Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biais, hiatus et absences en archéologie

 | 
Elisa Caron-Laviolette
, 
Nanouchka Matomou-Adzo
, 
Clara Millot-Richard
, 
et al.

« Tendances et faits » pour combler l’absence des hampes sur les sites préhistoriques

Comparaison des harpons des chasseurs-cueilleurs maritimes de Patagonie australe et d’Alaska méridional

The Concept of “Tendance et Fait” to Compensate for the Absence of Shafts on Archaeological Fields. Comparison Between Harpoons of the Yaghan and Kaweskar of South Patagonia and the Aléoutes and Alutiiq of South Alaska

Gisèle Maerky

Résumé

Sur les sites paléolithiques, il ne reste bien souvent que la partie armature des armes de chasse et instruments de collecte des chasseurs-cueilleurs comme les harpons. Sauf cas exceptionnel de conservation, la hampe, long manche auquel l’armature était reliée, est absente en raison du caractère périssable de sa matière première qu’est le bois végétal. Cet état parcellaire pose problème pour l’interprétation fonctionnelle des armatures. Les chercheurs qui les étudient sont en effet contraints de se baser sur des données très théoriques sur les hampes et la manière dont celles-ci étaient reliées aux armatures. La hampe était pourtant primordiale pour l’efficacité d’un harpon puisque sans elle l’armature ne peut revêtir sa fonction létale. C’est pour pallier cette absence d’informations sur les hampes que nous avons utilisé les notions de « tendance et fait », qui visent à déconstruire les faits pour saisir à quel niveau peuvent s’exprimer des variabilités et où au contraire, il est possible de saisir des caractères invariants, des tendances. Nous verrons ici comment, à travers ce prisme théorique et par la comparaison des hampes de l’équipement de subsistance des Yaghan et Kaweskar de Patagonie australe et des Aléoutes et Alutiiq d’Alaska méridional, nous pouvons éclairer le rôle que joue la hampe dans le fonctionnement du harpon. Les premiers résultats montrent que des tendances se dessinent au niveau notamment du poids et du point d’équilibre des harpons, avec de nettes différences selon le mode de lancer du harpon, à la main ou au propulseur. D’autres données, comme la zone d’emmanchement, la section des hampes et les choix de matière première, montrent cependant qu’autour d’un même « contour fonctionnel », des « approximations fonctionnelles » et diverses « options techniques » peuvent être choisies.

On Paleolithic archaeological sites, the spear point is usually the only remain of the entire hunter-gatherer weapon. Except some rare cases of exceptional conservation, the shaft, made of the perishable material which is wood, is missing. Because of that, it is usually difficult to interpret from a functional point of view what is left of the spear. Studies about the matter suffer from a lack of knowledge about shafts ; and the way they are linked to the spear point. The shaft is nevertheless a primordial element for the weapon, and for the killing power of the spear point. To increase knowledge about shafts, we used notions of “tendance” and “fait”, which together are a tool to identify at which level of the shafts variances can appear, and on the contrary where there is invariant characteristics. Through these concepts, and with the comparison of shafts between the Yaghan and Kaweskar of south Patagonia and of the Aleut and Alutiiq of South Alaska ; we can better understand the importance of shafts for a weapon like the harpoon. First results show tendencies in the weight and point of balance, with clear differences depending upon the delivery system. Other examples like in the hafting arrangement, the section morphology, or the choice of raw material, show that within the same functional concept, different technological options can be chosen.

Texte intégral

Introduction

1Les études sur l’équipement de subsistance, armes de chasse et instruments de collecte, des chasseurs-cueilleurs, se fondent généralement sur les armatures lithiques ou osseuses qui, dans la plupart des contextes archéologiques, restent les seuls éléments conservés. C’est notamment le cas pour les harpons, le type de projectile dont il sera question ici. Ces études, nombreuses et riches en débats terminologiques et avancées méthodologiques, affinent peu à peu nos connaissances sur l’armement des préhistoriques comme le démontrent de récents colloques et synthèses à ce sujet (Langley, 2016 ; Lovita et Sano, 2016). Différentes approches sont entreprises pour identifier la fonction et le fonctionnement des armatures retrouvées en fouille. Au côté des études typo-morphométriques, on assiste notamment à un essor des études qui combinent reconstitution des armes de chasse préhistoriques utilisées pour des tirs expérimentaux, et études tracéologiques (Hutchings, 2016). Cependant le rôle de la hampe, long manche en bois végétal sur lequel est ajustée l’armature, reste peu discuté à travers ces recherches, étant donné le faible nombre de ces éléments retrouvés en contexte paléolithique. Nos connaissances, issues de quelques exemples ethnographiques ou d’armes sportives actuelles, restent très théoriques à leur sujet. Pourtant, la hampe, si elle n’est retrouvée qu’en contexte exceptionnel dû au caractère périssable de sa matière première, est essentielle au fonctionnement des armes de chasse des chasseurs-cueilleurs.

2C’est pour mieux comprendre le rôle que joue la hampe dans l’efficacité d’une arme telle que le harpon, et pour identifier sa possible diversité, que nous avons choisi de nous concentrer sur des objets non pas archéologiques, mais ethnographiques. Ceux-ci ont été collectés auprès de certains peuples de chasseurs-cueilleurs maritimes dont le mode de vie a prospéré jusqu’à des périodes très récentes. Ainsi nous disposons d’objets qui n’ont jamais été ensevelis et donc entièrement ou assez bien conservés, hampes comprises.

