Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évêques, pouvoir et société à Byzance (viiie-xie siècle)

 | 
Benjamin Moulet

Première partie. Évêques, communauté et territoire : géographie épiscopale, société provinciale et rapport à l’autorité

Chapitre I. Hiérarchie ecclésiastique et maillage du territoire

Texte intégral

  • 1 Brandes, Byzantines cities, p. 41-44.
  • 2 H. Ahrweiler, « Les problèmes de la géographie historique byzantine », dans Proceedings of the XII (...)
  • 3 Concile in Trullo, canon 38, COD, p. 256.
  • 4 L’empereur pouvait également créer de nouveaux sièges : concile de Chalcédoine, canon 17, COD, p.  (...)

1Dans l’une de ses études consacrées aux villes byzantines, W. Brandes considère qu’établir des cartes de répartition des villes d’après les notices épiscopales ou les listes de signatures des conciles n’a qu’un intérêt limité pour l’étude des villes elles-mêmes1 ; certes, pour certains sièges, nous ignorons leur localisation exacte. La reconstitution de la hiérarchie des sièges ecclésiastiques – et donc leur localisation – nous apparaît pourtant fondamentale. L’essentiel de la hiérarchie repose sur l’armature urbaine léguée par le Bas-Empire et la haute époque byzantine, parallèlement aux découpages civil et militaire2, tous ces découpages évoluant et se maintenant à l’époque mésobyzantine. On considère en effet, à la fin du viie siècle lors du concile in Trullo, qu’un siège épiscopal est d’abord une ville, même de taille modeste, et que toute nouvelle ville fondée par un empereur doit être promue au rang d’évêché3 – le découpage des diocèses comme la promotion des sièges épiscopaux étant des prérogatives impériales4.

Autour des notitiae épiscopales

  • 5 J. Darrouzès, « Listes synodales et notitiae », REB 28, 1970, p. 57-96, et Notitiae, p. IX-XII.
  • 6 Le caractère administratif de ces documents est confirmé par la nécessité de les déposer dans les (...)

2C’est à la lecture des notices épiscopales que l’on peut approcher l’évolution et la répartition des sièges épiscopaux dans l’Empire. Elles n’ont pourtant pas pour vocation première d’être des sources de la géographie ecclésiastique, mais d’être le reflet de l’organisation hiérarchique de l’Église. Les notitiae, qui apportent des informations brutes5, sont des listes administratives6 énumérant les sièges épiscopaux selon leur répartition hiérarchique. Jean Darrouzès a eu le mérite – et le courage – de se confronter à ces sources brutes et arides ; les tris opérés mériteraient probablement une relecture complète tant les difficultés sont nombreuses, en particulier l’identification des sièges et la datation des notices.

Identification et classement des données

  • 7 G. I. Konidarès, Αἱ Μητροπόλεις καὶ ἀρχιεπισκοπαὶ τοῦ Οἰκουμενικοῦ Πατριαρχείου καὶ ἡ « Τάξις » αὐ (...)

3Complète, une notice épiscopale énumère tous les sièges de l’Empire selon leur répartition hiérarchique en trois listes, après l’éventuelle mention des patriarcats : les métropoles, les archevêchés autocéphales et les évêchés suffragants de chaque métropole regroupés par éparchie7. La plus ancienne notice conservée est celle du Pseudo-Épiphane, probablement compilée sous le règne d’Héraclius au début du viie siècle. Sur la vingtaine de notices conservées, la plupart datent des viiie-xiie siècles.

  • 8 On trouvera, sur la couverture de l’édition des notices, une reproduction des premières lignes de (...)
  • 9 Ces numéros sont repris dans l’édition de J. Darrouzès quand ils apparaissent dans les manuscrits. (...)
  • 10 Notitia 7112, 99 et 108.
  • 11 Notitia 7158 et 1053.
  • 12 Bondoux, Villes, p. 384-386.
  • 13 Notitia 1172, 2192, 3227, 4182, 7220, 9118, 13130 et 2047.
  • 14 Voir la Vie de Nicétas de Mèdikion, c. 48, p. XXVII, et Kaplan, Évêque, p. 195 et n. 54-55 : il s’ (...)
  • 15 Cette dernière apparaît dans plusieurs notices (Notitia 2191, 3334, 4246, 7311 [confusion avec Plo (...)

4Ces textes prennent la forme de listes en colonnes8, selon une mise en page qui a pu entraîner diverses erreurs. Les sièges comportent le plus souvent un numéro d’ordre qui permet de les classer9. Toutes les notices ne sont cependant pas complètes et les confusions des manuscrits ne permettent pas toujours de donner un nom précis à un siège. Certains en eurent plusieurs successifs. En Cappadoce, Ariaratheia (ou Aratheia) est aussi nommé Kasa10 ; en Thrace, le siège d’Héxamilion est également connu sous le nom de Chersonèse11. En Bithynie, la cité de Brousse12 a porté plusieurs noms, comme Prousa et Théoupolis13 ; la ville a également pu être confondue avec Plousias14 ou Prousias en Honoriade15 ; on imagine ici les erreurs possibles pour les scribes des notices, peu au fait des réalités de régions qu’ils ne connaissent pas nécessairement.

  • 16 A. Diller, « Lists of old and new geographical names », BZ 63, 1970, p. 29-34.
  • 17 La sigillographie apporte souvent, ici et là, une confirmation du statut ou du nom d’un évêché men (...)

5Au xiie siècle apparaissent des listes de villes ayant changé de nom, notamment depuis le De Thematibus de Constantin viie au xe siècle16 ; mais la comparaison n’est pas toujours aisée pour identifier tel ou tel siège. Cette difficulté s’accentue quand on sait que plusieurs sièges eurent le même nom, comme Héraclée – en Thrace, Macédoine, Honoriade et Carie –, ce qui empêche par exemple d’attribuer avec certitude un sceau à son titulaire17.

  • 18 Sur les créations d’évêchés, voir Darrouzès, Remarques.
  • 19 On trouve en effet au concile de 879 un évêque pour chacune des deux cités (Mansi XVIIA, col. 377C (...)
  • 20 Notitia 7490.
  • 21 Traité des transferts, p. 159-160 = Dölger, Regesten, no 1581a et no 1666e ; voir Kleinchroniken, (...)
  • 22 Notitia 2152.

6Une autre difficulté tient au statut de la cité : beaucoup de villes furent promues évêchés avant de retomber dans l’anonymat en disparaissant des notices18. Certains sièges devinrent un temps métropoles pour des raisons qui nous échappent mais qui semblent être le plus souvent liées aux rapports entretenus entre le titulaire du siège et le patriarche ou l’empereur. L’évêché d’Argos-Nauplie (Péloponnèse) est un bon exemple de ces nombreuses variations de statut. Le siège est unique jusqu’au ixe siècle ; Nauplie accède au rang épiscopal dans la seconde moitié du siècle, probablement sous l’influence d’Ignace19, peut-être pour rivaliser avec l’évêché d’Argos, qui aurait alors été aux mains d’un évêque phôtien. Au xe siècle, le siège est à nouveau unique, comme le montre notamment la notice 720. À la fin du xiiesiècle, l’évêque d’Argos devient métropolite21 ; ce n’est qu’au xvie siècle que les deux cités apparaissent ensemble dans les notices22.

7La précieuse édition qu’a donnée J. Darrouzès des notices épiscopales ne doit pas donner à l’historien l’illusion de textes complets et sûrs qu’aurait eus en sa possession le patriarcat. La cohérence qui apparaît dans la présentation des listes et le classement des sièges dans l’édition doit être en partie remise en cause pour mieux comprendre ces textes. Se pose alors la double question de leur caractère officiel et du contexte de leur réalisation.

  • 23 Notitia 7, p. 270 = Grumel-Darrouzès, Regestes, no 598.

8Seule la notice promulguée par Nicolas Mystikos (Notitia 7) fut un document officiel réalisé au patriarcat. Cela répondait au besoin de l’Église d’avoir une classification ordonnée et à jour de la hiérarchie ecclésiastique ; le patriarche lui-même semble être au fait des difficultés que de tels documents non à jour pouvaient entraîner23. Les autres notices épiscopales sont pour la plupart des copies privées, sans doute réalisées à la demande d’un archevêque ou d’un métropolite lors de l’accession à son siège afin de connaître sa place dans la hiérarchie. Cela expliquerait peut-être l’absence dans les notices 5, 8 et 11 de la liste des évêchés suffragants qui n’intéressait sans doute pas les archevêques. À l’inverse, les notices 9 et 10 ne comptent que la hiérarchie des évêchés : ces textes seraient alors des compléments aux notices précédentes, sans avoir été pour autant réalisés simultanément.

  • 24 C’est le cas au xie siècle quand ces métropolites devinrent syncelles (infra, p. 323-324).
  • 25 Elle fut promulguée peu après le Klètorologion de Philothée, qui avait souhaité composer un autre (...)

9Ces différences de composition des notices expliqueraient aussi les problèmes de cohérence interne de certaines notices ; il faut dès lors privilégier chaque liste et non la notice dans son ensemble, dont une partie seulement peut avoir été mise à jour. Cela viendrait ainsi confirmer la tendance conservatrice générale de la plupart de ces textes. Nicolas Mystikos le reconnaît en dénonçant des conflits de préséance entre les tenants des sièges, ce dont on trouve effectivement trace dans les sources24. La réalisation de la notice 7 répondait donc à un besoin tout en s’inscrivant dans un contexte de clarification globale des préséances25.

  • 26 Darrouzès, Notitiae, p. XII.

10Sans prétendre ici reprendre dans son intégralité le dossier des notices épiscopales, nous voudrions les étudier sous deux aspects : la reconstitution de l’évolution de la hiérarchie des sièges d’une part, leur localisation d’autre part afin de tenter d’apprécier le maillage du territoire par les institutions ecclésiastiques. Pour cela, nous avons réalisé ce que J. Darrouzès décrivait à propos de son édition, un « instrument même imparfait »26 qui, espérons-nous, pourra aider à comprendre l’évolution de la hiérarchie ecclésiastique et à rendre la lecture des notices épiscopales moins difficile.

  • 27 Voir en annexe les tableaux de la taxis des métropoles, éparchies et archevêchés.
  • 28 La plus ancienne notice, rangée sous le numéro 1 dans l’édition de J. Darrouzès et datée du viie s (...)

11Sous forme de tableaux, nous avons reconstitué la liste des éparchies et celle des archevêchés connus par les notices des viiie-xie siècles27 ; ces tableaux font apparaître la préséance des sièges les uns par rapport aux autres avec les différentes variations enregistrées par les textes. Toutes les modifications sont enregistrées d’après la taxis établie par la notice 2 au viiie siècle28. Les cités dont le statut ecclésiastique a été modifié (rétrogradation ou érection en un statut supérieur) apparaissent lorsqu’une notice enregistre ce changement. Les sièges absents des listes mais connus par d’autres sources ne sont pas repris dans ces tableaux : nous avons cherché à dresser une comparaison classée et ordonnée des notices épiscopales pour repérer l’évolution des sièges de la hiérarchie.

  • 29 Darrouzès, Notitiae, p. 84.

12Ces notices ne peuvent être considérées comme des documents sûrs. Dans son étude, J. Darrouzès avait adopté une démarche « administrative » en essayant de reconstituer des listes les plus complètes possibles, tel un éditeur reconstituant l’archétype d’un texte. Cette méthodologie a entraîné des choix contestables : ce qu’il signale souvent comme étant une erreur de copie pour expliquer une différence d’une liste à l’autre n’en était pas nécessairement une. Il faut donc, sur son modèle, à la fois étudier les notices pour elles-mêmes mais aussi les confronter à d’autres sources pour tenter, par des apports ponctuels, de confirmer ou d’infirmer les informations contenues dans les notices, et parfois d’expliquer les variations de position des sièges dans la hiérarchie. Les listes doivent donc être comparées entre elles afin d’« observer les variantes de la nouvelle liste par rapport à la précédente »29, et de chercher à comprendre pourquoi des modifications ont pu être adoptées par les compilateurs.

  • 30 Jacob, Martin, Église grecque, p. 358.
  • 31 C’est notamment le cas des sièges soumis à Hydrous (Otrante) à la fin du ixe siècle ; sa promotion (...)

13Dès lors, ces tableaux ne constituent pas un inventaire complet et systématique des sièges épiscopaux de l’Empire car aucune de ces listes n’est pleinement satisfaisante. Certaines sont en effet, pour des régions comme l’Italie du Sud, « très conservatrices »30, enregistrant une hiérarchie ecclésiastique qui n’a parfois plus cours, confondant les statuts des sièges ou encore laissant de côté certains évêchés attestés par ailleurs31.

Contenu et datation des notices

  • 32 Prigent, Sicile, p. 22 et n. 110.

14Dans son étude de la Sicile byzantine, V. Prigent a noté que, « seule de toutes les listes de sites urbains dont nous disposions, la notice 3 parvient à citer les sites dans un ordre rigoureusement géographique, signe d’un sérieux sans précédent et sans lendemain », puisqu’il constate que les évêchés suffragants de l’île sont cités en sens anti-horaire le long des côtes32.

  • 33 Infra, p. 48 et n. 60.

15Cette remarque pose la question de la composition des notices : y a-t-il une conception organisée, claire et logique de ces textes par rapport à l’espace pris en considération ? En réalité, c’est l’approche historique et chronologique qui domine : la mise à jour entraîne vraisemblablement l’intégration en fin de liste des sièges les plus récents, bien que cela ne se vérifie pas toujours33.

  • 34 Voir les introductions des différentes notices dans l’édition de J. Darrouzès.
  • 35 Darrouzès, Notitiae, p. 7.

16On ignore généralement quelles sources furent utilisées par les compilateurs des notices, même si on peut établir ça et là des parallèles entre les listes des conciles et le contenu des notices34. L’intérêt géographique des compilateurs était secondaire, voire inexistant : la dimension hiérarchique était plus prégnante puisque la réalisation d’une liste devait d’abord servir à replacer l’intéressé au sein de la hiérarchie. Cela explique la nécessité de compiler régulièrement ces listes, au fur et à mesure de l’évolution des territoires épiscopaux. La principale difficulté apparaît alors : à l’exception de la notice 7, les textes ne sont pas datés, ce qui rend complexe leur analyse. Selon les mots de J. Darrouzès, « la valeur historique d’une notice dépend en premier lieu de sa datation, qui s’obtient par la vérification du contenu des listes à l’aide des sources extérieures »35. Il faut donc tenter de classer ces notices les unes par rapport aux autres en essayant dans la mesure du possible d’en préciser les datations, relatives à défaut d’être absolues.

  • 36 Liste complète des manuscrits dans ibid., p. 425-446.

17La première contrainte est la datation des manuscrits contenant les listes. L’essentiel des manuscrits est postérieur au xie siècle : parmi les presque 300 manuscrits repérés et collationnés par J. Darrouzès, seule une dizaine est attribuable aux xe-xie siècles36, ce qui pose des difficultés supplémentaires pour les notices anciennes.

  • 37 Id., Remarques, p. 213.

18J. Darrouzès a tenté d’attribuer, avec plus ou moins de précision, une date à la composition des notices d’après l’état des listes. Ces datations ont été et restent encore citées par la majorité des auteurs dans la bibliographie. Aucune étude complète et nouvelle des notices n’a été entreprise depuis cette publication ; notre propre travail, malgré quelques divergences, repose aussi largement sur ces données. Il ne s’agit donc pas pour nous de dater précisément ces textes ; sur ce point, nous avons bien à l’esprit les mots de J. Darrouzès, refusant de nous placer parmi « ceux qui tiennent absolument à fixer la date, parfois au jour près, de ces compilations, officielles ou non, [car] c’est une difficulté insurmontable »37.

Notices 2 et 338

  • 38 Notice 2 : notice complète énumérant 41 métropoles, 46 archevêchés autocéphales et 398 évêchés suf (...)
  • 39 En dernier lieu, Prigent, Sicile, p. 1339-1346, spéc. p. 1341-1343, qui évoque les débats antérieu (...)
  • 40 Darrouzès, Notitiae, p. 18.
  • 41 Contrairement à l’idée avancée dans Zuckerman, Pontic policy, p. 206.
  • 42 Voir ce qu’en dit V. Prigent dans Sicile, p. 22-23.

19Les notices 2 et 3 sont les plus problématiques car leur datation a longtemps été et reste encore aujourd’hui l’objet de nombreux débats. La notice 2 enregistre des modifications datables du viiie siècle, en particulier l’intégration des éparchies occidentales soustraites à l’autorité romaine, événement dont la date a longtemps été sujette à caution39. La composition de la notice serait le résultat d’une compilation de sources antérieures au concile de Nicée II puisque la hiérarchie des sièges enregistrée en 787 n’est pas prise en compte40. La notice, antérieure à la notice 3 selon nous41, devrait donc être datée entre le milieu et le dernier quart du viiie siècle42.

  • 43 Zuckerman, Pontic policy, p. 206-207.
  • 44 Ibid. p. 206.
  • 45 Notitia 2285.
  • 46 Notitia 3229.
  • 47 Darrouzès, Notitiae, p. 21.
  • 48 Voir notamment E. Kountoura-Galakè, « Συμβολὴ στὴν μελέτη τῆς βυζαντινῆς ἐκκλησιαστικῆς ἱεραρχίας (...)
  • 49 Prigent, Sicile, p. 21-22.
  • 50 Zuckerman, Pontic policy, p. 204-207. L’analyse de la liste des suffragants de Crète confirme que (...)

20Plus récemment, C. Zuckerman a placé la rédaction de la notice 2 au début du ixe siècle, vraisemblablement sous le patriarcat de Nicéphore entre 806 et 815, en particulier parce que la notice était souvent associée dans les manuscrits aux œuvres du patriarche43. C. Zuckerman place par ailleurs la rédaction de la notice 3 quelques années avant la notice 2 (ce qui reviendrait à inverser les notices dans le corpus de Darrouzès)44. Pourtant, le texte de cette dernière fut selon nous compilé avant les premières années du ixe siècle puisque le siège d’Amastris en Paphlagonie y est enregistré comme évêché, la cité devenant archevêché peu avant 80645. De même, la notice 3 enregistre Amastris comme évêché46, ce qui impliquerait également que la liste des suffragants de la notice ait été compilée avant le début du ixe siècle. L’hypothèse selon laquelle elle daterait du milieu du viiie siècle est donc fondée. En effet, longtemps laissée de côté car vue comme la « notice des iconoclastes »47, la notice 3 est désormais mieux considérée, notamment depuis les travaux d’E. Kountoura-Galakè48. La notice daterait du milieu du viiie siècle, reflétant entre autres la réorganisation de certaines régions de l’Empire comme la Thrace. Pour la Sicile, V. Prigent a montré le sérieux de la notice 3, « un document important, jusqu’alors inexploité, reflétant l’organisation ecclésiastique de la Sicile au lendemain de la modification des juridictions sur l’Italie du Sud » sous le règne de Léon III49. C. Zuckerman, de son côté, place la rédaction de la notice 3 au début du ixe siècle d’après quelques éléments liés à la structure ecclésiastique de la Grèce notamment50.

  • 51 Darrouzès, Notitiae, p. 31-33.

21Comment expliquer ces différences ? Comme nous l’avons déjà souligné, il ne faut pas considérer une notice comme un tout cohérent et surtout lui attribuer une unité chronologique : ce sont les différentes listes au sein d’une notice qu’il faut prendre en compte pour apprécier les variations de la hiérarchie – problème qui se pose avec d’autant plus d’acuité dans le cas de la notice 3 qu’elle n’est connue que par un seul manuscrit du xive siècle51.

22Nous avons donc retenu les datations suivantes : les notices 2 et 3 seraient postérieures à 720-730, datant de la seconde moitié du viiie siècle ; la notice 2 pourrait dater de 750-780 et la notice 3, postérieure, de 750-800.

Notice 452

  • 52 Notice attribuée à l’Arménien Basile de Ialimbana (V. Laurent, « La “Notitia” de Basile l’Arménien (...)

23La notice 4 ne diffère guère de la notice 2 dont elle reprend l’essentiel. Quelques additions doivent être notées cependant pour les trois listes. Ces ajouts ne relèvent pas simplement d’erreurs de copie, mais de modifications intentionnelles de la part du/des compilateur(s). La notice 4 présente donc une hiérarchie nouvelle des sièges, partiellement mise à jour par rapport aux notices anciennes, mais sans que les listes des métropoles et des archevêchés n’évoluent ensemble : on repère bien ici deux listes différentes au sein d’une même notice. L’étude des évolutions de la hiérarchie archiépiscopale comme de celle des métropoles montre que la notice 4 constitue, en quelque sorte, un retour à une hiérarchie ancienne, calquée sur les notices 1 et 2 – les apports et modifications éventuels de la notice 3, peut-être compilée sous le règne des iconoclastes, auraient ainsi été « gommés ».

24J. Darrouzès conclut qu’il faut placer la compilation de la notice dans le dernier quart du ixe siècle, autour du concile de 869 – sans que chacune des listes que contient la notice ne date nécessairement de cette époque.

Notices brèves 5 et 653

  • 53 Notices brèves listant les métropoles et archevêchés (notice 5) et les métropoles (notice 6) ; int (...)
  • 54 Darrouzès, Notitiae, p. 48.

25La proximité entre ces deux notices brèves peut s’expliquer par le contexte de leur composition : la première notice dériverait de la notice 4 dont elle est très proche, et la notice 6 serait elle-même dérivée de la notice 5. Dans les deux cas, elles furent probablement rédigées pour un métropolite ou un archevêque peu soucieux des autres évêchés : seule la connaissance de son propre rang pouvait être utile au destinataire du texte. Selon J. Darrouzès, « cette vogue [des notices brèves] commence durant la période où la hiérarchie attend une réforme, c’est-à-dire pendant le ixe siècle ; tandis que les notices complètes se raréfient dans les copies postérieures, la notice brève connaît une plus grande vitalité et s’associe dans les collections à des notices plus récentes »54. Les deux textes datent donc du ixe siècle, dans un contexte proche de la composition de la notice 4.

  • 55 Notitia 647.
  • 56 Darrouzès, Notitiae, p. 51.

26La notice 6 contient une prière pour l’unité qui clôt le texte55. J. Darrouzès a émis l’hypothèse qu’il pouvait s’agir d’une allusion à l’union de l’Église à la fin du ixe siècle après le conflit entre Ignace et Phôtios ou à celle qui suivit l’ordination de Théophylacte au patriarcat en 93356. On peut aussi y voir une allusion à l’unité rétablie après la fin de l’iconoclasme en 843. Cela viendrait appuyer l’hypothèse d’une datation dans la seconde moitié du ixe siècle.

Notice de l’empereur Léon et du patriarche Nicolas (Notitia 7)57

  • 57 Notice émise au début du xe siècle ; introd. p. 53-78 et éd. p. 269-288 d’après 19 manuscrits. La (...)
  • 58 Notitia 7, p. 270, trad. p. 271 : « Sur l’ordre de préséance des métropolites et des archevêques, (...)

27La notice 7 est la seule notice officiellement publiée par les services du patriarcat de Constantinople que l’on ait conservée. Comme le mentionne le décret de promulgation, la notice enregistre le rattachement au patriarcat des sièges occidentaux soustraits à la juridiction romaine au viiie siècle ; surtout, le décret précise qu’il s’agit d’une mise à jour des listes hiérarchiques qui n’avait pas eu lieu « depuis l’Antiquité », c’est-à-dire sans doute depuis la notice du Pseudo-Épiphane au viie siècle58.

  • 59 Darrouzès, Notitiae, p. 56.
  • 60 Le canon 86 du concile évoque la préséance fondée sur l’ancienneté ou l’âge de l’ordination de l’é (...)
  • 61 Ibid., p. 29.

28Cette notice marque bien « la transition entre la période archaïque, durant laquelle la liste des sièges est restée pratiquement immuable, et une période d’évolution, pendant laquelle les listes seront révisées à intervalles plus ou moins rapprochés et où les notices commencent à se disloquer pour former des assemblages disparates »59. Cela se confirme dans les notices postérieures, dont beaucoup ne sont que de simples réajustements de la notice 7. Celle-ci fait par ailleurs autorité parmi les clercs : au xiie siècle, Théodore Balsamon précise que c’est moins la préséance des sièges énoncée par le concile de Carthage60 qui prévaut que l’ordonnance du xe siècle61.

29La comparaison du nombre de sièges de la notice 7 avec celui des notices précédentes montre bien les évolutions des viiie-ixe siècles enregistrées au début du xe siècle : le nombre de sièges a considérablement augmenté, notamment pour les évêchés, 367 dans la notice 4 et 536 dans la notice 7. Dans la plupart des cas, nous ignorons pourquoi de nombreuses villes furent promues à un rang épiscopal ; un contrôle renforcé du territoire est une explication, mais sans doute pas la seule. On peut également émettre l’hypothèse d’une comptabilité plus rigoureuse des sièges à défaut de la création de nouveaux évêchés ; mais comment expliquer alors qu’une partie importante des sièges de la notice 7 disparaissent des notices postérieures ?

  • 62 Id., Remarques, p. 215-221.
  • 63 Zuckerman, Pontic policy, p. 218-229.

30La question de la date de la notice 7 n’a pas posé de difficulté majeure, tous s’accordant à en reconnaître la promulgation à Nicolas Mystikos et Léon vie au début du xe siècle. Cependant, des doutes ont été émis, quelques années après l’édition des notices, par J. Darrouzès lui-même62. Plus récemment, C. Zuckerman a également remis en cause la datation jusque-là admise : la comparaison des données de la notice avec d’autres sources contemporaines lui a permis de proposer une date plus tardive, le début des années 920, c’est-à-dire sous le règne de Romain Lécapène, peu après le concile d’union qui avait mis fin à la tétragamie63.

  • 64 Ibid., p. 229.

31Si l’argumentation est convaincante, la nouvelle date proposée ne modifie pas l’analyse du texte ; en revanche, cela constitue un signe supplémentaire de la volonté de Nicolas et Romain de ramener l’ordre dans l’Église. La notice 7 date bien du début ou du premier quart du xe siècle avant d’avoir été plusieurs fois mise à jour dans les décennies et siècles suivants, en particulier pour les listes des métropoles et des archevêchés64.

Notice brève 865

  • 65 Notice brève énumérant 65 éparchies et métropoles et, selon 3 recensions différentes, entre 45 et (...)

32Après la longue notice de Nicolas Mystikos, on en revient ici à une notice brève, peut-être une révision partielle de la notice 7 enregistrant les quelques modifications observables au xe siècle. Les listes qui suivent la notice 7 sont en effet des révisions indépendantes plutôt que des révisions officielles : à la notice brève 8 ne contenant que les métropoles et archevêchés viennent s’ajouter les notices 9 et 10, qui établissent la taxis des sièges suffragants. Il ne faut cependant pas y voir une entreprise cohérente tant les variantes et les confusions sont nombreuses, comme le montre le nombre important de manuscrits contenant tout ou partie de cette notice 8.

Notice 966

  • 66 Notice recensant 54 métropoles et 491 évêchés suffragants ; introd. p. 88-94 et éd. p. 295306 d’ap (...)

33La notice 9, assez peu diffusée au vu du nombre de manuscrits, ne contient que la liste des suffragants classés par éparchie ; elle constitue alors un complément à la notice 8, d’autant plus que les manuscrits nos 217 et 130 (recensions B et S de la notice) contiennent les textes des deux notices. Il y a peu de modifications par rapport à la hiérarchie de la notice 7, malgré une légère diminution du nombre de métropoles et de suffragants. Le texte fut donc probablement compilé dans le courant du xe siècle.

Notice 1067

  • 67 Notice des sièges suffragants venant compléter la notice précédente, la notice 10 pose divers prob (...)
  • 68 Darrouzès, Notitiae, p. 116.

34Les variations entre les recensions ne concernent pas tous les sièges, car l’essentiel est similaire à la notice précédente. Face à tant de complexité, « après avoir constaté que toutes les recensions s’imbriquent de manière inextricable, faut-il encore parler de datation ? »68

35Dès lors est-il essentiel de distinguer dans cette notice la liste des métropoles (plus facile à comparer avec les autres listes et les sources contemporaines) de celle des évêchés suffragants, dont le nombre important est lié à des phénomènes historiques souvent inconnus. La liste des métropoles établit une hiérarchie valable dans la seconde moitié ou vers la fin du xe siècle ; la date ne doit pas être placée loin de celle de la notice 9 puisqu’il y a peu de changements dans la préséance des métropoles.

Notice brève 1169

  • 69 Notice brève énumérant 85 éparchies avec leur métropole et 60 archevêchés, avec quelques variation (...)

36La notice 11 fait partie d’un groupe de notices brèves qui comprend déjà les notices 5, 6 et 8, avant la notice brève 12 qui enregistre les modifications du xiie siècle et qui, surtout, voit le nombre de métropoles augmenter considérablement (91 éparchies). On aurait donc ici le dernier témoin, sans doute non officiel, de la taxis des métropoles avant les modifications introduites dans la hiérarchie ecclésiastique par les Comnènes au xiie siècle.

37La notice 11 enregistre peu de changements pour les archevêchés par rapport aux notices 7 et 8. Malgré des évolutions, la hiérarchie reste globalement stable entre le début du xe et le milieu du xie siècle.

  • 70 Darrouzès, Notitiae, p. 122-125.

38En revanche, la liste des métropoles augmente plus nettement avec l’introduction de près d’une trentaine de sièges supplémentaires, connus par ailleurs par les listes des synodes tenus au xie siècle70 ; on a donc affaire ici à une liste révisée dans la seconde moitié du siècle.

39On peut ainsi synthétiser les informations relatives à chaque notice :

Les silences des sources

  • 71 C’est le cas pour la Bulgarie dont la hiérarchie est connue par les sceaux ; cette absence n’est c (...)

40L’essentiel de nos analyses est fondé sur l’étude des notices épiscopales ; pourtant, ces sources sont incomplètes si l’on veut saisir dans son intégralité la hiérarchie des sièges épiscopaux de l’Empire. Deux éléments sont notamment absents de ces sources : tout d’abord, l’intégration ecclésiastique des marges de l’Empire quand le patriarcat participe à la création d’Églises autonomes71 ; ensuite, de nombreux sièges – de tous statuts – ne sont pas enregistrés dans les notices. Cela pose d’inévitables difficultés pour apprécier dans leur ensemble les variations de la hiérarchie et, surtout, le maillage du territoire par l’Église.

41La raison de ces silences est à chercher sans doute dans le contexte, inconnu, de composition des notices. Il faut cependant avoir à l’esprit que la composition d’une notice (complète ou brève) répondait à un besoin précis à un moment donné : à l’exception de la notice 7, aucun de ces textes n’avait de caractère officiel, ce qui peut expliquer les variations entre les recensions.

  • 72 Supra, p. 12.
  • 73 Il existe des textes plus tardifs énumérant les sièges épiscopaux de grandes régions de l’Occident (...)

42Ce sont donc dans les autres sources que l’on cherchera des informations, souvent plus fiables que les notices, sur tel ou tel siège ; de ce point de vue, les sceaux fournissent une documentation exceptionnelle car même si l’on constate souvent des confusions dans le statut de la cité72, les sceaux attestent l’existence réelle d’un siège, alors que les données fournies par les listes des notices peuvent être obsolètes. Cependant, dans la continuité des études de J. Darrouzès, les notices épiscopales méritent selon nous d’être considérées pour elles-mêmes, ne serait-ce que par l’originalité de ces sources : on ne connaît pas par exemple, pour la même époque, de textes équivalents dans l’Occident chrétien73.

Variations de la hiérarchie principale

43D’une notice à l’autre, les modifications sont de quatre ordres : disparition, apparition, progression ou rétrogradation dans la hiérarchie, enfin omission ou erreur due au(x) manuscrit(s) des notices. Dans cette partie, nous nous intéresserons aux échelons supérieurs de la hiérarchie ecclésiastique, archevêchés et métropoles : nous procéderons en comparant une notice à celle qui la précède pour apprécier ces variations.

Contrôle du territoire, droit de promotion et changement de statut

44Les raisons des variations de la hiérarchie ecclésiastique tiennent en partie à la volonté du pouvoir impérial et patriarcal de contrôler le territoire. La situation politique, militaire ou religieuse de l’Empire peut ainsi expliquer ces fluctuations comme elle explique également, à différentes échelles, la répartition des sièges dans l’Empire.

  • 74 Concile in Trullo, canon 38, COD, p. 256.

45Puisque la promotion d’une ville à l’épiscopat est un droit impérial, le concile in Trullo prescrit dans son canon 38 que toute nouvelle ville créée par l’empereur devra posséder un rang ecclésiastique74. Il y a donc adéquation théorique entre la hiérarchie de l’Église et celle des villes, et une certaine forme d’harmonie est recherchée entre l’espace laïc et politique et l’espace ecclésiastique.

  • 75 Concile de Chalcédoine, canon 17, DGA, p. 145.
  • 76 Dagron, Christianisme byzantin, p. 209.

46Quelle actualité ce canon a-t-il dans une période où les villes tendent à progressivement disparaître ? Les Pères du concile n’innovent ici en rien : ils reprennent en effet le canon 17 de Chalcédoine75, promulgué à une époque où les villes étaient plus nombreuses. Comme le souligne G. Dagron, « cette règle d’“accommodation”, qui avait pour but, dans le cadre provincial, de maintenir un strict parallélisme entre administration civile et hiérarchie ecclésiastique, n’a plus exactement le même sens dans l’Empire des “thèmes”, où les cités ont cessé d’être des unités administratives »76.

47L’empereur garde donc le contrôle de la hiérarchie, même s’il ne peut pas toujours agir sans l’accord du patriarche. Ces modifications tiennent surtout à la personnalité de l’empereur ou du patriarche : au viiie siècle, c’est Léon III qui décide du rattachement de l’Illyricum à l’Église byzantine ; aux ixe et xe siècles, ce sont Ignace, Phôtios et Nicolas Mystikos qui sont à l’origine des nombreuses modifications de statut de plusieurs cités. Le contrôle de la hiérarchie est donc partagé entre les deux têtes de l’État.

  • 77 Dölger, Regesten, no 280 = Grumel-Darrouzès, Regestes, no 333.
  • 78 Notitia 3581.
  • 79 Voir Kountoura, New fortresses, et Zuckerman, Pontic policy, p. 204-207.
  • 80 Le siège est représenté par Nicétas (PMBZ 5418 et PBE Niketas 22) aux huit sessions du concile : D (...)
  • 81 Concile de 879, Mansi XVIIA, col. 373D (le siège est représenté par Jean) ; Notitia 796.
  • 82 Dölger, Regesten, no 612b [594].
  • 83 Darrouzès, Variations numériques, p. 16 ; il s’agit alors de la notice 15, reflétant la hiérarchie (...)

48Les prérogatives impériales et patriarcales ne concernent pas uniquement la promotion d’un siège à l’épiscopat : il peut également s’agir de modifier le statut d’un évêché existant. Ainsi Léon III élève-t-il, sous le patriarcat de Germain Ier, le siège épiscopal de Rhizaion au statut d’archevêché77. Le cas de cet évêché est intéressant. Suffragant de Néocésarée dans la notice 378, Rhizaion n’y est donc pas enregistré comme archevêché, ce qui pourrait confirmer que la notice date du viiie siècle et non du début du ixe siècle comme l’avait suggéré notamment J. Darrouzès79. En 787 cependant, le siège est bien représenté par un évêque au concile de Nicée II et non un archevêque80. À l’inverse, un siècle plus tard, le siège est archevêché au concile de 879 et dans la notice 781. Le cas de Rhizaion réapparaît au xe siècle sous le règne de Romain Lécapène, qui aurait fait de l’archevêché une métropole82 ; or, on ne trouve pas la mention de la métropole de Rhizaion dans les notices épiscopales, à l’exception « d’une contamination [tardive] dans la liste des métropoles sous l’orthographe Rhyzaia »83. Le cas de ce siège est significatif des vicissitudes des centaines d’évêchés de l’Empire : on ignore souvent les raisons qui conduisirent à leur élévation à un statut ecclésiastique supérieur.

  • 84 Vie de Georges d’Amastris, c. 21, p. 34.
  • 85 Notitia 1228, 2285 et 3329 comme évêché ; voir Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 64-66, et Id., No (...)
  • 86 Vie de Georges d’Amastris, c. 21, p. 34 ; Notitia 280, 476, 579, 893 et 11113 comme archevêché ; l (...)
  • 87 Cependant, des problèmes subsistent : Amastris apparaît également comme métropole sans suffragant (...)

49Le cas d’Amastris montre bien le rôle joué par le pouvoir impérial : au tournant des viiie-ixe siècles, à la demande de son évêque Georges, en conflit avec son métropolite Constantin de Gangra, le siège devient par décision impériale archevêché et donc libre de toute tutelle, à l’exception de celle du patriarche84. Dans ce cas, les notices sont cohérentes avec les autres sources : Amastris est bien enregistré comme suffragant de Gangra dans les premières notices, ainsi que l’attestent également les signatures de Nicée II85 et la Vie de Georges ; par la suite, le récit de la Vie est confirmé par les notices, qui enregistrent le siège comme archevêché86. C’est la décision impériale qui a permis à Amastris d’évoluer dans la hiérarchie87.

  • 88 Kountoura, New fortresses.
  • 89 V. Prigent, « Les évêchés byzantins de la Calabre septentrionale au viiie siècle », MEFRM 114, 200 (...)
  • 90 Ahrweiler, Asie Mineure, p. 28-32. Sur la ville médiévale, A. Kazhdan, « Polis and kastron in Theo (...)
  • 91 Grumel-Darrouzès, Regestes, no 792 ; voir Herman, Diritto metropolitico, p. 534.

50Quel intérêt le pouvoir impérial trouve-t-il dans la promotion des sièges épiscopaux ? C’est un moyen pour l’empereur d’affirmer ou non son soutien aux titulaires des sièges, dont la situation dépend largement de l’État. Surtout, le contexte local peut jouer un rôle fondamental dans l’histoire d’un évêché ou d’une éparchie. E. Kountoura-Galakè a ainsi montré qu’en Thrace, au viiie siècle, la création de nouveaux évêchés est liée à la construction et/ou la restauration de kastra sous le règne de Constantin V afin d’étendre l’iconoclasme dans une zone qui aurait auparavant soutenu la révolte d’Artabasdos, tout en voulant lutter contre les Bulgares88. Le phénomène est similaire à la même époque en Calabre, où les Isauriens fondent des évêchés dans les kastra de la frontière lombarde89, ou encore en Asie Mineure à la suite des invasions arabes : le rôle des villes les plus importantes, pour la plupart sièges épiscopaux ou métropolitains, s’accentue en prenant la forme et l’aspect de la ville byzantine classique à l’époque médiévale, celle du kastron90. Quelques décennies plus tard, dans les années 960, la création de la métropole d’Hydrous/Otrante par décret patriarcal sur ordre de Nicéphore Phocas cherche à consolider la domination byzantine en Italie méridionale91.

  • 92 Voir A. I. Dikigoropoulos, « The church of Cyprus during the period of the Arab wars, A.D. 649-965 (...)

51Cette volonté de contrôle du territoire apparaît aussi quand se pose le problème de l’implantation de populations étrangères dans l’Empire et de ses conséquences pour l’Église. C’est le cas, à la fin du viie siècle, de Chypre, dont le siège est transféré à Cyzique après l’invasion arabe de l’île92. Un canon du concile in Trullo est consacré à ce transfert d’autorité et de population qui entraîne une réorganisation de la hiérarchie ecclésiastique :

  • 93 Nous traduisons ici χειροτονεῖσθαι par « désigner » et, plus loin, par « consacrer » le même verbe (...)
  • 94 Concile in Trullo, canon 39, COD, p. 239 (révision de la traduction de P.-P. Joannou). Le texte du (...)

De l’évêque de l’île de Chypre.
Notre frère et concélébrant Jean, le proèdre de l’île de Chypre, s’étant réfugié avec son peuple de ladite île dans l’éparchie de l’Hellespont à cause des attaques des barbares, afin de se libérer de l’esclavage des étrangers (païens) et de se placer pleinement sous l’autorité du pouvoir très chrétien, grâce à la providence de Dieu qui aime les hommes et par les efforts de notre pieux empereur aimé du Christ, nous décidons que les privilèges accordés à son siège par les Pères inspirés de Dieu, qui se sont réunis la première fois à Éphèse, restent inchangés : Néa Ioustinianoupolis a les droits de la cité de Konstantia, et l’évêque très aimé de Dieu qui y sera installé dirigera tous les (évêques) de l’éparchie d’Hellespont et sera désigné93 par ses propres évêques selon l’ancienne coutume ; nos Pères théophores ont décidé que les droits de chaque église soient maintenus ; l’évêque de la cité de Cyzique sera soumis au proèdre de ladite Ioustinianoupolis, comme tous les autres évêques (placés) sous l’autorité du proèdre très aimé de Dieu Jean, qui pourra même consacrer de sa main (l’évêque) de la cité de Cyzique94.

  • 95 Théophane, Chronographie, p. 363 et 365.
  • 96 Dagron, Christianisme byzantin, p. 62.
  • 97 Constantin Porphyrogénète, DAI, c. 47, p. 224.
  • 98 Infra, p. 314-315.

52Le transfert de la population fut décidé par Justinien II en 69195. L’archevêque Jean eut donc la possibilité de transférer son siège en en conservant les prérogatives : sa nouvelle cité, Néa Ioustinianoupolis, reçut ainsi la pleine autorité sur l’Hellespont, au détriment du métropolite de Cyzique dont il devenait ainsi le supérieur. Comme le note G. Dagron, « les exigences de la hiérarchie l’emportaient sur la réalité géographique »96, au point de réorganiser la hiérarchie ecclésiastique, et donc les rapports de domination au sein de l’Église. Cela ne dura cependant pas puisque la décision fut annulée sept ans plus tard97, quand les Chypriotes purent retourner sur l’île après l’accord de 698 entre Arabes et Byzantins98.

  • 99 Voir par exemple les sceaux d’Isaïe, évêque de Bulgarie vers 865 (Bulgaria 19.3), de Georges, arch (...)
  • 100 Analyse des sources dans M. Thierry, « Notes de géographie historique sur le Vaspurakan », REB 34, (...)
  • 101 L 870 = DOSeals 4, 77.1. Sur l’iconographie de ce sceau, infra, p. 353-354.

53Le cas de Chypre est particulier : l’implantation d’une structure ecclésiastique permet le plus souvent au pouvoir byzantin de renforcer sa présence et son influence ; la hiérarchie ecclésiastique se calque ainsi sur les réalités géographiques. On le constate dans les régions frontalières et de confins. En Bulgarie, la création ex nihilo d’une hiérarchie ecclésiastique est attestée par la sigillographie99. Aux confins orientaux de l’Anatolie, dans le Vaspourakan du xie siècle, la création de plusieurs évêchés nous est connue surtout par les sources arméniennes100, mais le sceau d’Étienne fournit une information qu’ignorent les notices : Vaasprakania est archevêché au xie siècle101 et siège d’un katépanat. Dans les zones de frontières, l’alliance entre la hiérarchie civile et militaire et la hiérarchie ecclésiastique est plus que jamais nécessaire pour établir le pouvoir impérial.

  • 102 Darrouzès, Variations numériques, p. 8.
  • 103 Id., Notitiae, p. 66-68, et ci-dessous à propos de l’éparchie de Cappadoce Première.
  • 104 Laurent, Corpus, Église, vol. 1, p. 171.
  • 105 Voir infra, p. 292-297.

54La tendance générale aux viiie-xie siècles est à une multiplication des sièges, en particulier sous le patriarcat de Nicolas Mystikos au xe siècle ; la notice 7 « forme une ligne de partage très nette entre deux phases de la tradition »102. On s’explique difficilement la création de nombreux sièges sous son patriarcat : la seule métropole de Césarée de Cappadoce, qui compte six sièges suffragants dans les notices du ixe siècle, en possède quinze au début du siècle suivant103. Cela pourrait être lié à l’implantation de populations étrangères dans une région que le pouvoir impérial et ecclésiastique souhaite encadrer, soit des populations d’origine arménienne en Cappadoce104. À l’inverse, nombre de sièges métropolitains sont rétrogradés au rang d’évêchés ; c’est le cas sous les patriarcats successifs de Phôtios et d’Ignace dans la seconde moitié du ixe siècle, qui placent et déplacent leurs alliés ou leurs adversaires, comme en témoigne parallèlement le traité des transferts105. Les exemples se poursuivent dans les siècles suivants sans qu’il soit toujours possible de les expliquer.

Les archevêchés autocéphales

55La liste des archevêchés apparaît dans les notices épiscopales après celle des métropoles et avant celle des suffragants. Le nombre relativement réduit d’archevêchés (la notice 11, qui en compte le plus pour notre période, comporte 60 sièges) et leur situation institutionnelle particulière (les archevêchés relèvent directement de l’autorité du patriarche) invitent à traiter de cette hiérarchie avant celle des éparchies. Le nombre total des sièges archiépiscopaux dans les notices est le suivant :

56Notice épiscopale 2 3 4 5 7 8 11

57Nombre total d’archevêchés 46 40 42 41 51 57 60

  • 106 Darrouzès, Notitiae, p. 83.

58J. Darrouzès notait que « la comparaison des listes serait bien simplifiée si la promotion d’un siège archiépiscopal au rang de métropole dépendait de son rang hiérarchique »106. En effet, les confusions sont nombreuses d’une liste à l’autre et la promotion éventuelle d’un siège au rang d’archevêché ne dépend en aucun cas de son statut antérieur.

  • 107 Cela se vérifie dans toutes les notices épiscopales.
  • 108 Voir L 1691 = ZV 2214 = DOSeals 3, 14.5 ; sur Nicolas, PMBZ 5585 et PBE Nikolaos 63.
  • 109 Voir Laurent, Corpus, Église, vol. 1, p. XXX.
  • 110 Corinthe est métropole : Notitia 211, 352, 439, 828, 1128 (dans cette notice cependant, le titre a (...)
  • 111 Métropole de Galatie : Notitia 24, 310, 49, 54, 64, 74, 84, 114. Au xie siècle, Théophile se dit a (...)

59En dehors des notices épiscopales, où le titre d’archevêque est clairement identifié, une autre confusion s’opère : le titre archiépiscopal est le plus souvent un titre honorifique que s’octroient nombre d’évêques, comme le montrent certains sceaux. C’est le cas à Éphèse : le siège ne fut jamais archevêché, mais bien métropole, la seconde en préséance après Césarée de Cappadoce107. Cependant, au ixe siècle, Nicolas, métropolite d’Éphèse, se dit archevêque sur ses sceaux108. Il peut donc y avoir ici une confusion, mais elle s’explique par la valeur honorifique du titre d’archevêque109. En revanche, certains métropolites en font usage sur leurs sceaux quand le titre ne leur est pas accordé, par officialisation ou par coutume, comme on le voit à Corinthe au viiie siècle110 ou à Ancyre au xie siècle111.

Notices 2 et 3

  • 112 Notitia 139-72.

60La notice 2 recense 46 archevêchés autocéphales contre 34 dans la notice 1 au viie siècle112. Le siège de Selgè est inséré dans la liste au 16e rang, ce qui entraîne le décalage des sièges suivants. Viennent s’ajouter les sièges d’Amorion (36e rang), Trébizonde (37e), Amastris (39e) et Mistheia (40e) en Asie Mineure, de Derkos (42e), Mésènè (43e) et Garella (44e) en Thrace, ainsi que Thèbes (38e), Égine (41e), Catane (45e) et Rhègion (46e). L’intégration de ces derniers sièges, enlevés à l’obédience romaine dans les années 720, confirme que la rédaction de la notice est postérieure à cet événement.

  • 113 Premier archevêché dans la notice 2, la Mésie disparaît de la notice 3 pour réapparaître dans les (...)
  • 114 Même évolution que la Mésie pour ce siège, second dans la hiérarchie de la notice 2.
  • 115 L’histoire de cet archevêché est mouvementée : 16e siège dans la notice 2, il retombe à la 42e pui (...)
  • 116 Il s’agit d’Amorion, promu ensuite métropole de Galatie ou de Phrygie selon les notices.
  • 117 Le siège de Trébizonde disparaît de la notice 3 mais réapparaît, à un rang proche (36e par rapport (...)
  • 118 Le siège de Mistheia reste ensuite archevêché, et son rang évolue peu : 40e dans la notice 2, 38e (...)
  • 119 Dans la notice 3, Égine est rangée parmi les suffragants de l’Épire (Notitia 3773) ; l’île réappar (...)
  • 120 Archevêché d’Europe, parfois nommé Messinè, Mésénè est confondu avec Drizipara dans la notice 5 (N (...)
  • 121 Présent dans les notices 2 et 4, le siège est absent de la notice 5 et réintègre la hiérarchie dan (...)

61Dans la notice 3, certains archevêchés ont disparu : Mésie113, Scythie114, Selgè115, Galatie Seconde116, Pont Polémoniaque117, Thèbes, Amastris, Mistheia118, Égine119, Mésénè120 et Garella121.

  • 122 Une confusion s’opère dans les manuscrits : Euchaïta (Arménie Première) est confondu avec l’archev (...)
  • 123 La notice 3 est la seule à enregistrer Séleucie d’Isaurie comme archevêché ; elle enregistre égale (...)
  • 124 Le siège d’Hellespont n’est pas nouveau ; en effet, ce siège est bien archevêché durant toute son (...)
  • 125 . Sougdaïa, archevêché de Zècchie, conserve ce statut dans les notices ; en 787, c’est bien un arc (...)
  • 126 La présence de Charioupolis dans la liste des archevêchés de la notice 3 est une interpolation sig (...)

62D’autres sièges font leur apparition : Patras au 1er rang, Arkadia (2e), Arménie Première et Hélénopont autour d’Euchaïta (4e)122, Séleucie d’Isaurie (13e)123, Proconèse (21e)124, Sougdaïa (30e)125 et Charioupolis (34e)126.

  • 127 Patras ne serait représenté qu’à une seule des sessions du concile de Nicée II, sous le nom de Pat (...)
  • 128 Yannopoulos, Métropoles.
  • 129 L’identification d’Arkadia dans le Péloponnèse est difficile, et il ne faut pas confondre ce siège (...)

63L’histoire des sièges de Grèce (Hellade et Péloponnèse) est complexe. La notice 3 place en tête de liste Patras et Thèbes a disparu127. La réorganisation de la province ecclésiastique est liée, comme l’a montré P. Yannopoulos, aux invasions slaves dans la région128. Thèbes et Égine ont disparu de la liste 3 des archevêchés, et Arkadia dans le Péloponnèse apparaît dans cette même notice au 2e rang, alors que le siège est absent sous ce titre dans les autres listes129. La promotion de Patras au rang d’archevêché est significative sans doute des changements de l’époque mésobyzantine : c’est le signe de la volonté du pouvoir impérial et patriarcal de renforcer le contrôle ecclésiastique du territoire pour intégrer plus facilement des populations étrangères, pour certaines encore païennes.

64Enfin, certains sièges dans la notice 3 ont vu leur position modifiée dans la hiérarchie : Catane et Rhègion (Reggio) progressent respectivement des 45e et 46e rangs aux 7e et 17e, ainsi que l’Hélénopont (Euchaïta) par rattachement à l’archevêché d’Arménie Première au 4e rang. L’insertion des sièges de Sicile et de Calabre a entraîné la rétrogradation de tous les sièges qui les suivent, après Smyrne pour la première et Mytilène pour la seconde.

  • 130 V. Grumel, « L’annexion de l’Illyricum oriental, de la Sicile et de la Calabre au patriarcat de Co (...)
  • 131 V. Prigent, « Les empereurs isauriens et la confiscation des patrimoines pontificaux d’Italie du S (...)

65Pendant longtemps, la littérature ne s’est pas accordée sur la date du rattachement des provinces occidentales de Sicile, d’Italie du Sud et d’Illyricum à Constantinople : V. Grumel pense qu’il s’agit des années 750 (ce serait alors l’œuvre de Constantin V) quand M. V. Anastos place cette annexion au début des années 730130. Plus récemment, l’étude de la modification des patrimoines pontificaux et de leur saisie par Constantinople a montré que le mouvement devait être scindé en deux phases distinctes : le transfert juridictionnel des évêchés à l’Église de Constantinople daterait des années 720, la saisie effective des patrimoines du début des années 740131.

  • 132 Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 62-63; Lamberz, Bischofslisten, p. 46-47; Constantin: PMBZ 3854 (...)
  • 133 Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 22-24.

66Au concile de Nicée II, Catane et Rhègion sont représentés par leurs archevêques, Théodore et Constantin132. En revanche, leur rang est différent de celui observé dans la notice 3 ainsi que d’une session à l’autre ; comme l’a noté J. Darrouzès, il y a là une indétermination du statut politique et ecclésiastique de ces sièges, comme d’autres à la même époque133. Cela entraîne des confusions dans les sources : le rang des archevêques, comme des évêques d’Italie par ailleurs, diffère selon les sessions du concile, et le statut des cités ecclésiastiques siciliennes ou italiennes varie d’une notice à l’autre. Cependant, l’intégration de la Sicile et de la Calabre dans la notice 3 permet d’apporter un élément supplémentaire à la datation de cette notice, qui ne saurait donc être antérieure aux années 720.

Notices 4 et 5

  • 134 Amorion, Thèbes, Derkos, Catane et Rhègion.
  • 135 Par exemple l’Isaurie (Séleucie), dont on a vu ci-dessus qu’il s’agissait bien d’une métropole et (...)
  • 136 Darrouzès, Notitiae, p. 39 : « Le rang de Selgè peut provenir d’un accident fréquent dans la copie (...)

67La hiérarchie établie par la notice 4 (fin du ixe siècle) revient à celle de la notice 2, même si elle compte cinq sièges en moins134. Certains présents dans la notice 3 disparaissent complètement, ce qui est le plus souvent le résultat d’une remise à jour par correction des erreurs précédentes135. Certains sièges reculent fortement, comme Selgè, du 16e rang dans la notice 2 au 42e dans la notice 4. Pourquoi une si soudaine modification, alors que le siège retrouve par la suite une place proche de celle qui était la sienne en devenant 20e dans la notice 7 ? Aucune source ne permet d’en préciser la raison ; l’erreur de copie pourrait expliquer ce phénomène136.

68La notice 4 revient donc globalement à la hiérarchie fixée par les notices 1 et 2. Il ne s’agit pas de la placer chronologiquement avant la notice 3, mais bien après, annulant ainsi la plupart des modifications opérées par les empereurs iconoclastes aux viiie-ixe siècles. Il ne s’agit cependant pas d’une réforme en profondeur et systématique : les erreurs existent et justifient sans doute la compilation rapprochée de la notice 5. La modification ne concerne en réalité que la disparition de Rhoina en Arménie (au 29e rang dans la notice 4), qui entraîne la montée d’un rang des sièges suivants.

Notice 7

  • 137 Ibid., p. 72.

69La notice 7 marque un changement plus important pour la hiérarchie archiépiscopale que pour les métropoles. La volonté des autorités de rétablir une hiérarchie claire apparaît pleinement ici. Des archevêchés comme la Mésie ou la Scythie (respectivement aux 1er et 2e rangs dans les notices 2, 4 et 5) disparaissent ainsi au profit de sièges plus importants par leur histoire ou leur poids démographique ou politique. Que deviennent les sièges écartés ? Certains disparaissent tout simplement des notices (Mésie et Scythie) ; comme l’a noté J. Darrouzès, tous les archevêchés disparus appartiennent au même grand ensemble régional, puisqu’on trouve également les Rhodopes, la Thrace et la Zècchie137. D’autres deviennent métropoles, comme Mytilène : l’archevêché, précédemment classé entre le 13e et le 16e rang, devient le 49e siège métropolitain de la notice 7, signe vraisemblable d’une promotion récente. Comme dans les autres notices, certains sièges voient leur position s’améliorer : dans les notices 4 et 5, Néapolis de Pisidie occupait le 39e ou le 40e rang pour monter ici au 19e rang.

  • 138 Voir Zuckerman, Pontic policy.

70L’origine géographique des nouveaux sièges est assez variée : cela concerne aussi bien Nikaia/Nikè (Hémimont) qu’Hydrous/Otrante en Italie (promu au rang de métropole dans la seconde moitié du xe siècle), ou encore les îles par la promotion de Lèmnos, Leucade ou Corcyre. La Crimée, parallèlement à la perte de Nikopsis en Zècchie qui disparaît des notices, s’enrichit des sièges de Gotthie (46e rang), de Sougdaïa (47e rang, siège qui n’était apparu jusque-là que dans la notice 3) et de Phoulloi (48e rang)138.

  • 139 Vie d’Ignace patr. CP, col. 516B = Grumel-Darrouzes, Regestes, no 464 [462] ; statut confirmé par (...)
  • 140 Sur Samuel, PMBZ 6503 et PBE Samuel 2. Le siège était auparavant soumis à Laodicée de Phrygie.
  • 141 Darrouzes, Notitiae, p. 74.

71Parmi les nouveaux sièges, certains sont d’anciens évêchés, comme Chônai. Celui-ci n’apparaît pas comme tel dans les notices ; pourtant, la Vie du patriarche Ignace enregistre ce statut139 ; cette modification, décidée par l’empereur, est réalisée par Phôtios au profit de Samuel, envoyé en ambassade auprès du pape Nicolas Ier quand il tenait le siège de la cité140. Selon J. Darrouzès, « la promotion d’un siège ne dépend pas de son rang antérieur, mais d’une décision arbitraire du pouvoir […] ; ce n’est pas le “protothronos” d’une éparchie qui devient archevêque, mais un siège choisi dans le nombre et pour des raisons que seul l’acte de promotion pourrait dévoiler dans chaque cas »141. Ici, le statut de la cité change à la demande du patriarche pour l’un de ses fidèles qui lui sera directement soumis.

  • 142 Un seul suffragant lui est connu dans la notice 13, Chairétopa (Notitia 13796), attesté au xie-xii(...)
  • 143 L 1589 = DOSeals 3, 12.1 (deux pièces). Sur les titres épiscopaux, supra, p. 12.
  • 144 Grumel-Darrouzès, Regestes, no 373c ; voir Laurent, Athènes et l’Illyricum, p. 67-71.

72Dans les notices suivantes, Chônai cumule le titre d’archevêché et de métropole, mais sans suffragant142. Cette confusion s’explique facilement : le titre d’archevêque est honorifique, puisque dans la pratique le titulaire de ce siège est métropolite, comme l’attestent la correspondance anonyme du xesiècle et les sceaux de Constantin au xie siècle143. Comme on l’a vu pour Gangra, il n’y a pas d’incompatibilité entre les deux titres ; au viiie siècle déjà, Athènes avait retrouvé ce double statut par décision de Taraise144.

Notice 8

  • 145 Darrouzès, Notitiae, p. 84 (reconstitution des variantes des différents états de la liste).

73Complément de la notice 7, la notice 8 compte peu de changements majeurs, mais tous les manuscrits de la notice ne fournissent pas les mêmes données145. Il y a quelques modifications : la Gotthie passe de la 47e à la 46e place, de même que Sébastopolis (Abasgie), du 50e au 49e rang (mais le siège n’apparaît que dans deux manuscrits) ; à l’inverse, Corcyre passe de la 51e à la 52; mais selon les listes, le numéro d’ordre du siège est variable.

  • 146 Suffragant de Larissa dans les notices 3, 7, 9 et 10, le siège est archevêché dans les notices 8 e (...)
  • 147 Il y a ici confusion entre Tamatarcha et Zècchie/Matarcha dans la notice 8 ; dans les notices suiv (...)
  • 148 Ce siège est bien ici un nouvel archevêché, qui se maintient sous ce nom dans la seule notice 11. (...)
  • 149 Le siège d’Euchaneia apparaît comme archevêché dans la seule notice 8 ; dans la notice 11, le sièg (...)

74La liste compte quelques nouveaux sièges en fin de liste : Pharsala (53e rang)146, Tamatarcha (54e), Zècchie/Matarcha (Matracha, 55e)147, Tziménon/Kortzénè (56e)148 et Euchaneia (57e)149.

Notice 11

  • 150 Darrouzès, Notitiae, p. 125-127.

75Comme pour la notice 8, la liste archiépiscopale de la notice 11 diffère d’un manuscrit à l’autre, ce qui complique l’identification de la hiérarchie. La comparaison avec les listes synodales du xie siècle a permis à J. Darrouzès de noter, une fois encore, la différence importante qui pouvait exister entre la théorie des notices et la pratique synodale dans la hiérarchie des sièges150.

  • 151 On peut également imaginer que l’ajout d’Anchialos en fin de liste viendrait simplement corriger l (...)

76Par rapport aux notices précédentes, les changements sont mineurs et la notice du xie siècle maintient la hiérarchie du début du xe siècle. Des sièges réapparaissent après avoir disparu des notices 7-8 ; l’évêché d’Anchialos (Rhodope/Europe) est ainsi promu archevêché au dernier rang (60e)151.

Les métropoles

77L’identification des métropoles s’avère a priori plus simple que celle des archevêchés, car elles sont plus souvent mentionnées dans les sources. Une difficulté supplémentaire apparaît néanmoins : la confusion dans les notices entre le nom de l’éparchie et celui de la métropole.

78Le nombre total de métropoles d’après les notices est le suivant :

79Notice épiscopale 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11

80Nombre total des métropoles 41 48 34 43 46 51 64 56 57 85

Notices 2 et 3

  • 152 Notitia 1, p. 2046-20538 ; sur ces 33 métropoles, Darrouzès, Variations numériques.

81La notice 2 compte 41 éparchies. Aux 33 métropoles anciennes de la notice 1152 s’ajoutent ici huit nouvelles éparchies : quatre, sans numéro, sont intercalées entre Chalcédoine et la Pamphylie, et quatre autres, numérotées (38 à 41) viennent en fin de liste après Hiérapolis. À l’exception de la Crète, ces nouveaux sièges sont tous occidentaux, signe de l’intégration dans la hiérarchie et dans les notices de la nouvelle géographie ecclésiastique après le rattachement voulu par Léon III : Corinthe, la Sicile et Thessalonique sont intercalées dans la liste aux rangs 11 à 13 ; Athènes, Patras, Larissa et Philippes (Macédoine Première) ajoutées en fin de liste.

  • 153 Notitia 210 et 212.
  • 154 Darrouzès, Notitiae, p. 14.

82J. Darrouzès a dressé un double constat intéressant à propos des noms qui désignent ces métropoles/éparchies : d’une part, la confusion entre le nom de la métropole et celui de son éparchie à propos de Gortyne et de Syracuse153 ; d’autre part, l’utilisation de noms anciens et de noms nouveaux, ce qui constitue « une première ébauche de la nomenclature byzantine, qui se détache [...] de la nomenclature de l’Empire romain et des conciles »154.

  • 155 Par commodité, et parce que c’est le nom le plus courant (notamment dans la bibliographie), nous c (...)
  • 156 Cela ne se limite pas aux notices, car on le constate dans d’autres sources comme dans la bibliogr (...)

83Il y a en effet des confusions dans le choix des noms des éparchies. Conservatrice, l’Église garde parfois les noms des anciennes provinces romaines pour désigner ses circonscriptions alors même que ces noms ont disparu, parfois remplacés par le nom des thèmes ; on ne retrouve d’ailleurs ces noms anciens en usage que dans les sources ecclésiastiques. C’est le cas de la Phrygie : la Phrygie Pakatianè est le nom antique et encore utilisé parfois dans les notices, alors que les sources d’époque byzantine évoquent la Phrygie Kapatiana (ou Kapatianè)155. Cela ne concerne pas uniquement le nom des provinces, mais aussi des suffragants. Les notices peuvent ainsi donner plusieurs variantes pour un même siège, qui correspondent le plus souvent au nom antique et au nom médiéval de la cité156.

  • 157 C’est l’idée de J. Darrouzès (Notitiae, p. 23), qui rejoint notre hypothèse d’une compilation à pl (...)

84Avec 48 métropoles, la notice 3 enregistre d’importantes variations. Il faut noter la disparition de Mélitène, avant que le siège réapparaisse dans les notices postérieures. L’absence d’une représentation de cette métropole au concile de 787 pourrait sans doute expliquer cette absence dans la liste si le compilateur a puisé ses informations dans celle de Nicée II157.

  • 158 La présence de Chypre dans la notice (alors que le siège est absent des autres notices, à l’except (...)
  • 159 Notitia 319. Thomas, métropolite de Sardaigne avec le titre d’archevêque (PMBZ 8445 et PBE Thomas (...)
  • 160 La présence d’une partie de ces sièges serait, selon J. Darrouzès (Notitiae, p. 22), liée à des er (...)

85L’éparchie de Nèsos (Syracuse) disparaît pour être remplacée, plus judicieusement, par l’éparchie de Sicile avec Syracuse comme métropole, classée au 38e rang ; on a ici le signe d’une amélioration de la connaissance de la hiérarchie des sièges occidentaux par rapport à la notice précédente. Cela se confirme avec l’apparition de nombreux sièges, tous occidentaux à l’exception de la Gotthie et de Chypre (Konstantia/Salamis)158 : la Sardaigne (14e rang), présente uniquement dans cette notice159 ; l’Épire Première avec Dyrrachion (15e rang) ; la Vieille Épire avec Nikopolis (29e rang) ; Sardique et l’Épire Première avec Céphalonie (44e et 45e rangs) ; la Sicile et la Calabre, après la Phrygie Pakatianè au 36e rang160.

86Plusieurs sièges sont rétrogradés, par insertion de nouveaux sièges comme on vient de le voir, ou par une décision (impériale ou patriarcale) dont la raison nous échappe. C’est le cas de Corinthe, qui passe du 11e au 46e rang pour remonter ensuite de quelques sièges et tenir à partir de la notice 7 un rang plus ou moins fixe. Sébastée recule de la 15e à la 31e place pour remonter ensuite, Philippoupolis (Thrace) de la 32e à la 41e place (le siège oscille ensuite entre ces deux rangs) et Markianoupolis du 36e au 42e rang, pour revenir ensuite à la 32e place. Dans le cas de Tyane (de la 18e à la 16e place), de Laodicée et Synada (des 25e et 26e rangs aux 24e et 25e) ou encore de Rhodes (de la 34e à la 33e place), c’est l’insertion de nouveaux sièges qui entraîne ces décalages. En revanche, pour certains sièges comme Mokissos (de la 30e à la 18e place), la montée est plus spectaculaire.

87La notice 3 reflète la situation ecclésiastique du viiie siècle ; sa composition reposerait en partie sur les listes du concile de 787, mais cela ne peut se démontrer pour certaines régions ; la compilation de la notice est donc bien à placer entre le milieu du viiie siècle (peut-être sur la base des listes de Hiéreia) et la fin du siècle.

Notice 4161

  • 161 Dans le tableau des éparchies, la mention « add. » pour la notice 4 signale l’ajout des anciens si (...)
  • 162 Notitia 16-38 et Notitia 46-39.

88La notice 4 marque un retour à la hiérarchie antérieure à l’époque iconoclaste, comme on l’a vu pour la liste des archevêchés. Le nombre de métropoles diminue pour atteindre 34 sièges : les listes des notices 1 et 4, à l’exception de l’ajout en finale d’Amorion, sont similaires162 et la comparaison des notices 2 et 4 donne un résultat proche.

  • 163 Notitia 4, p. 249, recension des ms. MNOP (voir ibid., n. 39), introduite par une phrase précisant (...)

89La liste de la notice 4 comporte deux particularités. Tout d’abord, l’ajout sans numérotation des sièges occidentaux en fin de la liste en lieu et place, dans la notice 3, de leur intégration à la liste : Thessalonique, Syracuse, Crète, Corinthe, Rhègion, Nikopolis, Athènes et Patras163 ; on retrouve alors, comme nous l’avons dit, un état proche des notices 1 et 2.

  • 164 Darrouzès, Notitiae, p. 38 ; sur les unions de sièges, voir Id., Remarques, p. 231-236.
  • 165 Id., Notitiae, p. 38.

90Ensuite, il faut signaler quelques modifications par rapport à la notice 3 : la disparition de Dyrrachion jusqu’à sa réintégration dans la notice 7 ; la réapparition au 13e rang de Mélitène ; l’apparition, outre de Sylaion par union avec Pergè au 25e rang164, de la métropole d’Amorion au 34e rang (c’est-à-dire après les métropoles anciennes), même si cette addition n’apparaît pas dans tous les manuscrits165.

  • 166 PMBZ 7846 et PBE Theodosios 14 ; son sceau (L 502 = DOSeals 3, 88.4) atteste également son titre d (...)
  • 167 Notitia 277 et Notitia 2300-307.
  • 168 Les sources (notamment les Vies d’Euthyme et de Théophylacte de Nicomédie) confirment ce titre : P (...)

91Amorion, capitale du thème des Anatoliques, est évêché au concile de Nicée II si l’on en croit le titre de son représentant, Théodose166. La notice 2 enregistre le siège comme archevêché tout en intégrant dans les éparchies les suffragants du siège167. Au début du ixesiècle, Eudoxe, compagnon de lutte d’Euthyme de Sardes face à Léon V, est métropolite168 : la cité a donc été promue au rang de métropole à la fin du viiie siècle.

Notice 5

92La notice 5, avec 43 éparchies et métropoles, établit une hiérarchie presque similaire à celle de la notice 4. Dans la continuité des notices précédentes, les sièges occidentaux ajoutés dans la notice 4 sans numérotation le sont également dans la notice 5. À la liste s’ajoute seulement Larissa, absent de la notice 4 mais présent dans les notices 2 et 3. La notice 5 apparaît comme une notice brève composée à la suite ou parallèlement aux notices anciennes.

  • 169 Darrouzès, Notitiae, p. 48.

93Il faut également noter la disparition d’Amorion ; l’explication fournie par J. Darrouzès d’une omission dans certains manuscrits est la plus vraisemblable169, car le siège est présent dans toutes les autres notices. Ces légères modifications permettent de confirmer que la rédaction de la notice 5 est postérieure à celle de la notice 4, ou du moins parallèle, mais avec le souci de tenir compte de l’exactitude de la hiérarchie.

Notice 6

  • 170 Notitia 637 : « Εἰσὶν καὶ οἱ ὑπὸ τὴν Δύσιν. »

94Notice brève ne listant que les métropoles, la notice 6 en recense 46. Il y a quelques variantes par rapport à la notice 5 : aux 33 métropoles anciennes s’ajoutent en fin de liste trois métropoles orientales – Trébizonde et Séleucie, entre lesquelles s’intercale Amorion, réintégrée dans la hiérarchie après son absence de la notice 5 – et dix métropoles occidentales, introduites par une courte note précisant qu’il s’agit bien de sièges occidentaux170. Parmi ces derniers figure Hydrous, devenu métropole sous Nicéphore Phocas ; cela permettrait de placer la rédaction de la notice dans le dernier quart du xe siècle. Cette hypothèse pourrait être contredite par la disparition de Gortyne. La Crète avait été conquise par les Arabes jusqu’à sa reprise par Nicéphore Phocas en 961 ; cela expliquerait également l’absence du siège dans la notice 7 et sa réintégration dans la notice 8 au xe siècle ; cependant, on s’explique mal alors la présence de la Crète dans les notices 4 et 5. Il y a ici un évident problème de composition ou de conservatisme dans les listes.

  • 171 Darrouzès, Notitiae, p. 51.

95Des sièges sont rétrogradés dans la liste, le plus souvent par inversion des sièges entre eux : Corinthe passe de la 38e à la 43e place, Thessalonique du 35e au 39e rang, Sébastée de la 11e à la 13e place par inversion avec Mélitène, de la 13e à la 11e place. La notice 6 est donc marquée par un certain désordre lié à sa composition171, désordre auquel va mettre fin la notice 7.

Notice 7

  • 172 Ibid., p. 71.

96Avec 51 métropoles, la notice du patriarche Nicolas Mystikos montre une augmentation sensible des sièges par rapport aux notices antérieures, en particulier parce que la notice « consiste à donner l’ordre hiérarchique des métropoles en y insérant les métropoles occidentales [tout en fixant] le rang des métropoles nouvelles créées en Orient »172.

97Plusieurs sièges ont disparu de la notice 7. Hydrous est absent de la liste mais apparaît dans la liste des archevêchés ; le siège réapparaît comme métropole dans la notice 8, avec confusion du statut du siège, puisque la cité est enregistrée comme archevêché et métropole. Mélitène, au 11e rang de la notice 6, est remplacé à cette place par Sébastée ; on pourrait supposer, peut-être, une fusion des métropoles en un seul siège, mais cela est infirmé par la réapparition de Mélitène dans la notice 8.

  • 173 Ibid., p. 72.

98Les sièges soumis à Markianoupolis et à Phasis disparaissent des listes ; l’éparchie de Lazique est désormais contrôlée par Trébizonde173. L’éparchie d’Achaïe disparaît pour être remplacée par celle du Péloponnèse : Patras reste bien métropole, seul le nom de l’éparchie a changé.

99Quelques sièges sont rétrogradés : Claudiopolis passe au 17e rang par remontée de Thessalonique au 16e rang ; les sièges qui suivent Claudiopolis subissent le même traitement, tout comme ceux qui suivent Mokissos, qui chute de la 26e à la 29e place, et Philippoupolis (Thrace) du 28e au 36e rang.

100Les métropoles jusqu’ici sans numéro d’ordre – Corinthe, Sébastée, Trébizonde, Séleucie, Syracuse, Rhègion, Nikopolis, Athènes, Larissa et Philippes (Macédoine) – en possèdent désormais un. Ce mouvement marque donc la reconnaissance définitive de ces sièges dans la hiérarchie par leur classement précis dans la liste.

  • 174 Il faut également noter la réapparition de Dyrrachion (Épire Première) au 42e rang, présent dans l (...)
  • 175 Sur ce dernier siège, voir Darrouzès, Remarques, p. 215-221.

101Quelques métropoles, apparaissant logiquement en fin de liste, sont également créées174. D’anciens archevêchés sont promus : c’est le cas de Smyrne, Kotyaeion, Catane, Mytilène et Euchaïta175. D’autres sièges en revanche apparaissent directement dans la liste des métropoles : c’est le cas de Santa Severina, Kamachos et Néai Patrai. La notice 7 établit donc une hiérarchie plus claire par rapport aux notices antérieures ; on entre donc bien ici dans une autre période de l’histoire de la hiérarchie : la hiérarchie semble alors, au moins pour un temps, globalement fixée.

Notice 8

  • 176 Id., Notitiae, p. 83.
  • 177 Sur Samosate (Asmosaton), Keltzènè et Taron/Kortzè, voir ibid., p. 83.

102Par comparaison avec la notice 7, la notice 8 enregistre un nombre plus important de métropoles (65 au lieu de 51) ; les ajouts apparaissent surtout en fin de liste. Avant Euchaïta, finale de la notice 7 et au 54e rang de la notice 8, on note l’apparition de Mélitène (13e rang), Smyrne (confondue avec Séleucie au 32e rang)176, Philippoupolis de Rhodope (41e) et Gortyne (46e) – insertions qui causent la rétrogradation des sièges suivants. Après Euchaïta viennent s’ajouter successivement Amastris, Samosate, Chônai, Hydrous, Keltzènè, Taron/Ktorzè177, Colonée, Thèbes, Serrès et Pompéïoupolis, jusque-là absents de la liste des métropoles, à l’exception d’Hydrous.

Notice 9

  • 178 Ibid., p. 88-91.

103Avec la notice 9, on revient à une hiérarchie plus proche de la notice 7. Le nombre de sièges diminue pour atteindre un total de 56 métropoles. Les manuscrits montrent des variantes dans la liste178, et l’on repère ainsi quelques changements significatifs par rapport à la hiérarchie antérieure. Il faut rappeler que la notice 9 ne comporte pas de liste nue des métropoles : celles-ci nous sont connues par la liste des éparchies.

104Disparaissent, parfois pour réapparaître dans les notices suivantes, les sièges de Gortyne, Syracuse, Philippoupolis (Thrace) ainsi que les derniers sièges de la liste de la notice 8 (Taron/Ktorzè, Colonée, Thèbes, Serrès et Pompéïoupolis) – modifications qui affectent l’intégralité de la liste par la remontée d’un certain nombre de sièges : Corinthe, Thessalonique et Dyrrachion retrouvent leur classement antérieur et Philippoupolis (Thrace) revient au 39e rang, qu’elle occupait dans la notice 7.

Notice 10

  • 179 Longue analyse des variations et des quatre principales recensions dans ibid., p. 95-103.
  • 180 Ibid., p. 108-109 sur ces cas.

105La notice 10, avec 57 métropoles, est proche de la précédente ; cependant, les variations entre les manuscrits compliquent l’analyse179. Il faut noter ici les rares changements opérés par rapport à la notice 9. Samosate, anciennement rangée au 53e rang, disparaît de la liste, entraînant la remontée des sièges suivants ; Gortyne réapparaît probablement après la reconquête de Chypre en 961, et obtient le 30e rang au lieu de la 46e place dans la notice 8 ; Colonée retrouve son rang de métropole tout en gagnant quelques places dans la hiérarchie par rapport à la notice 8 (de la 61e à la 55e place). Enfin, selon les variations entre les recensions des manuscrits, il faut noter une confusion : au 13e rang, Syracuse et Mélitène occupent la même place, de même que Gortyne et Séleucie au 30e rang180.

Notice 11

  • 181 Cela est visible par l’intégration à la notice de nombreuses métropoles connues par les listes des (...)
  • 182 On en trouvera la liste complète dans le tableau des métropoles en annexe.

106Avec 85 métropoles, la notice 11 enregistre les modifications de la hiérarchie au xie siècle181 ; près d’une trentaine de sièges – dont beaucoup n’avaient jamais été métropoles – est intégrée en fin de liste après Colonée182. Thèbes, Serrès et Pompéïoupolis retrouvent en revanche leur rang (respectivement 59e, 60e et 61e) après leur absence des notices 9 et 10.

  • 183 Darrouzès, Notitiae, p. 122-123.

107Les autres sièges étaient évêchés ou archevêchés ; leur élévation est liée au contexte du xie siècle. Leur apparition dans les sources date des années 10321094183 : il s’agit bien là de l’intégration des sièges des métropolites venus à Constantinople au xie siècle, comme le montre la fréquentation plus importante du synode de la capitale. C’est donc ici un état de la liste postérieur au début du xie siècle et antérieur aux réformes ecclésiastiques des Comnènes au xiie siècle.

Approches régionales et maillage du territoire

  • 184 Le découpage régional que nous suivons ici s’inspire de celui opéré par la Kommission für die Tabu (...)

108Les variations de la hiérarchie principale par l’étude des notices confirment ce que les textes nous font connaître de la situation des métropolites et archevêques dans l’Empire du xie siècle : une concentration renforcée dans la capitale par l’attribution d’un statut ecclésiastique élevé à des sièges que leurs titulaires occupent de façon moins régulière. Les notices permettent également d’étudier le maillage du territoire : après avoir dressé le constat d’un certain parallélisme entre le réseau urbain et le réseau épiscopal puis présenté rapidement la répartition globale des grands sièges, nous nous intéresserons aux grands ensembles régionaux de l’Empire en étudiant les évolutions de la hiérarchie de chaque éparchie184.

Réseau urbain, réseau épiscopal et répartition des sièges à l’échelle de l’Empire

  • 185 Klètorologion de Philothée, p. 234-235 ; Notitia 7, p. 270-271.
  • 186 Sceau de l’évêque Jean aux xe-xie siècles (L 669).
  • 187 Notitia 1414, 2483, 3577et 4435.

109Dans l’œuvre de Philothée comme dans le décret de promulgation de la notice 7 quelques années plus tard, un évêché est assimilé à une ville185 ; dans les deux cas, c’est le terme πόλις qui est utilisé, alors qu’on le trouve moins régulièrement dans les autres sources pour décrire le monde urbain mésobyzantin. Le réseau épiscopal correspond donc bien au réseau urbain d’origine, mais y a-t-il encore adéquation à l’époque mésobyzantine entre le réseau épiscopal et le réseau urbain, profondément remodelé depuis l’Antiquité tardive ? Certaines villes, pourtant évêchés, sont absentes des notices épiscopales. Cela tient d’abord à la nature de ces textes qui comptent de nombreuses erreurs ou approximations. C’est le cas de l’évêché de Rhodopolis en Chaldie, attesté par un sceau186. La ville, absente du Synekdèmos au vie siècle, apparaît dès la notice du Pseudo-Épiphane puis disparaît après la notice 4 au ixe siècle187.

  • 188 Sous Athènes, la notice 7 (Notitia 7496-506) enregistre 10 évêchés suffragants, qui se maintiennen (...)

110À partir du viiie siècle, le réseau épiscopal se reconstitue partiellement dans certaines régions où les sièges n’étaient plus occupés ; ce mouvement va grandissant jusqu’au xie siècle avec la multiplication des créations de sièges. Le Sud des Balkans, par exemple, est progressivement rechristianisé après les invasions slaves : la création de métropoles grecques en lieu et place des sièges anciennement romains entraîne la multiplication d’évêchés dépendant de ces métropoles. C’est le cas des suffragants d’Athènes (Hellade), de Patras (Péloponnèse) et de Larissa (Hellade/Thessalie). Ces trois éparchies voient leur réseau épiscopal se densifier à partir de la notice 7, témoignant ainsi de la création de sièges aux ixe-xe siècles188.

  • 189 Constantin Porphyrogénète, De Thematibus, p. 88-90. Pour la Macédoine, Constantin donne la liste s (...)
  • 190 On trouve dans l’œuvre de Constantin, en plus de la Macédoine et du Péloponnèse, le détail des thè (...)
  • 191 Ibid., p. 8546-8648-60 : Éparchie de Thrace ou d’Europe : Eudoxioupolis, Héraclée, Arkadioupolis, (...)

111Il y aurait donc ici la volonté de redonner à la péninsule balkanique le caractère chrétien qu’elle avait perdu aux yeux des autorités byzantines. On retrouve dans le De Thematibus de Constantin Porphyrogénète des listes comparables des cités de Macédoine ou du Péloponnèse189 : pour l’empereur, métropoles et évêchés sont assimilés aux cités qui tissent le maillage urbain de l’Empire. Les comparaisons peuvent être multipliées entre les notices épiscopales et le De Thematibus : dans tous les cas190, on constate une hiérarchie parallèle entre le réseau urbain et le réseau épiscopal. Cela est particulièrement net, par exemple, pour les éparchies de Thrace, dont Constantin donne le détail191. L’auteur écrit s’inspirer du Synekdèmos, ce qui pourrait refléter un réseau ancien ; ce n’est pourtant pas le cas et le dense réseau urbain que Constantin évoque pour la Thrace est confirmé par les notices, notamment par les listes des archevêchés, nombreux dans l’arrièrepays de Constantinople pour protéger la capitale par la construction de kastra et l’installation de pouvoirs-relais dans ces cités.

  • 192 Culerrier, Éphèse, p. 161-162 ; l’auteur cite l’exemple de Maschakômè, siège qui apparaît dans tou (...)
  • 193 Voir infra p. 128.

112Si dans certaines régions il semble que les deux réseaux soient en adéquation, ce n’est pas partout le cas. L’étude de P. Culerrier sur les évêchés de l’éparchie d’Éphèse vient nuancer cette idée. Selon lui, l’équivalence entre ville et évêché n’est qu’apparente : si toutes les villes de la région sont bien des évêchés, tous les évêchés ne peuvent être considérés comme des villes, comme en témoignent les noms de ces localités qui n’étaient que de simples bourgades (kômai)192. Il y a donc bien une certaine ambiguïté autour de l’adéquation entre villes et évêchés, comme en témoignent entre autres les diverses dénominations des sites urbains – kômè, kastron ou encore polis193.

113À l’échelle de l’Empire, sur les frontières duquel l’Église calque son organisation, l’analyse des notices permet de se faire une idée de la répartition des sièges épiscopaux. La notice 7 montre la forte prédominance de l’Orient et particulièrement de l’Asie Mineure avec près de deux tiers des sièges de tous statuts. À ces métropoles orientales sont soumis de nombreux évêchés. On constate une différenciation nette dans la répartition des sièges : l’Ouest de l’Asie Mineure est bien mieux desservi par un réseau dense de petites cités épiscopales. Certaines éparchies comptent de très nombreux évêchés, comme la métropole d’Éphèse (plus de 30 suffragants au xe siècle), la Lydie (26 suffragants dans la notice 11), la Lycie (38 suffragants selon la notice 3 et 36 selon la notice 11), la Carie (près d’une trentaine) ou encore les éparchies de Phrygie qui, sous les métropoles de Laodicée, Synada, Hiérapolis, Amorion et Kotyaeion, comptent plus de 70 suffragants.

  • 194 L’absence de province ecclésiastique soumise à l’autorité directe du patriarche entraîne la multip (...)

114En Occident, on distingue deux régions principales : la Thrace et l’arrière-pays de Constantinople, essentiellement dotés d’archevêchés placés sous le contrôle direct du patriarche194 ; le Péloponnèse, où les métropoles, avec leurs suffragants, sont plus nombreuses. Dans ces deux zones, l’on constate une implantation locale plus forte que dans d’autres zones de l’Occident byzantin, en particulier le Nord et l’Ouest des Balkans.

115Enfin, les zones côtières de la mer Noire, comme le Nord de l’Anatolie, sont plus propices à l’installation d’évêchés, qui sont autant de débouchés et de voies de départ pour les routes commerciales, terrestres et maritimes.

116La répartition globale des sièges de la hiérarchie montre donc trois grands ensembles régionaux où est implanté l’essentiel des sièges : l’Ouest de l’Asie Mineure, la Thrace et le Péloponnèse. Cela n’étonne pas, puisque ce sont là les trois principales zones de peuplement et de développement économique de l’Empire autour de son centre, Constantinople.

Asie Mineure et mer Noire

  • 195 Dagron, Christianisme byzantin, p. 28-32.

117La partie orientale du monde byzantin, noyau vital de l’Empire, est celle qui compte le plus de sièges épiscopaux. Ce phénomène n’est pas nouveau à l’époque mésobyzantine, même si les conquêtes arabo-musulmanes du viie siècle ont considérablement réduit le territoire oriental de l’Empire, dessinant ainsi une nouvelle géographie ecclésiastique195.

L’Asie Mineure occidentale

118L’Asie Mineure occidentale compte quelques-uns des sièges les plus anciens et les plus prestigieux de la hiérarchie ecclésiastique, organisée autour de dix métropoles (dont trois sans suffragant) et de six archevêchés, classés ici par ordre de préséance dans les notices :

Éphèse (Asie)

  • 196 Darrouzès, Variations numériques, p. 10. Il s’agit, d’après l’ordre de préséance de la notice 2, d (...)

119L’éparchie d’Asie, contrôlée par la métropole d’Éphèse (auj. Efes) avant la création de la métropole de Smyrne (auj. İzmir), est l’une des plus denses de la hiérarchie puisqu’elle compte près de 40 sièges dans les notices196. Les variations sont peu nombreuses et la chute à 34 sièges dans la notice 7 est notamment liée au transfert de trois sièges à la métropole de Smyrne au ixe siècle : Phocée, Magnésie du Sipyle (Magnèsia Anèlios) et Klazoménai.

  • 197 C’est le cas déjà mentionné de la Sicile (Prigent, Sicile, p. 22 et n. 110.).
  • 198 Culerrier, Éphèse, p. 150.

120Comme pour l’ensemble des notices, la liste des suffragants d’Éphèse montre le conservatisme de ces textes et la stabilité de la hiérarchie. Les raisons du classement ne sont pas claires : si pour certaines régions il suit un ordre logique197, dans le cas de l’Asie comme pour beaucoup d’éparchies, le classement « n’est pas géographique et n’est pas lié non plus à l’ancienneté de fondation des sièges »198 ; on ignore donc la façon dont il fut opéré.

Cyzique (Hellespont)

  • 199 Darrouzès, Variations numériques, p. 12. Notice 2 : Germè, Poimanéon (Poimanénon, sceau de Philoth (...)

121Située sur la rive méridionale de la mer de Marmara, Cyzique (auj. Balkız près de Erdek) compte une quinzaine de suffragants199, dont certains changent ensuite de statut ; c’est le cas de Germè, archevêché dès la notice 7, ou d’Abydos, métropole sans suffragant à partir de la notice 11 bien que le siège figure toujours en doublet comme suffragant jusque dans la notice 13.

  • 200 D’après Janin, Grands centres, p. 126 (fond modifié) ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20. Non lo (...)

Carte 1 : Hellespont200

  • 201 Nouveau nom de Skepsis, évêché ainsi nommé au concile de Chalcédoine.
  • 202 Voir BHG 370y-371.
  • 203 CIG IV no 8804 = IGC no 1 = F. Halkin, « Inscriptions grecques relatives à l’hagiographie. L’Asie (...)

122De la liste initiale, comptant 13 suffragants, on constate peu de variations hormis les deux susmentionnées ; leur disparition est compensée par l’apparition du siège d’Hagios Kornèlios201 dès la notice 7 et celle de Skamandros dans la notice 4, qui disparaît ensuite pour être à nouveau intégré à la notice 9. Ces deux cités ont en commun le culte de saint Corneille, martyrisé dans la région202 ; la découverte de ses reliques vers 425 entraîna la construction d’une église, restaurée au ixe ou au xe siècle à la demande de l’évêque Anthime de Skamandros203.

Sardes (Lydie)

  • 204 Darrouzès, Variations numériques, p. 12. Il s’agit de Philadelphie, Tripolis, Thyateira, Sètai (Sa (...)

123Comme Éphèse, Sardes (auj. Sart) en Lydie contrôle un nombre élevé de suffragants : les notices en recensent 27, sans que l’on constate la moindre variation, à l’exception de l’absence dans la notice 7 de Mésotymolos, siège rétabli dans les notices suivantes204. Plus que pour d’autres éparchies, les listes des suffragants de Lydie enregistrent de nombreuses variations de noms pour un même siège, en particulier dans la notice 10.

  • 205 Notitia 10107 .

124Les noms des évêchés, comme pour Éphèse, donnent des informations sur la réalité urbaine de ces cités, puisque plusieurs sont composés sur le terme de kômè ; il s’agit donc de petites localités. À l’inverse, certains noms ne s’expliquent pas : l’une des recensions de la notice 10 donne ainsi comme équivalence au siège de Maionia, attesté sous ce nom dans les autres listes, le nom d’Opsikion205 ; on ignore s’il faut voir ici un lien avec le thème homonyme, pourtant bien éloigné de la région considérée ici.

Nicomédie (Bithynie Première)

  • 206 Darrouzès, Variations numériques, p. 13.
  • 207 D’après la notice 2 : Prousa (Brousse ou Théopoulis), Prainétos, Hélénopolis, Basilinoupolis, Dask (...)
  • 208 Aristè (Éristè), Daphnousia et Lophos, associé à Gallos.
  • 209 Aristè, au 11e rang dans la notice 4, perd une place dès la notice 7. Listes : Le Quien, OC I, col (...)

125L’éparchie placée sous Nicomédie (auj. İzmit)206 compte une douzaine de suffragants dont la liste évolue peu. Aux dix sièges initiaux207 s’ajoutent trois nouveaux sièges dans la notice 3208 ; la liste se maintient avec une légère modification entre la notice 4 et la notice 7209.

  • 210 Mansi XVI, col. 193 (Léon en 870) ; Mansi XVIIA-XVIIIA, col. 373 (Antoine en 879).
  • 211 Voir supra, p. 45-46.

126Le siège de Daphnousia, dans la notice 3, pourrait poser quelques difficultés ; on ne trouve pas trace du siège avant le concile de 870210, alors même que la notice 3 est, semble-t-il, antérieure à cette date (milieu du viiie début du ixe siècle)211. On aurait donc le cas d’un siège existant au plus tôt au viiie siècle mais non représenté lors des conciles antérieurs à 870, en particulier en 787. Contrairement à d’autres cas où l’on constate les lacunes des notices, on aurait ici le cas d’un siège connu par les seules notices.

  • 212 D’après Janin, Grands centres, p. 82 et 108 ; Bithynie, p. 317 (fond), 380 et 446, n. 158.

Carte 2 : Bithynie 212

Nicée (Bithynie Seconde)

  • 213 Darrouzès, Variations numériques, p. 14. Méla Mélina (Modrinè), Linoè et Gordoserva ; Noumérika, T (...)

127Jouissant d’un passé glorieux réactualisé en 787 lors du concile, Nicée (auj. İznik) compte peu de suffragants ; le dense réseau épiscopal de Bithynie explique sans doute la taille réduite de cette éparchie. La notice 2 attribue à Nicée trois suffragants ; la notice 4 y ajoute trois autres sièges213.

  • 214 L 396 = DOSeals 3, 61.1 ; ZV 1330 ; sur ce sceau, voir infra, p. 151-152.
  • 215 Ignace le Diacre, Lettres, no 10, p. 46 ; Mango, Efthymiadis, Correspondance of Ignatios, p. 171-1 (...)

128Leur création est antérieure au milieu du ixe siècle, ce que confirme pour Noumérika le sceau de Christophore, daté de l’intermède iconodoule (787815)214. Pour l’évêché de Taion, on sait par la correspondance d’Ignace le Diacre qu’il fut rétabli dans les premières années du ixe siècle, ce qui impliquerait que le siège préexistait mais les notices n’en disent rien215.

Stauropolis (Carie)

  • 216 Comme en témoignent certaines notices ou certains sceaux, la métropole est souvent simplement dite (...)
  • 217 Darrouzès, Variations numériques, p. 19. Notice 2 : Kibyrra (sceau de Basile dans la seconde moiti (...)
  • 218 Darrouzès, Notitiae, p. 41 et 257, n. 330 ; il s’agit sans doute d’une erreur de copie.

129La Carie, sous Stauropolis/Aphrodisias (auj. Geyre)216, compte un réseau dense d’évêchés avec près d’une trentaine de noms217, dont la liste est globalement stable entre les notices. Métaba et Myndos disparaissent de la notice 3, ce qui fait remonter la suite de la liste. La notice 4 revient à la hiérarchie de la notice 2 en ajoutant en finale Promissos, siège de Phrygie218. La notice 7 voit la disparition du siège de Siza/Ériza, préalablement rangé au 3e rang, et de Métaba (au 25e rang de la notice 2). Les notices 9 et 10 maintiennent la même hiérarchie, avec cependant, dans l’une des recensions de la notice 10, la réapparition de Siza/Ériza, rétrogradé au 19e rang.

Smyrne (Asie)

  • 219 Il s’agit de Phocée, Magnésie du Sipyle (Magnèsia Anèlios) et Klazoménai ; s’y ajoute le siège d’A (...)
  • 220 Pas de listes épiscopales ; sceau de Constantin de Sosandra : DOSeals 3, 36.1 (xie siècle).

130Smyrne (auj. İzmir) est enregistrée archevêché dans les notices 2 à 5 où elle tient l’un des plus hauts rangs. Le siège devient métropole après le dédoublement de l’éparchie d’Asie au détriment d’Éphèse. Ce changement, opéré au ixe siècle et repérable dès la notice 7, attribue à Smyrne quatre suffragants, dont trois pris à Éphèse219. La notice 10 y ajoute Sosandra et Pétra à la fin de l’une des deux principales recensions220.

  • 221 D’après Calder, Bean, Map of Asia Minor ; JONES, Cities, carte II ; Culerrier, Éphèse, p. 163 ; At (...)

Carte 3 : Asie, Lydie et Carie221

  • 222 Sur Métrophane, PMBZ 4986 et PBE Metrophanes 1.
  • 223 Grumel-Darrouzès, Regestes, no 462 [460].
  • 224 Mansi XVI, col. 413E-420D.

131Le siège de Smyrne fut élevé au rang de métropole sans doute au milieu du ixe siècle : l’un de ses plus célèbres titulaires, Métrophane222, fut nommé à ce poste par Méthode ou Ignace ; déposé par Phôtios en 859223, il fut rétabli par Ignace puisqu’il signa au concile de 869 parmi les métropolites224.

Anatolie centrale et orientale

132Contrairement à l’Asie Mineure occidentale, l’Anatolie centrale et orientale, plus vaste, compte un nombre plus important d’éparchies, mais en moyenne par éparchie un nombre moins élevé de suffragants ; l’ensemble des évêchés de cette région s’élève néanmoins à plus de 260 sièges.

Césarée (Cappadoce Première)

  • 225 Le site de Césarée se trouve à Eskişehir, au sud de l’actuelle ville de Kayseri, qui a conservé le (...)
  • 226 Sur les évêchés des provinces de Cappadoce, voir Métivier, Cappadoce, p. 282-288.
  • 227 Darrouzès, Notitiae, p. 66-68 sur les additions des sièges cappadociens, et Variations numériques, (...)
  • 228 Monde byzantin II, p. 405-407. L’État se préoccupe alors de repeupler certaines régions à l’est de (...)
  • 229 Darrouzès, Notitiae, p. 67.

133Premier siège de la hiérarchie ecclésiastique dans toutes les notices de l’époque byzantine, Césarée (auj. Eskişehir/Kayseri225) compte un nombre limité d’évêchés suffragants, tous antérieurs au vie siècle226. Ce nombre double dans la notice 7227, résultat d’une pacification de la région après les invasions arabes228. À partir de la notice 7, la hiérarchie évolue : Nysse est promue prôtothronos de l’éparchie, sans doute en raison du prestige du siège, connu pour avoir été le lieu d’exercice d’un Père de l’Église, Grégoire. Cela correspond sans doute à la réorganisation de la province opérée au ixe siècle et enregistrée au temps de Nicolas Mystikos, mais l’absence de sources parallèles empêche de contrôler la valeur de la liste229.

Ancyre (Galatie Première)

  • 230 Id., Variations numériques, p. 11-12. Notices 2 et 4 : Tabia, Basilaion (Ioulioupolis ou Gordion K (...)
  • 231 Il s’agit de Nicolas : Mansi XVIIA-XVIIIA, col. 377B. Listes : Le Quien, OC I, col. 485-486 ; Feda (...)
  • 232 Le siège est érigé en métropole sous le règne de Constantin X Doukas (1059-1067), ainsi que le sig (...)

134La liste de Galatie, sous Ancyre (auj. Ankara), est plus stable que celle de Cappadoce : aux sept suffragants recensés dans les notices anciennes230, la notice 7 ajoute Kaloumna, dont le premier évêque connu apparaît au concile de 879-880231. Cette hiérarchie se maintient ensuite, à l’exception de Basilaion/Ioulioupolis, métropole sans suffragant dès la notice 11232.

Sidè (Pamphylie)

  • 233 Darrouzès, Variations numériques, p. 14. Notice 2 : Selgè, Aspendos, Étenna, Orymna, Kassa, Sennéa (...)
  • 234 Il ne s’agit pas ici d’une création d’évêché, mais de l’inscription dans la notice d’un siège exis (...)
  • 235 Korakèsion n’apparaît pas sous ce nom dans la notice 11 mais sous le nom d’Alania ; voir TIB 8, p. (...)

135La liste de Pamphylie, sous Sidè (auj. Side), montre également une grande stabilité : l’éparchie compte seize suffragants dans toutes les notices, avec de rares variations233. Selgè, prôtothronos de l’éparchie dans les notices 2 et 3, disparaît de la liste par promotion au rang d’archevêché ; il y a cependant ici un doublet dans les notices, puisque le siège est à la fois archevêché et évêché dans la notice 2. Hormis cette modification, il faut signaler l’apparition dans la notice 7 de Kotaina234, qui se maintient dans les listes suivantes, et la disparition du siège de Korakèsion, métropole sans suffragant à partir de la notice 11235.

Sébastée (Arménie Seconde)

  • 236 Notitia 784 ; cela n’empêche pas le siège de se maintenir en doublet dans quelques copies des noti (...)
  • 237 Darrouzès, Variations numériques, p. 14. Suffragants : Sébastopolis, Nikopolis, Satala, Koloneia ( (...)

136Au nord-est de l’Asie Mineure, l’Arménie Seconde compte, sous Sébastée (auj. Sivas), une hiérarchie stable de cinq suffragants. À l’exception de l’érection de Colonée en archevêché à partir de la notice 7236, le réseau se maintient dans toutes les notices de l’époque mésobyzantine237.

Amasée (Hélénopont)

  • 238 Darrouzès, Variations numériques, p. 14-15. Suffragants : Amisos (sceau de Constantin, au xie ou x (...)
  • 239 En 787, Constantin (PMBZ 3857 et PBE Konstantinos 47) : Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 65-66, e (...)

137Située dans une région au dense réseau épiscopal, l’Hélénopont, sous Amasée (auj. Amasya), possède une hiérarchie relativement stable238, malgré les quelques variations que subit l’évêché de Zèla dans les listes, puisqu’il est absent de la notice 7 et de certaines recensions des notices 9 et 10, alors même que le siège est représenté aux conciles de 787 et de 879239.

Tyane (Cappadoce Seconde)

  • 240 Darrouzès, Variations numériques, p. 15. Listes : Le Quien, OC I, col. 401-406 ; Fedalto, HEO, p.  (...)

138Petite métropole au sud-ouest de Césarée, Tyane (auj. Kemerhisar) contrôle une éparchie au territoire limité ; elle compte trois suffragants stables : Kybistra, dont la promotion en archevêché combiné avec Héraclée est enregistrée dans la notice 11, Phaustinoupolis et Sasima240.

Gangra (Paphlagonie)

  • 241 Darrouzès, Variations numériques, p. 15. Listes : Le Quien, OC I, col. 555-566 ; Fedalto, HEO, p.  (...)

139Comme la Cappadoce Seconde, l’éparchie de Paphlagonie compte peu de suffragants. Sous Gangra (auj. Çankırı) sont rangés quatre suffragants dans les notices 2 et 3 (Amastris, Iônopolis, Dadybra et Sora)241, liste réduite à trois après l’érection d’Amastris au rang d’archevêché au tournant des viiie et ixe siècles puis de métropole sans suffragant.

Claudiopolis (Honoriade)

  • 242 Darrouzès, Variations numériques, p. 15. Il s’agit d’Héraclée du Pont, Prousias, Tios (siège connu (...)

140À l’ouest de la Paphlagonie, l’éparchie d’Honoriade se rattache par son réseau épiscopal à la Bithynie voisine, pouvant ainsi être intégrée au grand réseau urbain micrasiatique faisant face à Constantinople. Sous Claudiopolis (auj. Bolu) sont rangés cinq suffragants qui se maintiennent sans changement pendant toute l’époque mésobyzantine242.

  • 243 D’après Calder, Bean, Map of Asia Minor ; TIB 2, 4 et 9 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 21 (fon (...)

Carte 4 : Anatolie centrale243

Néocésarée (Pont Polémoniaque)

  • 244 Les notices 2, 4 et 5 enregistrent le siège en doublet comme archevêché.
  • 245 Darrouzès, Variations numériques, p. 15-16. Listes : Le Quien, OC I, col. 509-518 ; Fedalto, HEO, (...)
  • 246 Laurent, Trébizonde.
  • 247 Il s’agit de Halia, Rhizaion (sur ce siège et son évolution, voir ci-dessus), Kokkos (sceau de Nic (...)
  • 248 Voir infra, p. 95-97.

141À l’est de l’Hélénopont, Néocésarée (auj. Niksar) domine une vaste éparchie qui connaît d’importantes modifications. Les notices 2-4 lui attribuent quatre suffragants : Trébizonde244, Kérasonte, Polémonion et Komana245. Dans les notices 6 et 7, Trébizonde disparaît des suffragants pour être enregistré comme métropole de Lazique en remplacement de Phasis246. Kérasonte est promue métropole sans suffragant dans la notice 11, mais ne disparaît pas de la liste des évêchés avant la notice 13. La notice 10 montre une densification du réseau épiscopal de la région puisque sept nouveaux suffragants sont attribués à Néocésarée, dont trois ne se maintiennent pas dans les notices suivantes247. Le redécoupage ecclésiastique de l’éparchie du Pont Polémoniaque est parallèle à celui opéré pour l’éparchie de Lazique dont la hiérarchie est également réorganisée248.

Pessinonte (Galatie Seconde)

  • 249 Darrouzès, Variations numériques, p. 16-17. Amorion, Klanéos, Eudoxias, Pitanissos, Troknados (Tro (...)
  • 250 Myrikion (Hagios Agapétos) apparaît et devient prôtothronos à la place d’Amorion, devenue métropol (...)
  • 251 Abs. OC ; Fedalto, HEO, p. 76.
  • 252 Abs. OC ; Fedalto, HEO, p. 66.
  • 253 Loc. cit.

142La hiérarchie soumise à Pessinonte (auj. Balahisar) connaît d’importantes variations. La notice 2 fournit une liste de sept suffragants249. Le cas d’Amorion est comparable ici à ce qu’on a vu pour d’autres sièges : la cité est en doublet dans la liste des archevêchés de la notice 2 puis est promue métropole (notices 4, 6 et suivantes). Après la notice 4, qui réorganise la succession des sièges250, la hiérarchie est à nouveau modifiée par la notice 7 : Germakoloneia devient prôtothronos, puis viennent Pitanissos, le nouvel évêché de Synodia251, Myrikion, le nouveau siège de Lotinos252, Orkistos et enfin Palia, relégué au dernier rang. Troknados, qui avait disparu de la notice 7, réapparaît au 9e rang dans la notice 9, suivi par Myriangéloi253, ces deux sièges n’apparaissant plus dans la notice 10.

143Ces variations sont difficiles à apprécier ; si la promotion d’Amorion au rang de métropole à la fin du viiie siècle, parallèlement à son rôle de capitale du thème des Anatoliques, a dû entraîner d’inévitables modifications, elle n’explique pas tous les changements au sein de la hiérarchie de Galatie.

Myra (Lycie)

  • 254 Darrouzès, Variations numériques, p. 17-19, spéc. p. 18 (tableau comparé des différentes notices). (...)

144Avec l’éparchie de Lycie, on retrouve une région densément structurée par l’Église, comme dans d’autres zones d’Asie Mineure occidentale. La métropole de Myra (auj. Demre) a vu la liste de ses suffragants considérablement varier. Les trois notices anciennes enregistrent 37 sièges suffragants, avec un siège supplémentaire dans la notice 3 (Tragallassos)254.

  • 255 D’après Ramsay, Phrygia, p. 1, 353 et carte h.-t ; Jones, Cities, carte II ; Atlas d’histoire de l (...)

Carte 5 : Lycie255

  • 256 Disparaissent Telmessos, Limyra, Aprila, Tata, Arnéa, Zènonoupolis, Olympos, Bobos, Antiphellos, P (...)

145La notice 7 réorganise la hiérarchie des sièges en ajoutant et en supprimant certains évêchés pour aboutir à un total de 33 suffragants256. Cette hiérarchie se maintient dans les notices 9 et 10, avec quelques variantes dans une recension de la notice 10 qui intègre des sièges disparus depuis la notice 4. La notice 7 apparaît donc bien à nouveau comme une ligne de partage nette entre deux époques dans l’histoire de la hiérarchie, montrant le souci des autorités patriarcales de mettre à jour une liste jugée ancienne tout en renforçant le réseau épiscopal dans certaines régions.

Laodicée (Phrygie Pakatianè)

  • 257 Darrouzès, Variations numériques, p. 20-21. Notice 2 : Tibérioupolis (Pappa), Azanoi, Ankyra (Anky (...)
  • 258 Darrouzès, Variations numériques, p. 20, n. 13 : il s’agit de Valentia, représenté au concile de 7 (...)

146Avec Laodicée (auj. près de Eskihisar), nous pénétrons dans la vaste région de la Phrygie, qui a connu jusqu’à cinq éparchies. Laodicée compte une vingtaine de suffragants dont la liste évolue beaucoup, montrant une complexité similaire à celle observée pour la Lycie. La notice 2 enregistre 24 suffragants et la notice 4 en compte 19257. La notice 7, comme en Lycie, redessine la géographie ecclésiastique, qui se maintient dans les notices suivantes. La hiérarchie évolue donc progressivement : la notice 3 est un intermédiaire entre les notices 2 et 4 d’une part et la notice 7 d’autre part. Dans cette dernière, Trapézoupolis (18e rang de la notice 2) devient prôtothronos et de nombreux sièges disparaissent au profit de certaines cités devenues évêchés, comme Lounda (13e rang), Thampsioupolis (19e rang) et Oinoukômè (Ioustinianoupolis, 22e et dernier rang). Enfin, des évêchés, connus par d’autres sources, n’apparaissent pas dans les notices258.

Synada (Phrygie Saloutaria)

147La métropole de Synada (auj. Şuhut) compte un nombre de suffragants proche de celui de Laodicée ; la liste subit d’importantes variations qui, contrairement à la Phrygie Pakatianè, suivent l’ordre des notices.

  • 259 D’après Ramsay, Phrygia, p. 1, 353 et carte h.-t ; Jones, Cities, carte II ; TIB 7 (fond) ; Atlas (...)

Carte 6 : Phrygie259

  • 260 Darrouzès, Variations numériques, p. 22-23. Notices 2 et 3 : Kotyaeion, Dorylée, Nacoleia, Dokimio (...)
  • 261 Notitia 4479, 7656, 9530 10636 et 13700.
  • 262 Notitia 4481, 7658, 9532, 10638 et 13702.

148Des 24 suffragants des notices anciennes260, trois ont disparu dans la notice 4, entraînant la remontée des autres sièges : Kotyaeion est archevêché dans les notices 4 et 5, et métropole (avec et sans suffragant) dans les notices 7 à 11 ; Dokimion passe sous la métropole d’Amorion261 ; Polybotos passe sous Hiérapolis (notice 4) puis sous Amorion262.

  • 263 La situation ecclésiastique de Nacoleia est complexe : le siège est archevêché dans les notices 7, (...)
  • 264 Le Quien, OC I, col. 855-858 ; Fedalto, HEO, p. 171-174. Ces sièges, sauf Gordorynia (voir infra, (...)

149La notice 7 apporte quelques changements en s’inspirant de la notice 4. La disparition la plus remarquable est celle de Nacoleia, promue au rang d’archevêché dans les notices 7 à 11 et métropole sans suffragant à partir de cette dernière263. L’autre changement majeur concerne la finale de la liste : les cinq derniers sièges de la notice 4 (Kinnaborion, Kona, Skordapia, Nikopolis et Aurokla) disparaissent au profit de quatre nouveaux sièges, Gordorynia, Kaborkion (Kamarkos), Daphnoudion et Klèroi264.

  • 265 Lystra et Ouasada (Basada) s’intercalent faussement entre Lykaon et Stektorion. Listes : Le Quien, (...)

150Les notices 9 et 10, enfin, conservent cette hiérarchie avec quelques créations de sièges dans l’une des recensions de la notice 10, mais qui sont probablement des erreurs de copie puisque les sièges en question sont enregistrés dans toutes les notices sous la métropole d’Ikonion265.

Ikonion (Lycaonie)

  • 266 Darrouzès, Variations numériques, p. 23. Notices 2 et 3 : Lystra, Ouasada (Basada), Amblada, Ouama (...)
  • 267 Fedalto, HEO, p. 272 et 273 (abs. OC) ; TIB 4, p. 216 et 232-234.

151À la métropole d’Ikonion (auj. Konya) est soumise une quinzaine de suffragants. De la liste ancienne266, la notice 4 ne retranche que Mistheia, archevêché dans les notices 2 (doublet) et 4 à 11. La notice 7 redessine les contours de l’éparchie dont la hiérarchie se maintient dans les notices 9 et 10. La métropole compte toujours 15 suffragants, mais avec quelques changements par rapport à la notice 4 : Derbè et Hyda disparaissent, Laranda et Baréta chutent de plusieurs rangs dans la hiérarchie (des 6e et 7e rangs aux 11e et 15e) au profit de Bèrinopolis (6e), Sabatra (7e) et Kanos (8e), et deux évêchés sont créés, Posala (13e) et Tibassada (14e)267.

Antioche (Pisidie)

  • 268 Darrouzès, Variations numériques, p. 23-25. Notice 2 : Philomèlion, Sagalassos, Sozopolis, Atménia (...)

152Pour la Pisidie, c’est la notice 4 qui montre l’évolution la plus notable, reprise ensuite sans variation dans les notices 7, 9 et 10. La notice 2 liste sous Antioche (auj. Yalvaç Çayı) 22 évêchés repris dans la notice 3, à l’exception d’Atménia (5e rang) et Parlaos (21e rang), ce qui entraîne la remontée de tous les autres sièges, et d’Agrai, en finale, rattaché à Séleukeia Sidèra268.

  • 269 Notitia 4478 ; Notitia 7656, 9529 10635 et 13699.
  • 270 Le Quien, OC I, col. 1055-1056 et 1059-1062 ; Fedalto, HEO, p. 260, 263 et 264 ; TIB 7, p. 334, 38 (...)
  • 271 Darrouzès, Variations numériques, p. 25.

153La notice 4 compte 21 suffragants : ont disparu le prôtothronos Philomèlion (qui passe sous Amorion269 et qui est remplacé à ce rang par Sagalassos) et Néapolis (promu au rang d’archevêché dans la même notice 4) ; apparaissent Malos (Dadalia), Siniandos et Tityassos270. Comme l’a noté J. Darrouzès, l’insertion de ces sièges au milieu de la liste et non en finale pourrait être le signe d’un accident de copie271. Rien cependant ne permet de l’affirmer : les notices suivantes conservent la même liste, signe que cette insertion pourrait refléter la réalité de la préséance des sièges – à moins que l’erreur n’ait été répétée d’une notice à l’autre.

Pergè et Pergè-Sylaion (Pamphylie Seconde)

  • 272 TIB 8, p. 360-372 sur Pergè et p. 395-402 sur Sylaion.
  • 273 Cette année-là, le métropolite Jean de Pergè-Sylaion se rend en ambassade à Rome (PBE Ioannes 241  (...)
  • 274 Ruggieri, Nethercott, Syllion, p. 139-140 et 155.

154La Pamphylie Seconde, sous Pergè (auj. Evrinşar Harabeleri), voit le dédoublement de sa métropole par le rattachement à Pergè de Sylaion (auj. près de Kocahisar Harabeleri), l’un de ses anciens suffragants ; le rattachement est enregistré dans la notice 4272 et dans les sources en 867273. Ce rattachement a des raisons militaires et stratégiques : Sylaion pouvait bloquer par sa position les incursions arabes du viie siècle alors que Pergè n’en était pas totalement à l’abri ; les autorités ecclésiastiques se réfugièrent ainsi à Sylaion, qui prit aussi de l’importance par l’accession de deux de ses évêques au patriarcat, Constantin II et Antoine Kassimatas274.

  • 275 Darrouzès, Variations numériques, p. 25. Notice 2 : Attaleia, Magydos (Mandos), Eudoxias, Telmisso (...)

155L’éparchie compte dans les notices anciennes une vingtaine de suffragants275. Outre le rattachement de Sylaion à Pergè, on constate deux modifications : la disparition dans la notice 3 de Lagina, réintégré dans la notice 4, peut-être après une erreur de copie dans la compilation de la notice ; l’apparition en finale de Kos, suffragant de Rhodes, déplacé en Pamphylie (notices 4 et 13) et qui disparaît ensuite pour être réintégré à l’éparchie de Rhodes avant d’être promu archevêché dans la notice 15.

  • 276 D’après Calder, Bean, Map of Asia Minor ; TIB 4, 5 et 7 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 21 (fon (...)

Carte 7 : Pisidie, Pamphylie, Lycaonie et Isaurie276

  • 277 Notitia 10428, apparat : « ἡ δὲ Ἀτταλεία γέγονε μητρόπολις ἐν ἔτει ,ςφϛβ’ ἐπὶ Εὐστρατίου τοῦ ἁγιωτ (...)

156La hiérarchie se maintient dans les notices 7, 9 et 10. La liste nue des métropoles de la notice 11 signale qu’Attaleia fut promue au rang de métropole ; une note marginale précise que cette promotion fut l’œuvre d’Alexis Ier Comnène sous le patriarcat d’Eustrate en 1083-1084277.

Mokissos (Cappadoce Troisième)

  • 278 Darrouzès, Variations numériques, p. 25. Il s’agit de Nazianze, Colonée, Parnassos et Doara. Liste (...)
  • 279 Darrouzès, Notitiae, p. 237, n. 343-344.
  • 280 Jean VIII Xiphilin, Décret sur l’élection des évêques (1072), p. 5730 = Grumel-Darrouzès, Regestes(...)

157Comme les deux autres éparchies de Cappadoce sous Césarée et Tyane, la Cappadoce Troisième, sous Mokissos (auj. Viranşehir), compte quatre évêchés suffragants dont la hiérarchie est stable dans toutes les notices278. En finale de la notice 3 apparaissent en doublet deux sièges de Pamphylie Seconde, Sandida et Magydos ; cet ajout pourrait s’expliquer par leur proximité avec les sièges de Cappadoce Troisième dans les listes de 787279. La notice 10 ajoute en finale Matiana, qui se maintient dans la notice 13. Comme Attaleia en Pamphylie Seconde, Nazianze est promue métropole sans suffragant avant 1072, date du synode sur l’élection des évêques dont le décret est signé en dernier par Grégoire de Nazianze, signe de la création récente de cette métropole280 ; le changement est enregistré dès la notice 11.

Hiérapolis (Phrygie Pakatianè)

  • 281 Darrouzès, Variations numériques, p. 25. Notice 2 : Mételloupolis, Anastasioupolis, Dionysioupolis (...)
  • 282 Dans l’ordre, on trouve ainsi Mételloupolis, Attouda, Mosyna, Phoba (liste : Fedalto, HEO, p. 162, (...)

158On retrouve, avec Hiérapolis (auj. Pamukkale), le dense réseau épiscopal de Phrygie. La métropole compte une dizaine de suffragants dont la liste définitive est une légère modification établie par la notice 7 sur la base de la notice 3. Aux cinq suffragants de la notice 2 (repris dans la notice 4), la notice 3 en ajoute cinq en réorganisant la hiérarchie281. La notice 7, suivie par les notices 9 et 10, reprend cette liste, ajoute Phoba au 4e rang et modifie à nouveau la hiérarchie, rendant à Mételloupolis son rang de prôtothronos282.

Amorion (Galatie Seconde/Phrygie)

  • 283 Voir supra, p. 66-67.
  • 284 Il s’agit de Philomèlion, ancien suffragant d’Antioche de Pisidie, Dokimion (Synada), Klanéos (Pes (...)

159La spécificité de la métropole d’Amorion (auj. près de Hisarköy) est d’avoir été créée par attribution d’évêchés détachés de leur éparchie d’origine ; la métropole elle-même est un ancien suffragant de Pessinonte (Galatie). Elle fut créée à la fin du viiie siècle283, sans doute pour établir un certain parallèle avec la hiérarchie militaire puisque la cité est capitale du thème des Anatoliques. La liste établie par la notice 4 se maintient ensuite284.

Kotyaeion (Phrygie)

  • 285 Fedalto, HEO, p. 173-178 (abs. OC) ; voir TIB 7, p. 388-389, 311 et 255.

160Métropole de Phrygie, Kotyaeion (auj. Kütahya) est comme Amorion un ancien évêché (soumis à Synada) promu métropole et doté de trois suffragants à partir de la notice 7 : Sporè, Kona (Dèmètrioupolis), ancien suffragant de Synada, et Gaïoukômè285.

Euchaïta (Hélénopont)

  • 286 Darrouzès, Remarques, p. 215-221.
  • 287 Gazala, Koutziagra, Sibiktos et Barianè (Marianè). Listes : Fedalto, HEO, p. 80-82 (abs. OC) ; sce (...)

161Création de la notice 7, l’éparchie d’Hélénopont est comme celle de Phrygie : à Euchaïta (anc. Avkhat, auj. Meçitösü), archevêché (notices 2-5) promu au rang de métropole286, sont soumis quatre suffragants, stables dans les notices 7 à 11287.

Séleucie (Isaurie/Pamphylie)

  • 288 Kélendéris, Diocésarée, Prakana, Olba, Claudiopolis, Dalisandos (anciennement sous Sidè), Siéla, P (...)
  • 289 Anémourion (2e rang), Titioupolis (3e), Sélinous (6e), Héliosébastè (Iouliousébastè, 7e), Adrasos (...)
  • 290 Prakana, Siéla, Sykè, Théodosiopolis, Téloubitos, Lystra, Mandanè, Iaudos et Mousbada.

162Séleucie (auj. Silifke) apparaît avec ses suffragants dès la notice 3. Comptant 24 évêchés288, la liste se modifie largement dans la notice 7 par la création de huit sièges289 et la disparition de neuf autres290. Surtout, la notice réorganise la hiérarchie en plaçant en fin de liste certains des premiers sièges de la notice 3. La liste se maintient dans les notices 9 et 10.

Confins orientaux et mer Noire (Lazique, Abasgie, Zècchie et Crimée)

163Vaste espace entre l’Euphrate et la rive septentrionale de la mer Noire, cette région possède un réseau épiscopal relativement lâche.

Mélitène (Arménie Première)

  • 291 Darrouzès, Variations numériques, p. 15. Il s’agit d’Arka, Koukousos, Arabissos, Ariaratheia et Ko (...)

164Les suffragants sont omis dans la notice 3 et certaines recensions des notices 7 et 10. La notice 2 donne les cinq évêchés de Mélitène (auj. Eskimalatya), qui se maintiennent dans les notices 9 et 10291. Ces sièges sont situés entre Mélitène et Césarée : l’Euphrate apparaît bien comme une frontière que l’Église n’a pas franchie pour y installer des évêchés.

Phasis (Lazique)

  • 292 Darrouzès, Variations numériques, p. 25.
  • 293 Listes : Le Quien, OC I, col. 1345-1346 (Ziganéon) et 1441-1442 (Pétra), pas de liste pour Saïsèno (...)
  • 294 Sur ce siège, voir supra, p. 53-54.

165La métropole de Phasis (auj. Poti en Géorgie) compte quatre suffragants dans les notices 2 et 4292 : Rhodopolis, Saïsènoi, Pétra et Ziganéon293. La notice 3 ajoute en finale le siège de Rhizos, confusion pour Rhizaion, évêché de Néocésarée promu ensuite archevêché294. Ces sièges disparaissent ensuite par transfert du nom de l’éparchie à la métropole de Trébizonde.

  • 295 D’après Calder, Bean, Map of Asia Minor ; Thierry M., Vaspurakan, p. 161 ; Atlas d’histoire de l’É (...)

Carte 8 : Confins orientaux295

Trébizonde (Chaldie/Lazique)

  • 296 Le thème fut créé dans la première moitié du ixe siècle (sceaux des stratèges des ixe-xe siècles : (...)
  • 297 Laurent, Trébizonde ; Darrouzès, Notitiae, p. 71 ; sur les évêchés de Trébizonde, étude ancienne d (...)

166Parallèlement à la transformation du duché de Chaldie en thème au ixe siècle296 s’organise l’éparchie de Trébizonde (auj. Trabzon), ancien évêché de Néocésarée promu archevêché puis métropole de Lazique dans la notice 6297. Cette promotion tient à la volonté des autorités de se tourner progressivement vers l’Ibérie, l’Abasgie et le Caucase à l’est et la vallée de l’Euphrate au sud-est, en occupant notamment les zones situées entre Trébizonde et le lac de Van ; ainsi étaient contrôlées les routes maritimes et terrestres d’une partie importante de l’Anatolie orientale.

  • 298 Chériana, Chamatzour (sceau de Théodore de Chamatzour au xe siècle, L 1588), Chachaion (Chalchaion (...)
  • 299 Mananalis (qui disparaît ensuite des notices), Zarinaka, Andakta (Andakos), Mésounè (qui disparaît (...)
  • 300 Sakabos et les sièges suivants progressent dans la hiérarchie en succédant aux sept premiers suffr (...)

167La notice 7 attribue à Trébizonde sept suffragants298. La notice 9 renforce le réseau épiscopal de la région en y ajoutant dix sièges supplémentaires299. La notice 10 réorganise à nouveau la région : sans créer de nouveaux évêchés et en en supprimant deux, elle institue une nouvelle hiérarchie300.

Gotthie

168Cette région pose différents problèmes pour la localisation précise des sièges qui la composent et pour son statut dans les notices.

  • 301 Peut-être s’agit-il de Doros ; A. Aibabin évoque l’établissement du siège de Doros par l’Église by (...)
  • 302 Chotziroi, Astèl (la notice 3 précise qu’il s’agit à la fois d’un fleuve et d’un kastron ; on a do (...)
  • 303 Analyse détaillée de la notice 3 dans Zuckerman, Pontic policy, p. 202-218.

169Éparchie avec Doros (auj. Mangoup en Ukraine) comme métropole dans la notice 3, la Gotthie apparaît comme archevêché dans la plupart des notices postérieures, sans que l’on connaisse avec précision le lieu de résidence de l’archevêque301. Il peut également y avoir une confusion avec le siège de Ta Matarcha (Tamatarcha, auj. Taman’ en Ukraine), évêché suffragant de Gotthie élevé au rang d’archevêché dans la notice 11 ; dès lors, ce pourrait être le siège de l’Église archiépiscopale, bien que la ville se situe hors de la Gotthie stricto sensu et que la province soit confondue avec la Zècchie, clairement identifiable à la rive orientale de la mer Noire. La notice 3 attribue à Doros sept suffragants302. La liste disparaît ensuite des notices puisque la Gotthie est élevée au rang d’archevêché303.

  • 304 D’après Vasiliev, Goths, carte h.-t. et p. 98-105 ; ODB I, p. 294. Apparaissent sur cette carte le (...)

Carte 9 : Mer Noire (Abasgie, Zècchie et Crimée)304

Kamachos (Arménie)

  • 305 Arobraka, Barzanissa, Mélos, Mélos (homonyme), Romanoupolis, Tillion et Thalouasa, assimilé à Barz (...)

170Kamachos (auj. Kemah) est situé sur l’Euphrate occidental au sud-ouest de Keltzènè (auj. Erzincan). Le contenu de la liste des suffragants, connue par la notice 7 qui institue l’éparchie, est repris partiellement par la notice 9 et intégralement par la notice 10. La notice 7 attribue à Kamachos sept suffragants après le prôtothronos Keltzènè305 ; ce siège est promu au rang de métropole liée à Kortzénè à partir de la notice 10, bien que celle-ci l’enregistre comme doublet dans la liste de Kamachos et dans la liste des métropoles. La notice 9 supprime les trois derniers évêchés, rétablis dans la notice 10 sans changement de préséance.

  • 306 L’empereur a ainsi respecté le canon 38 du concile in Trullo, qui prescrivait que toute nouvelle v (...)
  • 307 Voir supra, p. 49, et Zuckerman, Pontic policy, p. 218-229.
  • 308 Darrouzès, Notitiae, p. 70 : « il reste à expliquer la présence de Romanoupolis dans une liste cen (...)

171Romanoupolis tire son nom de Romain Lécapène, qui créa le siège306 ; la présence du siège dans la notice 7 permet d’apporter un argument supplémentaire à l’hypothèse de C. Zuckerman d’une notice rédigée non par Léon VI mais bien par Nicolas Mystikos et Romain Lécapène307. Cela règlerait ainsi la difficulté soulevée par J. Darrouzès à ce propos308.

Keltzènè

  • 309 Notitia 10703-729 ; voir Darrouzès, Notitiae, p. 115-116. Au xie siècle, sans doute avant la notic (...)
  • 310 Il s’agit de Taron (confondu avec la métropole Kortzè dans la notice 8), Mous (Tomous), Chatzoun, (...)

172Confondu dans certaines notices avec Kortzénè, Keltzènè (auj. Erzincan) compte une vingtaine de suffragants, avec quelques variantes selon les recensions309. Les évêchés sont répartis globalement à l’est de la métropole dans une région qui n’est pas entièrement hellénophone ni hellénisée, comme en témoignent les noms des sièges ; certains reprennent cependant le nom grec du saint qui est probablement le protecteur de la cité310.

Thrace, Balkans et monde insulaire

173L’ouest de l’Empire a subi des bouleversements dès la fin de l’époque protobyzantine avec l’installation de populations slaves dans le Péloponnèse. Au viiie siècle, l’Église réinvestit ces régions par la (re)création de sièges. Au nord des Balkans, le renforcement du maillage épiscopal du territoire accompagne l’intégration des populations bulgares, par leur conversion d’abord, par la conquête de la Bulgarie par Basile II ensuite.

La Thrace et l’arrière-pays de Constantinople

  • 311 Les cartes de Thrace montrent bien la proximité des sièges de tous rangs.
  • 312 C. Asdracha (Thrace orientale et mer Noire) évoque en détail chacun des sièges de la région et en (...)

174Le réseau des archevêchés domine largement cette région ; les métropoles, avec ou sans suffragant, sont plus rares et éloignées les unes des autres ; les éparchies semblent relativement peu étendues311. La forte implantation du réseau ecclésiastique en Thrace ne date pas de l’époque mésobyzantine, mais tend à se renforcer au viiie siècle312.

Héraclée (Europe)

  • 313 Selon le vocabulaire propre à la liturgie, on distinguera bien l’ordinant, qui administre le sacre (...)
  • 314 Darrouzès, Offikia, p. 473.

175Le métropolite d’Héraclée (auj. Ereğli), troisième dans l’ordre hiérarchique byzantin, jouit d’un privilège particulier lié à sa position géographique depuis les origines de l’Église byzantine : il est l’ordinant313 de l’évêque, puis du patriarche de Constantinople314.

  • 315 Id., Variations numériques, p. 11. Il s’agit de Panidos-Panion, Kallipolis, Héxamilion (Chersonèse (...)
  • 316 Notice 3 : Panidos-Panion, Kallipolis, Daonion (Le Quien, OC I, col. 1133-1136 ; Fedalto, HEO, p.  (...)

176La liste des suffragants de Thrace a subi d’importantes variations. La notice 2 en attribue huit à Héraclée315. La notice 3 réorganise la hiérarchie en ajoutant ou retirant des sièges qui s’intercalent dans la liste originale ou viennent en finale316. Comme on l’a constaté pour d’autres régions de l’Empire, la notice 4 annule les modifications enregistrées par la notice 3 pour revenir à une hiérarchie plus ancienne. Dans le cas d’Héraclée, une partie seulement de la liste de la notice 2 est reprise dans la notice 4, qui ne mentionne que les cinq premiers sièges, laissant de côté Lizikos, Tzoroulon et Théodoroupolis. La notice 4 revient à la liste brève de la notice 1, alors que la notice 3 est relativement proche, dans son contenu ici, de la notice 7.

  • 317 Ainsi que l’a noté J. Darrouzès (Variations numériques, p. 11) : « Tant dans la période ancienne ( (...)
  • 318 Théodoroupolis devient prôtothronos de l’éparchie, suivie par Raidestos, Panidos-Panion, Héxamilio (...)
  • 319 Listes : Le Quien, OC I, col. 1149-1150 (pour Athyra) ; Fedalto, HEO, p. 280 et 294-295 ; Asdracha(...)
  • 320 Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 256-257.

177Il y a donc de nombreuses confusions dans la compilation de la liste de la métropole317, ce dont témoigne la notice 7. Dans les notices suivantes, la liste se maintient globalement318. La notice 10 n’apporte que deux modifications à la liste de la notice 7 par la création de Péristasis (classé au 6e rang, entraînant un décalage de tous les sièges suivants) et d’Athyra au 17e rang 319 ; la notice 13 place les deux sièges en finale, signe d’une création récente et sans doute contemporaine des deux évêchés320.

Philippoupolis (Thrace)

  • 321 Tib 6, p. 399-404.
  • 322 Darrouzès, Variations numériques, p. 25.
  • 323 Le Quien, OC I, col. 1161-1164 (pas de liste pour Sébastopolis) ; Fedalto, HEO, p. 307311 ; TIB 6, (...)
  • 324 Auj. Stara Zagora ; Le Quien, OC I, col. 1165-1168 ; Fedalto, HEO, p. 304-305 ; TIB 6, p. 203-205. (...)
  • 325 Darrouzès, Notitiae, p. 28 ; Fedalto, HEO, p. 310 (abs. OC) ; TIB 6, p. 348-349.
  • 326 Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 57-58 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 56 ; Fedalto, HEO, p. 309 (a (...)
  • 327 Darrouzès, Notitiae, p. 28 ; Le Quien, OC II, col. 250-251 ; Fedalto, HEO, p. 532.
  • 328 Il s’agit donc d’une interpolation dans la notice 3. Le Quien, OC I, col. 725-726 ; Culerrier, Éph (...)

178Sous Philippoupolis (auj. Plovdiv en Bulgarie)321, l’éparchie de Thrace s’étend aux frontières des territoires byzantin et bulgare, de part et d’autre de la Maritsa. Elle connaît d’après les notices deux grandes phases d’évolution ; les textes montrent une composition très disparate de la liste322. Les notices anciennes lui attribuent jusqu’à huit suffragants en deux temps : les notices 2 et 4 listent Dioklètianoupolis, Sébastopolis et Dispolis323 ; la notice 3 ajoute Berrhoia (archevêché dans les notices 2 à 11)324, Markéla, qui désigne une forteresse et non un évêché325, Lithoprosopon (qui apparaît parmi les suffragants d’Europe dans l’une des listes du concile de 787)326, Dékatéra/Kotor en Dalmatie327 et Lébédos, situé en Asie328.

  • 329 Darrouzès, Variations numériques, p. 39.
  • 330 Agathonikeia, Lyoutitza, Skoutarion, Leukè, Blépos/Bleptos, Dramitza, Iôannitza, Konstanteia, Béli (...)

179La notice 7 ignore les listes anciennes puisqu’une nouvelle hiérarchie est attribuée à Philippoupolis. Deux hypothèses peuvent expliquer ces changements radicaux : la disparition réelle des évêchés et leur remplacement ; les listes anciennes comme la notice 7 sont incomplètes, ou en tout cas ne sont pas exemptes de nombreux défauts329. Les dix nouveaux sièges établis par la notice 7 se maintiennent dans les notices 9 et 10330.

  • 331 D’après Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, carte h.-t. ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20 (...)

Carte 10 : Macédoine, Rhodope et Thrace331

Traïanoupolis (Rhodope)

  • 332 Darrouzès, Variations numériques, p. 25-26 ; Le Quien, OC I, col. 1199-1200 et 1207-1208 ; Fedalto(...)
  • 333 Perbéris (voir V. Tapkova-Zaimova, « Un évêché peu connu en Thrace orientale – Πέρβερις », Revue d (...)

180La liste de Rhodope, sous Traïanoupolis, n’est guère plus stable que celle de Thrace et la notice 7 en renouvelle totalement les suffragants. Les notices témoignent donc d’une réorganisation complète du tissu ecclésiastique aux viiie et ixe siècles. Les notices 2 et 4 ne donnent que deux suffragants à Traïanoupolis, Pèros (Piros ou Topiros) et Anastasioupolis332. La notice 3 intercale un doublet, Maroneia, par ailleurs archevêché dans toutes les notices. Après Anastasioupolis, la notice 3 liste six suffragants333.

  • 334 Didymoteichon devient prôtothronos, puis archevêché et enfin métropole sans suffragant dans les no (...)

181La notice 7, à l’exception de Maximianoupolis et d’Anastasioupolis, supprime tous les évêchés des notices anciennes334 ; elle est reprise par les notices 9 et 10, à l’exception de Périthéôrion, absent de la notice 9.

Andrinople (Hémimont I)

  • 335 Darrouzès, Variations numériques, p. 26.
  • 336 Mésembria (en doublet comme archevêché dans les deux notices), Sozopolis, Plotinoupolis (Ploutinou (...)
  • 337 Anchialos (enregistré en doublet, le siège est archevêché dans les autres notices puis disparaît d (...)

182Comme dans les régions voisines de Rhodope, Europe et Thrace, l’Hémimont, sous Andrinople (auj. Edirne) connaît d’importantes évolutions, en particulier dans la notice 7335. Les notices 2 et 4 sont presque similaires avec cinq suffragants336. La notice 3 y ajoute cinq sièges337.

  • 338 D’après Jones, Cities, carte I ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, carte h.-t. (fond) ; Atl (...)

Carte 11 : Thrace orientale, Hémimont et Europe338

  • 339 Fedalto, HEO, p. 315-316 (abs. OC) ; TIB 6, p. 168-169.
  • 340 Le Quien, OC I, col. 1189-1190 ; Fedalto, HEO, p. 326 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p (...)
  • 341 Fedalto, HEO, p. 320 (abs. OC) ; TIB 6, p. 300.
  • 342 Le Quien, OC I, col. 1189-1190 ; Fedalto, HEO, p. 318 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p (...)
  • 343 Le Quien, OC I, col. 1185-1186 ; Fedalto, HEO, p. 323 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p (...)
  • 344 Enregistré en doublet dans la liste des suffragants et des archevêchés (notices 7 à 11) ; le siège (...)

183La notice 7, reprise sans modification par les notices 9 et 10, réorganise quelque peu l’ordre des notices 3 et 4 et ajoute de nouveaux sièges : après la disparition de la liste de Mésembria, Sozopolis devient prôtothronos ; suivent Agathopolis339, Débeltos, Trapobizyè340, Karabos341, Boukellon342, Probaton, Skopélos343, Brysis344, Boulgarophygon et enfin Tzoïda.

Markianoupolis (Hémimont II/Mésie Inférieure)

  • 345 Darrouzès, Variations numériques, p. 26.

184N’apparaissant que dans les notices 2 à 4, l’Hémimont II a eu deux métropoles345 : Markianoupolis (auj. Devnya en Bulgarie) d’après les notices 2 et 4, et Odèssos (auj. Varna en Bulgarie, sur la côte de la mer Noire) d’après la notice 3. Celle-ci est cependant la seule à faire d’Odèssos le siège d’une métropole, alors que les notices 2, 4 et 5 en font un archevêché.

  • 346 D’après Atlas d’histoire de l’Église, p. 30. Non localisés : Rhodostolon, Skaria, Tramariska.

Carte 12 : Mésie et Hémimont du Nord346

  • 347 Rhodostolon, Tramariska, Nobai, Zéképéda et Skaria. Listes : Le Quien, OC I, col. 1221-1222 (uniqu (...)
  • 348 Pour Appiaria, Dorostolon, Abritos et Nikopolis : Le Quien, OC I, col. 1219-1230 ; Fedalto, HEO, p (...)
  • 349 L’explication est à chercher dans le contexte politique des viiie-ixe siècles ; ces sièges sont pr (...)
  • 350 Nom connu également par les sceaux de Léontios (fin xie siècle, Bulgaria 23.9).

185Les notices 2 et 4 donnent une liste semblable des cinq suffragants de Markianoupolis347. En revanche, la notice 3 diverge par la liste qu’elle fournit : à la métropole d’Odèssos sont soumis Nobai, Appiaria, Dorostolon, Markianoupolis, Abritos et Nikopolis348. Tous ces sièges nouvellement institués par la notice 3 disparaissent dans les textes suivants, tout comme l’ensemble de la liste d’Hémimont II349 ; l’évêché de Dorostolon est en revanche promu métropole dès la notice 12 sous le nom de Dristra350.

Macédoine, Thessalie, Hellade et Péloponnèse

186Comme en Thrace, la notice 7 réorganise largement le tissu ecclésiastique des Balkans, principalement parce que les notices précédentes ignoraient les sièges anciennement soumis à Rome. Cette évolution complexe des sièges se retrouve dans les notices, difficiles à exploiter pour cette zone de l’Empire tant les confusions et les erreurs sont nombreuses.

  • 351 La liste des évêchés sous Nikopolis (Vieille Épire) dans la notice 3 est tirée d’une liste civile  (...)

Note 351351

  • 352 La métropole de Néai Patrai (auj. Hypatè) pose diverses difficultés ; elle ne possède, d’après les (...)

Note 352352

Thessalonique (Macédoine/Thessalie/Illyrie Première)

  • 353 Ibid., p. 235, n. 257.
  • 354 Il s’agit, selon la préséance de la notice 3 de Dioklètianoupolis, Nikè, Héraclée, Kella, Édesse, (...)
  • 355 Le Quien, OC II, col. 79-82 ; Fedalto, HEO, p. 444.
  • 356 Darrouzès, Notitiae, p. 68-70.
  • 357 Il s’agit de Kitros, Berrhoia (métropole sans suffragant dès la notice 13), Drougoubiteia, Servia (...)
  • 358 La notice 9 se limite aux cinq premiers suffragants ; la notice 10 ne retient pas Lykostomion, qui (...)

187Si la métropole est bien enregistrée dans les listes, elle n’apparaît pas toujours avec ses évêchés. La notice 3 en liste dix-neuf, mais cela reflète une hiérarchie ancienne fondée sur Hiéroklès353. Très composite, la liste enregistre des sièges situés dans d’autres éparchies comme Serrès. Des dix-neuf sièges de la notice 3354, la notice 7 ne conserve que Kitros, qu’elle institue prôtothronos355. L’éparchie est nouvelle pour l’Église : cela entraîne des traditions manuscrites variées et des incertitudes qui se répètent ensuite356. La notice 7 liste douze sièges357, suivie par les notices 9 et 10358.

Corinthe (Péloponnèse)

  • 359 Yannopoulos, Métropoles ; Oikonomidès, Peloponnese, p. 63.
  • 360 Yannopoulos, Métropoles, carte p. 390 ; pour l’auteur, « les frontières entre les deux métropoles (...)

188L’histoire ecclésiastique du Péloponnèse a déjà été bien étudiée359. Rattaché au viiie siècle à la juridiction de Constantinople, il possède deux grandes métropoles, Corinthe et Patras (érigée en métropole au tournant des viiie et ixe siècles). La localisation des évêchés montre un contrôle partagé de la péninsule : Patras domine le Nord et l’Ouest, Corinthe l’Est et le Sud360.

  • 361 Les évêchés classés sous la métropole de Corinthe dans la notice 3 (Notitia 3732-768) sont tirés d (...)
  • 362 Fedalto, HEO, p. 505 (abs. OC).

189Les sept évêchés suffragants de Corinthe apparaissent dans la notice 7361. La liste se maintient sans changement dans les notices 9 et 10, à l’exception de l’ajout de l’île de Cythère dans le golfe de Laconie en fin de notice 9362.

  • 363 Yannopoulos, Métropoles, p. 395-396 et n. 21.
  • 364 Oikonomidès, Peloponnese, p. 63.

190L’éparchie de Corinthe est peu étendue et la densification du réseau épiscopal péloponnésien n’y est pas étrangère : la présence d’une seconde grande métropole, Patras, et la création des métropoles de Larissa et d’Athènes enlèvent à Corinthe certains de ses sièges et une partie importante de son territoire363. Celui-ci se limite aux xe et xie siècles à une partie réduite de l’Est de la péninsule, c’est-à-dire la région sous contrôle byzantin au viiie siècle, alors que les évêchés de Patras, tous nouveaux au ixe siècle, y échappaient ; l’érection de Patras en métropole et la création du thème du Péloponnèse au viiie siècle364 permirent le renforcement de cette domination.

Dyrrachion (Épire Première)

  • 365 Darrouzès, Notitiae, p. 28-29 et 31.
  • 366 Stéphaniaka, Chounabia, Kroai et Élissos. Listes : Le Quien, OC II, col. 254-282 et III, col. 953- (...)
  • 367 Darrouzès, Notitiae, p. 113-114. Il s’agit de Diokleia (sceau de Grégoire dans la première moitié (...)

191La liste des évêchés soumis à Dyrrachion (auj. Durrës en Albanie) connaît d’importantes variations. La notice 2 enregistre une liste civile inspirée de Hiéroklès sous le même titre qu’une éparchie ecclésiastique soumise à Céphalonie365. C’est donc la notice 7 qui fournit une liste fiable, composée de quatre suffragants situés dans le Nord de l’Épire366. Cette liste se maintient dans la notice 9 ; la notice 10 ajoute onze suffragants367.

  • 368 Darrouzès, Notitiae, p. 114.
  • 369 Antoine au ixe siècle, connu par la Vie de Théodora de Thessalonique ; au xie siècle, Laurent, mét (...)

192La complexité de la domination politique et ecclésiastique de la région – entre empire byzantin, papauté romaine et Bulgarie – invite à se poser la question de la date à laquelle « un métropolite de Dyrrachion disposa à la fois de tous les évêchés de cette liste »368 ; on connaît quelques titulaires de la métropole, au ixe comme au xie siècle369, mais aucun de ses suffragants.

Céphalonie (Épire Première)

  • 370 Darrouzès, Notitiae, p. 31.
  • 371 Il s’agit de Corcyre (en réalité archevêché), Damala/Troizènè, Monemvasie/Tainaros, Porthmos, Oréo (...)

193Selon J. Darrouzès, « le compilateur [de la notice 3] introduit ici une éparchie ecclésiastique purement fictive, mais formée de noms authentiques et cités dans l’ordre même où les donnent les listes C-E de 787 »370. Il y a sept suffragants, dont certains sont ensuite transférés à Corinthe et Athènes371.

Athènes (Hellade)

  • 372 Euripos, Dauleia (sceaux de Basile aux xe-xie siècles ; à l’exception d’une légère différence de t (...)

194Comme pour les autres éparchies rattachées à Constantinople au viiie siècle, celle d’Athènes n’apparaît avec ses suffragants que dans la notice 7, qui lui en attribue dix qui se maintiennent par la suite372.

Larissa (Hellade/Thessalie Seconde/Toute la Grèce)

  • 373 Notitia 345-667. Les évêchés de la notice 3 sont, comme pour d’autres éparchies, issus d’une liste (...)
  • 374 Notitia 10475.

195L’éparchie que domine Larissa possède d’une notice à l’autre plusieurs noms : la notice 3 lui donne celui de Thessalie Seconde373 et l’une des recensions de la notice 10 celui de Toute la Grèce374. Dans les autres notices, c’est le nom de Thessalie qui domine pour bien montrer le partage avec Thessalonique de cette région selon un découpage global Nord/Sud.

  • 375 D’après TIB 1 et 3 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20 et 30 ; Fine, Balkans, carte 3 ; Yannopou (...)

Carte 13 : Péninsule balkanique375

  • 376 Dèmètrias, Pharsala (enregistré comme archevêché par erreur dans la notice 8 et correctement dès l (...)
  • 377 Bésaina, Kapouliana (Kapoua), Gardikion, Lestinon, Charména et Péristéra. Listes existantes pour B (...)
  • 378 Voir Darrouzès, Notitiae, p. 110-111 notamment.

196La notice 7 attribue dix suffragants à Larissa, liste reprise dans la notice 9 et l’une des recensions de la notice 10376 ; une autre recension ajoute six suffragants en fin de liste377. Dans les siècles suivants, la situation tend encore à se complexifier378.

Philippes (Macédoine)

  • 379 Sur l’histoire du siège, Lemerle, Philippes, p. 241-257 (liste des titulaires, p. 270-280).
  • 380 Le Quien, OC I, col. 1205-1206 ; Lemerle, Philippes, p. 260-261 ; Fedalto, HEO, p. 337338 ; TIB 6, (...)
  • 381 Polystylos, Bélikeia, Christoupolis, Smolaina, Kaisaropolis et Alektoropolis, ancien nom d’Éleuthé (...)

197Les évêchés suffragants de Philippes (ou Philippoupolis d’après la notice 3)379 sont enregistrés dans les notices 7, 9 et 10. On ne constate qu’une modification entre la notice 7 et les notices suivantes : l’ajout de Périthéôrion, signe d’une interpolation dans les manuscrits puisque le siège est suffragant de Traïanoupolis380. Exception faite de Périthéôrion, la liste est donc stable dans les trois notices avec six suffragants381.

Patras (Péloponnèse)

  • 382 Voir Yannopoulos, Métropoles, et Oikonomidès, Peloponnese. Dans la notice 3, Patras est évêché suf (...)

198Nous avons déjà évoqué ci-dessus la situation ecclésiastique du Péloponnèse et la répartition de cette région entre Corinthe et Patras. Cette dernière est érigée en métropole au tournant des viiie et ixe siècles, dans le cadre de la réorganisation de cet espace après les invasions slaves382.

  • 383 À nouveau, une liste civile des villes du Péloponnèse apparaît dans la notice 3. Il s’agit, dans l (...)

199L’éparchie de Patras, plus étendue que celle de Corinthe, est organisée pour renforcer la présence de l’Église byzantine – et donc du pouvoir impérial – dans cette région. Elle compte cependant un nombre limité de sièges. La notice 7 lui en attribue six383. Les notices 9 et 10 conservent une liste proche de la notice 7, avec quelques variantes : Morée disparaît (pour réapparaître dans la notice 13), Élos remonte et Bolaina passe en fin de liste.

Naupacte (Nikopolis)

  • 384 Bounditza (sceau d’un évêque anonyme aux xe-xie siècles : L 681 = DOSeals 2, 4.2), Aétos, Achéloos (...)
  • 385 Fedalto, HEO, p. 550-551 (abs. OC) ; TIB 3, p. 136-137 (sceau de Léontios de Chimara au xie siècle (...)

200L’éparchie de Nikopolis, sous Naupacte, apparaît dans la notice 4 ; ses huit suffragants sont connus par la notice 7384, suivie par les notices 9 et 10 ; celle-ci n’apporte qu’une modification, l’ajout final du siège de Chimara385.

Égée, Crète et Chypre

  • 386 Malamut, Îles, vol. 1, p. 335-371.

201É. Malamut a déjà étudié en détail les cadres ecclésiastiques du monde insulaire386 ; les remarques qui suivent, fondées sur les seules notitiae, viendront simplement s’ajouter à ce tableau de l’Église insulaire.

Rhodes (Cyclades)

  • 387 Darrouzès, Variations numériques, p. 26 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 337-338, 342 et 359.
  • 388 Samos, Chios, Kos (transféré sans doute par erreur dans les notices 4 et 13 sous Pergè-Sylaion en (...)
  • 389 La notice 3 inverse les rangs de Tènos et Pisynè.
  • 390 Fedalto, HEO, p. 219 et 207 (abs. OC).

202Les suffragants de l’éparchie des Cyclades, sous Rhodes387, sont tous des îles distinctes, essentiellement situées dans le Sud de la mer Égée ; la notice 2 en recense une douzaine388. La notice 4, après un seul changement enregistré dans la notice 3389, reprend la liste établie par la notice 2, ajoutant en finale Nèsyra (Nisyros) et Astypalia390.

  • 391 D’après Malamut, Îles, vol. 2, p. 646-648 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20 et 30 ; TIB 10. No (...)

Carte 14 : Mer Égée391

  • 392 Fedalto, HEO, p. 212 (abs. OC) ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 365.
  • 393 Fedalto, HEO, p. 224 (abs. OC). Tracheia et Pisynè seraient, d’après une note du xvie siècle, des (...)
  • 394 Le rapprochement est confirmé par les sources sigillographiques : ZN 1039 : sceau du proèdre anony (...)

203La notice 7 revient à la liste de la notice 2 en supprimant le siège d’Andros qui passe sous Athènes (Hellade). La notice 9 ajoute en finale les sièges de Nèsyra et Astypalia, et intercale entre les deux Ikaria392. Enfin, la notice 10 maintient cette hiérarchie mais avec deux changements : Léros passe du 8e au 12e rang, entraînant la remontée des sièges suivants ; Tracheia (Kalymnos) est intercalé en avant-dernière position, entre Astypalia et Nèsyra393. À la fin du xiesiècle enfin, on constate que Paros et Naxos disparaissent de la liste pour former une métropole unique394.

  • 395 Malamut, Îles, vol. 1, p. 337.

204Malgré ces quelques changements, le réseau épiscopal des Cyclades reste stable : aucune des îles enregistrées dans la notice 2 n’a perdu son évêque, au moins jusqu’au xie siècle. C’était moins le cas au début de la période puisque « certaines îles mentionnées dans le Synecdemos ne sont plus assez importantes désormais [à partir des viie-viiie siècles] pour mériter un évêché »395. L’administration ecclésiastique se limite donc aux îles majeures.

Gortyne (Crète)

  • 396 Ibid., p. 335-337 et 359-361.
  • 397 Darrouzès, Notitiae, p. 15. Il s’agit des évêchés de Bienna, Kamara, Chersonèsos, Arkadia, Soubrit (...)

205Au sud de l’Égée, la Crète fait partie des régions transférées à Constantinople au viiie siècle396. Les suffragants de Gortyne apparaissent dans les notices 2 et 3. La première donne une liste conforme à celle du Synekdèmos, omettant uniquement Inatos. Comme cela a été noté pour la Sicile, l’énumération des sièges de l’île suit un ordre géographique logique en partant de Gortyne à l’est pour y revenir par l’ouest397.

  • 398 Voir supra, p. 45-46.

206Avec la notice 3, peut-être plus au fait des réalités du viiie siècle que la notice 2, on constate une réduction importante du nombre de sièges selon une liste proche, mais non similaire, à celle du concile de 787 ; la notice aurait donc pu avoir été composée après le concile de Nicée II, comme on l’a évoqué ci-dessus, bien que cela ne se vérifie pas pour toutes les éparchies398.

  • 399 Il s’agit d’Arkadia, promu prôtothronos, Knossos, Chersonèsos, Siteia, Hiérapétra, Soubritos (Sybr (...)
  • 400 Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 65, et Lamberz, Bischofslisten, p. 61-62.

207La notice enregistre onze suffragants, dont deux nouveaux, Siteia et Hiérapétra (Hiéra/Pétra, soit Hiérapydna)399. La comparaison avec la liste de Nicée II montre l’absence au concile des évêques de Hiérapétra et de Siteia, et la présence des évêques d’Héraklion, de Phoinikè et de l’île de Kaudos400.

  • 401 Notitia 13468-492.

208La reconquête de la Crète sur les Arabes par Nicéphore Phocas en 961 n’entraîne pas la réintégration de la liste des suffragants dans les notices, alors même que le siège de la métropole apparaît toujours dans les notices brèves 5 et 6. Il faut attendre la notice 13 pour que les suffragants de Crète soient pleinement réintégrés dans la liste hiérarchique des sièges401.

  • 402 D’après Malamut, Îles, vol. 2, p. 649.

Carte 15 : Crète402

Mytilène (Lesbos)

  • 403 Malamut, Îles, vol. 1, p. 338, 343 et 359.

209À côté de la métropole Mytilène et de ses suffragants, l’île de Lesbos compte un siège archiépiscopal promu au xie siècle métropole sans suffragant, Mèthymna, situé au nord de la partie occidentale de l’île403. Le réseau épiscopal de cette éparchie s’étend à l’île de Lesbos et à la région alentour, puisque Ténédos est une petite île située à environ 70 km au nord de Lesbos ; deux sièges sont localisés sur cette dernière, et deux autres ne sont pas localisés.

  • 404 Ibid., p. 343.
  • 405 Voir infra, p. 130.
  • 406 Éressos (Érissos), Strongylè, Ténédos, Berbinon et Perpérinè. Listes : Le Quien, OC I, col. 947-95 (...)

210L’éparchie n’apparaît que dans la notice 7 après sa création à la fin du ixe siècle404. Le siège était jusque-là archevêché, contrôlant toute l’île si l’on suit notamment le récit de la Vie de David, Syméon et Georges au ixe siècle405. La notice 7, reprise par les notices 9 et 10, liste cinq suffragants406.

Konstantia (Chypre)

  • 407 Malamut, Îles, vol. 1, p. 339 et 361-362 ; Metcalf, Cyprus, p. 83-100.
  • 408 Voir supra, p. 55-56, et infra, p. 314-315.
  • 409 Darrouzès, Notitiae, p. 29.

211L’histoire de l’Église de Chypre à l’époque mésobyzantine407 est complexe du fait du passé mouvementé de l’île, temporairement sous domination arabe et toujours menacée par les pirates arabo-musulmans408. La présence de la liste des suffragants de Konstantia/Salamis dans les notices n’est cependant pas systématique puisque l’Église est autonome depuis le ve siècle. Son insertion dans la notice 3 ne serait due qu’à la présence au concile de 787 d’évêques de l’île – nouveau signe que la liste du concile a peut-être servi à la compilation de la notice409.

  • 410 On ne constate que quelques variantes : omission de Kirboia et ajout de Néapolis par rapport au Sy (...)
  • 411 Malamut, Îles, vol. 1, p. 339 et n. 222. Notice 3 : Paphos (sceau d’Arsénios au xie siècle, L 1488 (...)

212La notice 3 attribue quatorze suffragants à Konstantia, dans une liste proche des informations fournies par le Synekdèmos et Georges de Chypre410. Ces sièges sont essentiellement localisés à l’est de l’île, en raison du partage de celle-ci entre Arabes et Byzantins, la partie contrôlée par les musulmans ne devant probablement pas être administrée par des évêchés411.

  • 412 Darrouzès, Notitiae, p. 338, n. 758.
  • 413 Abs. des listes épiscopales.
  • 414 Le texte est inédit (Darrouzès, Notitiae, p. 338, n. 774).

213Après la notice 3, on ne retrouve les suffragants de l’île que dans la notice 10, qui en donne deux versions différentes selon les deux principales recensions, l’une des xie-xiie siècles, l’autre des xiiie-xive siècles412. Les variantes sont rares : au 4e rang, la recension a place le nouveau siège de Kerbia413, la recension b Kourion ; aux 10e et 11e rangs apparaissent Kythéria et Trimithous dans la recension a, et l’inverse dans la recension b ; enfin, la recension a ajoute en finale le siège du Golfe de Pamphylion qu’ignore la recension b. Il est difficile de savoir précisément à quelle réalité ecclésiastique renvoie le nom de ce siège ; J. Darrouzès a noté que, dans certains manuscrits de la notice, le nom du siège était suivi d’une description de la région dont il est question414.

  • 415 D’après Malamut, Îles, vol. 2, p. 650 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 21. Non localisé : golfe (...)

Carte 16 : Chypre415

  • 416 Voir les exemples développés par Malamut, Îles, vol. 1, p. 361-362.

214Malgré ces quelques variantes, la notice 10 n’enregistre pas toutes les évolutions que l’île a connues depuis le xe siècle, en particulier les transferts de sièges ou l’abandon de certains sites416 ; une fois de plus se pose donc le problème de l’actualité réelle de ces notices épiscopales.

Les marges occidentales de l’Empire

  • 417 Sur la localisation des sièges, voir Jacob, Martin, Église grecque, p. 359 et 363.

215La situation ecclésiastique de l’Italie méridionale et de la Sicile est assez complexe. Les notices épiscopales n’ont qu’un intérêt limité : les sièges n’y sont pas tous mentionnés et les erreurs sont nombreuses pour une région semble-t-il mal connue des compilateurs417.

Les terres continentales (Salento, Pouille, Basilicate et Calabre)

  • 418 V. Von Falkenhausen, « Taranto in epoca bizantina », Studi Medievali, ser. III, 9, 1968, p. 133-16 (...)

216Le réseau épiscopal de l’Italie méridionale se limite aux régions hellénophones. Pourtant, dans les régions latinophones, de nouveaux évêchés grecs sont fondés à partir du viiie siècle et le mouvement se poursuit au moins jusqu’au xe siècle, par exemple en Pouille. L’enjeu est de taille pour l’Empire : maintenir l’emprise grecque de ces territoires face aux prétentions pontificales d’étendre le réseau de l’Église latine dans le Sud de la péninsule. Ainsi, la tentative de créer un évêché grec à Tarente à la fin du ixe siècle échoue face aux protestations du pape418.

Rhègion (Calabre)

  • 419 Les listes épiscopales des sièges italiens et siciliens sont absentes des ouvrages de M. Le Quien (...)
  • 420 Hagia Kyriakè, Skylakion (Squillace), Bothrotos, Crotone, Amantheia (Amantea), Touris (Thurii), Bi (...)
  • 421 Darrouzès, Notitiae, p. 31.

217Absente de la notice 2, la liste des évêchés calabrais soumis à Rhègion (auj. Reggio di Calabria) apparaît dans les notices 3, 7, 9 et 10 avec quelques variations sensibles419. La notice 3 attribue neuf évêchés à Rhègion420. Ces sièges, à l’exception d’Amantheia et de Touris, sont attestés au concile de 787. Selon J. Darrouzès, « le nom de Bothratou est probablement un doublet de Buthripotou pour [Bouthrote] en Épire »421.

  • 422 Bibona est promu prôtothronos ; lui succèdent Taurianè, Lokris (Locres), Rhousianon (Rhousion, Ros (...)

218À la fin du ixe siècle, la liste a profondément évolué et la notice 7 (reprise sans changement dans la notice 9) réorganise le tissu ecclésiastique en créant des sièges et en classant différemment les sièges existants422. La notice 10 garde cette liste et ajoute en finale le siège de Kasanon (Cassano).

219Les évolutions soulignées par la notice 7 sont d’autant plus importantes qu’une seconde métropole a été créée en Calabre comme l’attestent les notices : celle de Santa Severina, contrôlant le Nord de la région.

Hydrous

  • 423 Voir Grumel-Darrouzès, Regestes, no 792.
  • 424 Il s’agit d’Acerentila (Acerenza), Turcicum/Toursikon (Tursi), Gravina, Macceria (Matèra) et Trica (...)
  • 425 Notitia 10675.
  • 426 Darrouzès, Notitiae, index s. v. Hidrous.

220Évêché du Salento, le siège d’Otrante est promu au rang de métropole par Nicéphore Phocas en 968423. D’après Liutprand de Crémone, le nouveau métropolite peut ordonner des évêques dans plusieurs cités de Basilicate424, que n’enregistrent cependant pas les notices, à l’exception de Turcicum dans la notice 10425. Il est difficile dès lors de savoir si les autres sièges ont eu effectivement un évêque grec ou non. D’après les notices, le siège d’Hydrous connaît des évolutions contrastées, car enregistré comme archevêché dans les notices 7, 8 et 11 et métropole dans les notices 6 et 8 à 11 ; la confusion se maintient dans les notices postérieures426.

Santa Severina (Calabre)427

  • 427 Les notices épiscopales utilisent Ἁγία Σεβηρίνα (ou Σευηρίνη, Σευηριάνη) pour désigner la cité ; n (...)
  • 428 Skylitzès, Synopsis, p. 160 ; V. Laurent, « À propos de la métropole de S. Severina en Calabre. Qu (...)
  • 429 Euryata, Akérentia (Cerenzia), Kallipolis (Gallipoli) et Aeisyla (Isola Capo Rizzuto).

221La présence de ce siège dans la notice 7 indique une création récente à l’époque de la compilation de la notice ; la métropole a été créée à la fin des années 880 après la reprise de la ville sur les Arabes en 885-886428. L’Église profite ainsi d’une victoire militaire pour implanter et développer la hiérarchie épiscopale. Dominant le Nord de la Calabre, Santa Severina contrôle quelques bourgs devenus évêchés. La notice 7 en liste quatre429, la notice 10 y ajoute Palaiokastron (Palaeocastrum). La situation ecclésiastique se maintient jusqu’à la conquête normande à la fin du xie siècle.

  • 430 D’après Atlas d’histoire de l’Église, p. 30 ; Jacob, Martin, Église grecque, p. 363 (fond) ; Itali (...)

Carte 17 : Italie du Sud430

La Sicile

  • 431 Pages éclairantes dans Jacob, Martin, Église grecque, p. 358-361.
  • 432 V. Prigent a fait le point sur les sources et, surtout, le tri entre de nombreuses informations so (...)

222La situation ecclésiastique complexe de la Sicile, longtemps mal connue des historiens431, est désormais plus claire avec les travaux de V. Prigent432.

  • 433 D’après Prigent, Sicile, vol. 4, pl. 1 ; nous remercions l’auteur de nous avoir autorisé à reprodu (...)

Carte 18 : Sicile433

  • 434 Catane (promu archevêché dès la notice 3 et métropole dans la notice 7), Tauroménion (Taormine), M (...)

223Depuis l’Antiquité, l’occupation humaine de la Sicile est essentiellement côtière et le réseau épiscopal se calque sur l’occupation urbaine. L’île compte deux métropoles principales, situées sur la côte orientale : Catane au centre (métropole sans suffragant) et Syracuse au sud, qui apparaît avec ses suffragants dans les notices 2, 3 et 7. La notice 2 attribue à la métropole treize suffragants434.

  • 435 Léontinè devient prôtothronos ; lui succèdent Tauroménion, Messine, Tyndaris, Liparis (dans les îl (...)
  • 436 Tauroménion, Akragas, Karinè/Kronion, Lilybaion, Drépanon (Trapani), Panormos, Thermai, Képhaloudi (...)

224La notice 3 modifie en partie cette hiérarchie par la suppression, la création, la promotion ou la rétrogradation de certains sièges. La liste des suffragants compte désormais un évêché de moins435. Ignorant comme on l’a vu pour d’autres régions la notice 3, la notice 7 reprend en partie la hiérarchie de la notice ancienne et liste douze suffragants436.

Conclusion – Notices épiscopales et maillage du territoire

225L’étude des notices épiscopales et de leur contenu permet de souligner deux points principaux. Tout d’abord, on constate l’absence globale de cohérence interne dans une même notice : les différentes datations proposées pour telle ou telle notice sont toutes fondées et il faut donc bien distinguer les listes au sein de chaque notice. Ensuite, le contenu et les datations (mêmes variables) des notices permettent de distinguer plusieurs groupes de textes, reflétant les différentes évolutions de la hiérarchie. Les notices 2, 3 et 4 constituent des dérivés de la notice 1, la plus ancienne conservée ; la structure de la hiérarchie reste globalement stable, même si les mises à jour sont nombreuses. Avec les notices 5 et 6, on entre dans une époque différente dans la forme de compilation utilisée par les auteurs des notices, celle des notices brèves, reprise ensuite avec les notices 8 et 11. La notice 7 constitue un élément charnière par son statut (elle est le seul document officiel et datable que l’on possède) et par son contenu puisque, selon les mots du patriarche dans le décret de promulgation, elle enregistre des évolutions anciennes qui n’avaient jusqu’alors pas été prises en compte. Enfin, les notices 8 à 11 constituent des dérivés de la notice 7, sur le même modèle que les notices 2 à 4 par rapport à la notice 1.

226L’analyse des variations des sièges a permis d’affiner ces remarques. Les listes archiépiscopales montrent une certaine stabilité entre le viiie et le xie siècle, même si, d’une notice à l’autre, le nombre de sièges varie de 40 à 60 archevêchés. Dans de nombreux cas, la promotion à l’archiépiscopat pouvait n’être que temporaire ou, le plus souvent, refléter une confusion entre deux sièges ou entre deux notices. La notice de Nicolas Mystikos marque un tournant important dans la structuration de la hiérarchie : celle qui apparaît dans la notice 2 se maintient globalement jusqu’au début du xe siècle et celle qui est fixée dans la notice 7 est conservée dans les siècles suivants, au moins dans les notices 8 et 11. Il faut donc distinguer deux groupes, les notices 2 à 5 d’une part, les notices 8 à 11 d’autre part. Il y a ainsi une volonté clairement affichée de la part du patriarche comme de l’empereur de renforcer le contrôle du territoire par la multiplication des sièges archiépiscopaux, afin de favoriser notamment la transmission directe de l’autorité du centre vers les provinces.

227Comme pour les archevêchés, les listes des métropoles montrent, de façon très globale, une certaine stabilité du réseau métropolitain, au moins jusqu’au début du xie siècle. Il faut noter cependant que le taux de variation des éparchies est plus important que celui des archevêchés : le nombre de métropoles est multiplié par deux entre le viiie et le xie siècle, passant de 41 sièges à 85. On a donc un réseau ancien qui se maintient, auquel s’ajoutent des métropoles de création récente. Les listes des métropoles peuvent être classées en trois groupes : les notices 2 à 6 montrent un total relativement proche mais avec d’importantes variations d’une notice à l’autre ; dans les notices 7, 9 et 10, le nombre de sièges augmente par rapport au premier groupe, mais peu de variations sont réellement conséquentes ; enfin, les notices 8 et 11 sont marquées par une augmentation importante du nombre de sièges, en particulier la notice 11 dans le contexte du xie siècle.

228La volonté du pouvoir est donc de favoriser la transmission de l’autorité vers les provinces. Au xie siècle en revanche, c’est plutôt par reconnaissance d’une situation politique nouvelle que de nombreux sièges deviennent métropoles ; les titulaires n’occupaient pas pour autant leur siège puisqu’on les voit arriver dans la capitale tout au long du siècle.

229Les notices épiscopales ont permis également d’étudier en détail le maillage du territoire par les sièges épiscopaux de l’Empire ; les cartes permettent d’apprécier les données fournies par les notices.

230En Asie Mineure occidentale, le réseau des évêchés est marqué par trois caractéristiques que l’on retrouvera dans d’autres régions. Le réseau est ancien, s’appuyant notamment sur des cités fondées dès l’Antiquité dans des zones anciennement « urbanisées », comme la région d’Éphèse ou la Bithynie. Ce réseau est relativement dense du nord au sud, puisque si l’on s’en tient au découpage réalisé, on compte près de 130 évêchés dans cette région, en plus des quelques archevêchés et métropoles sans suffragant. Enfin, le réseau épiscopal évolue peu et montre une certaine stabilité, même si celle-ci n’est peut-être que le reflet des notices épiscopales, dont on a souligné le caractère conservateur.

231En Anatolie centrale et orientale, le réseau épiscopal se caractérise par une densité importante qui va s’amenuisant d’ouest en est pour les sièges principaux : leur répartition montre a priori un maillage plus lâche qu’en Anatolie occidentale, ce qui est dû d’abord à l’immensité du territoire et aux contraintes topographiques du plateau anatolien. Le nombre total d’évêchés reste pourtant important puisqu’il dépasse les 260 sièges.

232Une partie importante des cités épiscopales ne sont sans doute que de simples bourgades, mais on constate que le réseau des suffragants couvre une part importante du territoire impérial, même dans les régions où les sièges métropolitains sont plus rares : dans ce cas, le réseau des suffragants vient suppléer ce manque. Ce vaste territoire est donc largement maillé par les sièges épiscopaux, en particulier à l’ouest, notamment en Phrygie. C’est bien ici le signe à la fois du caractère « urbain » de l’Empire – même si ces villes, nous le répétons, sont souvent des bourgades – et de la volonté du pouvoir de renforcer son contrôle du territoire.

233Les confins orientaux et les rives orientale et septentrionale de la mer Noire ont un réseau plus lâche : celui-ci est essentiellement concentré sur les côtes, stratégiques pour des raisons militaires comme commerciales, et le long de l’Euphrate, c’est-à-dire dans les zones de frontière avec le monde arabo-musulman. La Crimée, au nord de la mer Noire, constitue une région particulière, puisque l’État byzantin s’y est largement imposé par la présence d’autorités ecclésiastiques, civiles et miliaires. Pour ces régions soumises plus ou moins régulièrement à des autorités étrangères, il sembla plus simple à l’Empire d’installer des archevêchés, plus nombreux que les métropoles, garantissant ainsi une certaine autonomie à ces Églises provinciales éloignées du cœur de l’Empire. Les éparchies sont donc peu fréquentes, peu dotées d’évêchés et se maintiennent rarement à long terme.

234Les nombreuses confusions des listes pour la Thrace et le grand arrière-pays de Constantinople montrent que leur compilation, même pour une région proche de la capitale, est problématique : si les listes des métropoles et des archevêchés sont plutôt fiables, c’est moins le cas de celles des suffragants. Les différences les plus marquées se trouvent dans les notices 2 à 4. On a constaté que ces notices étaient (presque toujours) semblables, alors que les listes de la notice 3 montraient de nombreuses modifications. Cela peut s’expliquer par le fait que la notice 4 revient à une hiérarchie antérieure pour annuler les évolutions du réseau épiscopal au viiie siècle. Ces différences pourraient également laisser supposer que la notice 4 est antérieure à la notice 3, et que celle-ci enregistre donc bien les modifications de l’époque isaurienne. Cependant, comment expliquer alors que les listes de la notice 7, malgré d’importants changements, reposent en partie sur la notice 4 ? À nouveau apparaît donc le double problème de composition et de datation des listes et des notices ; il est plus vraisemblable, à la lecture des listes de suffragants de Thrace, que la notice 4 fut composée – au moins pour les éparchies – sur la base de la notice 2 et non de la notice 3.

235Comme en d’autres régions, la notice 7 marque une rupture complète dans la hiérarchie des sièges épiscopaux : pour les éparchies d’Europe, de Thrace, de Rhodope et d’Hémimont, cela consiste en des changements de noms, de statuts ou de préséance ; quant au réseau des archevêchés, il se renforce, placé sous la mainmise directe du patriarche. La réorganisation du réseau épiscopal correspond bien, pour cette région comme pour les autres, à l’importante mise à jour de la taxis voulue par l’empereur et le patriarche.

236Contrairement à la Thrace, le réseau des métropoles domine dans les Balkans, en particulier en Hellade et dans le Péloponnèse ; les archevêchés, moins nombreux, sont plus espacés les uns des autres que ne le sont les métropoles – signe de l’importance de la création d’évêchés dans le Péloponnèse, notamment après le viiie siècle. Les principaux sièges de la hiérarchie se trouvent en majorité sur les côtes (ou à proximité) et moins à l’intérieur des terres où dominent plutôt les évêchés. Cette région connaît d’importantes modifications de ses structures administratives : la création de thèmes comme la multiplication des évêchés visent à renforcer l’implantation du pouvoir byzantin et du christianisme après l’installation de populations slaves dans les Balkans. L’Empire cherche donc à asseoir sa domination par une densification du tissu civil, militaire et ecclésiastique.

  • 437 Malamut, Îles, vol. 1, p. 362-364.

237Le réseau épiscopal insulaire a également évolué à l’époque mésobyzantine, même si l’étude des notices épiscopales ne permet pas d’en prendre toute la mesure437. Le rattachement d’une partie des îles au patriarcat au viiie siècle et le devenir particulier de quelques îles comme Chypre ont entraîné, comme dans la péninsule balkanique, une augmen-tation des évêchés et une densification du réseau épiscopal en mer Égée et en Méditerranée orientale. Les centres de domination de ce réseau se multiplient : certaines îles sont rattachées désormais à des villes continentales comme Athènes et Corinthe ; d’autres voient au contraire leur rôle s’affirmer par la création de sièges, comme Lesbos.

  • 438 Ibid., p. 364.

238Comme dans les Balkans, la réforme des cadres ecclésiastiques a accompagné celle des cadres civils et militaires : un certain parallélisme s’opère entre les deux hiérarchies pour renforcer le contrôle du territoire exercé par l’Empire et par l’Église. Néanmoins, il faut souligner à la suite d’É. Malamut que la densification du réseau des pouvoirs civils et militaires fut plus importante que celle du tissu ecclésiastique : l’Église, conservatrice, a gardé la base de ses structures héritées de l’époque protobyzantine438.

  • 439 Jacob, Martin, Église grecque, p. 357-365 et bibliographie antérieure.
  • 440 Ibid., p. 358 et n. 24. C’est le cas, en Calabre, d’Oppido, Stilo et Bova ou encore de Lecce, Ugen (...)
  • 441 En témoigne par exemple le nom du siège de Néokastron en Calabre.
  • 442 Jacob, Martin, Église grecque, p. 361.

239Concernant l’Italie byzantine, il faut souligner deux points439. La documentation est très lacunaire : les notices ne fournissent qu’un maigre aperçu de l’organisation ecclésiastique de la région, puisque certains sièges des xe et xie siècles n’y sont pas mentionnés440. Par ailleurs, l’on constate une densification du réseau épiscopal dans le Sud de la péninsule, ce qui dépend de trois facteurs : « la fondation de villes nouvelles441, souvent situées dans l’intérieur, par les Byzantins et, dans le nord, par les Lombards ; l’expansion vers le nord de l’élément hellénophone ; la conquête par l’empire de la Calabre septentrionale à la fin du ixe siècle »442. La multiplication des évêchés a donc été favorisée par les (re)conquêtes militaires : le tissu ecclésiastique se calque bien sur le réseau civil et militaire.

  • 443 Prigent, Sicile, vol. 1, p. 35-47.

240Enfin, pour la Sicile, la seule lecture des notices montre l’importante stabilité du réseau épiscopal car peu de sièges ont été créés entre le viiie et le début du xe siècle ; en revanche, la taxis a plus largement évolué. C’est en réalité avant le viiie siècle que le réseau épiscopal sicilien s’est étendu443.

  • 444 Ibid., p. 53-57, où l’auteur dresse le bilan des évolutions du réseau épiscopal sicilien.
  • 445 Jacob, Martin, Église grecque, p. 360.

241L’histoire politique et militaire de la Sicile explique en partie ces évolutions444. La conquête progressive de l’île par les Arabes au ixe siècle a entraîné un repli byzantin dans la partie orientale, ce qui explique sans doute l’érection de Catane au rang de métropole dans la seconde moitié du siècle. L’île reste néanmoins dans l’orbite byzantine : l’hellénisation se poursuit et la présence importante d’évêques siciliens au concile de Nicée II en 787 en témoigne. En revanche, aux ixe-xe siècles, les évêques siciliens, moins nombreux à se rendre à Constantinople, s’en détachent progressivement ; le passage de l’île sous domination normande au xie siècle la ramène dans l’orbite pontificale, malgré le maintien d’une hiérarchie grecque445.

242L’analyse des notices épiscopales, sources brutes et difficiles à traiter, est donc riche d’enseignements malgré les lacunes. Si certaines de nos analyses ne font que suivre celles de J. Darrouzès, il nous a semblé indispensable de reprendre, même partiellement, ce vaste dossier en le complétant par les tableaux de la taxis ecclésiastique et les cartes de répartition des sièges.

243Dans certains cas en effet, la confrontation de ces textes avec d’autres sources a permis d’envisager le maillage territorial de l’Empire par l’Église mais aussi d’approcher la définition des territoires ecclésiastiques, enjeu entre l’État et l’Église, l’empereur et le patriarche. Le territoire est partagé entre les deux têtes de l’Empire : si l’empereur a le droit de modifier et d’adapter les diocèses au gré des évolutions politiques et militaires de l’Empire, le patriarche n’est pas absent des décisions, en particulier quand des hommes forts sont à la tête de l’Église. Le contrôle de l’espace est donc partagé ; à l’échelle des diocèses en revanche, seul l’évêque a autorité sur le territoire qu’il administre au quotidien.

Notes

1 Brandes, Byzantines cities, p. 41-44.

2 H. Ahrweiler, « Les problèmes de la géographie historique byzantine », dans Proceedings of the XIIIth International Congress of Byzantine Studies, Oxford, 1967, p. 465-473, ici p. 470-471.

3 Concile in Trullo, canon 38, COD, p. 256.

4 L’empereur pouvait également créer de nouveaux sièges : concile de Chalcédoine, canon 17, COD, p. 145 ; concile in Trullo, canon 38, COD, p. 256 ; Dagron, Empereur et prêtre, p. 271.

5 J. Darrouzès, « Listes synodales et notitiae », REB 28, 1970, p. 57-96, et Notitiae, p. IX-XII.

6 Le caractère administratif de ces documents est confirmé par la nécessité de les déposer dans les archives patriarcales, comme le précise le décret de promulgation de la notice 7 au début du xe siècle (Grumel-Darrouzès, Regestes, no 598 et Notitia 7).

7 G. I. Konidarès, Αἱ Μητροπόλεις καὶ ἀρχιεπισκοπαὶ τοῦ Οἰκουμενικοῦ Πατριαρχείου καὶ ἡ « Τάξις » αὐτῶν, Athènes, 1934 (Texte und Forschungen zur byzantinisch-neugriechischen Philologie 13).

8 On trouvera, sur la couverture de l’édition des notices, une reproduction des premières lignes de la notice 7 du xe siècle d’après le f. 185v du ms. Hierosolymitanus Patriarchus 39 (xiie-xiiie siècle), qui donnera une bonne idée de la forme que pouvaient avoir ces textes.

9 Ces numéros sont repris dans l’édition de J. Darrouzès quand ils apparaissent dans les manuscrits. Ils peuvent également en être absents ; parmi de nombreux exemples, citons la liste des métropoles de la notice 2 : entre le 9e siège (Chalcédoine) et le 10e (Sidè) sont intercalés, sans numéro, les sièges de Crète, Corinthe, Sicile et Thessalonique. L’absence de numéro d’ordre dans une liste signifie qu’il s’agit souvent d’un ajout du compilateur, peu sûr de la hiérarchie, notamment pour les sièges de création récente.

10 Notitia 7112, 99 et 108.

11 Notitia 7158 et 1053.

12 Bondoux, Villes, p. 384-386.

13 Notitia 1172, 2192, 3227, 4182, 7220, 9118, 13130 et 2047.

14 Voir la Vie de Nicétas de Mèdikion, c. 48, p. XXVII, et Kaplan, Évêque, p. 195 et n. 54-55 : il s’agit plus vraisemblablement de l’évêque de Plousias et non de l’évêque de Prousa/Brousse.

15 Cette dernière apparaît dans plusieurs notices (Notitia 2191, 3334, 4246, 7311 [confusion avec Plousias], 9190, 10233 et 13237).

16 A. Diller, « Lists of old and new geographical names », BZ 63, 1970, p. 29-34.

17 La sigillographie apporte souvent, ici et là, une confirmation du statut ou du nom d’un évêché mentionné dans les notices ; ci-dessous, nous citons pour les sièges peu connus ou n’apparaissant que dans les notices quelques exemples d’attestations sigillographiques.

18 Sur les créations d’évêchés, voir Darrouzès, Remarques.

19 On trouve en effet au concile de 879 un évêque pour chacune des deux cités (Mansi XVIIA, col. 377C : Θεοτίμου Ἄργους ; col 377D : Ἀνδρέου Ναυπλίου), jusqu’alors groupées dans un seul et même évêché dont le centre est Argos.

20 Notitia 7490.

21 Traité des transferts, p. 159-160 = Dölger, Regesten, no 1581a et no 1666e ; voir Kleinchroniken, notice 32-6, p. 229.

22 Notitia 2152.

23 Notitia 7, p. 270 = Grumel-Darrouzès, Regestes, no 598.

24 C’est le cas au xie siècle quand ces métropolites devinrent syncelles (infra, p. 323-324).

25 Elle fut promulguée peu après le Klètorologion de Philothée, qui avait souhaité composer un autre traité de préséance consacré aux clercs d’après la notice du Pseudo-Épiphane (Klètorologion, p. 234-235) ; le traité aurait bien été préparé, même s’il ne vit vraisemblablement jamais le jour. En revanche, on ignore si Philothée souhaitait aborder les cérémonies du clergé, ce que la notice de Nicolas Mystikos ne fait naturellement pas.

26 Darrouzès, Notitiae, p. XII.

27 Voir en annexe les tableaux de la taxis des métropoles, éparchies et archevêchés.

28 La plus ancienne notice, rangée sous le numéro 1 dans l’édition de J. Darrouzès et datée du viie siècle, a été laissée de côté car elle est trop ancienne pour notre propos. Elle renvoie en effet à un contexte politique et socio-économique bien différent, celui du temps d’un Empire vaste aux villes florissantes, et dont les frontières ont beaucoup évolué au siècle suivant.

29 Darrouzès, Notitiae, p. 84.

30 Jacob, Martin, Église grecque, p. 358.

31 C’est notamment le cas des sièges soumis à Hydrous (Otrante) à la fin du ixe siècle ; sa promotion au rang de métropole est mentionnée par Liutprand de Crémone (Relatio, c. 62, p. 215 = Grumel-Darrouzès, Regestes, no 792 ; Gay, Italie méridionale, p. 362-365), et est enregistrée dans les notices, puisque Hydrous y est signalée dès la notice 6 comme métropole (puis dans les notices 8 à 11), tout en apparaissant dans la taxis des archevêchés dans les notices 7, 8 et 11. La métropole n’apparaît cependant jamais avec ses suffragants, à l’exception de Turcicum (Notitia 10675 ; Darrouzès, Notitiae, p. 116-117) ; voir infra, p. 119.

32 Prigent, Sicile, p. 22 et n. 110.

33 Infra, p. 48 et n. 60.

34 Voir les introductions des différentes notices dans l’édition de J. Darrouzès.

35 Darrouzès, Notitiae, p. 7.

36 Liste complète des manuscrits dans ibid., p. 425-446.

37 Id., Remarques, p. 213.

38 Notice 2 : notice complète énumérant 41 métropoles, 46 archevêchés autocéphales et 398 évêchés suffragants ; introd. p. 10-19 et éd. p. 215-227 d’après 7 manuscrits. Notice 3 : notice complète listant, après les 5 patriarcats, 48 métropoles, 40 archevêchés autocéphales et 634 évêchés suffragants ; introd. p. 20-33 et éd. p. 229-245 (1 manuscrit). Sur la composition de cette notice et son manuscrit, voir M. Salamon, « Einige Bemerkungen zur Notitiae Episcopatuum des Codex Parisinus 1555A », dans M. Kaimakamova et al. éd., Byzantium, New Peoples, New Powers : The Byzantino-Slav Contact Zone, from the Ninth to the Fifteenth Century, Cracovie, 2007 (Byzantina et Slavica Cracoviensia 5), p. 89-102.

39 En dernier lieu, Prigent, Sicile, p. 1339-1346, spéc. p. 1341-1343, qui évoque les débats antérieurs ; l’auteur place, sans doute avec raison, le transfert dès les années 720.

40 Darrouzès, Notitiae, p. 18.

41 Contrairement à l’idée avancée dans Zuckerman, Pontic policy, p. 206.

42 Voir ce qu’en dit V. Prigent dans Sicile, p. 22-23.

43 Zuckerman, Pontic policy, p. 206-207.

44 Ibid. p. 206.

45 Notitia 2285.

46 Notitia 3229.

47 Darrouzès, Notitiae, p. 21.

48 Voir notamment E. Kountoura-Galakè, « Συμβολὴ στὴν μελέτη τῆς βυζαντινῆς ἐκκλησιαστικῆς ἱεραρχίας κατὰ τὴν περίοδο τῆς πρώτης εἰκονομαχίας (Πρόδρομη ἀνακοίνωση) », Βυζαντιακά 14, 1994, p. 67-80, et Ead., « Ἡ εἰκονοκλαστικὴ νοτιτια 3 και το λατινικὸ πρωτότυπο της », Σύμμεικτα 10, 1996, p. 45-73.

49 Prigent, Sicile, p. 21-22.

50 Zuckerman, Pontic policy, p. 204-207. L’analyse de la liste des suffragants de Crète confirme que la notice pourrait être postérieure au concile de 787 (infra, p. 114-115).

51 Darrouzès, Notitiae, p. 31-33.

52 Notice attribuée à l’Arménien Basile de Ialimbana (V. Laurent, « La “Notitia” de Basile l’Arménien. Tradition manuscrite et date de composition », ÉO 34, 1935, p. 439-472 ; voir PMBZ 939, abs. PBE). Notice complète énumérant les 5 patriarcats, 34 métropoles, 41 archevêchés autocéphales et 367 évêchés suffragants ; introd. p. 34-45 et éd. p. 247-261 d’après 14 manuscrits. Apparaissent également en complément les métropoles occidentales anciennes rattachées à Rome et désormais sous l’autorité de Constantinople (Thessalonique, Syracuse, Crète, Corinthe, Rhègion, Nikopolis, Athènes et Patras), mais sans numéro d’ordre.

53 Notices brèves listant les métropoles et archevêchés (notice 5) et les métropoles (notice 6) ; introd. p. 46-52 et éd. p. 263-266 d’après 5 manuscrits et p. 267-268 d’après 3 manuscrits. La notice 5 énumère les 33 métropoles anciennes auxquelles s’ajoutent les métropoles occidentales sans numéro d’ordre (Thessalonique, Syracuse, Crète, Corinthe, Rhègion, Nikopolis, Athènes, Patras et Larissa), puis 41 archevêchés autocéphales. La notice 6 recense les 33 métropoles anciennes, 3 métropoles supplémentaires (Trébizonde, Amorion et Séleucie) et les métropoles occidentales (Syracuse, Thessalonique, Athènes, Rhègion, Hydrous, Corinthe, Patras, Larissa et Nikopolis), sans numéro d’ordre ; elle comporte également une invocation finale.

54 Darrouzès, Notitiae, p. 48.

55 Notitia 647.

56 Darrouzès, Notitiae, p. 51.

57 Notice émise au début du xe siècle ; introd. p. 53-78 et éd. p. 269-288 d’après 19 manuscrits. La notice, introduite par un décret de promulgation, énumère 51 métropoles, 51 archevêchés autocéphales et 536 évêchés suffragants ; il faut également noter quelques variations dans la hiérarchie des éparchies et suffragants selon les ms. DE, GK, L et J, mais dont certaines recensions sont plus tardives.

58 Notitia 7, p. 270, trad. p. 271 : « Sur l’ordre de préséance des métropolites et des archevêques, comme ils sont inscrits à ce jour au chartophylacat. Il était nécessaire que les villes (πόλεις) honorées de la dignité du pontificat (τῷ τῆς ἀρχιερωσύνης ἀξιώματι) et dotées par la main patriarcale de pasteurs sacrés fussent inscrites ici même, comme dans un univers en abrégé qui les contînt et les mît sans peine sous les yeux de tous ; réservées au pouvoir [du sacrifice] non sanglant, elles méritaient d’être rangées dans une enceinte appropriée et qu’ainsi tout le monde puisse voir d’un seul coup d’œil et reconnaître facilement leur propre pouvoir et leur rang. Avec les villes du côté du levant sont enregistrées aussi celles du côté du couchant, car depuis l’Antiquité nous ne les avions pas encore rangées avec les autres, et ceux qui en avaient la charge, lorsque l’occasion les appelait à siéger, étaient repoussés par leurs collègues de même rang et les poussaient à leur tour en sens contraire (quelle injure !) avec une force égale. Alors, lorsque notre très pieux empereur ami du Christ [Léon VI] présidait avec nous dans la vénérable église Sainte-Irène, au jour de la commémoraison des célèbres patriarches et en présence aussi de métropolites aimés de Dieu, tous ensemble, examinant les égards dus à chaque siège, nous avons déterminé à chacun une place convenable, comme le montre la présente ordonnance (τάξις), rédigée avec circonspection au terme même de notre décret. Il paraissait en effet déplacé que les hommes consacrés à l’autel se disputent les premières places et que, par souci d’un honneur qui est déshonneur et même, disons le mot, une honte, la dignité du pontificat (τὸ τῆς ἀρχιερωσύνης τίμιον) tombe du reste dans le mépris, alors que nous devons aspirer seulement à la gloire immortelle, qui ne se flétrit pas, mais fleurit perpétuellement et confère à ceux qui en sont épris la beauté et l’éclat d’une gloire impérissable. »

59 Darrouzès, Notitiae, p. 56.

60 Le canon 86 du concile évoque la préséance fondée sur l’ancienneté ou l’âge de l’ordination de l’évêque (DGA, p. 328-331). Cela explique qu’en toute logique, les derniers sièges d’une liste sont les plus récents ; cela se vérifie cependant rarement (Darrouzès, Variations numériques, p. 31-32).

61 Ibid., p. 29.

62 Id., Remarques, p. 215-221.

63 Zuckerman, Pontic policy, p. 218-229.

64 Ibid., p. 229.

65 Notice brève énumérant 65 éparchies et métropoles et, selon 3 recensions différentes, entre 45 et 51 archevêchés autocéphales (45 pour les ms. J à O ; 45 pour les ms. ED ; 51 pour les ms. CS) ; introd. p. 79-87 et éd. p. 289-294 d’après 22 manuscrits.

66 Notice recensant 54 métropoles et 491 évêchés suffragants ; introd. p. 88-94 et éd. p. 295306 d’après 2 manuscrits.

67 Notice des sièges suffragants venant compléter la notice précédente, la notice 10 pose divers problèmes liés aux quatre principales recensions que distingue J. Darrouzès ; introd. p. 95-117 et éd. p. 309-337 d’après un nombre variable de manuscrits : 9 pour la recension a, 6 pour la recension b, 24 pour la recension c et 16 pour la recension d. La notice énumère (avec quelques variantes selon les recensions), 57 métropoles, jusqu’à 625 évêchés suffragants (total cumulé d’évêchés par addition de toutes les variantes des recensions), ainsi que les 15 évêchés suffragants de Chypre (supplément des ms. JHKLO), les 19 suffragants supplémentaires de la métropole de Larissa/Hellade (supplément du ms. d9) et, en plus, 13 métropoles (ms. H).

68 Darrouzès, Notitiae, p. 116.

69 Notice brève énumérant 85 éparchies avec leur métropole et 60 archevêchés, avec quelques variations selon les 3 groupes de manuscrits (AH ; GFB-O ; M) ; introd. p. 118-127 et éd. p. 341-346 d’après 14 manuscrits.

70 Darrouzès, Notitiae, p. 122-125.

71 C’est le cas pour la Bulgarie dont la hiérarchie est connue par les sceaux ; cette absence n’est cependant pas systématique : la métropole de Russie est ainsi intégrée dans les notices.

72 Supra, p. 12.

73 Il existe des textes plus tardifs énumérant les sièges épiscopaux de grandes régions de l’Occident ; c’est le cas en 1188-1189, du Provinciale Romanae Ecclesiae, liste des diocèses à usage de la chancellerie pontificale : M. Tangl, Die päpstlichen Kanzleiordnungen von 1200-1500, Innsbruck, 1894, rééd. Aalen, 1959.

74 Concile in Trullo, canon 38, COD, p. 256.

75 Concile de Chalcédoine, canon 17, DGA, p. 145.

76 Dagron, Christianisme byzantin, p. 209.

77 Dölger, Regesten, no 280 = Grumel-Darrouzès, Regestes, no 333.

78 Notitia 3581.

79 Voir Kountoura, New fortresses, et Zuckerman, Pontic policy, p. 204-207.

80 Le siège est représenté par Nicétas (PMBZ 5418 et PBE Niketas 22) aux huit sessions du concile : Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 65-66, et Lamberz, Bischofslisten, p. 66.

81 Concile de 879, Mansi XVIIA, col. 373D (le siège est représenté par Jean) ; Notitia 796.

82 Dölger, Regesten, no 612b [594].

83 Darrouzès, Variations numériques, p. 16 ; il s’agit alors de la notice 15, reflétant la hiérarchie de la seconde moitié du xiiie siècle (Notitia 15115).

84 Vie de Georges d’Amastris, c. 21, p. 34.

85 Notitia 1228, 2285 et 3329 comme évêché ; voir Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 64-66, et Id., Notitiae, p. 218, n. 77 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 65.

86 Vie de Georges d’Amastris, c. 21, p. 34 ; Notitia 280, 476, 579, 893 et 11113 comme archevêché ; la présence de l’évêché dans les notices 2 et 3 s’explique par des problèmes de copie.

87 Cependant, des problèmes subsistent : Amastris apparaît également comme métropole sans suffragant dès la notice 8 ; dans les notices 8, 11 et 15, le siège apparaît sous ces deux statuts, qui ne sont pas incompatibles (dans les deux cas le titulaire n’a pas de suffragant). Le siège pourrait donc avoir été érigé en métropole au xe siècle. Les sceaux confirment cette confusion : au ixe siècle, Eudocime est archevêque (DOSeals 4, 12.3) et Euthychianos évêque (L 441) ; dans la seconde moitié du xe siècle, Alexandre est métropolite (Bullae 5), comme Jean au xe-xie siècle (DOSeals 4, 12.4) et Michel au xie siècle (L 1784 = DOSeals 4, 12.5).

88 Kountoura, New fortresses.

89 V. Prigent, « Les évêchés byzantins de la Calabre septentrionale au viiie siècle », MEFRM 114, 2002, p. 931-953.

90 Ahrweiler, Asie Mineure, p. 28-32. Sur la ville médiévale, A. Kazhdan, « Polis and kastron in Theophanes and in some other historical texts », dans ΕΥΨΥΧΙΑ, p. 345-360 ; C. Bouras, « Master craftsmen, craftsmen, and building activities in Byzantium », et G. Dagron, « The urban economy, seventh-twelfth centuries », dans EHB, vol. 2, p. 539-554 et p. 393-461.

91 Grumel-Darrouzès, Regestes, no 792 ; voir Herman, Diritto metropolitico, p. 534.

92 Voir A. I. Dikigoropoulos, « The church of Cyprus during the period of the Arab wars, A.D. 649-965 », GOTR 11, 1965-1966, p. 237-279.

93 Nous traduisons ici χειροτονεῖσθαι par « désigner » et, plus loin, par « consacrer » le même verbe (χειροτονηθήσεται) pour mettre en avant le geste de consécration impliqué par la mention de la main de l’évêque de Chypre. Le verbe χειροτονέω recouvre en effet plusieurs réalités, puisqu’il signifie tant élire et désigner que consacrer et ordonner ; infra, p. 246.

94 Concile in Trullo, canon 39, COD, p. 239 (révision de la traduction de P.-P. Joannou). Le texte du canon est intégré au xe siècle par Constantin Porphyrogénète dans le DAI, c. 48, p. 224-226, après un court récit consacré à la migration des Chypriotes.

95 Théophane, Chronographie, p. 363 et 365.

96 Dagron, Christianisme byzantin, p. 62.

97 Constantin Porphyrogénète, DAI, c. 47, p. 224.

98 Infra, p. 314-315.

99 Voir par exemple les sceaux d’Isaïe, évêque de Bulgarie vers 865 (Bulgaria 19.3), de Georges, archevêque de Bulgarie à la fin du ixe siècle (L 1491 = Bulgaria 19.4 = DOSeals 1, 29.5), et de Constantin, évêque de Vidin et syncelle, dépendant de l’archevêché de Bulgarie au xie siècle (Seyrig 277).

100 Analyse des sources dans M. Thierry, « Notes de géographie historique sur le Vaspurakan », REB 34, 1976, p. 160-168.

101 L 870 = DOSeals 4, 77.1. Sur l’iconographie de ce sceau, infra, p. 353-354.

102 Darrouzès, Variations numériques, p. 8.

103 Id., Notitiae, p. 66-68, et ci-dessous à propos de l’éparchie de Cappadoce Première.

104 Laurent, Corpus, Église, vol. 1, p. 171.

105 Voir infra, p. 292-297.

106 Darrouzès, Notitiae, p. 83.

107 Cela se vérifie dans toutes les notices épiscopales.

108 Voir L 1691 = ZV 2214 = DOSeals 3, 14.5 ; sur Nicolas, PMBZ 5585 et PBE Nikolaos 63.

109 Voir Laurent, Corpus, Église, vol. 1, p. XXX.

110 Corinthe est métropole : Notitia 211, 352, 439, 828, 1128 (dans cette notice cependant, le titre archiépiscopal lui est accordé). Le titre apparaît sur un sceau anonyme du viiie siècle (ZV 2575a) ; autre exemple au ixe siècle avec Théophile (L 1690 = ZV 1350 = DOSeals 3, 14.8).

111 Métropole de Galatie : Notitia 24, 310, 49, 54, 64, 74, 84, 114. Au xie siècle, Théophile se dit archevêque alors qu’il est métropolite (L 338 = DOSeals 3, 7.2).

112 Notitia 139-72.

113 Premier archevêché dans la notice 2, la Mésie disparaît de la notice 3 pour réapparaître dans les notices 4 et 5, avant de disparaître définitivement des listes épiscopales postérieures.

114 Même évolution que la Mésie pour ce siège, second dans la hiérarchie de la notice 2.

115 L’histoire de cet archevêché est mouvementée : 16e siège dans la notice 2, il retombe à la 42e puis à la 41e place dans les notices 4 et 5 ; la notice 7 fixe son rang, qui semble définitif, en le plaçant au 20e rang de la hiérarchie.

116 Il s’agit d’Amorion, promu ensuite métropole de Galatie ou de Phrygie selon les notices.

117 Le siège de Trébizonde disparaît de la notice 3 mais réapparaît, à un rang proche (36e par rapport au 37e de la notice 2), dans la notice 4 avant d’être élevé au 35e rang dans la notice 5 ; il disparaît ensuite par promotion au rang de métropole.

118 Le siège de Mistheia reste ensuite archevêché, et son rang évolue peu : 40e dans la notice 2, 38e dans la notice 4, 37e dans la notice 5 ; le siège est promu dans la hiérarchie dans les notices 7, 8 et 11 en étant classé 32e.

119 Dans la notice 3, Égine est rangée parmi les suffragants de l’Épire (Notitia 3773) ; l’île réapparaît ensuite dans la liste des archevêchés, mais largement rétrogradée (40e rang dans la notice 4, 51e dans les notices 8 et 11).

120 Archevêché d’Europe, parfois nommé Messinè, Mésénè est confondu avec Drizipara dans la notice 5 (Notitia 574) ; il réapparaît dans la notice 7.

121 Présent dans les notices 2 et 4, le siège est absent de la notice 5 et réintègre la hiérarchie dans la notice 7, passant de la 44e place (notice 2) à la 24e place (notices 7, 8 et 11).

122 Une confusion s’opère dans les manuscrits : Euchaïta (Arménie Première) est confondu avec l’archevêché d’Hélénopont, qui a également pour siège Euchaïta, alors au 29e rang de la même notice. Il s’agit donc d’un rapprochement des deux sièges autour d’une même cité.

123 La notice 3 est la seule à enregistrer Séleucie d’Isaurie comme archevêché ; elle enregistre également ce siège comme métropole avec ses évêchés (Notitia 3508). Il s’agit sans doute ici d’une erreur de copie, puisque dans les autres notices le siège est métropole, comme on le voit aussi à Nicée II (Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 62 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 45).

124 Le siège d’Hellespont n’est pas nouveau ; en effet, ce siège est bien archevêché durant toute son histoire, comme le confirment les notices ; cependant, il y a confusion, dans cette notice, entre Nèsos et Proconèse, qui renvoient tous deux au même siège. En 787, c’est le siège de Proconèse qui représente l’archevêché d’Hellespont (Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 63 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 50). Cette confusion relativise donc les modifications de la notice 3 par rapport à la notice antérieure.

125 . Sougdaïa, archevêché de Zècchie, conserve ce statut dans les notices ; en 787, c’est bien un archevêque qui représente le siège à Nicée II (Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 62-63 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 46). Il faut noter par ailleurs que le siège, 30e dans la notice 3, recule à partir de la notice 7 pour tenir le 47e rang, puis le 48e dans les notices 8 et 11. Les trois Vies consacrées à Étienne de Sougdaïa au viiie siècle enregistrent toutes le titre d’archevêque accordé au saint (Vie grecque d’Étienne, p. 74 ; Vie arménienne, p. 94 ; Vie slavonne, p. 118).

126 La présence de Charioupolis dans la liste des archevêchés de la notice 3 est une interpolation signalée par J. Darrouzès (Notitiae, p. 488, index s. v.) ; dans les autres notices, le siège est évêché de Thrace, suffragant d’Héraclée (Notitia 3168, 7160, 956, 1056). En 787, le statut d’évêché est confirmé par la présence de Théophylacte de Charioupolis (PMBZ 8299 et PBE Theophylaktos 18), qui signe les actes de toutes les sessions (Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 64 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 56) ; au xie siècle, le siège l’est toujours, si l’on en croit le sceau de Michel (L 335 = Seyrig 239).

127 Patras ne serait représenté qu’à une seule des sessions du concile de Nicée II, sous le nom de Patrai (Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 62 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 46) ; le siège de Thèbes n’y est pas représenté.

128 Yannopoulos, Métropoles.

129 L’identification d’Arkadia dans le Péloponnèse est difficile, et il ne faut pas confondre ce siège avec son homonyme de Crète (par exemple, Notitia 2211 et 3240).

130 V. Grumel, « L’annexion de l’Illyricum oriental, de la Sicile et de la Calabre au patriarcat de Constantinople. Le témoignage de Théophane le Chronographe », Recherches de Science Religieuse 39-40, 1951-1952, p. 191-200; M. V. Anastos, « The transfer of Illyricum, Calabria and Sicily to the juridiction of the patriarchate of Constantinople in 732-733 », dans Silloge Bizantina in onore di S. G. Mercati, Studi Bizantini e Neoellenici 9, 1957, p. 14-31; Id., « Leo III’s edict against the images in the year 726-727 and Italo-Byzantine relations between 726 and 730 », dans Polychronia. Festschrift Franz Dölger, éd. P. Wirth, BF 3, 1968, p. 5-41 ; voir aussi Laurent, Athènes et l’Illyricum, qui place le rattachement dans les années 730.

131 V. Prigent, « Les empereurs isauriens et la confiscation des patrimoines pontificaux d’Italie du Sud », MEFRM 116, 2004, p. 557-594, et Id., Sicile, p. 1339-1359 ; voir également C. Zuckerman, « Learning from the enemy and more: studies in "Dark Centuries" Byzantium », Mill. 2, 2005, p. 79-135, notamment p. 80-107.

132 Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 62-63; Lamberz, Bischofslisten, p. 46-47; Constantin: PMBZ 3854 et PBE Konstantinos 35; Théodore: PMBZ 7579 et PBE Theodoros 70.

133 Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 22-24.

134 Amorion, Thèbes, Derkos, Catane et Rhègion.

135 Par exemple l’Isaurie (Séleucie), dont on a vu ci-dessus qu’il s’agissait bien d’une métropole et non d’un archevêché, ce que signale une correction apportée dans la notice 4 à l’erreur de la notice 3 ; l’Hellespont (Proconèse), mais cela est lié à la confusion évoquée ci-dessus avec Nèsos ; Sougdaïa, dont l’absence s’explique plus probablement par une erreur de copie dans le manuscrit que par une modification de son statut, car elle reste bien archevêché par la suite ; la Thrace (Charioupolis), dont la présence dans la notice 3 est une interpolation ; la Thrace/Europe (Derkos), qui réapparaît dans les notices postérieures.

136 Darrouzès, Notitiae, p. 39 : « Le rang de Selgè peut provenir d’un accident fréquent dans la copie des noms en colonnes. »

137 Ibid., p. 72.

138 Voir Zuckerman, Pontic policy.

139 Vie d’Ignace patr. CP, col. 516B = Grumel-Darrouzes, Regestes, no 464 [462] ; statut confirmé par le sceau de Théoktistos au ixe siècle (ZV 2495a ; PMBZ 8054 et Theoktistos 16).

140 Sur Samuel, PMBZ 6503 et PBE Samuel 2. Le siège était auparavant soumis à Laodicée de Phrygie.

141 Darrouzes, Notitiae, p. 74.

142 Un seul suffragant lui est connu dans la notice 13, Chairétopa (Notitia 13796), attesté au xie-xiie siècle par les sceaux de Grégoire : L 533 (deux pièces) et DOSeals 3, 11.1.

143 L 1589 = DOSeals 3, 12.1 (deux pièces). Sur les titres épiscopaux, supra, p. 12.

144 Grumel-Darrouzès, Regestes, no 373c ; voir Laurent, Athènes et l’Illyricum, p. 67-71.

145 Darrouzès, Notitiae, p. 84 (reconstitution des variantes des différents états de la liste).

146 Suffragant de Larissa dans les notices 3, 7, 9 et 10, le siège est archevêché dans les notices 8 et 11, et se maintient comme tel jusqu’à la notice 16, avant d’être promu métropole sans suffragant. Le siège aurait donc été élevé au rang d’archevêché au xe siècle.

147 Il y a ici confusion entre Tamatarcha et Zècchie/Matarcha dans la notice 8 ; dans les notices suivantes, le siège est simplement désigné comme celui de Matarcha (ou Matracha).

148 Ce siège est bien ici un nouvel archevêché, qui se maintient sous ce nom dans la seule notice 11. Au xie siècle, le siège est évêché (sceau de Léon, L 813).

149 Le siège d’Euchaneia apparaît comme archevêché dans la seule notice 8 ; dans la notice 11, le siège est métropole sans suffragant, après avoir été confondu avec Euchaïta dans les siècles précédents. Le siège d’Euchaïta/Euchaneia est donc dédoublé au xe siècle, malgré un point commun, le culte de saint Théodore (voir Oikonomidès, Théodore) ; Euchaïta devient métropole (Grumel-Darrouzès, Regestes, no 558 [527]). L’indépendance du siège d’Euchaneia est attestée en 1054, quand signe au synode Nicolas, également syncelle. Cela confirme bien la datation de la notice 11 au xie siècle. Voir Darrouzès, Remarques, p. 215-221.

150 Darrouzès, Notitiae, p. 125-127.

151 On peut également imaginer que l’ajout d’Anchialos en fin de liste viendrait simplement corriger l’oubli de sa mention à son rang précédent (entre le 18e et le 23e selon les notices).

152 Notitia 1, p. 2046-20538 ; sur ces 33 métropoles, Darrouzès, Variations numériques.

153 Notitia 210 et 212.

154 Darrouzès, Notitiae, p. 14.

155 Par commodité, et parce que c’est le nom le plus courant (notamment dans la bibliographie), nous conservons le nom de Pakatianè ; voir TIB 7, p. 48-49.

156 Cela ne se limite pas aux notices, car on le constate dans d’autres sources comme dans la bibliographie ; c’est par exemple le cas en Carie, dont la métropole Stauropolis (nom fourni dès la notice 1) est souvent appelée de son ancien nom, Aphrodisias (Nesbitt, Aphrodisias).

157 C’est l’idée de J. Darrouzès (Notitiae, p. 23), qui rejoint notre hypothèse d’une compilation à placer entre le milieu et la fin du viiie siècle. La disparition des listes du concile de Hiéreia en 754 empêche de vérifier si le siège de Mélitène était représenté au concile et donc si l’on peut émettre, sur la même base que J. Darrouzès à propos du concile de 787, une hypothèse semblable pour 754. En réalité, comme nous l’avons déjà souligné, il faut garder à l’esprit que la notice ne constitue pas un tout cohérent : les éléments qui la composent peuvent avoir été compilés à des moments différents (voir les deux notes suivantes).

158 La présence de Chypre dans la notice (alors que le siège est absent des autres notices, à l’exception d’une addition dans la liste des éparchies de la notice 10) pourrait être liée à la participation de son métropolite au concile de 787 ; le représentant, Constantin (PMBZ 3846 et PBE Konstantinos 32), a alors le titre ancien et honorifique d’archevêque puisque l’Église de Chypre est autonome ; cependant, l’intégration de l’éparchie dans la liste de la notice 3 est logique puisque l’Église compte plusieurs évêchés suffragants (Notitia 3143-159).

159 Notitia 319. Thomas, métropolite de Sardaigne avec le titre d’archevêque (PMBZ 8445 et PBE Thomas 8), est représenté au concile de 787 par Épiphane, diacre de l’Église de Catane (PMBZ 1565, PBE Epiphanios 3 et PIB Epiphanius27). Sur la présence de l’Église grecque en Sardaigne, on sait peu de choses ; voir ODB III, p. 1842-1843 ; Jacob, Martin, Église grecque, p. 351 et bibliographie p. 370.

160 La présence d’une partie de ces sièges serait, selon J. Darrouzès (Notitiae, p. 22), liée à des erreurs de maladresse et d’improvisation dans la compilation de la notice, qui tire ses sources de plusieurs listes (listes conciliaires et ecclésiastiques mais aussi listes civiles).

161 Dans le tableau des éparchies, la mention « add. » pour la notice 4 signale l’ajout des anciens sièges sous juridiction romaine ; ils ne possèdent cependant pas de numérotation dans la notice, car ils sont mentionnés après la liste nue des métropoles (Notitia 4, p. 249).

162 Notitia 16-38 et Notitia 46-39.

163 Notitia 4, p. 249, recension des ms. MNOP (voir ibid., n. 39), introduite par une phrase précisant qu’il s’agit ici des sièges anciennement romains passés dans l’orbite de Constantinople : « Εἰσὶ δὲ οἱ ἀποσπασθέντες ἐκ τῆς ῥωμαϊκῆς διοικήσεως, νῦν δὲ τελοῦντες ὑπὸ τὸν θρόνον Κωνσταντινουπόλεως, προστεθέντες τῇ συνόδῳ Κωνσταντινουπόλεως διὰ τὸ ὑπὸ τῶν ἐθνῶν κατέχεσθαι τὸν πάπαν τῆς πρεσβυτέρας Ῥώμης. »

164 Darrouzès, Notitiae, p. 38 ; sur les unions de sièges, voir Id., Remarques, p. 231-236.

165 Id., Notitiae, p. 38.

166 PMBZ 7846 et PBE Theodosios 14 ; son sceau (L 502 = DOSeals 3, 88.4) atteste également son titre d’évêque.

167 Notitia 277 et Notitia 2300-307.

168 Les sources (notamment les Vies d’Euthyme et de Théophylacte de Nicomédie) confirment ce titre : PMBZ 1643 et PBE Eudoxios 2. Le titre honorifique d’archevêque semble cependant être toujours utilisé, comme en témoigne un sceau d’Eudoxe au début du ixe siècle (ZV 1879). Des sceaux postérieurs confirment le statut métropolitain : sceaux de Constantin (ou Constance, L 1748), Théoktistos (ZN 750) et Théophane (ZN 754, également syncelle), tous trois aux xe-xie siècles. Le seul cas d’Amorion montre toute la complexité des notices. Enregistrant le siège comme métropole, la notice 2 pourrait donc avoir été partiellement (re)composée vers la fin du viiie siècle.

169 Darrouzès, Notitiae, p. 48.

170 Notitia 637 : « Εἰσὶν καὶ οἱ ὑπὸ τὴν Δύσιν. »

171 Darrouzès, Notitiae, p. 51.

172 Ibid., p. 71.

173 Ibid., p. 72.

174 Il faut également noter la réapparition de Dyrrachion (Épire Première) au 42e rang, présent dans la notice 3 mais absent des notices 4 à 6.

175 Sur ce dernier siège, voir Darrouzès, Remarques, p. 215-221.

176 Id., Notitiae, p. 83.

177 Sur Samosate (Asmosaton), Keltzènè et Taron/Kortzè, voir ibid., p. 83.

178 Ibid., p. 88-91.

179 Longue analyse des variations et des quatre principales recensions dans ibid., p. 95-103.

180 Ibid., p. 108-109 sur ces cas.

181 Cela est visible par l’intégration à la notice de nombreuses métropoles connues par les listes des synodes tenus au xie siècle ; voir supra, p. 50-51.

182 On en trouvera la liste complète dans le tableau des métropoles en annexe.

183 Darrouzès, Notitiae, p. 122-123.

184 Le découpage régional que nous suivons ici s’inspire de celui opéré par la Kommission für die Tabula Imperii Byzantini de l’Österreichische Akademie der Wissenschaften de Vienne ; il prend également en compte le poids de chaque éparchie en termes d’évêchés. Dans l’une de ses nombreuses études des notices, J. Darrouzès s’est intéressé aux variations des évêchés au sein des 33 métropoles anciennes (en réalité 32, puisque Chalcédoine n’a pas de suffragant) dont la liste est stable dans les notices (Variations numériques, p. 10-27) ; nous optons de notre côté pour une approche géographique et non hiérarchique des sièges. Nous citons systématiquement l’étude sur les variations numériques et renvoyons le lecteur aux introductions des notices où J. Darrouzès commente les évolutions de chaque éparchie.

185 Klètorologion de Philothée, p. 234-235 ; Notitia 7, p. 270-271.

186 Sceau de l’évêque Jean aux xe-xie siècles (L 669).

187 Notitia 1414, 2483, 3577et 4435.

188 Sous Athènes, la notice 7 (Notitia 7496-506) enregistre 10 évêchés suffragants, qui se maintiennent jusqu’à la notice 10 ; sous Patras, six suffragants (Notitia 7549-555) ; sous Larissa, dix suffragants (Notitia 7564-574), et l’une des recensions de la notice 10 en enregistre six supplémentaires (Notitia 10775-795).

189 Constantin Porphyrogénète, De Thematibus, p. 88-90. Pour la Macédoine, Constantin donne la liste suivante : Éparchie de Macédoine Première : Thessalonique, Pella, Europe, Dios, Berrhoia, Éordaia, Édesse, Kella, Almopia, Héraclée Lakkos, Antania, Gémindos, Nikèdès, Diobouros, Idoménè, Bragoulos, Primana, Maroneia, Amphipolis, Néapolis, Apollonia, Topeiros qui est maintenant Rhousion, Nikopolis, Ithapolis, Akanthos, Kéréopyrgos, Berpè, Aralos, Dioklètianoupolis, Sébastopolis. Éparchie de Macédoine Seconde : Stoloi, Argos, Eustraion, Pélagonia, Bargala, Kélainidion, Armonia, Zapara. Éparchie de Thessalie : Larissa, Dèmètrias, Thèbes, Échinos, Lamia, Trikkè, Gomphoi, Hypatè qui est maintenant Néai Patrai, Mètropolis, Césarée, Pharsala, Bouraminsios, Iôannoubios, l’île de Skythos, l’île de Skopèlos, l’île de Péparèthos (p. 8833-44). Pour le Péloponnèse, il liste, après la métropole Corinthe, Sikyon, Argos, Lacédémone de Laconie et ancienne Sparte, et Patras est l’autre métropole (p. 905-6).

190 On trouve dans l’œuvre de Constantin, en plus de la Macédoine et du Péloponnèse, le détail des thèmes et provinces des Anatoliques, d’Opsikion, des Optimates, des Bucellaires, de Paphlagonie, de Chaldie, de Chypre, de Samos, de Thrace, de Thessalonique, de Nikopolis, de Dyrrachion, de Longobardie et de Cherson.

191 Ibid., p. 8546-8648-60 : Éparchie de Thrace ou d’Europe : Eudoxioupolis, Héraclée, Arkadioupolis, Bizyè, Panion, Ornoi, Ganos, Kallipolis, Mèrizos, Saltikè, Sabada, Aphrodisias, Apros, Koilia (Kyla). Éparchie de Rhodope : Parthikopolis, Héraclée du Strymnon, Ainos, Maximianoupolis, Serrès, Philippes, Traïanoupolis. Éparchie d’Hémimont : Adrianoupolis, Anchialos, Débeltos, Ploutinoupolis, Tzoïda. Éparchie de Thrace : Mestikos et Akontisma, Philippoupolis, Berrhoia, l’île de Thasos, l’île de Samothrace. Éparchie de Mysie (Scythie) : Tomis, Dionysioupolis, Akraï, Kallatis, Istros, Konstantiana, Zelpa, Tropaion, Axioupolis, Kapidaba, Karsos, Trosmis, Nobiodounos, Aigissos, Almyris.

192 Culerrier, Éphèse, p. 161-162 ; l’auteur cite l’exemple de Maschakômè, siège qui apparaît dans toutes les notices comme suffragant d’Éphèse.

193 Voir infra p. 128.

194 L’absence de province ecclésiastique soumise à l’autorité directe du patriarche entraîne la multiplication des archevêchés dans les régions proches de la capitale.

195 Dagron, Christianisme byzantin, p. 28-32.

196 Darrouzès, Variations numériques, p. 10. Il s’agit, d’après l’ordre de préséance de la notice 2, d’Hypaipa, Tralles, Magnésie du Méandre, Élaia (Élée était encore une cité au vie siècle et devient ensuite une kômè ; lieu de naissance de Pierre d’Atroa ; voir Kaplan, Les Hommes et la terre, p. 93), Atramyttion (Adramyttion ; sceaux de Georges au xie siècle, L 273, et de Serge au xie-xiie siècle, L 272 = DOSeals 3, 3.5), Assos, Gargara, Mastaura, Kaloè, Brioula, Pitana (sceau de Léon aux xe-xie siècles, L 283), Myrina, Phocée, Aurèlioupolis (Péribolon), Nysa, Maschakômè, Mètropolis, Baréta, Magnésie du Sipyle (Magnèsia Anèlios), Aninata, Pergame, Anaia (sceau de Grégoire dans la première moitié du viiie siècle : L 290 = ZV 2878 = DOSeals 3, 6.1), Priène, Arkadioupolis, Néa Aulè, Dios Hiéron (Pyrgion, nom également attesté sur les sceaux de Nicéphore au xie siècle : L 294 = DOSeals 3, 31.2, et L 295 = DOSeals 3, 31.3), Augaza (Algiza), Sion (Sia), Kolophon, Lébédos, Téos, Érythra (sceau de Michel au début du xie siècle, L 297), Klazoménai, Antandros (Attandros), Théodosioupolis, Perpérinè, Kymè (Cumes ; sceau de Philothée aux xe-xie siècles, L 298 = DOSeals 3, 20.1 ; sceau de Théodore, évêque et syncelle au xie siècle, L 299) et Palaïoupolis. S’y ajoutent Thyraia et Chliara en finale de la notice 10. Listes : Le Quien, OC I, col. 693-738 ; Fedalto, HEO, p. 117-137 ; Culerrier, Éphèse, p. 153-160.

197 C’est le cas déjà mentionné de la Sicile (Prigent, Sicile, p. 22 et n. 110.).

198 Culerrier, Éphèse, p. 150.

199 Darrouzès, Variations numériques, p. 12. Notice 2 : Germè, Poimanéon (Poimanénon, sceau de Philothée au xie siècle, L 1604 = DOSeals 3, 66.1), Okè, Baris, Adrianouthèrai (Adrianou Thèrai ; sceau de Basile dans la première moitié du xie siècle : ZN 955), Lampsaque, Abydos, Dardanon, Ilion, Troas, Pionia, Mélitopolis-Lopadion et Adraneia (ou Adrania ; sceaux de Jean au tournant des ixe et xe siècles, ZN 821, de Constantin et de Théophylacte aux xe-xiesiècles, ZN 800 et L 362, et de Jean au xi siècle, L 363 = DOSeals 3, 41.1). Listes : Le Quien, OC I, col. 767-790 ; Fedalto, HEO, p. 141-149 ; pour Poimanéon, Mélitopolis-Lopadion et Adraneia : Cheynet, Époque byzantine, p. 348-349, 337 et 331.

200 D’après Janin, Grands centres, p. 126 (fond modifié) ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20. Non localisé : Okè.

201 Nouveau nom de Skepsis, évêché ainsi nommé au concile de Chalcédoine.

202 Voir BHG 370y-371.

203 CIG IV no 8804 = IGC no 1 = F. Halkin, « Inscriptions grecques relatives à l’hagiographie. L’Asie Mineure », Anal. Boll. 71, 1953, p. 74-99, ici p. 75.

204 Darrouzès, Variations numériques, p. 12. Il s’agit de Philadelphie, Tripolis, Thyateira, Sètai (Saittai/Magidia), Aurèlioupolis (Périkômè), Gordos, Tralles, Sala, Silandos (sceau de Kallistos au xe-xie siècle : DOSeals 3, 34.1), Maionia (Opsikion), Apollonos Hiéron (Aétos), Hyrkanis (Myron), Moustinè, Akrasos (Lipara), Apollonias, Attaleia, Bagè, Balandos (Blandos/Gaudeia ou Trakoula, nom attesté par le sceau d’Euthyme dans la première moitié du ixe siècle : Bullae 9), Mésotymolos, Hiérocésarée, Daldè (Daldéon/Hyaléon), Stratonikeia (Kalamos), Kérasa, Satala, Gabala et Hermokapèleia. Listes : Le Quien, OC I, col. 867-896 ; Fedalto, HEO, p. 180-190.

205 Notitia 10107 .

206 Darrouzès, Variations numériques, p. 13.

207 D’après la notice 2 : Prousa (Brousse ou Théopoulis), Prainétos, Hélénopolis, Basilinoupolis, Daskylion (sceau de Serge aux xe-xie siècles, L 388 = DOSeals 3, 45.1), Apollonias (Théotokiana), Néocésarée, Adranoi, Césarée et Kadosia (Gallos/Lophos).

208 Aristè (Éristè), Daphnousia et Lophos, associé à Gallos.

209 Aristè, au 11e rang dans la notice 4, perd une place dès la notice 7. Listes : Le Quien, OC I, col. 613-632 ; Fedalto, HEO, p. 96-106 ; Cheynet, Époque byzantine, p. 331-349.

210 Mansi XVI, col. 193 (Léon en 870) ; Mansi XVIIA-XVIIIA, col. 373 (Antoine en 879).

211 Voir supra, p. 45-46.

212 D’après Janin, Grands centres, p. 82 et 108 ; Bithynie, p. 317 (fond), 380 et 446, n. 158.

213 Darrouzès, Variations numériques, p. 14. Méla Mélina (Modrinè), Linoè et Gordoserva ; Noumérika, Taion et Maximianai, trois évêchés mieux connus dans les autres sources (écrites et sigillographiques notamment). Listes : Le Quien, OC I, col. 635-636 et 657-662 ; Fedalto, HEO, p. 111-112 ; Cheynet, Époque byzantine, p. 335-349. Stylos, ajouté à la fin de la notice 3, disparaît ensuite (Darrouzès, Notitiae, p. 24).

214 L 396 = DOSeals 3, 61.1 ; ZV 1330 ; sur ce sceau, voir infra, p. 151-152.

215 Ignace le Diacre, Lettres, no 10, p. 46 ; Mango, Efthymiadis, Correspondance of Ignatios, p. 171-172.

216 Comme en témoignent certaines notices ou certains sceaux, la métropole est souvent simplement dite Carie, le nom de la métropole n’étant donc pas utilisé.

217 Darrouzès, Variations numériques, p. 19. Notice 2 : Kibyrra (sceau de Basile dans la seconde moitié du ixe siècle, Seyrig 254, et de Procope au xe siècle, L 520 = DOSeals 2, 68.1), Siza (Ériza), Héraclée de Salbakès, Apollonias, Héraclée du Latmos (Héraclée Lakymon), Tabai, Larba, Antioche du Méandre, Tapassa, Harpassa, Néapolis, Orthosias, Anotétartè (Anatétartè), Alabanda (sceau de Sabas, évêque et moine au xe siècle, L 521 = DOSeals 2, 60.1), Stratonikeia, Alinda, Mylasa (sceaux de Jean aux xe-xie siècles : L 522 = DOSeals 2, 71.1 et 71.2 ; pièce parallèle : Seyrig 259, fin du xie siècle ; sceau de Léon, seconde moitié du xie siècle : L 522bis = Seyrig 259), Meizos (Amyzon), Iassos, Barbylia, Halicarnasse, Hyllarima (Laryma ; sceau de Paul au IXe siècle et de Léon au xe siècle, ZN 868 et L 523), Knidos (Cnide), Métaba, Myndos, Hiéros, Kindrama et Kéramos. Listes : Le Quien, OC I, col. 903-918 ; Fedalto, HEO, p. 193-201 ; Ruggieri, Caria, p. 232-234.

218 Darrouzès, Notitiae, p. 41 et 257, n. 330 ; il s’agit sans doute d’une erreur de copie.

219 Il s’agit de Phocée, Magnésie du Sipyle (Magnèsia Anèlios) et Klazoménai ; s’y ajoute le siège d’Archangélos. Listes : Le Quien, OC I, col. 729-738 ; Fedalto, HEO, p. 125, 127 et 132 ; pour Phocée, Culerrier, Éphèse, p. 158.

220 Pas de listes épiscopales ; sceau de Constantin de Sosandra : DOSeals 3, 36.1 (xie siècle).

221 D’après Calder, Bean, Map of Asia Minor ; JONES, Cities, carte II ; Culerrier, Éphèse, p. 163 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20 (fond) ; Destephen, Diocèse d’Asie, p. 984. Non localisés : Asie : Pétra, Sosandra, Sion (Sia) ; Lydie : Gabala ; Carie : Métaba, Hiéros.

222 Sur Métrophane, PMBZ 4986 et PBE Metrophanes 1.

223 Grumel-Darrouzès, Regestes, no 462 [460].

224 Mansi XVI, col. 413E-420D.

225 Le site de Césarée se trouve à Eskişehir, au sud de l’actuelle ville de Kayseri, qui a conservé le nom byzantin de la cité (TIB 2, p. 193-196).

226 Sur les évêchés des provinces de Cappadoce, voir Métivier, Cappadoce, p. 282-288.

227 Darrouzès, Notitiae, p. 66-68 sur les additions des sièges cappadociens, et Variations numériques, p. 10. Dans la notice 3, les évêchés suffragants sont Basilika Therma, Nysse, Théodosioupolis Arménia, Kamouliana, Kiskissos et Tryphilios ; la notice 7 ajoute Dasmendos, Euaissa, Sébèrias, Ariaratheia (Aratheia), Aipiola, Aragéna (Mandos), Sobésos, Hagios Prokopios, Tzamandos et Sirichas. Les notices 9 et 10 limitent le nombre de suffragants à huit évêchés : Nysse, Basilika Therma, Kamouliana, Kiskissos, Euaissa, Sébèrias et Ariaratheia. Listes : Le Quien, OC I, col. 389-394 et 437-438 ; Fedalto, HEO, p. 25-29 et 421 ; pour les localisations, voir TIB 2, s. v.

228 Monde byzantin II, p. 405-407. L’État se préoccupe alors de repeupler certaines régions à l’est de Césarée ; voir Laurent, Corpus, Église, vol. 1, p. 171.

229 Darrouzès, Notitiae, p. 67.

230 Id., Variations numériques, p. 11-12. Notices 2 et 4 : Tabia, Basilaion (Ioulioupolis ou Gordion Kômè, bien connue au viie siècle par la Vie de Théodore de Sykéôn ; voir Kaplan, Les Hommes et la terre, p. 98-100), Aspona, Bèrinoupolis, Mnizos (Meizos, Mizzos), Kinna et Anastasioupolis. Listes : Le Quien, OC I, col. 473-488 ; Fedalto, HEO, p. 58-62 ; pour les localisations, voir TIB 4, s. v.

231 Il s’agit de Nicolas : Mansi XVIIA-XVIIIA, col. 377B. Listes : Le Quien, OC I, col. 485-486 ; Fedalto, HEO, p. 59.

232 Le siège est érigé en métropole sous le règne de Constantin X Doukas (1059-1067), ainsi que le signale en 1084 une lettre de Nicolas III Grammatikos à Alexis Ier Comnène (PG 119, col. 877B = Grumel-Darrouzès, Regestes, no 938).

233 Darrouzès, Variations numériques, p. 14. Notice 2 : Selgè, Aspendos, Étenna, Orymna, Kassa, Sennéa, Karalia, Korakèsion, Syédra, Mylomè (Ioustinianoupolis), Ouamanada (Oumanada/Oumandra), Dalisandos (sceau de Léon aux xe-xie siècles, L 410 ; le siège passe ensuite sous Séleucie de Pamphylie), Isba, Lyrbè, Kolybrassos, Manaua (Manauba/ Manausa/Banausa). Listes : Le Quien, OC I, col. 1001-1012 ; Fedalto, HEO, p. 240-245 ; pour les localisations, voir TIB 8, s. v.

234 Il ne s’agit pas ici d’une création d’évêché, mais de l’inscription dans la notice d’un siège existant puisqu’il est représenté aux conciles de 451 et de 680 (Darrouzès, Notitiae, p. 76).

235 Korakèsion n’apparaît pas sous ce nom dans la notice 11 mais sous le nom d’Alania ; voir TIB 8, p. 587-594, s. v. Kalon Oros.

236 Notitia 784 ; cela n’empêche pas le siège de se maintenir en doublet dans quelques copies des notices, en particulier dans les notices 9 et 10.

237 Darrouzès, Variations numériques, p. 14. Suffragants : Sébastopolis, Nikopolis, Satala, Koloneia (Colonée) et Bèrissa. Listes : Le Quien, OC I, col. 425-434 ; Fedalto, HEO, p. 51-54.

238 Darrouzès, Variations numériques, p. 14-15. Suffragants : Amisos (sceau de Constantin, au xie ou xiie siècle : L 422 = DOSeals 4, 24.6), Ibora (Pimolissa ; sceau de Théodore d’Ibora au viiie siècle, L 429 = DOSeals 4, 27.2 ; sceau de Michel au milieu du xie siècle, L 1722 et L 1870 = DOSeals 4, 27.1), Sinope, Andrapa, Zalichos (Léontopolis) et Zèla ; la notice 3 ajoute en finale Akalmizènoi, inconnu des autres sources (voir Darrouzès, Notitiae, p. 25). Listes : Le Quien, OC I, col. 531-542 ; Fedalto, HEO, p. 79-84.

239 En 787, Constantin (PMBZ 3857 et PBE Konstantinos 47) : Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 65-66, et Lamberz, Bischofslisten, p. 64 ; en 879, Paul : MANSI XVIIA-XVIIIA, col. 376D.

240 Darrouzès, Variations numériques, p. 15. Listes : Le Quien, OC I, col. 401-406 ; Fedalto, HEO, p. 32-34 ; pour les localisations, voir TIB 2, s. v. Le lien entre Kybistra et Héraclée n’est pas clair ; comme l’a souligné J. Darrouzès (Variations numériques, p. 15), le second nom est « le seul qui semble utilisé pour l’archevêque présent au synode » ; il émet alors l’hypothèse, invérifiable, d’une coexistence entre un archevêque d’Héraclée et un évêque de Kybistra.

241 Darrouzès, Variations numériques, p. 15. Listes : Le Quien, OC I, col. 555-566 ; Fedalto, HEO, p. 86-89 ; pour les localisations, voir TIB 9, s. v. ; sceau de Jean de Dadybra dans la première moitié du xe siècle (L 443 = DOSeals 4, 15.1), de Nicolas aux xe-xie siècles (L 444 = DOSeals 4, 15.2) et de Thomas dans la première moitié du xie siècle (L 445) ; sceau de Théophane de Sora vers 787-815 (ZV 1348A ; PMBZ 8115 et PBE Theophanes 12), de Syméon au xe siècle (L 446 = DOSeals 4, 21.2) et de Léontios aux xe-xie siècles (DOSeals 4, 21.1).

242 Darrouzès, Variations numériques, p. 15. Il s’agit d’Héraclée du Pont, Prousias, Tios (siège connu pour avoir été le lieu d’exercice de Constantin, auteur au ixe siècle de l’histoire des reliques d’Euphémie de Chalcédoine), Krateia (sceaux de Sabas aux xe-xie siècles, L 484, et de Constantin au xie siècle, L 485) et Adrianoupolis. Listes : Le Quien, OC I, col. 571-580 ; Fedalto, HEO, p. 91-93 ; pour les localisations, voir TIB 9, s. v.

243 D’après Calder, Bean, Map of Asia Minor ; TIB 2, 4 et 9 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 21 (fond). Non localisés : Galatie : Kaloumna, Lotinos, Myriangéloi, Synodia ; Hélénopont : Barianè, Koutziagra, Sibiktos ; Pont Polémoniaque : Aradeia, Eurikos, Halia, Kokkos.

244 Les notices 2, 4 et 5 enregistrent le siège en doublet comme archevêché.

245 Darrouzès, Variations numériques, p. 15-16. Listes : Le Quien, OC I, col. 509-518 ; Fedalto, HEO, p. 70-75.

246 Laurent, Trébizonde.

247 Il s’agit de Halia, Rhizaion (sur ce siège et son évolution, voir ci-dessus), Kokkos (sceau de Nicéphore au xie siècle, L 497), Eunikos, Aradasa, Martyropolis et Hypsèlè (ces trois derniers disparaissent ensuite). Listes : Le Quien, OC I, col. 517-520 (uniquement pour Rhizaion) ; Fedalto, HEO, p. 70-75 et 404 pour Rhizaion.

248 Voir infra, p. 95-97.

249 Darrouzès, Variations numériques, p. 16-17. Amorion, Klanéos, Eudoxias, Pitanissos, Troknados (Trokandos/Troklada), Germakoloneia et Palia (Spalia/Ioustinianoupolis). Listes : Le Quien, OC I, col. 491-498 et 853 (Amorion) ; Fedalto, HEO, p. 63-67.

250 Myrikion (Hagios Agapétos) apparaît et devient prôtothronos à la place d’Amorion, devenue métropole ; Klanéos disparaît définitivement de la liste ; le siège d’Orkistos est ajouté en finale. Le Quien, OC I, col. 493-494 ; Fedalto, HEO, p. 65-66.

251 Abs. OC ; Fedalto, HEO, p. 76.

252 Abs. OC ; Fedalto, HEO, p. 66.

253 Loc. cit.

254 Darrouzès, Variations numériques, p. 17-19, spéc. p. 18 (tableau comparé des différentes notices). Il s’agit de Mastaura, Telmessos (Anastasioupolis/Makrès), Limyra, Araxa, Aprila (Aperlai), Podalia (Pedaleia), Arykandos (Orykandos), Tata (Tatla), Arnéa, Sidyma, Zènonoupolis, Olympos, Tlos, Korydala, Kaunos (Skamma), Akrassos, Xanthos, Bobos (Boubon/Sophianoupolis), Markianès, Oenoanda (Mokonda), Choma, Kandyba, Phellos, Antiphellos, Phasélis, Rhodiapolis, Akalissos (Akamissos), Lébissos, Akanda, Palaiotai (Palia/Ioustinianopolis), Eudokias (Ioustinianopolis), Patara, Komba, Nysa, Balboura, Mèloètai et Kyanea. Listes : Le Quien, OC I, col. 971-994 ; Fedalto, HEO, p. 226-238 ; pour les localisations, voir TIB 8, s. v.

255 D’après Ramsay, Phrygia, p. 1, 353 et carte h.-t ; Jones, Cities, carte II ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20-21 ; Hild, Lykien, p. 17 ; TIB 8 (fond). Non localisés : Akanda, Hagiodoula, Tata, Tergassos.

256 Disparaissent Telmessos, Limyra, Aprila, Tata, Arnéa, Zènonoupolis, Olympos, Bobos, Antiphellos, Phasélis, Rhodiapolis, Akalissos et Tragallassos. S’ajoutent Hagiodoula, Makrès, Philétos, Phoinika, Proinè, Lornaia, Pinara et Tergassos. Listes : Le Quien, OC I, col. 975-976 (Pinara) ; Fedalto, HEO, p. 231, 232, 235 et 237 ; pour les localisations, voir TIB 8, s. v.

257 Darrouzès, Variations numériques, p. 20-21. Notice 2 : Tibérioupolis (Pappa), Azanoi, Ankyra (Ankyrosynaos), Peltai, Appia, Kadoi (sceau de Basile, xe-xie siècles : L 735 = DOSeals 3, 18.1), Ikria, Ilouza (Élouza), Tranoupolis (Traïanoupolis), Sébastée, Euméneia (sceau de Stylianos au xe siècle, ZN 896), Timénou Thèrai (Thyrai), Agathè Komè, Alina (Alia), Tripolis, Atanassos, Trapézoupolis, Siblios (sceau de Jeann, xie siècle, L 1738), Kolassos, Kidyessos (Kèdissos), Chairétopa (Kérétapa), Aristeia, Horakos et Synaos. Notice 3 : apparition d’Akmonia au 2e rang, puis disparition d’Azanoi, Ankyra, Peltai, Kadoi, Tranoupolis, Tripolis et Kidyessos. Notice 4 : retour à la hiérarchie établie dans la notice 2 jusqu’à Siblios, finale de la liste. Listes : Le Quien, OC I, col. 797-824 ; Fedalto, HEO, p. 151-166 ; pour les localisations, voir TIB 7, s. v.

258 Darrouzès, Variations numériques, p. 20, n. 13 : il s’agit de Valentia, représenté au concile de 787 par Pantaléon (PMBZ 5700 et PBE Panteleon 1 ; Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 65-66 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 69), et de Théodosiana et Thémisonion, connus par des conciles et Hiéroklès.

259 D’après Ramsay, Phrygia, p. 1, 353 et carte h.-t ; Jones, Cities, carte II ; TIB 7 (fond) ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20-21. Non localisés : Daphnoudion, Gaïoukômè, Horakos.

260 Darrouzès, Variations numériques, p. 22-23. Notices 2 et 3 : Kotyaeion, Dorylée, Nacoleia, Dokimion, Midaïon, Ipsos, Akroïnos, Promissos (Promèsos), Mèros, Sibindos, Polybotos, Phyteia, Hiérapolis (distincte de la métropole homonyme de Phrygie ; auj. Koçhisar : TIB 7, p. 272-273), Eukarpia, Lysias, Augoustopolis, Bryzos, Otros, Lykaon, Stektorion, Kinnaborion, Kona (Dèmètrioupolis), Skordapia, Nikopolis et Aurokla. Listes : Le Quien, OC I, col. 831-856 ; Fedalto, HEO, p. 169-178 ; pour les localisations, TIB 7, s. v.

261 Notitia 4479, 7656, 9530 10636 et 13700.

262 Notitia 4481, 7658, 9532, 10638 et 13702.

263 La situation ecclésiastique de Nacoleia est complexe : le siège est archevêché dans les notices 7, 8, 9 et 11, et métropole sans suffragant dans les notices 11, 12, 13 et 15 à 19 ; si l’on s’en tient aux seules notices, on peut en déduire que le siège fut archevêché avant d’être promu métropole à la fin du xie siècle.

264 Le Quien, OC I, col. 855-858 ; Fedalto, HEO, p. 171-174. Ces sièges, sauf Gordorynia (voir infra, p. 452-453 et n. 213 et 217), sont représentés au concile de 879.

265 Lystra et Ouasada (Basada) s’intercalent faussement entre Lykaon et Stektorion. Listes : Le Quien, OC I, col. 1073-1076 et 1075-1078 ; Fedalto, HEO, p. 271 et 273 ; TIB 4, p. 200 et 239.

266 Darrouzès, Variations numériques, p. 23. Notices 2 et 3 : Lystra, Ouasada (Basada), Amblada, Ouamanada (Oumanada, TIB 4, p. 240-241, distinct du siège homonyme de Pamphylie, TIB 8, p. 904-905), Mistheia, Laranda, Baréta, Derbè, Hyda, Sabatra (Sauatra), Kanos (Kauna), Bèrinoupolis (Psybèla), Galbanon (Eudoxias), Ilistra et Perta. Listes : Le Quien, OC I, col. 1073-1088 ; Fedalto, HEO, p. 267-273 ; localisations dans TIB 4, s. v.

267 Fedalto, HEO, p. 272 et 273 (abs. OC) ; TIB 4, p. 216 et 232-234.

268 Darrouzès, Variations numériques, p. 23-25. Notice 2 : Philomèlion, Sagalassos, Sozopolis, Atménia, Apamée Kibotos, Tyraion, Baris, Adrianoupolis, Liménai, Néapolis, Laodicée Kékauménè, Séleukeia Sidèra, Adada, Zarzèla (Zorzèla), Timbrias, Tymandos, Konana (Ioustinianoupolis), Pappa, Parlaos, Bindaios (Bindios) et Agrai. Listes : Le Quien, OC I, col. 1041-1062 ; Fedalto, HEO, p. 256-265 ; pour les localisations, voir TIB 7, s. v.

269 Notitia 4478 ; Notitia 7656, 9529 10635 et 13699.

270 Le Quien, OC I, col. 1055-1056 et 1059-1062 ; Fedalto, HEO, p. 260, 263 et 264 ; TIB 7, p. 334, 383 et 406-407.

271 Darrouzès, Variations numériques, p. 25.

272 TIB 8, p. 360-372 sur Pergè et p. 395-402 sur Sylaion.

273 Cette année-là, le métropolite Jean de Pergè-Sylaion se rend en ambassade à Rome (PBE Ioannes 241 ; abs. PMBZ) ; voir infra, p. 308.

274 Ruggieri, Nethercott, Syllion, p. 139-140 et 155.

275 Darrouzès, Variations numériques, p. 25. Notice 2 : Attaleia, Magydos (Mandos), Eudoxias, Telmissos, Isindos, Maximianoupolis, Lagina, Palaïoupolis (Aléos), Krèmna, Korydala (Kodroula), Peltnissos, Dikitanaura, Ariassos, Pougla, Adrianès, Sandida (Andida), Barbè, Sylaion, Perbaina (sceau de Nicolas aux xe-xie siècles : L 1745 = DOSeals 2, 74.1). Listes : Le Quien, OC I, col. 1017-1034 ; Fedalto, HEO, p. 247-253 ; pour les localisations, voir TIB 8, s. v.

276 D’après Calder, Bean, Map of Asia Minor ; TIB 4, 5 et 7 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 21 (fond). Non localisés : Pamphylie : Isba ; Isaurie : Siéla.

277 Notitia 10428, apparat : « ἡ δὲ Ἀτταλεία γέγονε μητρόπολις ἐν ἔτει ,ςφϛβ’ ἐπὶ Εὐστρατίου τοῦ ἁγιωτάτου πατριάρχου παρὰ τοῦ βασιλέως κυροῦ Ἀλεξίου » = Grumel-Darrouzès, Regestes, no 930.

278 Darrouzès, Variations numériques, p. 25. Il s’agit de Nazianze, Colonée, Parnassos et Doara. Listes : Le Quien, OC I, col. 409-418 ; Fedalto, HEO, p. 35-38 ; pour les localisations, voir TIB 2, s. v.

279 Darrouzès, Notitiae, p. 237, n. 343-344.

280 Jean VIII Xiphilin, Décret sur l’élection des évêques (1072), p. 5730 = Grumel-Darrouzès, Regestes, no 900a. Il s’agit sûrement du même personnage que le propriétaire du sceau ZN 483, Grégoire, xe-xiie siècles (voir infra, p. 143).

281 Darrouzès, Variations numériques, p. 25. Notice 2 : Mételloupolis, Anastasioupolis, Dionysioupolis, Attouda (sceau d’Étienne aux xe-xiie siècles : ZN 711) et Mosyna. La notice 3 fait de Tibérioupolis le prôtothronos, intercale Ankyra (Ankyrosynaos) entre Dionysioupolis et Attouda, et ajoute en finale Azanoi, Synaos (Sanaos) et Kadoi. Listes : Le Quien, OC I, col. 797-826 ; Fedalto, HEO, p. 153-165 ; pour les localisations, voir TIB 7, s. v.

282 Dans l’ordre, on trouve ainsi Mételloupolis, Attouda, Mosyna, Phoba (liste : Fedalto, HEO, p. 162, abs. OC ; TIB 7, p. 361), Ankyra, Synaos, Tibérioupolis, Kadoi et Azanoi.

283 Voir supra, p. 66-67.

284 Il s’agit de Philomèlion, ancien suffragant d’Antioche de Pisidie, Dokimion (Synada), Klanéos (Pessinonte), Polybotos (Synada), et Pissia, seul évêché nouveau. Listes : Le Quien, OC I, col. 491-492, 841-854 et 1059-1060 (pas de liste pour Pissia) ; Fedalto, HEO, p. 64-67, 171-177 et 262 ; pour les localisations, voir TIB 4 et TIB 7, s. v.

285 Fedalto, HEO, p. 173-178 (abs. OC) ; voir TIB 7, p. 388-389, 311 et 255.

286 Darrouzès, Remarques, p. 215-221.

287 Gazala, Koutziagra, Sibiktos et Barianè (Marianè). Listes : Fedalto, HEO, p. 80-82 (abs. OC) ; sceaux de Stylianos de Koutziagra au début du xe siècle (Bulgaria 42.1) et de Michel de Barianè aux xe-xiie siècles (ZN 579).

288 Kélendéris, Diocésarée, Prakana, Olba, Claudiopolis, Dalisandos (anciennement sous Sidè), Siéla, Philadelphie, Eirènoupolis, Sykè, Théodosioupolis, Antioche, Téloubitos, Lystra, Lamos, Mandanè (Manodolouda), Néapolis, Méloè, Germanikeia (sceau d’Athanase dans la première moitié du xe siècle : Zacos 35), Iaudos (Iotapè ?), Domètioupolis, Damizada (Lauzados), Zènopolis et Mousbada. Listes : Le Quien, OC II, col. 1015-1034 ; Fedalto, HEO II, p. 862-874 ; pour les localisations, voir TIB 5, s. v.

289 Anémourion (2e rang), Titioupolis (3e), Sélinous (6e), Héliosébastè (Iouliousébastè, 7e), Adrasos (16e), Sybèla (21e), Kodada (Kodaka, 22e) et Sbidè (23e). Listes : Le Quien, OC II, col. 1015-1034 (pas de liste pour Hèliosébastè et Kodada) ; Fedalto, HEO II, p. 862-873 (pas de liste pour Hèliosébastè) ; pour les localisations, voir TIB 5, s. v.

290 Prakana, Siéla, Sykè, Théodosiopolis, Téloubitos, Lystra, Mandanè, Iaudos et Mousbada.

291 Darrouzès, Variations numériques, p. 15. Il s’agit d’Arka, Koukousos, Arabissos, Ariaratheia et Komana. Listes : Le Quien, OC I, col. 445-454 ; Fedalto, HEO, p. 42-46 ; pour les localisations, voir TIB 2, s. v.

292 Darrouzès, Variations numériques, p. 25.

293 Listes : Le Quien, OC I, col. 1345-1346 (Ziganéon) et 1441-1442 (Pétra), pas de liste pour Saïsènoi ; Fedalto, HEO, p. 404-405.

294 Sur ce siège, voir supra, p. 53-54.

295 D’après Calder, Bean, Map of Asia Minor ; Thierry M., Vaspurakan, p. 161 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 31 (fond). Non localisés : Arménie : Arobraka, Mélos, Mélos ; Lazique/Chaldie : Chantzierz, Lykopotamia, Mésounè, Saïsènoi, Sermantzoi.

296 Le thème fut créé dans la première moitié du ixe siècle (sceaux des stratèges des ixe-xe siècles : DOSeals 4, p. 85 et 98-100, sceaux 32.36 à 32.43).

297 Laurent, Trébizonde ; Darrouzès, Notitiae, p. 71 ; sur les évêchés de Trébizonde, étude ancienne de N. A. Béès, « Sur quelques évêchés suffragants de la métropole de Trébizonde », Byz. 1, 1924, p. 117-137.

298 Chériana, Chamatzour (sceau de Théodore de Chamatzour au xe siècle, L 1588), Chachaion (Chalchaion), Païpert (sceau ZN 443 de l’évêque Daniel aux xe-xiie siècles et sceau de David au xie siècle, L 667 = DOSeals 4, 36.1), Kéraseis, Lérion et Bizana. Listes : Le Quien, OC I, col. 1441 (uniquement pour Païpert) ; Fedalto, HEO, p. 401-403.

299 Mananalis (qui disparaît ensuite des notices), Zarinaka, Andakta (Andakos), Mésounè (qui disparaît également), Sakabos, Chabtzintzin, Chantzierz, Olmoutin, Phasianè et Sermantzos (Sermatzos). Listes : Fedalto, HEO, p. 400-405 (abs. OC).

300 Sakabos et les sièges suivants progressent dans la hiérarchie en succédant aux sept premiers suffragants ; la fin de la liste comprend les sièges de Zarinaka, Andakta et Mésounè.

301 Peut-être s’agit-il de Doros ; A. Aibabin évoque l’établissement du siège de Doros par l’Église byzantine dans Etničeskaja istorija rannevizantijskogo Kryma, Simferopol, 1999, p. 210-211, cité dans Id., « On Byzantium’s northern border: the rural population of the mountainous Crimea in the 6th to 9th centuries », dans Les Villages dans l’empire byzantin (iv-xve siècle), éd. J. Lefort, C. Morrisson, J.-P. Sodini, Paris, 2005 (RB 11), p. 415-424, ici p. 422.

302 Chotziroi, Astèl (la notice 3 précise qu’il s’agit à la fois d’un fleuve et d’un kastron ; on a donc ici le cas d’un site fortifié devenu évêché ; Notitia 3779), Choualè, Onogouroi, Rhéteg, Ounoi et Tamatarcha. Listes pour Chotziroi et Tamatarcha : Le Quien, OC I, col. 1253-1254 et 1325-1326 ; Fedalto, HEO, p. 356 et 391.

303 Analyse détaillée de la notice 3 dans Zuckerman, Pontic policy, p. 202-218.

304 D’après Vasiliev, Goths, carte h.-t. et p. 98-105 ; ODB I, p. 294. Apparaissent sur cette carte les métropoles, les archevêchés et les évêchés. Les noms de certains évêchés, comme Ounoi et Onogouroi, renvoient aux tribus encadrées par ces évêchés ; il est donc difficile de localiser précisément les cités où pouvaient résider les titulaires des sièges. Astèl (ou Astrakhan) est à localiser sur le détroit de la Volga, Choualè sur la côte orientale de la mer Caspienne ; Rhéteg se trouverait peut-être sur la côte occidentale de la mer Caspienne.

305 Arobraka, Barzanissa, Mélos, Mélos (homonyme), Romanoupolis, Tillion et Thalouasa, assimilé à Barzanissa. Listes : Le Quien, OC I, col. 435-436 ; Fedalto, HEO II, p. 844-845.

306 L’empereur a ainsi respecté le canon 38 du concile in Trullo, qui prescrivait que toute nouvelle ville devait posséder un rang ecclésiatique (voir supra, p. 53).

307 Voir supra, p. 49, et Zuckerman, Pontic policy, p. 218-229.

308 Darrouzès, Notitiae, p. 70 : « il reste à expliquer la présence de Romanoupolis dans une liste censée antérieure au règne de l’empereur fondateur » ; voir également p. 305, n. 534-539.

309 Notitia 10703-729 ; voir Darrouzès, Notitiae, p. 115-116. Au xie siècle, sans doute avant la notice 10, le siège est encore évêché (sceau de Michel, première moitié du siècle ; L 811).

310 Il s’agit de Taron (confondu avec la métropole Kortzè dans la notice 8), Mous (Tomous), Chatzoun, Lykopotamia, Matrabatz, Chouit, Parchos, Ambris, Armentizouer (Marmentizouer ou Leimonodyax), Matzierté (Mantzikert), Hagios Nikolaos, Eua la Théotokos (Van), Hagios Nikolaos Artzésin, Artziké (Akérados), Amoukion, Perkin, Hagios Géôrgios, Ostan, Hagios Élissaios et Sédrak la Théotokos. Il n’existe pas de listes épiscopales pour ces sièges.

311 Les cartes de Thrace montrent bien la proximité des sièges de tous rangs.

312 C. Asdracha (Thrace orientale et mer Noire) évoque en détail chacun des sièges de la région et en établit les listes épiscopales ; nous nous limiterons ici à évoquer rapidement les évolutions des éparchies.

313 Selon le vocabulaire propre à la liturgie, on distinguera bien l’ordinant, qui administre le sacrement de l’ordination, de l’ordinand, qui reçoit le sacrement.

314 Darrouzès, Offikia, p. 473.

315 Id., Variations numériques, p. 11. Il s’agit de Panidos-Panion, Kallipolis, Héxamilion (Chersonèse), Kyla (rattaché à Madyta après 787), Raidestos, Lizikos, Tzoroulon et Théodoroupolis. Listes : Le Quien, OC I, col. 1119-1144 ; Fedalto, HEO, p. 283-300 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 293-298. Pour les localisations, voir TIB 12, s. v.

316 Notice 3 : Panidos-Panion, Kallipolis, Daonion (Le Quien, OC I, col. 1133-1136 ; Fedalto, HEO, p. 285-286), Tzoroulon, Brysis (qui disparaît ensuite des suffragants par sa promotion en archevêché ; Le Quien, OC I, col. 1187-1188 ; Fedalto, HEO, p. 319), Métra (Le Quien, OC I, col. 1149-1150 ; Fedalto, HEO, p. 291-292 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 298), Chalcis (Le Quien, OC I, col. 1149-1152 ; Fedalto, HEO, p. 283-284 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 295-296), Charioupolis (enregistré en doublet comme archevêché dans la notice 3 ; Le Quien, OC I, col. 1133-1134 ; Fedalto, HEO, p. 284 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 295), Médeia (Le Quien, OC I, col. 1143-1146 ; Fedalto, HEO, p. 290), Haimos (abs. OC ; Fedalto, HEO, p. 288), Héxamilion (Chersonèse), Kyla, Raidestos et Lizikos. Pour les localisations, voir TIB 12, s. v.

317 Ainsi que l’a noté J. Darrouzès (Variations numériques, p. 11) : « Tant dans la période ancienne (notices 1-4) que dans la période plus récente (notices 7-13), les compilateurs ont eu de la peine à suivre l’évolution réelle des sièges, même dans une métropole si proche de la capitale, où les textes ne sont pas nécessairement rédigés et contrôlés. »

318 Théodoroupolis devient prôtothronos de l’éparchie, suivie par Raidestos, Panidos-Panion, Héxamilion, Kallipolis, Charioupolis, Chalcis, Daonion, Madyta (nouvel évêché enregistré comme métropole dans la notice 11, mais ne disparaissant de la liste des suffragants que dans la notice 13 ; Le Quien, OC I, col. 1141-1144 ; Fedalto, HEO, p. 289 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 296-297 ; TIB 12, p. 501-504), Pamphylon (ancien suffragant de Traïanoupolis dans l’éparchie de Rhodope ; Le Quien, OC I, col. 1133-1134 ; Fedalto, HEO, p. 293 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 298), Médeia, Lizikos, Sergentzè (Le Quien, OC I, col. 1131-1132 ; Fedalto, HEO, p. 298-299 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 298 ; comme Pamphylon, le siège n’est pas connu avant le concile de 879), Métra et Tzoroulon. Pour les localisations, voir TIB 12, s. v.

319 Listes : Le Quien, OC I, col. 1149-1150 (pour Athyra) ; Fedalto, HEO, p. 280 et 294-295 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 299 ; sceau de Léon d’Athyra au xie siècle (L 334).

320 Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 256-257.

321 Tib 6, p. 399-404.

322 Darrouzès, Variations numériques, p. 25.

323 Le Quien, OC I, col. 1161-1164 (pas de liste pour Sébastopolis) ; Fedalto, HEO, p. 307311 ; TIB 6, p. 245-246, 437 et 247.

324 Auj. Stara Zagora ; Le Quien, OC I, col. 1165-1168 ; Fedalto, HEO, p. 304-305 ; TIB 6, p. 203-205. Il y a donc un doublet pour ce siège, attesté partout ailleurs comme archevêché.

325 Darrouzès, Notitiae, p. 28 ; Fedalto, HEO, p. 310 (abs. OC) ; TIB 6, p. 348-349.

326 Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 57-58 ; Lamberz, Bischofslisten, p. 56 ; Fedalto, HEO, p. 309 (abs. OC) ; TIB 6, p. 336.

327 Darrouzès, Notitiae, p. 28 ; Le Quien, OC II, col. 250-251 ; Fedalto, HEO, p. 532.

328 Il s’agit donc d’une interpolation dans la notice 3. Le Quien, OC I, col. 725-726 ; Culerrier, Éphèse, p. 157 ; Fedalto, HEO, p. 127 ; TIB 6, p. 333, qui ne localise pas la cité et ne l’assimile pas non plus au siège d’Asie.

329 Darrouzès, Variations numériques, p. 39.

330 Agathonikeia, Lyoutitza, Skoutarion, Leukè, Blépos/Bleptos, Dramitza, Iôannitza, Konstanteia, Bélikeia et Boukouba. Listes : Le Quien, OC I, col. 1167-1168 (pour Lyoutitza, Leukè et Iôannitza) ; Fedalto, HEO, p. 304-311 ; pour les localisations, voir TIB 6, s. v.

331 D’après Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, carte h.-t. ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20 et 30-31 ; TIB 6 (fond).

332 Darrouzès, Variations numériques, p. 25-26 ; Le Quien, OC I, col. 1199-1200 et 1207-1208 ; Fedalto, HEO, p. 338 et 300 ; TIB 6, p. 480-481 (Pèros uniquement).

333 Perbéris (voir V. Tapkova-Zaimova, « Un évêché peu connu en Thrace orientale – Πέρβερις », Revue des études Sud-Est européennes 9, 1971, p. 595-599), Skopélos, Maximianoupolis (ou Mosynopolis, enregistré en doublet comme suffragant et archevêché dans les notices 2 à 5, alors que le siège reste suffragant de Traïanoupolis dans les notices 7, 9 et 10), Dénos (Ténos), Pamphylon (transféré dans la notice 7 à l’éparchie de Thrace) et Garella, archevêché dans les notices 2 et 7 à 11. Listes : Le Quien, OC I, col. 1169-1206 (pas de liste pour Perbéris) ; Fedalto, HEO, p. 308-337 ; pour les localisations, voir TIB 6, s. v. ; pour Skopèlos, Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 301. Aucune liste n’existe pour Dénos.

334 Didymoteichon devient prôtothronos, puis archevêché et enfin métropole sans suffragant dans les notices les plus récentes (notices 15 et 17 à 21) ; lui succèdent Makrè, Maximianoupolis, Anastasioupolis, puis Poroi (sceau de Nicétas au xie siècle, L 1768, avec erreur de lecture = DOSeals 1, 58.1), Xantheia et Périthéôrion (Datos, Théôrion ou encore Théodôrion). Listes : Le Quien, OC I, col. 1203-1210 ; Fedalto, HEO, p. 331-339 ; pour les localisations, voir TIB 6, s. v. Dans les notices 9 et 10, le siège de Périthéôrion apparaît également, par interpolation, sous Philippoupolis dans l’éparchie de Macédoine ; selon J. Darrouzès (Variations numériques, p. 26), ce doublet « entraîne la variation orthographique Théodorion ou Théorion, destinée certainement à masquer ou effacer le doublet ».

335 Darrouzès, Variations numériques, p. 26.

336 Mésembria (en doublet comme archevêché dans les deux notices), Sozopolis, Plotinoupolis (Ploutinoupolis), Anastasioupolis (absent de la notice 4) et Tzoïda. Listes : Le Quien, OC I, col. 1179-1186 (pas de liste pour Anastasioupolis et Tzoïda) ; Fedalto, HEO, p. 316-326 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 299-300 (Sozopolis) et p. 302 (Tzoïda) ; pour les localisations, voir TIB 6, s. v. Anastasioupolis disparaît après la notice 3 ; on ignore s’il s’agit du même évêché que son homonyme de Rhodope (sous Traïanoupolis) ; si c’est le cas, il y aurait alors un doublet dans les manuscrits des notices 2 et 3.

337 Anchialos (enregistré en doublet, le siège est archevêché dans les autres notices puis disparaît des suffragants après la notice 3), Débeltos, Nikaia (archevêché au ixe siècle), Probaton et Boulgarophygon. Listes : Le Quien, OC I, col. 1183-1190 (pas de liste pour Nikaia) ; Fedalto, HEO, p. 316-323 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 284-302 (pas de liste pour Anchialos) ; pour les localisations, voir TIB 6, s. v.

338 D’après Jones, Cities, carte I ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, carte h.-t. (fond) ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20 et 30-31 ; TIB 6 et 12.

339 Fedalto, HEO, p. 315-316 (abs. OC) ; TIB 6, p. 168-169.

340 Le Quien, OC I, col. 1189-1190 ; Fedalto, HEO, p. 326 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 300 ; TIB 6, p. 484-485.

341 Fedalto, HEO, p. 320 (abs. OC) ; TIB 6, p. 300.

342 Le Quien, OC I, col. 1189-1190 ; Fedalto, HEO, p. 318 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 300 ; TIB 6, p. 222-223.

343 Le Quien, OC I, col. 1185-1186 ; Fedalto, HEO, p. 323 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 301 ; TIB 6, p. 446-447.

344 Enregistré en doublet dans la liste des suffragants et des archevêchés (notices 7 à 11) ; le siège constitue ainsi « un des cas de doublets les plus stables dans les notices » ; peut-être faudrait-il alors distinguer un archevêché d’un évêché homonyme (Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 240-241) ; la sigillographie semble pencher pour un évêché et non un archevêché : sceaux de Léon, évêque de Brysis et syncelle (ZN 547, xe-xiie siècles), et de Nicéphore, évêque (Bulgaria 20.1, xe-xie siècles). Listes : Le Quien, OC I, col. 1187-1188 ; Fedalto, HEO, p. 319 ; Asdracha, Thrace orientale et mer Noire, p. 301 ; TIB 6, p. 220-221.

345 Darrouzès, Variations numériques, p. 26.

346 D’après Atlas d’histoire de l’Église, p. 30. Non localisés : Rhodostolon, Skaria, Tramariska.

347 Rhodostolon, Tramariska, Nobai, Zéképéda et Skaria. Listes : Le Quien, OC I, col. 1221-1222 (uniquement pour Nobai) ; Fedalto, HEO, p. 350-354.

348 Pour Appiaria, Dorostolon, Abritos et Nikopolis : Le Quien, OC I, col. 1219-1230 ; Fedalto, HEO, p. 341-347.

349 L’explication est à chercher dans le contexte politique des viiie-ixe siècles ; ces sièges sont probablement des forteresses établies dès le règne de Constantin V pour lutter contre les Bulgares ; une fois la région conquise par ces derniers, la hiérarchie ecclésiastique disparaît.

350 Nom connu également par les sceaux de Léontios (fin xie siècle, Bulgaria 23.9).

351 La liste des évêchés sous Nikopolis (Vieille Épire) dans la notice 3 est tirée d’une liste civile ; elle est donc exclue ici (Darrouzès, Notitiae, p. 28-29).

352 La métropole de Néai Patrai (auj. Hypatè) pose diverses difficultés ; elle ne possède, d’après les notices 7, 9 et 10, qu’un seul suffragant, Marmaritzana (Le Quien, OC II, col. 129132 ; Fedalto, HEO, p. 466). Dans l’une des recensions de la notice 10 cependant, il y a des confusions avec la liste de l’éparchie d’Euchaïta (Notitia 10668-672) ; Darrouzès, Notitiae, p. 83.

353 Ibid., p. 235, n. 257.

354 Il s’agit, selon la préséance de la notice 3 de Dioklètianoupolis, Nikè, Héraclée, Kella, Édesse, Kastra, Pella, Eudoxioupolis, Apollonia (Boullis), Apallos, Parthikopolis, Kallikos, Kypéros, Serrès, Amphipolis, Philippoupolis (Philippes), Néapolis, Délébos et Kitros (Pydna). Listes : Le Quien, OC I, col. 1161-1164 (Dioklètianoupolis) et OC II, col. 65-102 (Héraclée, Édesse, Parthikopolis, Serrès, Amphipolis, Philippoupolis et Kitros) et 248-249 (Apollonia) ; Fedalto, HEO, p. 307 (Dioklètianoupolis), 429-455 (Héraclée, Édesse, Parthikopolis, Serrès, Amphipolis, Philippoupolis et Kitros) et 531 (Apollonia).

355 Le Quien, OC II, col. 79-82 ; Fedalto, HEO, p. 444.

356 Darrouzès, Notitiae, p. 68-70.

357 Il s’agit de Kitros, Berrhoia (métropole sans suffragant dès la notice 13), Drougoubiteia, Servia (sceau de Jean, début du xe siècle, L 1729 = DOSeals 1, 25.1), Kassandreia, Kampania (Kastrion), Pétra, Herkoula (Ardamérès), Hiérissos (Hagion Oros), Litè (Rentinè), Lykostomion (Thettalika Tempè) et Bardariotai Tourkoi (Poleiana). Listes : Le Quien, OC II, col. 69-102 ; Fedalto, HEO, p. 430-456 ; pas de liste pour Pétra. Bien connu par les sources athonites, Drougoubiteia accueillait un juge et partageait le siège du thème de Strymon, Thessalonique et Drougoubiteia au xe siècle ; voir par exemple les actes du juge Nicolas : Iviron I, no 9, p. 154-163 (acte relatif au conflit entre Sidèrokausia et le monastère de Kolobou, 995) et ibid., no 10, p. 163-172 (restitution au monastère de Polygyros de la terre de Chabounia, 996). La variante Kastrion du siège de Kampania, attestée dans plusieurs manuscrits de la notice 7, laisse supposer qu’il s’agissait d’un site fortifié (TIB 1, p. 184-185). Hiérissos est l’évêché dont relève la Sainte Montagne (ce qui explique la variante du nom dans certains manuscrits) ; la ville serait devenue évêché au milieu du xe siècle (Papachryssanthou, Hiérissos, p. 374 ; liste p. 388-396) ; cependant, le témoignage de la notice 7 permet de placer avant cette date la fondation de l’évêché. Sur Thettalika Tempè, voir TIB 1, p. 208. Le nom du siège de Bardariotai Tourkoi est intéressant, car il a une dimension ethnique que n’ont pas la plupart des autres sièges ; « turc » signifie ici « hongrois » et l’évêché fut institué pour encadrer les populations nomades installées en Macédoine après les premières invasions hongroises dans les années 930 : N. Oikonomidès, « Vardariotes – W.l.nd.r – V.n.nd.r : Hongrois installés dans la vallée du Vardar en 934 », Südost-Forschungen 32, 1973, p. 1-8, ici p. 2, qui place la création de l’évêché avant le dernier quart du xe siècle.

358 La notice 9 se limite aux cinq premiers suffragants ; la notice 10 ne retient pas Lykostomion, qui réapparaît dans la notice 13.

359 Yannopoulos, Métropoles ; Oikonomidès, Peloponnese, p. 63.

360 Yannopoulos, Métropoles, carte p. 390 ; pour l’auteur, « les frontières entre les deux métropoles ne sont pas “logiques”, dans le sens où elles ne suivent ni le relief géographique, ni une ligne plus ou moins régulière séparant le Péloponnèse en deux » (p. 392).

361 Les évêchés classés sous la métropole de Corinthe dans la notice 3 (Notitia 3732-768) sont tirés d’une liste civile (Darrouzès, Notitiae, p. 28-29). Notice 7 : Damala/Troizènè, Argos, Monemvasie, les îles de Céphalonie et Zakynthos (Zante), Zèmaina et Mani (Magne). Listes : Le Quien, OC II, col. 183-239 (pas de liste pour Zèmaina et Mani) ; Fedalto, HEO II, 488-527 ; sur Monemvasie, voir V. Laurent, « La liste épiscopale du synodicon de Monembasie », ÉO 32, 1933, p. 161, et P. Lemerle, « La Chronique improprement dite de Monemvasie : le contexte historique et légendaire », REB 21, 1963, p. 5-49 ; sur Zakynthos, TIB 3, p. 278-280, et Malamut, Îles, vol. 1, p. 368 ; sur Mani, Laurent, Lacédémone, p. 217 et 225-226, et A. Avraméa, « Le Magne byzantin : problèmes d’histoire et de topographie », dans ΕΥΨΥΧΙΑ, p. 49-62, spéc. p. 52.

362 Fedalto, HEO, p. 505 (abs. OC).

363 Yannopoulos, Métropoles, p. 395-396 et n. 21.

364 Oikonomidès, Peloponnese, p. 63.

365 Darrouzès, Notitiae, p. 28-29 et 31.

366 Stéphaniaka, Chounabia, Kroai et Élissos. Listes : Le Quien, OC II, col. 254-282 et III, col. 953-958 ; Fedalto, HEO, p. 531-534 et 552.

367 Darrouzès, Notitiae, p. 113-114. Il s’agit de Diokleia (sceau de Grégoire dans la première moitié du xie siècle, L 536), Skodroa, Dribastos, Polathoi, Akrokéraunia/Glabinitza, Aulonia, Lykinida, Antibaris, Tzernikon, Polychairépolis et Graditzin/Boullis. Listes : Le Quien, OC II, col. 238-286 (pas de liste pour Polathoi, Antibaris et Polychairépolis) ; Fedalto, HEO, p. 530-552. Akrokéraunia, Aulonia, Lykinida et Boullis apparaissent déjà dans la notice 2.

368 Darrouzès, Notitiae, p. 114.

369 Antoine au ixe siècle, connu par la Vie de Théodora de Thessalonique ; au xie siècle, Laurent, métropolite et syncelle. Sur la géographie ecclésiastique de la région, voir O. Delouis, Pour une géographie des monuments mésobyzantins d’Albanie méridionale, mémoire de troisième année de l’École française d’Athènes déposé à l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2006, p. 17-29.

370 Darrouzès, Notitiae, p. 31.

371 Il s’agit de Corcyre (en réalité archevêché), Damala/Troizènè, Monemvasie/Tainaros, Porthmos, Oréos et Zakynthos. Pour les listes de Damala, Monemvasie et Zakynthos, voir ci-dessus ; pour les autres sièges : Le Quien, OC II, col. 145-150, 203-204 et 239 ; Fedalto, HEO, p. 477-478 et 516-521 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 366 pour Oréos ; sur Corcyre, TIB 3, p. 178181 ; sur Porthmos et Oréos, qui passent ensuite sous Athènes, TIB 1, p. 246 et 228.

372 Euripos, Dauleia (sceaux de Basile aux xe-xie siècles ; à l’exception d’une légère différence de taille, 19 et 21 mm de diamètre, les deux sceaux sont identiques : L 610 et L 1751 ; voir aussi les sceaux de Théodore dans la seconde moitié du xie siècle, L 611 et L 612 sur lequel il se dit syncelle), Koroneia, Andros, Oréos (auparavant sous Céphalonie), Skyros (Kastron, sceau de Michel aux xe-xie siècles, L 1752 = DOSeals 2, 56.2, daté du viie siècle par V. Laurent), Karystos, Porthmos (également sous Céphalonie dans la notice 3), Aulon et Syros (Syra). Pour les listes d’Oréos et de Porthmos, voir note précédente. Autres listes : Le Quien, OC I, col. 943-944 (Andros) et II, col. 167-239 ; Fedalto, HEO, p. 206-207 (Andros) et p. 494-522 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 366 (Euripos, Andros, Oréos, Skyros et Karystos) ; pour les localisations, voir TIB 1, s. v., et TIB 10, p. 190-191 pour Skyros (pas de notice pour Andros et Syros).

373 Notitia 345-667. Les évêchés de la notice 3 sont, comme pour d’autres éparchies, issus d’une liste civile ; il faut donc comparer cette liste à celle de Hiéroklès (Darrouzès, Notitiae, p. 28-29).

374 Notitia 10475.

375 D’après TIB 1 et 3 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20 et 30 ; Fine, Balkans, carte 3 ; Yannopoulos, Métropoles, p. 390 ; Stephenson, Balkan Frontier, p. 68 ; Dunn, Eastern and Northern Macedonia, p. 270. Non localisés : Thessalie : Kolydros ; Thessalonique : Apallos, Délébos, Eudoxioupolis, Kallikos, Kypéros.

376 Dèmètrias, Pharsala (enregistré comme archevêché par erreur dans la notice 8 et correctement dès la notice 11), Thaumakos/Domokos, Zètounion, Ézéros, Loidorikon, Trikkè/Trikkala, Échinos, Kolydros et Stagoi. Listes : Le Quien, OC II, col. 111-130 ; Fedalto, HEO, p. 461-470 ; liste inexistante pour Kolydros ; pour les localisations, voir TIB 1, s. v.

377 Bésaina, Kapouliana (Kapoua), Gardikion, Lestinon, Charména et Péristéra. Listes existantes pour Bésaina (Le Quien, OC II, col. 131-132 ; Fedalto, HEO, p. 461), Gardikion et Lestinon (Fedalto, HEO, p. 465-466 et 460) ; pour les localisations, voir TIB 1, s. v.

378 Voir Darrouzès, Notitiae, p. 110-111 notamment.

379 Sur l’histoire du siège, Lemerle, Philippes, p. 241-257 (liste des titulaires, p. 270-280).

380 Le Quien, OC I, col. 1205-1206 ; Lemerle, Philippes, p. 260-261 ; Fedalto, HEO, p. 337338 ; TIB 6, p. 394-395 ; voir Darrouzès, Notitiae, p. 113 et n. 1 ; Id., Variations numériques, p. 26, et ci-dessus les remarques consacrées à Traïanoupolis de Rhodope.

381 Polystylos, Bélikeia, Christoupolis, Smolaina, Kaisaropolis et Alektoropolis, ancien nom d’Éleuthéropolis. Listes inexistantes chez Le Quien ; Lemerle, Philippes, p. 260-263 ; Fedalto, HEO, p. 304, 435-443 et 452 (pas de liste pour Smolaina) ; pour les localisations, voir TIB 6, p. 197-198 (Bélikeia), 408-410 (Polystylos) et 451 (Smolaina).

382 Voir Yannopoulos, Métropoles, et Oikonomidès, Peloponnese. Dans la notice 3, Patras est évêché suffragant de Corinthe (tout en étant enregistré, en doublet, comme archevêché) ; le siège n’est donc pas créé aux viiie-ixe siècles, mais voit simplement son statut évoluer.

383 À nouveau, une liste civile des villes du Péloponnèse apparaît dans la notice 3. Il s’agit, dans la notice 7, de Lacédémone, Méthonè, Koronè (Coronée), Bolaina (sceau de Pierre aux ixe-xesiècles, L 655 = DOSeals 2, 33.1), Morée et Élos. Listes : Le Quien, OC II, col. 189-233 (pas de liste pour Morée) ; Laurent, Lacédémone, p. 217 et 225-226 ; Fedalto, HEO, p. 501-516. On possède plusieurs sceaux d’évêques de Koronè : Procope au ixe siècle (L 646, deux pièces), Jean au xe siècle (deux pièces : L 649 et L 1757 = DOSeals 5, 99.1), Gérasimos dans la seconde moitié du xe siècle (deux pièces : L 647 et DOSeals 2, 28.4), Étienne à la fin du xe siècle (L 648) ; Théodose dans la première moitié du xie siècle (plusieurs pièces : L 650 et L 651) et Georges au xie siècle (L 652 = DOSeals 2, 28.3). Sur le siège de Morée, voir V. Laurent, « L’évêché de Morée (Moréas) au Péloponnèse », REB 20, 1962, p. 181-189 ; d’après l’auteur, le siège pourrait avoir été créé à la fin du xie siècle ; cependant, il est bien attesté dans la notice 7, ce qui implique qu’il est antérieur à cette date ; de même, il évoque la possibilité que le siège soit confondu avec la ville d’Élis, par ailleurs attestée dans la notice 3 d’après Hiéroklès.

384 Bounditza (sceau d’un évêque anonyme aux xe-xie siècles : L 681 = DOSeals 2, 4.2), Aétos, Achéloos, Rhogoi, Iôannina (faussement enregistré comme métropole dans la notice 11 ; à partir du xve siècle, le siège récupère, comme métropole, les évêchés de Naupacte), Photikè (Bella, sceau de Constantin, daté par V. Laurent du xie siècle, mais plus probablement du xe siècle : L 683 = DOSeals 2, 3.1), Adrianoupolis (Drynopolis) et Bouthrote (Bothrotos). Listes : Le Quien, OC II, col. 139-154 ; Fedalto, HEO, p. 474-482 (pas de liste pour Adrianoupolis) ; aucune liste pour Rhogoi ; pour les localisations, voir TIB 3, s. v.

385 Fedalto, HEO, p. 550-551 (abs. OC) ; TIB 3, p. 136-137 (sceau de Léontios de Chimara au xie siècle, L 685 = DOSeals 1, 15.1, deux pièces) ; voir Darrouzès, Notitiae, p. 111-112 sur les évolutions de l’éparchie et les difficultés posées par les recensions de la notice 10.

386 Malamut, Îles, vol. 1, p. 335-371.

387 Darrouzès, Variations numériques, p. 26 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 337-338, 342 et 359.

388 Samos, Chios, Kos (transféré sans doute par erreur dans les notices 4 et 13 sous Pergè-Sylaion en Pamphylie), Naxos, Thèra (Santorin), Paros, Léros, Andros, Ténos, Mèlos et Pisynè (Amorgos). Listes : Le Quien, OC I, col. 929-946 (pas de liste pour Pisynè) ; Fedalto, HEO, p. 206-223 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 365-366 (pour Samos, Chios, Paros, Léros et Andros) ; sur Chios, TIB 10, p. 150-153.

389 La notice 3 inverse les rangs de Tènos et Pisynè.

390 Fedalto, HEO, p. 219 et 207 (abs. OC).

391 D’après Malamut, Îles, vol. 2, p. 646-648 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 20 et 30 ; TIB 10. Non localisés : Lesbos : Berbinon, Perpérinè.

392 Fedalto, HEO, p. 212 (abs. OC) ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 365.

393 Fedalto, HEO, p. 224 (abs. OC). Tracheia et Pisynè seraient, d’après une note du xvie siècle, des variantes de Kalymnos et Amorgos : Darrouzès, Variations numériques, p. 26 et n. 20 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 35 et 39.

394 Le rapprochement est confirmé par les sources sigillographiques : ZN 1039 : sceau du proèdre anonyme de Paros et Naxos, également proèdre des protosyncelles.

395 Malamut, Îles, vol. 1, p. 337.

396 Ibid., p. 335-337 et 359-361.

397 Darrouzès, Notitiae, p. 15. Il s’agit des évêchés de Bienna, Kamara, Chersonèsos, Arkadia, Soubritos (Sybrita), Éleutherna, Aptéra, Kissamos, Élyros, Phoinikè (Aradéna), Hiérapydna, Alyngos, Lyktos, Knossos, Axios, Lampai (Lambè), Kydonia, Kantania, Lissos et enfin l’île de Kaudos (auj. Gaudos), au sud de la Crète. Listes : Le Quien, OC II, col. 266-274 (pour certains sièges seulement) ; Fedalto, HEO, p. 538-546 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 369 (pour Arkadia et Knossos). Pour Soubritos, V. Laurent, « Le synodicon de Sybrita et les métropolites de Crète aux xe-xiiie siècles », ÉO 32, 1933, p. 385-412, ici p. 412.

398 Voir supra, p. 45-46.

399 Il s’agit d’Arkadia, promu prôtothronos, Knossos, Chersonèsos, Siteia, Hiérapétra, Soubritos (Sybrita), Lampai, Kantania, Kissamos, Kydonia et Éleutherna. Pour Siteia et Hiérapétra, Fedalto, HEO, p. 546 (abs. OC).

400 Darrouzès, Listes de Nicée II, p. 65, et Lamberz, Bischofslisten, p. 61-62.

401 Notitia 13468-492.

402 D’après Malamut, Îles, vol. 2, p. 649.

403 Malamut, Îles, vol. 1, p. 338, 343 et 359.

404 Ibid., p. 343.

405 Voir infra, p. 130.

406 Éressos (Érissos), Strongylè, Ténédos, Berbinon et Perpérinè. Listes : Le Quien, OC I, col. 947-950 (Ténédos) ; Fedalto, HEO, p. 207-222 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 367 (Éressos et Ténédos) ; pour les localisations, voir TIB 10, s. v.

407 Malamut, Îles, vol. 1, p. 339 et 361-362 ; Metcalf, Cyprus, p. 83-100.

408 Voir supra, p. 55-56, et infra, p. 314-315.

409 Darrouzès, Notitiae, p. 29.

410 On ne constate que quelques variantes : omission de Kirboia et ajout de Néapolis par rapport au Synekdèmos ; omission de ces sièges dans l’œuvre de Georges de Chypre (ibid.).

411 Malamut, Îles, vol. 1, p. 339 et n. 222. Notice 3 : Paphos (sceau d’Arsénios au xie siècle, L 1488 = DOSeals 2, 39.2 = Cyprus 470), Tamasos, Arsinoè, Soloi, Lapèthos, Kyrènia, Karpasion, Chytri, Leukosia (Nicosie), Kition (sceau d’un évêque anonyme au xie siècle : Cyprus 469), Amathous, Néapolis (Némessos), Kourion et Trimithous. Listes : Le Quien, OC II, col. 1055-1076 ; Fedalto, HEO II, p. 878-888 ; Malamut, Îles, vol. 1, p. 370 (Paphos, Tamasos, Leukosia, Amathous et Kourion).

412 Darrouzès, Notitiae, p. 338, n. 758.

413 Abs. des listes épiscopales.

414 Le texte est inédit (Darrouzès, Notitiae, p. 338, n. 774).

415 D’après Malamut, Îles, vol. 2, p. 650 ; Atlas d’histoire de l’Église, p. 21. Non localisé : golfe de Pamphylion.

416 Voir les exemples développés par Malamut, Îles, vol. 1, p. 361-362.

417 Sur la localisation des sièges, voir Jacob, Martin, Église grecque, p. 359 et 363.

418 V. Von Falkenhausen, « Taranto in epoca bizantina », Studi Medievali, ser. III, 9, 1968, p. 133-166.

419 Les listes épiscopales des sièges italiens et siciliens sont absentes des ouvrages de M. Le Quien et de G. Fedalto ; seules sont disponibles des listes anciennes, compilées dans des études consacrées à l’Église chrétienne d’Occident. Dans la présentation rapide qu’il fait de chaque évêché dans son corpus des sceaux italiens (Corpus, Église, vol. 1, sceaux nos 883 à 927, p. 692-735), V. Laurent donne les références de ces études, auxquelles nous renvoyons.

420 Hagia Kyriakè, Skylakion (Squillace), Bothrotos, Crotone, Amantheia (Amantea), Touris (Thurii), Bibona (Vibo Valentia, siège connu par le sceau de Jean au VIIIe siècle, L 913), Nikotéra (Nicotera) et Taurianè (Tauriana).

421 Darrouzès, Notitiae, p. 31.

422 Bibona est promu prôtothronos ; lui succèdent Taurianè, Lokris (Locres), Rhousianon (Rhousion, Rossano), Skylakion, Tropaion (Tropea), Amantheia, Crotone, Konstanteia (Cosenza), Nikotéra, Bisounianon (Bisignano) et Néokastron (Nicastro) – siège dont le nom indique probablement une création récente autour d’un kastron.

423 Voir Grumel-Darrouzès, Regestes, no 792.

424 Il s’agit d’Acerentila (Acerenza), Turcicum/Toursikon (Tursi), Gravina, Macceria (Matèra) et Tricarium (Tricarico) ; Liutprand de Crémone, Relatio, c. 62, p. 215.

425 Notitia 10675.

426 Darrouzès, Notitiae, index s. v. Hidrous.

427 Les notices épiscopales utilisent Ἁγία Σεβηρίνα (ou Σευηρίνη, Σευηριάνη) pour désigner la cité ; nous utilisons ici le nom latin, plus couramment employé, Santa Severina.

428 Skylitzès, Synopsis, p. 160 ; V. Laurent, « À propos de la métropole de S. Severina en Calabre. Quelques remarques », Reb 22, 1964, p. 176-183 ; D. Makris, « La métropole de Santa Severina dans le thème de Calabre », communication présentée au XXe CIEB, Paris, 1925 août 2001 (Pré-Actes, vol. 3, Communications libres, Paris, 2001, p. 131).

429 Euryata, Akérentia (Cerenzia), Kallipolis (Gallipoli) et Aeisyla (Isola Capo Rizzuto).

430 D’après Atlas d’histoire de l’Église, p. 30 ; Jacob, Martin, Église grecque, p. 363 (fond) ; Italie byzantine. Non localisés : Calabre : Hagia Kyriakè ; Santa Severina : Euryata.

431 Pages éclairantes dans Jacob, Martin, Église grecque, p. 358-361.

432 V. Prigent a fait le point sur les sources et, surtout, le tri entre de nombreuses informations souvent contradictoires ; nous renvoyons à son étude détaillée de l’organisation ecclésiastique de l’île (Sicile, vol. 1, p. 17-57 et bibliographie antérieure).

433 D’après Prigent, Sicile, vol. 4, pl. 1 ; nous remercions l’auteur de nous avoir autorisé à reproduire cette carte.

434 Catane (promu archevêché dès la notice 3 et métropole dans la notice 7), Tauroménion (Taormine), Messine, Képhaloudion (Cefalù), Thermai (Termini), Panormos (Palerme), Lilybaion (Lilybée), Trokalis (Triocala), Akragas (Agrigente), Tyndaris (Tindari), Léontinè (Lentini), Alésis (Alesa) et l’île de Mélitè (Malte).

435 Léontinè devient prôtothronos ; lui succèdent Tauroménion, Messine, Tyndaris, Liparis (dans les îles éoliennes), Képhaloudion, Thermai, Panormos, Karinè/Kronion (Carini), Lilybaion, Trokalis et Malte.

436 Tauroménion, Akragas, Karinè/Kronion, Lilybaion, Drépanon (Trapani), Panormos, Thermai, Képhaloudion, Alésis, Tyndaris, Malte et Liparis.

437 Malamut, Îles, vol. 1, p. 362-364.

438 Ibid., p. 364.

439 Jacob, Martin, Église grecque, p. 357-365 et bibliographie antérieure.

440 Ibid., p. 358 et n. 24. C’est le cas, en Calabre, d’Oppido, Stilo et Bova ou encore de Lecce, Ugento et Alessano dans le Salento.

441 En témoigne par exemple le nom du siège de Néokastron en Calabre.

442 Jacob, Martin, Église grecque, p. 361.

443 Prigent, Sicile, vol. 1, p. 35-47.

444 Ibid., p. 53-57, où l’auteur dresse le bilan des évolutions du réseau épiscopal sicilien.

445 Jacob, Martin, Église grecque, p. 360.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Carte 1 : Hellespont200
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Carte 2 : Bithynie 212
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Carte 3 : Asie, Lydie et Carie221
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende Carte 4 : Anatolie centrale243
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Légende Carte 5 : Lycie255
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Carte 6 : Phrygie259
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Légende Carte 7 : Pisidie, Pamphylie, Lycaonie et Isaurie276
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Légende Carte 8 : Confins orientaux295
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Légende Carte 9 : Mer Noire (Abasgie, Zècchie et Crimée)304
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Carte 10 : Macédoine, Rhodope et Thrace331
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Carte 11 : Thrace orientale, Hémimont et Europe338
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Carte 12 : Mésie et Hémimont du Nord346
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Légende Note 351351
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Carte 13 : Péninsule balkanique375
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Légende Carte 14 : Mer Égée391
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Carte 15 : Crète402
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Carte 16 : Chypre415
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Carte 17 : Italie du Sud430
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Légende Carte 18 : Sicile433
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1959/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540