Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biais, hiatus et absences en archéologie

 | 
Elisa Caron-Laviolette
, 
Nanouchka Matomou-Adzo
, 
Clara Millot-Richard
, 
et al.

Au-delà des lacunes

Le sens des absences et mutilations dans les dépôts complexes du Bronze final Atlantique

Beyond the Lack. The Meaning of the Gaps and Mutilation in Complex Hoards of the Final Atlantic Bronze Age

Charlotte Planckeel

Résumé

Les vestiges archéologiques sont souvent incomplets pour des raisons pouvant tenir de processus complexes de conservation, mais également de traitements volontaires appliqués par les utilisateurs eux-mêmes. C’est le cas pour de très nombreux objets métalliques rassemblés en un même endroit qui constituent les dépôts complexes Atlantique du Bronze final qui continuent, après plusieurs décennies d’études, d’interroger la communauté scientifique, d’autant que la plus grande majorité de ces dépôts complexes Atlantique sont découverts hors de tout contexte archéologique. Ainsi, certains objets sont volontairement mutilés et deviennent alors lacunaires, dans un acte qui fait sens pour celui qui l’accomplit. Essentiels pour comprendre ces populations, leur fonctionnement et leurs motivations, ces gestes n’en restent pas moins délicats à interpréter tant ces pratiques anciennes sont étrangères à nos propres codes. Autant il est possible de faire parler l’existant au travers de ces fragments de bronze qui nous sont parvenus, autant il est très difficile de donner du sens, rétablir la logique de ce qui a conduit à l’inexistant, à cette partie de l’objet manquante, au vide qui n’a pas laissé de traces tangibles. La signification de ces lacunes demeure toujours problématique et continue à soulever plusieurs questionnements.
Les témoins de surface, les stigmates observables constituent autant d’indices caractérisables dans une typologie de ces fragmentations qui apportent des précisions quant au type de « blessures » infligées aux objets. La reconstitution de la documentation manquante permettra de recouper, de croiser et de confronter différentes hypothèses afin de les éprouver informatiquement. Une réflexion autour de l’inversion de déformation est en cours afin de remonter les étapes successives ayant conduit aux objets tels qu’ils nous sont donnés à étudier aujourd’hui.
Cette nouvelle approche méthodologique dans la façon d’étudier, de visualiser, d’organiser, d’afficher le patrimoine archéologique lacunaire devrait permettre d’améliorer de façon significative notre compréhension et notre capacité à communiquer de riches récits sur le passé des sociétés de l’âge du Bronze.

Archaeological remains are often incomplete as a consequence of complex conservation’s processes, but also because of voluntary treatments applied by the users themselves. This is the case for a considerable number of metallic objects that are gathered in the same place and that establish the Atlantic hoards complex of the Late Bronze Age which keeps questioning, after several decades of studies, the scientific community especially because the majority of Atlantic hoards complexes was discovered outside any archaeological context.
Therefore, some of the objects are voluntarily mutilated and become incomplete in the framework of an act which makes sense for the one who implemented it. These behaviours are essentials to understand these populations, their functioning and their motivations, and are still subject to a delicate interpretation since these old practices are foreign to our own codes.
If, on one hand, it is possible to let the existing speak through these bronze fragments which came to us ; on the other hand it is very difficult to attribute a precise meaning, to restore the logic behind the act that led to the non-existent, to this missing part of the object, to the emptiness, to what did not leave any tangible tracks. The meaning of these gaps remains still problematic and keeps raising several questions.
The marks of destruction, the observable stigmas, represent so many characterizable indications inside a typology of fragmentations, that they provide some clarifications as for the type of "wounds" imposed to the objects. The reconstruction of the missing documentation will be used as basis for renewed archaeological studies and will allow to reshape, cross and compare various hypotheses in order to prove them with data processing. A brainstorming around the inversion of distortion is ongoing in order to go back along the successive steps that led to the objects as they are given to us for studying today.
This new methodological approach in the way of studying, visualizing, organizing, and showing the incomplete archaeological heritage should allow to improve in a significant way our understanding and our capacity to communicate rich narratives on the past time of the Bronze Age societies.

Texte intégral

1Avant de développer cet article, il convient de faire un rapide historique des recherches sur le sujet des dépôts métalliques.

2C’est à la fin du xixe siècle que la mention « dépôt métallique », utilisée au sens archéologique du terme, fait son apparition. Il nous faudra attendre les années 1990 pour voir se renouveler les études sur les dépôts de l’âge du Bronze (Bradley, 1990). En effet, depuis des décennies les dépôts sont classés selon deux catégories : dépôt de fondeur ou dépôt votif/trésor, quil s’agisse respectivement d’objets fragmentés ou d’objets déposés entiers.

3C’est à la fin des années 1990 et au début des années 2000 qu’un nouvel élan est donné en Europe et particulièrement en France grâce au renouvellement des recherches sur les productions métalliques et notamment sur les dépôts de l’âge du Bronze européen. Une nouvelle dynamique s’installe alors, avec l’organisation de plusieurs manifestations scientifiques donnant lieu à la publication de nombreux ouvrages.

4Les années 2000 ont été marquées par de nouveaux questionnements avec un intérêt plus poussé pour le traitement individualisé des objets en présence dans les dépôts : appartenance à diverses catégories fonctionnelles, masse, état des objets, processus de fragmentation. Soulignons aussi la multiplication des études en archéologie expérimentale dans ce domaine. En parallèle, les études archéométallurgiques se poursuivent.

5Aujourd’hui, l’attention portée à ces ensembles continue à stimuler les réflexions scientifiques et travaux de recherche aux problématiques variées : fragmentation, restitution, quantification des masses existantes et manquantes, compréhension du phénomène de dépôts métalliques.

6Les dépôts du Bronze final ont fait l’objet de nombreuses études, en particulier typologiques (Bradley, 1990 ; Verger, 1992 ; Milcent 1998 ; Bruck, 2006 ; Gabillot et Lagarde, 2008 ; Hamon et Quilliec, 2008). Les chercheurs ont trouvé des logiques d’assemblage de pièces là où on croyait, des décennies durant, voir un bric-à-brac aléatoire destiné au creuset du bronzier. On a décelé des associations parmi les fragments, plus ou moins nombreux, de ces « dépôts ». Tout n’est pas pour autant résolu. En premier lieu, tous les chercheurs ne s’accordent pas sur les nouvelles interprétations qui font de ces ensembles des dépôts réfléchis, volontaires et définitifs plutôt que des assemblages aléatoires et provisoires. En second lieu, la nature et l’importance numérique des pièces soulèvent des questionnements directs sur la place de ces ensembles dans l’artisanat de la métallurgie des alliages cuivreux. Que représentent-ils qualitativement et quantitativement ? Ces dépôts sont composés de fragments pour l’essentiel. Quel sens peut-on leur donner ? Quelles gestuelles peut-on leur associer ? Quelle part de l’objet est-elle déposée par rapport à son état original, et donc quelle part lacunaire manque-t-il, à l’échelle de chaque pièce comme à l’échelle de l’ensemble du dépôt ?

7Abordons le sujet différemment, et prenons l’objet fragmenté par un autre bout pour l’examiner, l’inspecter, l’analyser, le disséquer afin de mieux le comprendre sous un angle différent.

Un matériel hétéroclite pour autant d’interprétations

8Sans doute n’est-il pas inutile de partir d’une définition récente du dépôt (Lehoërff, 2016, p. 361) : « La définition [du dépôt] est en apparence assez simple : c’est un ensemble de mobiliers métalliques rassemblés en une fois, et volontairement abandonnés. En fait, chaque mot recouvre des variations dans la pratique de ces abandons : le nombre des mobiliers, qui peut aller d’une unité à plusieurs centaines ; l’état des objets, qui peuvent être entiers ou brisés ; la nature des mobiliers, qui peuvent être des lingots ou des objets finis, au sein d’une panoplie très variée de catégories fonctionnelles ou, au contraire, se limiter à un registre très restreint ; le lieu de l’abandon, qui peut être en milieu terrestre ou aquatique (milieu humide, immersion), avec ou sans aménagement (vase, structure, etc.), a priori accessible ou totalement hors de portée une fois le dépôt réalisé. Si l’on croise toutes ces données, force est de conclure que le “dépôt” est pluriel. »

  • 1 B. Toune, travaux en cours sur la « Fragmentation et objets “manipulés” dans les dépôts italiens à (...)
  • 2 F. Bordas, travaux en cours sur « Les dépôts d’objets métalliques au Bronze final 3 dans l’espace a (...)
  • 3 Les principales hypothèses avancées ces dernières décennies sont dépôts de fondeur, dépôts de march (...)

9Les travaux menés actuellement sur les dépôts métalliques de la protohistoire sont nombreux avec chacun leurs propres objectifs. Plusieurs travaux sont en cours notamment sur la fragmentation1 et sur les modalités de constitution des dépôts2. Différentes hypothèses pour tenter de donner une signification à cette pratique de dépôts ont été avancées au cours de ces dernières décennies, remises en question régulièrement par la mise en évidence de nouvelles données3.

Originalité de l’approche

  • 4 Vocabulaire emprunté et faisant référence au négatif des trous de poteaux si bien connu en archéolo (...)

10Nous pensons avoir fait le tour des questionnements. Est-ce si certain ? Ne faut-il pas prendre de la distance et, surtout, décaler le regard, jusqu’à jouer au néophyte afin de mieux questionner la philosophie entourant cette pratique ? Une nouvelle manière d’appréhender les dépôts complexes Atlantique devait être proposée afin de discerner l’invisible, ce qui a disparu, en d’autres termes c’est faire revivre, matérialiser ce qui n’est plus. Nous ne connaissons que ce que les fouilles archéologiques et découvertes multiples nous donnent à étudier. Nulle trace en « négatif4 » des parties manquantes des objets dans ces dépôts. Seuls témoins d’une matérialité ayant jadis existé, les traces observables en surface et les connaissances morphotypologiques associées.

11Au vu des avancées scientifiques qui encadrent la pratique de déposition, ces ensembles métalliques ont vocation à être abandonnés de manière définitive. Lhypothèse la plus couramment acceptée par les chercheurs actuellement est celle des dépôts votifs, c’est-à-dire d’une pratique rituelle de dons, d’offrandes exécutées pour s’acquitter d’un vœu, obtenir les faveurs de ce en quoi la société croit. Force est de constater qu’au regard de la pluralité des dépôts, plusieurs protocoles d’enfouissement devaient exister. Cette remarque n’a de sens que si notre positionnement se limite à l’étude de l’ensemble. L’étude individualisée et minutieuse de chaque objet, chaque fragment, permettra peut-être d’identifier une gestuelle répondant à des pratiques codifiées selon la nature de l’objet sur lequel les hommes opèrent. Pourquoi certains objets présentent-ils des marques de « blessures » de différentes natures, renfermant en leur mémoire matérielle toute une série de gestes visant à altérer l’objet, alors que d’autres ont été très peu manipulés ? Il semble donc que la prise en compte du dépôt dans son ensemble ne suffise plus à enrichir les hypothèses d’interprétation. La démarche vise donc à l’étude singulière de chacune des pièces afin de découvrir si un protocole de dégradation des objets peut être mis en évidence. Cela supposerait la réalisation d’un certain nombre d’étapes successives dans un ordre bien particulier et dans un but précis conduisant à rendre le matériel lacunaire. Partant de ce qui n’est plus, il s’agit de questionner le sens des absences et la valeur de ces mutilations.

Présentation du corpus et étude d’objets spécifiques

12Mes recherches portent sur les dépôts complexes Atlantique du Bronze final (entre 1350 et 800 environ avant J.-C.) en contexte non funéraire, qui réunissent nombre d’objets métalliques en bronze (alliage cuivre-étain) auxquels un traitement particulier a été administré. En effet, les objets au cœur de cette étude ont pour la plupart subi des transformations de la main de l’homme de l’âge du Bronze avant enfouissement. Certains des objets retrouvés montrent des traces d’usure, l’utilisation répétée de ces objets ayant altéré, endommagé la forme de l’objet utilisé. D’autres n’ont, semble-t-il, au contraire jamais servi, comme s’ils avaient été fabriqués en vue d’être abandonnés.

13Les stigmates observables en surface de la matière nous livrent parfois, sans retenue, les marques d’un certain acharnement pour transformer certains mobiliers (fig. 1). L’acharnement auquel se livre la communauté pour transformer ces objets inclut bien souvent la fragmentation du matériel métallique. Pour certains fragments, il est bien difficile, voire impossible, de déterminer avec exactitude le type d’objet auquel ce fragment métallique a appartenu tant la partie lacunaire est importante.

Fig. 1 : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Fig. 1 : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Fragment d’une pointe de lance en bronze.

Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.

  • 5 Le dépôt de Petit-Villatte est conservé au musée d’Archéologie nationale et domaine national de Sai (...)
  • 6 Le dépôt de Crundale est conservé au Canterbury Archaeological Trust (Angleterre).

14Deux dépôts ont retenu toute mon attention pour aborder la question du sens des lacunes dans les dépôts complexes Atlantique du Bronze final. Il s’agit des dépôts de Petit-Villatte5 (Cher) et de Crundale6 (Kent), tous deux représentatifs des pratiques que l’on cherche à mettre en évidence. Soit au total quelque 813 pièces à étudier.

15Le dépôt de Petit-Villatte (phase Ha B2/3 selon la terminologie allemande ; 900 avant notre ère), initialement considéré comme une cachette de fondeur (Goy, 1885), est tout à fait singulier pour plusieurs raisons ; d’une part d’un point de vue quantitatif, par l’abondance des fragments (628 pièces), et, d’autre part, par la diversité typologique de ses objets (Cordier 1996 et 2009), qui, soulignons-le, sont par ailleurs des objets neufs, peu ou très peu usagés, ou même parfois tout juste ébauchés ; des déchets de fabrication et des lingots sont aussi présents (fig. 2). Une part très importante de ce mobilier a subi diverses manipulations ayant conduit à de profondes modifications des artefacts. L’intervention volontaire de la main de l’homme sur ces objets a conduit à des changements si radicaux parfois qu’il peut être difficile de les identifier. Comme souligné dans l’étude de P.-Y. Milcent (1998, p. 64), qui s’est très largement intéressé à l’étude du mobilier en présence, « le taux de fragmentation des pièces du Petit-Villatte est élevé, environ 70 % des pièces sont cassées. Sauf exception, les bronzes brisés sont lacunaires, c’est-à-dire qu’une partie de l’objet a été soustraite lors de la constitution du dépôt ; le plus souvent même un petit fragment seulement représente la pièce » – selon la logique de la Pars pro toto, une partie pour le tout.

Fig. 2 : Dépôt de Petit-Villatte, Cher, France

Fig. 2 : Dépôt de Petit-Villatte, Cher, France

Source : RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale).

16Cette rigoureuse étude a permis aussi souvent que possible « la détermination de la fonction initiale et de l’origine géographique des objets ».

  • 7 L’utilisation de détecteurs de métaux est admise en Angleterre mais interdite en France.

17Découvert en 2003 par un détectoriste7, le dépôt de Crundale rassemble 185 pièces (Worrell, 2003), pour la plupart fragmentées, mêlant outils, vaisselle métallique, éléments de fonderie et armes, dont 33 épées et fragments de poignards, lesquelles placent typologiquement le dépôt au Bronze final 3a/3b, soit environ le xi-xe siècle avant notre ère (fig. 3).

Fig. 3 : Dépôt métallique de Crundale, Kent, Angleterre

Fig. 3 : Dépôt métallique de Crundale, Kent, Angleterre

Les 185 objets représentés dans ce dépôt incluent une grande diversité de types d’objets fragmentaires (haches à douille, ciseaux à douille, hache à talon, haches à ailerons terminaux, marteaux à douille, gouges à douille, couteau, faucille, épées, pointes de lance, bracelets, anneaux, embouts, lingots…).

Source : G. Naessens.

18Nous n’avons pas de détails quant au contexte archéologique. Le dépôt de Crundale ayant été découvert par un amateur, il n’a pas été possible de procéder à des relevés précis du dépôt. Ce dépôt contient bien davantage que des fragments d’outils ou des restes de pointes de lance déformées par écrasement, morcellement, cisaillement, etc.

  • 8 Dans son rapport « Potential Treasure of Prehistoric bronze objects from Crundale, Kent », H. M. Co (...)
  • 9 Ibid. : « 67. Socketed knife; fragment. One blade edge is intact, the other is missing. The handle (...)
  • 10 Ibid. : « 113. Spearhead; incomplete. The blade tip and socket are missing. Mid-rib defined by groo (...)

19L’observation des artefacts permet de distinguer certains objets ayant subi un traitement particulier qui n’a pas encore trouvé de signification, sur lesquels des études sont en cours (Dietrich et Mortz, 2014). Il s’agit de matériel inséré délibérément dans un objet déposé. Sur les 185 pièces du dépôt, trois objets sont concernés par cette pratique. C’est le cas d’une hache fragmentaire8 (fig. 4a) qui renferme visiblement deux autres fragments non identifiés, d’une douille9 (fig. 4b) dans laquelle ont été insérés quatre fragments d’objets métalliques, qu’il s’agirait d’identifier par radiographie, et d’une pointe de lance10 (fig. 4 c) qui contient un fragment.

Fig. 4a : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Fig. 4a : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Objets concernés par l’intrusion de corps métalliques.

Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.

Fig. 4b : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Fig. 4b : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Objets concernés par l’intrusion de corps métalliques.

Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.

Fig. 4c : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Fig. 4c : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Objets concernés par l’intrusion de corps métalliques.

Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.

20Certaines réalisations démontrent l’habileté manuelle et intellectuelle des artisans bronziers. Seule une fine connaissance de la matière, des alliages, de la technique pouvait permettre la réalisation de pareils travaux. Les vestiges étudiés et les analyses métallographiques apportent la preuve de toute la dextérité des gestes du bronzier et de sa grande minutie. Rien ne semble laissé au hasard, tout est choix et décision.

21Mais alors, quelle était l’intention derrière pareil geste ? La première réaction serait d’imaginer que celui qui accomplit ce geste range, ordonne ou fait une économie d’espace pour gagner de la place. Cela ne semble pas avoir beaucoup de sens.

