Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études prosopographiques

 | 
Jean-Claude Cheynet
, 
Jean-François Vannier

Première partie : Trois familles du duché d'Antioche

La famille Bourtzès

Texte intégral

  • 1 Cette hypothèse, qui semble la plus satisfaisante, a déjà été formulée par P. Peeters, Sainte Sasou (...)
  • 2 N. Oikonomidès. Listes de préséance, p. 362. Bourzô était située sur le fleuve Akampsis, à l’est du (...)
  • 3 Si une famille, originaire de Bourzô, avait, à partir de ce nom de lieu, formé son patronyme, celui (...)
  • 4 P. Charanis, Les Arméniens dans l’empire byzantin, Lisbonne, 1963, p. 45.
  • 5 Une partie de la population d’Antioche était d’origine arménienne : Yahya II, p. 378. Une garnison (...)

1Cette famille fit son apparition dans l’histoire byzantine au Xe siècle avec Michel Bourtzès le conquérant d’Antioche, c’est-à-dire beaucoup plus tardivement que d’autres grandes familles d’Asie Mineure, les Mélissènoi, les Sklèroi, les Phôkadés, les Maléïnoi. Ses origines restent obscures. Deux hypothèses ont été avancées à propos de la formation de ce patronyme. L’une le fait venir de l’arabe bourdjy1, c’est-à-dire l’habitant de la tour, qui n’est autre que le grec πύργος passé en arabe. L’autre hypothèse rapproche le nom de Bourtzès de la forteresse de Bourzô-Sôtèroupolis2, mais le rapport entre les deux noms n’est pas établi3. Cependant, partant de cette hypothèse, plusieurs auteurs. Adontz, Charanis, Každan ont estimé que la famille des Bourtzai était d’origine arménienne. Charanis ajoute deux éléments à l’appui de cette affirmation. Le prénom arménien Bardas est porté par des membres de cette famille, et d’autre part, Michel Bourtzès vient renforcer le rebelle Sklèros à la tête de troupes arméniennes4. Aucun de ces arguments n’est recevable. Le prénom de Bardas n’apparaît que tardivement, au xiie siècle, et il a été introduit par l’une des familles auxquelles se sont alliés les Bourtzai. A l’inverse, les prénoms portés par les premiers membres de la famille qui nous soient connus, Michel. Constantin, Théognoste, sont typiquement grecs. Une Michel Bourtzès ait conduit des Arméniens ne doit pas surprendre. De nombreuses troupes arméniennes stationnaient en garnison dans le duché d’Antioche5 et ce l’ait ne permet pas d’induire l’origine ethnique du duc d’Antioche. Nous retiendrons donc plutôt la première hypothèse, sur l’origine arabe de la famille Bourtzès, bien qu’aucun texte byzantin ne permette de trancher définitivement la question.

2Il faudrait donc voir dans les ancêtres des Bourtzai des Arabes passés au service de l’empire, à une date qu’on ne peut préciser. Toutefois, lorsque Michel Bourtzès apparaît, il est d’emblée associé aux activités de la plus haute aristocratie byzantine, celle des Phôkadés et des Maléïnoi plus particulièrement. De plus, sa famille est établie solidement dans le thème des Anatoliques. Ces deux constatations plaident pour une installation déjà ancienne, vieille sans doute de plusieurs générations.

  • 6 Yahya II. p. 373, explique qu’après sa défaite devant Sklèros. Michel Bourtzès s’est retiré dans un (...)
  • 7 Yahya II, p. 438.
  • 8 Cf. infra Na Bourtzaina n° 16.

3L’enracinement provincial de cette famille est double, dans la province des Anatoliques, et dans celle d’Antioche. Dans les Anatoliques, les Bourtzai possédaient des biens patrimoniaux6. L’installation des Bourtzai dans cette province est attesté durablement : un Michel Bourtzès en fut le stratège au milieu du XIe siècle et c’est encore un Bourtzès qui défendit avec vigueur la région contre les Turcs en 1081. La famille des Bourtzai acquit également des biens dans la région d’Antioche, en récompense du rôle joué par Michel Bourtzès dans la conquête de cette région : les empereurs le remercièrent à coup sûr en lui accordant des propriétés. Michel Bourtzès possédait déjà sous Basile II la forteresse d"Imm7. La présence des Bourtzai dans la région se maintint au moins jusqu’au milieu du xie siècle8.

4Pendant les Xe et XIe siècles, cette famille compte presque exclusivement des militaires, comme le démontrent les fonctions de stratèges, catépans, ducs, exercées par ses membres et les motifs iconographiques de leurs sceaux conservés, représentant des saints militaires : Théodore, Georges, Démétrius.

5Face à la conquête turque, les Bourtzai adoptèrent les deux attitudes prises par ceux de l’aristocratie byzantine qui ne voulurent pas se soumettre aux Turcs : la résistance ou le passage en Europe. En 1081, une branche des Bourtzai combattait sur ses terres des Anatoliques, pendant que d’autres Bourtzai, s’étant sans doute joints à la révolte de Nicéphore Mélissènos, recevaient la récompense de leurs services rendus, sous forme de terres données dans la région de Thessalonique.

6La famille des Bourtzai ne put malgré tout garder sa place au premier rang de l’aristocratie. Cet effacement progressif au cours du xie siècle se discerne dans les rapports avec la famille Mélissènos avec laquelle les Bourtzai avaient noué des liens de parenté, comme l’attestent l’allusion aux ancêtres du côté des Bourtzai de Nicéphore Mélissènos, et la présence dans les deux familles du prénom devenu assez rare à cette époque de Théognoste. A la fin du Xe siècle, Michel Bourtzès est sur un pied d’égalité avec Léon Mélissènos, et son appui est recherché par Bardas Sklèros révolté. En 1056 encore, un autre Michel Bourtzès compte parmi ceux qui créent Isaac Comnène empereur. A la fin du XIe siècle, les Bourtzai sont devenus les obligés de Nicéphore Mélissènos qui leur concède des terres près de Thessalonique. L’absence de liens avec la famille impériale des Comnènes, à la différence des Mélissènoi, illustre et confirme la dégradation du rang des Bourtzai. Au xiie siècle, la famille a encore une position honorable, puisque Elias Bourtzès est un membre de la cour impériale et son frère Georges un métropolite, mais elle n’a pas d’éclat particulier.

7Nous connaissons de nombreux membres de cette famille jusqu’au début du xiiie siècle, mais il n’est pas possible de construire un schéma vraiment complet des liens familiaux qui unissaient les différents Bourtzai. Il y a eu, semble-t-il, plusieurs branches issues du premier Michel Bourtzès. Conformément à la tradition byzantine en vigueur à cette époque, l’aîné des petits-fils porte le prénom du grand-père paternel ; en conséquence, si chacun des fils de Constantin Bourtzès (n° 5) a eu lui-même un fils, il s’est appelé Constantin, et à cette génération nous pouvons avoir trois homonymes qui étaient cousins germains. Les prénoms les plus représentatifs de cette famille sont Michel et Constantin et il est particulièrement difficile de distinguer les différents porteurs de ces prénoms : on risque alors, soit de dénombrer plus de Bourtzai qu’il n’y en eut réellement, soit d’attribuer à un même personnage les activités de plusieurs. Lorsque des homonymes sont connus par des sceaux, nous avons adopté le principe suivant pour l’étude des trois familles : lorsque des sceaux portent des motifs iconographiques différents, ils correspondent à des propriétaires distincts.

1. — Michel Bourtzès (circa 930/935 - post 996)

  • 9 Plusieurs éléments concourent à avancer celle fourchette de dates, a) Nicéphore Phôkas ne peut avoi (...)
  • 10 Adontz-Canard, Abū Firās, p. 158-459. Abū Firās cite, dans la liste des Byzantins célèbres qui ont (...)
  • 11 Rappelons qu’Abū Firās écrivit ses poèmes lorsqu’il fut prisonnier à Constantinople, sous Nicéphore (...)
  • 12 Canard, Les Hamdanides, p. 801.

8Il fut le premier membre de la famille à s’illustrer dans l’empire. Sa date de naissance est inconnue, mais on peut estimer qu’elle se situe autour de 930-9359. Il servit dès son plus jeune âge en Orient, et ses premiers exploits auraient trouvé un écho dans les poésies d’Abū Firas10. On ignore quelles actions pouvaient valoir à Michel Bourtzès sa notoriété11, sa haute dignité de patrice, et quel échec retentissant il aurait subi, autorisant Abū Firas à l’inscrire au nombre des chefs byzantins battus par l’émir d’Alep. On aurait pu penser à un stratège Michel, connu en 960, qui exerçait un commandement en Anzitène en compagnie d’un certain T’orniq et défendait la forteresse de Hiçn Dhîl Qarnain. Ce Michel fut battu par Naja le lieutenant de Sayf ad Dawla12. La rareté relative du prénom Michel parmi les militaires de l’époque rendrait l’identification fort vraisemblable ; malheureusement en 960 ce Michel était déjà patrice, alors que Bourtzès ne le fut qu’en 968. Il semble donc qu’il faille distinguer ces deux Michel à moins que la source arabe ait désigné Michel par une dignité qu’il obtint seulement ultérieurement.

  • 13 La dignité de patrice accompagnant la fonction plutôt modeste de taxiarque est surprenante, puisque (...)
  • 14 Le millier d’hommes correspond en effet à l’effectif placé sous les ordres d’un taxiarque. Oikonomi (...)
  • 15 Selon Skylitzès p. 272, Michel Bourtzès aurait bénéficié de la trahison d’un Sarrazin nommé Aulax. (...)
  • 16 Eustathe fut nommé stratège d’Antioche et de Lykandos : W. B. R. Saunders, The Aachen reliquary of (...)

9En 968, taxiarque, promu au rang de patrice13, il fut nommé par l’empereur Nicéphore Phôkas stratège du Mauron Oros et tint garnison à Baghras avec mille hommes14. Sa mission consistait, sous les ordres du stratopédarque Pierre, en l’absence du basileus, à surveiller la forteresse d’Antioche gouvernée par Az-Zoughaïli et à empêcher qu’elle pût être ravitaillée. Les troupes byzantines ne devaient tenter aucune attaque contre la ville, et attendre les renforts conduits par l’empereur en personne. Cependant Michel Bourtzès, observant que la ville était mal gardée, prépara des échelles adaptées à la hauteur des murs, et en compagnie d’Isaac Brachamios escalada de nuit l’enceinte située sur la colline dominant la ville et qui était dépourvue de défenseurs15. Grâce à cet exploit, le reste de l’armée byzantine, sous les ordres du stratopédarque Pierre et d’Eustathe Maléïnos, le stratège de Cappadoce, entrèrent à Antioche le 28 octobre 969. Michel Bourtzès et Isaac Brachamios partirent ensuite à Constantinople annoncer à l’empereur cette victoire considérable. Nicéphore Phôkas ne manifesta pas la satisfaction que Michel Bourtzès était en droit d’attendre de son exploit : il resta patrice et n’obtint aucun avancement en dignité, et il ne fut pas nommé à la tête de la ville qu’il venait de conquérir car l’empereur choisit d’y installer son parent Eustathe Maléïnos16. Il n’est donc pas surprenant de le retrouver avec un groupe de militaires aux côtés de Jean Tzimiskès lors du coup d’Etat qui se déroula dans la nuit du 10 au 11 décembre où périt Nicéphore Phôkas.

  • 17 Le tremblement de terre est postérieur à l’attaque d’Antioche par les Égyptiens de Foutouh : or les (...)
  • 18 L’auteur de la Vie du Patriarche Christophore précise, p. 361, que le coupable, Ibn Doughama, séjou (...)
  • 19 Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 253.
  • 20 Yahya II. p. 351. L’éditeur donne en apparai critique le texte de Cheikho.
  • 21 G. Schlumberger, L’Épopée byzantine, p. 223, considère aussi que Michel Bourtzès était gouverneur d (...)
  • 22 Léon Diacre, p. 95 ; Skyilitzès, p. 284.
  • 23 Yahya II, p. 350. On peut aussi noter que Michel Bourtzès n’est jamais cité à l’occasion des campag (...)
  • 24 Michel Bourtzès ne dépassa pas ce rang de magistre, qui était le plus haut qu’un Byzantin pût espér (...)

10Au cours de l’été 971, Michel Bourtzès se trouvait de nouveau à Antioche. Avec le concours de douze mille ouvriers, il releva les murailles de la ville abattues par un tremblement de terre17, et il châtia le dernier des responsables de la mort du patriarche Christophore18. En dépit de ces activités qui correspondent à celle d’un gouverneur d’Antioche, Michel Bourtzès n’a pas été considéré comme tel par les auteurs modernes, qui ne connaissent du reste aucun gouverneur de la ville au temps de Jean Tzimiskès19. Cette interprétation vient du texte et de la traduction adoptés par l’édition Kratchkovsky, qui impliquent que Jean Tzimiskès ait envoyé Michel Bourtzès à la tête de 12 000 ouvriers. Il est déjà surprenant de voir un des généraux les plus notables de l’époque commander des ouvriers. En fait, l’édition Cheikho, qui s’appuie sur plusieurs manuscrits, dont l’un, celui de la Bibliothèque Nationale de Paris, est considéré comme très bon, donne la solution à ce problème. Selon ce texte, Jean Tzimiskès a envoyé les ouvriers à Michel Bourtzès qui était déjà sur place20. Il nous semble donc que Michel Bourtzès a été renvoyé à Antioche par Tzimiskès, dont les chroniqueurs rapportent qu’il a changé massivement tous les titulaires de postes importants21 pour les remplacer par des hommes à lui comme Michel Bourtzès22. Aussi doit-on penser que Michel Bourtzès défendit la ville lors de la contre-offensive musulmane menée par Foutouh en 970-97123. Il fut muté avant la fin du règne de Tzimiskès, puisqu’en 976 il était duc d’un tagma sous les ordres de Basile Sklèros. A la mort de l’empereur, le parakoimomène Basile Lécapène, qui exerça le pouvoir effectif pour le compte des princes porphyrogénètes Basile II et Constantin VIII, jugea bon d’éloigner Michel Bourtzès de l’influence de Bardas Sklèros qu’il soupçonnait de toujours songer à la révolte. Basile nomma Michel Bourtzès duc d’Antioche, et le promut magistre24, espérant ainsi s’assurer sa fidélité. Selon les ordres qu’il avait reçus, Michel Bourtzès lança un raid contre les Musulmans de la région de Tripoli et revint avec un important butin. Il regroupait des troupes pour lancer un nouveau raid, lorsque lui parvinrent de nouveaux ordres : il devait avec Eustathe Maléïnos, gouverneur de Tarse, s’opposer à Bardas Sklèros qui s’était révolté.

  • 25 Les raisons du ralliement ne sont pas claires. Peut-être ne fut-il pas spontané, car il eut lieu se (...)

11Ils firent route, rejoignirent le stratopédarque Pierre et furent battus par Sklèros à la bataille de Lykandos, à la fin de 976. Michel Bourtzès s’enfuit l’un des premiers ; aussi certains le soupçonnèrent-ils d’être en réalité favorable à Sklèros. Avant de quitter Antioche cependant, Michel Bourtzès avait laissé à son fils des instructions secrètes pour remettre la ville au Patrice Kouleib, alors du parti des impériaux. Mais Michel Bourtzès, une fois retiré sur ses terres des Anatoliques, rallia la cause du prétendant25, sans doute au printemps de 977. Il ne fut pas plus heureux sur le plan militaire en combattant pour Sklèros, car, en compagnie de Romain Tarônitès, il fut battu par le protovestiaire Léon, lors du combat engagé pour s’assurer la possession du tribut annuel envoyé par les Alepins. Lorsque la nouvelle se répandit que Bardas Phôkas était le nouveau chef des armées impériales opposées à Sklèros, Michel Bourtzès déserta la cause de ce dernier pour rallier de nouveau et définitivement le camp impérial au printemps 978. Curieusement, pendant dix ans, nous ne savons plus rien de lui, alors que tant d’événements bouleversèrent l’empire. On retrouve Bourtzès chargé d’arrêter Léon Phôkas qui, après la mort de son père Bardas, s’obstinait encore à garder la forteresse d’Antioche, opération que Michel Bourtzès mena avec l’aide des habitants en novembre 989. Il regagna Constantinople pour y ramener Léon Phôkas. Après cette ultime information, les sources grecques ignorent le destin ultérieur de Michel Bourtzès.

  • 26 Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 233.
  • 27 Seibt, Die Skleroi, p. 63-64.
  • 28 Ainsi, en 994, Léon Mélissènos, qui collaborait avec Michel Bourtzès, était magistre lui aussi : Ya (...)
  • 29 Seule une nouvelle documentation, qui ne pourrait provenir que de la sigillographie, permettrait d’ (...)
  • 30 Canard. Les Hamdanides, p. 688.
  • 31 Les chiffres de combattants donnés par les auteurs arabes sont invraisemblables pour l’armée byzant (...)
  • 32 Yahya II, p. 438, confirme la prise de la forteresse.
  • 33 Ce meilleur récit de ces événements a été donné par Canard. Les Hamdanides, p. 697-703.

12Les sources arabes et Asolik de Tarôn nous font connaître la suite de sa carrière, mais les informations fournies par ces auteurs sont difficilement compatibles. Deux possibilités ont été retenues dans la littérature moderne. V. Laurent estime que Michel Bourtzès fut nommé gouverneur d’Antioche dès novembre 989 après la fin de la rébellion de Léon Phôkas26, tandis que W. Seibt pense qu’il n’a obtenu ce poste qu’en 99227. W. Seibt s’appuie sur un texte d’Asolik de Tarôn qui implique, selon lui, que Romain Sklèros ait été duc d’Antioche en 991, en dépit de l’affirmation d’Ibn Zāfir que le gouverneur de l’époque s’appelait Bourtzès. Le texte d’Asolik est en fait imprécis, et si le titre de magistre porté par Romain Sklèros interdit qu’il ait eu commandement subalterne, il n’était pas nécessairement duc d’Antioche ; il pouvait commander des tagmata impériaux, comme domestique ou stratopédarque, ou être le second des troupes de Bourtzès28. Nous admettons donc que Bourtzès a pu être duc depuis 989 — sans que la question puisse être définitivement tranchée29—. En conséquence, nous pensons que Michel Bourtzès est le gouverneur d’Antioche qui secourut le Hamdanide Sa’ad ad-Dawla menacé par Bakğur, allié des Fatimides. Avec une armée de Grecs et d’Arméniens envoyés par Michel Bourtzès, et avec ses propres troupes, en tout six mille hommes30, Sa’ad ad-Dawla l’emporte le 10 mai 991 mais il mourut peu après. Michel Bourtzès dut faire face de nouveau aux armées fatimides qui ambitionnaient de s’emparer d’Alep, alors alliée et tributaire des Byzantins. Bourtzès fut donc obligé de secourir les Hamdanides d’Alep contre les entreprises de Manğutikīn, le chef militaire envoyé par le calife fatimide Al Aziz. L’historien d’Alep Kamāl-ad-Dīn est notre source la plus complète sur ces événements. Durant l’été 992, Manğutikīn, dont l’ambassadeur avait été emprisonné, assiège sévèrement Alep. Michel Bourtzès tenta de dégager la ville, mais fut repoussé lors d’un combat à Sidèrogéphyra31. Manğutikīn le poursuit et prend la forteresse d’Imm32 près d’Antioche où se trouvait son propre neveu. Lors du siège d’Antioche, Michel Bourtzès réussit à repousser l’ennemi, qui emmena cependant, dans sa retraite, un important butin. A l’occasion de ce siège, les Musulmans de Laodicée s’étaient soulevés et Bourtzès réduisit leur révolte. Durant l’année 993, les adversaires se préparèrent pour une nouvelle rencontre qui eut lieu l’année suivante. Michel Bourtzès sortit d’Antioche sur ordre de Basile II pour soutenir les Alepins de nouveau assiégés par Manğutikīn. Il était renforcé par Léon Mélissènos et par des contingents alepins qui le poussaient à engager le combat, alors que Bourtzès, impressionné par le nombre des adversaires, aurait voulu l’éviter, en profitant de la protection fournie par le fleuve Oronte qui séparait les deux armées. L’avis des Alepins prévalut, et dans la bataille qui suivit, connue sous le nom de « bataille du gué de l’Oronte », les Byzantins furent totalement battus, le 15 septembre 994, et auraient perdu cinq mille soldats tués33. En conséquence, les Alepins implorèrent l’appui de Basile II, qui vint lui-même dégager leur ville. L’empereur était présent à Antioche dès le 5 mai 995 et l’annonce de son arrivée décida Manğutikīn à lever le siège précipitamment sans même combattre. Au retour de sa campagne en Orient à l’automne 995, Basile II destitua Michel Bourtzès de sa charge, irrité qu’il était de son comportement. Il confia alors le duché d’Antioche au patrice Damien Dalassènos. Le sort ultérieur de Michel Bourtzès ne nous est pas connu, mais il est douteux qu’il ait occupé d’autres postes officiels, ayant atteint alors soixante ou soixante-cinq ans.

  • 34 A. Szemioth-T. Wasilievski, Sceaux byzantins du Musée National de Varsovie, Studia zrodloznawcze. C (...)
  • 35 Yahya d’Antioche. éd. Cheikho, p. 474.
  • 36 Skylitzès, p. 483 ; Zônaras, p. 654.
  • 37 En particulier si on compare son sceau avec celui de Romain Sklèros : Laurent, Gouverneurs d’Antioc (...)

13Un sceau a été attribué à Michel Bourtzès, celui de Michel magistre et catépan d’Antioche, édité par Szemioth et Wasilievski34. Trois Michel commandèrent à Antioche, Bourtzès, Spondylès sous Constantin VIII et Ouranos sous Michel VI. Les auteurs estiment qu’on peut rejeter les deux derniers sous prétexte qu’ils sont appelés ducs et non catépans par les chroniqueurs byzantins. Cet argument est sans valeur puisque les deux titres sont équivalents. Ainsi Yahya d’Antioche qualifie-t-il Spondylès de catépan35. La dignité de magistre portée sur le sceau n’apporte pas non plus d’élément décisif puisque Michel Ouranos avait reçu cette dignité lorsqu’il devint duc36. La dignité portée par Spondylès ne nous est pas connue, mais rappelons que Constantin VIII, qui s’appuyait volontiers sur les eunuques du palais, avait accordé la haute dignité de proèdre à trois d’entre eux et il est probable que Spondylès, chargé par cet empereur du commandement d’Antioche, a pu obtenir la dignité inférieure de magistre. Les caractères épigraphiques larges et trapus invitent à dater le sceau des années 1030-1060 et donc à rejeter l’attribution proposée à Michel Bourtzès, sans permettre toutefois de choisir entre Spondylès et Ouranos, même si ce dernier a notre préférence37.

Sources :
Skylitzès, p. 271-273, p. 279, p. 314-315, p. 319-321, p. 324, 371, 377.
Léon Diacre, p. 81-85.
Zônaras, p. 542.
Asolik de Tarôn, p. 147.
Yahya I, p. 816, 822-823, 825, 829 ; II, p. 351, 372-373, 428, 438-441, 444. Vie du patriarche melkite d’Antioche Christophore, éd. M. Zayyat, Proche-Orient chrétien II, 1952, p. 355-356.
Kamal ad Dīn, Ibn al ‘Adīm, Ibn Zāfir, Ibn al Athīr, Tagriberd, sont cités d’après les extraits donnés dans V. Rozen, Imperator Vasilij, p. 233, note a, p. 242-246, p. 250-251, p. 257-261.
Abū Šuğa ; H. F. Amedroz - D. S. Margoliouth, The Eclipse of the Abbasid Caliphate of the Fourth Islamic Century, Oxford, 1920-1921, t. VI, p. 221, 229-230.
Littérature :
Canard. Les Hamdanides, p. 688, 698, 702-703, 832, 837, 856.
Adontz - Canard, Abū Firās.
Felix, Bgzance et l’Islam, p. 74-75, n. 94.
Honigmann, Ostgrenze, p. 94, 103, 105-106.
Každan, Les Arméniens, n° 1, p. 85.
Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 229-231, 233-234.
Seibt, Die Skleroi, p. 63-64.

2. — Na Bourtzaina (seconde moitié du Xe siècle)

14Sœur de Michel Bourtzès n° 1, elle n’est connue qu’indirectement par la mention de son fils, le neveu du côté maternel du duc d’Antioche. Ce neveu se réfugia en 992 dans la forteresse de ‘Imm, poursuivi par Manğutikīn à la tête des troupes fatimides, qui s’empara de la forteresse et du neveu. N. Adontz a avancé l’hypothèse que ce neveu serait Romain Sklèros, et qu’en conséquence sa mère aurait épousé Bardas Sklèros. Il s’appuie sur le texte d’Asolik de Tarôn dont nous avons déjà parlé à propos de la résistance de Romain Sklèros dans la montagne face au même Manğutikīn. Rien ne permet d’affirmer qu’il s’agit du même épisode que la prise de ‘Imm. Au contraire, s’agissant de Sklèros, Asolik ne fait pas allusion à l’échec de celui-ci, alors que nous savons par Kamāl ad Dīn que le neveu de Bourtzès a été capturé avec toute sa troupe. L’hypothèse est ingénieuse, mais sinon douteuse, au moins invérifiable.

Source :
Kamāl ad Dīn, Histoire d’Alep, V. Rosen, p. 249.
Littérature :
Adontz, Notes Arméno-byzanlines, p. 362, note 36.
Seibt, Die Skleroi, p. 63-64.

3. — N. Bourtzès (fin du Xe siècle)

15Fils aîné de Michel Bourtzès n° 1 ; son père le chargea de garder la ville d’Antioche pendant que lui-même faisait campagne contre Bardas Sklèros en 976. On peut difficilement admettre qu’il s’agisse de Constantin n° 4, car en 1025 ce dernier aurait été au moins septuagénaire et dans ce cas on voit mal quel danger il aurait pu représenter pour Constantin VIII et pourquoi alors l’empereur aurait jugé utile d’aveugler Constantin Bourtzès.

Source :
Yahya
II, p. 373.

4. — Constantin Bourtzès (?-post 1025)

  • 38 Il n’est pas impossible que Michel Bourtzès n  1 ait pu se marier deux fois, ce qui pourrait expliq (...)
  • 39 Sous Romain III. la liste des gouverneurs d’Antioche est complète jusqu’en 1032, et à cette date Co (...)

16Il est le fils de Michel n° 1, donc frère selon nous de N. Bourtzès n° 338. On ne sait rien de lui jusqu’en 1025-1026 ; c’était l’un des conseillers écoutés de Basile II, qu’il avait mis en garde contre le mauvais comportement de son frère Constantin VIII. Ce dernier devenu empereur se vengea en le faisant aveugler dès le début de son règne. D’après un sceau du Musée d’Antioche, V. Laurent pense que Constantin Bourtzès avait été auparavant duc d’Antioche. La reproduction photographique du sceau laisse bien lire le prénom de Constantin, en dépit de l’état médiocre des lettres, et effectivement la liste des gouverneurs d’Antioche est incomplète après le départ de Nicéphore Ouranos. Mais il semble impossible qu’il s’agisse de notre Constantin n° 4, car ce sceau lui attribue la dignité de magistre ; or lorsqu’il fut aveuglé, il n’était que patrice. Si après son aveuglement on peut concevoir qu’il ait été promu magistre par le successeur de Constantin VIII, il est impensable que le poste de duc d’Antioche ait été occupé par un aveugle39.

Deux sceaux attribuables à Constantin Bourtzès ont été conservés, l’un dans la collection Shaw, l’autre dans celle de Dumbarton Oaks. A l’avers est, représentée une croix patriarcale sur trois ( ?) degrés, avec des fleurons issant dans le champ, et au pourtour l’inscription habituelle : Image 10000000000002660000003AFB81E212.jpgAu revers, la légende précédée d’une croisette est inscrite sur cinq lignes :

Image 10000000000000D900000116B2B0FDD2.jpg

+ Κωνσταντίν(ῳ) πατριx [ῳ] τ(ῷ) Βόυρτζᾐ.

17Le diamètre du sceau est de 22 mm. Il est datable de la fin du Xe siècle ou du début du XIe siècle. En effet la croix patriarcale ne se rencontre que de façon tout à fait exceptionnelle après le règne de Basile II. On notera que le sceau du Musée d’Antioche porte un motif différent, celui d’un saint militaire ; on l’attribuera à un autre Constantin Bourtzès plus tardif. En autre sceau du British Museum pourrait lui être attribué, mais l’absence d’une description précise interdit toute certitude, car la titulature donnée par le sceau — patrice et stratège peut convenir aux autres Constantin Bourtzès du xie siècle.

  • 40 Ces trois frères sont connus seulement comme les petits-fils de Michel Bourtzès n° 1, mais puisque (...)

18Constantin est le père probable de Michel, Théognoste et Samuel40.

Sources :
Skylitzès
, p. 371.
W. de Gray-Birch, Catalogue of Seals in the Department of Manuscripts in the British Museum, Londres. 1898, n° 11748. Sceaux Do 58 106 4304 (Pl. I. n° 1) et Shaw 1027.
Littérature :
Guilland, Patrices du règne de Basile II, p. 96.
Každan, Les Arméniens, n  2.
Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 237.

5. — N. Bourtzès (fin Xe siècle)

19A Erzerum, l’ancienne Théodosioupolis, est gravée sur la porte dite grégorienne une inscription fort endommagée. Elle cite un personnage au patronyme partiellement conservé : βουρ... La longueur de la lacune n’est pas connue avec exactitude, aussi ne peut-on avoir de certitude pour compléter le patronyme, mais Bourtzès conviendrait le mieux. De plus, cette inscription est proche d’une autre consacrée à Domain Dalassènos : on retrouverait alors la même association des Bourtzai et des Dalassènoi qu’à Antioche. La date est complète selon Adontz et se lirait 5500, soit 991-992. Il ne pourrait s’agir de Michel Bourtzès, à cette date duc d’Antioche. Nous ignorons si ce Bourtzès exerçait une fonction. Il ne peut s’agir d’un duc ou catépan d’Ibérie, ce duché n’existant pas encore — si la date a été bien lue.

Source :
L’inscription de Théodosioupolis est citée à propos de l’étude sur les Dalassènoi de Adontz, Notes Arméno-byzanlines, p. 171, et reprise dans C.M. Bartikian, Βυζάντιον ες τάς άρμενιxάς πηγάς, Thessalonique. 1981, p. 135. L’auteur propose de lire Bourtzès.

6. — N. Bourtzès (circa 1030)

20Un jugement inséré dans la Peira nous fait connaître le « fils de Bourtzès », coupable du crime de lèse-majesté, et dont la fortune fut confisquée. Son père mourut, léguant par testament sa fortune à ses trois enfants. Le juge Eustathe, alors vestès, ordonna que la partie des biens paternels dont héritait ce fils de Bourtzès allât au fisc. De la même manière, le fisc devait se substituer au coupable, lorsque l’éventualité d’un héritage provenant de sa mère, ou provenant d’un de ses frères mort intestat se présenterait.

21Pour identifier ce Bourtzès, nous ne disposons que de ces seuls éléments : un père qui a trois héritiers, dont l’un s’est révolté, et cela à l’époque où Eustathe n’est encore que vestès, c’est-à-dire avant 1030. On pense immédiatement aux trois petits-fils de Bourtzès n° 1, qui ont comploté contre Romain III en 1029. Or le texte de la Peira affirme qu’un seul des Bourtzès est impliqué dans le jugement et a subi la confiscation ; tandis qu’il est clair qu’en 1029, les trois frères furent condamnés ensemble. Ceci nous semble mettre hors de cause Michel n° 8 et ses frères.

22Pourrait-il s’agir de Constantin n° 5 leur père ? Lui aussi avait été accusé de complot en 1025 par Constantin VIII et rien n’interdit qu’il ait eu deux frères ou sœurs. Cependant, le jugement précise que le père de l’accusé était encore vivant au moment du complot du fils ; il est donc virtuellement impossible qu’il s’agisse de Michel Bourtzès n" 1, lequel serait né, nous l’avons vu, vers 930-935. D’autre part, la mère de l’accusé est vivante elle aussi : ici l’argument précédent est moins pertinent, car il pourrait bien s’agir de la femme de Michel n° 1 dans le cas d’un mariage tardif ou d’un remariage.

Source :
Peira :
Zepos, J.G.R., IV, titre 60, p. 231.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 2a, p. 86.

7. — Constantin Bourtzès (milieu du XIe siècle)

Ce personnage nous est connu seulement par ses sceaux, tous au motif de saint Démétrius. Le premier d’entre eux, conservé seulement dans la collection Zacos porte saint Démétrius en buste (Image 10000000000000B400000024693920D9.jpg) avec une inscription circulaire + Image 10000000000000C200000036E847C460.jpg... Au revers, la légende précédée d’une croisette est inscrite sur cinq lignes :

Image 10000000000000BF000001234C6826A9.jpg

+ Κωνσταντί(ν) ξιάρχ() τ Βούρτζ().

23Le diamètre du sceau est de 23 mm.

  • 41 Sceau n° 440 du fonds Seyrig de la Bibliothèque Nationale de Paris (encore inédit).

24C’est la première mention de la fonction d’axiarque, dont la lecture est cependant assurée. Elle est aussi attestée sur d’autres sceaux encore inédits, conservés à Dumbarton Oaks. D’après son nom, cette fonction semble parente de celle de catépan des dignités et pourrait désigner un responsable chargé par l’empereur de la distribution des dignités. Cependant, la mention d’un axiarque d’Iconium41 interdit une telle hypothèse. Peut-être y a-t-il équivalence entre axiarque et taxiarque ?

25Un second sceau, qui fit jadis partie de la collection Pozzi-Kapamadji, porte saint Démétrius en pied, avec au pourtour l’invocation habituelle Κύριε βοήθει τ σ δούλ. La légende est inscrite sur six lignes :

Image 100000000000041200000040D02B0D81.jpg

Κύριε βοήθει τ σ δούλ Κωνσταντίν σπαθαροκανδιδάτ καì τοποτηρηττ Βούρτζ.

Le dernier sceau attribuable à Constantin Bourtzès porte aussi le motif de saint Démétrius à mi-corps, avec de beaux cheveux bouclés (Image 100000000000011500000031A0940F33.jpg). Au revers, la légende est inscrite sur cinq lignes :

Image 10000000000000BC00000101D5D4C1B2.jpg

Κων(σταντνος) [μ](ά)γιστρ(ος) [π]λ(ι)τάρ[χ(ης)] Βούρτζης.

26Le diamètre du sceau est de 31 mm. La dignité de magistre implique que ce sceau soit nettement postérieur aux précédents, compte tenu de la distance qui sépare cette dignité de celle de spatharocandidat. Cependant les caractères épigraphiques ne permettent pas de le dater bien au-delà du milieu du XIe siècle. La fonction exercée — dont la lecture m’a été suggérée par W. Seibt que je remercie — apparaît pour la première fois en sigillographie. L’hoplitarque ou archègétès commandait l’infanterie d’une armée en campagne ou d’une grande région de l’empire et avait des taxiarques sous ses ordres.

Sources :
Sceau de la collection Zacos.
Sceau de l’ancienne collection Pozzi-Kapamadji n° 17.
Sceau de l’I.F.E.B. n° 911 (Pl. I n° 2).

8. — Michel Bourtzès (floruit 1030-1060)

Petit-fils de Michel Bourtzès n° 1, il eut deux frères, Théognoste et Samuel. Il complota avec eux en faveur de Constantin Diogène contre Romain III en 1029. Le complot fut découvert et ils furent sévèrement battus, ignominieusement promenés dans la Mésè et envoyés en exil. Cependant Michel Bourtzès fut rappelé d’exil et poursuivit son ascension sociale : deux sceaux inédits conservés à l’Institut Français d’Études Byzantines nous font connaître les étapes suivantes de sa carrière. Sur le premier, saint Michel est représenté en buste, tenant le sceptre en main droite et le globe en main gauche (Image 10000000000000AD0000002F81195E14.jpg). La légende est inscrite sur cinq lignes :

Image 10000000000000D1000000FCA98A4C87.jpg

[Μι]χα λ] [θυπά [τ()] xα στρατ(η)[γ] τ Βούρτζη.

27Le diamètre du sceau est de 20 mm. La lecture du prénom est douteuse sur cet exemplaire, mais dans la collection Zacos un sceau de Michel anthypatos et stratège, sans doute une pièce parallèle, nous semble la confirmer.

28Sur le second plomb, saint Michel est représenté en pied mais le sceau étant fort rogné, l’invocation au pourtour est presque totalement oblitérée. La légende est inscrite sur cinq lignes, dont la première est mal conservée :

Image 10000000000001240000010B326EAF5F.jpg

Μιχ[αὴνθυπ(άτ) πατρικ(ί) στρ[ατ]ηλάτ τ Βούρτζ[].

  • 42 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 332.

29Le diamètre est de 28 mm. La dignité de patrice qui accompagne la fonction de stratèlatès interdit de voir en Michel Bourtzès un simple soldat du tagma du même nom, mais plutôt le chef de ce tagma42.

  • 43 Nous ne différencions pas le Michel Bourtzès de 1029 de celui de 1056, à la différence de A. Každan(...)
  • 44 Ces renseignements sont fournis par un sceau inédit de la collection Zacos, sur lequel on peut lire (...)

30En 1056, devenu vestarque, Michel Bourtzès était l’un des chefs de l’armée venus réclamer de l’avancement au nouvel empereur Michel VI43. Déçu dans ses espérances, l’année suivante, avec ceux de ses collègues qui avaient des propriétés dans le thème des Anatoliques, Romain Sklèros, Nicéphore Botaneiatès, les fils de Basile Argyros, il fit une démarche auprès d’Isaac Comnène pour le pousser à la révolte. Il ne joua aucun rôle marquant lors de la bataille décisive devant Nicée, à la différence de ses collègues précédemment cités. Il bénéficia tout de même de la victoire d’Isaac, puisque ensuite il fut promu magistre et nommé à la tête du thème des Anatoliques44.

Sources :
Skylitzès, p. 377, 483, 488, 489.
Sceaux inédits de l’I.F.E.B. n° 167 et n° 155 (Pl. 1 n° 3 et n° 4), et de la collection Zacos.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 3 et n° 5, p. 26.

9. — Théognoste Bourtzès (milieu du XIe siècle)

31Petit-fils de Michel n° 1, frère de Michel n° 8 et de Samuel n° 10, il s’engagea comme ses frères dans un complot contre Romain III et, comme eux, fut battu puis exilé.

32Nous le distinguons du Théognoste Bourtzès n° 9 actif en 1073, car les 44 ans qui séparent 1029 de 1073 paraissent une trop longue durée pour la carrière suivie d’un même homme.

Source :
Skylitzès
, p. 377.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 5.

10. — Samuel Bourtzès (floruit 1030-1050)

33Petit-fils de Michel n° 1 ; frère de Michel n° 8 et de Théognoste. Accusé de comploter avec ses frères contre Romain III en 1029, mais comme son frère Michel, il revint en grâce auprès des autorités. Patrice, il commanda en 1050 l’infanterie byzantine lors de la bataille de Basilikè Labada face aux Petchenègues. Son rôle fut peu glorieux : il décida d’attaquer l’ennemi sans attendre le signal de son chef Constantin l’Hétériarque, sortit du camp dont il avait la garde, et lorsque son infanterie céda, il appela au secours Constantin, entraînant ainsi la bataille générale et la défaite complète des Byzantins.

34Deux sceaux inédits peuvent lui être attribués. Celui de la collection Fogg n" 1369 porte à l’avers une inscription sur quatre lignes dont la lecture se poursuit au revers :

Image 10000000000003780000011C624652A9.jpg

+ Κ(ύρι)ε βο[ή]θει τ [σ] δούλ Σαμου(ήλ) [ν]θυ[πά]τ πα[τρ] ιx(ίω) τ[Βού]ρτζ[].

35Le diamètre du sceau est de 33 mm.

L’autre plomb, postérieur de quelques années au précédent, est conservé dans les collections de Dumbarton Oaks. Λ l’avers, la Vierge, au centre, est représentée debout, tenant le médaillon de l’Enfant Image 10000000000000B30000002C19945023.jpg ; à droite, saint Nicolas est en buste comme le confirme l’inscription portée sous le buste Image 100000000000010E00000024B3C4C06B.jpg,. A gauche, un autre buste de saint accoste la Vierge, sans inscription visible. Ли pourtour court l’inscription : Image 100000000000029D0000003D2B98FC58.jpg... Θ (εοτό)xε φύλ(α)τ(τε) σν μάρτυσι...

36Au revers, l’inscription précédée d’une croisette, est gravée sur cinq lignes :

Image 10000000000000F1000001276072AD1C.jpg

37+ Σαμ(ου)(λ) νθυπ ά]τ(), π(ατ)ρι(κί), βέστ() τ Βούρτζ().

38Le diamètre du sceau est de 29 mm, celui de son champ de 25 mm.

Sources :
Skylitzès
, p. 377, 170.
Sceaux Fogg 1369 et DO 58 106 1843 (Pl. I n° 5 et n° 6)
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 5 et n° 6, p. 86.
P. Diaconu, Les Petchenègues au Bas-Danube, Bucarest, 1970, p. 74.
H. Guilland, Patrices du règne de Constantin Monomaque, Zbornik Radova, 13, 1971, p. 3-4, repris dans Variorum Reprints XIII, 1973.

11. — Constantin Bourtzès (floruit circa 1040-1055)

39Nous avons dit pourquoi nous le distinguons du Constantin Bourtzès n° 4. Quand fut-il duc d’Antioche ? Nous connaissons assez précisément la liste des gouverneurs d’Antioche jusqu’en 1037, ensuite, entre 1037 et 1054, la liste devient incomplète avec deux noms de ducs d’Antioche, connus seulement par des sceaux. V. Laurent les place arbitrairement à cette période, mais avec beaucoup de vraisemblance car dans cet intervalle de temps il y a là une grande lacune. Après 1054, la liste est plus complète et le titre de magistre devient insuffisant pour accompagner l’importance du poste de duc d’Antioche. Constantin Bourtzès nous semble donc avoir été duc d’Antioche entre 1037 et 1051.

On peut probablement lui attribuer un sceau inédit d’un Constantin magistre, sceau dont l’avers représente le buste de saint Théodore - ce qui le différencie de son homonyme Constantin Bourtzès n  7, dont le saint protecteur est saint Démétrius. A l’avers, saint Théodore est représenté en buste, barbu, tenant comme à l’habitude la lance en main droite et le bouclier en main gauche (Image 100000000000012C0000002DE643EEEA.jpg). Au revers, la légende est inscrite sur cinq lignes :

Image 10000000000000E20000010277540AC1.jpg

+ Κ (ύρι)ε βοήθει Κων(σταντίν) μαγίστρ() τ Βούρτζη.

40Le diamètre du sceau est de 20 mm.

Sources :
Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 233-234.
Sceau DO 58 106 788 (Pl. I n° 7).
Sceau de la Collection Zacos.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 2, p. 86.

12. — Basile Bourtzès (milieu du XIe siècle)

  • 45 Il était protospathaire épi tou Chrysotriklinou, juge du Velum, de l’Hippodrome, mystographe. Laure (...)

41Le seul Bourtzès qui ait porté ce prénom fut protospathaire, épi tou Chrysotriklinou. Un sceau de Basile ...τζης, édité par V. Laurent, pourrait aussi lui appartenir45.

Source :
Seibt
, Bleisiegel I, n° 165.

13. — Jean Bourtzès (floruit circa 1045-1075)

  • 46 N. Duyé, Un haut fonctionnaire byzantin du xie siècle : Basile Malésès, REB, 30, 1972, p. 74, consi (...)

42Le prénom est donné par un manuscrit recensé par Allatius qui nous apprend également qu’il portait la dignité de vestarque. Dans la lettre de consolation que lui adresse Psellos, trois points ressortent : son frère vient de décéder ; lui-même est un personnage important, qualifié de kyr et eugénestatos ; il avait des relations assez fréquentes avec Psellos. Mais ce dernier ne faisant aucune allusion à la douleur des autres membres de sa famille, on peut croire que ses parents sont décédés et qu’il n’a pas d’autre frère ni sœur46.

43Une datation précise de la lettre est impossible. Certes, elle fut écrite à une époque où Psellos était un personnage influent auprès de l’empereur ; elle peut donc être datée entre les années 1045 et 1075.

A ce Jean Bourtzès on peut attribuer un sceau conservé à la Bibliothèque Nationale de Paris, selon le fichier de V. Laurent. A ce jour ; nous n’avons pu retrouver le sceau. A l’avers il portait l’image d’un saint militaire et au revers une légende inscrite sur cinq lignes : + .. Image 10000000000003030000003A41A0C3B5.jpg Il pourrait donc s’agir de Jean Bourtzès à une étape antérieure de sa carrière.

  • 47 Dans une autre lettre, Psellos rappelle qu’Alexandre de Macédoine est mort sans avoir eu à connaîtr (...)

Sources :
Sathas, MB V, p. 347-350.
PG 122, col. 518 (recension Allatius).
Sceau du Cabinet des Médailles, B.N. n° 600 ( ?).
14. — N. Bourtzès (mort entre 1045 et 1075)
Frère du précédent, c’était un militaire, ayant connu de nombreux combats. Il n’y a pas là une figure de rhétorique, car Psellos explique qu’il était parti pour sa dernière campagne non contre les barbares mais auprès des anges. Il était encore jeune, il est mort à l’apogée de la jeunesse sans avoir connu la vieillesse, c’est-à-dire compte tenu de l’âge précoce où l’on est qualifié de vieux à Byzance, sans avoir-dépassé quarante ans47. Il ne semble pas avoir laissé de descendants car Psellos ne fait aucune allusion à sa femme ou à ses enfants.
Il avait été accusé — de complot ? — à tort bien sûr, mais en dépit des efforts de Psellos, l’empereur n’avait pas fléchi et l’avait maintenu en disgrâce.
Source :
Sathas, MB V, p. 347-350.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 7, p. 86.

15. — David Bourtzès (floruit circa 1050)

B. A. Pančenko a publié un sceau au motif de saint Michel en buste dont il déchiffrait l’inscription de la manière suivante :Image 100000000000012F000000395CC5AA3A.jpgImage 10000000000003C90000003668DA03D3.jpg

L’éditeur cherchait à lire dans le dernier mot de la légende le nom du lieu où David exerçait ses talents de stratège et datait le plomb des XIe et XIIe siècles. Or la reproduction photographique de la planche IV permet de corriger sans hésitation la dernière ligne de la légende en Image 100000000000006500000020314B613B.jpg, le ζ étant fort nettement gravé. Il faut donc transcrire le texte de la manière suivante : + Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) Δα(ϐί)δ π(ατ)ρι(κί) άνθυπάτ() βέστ() (κα) σ[τρα]τηγ() ó Β[όυ]ρτζης. La datation doit également être précisée ; les caractères épigraphiques et les motifs décoratifs impliquent que le sceau ait été frappé vers le milieu du XIe siècle.

Source :
B.A. Pančenko, Kolleckcii Busskago Archaeologičeskago Instituta ν Konstantinopolě. Katalog molivdovulov, ΙRΑΙΚ 8, 1903, n° 69.

16. — Na Bourtzaina (floruit circa 1060)

44Selon une notice du manuscrit Paris, gr. 710, ce manuscrit fut commandé par « Λέοντος πρεσϐυτέρου το Σαρϐανδηνο τς Βουρτζαίνης », au temps de Constantin et Eudocie, en décembre 6574, c’est-à-dire 1065. Le même Léon commanda aussi le manuscrit Paris, gr. 164, la notice ajoutant qu’il était kouboukleisios.

  • 48 Il faut donc supprimer la notice du Lexique des Paléologues à propos d’une Bourtzaina, comportant u (...)
  • 49 B. L. Fonkič, Grečeskie rukopisi Odessy, VV, 43, 1982, p. 99.

45Les rapports entre Léon et Bourtzaina ne sont pas clairs et sembleraient indiquer un rapport de filiation. En fait, la solution est donnée par une autre notice d’un manuscrit athonite de Kutlumus, où l’on trouve la signature de Léon Sarbantènos, « anthrôpos tès Bourtzainès », prêtre et kouboukleisios. Bien que Lampros, l’auteur du catalogue, ait daté ce manuscrit du xiie siècle48, il n’y a pas de doute qu’il s’agit du même personnage et qu’il faut ramener la date de la notice du manuscrit athonite au règne de Constantin Doukas. La formule : «  τς Βουρτζαίνης » pour désigner « l’homme de Bourtzaina » est curieuse, mais n’est pas unique ; on en trouvera un autre exemple sur un manuscrit d’Odessa de 112049, où Jean Alyatès, serviteur du grand hétériarque Opos, se dit : «  το Ώπο ».

  • 50 G. Mercati, Origine di due codici greci del secolo XI, Mélanges P. Peeters II, AB. t. 68, 1950, p.  (...)

46Cette Bourtzaina est certainement la fille plutôt que la femme d’un Bourtzès que nous ne pouvons identifier avec plus de précision. Puisque son anthrôpos Léon Sarbandènos a commandité un manuscrit à Sisinnios, chantre de l’église Saint-Pierre-d’Antioche50, nous pouvons penser que cette Bourtzaina vivait aussi dans cette ville. Elle serait donc le dernier membre de la famille dont les rapports avec la ville d’Antioche soient attestés.

Sources:
Omont, Fac-similés des manuscrits grecs datés de la Bibliothèque Nationale du ixe au xive siecle, Paris, 1891, p. 7, pl. XXXV.
Lake, Dated greek minuscule manuscripts to the year 1200, Boston, 1934-39. t. IV, nos 172, 174.
Lampros, Catalogue of the greek manuscripts on Mount Athos, Cambridge, 1895, t. I, p. 280, n° 3130.

17. — N. Bourtzès (floruit milieu du XIe siècle)

  • 51 W. Seibt, Bleisiegel I. p. 261, émet l’hypothèse que Marie Mélissènè titulaire de la rare et haute (...)
  • 52 Barzos, Γεvεaλoyίa, p. 80-81, note 5.

47Ce Bourtzès serait le père de Nicéphore Mélissènos, si l’information de Nicéphore Bryennios est exacte. On voit mal quelle raison a poussé Nicéphore Mélissènos à choisir le patronyme maternel ( ?) plutôt que de garder celui encore glorieux de Bourtzès — à moins que dès cette époque, la gloire des Bourtzai ait commencé sa relative éclipse51. On ne peut utilement conjecturer le prénom de ce Bourtzès d’après celui de son petit-fils Jean, fils unique du couple Nicéphore Mélissènos -Eudocie Comnène52, car il y a de bonnes chances qu’il ait pris le prénom de son grand-père maternel Jean, frère de l’empereur Isaac Comnène.

Source :
Bryennios
, p. 85, 239.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 17, p. 88.

18. — Théodore Bourtzès (seconde moitié du XIe siècle)

Ce personnage est connu seulement par un sceau conservé à Dumbarton Oaks. A l’avers sont représentés les deux saints Théodore en pied, avec la seule épigraphie Image 100000000000007E000000273EA12F87.jpg. Au revers la légende est inscrite sur quatre lignes. Le diamètre du sceau est de 23 mm.

Image 10000000000000F5000000CD0AD11909.jpg

+ Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) [Θ]εοδώρ() ... κ(αì) τ(ο)π(ο)τηρη(τ) [τ] Βούρτ(ζ).

48La titulature de ce Théodore est d’interprétation délicate, car on peut penser qu’il est topotèrètès, mais on doit admettre qu’il y a une erreur dans l’orthographe du mot, puisqu’on a un ε là où on attend un η. On peut comprendre aussi qu’il s’agit d’un catépan, mais on ne voit pas comment interpréter alors le TεP qui ne représente pas un tagma connu, ni le nom d’une province ou d’une ville susceptible d’être commandée par un catépan. Le xαì de l’inscription implique que Théodore ait porté une dignité ; les traces de lettres incitent à penser qu’il était hypatos. Le sceau est datable du XIe siècle, plutôt de la seconde moitié.

Source :
Sceau DO 773449 (Pl. I, n° 8).

19. — Théognoste Bourtzès (seconde moitié du XIe siècle)

49Il est à distinguer du Théognoste Bourtzès n° 9 dont il est peut-être le petit-fils. Il est connu seulement pour avoir remporté une victoire sur Pétrilos, le général envoyé par le chef serbe Bodin près de Kastoria en 1073. Il porte à cette date les dignités d’anthypatos et de patrice, dignités qu’on retrouve sur un sceau qui peut lui être attribué.

Sources :
Skylitzès Continué, p. 164.
Sceau inédit de la collection Zacos.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 8, p. 86.
R. Guilland, Contribution à la prosopographie de l’Empire byzantin. Les patrices. Du règne de l’impératrice Théodore (1054-1056) aux Comnènes (1081-1185), Titres et fonctions dans l’Empire byzantin, Londres, 1976, XIV, p. 12.

20. — Samuel Bourtzès (fin du XIe siècle)

50Il est le père de Nicéphore Bourtzès n  25 et d’Eudocie Bourtzaina n  26. Il reçut en dôréa du césar Nicéphore Mélissènos un proasteion en Macédoine, don qui fut confirmé par un chrysobulle d’Alexis I. Cet événement se produisit donc après l’installation des Mélissènoi dans cette région, soit postérieurement à 1081. Samuel mourut avant 1117.

51Ces dates impliquent nécessairement qu’il soit distingué de Samuel Bourtzès n  10, déjà actif en 1029. Il pourrait être son petit-fils.

Source :
Docheiariou,
acte n  4.
Littérature :
Lefort, Villages de Macédoine, p. 138.

21. — Michel Bourtzès (floruit circa 1081)

  • 53 J.-C. Chkynet, Toparque et topotèrètès à la fin du xie siècle, REB, 42, 1984, p. 215-224.

52Un Michel Bourtzès hypatos et topotèrètès est connu par une inscription trouvée à Orkistos. Cette titulature liant la dignité de topotèrètès à celle d’hypatos ne peut se rencontrer qu’entre 1060 et 1100. Il est donc nécessaire de le distinguer de Michel Bourtzès n° 8, déjà magistre sous Isaac Comnène. Nous avons exposé par ailleurs53pourquoi il est vraisemblable de l’identifier avec Bourtzès, toparque de Chôma et de Cappadoce au printemps de 1081, cité par Anne Comnène. En effet, nous avons remarqué la coïncidence entre le qualificatif de toparque et la fonction de topotèrètès dans la seconde moitié du xie siècle, et la proximité entre Orkistos et la région que contrôlait le toparque.

53Anne Comnène nous apprend encore que Bardas Bourtzès était descendant de ce Michel. Le terme employé par Anne Comnène, apogonos, est imprécis ; il s’agit du fils ou plus probablement, du petit-fils du toparque. La traduction de B. Leib par fils n’est pas assurée.

Sources :
W. H. Buckler, Two Gatewav inscriptions, BZ, 30, 1930, p. 647.
Alexiade I, p. 131 et III, p. 200.
Littérature :
Skoulatos, Personnages, p. 34-35.
Každan, Les Arméniens, n° 9, p. 87.

22. — Michel Bourtzès (seconde moitié du XIe siècle)

Deux sceaux nous font connaître un Michel Bourtzès proèdre. Le premier d’entre eux porte à l’avers saint Demétrius en buste, tenant comme à l’habitude la lance en main droite et le bouclier en main gauche (Image 10000000000001500000003652423A21.jpg). Au revers, la légende est inscrite sur cinq lignes :

Image 10000000000000C70000012CC1D423A4.jpg

54+ Κ (ύρι)ε β(οή)θ.(ει) Μιχαλ προέδρ() τῷ Βούρτζ.

55Le diamètre du sceau est de 25 mm, celui du champ de 20 mm.

56Le second plomb comporte une légende répartie sur les deux faces :

Image 1000000000000363000000DC2C187C81.jpg

+ Κ (ύρι)ε βοήθει τ σ δούλ Μιχαλ προέ[δ]ρ xα δουx τ Βούρτζη.

57Le diamètre du sceau est de 25 mm, celui du champ est de 20 mm.

58Ce Michel Bourtzès pourrait être identifié à notre n° 21, si l’on admettait que le toparque, après avoir échoué dans sa résistance aux Turcs, soit finalement venu auprès de l’empereur Alexis Comnène, à la fin du XIe siècle, ce qui expliquerait que son descendant Bardas Bourtzès ait été un compagnon de l’empereur.

Sources :
Sceaux DO 581065419 et DO 58 1063726 (Pl. I. n° 9 et Pl. 11 n° 1).

23. — Constantin Bourtzès (floruit début du хiiе siècle)

59Le protoproèdre Constantin Bourtzès est connu par un document d’Iviron daté de 1104, établi à la suite d’une contestation entre lui-même et le monastère. L’affaire était ancienne et remontait à plusieurs années. Avant 1101, Constantin Bourtzès avail proposé des échanges de terres avec Iviron, échanges que le monastère avait acceptés plus ou moins sous la contrainte. Constantin Bourtzès s’était arrangé pour ne pas remplir ses promesses et garder des terres qu’il aurait dû remettre au monastère. Les moines, ayant porté l’affaire devant le tribunal impérial. Constantin n’avait cessé de son côté d’importuner l’empereur Alexis Comnène pour qu’il intervînt en sa faveur. L’empereur confia successivement l’affaire à son neveu le pan-sébaste Jean Comnène, au panhypersébaste Nicéphore Bryennios, et de nouveau à son neveu. Constantin Bourtzès perdit son procès et dut restituer ce dont il s’était emparé illégalement.

  • 54 Le souvenir de l’implantation des Bourtzai dans la région de Thessalonique s’est maintenu fort long (...)

60De cette affaire, il ressort que Constantin Bourtzès était propriétaire de biens importants et nombreux en Macédoine Orientale -comme les membres de la famille arrivés avec le césar Mélissènos54 — et qu’il était suffisamment puissant pour intervenir directement auprès de l’empereur.

Sources :
Acte inédit d’Iviron de 1104. Cité partiellement dans : Lefort, Villages de Macédoine, p. 39, 46, 53, 103, 104 et dans : C.G., Kaouchtschischwili, Georgika, t. 8, Tbilissi. 1970. p. 248 sq. (Je n’ai pu consulter cet article).
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 11 p. 87.

24. — Bardas Bourtzès (floruit circa 1116).

  • 55 C’est par un lapsus que P. Gautier l’identifie au toparque de Cappadoce dans l’Index de l’Alexiade.

61Descendant du toparque Bourtzès, c’est-à-dire, selon nous, de Michel Bourtzès n° 2155. En 1116, alors qu’Alexis I était parvenu dans la région où son ascendant avait déjà combattu les Turcs, l’empereur lui confia une armée contre eux. Il les rencontra dans la plaine d’Amorion, fut vainqueur, mais son camp fut pillé pendant la bataille par une autre bande turque. Il fit évacuer la population des forteresses jadis détenues par son ascendant. Rencontrant une nouvelle troupe turque, il ne dut son salut qu’à l’intervention de l’empereur lui-même.

Son sceau nous est parvenu en deux exemplaires. A l’avers saint Georges en buste dans sa représentation habituelle (Image 10000000000000FD0000002F73906472.jpg). Au revers, légende métrique sur cinq lignes :

Image 10000000000000E7000000FDBDC9D306.jpg

[ + ] Βάρδ[αν] με Βούρτζ(ην) κλέος μα[ρ]τύρων σxέπ(ε).

62Le diamètre est de 24 mm.

Sources :
Alexiade
III. p. 200, 201.
Sceau DO58 106 4490.
Sceau Fogg 2640 (Pl. II, n° 11).
Littérature :
P. Gautier, Index de l’Alexiade, Paris, 1976, p. 28.
Každan, Les Arméniens, n° 10, p. 87.
Skoulatos, Personnages, p. 33-34.

25. — Nicéphore Bourtzès (fin du XIe siècle-début du XIIe siècle)

63Fils de Samuel Bourtzès n° 20, frère d’Eudocie Bourtzaina n° 26, il fut magistre puis proèdre et l’était encore en 1117. Il a épousé Anne fille du proèdre Nicolas Splèniarios, dont il n’eut pas d’enfant. En effet, l’acte d’échange entre la moitié du proasteion de Rousaiou situé près de Bryai qu’il détenait et sept boutiques sises à Thessalonique, appartenant au couvent de Docheiariou, fut aussi garanti par sa femme. Il n’y est fait aucune mention d’un héritier direct.

Plusieurs sceaux nous sont parvenus au nom de Nicéphore Bourtzès qui peuvent lui être attribués : son sceau privé conservé dans la collection Shaw dont l’avers porte l’effigie de saint Georges en buste dans sa tenue habituelle (Image 10000000000000C6000000206EC50480.jpg). Au revers la légende est inscrite sur cinq lignes :

Image 10000000000000DC000000FD3017D827.jpg

[+]"Αγιε [τ]ο Θ (εο) β(οή)θ(ει) Νιxηφόρ() τ Βούρτζη.

64Le diamètre du sceau est de 19 mm, celui du champ de 15 mm.

65Deux sceaux attestent la qualité de militaire de Nicéphore Bourtzès. Le premier, très rogné dans sa partie supérieure, conservé à Dumbarton Oaks (n° 58 1065141) porte un saint militaire en pied ; au revers, la légende est mutilée dans son début, ce qui rend la lecture du prénom mal assurée :

Image 10000000000000F5000000D21C7455CB.jpg

[Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) Νιx]ηφό[ρ()] [βέ]στη (xα) x[ατε]πάν() τ [Β]ούρτζ.

66Sur un autre sceau conservé en deux exemplaires, il a atteint la dignité de magistre : un exemplaire (publié par Sečasanu) fut trouvé en Dobroudja, l’autre (conservé à l’I.F.E.B.), que nous éditons, découvert dans le sud de la Yougoslavie. La légende est inscrite sur dix lignes, réparties entre l’avers et le revers :

Image 100000000000037F0000011CD1C9203C.jpg

Κ(ύρι)ε βοήθει τ σ δούλ Νιxηφόρ() μαγ[ί]στρ xα xατεπάν() τΒούρτζ.

67Le diamètre est de 16 mm.

Sources :
Docheiariou,
Acte n° 4, 1. 1 et 2.
Sceaux de la collection Shaw 1109 et DO 58 106 5141 (Pl. II n° 12 et n° 13).
C. Sečaanu, Sigilli çi tessere byzantine ğusite in Dobrodgea, Ext. Răsăritul 1938, p. 5 ; pièce parallèle : sceau IFEB 133 (Pl. II n° 14).
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 12, p. 87.

26. — Eudocie Bourtzaina (fin du XIe siècle - début du XIIe siècle)

68Fille de Samuel Bourtzès n° 20 et sœur de Nicéphore Bourtzès n° 25, elle est décédée en 1117. Elle a hérité de son père la moitié du proasteion de Rousaiou. Elle a eu une fille d’un mariage inconnu.

69Un sceau de la collection Shaw peut lui être attribué. A l’avers, la Vierge est représentée en buste, de face, tenant des deux mains le médaillon de l’Enfant, entre les signes M et Θ : Μ(ήτηρ) Θ(εο). Au revers, l’inscription est gravée sur quatre lignes :

Image 10000000000000B8000000D00C7AB96F.jpg

+ Εδοxία Βούρτζ(α)ινα.

70Le diamètre du sceau est de 16 mm, celui du champ de 7 mm. V. Laurent datait ce sceau, dans son catalogue inédit, du Xe siècle ; en fait, on peut reculer la datation jusqu’à la fin du XIe siècle et dans ce cas identifier la propriétaire du sceau à la fille de Samuel Bourtzès.

Sources :
Docheiariou,
Acte n° 4, 1. 11, 1. 19.
Sceau de la collection Shaw, catalogue Laurent n° 1111 (Pl. II n° 15).

27. — Na. Bourtzaina (début du XIIe siècle)

71Elle est la fille d’Eudocie Bourtzaina et a hérité de sa mère la moitié du proasteion de Bousaiou avant 1117.

Source :
Docheiariou,
Acte n° 4, 1. 19.

28. — Constantin Bourtzès (début du XIIe siècle)

  • 56 Un sceau de Constantin Bourtzès, sans aucun titre, daté par Zacos de la première moitié du xiie siè (...)

72Ce Constantin Bourtzès, magistre, fut témoin d’un procès en Crète entre Achille Liménitès et les villageois de la commune de Ménix en 1117. Il convient donc de le distinguer de son homonyme n° 23 qui était déjà protoproèdre en 110456.

Sources :
MM
VI, p. 96.
Sceau inédit de la collection Zacos.
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 13, p. 87.

29. — Théodore Bourtzès (fin du XIe siècle, début du XIIe siècle)

73Il n’est connu que par un sceau conservé en deux exemplaires. A l’avers, un saint indistinct est représenté en buste. Au revers, légende sur cinq lignes :

Image 10000000000000E7000001193408A9C4.jpg

+ Κ(ύρι)ε β(οή)θ(ει) Θεοδώρ(ω) ϰουροπαλ(ά)τ() [τ] Βού[ρτ]ζ.

74Le diamètre est de 28 mm.

Sources :
Sceau DO 58 106 1771 (Pl. II. n° 16).
Sceau de la Collection Zacos.

30. — Grégoire Bourtzès (fin du XIe siècle - début du XIIe siècle)

75Un sceau du Musée Archéologique d’Istanbul, au nom de Grégoire Bourtzès a été édité par Ebersolt. Le sceau à usage privé ne comporte aucune titulalure et son éditeur n’en donne ni le texte ni la reproduction. Il est donc difficile de préciser davantage l’époque où vécut ce Grégoire Bourtzès. V. Laurent qui avait vu le sceau, transcrit ainsi la légende métrique : Βούρτζην σϰέποις σòν Γρηγόριον, Παρθένε, et le date de la fin du XIe siècle ou du début du XIIe siècle.

Source :
Ebersolt
, Sceaux, n° 179.

31. — Georges Bourtzès ( ? - 1160)

76Il devint métropolite d’Athènes à la mort de Léon Xèros en 1153. Au cours de l’année 1154, il fut chargé d’une mission en Italie qu’il ne put accomplir car le mauvais temps lui fit faire demi-tour à Dyrrachion. Il fit partie des opposants à Sôtèrichos Panteugénès et connut des difficultés quand le nouveau patriarche Constantin Chliarènos appuya Panteugénès. Il eut plusieurs frères, dont Élie Bourtzès n° 32. Une inscription gravée sur le Parthénon nous fait savoir qu’il mourut le lundi 16 mai 1160.

Sources :
J. Darrouzès, Georges et Démétrius Tornikès. Lettres et Discours, Paris, 1970, p. 112-126 et p. 204-219.
V. Laurent, L’Église, 1re partie, n° 603.
B. Geôrgiadès, ΜιχαλΑϰομινάτου το Χωνιάτου ϰα Γεωργίου Βούρτζη λόγοι, Athènes, 1882, p. 32-52.
A. K. Orlandos-L. Branoussès, Τά χαράγματα το Παρθεννος, Athènes. 1973, n  40.
Littérature :
J. Darrouzès, Obiit de deux métropolites d’Athènes, Léon Xèros et Georges Bourtzès d’après les inscriptions du Parthénon, REB, 20, 1962, p. 190-196.
Kazdan, Les Arméniens, n° 15, p. 88.

32. — Élie Bourtzès (floruit milieu du XIIe siècle)

77Frère de Georges, métropolite d’Athènes, il était présent au synode de 1157, au 16" rang, comme mégaloépiphanestatos, protocuropalate, phylax.

  • 57 On connaît deux autres sceaux de phylakés au xiie siècle : Laurent, l’Administration, nos 671 et 67 (...)

78Il occupait donc un important poste de confiance, puisqu’il était préposé à la garde du trésor de la Couronne57. Il n’était pas pour autant apparenté à la famille impériale car il ne portait pas la dignité de sébaste. Nous connaissons le nom de son épouse par un poème conservé dans le Codex Marcianus 524 (folio 116v) jusqu’ici mal lu. Lambros qui édita le poème l’a transcrit de la manière suivante :

Βουστροωύλακος Ηλία συνευνέτιν
Σκλήραιναν ῍Aνναν βραχς ϰρύπτω λίθος.

  • 58 Seibt. Die Skleroi, p. 108, proposait la correction suivante : ϰαστροφύλαϰος.

79Le mot βουστροφύλακος58 a fait difficulté pour l’éditeur lui-même, puisqu’il est inconnu en grec. Le terme, après vérification sur la photographie du manuscrit conservé à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, doit être lu : Βούρτζη φύλαϰος. Anne Sklèraina était donc la femme d’Élie Bourtzès. Les Bourtzai et les Sklèroi gardaient donc encore, en plein xiie siècle, des relations privilégiées comme au temps de l’apogée des deux familles.

Le sceau d’Élie Bourtzès nous est parvenu sans indication de dignité ni de fonction. A l’avers, saint Élie, debout, prêchant et tenant un rouleau dans sa main gauche Image 100000000000020F0000003DD7CFD279.jpgImage 10000000000000690000003688373F7F.jpg. Au revers, légende métrique sur cinq lignes :

Image 10000000000000F200000104E7488B09.jpg

+ Μάϰαρ Ήλιο σζε Βούρτζην Ήλίαν.

80Le diamètre du sceau est de 29 mm, celui du champ de 22 mm.

Sources :
P.G.,
140, col. 180.
J. Sakkeliôn, Patmiakè Bibliothèkè, p. 317, 318.
Sceaux DO 58 106 5025 et 5690 (Pl. II, n° 17).
Lampros, ‘O Μαρϰιανòς ϰῶδιξ 524, N.E., 8, 1911, poésie n° 260.

33. — Michel Bourtzès (sous Jean II ou Manuel)

81La lettre de Tzetzès qui lui est adressée constitue notre seule source d’information. Il était le « neveu du protovestiarite ». Le contenu de la lettre elle-même est de peu de richesse. On soupçonne juste que ce Michel vécut à Constantinople parmi les lettrés dont Tzetzès lui-même, sans occuper semble-t-il de fonction officielle.

82Le sceau signalé par Ebersolt, au nom de Michel Bourtzès, peut lui avoir appartenu. La légende métrique est ainsi transcrite par V. Laurent : Βούρτζην Μιχαήλ οκέτην, γνή, σκέποις.

Sources :
Tzetzès, Epistulae, éd. Leone, Leipzig, 1972. ep. n° 3, p. 5-6.
Ebersolt, Sceaux 179 (504).
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 14, p. 87.

34. — Léon Bourtzès (fin du XIIe siècle)

83Un sceau daté de la fin du XIIe siècle a été découvert lors des fouilles de Corinthe. Il porte le nom de Léon Bourtzès sans aucune mention de fonction ni de dignité. Un autre sceau inédit pourrait lui être attribué. A l’avers les deux saints Théodore (le Stralèlate et le Tiron) sont représentés en pied, dans leur tenue militaire habituelle. Au revers, la légende métrique est inscrite sur quatre lignes :

Image 100000000000014C000001014E185CF3.jpg

[+]Λέοντα Βούρτζην μαρτύρων δυς σϰέποις.

84Le diamètre du sceau est de 36 mm, celui du champ de 32 mm.

Sources :
Gladys Davidson : Corinth, resulls of excavations conducted by the American School of Classical Studies al Athens, vol. xii : the minor abjects, Princeton, 1952, n  2777.
Sceau Fogg 1275 (Pl. II n° 16).
Littérature :
Každan, Les Arméniens, n° 16. p. 88.

Schéma généalogique des Bourtzai

85Le trait discontinu indique une part d’hypothèse dans la filiation proposée.

Image 100000000000055200000330F8DB4228.jpg

Notes

1 Cette hypothèse, qui semble la plus satisfaisante, a déjà été formulée par P. Peeters, Sainte Sasounie martyre en Arméno-Géorgie, A. В., t. 53 (1935), p. 257.

2 N. Oikonomidès. Listes de préséance, p. 362. Bourzô était située sur le fleuve Akampsis, à l’est du duché de Chaldia sur la frontière de l’Abasgie. Même si les Bourtzai avaient été originaires de cette forteresse, ils auraient plutôt été considérés comme des Ibères.

3 Si une famille, originaire de Bourzô, avait, à partir de ce nom de lieu, formé son patronyme, celui-ci aurait été plutôt Bourzôtès, du même type que Chiôtès, originaire de l’île de Chios.

4 P. Charanis, Les Arméniens dans l’empire byzantin, Lisbonne, 1963, p. 45.

5 Une partie de la population d’Antioche était d’origine arménienne : Yahya II, p. 378. Une garnison arménienne est attestée à Ra’bân : Yahya II. p. 406-408 : à Antarados : ibidem, p. 442 ; à Saizar : ibidem, p. 458.

6 Yahya II. p. 373, explique qu’après sa défaite devant Sklèros. Michel Bourtzès s’est retiré dans une de ses forteresses des Anatoliques. Il ne peut y avoir d’ambiguïté sur le possessif : Michel Bourtzès en effet n’aurait pu commander la forteresse en tant que chef militaire de la région, puisqu’il était duc d’Antioche à cette date. Il s’agit bien d’une forteresse qu’il détient personnellement.

7 Yahya II, p. 438.

8 Cf. infra Na Bourtzaina n° 16.

9 Plusieurs éléments concourent à avancer celle fourchette de dates, a) Nicéphore Phôkas ne peut avoir confié la principale forteresse surveillant Antioche qu’à un soldat expérimenté. Du plus, au xe siècle, à moins d’être proche parent de l’empereur, un Byzantin n’accédait pas à des commandements importants avant l’âge de 30 ans. b) Le fils aîné de Michel Bourtzès est assez âgé en 976-977 pour avoir la garde de la ville d’Antioche. c) On ne peut en revanche pas trop reculer la date de naissance de Michel Bourtzès qui occupa la charge très lourde de duc d’Antioche en 995. On peut concevoir qu’un tel poste soit occupé par un homme de 60 ans, voire de 65 ans, en tout cas pas âgé de 70 ans. Basile II relevait les commandants trop âgés, ainsi agit-il à l’égard de Théodôrokanos trop vieux pour commander Philippopolis : Skylitzès p. 345.

10 Adontz-Canard, Abū Firās, p. 158-459. Abū Firās cite, dans la liste des Byzantins célèbres qui ont eu à connaître la puissance des armées de Sayf ad-Dawla, un certain B. r. t. is, que les auteurs de l’article identifient avec Michel Bourtzès. La forme du nom surprend, dans la mesure où il existe une forme bien attestée et unique chez tous les auteurs écrivant en arabe à propos des faits et gestes de Bourtzès. Il est vrai que les auteurs de l’article, conscients de cette difficulté, estiment qu’elle ne présente pas un argument décisif pour rejeter leur identification.

11 Rappelons qu’Abū Firās écrivit ses poèmes lorsqu’il fut prisonnier à Constantinople, sous Nicéphore Phôkas, avant que Michel Bourtzès ne fût devenu célèbre par son rôle lors ile la prise d’Antioche.

12 Canard, Les Hamdanides, p. 801.

13 La dignité de patrice accompagnant la fonction plutôt modeste de taxiarque est surprenante, puisque bien des stratèges de thèmes ne sont à cette époque que des protospathaires. Un tel fait laisserait supposer que Michel Bourtzès était lié par le sang à une des grandes familles constituant le « clan » des Phôkadés alors au pouvoir — mais nous ignorons tout de la femme de Michel Bourtzès.

14 Le millier d’hommes correspond en effet à l’effectif placé sous les ordres d’un taxiarque. Oikonomidès, Listes de préséance, p. 335.

15 Selon Skylitzès p. 272, Michel Bourtzès aurait bénéficié de la trahison d’un Sarrazin nommé Aulax. Nous préférons la version de Yahya d’Antioche et de l’auteur de la Vie du Patriarche Christophore, plus proches témoins des événements.

16 Eustathe fut nommé stratège d’Antioche et de Lykandos : W. B. R. Saunders, The Aachen reliquary of Eustathios Maleinos. D.O.P., 36, 1982, p. 211-219. L’auteur a correctement identifié le détenteur du reliquaire, mais n’a pas remarqué que la titulature d’Eustathe impliquait qu’il ait été stratège d’Antioche entre octobre et lin décembre 969.

17 Le tremblement de terre est postérieur à l’attaque d’Antioche par les Égyptiens de Foutouh : or les troupes de ce dernier se retirèrent lorsque Jean Tzimiskès faisait la guerre en Bulgarie, c’est-à-dire pendant le printemps et l’été 971.

18 L’auteur de la Vie du Patriarche Christophore précise, p. 361, que le coupable, Ibn Doughama, séjourna un long moment en prison à Tarse puis fut condamné par Michel Bourtzès, encore patrice, à être jeté à la mer, chargé de pierres. La dignité de Michel Bourtzès exclut qu’il ait ordonné ce châtiment lors de son séjour de 976, date à laquelle il était devenu magistre.

19 Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 253.

20 Yahya II. p. 351. L’éditeur donne en apparai critique le texte de Cheikho.

21 G. Schlumberger, L’Épopée byzantine, p. 223, considère aussi que Michel Bourtzès était gouverneur d’Antioche à cette date, mais sans justifier son hypothèse. En note, il renvoie à Skylitzès qui, selon lui, confirme cette nomination. Mais en réalité, le propos de Skylitzès, p. 315, concerne la promotion ultérieure — en 976 — de Michel Bourtzès — comme duc d’Antioche.

22 Léon Diacre, p. 95 ; Skyilitzès, p. 284.

23 Yahya II, p. 350. On peut aussi noter que Michel Bourtzès n’est jamais cité à l’occasion des campagnes menées à la même période en Occident contre les Russes.

24 Michel Bourtzès ne dépassa pas ce rang de magistre, qui était le plus haut qu’un Byzantin pût espérer atteindre à la fin du Xe siècle, s’il n’était pas proche parent de l’empereur. Désormais. Michel est souvent désigné dans les sources comme « le magistre Bourtzès » ; ainsi connaît-on le fils du magistre Bourtzès, Constantin, ou encore les petits-fils du magistre Bourtzès.

25 Les raisons du ralliement ne sont pas claires. Peut-être ne fut-il pas spontané, car il eut lieu seulement après que Sklèros eût garanti à Michel sa sécurité : Yahya II, p. 373. De telles conditions rappellent le texte de Kékauménos, Conseils et Récits, p. 260, qui recommande de faire semblant de se rallier au révolté, si les circonstances y contraignent (menace sur les biens, sur la famille), tout en écrivant secrètement au basileus.

26 Laurent, Les gouverneurs d’Antioche, p. 233.

27 Seibt, Die Skleroi, p. 63-64.

28 Ainsi, en 994, Léon Mélissènos, qui collaborait avec Michel Bourtzès, était magistre lui aussi : Yahya II, p. 440.

29 Seule une nouvelle documentation, qui ne pourrait provenir que de la sigillographie, permettrait d’attester si Romain Sklèros a été duc d’Antioche.

30 Canard. Les Hamdanides, p. 688.

31 Les chiffres de combattants donnés par les auteurs arabes sont invraisemblables pour l’armée byzantine. Manğutikīn disposait de 35 0000 hommes — chiffre déjà important, mais cohérent avec ce que nous savons du nombre des troupes engagées par les Fatimides dans les autres campagnes. Lors de l’affrontement, Michel Bourtzès aurait disposé de 70 000 hommes, ce qui est manifestement excessif. Il suffit de comparer ce chiffre avec celui de la campagne de 991 : 7 000 hommes. Sur Kamāl ad-Dīn j’ai consulté le mémoire de maîtrise de M. Chenaf sous la direction du professeur M. Arkoun : Fragments de l’histoire d’Alep d’Ibn al ‘Adim Kamāl ad-Dīn, traduction annotée et comparée avec les passages parallèles de Yahyia d’Antioche, Paris, 1984.

32 Yahya II, p. 438, confirme la prise de la forteresse.

33 Ce meilleur récit de ces événements a été donné par Canard. Les Hamdanides, p. 697-703.

34 A. Szemioth-T. Wasilievski, Sceaux byzantins du Musée National de Varsovie, Studia zrodloznawcze. Commentationes II (1966), p. 1-38, Sceau n° 22. Compte tenu de la mauvaise conservation du plomb, la lecture catépan d’Antioche n’est pas tout à fait assurée, c’est du moins la plus vraisemblable.

35 Yahya d’Antioche. éd. Cheikho, p. 474.

36 Skylitzès, p. 483 ; Zônaras, p. 654.

37 En particulier si on compare son sceau avec celui de Romain Sklèros : Laurent, Gouverneurs d’Antioche, pl. n° 21.

38 Il n’est pas impossible que Michel Bourtzès n  1 ait pu se marier deux fois, ce qui pourrait expliquer l’écart d’âge vraisemblable entre son fils capable de défendre Antioche en 976, et Constantin prenant part aux décisions impériales jusqu’en 1025 et ayant des enfants actifs jusqu’au milieu du xie siècle.

39 Sous Romain III. la liste des gouverneurs d’Antioche est complète jusqu’en 1032, et à cette date Constantin aurait été trop âgé pour occuper ce poste.

40 Ces trois frères sont connus seulement comme les petits-fils de Michel Bourtzès n° 1, mais puisque les sources grecques ne mentionnent expressément que Constantin n° 4 comme fils de Michel, on peut lui attribuer ces enfants.

41 Sceau n° 440 du fonds Seyrig de la Bibliothèque Nationale de Paris (encore inédit).

42 Oikonomidès, Listes de préséance, p. 332.

43 Nous ne différencions pas le Michel Bourtzès de 1029 de celui de 1056, à la différence de A. Každan. Nous pensons que les petits-fils de Michel Bourtzès n 1 étaient encore relativement peu âgés en 1029, ayant autour de 30-35 ans maximum, et, qu’en conséquence, ils avaient potentiellement une trentaine d’années de carrière devant eux.

44 Ces renseignements sont fournis par un sceau inédit de la collection Zacos, sur lequel on peut lire que Michel Bourtzès était magistre, vestès, vestarque et stratège des Anatoliques. La présence de la dignité de vestarque interdit d’attribuer le sceau à Michel Bourtzès n° 1 car, à son époque, cette dignité est encore réservée à des eunuques.

45 Il était protospathaire épi tou Chrysotriklinou, juge du Velum, de l’Hippodrome, mystographe. Laurent L’administration, n° 145. Le sceau est daté du XIe siècle. Les fonctions de Basile ne sont plus accompagnées de la simple dignité de protospathaire à partir du règne d’Alexis I et s’accordent mieux à la période des années 1030-1060. D’après le nombre des lettres manquantes sur le sceau, V. Laurent avance trois patronymes possibles : Kamytzès, Chalkoutzès et Bourtzès. On peut éliminer la première possibilité car le premier Kamytzès connu est actif sous Alexis I, donc à une époque postérieure à celle du sceau ; de surcroît c’est un militaire. Il peut donc s’agir soit d’un Chalkoutzès, soit d’un Bourtzès. La certitude ne pourra venir que de la découverte d’un exemplaire intact de ce sceau.

46 N. Duyé, Un haut fonctionnaire byzantin du xie siècle : Basile Malésès, REB, 30, 1972, p. 74, considère que Jean était le frère de Michel n° 8. Mais rien dans le texte de la lettre de Psellos ne justifie cette affirmation.

47 Dans une autre lettre, Psellos rappelle qu’Alexandre de Macédoine est mort sans avoir eu à connaître le déclin dû à la vieillesse, à la (leur de l’âge, vers la trentaine : R. Kurtz-F. Durexi., Michaelis Pselti scripta minora magnum partem adhuc inedita, t. 2, Milan, 1941, p. 313.

48 Il faut donc supprimer la notice du Lexique des Paléologues à propos d’une Bourtzaina, comportant une référence au manuscrit athonite : Prosopographisches Lexicon der Palaiologenzeit n° 3110.

49 B. L. Fonkič, Grečeskie rukopisi Odessy, VV, 43, 1982, p. 99.

50 G. Mercati, Origine di due codici greci del secolo XI, Mélanges P. Peeters II, AB. t. 68, 1950, p. 211-222. L’auteur résout, l’abréviation précédant les lettres οχειας en restituant ἀντι, ce qui permet de lire ̓Αντιοχείας. Cette lecture concorde avec le nom de l’église Saint-Pierre, alors église cathédrale d’Antioche. Elle infirme aussi l’hypothèse avancée par F. Halkin, dans son compte-rendu de l’ouvrage de Lake (AB, t. 65, 1947, p. 290), selon laquelle les manuscrits auraient été écrits en Chypre. La famille Bourtzès n’a donc aucun lien connu avec l’île de Chypre.

51 W. Seibt, Bleisiegel I. p. 261, émet l’hypothèse que Marie Mélissènè titulaire de la rare et haute dignité de patricienne à ceinture, pourrait être la mère de Nicéphore.

52 Barzos, Γεvεaλoyίa, p. 80-81, note 5.

53 J.-C. Chkynet, Toparque et topotèrètès à la fin du xie siècle, REB, 42, 1984, p. 215-224.

54 Le souvenir de l’implantation des Bourtzai dans la région de Thessalonique s’est maintenu fort longtemps. Un document du xive siècle, qui pour être un faux n’en renvoie pas moins à des réalités géographiques vraisemblables, fait, mention d’un « ναός το ν άγίοις πατρός μν Νιxολάου τо πίxλην Βούρτζη », Archives de l’Athos, IX. Actes de Kastamonitou, éd. N. Oikonomidès, Paris. 1978. Appendice I. acte faux β. I. II.

55 C’est par un lapsus que P. Gautier l’identifie au toparque de Cappadoce dans l’Index de l’Alexiade.

56 Un sceau de Constantin Bourtzès, sans aucun titre, daté par Zacos de la première moitié du xiie siècle, pourrait lui être attribué sans aucune certitude.

57 On connaît deux autres sceaux de phylakés au xiie siècle : Laurent, l’Administration, nos 671 et 672.

58 Seibt. Die Skleroi, p. 108, proposait la correction suivante : ϰαστροφύλαϰος.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.