3Le but de cette étude est d’apporter des informations sur les contextes subantarctiques et subarctiques dont sont issus les objets du corpus, mais qui puissent également avoir une portée plus universelle sur le fonctionnement et la fonction même des hampes en général. Pour cette raison, il a été choisi de ne pas étudier ce phénomène auprès d’un seul groupe, mais de quatre, deux de Patagonie Australe et deux d’Alaska méridional afin de les comparer à travers le prisme des notions de « tendance et fait ». Ce concept, développé par André Leroi-Gourhan (1943), permet de se focaliser sur un phénomène technique précis, ici la hampe, au sein de sociétés forcément distinctes et de comparer les différentes options techniques utilisées pour y répondre. C’est également lui qui forgera les notions de « contour fonctionnel », qui définit le fonctionnement d’un objet, et d’« approximation fonctionnelle », qui sont les options non idéales pour répondre à ce fonctionnement (Leroi-Gourhan, 1965), utilisées tout au long de cet article. À travers la comparaison de plusieurs objets, que sont les faits, ressortent alors des caractères invariants, ce qu’on appelle des « tendances », mais aussi des « variabilités » propres à chaque groupe.

Contexte d’étude et corpus

4Les objets ethnographiques étudiés appartiennent à quatre groupes de chasseurs-cueilleurs maritimes différents. Il s’agit des Kaweskar et Yaghan de Patagonie australe et des Aléoutes et Alutiiq d’Alaska méridional (fig. 1). Bien qu’ayant occupé des territoires géographiquement opposés, leur confrontation, d’ailleurs déjà entreprise par d’autres chercheurs (Yesner, 2004), est basée sur la similitude de leur environnement et de leur mode de subsistance. En effet, ces zones subarctiques et subantarctiques du continent américain, sont des zones côtières qui présentent un climat froid (mais non glacial comme les zones arctiques et antarctiques) avec des températures oscillant entre – 5 °C l’hiver et + 15 °C l’été, et une pluviométrie importante. Par ailleurs, et c’est là le point clé de cette comparaison, la faune présente sur ces territoires : oiseaux marins, pinnipèdes (otaries, lions de mer, phoques), delphinidés et cétacés, constitue un gibier très similaire. Ces groupes, bien que vivant à des latitudes opposées, chassent ainsi le même type de faune et ont développé des tactiques et instruments similaires pour y parvenir. C’est ainsi qu’aux deux extrêmes du continent américain apparaît le harpon comme pièce maîtresse pour la chasse aux mammifères marins, principalement aux pinnipèdes, aucun de ces groupes ne pratiquant la chasse aux grands cétacés au harpon.

Fig. 1 : Territoires des Aléoutes et Alutiiq d’Alaska méridional et des Kaweskar et Yaghan de Patagonie australe

Fig. 1 : Territoires des Aléoutes et Alutiiq d’Alaska méridional et des Kaweskar et Yaghan de Patagonie australe

Fonds de carte : continent américain et Alaska : http://www.atlas-monde.net. Patagonie : D. Legoupil.

5Les harpons étudiés vont de la fin du xviiie siècle au début du xxe siècle et sont conservés dans divers musées (musée du Quai Branly, Nationalmuseet Copenhagen, Weltmuseum Wien, Museo Nazionale Luigi Pigorini de Rome, National Museum of Natural History et National Museum of The American Indian de Washington, Museo Borgatello Salesiano de Punta Arenas). Leur nombre, parfois inégal selon les groupes ethniques, dépend du contexte de collecte de l’époque. Il existe différents biais méthodologiques quant à la fiabilité des informations accompagnant des objets ethnographiques conservés depuis plus d’un siècle dans des musées :

  • certains objets ont pu être fabriqués uniquement pour le troc avec les Occidentaux ;

  • la provenance exacte des objets ne figure que rarement dans les inventaires et il est parfois difficile de l’attester ;

  • certains objets sont endommagés et des hampes peuvent être incomplètes ou dissociées de leur armature.

6Ainsi, les objets dont l’aspect permettait de mettre en doute leur attribution à un groupe ou leur authenticité, ont été écartés.

7Les objets sélectionnés pour cette étude sont répartis comme suit (tab. 1).

Tab. 1 : Corpus : nombre d’objets par groupe culturel et type de harpon

Tab. 1 : Corpus : nombre d’objets par groupe culturel et type de harpon

« Les faits »

Définition du harpon

8Les harpons sont généralement définis comme des armes de jet qui servent non pas à tuer directement une proie, mais à la retenir et à l’affaiblir avant de l’achever par d’autres moyens. Pour cela il fonctionne avec un type d’emmanchement à tête détachable, c’est-à-dire qu’une fois implantée dans l’animal, l’armature se détache de la hampe (Leroi-Gourhan, 1945, p. 54). Cette pointe de harpon reste attachée à une ligne qui la relie soit à la hampe, soit directement au chasseur ou au canot (Christensen et al., 2016), bien qu’il puisse y avoir des exceptions à ce niveau (Pétillon, 2006, p. 80). Dans le premier cas qui est celui qui concerne les harpons de cette étude, la hampe reste à la surface de l’eau en ralentissant la fuite de l’animal et en permettant au chasseur de suivre sa proie.

Les harpons étudiés

9Il n’existe pas de témoignages archéologiques directs ni ethnographiques qui attesteraient l’utilisation du propulseur en Patagonie australe et en Terre de Feu. Les harpons (fig. 2a-2b) ont donc tous été lancés à la main. Ils semblent avoir été utilisés de la même manière par les Yaghan (fig. 2a) et les Kaweskar (fig. 2b), c’est-à-dire à dire à partir du canot, l’homme debout vers l’avant du canot à l’affût et la femme pagayant. Il aurait également pu être utilisé à terre (Gusinde, 1931, p. 247).

10Dans le Sud de l’Alaska (fig. 2c ; 2d), il existe plusieurs types de harpons. Certains, tout comme ceux de Patagonie, sont également lancés à la main (fig. 2c) ; ils sont les plus longs et possèdent un flotteur fixé en position mésiale, aidant le harpon à flotter après son lancer. Ce dernier élément implique forcément une utilisation en mer, ou au moins une fuite de l’animal vers la mer après avoir été atteint à terre. En outre, certains témoignages écrits et iconographiques sur ce type de harpon indiquent qu’il était généralement transporté sur le kayak. Cependant, certains ethnologues insistent sur son utilisation uniquement à terre (Jochelson, 1925, p. 53‑56 ; Quimby, 1944, p. 10) pour des jets de courte portée (Jochelson, 1925, p. 53‑56). Il existe également un autre type de harpon, plus court, qui lui était lancé au propulseur (fig. 2d). Ce dernier, dorénavant nommé « petit harpon », est systématiquement équipé d’une préhampe en matière osseuse. Parmi les objets étudiés, certains présentaient un empennage en position proximale de la hampe. Leur fonction est décrite de manière plus univoque. Il semblerait en effet qu’ils aient été utilisés pour chasser des mammifères marins à partir du kayak. L’anthropologue W. Laughlin rapporte que ce type de harpon pouvait atteindre une portée maximum de 36,6 mètres (Laughlin, 1980, p. 32). C’est malheureusement, le seul type de harpon dont nous avons une approximation de la portée.

Fig. 2 : Exemples de harpons

Fig. 2 : Exemples de harpons

Lancés à la main : a. Harpon yaghan (Rome, Museo Nazionale Preistorico Etnografico Luigi Pigorini, n27585) ; b. Harpon kaweskar (Punta Arenas, Museo Maggiorino Borgatello, n839) ; c. Harpon aléoute (Copenhague, Nationalmuseet, no Ib.162). Lancé au propulseur : d. Harpon alutiiq (Copenhague, Nationalmuseet, no Hb.210).

Méthodologie

Analyse morphométrique

11Les données morphométriques nous permettent la comparaison entre les objets. Nous avons enregistré certains caractères de la hampe : sa forme, ses dimensions, son poids et son point d’équilibre. La forme est caractérisée par le profil et la section du fût. Le poids des objets est mesuré avec une balance digitale portative précise au gramme près. Le point d’équilibre est repéré à la main, en soulevant l’objet à deux doigts jusqu’à trouver le point où l’objet se stabilise. Il a ici été calculé en divisant la distance de l’extrémité distale au point d’équilibre par la longueur totale du projectile. Ces analyses nécessitant une manipulation des objets, certains ont alors été écartés, car trop fragiles. Le type d’emmanchement est décrit selon la terminologie existante, formulée par D. Stordeur (1987). De nouveaux termes ont été néanmoins utilisés, notamment ceux correspondants à certaines morphologies de la partie distale de la hampe, qui n’ont jamais été définies auparavant.

Analyse xylologique

12Du grec ancien, xylon (bois), cette étude a pour objectif d’identifier la matière première ligneuse afin d’appréhender les stratégies de sa sélection. Les espèces utilisées ont été déterminées lorsque cela a été possible. La détermination des espèces a été faite à partir de prélèvements millimétriques de bois et cette opération destructrice a pu être réalisée seulement dans les cas où l’autorisation a été obtenue. Les prélèvements ont été faits sur des zones choisies, afin qu’ils ne détériorent pas l’aspect des objets. Malheureusement nous avons pu les effectuer uniquement sur les objets de Patagonie et l’indentification des essences de bois utilisées pour les objets d’Alaska n’a pas pu être faite. En effet, les objets de cette région sont pour la plupart peints et en très bon état, et nous ne pouvions pas garantir que le pigment ne serait pas affecté par le prélèvement. L’orientation des plans du bois par rapport aux faces des hampes, leur taille, et leur courbure permet d’identifier la partie anatomique de l’arbre qui a été choisie pour la fabrication de chaque manche. Enfin, la présence d’éventuels défauts du bois comme les nœuds constitue aussi de précieux indices sur la gestion de la matière.

13En parallèle des analyses faites sur les objets, les sources écrites transmises par des missionnaires, marins, colons, et ethnographes qui ont rencontré les peuples de Patagonie australe et d’Alaska méridional entre la fin du xixe siècle et le début du xxe siècle, sont également examinées.

« Les tendances »

14Certaines tendances générales d’une hampe de harpon sont de l’ordre de l’évidence. Elle doit a priori être assez fine et longue afin de revêtir un minimum de qualités aérodynamiques, le harpon étant une arme de jet. Cette longueur implique presque automatiquement le choix du bois végétal, le seul matériau disponible pour ces sociétés, susceptible de fournir une longueur suffisante de matière et une bonne résistance. Cependant, l’étude plus précise des hampes et plus particulièrement de leurs caractères métriques, montre que ces tendances pourraient encore être définies avec plus de précision.

Poids des hampes

15La force d’impact d’une arme est déterminée par son énergie cinétique, c’est-à-dire l’énergie acquise lors du lancer. Cette énergie cinétique est égale à : ½ masse de l’objet x vitesse2 (Hrdlicka, 2002 ; Whittaker, 2016, p. 72). Si l’on simplifie cette loi aérodynamique à laquelle sont soumis les projectiles tels que les harpons, on pourra affirmer qu’il existe deux manières d’augmenter la force d’impact d’une arme contre une proie : en en augmentant le poids et/ou la vitesse. C’est clairement ce principe qui transparaît à travers le poids des hampes de harpon de notre corpus (fig. 3).

Fig. 3 : Poids des hampes et des hampes avec préhampes (hampe et préhampe n’étant pas séparables dans le cas des petits harpons), du plus lourd au plus léger par groupe culturel

Fig. 3 : Poids des hampes et des hampes avec préhampes (hampe et préhampe n’étant pas séparables dans le cas des petits harpons), du plus lourd au plus léger par groupe culturel

16En effet, les hampes lancées à la main sont bien plus lourdes que celles lancées au propulseur. Il n’y a pas de poids type observé pour ces objets, cependant, on observe que leur poids va de 600 g pour une hampe aléoute à 1 284 g pour une hampe yaghan et le poids moyen pour toutes ces hampes confondues est de 875 g, ce qui est relativement important. Les hampes conditionnent ainsi de façon très importante le poids des projectiles ; elles constituent en effet 85 % à 90 % du poids de l’arme entière. Puisque ces projectiles sont lancés à la main, leur vitesse, qui dépend uniquement de la force du lanceur, est plus faible que celles des projectiles lancés au propulseur. La faible vitesse est alors compensée par le poids de la hampe. Ce dernier permet en effet de démultiplier la force du jet et conditionne ainsi la force de pénétration de l’armature.

17Les hampes lancées au propulseur sont beaucoup moins lourdes, leur poids moyen est de 126 g, soit environ sept fois moins que celles lancées à la main. Le poids des hampes change donc radicalement selon le mode de propulsion. Ce phénomène a déjà été observé par J. L. Palter pour les lances des aborigènes d’Australie. Pour le chercheur, cela peut être expliqué par le fait qu’un projectile léger permet au lanceur d’appliquer le maximum de sa force sur le propulseur : « If too much mass is placed at the end of the artificial extension of the arm, the effort required to overcome the increased inertia of the hand-held combination of spear-thrower and projectile defeats the purpose of achieving increased thrust by prolonging contact » (Palter, 1977, p. 164). Par ailleurs, selon les principes aérodynamiques déjà énoncés, et étant donné que l’usage du propulseur peut augmenter la vitesse d’un projectile, c’est d’abord cette dernière qui permet la pénétration de l’armature dans la proie. Le poids de la hampe peut alors être moins important, car il a un rôle qui devient plus secondaire. Cela correspond par ailleurs à la remarque de J. C. Whitakker : « Most atlatl darts are too light to be very effective as slow hand-thrown spears, but the lever action of an atlatl allows the human arm to accelerate a dart enough to make it a deadly weapon » (Whittaker, 2016, p. 72).

Point d’équilibre des hampes

18Le point d’équilibre d’un projectile conditionne la stabilité de son vol et est en cela un critère essentiel pour son efficacité. Toutes les hampes de harpon de notre corpus ont un point d’équilibre qui se situe vers l’avant du projectile. Cela n’est pas surprenant, car c’est ainsi qu’un projectile peut le mieux contrer les forces de frottement de l’air qui peuvent le déstabiliser dans sa trajectoire (Cundy, 1980). Tout comme pour le poids des hampes, nos résultats montrent qu’il y a une claire différence entre les hampes lancées à la main et celles lancées au propulseur (fig. 4). Il est assez surprenant de constater à quel point les valeurs sont similaires pour toutes les hampes lancées à la main, qu’elles soient yaghan (0,58), kaweskar (0,58) ou s’agissant de la seule hampe aléoute (0,57) pour laquelle nous avons pu effectuer cette mesure. Il s’agit donc d’un caractère très normé et qui répond fortement à un déterminisme fonctionnel. Là encore, il s’agit d’un rôle porté par la hampe. En effet, le point d’équilibre de l’objet complet, hampe et armature comprises, est très légèrement inférieur à celui des hampes seules, la présence de la pointe de harpon ne transfère donc pas le poids du projectile vers l’avant. Bien qu’il soit indéniable que l’armature ait une fonction active importante dans le fonctionnement des harpons, notamment dans la pénétration et le déchirement des chairs ainsi que dans la rétention de la proie (Weniger, 1992), il semblerait qu’elle n’ait pas un rôle de contrôle du point d’équilibre, rôle qui serait, selon nos exemples, plutôt assuré par la hampe. Il s’agit d’un point important, car cela vient à l’encontre des affirmations de certains préhistoriens qui suggèrent que le point d’équilibre des projectiles en général est déterminé par le poids de la préhampe ou de l’armature (Christenson, 1986, p. 115). Notre observation n’est cependant valable que pour les harpons et devra être vérifiée pour d’autres types de projectiles comme les flèches dont le fonctionnement et les principes aérodynamiques sont différents.

Fig. 4 : Point d’équilibre des hampes et des hampes et préhampes (hampe et préhampe n’étant pas séparables dans le cas des petits harpons) et des objets entiers par groupe culturel et type de harpon

Fig. 4 : Point d’équilibre des hampes et des hampes et préhampes (hampe et préhampe n’étant pas séparables dans le cas des petits harpons) et des objets entiers par groupe culturel et type de harpon

19Les petits harpons sont lancés à une vitesse supérieure et sur une plus grande distance que les grands harpons lancés à la main. Ils sont alors davantage soumis aux forces de frottement de l’air (Palter, 1977, p. 167), ce qui pourrait expliquer que le point d’équilibre de l’ensemble hampe et préhampe (les deux éléments n’étant pas détachables) soit plus décalé vers l’avant (0,70) qu’il ne l’est déjà pour les harpons lancés à la main. Là encore, la présence de la pointe ne modifie presque pas le point d’équilibre. Il est ici déterminé par la présence de la préhampe, placée en position distale du harpon et faite en matière dure animale, qui est plus dense que le bois végétal (Pétillon et Cattelain, 2004).