Recours à l’inversion de déformation

22Il s’agit à présent de s’intéresser aux parties disparues, à leur quantification, au dépouillement du matériel lacunaire, aux bris, aux kilogrammes de bronze envolés sans laisser de traces. Un véritable silence documentaire à faire parler !

  • 11 Caractéristiques des prises de vue : Trinoculaire Olympus SZ61TR ; Bras STX ; Tube TV 0,5 X ; Camér (...)
  • 12 Olympus STREAM Image Analysis Software.
  • 13 Paramètres d’acquisition : image mosaïque reconstituée par logiciel Stream ; MIA Manuel : 15 % de c (...)

23Pour ce faire chaque pièce est observée au stéréo microscope qui permet une perception en relief des objets étudiés. Cette vision s’avère fort utile notamment pour l’observation fine des traces laissées sur les petits fragments difficilement reconnaissables à l’œil nu. Le stéréo microscope relié à une caméra facilite, par ailleurs, les prises de vues11. Le recours à cette technologie connaît des limites. Certains objets sont trop volumineux pour permettre la capture photographique en une seule prise. Pour les photographies au stéréo microscope des objets de taille plus importante l’utilisation d’un logiciel12 et de certains paramètres d’acquisition13 est requise pour obtenir des clichés de qualité et exploitables scientifiquement.

  • 14 Campagne de photogrammétrie réalisée par Benoît Touchard de la Réunion des musées nationaux.

24En février 2017, à l’occasion d’une campagne de photogrammétrie14 au musée d’Archéologie nationale et domaine national de Saint-Germain-en-Laye, des tests ont été réalisés sur un fragment de tôle très fine non identifié appartenant, semble-t-il, à un ensemble composé de 9 fragments. Le but était de disposer à partir des prises de vue photographiques d’une restitution en perspective de l’objet photographié, à 360°. La photogrammétrie appliquée aux fragments devait me permettre de déterminer si des corrélations entre fragments pouvaient être mises en évidence. À la manière d’un puzzle, il s’agissait d’étudier les correspondances que nous pourrions mettre au jour entre fragments. Cette méthode a été priorisée à la numérisation 3D par scanners. Il nous était alors apparu comme plus pertinent l’utilisation de la photogrammétrie, au regard de la nécessité de disposer de relevés précis au vu des exigences requises pour faire de la correspondance point à point. Cependant, le travail de postproduction, le traitement des images, a pris du temps et les résultats n’ont pas été à la hauteur de nos attentes (fig. 5).

Fig. 5 : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Fig. 5 : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre

Objets concernés par l’intrusion de corps métalliques.

Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.

25En effet, lors du traitement des données, plusieurs tentatives d’alignement n’ont pas abouti à un modèle intègre, notamment parce que des dédoublements existaient. Ces derniers pourraient être liés à la très grande quantité de différentes mises au point indispensables du fait de la très petite taille de l’objet. La tentative de reconstruction a confirmé les réserves que nous avions en observant les alignements. Les dédoublements n’ont pas pu être éliminés.

26Un autre champ à explorer serait celui de la tomographie par absorption de rayons X :

27« […] technique non destructive qui permet la reconstruction d’images « en coupe » d’un objet à trois dimensions […], une image numérique est calculée et reconstruite mathématiquement […]. La tomographie à rayons X permet donc d’accéder au cœur de la matière pour en apprécier les variations d’absorptions radiologiques et les différences de composition. Elle permet également de localiser très finement toute hétérogénéité, singularité, vide ou inclusion présents dans un objet, ainsi que de vérifier l’assemblage et le positionnement des ensembles mécaniques complexes.

28Enfin […], la tomographie peut conduire à des mesures dynamiques pour suivre, par exemple, l’évolution d’un matériau soumis à des contraintes » (Thiery, 2017, p. 28).

  • 15 L’attribution d’une subvention dans le cadre de l’appel à projet n° 18 « Ouverture internationale d (...)

29Questionner les processus de déformation plastico-morphologique d’un objet semble capital dans la démarche, en s’appuyant sur des techniques et des moyens différents de ceux de l’archéologie. Une collaboration avec un laboratoire de recherche japonais capable de penser un outil d’inversion de déformation est en cours15. Il est donc nécessaire, pour tester cette nouvelle approche méthodologique, de reconstituer virtuellement autant de fragments que nous avons d’hypothèses morphologiques de ce que pouvaient être les parties manquantes, celles dont nous avons perdu la trace et pour lesquelles tant de scénarios peuvent être envisagés (fragments recyclés, enfouis et disséminés dans d’autres dépôts…). Dans le même temps, il est essentiel de reconstituer toutes les étapes successives des « manipulations » portant atteinte à l’altérité des objets et ayant conduit à l’objet dans l’état que nous observons.

30En quelque sorte, il s’agit de remonter la chaîne opératoire de « dégradation » en décrivant les gestes exercés sur l’objet selon les traces observées (Gabillot et Lagarde, 2008). Il nous faut tenter de mettre en avant les gestes de ces « rituels » qui semblent très codifiés et dont la signification nous échappe, faisant écho à aucune de nos logiques occidentales contemporaines, à notre sens commun moderne (Brück, 1999). Les auteurs ayant publié récemment sur ce sujet s’accordent pour mettre en exergue la dimension cultuelle, mystique, rituelle de ce phénomène de déposition.

Perspectives

31Aborder les dépôts complexes Atlantique du Bronze final en se positionnant de manière radicalement différente, à savoir procéder à l’étude d’un phénomène largement documenté en partant de ce qui n’est plus, est un véritable défi. Se concentrer sur le matériel lacunaire permet de réinvestir le sujet et sa problématique avec pour objectif de proposer une nouvelle grille de lecture de ces dépôts. Remonter le temps en retraçant les étapes ayant conduit à la mutilation des éléments de manière à, virtuellement, être capable de visualiser ce que devait être le dépôt dans son intégralité avant mise en terre. De toute évidence, les hommes font des gestes, des choix pour une raison bien précise. Si les hommes ont accompli cet acte, ce processus de déformation de la matière, c’est bien que cela répondait à une logique intrinsèque.

32Trouver le juste terme pour désigner l’acte d’ôter de la matière ou d’agir sur ces objets n’est pas chose aisée. En effet, dans de nombreuses littératures il n’est pas rare de lire les termes : « mutiler », « sacrifier », « violence » (Milcent, 1998 ; Nebelsick, 2000). Il s’agit de tout un vocabulaire emprunté aux pratiques rituelles de mise à mort. C’est dire si nous investissons, nous contemporains, cette pratique avec les données que nous avons aujourd’hui, nos influences, notre subjectivité. Difficile de se plonger dans l’esprit, la réflexion des hommes qui vivaient il y a trois mille ans. Il s’agit d’aller au-delà des manques pour enrichir nos connaissances de cette pratique culturelle qui échappe totalement à notre rationalité.

  • 16 P. Descola ouvre des pistes par ses propositions sur l’animisme. Il n’oppose pas la « nature » et l (...)

33Lorsque nos études en laboratoire de métallurgie et restitutions virtuelles seront réalisées avec le concours des sciences informatiques, il serait nécessaire d’avoir recours à de l’archéologie expérimentale afin d’investir la gestuelle entourant cette pratique de mutilation, de fragmentation des objets, et d’explorer la littérature anthropologique16 pour de nouvelles hypothèses de travail. Difficile de connaître l’étiologie des « blessures » subies par les objets, tous porteurs d’un message, qu’il s’agisse d’un symbole, d’une fonction ou d’une utilité. Qu’en est-il de l’attribution aux non-humains, d’une âme aux objets matériels ? Le fait même de mettre en terre ou plutôt de rendre à la terre est fort dans la symbolique telle que nous la percevons aujourd’hui. S’agirait-il de rendre à la terre ce qu’elle nous a donné par l’extraction de ces minerais ?

34Autant de pistes à explorer pour tenter d’avoir une meilleure compréhension de ces objets lacunaires et d’approcher la philosophie des sociétés du complexe Atlantique de l’âge du Bronze final.

Bibliographie

Bonnardin S., Hamon C., Lauwers M., Quilliec B. (2009), Du matériel au spirituel. Réalités archéologiques et historiques des « dépôts » de la Préhistoire à nos jours. Actes des XXIXRencontres internationales d’archéologie et d’histoire d’Antibes, 16-18 octobre 2008, Juan-les-Pins, APDCA.

Bradley R. (1990), The Passage of Arms. An archaeological analysis of Prehistoric Hoard and Votive Deposits, Cambridge, Oxbow Books.

Briard J. (2001), « Les objets paléomonétaires de l’Europe atlantique protohistorique », Revue numismatique, 157/6, p. 37-50.

Brück J. (1999), « Ritual and Rationality: Some problems of Interpretation in European Archaeology », European Journal of Archaeology, 2/3, p. 313-344.

Brück J. (2006), « Fragmentation, Personhood and the Social Construction of Technology in Middle and late Bronze Age Britain », Cambridge Archaeological Journal, 16/3, p. 297-315.

Cordier G. (1996), Le Dépôt de l’âge du Bronze final du Petit-Villatte à Neuvy-sur-Barangeon (Cher) et son context regional, Joué-lès-Tours.

Cordier G. (2009), L’âge du Bronze dans les Pays de la Loire moyenne, Joué-lès-Tours, La Simarre.

Dietrich O., Mortz T. (2014), « Sockets Full of Scrap? Remarks on Deliberate Fragmentation in Late Bronze Age Metal Deposits in South-Eastern and North-Western Europe », dans A. Blanco-Gonzalez, J. C. Chapman (dir.), Deliberate Fragmentation Revisited. Assessing Social and Material Agency in the Archaeological Record. Proceedings of a session held at the 19th Annual Meeting of the European Association of Archaeologists in Pilsen, 7 septembre 2013, dactyl.

Gabillot M., Lagarde C. (2008), « Voluntary Destructions of Objects in Middle and Late Bronze Age Hoards in France », dans C. Hamon, B. Quilliec (dir.), Hoards from Neolithic to the Metal Ages: Technical and Codified Practises. Actes du XIe colloque de l’European Association of Archaeologists, Cork, 2005, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 1758), p. 59-65.

Goy P. (1885), « L’industrie du bronze en Berry. La cachette de fondeur du Petit-Villatte », Mémoires de la Société des antiquaires du Centre, 3, p. 1-73.

Hamon C., Quilliec B. (dir.) (2008), Hoards from Neolithic to the Metal Ages: Technical and Codified Practises. Actes du XIe colloque de l’European Association of Archaeologists, Cork, 2005, Oxford, Archaeopress (BAR International Series, 1758).

Lehoërff A. (2016), Préhistoires d’Europe, de Néandertal à Vercingétorix 40 000-52 avant notre ère, Paris, Belin.

Milcent P.-Y. (1998), « Le Petit-Villatte à Neuvy-sur-Barangeon (Cher). Lecture d’un dépôt complexe », dans C. Mordant, M. Pernot, V. Rychner (dir.), L’atelier du bronzier en Europe du xxe au viiie siècle avant notre ère. Actes du colloque international Bronze’96, Neuchâtel et Dijon. III : Production, circulation et consommation du bronze, Paris, CTHS, p. 55-70.

Nebelsick L. D. (2000), « Rent Asunder, Ritual Violence in Late Bronze Age Hoards », dans Ch. Pare (dir.), Metals Make the World go Round, The Supply and Circulation of Metals in Bronze Age Europe. Proceedings of a conference held at the University of Birmingham in June 1997, Oxford, Oxbow, 2000, p. 160-175.

Quilliec B. (2007), L’épée atlantique. Échanges et prestige au Bronze final, Mémoire de la Société Préhistorique Française, 42.

Richardson A. (2004), A Hoard of Late Bronze Age Metalwork from Crundale, Kent.

Thiery C. (2017), Tomographie à rayons X, Techniques de l’ingénieur CND : méthodes globales et volumiques (https://www.techniques-ingenieur.fr/base-documentaire/mesures-analyses-th1/cnd-methodes-globales-et-volumiques-42585210/tomographie-a-rayons-x-p950/).

Verger S. (1992), « L’épée du guerrier et le stock de métal : de la fin du Bronze ancien à l’âge du Fer », dans G. Kaenel et Ph. Curdy (dir.), L’âge du Fer dans le Jura. Actes du 15e Colloque de l’AFEAF, Pontarlier/Yverdon-les-Bains, 1991, Cahiers d’archéologie romande, 57, p. 135-151.

Worrell S. (2003), « Crundale, Kent: Late Bronze Age Base-Metal Hoard and Scatter », Treasure Annual Report, 2003, p. 22-33.

Notes

1 B. Toune, travaux en cours sur la « Fragmentation et objets “manipulés” dans les dépôts italiens à la fin de l’âge du Bronze », sous la direction de E. Warmenbol.

2 F. Bordas, travaux en cours sur « Les dépôts d’objets métalliques au Bronze final 3 dans l’espace atlantique français (950-800 av. J.-C.) », sous la direction de P.-Y. Milcent. Il s’intéresse aux modalités de constitution de ces dépôts.

3 Les principales hypothèses avancées ces dernières décennies sont dépôts de fondeur, dépôts de marchands, trésors, substituts de sépulture, dépôts votifs. C’est ce statut de dépôt votif (Bradley, 1990) qui est le plus volontiers admis ces dernières années.

4 Vocabulaire emprunté et faisant référence au négatif des trous de poteaux si bien connu en archéologie.

5 Le dépôt de Petit-Villatte est conservé au musée d’Archéologie nationale et domaine national de Saint-Germain-en-Laye (France).

6 Le dépôt de Crundale est conservé au Canterbury Archaeological Trust (Angleterre).

7 L’utilisation de détecteurs de métaux est admise en Angleterre mais interdite en France.

8 Dans son rapport « Potential Treasure of Prehistoric bronze objects from Crundale, Kent », H. M. Coroner nous livre une rapide description : « 39a-c.Socketed axe. Cutting edge fragment. Blade edge intact. Well-finished, with casting flashes completely removed. Fine horizontal scratch marks close to the cutting edge. Two body fragments (39b-c), 3.5mm thick, probably of socketed axes have been placed within the socket and both faces have been squashed at the break to secure the fragments. Small patches of bright green corrosion, but otherwise dark patina. L: 69.5mm W. cutting edge: 41.57mm B. at break: 16.25mm Wt: 108.05g. »

9 Ibid. : « 67. Socketed knife; fragment. One blade edge is intact, the other is missing. The handle has a circular rivet at the centre of each face and contains four objects (67b-e).

L (knife): 55.16mm W. blade: 26.68mm Wt: 63.2g Socket L: 21.1mm Socket W: 11mm. »

10 Ibid. : « 113. Spearhead; incomplete. The blade tip and socket are missing. Mid-rib defined by grooves. Blade edges mostly intact, but corrosion chipped on one side. Fine longitudinal striations between the mid-rib and edge bevels. Well-defined neatly hollowed edge bevels with regular broad transverse striations between the bevels and edge. There are two small fragments (113a-b) of copper alloy wedged within the lower socket; one of which is thicker and more plate-like than the other.

L: 68.2mm W: 36.2mm T. blade wings: 1.15-3.4mmWt: 47.8g. »

11 Caractéristiques des prises de vue : Trinoculaire Olympus SZ61TR ; Bras STX ; Tube TV 0,5 X ; Caméra SC 50 ; Lentille 110 AL 0,5 X ; Lumière visiled MC 1000 ; Echelle intégrée au logiciel Stream Motion.

12 Olympus STREAM Image Analysis Software.

13 Paramètres d’acquisition : image mosaïque reconstituée par logiciel Stream ; MIA Manuel : 15 % de chevauchement, 30 % de transparence ; mélange pour correspondance Alpha Gaussien.

14 Campagne de photogrammétrie réalisée par Benoît Touchard de la Réunion des musées nationaux.

15 L’attribution d’une subvention dans le cadre de l’appel à projet n° 18 « Ouverture internationale des études et de la formation doctorale en Nord-Pas-de-Calais » par la commission du Département des actions internationales permettra la réalisation de cette étude programmée à l’automne 2017.

16 P. Descola ouvre des pistes par ses propositions sur l’animisme. Il n’oppose pas la « nature » et la « culture » comme nous le ferions nous-mêmes. En régime animique, les différences de physicalités servent à caractériser aussi bien les humains que les non-humains. Les groupes humains sont vus comme des « espèces différentes. Il s’ensuit que des attributs que nous classerions comme “culturels” (des armes, des parures, des outils, une langue) sont mis sur le même plan que les organes de telle ou telle sorte d’animal. Les humains ne constituent pas une espèce, mais de multiples espèces. »

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre
Légende Fragment d’une pointe de lance en bronze.
Crédits Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19207/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 2 : Dépôt de Petit-Villatte, Cher, France
Crédits Source : RMN-Grand Palais (musée d’Archéologie nationale).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 3 : Dépôt métallique de Crundale, Kent, Angleterre
Légende Les 185 objets représentés dans ce dépôt incluent une grande diversité de types d’objets fragmentaires (haches à douille, ciseaux à douille, hache à talon, haches à ailerons terminaux, marteaux à douille, gouges à douille, couteau, faucille, épées, pointes de lance, bracelets, anneaux, embouts, lingots…).
Crédits Source : G. Naessens.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19207/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 4a : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre
Légende Objets concernés par l’intrusion de corps métalliques.
Crédits Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19207/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Fig. 4b : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre
Légende Objets concernés par l’intrusion de corps métalliques.
Crédits Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19207/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Titre Fig. 4c : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre
Légende Objets concernés par l’intrusion de corps métalliques.
Crédits Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19207/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 5 : Dépôt de Crundale, Kent, Angleterre
Légende Objets concernés par l’intrusion de corps métalliques.
Crédits Source : C. Planckeel et P. Verasdonck.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19207/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 765k

Auteur

Université Lille SHS
Laboratoire de rattachement HALMA – Histoire, archéologie, littérature des mondes anciens-UMR 8164
Thèse sous la direction d’Anne Lehoerff et sous la codirection de Laurent Grisoni : « Le sens des lacunes en archéologie dans les artefacts de l’âge du Bronze et l’utilisation de la modélisation avancée »

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter