Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études prosopographiques

 | 
Jean-Claude Cheynet
, 
Jean-François Vannier

Première partie : Trois familles du duché d'Antioche

Les Dalassènoi

Texte intégral

  • 89 Adontz, Notes Arméno-byzantines, p. 174. C. Toumanoff, Studies in Christian Caucasian History, Geor (...)
  • 90 Conseils et Récits, p. 166-170.
  • 91 Skylitzes, p. 29 ; Theophane Continué, Bonn. p. 423. Le nom de Dalassènos est attesté dès l’Antiqui (...)

1Les origines de cette famille restent obscures, avant que le premier d’entre eux, Damien Dalassènos, n’apparaisse comme duc d’Antioche en 995. Leur nom provient du village de Dalassa que Psellos qualifie d’illustre bien que ce lieu ne soit connu précisément que par la famille qui en est originaire. La localisation de Dalassa a fait l’objet d’hypothèses contradictoires, mais la seule qui nous semble devoir être retenue est celle d’Adontz qui rapproche le toponyme grec de Dalassa du nom du couvent de Talas dans la région de Claudia, c’est-à-dire à peu de distance à l’est de Mélitène. Adontz précise ensuite que Damien serait entré au service de l’empereur sans avoir préalablement accompli de carrière militaire, mais il aurait été nommé duc d’Antioche parce qu’il avait été un grand propriétaire à Dalassa. L’auteur s’appuie sur un texte de Mesrob qui cite parmi les familles notables de la cour arménienne au Xe siècle les Lycandiens et les Claudiens. Adontz identifie les premiers aux parents de Mélias et les seconds aux Dalassènoi89. Toutes ces hypothèses sont de pures conjectures, même s’il est possible que les Dalassènoi aient pu d’abord être une de ces familles de toparques des frontières qui désiraient entrer au service de l’empereur sur le modèle que présente Kékaumé-nos90. Il paraît très invraisemblable que Basile II ait choisi un étranger, même rallié, pour lui confier le duché d’Antioche avant qu’il n’ait fait les preuves de ses capacités militaires. Rien ne dénote une origine arménienne récente de cette famille, car aucun prénom arménien n’est présent dans le stock des prénoms utilisés par les Dalassènoi. En revanche, la présence du prénom d’Adrien fort peu répandu dans l’aristocratie byzantine permet de risquer une hypothèse. Un patrice du nom d’Adrien avait une fille, Hélène, qui fut donnée en mariage à Constantin, le fils de l’empereur Romain Lécapène. Or cet Adrien était originaire du thème des Arméniaques, thème où les Dalassènoi furent ultérieurement attestés ; on peut donc penser que Adrien serait le premier des Dalassènoi cité par les chroniqueurs byzantins91.

2Les Dalassènoi eurent des relations privilégiées avec le duché d’Antioche puisque plusieurs des membres de la famille occupèrent le poste de duc. Toutefois au XIe siècle, le centre principal des possessions foncières de la famille était situé dans le thème des Arméniaques. Lorsque les Turcs envahirent cette province, les Dalassènoi perdirent leurs propriétés en Orient, mais nous ne savons pas dans quelle partie de l’empire ils purent restaurer leur fortune foncière.Cette famille compta, tout au long du xie siècle, des militaires de haut rang, dont le plus illustre, Constantin, faillit accéder au trône impérial par le choix de l’impératrice Zoè. Le rôle des femmes doit aussi être souligné, car il y a peu de familles byzantines pour lesquelles autant de femmes nous soient connues. Parmi elles, Anne Dalassènè joua un rôle particulier puisqu’elle fut la mère d’Alexis Comnène qui fonda une des dynasties les plus durables de l’empire. En dépit de cette parenté impériale, le rôle de la famille décrut au cours du xiie siècle, mais les Dalassènoi fournirent encore au temps de la dynastie des Anges de hauts fonctionnaires. La chute de Constantinople en 1201 entraîna, semble-t-il, celle des Dalassènoi, puisque, après cette date, on n’en connaît plus qui ait occupé de position éminente dans l’empire.

1. — Damien Dalassènos (seconde moitié du Xe siècle)

  • 92 Barzos, Γενεαλογία, I, p. 51, n. 14 particulièrement : l’auteur propose de placer le mariage d’Anne (...)

3Avant qu’en 995 Damien Dalassènos ne fût nommé duc d’Antioche, nous n’avons aucune information sur ses activités antérieures qui durent être importantes, car deux indices nous permettent de penser que Damien n’était plus tout jeune lorsqu’il obtint ce poste. D’une part il était dans l’habitude de l’empereur Basile II de ne confier de haut poste militaire qu’à des personnes déjà expérimentées, donc d’âge mûr. D’autre part, si on tente de reconstituer la généalogie de ses descendants lointains, on obtient une date de naissance assez reculée pour Damien Dalassènos. En effet, Bryennios nous informe qu’Anne Dalassènè descendait par les femmes d’Adrien et de Théophylacte Dalassènoi, ce dernier ne pouvant être que le fils de Damien. Si l’on admet qu’Anne Dalassènè est née vers 1030, compte tenu de l’âge de son fils Manuel mort en 1071 à plus de vingt ans,92 sa mère elle-même dut naître aux alentours de 1010, et Adrien guère plus tard que 990. Son grand-père Damien serait donc né vers 940 et aurait eu cinquante-cinq ou soixante ans lorsqu’il obtint le commandement à Antioche. L’écart entre les différentes générations peut sembler particulièrement resserré, mais c’est la seule hypothèse qui permette de concilier les informations que nous avons sur la descendance de Damien. En effet, si on choisit d’élargir l’écart entre les générations à vingt-cinq ou trente ans, on ne peut plus admettre que Théophylacte ait été le fils de Damien, car s’il était né vers 950 ou même auparavant, il n’aurait pu être encore actif après 1039 ; il faudrait alors imaginer qu’il y ait eu des homonymes portant le même prénom. Ceci n’est pas impossible en soi, on ne voit pas quel autre Théphylacte et quel autre Adrien auraient pu être qualifiés d’illustres par Bryennios, sinon les descendants de Damien. Nous admettrons donc que ce dernier naquit vers 940 et ses fils vers 965-970.

4Damien Dalassènos fut donc nommé duc d’Antioche au printemps 995 par Basile II qui venait de mener l’expédition en Orient après la défaite du duc Michel Bourtzès. Son commandement s’étendait au-delà du ressort du duché d’Antioche car Yahya d’Antioche nous informe que Basile II avait placé Damien à la tète de l’Orient, ce qui laisse entendre que ce dernier cumulait le poste de duc d’Antioche avec celui de duc d’Orient, voire celui de domestique des Scholes d’Orient. Le nouveau duc se montra fort actif, menant des raids annuels sur Tripoli et sur Arqah. Il défendit le duché avec efficacité contre les entreprises des Fatimides, mettant en fuite Manğutikīn devant Antarados en 996. Il ne put cependant sauver Ibn al Allāqa, maître de Tyr, qui s’était révolté contre les Fatimides et avait demandé l’aide des Grecs. Allāqa reçut un secours de la part du duc, mais les navires grecs furent repoussés et l’un d’entre eux fut perdu. En 998, alors que la forteresse d’Apamée avait brûlé ainsi que le ravitaillement qui s’y trouvait, les Alepins tentèrent de contrôler ladite forteresse ; ils durent se retirer à l’approche du duc qui voulait éviter une trop grande extension de la puissance de l’émir d’Alep et s’emparer pour le compte de l’empereur de la place-forte. Le gouverneur d’Apamée, Al Malaïthi, fit appel à l’émir de Damas Ǧaišh b. Samsāma qui vint secourir les assiégés à la tête d’une armée importante comptant dix mille hommes et une troupe auxiliaire de mille cavaliers issus de la tribu des Banū Kilab. Le récit de la bataille qui opposa les Musulmans aux troupes du duc le 19 juillet 998 nous est rapporté en détail par plusieurs historiens arabes. Lors d’une première phase, les troupes byzantines l’emportèrent et mirent en fuite leurs adversaires qui laissèrent près de deux mille morts sur le terrain. Un seul groupe résista, cinq cents ghulams à la tête desquels se trouvait Bishara l’Ikhshidite. Damien Dalassènos observait la poursuite avec un entourage réduit, ses fils et une dizaine de « ghulams », lorsqu’il vit venir à lui un Kurde dont il pensa qu’il venait se rendre ; or au dernier moment, le Kurde chargea et tua le duc d’un coup de lance, ce qui changea le cours de la bataille. Les Byzantins prirent à leur tour la fuite et furent massacrés en grand nombre. Les historiens arabes avancent le chiffre de dix mille tués, peut-être avec excès — et de deux mille prisonniers. Parmi eux se trouvaient les deux fils du duc, sans doute Constantin et Théophylacte qui séjournèrent en captivité durant dix ans au Caire. Cette information est due à Yahya d’Antioche. En revanche, Asolik parle de la mort du frère et d’un fils de Damien au cours de la bataille. Les deux témoignages ne sont pas réellement contradictoires et les événements du duché d’Antioche pouvaient être bien connus par l’historien arménien dans la mesure où de nombreuses troupes arméniennes servaient dans le duché. Cependant nous donnerons la préférence au témoignage de Yahya.

5Selon Skylitzès, Damien portait le titre de patrice au moment de sa mort. Selon Asolik, il était magistre. Damien eut au moins trois fils d’une épouse qui ne nous est pas connue, Constantin, Théophylacte et Romain ; peut-être même un quatrième, tué à la bataille d’Apamée si l’information donnée par Asolik doit être retenue.

Sources :
Skylitzès, p. 340, p. 307.
Yahya II, p. 443-444, 449, 455, 456.
Asolik de Taron, p. 150 ;
M. Canard, Les sources arabes de l’histoire byzantine aux confins des xe et xie siècles, Mélanges Janin, REB, 19, 1961, p. 299-300, repris dans Byzance et les Musulmans du Proche-Orient, Variorum Reprints, Londres, 1973, n° 17.
Littérature :
Adontz, Notes arméno-byzantines, p. 163-164.
Každan, Les Arméniens, n° 1, p. 93.
Guilland, Patrices du règne de Basile II, p. 86.
Honigmann, Ostgrenze, p. 106, 107, 110, 156.

2. — Jean Dalassènos (fin du xe siècle - début du xie siècle)

6Ce personnage est connu seulement par un sceau de l’ancienne collection Seyrig. Le diamètre du sceau est de 32 mm et celui du champ est de 28 mm. A l’avers, le motif iconographique représente une croix patriarcale sur trois degrés ; la plus grande traverse est recroisetée. Les traverses sont terminées par des boules et des fleurons sont issants dans tout le champ et s’achèvent par des perles. Au revers, la légende est inscrite sur six lignes, précédées d’une croisette, et suivies d’un point accosté de deux tirets :

+ Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) τῷ σῷ δού(λῳ) Ίω(άννῃ) (πρωτο)σπαθ(αρίῳ) (ϰαί) στρατηγῷ [ τ]ῷ Δαλασ(ση)νῷ.

7Le sceau est datable du règne de Basile II, de préférence du début du xie siècle. Jean Dalassènos peut être identifié au frère ou au fils du duc Damien, tué en même temps que son père en 998 à la bataille d’Apamée, si l’on accepte le témoignage d’Asolik. De toute manière, il s’agit d’un contemporain de Damien. Jean Dalassènos n° 21 pourrait être son petit-fils.

Source :
Sceau Seyrig n° 394 (pl. III, n° 24).

3. — Constantin Dalassènos (Xe - XIe siècle)

8Fils de Damien Dalassènos, il fut capturé lors de la défaite de son père à la bataille d’Apamée et resta prisonnier dix ans en Égypte jusqu’en 1008 donc. Sa carrière ultérieure, entre 1008 et 1024, nous est inconnue, mais il n’y a pas de doute qu’il assura un certain nombre de commandements militaires, puisqu’en 1024, il obtint la même charge où son père s’était illustré, celle de catépan d’Antioche. Il restaura la forteresse côtière de Manaqya, qui avait été livrée par Mohammed Ibn ‘Ali ibn Hâmid aux Grecs, au mois de Moharern, c’est-à-dire entre le 15 mars et le 13 avril 1024. Il prit ensuite l’initiative d’envoyer mille archers pour soutenir Sālih Ibn Mirdās qui assiégeait la citadelle d’Alep ; mais Basile II, informé par Constantin lui-même, désapprouva son geste et lui fit rappeler ses soldats. A la fin du règne de Constantin VIII, la patrice Constantin Dalassènos vivait dans sa propriété située dans le thème des Arméniaques lorsque l’empereur, cherchant à assurer sa succession, le fit convoquer à Constantinople. Mais dans la capitale, le groupe qui préférait la candidature de Romain Argyros l’emporta et Constantin reçut un contre-ordre lui enjoignant de rester chez lui.

  • 93 R. Janin, Constantinople byzantine, 2° éd., Paris, 1964, p. 373.

9Constantin participa, sous le règne de Romain III, à la campagne peu glorieuse de celui-ci contre les Arabes d’Alep en 1030 ; le catépan ne put redresser la situation en faisant une sortie contre les Arabes lors de la retraite d’Argyros devant les Alepins. Cet échec est sans doute à l’origine de l’information de Matthieu d’Edesse qui affirme que certains des officiers de Romain III complotèrent contre lui pendant cette campagne. A l’avènement de Michel IV, Constantin Dalassènos était devenu un des plus célèbres généraux de l’empire dont la popularité était fort grande à Constantinople même et à Antioche : il se montra indigné du choix d’un homme d’aussi modeste extraction que Michel le Paphlagonien comme empereur. Aussi Michel IV et sa famille, tout particulièrement Jean l’Orphanotrophe, soupçonnèrent-ils Dalassènos d’aspirer à l’empire. Dans un premier temps, ils tentèrent de le rallier par l’octroi de faveurs. Jean l’Orphanotrophe envoya l’eunuque Ergodotès pour ramener Constantin Dalassènos depuis sa propriété du thème des Arméniaques à Constantinople. Constantin refusa d’abord de venir dans la capitale sans obtenir de solides garanties qu’il ne souffrirait aucun dommage. On lui envoya donc un eunuque, un Paphlagonien proche de l’empereur Michel, Constantin Phagitzès. Ce dernier emporta avec lui des fragments de la Croix, l’empreinte sacrée du Christ, la lettre d’Abgar et une icône de la Vierge. Rassuré par ces excellentes reliques, Dalassènos accepta de suivre Phagitzès et vint à Constantinople. Il y fut bien accueilli, obtint la promotion à la dignité d’anthypatos et de nombreux dons. Cependant, il fut assigné à résidence dans l’oikos qu’il possédait dans le quartier de Kyros, soit au nord-ouest de la citerne de Mocius93.

10Lorsqu’une révolte d’origine fiscale éclata à Antioche, Jean l’Orphanotrophe crut déceler la main des partisans de Constantin derrière cette agitation puisque ce dernier jouissait dans cette ville d’une grande popularité. Il fit donc arrêter Constantin et le 11 août 1039 l’exila dans l’île de Platè en mer de Marmara, puis, craignant l’évasion de Constantin, Jean l’Orphanotrophe le fit transférer dans une tour à Constantinople, où Dalassènos se trouva en compagnie de son gendre Constantin Doukas, le futur empereur. Cependant, ses qualités militaires restaient si appréciées que Jean l’Orphanotrophe avait conseillé à son frère Constantin de le prendre avec lui — sous bonne garde certes — comme conseiller pour les opérations militaires que le frère de Jean devait conduire contre Pancrace d’Abasgie. Sous le bref règne de l’empereur Michel V, Dalassènos retrouva la liberté et Zôè l’impératrice, après la chute de Michel V, soit après Pâques 1042, envisagea de se remarier et songea à Constantin Dalassènos. Elle provoqua une entrevue avec Constantin qui se montra trop tranchant dans ses propos et apparut trop autoritaire aux conseillers de Zôè qui préférèrent le caractère plus conciliant de Constantin Monomaque. Une fois de plus Constantin Dalassènos fut déçu dans ses espérances impériales. Après cette date, Constantin, déjà âgé, ne joua plus aucun rôle notable. D’un mariage inconnu, on ne lui connaît qu’une fille que Constantin Doukas le futur empereur épousa en premières noces.

Sources :
Skylitzès, p. 373-374, 380, 393-394, 396, 397, 402, 404.
Psellos, éd. E. Renauld, Paris 1926, I, p. 122-123 ; II, p. 141.
Zônaras, p. 572, 588, 589, 615.
Attaleiatès, p. 11.
Rozen. Imperator Vasilij, p. 66 et note 386.
S. G. Mercati, Epigrammi sul cratere argenteo di Costantino Dalasseno in un codice della grande Lavra del monte Athos. Rendiconti della Pont. Асc. Пот. di archeol., t. 3 (1925), p. 313-316.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 2, p. 93-94.
Adontz, Notes arméno-byzantines, p. 165-168.
Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 238.
Felix, Byzance et l’Islam, p. 74-75.
H. Grégoire, Le renom précoce de Constantin Dalassène, Byzantion, 10, 1935, p. 257.
Guilland, Patrices du règne de Basile II, p. 98-99.
Schlumberger, Épopée byzantine, III, p. 186-188.

4. — Théophylacte Dalassènos (première moitié du XIe siècle)

  • 94 Yahya d’Antioche (Rozen, Imperator Vasilij, p. 63-64), qui fournit l’information, le qualifie seule (...)

11Il était le fils de Damien n° 1, le frère de Constantin n° 3 et de Romain n° 5. Capturé comme Constantin à la bataille d’Apamée en 998, il fut libéré comme lui en 1008 de son emprisonnement en Égypte.Nous ignorons ses activités entre 1008 et 1022 comme celles de son frère ; mais il exerça aussi une carrière militaire. En effet, en 1022, il était protospathaire et drongaire, très probablement de la Veille94. En août de cette année, il fut chargé de réduire la révolte de Nicéphore Xiphias et Nicéphore Phôkas dans le thème des Anatoliques. A cette occasion, l’empereur Basile II le nomma stratège des Anatoliques, en remplacement précisément de Xiphias révolté. Basile II, qui avait besoin de toutes ses troupes pour combattre les Ibères, fournit à Théophylacte l’argent nécessaire pour lever des troupes sur place ; en fait, la révolte se dissipa d’elle-même, lorsque Nicéphore Xiphias, jaloux de la popularité de Nicéphore Phôkas, le fit assassiner et se rendit aux autorités. Nous possédons le sceau de Théophylacte alors qu’il n’était que protospathaire et stratège :

[ + ] Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) [τ]ῷ σῷ δ[ού]λ(ῳ) Θεοφ[υ]λάκτ(ῳ) [(πρωτο)]σπαθ(αρίῳ) [(καὶ)] στρατη[γ(ῷ)] τῷ Δα[λα]σηνῷ.

12Le diamètre du sceau est de 19 mm.

  • 95 Sans doute au début de 1019, cf. W. Seibt, Die Eingliederung von Vaspurakan in das byzantinische Re (...)
  • 96 Skylitzès, p. 355.
  • 97 Skylitzès, p. 371-372.

13La sigillographie nous fait connaître trois autres étapes de sa carrière. Il fut protospathaire et catépan d’Ibérie, catépan du Vaspourakan, et enfin anthypatos, patrice, vestès et duc d’Antioche. Une chronologie précise ne peut être établie, mais on peut affirmer que Théophylacte occupa ces postes nécessairement avant 1034, début du règne de Michel IV. La suspicion dans laquelle tous les Dalassènoi furent tenus permet de penser qu’aucun d’eux n’occupa de poste important après cette date. Selon V. Sandrovskaja, Théophylacte fut catépan d’Ibérie avant 1021 ; rien n’interdit cette hypothèse, puisque Théophylacte était seulement protospathaire. De plus, on comprend mieux que Basile ait eu auprès de lui un homme qui avait exercé un commandement dans la région où l’empereur menait une difficile campagne. Théophylacte fut ultérieurement catépan du Vaspourakan. Le thème fut créé par Basile II95, et nous en connaissons les deux premiers titulaires, Basile Argyros, qui ne sut pacifier le nouveau thème96, et son remplaçant, Nicéphore Comnène, qui occupa le poste jusqu’à sa révolte en 1026-102797. Théophylacte fut donc probablement le successeur de Comnène. Il resta peu de temps en poste puisqu’il devint duc d’Antioche avant 1034, ainsi que nous l’avons dit, comme en témoigne un sceau inédit de l’ancienne collection Seyrig. Le sceau a un diamètre de 28 mm. A l’avers, une légende est gravée sur six lignes :

14La légende se poursuit au revers :

( + ) Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) [τ]ῷ σῷ δού(λῳ) [Θε]οφυλάϰ [τ(ῳ)] άνθυπά[τ(ῳ)] πατρ[ιϰίῳ] [β]έσ[τῃ] [(καί)] δουϰί Ά [ ν ]τιοχεία [ ς ] τῷ Δαλ[ ασ(σ) ]ηνῷ.

  • 98 A la place de Théophylacte proposé par un manuscrit, l’éditeur de Kédrènos a choisi la leçon Théoph (...)

15A partir du règne de Michel IV. Théophylacte Dalassènos est tenu à l’écart comme ses frères par le nouvel empereur, et, en août 1039, il est comme eux emprisonné98 Théophylacte obtint cependant, la dignité de magistre selon un sceau inédit, de la collection Shaw. A l’avers le motif iconographique représente une scène complexe, avec probablement deux personnages dont l’un a disparu du fait de la cassure du sceau ; l’autre représente saint Akindynos tenant une lance en main droite et une épée en main gauche : A-KI-N-Δ’-N,. Au revers la légende précédée d’une croisette court sur sept lignes :

+ Κ(ύρι)ε β[ο]ήθει [τῷ] σῷ δού[λῳ] [ Θε]οφυλ[άϰτῳ] μαγίσ[τρῳ] τῷ Δ[αλα]- σ(σ)η[νῷ].

16Le diamètre du sceau est de 29 mm, celui de son champ 23 mm.

17On ne sait si Théophylakte obtint cette dignité de Michel IV lorsque celui-ci au début de son règne essaya de se concilier les Dalassènoi en leur octroyant des dignités ou s’il l’obtint après la mort de cet empereur.

18Théophylacte eut au moins un fils, Adrien, qui fut le grand-père d’Anne Dalassènè.

