Version classiqueVersion mobile

Économie et société à Byzance (viiie-xiie siècle)

 | 
Sophie Métivier

8. L’aristocratie et la société

Jean-Claude Cheynet, Vincent Déroche et Sophie Métivier

Texte intégral

Au xe siècle, la grande propriété est en pleine expansion aux dépens des autres propriétaires. Au nom des intérêts de l’État, les empereurs macédoniens promulguent plusieurs novelles pour réglementer les conditions et les termes du transfert de la terre et s’opposer au changement de statut juridique des paysans. Ils décrivent à cette occasion une véritable crise sociale et dramatisent la situation des paysans, laissant accroire que celle-ci empire considérablement. En 934, l’empereur Romain Lécapène (920-944) légifère pour la deuxième fois à la suite de la famine qui a sévi dans l’empire en 928 et qui a accéléré la concentration des terres aux mains des plus riches. L’empereur définit alors le groupe des puissants pour leur interdire d’acquérir des biens des faibles. Si la novelle de 934 traite quasi exclusivement des rapports entre ceux qu’elle qualifie de puissants et de faibles, l’autorité impériale prenant parti en faveur de ces derniers, elle éclaire aussi les rapports entre l’empereur et les aristocrates, notamment les plus éminents d’entre eux : tandis que l’empereur cherche à contenir leur puissance, ces derniers tentent peut-être de se protéger des retournements de la faveur impériale, dont dépend pour une large partie leur fortune (voir p. 33).
Les Conseils et récits de Kékauménos éclairent au contraire la fonction et la place du puissant, ici celles d’un stratège et d’un notable, dans la société provinciale. Ils livrent deux anecdotes qui concernent deux parents de Kékauménos, nommés l’un et l’autre Nikoulitzas. Le deuxième épisode permet de dater la rédaction de l’ouvrage, entre le décès du patriarche Jean Xiphilin en 1075 et la chute de Michel VII en 1078. Lorsque les gens de Larissa s’engagent dans une rébellion contre l’empereur, ils consultent le notable Nikoulitzas, qui dispose d’une troupe personnelle et d’une grande influence dans le pays. À l’inverse, ce dernier est contraint – c’est du moins ce que prétend Kékauménos pour la défense de son parent – de se compromettre dans la révolte et d’en accepter la direction.
La conception même du pouvoir impérial, considérant tout empereur régnant comme élu de Dieu, qu’il s’agisse d’un homme neuf ou d’un héritier dynastique, a favorisé, en effet, les révoltes contre le trône. Ces révoltes, dont le succès dépend étroitement des réseaux et de l’assise que les groupes aristocratiques qui y participent ont su construire, éclairent le fonctionnement interne de l’aristocratie. Elles dévoilent les fondements de son pouvoir, particulièrement les rapports de hiérarchie et de dépendance à l’intérieur de la classe dirigeante, son assise sociale ainsi que son implantation territoriale. Michel Attaleiatès, né vers 1020 dans une famille provinciale, vint à Constantinople achever ses études et y accomplit une belle carrière de juge sous plusieurs empereurs. Il fut notamment juge de l’armée sous Romain Diogénès (1068-1071) et obtint la dignité de proèdre sous Nicéphore Botaneiatès (1078-1081). Il nous a laissé le typikon (diataxis) de sa fondation monastique, des œuvres de droit et surtout une Histoire qui couvre les années 10341078/1079. Quoique bien informé, il transforme son récit en un panégyrique en faveur de Nicéphore Botaneiatès à qui il attribue toutes les vertus, notamment celles du chef de guerre. Il y relate la révolte victorieuse d’Isaac Comnène en 1057. Cet épisode est important, car il marque la fin de la dynastie macédonienne et annonce l’époque suivante des Comnènes et des Doukas, même si le règne d’Isaac fut bref. La révolte d’Isaac met en valeur les clivages de l’aristocratie de son temps, qu’ils soient régionaux, ethniques, ou issus des différentes traditions, militaires ou civiles. Le rôle politique du patriarche Cérulaire est également bien souligné, quoique critiqué de façon discrète.
Bibliographie
1 : M. Kaplan, Les hommes et la terre à Byzance du vie au xie siècle. Propriété et exploitation du sol, Paris 1992. P. Lemerle, The agrarian history of Byzantium from the origins to the twelfth century. The sources and problems, Galway 1979. E. McGeer, The Land Legislation of the Macedonian Emperors, trad. angl. et commentaire, Toronto 2000. R. Morris, « The Powerful and the Poor in Tenth-Century Byzantium: Law and Reality », Past and Present 73, 1976, p. 3-27. N. Oikonomidès, « The Social Structure of the Byzantine Countryside in the First Half of the xth Century », Symmeikta 10, 1996, p. 105-125, repris dans Id., Social and Economic Life in Byzantium, éd. É. Zachariadou, Aldershot 2004, no XVI.
2 : Voir p. 33-34. J.-Cl. Cheynet, « L’aristocratie byzantine (viiie-xiiie siècle) », Journal des Savants, juillet-décembre 2000, p. 281-322, repris dans Le monde byzantin, du milieu du viiie siècle à 1204 : économie et société, éd. O. Delouis, Paris 2006, p. 78-108. P. Lemerle, Prolégomènes à une édition critique et commentée des « Conseils et récits » de Kékauménos, Bruxelles 1960.
3 : J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris 1990, p. 68-70, p. 339-345. Id., « Le patriarche “tyrannos” : le cas Cérulaire », dans Ordnung und Aufruhr im Mittelalter, éd. M.-Th. Fögen, Francfort 1995, p. 1-16. K. Inoue, « The rebellion of Isaakios Komnenos and the provincial aristocratic oikoi », Byzantinoslavica 54, 1993, p. 268-278.

1. Les rapports entre puissants et faibles : la Novelle de Romain Lécapène (934)

  • 1 Ps 11 (12), 6.

1Préambule. Les hommes, pour qui il est grand et précieux d’être considéré et nommé comme l’œuvre de la main du créateur, désirent ardemment et aspirent à préparer et disposer leur âme à l’imitation du créateur. Quant à ceux qui comptent cela comme ni grand ni bienheureux, ce qui leur reste et les attend, c’est d’être rejetés par le discours du jugement après celui de la création, pour avoir reçu sur terre le tout de la vie et avoir choisi de vivre seulement sur terre, montrant par là leur propre préférence. De là la forte confusion des affaires, de là la grande vague d’injustices, la grande et longue oppression des pauvres (ptôchoi), le gémissement profond des faibles (pénètai), pour qui le Seigneur se lève. « À cause de l’oppression des pauvres, dit-il, et du gémissement des faibles je me lèverai maintenant, dit le Seigneur1. » Si Dieu, qui nous a créé, sauvé et qui nous a désigné comme empereur, se lève pour la vengeance, comment mépriser et finalement oublier le pauvre qui n’attend que des yeux de l’autorité impériale la consolation ? C’est pourquoi, pour les venger, nous avons non seulement examiné ce qui a été fait ou osé contre eux il y a peu, mais aussi nous avons institué un remède général et durable à la chose : nous avons établi la présente loi, de façon à ce qu’elle rejette et purge la cupidité insatiable. Que plus personne maintenant ne soit privé de ses biens, que les faibles ne soient pas opprimés, nous avons considéré que l’avantage en est général, utile, agréable à Dieu, profitable au fisc et avantageux pour l’État. Ce principe, pour lequel on a adressé à tous les commandements sous notre autorité des décrets et des jugements qui arrêtaient la volonté malveillante et réprimaient le déploiement de la main cupide, n’a pas échappé au regard par le passé ni n’a été sans obtenir la sollicitude adéquate. Mais puisque le vice est divers et très varié, que tous les vices, la cupidité non pas moins que les autres, mais plutôt davantage, s’efforcent d’échapper aux coups de la loi et des décrets et comptent pour rien l’œil à qui l’on ne cache rien de la justice divine, pour ces raisons, ces mesures, qui brisent et repoussent les sophismes et l’intention des malfaiteurs, ont mérité d’être codifiées maintenant de manière plus sûre et avec plus de soin.

2I 1. Nous ordonnons donc que tous ceux qui vivent dans la terre et l’État que nous commandons après Dieu aient l’établissement (katoikèsis) qui leur est échu libre et sans entraves. Si le temps continue de préserver cet état des choses, que les enfants ou les parents en héritent ou que le choix du détenteur s’accomplisse suivant sa volonté. Mais si, étant donné la vie de l’homme et l’écoulement du temps, sous la contrainte de la nécessité ou du fait de sa seule volonté, il procède à l’aliénation, partielle ou totale, de ses terres (topoi), que l’achat en soit proposé aux habitants des mêmes [lieux] ou à ceux des hameaux (agroi) ou des villages voisins. Ce n’est ni par haine ni par malice envers les puissants que nous décrétons ces mesures, mais nous en décidons pour le bien et la protection des faibles et pour le salut commun. Alors qu’il aurait fallu en effet que ceux à qui Dieu a donné de commander, qui se sont élevés au-dessus du grand nombre par la gloire et la richesse, fassent grand cas du soin des faibles, ils s’en repaissent et sont mécontents de ne pas entrer en possession de leurs terres plus rapidement. Même si cet acte impie n’est pas le fait de tous, qu’à tous néanmoins soit commune la préservation de la loi, pour que l’ivraie qui vient avec le blé n’échappe pas au regard.

32. Personne, plus aucun des illustres magistres ou patrices, plus aucun homme honoré de charges, de commandements (stratégiai), de dignités militaires ou civiles, nul membre du conseil du sénat, ni les magistrats ou ex-magistrats des thèmes, ni les très aimés de Dieu métropolites, archevêques, évêques, higoumènes, officiers ecclésiastiques ou les responsables et directeurs des maisons pieuses ou impériales, que ce soit en leur nom propre ou au nom de la fortune impériale ou de l’Église, qu’ils agissent par eux-mêmes ou par l’intermédiaire d’un représentant, plus aucun n’aura l’audace de s’introduire dans [la possession] totale ou partielle d’un village ou d’un hameau, pour cause de transaction, de don, d’héritage ou pour quelque autre prétexte. Que les acquisitions de cette sorte soient sans effet et que sans indemnités les biens acquis, avec leurs améliorations, retournent à leurs précédents détenteurs ou, si eux-mêmes ou leurs parents sont décédés, aux habitants des villages ou des hameaux qui en ont le droit. En effet la domination de ces individus a accru la grande misère des faibles, en apportant à la foule des serviteurs, des salariés et à tous ceux qui vont et viennent, bouleversements, expulsions, corvées et les autres afflictions et difficultés qui les accompagnent ; et la ruine de l’État (koinon) qu’elle a apportée n’est pas insignifiante pour qui sait voir, si [du moins] la présente loi ne l’anticipait et ne l’écartait. L’établissement de la multitude montre en effet sa grande utilité, recouvrement des impôts, accomplissement des obligations militaires, qui seraient tout à fait perdus si le grand nombre (plèthos) manquait et il faut que ceux qui sont attachés à la stabilité de l’État écartent les causes de troubles, rejettent ce qui est dommageable et secourent l’intérêt commun.

4II 1. Et qu’après, le temps conserve ces dispositions pour l’intérêt commun et la condition de nos sujets. Il faut, non seulement à l’avenir mais aussi pour le passé, appliquer le remède adéquat. Beaucoup en effet, spéculant sur l’indigence des faibles – que le temps qui apporte tout a apportée, ou plutôt que la foule de nos péchés a contraint la charité divine à envoyer –, au lieu de charité, de compassion, de bonté, lorsqu’ils ont vu les faibles pressés par la famine, qui pour de l’argent, qui pour de l’or, qui pour du blé ou d’autres contreparties, ont acheté bon marché les possessions des faibles qui étaient dans le malheur. Plus nuisibles que la calamité du moment, ils furent dans les circonstances ultérieures pour les malheureux habitants des villages comme une épidémie de peste et, s’étant introduits à la manière de la gangrène dans le corps des villages, ils en provoquaient la destruction totale.

52. Tous les illustres, à qui la présente loi l’interdit plus haut, qui, depuis la dernière indiction un, depuis que la famine est survenue et qu’elle est passée, se sont rendus maîtres de hameaux ou de villages, et, partiellement ou totalement, s’y sont approprié des biens, en seront chassés et recouvreront le prix qu’ils ont versé soit des maîtres d’origine, soit de leurs héritiers ou leurs parents, soit, s’ils n’en ont pas les moyens, de leurs cocontribuables ou même de la commune qui procèdera à la restitution du prix. Concernant les améliorations sur ces biens, si les personnes mentionnées ont les moyens et si elles le souhaitent, elles versent le prix afférent mais si elles ne le veulent pas, ou n’en ont pas les moyens, ils [les acquéreurs] se retirent en emportant les matériaux de construction si du moins ils les ont apportés à leurs frais et s’il ne s’avère pas qu’ils sont issus de la fortune et du travail des faibles.

63. Mais ces dispositions concernent l’acquisition par achat qui est en apparence juste. Nous décidons que les dons, les legs, les autres appropriations similaires, qui ont été combinées, ou les usurpations soient sans effet autrefois et maintenant. Ceux qui ont manigancé ces méfaits ne pourront rien réclamer en leur nom mais ils doivent les restituer gratuitement à leurs maîtres ou, s’il se trouve qu’ils ont disparu des hommes, à leurs enfants ou à leurs parents (syngéneis) ou même, si ces derniers eux aussi ne sont plus, à leurs cocontribuables.

7III. [Le cas des personnes dont la condition s’est améliorée.]

8IV 1. Ceux qui sont entrés en possession de ces biens avant les dates fixées, si du moins on voit qu’ils en restent au même état, nous leur permettons d’y rester ; pour acquérir davantage ils sont soumis au même empêchement que les autres.

92. Si certains se révèlent comme une charge et une nuisance pour leurs voisins, infligeant des dommages graves ou continuels aux faibles, qu’ils soient écartés et chassés et que, pour salaire de leur dureté et de leur cupidité, ils encourent la perte de leurs biens.

10V 1. Le remboursement mentionné plus haut concernant les prix, qui exige une enquête spécifique et très méticuleuse, n’a pas été examiné avec légèreté ni de manière irréfléchie. En effet lorsque la vente a été faite librement et sans contraintes et que l’on observe que le versement du prix est juste, la mesure de restitution sera respectée justement : c’est grâce à un complément mineur de la loi qu’elle remédie à l’indigence de la faiblesse (pénia), à savoir qu’ont lieu immédiatement la restitution des lieux et le remboursement aux acheteurs, à leurs héritiers ou à leurs parents, et, s’ils ne sont plus, aux cocontribuables. S’ils en ont les moyens, ils rembourseront le prix versé initialement ; sinon, ils ne seront pas contraints de rembourser rapidement, pour qu’ils ne considèrent pas la réclamation qui pèse désormais comme plus lourde et plus pénible que le profit escompté à l’avenir. Autrement beaucoup au caractère vétilleux et mesquin, à cause du paiement rapide, n’auront pas honte d’ourdir des machinations pour ne pas laisser s’exécuter pleinement ce qui a été décrété. Ceux qui, du fait de la passion de la cupidité et de l’indigence de l’âme, se sont consumés pour un tel gain, qui ne considèrent aucun facteur d’enrichissement comme honteux, qui chargent la liberté [des autres] du fardeau de leurs intrigues, n’excluront rien qui puisse contribuer à la réalisation de leur but, sans l’avoir tenté et entrepris.

