Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biais, hiatus et absences en archéologie

 | 
Elisa Caron-Laviolette
, 
Nanouchka Matomou-Adzo
, 
Clara Millot-Richard
, 
et al.

Le cas des silex indéterminés dans les séries lithiques

The Issue of Indeterminate Flints in Prehistoric Lithic Assemblages

Gabriel Teurquety

Résumé

La détermination de l’origine de la matière première lithique utilisée par les chasseurs-collecteurs du Paléolithique est essentielle car elle permet de reconstituer les réseaux de circulation des matériaux et nous renseigne donc sur la mobilité et le fonctionnement de ces sociétés nomades. Cependant, l’identification des gîtes est rendue compliquée par plusieurs biais et silences, semblant interdire la détermination de l’origine de certains silex. C’est le cas des silex dits « indéterminés » mis au jour dans les séries lithiques archéologiques et de ceux associés par erreur à d’autres catégories. Ces silex « indéterminés » représentent une lacune d’information et un biais évident pour comprendre l’économie des chasseurs-collecteurs. L’indétermination dérive de deux types de biais, géologiques et méthodologiques. Tout d’abord, il existe des lacunes de connaissance des ressources naturelles localisées dans l’espace. Ensuite, les gîtes peuvent être épuisés ou recouverts par des formations sédimentaires plus récentes, et sont donc inaccessibles aujourd’hui. Enfin, le périmètre de recherche des gîtes retenu par les chercheurs, souvent local ou régional, sous-estime parfois les rayons d’acquisition de matière première des sociétés préhistoriques. Cela peut conduire à omettre l’identification de matières premières plus lointaines. Pour éviter ces biais, nous proposons une approche indirecte basée sur la reconstitution des environnements de dépôt de la craie et la prise en compte systématique des ressources potentielles sur un espace suprarégional. Nous avons donc réalisé une base de données sur le contenu pétrographique des craies puis sur la macroscopie des silex de l’ensemble du Bassin parisien pour nous affranchir de présupposés de distances d’acquisition des silex. Ces données, ensuite mises en cartes, présentent des distributions intéressantes de diverses caractéristiques pétrographiques ou macroscopiques. Finalement, l’identification de ces « silex indéterminés » des séries archéologiques peut donc être issue d’une meilleure compréhension des processus géologiques de genèse des silex.

The identification of flint artifact provenance is important in documenting the mobility patterns and exchange networks of Paleolithic hunter-gather societies. The identification of source outcrops can however be difficult, and several biases and knowledge gaps appear to preclude the determination of flint origin in a certain number of artifacts. These so-called “indeterminate” flints can represent a true bias in our understanding of hunter-gatherer economies. Two types of difficulties, of geological and methodological origin, concur in complicating the identification of “indeterminate” flints. The first are the severe knowledge gaps in our understanding of the geographical distribution of natural resources. Outcrops exploited during the Paleolithic may furthermore have been entirely exhausted, or been covered by later sedimentary deposits, and can thus not be currently accessed. Moreover, in researching potential source outcrops, researchers often underestimate the true mobility range of Paleolithic raw material acquisition, leading to prospection areas of insufficient size, and to overlooking the identification of more distant raw materials.

Texte intégral

Introduction

1L’identification des gîtes de matière première utilisés durant le Paléolithique est un travail crucial pour connaître les systèmes de mobilité des sociétés nomades de chasseurs-collecteurs. Chaque distance d’un gîte de matière première au site archéologique est un indice sur l’étendue de leur territoire qui nous aide à appréhender leurs systèmes socio-économiques. Mais la détermination de l’origine des silex est une tâche parfois compromise par plusieurs biais et silences, semblant exclure la détermination de l’origine de certains silex. C’est le cas des silex classés parmi les indéterminés mis au jour dans les séries lithiques archéologiques. L’indétermination de la provenance d’un silex réside dans l’impossibilité de le rapprocher d’un matériau géologique connu. Or, les proportions de silex indéterminés, parfois faibles (Chadelle, 1983), parfois élevées (Tomasso, 2014), diminuent la validité des modèles d’acquisition et d’exploitation de la matière première minérale.

2Ces indéterminations peuvent résulter à la fois de biais méthodologiques et de la disparition de gîtes de matière première à l’affleurement. Les biais sont liés à des lacunes de connaissances de la répartition spatiale des ressources minérales ou encore à une sous-estimation des rayons d’acquisition de la matière première durant la Préhistoire. Par ailleurs, il n’est pas exclu que certains gîtes dont nous reconnaissons les matériaux archéologiques aient subi une exploitation excessive jusqu’à leur épuisement. Ils ont pu également être recouverts par des sédiments plus récents, qui les masquent actuellement.

3Afin de réduire la part des silex indéterminés dans les séries archéologiques et de permettre une interprétation plus fine de l’économie des chasseurs-collecteurs au Paléolithique, cet article propose une réflexion sur la problématique des silex indéterminés par la présentation de deux méthodes d’analyse. La première présente une répartition des silex en fonction de leurs caractéristiques macroscopiques et gîtologiques, à une échelle suprarégionale pour éviter les présupposés de distances d’acquisition de la matière première. La deuxième méthode compare le contenu sédimentaire des craies avec celui des silex indéterminés pour identifier des aires géographiques de provenance en s’affranchissant de l’accessibilité ou de la connaissance des gîtes au préalable.

Les silex d’origine indéterminée

4Les silex indéterminés au sens où nous l’employons ici, sont ceux dont l’origine géographique est encore inconnue aujourd’hui. Les gîtes d’exploitation (formations géologiques contenant la matière première exploitée), ou du moins les zones d’acquisition de la matière première, n’ont pas été identifiés. Il est possible que les prospections de gîtes aient été conduites trop localement autour des sites pour identifier les silex indéterminés d’origine plus lointaine. Ceci reflète une lacune de connaissance de la localisation des ressources dans l’espace.

5Il est possible également que des matériaux soient indéterminés quand leurs gîtes ont été épuisés et/ou masqués par des formations superficielles et ne sont donc plus observables en prospection. Ensuite, certaines de ces matières premières peuvent être issues de gîtes dont l’extension géographique est très réduite et donc avoir échappé aux prospections des géologues ou archéologues (Aubry, 1991).

6Dans cette étude, nous nous intéressons aux silex dits « inconnus » (tab. 1). Le terme « indéterminés » réfère donc aux silex non attribuables à des sources connues (en bibliographie ou en lithothèques ; Bressy, 2002). Cependant, pour une même définition, d’autres préféreront parler de silex hors référentiel (Tomasso, 2014), ou de silex d’origine inconnue (Delvigne et al., 2014a et 2014b ; Delvigne, 2016). Ce dernier auteur identifie également deux autres causes à l’indétermination des silex : les silex ubiquistes auxquels on peut attribuer plusieurs origines et les silex dont la surface de caractérisation est trop petite pour obtenir un résultat d’analyse suffisant. Céline Bressy (2002) ajoute à cette liste les silex indifférenciés. Au sein d’un type de source bien connue, on peut identifier des sous-types dont les affleurements peuvent être plus restreints. Les silex indifférenciés sont attribuables à un type mais pas à l’un de ses sous-type. Elle prend l’exemple de pièces archéologiques qu’elle associe au type gîtologique barrémo-bédoulien, mais dont la caractérisation ne permet pas une attribution plus fine. Contrairement aux silex ubiquistes, dont la source reste inconnue, la source de matière première est ici identifiée.

Tab. 1 : Présentation des différentes causes de l’indétermination de l’origine des silex et lexique employé par les archéologues pour définir les différentes formes de silex indéterminés

Tab. 1 : Présentation des différentes causes de l’indétermination de l’origine des silex et lexique employé par les archéologues pour définir les différentes formes de silex indéterminés

7Par ailleurs, les silex patinés ou chauffés présentent des altérations de surface qui masquent souvent les critères observables de détermination permettant de caractériser les silex et de potentiellement les identifier. Ils sont dits indéterminables, appellation généralement retenue pour parler des silex trop altérés, ou non identifiables (Turq, 2005). Seule cette catégorie de silex est exclusivement appelée indéterminable par tous les auteurs.

8Malgré l’avancée des méthodes de caractérisation, certains matériaux restent indéterminés, en des proportions plus ou moins importantes (tab. 2). La proportion de silex indéterminés est souvent faible, ce qui permet néanmoins une approximation correcte des circulations de matériaux. Parfois, les silex indéterminés avoisinent les 50 %, comme c’est le cas du gisement de Monte Frigone II (Tomasso, 2014). De telles valeurs biaisent les interprétations sur l’acquisition des matériaux. Les silex indéterminés peuvent être d’origine soit locale soit plus lointaine. Au début des années 1980, on tentait plutôt d’attribuer les silex inconnus à une origine locale (Torti, 1980 ; Demars, 1984), ce qui a généré des désaccords entre chercheurs (Masson, 1982 ; Demars, 1982). Encore actuellement, les auteurs supposent des origines locales (par exemple Depaepe, 2003 pour le Paléolithique moyen de la vallée de la Vanne ; Pasty et al., 2004 pour le Paléolithique moyen des Fendeux) ou inversement des origines éloignées (Chiotti et al., 2003 pour la couche 7 de l’abri Pataux ; Bon et al., 2005 pour l’Aurignacien de la Tuto de Camalhot). Précisons que la méconnaissance des ressources et de leur répartition produit également des erreurs d’interprétation de provenance. Ce fut, par exemple, le cas pour les silex blonds des sites du Massif central, ou bien pour 4 % des pièces magdaléniennes de Canecaude pour lesquels l’hypothèse retenue initialement était la plus locale (Grégoire, 2000), et qui ont depuis été attribués à un rayon d’acquisition plus important (Grégoire et Bazile, 2005).

Tab. 2 : tableau de proportions de silex indéterminés et indéterminables mis au jour par certaines études dans les séries lithiques archéologiques

Tab. 2 : tableau de proportions de silex indéterminés et indéterminables mis au jour par certaines études dans les séries lithiques archéologiques

Les pourcentages sont réalisés sur les effectifs des pièces archéologiques, excepté pour le Gravettien du Flageolet dont le pourcentage est exprimé à partir du poids.

La lecture des notices géologiques

  • 1 Nous avons exclu l’utilisation des forages car ils ne correspondent pas au contexte d’acquisition d (...)

9Cette démarche consiste à recenser des matériaux pouvant correspondre aux silex inconnus retrouvés par les préhistoriens. Les documents attestant et décrivant les silex à l’affleurement sont les notices des cartes géologiques réalisées par le Bureau de recherche géologique et minière (BRGM)1. Même si les géologues ne portent pas, le plus souvent, un grand intérêt au silex (Bressy, 2002 ; Teurquety, 2014), puisqu’ils s’attachent surtout à comprendre l’histoire géologique d’une région, chaque information reportée, que ce soit sur les silex ou sur le contenu pétrographique de la craie, peut permettre de retrouver les matériaux d’origine indéterminée.

10Les pétroarchéologues connaissent ces données mais leur utilisation a souvent été limitée à la prospection et à un usage très local. Pour répondre à la question des silex indéterminés, nous avons choisi une approche suprarégionale, en travaillant sur la craie du Bassin parisien, source incontestable de silex (Mégnien, 1980). L’approche est fondée sur trois résultats géologiques liés à la formation des silex et à la géologie du bassin sédimentaire.

11Les caractères macroscopiques d’un silex sont attribués à sa genèse. Le phénomène d’épigénie est dépendant de la disponibilité en silice dissoute et affecte préférentiellement certaines structures, probablement plus poreuses, comme les terriers. Cela explique l’existence de silex tuberculés, branchus ou digités. Les conditions de genèse des silex déterminent des caractéristiques particulières : morphologie, quantité, dimension, couleur (dans une certaine mesure).

12Le silex enregistre le milieu de sédimentation des craies dont il est issu. Lors de la genèse des silex par épigénie, les carbonates sont remplacés par de la silice. La minéralogie change, mais l’agencement des grains entre eux, et la nature de ces grains (restes fossiles, pellets, végétaux), directement reliés à un environnement sédimentaire, peuvent être conservés (Clayton, 1984), à condition que le silex n’ait pas subi une pédo-altération trop complexe (Fernandes, 2012).

13Les environnements sédimentaires de la craie sont variés et possèdent une extension paléogéographique donc géographique, limitée : les conditions de sédimentations varient latéralement pour un même âge géologique. Suivant la distance au continent, certains paramètres vont varier tels que la profondeur d’eau, les apports sédimentaires continentaux, et l’écologie (fig. 1).

Fig. 1 : Domaines paléogéographiques génériques et critères de caractérisation des milieux de dépôts marins carbonatés

Fig. 1 : Domaines paléogéographiques génériques et critères de caractérisation des milieux de dépôts marins carbonatés

Les éléments figurés identifiés lors de la caractérisation des craies par les géologues sont caractéristiques de certains milieux de sédimentation. Ils correspondent à des fossiles dont les milieux de vies sont définis par des conditions physico-chimiques particulières, et à des minéraux caractéristiques d’un type de sédimentation.

D’après les cours en ligne de l’université de Picardie de Jacques Beauchamps et Bressy, 2002.

Analyser les données sur les silex pour mieux connaître la distribution des ressources minérales

14Les silex, issus de la craie, sont disposés en lits, ou bien de manière éparse ; ils sont de forme, de couleur et de dimensions diverses et variées. Nous proposons donc de les cartographier en fonction de ces caractéristiques macroscopiques et gîtologiques décrites dans les notices géologiques. Le but de cette méthode est de réaliser des rapprochements entre une pièce lithique « indéterminée » et un espace géographique plus ou moins éloigné du gisement étudié en la comparant aux distributions obtenues. Ce travail repose donc sur le dépouillement systématique de 250 notices géologiques du Bassin parisien, à la recherche d’informations qualitatives et descriptives sur les silex du Crétacé supérieur (présence, quantité, forme, couleur, distribution dans la craie, couleur du cortex, épaisseur du cortex).

Analyser les données de la craie pour identifier des gîtes disparus

15La craie du Bassin parisien correspond à des dépôts carbonatés de plateforme continentale de milieu marin peu profond compris entre 50 et 200 mètres de profondeur (Foucault et Raoult, 2005 ; Michel, 2008). Les craies ont donc longtemps été considérées comme ne possédant que très peu de variations latérales de faciès. Pourtant, la craie du Crétacé supérieur montre très clairement une diversité de faciès sédimentaires : craie micacée ou tuffeau, craie blanche, craie argileuse, marne calcaire, marne, marne argileuse, argile crayeuse ou marneuse. Ces sédiments correspondent à des milieux de dépôts différents allant du domaine de plateforme interne à des environnements plus profonds de plateforme externe ou de talus continental (Lasseur, 2007).

16Les gisements recouverts par des sédiments quaternaires (limons des plateaux, colluvions, alluvions) ou bien épuisés par l’exploitation préhistorique génèrent nécessairement un hiatus d’information. Cependant, si le gîte de silex n’existe plus aujourd’hui, il est possible qu’une partie de la craie soit encore en place. Si c’est le cas, sa description pétrographique existe certainement dans les notices géologiques. Or, comme les silex résultent de l’épigénie d’une partie de la craie, leur contenu pétrographique est relativement similaire. Il est donc possible de comparer le contenu pétrographique de silex indéterminés préalablement caractérisés avec celui des craies du Bassin parisien à la manière de la pétroarchéologie traditionnelle (Valensi, 1955 ; Séronie-Vivien, 2003). Nous avons donc réalisé un deuxième dépouillement systématique des notices géologiques du Bassin parisien en nous concentrant sur les descriptions du contenu pétrographique de la craie, c’est-à-dire sur les éléments visibles en pétrographie relatifs au milieu de dépôt (fossiles, minéraux), aussi appelés éléments figurés. Ces informations ont ensuite été mises en cartes pour visualiser la distribution géographique de ces éléments.

Bases de données et cartographie sous ArcGis

17Ce travail traite les formations du Crétacé supérieur du Bassin parisien qui sont les plus riches en silex et dont l’utilisation est bien attestée au Paléolithique. Le Crétacé supérieur est divisé en cinq étages : Cénomanien, Turonien, Coniacien, Santonien et Campanien, chacun possédant des silex aux caractéristiques variées. Une base de données a été réalisée pour chaque étage. Les données présentées sont issues d’un dépouillement systématique de 250 notices des cartes géologiques (1 : 50 000e ) du BRGM. Les données pétrographiques de la craie et les descriptions des silex ont été traitées séparément pour répondre respectivement au problème des silex dont les gîtes sont inaccessibles et à celui des silex indéterminés dus à une méconnaissance des ressources dans l’espace. Pour un étage géologique, chaque notice analysée est un individu de la table de données (lignes). Ces individus sont décrits par des variables (colonnes) concernant soit les informations des silex, soit celles sur la pétrographie de la craie. Ces variables peuvent alors prendre différentes valeurs qualitatives ; par exemple : jaune, brun (etc.) pour la variable couleur et absent ou présent pour la variable bivalve.

Distributions géographiques des silex du Turonien

18Les silex du Turonien ont fait l’objet de nombreux travaux (Masson, 1981 ; Demars, 1982 ; Giot et al., 1986 ; Digan, 2003 et 2006 ; Surmely et Pasty, 2003 ; Fontana, 2005 ; Surmely et al., 2008a ; Surmely, Costamagno et al., 2008 ; Fontana et al., 2009 ; Delvigne, 2016 ; Delvigne et al., 2017), car ils ont été utilisés à la fois localement (en Touraine) comme on pourrait s’y attendre, mais également dans le Massif central à plusieurs centaines de kilomètres de leurs gîtes. Ils représentent donc de bons candidats pour la calibration et le test de ces deux méthodes.

Distribution des éléments pétrographiques de la craie au sein du Bassin parisien

19Le dépouillement des notices a permis l’identification de plus de dix-huit éléments présents dans la craie et susceptibles de l’être dans les silex : des minéraux (quartz, muscovite, glauconie), et des fossiles (foraminifères, échinides, spongiaires, ophiuridés, bivalves, serpulidés, bryozoaires, brachiopodes, ostracodes, céphalopodes, crustacés, astéridés, cnidaires, radiolaires, restes de poissons). Nous avons cartographié leur distribution spatiale sous forme de présence/absence. Il était impossible d’utiliser les descriptions semi-quantitatives (« rare », « abondant », « peu abondant ») puisque l’usage de ces termes dépend de chaque auteur des notices géologiques. Certains de ces dix-huit éléments ne sont pas présentés ici, soit parce qu’ils ne sont pas observables dans les silex (céphalopodes, nannoplancton), soit parce qu’ils sont trop rarement décrits (crustacés, restes de poissons, radiolaires, gastéropodes).

20La cartographie des éléments figurés pétrographiques issus des données de la craie du Turonien (inférieur, moyen et supérieur), montre trois grandes catégories de distributions géographiques. La première catégorie montre des régions bien individualisées (fig. 2). La deuxième catégorie présente des distributions en éléments ubiquistes (fig. 3) et la dernière correspond à des distributions géographiques plus complexes (fig. 4).

Fig. 2 : Cartes de répartitions d’éléments figurés de la craie turonienne dont la distribution géographique est discriminante

Fig. 2 : Cartes de répartitions d’éléments figurés de la craie turonienne dont la distribution géographique est discriminante

CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.

21Le quartz (fig. 2) est exclusivement localisé au sud du Bassin parisien et cela, durant tout le Turonien. Les serpulidés (fig. 2) et les ostracodes, faune de plateforme interne, sont présents uniquement dans la partie sud du Bassin parisien, dans le faciès de tuffeau de Touraine. Ces répartitions correspondent aux cartes paléogéographiques proposées dans la Synthèse géologique du bassin de Paris (Mégnien, 1980), où l’on retrouve les faciès de sédimentation moins profonde dans le sud du bassin correspondant, au Turonien, à des dépôts de bordure de bassin. D’autres éléments sont présents dans deux régions : les bryozoaires (fig. 2) sont présents dans le sud du bassin et à la jonction Picardie-Normandie. De même, la glauconie (fig. 2) se retrouve dans deux régions distinctes : le sud et le nord-est (particulièrement pour le Turonien moyen et supérieur). Un silex contenant de la glauconie pourrait donc provenir de l’une ou l’autre de ces deux régions.

22Les éléments ubiquistes (fig. 3) présentent, par définition, des répartitions beaucoup moins discriminantes du point de vue géographique. Ils sont donc beaucoup moins intéressants pour identifier l’origine des silex indéterminés, mais ils sont malgré tout utiles car la recherche de l’origine d’un silex s’effectue en considérant les assemblages en éléments figurés. Parmi les éléments ubiquistes, on trouve les échinides, les spongiaires ou les ophiuridés (fig. 3). Il semble toutefois que les spongiaires du Turonien inférieur et du Turonien moyen soient davantage reconnus dans le sud du Bassin.

Fig. 3 : Cartes de répartitions d’éléments figurés de la craie turonienne dont la distribution géographique est ubiquiste

Fig. 3 : Cartes de répartitions d’éléments figurés de la craie turonienne dont la distribution géographique est ubiquiste

CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.

23Les éléments suivants sont des groupes de faune pour lesquels il faut prendre quelques précautions. Les familles de foraminifères aussi bien que de bivalves doivent être individualisées car certaines espèces sont inféodées à des milieux de vie différents (fig. 4). Parmi les bivalves, les inocérames sont plus ubiquistes alors que les ostréidés, mytiloïdes et pectens ont des milieux de vie plus proximaux (proche du littoral), on les retrouve donc plutôt au sud du Bassin parisien. Néanmoins, les bivalves restent rares dans les silex, et sont présents à l’état de fragments rendant leur détermination taxonomique difficile.

Fig. 4 : Cartes de répartitions d’éléments figurés fossiles de la craie turonienne dont la distribution géographique est complexe

Fig. 4 : Cartes de répartitions d’éléments figurés fossiles de la craie turonienne dont la distribution géographique est complexe

Ces deux groupes possèdent des taxons dont les milieux de vies sont variés. Par conséquent l’interprétation de leur répartition paléogéographique doit être basée sur le nom de ces taxons pour avoir pour pouvoir différencier les différents milieux, du littoral à la plateforme externe.
CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.

24Parmi les foraminifères, on doit dans un premier temps distinguer les familles planctoniques des benthiques. Ensuite, il faut séparer les espèces benthiques exclusivement présentes sur la plateforme interne (benthiques arénacés) et les espèces benthiques adaptées aux milieux plus profonds (benthiques perforés) (fig. 1, fig. 4). Les espèces planctoniques peuvent être présentes sur l’ensemble de la plateforme (fig. 1), mais lorsque ce sont les seuls foraminifères présents, le milieu est nécessairement externe. Finalement, les configurations d’assemblages possibles entre ces trois groupes correspondent à des milieux de sédimentation différents dont la répartition est présentée sur la figure 4.

25La répartition de ces faunes caractérise des environnements plus distaux au nord et des environnements proximaux au sud mais il reste le risque que les notices géologiques soient incomplètement renseignées en termes de contenu paléontologique.

Les données macroscopiques des roches siliceuses

26Après dépouillement des notices géologiques du Crétacé supérieur (Cénomanien, Turonien, Coniacien, Santonien et Campanien), sept grands types de descripteurs de silex ont été retenus. Certains concernent la qualité et la nature du gîte : morphologie, dimension, quantité et position du silex dans la craie, alors que d’autres caractérisent la couleur du silex, la couleur du cortex et son épaisseur.

27La figure qui suit (fig. 5) illustre quelques-uns de ces résultats pour le Turonien. Les silex turoniens sont mentionnés sur 147 notices. Le silex est donc présent sur 86,5 % de l’aire d’affleurement du Turonien qui se répartit sur l’ensemble de la couronne du Bassin parisien.

28La couleur des silex est décrite globalement par les géologues mais cette donnée subjective ne permet pas de proposer des provenances précises. De plus, la variabilité locale de cette caractéristique peut être forte et reflète une altération du matériau. C’est probablement pour cela que la couleur jaune est déclinée sous une multitude de valeurs : jaune cire, miel, jaunâtre, beige, blond, orange, en fonction de la quantité d’oxydes. En revanche, la distribution des silex noirs et des silex clairs montre clairement une réelle dichotomie : les silex noirs sont présents dans toutes les régions du Bassin parisien alors que les silex clairs sont uniquement présents au sud du Bassin.

Fig. 5 : Carte de répartition de données macroscopiques et gîtologiques issues du dépouillement des notices géologiques

Fig. 5 : Carte de répartition de données macroscopiques et gîtologiques issues du dépouillement des notices géologiques

CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.

29La morphologie, la quantité ou la dimension des silex montrent également des spécificités géographiques. Les silex « plats », décrits comme « tabulaires » ou « en table », « laminaires » ou encore « en dalle » se retrouvent dans le sud du Bassin parisien, même si quelques silex tabulaires sont présents plus au Nord, sur les cartes de Méru et Gournay. Les silex pressigniens affleurant souvent en dalles correspondent bien à cette répartition. Les rognons de silex sont présents dans tout le bassin, et leur forme peut varier d’une région à l’autre.

30Nous avons ensuite évalué le nombre de type de silex présents sur chacune des cartes géologiques. Cette estimation est basée sur plusieurs critères (couleur, morphologie, type de cortex…). La partie nord du bassin ne montre en moyenne qu’un seul type de silex décrit dans la notice En revanche, le sud du Bassin parisien possède plusieurs silex dont les caractères macroscopiques et gîtologiques sont différents. Cette variabilité peut aller jusqu’à l’identification de huit types de silex pour une même carte géologique.

Fig. 6 : Cartes de répartitions des ostracodes et des brachiopodes dans les craies turoniennes

Fig. 6 : Cartes de répartitions des ostracodes et des brachiopodes dans les craies turoniennes

CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.

Évaluation et validation de la méthode

31La distribution des éléments figurés contenus dans les craies permet d’identifier des grandes régions bien distinctes. Pour définir la ou les origines géographiques possibles d’un silex, il faut que son contenu en éléments figuré corresponde à celui d’une de ces régions.

32Pour évaluer la méthode, nous avons construit une démarche en deux temps : valider les données des craies en les comparant avec des silex turoniens connus, puis dans un second temps tenter d’identifier l’origine des silex indéterminés. Pour réaliser ce test, nous avons utilisé les descriptions de silex turoniens et des silex marins indéterminés dans la littérature (Delvigne, 2016).

33Les silex du Turonien inférieur de la basse vallée du Cher et le Turonien supérieur de Touraine sont bien connus (Masson, 1981 ; Giot et al., 1986 ; Aubry, 1991 ; Aubry and Mangado Llach, 2003 ; Primault, 2003 ; Surmely and Pasty, 2003 ; Fontana et al., 2009 ; Delvigne, 2016 ; Delvigne et al., 2017). Les craies de la basse vallée du Cher (fig. 2, fig. 3, fig. 4) contiennent des bryozoaires, des échinides et des foraminifères planctoniques, du quartz et des spongiaires (excepté sur la carte de Saint-Aignan : « non renseigné ») et de la glauconie (excepté sur la carte de Levroux). Le contenu des craies et des silex du Turonien inférieur est identique. Pour le Turonien supérieur de Touraine, on identifie dans les craies comme dans les silex, la présence de foraminifères benthiques, de quartz, de bryozoaires, d’échinides, de glauconie, de spongiaires, de bivalves, de serpulidés et parfois d’ostracodes.

34La méthode de comparaison du contenu des craies et des silex ayant été validée, nous avons tenté d’attribuer une origine géographique aux silex indéterminés présentés dans le tableau 3. Certaines indéterminations peuvent être levées.

Tab. 3 : Tableau des descriptions pétrographiques de silex turonien et de silex indéterminés issues des données de thèse de Vincent Delvigne

Tab. 3 : Tableau des descriptions pétrographiques de silex turonien et de silex indéterminés issues des données de thèse de Vincent Delvigne

35Les silex D0213 contiennent des foraminifères benthiques et planctoniques, des bryozoaires, des échinides, des spongiaires, des brachiopodes et des ostracodes, mais aucun grain de glauconie : on peut donc en déduire que les silex D0213 proviennent du sud du Bassin. Il est possible de restreindre l’origine de ces silex à l’étage du Turonien inférieur qui présente des brachiopodes (fig. 6) et une distribution très éparse en glauconie par rapport aux deux étages supérieurs (fig. 2). On peut donc en conclure que la seule origine possible pour ce silex D0213 est celle des affleurements du Turonien inférieur du sud du Bassin parisien. Les silex de type D0042 pourraient provenir des formations du Turonien supérieur des environs de Loudun, Sainte-Maur de Touraine, Saint-Aignan, Châtillon-sur-Indre et Buzançais. L’ensemble des éléments figurés indique une origine sud-Bassin parisien et l’absence de foraminifères planctoniques dans le silex écarte l’hypothèse d’une attribution aux Turonien inférieur ou moyen.

36Contrairement aux silex précédents, les types D1405 et D0010 ne sont caractérisés que par deux critères d’identification, les échinides et les spongiaires : ces éléments ubiquistes sont présents dans tous les étages géologiques du Turonien et aucune localisation précise ne peut être proposée. Finalement, les silex D0044 et D0057 ne peuvent être attribués à une origine par caractérisation pétrographique puisqu’ils ne contiennent aucun des éléments figurés retenus.

Conclusion

37L’analyse des données issues des notices géologiques sur les craies et les matériaux siliceux est essentielle pour définir des faciès de silex affleurant sur l’aire d’une carte géologique. C’est pourquoi ces notices sont toujours consultées préalablement à une prospection de silex. Or, si nous voulons affiner nos connaissances des systèmes de mobilité des sociétés paléolithiques, il est nécessaire de déterminer le plus précisément possible les lieux de collecte des différentes matières premières lithiques utilisées par ces sociétés, site par site. Donc, pour aller plus loin et éviter les biais liés aux silex indéterminés, nous avons proposé une cartographie permettant la visualisation de ces données à une échelle suprarégionale.

38Les résultats obtenus sont encourageants puisque les données permettent de mettre en évidence de grandes régions caractérisées par des faciès macroscopiques et gîtologiques du silex comme de la craie. Les données concernant les silex sont celles qui nous intéressent directement, cependant, les descriptions sont moins précises que pour les données de la craie. Les géologues portent donc un intérêt plus important à la sédimentologie des craies qu’à la description des silex. Ces informations sont donc utilisables moyennant certaines précautions. En revanche, le contenu pétrographique des craies est généralement très bien décrit. Par conséquent, la méthode d’identification des silex par comparaison avec le contenu pétrographique des craies montre que la corrélation entre des silex indéterminés et certaines zones géographiques est possible. Ces résultats autorisent l’utilisation de cette méthode pour identifier l’origine de silex indéterminés. En revanche, comme l’attribution stricte d’un silex à une origine est basée sur sa comparaison avec des silex géologiques, cette méthode ne peut que proposer des origines potentielles, c’est-à-dire, des zones de prospection qui permettront de vérifier ces hypothèses.

39Finalement, en proposant une cartographie à échelle suprarégionale et en combinant les données sur les silex et les données pétrographiques de la craie, cette méthode montre qu’il est possible d’améliorer nos connaissances des ressources naturelles siliceuses et de réduire la part de silex indéterminés dans les séries lithiques.

Bibliographie

Aubry T. (1991), L’exploitation des ressources en matières premières lithiques dans les gisements solutréens et Badegouliens du bassin-versant de la Creuse (France), thèse de doctorat, université Bordeaux 1.

Aubry T., Mangado Llach X. (2003), « Interprétation de l’approvisionnement en matières premières siliceuses sur les sites du Paléolithique supérieur de la vallée du Côa (Portugal) », dans Les matières premières lithiques en Préhistoire. Table ronde internationale organisée à Aurillac, Cantal, du 20 au 22 juin 2002, Carcassonne, Association Préhistoire du Sud-Ouest (Préhistoire du Sud-Ouest ; supplément 5), p. 27-40.

Bachellerie F., Normand C. (2010), « Le Châtelperronien du niveau SIII base d’Isturitz (Saint-Martin-d’Arberoue, Pyrénées-Atlantiques)  : mythe ou réalité  ? », Bulletin de la Société préhistorique française, 107, p. 453-463.

Bon F., Simonnet R., Vézian J. (2005), « L’équipement lithique des aurignaciens à la Tuto de Camalhot (Saint-Jean-de-Verges, Ariège). Sa relation avec la mobilité des groupes et la répartition de leurs activités dans un territoire », dans J. Jaubert, M. Barbaza (dir.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire, Paris, CTHS, p. 173-184.

Bressy C. (2002), Caractérisation et gestion du silex des sites mésolithiques et néolithiques du nord-ouest de l’arc alpin. Une approche pétrographique et géochimique, thèse de doctorat, université de Provence-Aix-Marseille 1.

Chadelle J.-P. (1983), Technologie et utilisation du silex au Périgordien supérieur. L’exemple de la couche VII du flageolet 1, mémoire, Paris, École des hautes études en sciences sociales.

Chalard P., Ducasse S., Bon F., Bruxelles L., Teyssandier N., Renard C., Gardère P., Guillermin P., Lacombe S., Langlais M., Mensan R., Normand C., Simonnet R., Vinagre A. T. (2010), « Chalosse Type Flint: Exploitation and Distribution of a Lithologic Tracer During the Upper Palaeolithic, Southern France », dans M. Brewer-Laporta, A. Burke, D. Field, Ancient Mines and Quarries: A Trans-Atlantic Perspective, Oxford, Oxbow, p. 13-22.

Chiotti L., Leoz L., Nespoulet R., Pottier C. (2003), « Quelques exemples de stratégies d’approvisionnement dans l’Aurignacien et le Gravettien à l’abri Pataud (Dordogne) », dans Les matières premières lithiques en Préhistoire. Table ronde internationale organisée à Aurillac, Cantal, du 20 au 22 juin 2002, Carcassonne, Association Préhistoire du Sud-Ouest (Préhistoire du Sud-Ouest ; supplément 5), p. 115-122.

Clayton C. J. (1984), The Geochemistry of Chert Formation in Upper Cretaceous Chalks, thèse de doctorat, université of King’s College de Londres.

Delvigne V. (2016), Géoressources et expressions technoculturelles dans le sud du Massif central au Paléolithique supérieur . Des déterminismes et des choix, thèse de doctorat, université de Bordeaux.

Delvigne V., Fernandes P., Piboule M., Lafarge A., Geneste J.-M., Moncel M.-H., Raynal J.-P. (2014a), « Ressources en silex au Paléolithique supérieur dans le Massif central . Réseaux locaux et approvisionnements lointains revisités », dans M. Otte (dir.), Modes de contacts et de déplacements au Paléolithique eurasiatique, Liège, Université de Liège, p. 403-435.

Delvigne V., Lafarge A., Fernandes P., Piboule M., Raynal J.-P. (2014b), « Un exemple de gestion des géo-ressources au Paléolithique supérieur en moyenne montagne . Le Badegoulien de la grotte du Rond-du-Barry (Sinzelles, Polignac, Haute-Loire) », L’Anthropologie, 118, p. 328-346.

Delvigne V., Fernandes P., Piboule M., Lafarge A., Raynal J.-P. (2017), « Circulation de géomatières sur de longues distances au Paléolithique supérieur . Le cas des silex du Turonien du Sud du Bassin parisien », Comptes rendus Palevol, 16, p. 82-102.

Demars P.-Y. (1982), « Origine proche ou lointaine des silex au Paléolithique supérieur. Une réponse à Annie Masson », Bulletin de la Société préhistorique française, 79, p. 266-274.

Demars P.-Y. (1984), « Les matières premières lithiques du site du paléolithique supérieur de Puyjarrige 2 (Brive, Corrèze) », Revue archéologique du Centre de la France, 23, p. 64-66.

Depaepe P. (2003), « L’utilisation des matières premières au Paléolithique moyen dans la vallée de la Vane (Aube et Yonne, France) », dans Les matières premières lithiques en Préhistoire. Table ronde internationale organisée à Aurillac, Cantal, du 20 au 22 juin 2002, Carcassonne, Association Préhistoire du Sud-Ouest (Préhistoire du Sud-Ouest ; supplément 5), p. 123-129.

Digan M. (2003), « Les matières premières ithiques de l’Unité KL19 du site gravettien de la Vigne-Brun (Villerest, Loire) », dans Les matières premières lithiques en Préhistoire. Table ronde internationale organisée à Aurillac, Cantal, du 20 au 22 juin 2002, Carcassonne, Association Préhistoire du Sud-Ouest (Préhistoire du Sud-Ouest ; supplément 5), p. 131-142.

Digan M. (2006), Le gisement gravettien de la Vigne-Brun (Loire, France). Étude de l’industrie lithique de l’Unité KL19, Oxford, British Archaeological Reports.

Doronicheva E., Kulkova M., Grégoire S. (2012), « La grotte Mézmaiskaya (Caucase de Nord)  : exemple de l’utilisation des matières premières lithiques au Paléolithique Moyen et Supérieur », L’Anthropologie, 116, p. 378-404.

Fernandes P. (2012), Itinéraires et transformations du silex . Une pétroarchéologie refondée. Application au Paléolithique moyen, thèse de doctorat, université de Bordeaux 1.

Fontana L. (2005), « Territoires, mobilité et échanges au Magdalénien dans l’Aude et le Massif central (France) », dans J. Jaubert, M. Barbaza (dir.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire, Paris, CTHS, p. 355-368.

Fontana L., Digan M., Aubry T., Llach J.-M., Chauvière F.-X. (2009), « Exploitation des ressources et territoire dans le Massif central français au Paléolithique supérieur : approche méthodologique et hypothèses », dans Actes du XVe Congrès mondial de l’Union internationale des sciences préhistoriques et protohistoriques (Lisbonne, 4-9 septembre 2006), Oxford, Archaeopress, p. 201-215.

Foucault A., Raoult J.-F. (2005), Dictionnaire de géologie, Paris, Masson.

Foucher P., San Juan, C. (2005), « La circulation des matières siliceuses dans le Gravettien pyrénéen », dans J. Jaubert, M. Barbaza (dir.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire, Paris, CTHS, p. 199-217.

Giot D., Mallet N., Millet D. (1986), « Les silex de la région du Grand-Pressigny (Indre-et-Loire). Recherche géologique et analyse pétrographique », Revue archéologique du Centre de la France, 25, p. 21-36.

Grégoire S. (2000), Origine des matières premières des industries lithiques du Paléolithique pyrénéen et méditerranéen. Contribution à la connaissance des aires de circulations humaines, thèse de doctorat, université de Perpignan.

Grégoire S., Bazile F. (2005), « La diffusion du silex des Costières du Gard au Paléolithique supérieur », Comptes rendus Palevol, 4, p. 413-419.

Lacombe S. (2005), « Territoires d’approvisionnement en matières premières lithiques au Tardiglaciaire. Remarque à propos de quelques ensembles Pyrénées », dans J. Jaubert, M. Barbaza (dir.), Territoires, déplacements, mobilité, échanges durant la Préhistoire, Paris, CTHS, p. 329-353.

Lasseur E. (2007), La craie du Bassin de Paris (Cénomanien-Campanien, Crétacé supérieur). Sédimentologie de faciès, stratigraphie séquentielle et géométrie 3D, thèse de doctorat, université de Rennes 1.

Masson A. (1981), Pétroarchéologie des roches siliceuses. Intérêt en Préhistoire, thèse de doctorat, université Claude Bernard-Lyon 1.

Masson A. (1982), « Circulations paléolithiques  : une question de longueur. Actualité scientifique », Bulletin de la Société préhistorique française, 79, p. 196-199.

Mégnein C. (1980), Synthèse géologique du Bassin de Paris, Orléans, BRGM, 3 vol.

Michel F. (2008), Le tour de France d’un géologue. Nos paysages ont une histoire, Paris/Orléans, Delachaux et Niestlé/BRGM.

Pasty J.-F., Liegard S., Alix P. (2004), « Étude de l’industrie lithique du site paléolithique moyen des Fendeux (Coulanges, Allier) », Bulletin de la Société préhistorique française, 101, p. 5-25.

Primault, J. (2003), Exploitation et diffusion des silex de la région du Grand-Pressigny au Paléolithique, thèse de doctorat, université de Nanterre-Paris 10.

Séronie-Vivien M.-R. (2003), « Attribution stratigraphique d’un silex et microfaciès », dans Les matières premières lithiques en Préhistoire. Table ronde internationale organisée à Aurillac, Cantal, du 20 au 22 juin 2002, Carcassonne, Association Préhistoire du Sud-Ouest (Préhistoire du Sud-Ouest ; supplément 5), p. 297-304.

Surmely F., Boudon P., Briot D., Pin C. (2008a), « La diffusion des silex crétacés dans le centre du Massif central durant la préhistoire (Paléolithique, Mésolithique, Néolithique). Contribution à l’étude de la circulation des matières premières lithiques sur de longues distances », Paléo. Revue d’archéologie préhistorique, 20, p. 115-144.

Surmely F., Costamagno S., Hays M., Alix P., Pasty J.-F. (2008b), « Le Gravettien et le Protomagdalénien en Auvergne », Paléo. Revue d’archéologie préhistorique, 20, p. 305-330.

Surmely F., Pasty J.-F. (2003), « L’importation de silex en Auvergne durant la Préhistoire », dans Les matières premières lithiques en Préhistoire. Table ronde internationale organisée à Aurillac, Cantal, du 20 au 22 juin 2002, Carcassonne, Association Préhistoire du Sud-Ouest (Préhistoire du Sud-Ouest ; supplément 5), p. 327-335.

Teurquety G. (2014), Cartographie des différentes ressources en silex du Crétacé supérieur dans la partie septentrionale du Bassin parisien. Un outil pour le préhistorien, mémoire de master 2, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Tomasso A. (2014), Territoires, systèmes de mobilité et systèmes de production. La fin du Paléolithique supérieur dans l’arc liguro-provençal, thèse de doctorat, université de Nice Sophia-Antipolis.

Torti, C. (1980), Recherches sur l’implantation humaine en Limagne au Paléolithique moyen et supérieur, thèse de doctorat, Bordeaux.

Turq A. (2005), « Réflexions méthodologiques sur les études de matières premières lithiques », Paleo. Revue d’archéologie préhistorique, 17, p. 111-132.

Valensi L. (1955), « Étude micropaléontologique des silex du magdalénien de Saint-Amand (Cher) », Bulletin de la Société préhistorique française, 52, p. 584-596.

Notes

1 Nous avons exclu l’utilisation des forages car ils ne correspondent pas au contexte d’acquisition de la matière première par les sociétés paléolithiques qui n’avaient pas les moyens techniques de se fournir en silex du sous-sol.

Table des illustrations

Titre Tab. 1 : Présentation des différentes causes de l’indétermination de l’origine des silex et lexique employé par les archéologues pour définir les différentes formes de silex indéterminés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Tab. 2 : tableau de proportions de silex indéterminés et indéterminables mis au jour par certaines études dans les séries lithiques archéologiques
Légende Les pourcentages sont réalisés sur les effectifs des pièces archéologiques, excepté pour le Gravettien du Flageolet dont le pourcentage est exprimé à partir du poids.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 1 : Domaines paléogéographiques génériques et critères de caractérisation des milieux de dépôts marins carbonatés
Légende Les éléments figurés identifiés lors de la caractérisation des craies par les géologues sont caractéristiques de certains milieux de sédimentation. Ils correspondent à des fossiles dont les milieux de vies sont définis par des conditions physico-chimiques particulières, et à des minéraux caractéristiques d’un type de sédimentation.
Crédits D’après les cours en ligne de l’université de Picardie de Jacques Beauchamps et Bressy, 2002.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Fig. 2 : Cartes de répartitions d’éléments figurés de la craie turonienne dont la distribution géographique est discriminante
Légende CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 3 : Cartes de répartitions d’éléments figurés de la craie turonienne dont la distribution géographique est ubiquiste
Légende CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 : Cartes de répartitions d’éléments figurés fossiles de la craie turonienne dont la distribution géographique est complexe
Légende Ces deux groupes possèdent des taxons dont les milieux de vies sont variés. Par conséquent l’interprétation de leur répartition paléogéographique doit être basée sur le nom de ces taxons pour avoir pour pouvoir différencier les différents milieux, du littoral à la plateforme externe. CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Fig. 5 : Carte de répartition de données macroscopiques et gîtologiques issues du dépouillement des notices géologiques
Légende CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 6 : Cartes de répartitions des ostracodes et des brachiopodes dans les craies turoniennes
Légende CA : Calais ; LI : Lille ; DI : Dieppe ; AM : Amiens ; Ch-M : Charleville-Mézières ; LeH : Le Havre ; CAE : Caen ; RE : Reims ; PA : Paris ; TRO : Troyes ; LeM : Le Mans ; OR : Orléans ; AUX : Auxerre ; ANG : Angers ; TO : Tours ; CHA : Châteauroux ; PO : Poitiers.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Tab. 3 : Tableau des descriptions pétrographiques de silex turonien et de silex indéterminés issues des données de thèse de Vincent Delvigne
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19392/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
ArScAN, UMR 7041, équipe archéologies environnementales
Thèse sous la direction de Christophe Petit : « L’exploitation des silex turoniens par les sociétés paléolithiques du Massif central »

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter