Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études prosopographiques

 | 
Jean-Claude Cheynet
, 
Jean-François Vannier

Deuxième partie : Les premiers Paléologues. Étude généalogique et prosopographique

Introduction

Texte intégral

  • 1 D. J. Geanakoplos, Emperor Michael Palaeologus and the West (1258-1282), Cambridge, Massachusetts, (...)

1D’après la tradition orale la famille des Paléologues est originaire de Viterbe, petite ville du Latium située au nord-ouest de Rome. Cette tradition se fonde sur différents éléments qui ont été réunis par D. Geanakoplos et que nous résumons ici1 :

  • tout d’abord une lettre d’authenticité douteuse datée de 1262 et par laquelle Michel VIII félicite le pape Urbain IV pour son couronnement et fait allusion à son origine viterbienne ;
  • une inscription au palais communal de Viterbe placée sous un portrait censé représenter l’empereur Michel « Viterbiensis » ;
  • le rapprochement étymologique sans fondement du nom de Viterbe avec le latin « vetus verbum » équivalent du grec « palaios logos » ;
  • enfin une charte dressée au xvie siècle par un moine de Padoue qui retrace sa propre généalogie jusqu’à Michel VIII et Viterbe.
  • 2 Jean Ducas Angelo, Genealogia diversarum principarum familiarum mundi, Venise, 1621, p. 22.
  • 3 Théodore Spandounès, éd. C. Sathas, Documents inédits relatifs à l’histoire de la Grèce au Moyen  (...)
  • 4 Une telle origine n’est pas sans rappeler celle que l’on attribuait aux Doukai cf. Polemis, Doukai(...)

2Cette opinion fut reprise par les compilateurs tardifs, en particulier’ par Jean Ducas Angelo chez qui il est fait mention d’un mariage entre une certaine Zôè (fille de Constantin Cantacuzène et de Maria Comnène ?) et N... Paléologue de Viterbe2. Théodore Spandounès rapporte une tradition légèrement différente3 : les Paléologues seraient originaires de Rome d’où ils auraient accompagné Constantin le Grand à Byzance4 ; c’est pendant l’exarchat d’Italie qu’un Paléologue serait venu s’installer à Viterbe ; plus tard sous le règne de l’empereur Laskaris un autre Paléologue repartit en Grèce où il se maria et devint le père de l’empereur Michel VIII.

  • 5 Du Cange, Fam. Aug., p. 189.
  • 6 Laurent, Généalogie, p. 133, n. 1 ; cf. G. Chapman, Michel Paléologue, restaurateur de l’Empire by (...)
  • 7 F. Rodrigues, Origine, cronologia e successione degli imperatori Paleologi, Rivista di araldica e (...)

3Déjà Du Cange dans ses Familiae Augustae Byzantinae avait rejeté l’origine viterbienne de la famille5 et c’est à juste titre que V. Laurent s’étonne de la voir encore accueillie par C. Chapman dans son étude sur Michel VIII6. Une explication satisfaisante a été proposée par F. Rodrigues qui attribue la fiction de l’ascendance italienne de Michel VIII aux Paléologues de la Renaissance qui, en clamant leur parenté avec l’empereur byzantin, espéraient obtenir des aides financières du gouvernement de Viterbe et du pape7.

  • 8 Timarion, éd. Romano, p. 57 1. 213.
  • 9 Timarion, éd. Romano, p. 132. Au témoignage invoqué de Constantin Porphyrogénète on ajoutera celui (...)
  • 10 Plusieurs poésies de Nicolas Kalliklès sont dédiées à des Paléologues : en particulier l’une compo (...)
  • 11 Timarion, éd. Romano, p. 57 I. 214, cf. p. 132. Pour une interprétation différente du patronyme (P (...)
  • 12 Par exemple Nicolas Mésaritès, Die Palaslrevolulion des Johannes Komnenos, éd. Heisenberg, Wurzbou (...)

4En réalité comme beaucoup d’autres grandes familles byzantines les Paléologues sont originaires d’Anatolie et plus précisément de la Grande Phrygie8, appellation qui désigne le thème des Anatoliques par opposition à la Petite Phrygie, partie intégrante du thème des Arméniaques9. Cette information est d’autant plus digne de foi qu’elle nous est livrée par l’auteur anonyme du Timarion que nous identifions à la suite de R. Romano avec Nicolas Kalliklès, poète en étroite relation avec les Paléologues10. Le même auteur fournit la significa­tion du patronyme par un jeu de mots étymologique évident en grec : Palaiologos/Palaios Logos11. Par la suite cette explication deviendra un topique chez les auteurs amenés à s’occuper de l’un ou l’autre membre de la famille12.

  • 13 B. Krekić, Dubroυnik (Raguse) et le Levant au Moyen Âge, Documents et Recherches, V, Paris - La Ha (...)

5Il n’est pas sans importance de souligner qu’à l’instar d’autres familles byzantines les Paléologues connaissent aussi une localisation en Occident : dès le xiiie siècle on les trouve installés sur les côtes dalmates à Raguse, Zadar et Kotor13.

Notes

1 D. J. Geanakoplos, Emperor Michael Palaeologus and the West (1258-1282), Cambridge, Massachusetts, 1959, p. 17-18, n. 5. Cf. aussi C. Sathas, M.B. VII, Εἰσαγωγή, p. ϰή, n. 1.

2 Jean Ducas Angelo, Genealogia diversarum principarum familiarum mundi, Venise, 1621, p. 22.

3 Théodore Spandounès, éd. C. Sathas, Documents inédits relatifs à l’histoire de la Grèce au Moyen Âge, IX. Paris, 1890, p. 175.

4 Une telle origine n’est pas sans rappeler celle que l’on attribuait aux Doukai cf. Polemis, Doukai, p. 3 et n. 1 et 2.

5 Du Cange, Fam. Aug., p. 189.

6 Laurent, Généalogie, p. 133, n. 1 ; cf. G. Chapman, Michel Paléologue, restaurateur de l’Empire byzantin, Paris, 1926, p. 168.

7 F. Rodrigues, Origine, cronologia e successione degli imperatori Paleologi, Rivista di araldica e genealogia, I, Naples, 1933, fasc. 4-5 cité par D. Geanakoplos, op. cit., p. 17-18.

8 Timarion, éd. Romano, p. 57 1. 213.

9 Timarion, éd. Romano, p. 132. Au témoignage invoqué de Constantin Porphyrogénète on ajoutera celui de Jean Zonaras (Bonn), III, p. 689. Voir aussi H. Glykatzi-Ahrweller, Recherches sur l’administration de l’Empire byzantin aux ixe-xie siècles, B.C.H, 84 (1966), p. 35.

10 Plusieurs poésies de Nicolas Kalliklès sont dédiées à des Paléologues : en particulier l’une compose l’épitaphe du sébaste Andronic Paléologue cf. infra p. 147, l’autre est la dédicace d’une icône par l’épouse du sébaste Alexis Paléologue, frère d’Andronic cf. infra p. 149.

11 Timarion, éd. Romano, p. 57 I. 214, cf. p. 132. Pour une interprétation différente du patronyme (Paléologue signifierait « collectionneur d’antiquités ») voir H. Grégoire., La carrière du premier Nicéphore Phocas, Προσφορά εἰς Στίλπωνα Π. Κυριαϰίδην, Thessalonique, 1953, p. 232-233, n. 1. On trouvera aussi dans cette note la bibliographie relative au renom des Paléologues dans les épopées normande, turque et arabe.

12 Par exemple Nicolas Mésaritès, Die Palaslrevolulion des Johannes Komnenos, éd. Heisenberg, Wurzbourg, 1907, p. 12 1. 17, cf. p. 71 (à propos du despote Alexis Paléologue) ; Othon de Freisingen, Gesta, II, 23, M.G.H., S.S., T. 20, p. 408 qui traduit le patronyme grec par « veterem sermonem » (à propos du sébaste Michel Paléologue).

13 B. Krekić, Dubroυnik (Raguse) et le Levant au Moyen Âge, Documents et Recherches, V, Paris - La Haye, 1961. p. 126-127 : Damianos Paléologue et son frère Mathieu sont cités pour la première fois dans les archives de Raguse à la date de 1280.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.