu’une certaine autonomie72. L’évêque joue un rôle primordial, en tant qu’inspirateur, ou en tout cas meneur, de cette rébellion73. Un dernier élément caractérise ce texte : l’absence de références scripturaires et de modèle biblique appliqué à Jean, cas relativement exceptionnel pour une Vie pourtant clairement iconodoule.

JEAN DE POLYBOTOS

  • Mort v. 830-840 ; fêté le 4 décembre ; DOHD, p. 56 ; PMBZ I, Prolegomena, p. 91 ; PMBZ 3244 et PBE Ioannes 592.

  • Abs. BHG; Syn. Eccl. CP, col. 277-280.

32Évêque iconodoule de Polybotos en Phrygie après avoir été skeuophylax de la Grande Église, Jean se rendit à Constantinople après 815 pour contester la politique iconoclaste de Léon V. Il mourut dans les années 830, sans avoir été privé de son siège ni avoir subi de quelconques souffrances pour son iconodoulie. La notice synaxariale de Jean lui attribue quelques miracles et, surtout, fait part de l’étrange culte qui lui est rendu dans la cité : chaque année en effet, à la Pentecôte, ses reliques sont vêtues de son manteau épiscopal et le corps du saint est dressé devant l’autel pour assister et participer à la liturgie.

JOSEPH DE THESSALONIQUE

  • v. 762-832 ; fêté le 14 et le 15 juillet ; PMBZ I, Prolegomena, p. 68 ; PMBZ 3448 et PBE Ioseph 3.

  • Récit de la translation des reliques de Joseph et de son frère Théodore Stoudite (non mentionné dans la notice de la PBE), rédigé peu après 848 : BHG 1756t, éd. Van de Vorst, Translation, p. 50-62 ; mention dans le Syn. Eccl. CP, col. 819, l. 35 et suiv.

  • 74 La brève mention dans le Synaxaire pourrait être le résumé d’une courte Vie.

33Apparaissant notamment dans la correspondance de son frère Théodore Stoudite, Joseph n’a pas fait l’objet d’une Vie74. Le récit du transfert de ses reliques avec celles de son frère est le seul texte à caractère hagiographique à fournir quelques informations sur la Vie de Joseph. Ce texte, tout comme la bibliographie le concernant, ne met guère en avant la personnalité du métropolite de Thessalonique, toujours étudié dans l’ombre d’un frère passé à la postérité.

  • 75 Joseph de Thessalonique, Translation de reliques, c. 13-14, p. 58-60.
  • 76 Sur Naucrace, successeur de Théodore à la tête de Stoudios, voir PMBZ 5230 et PBE Naukratios 1 ; su (...)
  • 77 Joseph de Thessalonique, Translation de reliques, c. 13, p. 58, l. 30 et suiv.

34La fin du récit évoque rapidement quelques éléments de la Vie de Joseph75. Pasteur de Thessalonique, il confessa sa foi et trouva la mort en Thessalie après avoir été exilé par l’empereur Théophile. Naucrace et Athanase76, qui organisèrent la translation des reliques des deux frères, n’ont trouvé, sur le lieu de sa mort, que peu d’ossements et les déposèrent dans le même cercueil que celui de son frère Théodore et son oncle Platon, dans le même monastère ; la translation des reliques eut donc lieu le même jour que celle de Théodore. Il n’est rien dit de son épiscopat, si ce n’est la mention de ses nombreuses œuvres en tant que métropolite, mais sans détail77. En réalité, la mention de Joseph dans le texte n’est qu’anecdotique, et c’est dans d’autres sources qu’on trouvera des éléments sur sa vie.

LÉON DE CATANE

  • viiie siècle (avant 787) ; fêté le 20 février. DOHD, p. 62-63 ; PMBZ I, Prolegomena, p. 123-124 ; PMBZ 4277 et PIB Leo41 (abs. PBE).

  • BHG 981-981e (voir aussi BHL 4838-4839) : Βίος καὶ πολιτεία τοῦ ὁσίου πατρὸς ἡµῶν Λέοντος ἐπισκόπου Κατάνης καὶ περὶ τῆς ἐπαοιδίας Ἡλιοδώρου ; éd. Acconcia-Longo, Leone di Catania, p. 80-98.

  • Auteur et commanditaire inconnus.

    • 78 Détails dans Acconcia-Longo, Leone di Catania, p. 76-79. Léon est figuré en vêtements épiscopaux à (...)

    Date de rédaction : v. 750-843. Plusieurs manuscrits contenant la Vie sont conservés, et l’éditrice de la Vie en utilise quatre78 : le plus ancien date des xe-xie siècles (Vat. gr. 1641, ff. 178r-182r), deux datent des xie-xiie siècles (Vat. gr. 866, ff. 4r ; Angel. gr. 108 (B2.2), ff. 177v-182r), le dernier de la première moitié du xiie siècle (Mess. gr. 63, ff. 270-277).

  • 79 A. Acconcia-Longo, « I vescovi nell’agiografia italo-greca : il contributo dell’agiografia alla sto (...)
  • 80 DA COSTA-LOUILLET, Saints de Sicile et d’Italie, p. 95 ; A. Kazhdan, « Hagiographical Notes (17-20) (...)
  • 81 Acconcia-Longo, Leone di Catania, spéc. p. 43-55.
  • 82 Références dans ibid., p. 3, n. 3.

35La Vie de Léon, évêque de Catane au viiie siècle, est exceptionnelle à plus d’un titre79. Elle est l’un des rares textes hagiographiques siciliens des viiie-ixe siècles que l’on possède, d’autant plus qu’elle « apparaît comme une Vie d’Héliodore tout autant que comme une Vie de S. Léon »80. Sur dix-huit chapitres (en excluant le prologue), la Vie en consacre douze au mage Héliodore contre seulement six à Léon, qui parvient difficilement à éliminer le mage satanique. La nature iconoclaste de la Vie de Léon a été démontrée par l’éditrice de la version brève de la Vie81. Léon, qu’il ait ou non vécu, n’est connu que par des sources hagiographiques82. La Vie rapporte les agissements et sortilèges d’Héliodore, qui font exception dans une littérature hagiographique dont les seuls éléments extraordinaires sont les miracles.

