Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Évêques, pouvoir et société à Byzance (viiie-xie siècle)

 | 
Benjamin Moulet

Préface

Michel Kaplan et Jean-Marie Sansterre

Texte intégral

1Dans la société byzantine, éminemment chrétienne, les évêques jouent un rôle qui dépasse de loin celui qu’on leur assigne aujourd’hui, avant tout celui de pasteur du troupeau. Ce sont en effet des personnages publics, qui se sont imposés comme une nouvelle catégorie de fonctionnaires ; quand leur rémunération n’est pas directement allouée par l’État, elle provient des dotations foncières de l’évêché, qui sont des terres publiques. Des fonctionnaires particuliers, puisqu’ils sont les détenteurs de la succession apostolique apportée par leur consécration et que, réunis sur convocation de l’Empereur en conciles, ils définissent le dogme. Comprendre le fonctionnement de ce groupe social est donc nécessaire pour saisir la nature de la société byzantine, d’autant que, dans un monde fortement dominé par la capitale, Constantinople, du moins dans les sources qui nous sont parvenues et qui ont été le plus étudiées, ils permettent de saisir une partie de la réalité provinciale qui nous échappe trop souvent.

2Benjamin Moulet s’est attelé à cette tâche délicate qu’il a su mener avec bonheur en seulement quatre ans. Il a justement écarté l’étude de cet évêque très particulier qu’était le patriarche de Constantinople, de façon à bien centrer son propos sur la province, même si, bien entendu, les évêques ne manquent pas d’accourir ou d’intervenir très fréquemment dans la capitale. Pour parvenir à cette fin, il a dépouillé une très large palette de sources de tous ordres, depuis les récits hagiographiques et les chroniques jusqu’aux sceaux, en passant par les Notitiæ Episcopatuum, particulièrement délicates à utiliser, dont il a su patiemment démêler les fils pour nous fournir autant que faire se pouvait une géographie que l’on trouvera dans les cartes. Assurément, rares sont les sources disponibles parlant des évêques byzantins du début du viiie au début du xie siècle qui lui auront échappé ; toutes sont critiquées avec sûreté. De plus, Benjamin Moulet ne recevait que de façon tout à fait marginale le secours d’une archéologie encore insuffisamment développée dans le vaste territoire considéré.

3La matière ainsi recueillie présentait deux difficultés majeures : elle était disparate et discontinue. Le défi consistait donc à l’ordonner pour dresser un portrait aussi complet que possible du groupe social considéré et du rôle qu’il a joué. Il était naturellement indispensable de prendre en considération les travaux effectués dans d’autres domaines géographiques, notamment ceux consacrés à l’épiscopat du Moyen Âge occidental de la même époque, héritier, – faut-il le rappeler –, du même modèle tardo-antique. Ces travaux ont nourri, en temps utile, les réflexions de l’auteur, et lui ont permis d’inclure dans son livre un comparatisme de bon aloi, sans toutefois lui fournir un cadre prédéterminé ni des grilles de lecture toutes faites, car il a su s’en tenir à ce que ses sources lui permettaient de démontrer. Benjamin Moulet ne fait pas dire aux sources ce qu’elles s’ingéniaient à lui cacher.

4Partant de cette constatation de bon sens, que nous ne pouvons, dans l’état actuel des sources disponibles, connaître parfaitement le corps épiscopal de l’époque mésobyzantine, l’auteur s’est trouvé confronté à un choix majeur. Fallait-il traiter uniquement les aspects que les sources nous permettent de dessiner parfaitement, au risque de livrer un patchwork dépourvu de sens général, ou bien fallait-il dresser une liste aussi complète que possible des aspects que les sources permettent d’aborder sans aboutir toujours à des conclusions certaines et à tout jamais indiscutables et, partant de là, en pleine conscience des zones d’ombres qui resteraient, tenter de les ordonner en un tableau globalement aussi clair que possible mais, en certains endroits, imparfait, comme le sont les sources utilisées ? Fallait-il observer une prudence frileuse ou prendre le risque de faire un vrai livre d’Histoire ? Benjamin Moulet a choisi la seconde solution, la bonne. Le lecteur ne trouvera donc pas toutes les réponses aux questions que les sources permettaient de poser, sans forcément permettre de leur fournir une réponse complète et indiscutable. C’est à ce point que se situe la vraie rigueur du métier d’historien, en même temps que ses limites épistémologiques.

5Soulignons ce qui constitue les principales qualités de l’ouvrage. La première est la tentative de se placer autant que faire se pouvait du point de vue des évêques, et notamment des évêques de la base, les plus difficiles à cerner car les sources constantinopolitaines les négligent ; mais l’existence de sources hagiographiques, présentant la vie dans des cités parfois secondaires y aide grandement. L’étude qu’en propose Benjamin Moulet révèle une très grande maîtrise. Nous avons donc une histoire byzantine vue avant tout de province, ce qui n’est pas fréquent ; et nous voyons ainsi vivre la population des profondeurs de l’Empire. À l’étude d’un corps social, les évêques, dont nous pouvons suivre la carrière, depuis l’enseignement reçu, sans doute plus largement répandu en province que nous ne l’avions longtemps cru, jusqu’à la mort, s’ajoute la description minutieuse de l’action de l’évêque dans son évêché, au milieu de son territoire, de son clergé et de ses fidèles. Quant aux évolutions connues tout au long de la période, si elles sont évoquées en leur place sur les différents points où elles sont décelables, elles sont fermement présentées dans la conclusion, qui dégage avec bonheur la place spécifique des évêques, aristocrates par fonction, issus de l’aristocratie constantinopolitaine ou locale, dans la société byzantine.

6Nous voilà donc en présence d’un portrait, appuyé sur de nombreuses études de cas, d’un groupe certes composite, mais essentiel pour comprendre la société byzantine de l’époque envisagée. Un ouvrage fermement inscrit dans l’espace et dans le temps. Les auteurs de ces lignes sont fiers de vous proposer la lecture d’une œuvre historique forte et la découverte d’un jeune historien plein de talent. Avec Benjamin Moulet, la nouvelle génération de byzantinistes français s’est dotée d’un précieux renfort.

© Éditions de la Sorbonne, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540