Sources :
K
édrènos, II, p. 521.
S
kylitzès, p. 367, p. 404.
R
ozen, Imperator Vasilij, p. 63, 64, 375.
Schlumberger, Sigillographie, p. 650, n° 1.
Ebersolt, Sceaux du Musée d’Istanbul, nos 195, 529.
Sceau D.O. 58 106 1275, pl. III, n° 25 ;
Sceau Shaw 973 (ce sont des pièces parallèles des sceaux précédents).
Sceau de l’ancienne collection Sevrig n° 9 (pl. III, n° 26).
Sceau Shaw 1127 (pl. III, n° 27). Sceau de la Collection Zacos.
V. Šandrovskaja, Neizvestnyj pravitel’ vizantijskoj femy Iberija, Vestnik Obščestv. nauk. A.N. Arm. SSR, 1976, p. 79-86.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, p. 94, n. 3 et n° 5.
Adontz, Notes arméno-byzantines, p. 164-166.
Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 236.
Felix, Byzance et l’Islam, p. 66 n. 71.

5. — Romain Dalassènos (première moitié du XIe siècle)

19Romain était le plus jeune fils de Damien n° 1 et le frère de Constantin n° 3 et de Théophylacte n° 4. Comme ce dernier, il fut catépan d’Ibérie d’après une inscription gravée sur la porte d’Ibérie à Karin-Théodosioupolis. Yusbashian, suivant sur ce point Adontz, date son gouvernement des années 1023-1026. Ces deux auteurs pensaient que le catépanat d’Ibérie avait été créé à cette date et que Romain avait été le premier titulaire, car ils ne connaissaient pas le sceau de Théophylacte, catépan d’Ibérie. Nous pensons que Romain succéda à ce poste à son frère aîné, peut-être dès le règne de Basile II qui appréciait tant les talents des Dalassènoi. Cependant, rien ne permet de confirmer ou d’infirmer l’hypothèse de Yusbashian, selon laquelle le catépan d’Orient qui ramena en 1025 à Bana le fils de Georges d’Ibérie, Bagrat (le futur Bagrat IV), emmené en otage en 1022, était bien Romain Dalassènos. Celui-ci est cité pour la dernière fois lors de son emprisonnement en 1039 par Jean l’Orphanotrophe.

20Un de ses sceaux est conservé. Le motif iconographique, à l’avers, représente un saint évêque en buste qu’on ne peut identifier. Au revers, la légende sur quatre lignes est précédée et suivie d’un losange de perles accosté de deux tirets :

+ ‘Ρωμα[ν(ῷ)] (πρωτο)σπαθ(αρίῳ) [τ(ῷ)] Δαλασ(σ)ηνῷ.

Sources :
Skylitzès, p. 404.
Revue des Études Arméniennes, N.S., 10, 1973-1974, p. 156.
Sceau DO 58 106 1945 (Pl. IV n° 28).
Littérature :
KAŽDAN, Les Arméniens, n° 4, p. 94.
Adontz, Noies arméno-byzantines, p. 170-172.
Yusbashian, L’administration byzantine en Arménie aux xe et xie siècles, R.É.Arm., N.S., 10, 1973-1974, p. 156.

6. — Na. Dalassènè (première moitié du XIe siècle)

  • 99 Le fils aîné de ce couple, Michel, naquit « bien avant 1050 », selon Polemis, Doukai. p. 42.
  • 100 Cf. infra Constantin Dalassènos-Doukas n° 22.

21Fille de Constantin n° 3, elle devint la première épouse de Constantin Doukas. Elle mourut sans doute assez jeune puisque son mari se remaria avec Eudocie Makrembolitissa, sensiblement avant 105099. L’union de Constantin et de cette Dalassènè ne semble pas avoir laissé de descendance100.

Source : SKYLITZÈS, p. 396.

7. — Adrien Dalassènos (première moitié du XIe siècle)

  • 101 Parmi tous les sceaux édités et ceux de la collection Fogg, des Xe et XIe siècles, on ne rencontre (...)
  • 102 Le fait, n’est pas tout, à fait impossible, puisque Bardas Phôkas était encore domestique des Schol (...)

22Fils de Théophylacte n° 4, il fut exilé en 1038-1039 par Jean l’Orphanotrophe en même temps que son père et ses oncles. 11 obtint sans doute, comme plusieurs autres Dalassènoi, le poste de duc d’Antioche, puisqu’en 1059 le duc de cette ville se prénommait Adrien. Or, le prénom d’Adrien, comme nous l’avons souligné, est fort peu répandu dans l’aristocratie byzantine en dehors de la famille des Dalassènoi101, et l’hypothèse est donc plausible, Sans doute, pour que la chronologie des Dalassènoi reste cohérente, il faut qu’Adrien soit né vers 990 ou 995 au plus tard, ce qui implique qu’il ait été bien âgé pour un duc d’Antioche en 1059102. Il peut aussi y avoir eu deux Adrien Dalassènos, homonymes et contemporains.

Source : Skylitzès, p. 404.

8. — Na Dalassènè (première moitié du XIe siècle)

  • 103 Sur la généalogie des Dalassènoi. cf. Damien n° 1.
  • 104 Skylitzès, p. 293.
  • 105 Lupus Protospatharius, p. 56.

23Fille d’Adrien Dalassènos, elle épousa Alexis Charôn vers 1030103. Son mari avait reçu de l’empereur « la charge des affaires de l’Italie », c’est-à-dire qu’il en était le catépan ou le duc ; mais nous n’avons conservé aucune mention de son activité. Il n’est du reste pas sûr que Charôn soit un patronyme puisque Nicéphore Bryennios le considère comme un surnom, dû à l’efficacité des coups d’Alexis contre l’ennemi. Mais on connaît d’autres Charôn, comme ce Constantin compagnon de Sklèros qui se fit tuer en tentant d’arrêter Bardas Phôkas révolté en 972104. Si Charôn est un simple surnom, Alexis a porté un autre patronyme, mais le seul catépan d’Italie prénommé Alexis est Xiphias. Il est trop ancien pour être retenu puisqu’il mourut en 1007 à Bari105.

24Le couple eut au moins une fille, Anne, qui choisit de conserver le patronyme de sa mère.

Source :
Bryennios, p. 78.
Littérature :
Vera Von Falkenhausen, La Dominazione bizantina nell’Italia meridionale dal IX all’XI secolo, Bari, 1978, p. 88.

9. — Damien Dalassènos (première moitié du XIe siècle)

25La Vie de Lazare le Galésiote nous fait connaître un Damien, dont le texte précise qu’il était le neveu de Thalassènos, soit en fait de Dalassènos. Ce Dalassènos auquel il est fait référence ne peut être à cette date que Constantin n° 3. Damien est donc le fils aîné de Théophylacte n° 4 ou de Bornain n° 5, et le petit-fils du duc homonyme tué en 998. Damien, remarquable par sa force et par sa beauté, vint à Éphèse où il chercha à se faire tonsurer par saint Lazare lui-même. Pour surmonter le refus du saint, Damien fit croire qu’il était recherché par des envoyés de l’empereur pour être conduit auprès de celui-ci et il convainquit ainsi Lazare de le recevoir parmi les moines de son monastère. Cet épisode permet de dater la rencontre de Damien et de Lazare du règne de Michel IV sous lequel les Dalassènoi furent particulièrement pourchassés. Mais Lazare avait deviné l’absence de sincérité de Damien, qui cependant, en raison de sa naissance, était fort respecté dans le monastère. Lazare laissa Damien quitter le couvent sous prétexte de revenir dans sa propriété pour la vendre et donner au monastère le produit de la vente. Damien partit donc et reprit ses habits laïcs en dépit des menaces proférées par Lazare, l’avertissant qu’il ne survivrait pas longtemps à un tel changement d’habit. La menace se concrétisa rapidement puisque Damien fut assassiné par son propre homme peu après son départ. Étant donné que Damien, pour atteindre son oikos venant de la région d’Éphèse, était passé par Amorion, on peut penser que ses propriétés se trouvaient à l’est de l’Asie Mineure et probablement dans le thème des Arméniaques où d’autres Dalassènoi avaient leurs biens.

26On peut aussi attribuer à ce Dalassènos un sceau inédit de la collection Zacos, où il porte la dignité relativement modeste de spatharocandidat. Ce titre peu élevé conviendrait bien à un homme sans doute encore jeune, qui n’occupait pas de fonction officielle.

Sources :
Vie de saint Lazare le Galésiole, AA SS Novembre III, p. 577-578.
Sceau de la collection Zacos.

10. — N. Dalassènos (floruit circa 1060)

  • 106 La lettre est anépigraphe dans le Parisinus gr. 1182, mais est adressée à un Dalassènos dans le Lau (...)
  • 107 P. Gautier, reconstituant la carrière de Lizix, estime qu’il devint vestarque après 1060 et mourut (...)

27Dans une lettre, Psellos remercie un Dalassènos106 pour les dons importants qu’il a accordés à son ami Anastase Lizix. Les renseignements contenus dans cette lettre sont trop imprécis pour nous permettre d’identifier le Dalassènos en question. Mais le ton déférent dont use Psellos envers lui laisse penser qu’il s’agissait d’un personnage influent. A cette date107, le Dalassènos le plus notable était Théodore n° 11, mais cette coïncidence ne suffit pas pour assurer l’identification.

Source : Psellos, M.B., V, p. 78.
Littérature :
P. Gautier, Monodies inédites de Michel Psellos, REB, 36, 1978, p. 87.

11. — Théodore Dalassènos (milieu du XIe siècle)

28Les premières étapes de la carrière de Théodore nous sont connues par des sceaux. Le premier d’entre eux, conservé au Kunsthistoriches-museum de Vienne, le présente comme stratège de l’Opsikion avec la dignité déjà élevée de vestarque. Le sceau a un diamètre de 34 mm ; à l’avers un saint militaire (Théodore ?) est représenté en pied. Au revers la légende court sur sept lignes :

[Κύριε] βοή(θει) τῷ σῷ δού(λῳ) Θεοδώρ(ῳ) βεστάρχῃ (ϰαὶ) στρατ(η)γῷ τ(οῦ) Όψιϰί(ου) τῷ Δ(α)λασ[(σηνῷ)].

29Théodore fut ensuite élevé à la dignité de magistre, d’après un sceau conservé à l’Institut Français d’Études Byzantines. Son diamètre est de 33 mm. A l’avers, saint Théodore est représenté dans sa tenue militaire habituelle, en pied. Au revers, la légende court sur cinq lignes :

+ Κ(ύρι)ε β[(oή)θ(ει)] τῷ σῷ [δ(ού)λ(ῳ)] Θεοδώ[ρῳ] μαγίστ[ρῳ] τῷ Δαλ[α](σ)σηνῷ.

30Continuant sa progression, Théodore est ensuite attesté comme proèdre et duc sur plusieurs sceaux. A l’avers, la légende est inscrite sur cinq lignes, et elle se poursuit au revers :

Κ(ύρι)ε βοήθει τῷ σῷ δούλῳ Θεοδώρ(ῳ) προέδρω (ϰαὶ) δουϰὶ τῷ Δαλασσην(ῷ).

  • 108 Constantin, oncle de Michel V, fut titré nobelissime par son neveu en 1042.
  • 109 Skymtzès Continué, p. 139.

31Le diamètre de ces sceaux est d’environ 24 mm. Un des sceaux étant encore apposé à un document d’archivé conservé au monastère d’Iviron, nous pouvons connaître la date exacte du sceau, janvier 1062. Selon le document, Théodore Dalassènos était proèdre et duc de Thessalonique et Serrès en décembre 1062, et selon un autre document en février 1063. En 1067, un Théodore Dalassènos protonobelissime présente à l’impératrice Eudocie un hypomnèma à propos d’un problème de construction de bâtiment. La dignité portée par Théodore fait difficulté, car en 1067, la dignité de nobelissime est encore tout à fait exceptionnelle et réservée à des proches de la famille impériale108. Romain IV qui appréciait beaucoup Manuel Comnène lui octroya lé titre de curopalate seulement, en 1070, et encore cette promotion apparut-elle comme une très grande faveur109. La dignité de protonobelissime, qui suppose déjà la diffusion du titre de nobelissime, est donc tout à fait surprenante pour cette année 1067. S’il s’agit bien du même Théodore Dalassènos qui était duc de Serrés en 1062, il faut songer à une erreur sur la dignité et penser qu’il aurait pu alors atteindre le protoproédrat ; ou bien Théodore Dalassènos était effectivement protonobelissime, et il s’agit de son homonyme du xiie siècle mais il reste à expliquer comment il a pu être en relation avec une impératrice. Eudocie, qui est bien attestée en 1067.

Sources :
Dölger, Schatzkammer, p. 105. 161. 162, pl. 120 n° 7 pour le sceau. Tipoukeitos ed. Stephania Hoermann, Nata de Stepski-Doliwa et Erwin Seidl. Studi e Testi 193, Città del Vaticano, 1957, chapitre LIX. p. 137.
Sceaux I.F.E.B. (Pl. IV n° 29) et Collection Zacos ; MK (Vienne) 214 ; Fogg 2022.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 7. p. 94, et n° 20, p. 97.
Adontz, Notes arméno-byzantines.

12. — Na Dalassènè (XIe siècle)

32Psellos recommanda à un chef de bureau de la capitale un notaire qui avait été placé auprès de ce fonctionnaire par une Dalassènè, magistrissa. Psellos insiste sur le fait que ce notaire, homme remarquable, jouissait d’une double protection, la sienne propre et celle de cette Dalassènè et devait donc connaître une carrière favorable. La recommandation prenait d’autant plus de poids que la magistrissa était une parente du chef de bureau, dont Psellos ne nous a laissé ni le nom ni la fonction exacte. Cette Dalassènè ne peut être identifiée. Il pourrait s’agir d’Kuphèmie n° 14 ou d’Anne n° 16 lorsque son mari Jean Comnène n’était encore qu’un simple stratège.

Source :
PSELLOS, M.B. V. p. 379-380.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 10 p. 94-95.

13. — Constantin Dalassènos (seconde moitié du XIe siècle)

33Son sceau est conservé à Dumbarton Oaks ; son diamètre est de 25 mm, celui du champ de 22 mm. Il porte à l’avers saint Démétrius en pied, tenant la lance en main droite et le bouclier en main gauche : O¦A¦ΓI¦OC ¦¦Δ¦H¦M¦I¦T¦PI¦.

34Au revers, la légende précédée d’une croisette accostée de deux tirets est gravée sur cinq lignes :

Κ(ύρι)ε βοήθ(ει) τῷ σῷ δούλ(ῳ) Κων(σταντίνῳ) π(ατ)ρι(κίῳ) τῷ Δαλασ(σ)ηνῷ.

35Le sceau est datable de la seconde moitié du xie siècle. Ce sceau est trop tardif pour être attribué à Constantin n° 3. En revanche on aurait pu songer à Constantin n° 19 à un stade précoce de sa carrière (entre 1060 et 1080) ; mais en raison de la différence des motifs iconographiques (le sceau de Constantin Dalassènos n° 19 porte saint Théodore) nous préférons voir deux personnes distinctes.

36Source :

37Sceau DO 58 106 2409 (Pl. IV n° 30), pièce parallèle DO 55 12 994.

14. — Euphémie Dalassènè (seconde moitié du XIe siècle)

38Son sceau inédit est conservé à Dumbarton Oaks ; il a un diamètre de 32 mm ; à l’avers, la Vierge est représentée en buste, orante, avec le Médaillon : (Μ(ήτηρ) Θ(εο)ῦ). Au revers, la légende est gravée sur sept lignes :

Θ(εοτό)ϰε [β(οή)θ(ει)] Εὐφημί[ᾳ] (προ)εδρίσ(σῃ) στρ(α)τηλατίσ(σῃ) κα[ὶ] δουϰ(ίσσῃ) τῇ Δαλασ(σ)ηνῇ.

  • 110 Attaleiatès, p. 56.

39Ce sceau date de la deuxième moitié du xie siècle, la combinaison des titres étant caractéristique des années 1060-1080. Euphémie était la femme d’un proèdre, stratèlatès et duc. En conséquence, il ne peut s’agir de la fille de Constantin Dalassènos, épouse de Constantin Doukas, car son mari, à l’époque de son remariage avec Eudocie Makrembolitissa, n’avait, pas dépassé la dignité de vestarque110.

Source :
Sceau DO 58 106 5675 (Pl. IV n° 31).

15. — Damien Daiassènos (deuxième moitié du XIe siècle)

40Damien remplaça en 1073 Nicéphore Karantènos au poste de duc de Skopje alors que la région était troublée par la révolte du serbe Bodin. Après avoir injurié son prédécesseur et raillé chacun des stratèges de son État-Major, Damien marcha contre les Serbes et engagea contre eux un combat très dur. Après une lutte acharnée où périrent de nombreux Serbes et Byzantins, Damien Daiassènos fut contraint à la fuite avec plusieurs de ses généraux et abandonna son camp qui fut livré au pillage. Damien Daiassènos était un petit-fils de Damien n° 1.

41Deux de ses sceaux nous sont parvenus. Sur le premier, édité par Schlumberger, il est anthypatos et patrice. Le second est un sceau privé, conservé à Dumbarton Oaks ; son diamètre est de 18 mm. A l’avers, un saint militaire, probablement saint Georges, est représenté en buste : 0 —Γ- Є… —

42Au revers, la légende est gravée sur cinq lignes :

Κ(ύρι)ε β(οή)θει τῷ σῷ δού(λῳ) Δαμιαν(ῷ) τῷ Δα[λα](σ)σην(ῷ).

Sources :
Skylitzès Continué, p. 163.
Schlumberger, Sigillographie, p. 650, n° 2. Sceau DO 58 106 4957 (Pl. IV n° 32).
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 8, p. 94.
Bânescu, Les duchés byzantins de Paristrion (Paradounavon) et de Bulgarie, Bucarest, 1946, p. 146.
Adontz, Notes Arméno-byzantines, p. 168.

16. — Anne Dalassènè (circa 1030-1101/1102)

  • 111 Bryennios. p. 79.

43Fille d’Alexis Charôn et d’une Dalassènè, elle naquit vers 1030 et épousa vers 1045-1050 Jean Comnène, frère du futur empereur Isaac et en eut huit enfants dont aucun ne releva le nom de Dalassènos : cinq garçons, Manuel, Isaac, Alexis, Adrien, Nicéphore, trois filles, Marie, Eudocie, Théodora111.

  • 112 Bryennios, p. 85. Les deux filles aînées étaient déjà mariées à la mort de leur père.
  • 113 Gautier, Obituaire, p. 248 ; Bryennios, p. 84.
  • 114 Les fiançailles eurent, lieu quelques semaines avant, la mort d’Andronic Doukas, fils du César, en (...)

44Elle manifesta son ambition pour la première fois lorsque son beau-frère Isaac décida d’abandonner le pouvoir en 1059 et, proposa la couronne à son frère Jean qui déclina l’offre. Anne, furieuse de voir la couronne impériale portée par un Doukas, garda une profonde rancune envers cette famille. Elle arrangea le mariage de ses filles avec de puissantes familles. Marie épousa Michel Tarônitès, Eudocie Nicéphore Mélissènos et Théodora Constantin, fils de Romain Diogène112. Devenue veuve le 12 juillet 1067113, elle ne songea qu’à l’établissement de sa famille et se rangea résolument aux côtés de Romain Diogène dans sa lutte pour évincer la famille Doukas que Anne poursuivait de sa haine. Lorsque son fils aîné Manuel, un des généraux favoris de Romain IV, mourut de maladie, elle tenta de le remplacer auprès de l’empereur par son jeune frère Alexis, mais en vain, à cause du trop jeune âge de ce dernier. Lorsqu’à l’automne 1071 les Doukai reprirent le pouvoir, Anne Dalassènè ne cessa pas ses relations avec Romain Diogène devenu un rebelle et une de ses lettres à Romain fut interceptée. En dépit de ses affirmations que c’était un faux, elle dut passer en jugement et fut bannie avec ses fils dans l’île aux Princes au début de 1072. Après la mort de Diogène, elle fut rappelée avec ses fils et revint à la cour impériale, continuant à surveiller la politique matrimoniale de sa famille. En 1077, le César Jean Doukas, oncle de l’empereur Michel VII, réussit à surmonter l’aversion d’Anne Dalassènè pour sa famille et à lui faire admettre le mariage d’Alexis avec sa petite-fille Irène114.

  • 115 R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, t. III, Paris 1969. p. 277 et 397. L’a (...)
  • 116 Sur le titre de despoina cf. Elisabeth Rensammar, la titulature de l’impératrice el sa significatio (...)
  • 117 La dernière décision prise par Anne Dalassènè qui nous soit, connue, fut d’envoyer le drongaire de (...)
  • 118 Isaac mourut entre 1102 et 1104. Cf. Denise Papachryssanthou, La date de la mort du sébastocrator I (...)

45Durant le règne de Nicéphore III Botaneiatès elle tenta encore de se rapprocher du nouvel empereur en mariant la fille de Manuel son fils aîné avec un petit-fils de Botaneiatès. Mais surtout elle soutint l’ambition de plus en plus évidente de ses fils d’accéder à l’empire. Pendant que deux d’entre eux, Alexis et Isaac, quittaient Constantinople pour former une armée contre Botaneiatès, Anne Dalassènè se réfugia à Sainte-Sophie et mena des négociations empreintes de méfiance avec les envoyés de Botaneiatès pour assurer la sécurité de la famille des Comnènes restés à Constantinople. Elle n’accepta de sortir du sanctuaire de Sainte-Sophie que sous la protection de la croix du basileus bien visible de tous. Elle fut reléguée au monastère de Pétrion, selon Anne Comnène, dans celui du Kanikliou selon Zônaras115. A cette occasion, semble-t-il, Anne Dalassènè devint moniale. Elle fut délivrée lors de l’entrée victorieuse de ses fils à Constantinople. Anne Dalassènè après le succès d’Alexis tenta une dernière fois d’éliminer les Doukai du pouvoir, mais Alexis, conseillé par son beau-frère Georges Paléologue, le patriarche Kosmas, ne commit pas l’erreur politique de se séparer de sa femme Irène Doukaina. Avec l’avènement de son fils commence la période la plus glorieuse de la vie d’Anne Dalassènè, puisque celui-ci, accaparé par les opérations militaires à mener sur plusieurs fronts, lui laissa la gestion des affaires internes de l’empire par un chrysobulle avec le titre de despoina116. Il lui donna les plus larges compétences : les décisions de sa mère eurent même valeur que les siennes propres. La seule restriction apportée est l’obligation de soumettre ses décisions au logothète des sékréta ; ce n’est pas l’indice d’un contrôle politique, mais la preuve que les capacités administratives et juridiques d’Anne Dalassènè étaient insuffisantes pour assurer seule une telle charge. Alexis et sa mère ont donc partagé (έϰοινώσατο) la fonction impériale, selon la parole de Théophylacte de Bulgarie. Alexis finit par trouver pesante l’influence de sa mère qui comprit qu’il était préférable de se retirer d’elle-même avant que l’empereur ne la chassât par la contrainte. Anne se retira donc dans le monastère du Pantépopte qu’elle avait fait construire, après 1095117, lorsque les périls extérieurs s’étaient atténués et n’exigeaient plus une présence constante de l’empereur hors de Constantinople. Elle vécut là quelques années et mourut un Ier novembre, peu après l’an 1100, fort âgée, un an environ avant son fils le sébastocrator Isaac118.

46Anne Dalassènè a laissé de nombreux sceaux, tous à l’effigie de la Vierge, sauf lorsque la légende occupe les deux faces du plomb. Successivement, elle utilisa les sceaux suivants :

47— Le premier a été publié par Bell (sans photo) : Anne est kouropalatissa et domestikissa. La collection Fogg contient une pièce parallèle :

48A l’avers, la Vierge est en pied, tenant l’Enfant sur le bras droit (MP|ΦV). Au revers, la légende est gravée sur sept lignes :

[ + ] Θ(εοτό)ϰε β(οή)[θ(ει)] [τ]ῇ σῇ δούλῃ ["Α]ννῃ ϰουρο[π]αλ[α]τίσσῃ [(ϰαὶ)] δ[ομ]εστιϰί(σ)σ[ῃ] τῇ Δ(α)λα(σ)σην(ῇ).

49Le diamètre du sceau est de 31 mm. Le plomb fut émis entre 1057, date de la promotion du mari d’Anne au poste de domestique des Scholes, et 1067, date de sa mort.

50— Les sceaux de la période suivante font mention seulement d’une dignité :

+ Θεοτόκε βοήθει τῇ σῇ δούλῃ ‘‘Αννῃ πρωτοϰουροπαλατίσσῃ τῇ Δαλασσηνῇ (DO 55 1 4543).

  • 119 H. W. Bell, R.Z., 30. 1929-1930, p. 635 n° 6. avait transcrit de manière erronnée : [π]α(τριϰίᾳ).

+ Θεοτόκε βοήθει τη ση δούλη ‘‘Αννη μονάχῇ119 ϰαὶ ϰουροπαλατίσσῃ (Shaw 1285, n° 1116 du catalogue Laurent).

  • 120 J. Darrouzes estime toutefois que l’abréviation  peutse résoudreen πρωτο-aussi bien qu’en μοναχός. (...)
  • 121 De plus, sur un sceau au moins, on lit nettement πρώτη ϰαὶ ϰουροπαλάτισσα, ce qui ne rend pas le ti (...)
  • 122 Gautier, Obituaire, p. 248.

51Le sceau de Dumbarton Oaks porte nettement TA qui ne peut signifier que πρώτη120 comme l’a édité en dernier lieu G. Zacos. Le titre de prôtokouropalatissa fait difficulté121 car Jean Comnène, le mari d’Anne Dalassènè n’a pas tenu de dignité supérieure à celle de curopalate122. On voit mal comment sa femme, devenue veuve, aurait pu progresser dans la hiérarchie aulique, à moins d’accepter l’hypothèse, à mon avis douteuse, qu’il n’y a pas de différence de degré entre le curopalate et le protocuropalate.

52Ces sceaux furent frappés entre 1067 et 1081. On en connaît au moins six exemplaires ; il n’est pas toujours facile de déterminer s’ils appartiennent au premier type ou au second, car le XA ou le TA sont souvent oblitérés (Ermitage, un exemplaire au moins ; Shaw n° 1116 ; ANS Bell n° 10 ; DO 55 1 4543 ; DO 55 1 4544 ; DO 58 106 4819).

— + Θεοτόκε βοήθει τῇ σῇ δούλῃ ‘‘Αννῃ μοναχῇ τῇ Δαλασσηνῇ τῇ μητρί τοῦ βασιλέως.

— + Θεοτόκε βοήθει τῇ σῇ δούλῃ ‘‘Αννῃ μοναχῇ τῇ Δαλασσηνῇ τῇ μητρί τοῦ βασιλέως.

53G. Zacos date ces sceaux postérieurement à 1095, date à laquelle Anne se retira au monastère du Pantépopte ; mais nous avons vu que dès 1081, Anne fut tonsurée, donc ces sceaux furent utilisés entre 1081 et 1095 environ. Dans cette série, de nouveau, l’abréviation TA fait problème, car il faut bien la transcrire comme πρώτη et nous n’avons pas d’explication satisfaisante pour cette expression. La seule hypothèse qu’on pourrait avancer est qu’Anne Dalassènè était prôtè d’une série de monastères féminins de Constantinople, mais, outre que la fonction de prôtè ne nous est pas par ailleurs attestée, cette éventuelle fonction nous semble peu compatible avec les activités d’Anne.

54Ces sceaux sont ceux qu’Anne utilisa lorsqu’elle partageait le pouvoir avec son fils, ce qui explique le très grand nombre des pièces conservées (treize au moins ; Fogg 945, 216, 518 ; Shaw 1286, n° 1117 du catalogue Laurent : D0 58 106 402 ; DO 58 106 5632 ; Istanbul 164, 165 ; Ermitage M 1623, M 1943, M 6197 ; ancienne collection Pozzi n° 59 ; ancienne collection Dorigny).

  • 123 Alexiade I, p. 120.

55Ce plomb était en principe son sceau privé, puisqu’elle utilisait pour sceller un document officiel un sceau représentant la Transfiguration sur une face, et la Dormition sur l’autre123. Curieusement, à ma connaissance, il n’a pas été retrouvé de sceau d’Anne Dalassènè comportant ces deux motifs. C’est que le sceau était probablement de cire, ainsi qu’il est écrit dans l’acte de Docheiariou incluant une prostaxis d’Anne Comnène.

Sources :
Alexiade I, 75, 77, 78, 79, 106-107, 109-110, 118-130 ; II, 10-11, 59, 151, 201.
Bryennios, p. 77, 80-81, 143.
Zônaras, p. 731, 746.
Théophylacte de Bulgarie, REB, 20, 1962, p. 118, 119.
Vie de saint Cyrille le Philéote, éd. Sargologos, Subsidia hagiographica n° 39, Bruxelles, 1964, p. 90-91. Έγγραφα Πάτμου, I, Ατοϰρατορικά, p. 333-334 (1087) ; p. 343 sq. (1088). M.M., t. V, p. 376 (Commémoraison dans le typikon de la Kéeharitôménè).
Docheiariou, n° 2, p. 58-59.
Z
epos, J.G.R., I, p. 298.
Les sources sigillographiques :
N.N. Antokol’skaja, Pečati Annv Dalassinoj v sobranii Ermitaža, Pal. Sbornik, 23, 1971, p. 58-62.
H.W.
Bell, Byzantine sealings, B.Z., 30, 1929-1930, p. 635 n° 7 = sceau Fogg n° 732 (Pl. IV n° 33).
Ebersolt, Sceaux, nos 164 et 165.
Laurent, L’Église, nos 1460 et 1461.
V. Laurent, E.O., 37, 1938, p. 53-54.
V. Laurent, Une titulature abusive : Anne I Dalassène, Bulletin de la Section Historique de l’Académie Roumaine, 27, 1946, p. 33-41.
Lichačev, Ist. Značenie, p. 90 n. 3.
A. M
ordtmann, Μολυβδόβουλλα τῶν Κομνηνῶν, EPhS 13, 1878-1879, p. 44 nos 1 et 2.
Schlumberger, Sigillographie, p. 650, nos 3, 4, 5.
A. Sorlin-Dorigny, Sceaux et bulles des Comnènes, R.A., 33, 1877, p. 86 n° 1.
Zacos-Veglery, n° 2695 a et b.
Littérature :
N. Bǎnescu, Anna Dalassena (Marna Comneniloi), Mitropolia Oeteniei, 15, 1963, p. 21-34.
F. Barišic, Povelje vizantijkih carica, Zborn. Radov., 13, 1971, p. 183-185.
Barzos, Γενεαλογία, p. 51-57.
Ursula V. Bosch, Einige Bemerkungen zum Kanzleiwesen der byzantinischen Kaiserin, Byzance et les Staues, Mélanges Ivan Dujčev, Paris, 1979, p. 89-90.
F. Chalandon, Les Comnène, I, Essai sur le règne d’Alexis Comnène, Paris, 1900, p. 23-27.C. Diehl, Figures byzantines, Première Série, Paris, 1906, p. 317-342.
Gautier, Obituaire, p. 244-245.
Každan, Les Arméniens, n° 15, p. 95-96.
J. Runciman, The end of Anna Dalassena, Ann. de l’Institut de Philologie et d’Histoire Orientales et slaves, Mélanges Henri Grégoire, t. IX, 1949, p. 517-524.

17. — Christophore Dalassènos (fin du xie siècle)

56Il n’est connu que par un sceau de l’I.F.E.B. A l’avers, saint Nicolas est représenté en buste, bénissant de la main droite ; au revers, la légende est gravée sur cinq lignes :

Κ(ύρι)ε β(οή)[θ(ει)] [τ]ῷ σῷ δ(ούλῳ) [Χ]ριστοφ(όρῳ) [τ]ῷ Δαλ(α)σσηνῷ.

57Le diamètre du sceau est de 26 mm ; il est datable de la fin du xie siècle.

Source :
I.F.E.B. 892 (Pl. IV 34).

18. — Marie Dalassènè (seconde moitié du xie siècle)

58Un sceau de Marie Dalassènè a été publié par Laurent qui a lu la légende suivante :

+ Θεοτόκε βοήθει Μαρίᾳ μοναχῇ τῇ Δαλασσηνῇ.

59Or l’exemplaire conservé à Dumbarton Oaks n’autorise pas cette lecture : au revers il porte la légende sur quatre lignes :

60Ma transcription est la suivante :

[+ Θ(εοτό)κε β]οή[θ]ει Μαρίᾳ [τ]ῇ Δαλασσηνῇ.

61V. Laurent a édité l’exemplaire de la collection Shaw qui est mal conservé et ne se prête pas à une vérification de la lecture faite par Laurent.

62Un troisième sceau, conservé en deux exemplaires à Dumbarton Oaks et un exemplaire dans la collection Zacos, permet de situer Marie Dalassènè dans la société. A l’avers, comme pour le sceau précédent, la Vierge est représentée en buste, orante, portant le médaillon sur la poitrine ; au revers, la légende est gravée sur cinq lignes :

+ Θ(εοτό)xε β(οή)θ(ει) Μαρία (πρωτο)προεδρίΔ(Δη) τῇ ΔαλαΔ(Δ)ηνῇ.

63Ce sceau a un diamètre de 20 mm. On notera l’abréviation AT pour πρωτo- comme sur le plomb d’Anne Dalassènè. D’après ces sceaux Marie Dalassènè, inconnue par ailleurs, vivait dans la seconde moitié du xie siècle.

Sources :
LAURENT, L’Église, n° 1472.
Sceau DO 55 1 4545 (référence Laurent 60 84 12 3636) (Pl. IV, n° 35).
Shaw n° 1120 (catalogue Laurent n° 1288).
DO 58 106 1136 et DO 55 1 4546 (Pl. IV n° 36).
Littérature :
Kazdan, Les Arméniens, p. 97 n° 22.

19. — Constantin Dalassènos (deuxième moitié du XIe siècle)

64Il était probablement le petit-fils de Constantin n° 3 et donc un cousin assez éloigné d’Anne Dalassènè, ce qui explique qu’Anne Comnène ne mentionne pas sa parenté précise avec sa grand-mère alors qu’elle est le seul auteur à nous rapporter l’activité de Constantin. Cet homme fut un des généraux les plus capables de la première moitié du règne d’Alexis Comnène. Il reçut le gouvernement de Sinope, que l’empereur avait récupérée sur les Turcs avec l’aide du transfuge turc appelé Siaous par Anne Comnène. En avril 1091, Constantin Dalassènos participa également à la bataille décisive du Lébounion sur les Petchenègues en commandant l’aile gauche de l’armée byzantine. A partir de 1092, Constantin Dalassènos fut un des principaux artisans de la lutte contre l’émir turc Tzachas. Ce dernier avait vaincu la flotte commandée par Nicétas Kastamonitès et l’empereur Alexis mit à la tête d’une flotte nouvellement constituée Constantin Dalassènos pendant que Constantin Ôpos assurait le commandement des troupes embarquées. Les deux généraux tentèrent de reprendre l’île de Chios qui venait peu de temps auparavant de tomber dans les mains de l’émir. En dépit d’un débarquement et d’un premier assaut réussi, les Byzantins ne réussirent pas à reprendre la principale forteresse de l’île et durent battre en retraite à l’annonce de l’arrivée de Tzachas et de son importante flotte. Finalement les deux armées se retrouvèrent face à face dans l’île, Tzachas s’appuyant sur la principale forteresse et Dalassènos sur un polichnion près du port. Un premier engagement vit la défaite des Latins de Dalassènos mais les autres soldats purent se protéger à l’intérieur des remparts de la petite forteresse. Tzachas ouvrit des négociations avec Dalassènos, l’émir proposa une alliance matrimoniale entre leurs enfants à Dalassènos qui temporisa en attendant les renforts amenés par le grand duc de la flotte Jean Doukas, beau-frère de l’empereur. Pendant que l’émir craignant l’arrivée de cette flotte regagnait Smyrne pour lever de nouvelles troupes, Constantin Dalassènos gagnait Bolessos au nord de l’île de Chios pour se renforcer en navires et en matériel de siège, puis revenant devant la principale forteresse de Chios, il l’enleva de vive force aux Turcs.

  • 124 N. Oikonomidès, L’évolution de l’organisation administrative de l’empire byzantin au xie siècle (10 (...)

65Après son premier succès, Constantin Dalassènos fut chargé de reprendre Mytilène, en restant sous les ordres du mégas doux Jean Doukas qui empruntait la route terrestre. L’essentiel des opérations fut assuré par le mégas doux qui combattit Tzachas sur l’île. Constantin Dalassènos surveillait la mer, il réussit à intercepter la flotte de Tzachas qui se repliait sur Smyrne et en détruisit la majeure partie sans toutefois capturer Tzachas lui-même. Anne Comnène lui donne à cette occasion le titre de thalassokratôr, terme littéraire qui désigne le duc de la flotte124. Peu après, en 1093. Constantin Dalassènos repartit contre Tzachas qui de nouveau menaçait l’empire, entreprenant le siège d’Abydos. L’approche de Dalassènos à la tête de la flotte obligea l’émir à lever le siège. Le sultan Kilidj Arslan ayant abattu Tzachas au cours d’un banquet, le danger représenté par cet émir disparut et les activités de Constantin Dalassènos qui avait été son constant adversaire ne nous sont plus rapportées.

66Un seul sceau nous est parvenu qu’on puisse attribuer à ce Constantin Dalassènos. A l’avers, saint Théodore est représenté en pied avec sa tenue militaire habituelle (Θ.-.-..| Δ-O-P,). Au revers, la légende précédée d’une croisette accostée de deux tirets est gravée sur cinq lignes :

+ K (ύρι)ε βοή[θ]ει Kων(σταντίνω) (πρωτο) ϰουροπαλ(ά)ττ Δαλα(σ) σ (η)ν.

67Le diamètre du sceau est de 25 mm, celui du champ de 23 mm.

Sources :
Alexiade II, p. 66, 112, 116, 141, 158, 161-162, 161-165.
Sceau collection Fogg 541 (Pl. V n° 37).
Littérature :
Kazdan, Les Arméniens, n° 16, p. 96.
Adontz, Notes arméno-byzantines, p. 168-169.
P. Gautier, Diatribes de Jean l’Oxite contre Alexis Ier Comnène, REB, 28, 1970, p. 13-14.
Skoulatos, Personnages, p. 60-62.

20. — Nicéphore Dalassènos (deuxième moitié du XIe siècle)

68G. Schlumberger a publié — sans reproduction iconographique — le sceau de Nicéphore Dalassènos dishypatos et stratège, au motif de saint Georges. La datation proposée, xiie-xiiie siècle, est trop tardive puisque la combinaison de la dignité de dishypatos avec la fonction de stratège ne se rencontre qu’au cours de la seconde moitié du xie siècle, et tout particulièrement entre les années 1060 et 1080.

Source :
G. Schlumberger, Sigillographie, p. 651 n° 6.
Littérature :
Adontz, Notes arméno-byzantines, p. 177.

21. — Jean Dalassènos (fin du XIe siècle - début du XIIe siècle)

69Selon un sceau inédit conservé en deux exemplaires, Jean Dalassènos était proèdre. A l’avers, saint Démétrius est représenté en buste, avec sa tenue militaire habituelle (Δ |I||M|H|--). Au revers, l’inscription court sur cinq lignes :

+ Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) Ίω(άννη) προέδρῷ τῷ ΔαλαΔ(Δ)ηνῷ.

70Le diamètre du sceau est de 21 mm, celui du champ de 15 mm. Il est datable de la fin du xie siècle ou du début du xiie siècle.

Sources :
Sceau DO 58 106 4948 (Pl. V n° 38).
Sceau de la collection Zacos.

22. — Constantin Dalassènos-Doukas (fin du XIe siècle, début du XIIe siècle)

  • 125 Appartient, à ce type l’exemplaire d’Athènes n° 618 ß.
  • 126 Appartiennent à ce type les exemplaires : Fogg 1616 ; M (Ermitage) 4579 ; M 6003 ; M 8398 ; M 9338.

71Ce Constantin avait probablement pour mère une Dalassènè et pour père un Doukas. Il n’est connu que par ses sceaux conservés en de nombreux exemplaires. Il a utilisé deux matrices différentes d’un même texte. Le premier type a la répartition suivante : à l’avers : ...| ΓΡΑΦ,|CΦΡΑ..|ΖωKωN ; au revers : ... ΔΑΛΑ CHNUTU| ΔU--KA|125. Le second type est ainsi gravé : à l’avers : + ΓΡΑΦ,|CΦΡΑΓΙ|Ζω ; au revers : ΚωΝ| ΔΑΛΑCΗ|ΝUΤU, ΔUΚΑ126. La transcription du texte des deux types est la même : + Γραφάς Δφραγίζω ΚωνΔταντίνου ΔαλαΔΔηνοϋ τοῦ Δούκα. Tous les sceaux ont un diamètre de champ fort réduit, entre 15 et 13 mm. V. Laurent a transcrit le revers de l’exemplaire Fogg 1616 de la manière suivante : KωN/AAΛAC/NόTό/OVT,/ en interprétant : Κωνσταντίνου-Δαλασσηνοῦ τοῦ θύτου. Cette formule lui paraissait, surprenante, mais il en déduisait qu’il existait un Constantin Dalassènos autre que le général d’Alexis Comnène et qui avait exercé à la même époque des fonctions ecclésiastiques. En réalité, au lieu de OVT, il faut lire AόK, et rayer cet évêque de la liste des Dalassènoi.

72Qui était ce Constantin Dalassènos ? Deux hypothèses ont été avancées, dont l’une est à écarter et l’autre très peu probable. Adontz pensait qu’il s’agissait d’un fils issu du mariage de Constantin Doukas avec la fille de Constantin Dalassènos (voir n° 6). Or cette hypothèse est impossible pour deux raisons. D’une part, si Constantin Doukas avait eu un fds de son premier mariage, il aurait été pris en considération pour sa succession lorsque, devenu empereur, il mourut. D’autre part on ne connaît pas d’exemple à cette époque d’un fds portant le même prénom que son père. Schlumberger identifiait ce Constantin Dalassènos au général d’Alexis I (notre n° 19). Mais rien ne permet d’affirmer que ce dernier était issu de la race des Doukai. Au contraire, la dignité qu’il portait, de protocuropalate, impliquait qu’il ne fût pas rattaché à cette famille dont les membres obtinrent la dignité de sébaste (du moins quelques années après le début du règne d’Alexis I). De plus, il semble avoir été plus vieux que notre Constantin Dalassènos n° 21 qui aurait vécu au début du xii° siècle, si l’expertise du sceau nous autorise à une telle précision chronologique. Nous ignorons donc l’origine de ce personnage, mais il témoigne d’un lien matrimonial supplémentaire entre les familles Dalassènos et Doukas.

Sources :
Kônstantopoulos, Molybdoboulla, n° 618 β.
Laurent, L’Église, n° 1082.
V.S. Šandrovskaja, VV, 38, 1977, p. 112.
Schlumberger, Sigillographie, p. 651, n° 7.
B.A. Pancenko, IRAIK, 9, 1904, n° 299.
Littérature :
Polemis, Doukai, n° 84, p. 117.
Každan, Les Arméniens, n° 13, p. 95.

23. — Théophylacte Dalassènos (fin du XIe siècle - début du XIIe siècle)

73Un sceau de Théophylacte Dalassènos, édité par Kônstantopoulos, a été attribué par V. Laurent à Théophylacte, fds de Damien (notre n° 4). Ce sceau, en raison de sa formulation et de son épigraphe est nettement trop tardif (fin du XIe siècle ou début du XIIe siècle) pour pouvoir lui être attribué. Aussi pensons-nous qu’un autre Théophylacte Dalassènos vivait un demi-siècle plus tard, peut-être fut-il le petit-fils du premier.

Sources :
Laurent, Bulles Métriques, n° 390.
Kônstantopoulos, Molybdoboulla, n° 618 α.

24. — Adrien Dalassènos (fin du XIe siècle - début du XIIe siècle)

74Ce personnage est connu seulement par ses sceaux. Le premier a été publié par Kônstantopoulos. A l’avers, la Vierge est représentée en buste, orante avec le médaillon de l’Enfant ; au revers l’inscription se lit, suivant Kônstantopoulos : Κύριε βοήθει τω Δῷ δούλω τòν ΔαλαΔΔινòν.

75Un autre type de sceau, très proche du précédent, est conservé à Dumbarton Oaks en deux exemplaires. A l’avers, le même motif est représenté MP|.. ; au revers, on lit une inscription accentuée sur quatre lignes :

+ [Θ](εοτό)xε βοήθ(ει) [Ά]δριανῷ [τ]ῷ ΔαλαΔ(Δ)ηνῷ.

76Le diamètre du sceau est de 21 mm.

77Un troisième sceau peut être attribué au même personnage car il comporte également le motif de la Vierge. La Vierge est représentée debout tenant le médaillon de l’Enfant (MP - θV) entre deux saints militaires, saint Démétrius à gauche (A-H-M-H.) et saint Georges à droite (Γ.-P-.). Au revers, l’inscription métrique est gravée sur sept lignes :

Σϰέπ[ο]ις Πάναγνε (ϰαὶ) δυς µαρτ(ύ) [ρ]ων σòν ‘Aδρι[α]νòν Δαλασ[σ]ηνòν οἰ[ϰ]έτην.

78Le diamètre du sceau est de 28 mm.

79Les trois sceaux sont datables de la fin du xie siècle et du début du xiie siècle. Cet Adrien était donc contemporain de l’empereur Alexis Comnène.

Sources :
Kônstantopoulos, Molybdoboulla, n° 618.
Shaw 1118 (catalogue Laurent n° 1289).
DO 55 1 2995 (Pl. V n° 39).
DO 58 106 1849 (Pl.
V n° 40).

25. — Anne Dalassènè (fin du XIe siècle ou première moitié du XIIe siècle)

  • 127 Laurent, dans son commentaire sur le sceau d’Anne Dalassènè (L’Église) n° 1461, ne tient pas compte (...)

80Une notice de manuscrit nous informe de la mort d’Anne Dalassènè un 27 avril. Il ne peut s’agir de la mère de l’empereur Alexis puisque selon le typikon d’Irène Doukaina, le décès de cette dernière était commémoré le 1er novembre127. Celte Anne Dalassènè est donc une homonyme de la mère de l’empereur et vivait, probablement à la fin du xie siècle ou dans la première moitié du XIIe siècle.

81Parmi tous les sceaux qui nous sont parvenus au nom d’Anne Dalassènè, il est un type qui pourrait être attribué à notre homonyme de la mère d’Alexis Comnène. A l’avers, la Vierge est représentée en buste, orante, avec le médaillon de l’Enfant ; au revers, la légende en grande partie oblitérée, est inscrite sur quatre lignes :

[Θ(εοτό)κε] βο[ή]θ[(ει)] ‘‘Αννή [τῇ] [Δ]αλαΔ(Δ)ινῇ.

82Le diamètre du sceau est de 19 mm, celui du champ de 14 mm. Le plomb peut être daté de la fin du xie siècle ou du début du xiie siècle. Il ne nous semble pas possible que la mère de l’empereur Alexis ait pu utiliser un sceau privé qui n’aurait mentionné ni sa qualité de mère de l’empereur ni celle de moniale.

Sources :
B. de Montfaucon, Paleographia greca, Paris 1708, p. 46.
Sceau DO 58 106 3557 (Pl. V n° 41).
N.N. A
ntokol’skaja, Pečati Anny Dalassinoj v sobranii Ermitaža, Pal. Sbornik, 23, 1971, p. 58-59 (M. 10004).

26. — Irène Dalassènè (fin du XIe siècle - début du XIIe siècle)

83Un sceau en mauvais état, conservé à l’I.F.E.B. sous le n" 529, aurait appartenu à Irène Dalassènè. Son diamètre est de 16 mm. A l’avers, la Vierge est représentée en buste, orante, avec le médaillon de l’Enfant. Au revers la légende est gravée sur cinq lignes. On peut dater ce sceau de la fin du xr siècle ou de la première moitié du XIIe siècle :

[ + ] Θ(εοτό)κε φ(ύ)[λ]α(τ)τε τήν [δ]ούλ(η)ν Δου Εί[ρή]νην ΔεβαΔτή(ν) τή(ν) Δα[λ]αΔ(Δηνήν).

84Un sceau inédit de la collection Zacos d’Irène Dalassènè sans aucun titre, pourrait avoir appartenu à la même personne. Nous ne pouvons l’affirmer, faute d’avoir vu le sceau ou sa reproduction photographique.

Sources :
Sceau I.F.E.B. n° 529 (Pl. V n° 42).
Sceau de la collection Zacos.

27. — Xénè Dalassènè (fin du XIe siècle - début du XIIe siècle)

85Ses deux sceaux ont été publiés par V. Laurent. Le premier nous apprend qu’elle était sébaste et moniale. Sur le second, elle ne porte aucune dignité. En raison de l’effigie de saint Antoine gravée sur ce sceau, V. Laurent la considère comme religieuse. On peut ajouter à cet argument que le prénom de Xénè est d’usage exclusivement monastique.

Source :
Laurent, L’Église, nos 2009 et 2010 (le n° du sceau Fogg est en fait 1583 et non 1534).

28. — Nicéphore Dalassènos (début du XIIe siècle)

86Trois sceaux de Nicéphore Dalassènos, datables du début du xiie siècle, nous sont parvenus, portant trois motifs iconographiques différents. Selon le principe défini dans notre introduction, nous devrions distinguer trois Nicéphore Dalassènos différents, en plus de notre n° 20. Il semble cependant peu probable que tant de membres d’une même famille, relativement peu prolifique, aient pu porter simultanément le même prénom. Nous admettrons que les sceaux portant, l’un le motif de la Vierge, et l’autre celui de l’Annonciation, appartiennent au même personnage dans la mesure où la Vierge est évidemment présente sur le sceau portant l’Annonciation (voir notre n° 29).

87L’autre sceau appartenant à Nicéphore Dalassènos présente à l’avers saint Nicolas en buste dans son attitude habituelle O-NI-K-O | Λ-A-O-C). Au revers, la légende, de 15 syllabes, comporte cinq lignes précédées d’une croisette :

+ Τό[ν] Δ(α)λαΔ(Δ)ηνό(ν) Νικηφόρ(ον), ίεράρχ(α), Δκέπ(ε).

88Ce sceau a un diamètre de 20 mm et il est datable de la fin du xie siècle ou du début du xiie siècle.

Sources :
Sceau DO 55 1 4041 (Pl. V n° 43).
Sceau d’Istanbul (Musée archéologique) n° 1068 (il s’agit d’une pièce parallèle).

29. — Nicéphore Dalassènos (début du XIIe siècle)

89Le premier sceau de ce Nicéphore porte à l’avers la Vierge eu buste, orante, avec le Médaillon de l’Enfant (M-O). Au revers la légende précédée d’une croisette est inscrite sur cinq lignes :

+ Θ(εοτό)κε βοήθει Νικηφόρ(ῷ) τῷ ΔαλαΔ(Δ)ινῷ.

90Le diamètre du sceau est de 19 mm.

91Un autre sceau porte la scène de l’Annonciation : à droite la Vierge est assise sur un trône à haut dossier, esquissant un geste d’étonnement. L’archange se tient debout, à gauche, figuré de profil. Au sommet de l’avers est gravée l’inscription (ΧЄΡЄ-/ΧΑ-ΡΙΤ-0-ΜΕ-ΝΗ : Χ(αῖ)ρε (Κε)χαριτωμένη Au revers, l’inscription métrique accentuée, est inscrite sur sept lignes :

Τόν ΔαλαΔΔηνòν [έκ] γένους Νικηφόρ(ον), ἀρχάγγελε, Δκέποις με Δύν τῇ Παρθένῷ.

92Le diamètre du sceau est de 26 mm, celui du champ de 21 mm. Les deux sceaux sont datables de la première moitié du xiie siècle, le second étant postérieur au premier.

Sources :
DO 58 106 1521 et DO 58 106 1859 (Pl. V n° 44 et n° 45).

30. — Jean Dalassènos (première moitié du XIIe siècle)

  • 128 Marguerite Mathieu, Cinq poésies byzantines des XIe et, XIIe siècles, Byzantion, 23, 1953, p. 139. (...)
  • 129 Nicola Callicle Carmi, éd. R. Romano, Byzantina et neo-hellenica neapolitana, Collana di Studi e Te (...)

93L. Stiernon a démontré de manière irréfutable que Jean Roger et Jean Dalassènos ne sont qu’une et même personne ; Jean Roger devait avoir pour mère une Dalassènè et pour père un Rogérios et il aura préféré relever le nom maternel prestigieux puisque de sang impérial, pour s’intégrer plus aisément dans l’aristocratie composée des parents de l’empereur. Sur ses parents, on ne peut établir que des hypothèses ; la plus vraisemblable reste qu’il serait le fils de Constantin Roger128. En effet l’épitaphe composée par Nicolas Kalliklès rappelle les exploits de ce dernier en Italie du sud, son passage au service d’Alexis I, l’obtention de la dignité de sébaste et son union avec une famille de haut lignage129. Une union avec une Dalassènè correspondrait parfaitement à cette description et expliquerait l’obtention de la dignité de sébaste par Constantin Roger. Cette Dalassènè pourrait être Irène précisément titrée sébaste.

  • 130 Gautier, Obituaire, p. 252.
  • 131 L. Stifrnon. p. 197-198. Étant donné que les enfants du César ne semblent pas avoir conservé le nom (...)

94Jean Roger épousa la fille aînée de Jean II, Marie. A cette occasion, il obtint la dignité de panhypersébaste, puis, après la mort de Nicéphore Bryennios (vers 1 138)130 celle de César. De sa femme, Jean Roger eut au moins deux filles, Anne et Théodora et deux fils, Andronic et Alexis, qui furent présents au synode de 1191. Il ne faut pas confondre cet Andronic appelé Comnène avec Andronic Rogérios131. La femme de Jean Dalassènos mourut en 1141/1145. L’empereur Manuel, qui voulait mettre la main sur la principauté d’Antioche, songea à unir le César Roger, devenu veuf, à Constance, elle-même veuve du prince d’Antioche Raymond. Ce projet échoua, car Constance n’appréciait pas le parti proposé par Manuel, en raison du trop grand âge du César. Revenu à Constantinople, Jean Roger prit l’habit monastique.

95Les activités du César au cours du règne de Jean II nous sont restées inconnues. A la mort de l’empereur, appuyé sur ses compatriotes et de nombreux partisans, au nombre de quatre cents, le César songea à l’empire pour lui-même. L’intervention énergique de Marie Comnène, sa femme, fille de Jean II, hostile à ce projet, auprès des autorités de la capitale, provoqua l’éloignement de Jean Roger dans un proasteion hors de Constantinople. Le nouvel empereur, Manuel, ne tint pas rigueur au César de ses ambitions excessives. Dès 1147, Jean Dalassènos assistait au synode qui déposa le patriarche Kosmas Attikos. Après l’échec en 1151-1152 de sa tentative de mariage avec Constance d’Antioche, le César se retira du monde, ce qui n’empêcha pas l’empereur Manuel de lui confier des responsabilités administratives car en juillet 1152, son serviteur Michel Tzanki-tzakès intervenait dans la région de Stroumitsa en faveur du couvent de Notre-Dame-de-Pitié. Le César était probablement gouverneur de la région ; rien ne permet en effet d’affirmer qu’il l’avait obtenue à titre d’apanage et que Tzankitzakès était « son vassal » selon l’hypothèse de Ferjančič.

96Nous ignorons la date de sa mort, mais elle est antérieure à 1166, année où son fils Andronic est désigné comme le fils du défunt César au synode du 6 mars.

Sources :
K
innamos. éd. Bonn, p. 36-38; 122-123.
P.G. 140, col. 253 A.
L. Petit, Le Monastère de Notre-Dame-de-Pitié en Macédoine, IRAIK, 6, 1900, p. 34.
‘O Μαρκιανός κῶδιξ, 524, NE, 8, poésies nos 52 p. 21 et 59 p. 28-29.
Laurent, Bulles Métriques, n° 724.
Lichacev, Ist. Značenie, p. 101.
Zacos-Veglery, sceaux nos 2721 et 2722 (avec commentaire).
Littérature :
Barzos, Γενεαλογία, p. 349-356.
F. Chalandon, Les Comnène, II, Jean Comnène et Manuel Comnène, Paris, 1912, p. 197-198, 426-427.
B. Ferjančič, L’apanage du César Jean Boger, Zbornik Radoua, 12, 1970, p. 194-201.
L. Stiernon, Notes de titulature et de prosopographie byzantines : à propos de trois membres de la famille Bogérios (xiie siècle), REB, 22, 1964, p. 184-198.
J. Schmitt, Über den Verfasser des Spaneas, BZ, 1, 1982, p. 317-319.

31. — Zôè Dalassènè (milieu du XIIe siècle)

97Zôè Dalassènè fut la femme de Théochariste Kappadokès. Le frère de ce dernier, Georges, servit les empereurs Jean II et Manuel I, occupant la charge de mystikos, et il restaura le monastère constantinopolitain de saint Marnas.

Source :
S. Eustratiadès, Τυπικòν τῆς Μονῆς τοῦ "Αγίου Μεγαλομάρτυρος Μάμαντος, Έλληιχά, I, 1928, p. 292.

32. — Théodore Dalassènos (fin du XIIe siècle - début du XIIIe siècle)

98Il fut tout d’abord protonobélissime, selon un sceau inédit de la collection Zacos. En 1196, il était devenu pansébaste sébaste et occupait la charge d’épi tôn oikeiakôn. Il participa au procès concernant la dîme du monastère athonite de Lavra. Selon un sceau conservé à de nombreux exemplaires, à une date ultérieure, il devint éparque, soit entre 1196 et la prise de Constantinople en 1204. On a également conservé son sceau privé, portant la seule dignité de sébaste. W. Seibt pense qu’il s’agit d’un descendant du César Roger Dalassènos, peut-être un petit-fils, mais cette hypothèse se heurte à une grave difficulté. Nous savons que les fils du César assumaient le nom de Comnène et on ne voit pas pourquoi leurs descendants auraient repris celui, moins illustre, de Dalassènos.

Sources :
Archives de l’Athos V, Actes de Lavra I, éd. P. Lemerle, A. Guillou, N. Svoronos, Denise Papachryssanthou, p. 349-356.
Laurent, L’Administration, n° 1045 (donne les références aux éditions antérieures de ce sceau).
Sceau inédit de la collection Zacos.
Littérature :
Kazdan, Les Arméniens, n° 18 et n° 19, p. 96.

33. — N. Dalassènos (fin du XIIe siècle)

99Un Dalassènos, qu’Eustathe de Thessalonique appelle « de noble famille », souffrant des méfaits d’Andronic, n’hésita pas à envoyer ses propres représentants auprès de souverains étrangers pour les inciter à intervenir contre l’empereur. Peut-être ce personnage est-il à identifier avec le sébaste Théodore Dalassènos n° 32.

Source :
E. de Thessalonique, La espugnazione di Tessalonica, éd. S. Kyria-kidès (Istituto Siciliano di Studi Bizantini e Neoellenici : Testi e monumenti, Testi 5), Palerme, 1961, p. 56.
Littérature :
Kazdan, Les Arméniens, n° 17. p. 96.

Schéma généalogique des Dalassènoi

Schéma généalogique des Dalassènoi

Le trait discontinu indique une part d’hypothèse dans la filiation proposée.

Notes

89 Adontz, Notes Arméno-byzantines, p. 174. C. Toumanoff, Studies in Christian Caucasian History, Georgetown University, 1963, p. 225, n. 270, met en doute cette origine arménienne des Dalassènoi et souligne qu’Adontz lui-même, dans ses autres études, a établi la faible valeur historique du texte de Mesrob.

90 Conseils et Récits, p. 166-170.

91 Skylitzes, p. 29 ; Theophane Continué, Bonn. p. 423. Le nom de Dalassènos est attesté dès l’Antiquité sur une inscription de Comana aujourd’hui disparue : Δαλα-σηνά ‘Απολλωνίου Μιθραδειτίῳ τῷ ἀνδρὶ μνήμης ἕνεϰα ... R. P. Harper, Analolian Studies, 18, 1968, p. 115.

92 Barzos, Γενεαλογία, I, p. 51, n. 14 particulièrement : l’auteur propose de placer le mariage d’Anne Dalassènè après 1042, en tenant compte de la position trop délicate des Dalassènoi entre 1034 et 1042 pour espérer contracter des alliances notables : selon Barzos, Anne serait née en 1028.

93 R. Janin, Constantinople byzantine, 2° éd., Paris, 1964, p. 373.

94 Yahya d’Antioche (Rozen, Imperator Vasilij, p. 63-64), qui fournit l’information, le qualifie seulement de drongaire. On pourrait penser au drongaire des Ploïmôn, mais rien dans la carrière ultérieure de Théophylacte ne permet de penser qu’il ait exercé des fonctions maritimes. Si Théophylacte fut bien un drongaire de la Veille ou de l’Arithmos, il aurait été l’un des derniers à occuper ce poste en tant que militaire. On sait en effet que c’est au début du XIe siècle que le drongaire de la Veille perdit sa qualité de chef militaire pour devenir président du tribunal impérial : cf. Oikonomidès, Listes de préséance, p. 331 et note 255.

95 Sans doute au début de 1019, cf. W. Seibt, Die Eingliederung von Vaspurakan in das byzantinische Reich, Hundes Amsorya, 92, 1978, p. 49-66.

96 Skylitzès, p. 355.

97 Skylitzès, p. 371-372.

98 A la place de Théophylacte proposé par un manuscrit, l’éditeur de Kédrènos a choisi la leçon Théophane proposée par un autre, leçon qui est à rejeter. Adontz trompé par l’édition de Kédrènos en a déduit que Damien avait quatre fils dont, Théophane.

99 Le fils aîné de ce couple, Michel, naquit « bien avant 1050 », selon Polemis, Doukai. p. 42.

100 Cf. infra Constantin Dalassènos-Doukas n° 22.

101 Parmi tous les sceaux édités et ceux de la collection Fogg, des Xe et XIe siècles, on ne rencontre qu’un seul Adrien, qui était topotèrètès des ploïmôn : Hunger, Zehn unedierte byzantinische Beamten - Siegeln, J.O.B., 17, 1968, p. 187. En outre, rien n’interdit de penser qu’il s’agissait aussi d’un Dalassènos.

102 Le fait, n’est pas tout, à fait impossible, puisque Bardas Phôkas était encore domestique des Scholes en 954, certes plutôt, inefficace ; il avait alors plus de soixante-dix ans.

103 Sur la généalogie des Dalassènoi. cf. Damien n° 1.

104 Skylitzès, p. 293.

105 Lupus Protospatharius, p. 56.

106 La lettre est anépigraphe dans le Parisinus gr. 1182, mais est adressée à un Dalassènos dans le Laurentianus gr. 57/40, f. 57 : cf. Gautier, op. cil. p. 87.

107 P. Gautier, reconstituant la carrière de Lizix, estime qu’il devint vestarque après 1060 et mourut avant 1070, op. cit. p. 90.

108 Constantin, oncle de Michel V, fut titré nobelissime par son neveu en 1042.

109 Skymtzès Continué, p. 139.

110 Attaleiatès, p. 56.

111 Bryennios. p. 79.

112 Bryennios, p. 85. Les deux filles aînées étaient déjà mariées à la mort de leur père.

113 Gautier, Obituaire, p. 248 ; Bryennios, p. 84.

114 Les fiançailles eurent, lieu quelques semaines avant, la mort d’Andronic Doukas, fils du César, en octobre 1077 : Polemis, Doukai, p. 70.

115 R. Janin, La géographie ecclésiastique de l’empire byzantin, t. III, Paris 1969. p. 277 et 397. L’auteur relève les notations des deux auteurs sans interpréter la contradiction. Il n’est pas tout à fait, exclu que les deux monastères, situés dans le même quartier entre Aya Kapi et Zindankapi sur la Corne d’Or soient en fait identiques.

116 Sur le titre de despoina cf. Elisabeth Rensammar, la titulature de l’impératrice el sa signification, Byzantion, 46. 1976. p. 286-287.

117 La dernière décision prise par Anne Dalassènè qui nous soit, connue, fut d’envoyer le drongaire de la flotte Eustathe Kymineianos se saisir du Pseudo-Diogène, capturé en 1095 : Alexiade, II, p. 201.

118 Isaac mourut entre 1102 et 1104. Cf. Denise Papachryssanthou, La date de la mort du sébastocrator Isaac Comnène, frère d’Alexis I et de quelques événements contemporains, REB, 21, 1963, p. 250-255.

119 H. W. Bell, R.Z., 30. 1929-1930, p. 635 n° 6. avait transcrit de manière erronnée : [π]α(τριϰίᾳ).

120 J. Darrouzes estime toutefois que l’abréviation  peutse résoudreen πρωτο-aussi bien qu’en μοναχός., REB, 21, 1963, p. 51, n. 3. La présence du τ devant le A doit interdire cette solution, à moins de transcrire τῇ μοναχῇ, ce qui nous paraît peu vraisemblable.

121 De plus, sur un sceau au moins, on lit nettement πρώτη ϰαὶ ϰουροπαλάτισσα, ce qui ne rend pas le titre de prôtokouropalatissa.

122 Gautier, Obituaire, p. 248.

123 Alexiade I, p. 120.

124 N. Oikonomidès, L’évolution de l’organisation administrative de l’empire byzantin au xie siècle (1025-1118), T.M., 6, 1976, p. 147.

125 Appartient, à ce type l’exemplaire d’Athènes n° 618 ß.

126 Appartiennent à ce type les exemplaires : Fogg 1616 ; M (Ermitage) 4579 ; M 6003 ; M 8398 ; M 9338.

127 Laurent, dans son commentaire sur le sceau d’Anne Dalassènè (L’Église) n° 1461, ne tient pas compte de l’information donnée par le Typikon d’Irène Doukaina et donne pour la mort d’Anne Dalassènè n° 16, le 27 avril — à tort selon nous. P. Gautier, quant à lui, distingue bien deux personnes au même nom : Michel Italikos, Lettres et Discours, Archives de l’Orient Chrétien, 14, 1972, p. 31 n. 1.

128 Marguerite Mathieu, Cinq poésies byzantines des XIe et, XIIe siècles, Byzantion, 23, 1953, p. 139. Gautier, Obituaire, p. 255, préfère voir en Constantin un frère du César.

129 Nicola Callicle Carmi, éd. R. Romano, Byzantina et neo-hellenica neapolitana, Collana di Studi e Testi diretta da Antonio Garzya, n° 8, Naples, 1980, poésie n° 19, p. 93-95.

130 Gautier, Obituaire, p. 252.

131 L. Stifrnon. p. 197-198. Étant donné que les enfants du César ne semblent pas avoir conservé le nom de Dalassènos et préféré relever celui de leur mère, nous ne les intégrons pas à cette famille.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-18.png
Fichier image/png, 73k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-19.png
Fichier image/png, 81k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-20.png
Fichier image/png, 66k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-21.png
Fichier image/png, 17k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-22.png
Fichier image/png, 33k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-23.png
Fichier image/png, 13k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-24.png
Fichier image/png, 23k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-25.png
Fichier image/png, 18k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-26.png
Fichier image/png, 21k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-27.png
Fichier image/png, 42k
Titre Schéma généalogique des Dalassènoi
Légende Le trait discontinu indique une part d’hypothèse dans la filiation proposée.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1934/img-28.png
Fichier image/png, 174k

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.