Variabilités

Section des hampes

20La section d’une hampe est un critère qui rentre en compte dans les qualités aérodynamiques des projectiles comme les harpons. En effet, pendant la trajectoire, ces derniers sont soumis aux forces de frottement de l’air, qui ralentissent et déstabilisent l’objet. La section qui permet au mieux de limiter ces forces contraires est celle parfaitement ronde et lisse, à l’image des sections de javelots utilisés de nos jours pour les compétitions sportives.

  • 1 On notera que le retrait du bois lors de son assèchement peut conduire une section initialement ron (...)

21Les Aléoutes et les Alutiiq se rapprochent de cette formule idéale, puisque tous leurs harpons, quels que soient leur type et leur diamètre, ont une section circulaire (fig. 5a), parfois légèrement ovalaire1.

22Les harpons des Kaweskar aussi sont de section ronde à ovalaire, mais leur surface est plutôt irrégulière (fig. 5b). Cela s’explique par le choix des Kaweskar d’utiliser de jeunes troncs bruts dont la surface est peu modifiée pour fabriquer leurs hampes. La morphologie du tronc détermine donc la section de la hampe.

23Les Yaghan (fig.5c) donnent à la hampe de leurs harpons une section octogonale sur base rectangulaire. Cette forme pourrait avoir l’avantage, par rapport à une section rectangulaire, de créer des lignes de fuites permettant au projectile d’être moins freiné par les forces de frottement.

24Les hampes de Patagonie pourront être qualifiées d’« approximation fonctionnelle ». Ce n’est pas la formule idéale d’une section ronde qu’ils utilisent, mais une option qui, si moins efficace en théorie, permet néanmoins d’assurer le fonctionnement aérodynamique des hampes. Ces exemples sont intéressants car ils prouvent notamment que s’il existe une formule fonctionnelle idéale, ce n’est pas forcément celle qui est toujours choisie.

Fig. 5 : Détails de l’aménagement des hampes et morphologie des sections

Fig. 5 : Détails de l’aménagement des hampes et morphologie des sections

a. Aléoutes et Alutiiq : ronde ; b. Kaweskar : ronde à ovale ; c. Yahgan : octogonale.

Matière première de hampes

25L’exemple des deux groupes de Patagonie est significatif de la variabilité du choix de la matière première pour la fabrication d’une hampe de harpon.

  • 2 Les essences du genre Nothofagus sp. sont comparables au hêtre européen (Fagus sp.)

26L’environnement forestier des Yaghan et des Kaweskar est très similaire et ils ont à leur disposition les mêmes essences. Pourtant, nos résultats montrent une claire différence de choix. En effet, les cinq prélèvements faits sur des hampes de harpons yaghan révèlent l’utilisation d’essences du genre Nothofagus sp.2 (fig. 6c), qui développent un large tronc au fil régulier (Díaz-Vaz et al., 2002 ; Hall et Witte, 2004). À l’inverse, parmi les sept prélèvements faits sur les hampes de harpons kaweskar, six indiquent l’utilisation de canelo (Drymis Winteri) et un seul provient du cyprès de las Guaitecas (Pilgerodendron uviferum) (fig. 6a). Ces choix d’essence se confirment sur les hampes de lances étudiées en parallèle. Ces groupes sélectionnaient donc les mêmes essences pour les deux catégories de projectiles. Cela annonce un choix de matière première qui est moins lié au type de projectile qu’aux particularités ethniques des Yaghan et des Kaweskar.

  • 3 Duramen : « Partie interne du tronc de l’arbre, […] dont les cellules “meurent” presque toutes et s (...)

27Ces choix différentiels d’espèces sont complémentaires aux choix de la partie de l’arbre utilisée. En effet, les Yaghan ne prélèvent pour fabriquer leurs hampes qu’une partie particulière du tronc. Cette partie se situe dans le deuxième tiers de l’intervalle entre le cœur et l’écorce, c’est-à-dire dans la partie du duramen3 la plus éloignée du cœur. Il s’agit d’une zone où les cernes sont peu courbés. Les côtés des hampes sont systématiquement orientés selon les plans du bois ; les grands côtés de la hampe correspondant au plan radial (perpendiculaire aux cernes en passant par le cœur), et les petits côtés au plan tangentiel (tangentiel aux cernes) du bois (fig. 6d). Ce choix s’explique par une volonté d’utiliser du bois le plus stable possible, c’est-à-dire qui ne se déformera pas après fabrication. En effet, lorsque le bois sèche, il ne se rétracte pas autant sur son plan radial que sur son plan tangentiel. La déformation des pièces peut donc varier après séchage selon l’endroit de la grume dont elles sont extraites. Si la pièce ne suit pas l’axe des cernes et donc du plan du bois, elle finit par se déformer après séchage (Krotkine et Denancé, 2013, p. 45). La seule manière de préserver le profil d’une hampe est de l’extraire de la façon privilégiée par les Yaghan, c’est-à-dire en prenant en compte les différents plans du bois.

28Les Kaweskar utilisent eux uniquement de jeunes troncs mesurant environ 2,5 à 3 cm de diamètre et donc au gabarit déjà conforme à celui d’une hampe (fig. 6b). Ils ont alors justement sélectionné des espèces qui développent ce type de jeunes troncs très rectilignes (Drymis Winteri et Pilgerodendron uviferum), ce qui n’est pas le cas des Nothofagus sp. dont les jeunes troncs sont bien plus tortueux. Ce choix d’utiliser du bois de brin, appelé aussi bois rond (avec présence du cœur de l’arbre), implique deux défauts de la hampe lors du séchage et retrait du bois : l’apparition de fissures dans le bois et la modification du caractère rectiligne du profil de la hampe.

29Deux choix différents ont donc été effectués ; les Yaghan choisissent du bois durable et stable qui restera rectiligne avec le temps. Les Kaweskar font eux le choix de l’opportunisme, profitant de formes déjà présentes dans la nature bien qu’a priori ils obtenaient des hampes moins durables. L’efficacité de chaque choix reste cependant un domaine à explorer.

Fig. 6 : Essence et partie du tronc utilisées pour la fabrication des hampes

Fig. 6 : Essence et partie du tronc utilisées pour la fabrication des hampes

Kaweskar : a. Drimys wintery ou Pilgerodendron uviferum ; b. bois de brin (jeune tronc) ; Yaghan ; c. Nothofagus sp ; d. partie du duramen proche de l’aubier d’un large tronc.

Emmanchement

30L’aménagement de la zone d’emmanchement, c’est-à-dire la morphologie donnée à la partie distale de la hampe pour recevoir la partie proximale de l’armature afin qu’elles puissent s’assembler, revêt la même fonction dans tous les cas : il doit permettre le maintien de l’armature dans la hampe ou dans la préhampe le temps du vol du projectile et son détachement une fois l’armature implantée dans la proie.

31On remarquera qu’en Patagonie australe et en Alaska méridional les emmanchements sont de type mâle, c’est-à-dire que la pointe est fichée dans la hampe et non l’inverse (fig. 7b ; 8b ; 8f). Hormis ce point de convergence, il y a de claires différences dans les options techniques choisies pour répondre à cette fonction.

32En effet, en Patagonie, que ce soit chez les Kaweskar ou chez les Yaghan, on retrouve l’aménagement en « entaille en V » (fig. 7a), qui répond à la forme quadrangulaire de l’embase de l’armature à épaulement (fig. 7c). La pointe est temporairement calée dans l’entaille et maintenue à l’aide d’une ligature qui restera fermement attachée à la hampe reliant ainsi hampe à la pointe (fig. 7b). La ligature sert à assurer que la pointe reste immobile lors du lancer, mais sa faible extension autorise la pointe à se dégager lors de l’impact et la fuite de l’animal.

Fig. 7 : Emmanchement et aménagement en « entaille en V » des harpons de Patagonie australe

Fig. 7 : Emmanchement et aménagement en « entaille en V » des harpons de Patagonie australe

a. Schéma de l’extrémité distale de la hampe : vue du dessus (en haut), de face (gauche) et de profil (droite) ; b. zone de l’emmanchement ; c. partie proximale de la pointe de harpon à embase à épaulement.

33En Alaska, à la fois pour les Alutiiq et les Aléoutes, c’est l’aménagement dit « en douille » qui est privilégié. Il s’agit d’une concavité creusée dans l’axe de la hampe ou préhampe (fig. 8a ; 8d). Sur les grands harpons lancés à la main, l’armature est directement emmanchée sur hampe et par conséquent, la douille creusée dans celle-ci (fig. 8a). Cette zone est également renforcée par la présence d’une ligature (fig. 8b). Cet élément est visible sur les deux harpons étudiés, mais également sur d’autres, visibles dans des catalogues de collections muséales (Berezkin, 2012 ; Varjola, 1990). Il s’agit donc d’un élément récurrent et non pas d’une ligature de réparation. Elle pourrait notamment consolider la zone de l’emmanchement qui reçoit fortement le choc de l’impact et ainsi freiner les fissures pouvant apparaître à cet endroit. L’embase de la pointe de harpon répondant à cet aménagement sur hampe est de type droit (rectangulaire).

34Lorsqu’il y a présence d’une préhampe en os (fig. 8f), sur les petits harpons lancés au propulseur, on remarque ce même aménagement en douille dont l’intérieur est doublé d’une gaine en bois (fig. 8d). Cette dernière devait à la fois amortir l’entrechoquement entre les deux éléments en os (armature et préhampe) lors de l’impact (Shade, 1949, p. 48), et créer un effet d’étau autour de la pointe. Ainsi un meilleur maintien de la petite pointe à embase à double épaulement (fig. 8f ; 8g) dans la douille était assuré durant le lancer.

35Aucune tendance morphologique n’est perceptible entre les deux régions, ce qui laisse toutefois présager, avec ce peu d’exemples, une certaine liberté de composition autour d’un même « contour fonctionnel ». Définir la fonction et le fonctionnement d’un emmanchement ne permet donc pas forcément d’imaginer de quelle manière exacte celui-ci était constitué.

Fig. 8 : Emmanchement et aménagement en douille des harpons d’Alaska méridional

Fig. 8 : Emmanchement et aménagement en douille des harpons d’Alaska méridional

Sur hampe : a. schéma de l’extrémité distale de la hampe pour les grands harpons, vue du dessus (en haut), de face (gauche), et en coupe longitudinale (droite) ; b. zone d’emmanchement ; c. partie proximale de la pointe de harpon à embase droite. Sur préhampe : d. schéma de l’extrémité distale de la préhampe pour les petits harpons, vue du dessus (en haut), de face (gauche), et en coupe longitudinale (droite) ; e. gaine en bois couvrant l’intérieur de la douille ; f. zone d’emmanchement ; g. partie proximale de la pointe de petit harpon à embase à double épaulement.

Conclusion

36Cette étude comparative rend compte de la quantité et de la nature des informations qui disparaissent à mesure que les hampes se décomposent sur les sites préhistoriques. Elle tend à déconstruire une vision théorique de ces éléments primordiaux dans l’efficacité d’un projectile comme le harpon, en révélant des tendances qui sont autant d’informations sur lesquelles se baser pour reconstituer des hampes préhistoriques. Nos résultats nous amènent cependant à prendre en compte que ces hampes peuvent être d’une grande variabilité selon les contextes. Dans une étude plus large, menée dans le cadre d’un doctorat, des solutions pour comprendre cette variabilité entre les groupes subarctiques et subantarctiques sont explorées. En parallèle des approches présentées ici, une analyse technologique a aussi été entreprise. En effet, certains choix, comme ceux de la matière première pour les Kaweskar, impliquent une chaîne opératoire courte avec des séquences techniques moins nombreuses comparée à celle utilisée par les Yaghan. Ces choix témoigneraient de maîtrises techniques distinctes d’un groupe à l’autre. Cette variabilité pourrait également traduire une diversité des techniques de chasse. Dans la littérature ethnographique, le fonctionnement et la portée des harpons ne sont qu’exceptionnellement précisés (Laughlin, 1980, p. 32) ; nous avons cependant relevé que les écrits ethnographiques présentent les grands harpons comme étant utilisés sur des distances plus courtes que les petits harpons lancés au propulseur. Tous les harpons pourraient ne pas avoir le même fonctionnement et le fait que les chasseurs-cueilleurs maritimes de Patagonie ne possèdent que des harpons lourds présentant des « approximations fonctionnelles » (sections non parfaitement aérodynamiques) implique probablement des stratégies de chasse différentes de celles des Aléoutes et Alutiiq.

Bibliographie

Berezkin Y.E. (dir.) (2012), The Alutiit/Sugpiat, Fairbanks, University of Alaska Press.

Christensen M., Legoupil D., Pétillon J.-M. (2016), « Hunter-Gatherers of the Old and New Worlds: Morphological and Functional Comparisons of Osseous Projectile Points », dans M. C. Langley (dir.), Osseous Projectile Weaponry: Towards an Understanding of Pleistocene Cultural Variability, Dordrecht, Springer (Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology), p. 237-252.

Christenson A. L. (1986), « Projectile Point Size and Projectile Aerodynamics: An Exploratory Study », Plains Anthropologist, 31, p. 109128.

Collardet J., Besset J. (1988), Les bois commerciaux et leurs utilisations, tome I, Bois résineux, conifères, Dourdan.

Cundy B.J. (1980), Australian Spear and Spearthrower Technology: an Analysis of Structural Variation, Degree of master of arts, Australian National University.

Díaz-Vaz O. J. E. et al. (2002), Maderas comerciales de Chile, Valdivia, Marisa Cuneo Ediciones.

Dulbecco P., Luro D. (1998), L’essentiel sur le bois, Paris, Centre technique du bois et de l’ameublement.

Gusinde M. (1931), Die Feuerland Indianer: Ergebnisse meiner vier Forschungsreisen in den Jahren 1918 bis 1924, Vienne, Anthropos.

Hall M., Witte J. (2004), Maderas del sur de Chile: árboles, aplicaciones y procesos, Santiago, Editorial Universitaria.

Hrdlicka D. (2002), « How Hard Does It Hit? A Revised Study of Atlatl and Dart Ballistics », The Atlatl, 16.

Hutchings W. K. (2016), « When Is a Point a Projectile ? Morphology, Impact Fractures, Scientific Rigor, and the Limits of Inference », dans R. Iovita, K. Sano (dir.), Multidisciplinary Approaches to the Study of Stone Age Weaponry, Dordrecht, Springer, p. 312.

Jochelson W. (1925), Archaeological Investigations in the Aleutian Islands, Washington, Carnegie Institution of Washington.

Krotkine G., Denancé M. (2013), « Propriétés mécaniques du bois et des matériaux dérivés », dans Association des ingéieurs de l’ESB (dir.), Manuel de l’ingénierie bois. Pense précis bois, Paris, Eyrolles, p. 43‑71.

Langley M. C. (dir.) (2016), Osseous Projectile Weaponry: Towards an Understanding of Pleistocene Cultural Variability, Dordrecht, Springer.

Laughlin W. S. (1980), Aleuts, Survivors of the Bering Land Bridge, New York, Holt, Rinehart and Winston.

Leroi-Gourhan A. (1945), Évolution et techniques, t. II : Milieu et technique, Paris, Albin Michel.

Leroi-Gourhan A. (1965), Le geste et la parole, t. II : La mémoire et les rythmes, Paris, Albin Michel.

Lovita R., Sano K. (dir.) (2016), Multidisciplinary Approaches to the Study of Stone Age Weaponry, Dordrecht, Springer (Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology Series).

Palter J. L. (1977), « Design and Construction of Australian Spear-Thrower Projectiles and Hand-Thrown Spears », Archaeology & Physical Anthropology in Oceania, 12, p. 161172.

Pétillon J.-M. (2006), « Des barbelures pour quoi faire ? Réflexions préliminaires sur la fonction des pointes barbelées au Magdalénien supérieur », Palethnologie, 1, p. 69‑102.

Pétillon J.-M., Cattelain P. (2004), « Nouvel examen de l’armature composite magdalénienne du Tuc d’Audoubert (Montesquieu-Avantès, Ariège) », Bulletin de la Société préhistorique française, 101/1, p. 45‑53.

Quimby G. I. (1944), « Aleutian Islanders », Anthropology Leaflet, 35, p. 148.

Shade C. I. (1949), Ethnological Notes on the Aleuts, Cambridge, Harvard University, eHRAF Computer Files (http://ehrafworldcultures.yale.edu/document?id=na06-017, consulté le 6 février 2018).

Stordeur D. (1987), « Manches et emmanchements préhistoriques : quelques propositions préliminaires », dans D. Stordeur (dir.), La main et l’outil: manches et emmanchements préhistoriques, Lyon MOM Éditions, p. 11‑34.

Varjola P. (dir.) (1990), The Etholén Collection: The Ethnographic Alaskan Collection of Adolf Etholén and his Contemporaries in the National Museum of Finland, Helsinki, National Board of Antiquities.

Weniger G.-C. (1992), « Function and Form: An Ethnoarchaeological Analysis of Barbed Points from Northern Hunter-Gatherers », dans F. Audouze (dir.), Ethnoarchéologie. Justification, problèmes, limites, Juan-les-Pins, APDCA, p. 257268.

Whittaker J. C. (2016), « Levers, Not Springs: How a Spearthrower Works and Why It Matters », dans R. Lovita, K. Sano (dir.), Multidisciplinary Approaches to the Study of Stone Age Weaponry, Dordrecht, Springer (Vertebrate Paleobiology and Paleoanthropology Series), p. 6574.

Yesner D. R. (2004), « Prehistoric Maritime Adaptations of the Subarctic and Subantarctic Zones: The Aleutian/Fuegian Connection Reconsidered », Arctic Anthropology, 41, p. 7697.

Notes

1 On notera que le retrait du bois lors de son assèchement peut conduire une section initialement ronde à devenir ovale (Dulbecco et Luro, 1998 , p. 34).

2 Les essences du genre Nothofagus sp. sont comparables au hêtre européen (Fagus sp.)

3 Duramen : « Partie interne du tronc de l’arbre, […] dont les cellules “meurent” presque toutes et se chargent de produits de sécrétion et de pigments, le faisant paraître souvent plus foncé que l’aubier » (Collardet et Besset, 1988, p. 11).

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Territoires des Aléoutes et Alutiiq d’Alaska méridional et des Kaweskar et Yaghan de Patagonie australe
Crédits Fonds de carte : continent américain et Alaska : http://www.atlas-monde.net. Patagonie : D. Legoupil.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-1.png
Fichier image/png, 532k
Titre Tab. 1 : Corpus : nombre d’objets par groupe culturel et type de harpon
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-2.png
Fichier image/png, 31k
Titre Fig. 2 : Exemples de harpons
Légende Lancés à la main : a. Harpon yaghan (Rome, Museo Nazionale Preistorico Etnografico Luigi Pigorini, n27585) ; b. Harpon kaweskar (Punta Arenas, Museo Maggiorino Borgatello, n839) ; c. Harpon aléoute (Copenhague, Nationalmuseet, no Ib.162). Lancé au propulseur : d. Harpon alutiiq (Copenhague, Nationalmuseet, no Hb.210).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-3.png
Fichier image/png, 132k
Titre Fig. 3 : Poids des hampes et des hampes avec préhampes (hampe et préhampe n’étant pas séparables dans le cas des petits harpons), du plus lourd au plus léger par groupe culturel
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-4.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 4 : Point d’équilibre des hampes et des hampes et préhampes (hampe et préhampe n’étant pas séparables dans le cas des petits harpons) et des objets entiers par groupe culturel et type de harpon
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-5.png
Fichier image/png, 261k
Titre Fig. 5 : Détails de l’aménagement des hampes et morphologie des sections
Légende a. Aléoutes et Alutiiq : ronde ; b. Kaweskar : ronde à ovale ; c. Yahgan : octogonale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-6.png
Fichier image/png, 56k
Titre Fig. 6 : Essence et partie du tronc utilisées pour la fabrication des hampes
Légende Kaweskar : a. Drimys wintery ou Pilgerodendron uviferum ; b. bois de brin (jeune tronc) ; Yaghan ; c. Nothofagus sp ; d. partie du duramen proche de l’aubier d’un large tronc.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-7.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Fig. 7 : Emmanchement et aménagement en « entaille en V » des harpons de Patagonie australe
Légende a. Schéma de l’extrémité distale de la hampe : vue du dessus (en haut), de face (gauche) et de profil (droite) ; b. zone de l’emmanchement ; c. partie proximale de la pointe de harpon à embase à épaulement.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-8.png
Fichier image/png, 95k
Titre Fig. 8 : Emmanchement et aménagement en douille des harpons d’Alaska méridional
Légende Sur hampe : a. schéma de l’extrémité distale de la hampe pour les grands harpons, vue du dessus (en haut), de face (gauche), et en coupe longitudinale (droite) ; b. zone d’emmanchement ; c. partie proximale de la pointe de harpon à embase droite. Sur préhampe : d. schéma de l’extrémité distale de la préhampe pour les petits harpons, vue du dessus (en haut), de face (gauche), et en coupe longitudinale (droite) ; e. gaine en bois couvrant l’intérieur de la douille ; f. zone d’emmanchement ; g. partie proximale de la pointe de petit harpon à embase à double épaulement.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19276/img-9.png
Fichier image/png, 168k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR7041, ArScAn, Ethnologie préhistorique
Thèse sous la direction de Marianne Christensen : « “Tendances et faits” chez les chasseurs-cueilleurs maritimes en milieu froid. Comparaison des systèmes d’emmanchement de l’équipement de subsistance des sociétés subactuelles de Patagonie australe et d’Alaska méridional »

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter