Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Études prosopographiques

 | 
Jean-Claude Cheynet
, 
Jean-François Vannier

Première partie : Trois familles du duché d'Antioche

Avant-propos

Texte intégral

1La connaissance de la société à l’époque méso-byzantine se fonde sur l’étude des familles qui la composent. Les familles impériales, Doukai, Comnènes, Paléologues sont maintenant bien connues — et l’étude de J. F. Vannier incluse dans cet ouvrage permet de corriger sur de nombreux points l’histoire des Paléologues avant leur arrivée au pouvoir. En revanche, les travaux sur l’aristocratie demeurent parcellaires, et faute d’un lexique prosopographique équivalent à celui entrepris pour l’époque des Paléologues, nous ne progressons qu’au travers de la publication de monographies : celles consacrées aux Argyroi, aux Skléroi, aux Phôkadés, aux Gabradés, pour ne citer que les plus notables de la production récente. Notre ambition est d’ajouter à cette liste trois familles dont l’importance, sans égaler celle des précédentes, n’est pas négligeable : les Bourtzai, les Brachamioi et les Dalassènoi. Elles ont. été réunies dans la mesure où toutes les trois entretinrent des relations privilégiées avec le duché d’Antioche, même si ce n’était point leur pays d’origine, y exerçant à plusieurs reprises le commandement suprême.

2Pour mener à bien cette étude, nous avons suivi le modèle de notice proposé par V. Laurent dans son travail sur les Aarôn et appliqué par J. F. Vannier dans son travail sur les Argyroi. Nous lui trouvons l’avantage de bien distinguer les informations provenant des sources, y compris la sigillographie, des références aux travaux modernes.

3Comme l’a souligné W. Seibt à propos des Sklèroi, aucune empiète sur les familles de l’époque méso-byzantine ne saurait ignorer la sigillographie qui augmente dans des proportions souvent notables le nombre des membres connus d’une famille et permet de préciser la carrière de ceux que les sources nous ont déjà révélés. Je remercie vivement M. Le Professeur Oikonomidès qui m’a autorisé à publier les sceaux conservés au Centre de Dumbarton Oaks. A l’Institut Français d’Études Byzantines, j’ai pu libéralement utiliser le fichier sigillographique qu’avait établi V. Laurent. G. Zacos (†) m’avait communiqué la liste des sceaux des Bourtzai et des Dalassènoi conservés dans sa propre collection. Je remercie également Françoise Micheau qui m’a permis de vérifier la traduction de textes arabes, ainsi qu’Irène Sorlin par qui j’ai pu accéder à la traduction russe de certains de ces textes établis par V. Rozen.

© Éditions de la Sorbonne, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.