Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études prosopographiques

 | 
Jean-Claude Cheynet
, 
Jean-François Vannier

Deuxième partie : Les premiers Paléologues. Étude généalogique et prosopographique

Les premiers paléologues

Texte intégral

1. — Nicéphore Paléologue

  • 1 Timarion, éd. Romano, p. 57, 1. 212-214. Sur In Grande Phrygie qui désigne le thème des Anatoliques (...)
  • 2 Timarion, éd. Romano, p. 57, 1. 212-221.

1D’après le témoignage de l’auteur du Timarion, Nicéphore est le premier à avoir reçu le surnom de Paléologue. Il est originaire de la Grande Phrygie où il fait partie des plus riches et des plus prestigieux citoyens1. Bien qu’il ne soit pas cité par son nom les renseignements généalogiques fournis permettent sans conteste l’identification du personnage : il est le grand-père paternel d’un Paléologue anonyme duc de Thessalonique et le père d’un général célèbre ( = Georges Paléologue) qui a pour épouse une descendante des Doukai ( = Anna Doukaina)2.

  • 3 Skyutzès Continué (éd. Tsolakis), p. 141.
  • 4 Sur la date voir le manuscrit, Atheniensis 1129 f. 45 ; cf. P. Gautier, éd. de Niceph. Bryennios, p (...)

2En 1070, Nicéphore Paléologue s’oppose à la campagne que désire mener le basileus Romain Diogène contre les Turcs3, opération militaire qui devait aboutir au désastre de Mantzikert le 26 août 10714.

  • 5 Bryennios (éd. Gautier), p. 182. Le prince d’Alanie est à identifier avec le roi Georges II de Géor (...)
  • 6 Bryennios, p. 182 ; cf. p. 183. n. 6 et 7.
  • 7 Cette remarque m’a été suggérée par M. J. C Cheynet.

3Nicéphore est envoyé en 1075 par l’empereur Michel VII Doukas chez le prince d’Alanie afin de recruter des mercenaires pour lutter contre l’expansion de Roussel de Bailleul dans les régions pontiques. Mais sa mission fut un échec car il ne put payer la solde des quelque six mille hommes qu’il avait enrôlés5. Michel Doukas nomma alors le proèdre Alexis Gomnène stratopédarque et stratège autocrator de la guerre contre Roussel6. Pour être envoyé auprès du roi de Géorgie, Nicéphore Paléologue devait être en poste dans une province géographiquement proche du royaume caucasien ; c’est pourquoi on peut se demander s’il n’était pas duc de Chaldia à cette époque7.

  • 8 Bryennios, p. 238.
  • 9 Cf. II. Gi.ykatzi-Ahrweimîr, Recherches sur l’administration, p. 59-60.
  • 10 Mexiade, I, p. 80.

4En octobre 1077, il est gouverneur du thème de Mésopotamie8, vraisemblablement avec le titre de duc9, et alors que son fds Georges reste partisan des Doukai, il prend parti pour le rebelle Nicéphore Botaneiatès dont il devient un des plus fidèles soutiens10.

  • 11 Mexiade, I, p. 80. 97-98.

5De la même façon, lors de la révolte des Comnènes, le père et le fils se trouveront dans des camps opposés : Nicéphore toujours fidèle à Botaneiatès, Georges soutenant les Comnènes dont il était devenu le parent depuis son récent mariage avec Anna Doukaina, sœur de l’épouse d’Alexis Comnène11.

  • 12 Mexiade, I, p. 98-9’.).
  • 13 Mexiade. I, p. 99. Sur le sympenthéros voir la note de .). Verpeaux, Hiérarchie et préséance sous l (...)

6Le 1er avril 1081, Nicéphore Paléologue s’apprêtait à résister avec l’appui des forces varègues, lorsque l’empereur Botaneiatès le choisit pour faire des offres de paix aux Comnènes. Celles-ci allaient être acceptées par Isaac et Alexis Comnène, quand le césar Jean Doukas les repoussa énergiquement faisant valoir que la ville entière de Constantinople était tombée aux mains des partisans des Comnènes et que Botaneiatès n’avait plus qu’à se retirer12. On notera avec intérêt que Jean Doukas considère Nicéphore Paléologue comme son sympenthéros, terme qui définit adéquatement le lien de parenté unissant les deux hommes : la petite-fille de Jean, Anna Doukaina, est l’épouse du fils de Nicéphore, Georges Paléologue13.

  • 14 Alexiade, I, p. 161 ; cf. Zonaras (Bonn), III. p. 735.
  • 15 Sur Kônstantios Doukas : Polemis, Doukai, n° 17 ; sur Nicéphore Synadénos : C. Hannick-G. Schmai.zr (...)

7Rallié à la cause des Comnènes, Nicéphore Paléologue devait trouver la mort le 18 octobre 1081 près de Dyrrachium en combattant les Normands de Robert Guiscard14. A ses côtés périrent Konstantios Doukas, Nicéphore Synadénos et son propre fils Nicolas Paléologue15.

  • 16 Fogg A.M. n° 2048.

8On attribuera à ce personnage un sceau inédit de la Collection du Fogg Art Muséum, daté de la seconde moitié du XIe siècle16 :

Avers : Représentation de la Vierge en pied et de profil.
Revers : Σκέπε Νικηφόρον πρόεδρον καἰ δοῦκα τòν Παλοαολόγον.

  • 17 Bryennios, p. 303 : Παλαιολόγος και ό τούτου εξάδελφος Κουρτίκης.. Sur ce Basile Kourtikios surnomm (...)

9La femme de Nicéphore Paléologue appartenait peut-être à la famille des Kourtikioi : un Basile Kourtikès est signalé comme cousin germain (exadelphos) de Georges Paléologue, fds de Nicéphore17. Nous connaissons’ à Nicéphore Paléologue deux fils, Georges (n” 6) et Nicolas (n° 7).

2. — Dèmètrios Paléologue

  • 18 Fogg A.M. n“ 2974.

10La collection du Fogg Art Museum contient un sceau inédit appartenant à Dèmètrios Paléologue18 :

Avers : Représentation de saint Nicolas.
Revers : Σφραγίς Δημητρίου δισυπάτου τοῦ Παλαιολόγου.

  • 19 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xesiècles, Paris, 1972, p. 295.

11La pièce doit être datée de la seconde moitié du XIe siècle : la dignité de dishypatos ayant définitivement disparu à cette époque19. Relativement peu élevé dans la hiérarchie puisqu’inférieur aux dignités de patrice et de protospathaire, le titre de dishypatos conviendrait bien à un « cadet » de famille. C’est pourquoi on peut se demander si Dèmètrios Paléologue n’est pas un jeune frère du premier Paléologue, le proèdre Nicéphore.

3. — Théodore Paléologue

  • 20 Fogg A.M. n° 401.

12Théodore Paléologue est uniquement connu par un sceau inédit de la collection du Fogg Art Museum qui lui, accorde la dignité de curopalate20 :

Avers : Représentation d’un saint militaire vraisemblablement saint Théodore.
Revers : Κύριε βοήθει Θεοδώρω κουροπαλάτῃ τῷ Παλαιολόγῷ.

13La pièce est de la fin du XIe siècle ou du début du XIIe siècle.

4. — Nicétas Paléologue

  • 21 Collection des Musées Ottomans. Istanbul. Fonds Diogène n” 931 ; sceau daté du début du xiie siècle (...)
  • 22 I.F.E.B. n° 313.

14Deux sceaux encore inédits au nom de Nicétas Paléologue sont parvenus jusqu’à nous. Le premier fait partie de la collection des Musées Ottomans et accorde à Nicétas la dignité de curopalate21. Le second conservé à l’Institut Français d’Études Byzantines ne comporte ni fonction ni dignité22 :

Avers : La dormition de la Vierge.
Bevers : Θεοτόκε βοήθει Νικήταν τòν Παλαιολόγον.

5. — Alexandre Paléologue

  • 23 A. Szemioth - T. Wasilewski, Sceaux byzantins du Musée National de Varsovie, Studia Zrodloznawcze, (...)

15Alexandre Paléologue est uniquement connu par un sceau édité d’après l’exemplaire conservé au Musée National de Varsovie23 :

Avers : Représentation de saint Dèmètrios.
Revers : Κύριε βοήθει Άλεξάνδρω νωβελισσίμῷ τῷ Παλαιολόγῷ.

16La pièce doit être datée de la seconde moitié du XIe siècle.

  • 24 Sur les lignées de sébastes qui permettent de différencier plusieurs branches d’une même famille vo (...)

17L’hypothèse des éditeurs qui proposent de voir dans le nobélissime Alexandre Paléologue un fds du sébaste Georges Paléologue ne saurait être maintenue : en effet, tous les enfants du couple Georges Paléologue-Anna Doukaina étaient revêtus de la dignité de sébaste24.

6. — Georges Paléologue

  • 25 Bryennios (éd. Gautier), p. 238 ; cf. Alexiade, i, p. 80, 97. La meilleure notice sur-Georges Paléo (...)
  • 26 D’après Anne Comnène, Alexiade. I. p. 9, Alexis aurait été âgé de quatorze ans en 1071 ce qui place (...)

18Georges est le fds de Nicéphore Paléologue25 ; sa date de naissance est inconnue mais il semble avoir été d’un âge voisin de celui d’Alexis I Gomnène qui, au témoignage de l’Alexiade, serait né en 105726.

  • 27 Bryennios, p. 238. Gautier, ibid. p. 239 n. 7, considère que Georges Paléologue et Nicéphore Méliss (...)
  • 28 Bryennios, p. 302.
  • 29 Ibidem, p. 304.
  • 30 Bryennios, p. 304-308. Sur Isaac Kontosléphanos voir Gautier, Synode des Blachernes, p. 243-244. no (...)
  • 31 Bryennios, p. 310.

19A la fin de l’année 1077, alors qu’éclate la révolte du stratège des Anatoliques Nicéphore Botanéiatès, Georges Paléologue est mentionné au côté de Nicéphore Mélissènos comme l’un des généraux restés fidèles aux Doukai27. En 1080, placé sous les ordres de l’eunuque Jean, il est envoyé combattre la rébellion de Nicéphore Mélissènos28. Pendant cette campagne il entra en conflit avec son supérieur sur l’opportunité du siège de Nicée29. Georges se distingua pendant les combats qui accompagnèrent la retraite de l’armée impériale : en particulier, il sauva la vie de l’eunuque Jean et d’Isaac Kontostépha-nos30. De retour à Constantinople et à la suite des intrigues de l’eunuque, il se vit refuser l’entrée du Palais31.

  • 32 Alexiade, I, p. 80.
  • 33 Ibidem, p. 81. L’affaire du retrait de la fortune mobilière que Georges avait déposée au monastère (...)
  • 34 Ibidem, p. 84.
  • 35 Ibidem, p. 93-94 et commentaire p. 95 n. 1.
  • 36 Ibidem, p. 94.
  • 37 Ibidem, p. 96.
  • 38 Ibidem, p. 97.
  • 39 Ibidem, p. 97

20En février 1081, ce n’est que sur l’insistance de sa belle-mère la protovestiaria Maria de Bulgarie qu’il accepte de participer à la révolte des Comnènes32. Après avoir mis son épouse Anna Doukaina et sa belle-mère en sûreté au monastère des Blachernes33, il rejoignit les conjurés à Tzouroulos et à Schiza en Thrace il soutint la candidature d’Alexis Comnène face à celle de son frère Isaac34. Il s’assure ensuite le concours de Gilpraktos, chef des Némitzoi35, qui gardait la porte de Charisios, ce qui permet aux Comnènes et à leurs partisans d’entrer dans Constantinople le jeudi 1er avril 108136. Le même jour il empêche l’autre prétendant Nicéphore Mélissènos, qui avait la faveur de l’empereur Botaneiatès, de traverser les détroits37. C’est pendant ces opérations que Georges se trouve confronté à son père Nicéphore Paléologue, resté fidèle à Botaneiatès38. Après la victoire des Comnènes, Georges fit acclamer par les marins de la flotte impériale le nom de sa belle-sœur Irène Doukaina de concert avec celui de son époux le basileus Alexis Comnène39.

  • 40 Ibidem, p. I3”2, 138-139 ; Guillaume m- : Pouille., Lu Geste de Robert Guiscard, éd. Marguerite Mat (...)
  • 41 Cf. Gautier, Synode des Blachernes. p. 231 n. 30 ; A. Ducellier, La façade maritime de l’Albanie au (...)
  • 42 Collection Shaw. n° 682 (1228). Une allusion à cette pièce sigillographique a été faite par V. Laur (...)

21En avril/mai 1081, Georges Paléologue est envoyé à Dyrrachion pour défendre la ville contre les Normands de Bobert Guiscard, en remplacement, de Georges Monomaehatos qui avait déserté chez les Serbes40. La question de savoir si Georges a effectivement porté le titre de duc de la ville41 trouve une réponse dans la légende d’un sceau inédit qui accorde à Georges Paléologue la dignité de curopalate et la charge de duc de Dyrrachion42 :

Avers : Pa Vierge, en buste, orante, portant le médaillon de l’Enfant.
Revers :Θεοτόκε βοήθει Γεωργίω κουροπαλάτῃ καί δουκί Δυρραχίου τω Παλαιολόγῷ

  • 43 Alexiade, I, p. 143-145.
  • 44 Ibidem, p. 161 ; cf. Lupus Protospatharius, B.I.S.S. p. 154.
  • 45 La dignité de curopalate portée en mai 1081 interdit que la collation du titre de sébaste ait été f (...)

22Georges organisa la défense de Dyrrachion assiégée par les Normands depuis le 17 juin 1081 mais après avoir été grièvement blessé il dut abandonner la ville pour rejoindre le camp d’Alexis Comnène43. Le 18 octobre il est présent à la bataille qui voit la défaite des Byzantins et la mort de son père Nicéphore Paléologue44. Il est plausible de considérer que la dignité de sébaste récompensa Georges pour sa bravoure pendant la lutte contre les Normands et qu’elle lui fut conférée fin 1081 ou début 108245.

  • 46 Alexiade. II, p. 12.
  • 47 Ibidem, p. 43. 89. 95. 101-102.
  • 48 Ibidem, p. 103. 130-132.
  • 49 Ibidem, p. 141.

23On retrouve Georges Paléologue en octobre 1083 où il participe au siège de Kastoria46. De 1087 à 1091 il prend part aux combats que le basileus mène contre les Petchénègues : siège de Dristra, repli dans la Grande Preslav et déroute de l’armée impériale pendant laquelle il fut sauvé par Léon de Chalcédoine47. En février 1081 il vient au secours de l’empereur dans la plaine de Damylie48. Enfin le 29 avril 1091 Georges commandait l’aile droite de l’armée byzantine qui défit les Petchénègues à la bataille de Lébounion49.

  • 50 P.G. 127, col. 972 ; cf. l’étude particulière de P. Gautier citée supra n. 1.
  • 51 Mexiade, II, p. 193.
  • 52 Mexiade. III. p. 17.
  • 53 E. Sargologos, La Vie de saint Cyrille le Philéole, muine byzantin (t 1110), Bruxelles, 196-4, p. 2 (...)
  • 54 H. Grégoire, Imperatoris Micaelis Palaiologi, De Vita Sua, Byz., 30 (1960), p. 461 et n. 2. Le fond (...)

24A la fin de l’année 1094 il est, présent avec la dignité de sébaste au synode tenu au palais des Blachernes50. L’année suivante il est envoyé défendre la ville de Berrhoé de Thrace attaquée par les Coumans51. En juin 1097 à Pélékanos il s’oppose violemment aux exigences élevées par Tancrède pour prêter serment à l’empereur byzantin52. Georges Paléologue doit être identifié au syggambros anonyme d’Alexis I qui en compagnie de l’empereur visita saint Cyrille le Philéote peu avant la mort de ce dernier le 2 décembre 1 1 1053. On doit également le reconnaître dans le Georges Paléologue cité par l’empereur Michel VIII comme l’un de ses ancêtres (apogonos) et le fondateur du monastère de Saint-Démétrius « des Paléologues » à Constantinople54.

  • 55 P.C. 126. col. 432-433, 489.
  • 56 C’est ainsi que l’ont compris A. Szemioth-T. Wasilewski, p. 21-22. n 24 qui identifient ce fils av (...)
  • 57 Cf. P.C.. 126, col. 480-481 (lettre au sébaste Constantin Doukas) ; col. 492 (lettre au logothète G (...)

25Georges fut en relation épistolaire avec Théophylacte de Bulgarie qui lui envoya deux lettres : l’une par l’intermédiaire de son secrétaire le hiéromoine Jean ; l’autre est directement adressée au pansébaste Paléologue55. Il semble ressortir de cette correspondance qu’un fds de Georges fut nommé à la tête du thème du Vardar56 ; cependant une étude de l’ensemble des lettres de Théophylacte montre bien que la nomination en question ne concerne pas un Paléologue mais Constantin, fds du prôtostratôr Michel Doukas, qui fut placé à ce poste ca. 1105/110657.

  • 58 Schlumberger. Siyillographie. p. 685 n“ 5 : Lichacev. Materialy dlja Islorii Vizantijskoj i Russkoj (...)

26Un sceau connu en de nombreux exemplaires peut être attribué à Georges Paléologue58 :

Avers : Représentation de la Panagia Blachernitissa.
Revers : Σφραγίς Γεωργίου σεβαστοῦ τοῦ Παλαιολόγου.

  • 59 A. Dimitrievsku, Typika, I, p. 662. Cf. P. Gautier, L’Obituaire du typikon du Pantocrator, R.E.B., (...)
  • 60 Kai.i.iki.ès, éd. Romano. p. 85.

27Les sources traditionnellement utilisées pour fixer la date de la mort de Georges sont le typikon d’Irène Doukaina (1116/1118), où il ne figure pas, et le typikon du Pantocrator (1136) où il est commémoré comme le sébaste Georges Paléologue59. A notre avis, il dut mourir dans les premières années du règne de Jean II Gomnène, puisqu’il fut enterré avec son épouse décédée à la même époque que lui et leur fils Andronic qui mourut encore jeune, alors qu’Alexis I était encore vivant60.

  • 61 Sur Anna Doukaina voir Polemis, Donkai, n° 27.

28Georges Paléologue avait épousé avant 1081 Anna Doukaina, fille d’Andronic Doukas et sœur de l’impératrice Irène61. De cette union naquirent au moins trois fils : Nicéphore (n” 12), Andronic (n“ 13), et Alexis (n° 14).

7. — Nicolas Paléologue

  • 62 Alexiade, I, 161, apparat (épitomé d’après le Vaticanus gr. 981). Ampitès est identique au chef des (...)
  • 63 P. Gautier, Anne Comnène, Alexiade, Index, Paris, 1976, p. 95, s.c. Παλαιολόγος Νικόλαος.
  • 64 Alexiade, ibidem.
  • 65 Ampitès/Nahitès participe à un combat contre les Petehénègues à Dristra en août 10M7 et Aspiétès es (...)

29Nicolas Paléologue apparaît aux côtés d’Ampitès dans l’épitomé de l’Alexiade comme l’un des illustres personnages qui périrent le 18 octobre 1081 lors d’un engagement avec les Normands de Robert Guiscard près de Dyrrachium62. On peut le considérer comme un fils de Nicéphore Paléologue63. Il faut toutefois remarquer une certaine confusion entre les personnages cités par l’épitomé et ceux de la version intégrale : en effet au lieu de Nicolas, fils de Paléologue et d’Ampitès ce sont Nicéphore, père de Paléologue et Aspiétès qui sont mentionnés64. Le texte laisse supposer que tous périrent alors que certains furent seulement blessés puisqu’ils réapparaissent plus tard dans le cours du récit65.

  • 66 Un Nicolas Kourtikés protoproédre dans un acte d’avril, indiction VI (M.M. IV, p. 329) daté par II. (...)

30Le prénom de Nicolas, inhabituel chez les Paléologues, puisque nous n’en avons pas d’autre exemple avant le XIVe siècle, peut venir des Kourtikioi si, comme nous le présumons, l’épouse de Nicéphore Paléologue était une Kourtikina66.

8. — Pierre Paléologue ?

  • 67 Du Cange, Fam. Aug.. p. 188.

31Dans la notice qu’il a consacrée à Georges Paléologue, le beau-frère d’Alexis Ier Comnène, Du Cange signale, d’après les historiens espagnols, un Pierre Paléologue qui, venu de Constantinople à la cour du roi Alphonse VI de Castille (1072-1109) fit fortune et reçut en échange de ses bons services le surnom de « Toletano », c’est-à-dire de Tolède67.

  • 68 L. Miniati, Le glorie cadute dell’ antichissima ed augustissima famiglia Comnena, Venise. 1663, p.  (...)

32L’existence même de ce personnage est à mettre en doute dans la mesure où l’un de ses avatars se retrouve dans la compilation de Lorenzo Miniati sous le nom de Pierre Comnène : là, il apparaît parmi les fils du premier sébastocrator Isaac Comnène et il a pour épouse Chimène Nunia, fille d’Alphonse Nunio ( = Nunez) et nièce du roi Alphonse VI68.

  • 69 Sphrantzés (Bonn), p. 256 (et apparat), 286. Sur Don Francisco de Tolède voir J. B. Fauer-Papadopou (...)

33En faisant remonter au XIe siècle des liens de parenté entre les Comnènes-Paléologues et la famille de Tolède, ces mentions tardives tentent d’accréditer l’opinion selon laquelle Don Francisco de Tolède a participé à la défense de Constantinople lors du siège de 145369.

9. — Thomas Paléologue ?

  • 70 E. Gerland, Histoire de la noblesse crétoise au Moyen Age. H.O.L.. 10 (1903), p. 172-247 (particuli (...)

34Le protospathaire Thomas Paléologue est présenté comme le chef de l’un des dix vaisseaux qui accompagnèrent Isaac, fds de l’empereur Alexis (Comnène) dans son expédition contre la Crète, alors révoltée contre l’autorité impériale en 109270.

  • 71 Sur l’ensemble de ces documents et le problème de leur authenticité voir Polemis, Doukai, p. 191-19 (...)

35Le document dans lequel il apparaît n’est qu’une falsification d’un texte antérieur dont seul le noyau a peut-être une réalité historique. Partie intégrante d’archives destinées à justifier l’implantation en Crète des douze familles archontales71, il est connu par trois recensions différentes : Zante, Corcyre et Céphalonie. La version de Zante précise la dignité de Thomas Paléologue par le qualificatif impropre de grand :

Ό μέγας πρωτοσπαΘάριος xύριος Θωμᾶς ὁ Παλαιολόγος.

  • 72 V. Laurent reconnaît (Généalogie, p. 113 n. 1) n’avoir pu trouver trace de ce personnage qui est me (...)
  • 73 E. Gerland, op. cit.. R.O.L.. 11 (1905). p. 101. doc. XXXV.

36Dans ces conditions on ne peut qu’éliminer ce personnage de la liste des Paléologues authentiques72. Son nom a pu être suggéré à l’auteur des faux par celui d’un autre Thomas Paléologue qui est cité dans la même série d’actes parmi les réfugiés constantinopolitains de 145373.

10. — Anna Paléologina

  • 74 M. G. Ross, Catalogue of The byzantine and earlg médieval antiquities in the Dumbarton Oaks Collect (...)

37La collection des antiquités byzantines de Dumbarton Oaks possède une bague en or censée avoir été trouvée à Constantinople et portant à sa circonférence l’inscription « ΠROOTONOOBEAHCIMOC + CEBACTOC ». L’éditeur a reconnu le patronyme de Paléologue dans le monogramme gravé sur le chaton et daté la pièce du xiv siècle. Il a proposé de voir dans le propriétaire le seul Paléologue connu pour avoir porté le titre de sébaste à cette époque soit Andronic Paléologue, neveu de l’empereur Michel VIII et fils du sébastocrator Constantin Paléologue et d’Irène Branaina74.

  • 75 V. Laurent, R.E.B., 27 (1969), p. 331-332 (compte-rendu de Ross).

38Bien entendu la titulature « protonobélissime sébaste » se rapporte à une période antérieure. C’est ce que V. Laurent a souligné tout en proposant de déchiffrer le monogramme Anna Paléologina75. Cependant l’identification d’Anna Paléologina avec Anna Doukaina l’épouse du sébaste Georges Paléologue ne peut être acceptée sans réserve : il peut aussi s’agir d’une Paléologina de naissance mariée à un protonobélissime et sébaste inconnu.

11. — Georges Paléologue

  • 76 P.G. 127, col. 973 ; Gautier, Synode des Blachernes, notice n° 15.
  • 77 Gautier, op. cit., notice n° 4.

39Le protonobélissime Georges Paléologue est mentionné parmi les participants du synode tenu à la fin de l’année 1094 au palais des Blachernes : il clôt la classe des protonobélissimes après les frères Isaac et Étienne Kontostéphanoi et précède Bardas Hikanatos qui inaugure la classe des nobélissimes76. Il ne peut être confondu avec son homonyme, le beau-frère d’Alexis Comnène qui assiste lui aussi à la réunion synodale avec la dignité de sébaste et à une place hiérarchique plus élevée77. Comme le remarque P. Gautier « il ne saurait être le fils du sébaste Georges Paléologue puisqu’il porte le même prénom ». Il faut ajouter que la dignité de protonobélissime exclut cette possibilité : tous les fils du sébaste Georges Paléologue portaient la dignité de sébaste.

  • 78 Polemis, Doukai, p. 135 n. 5.
  • 79 J. Juroukova, Fouilles de Pernik (en bulgare), 1983 ; Monuments numismatiques et sigillographiques, (...)

40Selon toute vraisemblance le protonobélissime est un cousin germain du sébaste, issu d’un frère de Nicéphore Paléologue78. Un sceau récemment publié et daté de la fin du xie siècle peut être attribué à ce personnage79 :

Avers : Représentation de saint Georges.
Revers : Κύριε βοήθει Γεωργίω πρωτονωοελισσιμον τον Παλαιολογον.

  • 80 Cf. notre notice n° 16.

41Nous considérons que le curopalate Romain, fils de Paléologue est un fils du protonobélissime Georges Paléologue80.

12. — Nicéphore Paléologue

  • 81 Alexiade, III. p. 203 : Νιϰηφόρος ό τñς βασιλίδος άδελφιδος ; Polemis, Doukai, p. 154 préfère la d (...)
  • 82 Polemis, Doukai, n° 135.
  • 83 Voir un cas semblable dans J. Darrouzès, Georges et Dèmètrios Tornikès, p. 60-61, où Euthyme Malakè (...)

42Anne Comnène rapporte que pendant la guerre de 1116 contre les Turcs, lors d’un engagement qui eut lieu près de Philomèlion, un neveu de l’impératrice, prénommé Nicéphore se distingua par sa bravoure ce qui lui valut les compliments de l’empereur81. Ce personnage peut être identifié avec un fils de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina, sœur de l’impératrice Irène. Il doit être considéré comme l’aîné des fils du couple puisqu’il porte le prénom de son grand-père paternel82. L’auteur de l’Alexiade le qualifie de néos et de néanias alors qu’à la date des événements Nicéphore devait être âgé d’environ trente-cinq ans puisque ses parents se sont mariés ca. 108083.

43Un sceau publié par Schlumberger et intégré par Laurent dans ses bulles métriques peut être attribué à Nicéphore, la dignité de sébaste lui convenant adéquatement ; la légende en est la suivante :

  • 84 Schlumberger, Sigillographie, p. 685, n° 4 ; Laurent, Bulles métriques, p. 35, n° 95. Laurent, Géné (...)

Γραφν σφράγισμϰ ϰαί ϰῦρος Νικηφόρου
Δούκα σεβαστο Παλαιολόγου φέρω84.

  • 85 Schlumberger, Sigillographie, p. 127. n° 3 ; Konstantopoulos, Βυζ. Μολιι-βδόβουλλϰ, p. 85, n. 291. (...)

44Nicéphore ayant utilisé le patronyme maternel de Doukas on s’interrogera pour lui attribuer le sceau suivant qui n’a pas trouvé de propriétaire chez Polemis85 :

Avers : La Panagia orante avec le médaillon du Christ sur la poitrine.
Revers : Σφραγίς σεϐαστο Νικηφόρου το Δούκα.

  • 86 K. Barzos, dans Βυζαντινά, 7 (1975), arbre généalogique, p. 175.

45Nicéphore Paléologue est peut-être le père de Michel Doukas Paléologue dans lequel la chronologie incite à voir un petit-fils de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina86.

13. — Andronic Paléologue

  • 87 Kalliklès, éd. Romano, p. 83-85, n° 9. L’épitaphe se présente sous la forme d’un dialogue entre le (...)
  • 88 Ibid., p. 83 v. 4-5.
  • 89 Ibid., p. S4 v. 6-7.
  • 90 Polemis, Doukai, n° 136.
  • 91 Kalliklès, éd. Romano, p. 85 v. 30.

46La généalogie d’Andronic Paléologue est contenue dans l’épitaphe que Nicolas Kalliklés a consacrée à ce personnage87. Sa mère est la sébasté Anna, issue des Doukai88, son père le sébaste Georges Paléologue89. On considérera qu’Andronic est le deuxième des fils de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina, puisqu’il porte le prénom de son grand-père maternel Andronic Doukas90. Sa naissance sera fixée ca. 1083/1085. Andronic est revêtu de la dignité de sébaste et il utilise le patronyme de Doukas91.

  • 92 Gautier, Synode des Blachernes, p. 238, qui souligne l’absence de la dignité de sébaste ; cf. Polem (...)
  • 93 Sur le logothète Michel, γαμβρός des Comnènes voir P. Gautier, La curieuse ascendance de Jean Tzetz (...)

47P. Gautier a proposé de l’identifier avec le logothète des sékréta Andronic Doukas qui sous Alexis I Comnène avait donné au monastère de Xénophon un terrain situé à Kalamaria92 ; il a pu succéder au sébaste et logothète Michel, petit-neveu du patriarche Michel Cérulaire, qui est attesté dans cette charge jusqu’en 110993.

  • 94 Timarion, éd. Romano, p. 55 et sq.
  • 95 Ibid., p. 57 1. 212-221.
  • 96 Les premiers éditeurs du dialogue du Timarion (Hasf., Notice et extraits des manuscrits de la Bibli (...)
  • 97 N. Oikonomidès, Actes de Docheiariou, Paris. 1984, n° 3 : acte de vente de février 1112, p. 67 1. 1 (...)

48L’auteur du Timarion consacre un long excursus aux fastes de la fête du saint martyr Dèmètrios telle qu’elle fut célébrée à Thessalonique en présence du duc de la ville94. Il précise que ce duc avait pour grand-père paternel celui qui le premier fut surnommé Paléologue, pour père un général fameux et pour mère une descendante des Doukai95. On reconnaît facilement dans ces personnages Nicéphore et Georges Paléologue et l’épouse de ce dernier Anna Doukaina. Malgré ces détails l’identification de ce Paléologue duc de Thessalonique nous échappait encore bien qu’elle ait donné naissance à de nombreuses hypothèses96. Une solution définitive vient d’être apportée à ce problème par la publication des actes du monastère athonite de Docheiariou : en effet nous apprenons qu’en janvier et février 1112 le duc et praitôr de Thessalonique était le pansébaste sébaste Andronic Doukas97, dans lequel il faut reconnaître le fils de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina.

  • 98 A. Szemioth-T. Wasilewski, Sceaux byzantins du Musée national de Varsovie, p. 85-86, n° 90. A signa (...)

49Un sceau du Musée National de Varsovie, daté du xiie siècle peut être atttribué à Andronic98 :

Avers : Représentation de la Vierge.
Revers : + Σφράγισμα γραφών νδρόνιαου το Δούϰα κα πράξεων ϰῦρος το Παλαιολόγου.

  • 99 Kalliklès, éd. Romano, p. 85 I. 33-34. Apparemment Georges Paléologue et Anna Doukaina furent enter (...)
  • 100 P. Gautier, Le dossier d’un haut fonctionnaire d’Alexis I Comnène, Manuel Straboromanos, R.E.B., 23 (...)
  • 101 Sur Constantin Doukas voir Polemis, Doukai, n° 30 et W. Seibt, Byz. Bleisiegel, p. 143 n. 8.

50Andronic Paléologue mourut alors qu’il était encore jeune, précédant ses parents dans la tombe99. Le seul élément de datation dont nous disposons est l’allusion faite par Manuel Straboromanos au décès d’un neveu de l’impératrice dans un discours délivré entre 1108 et 1118 et adressé à Irène Doukaina à l’occasion de la mort de son frère le prôtostratôr Michel Doukas. L’éditeur identifie ce neveu, fils d’une sœur de l’impératrice, avec Andronic100. Par ailleurs si l’on remarque qu’en décembre 1118 le duc de Thessalonique s’appelait Constantin Doukas101, la mort d’Andronic peut se situer ca. 1115/1118.

  • 102 Kalliklès, éd. Romano. p. 85 I. 34. Kalliklès composa quatre autres poésies dédiées à Andronic mais (...)

51Nicolas Kalliklès signale qu’Andronic laissait à sa mort une épouse102 mais ne fait aucune allusion à des enfants restés orphelins ; nous en concluons qu’Andronic Paléologue n’avait pas de postérité.

14. — Alexis Paléologue

  • 103 Lampsidès, Biographie, p. 396-398.
  • 104 Ibid., p. 397 : ὦ μητραδέλφη σύζυγος βασιλέως λεξίου, Δούαινα καίσϰαρος γόνος... Le poète ajoute q (...)

52La généalogie d’Alexis Paléologue est contenue dans les vers de consolation que Léon Mégistos adressa à la veuve de son fils le grand hétériarque Georges Paléologue103. Le poète écrit qu’Alexis Paléologue a pour mère une sœur de l’épouse du basileus Alexis, une Doukaina descendante d’un césar104. Sa mère est à identifier avec Anna Doukaina, sœur d’Irène l’épouse d’Alexis I et petite-fille du césar Jean Doukas. Alexis est le troisième des fils nés de l’union de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina, après Nicéphore et Andronic.

  • 105 Ibid,, p. 397 : Ἀλέξιος παις δριανο γεννάδα πρώτου σεϐαστν σπέρας δομεστίκου ... Άννης τε μητρò(...)
  • 106 Sur Zôè Doukaina voir Polemis, Doukai, n° 20 (née ca. 1022 - morte après 1136).
  • 107 Lampsidès, Biographie, p. 404 n. 2.
  • 108 Ibid., p. 404 n. 1.
  • 109 P. Schreiner, Fine Unbekannte Beschreibung der Pammakaristoskirche (Fetiye Camii), D.O.P., 25 (1971 (...)
  • 110 C. Mango-E. J. W. Hawkins, Report of Field Work in Istanbul and Cyprus 1962-1963, D.O.P., 18 (1964) (...)
  • 111 Sur Adrien Comnène voir P. Gautier, Synode des Blachernes, p. 231-233 n° 1. Le prénom monastique de (...)
  • 112 Le prénom d’Adrien est entré dans la famille des Comnènes par l’intermédiaire des Dalassènoi : le g (...)

53Par la même source nous apprenons que l’épouse d’Alexis Paléologue est née d’Alexis Comnenodoukas qui est lui-même le fils du protosébaste et domestique d’occident Adrien et de la porphyrogé-nète Anna, fille de Constantin Doukas105. On reconnaît aisément dans ces personnages Adrien Comnène, le jeune frère d’Alexis I et son épouse, fille de l’empereur Constantin X Doukas ; cette princesse prénommée Zôè106 est appelée ici Anna, ce qui représente vraisemblablement son prénom monastique107. L’éditeur remarque que le fils d’Adrien Comnène, Alexis n’est pas connu par ailleurs et qu’il s’agit de sa première mention108. Nous pensons pouvoir l’identifier avec le sébaste Alexis Comnène cité dans les inscriptions funéraires du monastère constantinopolitain de la Pammakaristos. On sait que ces inscriptions contenues dans le manuscrit 0.2.36 du Trinity College à Cambridge concernent un nombre important de membres de la famille des Comnènes qualifiés d’enfants et de petits-enfants des fondateurs du monastère109. L’identité de ces derniers n’a pas encore été établie de façon certaine ; une inscription du XIIe siècle, les appelle Jean Comnène et Anna « de la racine des Doukai »110. Nous proposons de voir en ce couple Adrien Comnène dont le prénom monastique était Jean111 et son épouse Zôè Doukaina dont le prénom monastique était Anna. Le prénom d’Adrien qui apparaît à deux reprises dans les inscriptions de la Pammakaristos est un indice déterminant favorable à notre thèse : il est à la fois le prénom monastique du sébaste Alexis Comnène et celui de son fils né de son union avec Irène Synadènè112.

  • 113 Nicolas Kalliklès, éd. Romano, p. 100. n° 23 : ες τν εἰϰόνα το Σωτρος τν κοσμηθεσαν παρ τς (...)
  • 114 Ibid., ρ. 101, v. 10-12 : “Ανναν ... Κομνηνοπανσέϐαστον.
    L’identification d’Alexis Paléologue, fils (...)
  • 115 Konstantopoulos, Βυζ. Μολυϐδόβουλλκ, p. 168. n° 647 ; Schlumberger, Mélanges d’Archéologie byzantin (...)

54Alexis Paléologue est également mentionné dans une poésie de Nicolas Kalliklès qui a pour objet une icône du Christ Sauveur décorée grâce à la générosité de son épouse la sébasté Anna Doukaina113, qui comme le précise le poète appartenait aussi à la famille des Comnènes114. Deux renseignements importants nous sont ainsi livrés : Alexis Paléologue portait la dignité de sébaste, comme les autres fils de Georges Paléologue ; son épouse se prénommait Anna. Le patronyme de Doukas qu’elle porte lui vient de sa grand-mère paternelle la porphyrogénète Zôè Doukaina115.

55De l’union d’Alexis Paléologue et d’Anna Comnénodoukaina naquirent plusieurs enfants dont Georges (n 18), Constantin (n“ 19) et Na... (n° 20).

56L’ensemble des données généalogiques que nous venons d’exposer permet d’établir le tableau suivant :

15. — Constantin Paléologue

57Le codex Athos Pantocrator 120 contient la correspondance inédite d’un moine anonyme datée de la première moitié du xiie siècle. La pièce n“ 17 de la collection comporte le lemme suivant :

  • 116 P. Gautier, Un recueil de lettres faussement attribué à Michel Psellos. R.E.B., 35 (1977), p. 101.

Τώ σεβαστώ κυρώ Κωσταντίν τ υί το Παλαιολόγου μονάσαντι116.

  • 117 P. Gautier, art. cit., p. 99-100.

58La même lettre mais anépigraphe se retrouve dans le Vindobonen-sis philol. gr. 321 fol. 51v (pièce n° 9) où le copiste l’attribue à Michel Psellos. Il ressort de cette lettre que le sébaste Constantin Paléologue prit l’habit monastique et se retira dans un monastère de l’île de Plati117.

  • 118 L’identité des deux Constantins n’est pas retenue par Gautier qui écrit, p. 101 : « Quoi qu’il en s (...)

59L’identification de ce sébaste avec le sébaste Constantin Paléologue, frère du grand hétériarque Georges, qui était encore en activité en 1166 ne va pas sans difficulté chronologique mais ne peut être entièrement écartée118. De toute façon et compte-tenu de la dignité de sébaste qu’il portait, ce personnage ne peut être qu’un fils ou un petit-fils du couple Georges Paléologue - Anna Doukaina.

16. — Romain Paléologue

  • 119 P.G. 127, col. 973 ; Gautier, Synode des Blachernes, notice n° 22.
  • 120 Cette hypothèse formulée par Laurent, Généalogie, p. 142-143 a été rejetée par Polemis, Doukai, p. (...)
  • 121 P.G. 127, col. 973: cf. Polemis, ibidem; Gautier, art. cit., p. 250.

60Le curopalate Romain, fils de Paléologue est l’un des membres du Sénat présent au synode tenu au palais des Blachernes à la fin de l’année 1094119. Déjà en activité à cette date il ne saurait être un fils du couple Georges Paléologue - Anna Doukaina, marié en 1080 ou au début de 1081120. De plus tous les enfants du couple portaient la dignité de sébaste. Romain est vraisemblablement né du protonobélissime Georges Paléologue qui est cité dans le procès-verbal du même synode121.

  • 122 Laurent, Bulles métriques, p. 103 n° 295. Cette attribution n’a pas été retenue par Gautier, op. ci (...)

61V. Laurent a proposé d’attribuer au curopalate Romain Paléologue une bulle métrique comportant un appel au Verbe (Λόγε) et dont la légende est la suivante122 : Οπερ σφραγίς πέφυϰα φυλάττοις, Λόγε, ϰουροπαλάτην ‘Ρωμανòν πιστòν λάτριν.

17. — Michel Paléologue

  • 123 Cf. supra p. 148 n. 10. K. Chalandon, Les Comnène, II, p. 218-219 écrit : « un cousin du basileus. (...)
  • 124 Laurent, Généalogie, p. 148-149.
  • 125 C’est l’opinion de K. Barzos dans Βυζαντινά. 7 (1975), arbre généalogique, p. 175.
  • 126 Nicéphore porte le double patronyme de Doukas et de Paléologue sur son sceau : cf. supra p. 146. Mi (...)
  • 127 Othon de Freisingen, Gesta, II. 23, Μ.G.II., S.S., t. II, p. 108 ; cf. Du Cange, Fam. Aug., p. 188.

62Michel Paléologue a longtemps été identifié avec le Paléologue anonyme mentionné comme duc de Thessalonique dans le Timarion et de ce fait il a été considéré comme l’un des fils de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina123. Gomme l’a déjà remarqué V. Laurent la carrière de Michel qui se déroule essentiellement sous le règne de Manuel Comnène montre bien qu’il appartient à la génération suivante124. Il est vraisemblablement né de Nicéphore125, l’aîné des trois fils de Georges : en effet, le cadet Andronic, bien que marié n’eut pas d’enfant et le puîné Alexis, époux d’une Comnène transmit à ses descendants le patronyme impérial qui n’est jamais attaché à Michel. De même que son père Nicéphore, Michel utilise le nom de Doukas qui lui vient de sa grand-mère paternelle Anna Doukaina126. La remarque d’Othon de Freisingen qui veut que Michel soit de sang royal127 n’est pas dénuée de tout fondement si l’on considère que son père Nicéphore est le cousin germain de Jean II Comnène.

  • 128 Kinnamos (Bonn), p. 70.
  • 129 Nicétas Choniates (Van Dieten), p. 58. Joseph Balsamôn est caractérisé comme gambros ép’ adelphè de (...)

63Kinnamos nous apprend que Michel Paléologue fut exilé par l’empereur Jean Comnène pour une raison inconnue puis rappelé en 1143 par son successeur128. Au début du règne de Manuel, Michel entra en conflit avec Joseph Balsamôn ; leur différend fut porté devant le praitôr du thème de l’Hellade et du Péloponnèse129, ce qui laisse supposer que Michel habitait cette région ou qu’il y possédait des propriétés foncières.

  • 130 Kinnamos (Bonn), p. 70. Le chartulaire reste anonyme niais a été identifié à juste titre avec Basil (...)
  • 131 Kinnamos (Bonn), p. 82.

64En 1147 le sébaste Michel Paléologue accompagné du chartulaire Basile Tzintziloukès fut envoyé à la rencontre des croisés à Sardique pour assurer leur ravitaillement130. Ensuite de concert avec le gouverneur de Nis, Michel Branas il accueille le roi de France Louis VII, qui venait de traverser le Danube131.

  • 132 Kinnamos (Bonn), p. 135 ; Nicétas Choniatès (Van Dieten). p. 91 (relation erronée : Paléologue n’al (...)
  • 133 Kinnamos (Bonn), p. 135 ; Boson, Vita Hadriani IV. éd. Duchesne, Liber Pontificalis, t. II, p. 393- (...)
  • 134 Kinnamos (Bonn), p. 138-139, 142-146, 150. Pour les détails de la campagne de Michel voir F. Chalan (...)
  • 135 Caffaro, Annales. M.G.II., S.S., t. 18, p. 23 ; G. Bertolotto, Nuova serie di documenti sulle relaz (...)

65Au printemps 1155, accompagné du sébaste Jean Doukas et de l’ancien seigneur de Gravina, Alexandre de Conversano, il se rendit à Ancône pour tenter la conquête de l’Italie méridionale132. Il apportait avec lui des sommes considérables133 destinées à détacher de l’alliance avec l’empire germanique les cités normandes. Pendant l’année 1155-1156, Michel mena une double activité militaire et diplomatique qui lui permit, d’une part de s’emparer de plusieurs villes du royaume normand dont Bari (été 1155)134 et d’autre part de négocier avec Gênes (octobre 1155)135.

  • 136 Kinnamos (Bonn), p. 151 ; Nicétas Chômâtes (Van Dieten), p. 94 qui écrit à tort que Michel Paléolog (...)
  • 137 Deux épitaphes de Michel sont attribuées à Prodrome ; W. Horandner, Theodoros Prodromos, Historisch (...)
  • 138 Kinnamos (Bonn), p. 165 ; Nicétas Chômâtès (Van Dieten). p. 94. Sur Alexis Comnène, fils du césar N (...)

66Mais Michel Paléologue mourut prématurément à Bari au printemps (mars ?) 1156 après une courte maladie de trois jours pendant laquelle il se fit tonsurer136 et prit le prénom monastique de Moses137. Le sébaste Jean Doukas rendit les honneurs funèbres au défunt et prit le commandement des forces grecques en Italie, jusqu’à l’arrivée du successeur de Paléologue le grand duc Alexis Comnène, exadelphos du basileus138.

  • 139 D.O. 58-106-5429.

67On attribuera à Michel un sceau de la collection de Dumbarton Oaks qui ne comporte ni fonction ni dignité139 :

Avers : La Vierge, en buste, orante, tenant le médaillon de l’Enfant.
Revers : + Σφραγίς Μιχαήλ Παλαιολόγου, κόρη…

  • 140 R.II.C. Hist. Grecs. II. p. 765-766, cf. infra p. 169 n. 6.
  • 141 Le seul témoignage que nous possédions sur l’épouse de Michel Paléologue n’est pas recevable : il é (...)

68Michel doit être identifié avec un Paléologue anonyme mentionné dans une poésie que Théodore Prodrome composa à l’occasion du mariage du fils unique de ce Paléologue avec une descendante de Jean II Comnène140. Nous reconnaissons dans ce fils unique de Michel, le grand duc Alexis Paléologue (n° 28)141.

18. — Georges Paléologue

  • 142 Sur la place de Georges dans le stemma voir Laurent, Généalogie, p. 140, 146 ; Polemis, Doukai, n°  (...)
  • 143 Cf. supra notice n° 14.
  • 144 Lampsidis, Biographie, p. 397.
  • 145 Laurent, Généalogie, p. 138-140 a fondé toute une exégèse sur deux termes de parenté contenus dans (...)

69A l’occasion du décès de Georges, Léon Mégistos composa une monodie et un discours de consolation adressé à sa veuve qui nous renseignent parfaitement sur la place occupée par ce personnage dans la généalogie des Paléologues142. Le père de Georges, Alexis, est le troisième des fds de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina ; sa mère, dont nous pensons avoir démontré qu’elle se prénommait Anna143, est une fille d’Alexis, issu lui-même de l’union du protosébaste Adrien Comnène et de la porphyrogénète Zôè (moniale Anna) Doukaina144. Le rappel fréquent de sa parenté avec les familles impériales des Doukai et des Comnènes constitue l’un des éléments permettant son identification. On notera toutefois que si Georges descend en ligne directe de l’empereur Constantin X Doukas, qui est son trisaïeul, il ne compte aucun empereur Comnène parmi ses ancêtres145.

  • 146 Lampsidis, Biographie, p. 407. considère que Georges Paléologue était âgé de 40/45 ans à sa mort.
  • 147 Patricia Karlin-Hayter, L’hétériarque — L’évolution de son rôle du De Cerimoniis au Traité des Offi (...)
  • 148 Tzetzès, Epistulae, éd. Leone, Leipzig, 1972, n” 59. Sur ce Paléologue et son épouse Aspaè cf. noti (...)

70La naissance de Georges sera fixée avec vraisemblance ca. 1125146. La date à laquelle il fut nommé grand hétériarque n’est pas connue avec certitude mais il semble avoir rempli cet office dès les premières années du règne de Manuel Comnène, inaugurant ce que P. Karlin-Hayter a appelé « la nouvelle race des hétériarques princiers choisis parmi les ϰαθ’ αίμα »147. Il est possible, en effet, de reconnaître Georges Paléologue dans le grand hétériarque anonyme dont l’épouse reçoit une lettre de Jean Tzetzès écrite à l’été 1147 lors de la marche des Allemands sur Constantinople : cette correspondante peut être identique à une lointaine parente de Tzetzès, la géorgienne Aspaè qui est explicitement désignée comme l’épouse d’un Paléologue148.

  • 149 P. Karlin-Hayter, art. cit., p. 130 : « Georges Paléologue, pansébaste sébaste et grand hétériarque (...)
  • 150 Lampsidis, Biographie, p. 398. 405-406.
  • 151 Ibidem : le Péloponnèse est désigné comme le pays où coule l’Alphée.
  • 152 Kinnamos (Bonn), p. 215.
  • 153 P.G. 140, col. 236, 252.
  • 154 Guillaume de Tyr, R.H.C. Hist. Occidentaux, I, 2, p. 942-943. Le sébaste Manuel peut être identilié (...)
  • 155 Lampsidis. Biographie, p. 399, 405.

71En dépit même de la spécificité de sa fonction, Georges fut essentiellement un diplomate et non pas un militaire149. Il remplit d’importantes missions en Hongrie, en Serbie, dans les pays du Danube, en Italie et en Allemagne, et jusque chez les Turcs150. Son activité ne se borna pas à la politique extérieure puisqu’il intervint aussi dans les affaires internes de l’Empire, notamment dans le Péloponnèse151. En 1162, le sébaste et grand hétériarque Georges Paléologue fut envoyé en Hongrie négocier le mariage de la porphyrogénète Maria Comnène, fille de Manuel, avec l’un des fils du roi Geisa, le jeune Béla qui fut amené à Byzance où il fut rebaptisé Alexis et reçut le titre de despote152. Revêtu de la même titulature Georges Paléologue est présent à deux séances synodales tenues les 2 et 6 mars 1166 ; à la seconde de ces réunions il précède son frère le sébaste Constantin Paléologue et un autre membre de la famille le sébaste Alexis Paléologue153. En 1167, accompagné du sébaste Manuel, cousin de l’empereur, il escorta la princesse Maria Comnène jusqu’à son futur époux le roi Amaury de Jérusalem154. La même année, il se rendit à nouveau en Hongrie, sans doute à la suite de la prise de Sirmion par l’armée byzantine. Sur le chemin du retour Georges tomba malade à Andrinople où il mourut155.

  • 156 N.H., 8 (1911). p. 28. 143. 145 bis, 148-150. 151.

72Georges Paléologue fut un généreux donateur comme en témoignent cinq poésies dédicatoires contenues dans le codex marcianos 524 qui toutes font allusion à sa parenté avec les Doukai et les Comnènes156. Deux d’entre elles retiendront plus particulièrement notre attention :

    • 157 Ν.H., 8 (1911), p. 143 : sur le fils de Georges, le sébaste Alexis voir la notice n° 29.

    la première est la dédicace d’un portrait de l’archange saint Michel peint dans le propylée d’une église de Triaditsa ( = Sardique) ; aux côtés du saint, était représenté le sébaste et grand hétériarque Georges Paléologue accompagné de son fils le sébaste Alexis157 ;

    • 158 Ν.II., 8 (1911), p. 149 ; cf. Laurent, Généalogie, p. 137, 140-141.
    • 159 Ibidem : cf. Lampsidis, Biographie, p. 106.
    • 160 Lampsidis, Biographie, p. 391. 396.

    la seconde rappelle la fondation d’un monastère dédié à la Théofokos. Dans le vestibule se trouvaient peints deux séries d’empereurs dans lesquels le sébaste et grand hétériarque Georges Paléologue reconnaissait ses bienfaiteurs et des princes de même origine que lui : d’un côté Constantin et Michel Doukas avec leurs alliés Romain Diogène et Nicéphore Botanéiatès, de l’autre les empereurs de la dynastie des Comnènes, Alexis, Jean et Manuel158. Un autre groupe de peintures célébraient les victoires de Manuel Comnène dont la prise de Sirmion159, en rapport étroit avec la dernière mission du grand hétériarque. A ces textes anonymes, il faut ajouter un poème de Léon Mégistos qui nous apprend que Georges fit ériger une stèle représentant la muse Calliope160.

  • 161 Schlumberger, Sigillographie, p. 582 n° 3 ; Laurent, Bulles métriques, p. 163 n° 466 ; cf. Polemis, (...)

73On attribuera à ce personnage deux types de sceaux dont la légende glorifie des ancêtres appartenant aux familles Doukas et Comnène. L’un, publié par Schlumberger, a été intégré par Laurent dans ses Bulles métriques avec une correction imposée par la prosodie161 :

Avers : Représentation de saint Georges portant la lance et le bouclier.
Revers : Σφραγίς τν γφαφν σεβαστού Γεωργίοπορφυροϐλαστόπαιδος Κομνηνοδούϰα.

  • 162 Konstantopoulos, Βυζ. Μολυϐδόϐουλλα, p. 361 n° 670a.

74L’autre a été édité par Konstantopoulos162 :

Avers : Représentation de saint Georges.
Revers : Σφράγιζε μάρτυς τς γραφς Γεωργίου Παλαιολόγου Κομνηνο ρίζης κλάδου.

  • 163 Lampsidis, Biographie, p. 406-407.
  • 164 Éd. W. Regel, Fontes Rerum Biyzantinarum, Saint-Pétersbourg, 1892, p. 16-24 : l’éditeur (p. x) prop (...)

75D’après Lampsidis, Georges Paléologue mourut entre 1167, date de sa dernière mission en Hongrie et janvier 1170, date à laquelle Jean Doukas est mentionné pour la première fois dans la charge de grand hétériarque163. On notera toutefois qu’un discours d’Eustathe de Thessalonique adressé au grand hétériarque Jean Doukas a pu être délivré dès 1168, ce qui fixerait la mort de Georges Paléologue fin 1167 ou courant 1168164.

  • 165 La veuve de Georges Paléologue est caractérisée comme la sébastè dans les vers de consolation que l (...)
  • 166 Lampsidis, Biographie, p. 400, 402-403.

76A sa mort Georges laissait une épouse165 et plusieurs enfants166 dont un fils prénommé Alexis (n° 29).

19. — Constantin Paléologue

  • 167 P.G. 140, col. 252. Cf. Lampsidis, Biographie, Tab. Généalogique, p. -105.
  • 168 P.C.. 1 10. col. 177.
  • 169 P.G. 1 40. col. 252 : sur le problème des trois Jean Kontostéphanoi qui assistent à ces réunions vo (...)

77Constantin est un frère du grand hétériarque Georges Paléologue et par conséquent un fils d’Alexis Paléologue et d’Anna Comnène167. Il assiste au synode des 12 et 13 mai 1157 où il suit Jean Kontostépha-nos et précède Alexis Paléologue168. Il est également présent à la réunion du 6 mars 1166 où il suit son frère le grand hétériarque Georges Paléologue et précède Alexis Paléologue, le grand drongaire Andronic Kamatèros et Jean Kontostéphanos169. Dans les deux cas il porte la dignité de pansébaste sébaste mais on ne lui connaît aucune charge.

  • 170 K. Krumbacher, Michael Glykas, SBBAW, 1894, p. 421 n° 11 cf. p. 439 à 441 (et n. 2) ; S. Eustratlad (...)

78Il est depuis longtemps considéré comme identique à un correspondant de Michel Glykas qui reçoit quatre homélies sur les Saintes Écritures. Le lemme de la première lettre est le suivant : Τω πανσεβάστω σεβαστώ κυρω Κωνσταντίνω τω Παλαιολόγοω. L’auteur lui accorde à chaque fois le qualificatif d’eugénestatos170.

  • 171 Laurent, Bulles métriques, p. 202-203. n° 578 (pièce datée du xii-xiiie siècle) ; Fogg. A. M. n° 13 (...)

79Constantin Paléologue est vraisemblablement le propriétaire d’un sceau dont la légende métrique a été publiée par V. Laurent et dont la représentation hagiographique nous est connue par un exemplaire inédit de la collection du Fogg Art Museum171 :

Avers : Représentation de saint Georges.
Revers : Σφραγίς πέφυκα Κωνσταντίνου του Παλαιολόγο.

  • 172 Voir aussi notre notice n“ 15 avec les réserves qu’impose la chronologie.

80A la fin de sa vie Constantin revêtit peut-être l’habit monastique pour se retirer dans l’île de Plati172.

20. — Na... Paléologina

  • 173 L’épitaphe a été éditée avec un commentaire prosopographique très riche par D. Polemis, Άνεπίγραφοι (...)
  • 174 Polemis, op. cit., p. 108. v. 7-11.
  • 175 Polemis. op. cit., p. 109. v. 21. 31 ; p. 114-115.
  • 176 Polemis, op. cit., p. 109, v. 17. 20. 30 ; p. 110-115.

81Na... Paléologina est l’épouse de Jean Bryennios, personnage uniquement connu par son épitaphe conservée dans le codex Baroccianus 195 fol. 8r sous la forme de vers anépigraphes173. Le défunt qualifié de « charitônymos » se prénommait Jean, son père appartenait à la famille des Bryennioi, sa mère à celle des Comnènes et de plus il était apparenté aux Katakalôn174. C’était un militaire qui participa aux batailles livrées contre les Turcs Seldjoukides à Césarée et à Adramytte en 1140175. Il mourut encore jeune, laissant une épouse et deux fillettes en bas âge176. Malgré les précisions apportées par le poète il ne semble pas possible d’arriver à une identification satisfaisante des parents du défunt. Les Bryennioi et les Comnènes se sont unis à trois reprises au cours des xie-xiie siècles mais aucun des couples envisagés ne semble remplir les conditions requises.

  • 177 Sur Jean Doukas. flis du césar Bryennios, voir Polemis, Doukai, n° 78 ; P. Gautier, éd. de Nicéph. (...)
  • 178 Sur Joseph Bryennios cf. L. Stiernon, Sébaste et gambros, B.E.B.. 23 (1965), p. 237-238. Joseph Bry (...)
  • 179 Sur Nicéphore ἐκ τν Βρυεννων. voir L. Stiernon, op. cit., p. 242.
  • 180 P.C. 138. col. 713 : cf. Dr Cange, Fam. Aug., p. 148.

82Nicéphore Bryennios épousa en 1096/1097 Anna Comnène, fille d’Alexis I : de cette union naquit bien un fils prénommé Jean, mais il est toujours désigné par le patronyme de Doukas et il fut père de cinq enfants nés de deux épouses successives177. Joseph Bryennios qualifié de gambros de Manuel Comnène dut avoir pour épouse une fille du sébastocrator Isaac, frère de Jean 11 : on ne lui connaît qu’un fils prénommé Manuel178. Nicéphore Bryennios appelé έπ’ άδελφ γαμβρός avait pour épouse une nièce de Manuel Comnène, vraisemblablement née d’une sœur de l’empereur179 : de cette union dut naître cette descendante des Bryennioi dont Manuel interdit la mésalliance avec Théodore Mésaritès180.

  • 181 Notice sur le personnage chez P. Gautier, Synode des Blachernes, n° 30. Sur sa parenté avec les Bry (...)
  • 182 Sceau inédit de la Collection des Musées Ottomans. Istanbul. Fonds Diogène, n° 348.
  • 183 Sceau inédit Fogg A. M. n° 1078.
  • 184 P. Gautier, Synode des Blachernes, n° 20.
  • 185 Polemis, op. cit., p. 110-111.

83La mention d’une parenté avec les Katakalôn ne fait que compliquer le problème puisque les Bryennioi tout comme les Comnènes s’unirent à des membres de cette famille. Rappelons que Katakalôn est employé à la fois comme prénom (par exemple Katakalôn Tarchaneiotès181) et comme patronyme (par exemple Jean Katakalôn182, Michel Katakalôn183, etc.). On le trouve aussi comme surnom (ou deuxième patronyme ?) en particulier chez les Euphorbè-noi : Constantin184 et son fils Nicéphore. Ce dernier ayant épousé Maria Comnène, fille d’Alexis I, D. Polemis suggère que la mère de Jean Bryennios est issue de cette union185.

  • 186 V. Laurent, La Collection C. Orqhidan, Paris, 1952, p. 77 n° 137 :
    Σφραγίς σεβαστού τ γένει Βρυεννί (...)

84Par ailleurs V. Laurent a publié un sceau au nom d’un sébaste Katakalôn Bryennios, autre témoignage de l’union de ces deux familles186.

  • 187 Polemis, op. cit., p. 109 v. 26-28 :
    Δουϰῶν τε βλαστοϋ πανσεβάστο πατρόθεν, Κομνηνοδουκόθεν δὲ μητρ (...)
  • 188 Cf. supra notice n“ 14 sur Alexis Paléologue. Telle n’est pas, bien sûr. la conclusion de Polemis ( (...)

85Par comparaison l’identification des parents de l’épouse semble plus aisée : elle est née d’un Doukas Paléologue qui porte la dignité de pansébaste et d’une Comnénodoukaina187. Sans hésitation il faut reconnaître dans ces personnages le sébaste Alexis Paléologue, troisième fils de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina et son épouse Anna Comnène qui utilisait le patronyme de Doukaina hérité de sa grand-mère paternelle la porphyrogénète Zôè188.

21. — N... Paléologue

  • 189 Jean Tzetzès, Historiae, éd. Leone. Naples, 1968, p. 190-191, vers 585-630 et particulièrement vers (...)
  • 190 Tzetzès, op. cit., vers 596.
  • 191 Tzetzès, op. cit., p. 576.

86Un Paléologue cité sans prénom apparaît dans une scolie aux Chiliades de Tzetzès dans les conditions suivantes : Jean Tzetzès consacre dans ses Chiliades un excursus de quarante-cinq vers à sa propre généalogie dans lequel il nous apprend que son arrière-grand-mère maternelle était d’origine abasge et qu’elle vint à Constantino-ple avec la despoina Mariam dont elle était la parente ; il précise : « sa servante disent les mauvaises langues »189. Ce lien de parenté ou de dépendance, l’un n’excluant pas l’autre, fait l’objet chez l’auteur d’une comparaison avec une situation semblable qui lui est contemporaine : « comme Aspaè chez nous l’est de Kataè »190. La scolie, vraisemblablement de Tzetzès lui-même est chargée d’expliquer ce vers énigmatique : Ή Κατάη γυνή ήν το πορφυρογεννήτου αυρίου λεξίου ής υπό χείρα ή Άσπάη τις Παλαιολόγω συνεζύγη191.

  • 192 Gautier, art. cit., p. 208-209 et n. 5 et surtout K. Barzos. Ἀλέξιος Κομνηνòς-Ερήνη ή Ρωσική ϰαι ο (...)

87Le porphyrogénète Alexis est le fils aîné de Jean II Comnène et d’Irène de Hongrie. Il épousa en 1122 Dobrodeja, fille du prince Mstislav de Kiev, qui prit à Byzance le prénom d’Irène. Après la mort d’Irène de Kiev le 16 novembre 1131, le porphyrogénète Alexis se remaria avec Kataè que la chronologie invite à considérer comme une fille du roi de Géorgie Dèmètrios I (1125-1154/56). La princesse géorgienne prit à la cour le prénom d’Eudocia et survécut à son mari mort en 1142192.

  • 193 Apparemment Aspaè n’était pas la seule parente de Kataè qui vint à Byzance : en effet, d’après Théo (...)
  • 194 Jean Tzetzès, Epistulae, éd. Leone. Leipzig. 1972, n” 59. L’éditeur identifie le grand hétériarque (...)

88Nous apprenons par cette scolie qu’Eudocia de Géorgie était accompagnée d’une cousine prénommée Aspaè193 qui fut donnée en mariage à un Paléologue à une date que l’on peut fixer ca. 1135. Il est à remarquer qu’une lettre de Tzetzès est adressée à la femme du grand hétériarque à l’occasion de la marche des Allemands contre Constantinople en juillet-août 1147 : si comme nous le pensons ce grand hétériarque s’identifie à Georges Paléologue, cette correspondante de Tzetzès est peut-être Aspaè194.

22. — Nicéphore Paléologue

  • 195 Nicétas Choniates (Van Dieten), p. 226 : Skoutariotès (Sathas), p. 308. Cf. O. Jurewicz, Andronikos (...)
  • 196 W. II. Rudt-Collenberg, The Rupenides Hethumides and Lusignans, The Structure of the Armeno-Cilicia (...)

89Représentant de l’autorité impériale à Trébizonde, vraisemblablement avec le titre de duc, Nicéphore Paléologue s’empara en 1179 de Théodora Comnène et, des enfants qu’elle avait eus d’Andronic Comnène et les livra à l’empereur Manuel qui s’en servit comme otages pour obtenir la rémission de son cousin195. Sans citer ses sources W.H. Rudt-Collenberg considère que l’un de ces enfants, Irène devint l’épouse de Nicéphore196.

  • 197 Laurent. Généalogie, p. 148 n. 6. Cf. notre notice n° 12.

90Y. Laurent a proposé d’attribuer à Nicéphore Paléologue le sceau au nom du sébaste Nicéphore Doukas Paléologue197 que nous avons étudié en relation avec le fils de Georges Paléologue et d’Anna Doukaina.

23. — Andronic Paléologue

  • 198 Nicétas Chôniatès (Van Dieten), p. 318 ; Eustathe de Thessalonique (Kyriakidès), p. 72 ; Skoutariot (...)

91Andronic Paléologue est l’un des généraux que l’empereur Andronic I envoya au mois d’août 1185 au secours de Thessalonique assiégée par les Normands. Placés sous les ordres du grand domestique d’Orient Alexis Gidos, les autres chefs de l’armée étaient le chartulaire Théodore Choumnos, Manuel Kamytzès, Jean Comnène fils de l’empereur et l’eunuque Nicéphore parakoimomène198.

92On retrouve Andronic Paléologue parmi les dignitaires présents au svnode tenu sous Isaac II Angelos en septembre 1191 :

το περιποθήτου γαμβρο το ένθέου κράτους αύτο το πρωτο-σεβαστοϋπερτάτου κυρο Ανδρoνκου το Παλαιολόγου.

  • 199 Α. Papadopoulos-Kerameus, Ἀνάλεκτα Ίερυσολυμιτικς σταχυολογίας. II, 1894, ρ. 362. Seule la parenté (...)
  • 200 Isaac II Angelos a trois oncles paternels : Jean, Alexis et Isaac et quatre frères, Constantin, Jea (...)

93Il est mentionné entre deux exadelphoi de l’empereur, le prôtostra-tôr Manuel Kamytzès et Manuel Angelos199. La parenté d’Isaac II et d’Andronic n’est pas expliquée mais on peut supposer qu’Andronic est l’époux d’une cousine ou d’une nièce de l’empereur Isaac : ce dernier ayant un grand nombre d’oncles paternels et de frères dont la descendance est peu ou ma) connue200.

  • 201 K. Krumbacher, Michael Glykas dans S.B.B.A.W., 1894. p. 422. n° 13 cf. p. 425 ; S. Eustratiades, Μί (...)

94Cet Andronic Paléologue est identique au personnage auquel Michel Glykas adresse une courte homélie sur les saintes écritures : Τω μεγαλοδοξοτάτ ϰυρ Άνδρονίκω τω Παλαιολόγ. L’auteur qualifie son correspondant d’eugénestatos201.

95Un sceau de la collection Shaw publié par V. Laurent peut être attribué à Andronic comme le proposent Zacos-Veglery qui éditent un spécimen semblable, sur la base de l’identité des dignités :

  • 202 Laurent, Bulles métriques, p. 224 n° 661 ; Zacos-Veglery, p. 1558-1559 n° 2747, qui réfutent l’attr (...)

Παλαιολόγος νδρόνιαóς με γράφει
Κομνηνοδουϰῶν έξ άνάϰτων σφύος
ό πρωτοπανσϐοαστος έξ περτάτου202.

96Malgré la précision apportée par la pièce sigillographique à savoir qu’Andronic Paléologue descend des empereurs Comnenodoukas, sa place dans la généalogie ne peut être établie avec certitude.

24. — N... Paléologue

  • 203 J. Darrouzès, Un recueil épistolaire du XIIe siècle. R.E.B., 30 (1972), p. 199-229.

97Le codex gr. 508 de l’Académie roumaine est un manuscrit composite qui contient des œuvres diverses parmi lesquelles la collection épistolaire inédite du moine Hiérothée datée de la fin du xiie siècle. La majeure partie des lettres de Hiérothée a été écrite sous le patriarche Théodose Boradiotès (1179-1183) ; certains indices donnent à penser que l’activité littéraire du moine s’est poursuivie sous le règne de l’empereur Isaac II Angelos (1185-1195)203.

  • 204 J. Darrouzès, art. cit., p. 216 n° 84 (Incipit : ούϰ οΐμαι τν περί ήμας). Le même Hexazènos reçoit (...)

98Page 159 de la pagination du composteur une lettre a pour destinataire le sébaste Paléologue. L’analyse du document fait ressortir le contenu suivant : « L’écriture est un présent de Dieu pour que les humbles puissent communiquer avec de hauts personnages comme toi. Nous te souhaitons le salut de l’âme. Puisses-tu obtenir la faveur de l’empereur et apparaître à nos yeux. Notre frère — un tel — te fait sa métanie, lui qui nous a souvent entretenu de ta noblesse. Héxazènos nous a encouragé à t’écrire »204.

99Aucune identification précise de ce sébaste Paléologue ne semble possible : toutefois un rapprochement peut être fait avec Andronic Paléologue dont l’activité nous est connue pour les années 1185/1191 et qui portait sous Isaac II la dignité de prôtopansébastohypertatos.

25. — Georges Paléologue

  • 205 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 451 : άνθρωποι ϰατά γένος τ βασιλεσυναπτόμενοι ; sur Théodore (...)
  • 206 A. Papadopoulos-Kerameus, νάλεχτχ Ίεροσολυμιτιχς σταχυολογίχς. II. Saint-Pétersbourg, 1894, p. 36 (...)

100Georges est l’un des instigateurs de la révolte de Kypséla qui en avril 1195 renversa Isaac II Angelos au profit de son frère aîné Alexis. Les autres membres du complot étaient Théodore Branas, Jean Pétraliphas, Constantin Raoul et Michel Cantacuzène, tous parents du basileus205. Cette parenté peut trouver une explication dans le fait que Georges est peut-être un frère d’Andronic Paléologue cité comme gambros d’Isaac II en 1191206.

  • 207 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 512 ; Skoutariotès (Sathas), p. 425 où il est. à nouveau cité pa (...)

101Au printemps 1199, Alexis III envoya contre le rebelle Ivanko une armée commandée par le prôtostratôr Manuel Kamytzès à qui il donna pour lieutenants ses deux gendres Alexis Paléologue et Théodore Laskaris. C’est pendant cette campagne, au siège de Kritzimos en Thrace que Georges Paléologue trouva la mort parmi d’autres parents de l’empereur207.

26. — Hélène ou Irène Paléologina

102La collection sigillographique des Musées d’Istanbul possède sous le numéro 913 un sceau daté de la seconde moitié du XIe siècle et portant la légende :

+ Ελένη μοναχή ή Παλαιολογίνα.

  • 208 V. Laurent, Corpus, V, 2, p. 298 n° 1470.

103L’éditeur reconnaît que l’état de conservation du sceau permettrait de lire le prénom « à la rigueur Irène, à l’exclusion de toute autre combinaison »208.

  • 209 Les épouses du despote Alexis Paléologue et du grand-duc Alexis Paléologue se prénommaient toutes d (...)
  • 210 A. Papadopulos, Généalogie, n° 29.

104L’identification de la propriétaire est d’autant plus difficile qu’il s’agit d’un prénom monastique, le prénom civil devant être tout autre. La datation nous incite à voir dans la moniale Hélène ou Irène une Paléologina de naissance plutôt que l’épouse d’un Paléologue209. Bien sûr on ne saurait penser à attribuer ce sceau à la sœur de Michel VIII, Irène Paléologina qui vivait au XIIIe siècle et dont le prénom monastique était Eulogia210.

27. — Jean Paléologue

  • 211 Fogg A. M. n° 1055.

105Parmi les sceaux inédits de la Collection du Fogg Art Museum se trouve un sceau au nom de Jean Paléologue ; à l’avers une représentation de la Vierge, au revers la légende ; Θεοτόκε βοήθει τ σδούλ Ιωάνν σεβαστ τ Παλαιολόγω211. V. Laurent date la pièce du xie ou du XIIe siècle. La seconde de ces dates paraît plus appropriée puisque les Paléologues ne sont devenus sébastes que tout à la fin du XIe siècle lorsque Georges Paléologue reçut cette dignité de son beau-frère Alexis Comnène.

  • 212 Sur le despote Jean Paléologue cf. Papadopui.os, Généalogie, n° 2.

106Les sources ne connaissent aucun Jean Paléologue tout au long du XIIe siècle ; le premier membre de la famille à porter le prénom de Jean est un fils du grand domestique Andronic Paléologue donc un frère de l’empereur Michel VIII qui lui conféra la dignité de despote212.

28. — Alexis Paléologue

  • 213 A. Dimitrievskij, Typika, I, p. 787 : πάππος ... ό μέγας δούξ ἐϰεῖνος ϰῦρις λέξιος.
  • 214 Laurent, Généalogie, p. 135.

107Le grand duc Alexis Paléologue est le grand-père paternel de Michel VIII. Il est mentionné dans les commémorations commandées par son petit-fils dans le Typikon du monastère de Saint-Michel au Mont Saint-Auxence213. L’économie du texte qui le cite immédiatement avant le père de l’empereur, le grand domestique Andronic Paléologue montre bien qu’il s’agit du grand-père paternel et non pas du père de la mère. De plus le grand-père maternel portait le titre de despote et ne saurait être commémoré avec celui de grand duc. Dans ces conditions il n’y a pas lieu d’imaginer que Michel VIII a volontairement mêlé les deux lignes de son ascendance en nommant le père de sa mère avant le sien propre214.

  • 215 P. Ν. Papageorgiou, Zwei iambische Gedichte saec. XIV und XIII, B.Z., 8 (1899), p. 674-677 : Στίχοι (...)

108Une poésie mise sous le nom de l’empereur Michel Paléologue et adressée à l’archange saint Michel fait référence à un grand-père qui antérieurement à la domination latine, restaura au Mont Saint-Auxence un monastère qui fut mis alors sous le patronage de saint Michel215. Dans la mesure où ce poème accompagne le Typikon dans la tradition manuscrite, il est évident que le grand-père qu’il cite est identique au grand-père mentionné dans le Typikon, c’est-à-dire au grand duc Alexis Paléologue.

  • 216 A. Dimitrievskij, ibidem : ή σύζυγος ατο κυρά Eίρήνη ή Κομνηνή.
  • 217 Laurent, Généalogie, p. 135 n. 1.
  • 218 Signalé par S. Papadimitriou dans V.V., 10 (1903), p. 107 n” 30 le poème est édité par R. Miller da (...)
  • 219 Ε. Miller, op. cit., ν. 10, 37, 41.
  • 220 Ibid., ν. 25 : ... σου μονογενή σου παΐδα.
  • 221 Ibid., ν. 31-32 : ... ψυχή Παλαιολόγου Ψυχή ‘Ρωμαίων αρχηγού περιφανούς μεγάλου.
  • 222 Ibid., ν. 2 : νυμφοστόλος βασιλεύς.
  • 223 On ne tiendra pas compte de la chronologie établie par Laurent (Généalogie. p. 139 n. 1) ; en parti (...)

109La femme du grand duc est commémorée sous le nom d’Irène Comnène216 ; à son propos V. Laurent remarque qu’il devait s’agir de la fille ou de la petite-fille d’un des nombreux enfants de Jean II217. Or un épithalame attribué à Théodore Prodrome célèbre l’union d’un Paléologue et d’une Irène Comnène qui correspond précisément à la définition de Laurent, puisqu’elle est fille de Jean Cantacuzène et de Maria Comnène, l’aînée des filles du sébastocrator Andronic, né lui-même de l’empereur Jean II218. Le poète livre certains renseignements qui permettent de cerner la personnalité de l’époux : il est issu des Doukai219 et il est le fils unique d’un Paléologue220 qui s’est illustré comme un vaillant chef de guerre mais qui est alors décédé221. Ces détails invitent à penser que le marié est le fils unique de Michel Doukas Paléologue dont les exploits en Italie ont eu un grand retentissement. Le mariage d’Alexis Paléologue et d’Irène Comnène dut être célébré dans les dernières années du règne de Manuel (ca. 1180) qui est qualifié de νυμφοστόλος222. Le poème ne contient aucune allusion à Jean Cantacuzène, père de la mariée qui mourut à la bataille de Myrioképhalon en septembre 1176223.

  • 224 P.C. 140, col. 177, 252.
  • 225 En effet le fils du grand hétériarque prendrait place avant Constantin Paléologue, frère de ce dern (...)

110Reste à expliquer la mention d’un sébaste Alexis Paléologue présent à deux réunions synodales : celle du 12 mai 1157 où il suit le sébaste Constantin Paléologue et celle du 6 mars 1166 où il prend place après le sébaste et grand hétériarque Georges Paléologue et après le sébaste Constantin Paléologue224. Les règles de préséance interdisent d’identifier ce sébaste Alexis avec le fils du grand hétériarque225. Son identité avec le grand duc doit être envisagée au prix d’une chronologie serrée qui fixerait sa naissance ca. 1140. La carrière d’Alexis Paléologue pourrait alors se résumer ainsi :

  • ca. 1140 : naissance d’Alexis Paléologue, fils de Michel Doukas Paléologue ;

  • 12 mai 1157 : présent au synode avec la dignité de sébaste ;

  • 6 mars 1166 : présent au synode avec la dignité de sébaste ;

  • ca. 1180 : épouse Irène Comnène ;

  • 1185/1195 : grand duc ;

  • ca. 1190 : fonde le monastère de Saint-Michel ;

  • avant 1203 : mort d’Alexis Paléologue.

  • 226 A. Dimitrievskij, p. 787.
  • 227 Ibidem. Le don par Irène Comnène d’un himation fait l’objet de deux poésies contenues dans le codex (...)

111Avant sa mort Alexis Paléologue revêtit l’habit monastique et changea son prénom pour celui d’Antoine226. Son épouse Irène Comnène mourut à une date indéterminée sous le prénom monastique d’Eugénia227 : le couple eut au moins deux fils, Michel (n° 31) et Andronic (n° 32).

29. — Alexis Paléologue

  • 228 Codex marcianos 524 in N. II., 8 (1911), p. 143.

112Alexis est le fils du grand hétériarque Georges Paléologue. Son portrait était peint ainsi que celui de son père aux côtés de l’archange saint Michel dans le propylée d’une église de Triaditsa228. Né d’un personnage qui glorifie ses ancêtres Comnènes, cet Alexis nous paraît identique au futur despote lui aussi caractérisé comme Comnène sur son sceau et dans son épitaphe.

  • 229 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 508 ; Skoutariotès (Sathas), p. 450 ; Akropolitès (Heisenberg), (...)
  • 230 Sur ce personnage cf. Nicétas Choniatès, p. 458, 485, 497. Son épitaphe a été composée par Grégoire (...)
  • 231 Grégoras (Bonn), I. p. 69.
  • 232 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 508-509.

113Au printemps 1199, Alexis Paléologue dut sur l’ordre de l’empereur Alexis III se séparer de sa femme et épouser la fille aînée du basileus Irène Comnène229, veuve d’Andronic Kontostéphanos230. A cette occasion Irène Comnène chaussa les bottines de pourpre et fut proclamée basilissa tandis qu’Alexis recevait la dignité de despote231. Nicétas Choniatès a laissé une description détaillée des fêtes qui accompagnèrent les noces de deux des filles de l’empereur, Irène et Anna, unies respectivement à Alexis Paléologue et Théodore Lascaris232.

  • 233 Ibidem, p. 511, 519. Sur la révolte d’Ivanko qui avait pris le prénom grec d’Alexis et épousé Théod (...)
  • 234 Ibidem, p. 526.
  • 235 M. Treu, Nicephori Chrysobergae ad Angelos orationes tres, Breslau, 1892, p. 4, 41 cf. p. 44 ; Nico (...)
  • 236 Nicétas Choniatès (Van Dieten). p. 530. La date du séisme n’est pas établie avec certitude : Lauren (...)
  • 237 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 534 ; Skoutariotès (Sathas), p. 430 ; Ephraim (Bonn), v. 6609. C (...)

114Désigné comme héritier présomptif de l’empire Alexis fut aussitôt envoyé, sous les ordres du prôtostratôr Manuel Kamytzès et en compagnie de son beau-frère Théodore Lascaris, combattre la rébellion du gouverneur de Philippopolis Ivanko-Alexis. Grâce à de fallacieuses promesses, Alexis Paléologue put au printemps 1200 obtenir la reddition du rebelle233. Alexis réprima aussi un soulèvement de la foule constantinopolitaine dirigé contre la personne de l’empereur et qui avait pour origine les exactions laissées impunies d’un fonctionnaire des prisons Jean Lagos234. A l’été 1201, l’intervention énergique du despote mit fin à la révolte de Jean Comnène surnommé Pachys, un descendant de l’empereur Jean II, qui fut arrêté et supplicié dans le Palais235. Au mois de février 1202, Alexis fut l’une des victimes d’un tremblement de terre qui fit écrouler la tente impériale236. Malgré son affaiblissement consécutif à cet incident, le despote alla combattre à l’été 1202, l’insurrection du gouverneur de Smoléna, Jean Spyridonakès qui dut s’enfuir chez les Bulgares237.

  • 238 Laurent, Généalogie, p. 126 ; on corrigera la lecture du premier éditeur par Zacos-Veglery, n° 2752

115On attribuera à ce personnage un sceau dont la légende rend parfaitement compte de sa titulature et de sa situation familiale238 :

Avers : Ἀλεξίου σφράγισμα Παλαιολόγου Κομνηνοφυος, δεσπότου τήν άξίαν.
Revers : γαμϐροῦ κρατοῦντος γῆς πάσης ‘Ρωμαίδος εἰς πρωτόπαιδα βασίλισσαν Eἰρήνην.

  • 239 F. Dölger, Zwei byzantinische Fahnen im Halbenstadler Domschatz, Beiträge zur Geschichte der Philos (...)

116F. Dölger a proposé de l’identifier avec le sébaste Alexis Paléologue qui offrit entre 1185 et 1195 ( ?) deux aérs aujourd’hui conservés dans le trésor de la cathédrale d’Halbenstadt239.

  • 240 Akropolitès (Heisenberg), p. 9 ; Skoutartotès (Sathas), p. 450 ; cf. Laurent, Généalogie, p. 129 ; (...)
  • 241 Ν.Π., 12 (1915), p. 444 ; l’éditeur, S. Lampros, l’ait le rapprochement entre le défunt de l’épitap (...)
  • 242 On trouvera une allusion à l’union d’Alexis et d’Irène dans deux poésies de Maxime Planoudès dédiée (...)

117Alexis Paléologue mourut prématurément pendant l’année 1203 et de toute façon antérieurement à la prise de Constantinople par les Croisés240. Le codex III A.A.6 de la Bibliothèque nationale de Naples contient au fol. 108 b l’épitaphe du personnage qui est désigné comme le despote Alexis Comnène Paléologue, gambros de l’empereur Alexis241. Du mariage d’Alexis Paléologue et d’Irène Comnène242naquit une fille unique prénommée Théodora (n° 33).

30. — Andronic Paléologue

  • 243 D’après la Μεγάλη λληνικ εγκυκλοπαίδεα. XIX, 1932, p. 418 ce mariage récompensait Paléologue pou (...)
  • 244 Nicolas Mesaritès qui bénit le mariage de ce Paléologue composa pour l’occasion un discours sur leq (...)
  • 245 Polemis, Doukai, p. 156 n° 140 et n. 4 : l’auteur insiste aussi sur le l’ail qu’Akropolitès n’était (...)
  • 246 Laurent, Généalogie, p. 147 n. Γ> ; cf. Zacos-Veglery, p. 1559 à propos du sceau que nous avons att (...)

118L’empereur Théodore I Laskaris choisit un Paléologue comme époux pour l’aînée de ses filles Irène243. Le prénom de ce Paléologue nous est parvenu sous deux formes : Andronic d’après les chroniqueurs (Akropolitès, Skoutariotès, Ephraim), Constantin chez le métropolite d’Éphèse Nicolas Mésaritès244. Comme il s’agit dans les deux cas d’un prénom « familial », on hésitera à privilégier l’un par rapport à l’autre. D. Polemis réfute le prénom d’Andronic en découvrant des incohérences dans la relation d’Akropolitès245. Mais dans la mesure où ces incohérences ne sont peut-être qu’apparentes nous préférons nous rallier à l’opinion de V. Laurent pour qui le prénom de Constantin dans le titre du discours de Mésaritès est dû à une erreur de copiste246.

  • 247 Akropolitès (Heisenberg). p. 26 ; Skoutariotès (Sathas), p. 461 : Ephraim (Bonn), p. 300 v. 7425-74 (...)
  • 248 Pour préciser cette date les éléments chronologiques à prendre en considération sont les suivants : (...)
  • 249 Akropolitès (Ileisenberg), p. 26, 29 ; Skoutariotès (Sathas), p. 461, 464 ; Ephraim (Bonn), p. 316 (...)
  • 250 Théodore I Laskaris avait six frères : Constantin, Alexis, Isaac, Michel, Manuel (cf. Du Cange, Fam (...)
  • 251 D.M. Nicol, The Byzantine Family of Dermokaites (circa 940-1453), Byst., 35 (1977), n° 4. K. Hopf ((...)
  • 252 Akropolitès (Heisenberg), p. 29 ; Skoutariotès (Sathas), p. 464. Le problème est de savoir si ces a (...)
  • 253 Akropolitès (Heisenberg), p. 26.
  • 254 Akropolitès, ibid. ; Ephraim (Bonn), p. 316 v. 7840 ; Pachymère ; (Bonn) I, p. 317 ; Grégoras (Bonn (...)

119Andronic Paléologue épousa Irène Doukaina247, fille de Théodore Laskaris, à Nicée en 1211248 ; il reçut à cette occasion la dignité de despote ce qui le désignait comme l’héritier de l’empire249. A la fin de l’année 1211, il était avec un frère de l’empereur Laskaris250 et Dermokaitès251, l’un des chefs de l’armée nicéenne qui fut défaite à Lentiana par l’empereur latin Henri de Flandres. Les trois hommes faits prisonniers furent libérés contre une rançon252. Andronic Paléologue mourut peu après (début 1212 ?) à la suite d’une intrigue amoureuse253. Sa veuve Irène se remaria la même année avec le protovestiarite Jean Vatatzès254, le futur empereur.

  • 255 M. Chatzidakis, Un anneau byzantin, B.N.J., 27 (1943), Appendice, p. 201, n° 76= Studies in Byzanti (...)

120Un anneau de la collection du musée Benaki d’Athènes a été mis en rapport avec le mariage d’Andronic Paléologue et d’Irène, fille de Théodore Laskaris. L’éditeur en donne la description suivante255 : « Sur le chaton ovale le monogramme des Paléologues, en réserve sur fond niellé ; sur les épaules le nom de Λάσκαρις en deux monogrammes ».

  • 256 Ce fait est l’objet d’une remarque de D. M. Nicol., The Report of Ogerius, p. 14, à propos de l’ide (...)

121Apparemment l’union d’Andronic Paléologue et d’Irène (Laskari-na) ne produisit aucune descendance256.

31. — Michel Paléologue

  • 257 Pachymère (Bonn), I, p. 25.

122Michel Paléologue est un oncle de l’empereur Michel VIII257, donc un frère du grand domestique Andronic Paléologue ; il est par conséquent né de l’union du grand duc Alexis Paléologue et d’Irène Comnène. Il peut être considéré comme l’aîné des fils du couple puisqu’il porte le prénom de son grand-père paternel. On fixera sa naissance ca. 1180/1185.

  • 258 C’est par erreur que Papadopulos, Genealogie, n° 105 (notice consacrée au prôtostratôr Andronic Pal (...)
  • 259 La date est malaisée à définir : nous adoptons la chronologie suggérée par Laurent, Généalogie, p. (...)
  • 260 Michel Paléologue aurait été âgé de 70/75 ans à sa mort ce qui est acceptable.
  • 261 Ce Kotys est identique à Théodore Kotys mentionné en 1280 lorsqu’il était devenu moine : Pachymère (...)
  • 262 Pachymère (Bonn), I. p. 25.

123Alors qu’il était grand chartulaire258, Michel fut emprisonné vraisemblablement tout au début du règne de Théodore II Laskaris (1254-1255) pour avoir tenu des propos jugés tendancieux259. Apparemment il mourut en prison, des privations que son âge ne lui permettait plus de supporter260. C’est le sort réservé à son oncle le grand chartulaire Michel Paléologue que devait exploiter un certain Kotys261 pour inciter le futur empereur Michel VIII, alors képhalé de Mésothynie, à s’enfuir chez les Turcs en 1256262.

  • 263 Laurent, Généalogie, p. 148.
  • 264 Nicolas Mésaritès, Die Palastrevolution des Johannes Komnenos, éd. A. Heisenberg, Wurzbourg, 1007, (...)
  • 265 Sur Alexis V voir Β. Henprickx-C. Matsukis, Alexis V Doukas Mourtzouphlos: Dis Life. Reign and Deat (...)
  • 266 Ch. Brand, op. cit., p. 122, 347 n. 14. Reconnaissons toutefois qu’il est surprenant de voir Mourtz (...)

124V. Laurent écrit que le grand chartulaire « dut avoir pour femme une fille d’Alexis V Mourtzouphlos (1204) dont, s’il faut en croire une notice marginale, il était gendre »263. La notice en question se trouve dans le Codex Ambrosianus F. 96 sup. fol. 19r, manuscrit qui contient la relation par Nicolas Mésaritès de la révolte de Jean Comnène à l’été 1201264. C’est par elle que nous apprenons que le véritable instigateur de la rébellion était Alexis Doukas Mourtzouphlos, le futur empereur265. C’est ce dernier qui est désigné comme γαμβρός de Michel Comnène Paléologue, personnage dans lequel nous reconnaissons non pas le grand chartulaire mais l’empereur Michel VIII, ce qui permet de conclure que la note fut rédigée postérieurement à 1259266. Dans ces conditions il faut renoncer à voir dans l’épouse de Michel une fille d’Alexis Doukas.

  • 267 Pachymère, I. p. 100. Sur ce personnage voir Papadopulos, Généalogie, n° 105 ; I). Nicol., The Cree (...)

125Le prôtostratôr Andronic Paléologue mentionné comme exadelphos de Michel VIII est un fils du grand chartulaire Michel Paléologue267.

32. — Andronic Paléologue

  • 268 A cet égard le témoignage du Typikon du monastère de Saint-Michel au Mont Saint-Auxence est irréfut (...)
  • 269 Il est curieux de noter que la compilation de Jean Ducas Angelo, Genealogia diversarum principurum (...)
  • 270 H. Grégoire, De Vita Sua, p. 449 ; Laurent. Généalogie, p. 131 : Polemis, Doukai, p. 156 n° 141 et (...)
  • 271 Sur Jean Cantacuzène, gambros de l’empereur Manuel Comnène voir L. Stiernon dans R.E.B., 23 (1965), (...)
  • 272 Akropolitès (Heisenberg), p. 83.

126Andronic est le fils du grand duc Alexis Paléologue et d’Irène Comnène268. On tiendra compte que du fait que ses parents se sont mariés ca. 1180 et que son frère Michel doit être son aîné pour fixer sa naissance ca. 1190269. Son fils l’empereur Michel VIII nous apprend qu’Andronic descend de princesses impériales et de « gendres » d’empereurs270, ce qui à notre avis doit désigner dans la lignée paternelle Anna Doukaina et son époux Georges Paléologue, γαμβρός d’Alexis I Comnène et dans la lignée maternelle Maria Comnène et son époux Jean Cantacuzène, γαμβρός de Manuel I Comnène271. Ce personnage est parfois désigné avec le patronyme de Comnène qu’il a hérité de sa mère272.

  • 273 Grégoras (Bonn), I, p. 9 ; Sphrantzès (Bonn), p. 6-7.
  • 274 Akropolitès (Hisenberg), p. 84 cf. Zacos-Veglry, p. 1559.
  • 275 Pachymère (Bonn), I, p. 222. Voir F. Dölger, Beiträge zur der byzantinischen Finanzverwaltung des 1 (...)
  • 276 Akropolitès (Heisenberg), p. 45 ; Skoutariotès (Sathas), p. 476 ; Ephraim (Bonn), p. 328 vers 8149 (...)

127La nomination d’Andronic Paléologue comme grand domestique est attribuée tantôt à Théodore I Laskaris (1204-1222)273, tantôt, et c’est plus probable, à Jean Vatatzès devenu empereur en janvier 1222274. En 1224 le grand domestique Andronic Paléologue fut chargé de la réorganisation fiscale de la région du Scamandre récemment reconquise sur les Latins, accompagné dans sa mission par le césar Romain275. En 1233 il mena une expédition contre Rhodes où Léon Gabalas s’était installé avec le titre de césar276.

  • 277 Akropolitès (Heisenberg), p. 66-73 ; Skoutariotès (Sathas), p. 487-492. Sur le protovestiaire Alexi (...)
  • 278 Akropolitès (Heisenberg), p. 83 ; Skoutariotès (Sathas), p. 497.

128Par la suite le grand domestique participa aux deux campagnes que Jean Vatatzès conduisit contre Thessalonique. En 1242, Andronic Paléologue avait à ses côtés le protovestiaire Alexis Raoul, l’épi tés trapèzes Nicéphore Tarchaneiôtès (époux de sa fille aînée Maria), le protosébaste Théodore Kontostéphanos et le grand chartulaire Jean Pétraliphas : mais la marche des troupes nicéennes fut interrompue par l’invasion mongole aux frontières orientales de l’empire277. L’expédition de 1246 aboutit au mois de décembre à la prise de Thessalonique qui devint la résidence du grand domestique considéré comme le gouverneur général des provinces d’occident278.

  • 279 Schlumberger, Sigillographie, p. 653 n. 1 ; Laurent, Bulles métriques, p. 165 n° 469 ; cf. Polemis, (...)

129Un sceau publié par Schlumberger a été attribué à ce personnage par V. Laurent, les références à des ancêtres Doukai et Comnènes convenant parfaitement bien au grand domestique279 :

Σφράγισμα γραφν νδρoνκου το Δούϰα
Κομνηνοφυοϰς Παλαιολόγου γένους.

  • 280 Akropolitès (Heisenberg), p. 84, 162 ; Skoutariotès (Sathas), p. 498. Le prénom d’Arsenios se trouv (...)
  • 281 Jacob de Bulgarie, ibidem, p. 111.

130Andronic Paléologue mourut à Thessalonique au début de l’année 1247 non sans avoir auparavant revêtu l’habit monastique et changé son prénom en celui d’Arsénios280. Son corps fut transporté à Nicée où il fut enterré281.

  • 282 Sur Théodora Comnène Paléologina, voir notice n° 33. Sur Marin (épouse de Nicéphore Tarchaneiotès p (...)
  • 283 Deux sources montrent bien que Constantin n’est pas né de Théodora ; Akropolitès (Heisenberg), p. 1 (...)
  • 284 Jacob de Bulgarie, ibidem, p. 79 fait référence aux six enfants d’Andronic Paléologue : trois fils (...)

131Ca. 1213 il avait épousé Théodora Comnène, fille du despote Alexis Paléologue et d’Irène Comnène ; il en eut au moins quatre enfants : Maria (née ca. 1214/1215), Irène (née ca. 1218), Michel (né fin 1224-début 1225) et Jean (né après 1225)282. Après la mort de Théodora, Andronic se remaria et devint le père d’un troisième fils prénommé Constantin (né ca. 1230)283. Un sixième enfant, une fille de prénom inconnu, peut être attribué à l’une ou l’autre de ses épouses284.

33. — Théodora Paléologina

  • 285 Grégoras (Bonn), I, p. 69 ; Sphrantzès (Bonn), p. 6 : θυγατέρα μόνην ϰατέλιπεν.
  • 286 A. Dimitrievskij, Typika, I, p. 787. Cf. II. Grégoire, De Vita Sua, p. 419.
  • 287 Ch. Brand, Byzantium confronts the West, p. 120, 346 n. 8.
  • 288 Sur les autres enfants du grand domestique : Constantin et une Mlle de prénom inconnu voir la notic (...)

132De l’union du despote Alexis Paléologue et d’Irène Comnène naquit une fille unique285 ; son prénom de Théodora et le patronyme de Comnène qu’elle semble avoir utilisé nous sont connus par le typikon rédigé par son fils Michel VIII pour le monastère de Saint-Michel au mont Saint-Auxence286. Le despote Alexis Paléologue ayant épousé Irène Comnène au printemps 1199 la naissance de Théodora sera fixée avec vraisemblance à l’année 1200287. Encore très jeune, ca. 1213 elle fut donnée en mariage à Andronic Paléologue, le futur grand domestique, dont elle eu au moins quatre enfants : Maria, Irène, Michel et Jean288.

  • 289 A. Dimitrievskij, ibidem : Θεοδώρα, ή μετά τό μοναχιϰòν πάγγελμα ληθεσα Θεοδοσία μοναχή ; Laurent (...)

133Théodora revêtit in extremis l’habit monastique et changea son prénom pour celui de Théodosia289. Elle mourut à une date inconnue mais apparemment avant son époux décédé au début de 1247.

34. — Manuel Paléologue

134Schlumberger a publié un sceau au nom d’un Manuel Paléologue :

  • 290 Schlumberger, Sigillographie, p. 643. n° 21. L’Institut Français d’Études Byzantines conserve un ex (...)

Avers : Représentation de la Panagia Blachernitissa
Revers : Σφραγίς Μανουήλ Κομνηνο πανσεβάστου ρίζης Δουκικής Παλαιολόγων κλάδος290.

  • 291 Laurent, Huiles métriques, p. 145, n° 409.

135V. Laurent qui a intégré la pièce dans ses bulles métriques propose comme datation « époque des Paléologues » ce qui à notre avis doit s’entendre du XIIIe siècle291.

  • 292 Polemis, Doukai, n° 156.
  • 293 MM. VI, p. 191.
  • 294 Papadopulos, Genealogie, n° 36 : né entre 1254 et 1257 et décédé avant 1259.

136Ce sébaste Manuel Paléologue qui se glorifie de ses ancêtres appartenant aux familles Comnène et Doukas n’est pas connu par ailleurs292. Il ne semble pas pouvoir être identifié avec un Manuel Paléologue mentionné dans un acte de vente de 1250 avec son épouse Théophanô et leur fils Michel et dont les liens de parenté avec la famille impériale doivent être éloignés293. Le fils aîné de l’empereur Michel VIII qui se prénommait Manuel ne saurait entrer en ligne de compte puisqu’il mourut alors qu’il était encore enfant294.

35. — Théodora Paléologina

  • 295 M. Chatzidakis, Un anneau byzantin. B.N.J., 27 (1943), Appendice, p. 197. n° 28 = Studies in Byzant (...)

137On trouve dans la collection Hélène Stathatos une bague en or dont l’éditeur donne la description suivante : « Sur le chaton inscription circulaire : + Κ(ύρι)ε ΒΟΙΘΗ ΤΗΝ ΔΟϒΛΙΝ ΣΟϒ θΕ(οδώραν) ; au centre du chaton entre un double cercle le monogramme des Paléologues »295.

  • 296 Cf. aussi Théodora Paléologina, l’épouse de l’empereur Michel VIII sur- laquelle voir Polemis, Douk (...)

138Le prénom de Théodora étant d’une grande fréquence, toute identification de la propriétaire reste conjecturale. Tout au plus doit-on signaler pour la période qui nous intéresse Théodora, fille du despote Alexis Paléologue et épouse du grand domestique Andronic Paléologue296.

36. — Na... Paléologina

  • 297 D. Nicol, The Report of Ogerius, p. 13 n° 5 ; J. Loernetz, Mémoire d’Ogier, p. 346 : « Calojoannes (...)
  • 298 Les termes de parenté employés par Ogier sont particulièrement dignes de foi puisque son rapport tr (...)

139Le rapport du protonotaire Ogier mentionne parmi les Arsénites membres de la famille impériale qui furent emprisonnés en 1278 sur l’ordre de Michel VIII, le primus consobrinus de l’empereur Kalojean ( = Jean) Laskaris297. Pour être cousin germain de Michel VIII (primus consobrinus traduit le grec prôtexadelphos)298, Jean Laskaris qui à l’évidence porte le patronyme paternel, dut avoir pour mère une Paléologina, tante de l’empereur. La mère de Michel, Théodora Comnène Paléologina étant fille unique, la mère de Jean Laskaris devrait être une tante paternelle donc une sœur du grand domestique Andronic Paléologue.

  • 299 J. Loernetz, ibid.
  • 300 D. Nicol. op. cit., p. 13-14.

140Cherchant à identifier les parents de Jean Laskaris, J. Loenertz écrit simplement que Jean est né d’une tante inconnue et d’un Laskaris inconnu299. De son côté, D. Nicol répertorie deux unions entre les Paléologues et les Laskarides, aucune ne convenant adéquatement : d’une part, les enfants nés de Constantin Paléologue, frère de Michel VIII, et d’Irène Comnène Branaina Laskarina Cantacuzène sont les neveux et non pas les cousins de l’empereur ; d’autre part le mariage du despote Andronic Paléologue et d’Irène, fille de Théodore Laskaris, ne produisit pas de descendance300.

  • 301 M.M. VI, p. 200 et 201 (actes de mai 1259) ; p. 202 (acte de juillet 1259). La dignité de protoséba (...)
  • 302 Pachymère (Bonn), I, p. 459. D. Nicol., op. cit., p. 9 considère Jean Paléologue comme le neveu du (...)

141A notre avis c’est un troisième couple signalé en 1259 qu’il faut prendre en considération. Il s’agit de celui formé par le protosébaste et γαμβρός Manuel Comnène Laskaris et son épouse la protosébastè Maria Comnène Laskarina, ἀνεψιά de Michel VIII301. Le mot anepsia a pour signification première « nièce » mais son emploi dans le sens de « cousine » est fréquent ; Maria qui porte la titulature et le patronyme de son mari peut être une Paléologina de naissance, cousine de Michel VIII. Si l’on remarque, par ailleurs que Pachymère302 écrit que le prôtostratôr Andronic Paléologue fut jeté en prison avec son autanepsios, un Jean Paléologue inconnu, on peut se demander si ce Jean Paléologue de Pachymère n’est pas identique au Jean Laskaris cité par Ogier. Mise en relation avec les informations précédentes, cette identification permettrait d’établir le stemma suivant :

142Nous reconnaissons toutefois que dans notre hypothèse ce n’est pas Jean Laskaris lui-même qui est cousin germain de l’empereur mais sa mère.

  • 303 M. Kursanskis, L’empire de Trébizonde et In Géorgie, R.E.B., 35 (1971), p. 242-243. Sur l’identité (...)

143M. Kursanskis a tenté de démontrer que la première épouse d’Andronic I Comnène était une Paléologina, sœur du grand hétériarque Georges Comnène Paléologue303. Son argumentation s’articule autour de deux points principaux :

    • 304 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 268.

    tout d’abord la mention par Nicétas Choniatès d’un sébaste Georges présenté comme frère de l’épouse d’Andronic Comnène qui voulut le charger du meurtre de l’impératrice Marie d’Antioche en 1183304. L’identité de ce personnage avec le grand hétériarque Georges Paléologue ne tient pas si l’on considère que ce dernier mourut ca. 1168 ;

    • 305 C. Cahen, Seldjukides de Rum, Byzantins et Francs d’après le « Seljuknameh » anonyme, Mélanges Henr (...)
    • 306 Ibidem, p. 102. Au lieu de Paléologue on peut aussi songer au patronyme de Doukas : les formes Luga (...)

    ensuite un passage du Seldjuknameh anonyme conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris (Supp. persan 1553) où Alexis de Trébizonde est signalé comme fils d’un « kir Luga »305, patronyme dans lequel Kursanskis reconnaît une forme du grec Paléologue ce qui lui permet de conclure que le père d’Alexis s’appelait Manuel Comnène Paléologue et qu’il était le fils d’Andronic Comnène et d’une Paléologina. Malheureusement la chronologie et les noms des personnages sont trop malmenés dans ce texte pour arriver à des identifications satisfaisantes306.

  • 307 M. Kursanskis, op. cit., p. 242 et n. 20.
  • 308 Plusieurs sceaux au nom d’un sébaste Georges Comnène ont été publiés : Schlumberger, Sigillographie (...)

144Il faut aussi remarquer qu’à l’époque des événements rapportés par Nicétas Choniatès c’est Théodora Comnène qui était considérée comme l’épouse légitime d’Andronic Comnène307 : le sébaste Georges ne pourrait-il être un frère de Théodora donc un Comnène et un fils inconnu du sébastocrator Isaac, fils de Jean II308 ?

***

  • 309 Akropolitès (Heisenberg) p. 93 ; Skoutariotès (Sathas), p. 503. Sur le mésazôn Dèmètrios Comnène To (...)
  • 310 N. Adontz., op. cit., p. 4l ; Gudrun Schmalzbauer, Die Tornikioi in der Palaiologenzeit, J.O.B., 18 (...)
  • 311 Les chroniqueurs fournissent de nombreux exemples de parenté « par les femmes » : en particulier on (...)
  • 312 Cf. V.V., 10 (1903), p. 108 poésie n° 54.
  • 313 Sur Manuel Cantacuzène voir D. Nicol., Kantakouzenoi, n° 3.

145Georges Akropolitès rapporte que l’épouse de Dèmètrios Tornikès était une cousine germaine (prôtexadelphè) du père de Michel VIII, le grand domestique Andronic Paléologue309. On a généralement conclu de ce détail généalogique que la femme de Tornikès était une Paléologina, née d’un frère d’Alexis Paléologue, père du grand domestique310. Or nous pensons avoir démontré que le grand domestique est né du grand duc Alexis, fils unique de Michel Paléologue. Dans ces conditions le grand domestique ne pouvait avoir de cousine germaine issue d’un frère de son père. A notre avis la parenté doit être recherchée dans la lignée maternelle311 : nous savons, en effet, que la mère du grand domestique Irène Comnène (fille de Jean Cantacuzène et de Maria Comnène) était l’aînée de plusieurs filles312 et qu’elle eut au moins un frère, Manuel Cantacuzène313. Le stemma pourrait s’établir ainsi :

Notes

1 Timarion, éd. Romano, p. 57, 1. 212-214. Sur In Grande Phrygie qui désigne le thème des Anatoliques cf. Introduction, supra, p. 130.

2 Timarion, éd. Romano, p. 57, 1. 212-221.

3 Skyutzès Continué (éd. Tsolakis), p. 141.

4 Sur la date voir le manuscrit, Atheniensis 1129 f. 45 ; cf. P. Gautier, éd. de Niceph. Bryennios, p. 117 n. 9. Pour une nouvelle interprétation de la bataille de Mantzikert voir J.C. Cheynet, Mantzikert : un désastre militaire ?, Byz., 50 (1980), p. 410-438.

5 Bryennios (éd. Gautier), p. 182. Le prince d’Alanie est à identifier avec le roi Georges II de Géorgie qui était précisément le frère de l’épouse du basileus : ibidem, p. 182 n. 4.

6 Bryennios, p. 182 ; cf. p. 183. n. 6 et 7.

7 Cette remarque m’a été suggérée par M. J. C Cheynet.

8 Bryennios, p. 238.

9 Cf. II. Gi.ykatzi-Ahrweimîr, Recherches sur l’administration, p. 59-60.

10 Mexiade, I, p. 80.

11 Mexiade, I, p. 80. 97-98.

12 Mexiade, I, p. 98-9’.).

13 Mexiade. I, p. 99. Sur le sympenthéros voir la note de .). Verpeaux, Hiérarchie et préséance sous les Paléologues, T.M., 1 (19651, p. 432 n. 6.

14 Alexiade, I, p. 161 ; cf. Zonaras (Bonn), III. p. 735.

15 Sur Kônstantios Doukas : Polemis, Doukai, n° 17 ; sur Nicéphore Synadénos : C. Hannick-G. Schmai.zrauer, Die Synadenoi, J.O.B., 25 (1976). n° 6 : sur Nicolas Paléologue voir notre notice n° 7.

16 Fogg A.M. n° 2048.

17 Bryennios, p. 303 : Παλαιολόγος και ό τούτου εξάδελφος Κουρτίκης.. Sur ce Basile Kourtikios surnommé loannikios cf. aussi Bryennios, p. 228 ; Alexiade, I, p. 34 ; ii, p. 26, 76, 88, 97, 126, 146 ; III, p. 69. Un sceau inédit de la Collection Shaw (Cat. n“ 246) dont la lecture fait difficulté semble lui accorder les dignités de vestarque et de (proto)curopalate ; le sceau privé du personnage, sans fonction ni dignité, a été publié par V.S. Sandrovskaja dans Palestinskij Sbornik, 23 (1971 ), p. 38 n° 61. Sur la famille des Kourtikès/Kourtikios en général voir Polemis, Doukai, p. 138. Une branche de la famille semble installée dès la fin du Xe siècle en Italie du Sud : Kourtikès, notaire à Tarente en 981 et, 984 dans F. Trinchera, Syllabus graecurum membranarum, Naples, 1865, nos 8 et 9. Au tournant du XIIe siècle la famille s’allie aux Doukai (sceau d’une moniale Doukaina Kourtikina dans V. Laurent, Corpus, V, 2, p. 295 n” 1464 ; Poi.emis, Doukai, n° 112a) et aux Comnènes (Constantin Kourtikios épouse Théodora Comnène, fille de l’empereur Alexis I : A. Van Dieten, éd. de N. Choniatès, p. xxii).

18 Fogg A.M. n“ 2974.

19 N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des IXe et Xe siècles, Paris, 1972, p. 295.

20 Fogg A.M. n° 401.

21 Collection des Musées Ottomans. Istanbul. Fonds Diogène n” 931 ; sceau daté du début du xiie siècle par V. Laurent ; cf. R. Guilland, Le curopalate, Βυζαντινά,, 2 (1970), p. 223 et n. 306.

22 I.F.E.B. n° 313.

23 A. Szemioth - T. Wasilewski, Sceaux byzantins du Musée National de Varsovie, Studia Zrodloznawcze, 11 (1966), p. 21-22 n“ 24. Autre exemplaire du même sceau Fogg A.M. n° 1480.

24 Sur les lignées de sébastes qui permettent de différencier plusieurs branches d’une même famille voir les indications de J. Darrouzès, Georges et Dèmètrios Tornikès. Lettres et Discours, Paris, 1970, p. 44-45 à propos des sébastes Andronic et Théodore Kamatèroi, issus du sébaste Grégoire Kamatèros et d’Irène Doukaina.

25 Bryennios (éd. Gautier), p. 238 ; cf. Alexiade, i, p. 80, 97. La meilleure notice sur-Georges Paléologue est, celle de Gautier, Synode des Blachernes, p. 233-235, n° 6.

26 D’après Anne Comnène, Alexiade. I. p. 9, Alexis aurait été âgé de quatorze ans en 1071 ce qui placerait sa date de naissance en 1057.

27 Bryennios, p. 238. Gautier, ibid. p. 239 n. 7, considère que Georges Paléologue et Nicéphore Mélissènos sont les deux généraux signalés par Attaliatès (Bonn, p. 263) comme traîtres à Botaneiatès.

28 Bryennios, p. 302.

29 Ibidem, p. 304.

30 Bryennios, p. 304-308. Sur Isaac Kontosléphanos voir Gautier, Synode des Blachernes, p. 243-244. notice n° 13 ; du même auteur, éd. de Niceph. Bryennios, p. 308 n. 2.

31 Bryennios, p. 310.

32 Alexiade, I, p. 80.

33 Ibidem, p. 81. L’affaire du retrait de la fortune mobilière que Georges avait déposée au monastère des Blachernes et qu’il emporta avec lui paraît peu claire à F. Chalandon, Les Comnène, I, p. 45 qui considère que Paléologue était déjà acquis à la cause des Comnènes.

34 Ibidem, p. 84.

35 Ibidem, p. 93-94 et commentaire p. 95 n. 1.

36 Ibidem, p. 94.

37 Ibidem, p. 96.

38 Ibidem, p. 97.

39 Ibidem, p. 97

40 Ibidem, p. I3”2, 138-139 ; Guillaume m- : Pouille., Lu Geste de Robert Guiscard, éd. Marguerite Matthieu. Palenne, 1961. p. 216-217 et commentaire, p. 316-317.

41 Cf. Gautier, Synode des Blachernes. p. 231 n. 30 ; A. Ducellier, La façade maritime de l’Albanie au Moyen Age — Durazzo et Volona du XIe au XIIe siècle. Documents et Recherches. Thessalonique, 1981. p. 96, 105.

42 Collection Shaw. n° 682 (1228). Une allusion à cette pièce sigillographique a été faite par V. Laurent in B.E.B. 27 (1969), p. 331-332 qui ne révèle que la dignité du curopalate.

43 Alexiade, I, p. 143-145.

44 Ibidem, p. 161 ; cf. Lupus Protospatharius, B.I.S.S. p. 154.

45 La dignité de curopalate portée en mai 1081 interdit que la collation du titre de sébaste ait été faite à Paléologue dès l’avènement de son beau-frère Alexis Comnène (avril 1081).

46 Alexiade. II, p. 12.

47 Ibidem, p. 43. 89. 95. 101-102.

48 Ibidem, p. 103. 130-132.

49 Ibidem, p. 141.

50 P.G. 127, col. 972 ; cf. l’étude particulière de P. Gautier citée supra n. 1.

51 Mexiade, II, p. 193.

52 Mexiade. III. p. 17.

53 E. Sargologos, La Vie de saint Cyrille le Philéole, muine byzantin (t 1110), Bruxelles, 196-4, p. 237 : le saint fait remarquer à Paléologue que la véritable richesse de l’homme est la prière et non pas l’or. Cf. Gautier, Synode des lilachernes, p. 235.

54 H. Grégoire, Imperatoris Micaelis Palaiologi, De Vita Sua, Byz., 30 (1960), p. 461 et n. 2. Le fondateur du monastère de Saint-Démétrius est expressément désigné comme un militaire, ce qui convient mieux à notre personnage qu’à son homonyme le grand hétériarque dont la carrière fut essentiellement celle d’un diplomate. Sur le monastère de Saint-Démétrius des Paléologues voir Laurent, Généalogie, p. 137 n. 1 ; R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, 1“ partie. Le siège de Conslanlinople et le pairiarchat œcuménique, T. III, Les églises et les monastères, p. 96-99 ; cf. p. 217 où est signalée une petite église de la Théotokos dite « des Paléologues ».

55 P.C. 126. col. 432-433, 489.

56 C’est ainsi que l’ont compris A. Szemioth-T. Wasilewski, p. 21-22. n 24 qui identifient ce fils avec Alexandre Paléologue ce qui est impossible.

57 Cf. P.C.. 126, col. 480-481 (lettre au sébaste Constantin Doukas) ; col. 492 (lettre au logothète Grégoire Kaniatéros). Pour la date voir P. Gautier, Théophylacte d’Achrida, Discours — Traités — Poésies, Thessalonique, 1980, p. 20-21 et n. 5. Sur Constantin Doukas qui devint par la suite duc de Thessalonique voir Polemis. Doukai, n° 30.

58 Schlumberger. Siyillographie. p. 685 n“ 5 : Lichacev. Materialy dlja Islorii Vizantijskoj i Russkoj Sfragistiki, Leningrad, 1928, vol. II. Pl. LXIV, n” 6 ; Konstan-topoui.os, Βυζ. Μολυδδόδουλλα, n“ 493b (patronyme non lu par l’éditeur et restitué par M. J.-Cl. Cheynet) ; Fogg A.M. n” 1189 ; I.F.F.B. n“ 652 ; Ancienne collection Pozzi n” 3214. Georges Paléologue peut aussi être le propriétaire d’un sceau dont nous ne possédons pas la description mais dont la légende est la suivante ; ή σφραγίς πέφυκε τοῦ Παλαιολόγου ; cf. I.F.E.B. n“ 963.

59 A. Dimitrievsku, Typika, I, p. 662. Cf. P. Gautier, L’Obituaire du typikon du Pantocrator, R.E.B., 27 (1969), p. 254.

60 Kai.i.iki.ès, éd. Romano. p. 85.

61 Sur Anna Doukaina voir Polemis, Donkai, n° 27.

62 Alexiade, I, 161, apparat (épitomé d’après le Vaticanus gr. 981). Ampitès est identique au chef des Varangues appelé ailleurs Nabitès ; sur ce dernier voir S. Blondal, Nabitès the Varangian. With some notes on the Varangians under Nicephorus III Botaniatès and the Comneni dans Classica et Mediaeoalia, II, fasc. 2 (1939), p. 145-167.

63 P. Gautier, Anne Comnène, Alexiade, Index, Paris, 1976, p. 95, s.c. Παλαιολόγος Νικόλαος.

64 Alexiade, ibidem.

65 Ampitès/Nahitès participe à un combat contre les Petehénègues à Dristra en août 10M7 et Aspiétès est signalé comme gouverneur de Tarse et grand stratopédarque vers 1105/1106 : Mexiade, II. 97 et III. 56-59.

66 Un Nicolas Kourtikés protoproédre dans un acte d’avril, indiction VI (M.M. IV, p. 329) daté par II. Ahrweiler (Smyrne. p. 129) de 1143. Un autre Nicolas Kourtikés est, mentionné comme kastrophylax de Pardonoubos dans l’île de Kôs dans un document de juillet, indiction XV (1271 ?) : M.M. VI, p. 22K = Actes de Patmos, éd. Vranoussi, t. II. p. 201 ; cf. Poi.emis, Doukai. p. 138 qui l’identifie à tort au précédent.

67 Du Cange, Fam. Aug.. p. 188.

68 L. Miniati, Le glorie cadute dell’ antichissima ed augustissima famiglia Comnena, Venise. 1663, p. 18 et sq.

69 Sphrantzés (Bonn), p. 256 (et apparat), 286. Sur Don Francisco de Tolède voir J. B. Fauer-Papadopoulos, Phrantzès est-il réellement l’auteur de la Grande Chronique ?’. Bulletin de l’Institut Archéologique Bulgare. 9 (1935), p. 188 ; cf. aussi Margaret Carroli., l’uzzling names in the Chronicon Maius of Macarius Melisse-nus = Pseudo-I’hrantzès, Byz., 44 (1974), p. 17-22. Miniati, op. cit.. p. 19-20, précise qu’une sueur de Francisco, Hélène, est l’épouse de Théodore Paléologue, nepos de Théophile Paléologue.

70 E. Gerland, Histoire de la noblesse crétoise au Moyen Age. H.O.L.. 10 (1903), p. 172-247 (particulièremenl p. 193 pour- lu datation) et II (1905), Textes, p. 19, doc. II : cf. Sathas. ‘Έλληνιχὰ Άνέχδοτα, Athènes, 1H07. I. II. p. xδ”. Sur les événements de Crète pendant le règne d’Alexis I, on consultera II. Ahrweii.er, L’administration militaire de la Crète byzantine, Bz :., 31 (1901 ), p. 223-227 et P. Gautier. Défection et soumission de la Crète sous Alexis Ier Comnène, B.E.B., 35 (1977), p. 215-227.

71 Sur l’ensemble de ces documents et le problème de leur authenticité voir Polemis, Doukai, p. 191-192 n. 8 et Ch. Brand, Byzanlium confronte the West, p. 344-3 15. notes 72 à 78.

72 V. Laurent reconnaît (Généalogie, p. 113 n. 1) n’avoir pu trouver trace de ce personnage qui est mentionné dans la Μεγάλη ελληνική έγχυχλοπχιδείχ. XIX, 1932, 417.

73 E. Gerland, op. cit.. R.O.L.. 11 (1905). p. 101. doc. XXXV.

74 M. G. Ross, Catalogue of The byzantine and earlg médieval antiquities in the Dumbarton Oaks Collection, tome II. n° 129. A noter que la lecture « Paléologue » du monogramme est mise en doute par M. Chatzidakis dans son compte-rendu du catalogue de Ross, B.Z.. 61 (1968), p. 124-126. Sur Andronic Paléologue voir Papadopulos, Genealogie, n° 7 ; cf. Papadopui.os, ibidem, n° 6 (sur Constantin Paléologue) et R. Nicol., Kantakouzenoi, n° 11 (sur Irène Branaina).

75 V. Laurent, R.E.B., 27 (1969), p. 331-332 (compte-rendu de Ross).

76 P.G. 127, col. 973 ; Gautier, Synode des Blachernes, notice n° 15.

77 Gautier, op. cit., notice n° 4.

78 Polemis, Doukai, p. 135 n. 5.

79 J. Juroukova, Fouilles de Pernik (en bulgare), 1983 ; Monuments numismatiques et sigillographiques, p. 121. Deux exemplaires du même sceau sont, conservés dans la collection du Fogg A. M. Nos 1355 et 1508. Il semble que les sceaux de ce protonobélissime Georges Paléologue puissent être différenciés de ceux de son homonyme curopalate puis sébaste d’après la représentation hagiographique ; les uns portent l’effigie de saint Georges, les autres celle de la Vierge du type Blachernitissa.

80 Cf. notre notice n° 16.

81 Alexiade, III. p. 203 : Νιϰηφόρος ό τñς βασιλίδος άδελφιδος ; Polemis, Doukai, p. 154 préfère la date de 1117.

82 Polemis, Doukai, n° 135.

83 Voir un cas semblable dans J. Darrouzès, Georges et Dèmètrios Tornikès, p. 60-61, où Euthyme Malakès parle du νέος Alexis Kontostéphanos, neveu de Manuel I. qui avait dans les 40-45 ans à sa mort en 1176.

84 Schlumberger, Sigillographie, p. 685, n° 4 ; Laurent, Bulles métriques, p. 35, n° 95. Laurent, Généalogie, p. 148, propose d’attribuer la propriété de ce sceau au duc de Trébizonde Nicéphore Paléologue.

85 Schlumberger, Sigillographie, p. 127. n° 3 ; Konstantopoulos, Βυζ. Μολιι-βδόβουλλϰ, p. 85, n. 291. Laurent, Bulles métriques, p. 155. n° 116. Cf. Polemis. Doukai, p. 201. n. 1. Par contre on ne saurait penser à Nicéphore Paléologue comme propriétaire du sceau comportant la légende :
Σφραγίς σεϐαστο Νιϰηφόρου το Δούϰα
ρίζαν γένους έχοντος έκ βασιλέων
puisque Nicéphore ne compte aucun empereur parmi ses ancêtres : Konstantopoulos, Βυζ. Μολυϐδόϐουλλϰ, p. 336. n° 496 b ; Laurent, Huiles métriques, p. 156. n° 147.

86 K. Barzos, dans Βυζαντινά, 7 (1975), arbre généalogique, p. 175.

87 Kalliklès, éd. Romano, p. 83-85, n° 9. L’épitaphe se présente sous la forme d’un dialogue entre le tombeau et un étranger de passage.

88 Ibid., p. 83 v. 4-5.

89 Ibid., p. S4 v. 6-7.

90 Polemis, Doukai, n° 136.

91 Kalliklès, éd. Romano, p. 85 v. 30.

92 Gautier, Synode des Blachernes, p. 238, qui souligne l’absence de la dignité de sébaste ; cf. Polemis, Doukai, n° 233, qui propose une autre datation.

93 Sur le logothète Michel, γαμβρός des Comnènes voir P. Gautier, La curieuse ascendance de Jean Tzetzès. R.E.B., 28 (1970), p. 216-217 ; du même auteur, Synode des Blachernes, p. 237-238 n° 6. Son épouse est sans doute la sébasté Anna Comnène mentionnée dans un acte des archives de Patmos, t. II, éd. Nystazopoulou-Pelekidi, Athènes, 1980, p. 82-83, 86-88 ; M. Nystazopoulou-Pelekidi, Anne Comnène, protectrice du couvent de Patmos, In memoriam Sophia Antoniadès, Venise, 1974, p. 8-16.

94 Timarion, éd. Romano, p. 55 et sq.

95 Ibid., p. 57 1. 212-221.

96 Les premiers éditeurs du dialogue du Timarion (Hasf., Notice et extraits des manuscrits de la Bibliothèque Nationale, ix, 2e partie, p. 153-154 et A. Ellissen, Analekten der mittel- und neugriechischen Literatur, IV, Leipzig, 1860, p. 155-158), ont identifié le due de Thessalonique avec Michel Paléologue, suivis en cela par F. Chalandon, Les Comnène, II, Paris, 1912. p. 218-219. Laurent, Généalogie, p. 142-143 propose le curopalate Romain Paléologue et S. De Jongh, Généalogie des Comnène, p. 95 (citée par Polemis, Doukai, p. 153 n. 5), pense à Nicéphore Paléologue ou un frère inconnu de ce dernier. R. Romano dans Vichiana, 2 (1973), p. 187-189, et dans son édition du Timarion, p. 131-132, avait envisagé une identification du duc de Thessalonique avec Andronic Paléologue chanté par Kalliklès, supposition renforcée par le fait que Nicolas Kalliklès est l’auteur probable du Timarion. Voir aussi Margaret Ai.exiou, Literary Subversion and the Aristocracy in the Twelth-century Byzantium — A stylistic Analysis of the Timarion (ch. 6-10) dans Byzantine and Modern Greek Studies, 8 (1982-1983), p. 36-37.

97 N. Oikonomidès, Actes de Docheiariou, Paris. 1984, n° 3 : acte de vente de février 1112, p. 67 1. 10 : le pansébaste sébaste praitôr et duc de Thessalonique Andronic Doukas ; p. 68 I. 16 : le pansébaste sébaste duc et praitôr de Thessalonique et Serrès Doukas. La lysis datée de janvier 1112, p. 61 est simplement signée Doukas. L’identification proposée par l’éditeur, p. 63 nous était apparue lors de la publication du catalogue des actes de Docheiariou dans Σύμμειϰτϰ, 3 (1979) n° 93.

98 A. Szemioth-T. Wasilewski, Sceaux byzantins du Musée national de Varsovie, p. 85-86, n° 90. A signaler un sceau au nom d’Andronic Doukas qui n’a pas trouvé de propriétaire chez Polemis, Doukai, p. 200 n° 260 = Schlumberger, Sigillographie, p. 653 = Laurent, Bulles métriques, p. 40 n° 108 :
Avers : Représentation de saint Michel. Revers : Δούϰαν σεϐαστòν Άνδρόνιϰόν με σϰέποις.

99 Kalliklès, éd. Romano, p. 85 I. 33-34. Apparemment Georges Paléologue et Anna Doukaina furent enterrés avec leur fils.

100 P. Gautier, Le dossier d’un haut fonctionnaire d’Alexis I Comnène, Manuel Straboromanos, R.E.B., 23 (1965), p. 195 (et n. 3) : έπ’ άδελφί, αλόν ϰαΐδα.

101 Sur Constantin Doukas voir Polemis, Doukai, n° 30 et W. Seibt, Byz. Bleisiegel, p. 143 n. 8.

102 Kalliklès, éd. Romano. p. 85 I. 34. Kalliklès composa quatre autres poésies dédiées à Andronic mais elles ne contiennent aucun renseignement historique si ce n’est dans deux d’entre elles la dignité de sébaste portée par Andronic : p. 85-85 n° 10 ; p. 86 n° 11 ; p. 87 n° 12 ; p. 88 n° 13.

103 Lampsidès, Biographie, p. 396-398.

104 Ibid., p. 397 : ὦ μητραδέλφη σύζυγος βασιλέως λεξίου, Δούαινα καίσϰαρος γόνος... Le poète ajoute qu’Alexis Paléologue est le πρωτεςαδέλφος de l’empereur Jean Comnène.

105 Ibid,, p. 397 : Ἀλέξιος παις δριανο γεννάδα πρώτου σεϐαστν σπέρας δομεστίκου ... Άννης τε μητρòς αύτάναξ ήνπερ φύει Κωνσταντνος κράτιστος ... Δούϰας.

106 Sur Zôè Doukaina voir Polemis, Doukai, n° 20 (née ca. 1022 - morte après 1136).

107 Lampsidès, Biographie, p. 404 n. 2.

108 Ibid., p. 404 n. 1.

109 P. Schreiner, Fine Unbekannte Beschreibung der Pammakaristoskirche (Fetiye Camii), D.O.P., 25 (1971), p. 217-248 (particulièrement p. 220-230) ; le commentaire « le l’éditeur multiplie sans raison le nombre de personnages mentionnés. On le corrigera en conséquence par II. Belting-C. Mango-D. Mouriki, The Mosaics and Frescoes of Saint Mary Pammakaristos at Istanbul, D.O. Studies, 15 (1978), p. 1-8, qui tiennent compte des données archéologiques.

110 C. Mango-E. J. W. Hawkins, Report of Field Work in Istanbul and Cyprus 1962-1963, D.O.P., 18 (1964), p. 328; cf. Polemis, Doukai, p. 193 n° 228 et n. 6. Cf. le manuscrit Vindobonensis med. gr. 27 fol. 124 r.

111 Sur Adrien Comnène voir P. Gautier, Synode des Blachernes, p. 231-233 n° 1. Le prénom monastique de Jean est fourni par une notice nécrologique qui fixe la mort du protosébaste au mercredi 19 avril 1105 : Parisinus gr. 1564 fol. 41 éd. Montfaucon, Paleographia graeca, p. 47.

112 Le prénom d’Adrien est entré dans la famille des Comnènes par l’intermédiaire des Dalassènoi : le grand-père maternel d’Anna Dalassènè se prénommait Adrien. Pour un sceau au nom de la sébaste Irène Synadènè cf. C. Hannick-G. Schmalzbauer, Die Synadenoi, J.O.B., 25 (1976) qui répertorient deux homonymes de l’épouse d’Alexis Comnène, p. 130 nos 9 et 10.

113 Nicolas Kalliklès, éd. Romano, p. 100. n° 23 : ες τν εἰϰόνα το Σωτρος τν κοσμηθεσαν παρ τς σεϐστής ϰρς Αννης τς Δουκαίνης.

114 Ibid., ρ. 101, v. 10-12 : “Ανναν ... Κομνηνοπανσέϐαστον.
L’identification d’Alexis Paléologue, fils de Georges, avec Alexis Paléologue l’époux d’Anna Doukaina n’est pas retenue par Lampsidis, Biographie, p. 403 n. 4 qui renvoie à Polemis, Doukai, n° 138 et n° 217. Or ce dernier est tributaire de l’ancienne édition de Kalliklès faite par Sternbach qui écrit arbitrairement, p. 337 : Κομνηνοδούϰα, en se référant à Alexis Paléologue. Comme le montre bien la nouvelle édition de Romano. p. 101 et p. 179, il faut lire Κομνηνοπανσέϐαστον et rapporter cette épithète à Anna Doukaina. ce qui permet l’identification des deux Alexis.

115 Konstantopoulos, Βυζ. Μολυϐδόβουλλκ, p. 168. n° 647 ; Schlumberger, Mélanges d’Archéologie byzantine, Paris, 1895, p. 267, n° 129 ; Laurent, Bulles métriques, p. 71-72. n° 200 publient un sceau qui peut convenir à cette Anna Comnenodoukaina :
Avers : Représentation de la Vierge.
Revers : Κομνηνοδουκν κ γένους σφραγὶc ”Aννϲ.

116 P. Gautier, Un recueil de lettres faussement attribué à Michel Psellos. R.E.B., 35 (1977), p. 101.

117 P. Gautier, art. cit., p. 99-100.

118 L’identité des deux Constantins n’est pas retenue par Gautier qui écrit, p. 101 : « Quoi qu’il en soit de l’identification de ce sébaste. jamais encore attesté... ».

119 P.G. 127, col. 973 ; Gautier, Synode des Blachernes, notice n° 22.

120 Cette hypothèse formulée par Laurent, Généalogie, p. 142-143 a été rejetée par Polemis, Doukai, p. 153 n. 5 (citant S. de Jongh, Généalogie des Comnène, p. 95).

121 P.G. 127, col. 973: cf. Polemis, ibidem; Gautier, art. cit., p. 250.

122 Laurent, Bulles métriques, p. 103 n° 295. Cette attribution n’a pas été retenue par Gautier, op. cit., p. 249, et ne nous semble pas davantage recevable.

123 Cf. supra p. 148 n. 10. K. Chalandon, Les Comnène, II, p. 218-219 écrit : « un cousin du basileus. Michel Paléologue, fils de Georges Paléologue et d’Anna Doukas, est gouverneur de Salonique » ; Timarion éd. Romano, commentaire, p. 130.

124 Laurent, Généalogie, p. 148-149.

125 C’est l’opinion de K. Barzos dans Βυζαντινά. 7 (1975), arbre généalogique, p. 175.

126 Nicéphore porte le double patronyme de Doukas et de Paléologue sur son sceau : cf. supra p. 146. Michel Paléologue est appelé Doukas dans ses épitaphes ; voir Polemis, Doukai, n° 137 et infra n. 15.

127 Othon de Freisingen, Gesta, II. 23, Μ.G.II., S.S., t. II, p. 108 ; cf. Du Cange, Fam. Aug., p. 188.

128 Kinnamos (Bonn), p. 70.

129 Nicétas Choniates (Van Dieten), p. 58. Joseph Balsamôn est caractérisé comme gambros ép’ adelphè de Jean Hagiothéodôritès sur lequel voir l’article d’A. Kazdan dans Z.R.V.I., 9 (1966). p. 85-94.

130 Kinnamos (Bonn), p. 70. Le chartulaire reste anonyme niais a été identifié à juste titre avec Basile Tzintziloukès qui occupa cette charge sous Jean et Manuel Comnène : F. Chalandon, Les Comnène, II, p. 196, 273 n. 3.

131 Kinnamos (Bonn), p. 82.

132 Kinnamos (Bonn), p. 135 ; Nicétas Choniatès (Van Dieten). p. 91 (relation erronée : Paléologue n’alla pas jusqu’à Venise) ; Romuald de Salerne, Chronicon, M.G.H., S.S., t. 19, p. 428 ; Othon de Freisingen, Gesta. II, 23. M.G.II., S.S., t. 20. p. 408 ; Lettre de Frédéric dans M.G.H., S.S.. ibid., p. 348-349 ; Geoffroi de Viterbe, Gesta Frederici, M.G.II. S.S., t. 22. p. 310 (relation erronée : Paléologue n’assista pas au couronnement de Frédéric Barberousse). En ce qui concerne l’expédition de Michel Paléologue en Italie, on préférera le témoignage de Kinnamos à celui de Nicétas Choniatès cf. la remarque d’H. Ahrweiler, Byzance et la mer, Paris, 1966, p. 253 n. 6. Sur le lieutenant de Paléologue le sébaste Jean Doukas voir Polemis, Doukai, n. 99 ; P. Karlin-Hayter, 99. Jean Doukas, Byz., 42 (1972), p. 259-265.

133 Kinnamos (Bonn), p. 135 ; Boson, Vita Hadriani IV. éd. Duchesne, Liber Pontificalis, t. II, p. 393-394.

134 Kinnamos (Bonn), p. 138-139, 142-146, 150. Pour les détails de la campagne de Michel voir F. Chalandon, Histoire de la domination normande en Italie el en Sicile. Paris, 1907, II, p. 204-217 ; du même auteur, Les Comnène, II. p. 349-358.

135 Caffaro, Annales. M.G.II., S.S., t. 18, p. 23 ; G. Bertolotto, Nuova serie di documenti sulle relazioni di Genova coll’impero bizantino dans Atti della società ligure di storia patria, vol. 28, p. 344, cf. p. 399. Sur les relations avec Gènes voir G. Day. Byzantino-genoese diplomacy and the collapse of Emperor Manuel’s policy (1168-1171). Byz., 48 (1978). p. 393-405 (particulièrement p. 394).

136 Kinnamos (Bonn), p. 151 ; Nicétas Chômâtes (Van Dieten), p. 94 qui écrit à tort que Michel Paléologue tut destitue de son commandement : Skoutariotés (Sathas), p. 239 ; Othon de Freisingen, Gesta, II. 29, M.G.H., S.S.. t. 20. p. 113 ; Lettre de Frédéric, M.G.H., S.S.. ibid., p. 349.

137 Deux épitaphes de Michel sont attribuées à Prodrome ; W. Horandner, Theodoros Prodromos, Historische Gedichte, Vienne, 1974, nos LXVI et LXVII ; cf. Polemis, Doukai, p. 151 n. 8.

138 Kinnamos (Bonn), p. 165 ; Nicétas Chômâtès (Van Dieten). p. 94. Sur Alexis Comnène, fils du césar Nicéphore Bryennios et d’Anne Comnène voir J. Herrin, Bealities of byzantine provincial government : Hellas and Peloponnesos (1180-1205), D.O.P., 29 (1975). chart. n° 10.

139 D.O. 58-106-5429.

140 R.II.C. Hist. Grecs. II. p. 765-766, cf. infra p. 169 n. 6.

141 Le seul témoignage que nous possédions sur l’épouse de Michel Paléologue n’est pas recevable : il émane de L. Miniati. op. cit., p. 52-53 qui considère que Michel est marié A Rudocia. tille du sébastocrator Isaac Comnène (lils d’Alexis I) et que de cette union est né le grand domestique Andronic Paléologue, père de Michel VIII.

142 Sur la place de Georges dans le stemma voir Laurent, Généalogie, p. 140, 146 ; Polemis, Doukai, n° 139 et p. 155 n. 5 ; Lampsidis, Biographie, p. 401-405.

143 Cf. supra notice n° 14.

144 Lampsidis, Biographie, p. 397.

145 Laurent, Généalogie, p. 138-140 a fondé toute une exégèse sur deux termes de parenté contenus dans le codex marcianos 524 (cf. infra n. 15) et qui décrivent Georges comme Κομνηνοδουκν βλαστòς άνακτεγγόνων, épithète reprise sous la forme Κομνηνοδου-ϰῶν αύτοκρατορεγγόνων : nous pouvons maintenant affirmer que seule la mère de Georges descend d’un empereur Doukas.

146 Lampsidis, Biographie, p. 407. considère que Georges Paléologue était âgé de 40/45 ans à sa mort.

147 Patricia Karlin-Hayter, L’hétériarque — L’évolution de son rôle du De Cerimoniis au Traité des Offices, J.0.B., 25 (1974), p. 129.

148 Tzetzès, Epistulae, éd. Leone, Leipzig, 1972, n” 59. Sur ce Paléologue et son épouse Aspaè cf. notice n° 21.

149 P. Karlin-Hayter, art. cit., p. 130 : « Georges Paléologue, pansébaste sébaste et grand hétériarque, mort dans la force de l’âge, accomplit plusieurs missions diplomatiques. En revanche le silence des στχοι μονωδικο est une garantie qu’il n’y avait pas de faits militaires à célébrer ».

150 Lampsidis, Biographie, p. 398. 405-406.

151 Ibidem : le Péloponnèse est désigné comme le pays où coule l’Alphée.

152 Kinnamos (Bonn), p. 215.

153 P.G. 140, col. 236, 252.

154 Guillaume de Tyr, R.H.C. Hist. Occidentaux, I, 2, p. 942-943. Le sébaste Manuel peut être identilié avec l’aîné des fils du futur empereur Andronic I Comnène.

155 Lampsidis. Biographie, p. 399, 405.

156 N.H., 8 (1911). p. 28. 143. 145 bis, 148-150. 151.

157 Ν.H., 8 (1911), p. 143 : sur le fils de Georges, le sébaste Alexis voir la notice n° 29.

158 Ν.II., 8 (1911), p. 149 ; cf. Laurent, Généalogie, p. 137, 140-141.

159 Ibidem : cf. Lampsidis, Biographie, p. 106.

160 Lampsidis, Biographie, p. 391. 396.

161 Schlumberger, Sigillographie, p. 582 n° 3 ; Laurent, Bulles métriques, p. 163 n° 466 ; cf. Polemis, Doukai, p. 155 n. 5.

162 Konstantopoulos, Βυζ. Μολυϐδόϐουλλα, p. 361 n° 670a.

163 Lampsidis, Biographie, p. 406-407.

164 Éd. W. Regel, Fontes Rerum Biyzantinarum, Saint-Pétersbourg, 1892, p. 16-24 : l’éditeur (p. x) propose comme datation 1168/1175.

165 La veuve de Georges Paléologue est caractérisée comme la sébastè dans les vers de consolation que lui adresse Léon Mégistos ; Lampsidis, Biographie, p. 391-396.

166 Lampsidis, Biographie, p. 400, 402-403.

167 P.G. 140, col. 252. Cf. Lampsidis, Biographie, Tab. Généalogique, p. -105.

168 P.C.. 1 10. col. 177.

169 P.G. 1 40. col. 252 : sur le problème des trois Jean Kontostéphanoi qui assistent à ces réunions voir L. Stiernon, Sébaste et gambros, R.E.B., 23 (1965), p. 241 n. 100.

170 K. Krumbacher, Michael Glykas, SBBAW, 1894, p. 421 n° 11 cf. p. 439 à 441 (et n. 2) ; S. Eustratladès. Μιχαήλ το Γλυκ εις τς πορίας τς θείας Γραφής χεφάλαιχ, I. 1906, ρ. 379-116 : 416-461 ; II. 1912. p. 8-11 : 259-266. La lettre éditée par Krumbacher se trouve également dans P.G. 158, col. 931-933. Voir aussi Laurent, Généalogie, p. 139 n. 4.

171 Laurent, Bulles métriques, p. 202-203. n° 578 (pièce datée du xii-xiiie siècle) ; Fogg. A. M. n° 1337.

172 Voir aussi notre notice n“ 15 avec les réserves qu’impose la chronologie.

173 L’épitaphe a été éditée avec un commentaire prosopographique très riche par D. Polemis, Άνεπίγραφοι στίχοι ες τòν θάνατον Ίωάννο Βρυεννίου το Κατχκαλών. Ε.Ε.Β.Σ.. 35 (1966-1967) ρ. 107-116. Elle se présente sous la forme d’un dialogue entre deux personnages dont l’un est caractérisé comme « l’étranger ».

174 Polemis, op. cit., p. 108. v. 7-11.

175 Polemis. op. cit., p. 109. v. 21. 31 ; p. 114-115.

176 Polemis, op. cit., p. 109, v. 17. 20. 30 ; p. 110-115.

177 Sur Jean Doukas. flis du césar Bryennios, voir Polemis, Doukai, n° 78 ; P. Gautier, éd. de Nicéph. Bryennios, Documents annexes, p. 340-367.

178 Sur Joseph Bryennios cf. L. Stiernon, Sébaste et gambros, B.E.B.. 23 (1965), p. 237-238. Joseph Bryennios est un descendant du fils de Jean Bryennios et d’Hélène, fille de Joseph Tarchaneiotès. On notera que le frère d’Hélène se prénommait Katakalôn cf. Gautier, op. cit., p. 21.

179 Sur Nicéphore ἐκ τν Βρυεννων. voir L. Stiernon, op. cit., p. 242.

180 P.C. 138. col. 713 : cf. Dr Cange, Fam. Aug., p. 148.

181 Notice sur le personnage chez P. Gautier, Synode des Blachernes, n° 30. Sur sa parenté avec les Bryennioi cf. supra n. 6.

182 Sceau inédit de la Collection des Musées Ottomans. Istanbul. Fonds Diogène, n° 348.

183 Sceau inédit Fogg A. M. n° 1078.

184 P. Gautier, Synode des Blachernes, n° 20.

185 Polemis, op. cit., p. 110-111.

186 V. Laurent, La Collection C. Orqhidan, Paris, 1952, p. 77 n° 137 :
Σφραγίς σεβαστού τ γένει Βρυεννίου το Κατακαλν ν, Δημήτριε, σαέποις
Autre exemplaire du même sceau D.O. 08206 n” 5083. Malgré l’invocation à saint Démétrius rien ne prouve que le sébaste Katakalôn Bryennios se prénommait Dèmétrios cf. Polemis, op. cit., p. 112.

187 Polemis, op. cit., p. 109 v. 26-28 :
Δουϰῶν τε βλαστοϋ πανσεβάστο πατρόθεν, Κομνηνοδουκόθεν δὲ μητρόθεν πάλιν.

188 Cf. supra notice n“ 14 sur Alexis Paléologue. Telle n’est pas, bien sûr. la conclusion de Polemis (p. 112-111) qui en 1966 lorsqu’il publiait son article ne connaissait que deux fils à Georges Paléologue : Nicéphore et Andronic.

189 Jean Tzetzès, Historiae, éd. Leone. Naples, 1968, p. 190-191, vers 585-630 et particulièrement vers 585-595. Cf. P. Gautier, La curieuse ascendance de Jean Tzetzès, R.E.B., 28 (1970), p. 207-209 ; la despoina Mariam désigne Maria d’Alanie. fille de Bagrat IV roi de Georgie et épouse de Michel Doukas et de Nicéphore Botaneiatès.

190 Tzetzès, op. cit., vers 596.

191 Tzetzès, op. cit., p. 576.

192 Gautier, art. cit., p. 208-209 et n. 5 et surtout K. Barzos. Ἀλέξιος Κομνηνòς-Ερήνη ή Ρωσική ϰαι οί τυχοι απόχονοί τους. Βυζαντινά. 7 (1975), p. 134-135 et n. 28. 29. 30. Kataè l’épouse du porphyrogénète Alexis Comnène ne doit pas être confondue avec Kata, fille du roi David II de Géorgie, mariée en 1118 à Alexis Comnène (fils du césar Nicéphore Bryennios et d’Anne Comnène) : sur cette Kata voir K. Barzos, dans Maxeδovixά. 20 (1980), p. 30 n. 2. D’après R. H. Hewsen (Revue des Études Arméniennes. N.S. 14 [1980], p. 466-167) le prénom de Kata (ou Katramidé) serait l’équivalent de Catherine : cette remarque permet de mieux comprendre pourquoi Théodore Prodrome dans l’éloge funèbre qu’il composa pour Théodore (morte en 1140) épouse de Jean Doukas (autre fils du césar Nicéphore Bryennios et d’Anne Comnène) écrit qu’à « l’approche de la mort elle changea son nom se faisant appeler avec à-propos Catherine » ; la princesse géorgienne aurait-elle prolité de l’usage byzantin pour reprendre le prénom qu’elle portait dans sa patrie ? : Gautier, éd. de Nicéph. Bryennios, p. 366 et n. 4.

193 Apparemment Aspaè n’était pas la seule parente de Kataè qui vint à Byzance : en effet, d’après Théodose Goudélès une sœur de l’épouse d’Alexis, fils de Jean II était mariée à Jean Kontostéphanos qui alors qu’il était très âgé fut envoyé contre le rebelle Isaac Comnène à Chypre en 1186 : R. Vranoussi, Τ γιολογιϰά ϰείμενα το όσου Χριστοδούλου. Athènes. 1966, p. 162.

194 Jean Tzetzès, Epistulae, éd. Leone. Leipzig. 1972, n” 59. L’éditeur identifie le grand hétériarque avec Jean Doukas qui n’occupa celte charge que ca. 11(58 comme successeur de Georges Paléologue.

195 Nicétas Choniates (Van Dieten), p. 226 : Skoutariotès (Sathas), p. 308. Cf. O. Jurewicz, Andronikos I. Komnenos, Amsterdam. 1970. p. 79-80. Théodora Comnène est une fille du sébastocrator Isaac. frère de Manuel ; veuve du roi Baudouin III de Jérusalem, elle devint en 1167 la maîtresse de son cousin Andronic dont elle eut deux enfants, Alexis et Irène.

196 W. II. Rudt-Collenberg, The Rupenides Hethumides and Lusignans, The Structure of the Armeno-Cilician Dynasties, Paris, 1963. Tab. XII. The House of Comnenos (la date de naissance d’Irène est fixée à 1169) ; C. Toumanoff, Manuel de Généalogie et de Chronologie pour la Caucasie chrétienne. Rome. 1976, p. 505 (le mariage d’Irène et de Nicéphore Paléologue est daté de 1182).

197 Laurent. Généalogie, p. 148 n. 6. Cf. notre notice n° 12.

198 Nicétas Chôniatès (Van Dieten), p. 318 ; Eustathe de Thessalonique (Kyriakidès), p. 72 ; Skoutariotès (Sathas), p. 348. Cf. K. Barzos, Ένας δοΰξ Θεσσαλονίκης μή συνταυτισμένος μέχρι τώρα : ό Δαβίδ Κομνηνός..., Μακεδόνικα, 20 (1980), ρ. 35.

199 Α. Papadopoulos-Kerameus, Ἀνάλεκτα Ίερυσολυμιτικς σταχυολογίας. II, 1894, ρ. 362. Seule la parenté de Manuel Kamytzès avec Isaac II est certaine : Manuel est le fils de Constantin Kamytzès et de Maria Comnène, Mlle de Constantin Angelos et de Théodora Comnène et sœur d’Andronic Angelos. père d’Isaac. L’exadelphos Manuel Angelos ligure dans la liste des otages envoyés par Isaac II à Frédérc Barberousse le 14 février 1190 : cf. L. Stiernon, A propos de trois membres de la famille Rogerios, R.E.B., 22 (1964), p. 197.

200 Isaac II Angelos a trois oncles paternels : Jean, Alexis et Isaac et quatre frères, Constantin, Jean, Michel et Théodore (sans tenir compte du futur empereur Alexis III qui ne saurait être le beau-père d’Andronic Paléologue). Sur les frères d’Isaac voir les remarques de Zacos-Veglery. p. 1551.

201 K. Krumbacher, Michael Glykas dans S.B.B.A.W., 1894. p. 422. n° 13 cf. p. 425 ; S. Eustratiades, Μίχαὴλ το Γλυϰᾶ ες τς απορίας τς θείας Γραφς ϰεφάλαια, II. 1912, ρ. 16-18. La lettre est également éditée dans P.C. 158. col. 933-936.

202 Laurent, Bulles métriques, p. 224 n° 661 ; Zacos-Veglery, p. 1558-1559 n° 2747, qui réfutent l’attribution proposée par Laurent au fils de Michel VIII, le futur empereur Andronic II : la pièce étant bien datée de la fin du XIIe siècle.

203 J. Darrouzès, Un recueil épistolaire du XIIe siècle. R.E.B., 30 (1972), p. 199-229.

204 J. Darrouzès, art. cit., p. 216 n° 84 (Incipit : ούϰ οΐμαι τν περί ήμας). Le même Hexazènos reçoit la lettre n“ 85. Sur la famille des Hexazènoi alliée aux Doukai et localisée à Thessalonique voir Poi.emis, Doukai, p. 119 n° 87 (Constantin Exazènos Doukas) et P. Magdalino, Some additions and corrections to the list of Byzantine churches and monasteries in Thessalonica, R.E.B.. 35 (1977), p. 280 n° 3. The monastery of Exazènos (et n. 13 sur la graphie du patronyme Hexazènos ou Exazènos).

205 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 451 : άνθρωποι ϰατά γένος τ βασιλεσυναπτόμενοι ; sur Théodore Branas voir V. Laurent, La Collection Canellopoulos : Sceaux byzantins, U.C.II. 97 (1973). p. 229-233 ; sur Constantin Raoul voir S. Fassoulakis, The Byzantine Family of Baoul-Ral(l)es. Athènes, 1973. n” 4 ; et sur Michel Cantacuzène, Nicol., Kantakouzenoi, n° 7. En ce qui concerne Jean Pétraliphas il n’existe pas de monographie consacrée à sa famille ; on consultera toutefois Polemis. Doukai, p. 165-166 qui cite les références aux travaux antérieurs. Sur la révolte elle-même cf. Ch. Brand, Byzantium confronts the West, p. 110-112. Une source occidentale ajoute aux conspirateurs les noms de Nicolas Kanabos et d’Alexis Doukas Mourtzou-phlos : Aubry des Trois-Fontaines in M.G.II., S.S., t. 23 p. 870.

206 A. Papadopoulos-Kerameus, νάλεχτχ Ίεροσολυμιτιχς σταχυολογίχς. II. Saint-Pétersbourg, 1894, p. 362 ; cf. notre notice n“ 23.

207 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 512 ; Skoutariotès (Sathas), p. 425 où il est. à nouveau cité parmi les καθ’ αίμα ; Ch. Brand, op. cit., p. 130.

208 V. Laurent, Corpus, V, 2, p. 298 n° 1470.

209 Les épouses du despote Alexis Paléologue et du grand-duc Alexis Paléologue se prénommaient toutes deux Irène mais outre le fait qu’il s’agit de leur prénom civil l’une comme l’autre usaient du patronyme de Comnène ; de plus la seconde de ces princesses avait pour prénom monastique Eugénia. Sur le problème de l’utilisation du patronyme ou du nom marital sur les sceaux des personnages féminins voir les indications de W. Seibt, Byz. Bleisieget, I, p. 249-250 (n° 119 : sceau de la fin du XIe siècle au nom de Maria Bryennissa magistrissa).

210 A. Papadopulos, Généalogie, n° 29.

211 Fogg A. M. n° 1055.

212 Sur le despote Jean Paléologue cf. Papadopui.os, Généalogie, n° 2.

213 A. Dimitrievskij, Typika, I, p. 787 : πάππος ... ό μέγας δούξ ἐϰεῖνος ϰῦρις λέξιος.

214 Laurent, Généalogie, p. 135.

215 P. Ν. Papageorgiou, Zwei iambische Gedichte saec. XIV und XIII, B.Z., 8 (1899), p. 674-677 : Στίχοι εὐχαριστήριοι ώς από το βασιλέως προς τòν Άρχιστράτηγον Μιχαήλ.

216 A. Dimitrievskij, ibidem : ή σύζυγος ατο κυρά Eίρήνη ή Κομνηνή.

217 Laurent, Généalogie, p. 135 n. 1.

218 Signalé par S. Papadimitriou dans V.V., 10 (1903), p. 107 n” 30 le poème est édité par R. Miller dans R.H.C. Hist. Grecs, II, p. 765-766 (on remarquera deux lacunes, entre les vers 11 à 21 et entre les vers 27 à 31) : “Ασματα ες τον γάμον της κυράς Κίρήνης της θυγατρός της έςειρημένης Κομηνς, τς πρώτης θυγατρòς το άοιδίμου σεβαστοϰράτορος ϰυρο Ανδρoνíϰoυ το Πορφυρογεννήτου.

219 Ε. Miller, op. cit., ν. 10, 37, 41.

220 Ibid., ν. 25 : ... σου μονογενή σου παΐδα.

221 Ibid., ν. 31-32 : ... ψυχή Παλαιολόγου Ψυχή ‘Ρωμαίων αρχηγού περιφανούς μεγάλου.

222 Ibid., ν. 2 : νυμφοστόλος βασιλεύς.

223 On ne tiendra pas compte de la chronologie établie par Laurent (Généalogie. p. 139 n. 1) ; en particulier, il ignore le premier mariage de Maria Comnène avec Théodore Dasiôtès. A notre avis Maria épousa .Jean Cantacuzène au plus tôt vers 1150 ; Irène, l’aînée de ses filles (elle porte le prénom de sa grand-mère maternelle la sébastocratorissa Irène) a pu naître ca. 1160. Sur Jean Cantacuzène voir Nicol., Kantakouzenoi, n° 2.

224 P.C. 140, col. 177, 252.

225 En effet le fils du grand hétériarque prendrait place avant Constantin Paléologue, frère de ce dernier.

226 A. Dimitrievskij, p. 787.

227 Ibidem. Le don par Irène Comnène d’un himation fait l’objet de deux poésies contenues dans le codex marcianos XI, 22 : V.V., 10 (1903), p. 108, nos 54 et 55.

228 Codex marcianos 524 in N. II., 8 (1911), p. 143.

229 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 508 ; Skoutariotès (Sathas), p. 450 ; Akropolitès (Heisenberg), p. 6.

230 Sur ce personnage cf. Nicétas Choniatès, p. 458, 485, 497. Son épitaphe a été composée par Grégoire Antiochos qui nous apprend qu’il prit le prénom monastique d’Akakios : II. Coxe, Calalogi codicui mss. Bibliothecae Bodleianae, I, Oxford, 1853, p. 336 et D. Polemis, dans Ε.E.B.Σ., 35 (1966), p. 107 n. 1.

231 Grégoras (Bonn), I. p. 69.

232 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 508-509.

233 Ibidem, p. 511, 519. Sur la révolte d’Ivanko qui avait pris le prénom grec d’Alexis et épousé Théodora. fille d’Isaac Comnène et d’Anna, l’une des Mlles de l’empereur Alexis III. voir Ch. Brand, Byzantium confronts the West, p. 126, 130-131.

234 Ibidem, p. 526.

235 M. Treu, Nicephori Chrysobergae ad Angelos orationes tres, Breslau, 1892, p. 4, 41 cf. p. 44 ; Nicolas Mésaritès, Die Palaslrevoluton des Johannes Komnenos, éd. Α. Heisenberg, Wurzbourg, p. 42, 48. Sur la révolte de Jean Comnène (fils d’Alexis Axouchos et de Maria Comnène) voir Nicétas Choniatès, p. 520-528 ; Skoutariotès (Sathas), p. 428-429 : Ephraim (Bonn), v. 0558-6584 qui ne citent pas le nom d’Alexis Paléologue. Cf. K. Barzos dans Βυζαντινά, 7 (1975), p. 162-172 ; Ch. Brand, op. cit., p. 122-124. et particulièrement pour la date p. 347-348 n. I.

236 Nicétas Choniatès (Van Dieten). p. 530. La date du séisme n’est pas établie avec certitude : Laurent, Généalogie, p. 129. le place début mars et Ch. Brand. op. cit.. p. 139, en février 1201.

237 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 534 ; Skoutariotès (Sathas), p. 430 ; Ephraim (Bonn), v. 6609. Cf. Ch. Brand, op. cit., p. 132-133.

238 Laurent, Généalogie, p. 126 ; on corrigera la lecture du premier éditeur par Zacos-Veglery, n° 2752.

239 F. Dölger, Zwei byzantinische Fahnen im Halbenstadler Domschatz, Beiträge zur Geschichte der Philosophie des Mittelalters, Supplément Band 3, vol. 2 (1935), p. 1358-1359 ; cf. Pauline Johnstone, Byzantine tradition in church embroidery, Londres, 1967. p. 54, 114-115 : ces deux voiles liturgiques auraient, été rapportés de la quatrième croisade par l’évêque Krosigh d’Halbenstadt qui regagna son siège en 1205.

240 Akropolitès (Heisenberg), p. 9 ; Skoutartotès (Sathas), p. 450 ; cf. Laurent, Généalogie, p. 129 ; Zacos-Veglery, p. 1569.

241 Ν.Π., 12 (1915), p. 444 ; l’éditeur, S. Lampros, l’ait le rapprochement entre le défunt de l’épitaphe et Alexis, le fils du sébaste et grand hétériarque Georges Paléologue.

242 On trouvera une allusion à l’union d’Alexis et d’Irène dans deux poésies de Maxime Planoudès dédiées à Théodora Raoulaina (nièce de Michel VIII) et qui contiennent la généalogie de la princesse : la mère de Théodora, Irène (au monastère Eulogia) est une petite-Mile (eggonè) du despote Alexis Paléologue et de la basilissa Irène, née de l’empereur Alexis Angélos : P.G. 147, col. 1176 et 1178 = N.II., 13 (1916), p. 417-418.

243 D’après la Μεγάλη λληνικ εγκυκλοπαίδεα. XIX, 1932, p. 418 ce mariage récompensait Paléologue pour les bons services rendus pendant la lutte contre David Comnène qui s’était emparé de la Paphlagonie ; Laurent, Généalogie, p. 147 n. 4 remarque que ce détail est vraisemblable mais n’est attesté par aucune source connue de nous.

244 Nicolas Mesaritès qui bénit le mariage de ce Paléologue composa pour l’occasion un discours sur lequel voir A. Heisengerg Neue Quellen zur Geschichte des lateinischen Kaisertums und der Kircheunion, S.B.B.A.W., I923/III, p. 59 : ἱερολογήσαι τòν δεσπότην ϰῦρ Κωνσταννον τον Δοκαν τον και Παλαιολόγον μετά της θυγατρός του βασιλέως κυρ Θεοδώρου το Λάσκαρι, τς ϰυρς Ερήνης της Δουκαίνς. Seul Mesaritès nous apprend que Paléologue portait aussi le patronyme de Doukas. L’existence d’un sceau au nom du despote Constantin Comnène Doukas Paléologue ne peut être invoquée en faveur du prénom de Constantin puisque le propriétaire était porphyrogénète et fils d’empereur ce qui ne peut convenir à notre personnage, cf. Konstantopoulos. Βυζ. Μολυοδόβουλλα. p. 534, n 022c : Laurent, Bulles métriques, n“ 424 ; Zacos-Veglery, n” 2758 (qui l’attribuent à Constantin, Mis de Michel VIII).

245 Polemis, Doukai, p. 156 n° 140 et n. 4 : l’auteur insiste aussi sur le l’ail qu’Akropolitès n’était pas né à l’époque des événements qu’il rapporte contrairement à Mésaritès qui fait ligure de témoin particulièrement bien placé.

246 Laurent, Généalogie, p. 147 n. Γ> ; cf. Zacos-Veglery, p. 1559 à propos du sceau que nous avons attribué à Andronic Paléologue n“ ”23.

247 Akropolitès (Heisenberg). p. 26 ; Skoutariotès (Sathas), p. 461 : Ephraim (Bonn), p. 300 v. 7425-7427 :
Παλαιολόγων Ανδρόνικος έκ γένους γαμβρός κρατούντος εις Εϊρήνην τυγ/άνων τήν πρωτόπαιδα φιλτάτης θυγατέρων.
Irène était l’aînée des trois filles nées de Théodore Laskaris et d’Anna. Mlle d’Alexis III. Kl le porte le patronyme de Doukaina (cf. supra n. 2) qui lui vient de sa grand-mère maternelle l’impératrice Euphrosynè Doukaina Kamatèra. Pour d’autres textes où elle est appelée Comnène voir Poi.emis, Doukai, p. 140 n° 115 et n. 1.

248 Pour préciser cette date les éléments chronologiques à prendre en considération sont les suivants : la nomination de Nicolas Mésaritès à la métropole d’Ephèse (1210 ?) ; la bataille de Lentiana où Andronic est déjà mentionné comme gambros de l’empereur (fin 1211 et de toute façon postérieurement à la bataille du Rhyndakos qui eut lieu le 15 octobre 1211) ; le remariage d’Irène avec Jean Vatatzès (1212).

249 Akropolitès (Ileisenberg), p. 26, 29 ; Skoutariotès (Sathas), p. 461, 464 ; Ephraim (Bonn), p. 316 v. 7840.

250 Théodore I Laskaris avait six frères : Constantin, Alexis, Isaac, Michel, Manuel (cf. Du Cange, Fam. Aug., p. 178) et Georges (cf. II. Ahrweiler, Smyrne, p. 138-139). C’est sans doute Constantin qui participa à la bataille de Lentiana : Du Cange, ibid. On consultera sur Constantin Laskaris l’article de B. Sinogowitz. über das byzantinische Kaisertum nach dem Vierten Kreuzzuge (1204-1205), B.Z., 45 (1952), p. 345 sq. (où la mort de Constantin est datée de 1205).

251 D.M. Nicol, The Byzantine Family of Dermokaites (circa 940-1453), Byst., 35 (1977), n° 4. K. Hopf (Geschichte Griechenlands..., I. p. 178) ayant lu trop rapidement les chroniqueurs, fait de Dermokaitès et de Paléologue un seul personnage et écrit que le despote s’appelait Andronic Dermokaitès Paléologue !

252 Akropolitès (Heisenberg), p. 29 ; Skoutariotès (Sathas), p. 464. Le problème est de savoir si ces auteurs rapportent la mort d’Andronic ou simplement le fait qu’il tomba aux mains de l’ennemi. Nous préférons cette seconde solution qui est celle déjà retenue par A. Gardner, The Lascarids of Nicaea, Londres, 1912, p. 85 et par D. M. Nicol., op. cit.

253 Akropolitès (Heisenberg), p. 26.

254 Akropolitès, ibid. ; Ephraim (Bonn), p. 316 v. 7840 ; Pachymère ; (Bonn) I, p. 317 ; Grégoras (Bonn), I, p. 24 ; Cantacuzène (Bonn), I, p. 11, 83.

255 M. Chatzidakis, Un anneau byzantin, B.N.J., 27 (1943), Appendice, p. 201, n° 76= Studies in Byzantine Art and Archaeology, Variorum Reprints, Londres, 1972, IV, p. 31 n° 76.

256 Ce fait est l’objet d’une remarque de D. M. Nicol., The Report of Ogerius, p. 14, à propos de l’identification de Kalojean Laskaris sur lequel voir infra la notice n° 36.

257 Pachymère (Bonn), I, p. 25.

258 C’est par erreur que Papadopulos, Genealogie, n° 105 (notice consacrée au prôtostratôr Andronic Paléologue), écrit que Michel était grand chartophylax.

259 La date est malaisée à définir : nous adoptons la chronologie suggérée par Laurent, Généalogie, p. 148.

260 Michel Paléologue aurait été âgé de 70/75 ans à sa mort ce qui est acceptable.

261 Ce Kotys est identique à Théodore Kotys mentionné en 1280 lorsqu’il était devenu moine : Pachymère (Bonn). I. p. 484-486.

262 Pachymère (Bonn), I. p. 25.

263 Laurent, Généalogie, p. 148.

264 Nicolas Mésaritès, Die Palastrevolution des Johannes Komnenos, éd. A. Heisenberg, Wurzbourg, 1007, p. 24 n. I : ό προηγούμενος τν άπò στρατις ( ?) ό Μούρτζουφλος ν, ό ϰαιγαμϐρòς τοΠαλαιολόγου ϰῦρ Μιχαήλ τοΰ Κομνηνο.

265 Sur Alexis V voir Β. Henprickx-C. Matsukis, Alexis V Doukas Mourtzouphlos: Dis Life. Reign and Death (? - 1204). Έλλψιχά. 31 (1070), p. 108-132; Polemis. Doukai, n° 126.

266 Ch. Brand, op. cit., p. 122, 347 n. 14. Reconnaissons toutefois qu’il est surprenant de voir Mourtzouphlos mort en 1201 qualifié de gambros de Michel VΙΠ né en 1224/1225 : les liens de pareille qui unissaient les deux hommes nous sont d’ailleurs connus : Michel VIII est le petit-fils d’Irène Comnène sœur d’Eudocia l’épouse de Mourtzouphlos. Sur les sœurs Irène et Eudocia, Mlles d’Alexis III Angelos cf. Polemis, Doukai, p. 131 n. 10 et 11.

267 Pachymère, I. p. 100. Sur ce personnage voir Papadopulos, Généalogie, n° 105 ; I). Nicol., The Creeks and Ihe Union of the Churches, The Report of Ogerius, Protonotarius of Michael VIII Palaiologos in 1280, Proceedings of the Royal Irish Aeademy, 63, secl. C. n“ 1. Dublin. 1002 = Variorum Reprints, Londres. 1072, VIL p. 1l n° I ; R.J. Loenertz, Mémoire d’Ogier, protonotaire pour Marco et Marchetto nonces de Michel VIII Paléologue auprès du pape Nicolas III. O.C.P., 31 (1005), repris dans Byzantina Franco-graeca, Rome, 1970, p. 543. Nicol., op. cit., p. 12 n° 2 suggère que l’épouse du pincerne Manuel Comnène Raoul était une fille du grand chartulaire Michel Paléologue, ce qui parait difficilement acceptable puisqu’une sœur du pincerne est déjà mariée à Andronic Paléologue, fils du grand chartulaire cf. les justes réserves de S. Fassoulakis, The Family of Raoul, p. 21 n. 17. Du Cange, Fam. Aug., p. 189, attribue à Michel Paléologue la paternité d’un (ils qui serait le père de Jean Paléologue qualifié d’autanepsios du prôtostratôr Andronic Paléologue par Pachymère. (Bonn) I, p. 459. Il a été démontré depuis que dans la langue de Pachymère le mot autanepsios signifie cousin et non pas neveu : A. Failler, Pachymeriana quaedam. R.E.B., 40 (1982), p. 189 et n. 5. Dans ces conditions il faut reconsidérer la généalogie de ce Jean Paléologue cf. Nicol., op. cit., p. 13 et n. 55 ; Loenertz, op. cit., p. 545 et infra notice n° 36.

268 A cet égard le témoignage du Typikon du monastère de Saint-Michel au Mont Saint-Auxence est irréfutable (éd. Dimitrievskij, p. 787) : Michel VIII de façon logique commémore son grand-père paternel Alexis Paléologue puis son père Andronic Paléologue. Cf. supra p. 168.

269 Il est curieux de noter que la compilation de Jean Ducas Angelo, Genealogia diversarum principurum mundi, p. 12, fixe la naissance de Paléologue à l’année 1189.

270 H. Grégoire, De Vita Sua, p. 449 ; Laurent. Généalogie, p. 131 : Polemis, Doukai, p. 156 n° 141 et n. 6.

271 Sur Jean Cantacuzène, gambros de l’empereur Manuel Comnène voir L. Stiernon dans R.E.B., 23 (1965), p. 233-235.

272 Akropolitès (Heisenberg), p. 83.

273 Grégoras (Bonn), I, p. 9 ; Sphrantzès (Bonn), p. 6-7.

274 Akropolitès (Hisenberg), p. 84 cf. Zacos-Veglry, p. 1559.

275 Pachymère (Bonn), I, p. 222. Voir F. Dölger, Beiträge zur der byzantinischen Finanzverwaltung des 10. und 11. Jahrhunderts, Byzantinisches Archiv, 9 (1927), p. 81; M. Angold, A Byzantine government in exile, Oxford, 1975, p. 210, 241. L’identité du césar Romain n’est pas établie : est-ce un frère de Vatatzès autre que le sébastocrator Isaac Doukas ?

276 Akropolitès (Heisenberg), p. 45 ; Skoutariotès (Sathas), p. 476 ; Ephraim (Bonn), p. 328 vers 8149 et sq. Sur le césar Léon Gabalas voir A. Savvidès, Ή βυζαντινή δυναστεία τν Γαϐαλάδων ϰαί ή έλληνο-ιταλιϰή διαμάχη γιά τή Ρόδο, Βυζαντινά, 12 (1983), ρ. 415-416.

277 Akropolitès (Heisenberg), p. 66-73 ; Skoutariotès (Sathas), p. 487-492. Sur le protovestiaire Alexis Raoul cf. S. Fassoulakis, The Family of Raoul, n° 5.

278 Akropolitès (Heisenberg), p. 83 ; Skoutariotès (Sathas), p. 497.

279 Schlumberger, Sigillographie, p. 653 n. 1 ; Laurent, Bulles métriques, p. 165 n° 469 ; cf. Polemis, Doukai, p. 156.

280 Akropolitès (Heisenberg), p. 84, 162 ; Skoutariotès (Sathas), p. 498. Le prénom d’Arsenios se trouve dans le Typikon du monastère de Saint-Michel (éd. Dimitrievskij, p. 787 : Ἀνδρόνικος ό δι το μεγάλου ϰα γγελιϰού σχήματος μετονομασθείς ρσένιος μοναχός) et dans la monodie que Jacob de Bulgarie composa à l’occasion du décès du grand domestique (éd. G. Mercati dans Collectanea Byzantina, Bari, 1970, I, p. 72, 79-80, 112).

281 Jacob de Bulgarie, ibidem, p. 111.

282 Sur Théodora Comnène Paléologina, voir notice n° 33. Sur Marin (épouse de Nicéphore Tarchaneiotès puis moniale Marthe) cf. Papadopulos, Genealogie, n° 22 ; sur Irène (épouse de Jean Cantacuzène puis moniale Eulogia) cf. Papadopulos, n° 29 ; sur Jean cf. Papadopulos, n° 2.

283 Deux sources montrent bien que Constantin n’est pas né de Théodora ; Akropolitès (Heisenberg), p. 161 écrit : τόν δέ αύτάδελφον αύτο (sc. Μιχαήλ) Κωνσταντον έξ ετέρας όντα τούτω μητρός et Grégoras (Bonn) I, p. 72 (cf. p. 80) le définit comme άμφιμήτριος δελφός de Michel VIII. Cf. Polemis, Doukai, p. 161, n° 149 et n. 2. Par contre Sphrantzès (Bonn) p. 6-7 considère Michel, Constantin et Jean comme les (ils d’Andronic et de Théodora, étant tous les trois des διπλοπαλοιολόγοι ντες πατρόθεν ϰαμητρόθεν. Sur Constantin voir aussi Papadopulos, Genealogie, n° 5.

284 Jacob de Bulgarie, ibidem, p. 79 fait référence aux six enfants d’Andronic Paléologue : trois fils et trois Mlles. Dans la littérature secondaire cette fille apparaît soit comme l’épouse du fils du sultan Azzeddin Kaikaus et l’ancêtre des Paléologues Sultanoi (Papadopulos, Genealogie, n° 35) soit comme l’épouse de Benoît I Zaccaria (K. Hopf, Chroniques gréco-romanes inédites ou peu connues. Berlin, 1873, p. 502, IX. Dynastes gênois de l’Archipel ; I. Zaccaria de Phocéa et de Chios).

285 Grégoras (Bonn), I, p. 69 ; Sphrantzès (Bonn), p. 6 : θυγατέρα μόνην ϰατέλιπεν.

286 A. Dimitrievskij, Typika, I, p. 787. Cf. II. Grégoire, De Vita Sua, p. 419.

287 Ch. Brand, Byzantium confronts the West, p. 120, 346 n. 8.

288 Sur les autres enfants du grand domestique : Constantin et une Mlle de prénom inconnu voir la notice consacrée à Andronic Paléologue (n° 32).

289 A. Dimitrievskij, ibidem : Θεοδώρα, ή μετά τό μοναχιϰòν πάγγελμα ληθεσα Θεοδοσία μοναχή ; Laurent, Généalogie, p. 145 n. 2.

290 Schlumberger, Sigillographie, p. 643. n° 21. L’Institut Français d’Études Byzantines conserve un exemplaire du même sceau : I.F.E.B. n° 148.

291 Laurent, Huiles métriques, p. 145, n° 409.

292 Polemis, Doukai, n° 156.

293 MM. VI, p. 191.

294 Papadopulos, Genealogie, n° 36 : né entre 1254 et 1257 et décédé avant 1259.

295 M. Chatzidakis, Un anneau byzantin. B.N.J., 27 (1943), Appendice, p. 197. n° 28 = Studies in Byzantine Art and Archaeology, Variorum Reprints, Londres, 1972, IV. p. 27, n° 28 ; du même auteur. Les objets byzantins et post-byzantins dans Catalogue de la Collection Hélène Stathatos, Limoges, 1957, p. 58. n” 36 (la pièce non datée dans la première édition est signalée comme étant du xiv-XVe siècle).

296 Cf. aussi Théodora Paléologina, l’épouse de l’empereur Michel VIII sur- laquelle voir Polemis, Doukai, n° 74. En ce qui concerne les siècles postérieurs, nombreuses sont les princesses prénommées Théodora, tilles ou épouses de Paléologues qui sont des propriétaires potentielles : par ex. une Mlle du sébastocrator Constantin, une Mlle d’Andronic II, une fille de Michel IX, l’épouse du porphyrogénète Dèmètrios, etc.

297 D. Nicol, The Report of Ogerius, p. 13 n° 5 ; J. Loernetz, Mémoire d’Ogier, p. 346 : « Calojoannes Lascari primus consobrinu. Domini mei Imperatoris ». Cf. Du Cange, Fam. Aug., p. 179.

298 Les termes de parenté employés par Ogier sont particulièrement dignes de foi puisque son rapport transcrit les paroles de Michel VIII lui-même : cf. I). Nicol., op. cit., p. i.

299 J. Loernetz, ibid.

300 D. Nicol. op. cit., p. 13-14.

301 M.M. VI, p. 200 et 201 (actes de mai 1259) ; p. 202 (acte de juillet 1259). La dignité de protosébaste portée par Manuel Comnène Laskaris indique-t-elle qu’il était le fils aîné d’un sébastocrator ? Rappelons (pie Théodore I Laskaris. conféra le sébastocratorat à deux de ses frères Alexis et Isaac : cf. Du Cange, Fam. Aug., p. 178.

302 Pachymère (Bonn), I, p. 459. D. Nicol., op. cit., p. 9 considère Jean Paléologue comme le neveu du prôtostratôr Andronic Paléologue. Voir toutefois les remarques faites sur l’emploi d’autanepsios dans la langue de Pachymère par A. Failler, article cité supra, p. 176 n. 11.

303 M. Kursanskis, L’empire de Trébizonde et In Géorgie, R.E.B., 35 (1971), p. 242-243. Sur l’identité de la première épouse d’Andronic Comnène voir W. II. Rudt von Collenberg, L’empereur Isaac de Chypre et sa fille, Byz., 38 (1968). tab. généalogique I (l’auteur propose Hélène ( ?) de Géorgie) ; du même auteur, The Rupenides Hethumides and Lusignans, Tab. XII (une sœur de Georges III de Géorgie) ; C. Toumanoff, Manuel de Généalogie..., p. 505 (une Mlle de Dèmètrios I de Géorgie). Il semble maintenant bien établi qu’Andronic Comnène n’épousa pas de princesse géorgienne contrairement à son fils Manuel dont la femme était peut-être Rousoudan, sœur de la reine Thamar : cf. K. Barzos dans Μαϰεδονιϰά, 20 (1980). p. 30-31 n. 2.

304 Nicétas Choniatès (Van Dieten), p. 268.

305 C. Cahen, Seldjukides de Rum, Byzantins et Francs d’après le « Seljuknameh » anonyme, Mélanges Henri Grégoire, Tome III, Bruxelles. 1951, p. 101-104.

306 Ibidem, p. 102. Au lieu de Paléologue on peut aussi songer au patronyme de Doukas : les formes Luga et Duka étant paléographiquement proches et réductibles.

307 M. Kursanskis, op. cit., p. 242 et n. 20.

308 Plusieurs sceaux au nom d’un sébaste Georges Comnène ont été publiés : Schlumberger, Sigillographie, p. 640 nos 11 et 12 ; A. Szemioth-T. Wasilewski, Sceaux byzantins du Musée national de Varsovie, p. 26 n. 34. Nous ne nions pas la fragilité de notre hypothèse dans la mesure où il semble bien que nous ayons une connaissance exhaustive des enfants du sébastocrator Isaac Comnène (frère de Manuel) qui n’eut que deux fils Jean et Alexis (P.C. 133, col. 1066-1067) morts en bas âge ainsi que cinq filles.

309 Akropolitès (Heisenberg) p. 93 ; Skoutariotès (Sathas), p. 503. Sur le mésazôn Dèmètrios Comnène Tornikès († ca. 1252) voir N. Adontz, Byz., 11 (1936), p. 37-41 ; II.G. Beck, B.Z., 48 (1955), p. 320-321 ; J. Verpeaux, BySl., 16 (1955), p. 274-275 et R.J. Loenertz, O.C.P., 26 (1960), p. 297-300.

310 N. Adontz., op. cit., p. 4l ; Gudrun Schmalzbauer, Die Tornikioi in der Palaiologenzeit, J.O.B., 18 (1969). p. 117 : cf. Ahrweiler, Smyrne, p. 149.

311 Les chroniqueurs fournissent de nombreux exemples de parenté « par les femmes » : en particulier on notera Akropolitès (Heisenberg) p. 91 = Skoutariotès (Sathas) p. 502 : à propos de l’épouse du chef albanais Goulamos parente de l’impératrice Irène, épouse de Vatatzès.

312 Cf. V.V., 10 (1903), p. 108 poésie n° 54.

313 Sur Manuel Cantacuzène voir D. Nicol., Kantakouzenoi, n° 3.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.