Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biais, hiatus et absences en archéologie

 | 
Elisa Caron-Laviolette
, 
Nanouchka Matomou-Adzo
, 
Clara Millot-Richard
, 
et al.

Variabilité des sources et biais scientifiques : le cas du territoire des Rèmes

Variability of Sources and Scientific Biais: The Case of the Remi Territory

Marion Dessaint

Résumé

À l’échelle d’un territoire, les chercheurs sont nécessairement confrontés à des hiatus, qu’ils soient géographiques, historiques ou archéologiques. Sur le territoire des Rèmes, de nombreuses opérations de nature très variées ont été réalisées. Celles-ci nous interrogent sur des questions de méthodologie liées au traitement des données utilisées pour une étude diachronique sur un vaste territoire. Comment peut-on traiter des données hétéroclites ? Comment peut-on étudier les réseaux de peuplement de cet espace à travers de telles données ? Cet article a pour objectif d’avancer des éléments de réflexions et de méthodes concernant le traitement de ces données récoltées sur ce vaste espace qu’est le territoire des Rèmes.

At the the scale of a territory, researchers are inevitably confronted with gaps, whether geographical, historical or archaeological. On the Remi territory a lot of operations have been lead. This one interroge us about methodological question related to processing data used for a diachronic study on a vast area. How can we process such diverse data? How can we study population networks inside this area through such quantity of data? This article will aim at highlighting elements of reflexion and methods to process data collected on a great area like the Remi territory in the north-eastern Gaul.

Texte intégral

1Le territoire des Rèmes est une cité couvrant une surface d’environ 16 000 km². Elle s’étend sur les départements actuels de l’Aisne, des Ardennes, de la Marne ainsi qu’une petite partie de la Meuse, de la Haute-Marne, du Nord et du sud de la Belgique (fig. 1). Même si ses limites demeurent par endroits incertaines et mal définies, il s’agit d’une des cités les plus vastes de la Gaule romaine. Au cours du IIe siècle av. J.-C., ce territoire se voit doté de plusieurs oppida dont le chef-lieu de cité est Durocortorum, l’actuelle ville de Reims. Durant le Ier siècle. av. J.-C., avant la conquête, les Rèmes appartiennent à la confédération des Belges et entretiennent également des relations importantes avec les Romains. Peu avant l’arrivée de César, ils décident de s’allier à Rome au détriment d’une alliance avec les Belges (Desportes, 1983, p. 20). Suite à la victoire romaine sur la coalition belge, Reims devient capitale de la nouvelle province qu’est la Gaule Belgique et plusieurs agglomérations secondaires apparaissent dans le territoire des Rèmes.

Fig. 1 : Emprise restituée du territoire des Rèmes durant le Haut Empire

Fig. 1 : Emprise restituée du territoire des Rèmes durant le Haut Empire

Source : D’après Achard et al., 2016, p. 37. DAO M. Dessaint.

2Les nombreuses opérations réalisées ces deux dernières décennies, dans cet espace géographique, permettent une analyse détaillée de l’organisation et de l’occupation du sol entre le milieu du IIIe siècle av. J.-C. et le VIe siècle ap. J.-C. L’objectif de cette recherche est d’appréhender le territoire des Rèmes dans son ensemble, pour dresser un bilan complet de l’occupation rurale d’une cité du nord de la Gaule. Il s’agit, dans un premier temps, de déterminer et d’étudier les morphologies ainsi que les fonctions des établissements ruraux, en intégrant les études spécialisées réalisées sur les différents établissements concernés par cette étude. Dans un deuxième temps, l’analyse de la répartition spatiale de ces sites permettra d’avoir une réflexion sur la structuration spatiale du territoire et l’insertion de ces domaines agricoles au sein de leur environnement. Les relations entre espaces ruraux et agglomérations, en particulier la capitale de cité, nous intéresseront également.

3Cette approche diachronique d’un vaste espace implique d’enregistrer et d’utiliser des sources multiples et variées. À l’échelle d’un territoire, celles-ci engendrent différents problèmes auxquels nous nous devons de répondre. Quelles sont les différentes sources disponibles pour un tel espace ? Comment les enregistrer, les utiliser et les interpréter ? Quels sont les biais scientifiques qu’elles génèrent et comment les contourner ?

Méthodologie et types de données : premier traitement des biais et hiatus

Nature et fonctions : choix des termes et interprétation des sites

4L’objectif de cette recherche est d’étudier les établissements ruraux, terme dont la définition est volontairement imprécise. Dans l’ouvrage paru en 2013 sur l’habitat rural durant le second âge du Fer, les auteurs ont opté pour le terme « établissement rural » : « terme fédérateur et non contraignant qui peut englober tous types de configuration et n’exclut pas la diversité fonctionnelle » (Malrain et al., 2013, p. 13). Dans sa thèse, publiée en 1992, Paul Van Ossel définit l’établissement rural comme une construction ou groupe de constructions servant à l’habitation ou à l’activité de la population (Van Ossel, 1992, p. 39). En réalité, derrière cette appellation très générale se cachent une multitude de sites différents selon les périodes et les régions étudiées. L’utilisation de ce terme permet d’éviter villa/villae ou « ferme indigène », notions qui renvoient à des périodes précises ou encore à une production particulière et impliquent également une hiérarchisation des sites selon leur appellation et donc un jugement de valeur (Reddé, 2017, p. 48). Le terme villa, tout comme celui « ferme indigène », est devenu un « obstacle verbal » puisqu’il est utilisé pour qualifier des sites qui peuvent être de nature très différentes (Blancquaert et Marion, 2000, p. 12). Ces derniers sont alors réduits à deux termes issus des sources antiques d’une part, et de l’historiographie d’autre part. Le terme « établissement » permet d’étudier les différentes formes d’occupations rurales et de s’abstenir d’une approche qui porterait exclusivement sur le bâti. Il s’agit d’appréhender ces exploitations ainsi que le territoire qui les entoure, qu’elles peuvent éventuellement posséder et exploiter.

5Néanmoins, les termes villa et « ferme indigène » sont très souvent utilisés dans la description des sites répertoriés dans la carte archéologique du Service régional de l’archéologie. On trouve aussi très régulièrement le terme « habitat », notion qui renvoie à un type de site en particulier et exclut tous les autres (l’artisanat par exemple). Les sites répertoriés dans la carte archéologique sont principalement désignés par ces trois termes et très peu par « établissement rural » ou « occupation », qui sont plus neutres et englobent des types de sites plus variées. Cette première interprétation du site constitue un premier obstacle lors du traitement des sources utilisées, plus particulièrement lors de l’enregistrement des données. À titre d’exemple, le prospecteur Michel Bazzali a mis au jour, dans l’Aisne, un très grand nombre de céramiques et de monnaies, notamment en contexte forestier. Malgré le manque d’informations sur les structures bâties, il a automatiquement interprété ces découvertes comme étant des habitats. Le terme « occupation » aurait été mieux adapté, car plus neutre.

6Les termes utilisés pour la définition des sites doivent donc être pris avec prudence dans le cadre de cette recherche. De fait, l’interprétation de l’inventeur n’est pas forcément celle retenue lors de l’enregistrement des données, à l’image des sites de Michel Bazzali. L’enregistrement des données, notamment de la nature et de la datation des sites, permet également de traiter une autre difficulté : la nature de l’opération réalisée.

Les différents types de sources mobilisées : avantages et inconvénients

7Au sein du territoire des Rèmes, une multitude de sources est mobilisable et nous apporte des données de qualités très différentes. Ce sont principalement la Carte archéologique ainsi que les rapports d’opérations archéologiques qui ont été consultés.

8Les sites de la Carte archéologique permettent de mobiliser des informations issues des prospections aériennes et pédestres, ainsi que de fouilles parfois très anciennes pour lesquelles nous ne possédons aucun rapport. La carte recense également les découvertes fortuites. De nombreuses prospections aériennes ont été réalisées sur le territoire des Rèmes, notamment par Bernard Lambot dans les Ardennes et Michel Bourreux dans l’Aisne (fig. 2). On compte également un certain nombre de sites découverts par l’intermédiaire des prospections pédestres, plus particulièrement dans l’Aisne avec les travaux de Gilles Naze et Michel Bazzali (fig. 2).

Fig. 2 : Répartition spatiale des sites mis au jour lors de prospections aériennes et pédestres

Fig. 2 : Répartition spatiale des sites mis au jour lors de prospections aériennes et pédestres

SIG et DAO M. Dessaint.

9Les rapports d’opérations d’archéologie préventive et programmée constituent le deuxième grand type de source. Ils apportent des données plus précises sur certains points, notamment la datation des sites et leur fonction, grâce aux études spécialisées en particulier. Pour le territoire des Rèmes, les opérations ont principalement été réalisées par les agents de l’Inrap et par des services locaux, tels que le service départemental de l’Aisne et le service archéologique de la ville de Reims. Ces opérations sont dépendantes de l’aménagement du territoire et de la réalisation de grands travaux d’urbanisme.

10Ces deux types d’archives permettent de mobiliser des sources très différentes, possédant chacune des avantages et des inconvénients dans le cadre de l’étude diachronique d’un territoire. Les différentes informations récoltées dans la carte archéologique et les rapports d’opérations sont complémentaires et permettent un panorama complet de cet espace.

11Les données issues de prospections et les découvertes fortuites permettent de renseigner des zones rurales peu abordées par l’archéologie préventive et programmée. Bien que les données issues de ce type d’opération ne soient pas précises sur tous les points, notamment en ce qui concerne la datation, qui reste souvent très large, elles nous donnent des indices sur l’occupation du sol. En outre, les données de prospections aériennes permettent d’aborder l’organisation de l’espace rural. Grâce au développement de la photo-interprétation, il est possible d’étudier l’orientation des sites et de repérer, certes sur des zones restreintes, une organisation des terroirs pour certaines périodes (Jung, 2006, p. 158). Néanmoins, les prospections aériennes engendrent des biais importants concernant la datation des sites. En effet, certains types de site sont plus visibles que d’autres, ce qui amène régulièrement à une surreprésentation de certaines périodes par rapport à d’autres. De plus, l’interprétation fonctionnelle doit souvent être nuancée, comme cela a été exposé précédemment.

12Dans un deuxième temps, l’ensemble des données issues des fouilles et des diagnostics archéologiques nous donne une autre vision du territoire étudié. D’un point de vue chronologique d’abord, avec une datation précise des sites, voire la possibilité de mettre en avant différentes phases d’une occupation. Ces données permettent d’aborder la question de l’évolution du site d’un point de vue morphologique et architectural. L’étude systématique du mobilier archéologique apporte des données précises sur la consommation d’un site, son environnement naturel ou ses productions. Les fouilles et les diagnostics permettent également d’aborder la question de la densité des occupations, en utilisant deux types de données : le nombre d’occupations mis au jour pour une période donnée et la surface ouverte lors des diagnostics et des fouilles. Le rapport de ces deux informations permet d’estimer de manière assez réaliste la densité d’occupation du sol à une période donnée (Spiesser et al., à paraître). Cependant, lors des fouilles, la surface explorée est en général très réduite et ne permet pas d’observer la totalité du site, contrairement au diagnostic. Durant une fouille, il est donc difficile d’appréhender l’organisation générale d’un site archéologique. De plus, dans le cas de l’archéologie préventive, la localisation des opérations est très dépendante de l’urbanisation du territoire dont il est question. Ces informations doivent donc nécessairement être prises en compte lors de l’interprétation des données.

13Les inconvénients inhérents à ces types de sources constituent des biais et hiatus importants lors de l’analyse des données. C’est pourquoi, la méthode d’enregistrement des sites est particulièrement importante et doit être établie de manière critique et réfléchie, pour contourner ces biais.

L’enregistrement des données : première étape dans le traitement des biais et hiatus

14La méthode d’enregistrement des données est essentielle dans l’étude et la détermination des fonctions des sites. Elle a été pensée et développée en fonction des problématiques de recherche de cette étude. La qualité et la précision des sources inventoriées, ainsi que les choix faits lors de l’enregistrement, influent sur le nombre de sites à considérer et sur leur interprétation. Il est donc absolument nécessaire de réaliser un enregistrement cohérent, standardisé et soigné.

15Pour mener à bien cette recherche, une base de données relationnelle a été spécialement créée. Elle permet notamment de distinguer l’opération et l’occupation archéologique. En effet, lors d’une opération, plusieurs occupations peuvent être mises au jour et avoir une localisation particulière, ne correspondant pas forcément au centroïde de l’opération, très souvent utilisé pour localiser les sites archéologiques. Cette distinction permet une localisation plus précise des sites et une différenciation spatiale des occupations découvertes lors d’une même opération. La base de données est constituée de sept tables principales reliées les unes aux autres par des relations de « plusieurs à plusieurs » et de « un à plusieurs », ce qui permet d’interroger les informations enregistrées, sous forme de requête. L’enregistrement des sites archéologiques dans la base de données se fait par l’intermédiaire de plusieurs formulaires, qui correspondent à des fiches et permettent un enregistrement rapide, homogène et précis des données.

16Trois informations principales sont enregistrées. Tout d’abord, les renseignements administratifs liés à l’opération, et plus particulièrement les données permettant de localiser les sites et donc de créer une cartographie de ce territoire. La chronologie est le deuxième critère important ; elle consiste en l’enregistrement de la datation ou d’un éventuel phasage, si ce dernier est identifié. Plusieurs formats de datation peuvent être utilisés : période (Antiquité, Protohistoire…), siècle ou datation numérique. Ce système permet d’enregistrer tous les types de datation rencontrés dans la documentation dépouillée. Le troisième aspect important de l’enregistrement est la nature de l’occupation. Le développement de la base de données a permis de multiplier les champs de description afin d’enregistrer tous les types de sites que l’on rencontre dans le territoire des Rèmes.

17Cet outil, et plus particulièrement les champs à alimenter lors de l’enregistrement, a été conçu de manière à discriminer les données selon une série de critères, organisés du plus général au plus précis (fig. 3). Il permet de compiler tous les types de données, quel que soit leur degré de précision, dans l’objectif de les interroger de manière homogène pour remédier aux biais qu’engendre la variabilité des sources. La base de données est également reliée à un système d’information géographique (SIG), qui peut être interrogé en temps réel en fonction de la mise à jour de la base. À l’heure actuelle, 579 opérations, 706 occupations et 1 161 indices de sites ont bénéficié de cette méthode d’enregistrement.

Fig. 3 : Discrimination des trois principaux critères au sein de la base de données

Fig. 3 : Discrimination des trois principaux critères au sein de la base de données

18La localisation, la datation et la nature des sites sont trois informations essentielles pour répondre aux axes de recherche de cette étude. Il est donc nécessaire de considérer à la fois la morphologie du site et sa fonction. Ces informations peuvent être déterminées ou précisées par le mobilier mis au jour, tel que les restes carpologiques et archéozoologiques. La qualité de ces trois informations permettra de traiter les données à l’échelle d’étude qui lui correspond. À titre d’exemple, une découverte fortuite permettra de renseigner la localisation d’un site, mais pas son phasage ou ses productions, à l’inverse d’un site fouillé ou diagnostiqué.

19L’intérêt de cette démarche est double : elle permet d’enregistrer un grand nombre de sites ainsi que des données issues d’opérations de nature différente, et donc de qualité plus ou moins bonne. Il est ainsi possible de traiter, au sein d’une même base, des informations issues des deux ensembles documentaires. Cette démarche facilite par la suite le traitement spatial et statistique des données.

Le traitement des données : analyse spatiale des établissements rèmes

L’Aisne : première approche de l’espace rural en territoire rème

20Le fonds documentaire du département de l’Aisne a été dépouillé et permet une première approche de l’espace rural du territoire des Rèmes. En comparant les données issues de toutes les opérations archéologiques, plusieurs aspects peuvent être mis en évidence. Au total, 252 sites ont été mis au jour par l’intermédiaire d’opérations préventives et programmées, contre 1 027 issus de la carte archéologique. Il s’agit principalement pour cette dernière de prospections aériennes, pédestres ou de découvertes fortuites. On constate d’ores et déjà que les prospections aériennes et pédestres sont surreprésentées, tandis que les opérations préventives et programmées représentent un nombre assez faible de sites (fig. 4).

Fig. 4 : Répartition quantitative des sites en fonction du type d’opération

Fig. 4 : Répartition quantitative des sites en fonction du type d’opération

21À l’échelle du territoire, c’est du point de vue spatial que l’on observe un hiatus important entre les données issues de prospections, de découvertes fortuites et celles issues de l’archéologie préventive et programmée (fig. 5). Tandis que les données de prospections permettent d’avoir une vision globale, mais imprécise, du territoire, les données issues des rapports d’opération sont beaucoup plus éparses et localisées, mais plus complètes.

Fig. 5 : Cartes de localisations comparatives des indices de sites issus de la carte archéologique et des rapports d’opération

Fig. 5 : Cartes de localisations comparatives des indices de sites issus de la carte archéologique et des rapports d’opération

SIG et DAO M. Dessaint.

22En effet, les données de prospection permettent de renseigner des zones rurales isolées, qui font rarement l’objet d’aménagements, et donc de fouilles préventives. Dans l’Aisne, les fouilles préventives précèdent essentiellement la construction d’éoliennes ou la mise en place de carrière de grès, notamment sur les bords de l’Aisne. La surface observée est donc très réduite. Les prospections pédestres, bien que nous donnant des informations chronologiques et fonctionnelles très imprécises, constituent des indices d’une occupation du sol, notamment à la période romaine (fig. 5). Bien entendu, il est évident que la répartition des sites découverts par prospection dépend des zones survolées, mais plusieurs observations intéressantes peuvent être faites. En effet, on constate l’attractivité des cours d’eau et des voies (fig. 5). Sans se concentrer uniquement sur l’Aisne, qui fait l’objet d’un programme de recherche depuis une trentaine d’années et où une multitude de sites ont été mis au jour, on constate un nombre important de sites sur les bords de l’Oise. De plus, les agglomérations secondaires, telles que Sinceny, Laon ou Nizy-le-Comte, sont également des zones privilégiées pour l’installation des sites funéraires et d’habitat (fig. 5). Enfin, l’étude des données de prospection permet d’aborder la question de l’organisation du territoire et plus particulièrement celle de l’orientation des habitats.

23Les données issues des fouilles préventives et programmées nous donnent quant à elles une image plus précise de la morphologie des sites, de l’architecture des bâtiments et des différentes phases d’occupation. Certains sites de l’Aisne sont très bien connus grâce à des opérations préventives, à l’instar de la périphérie de Laon, qui a fait l’objet de plusieurs fouilles et diagnostics, menés par le service archéologique de la ville de Laon et le département de l’Aisne. Ces opérations ont précédé la mise en place de la zone d’aménagement concertée du Griffon. 17 occupations, comprenant des sites d’habitat, funéraires et artisanaux, ont été mises au jour. Leur fouille a permis de mettre en lumière l’évolution d’un ensemble d’établissements ruraux entre La Tène D1/D2 et le IIIe siècle ap. J.-C. (Achard et al., à paraître, p. 508). De plus, les études spécialisées réalisées sur le mobilier découvert permettent de préciser l’économie de ces établissements, principalement tournés vers l’élevage de caprinés et la culture de céréales (variant selon les périodes historiques) (Achard et al., à paraître, p. 507). À titre de comparaison, dans le département voisin de la Marne, la mise en place de la ZAC de Bezannes, à proximité de Reims, a également permis d’appréhender, sur une grande surface, l’évolution de plusieurs établissements ruraux, de leur organisation et de leur production (Achard et al., à paraître, p. 516).

24Si les données anciennes et de prospection nous donnent une idée de la répartition des sites sur un territoire et constituent des indices de l’occupation du sol à une certaine période, elles induisent néanmoins des hiatus chronologiques importants. Dans l’Aisne, on constate clairement une surreprésentation de sites datés de la période antique dans les données issues des prospections pédestres par rapport aux sites d’autres périodes, probablement en raison de leur identification plus facile (fig. 6). De plus, les datations de ces sites restent très vagues et il est souvent impossible de dégager un phasage. Il faut donc prendre avec précaution les datations issues de ce type d’opération et privilégier, pour étudier ce territoire d’un point de vue chronologique, celles des opérations programmées et préventives.

Fig. 6 : Nombre de sites par grande phase chronologique en fonction du type d’opération réalisé

Fig. 6 : Nombre de sites par grande phase chronologique en fonction du type d’opération réalisé

25L’étude de l’espace rural des Rèmes dans l’Aisne réunit des données anciennes et actuelles, qui doivent être utilisées à différents niveaux d’analyse pour éviter toute surinterprétation. Cette complémentarité des sources s’exprime à la fois à l’échelle du territoire, lors de l’analyse spatiale, mais également à l’échelle d’un site en particulier, durant son étude.

Complémentarité des sources à l’échelle du site : l’établissement rural des « Grèves »

26Le site des « Grèves » se situe sur la commune de Beaurieux, à proximité de l’Aisne (fig. 7). Depuis les années 1970, il fait l’objet d’une surveillance particulière par l’Unité de recherche archéologique n° 12 (URA 12), dans le cadre des fouilles de la vallée de l’Aisne. Suite à sa découverte en prospection aérienne par Michel Bourreux dans les années 1970 (fig. 7), plusieurs campagnes de fouilles programmées y ont été réalisées entre 1984 et 1987 sous la direction de Colin Haselgrove (Haselgrove, 1987). Plus récemment, le diagnostic réalisé par Bénédicte Hénon, avant la mise en place d’une carrière d’extraction de granulats (Hénon et al., 2013), a apporté des informations nouvelles. Au total, ces recherches illustrent l’apport des différentes sources appliquées à un même site et montrent les avantages et inconvénients de trois types d’opérations différentes menées sur un site.

Fig. 7 : Localisation et photographie aérienne du site du site des Grèves à Beaurieux

Fig. 7 : Localisation et photographie aérienne du site du site des Grèves à Beaurieux

SIG et DAO M. Dessaint.

27La prospection avait permis d’identifier la morphologie du site, et plus particulièrement la forme de l’enclos, et de proposer une première identification de sa nature, de sa superficie et des occupations probables aux alentours (fig. 7). Elle donne également une datation globale du site archéologique. Enfin, on peut constater que certaines unités architecturales sont très visibles, comme les bâtiments de grand gabarit sur poteaux situés dans la partie est de l’enclos (fig. 7).

28Les campagnes de fouille ont permis de mettre au jour un établissement rural occupé entre le Hallstatt et la fin de la période romaine (fig. 8). La fouille apporte des éléments de datation très précis, notamment pour la période romaine, durant laquelle quatre phases d’occupations se succèdent entre le Ier siècle ap. J.-C. et la fin du IVe siècle ap. J.-C. Cette opération permet également une analyse détaillée et précise du mobilier archéologique, ainsi que la découverte de petits modules fossoyés et de fondations maçonnées, qui n’étaient pas visibles en prospection aérienne. La fouille complète les informations déjà connues grâce à la prospection aérienne, qui apportait une vision de l’ensemble du site et de son environnement. Ces deux opérations sont complémentaires et permettent d’apporter des informations différentes pour la compréhension de ce site.

Fig. 8 : Plan d’ensemble des secteurs de fouille et localisation des vestiges mis au jour

Fig. 8 : Plan d’ensemble des secteurs de fouille et localisation des vestiges mis au jour

Haselgrove, 1987. SIG et DAO M. Dessaint.

29En 2012, les tranchées réalisées dans le cadre du diagnostic préventif ont permis d’apporter des éléments nouveaux sur la nature du site et son organisation. L’enclos visible en prospection aérienne, et non lors de la fouille programmée, a été mis au jour et daté de manière plus précise. Il faut également souligner que l’organisation spatiale du site, notamment la répartition des différents bâtiments au sein de l’enclos, nous apparaît plus clairement après cette opération (fig. 9). Le diagnostic ne permet qu’une fouille partielle des structures. La présence de certains bâtiments reste donc hypothétique. En outre, l’étendue de cette opération préventive a permis de mettre au jour d’autres occupations à proximité immédiate de l’établissement rural. L’environnement du site est donc précisé et le diagnostic se révèle complémentaire de la prospection aérienne et de la fouille programmée.

Fig. 9 : Repositionnement des différentes opérations réalisées sur le site des Grèves

Fig. 9 : Repositionnement des différentes opérations réalisées sur le site des Grèves

D’après Hénon, 2013 et Haselgrove, 1987. SIG et DAO M. Dessaint.

30L’étude du site des « Grèves » à Beaurieux montre la complémentarité des différents types de sources, anciennes ou récentes. Les inconvénients qu’implique nécessairement une source concernant la compréhension d’un site archéologique sont comblés par les avantages d’une autre. Ce cas n’est pas isolé et se retrouve également dans le reste du territoire des Rèmes. Dans le département des Ardennes, à Acy-Romance, un village protohistorique fut découvert lors de prospections aériennes menées par Bernard Lambot en 1979, puis fouillé entre 1988 et 2003 (Lambot et Méniel, 1992). Il en est de même dans la Marne avec le site du Haut Nervas, mis au jour par Alain Koehler lors de diagnostics mais également repéré grâce à l’étude de photographies aériennes de 1992 alors disponibles sur le portail de l’IGN (Koehler, 2004, p. 99 ; fig. 10). De fait, plusieurs ensembles ont fait l’objet d’opérations très différentes mais complémentaires les unes des autres, ce qui permet d’avoir une vision presque complète des sites archéologiques.

Fig. 10 : Structures mises au jour lors du diagnostic du site de « la Croix Muiron » et localisation des structures identifiées sur cliché IGN

Fig. 10 : Structures mises au jour lors du diagnostic du site de « la Croix Muiron » et localisation des structures identifiées sur cliché IGN

Source : D’après Koehler, 2004, p. 99. SIG Y. Rabasté.

31L’étude d’un territoire ou d’un site archéologique confronte l’archéologue à des problèmes de sources, qui peuvent entraîner des biais et hiatus importants. L’étude du territoire des Rèmes mobilise un nombre important de données dont la qualité est très variable. Pour pallier ces différents problèmes, l’enregistrement des sites, standardisé en amont du dépouillement, doit permettre la discrimination des données et leur hiérarchisation, afin de pouvoir faire des requêtes logiques et réfléchies sur un corpus important. En fonction de l’échelle d’étude, les sources utilisées peuvent nous apporter différentes informations. Néanmoins, il est nécessaire de les employer à bon escient et surtout de distinguer différents niveaux d’analyse possibles, en fonction de l’origine des données. En réponse aux nombreux biais qu’implique la variabilité des sources, la mise en place de fenêtres d’étude peut être pertinente lors de l’examen d’un territoire aussi vaste. Ces fenêtres permettent de se concentrer sur des zones bien documentées par les prospections, mais aussi les fouilles programmées et préventives. Les biais scientifiques, les hiatus chronologiques et géographiques qu’elles impliquent sont indéniables et doivent être pris en compte et explicités lors de l’interprétation des données. La première approche spatiale du territoire des Rèmes dans l’Aisne ainsi que l’exemple du site de Beaurieux mettent en lumière les différents aspects que peut éclairer chaque type d’opération. Ces dernières sont toutes lacunaires dans un domaine : qu’il soit spatial, chronologique ou qu’il concerne la nature du site. Néanmoins, une complémentarité s’exerce entre ces différentes données et permet une approche presque complète d’un territoire ou d’un site archéologique.

Bibliographie

Achard-Corompt N., Audebert A., Dessaint M., Durost R., Le Quellec V. (à paraître), « Les modes d’occupations du sol chez les Rèmes », dans M. Reddé (dir.), Gallia rustica. Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’Âge du Fer à l’Antiquité tardive, Bordeaux, Ausonius, p. 499-558.

Achard-Corompt N., Kasprzyk M, Durost R., Bontrond R. (2016), « Présence des élites en milieu rural en territoires rèmes et tricasse durant le Haut-Empire. L’apport dans les monuments funéraires », dans J.-N. Castorio, Maligorne Y. (dir.), Mausolées et grands domaines ruraux à l’époque romaine dans le nord-est de la Gaule, Bordeaux, Ausonius, p. 35-65.

Blancquaert G., Marion S. (2000), Les installations agricoles de l’âge du Fer en France septentrionale, Paris, Presses de l’École normale supérieure.

Bourreux M. (1974), « Prospections aériennes des vallées de l’Aisne et de la Vesle », Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 2, p. 179-195.

Desportes P. (1983), Histoire de Reims, Toulouse, Privat.

Haselgrove C. (1987), « Rescue Excavation at Beaurieux “Les Grèves” and at Missy-sur-Aisne “Le Culot”. The Aisne Valley Survey Programme », Les fouilles protohistoriques dans la vallée de l’Aisne, 14, p. 140-153.

Hénon B. (2013), Beaurieux (Aisne), « Les Grèves », Tranche 1b, rapport de diagnostic archéologique, Amiens, Inrap.

Jung C. (2006), « La photo et carto-interprétation », dans A. Ferdière (dir.), La prospection, Paris, Errance (Archéologiques), p. 135-166.

Koehler A. (2004), Habitats laténiens, implantations et structures. Reims « La Croix Muiron », « Le Haute Nervas », Cernay-lès-Reims, « Les Champs Virés », « La Borne Saint-Laid », Caurel « Le Puisard » III, rapport de fouilles, Metz, Inrap.

Lambot B., Meniel P. (1992), Le site protohistorique d’Acy-Romance (Ardennes), I. L’habitat gaulois (1988-1990), Reims, Mémoire de la Société archéologique champenoise.

Malrain F., Blancquaert G., Lorho T. (2013), L’habitat rural du second âge du Fer. Rythme de création et d’abandon au Nord de la Loire, Paris, Inrap/CNRS.

Reddé M. (2017), Fermes et villae romaines en Gaule Chevelue. La difficile confrontation des sources classiques et des données archéologiques, Paris, p. 47-74.

Spiesser J., Petit C., Giosa A. (à paraître), Synthèse sur les campagnes gauloises et gallo-romaines des cités nord de la basse vallée de la Seine.

Van Ossel P. (1992), Établissements ruraux de l’Antiquité tardive dans le nord de la Gaule, Paris, CNRS.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Emprise restituée du territoire des Rèmes durant le Haut Empire
Crédits Source : D’après Achard et al., 2016, p. 37. DAO M. Dessaint.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-1.jpg
Fichier image/, 932k
Titre Fig. 2 : Répartition spatiale des sites mis au jour lors de prospections aériennes et pédestres
Crédits SIG et DAO M. Dessaint.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-2.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 3 : Discrimination des trois principaux critères au sein de la base de données
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-3.jpg
Fichier image/, 680k
Titre Fig. 4 : Répartition quantitative des sites en fonction du type d’opération
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-4.jpg
Fichier image/, 696k
Titre Fig. 5 : Cartes de localisations comparatives des indices de sites issus de la carte archéologique et des rapports d’opération
Crédits SIG et DAO M. Dessaint.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-5.jpg
Fichier image/, 1,1M
Titre Fig. 6 : Nombre de sites par grande phase chronologique en fonction du type d’opération réalisé
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-6.jpg
Fichier image/, 824k
Titre Fig. 7 : Localisation et photographie aérienne du site du site des Grèves à Beaurieux
Crédits SIG et DAO M. Dessaint.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-7.jpg
Fichier image/, 2,0M
Titre Fig. 8 : Plan d’ensemble des secteurs de fouille et localisation des vestiges mis au jour
Crédits Haselgrove, 1987. SIG et DAO M. Dessaint.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-8.jpg
Fichier image/, 1,3M
Titre Fig. 9 : Repositionnement des différentes opérations réalisées sur le site des Grèves
Crédits D’après Hénon, 2013 et Haselgrove, 1987. SIG et DAO M. Dessaint.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-9.jpg
Fichier image/, 1,7M
Titre Fig. 10 : Structures mises au jour lors du diagnostic du site de « la Croix Muiron » et localisation des structures identifiées sur cliché IGN
Crédits Source : D’après Koehler, 2004, p. 99. SIG Y. Rabasté.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19438/img-10.jpg
Fichier image/, 870k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
ArScan UMR 7041, Archéologie de la Gaule et du monde antique (GAMA)
Thèse sous la direction d’Olivier de Cazanove et Michel Reddé : « Les établissements ruraux du territoire des Rèmes. Formes, évolutions et dynamiques de peuplement entre le milieu du iiie siècle av. J.-C. et le vie siècle ap. J.-C. »

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter