Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études prosopographiques

 | 
Jean-Claude Cheynet
, 
Jean-François Vannier

Première partie : Trois familles du duché d'Antioche

Les Brachamioi

Texte intégral

  • 59 Yarnley, Philarète, p. 334.
  • 60 Zônaras, p. 693 ; Skylitzès Continué., p. 136.

1Le nom même des Brachamioi trahit clairement leur origine arménienne. Un certain Vahram — peut-être s’agit-il d’Isaac Bracha-mios n° 1 - - s’établit dans l’empire en intégrant les rangs de l’aristocratie byzantine et y fit souche. Le prénom Vahram étant fort répandu, on peut se demander — comme le fait Yarnley59 — si tous les Brachamioi appartiennent bien à une même famille. En effet, tout Arménien appelé Vahram entrant au service de l’empereur pouvait laisser à ses descendants le patronyme hellénisé de Brachamios. Mais nous préférons admettre que les Brachamioi ont bien formé une seule famille, au même titre par exemple que les Tornikioi, car les homonymies de patronymes sont évitées dans l’aristocratie byzantine. Sans doute ni Matthieu d’Édesse, ni Michel le Syrien, rappelant les origines de Philarète Brachamios ne font allusion à sa famille qui pourtant avait compté de grands serviteurs de l’État. Mais nous verrons ce qu’il faut penser de l’attitude de ces chroniqueurs à l’égard de Philarète n° 13 et que ce silence n’est pas significatif. Au reste les chroniqueurs byzantins affirment que Philarète appartenait bien à la famille des Brachamioi60.

2Le destin des Brachamioi est lié à la ville d’Antioche, comme celui des Bourtzai et des Dalassènoi, et plus fortement encore puisque l’essor de cette famille y est, comme celui des deux autres — associé à la reconquête byzantine de la cité ; mais en revanche, elle ne survécut pas à sa chute définitive en 1084, puisque semble-t-il, à l’éventuelle exception des Brachamioi 16 et 17, on ne compte aucun membre de cette famille dans l’aristocratie du XIIe siècle.

1. — Isaac Brachamios (seconde moitié du Xe siècle)

3La transcription en grec de l’arménien Sahak par Σαχάκιος au lieu de la traduction habituelle par Isaakios laisse supposer que l’intégration dans l’empire de ce personnage est de date récente, et que sa jeunesse a dû se dérouler en pays de langue arménienne. Il est certain qu’Isaac Brachamios était aux côtés de Michel Bourtzès lorsque celui-ci s’empara d’Antioche en octobre 969. Sa notoriété n’était pas telle que l’auteur de la Vie de Christophore le patriarche d’Antioche ait retenu son nom. Pourtant il est possible que Abū Firās ait déjà fait allusion à ce personnage dans ses poèmes qui moquent les grands chefs byzantins des règnes de Constantin VII et de Romain II. Son identification ne peut malheureusement être tenue pour certaine. Mécontent, comme Michel Bourtzès, du peu de considération témoignée par Nicéphore Phôkas, il se joignit avec Bourtzès à la conjuration dirigée par Jean Tzimiskès contre cet empereur.

  • 61 Laurent, Vatican, p. 116, en particulier la note 5.
  • 62 Sceau de la collection Shaw n° 774.

4Adontz avait identifié Isaac avec un homonyme, fort méchant homme auquel l’évêque de Milet Nicéphore eut affaire. V. Laurent a déjà montré que Adontz a commis une erreur d’interprétation et qu’il ne s’agit pas d’un épi tôn déèséôn comme Adontz le pensait, mais d’un simple agent local des biens impériaux61. De fait, dans la collection Shaw est conservé le sceau de Σαχάϰιος, protospathaire impérial et épi tôn oikeiakôn, portant un griffon de profil, sceau typique de la seconde moitié du Xe siècle62. Nous tenons là, très vraisemblablement, le sceau de l’adversaire de Nicéphore de Milet.

5Après la mort de Jean Tzimiskès, Isaac Brachamios déserta l’armée impériale pour soutenir Bardas Sklèros, à un moment où celui-ci hésitait encore sur la stratégie à adopter. Isaac Brachamios le poussa à l’action, s’offrant à lui montrer la route vers Lapara dans le thème de Lykandos et lui permit de remporter sa première grande victoire. Ultérieurement, en 978, Bardas Sklèros le chargea d’occuper la ville d’Antioche, mission qu’il accomplit avec succès contre ‘Ubaidallāh. Après cette date, son sort est inconnu : fut-il tué au combat ? Accompagna-t-il Sklèros dans son exil lointain ?