  • 83 Vie de Léon de Catane, c. 1, p. 8139, c. 9, p. 891-2, c. 11, p. 921.
  • 84 Da Costa-Louillet, Saints de Sicile et d’Italie, p. 90, n. 1, et p. 94-95.
  • 85 C’est Théodore (PMBZ 7579 et PBE Theodoros 70) qui signe les actes : Mansi XII, col. 994, 1031, 103 (...)

36L’une des difficultés majeures de ce texte est la datation de l’éventuelle Vie historique de Léon ; dans le prologue de la Vie, l’auteur mentionne les six conciles œcuméniques antérieurs au concile de Nicée de 787, et fait référence à deux reprises au règne des empereurs Léon et Constantin83. Il peut s’agir des empereurs Léon IV et Constantin VI, qui régnèrent ensemble entre 776 et 78084 et, en ce cas, Léon est titulaire du siège de Catane sous leur règne et meurt un 20 février dans les années 780 puisque son nom n’apparaît pas dans les actes de Nicée II85.

  • 86 Acconcia-Longo, Leone di Catania, p. 10-11 et p. 43-55.
  • 87 L’absence d’un évêque Léon de Catane dans les autres sources du viiie siècle n’est cependant pas un (...)
  • 88 Auzépy, Analyse littéraire, p. 64.

37Il peut également s’agir de Léon III et Constantin V, associé au trône de son père en 72086 ; cependant, A. Acconcia-Longo souligne qu’aucune source n’évoque un évêque Léon à Catane au viiie siècle ; aussi la Vie serait-elle légendaire87. La datation par le règne de Léon III et Constantin V est l’hypothèse la plus probable puisque, comme l’a montré l’éditrice, la Vie est un texte iconoclaste, la « Vie d’un anti-saint ou plutôt une anti-Vie de saint », selon M.-F. Auzépy88.

  • 89 Ibid., p. 66. Si l’auteur n’écrit pas en Sicile, il connaît néanmoins la ville (mention de l’éparqu (...)
  • 90 Ibid., p. 53-54.
  • 91 C’est ainsi le cas quand les habitants de Constantinople, après la victoire des Bulgares, implorent (...)
  • 92 Acconcia-Longo, Leone di Catania, p. 54-55. M.-F. Auzépy (Analyse littéraire, p. 67) place la rédac (...)
  • 93 Vie de Léon de Catane, c. 9, p. 891 et c. 11, p. 921 : « Οἱ θειότατοι ἡµῶν βασιλεῖς ».
  • 94 Alors même que la présence des évêques siciliens est importante à ce concile : Darrouzès, Listes de (...)

38L’auteur de la Vie, qui écrit peut-être à Catane89, s’inspire des thèses iconoclastes défendues à Hiéreia en 754 et reprises lors du synode de Constantinople de 81590, au moment même où la figure des premiers empereurs iconoclastes est célébrée face aux défaites que connaît l’Empire91. Aussi l’auteur a-t-il pu écrire dans le premier tiers du ixe siècle, comme le pense l’éditrice de la Vie92. Elle ne tient cependant pas compte du fait que l’auteur parle de « nos très pieux empereurs »93, ce qui suppose qu’il s’approprie une autre époque, célébrant ainsi la mémoire des premiers empereurs iconoclastes, ou au contraire qu’il est contemporain des événements qu’il rapporte : la Vie daterait alors de la première moitié du viiie siècle. Sans doute faut-il pencher pour une datation plus large pour la rédaction : elle pourrait être antérieure au concile de Nicée de 787 car l’auteur ne le mentionne pas94, ou à 843 si l’on considère que l’auteur, puisque Léon n’a pas participé au concile de Nicée, ne juge pas utile d’en parler dans son récit.

MANUEL D’HADRIANOUPOLIS (ANDRINOPLE)

  • viiie-ixe siècle ; fêté le 22 janvier ; PMBZ 4702 et PBE Manuel 2.

  • BHG 2245h ; Syn. Eccl. CP, col. 414-416 ; mentionné dans le Ménologe de Basile II (col. 276D-277A) et dans le Synodikon de l’Orthodoxie (app. X, p. 1161-3).

  • 95 Mentionné dans les actes de Nicée II : Mansi XII, col. 994 et 1094 ; XIII, col. 137, 365 et 384.
  • 96 Voir également Théophane Continué, V, 4, p. 216-217 ; Skylitzès, Synopsis, p. 117.

39Le grand intérêt de la notice consacrée à Manuel, métropolite d’Andrinople en Thrace aux viiie-ixe siècles95, est de le mentionner avec d’autres évêques ayant participé avec lui au concile de Nicée II ; surtout, Manuel fut fait prisonnier avec ses collègues et certains de leurs fidèles quand la ville d’Andrinople fut prise par les Bulgares. Le succès de Manuel et de ses collègues dans la conversion de certains Bulgares entraîna la colère du chef bulgare, qui ordonna leur martyre96.

MICHEL DE SYNADA

  • v. 755/760-23 mai 826 ; fêté le 23 mai ; PMBZ 5042 et PBE Michael 6.

  • BHG 2774x : Τῷ αὐτῷ µηνὶ ΚΓ’. Μνήµη τοῦ ὁσίουπατρὸς ἡµῶν καὶὁµολογητοῦ ΜΙΧΑΗΛ ἐπισκόπου Συννάδων ; éd. C. Doukakis, Μέγας Συναξαριστής, 5, Athènes, 1892, p. 411-422.

  • 97 Vie de Michel de Synada, p. 422, note : « Ἐκ τῶν χειρογράφων Ἁγ. Ὄρους. » Il s’agit du codex Athon. (...)

40La Vie de Michel, métropolite de Synada au tournant des viiie-ixe siècles, est une réécriture de la fin du xixe siècle d’après un original sur manuscrit conservé au mont Athos daté du xviiie siècle et non édité97. Le contenu de la notice du Grand Synaxaire est probablement fidèle au texte de la Vie dont il s’inspire, même si la langue et le vocabulaire employés sont ceux du grec de la fin du xixe siècle ; les similitudes, dans la composition de l’œuvre comme dans les qualités attribuées à Michel, sont trop importantes avec les autres Vies des ixe-xe siècles pour n’être que fortuites.

  • 98 La Vie ne mentionne pas la participation de Michel au concile de Nicée II, pourtant attestée dans l (...)

41La Vie comporte plusieurs informations sur son épiscopat : il partagea l’ascèse de Théophylacte de Nicomédie et fut consacré par Taraise98 ; il participa ensuite à diverses ambassades en Occident et dans le monde arabo-musulman. Exilé par Léon V, il meurt en 826. Pendant sa Vie et après sa mort, il réalisa plusieurs miracles. Malgré sa réécriture, l’intérêt de cette Vie est incontestable ; elle vient confirmer les données d’autres sources qui prouvent l’existence historique de Michel.

NICÉPHORE DE MILET

    • 99 Delehaye, Vita Sancti Nicephori, p. 131 et n. 14 : le jour de la mort du saint n’est pas mentionné (...)

    v. 913/937-v. 1000 ; peut-être fêté le 2 juin, jour de sa mort99. DOHD, p. 76 ; PMBZ II, Prolegomena, p. 73-74 ; notice complète à paraître dans la PMBZ II.

  • BHG 1338 : Βίος τοῦ ὁσίου πατρὸς ἡµῶν Νικηφόρου µοναχοῦ καὶ ἐπισκόπου Μιλήτου ; éd. Delehaye, Vita Sancti Nicephori, p. 133-161.

  • Auteur inconnu, mais qui a personnellement rencontré le saint et fournit des informations précises, parfois collectées auprès de témoins ; commanditaire inconnu.

  • Date de rédaction : peu après la mort du saint ; Vie conservée dans un manuscrit du xiie siècle (Paris. gr. 1181, ff. 197v-228v).

  • 100 Voir les analyses de P. Lemerle dans Humanisme, p. 243-246.

42Comme d’autres textes, la Vie de Nicéphore de Milet est décevante pour l’étude de l’épiscopat : bien qu’il ait été évêque de Milet pendant près de vingt ans, quelques lignes à peine y sont consacrées dans l’hagiographie, articulée essentiellement autour de la vocation monastique de Nicéphore sur le mont Latros après son épiscopat. En revanche, certaines informations historiques que fournit l’auteur sont particulièrement intéressantes, par exemple pour l’histoire de l’enseignement et de la culture au xe siècle100. Cas rare pour un évêque aux viiie-xie siècles, Nicéphore fut castré avant d’être envoyé étudier à Constantinople à l’âge de sept ans.

PIERRE D’ARGOS

  • v. 860-v. 930 ; fêté le 3 mai ; DOHD, p. 81-82 ; PMBZ 6072 (abs. PBE) ; PMBZ II, Prolegomena, p. 85-86 ; notice complète à paraître dans la PMBZ II.

  • BHG 1504 : Θεοδώρου ἐλαχίστου µητροπολίτου Νικαίας, εἰς τὸν ἐν ἁγίοις Πατέρα ἡµῶν καὶ Θαυµατουργὸν Πέτρον ἐπίσκοπον Ἄργους· ∆έσποτα, εὐλόγησον ; éd. et trad. gr. mod. Kyriakopoulos, Ἁγίου Πέτρου ἐπισκόπου Ἄργους βίος καὶ λόγοι, Athènes, 1976, p. 232­254 ; Syn. Eccl. CP, col. 649-652 et 652-654.

  • Auteur : Théodore, métropolite de Nicée ; commanditaire inconnu.

    • 101 La datation de la Vie vers 955-970 par S. Efthymiadis (Byzantine hagiographer, p. 80), nous semble (...)

    Date de rédaction : peu après la mort du saint, sans doute dans les années 930-940, quand Théodore est toujours métropolite de Nicée101 ; Vie conservée dans un manuscrit des xe-xie siècles de la Bibliothèque apostolique vaticane (Vat. Palatinus gr. 27, ff. 25v-31v) ; l’éditeur utilise également un manuscrit du xive siècle de la Bibliothèque nationale d’Athènes (Atheniensis, Biblioth. nation., 278, ff. 286r-294v).

  • 102 Voir supra, p. 457-458.

43Saint évêque d’Argos dans le premier tiers du xe siècle et auteur de plusieurs œuvres, dont l’éloge funèbre d’Athanase de Méthonè, Pierre est bien connu par une Vie dont l’identification de l’auteur, Théodore, n’a pas toujours été claire102. Lui-même originaire d’Argos, il a bien connu le saint dont il dit avoir été le disciple avant d’être promu à la métropole de Nicée. La Vie de Pierre est riche en informations sur la Vie provinciale et les fonctions d’un évêque, et fourmille de détails sur la famille de Pierre, ses origines, le destin de ses frères (dont Paul, promu à la métropole de Corinthe par Nicolas Mystikos) ou encore sur le terrible hiver 927-928 qui causa une famine dans le Péloponnèse et que le saint chercha à endiguer.

THÉOCLÈTE DE LACÉDÉMONE

    • 103 En 879, c’est Antoine qui signe les actes du concile (Mansi XVIIA, col. 376D).

    Mort peut-être avant 879103 ; fêté le 26 février ; DOHD, p. 103-104. Abs. des prosopographies.

  • BHG 2420 : Βίος καὶ πολιτεία καὶ µερικὴ θαυµάτων διήγησις τοῦ ἐν ἁγίοις πατρὸς ἡµῶν Θεοκλήτου ἐπισκόπου Λακεδαιµονίας· Εὐλόγησον, Πάτερ ; éd. BÉÈS, Théoclète, p. 27-53 ; éd. Sgouritsas, Θεόκλητος, p. 572-593 [éd. de référence].

  • Auteur inconnu, probablement un clerc de l’Église de Lacédémone ; commanditaire : Théodore (ou Théodoret), évêque de Lacédémone.

    • 104 Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 80.
    • 105 Béès, Théoclète, p. 13.

    Date de rédaction : sans doute bien postérieure à la mort du saint, l’auteur précisant que la mémoire de Théoclète n’est plus célébrée comme elle le mériterait par ses successeurs ; vers 960 selon S. Efthymiadis104 ; avant 1082-1083 selon N. A. Béès105. Vie conservée dans un unique manuscrit du xive siècle (Barber. gr. 585).

44Relativement pauvre en informations, la Vie de Théoclète n’a que peu d’intérêt : l’auteur se contente de poncifs hagiographiques classiques et reconnaît ne pas savoir grand-chose de la Vie de son héros, se contentant ainsi de rapporter un seul miracle post-mortem (la guérison d’une femme). Seules les quelques informations sur son culte – ou plutôt l’absence de culte après sa mort – ont donc un intérêt.

THÉOPHYLACTE DE NICOMÉDIE

45– v. 765-843/847 (845 ?) ; fêté le 8 mars. DOHD, p. 107-108; PMBZ I, Prolegomena, p. 79-80; PMBZ 8295 et PBE Theophylaktos 37.

46Vie par Théophylacte

  • BHG 2451 : Βίος καὶ πολιτεία τοῦ ὁσίου πατρὸς ἡµῶν Θεοφυλάκτου, ἀρχιεπισκόπου Νικοµηδείας ; éd. VOGT, Théophylacte, p. 71-82.

  • Auteur : Théophylacte, clerc de Nicomédie ; commanditaire inconnu ; peut-être Grégoire, deuxième successeur de Théophylacte.

    • 106 Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 79 ; il n’explique pas cette datation.

    Date de rédaction : entre 847 et le xiiie siècle (manuscrit de Lavra, D 84) ; vers 870 selon S. Efthymiadis106 ; avant le milieu du ixe siècle selon nous.

47Vie anonyme

  • BHG 2452 : Βίος καὶ πολιτεία τοῦ ὁσίου πατρὸς ἡµῶν καὶ ὁµολογητοῦ Θεοφυλάκτου, ἀρχιεπισκόπουΝικοµηδείας ; éd. et trad. fr. partielle Halkin, Hagiologie, p. 170-184.

  • Auteur et commanditaire inconnus.

    • 107 Ibid., p. 80, sans justification de la date donnée.

    Dates de rédaction : entre 847 et le xive siècle (manuscrit Patm. gr. 736) : vers 920 selon Efthymiadis107 ; entre le milieu du ixe et le xe siècle selon nous.

48La Vie de Théophylacte de Nicomédie nous est bien connue par deux Vies et la mention du saint dans de nombreuses sources. Confesseur du second iconoclasme, Théophylacte est resté célèbre pour avoir fondé dans sa métropole un important complexe hospitalier. La datation des Vies est en revanche moins assurée.

  • 108 Datation citée dans VOGT, Théophylacte, p. 67.
  • 109 Datation citée par Halkin en introduction à l’édition de la Vie anonyme, p. 170.
  • 110 Vie par Théophylacte, c. 8, p. 75. Sur la succession épiscopale, Fedalto, HEO, p. 95 ; Cheynet, Épo (...)
  • 111 Vogt, Théophylacte, p. 68.
  • 112 Ceci est d’autant plus vraisemblable que l’auteur, à la fin de la Vie, interpelle les « auditeurs » (...)

49La date des manuscrits permet de fixer un terminus ante quem pour la rédaction : le xiiie siècle pour la première Vie108, le xive siècle pour la seconde109. L’hagiographe Théophylacte mentionne par ailleurs le maintien des œuvres pieuses fondées par Théophylacte sous ses deux successeurs, Grégoire et Ignace110. Ce sont de maigres arguments pour permettre une datation précise mais on peut considérer que la datation proposée par S. Efthymiadis, vers 870, est trop tardive. En effet, si l’auteur ne mentionne que les deux successeurs de Théophylacte (c’est-à-dire sur une période courant de 815 à 850 environ), c’est probablement parce qu’il écrit à ce moment-là ou qu’il est mort avant la fin de l’épiscopat du second successeur ; s’il écrivait sous l’épiscopat d’un troisième ou quatrième successeur, il le préciserait, tout comme il préciserait si un évêque avait détruit, abandonné, remanié ou maintenu le complexe hospitalier. L’auteur écrirait ainsi avant le milieu du ixe siècle. L’idée de Vogt selon laquelle l’auteur aurait écrit lors du transfert du corps de Théophylacte vers Nicomédie (avant 847, puisque Méthode ordonne ce transfert) est intéressante et notre hypothèse la rejoint111 : la Vie a pu faire fonction d’éloge prononcé lors de ce transfert devant le peuple de la cité112.

  • 113 Introduction à l’édition de la Vie anonyme, p. 170.

50L’auteur du second texte dit s’être inspiré de la Vie par Théophylacte, soit après le milieu du ixe siècle ; comme le premier, il fut sûrement rédigé à Nicomédie. S. Efthymiadis ne justifie pas sa datation de la seconde Vie dans les années 920. Le seul élément qui pourrait expliquer ce choix est la nature du manuscrit qui contient la Vie qui, comme l’a noté Halkin, ne compte que des textes antérieurs à Syméon Métaphraste, c'est-à-dire à la fin du xe siècle113 ; la Vie anonyme fut donc rédigée entre le milieu du ixe et la fin du siècle suivant.

Notes

1 BHG 394-395 : Vie de Cosme de Maïouma et de Jean Damascène (BHG 394), éd. A. Papadopoulos-Kerameus, Ἀνάλεκτα Ἱεροσολυµιτικῆς Σταχυολογίας, 4, repr. Bruxelles, 1963, p. 271-302 ; DOHD, p. 53-54 ; PMBZ I Prolegomena, p. 90-91 ; PMBZ 4089 (abs. PBE); BHG 884 (Vie de Jean Damascène); sur Cosme, voir A. Kazhdan, S. Gero, Kosmas of Jerusalem, et A. KAZHDAN, « Kosmas of Jerusalem: can we speak of his political View? », Le Muséon 103, 1990, p. 329-346.

2 BHG 1744 : Vie de Théodore d’Édesse, éd. I. Pomjalovskij, Zitie ize vo sv. otca nasego Feodora archiepiskopa Edesskogo, Saint-Pétersbourg, 1892, p. 1-120 ; voir DOHD, p. 98-99 ; PMBZ I Prolegomena, p. 128-129 ; PMBZ 7683 (abs. PBE). Sur la Vie, J. Gouillard, « Supercheries et méprises littéraires : l’œuvre de saint Théodore d’Édesse », REB 5, 1947, p. 137-157, sur le caractère légendaire du texte ; A. Abel, « La portée apologétique de la "Vie" de St. Théodore d’Édesse », Bsl 10, 1949, p. 229-240 ; A. Vasiliev, « The Life of the Saint Theodore of Edessa », Byz. 16, 1942, p. 165-225. La Vie aurait été rédigée par Basile, évêque d’Émèse au xe siècle (Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 80).

3 Renvoi à la DOHD (ou, à défaut, à l’ODB) et aux notices de la PMBZ et de la PBE.

4 Sur la question des auteurs et des commanditaires, voir supra, p. 456-464.

5 Plus vraisemblablement 843 : Talbot, Theodora, p. 179, n. 98.

6 EAD., Essere donna, p. 64 ; EAD., Theodora, p. 161 ; Delierneux, Sainteté féminine, p. 59.

7 Sur l’auteur, ibid., p. 25-26.

8 Follieri, Santi di Metone, p. 402. D’après la BHG, Athanase serait fêté le 10 décembre.

9 Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 80.

10 Certains auteurs, à juste titre sans doute, préfèrent ne pas se prononcer (D. Constantelos, « Lives of saints, ethical teachings and social realities in tenth-century Byzantine Peloponnesos », GOTR 30, 1985, p. 302).

11 Follieri, Santi di Metone, p. 401 et 432-433.

12 Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 80.

13 Voir supra, p. 463.

14 Analyse détaillée de cette mission supra, p. 314-315.

15 Bozoyan, Étienne de Sougdaia, p. 91-92.

16 Ivanov, Stefan of Surozh, p. 111.

17 La valeur historique des Vies slavonne et arménienne semble plus grande que celle de la Vie grecque ; la Vie arménienne, par exemple, apporte « une plus grande certitude sur quelques toponymes et anthroponymes » (Bozoyan, Étienne de Sougdaia, p. 92), permettant de mieux connaître l’histoire criméenne et russe. Quant à la Vie slavonne, sa composition et son contenu sont proches de la Vie arménienne, notamment pour les récits des miracles. Si les deux Vies reposent sur un archétype grec commun dont une partie pourrait dater du règne de Constantin V, il n’y a pas lieu, semble-t-il, de douter de l’historicité du récit. Les trois Vies sont donc complémentaires.

18 Il s’agit d’Irène, l’épouse de Constantin V ; voir supra, p. 341-343.

19 Il s’agit bien de Léon III pour deux raisons : Étienne fut consacré par le patriarche Germain d’une part ; d’autre part, la femme nommée Irène est l’épouse de Constantin V.

20 PMBZ 1437 et PBE Eirene 3 ; Ševčenko, Hagiography, p. 114.

21 Vie arménienne d’Étienne de Sougdaïa, p. 104. La symétrie entre la Vie pré-épiscopale d’Étienne et la durée de sa fonction est notable ; est-ce le signe que la Vie n’a pas de valeur historique réelle et qu’il s’agit d’une simple construction rhétorique ? Nous n’en savons rien.

22 O. Pritsak (« At the dawn of Christianity in Rus’ : East meets West », dans Proceedings of the International Congress Commemorating the Millenium of Christianity in Rus’-Ukraine, Cambridge, 1988/1989 [Harvard Ukrainian Studies 12/13], p. 87-113, spéc. p. 96-97) date la Vie d’Étienne de 698-787/790 ; nous ne croyons pas à cette date pour la mort d’Étienne, notamment parce qu’il ne cite pas la Vie arménienne d’Étienne qui peut constituer un élément de comparaison ; il date par ailleurs le manuscrit de la Vie grecque des xive-xve siècles, sans aucune argumentation. De son côté, F. Caraffa (« Stefano, vescovo di Surož, santo », BS 12, 1969, col. 16), pense qu’Étienne fut exilé sous le règne de Léon V ; nous pensons au contraire qu’il faut faire remonter la Vie d’Étienne au viiie siècle.

23 Mansi XII, col. 1095 ; Darrouzès, Listes de Nicée II, liste B, 56e rang (2e session du concile) ; LAMBERZ, Bischofslisten, p. 46 ; voir Da Costa-Louillet, Invasions russes, p. 244.

24 Syn. Eccl. CP, col. 264 l. 1-4 ; dans cette brève notice, il n’est pas fait mention d’une quelconque fonction épiscopale, ce qui pourrait ne pas correspondre à la Vie de notre saint ; on trouve une notice similaire dans le ménologe de Basile II (voir Da Costa-Louillet, Invasions russes, p. 243).

25 Gouillard, Euthyme de Sardes, p. 3 et n. 17.

26 La notice de la PBE est inutile car elle ne mentionne pas la Vie du saint et évoque uniquement le rôle de Georges dans le transfert du corps de Jean de Gotthie vers Parthénitai.

27 Vie rédigée avant 829 selon S. Efthymiadis (Byzantine hagiographer, p. 78).

28 Markopoulos, Georges d’Amastris, p. 79 et suiv.

29 Ibid. ; opinion déjà émise par H. Ahrweiler dans « Les relations entre les Byzantins et les Russes au ixe siècle », Bulletin d’information et de coordination 5, 1971, p. 55 et suiv.

30 Treadgold, Contacts with the Rus’, p. 143.

31 Ševčenko, Hagiography, p. 121.

32 Auzépy, Analyse littéraire, p. 58-62 ; voir les réticences d’A. Acconcia-Longo (« A proposito di un articulo recente sull’agiografa iconoclasta », RSBN 29, 1992, p. 3-17), en particulier à propos des miracles et de la différenciation qui s’opère, les concernant, entre iconoclastes et iconodoules et, surtout, sur la nature même du genre hagiographique.

33 On objectera à M.-F. Auzépy la « collectivité » du miracle concernant l’eucharistie (Vie de Georges d’Amastris, c. 32, p. 50-52) ainsi que l’idée du rétablissement d’un « équilibre social et naturel » (Analyse littéraire, p. 60) dans le cas de ce miracle : il faut sans doute nuancer le propos puisque seule la femme de Trébizonde semble en bénéficier. Par ailleurs, ce miracle (relativement rare dans l’hagiographie) a été analysé par I. Ševčenko (Hagiography, p. 121, n. 59) comme un miracle iconoclaste, car venant de Dieu par l’intermédiaire de Georges et non du saint lui-même ; cela peut pourtant paraître étrange, dans la mesure où le miracle est toujours œuvre divine, le saint n’étant qu’un simple intermédiaire.

34 Auzépy, Analyse littéraire, p. 60-61.

35 Ibid., p. 58-59.

36 Vie de Georges d’Amastris, c. 43-46, p. 66-71.

37 Treadgold, Contacts with the Rus’, p. 143.

38 Vasilievskij, l’éditeur du texte, a attribué la paternité du texte à Ignace par une étude comparée des Vies des patriarches Taraise et Nicéphore avec la Vie de Georges. I. Ševčenko confirme cette analyse (Hagiography, p. 121-126), tout en précisant, contrairement à Vasilievskij, qu’il s’agit d’une Vie iconoclaste et non iconodoule.

39 Da Costa-Louillet, Saints de CP, p. 480 ; Wolska-Conus, Ignace, spéc. p. 342-351.

40 Markopoulos, Georges d’Amastris, p. 79 et suiv.

41 Sur l’attaque de 860, voir A. Vasiliev, The Russian Attack on Constantinople in 860, Cambridge, 1946, et en dernier lieu Zuckerman, Ancien État russe, p. 102-104.

42 PMBZ 1248 et PBE David 13 ; PMBZ 7178 et PBE Symeon 13 ; Efthymiadis, Theodore the Studite, p. 151-155, fait de Syméon l’un des correspondants probables de Théodore Stoudite.

43 Seule la tradition fait que l’on considère les trois hommes comme frères : ils seraient, d’après la Vie, tous les trois nés d’une même mère, ce qui relève de la prouesse biologique quand on sait que, selon la chronologie du texte, Georges serait né une cinquantaine d’années après David.

44 Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 143-147.

45 Le mot est de F. Halkin (Ménologe de Patmos, p. 23) ; voir ID., Trois saints Georges de Mytilène, p. 467.

46 Ševčenko, Hagiography, p. 117-118 : il cite en exemple le cas du monastère de la Vierge Péribleptos (Vie de David, Syméon et Georges, c. 27, p. 244), qui n’a été construit qu’au xie siècle ; Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 212-213, n. 347.

47 Ibid., p. 146, n. 13 ; la Vie mentionne ainsi le nom du bourreau d’Euthyme de Sardes, le patrice Cosme (c. 22, p. 238 ; illustration du martyre d’Euthyme dans le manuscrit de Skylitzès : Madrid, Bibl. nat., Vitr. 26.2, f. 28v, registre inférieur ; Tsamakda, Illustrated Chronicle, fig. 55) ; Méthode mentionne la présence de trois fonctionnaires sans donner leur prénom ni leur dignité (Vie d’Euthyme de Sardes, c. 18, p. 45-47).

48 Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 147.

49 En 863, Pétronas (PMBZ 5929 et PBE Petronas 5) est victorieux des Arabes (Vie de David, Syméon et Georges, c. 31, p. 252) ; en 865, le césar Bardas est assassiné (PMBZ 791 et PBE Bardas 5) ; Georges avait prophétisé la mort de Bardas dans cette charge (ibid.). Cela contredit l’opinion avancée par A. Kazhdan (« Hagiographical Notes [5-8] », Byz. 54, 1984, p. 176-192, ici p. 185-188), qui place la rédaction entre 863 et 865, s’opposant ainsi aux arguments de I. Ševčenko sur la langue ou les bâtiments mentionnés dans le texte ; la date de 863-865 doit donc être considérée, selon nous, comme le terminus post quem de rédaction de la Vie.

50 Par commodité, nous distinguons Georges de Lesbos (frère de David et Syméon) et Georges de Mytilène présenté ici ; le siège occupé par les deux hommes fut le même, mais les titres des deux Vies ne le nomment pas de la même façon ; cette différence commode facilite la compréhension du texte et la distinction entre les deux hommes.

51 La notice de la PBE assimile, à juste titre selon nous, ce personnage à l’évêque Georges de Mytilène évoqué dans la Vie de David, Syméon et Georges au c. 10 ; voir ci-dessous.

52 Ménologe du 7 avril : Halkin, Ménologe de Patmos, p. 22-23 ; pour S. Efthymiadis (Byzantine hagiographer, p. 79), le texte date des années 900.

53 Lackner, Gestalt des Heiligen, p. 524.

54 Vie de Georges de Mytilène, c. 6, p. 36-38.

55 Ibid., c. 4, p. 35 : « Il fut désigné évêque de cette île, et ne le voulant pas, il accepta finalement l’épiscopat. Recevant contre son gré la dignité épiscopale, il ne changea pas le canon de sa conduite monastique, mais lutta dans son épiscopat comme au monastère pour être en toutes choses agréable à Dieu, par des jeûnes, des prières, un corps très saint et un cœur très pur, purifiant sans cesse sa raison, élevant tout à son plus haut point pour la connaissance de Dieu » (« χειροτονεῖται ἐπίσκοπος τῆς αὐτῆς νήσου, καὶ µὴ βουλόµενος, τοῦ ἐπισκόποου τελευτήσαντος. Καὶ οὕτως τὴν ἀρχιερωσύνην ἀκουσίως δεξάµενος, τὸν κανόνα τῆς µοναχικῆς πολιτείας οὐκ ἐννήλαξεν, ἀλλ’ ἐν τῷ ἐπισκοπείῳ ὡς ἐν τῷ µοναστηρίῳ ἠγωνίζετω πᾶσι τρόποις εὐαρεστεῖν τῷ Θεῷ, ἔν τε νηστείαις καὶ προσευχαῖς καὶ ἁγιότητι σώµατος καὶ καρδίας καθαρότητι, λογισµοὺς ἀεὶ καθαιρῶν καὶ πᾶν ὕψωµα ἐπαιρόµενον κατὰ τῆς γνώσεως τοῦ Θεοῦ »).

56 Vie de David, Syméon et Georges, c. 10, p. 220.

57 Halkin, Trois saints Georges de Mytilène, p. 464.

58 La première hypothèse est celle de F. Halkin et de A. Kazhdan (« Hagiographical Notes [5-8] », op. cit., p. 186) ; la seconde de I. M. Phountoulès.

59 Phountoulès, Γεώργιοιἀρχιεπίσκοποι Μυτιλήνης, p. 20-29.

60 Vie de David, Syméon et Georges, c. 10, p. 220.

61 Ibid., c. 15, p. 227 ; détails dans Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 165-166, n. 119 et p. 179, n. 188.

62 Vie de David, Syméon et Georges, c. 10, 15 et 16.

63 Il s’agit de Chersonèse dans la Vie des frères de Lesbos et d’une île, peut-être dans la Propontide, d’après la Vie de Georges de Mytilène (Abrahamse, Domingo-Forasté, David, Symeon and George, p. 179, n. 188).

64 Il fut évêque pendant neuf ans : Vie de Georges de Mytilène, c. 5, p. 35-36.

65 Vie de David, Syméon et Georges, c. 15, p. 227-229.

66 La Vie des trois frères n’évoque pas la date de déposition de Léon ; dès lors, il pourrait être resté en poste jusqu’en 843.

67 Auzépy, Jean de Gothie, p. 69 et n. 3 ; supra, p. 461-462.

68 Dont sa signature, conservée dans les actes de Nicée II : Mansi XIII, col. 137B.

69 Ševčenko, Hagiography, p. 115. Sur cette Vie, voir l’analyse détaillée de G. L. Huxley, « On the Vita of St. John of Gotthia », GRBS 19, 1978, p. 161-169.

70 Voir par exemple le récit géorgien du martyre d’Abo de Tiflis, qui mentionne aussi l’avancée des Khazars : P. Peeters, « Les Khazars dans la Passion de s. Abo de Tiflis », Anal. Boll. 52, 1934, p. 39-43, spéc. 37-43. Sur Abo, voir Martin-Hisard, Monde géorgien, p. 560, n. 69 : « Arabe originaire de Bagdad, le parfumeur Abo était entré au service d’un prince géorgien captif ; il le suivit au Kartli après sa libération et se convertit au christianisme. Il accompagna son maître dans des tribulations qui le menèrent chez les Khazars et en Apkhazeti. Revenu à Tbilissi et proclamant ouvertement sa foi, il fut arrêté et décapité le 6 janvier 786. Son Martyre fut écrit peu après sa mort à la demande du catholicos Samuel. »

71 Comme l’écrit N. A. Alekséenko, « les Goths ont sans doute dû reconnaître la souveraineté des Khazars qui dominaient [au viiie siècle] la Crimée. Cependant, l’installation d’une garnison khazare à Doros dans les années 780 [mentionnée par la Vie de Jean] a provoqué une rébellion du "maître de Gothie et de ses chefs", à laquelle l’évêque de Gothie Jean a pris une part active. La rébellion a été vite écrasée, mais le Khagan a épargné la Vie du "maître de Gothie" aussi bien que celle de l’évêque » (Tourmarque, p. 273).

72 N. Oikonomidès, « Le "système" administratif byzantin en Crimée (ixe-xe siècles) », dans Materialy po arheologii istorii i etnografi Tavrij, éd. A. I. Ajbabin, V. N. Zinko, Simferopol, 2000, p. 318-323, ici p. 318.

73 Reconstitution des événements dans Auzépy, Gothie et Crimée, p. 329, et EAD., Jean de Gothie, p. 74-75.

74 La brève mention dans le Synaxaire pourrait être le résumé d’une courte Vie.

75 Joseph de Thessalonique, Translation de reliques, c. 13-14, p. 58-60.

76 Sur Naucrace, successeur de Théodore à la tête de Stoudios, voir PMBZ 5230 et PBE Naukratios 1 ; sur Athanase, autre moine de Stoudios : PMBZ 675 et PBE Athanasios 8.

77 Joseph de Thessalonique, Translation de reliques, c. 13, p. 58, l. 30 et suiv.

78 Détails dans Acconcia-Longo, Leone di Catania, p. 76-79. Léon est figuré en vêtements épiscopaux à Saint-Luc en Phocide (Chatzidakis, ὍσιοςΛούκας, fig. no 6, p. 17).

79 A. Acconcia-Longo, « I vescovi nell’agiografia italo-greca : il contributo dell’agiografia alla storia delle diocesi italogreche », dans Italie byzantine, p. 127-153, ici p. 134, repr. de EAD., « Il contributo dell’agiografia alla storia delle diocesi italogreche », dans Ricerche di agiografia italogreca, Rome, 2003 (Testi e Studi Bizantino-Neoellenici 13), p. 179-208. Sur l’évêché de Catane, voir Prigent, Sicile, vol. 1, p. 30-35.

80 DA COSTA-LOUILLET, Saints de Sicile et d’Italie, p. 95 ; A. Kazhdan, « Hagiographical Notes (17-20) », Erytheia 9, 2, 1988, p. 197-209, ici p. 205-208. Sur le mage Héliodore : PMBZ 2551 et PIB Heliodorus 2 (abs. PBE).

81 Acconcia-Longo, Leone di Catania, spéc. p. 43-55.

82 Références dans ibid., p. 3, n. 3.

83 Vie de Léon de Catane, c. 1, p. 8139, c. 9, p. 891-2, c. 11, p. 921.

84 Da Costa-Louillet, Saints de Sicile et d’Italie, p. 90, n. 1, et p. 94-95.

85 C’est Théodore (PMBZ 7579 et PBE Theodoros 70) qui signe les actes : Mansi XII, col. 994, 1031, 1038, 1076, 1094, 1115, 1151 ; Mansi XIII, col. 20, 79, 139, 171, 187, 365, 384.

86 Acconcia-Longo, Leone di Catania, p. 10-11 et p. 43-55.

87 L’absence d’un évêque Léon de Catane dans les autres sources du viiie siècle n’est cependant pas un argument suffisant pour attester le caractère légendaire du personnage.

88 Auzépy, Analyse littéraire, p. 64.

89 Ibid., p. 66. Si l’auteur n’écrit pas en Sicile, il connaît néanmoins la ville (mention de l’éparque, de l’hippodrome ou encore des thermes) et les villes côtières d’Italie méridionale (Acconcia-Longo, Leone di Catania, p. 36 et suiv.).

90 Ibid., p. 53-54.

91 C’est ainsi le cas quand les habitants de Constantinople, après la victoire des Bulgares, implorent sur sa tombe Constantin V de venir les sauver (Théophane, Chronographie, p. 496 et suiv.).

92 Acconcia-Longo, Leone di Catania, p. 54-55. M.-F. Auzépy (Analyse littéraire, p. 67) place la rédaction entre 730 et 843.

93 Vie de Léon de Catane, c. 9, p. 891 et c. 11, p. 921 : « Οἱ θειότατοι ἡµῶν βασιλεῖς ».

94 Alors même que la présence des évêques siciliens est importante à ce concile : Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 22 et suiv. ; Grumel-Darrouzès, Regestes, no 365.

95 Mentionné dans les actes de Nicée II : Mansi XII, col. 994 et 1094 ; XIII, col. 137, 365 et 384.

96 Voir également Théophane Continué, V, 4, p. 216-217 ; Skylitzès, Synopsis, p. 117.

97 Vie de Michel de Synada, p. 422, note : « Ἐκ τῶν χειρογράφων Ἁγ. Ὄρους. » Il s’agit du codex Athon. Cutlumus. 93 (634), de 1723, ff. 37-81 (BHG2274x). D’après le catalogue de Sp. Lambros (Catalogue of the Greek Manuscripts on Mount Athos, vol. 1, Cambridge, 1895, p. 108, notice 1184.150), un manuscrit recopié au xixe siècle se trouverait au monastère du Pantocratôr. Cette Vie repose sur un texte plus ancien, puisqu’une notice est consacrée à la confession de Michel le 23 mai dans le Synaxaire de Constantinople, dont les plus anciens manuscrits datent du xe siècle (Syn. Eccl. CP, col. 703-704).

98 La Vie ne mentionne pas la participation de Michel au concile de Nicée II, pourtant attestée dans les actes : Mansi XII, col. 994, 1091 et 1151 ; Mansi XIII, col. 137, 189 et 365.

99 Delehaye, Vita Sancti Nicephori, p. 131 et n. 14 : le jour de la mort du saint n’est pas mentionné dans sa Vie (c. 29, p. 160), mais une note marginale sur le manuscrit l’indique.

100 Voir les analyses de P. Lemerle dans Humanisme, p. 243-246.

101 La datation de la Vie vers 955-970 par S. Efthymiadis (Byzantine hagiographer, p. 80), nous semble trop tardive : Théodore, devenu chartophylax, écrit à Constantin VII, mort en 959, plusieurs lettres dans lesquelles il évoque cette fonction, qu’il occupa après celle de métropolite ; c’est comme métropolite qu’il écrivit la Vie si l’on en croit le titre. Ce n’est pourtant pas assuré : il a pu inscrire son titre de métropolite après avoir quitté son poste, plus prestigieux sans doute que celui de chartophylax pour l’auteur d’une Vie épiscopale.

102 Voir supra, p. 457-458.

103 En 879, c’est Antoine qui signe les actes du concile (Mansi XVIIA, col. 376D).

104 Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 80.

105 Béès, Théoclète, p. 13.

106 Efthymiadis, Byzantine hagiographer, p. 79 ; il n’explique pas cette datation.

107 Ibid., p. 80, sans justification de la date donnée.

108 Datation citée dans VOGT, Théophylacte, p. 67.

109 Datation citée par Halkin en introduction à l’édition de la Vie anonyme, p. 170.

110 Vie par Théophylacte, c. 8, p. 75. Sur la succession épiscopale, Fedalto, HEO, p. 95 ; Cheynet, Époque byzantine, p. 341.

111 Vogt, Théophylacte, p. 68.

112 Ceci est d’autant plus vraisemblable que l’auteur, à la fin de la Vie, interpelle les « auditeurs » de son « discours » (Vie par Théophylacte, c. 19, p. 82), ce qui n’est pas incompatible avec l’hypothèse d’un éloge prononcé devant un public (supra, p. 459 n. 245).

113 Introduction à l’édition de la Vie anonyme, p. 170.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1968/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 284k

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540