Deux sceaux peuvent lui être attribués avec vraisemblance, l’un est conservé dans l’ancienne collection Pozzi (dont j’ai eu connaissance seulement au moyen du fichier de V. Laurent). A l’avers, un saint militaire (Georges ?) à cheval, frappe un dragon de sa lance et le piétine sous les sabots de son cheval. Au revers une inscription se transcrit ainsi : Σαχαϰίῳ άνθυπάτῳ, πατριϰίῳ ϰα στρατηγ τς Χαλδίας. Ce sceau sur lequel Isaac porte de si hautes dignités, peut être daté du règne de Tzimiskès ou du règne de Basile II jusqu’au ralliement de Brachamios à Bardas Sklèros. Un sceau de l’ancienne collection Seyrig, qui n’est pas entré à la Bibliothèque Nationale de Paris, pourrait aussi se rapporter à notre personnage. D’après le catalogue établi par Seyrig (n° 550), le sceau provient de Lattaquié. Comme sur le plomb de la collection Pozzi, l’avers porte un saint militaire à cheval frappant un dragon. Au revers, la légende mutilée est ainsi transcrite : Image 100000000000045500000036E67EEB22.jpgImage 10000000000000A2000000316F9D4216.jpg. Il nous semble que nous pourrions restituer l’inscription de la manière suivante : Σαχακ(ί) άνθυπάτ [ῳ] πατρ(ι)ϰί() (ϰα) [σ]τρ(α)-τ(η)γ() τ() ,Βραχ]αμί().

Sources :
Skylitzès, p. 318-319.
Yahya I, p. 822. 825. 829 : II. p. 377.
Canard-Adontz, Abū Firās, p. 154.
Sceau de l’ancienne collection Pozzi n°  112.
Sceau de l’ancienne collection Seyrig, n" du catalogue Seyrig 550.
Littérature :
Adontz. Notes arméno-byzantines, p. 149-151.
Laurent, Vatican, p. 116.
Každan, Les Arméniens, p. 25, n° 1.
Seibt, Die Skleroi, p. 38-39.

2. — Elpidios Brachamios (fin du Xe siècle - début du XIe siècle)

6Un taxiarque de ce nom est connu sous le règne des empereurs Basile II et Constantin VIII sur une inscription trouvée à Silivri (Sèlymbria) en Proponlide qui commémorait l’ouvrage (une fortification) du taxiarque Elpidios Brachamios et de l’archègétès Basile Goutos, œuvre que menaçaient le temps et la foule des Barbares (les Bulgares ?).

7Peut-être ce personnage est-il à identifier au patrice Elpidios, un des notables de la ville d’Antioche, qui fut accusé de soutenir Constantin Dalassènos en 1034. Deux éléments plaident en faveur de cette identification : le prénom relativement rare de Elpidios fait partie du stock des prénoms des Brachamioi et c’est à Antioche que la famille exerçait la plus grande influence. Il n’en reste pas moins vrai que toute identification reste fragile en l’absence d’un patronyme.

Sources :
G. Seure, Antiquités thraces de la Propontide, B.C.H., 36, 1912. p. 569.
Skylitzès, p. 395-396.

3. — N. Brachamios, 4. Na. Brachamèna, sa fille (première moitié du XIe siècle)

8Le compte-rendu d’un procès nous fait connaître un Brachamios et sa fille. Cette dernière tenait de ses collatéraux maternels des biens. Or Brachamios son père avait conclu le mariage de sa fille, mineure, avec un cousin au second degré. Par testament, la fille lègue ses biens maternels aux accusés du procès : sans doute s’agit-il de son époux et/ou de leurs enfants. Le père attaque ce testament, prétextant l’illégalité du mariage. Il est débouté.

Source :
A. Schminck, Vier eherechtliche Entscheidungen aus dem 11. Jh., Fontes Minores, t. III, 1979, Francfort/Main. p. 258-260 (commentaire p. 262-266).

5. — Kalè Brachamèna (première moitié du XIe siècle)

9Un sceau de l’ancienne collection Seyrig actuellement conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris nous fait connaître Kalè Brachamèna, prôtospatharissa et stratègissa. A l’avers, la Vierge est représentée, magnifiquement gravée à mi-corps, tenant l’Enfant sur le bras gauche, entourée d’un filet de grènetis. Au revers la légende précédée d’une croisette est gravée sur six lignes :

Image 1000000000000119000001683B186ED7.jpg

+ Θ(εοτό)ϰε β(οή)θ(ει) τ σ δούλ() Καλ() (πρωτο)σπαθ(α)ρέ() (ϰα) στρ(α)τηγίσ(σ) τ Βρ(α)χαμήν.

On remarquera que la dernière ligne de l’inscription se termine par Image 100000000000009F000000326FCE5767.jpg qui bien sûr termine le nom de Kalè Brachamèna mais aussi peut s’interpréter comme l’amen qui termine certains sceaux. Le diamètre est de 27 mm, celui du champ 23 mm. Acheté à Beyrouth, il proviendrait d’Antioche.

Source :
Fonds Seyrig de la Bibliothèque Nationale de Paris n° 168 (Pl. III n° 19).
Littérature :
mention dans Laurent, Vatican, sceau n° 113, p. 116, note 3.
Každan, Lea Arméniens, n° 6, p. 26.

6. — Léon Brachamios (milieu du XIe siècle)

10Il est connu seulement par un sceau au motif de saint Démétrius où il porte la dignité de protospathaire et exerce la fonction de stratège.

Sources :
Le sceau a été édité à trois reprises par Šandrovskaja,
— Brachamios, p. 48-49, n. 46 ;
— Catalogue, n° 27 ;
— Sfragistika, n° 840.

7. — Jean ( ?) Brachamios (seconde moitié du XIe siècle)

Un sceau actuellement conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris a été publié par Schlumberger, puis repris par Rostovtsew-Prou et attribué à un Dèmètrios Brachamios. Le sceau porte à l’avers le buste de saint Démétrius Image 10000000000001160000003A65701965.jpg : au revers la légende comprend six lignes :

Image 10000000000000FD0000013796C9BEB0.jpg

[+] Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) [τ σ] δούλ() [’Iωά(ν)ν] βέστ (κα) στρατηγ() τ Βρ(α)χαμί.

11Le diamètre du sceau est de 28 mm. Le prénom est incertain, mais il est assuré que la lettre finale n’est pas un ω comme l’avait cru Schlumberger, et les traces de lettres à peine décelables pourraient laisser deviner le prénom de Jean. Le sceau est datable de la seconde moitié du xie siècle.

Sources :
Schlumberger, Sigillographie, p. 74.
Rostovtsew-Prou, n° 915. (Pl. III n° 20).
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n°  p. 25.

8. — Elpidios Brachamios (deuxième moitié du XIe siècle)

12Son sceau au motif de saint Démétrius lui donne la dignité de curopalate et la fonction de duc de Chypre. Cette combinaison de dignité et de fonction nous invite à dater le sceau de la deuxième moitié du XIe siècle. On doit rappeler que la dignité de curopalate associée à un commandement de thème n’est pas antérieure au règne de Michel VII Doukas puisque Nicéphore Botaneiatès, alors commandant de l’important thème des Analoliques. était curopalate. Donc le sceau d’Elpidios a toutes chances d’être postérieur aux années 1075.

Sources :
Mordtmann, Revue Archéologique. 2, 1877. p. 59.
Schlumrerger, Sigillographie, p. 305, n° 3.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 4, p. 26.

9. — Georges Brachamios (dernier tiers du XIe siècle)

Le sceau de Georges Brachamios est actuellement conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris. A l’avers, saint Georges est représenté en buste, tenant la lance et le bouclier traditionnels (Image 100000000000007100000032CCD28C18.jpgImage 10000000000000E800000027B3E57213.jpg). Au revers, la légende est écrite sur cinq lignes :

Image 10000000000000D9000000FF82E9B64F.jpg

+ Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) Γεωργί στρατηγ() τ Βραχαμ(ί).

13Le diamètre du sceau est de 23 mm. Le sceau est datable du dernier tiers du XIe siècle ou du début du XIIe siècle.

Sources :
Schlumberger, Sigillographie, p. 714.
Rostovtsew-Prou, n° 911. (Pl. III n° 21).
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 2, p. 25,

10. — Basile Brachamios (XIe siècle)

14Le personnage, connu par un sceau où ne sont indiquées ni fonction ni dignité, ne peut être situé avec précision. Lui aussi vivait sans doute au XIe siècle.

Source :
Musmov, Pečati. IBAI, 8, 1934, n° 42.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 6, p. 26.

11. — Manuel Brachamios (XIe siècle)

15Son sceau inédit est conservé au Musée Archéologique d’Istanbul ; il ne porte ni dignité ni fonction. Le sceau serait datable du XIe siècle.

Source :
Sceau d’Istanbul, n° 310 bis, connu seulement à travers le fichier de V. Laurent.

[12.] — Michel Brachamios (seconde moitié du XIe siècle)

16V. Laurent cite le sceau de Michel Brachamios dans une note de son commentaire du sceau de Philarète Brachamios. Nous pensons qu’il fait allusion à un plomb conservé au Musée Archéologique d’Istanbul dont la lecture n’est pas assurée, selon sa propre transcription : Κύριε βοήθει τ σ δούλ Μιχαλ πατρικίῳ, πρωτοανθυπάτ καὶ στρατηγ τ ...χα.., interprété comme [Βρα]χα[μί()].

17En fait il s’agit du sceau d’un Tarchaneiôtès connu d’après des pièces parallèles mieux conservées : Κύριε βοήθει τ σ δούλ Μιχαλ πατριϰίῳ πρωτοανθυπάτ ϰα στρατηγ τ Ταρχανειώτῃ.

  • 63 Oikonomidès. Listes de préséance, p. 294.

18Le titre de prôtoanthypatos, attesté dans les années 108063, resta assez rare pour que l’identification avec Michel Tarchaneiôtès soit assurée.

Sources :
Sceau du Musée Archéologique d’Istanbul n° 73 (1101), Nouvelle série, Seibt, Bleisiegel n° 146,
Sandrovskaja, Sfragistika, n° 727.
Littérature :
Laurent, Vatican, n° 113, n. 3.
Každan, Les Arméniens, n° 5, p. 26.

13. — Philarète Brachamios (seconde moitié du XIe siècle)

  • 64 Philarète Brachéôn était stratège de Crète en 1027 : N. Tômadakis ‘O ῞Aγιoς ’Ιωάννης ό Ξεύος ϰα (...)

19Philarète Brachamios est le membre le plus célèbre de toute la famille64 et a fait l’objet de plusieurs études, car il joua un rôle important dans l’Orient byzantin à une époque de crise aiguë en raison des attaques turques. De plus, sa personnalité fut fort controversée dès son vivant. La dernière étude qui lui ait été consacrée par C.J. Yarnley étant la plus documentée, elle nous dispensera de retracer tous les détails de la vie de ce personnage aventureux. Cependant, cette étude, pas plus que les précédentes, n’utilise les sceaux assez nombreux de Philarète qui nous sont parvenus. En outre, depuis la parution du travail de Yarnley, de nouvelles publications sigillographiques permettent de mieux cerner la carrière administrative de Philarète.

20Grâce à la conservation de plombs datant des débuts de la carrière de Philarète, celle-ci n’est plus aussi obscure que le laissent entendre les chroniqueurs orientaux. En effet, on peut affirmer qu’il servit dès sa jeunesse comme officier dans l’armée byzantine. Cela permet de rejeter les allégations malveillantes de Matthieu d’Édesse et de Abul Faradj - Bar Hebraeus sur ses activités de bandit, à l’origine de sa puissance.

  • 65 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 335-336.

21Le premier grade obtenu par Philarète qui nous soit connu est celui de taxiarque, c’est-à-dire chef d’un groupe de mille fantassins sous les ordres d’un archègétès ou hoplitarque65 :

Image 100000000000034B0000014C9512129D.jpg

  • 66 Sceau DO 58 106 5670 (Pl. III n° 22). Le ϰαὶ est fort surprenant, mais ne peut se comprendre que si (...)

+ Κ(ύρι)ε βοήθ(ει) τ σ δ(ούλ) Φιλαρέτ() ϰ) ταξιάρχη τΒραχαμ(ί)66.

2263 bis.

23Ce sceau doit dater des années 1050-1060, car il faut noter la présence de lettres épaisses et nettement gravées qu’on trouve sur les plombs jusqu’au milieu du XIe siècle et rarement après. Le diamètre du sceau est de 27 mm, celui de son champ, 22 mm.

  • 67 Sceau de l’Ermitage M 5515.

24Quelques années plus tard (sous Constantin X ?), Philarète Brachamios est titré protospathaire, hypatos et topotèrètès du tagma des Cappadociens67. A cette occasion il a pu entrer en relations directes avec Romain Diogène le futur empereur qui compta les Cappadociens parmi ses soutiens les plus fervents.

  • 68 Sceau de l’Ermitage M 8002.
  • 69 Sceaux M 6696 et DO 55 1 3396.

25A la même époque, nous connaissons le sceau privé de Philarète68. Nous pouvons être assuré de sa datation car la carrière de Philarète présente un des rares exemples assurés d’un changement de saint protecteur. Ses premiers sceaux, y compris ce sceau privé, sont tous à l’effigie de saint Démétrius, saint de prédilection de la famille des Brachamioi, alors qu’ensuite Philarète préféra saint Théodore. Le plomb qui rappelle l’étape suivante de sa carrière où il devint magistre et duc, marque une transition car il porte l’effigie de saint Démétrius et de saint Théodore69.

  • 70 Bien entendu, Romain IV n’envoya ni ambassade ni cadeau à Philarète qui était alors un militaire au (...)
  • 71 Cf. infra p. 69.
  • 72 Attaleiatès, p. 301.
  • 73 Zônaras, p. 694 ; Bryf.nnios, p. 101.
  • 74 Attaleiatès, p. 154 ; Zônaras, p. 697.

26En 1069, Romain Diogène devenu empereur appréciait assez les qualités de Philarète pour lui confier la majeure partie de l’armée byzantine avec mission d’entraver les incursions de bandes de maraudeurs turcs70. Attaleiatès rapporte qu’il se montra inférieur à sa tâche car il était plus apte aux opérations de modeste envergure qu’à de telles responsabiblités. La vraie difficulté est de connaître quelle fonction exerçait Philarète et quelle dignité il détenait à cette date. Anne Comnène l’appelle domestique, Zônaras seulement stratège ; le Continuateur de Théophane, stratège autokratôr, titre qui nous semble être le plus exact. Nous savons que Philarète fut domestique des Scholes d’Orient, mais à une époque ultérieure71 et il se peut qu’Anne Comnène ait fait une confusion entre le règne de Romain IV et celui de Nicéphore III Botaneiatès. Il est vrai que nous ne connaissons aucun des domestiques des Scholes à l’époque de Romain IV Diogène. Philarète était-il déjà curopalate en 1069 ? Il possédait cette dignité assurément en 1078 avant de négocier avec Botaneiatès72et compte tenu de l’hostilité qu’il a manifestée envers Michel VII, il est peu vraisemblable qu’il ait obtenu une promotion de la part de cet empereur. Aussi serions-nous tentés d’admettre qu’il serait devenu curopalate dès le règne de Diogène. Manuel Comnène avait bien reçu lui aussi cette faveur lorsque l’empereur lui avait confié, comme il l’avait fait pour Philarète, une grande partie de l’armée73. Mais d’autre part, en 1071, le duc de tout l’Occident, Nicéphore Bryennios, frère adoptif de l’empereur, était seulement magistre74.

  • 75 Každan doutait autant de l’interprétation d’Adontz que de celle de Laurent, Les Arméniens, p. 25.

27Les activités de Philarète pendant les années critiques 1071-1072 nous restent inconnues. Il ne figure pas au nombre des stratèges ayant participé à la campagne de Romain IV qui se termina par la défaite de Mantzikert, ce qui ne prouve pas qu’il en ait été absent. En dépit de son hostilité à Michel VII, rien n’indique qu’il ait apporté son concours au duc d’Antioche Chatatourios partisan de Diogène. Sans doute menait-il son jeu personnel, profitant de la désagrégation des structures militaires de l’Orient byzantin en raison principalement de la sanglante guerre civile de 1072. A partir de cette date jusqu’en 1078, Philarète se comporte de façon indépendante à l’égard du pouvoir central, de la même manière que Théodore Gabras à Trébizonde. V. Laurent pense qu’il utilisa pendant cette période le sceau marqué de l’inscription Bachramès archonte. Cette hypothèse peut s’appuyer sur trois arguments. La date du sceau correspond à la seconde moitié du XIe siècle à en juger d’après le fac-similé de Schlumberger, le motif iconographique — saint Théodore — est précisément celui que Philarète a adopté sur ses sceaux, abandonnant celui de saint Démétrius choisi au début de sa carrière. Enfin le titre seul d’archonte dénote une autorité, mais ne correspond pas à une fonction byzantine précise. Cependant, deux faits surprennent : Philarète ne se réfère à aucune des dignités byzantines qu’il avait obtenues, alors que sur tous ses autres sceaux, il ne manque pas de le faire. D’autre part, sur les autres plombs, il rappelle son prénom et son nom de famille et on ne voit pas pourquoi il aurait abandonné ce dernier. Il nous semble donc préférable d’attribuer ce sceau à un prince arménien portant le prénom fréquent de Vahram, qui ne serait pas intégré à l’aristocratie byzantine comme l’étaient les Brachamioi depuis un siècle75.

  • 76 Sur Rasile Apokapès. cf. P. Lemerle, Cinq Etudes sur le XIe siècle byzantin : le Testament d’Eustat (...)

28Philarète chercha à élargir les territoires qu’il contrôlait aux dépens des ducs byzantins d’Antioche et d’Édesse et des princes arméniens qui détenaient des terres d’empire. Il élimina un rival important en la personne de T’orniq de Sassoun, mais en dépit de l’appui du patriarche d’Antioche Émilien, il ne put contrôler Édesse avant 1077, par l’intermédiaire de Basile Apokapès, son ancien collègue dans l’armée byzantine76, ni Antioche avant 1078.

29A la chute de Michel VII Doukas, Philarète reconnut la légitimité de son successeur Nicéphore Botaneiatès, général que Philarète avait pu connaître quand il servait dans l’armée byzantine avant 1071. De plus, le patriarche Émilien, retenu de force à Constant inopie par Michel VII, avait soutenu la révolte de Botaneiatès et avait pu parler en faveur de Philarète. C’est à cette date, nous semble-t-il, qu’il faut situer une ambassade impériale auprès de Philarète avec des dons, selon le témoignage de Michel le Syrien. Isaac Comnène, rappelé par le nouvel empereur, avait laissé le duché d’Antioche dans les mains de Vasak, fils de Grégoire Magistros, car il ne souhaitait pas confier la ville à celui qu’il avait si longtemps combattu. Il ne semble pas que Botaneiatès ait officiellement fait de Vasak un duc, car cela eût contredit sa politique d’entente avec Philarète. Il faut sans doute rayer Vasak de la liste des ducs d’Antioche.

30En 1078, Philarète était donc curopalate. Nous avons conservé de nombreux sceaux où il porte cette dignité, tous à l’effigie de saint Théodore :

    • 77 Sceau M 3090 ; le sceau édité par Kônstantopoulos n° 387 γ est une pièce parallèle moins bien conse (...)

    curopalate et duc77 ;

    • 78 Sceau édité par Tourneur (cf. Sources).

    curopalate et duc d’Antioche78 ;

    • 79 Sceau inédit de l’ancienne collection Diamanti n" 12, d’après une fiche de V. Laurent.

    curopalate et domestique d’Anatolie79 ;

    • 80 Sceau I.F.E.B. n  764. saint Théodore (...)

    curopalate et stratopédarque des Anatoliques80 ;

    • 81 Sceaux M 9916 et Vatican n° 113.

    protocuropalate et domestique des Scholes d’Orient81.

  • 82 Seibt, Die Skleroi, p. 82. Romain Sklèros fut stratopédarque d’Anatolie.
  • 83 Seibt, Die Skleroi, p. 81-82.
  • 84 Bryennios, p. 147.
  • 85 Matthieu d’Édesse, trad. Dostourian, p. 249 : les sept cents hommes de ce corps de troupes furent m (...)
  • 86 Au début du règne d’Alexis I, les grandes réformes concernant la titulature des principaux dignitai (...)

31La variété des fonctions citées surprend, surtout que deux d’entre elles ne sont pas attestées par ailleurs, celle de domestique d’Anatolie et celle de stratopédarque des Anatoliques. La première, si la lecture en était confirmée, pourrait s’interpréter comme l’équivalent de duc ou catépan d’Orient ou de domestique des Scholes d’Orient. La seconde se comprendrait mieux si, au lieu d’Anatoliques, on lisait Anatolie car un autre stratopédarque d’Anatolie est attesté au XIe siècle82. Le stratopédarque exerçant le commandement en chef d’une armée, on perçoit mal comment un stratopédarque de thème peut avoir été créé. Une telle accumulation de fonctions donnant à Philarète la primauté dans la hiérarchie militaire en Orient a un précédent dans la mesure où Romain Sklèros, sous Constantin IX, exerça en quelques années les fonctions de duc d’Antioche, de stratopédarque d’Anatolie, de duc des Anatoliques, de domestique des Scholes d’Occident83. Il est naturel que Philarète, devenu duc d’Antioche avec l’accord de Botaneiatès et occupant le poste militaire le plus important d’Asie Mineure, ait aussi cumulé la charge de domestique des Scholes d’Orient avec une promotion à la dignité de protocuropalate. Les deux charges avaient déjà été conjointement exercées par son prédécesseur Isaac Comnène84. Le domestique des Scholes avait perdu de son importance depuis que le célèbre tagma n’avait plus joué aucun rôle après sa dernière intervention en 1068 lors du siège de Hiérapolis-Manbidj par Romain Diogene. Quelques éléments de ce corps de troupe, venus avec Isaac Comnène, domestique des Scholes d’Orient et duc d’Antioche, seraient-ils restés en garnison à Antioche ? Nous savons en effet que Philarète Brachamios a trouvé à Antioche des troupes « romaines » qu’il a éliminées en les massacrant85. L’exercice de cette charge pourrait aussi expliquer que Philarète ait obtenu ultérieurement la dignité de sebaste, comme l’affirme Michel Le Syrien, puisque le titulaire de la charge symétrique de domestique des Scholes d’Occident a obtenu cette dignité à partir du règne de Nicéphore III et sous celui d’Alexis I Comnène86.

  • 87 Alexiade I, p. 131.
  • 88 Ces menaces, en dehors des difficultés de communication entre Antioche et Constantinople, rendent p (...)

32Après que Nicéphore Botaneiatès eût officialisé le pouvoir de Philarète sur les territoires qui constituaient jadis l’essentiel des duchés d’Antioche et d’Édesse, ce dernier ne réussit pas à conserver intacte sa domination. Il ne pouvait espérer aucun secours de la part de l’empire. En effet, Nicéphore III et plus encore après lui Alexis Comnène furent trop occupés à défendre Constantinople pour se soucier de ce qui se passait à Antioche. De plus Alexis Comnène rappela ce qui restait de troupes byzantines en Anatolie pour combattre Guiscard87. D’une part Philarète devait s’opposer à une partie de la population qu’il gouvernait, en raison de ses exigences fiscales dues à l’effort de guerre et de son appartenance à la religion grecque orthodoxe qui le séparait de la majeure partie des Arméniens. D’autre part, à l’extérieur, il devait se défendre contre les entreprises des bandes turques et contre celles de Sulaimān le maître de Nicée88.

  • 89 Michel Le Syrien, éd. J.-B. Chabot, p. 173. La liste de l’Anonyme Syriaque, p. 35, est semblable ma (...)

33Michel Le Syrien nous a donné la description du territoire contrôlé par Philarète à son apogée : Tarse, Mopsueste, Anazarbè, Mar‘aš, Kaisoum, Ra‘ban, Édesse, Mélitène, le pays de Djiḥan (haute vallée du Pyramos) et Harput89.

34L’effondrement de la puissance de Philarète est bien connu. Alors qu’il séjournait à Édesse, Philarète perdit Antioche le 4 décembre 1084, jour où Sulaimān, qui aurait été appelé par le propre fils de Philarète, pénétra dans la ville avec trois cents hommes seulement. Une aussi facile conquête d’une des forteresses les plus puissantes d’Orient prouve la désaffection de la majeure partie de la population envers Philarète. Antioche prise, ce dernier perdait beaucoup de ses moyens militaires car la grande cité lui fournissait à coup sûr d’importants revenus. Selon Ibn al Athīr, c’est la principale raison qui empêcha Philarète de ravitailler la forteresse de Ḥiçn Ziyād (Harput) car il n’en avait plus les moyens, et cela causa la perte de cette dernière ville prise par l’émir Hayc. Philarète perdit aussi Edesse. En effet, après la mort de Basile Apokapès, la ville préféra se donner à Smbat, un Arménien hostile à Philarète ; mais ce dernier put, reprendre le contrôle de la ville en éliminant les grandes familles avant que le grand sultan seldjoukide Malik-Shah ne s’emparât de la cité et n’y installât un de ses officiers, Buzan, en 1086. Le sultan, maître de tout l’Orient, accepta que Philarète conservât la seule ville de Mar’aš, mais refusa de lui rendre Édesse, malgré la possible conversion de Philarète à l’Islam. La date de la mort de Philarète nous est inconnue, mais elle dut survenir quelques années plus tard, puisque la ville de Mar’aš, berceau de son État, se trouvait ensuite entre les mains de ses fds avant l’arrivée des Croisés.

35Les échecs successifs de Philarète, après ses brillants succès initiaux, lui interdirent de fonder une principauté qu’il aurait pu transmettre à ses héritiers. Cependant sa résistance face aux Turcs permit aux Arméniens de se regrouper, et certains de ses officiers en profitèrent pour constituer de petites principautés, bien davantage durables que la sienne.

Sources :
Attaleiatès, pp. 132, 301.
Alexiade II, p. 64.
Anonymi auctoris chronicon, pp. 35, 36, 220.
Bryennios, p. 201. Skylitzès Continué, pp. 136. 184.
Zônaras, pp. 692, 693.
Matthieu d’Édesse, éd. Dulaurier, pp. 173-176, 178, 179, 180, 185, 187, 191, 195, 196 ; Dostourian, pp. 241-246, 249, 251-252, 260, 265-266, 270-272, 279, 283.
Michel Le Syrien, éd. J.B. Chabot, pp. 173, 175, 177, 187.
Bar Hebraeus, pp. 228, 229, 231.
Ibn Al Athīr, Recueil des Historiens des Croisades, Historiens Orientaux, t. I, p. 244 ; t. II, Histoire des Atabegs de Mossoul, pp. 14-15.
Sigillographie :
N. Bănescu,[Notes de Sigillographie et de prosopographie byzantines, Bulletin Historique de l’Académie Roumaine, 27, 1946, pp. 44-46.
Kônstantopoulos, Molybdoboulla, n° 387 γ.
Laurent. Vatican, n° 113 (avec un très important commentaire).
Schlumberger, Sigillographie, pp. 311, 312.
Sandrovskaja, Neskol’ko vizantijskih pečatej iz kollekcii Ermitaza (iz istorii armjano-vizantijskih otnosenij XI-XII vv.). Actes du XIV Congrès d’Études Byzantines, t. III, Bucarest, 1976, p. 222.
Sandrovskaja, Brachamios, pp. 36-49.
Sandrovskaja, Catalogue, n° 17.
Sandrovskaja, Sfragislika nos 732 à 735.
V. Tourneur, Quelques bulles byzantines du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque Royale de Belgique. Révue Belge de Numismatique, 86, 1934, pp. 89-92.
Sceau DO 58 106 5670.
Sceau I.F.E.B. 764.
Littérature :
Adontz, Notes arméno-byzantines, pp. 147-148, 151.
J. Hoffmann, Rudimente von Territorialstaaten im byzantinischen Reich (1071-1210), Miscellanea Byzantina Monacensia 17, Munich, 1974, pp. 5-12, 78-80, 133-134.
Honigmann, Oslgrenze, pp. 123, 143-144.
Každan, Les Arméniens, n  7, pp. 26-27. J.
Laurent, Philarète, pp. 61-72.
J. Laurent, Des Grecs aux Croisés, Études sur l’histoire d’Édesse entre 1071 et 1098, Byzantion, 1, 1924, pp. 381-382, 387-389, 393-394, 399-403.
Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, pp. 250-251.
Skoulatos, Personnages, pp. 263-265.
Yarnley, Philarète, pp. 331-353.
Je n’ai pu consulter l’article de V. P. Stepanenko : Gosudarstvo Filareta Varažnuni 1071-1084/86, Antičṇaja drevnost i srednie veka, 12, Sverdlovsk, 1975, pp. 86-103.

14, 15. — N. Brachamioi (fin du XIe siècle)

36Un fds de Philarète dont le prénom ne nous est pas parvenu résidait à Antioche, emprisonné peut-être par son père, alors que ce dernier vivait à Édesse. Il aurait invité Sulaimān de Nicée à contrôler Antioche, ce qui advint le 4 décembre 1084. On peut risquer une conjecture pour expliquer un tel comportement. La famille de Philarète aurait été divisée quant à l’attitude à adopter du fait de son impossibilité à défendre, par ses seules forces, les territoires contrôlés ; les uns auraient préféré se tourner vers le sultan de Nicée, alors que d’autres, dont Philarète, faisaient confiance à Malik-Shah le grand seldjukide, ennemi de Sulaimān.

37Des fils de Philarète, dont peut-être celui qui livra Antioche, occupaient encore Mar’aš et la Montagne Noire en 1097, tandis que les Croisés assiégeaient Antioche, d’après la Chronique Anonyme Syriaque. Ils conservèrent peu de temps cette ville puisqu’elle était aux mains de Richard de Salerne quelques années plus tard.

Sources :
Alexiade
II, p. 64.
Anonymi auctoris chronicon, p. 44.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 8, p. 28.
J. Laurent. Philarète, p. 71.

16, 17. — N. Brachamioi (seconde moitié du XIIe siècle)

38En 1171, lors de l’échange de lettres entre l’empereur Manuel Comnène et le catholikos arménien Narsès, une lettre du catholikos avait été transmise par l’intermédiaire de messagers appelés les Brachamioi par la version grecque de la lettre tandis que la version arménienne est muette sur leur nom. H. Bartikian estime qu’ils appartiennent à la famille byzantine de ce nom, sans présenter d’argument à l’appui de son affirmation. Cette hypothèse n’est pas vraisemblable ; les trois-quarts de siècle de silence sur cette famille ne permettent pas une telle certitude.

Source :
PG,
CXXXIII, col. 213.
Littérature :

  • 90 Je dois cette référence et le texte de l’article à G. Dedeyan que je remercie vivement.

39H. Bartikian, Le rôle de l’higoumène du couvent arménien de Philippopolis Jean Atman dans les négociations religieuses arméno-byzantines à l’époque du Catholikos Nersès IV le Gracieux (1166-1173),90 (en russe), dans Lraber hasarakakan gitutyunneri, 6, 1984, Erevan, p. 81.

Notes

59 Yarnley, Philarète, p. 334.

60 Zônaras, p. 693 ; Skylitzès Continué., p. 136.

61 Laurent, Vatican, p. 116, en particulier la note 5.

62 Sceau de la collection Shaw n° 774.

63 Oikonomidès. Listes de préséance, p. 294.

64 Philarète Brachéôn était stratège de Crète en 1027 : N. Tômadakis ‘O ῞Aγιoς ’Ιωάννης ό Ξεύος ϰα διαθήϰη ατο. Κρητιϰὰ Χρονικ., t. II. 1048. p. 66. Elisabeth Malamut dans « Les îles de la Mer Egée de la fin du XIe siècle à 1204 », Byzantion, 52, 1982, p. 345 identifie Brachéôn avec Brachamios. Bien qu’une telle possibilité ne soit pas paléographiquement exclue, l’auteur n’apporte aucun argument à l’appui de son affirmation.

65 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 335-336.

66 Sceau DO 58 106 5670 (Pl. III n° 22). Le ϰαὶ est fort surprenant, mais ne peut se comprendre que si le graveur du sceau avait aussi la dignité portée par Philarète à inscrire et l’a omise.

67 Sceau de l’Ermitage M 5515.

68 Sceau de l’Ermitage M 8002.

69 Sceaux M 6696 et DO 55 1 3396.

70 Bien entendu, Romain IV n’envoya ni ambassade ni cadeau à Philarète qui était alors un militaire aux ordres de l’empereur. Cette information provenant de Michel le Syrien (p. 173) a été acceptée par J. Laurent (op. cit.) et V. Laurent (Vatican n° 113, p. 117 n. 5). A bien lire le texte de Michel le Syrien, cet auteur fait allusion non pas à Romain IV mais à Nicéphore III Botaneiatès dont on comprend fort bien qu’il ait eu à envoyer une ambassade à Philarète. Certains auteurs modernes dont Yarnley affirment que Philarète était, stratège de Rômanopolis alors qu’il fut promu par Romain IV. Or le texte D’Attaleiatès (p. 132), comme celui très proche, de Skylitztès Continué (p. 136) ne fournissent pas une telle information. Ils rappellent que l’empereur, après avoir atteint Chliat, en venant de Rômanopolis, promut Philarète stratège autokratôr.

71 Cf. infra p. 69.

72 Attaleiatès, p. 301.

73 Zônaras, p. 694 ; Bryf.nnios, p. 101.

74 Attaleiatès, p. 154 ; Zônaras, p. 697.

75 Každan doutait autant de l’interprétation d’Adontz que de celle de Laurent, Les Arméniens, p. 25.

76 Sur Rasile Apokapès. cf. P. Lemerle, Cinq Etudes sur le XIe siècle byzantin : le Testament d’Eustathe Boïlas, Paris, 1977, p. 50-51.

77 Sceau M 3090 ; le sceau édité par Kônstantopoulos n° 387 γ est une pièce parallèle moins bien conservée.

78 Sceau édité par Tourneur (cf. Sources).

79 Sceau inédit de l’ancienne collection Diamanti n" 12, d’après une fiche de V. Laurent.

80 Sceau I.F.E.B. n  764. saint Théodore Image 10000000000001710000003A934B97F7.jpg, au revers légende sur six lignes :
Image 10000000000000E8000000FED1310E35.jpg
Φιλαρέτ ϰουρ[ο]παλ(ά)τ() ϰα στρατ(ο)π [αι]δάρχ() [τ]ν’ Άνατ(ολιϰῶν) [τ] Βραχ(αμί). Le diamètre du sceau est de 25 mm (Pl. III, n° 23).

81 Sceaux M 9916 et Vatican n° 113.

82 Seibt, Die Skleroi, p. 82. Romain Sklèros fut stratopédarque d’Anatolie.

83 Seibt, Die Skleroi, p. 81-82.

84 Bryennios, p. 147.

85 Matthieu d’Édesse, trad. Dostourian, p. 249 : les sept cents hommes de ce corps de troupes furent massacrés jusqu’au dernier.

86 Au début du règne d’Alexis I, les grandes réformes concernant la titulature des principaux dignitaires de l’empire n’étaient pas achevées, et la dignité de sébaste n’impliquait pas nécessairement une parenté avec l’empereur, comme ce deviendra la règle à partir de la fin du règne d’Alexis I.

87 Alexiade I, p. 131.

88 Ces menaces, en dehors des difficultés de communication entre Antioche et Constantinople, rendent peu recevable selon nous l’information de Michel Le Syrien à propos du voyage qu’aurait accompli Philarète à Constantinople après 1078.

89 Michel Le Syrien, éd. J.-B. Chabot, p. 173. La liste de l’Anonyme Syriaque, p. 35, est semblable mais moins complète : Philarète contrôlait Séleuc.ie, Tarse, Anazarbè, Mélitène et Antioche, ainsi que tous les territoires dépendant de ces villes.

90 Je dois cette référence et le texte de l’article à G. Dedeyan que je remercie vivement.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.