112. Mais pour empêcher de nouveaux expédients et mettre à exécution les mesures, qu’un délai d’attente de trois ans soit proposé, qui puisse apporter la prospérité à l’indigent (aporos) et lui réserve la possibilité d’opérer sans douleur le remboursement. Les législateurs doivent en effet mêler et associer la philanthropie avec le juste et l’utile, en particulier en introduisant un délai. Une fois en effet que la décision concernant ces faits a été rendue, il n’est ni étranger ni extérieur aux lois que ceux qui sont pris pour avoir désobéi aux ordres jouissent des fruits de leurs peines et soient privés des droits afférents. Mais modérant toujours d’un souci philanthropique la sécheresse de la rigueur, nous avons instauré un délai de trois ans au lieu de l’éviction appropriée, d’un côté nous punissons avec modération ceux qui ont commis une faute, de l’autre, jugeant les faibles dignes de pitié, nous les aidons et encourageons avec ce délai et, de manière égale dans les deux cas, nous administrons le remède et nous sanctionnons.

123. Puisque nous avons entendu dire que certains en sont arrivés à vouloir tant s’enrichir que ce n’est pas au juste prix qu’ils se sont emparés des possessions des faibles, car comment pourrais-je dire acheter et non pas dévorer avidement, la différence d’intention et d’action a donné lieu à une décision différente et dissemblable de la précédente. Si l’on constate que le juste prix des biens vendus est de plus du double, que les acheteurs soient chassés sans indemnités ; s’il n’est pas aussi élevé mais que néanmoins les vendeurs ont été abusés et lésés et que le profit qui a été tiré du revenu est égal au versement du prix, qu’ils ne réclament rien d’autre. S’ils y ont perdu, qu’ils touchent la différence de ceux qui font valoir leurs droits pour la restitution des lieux.

13VI. Mais sous le prétexte que quelqu’un s’est fait moine ou entend se faire moine et qu’il a accordé sa propriété à son saint monastère, que les bonnes décisions de maintenant n’admettent pas de confusion, puisqu’elles trouvent dans le présent jugement une aide suffisante, le fait de recevoir la juste valeur du bien, si [le don] a été véritablement accompli pour le salut et non par tromperie, intrigue et manigance. Cela n’en sera pas moins utile aux maisons sacrées qu’aux faibles. Elles se débarrasseront de querelles, de contentieux et d’acquisitions mesquines, elles fuiront et écarteront la recherche de possessions qui provoquent la ruine de ceux qui sont des hommes, encore asservis à la chair et qui ne croient pas pouvoir demeurer inaccessibles aux faiblesses humaines.

14VII 1. Mais ces dispositions ont été prescrites avec beaucoup de charité, elles châtient avec mesure la cupidité insatiable et elles sont profitables à tous, à savoir que personne, ni les magistres ni les patrices péribleptoi, ni ceux qui ont été honorés de charges ou de pouvoirs ou de dignités impériales, ni les magistrats ou ex-magistrats civils, militaires ou thématiques, ni les métropolites, archevêques, évêques, higoumènes, directeurs des maisons pieuses ou quiconque a obtenu autrement la gloire mondaine ou sacerdotale, par achat, par don ou d’une autre façon, ne s’introduise dans les possessions des villages ou des hameaux. Ceux qui, après la présente ordonnance, ont voulu oser quelque chose de semblable, nous ordonnons qu’ils soient chassés de là sans indemnités, qu’ils soient privés de leurs efforts et de leurs améliorations et si ce sont des gens illustres (périphaneis), qu’ils versent au fisc la valeur de leur acquisition, non pas pour être utiles ou contribuer au fisc – en effet tandis que nous nous efforçons de contenir la cupidité insatiable des autres, comment pourrions-nous prescrire cela sans honte pour notre profit, choisissant d’agir non pour l’intérêt commun mais pour le nôtre ? –, mais pour le souci des pauvres. Quant aux personnes plus simples, elles seront expulsées sans indemnités et punies par le châtiment idoine.

15[Épilogue]

Éd. N. Svoronos, Les novelles des empereurs macédoniens concernant la terre et les stratiotes, Athènes 1994, p. 82-91. Texte traduit du grec par S. Métivier.

2. Nikoulitzas et la révolte de Larissa (1066) : Conseils et récits de Kékauménos

  • 2 Il s’agit de Nikoulitzas l’Ancien, vers le début du xie siècle.
  • 3 Samuel de Bulgarie, régnant de ca 987 à 1018.
  • 4 Basile II (976-1025).

16Pendant que mon défunt grand-père Kékauménos2 était à Larissa, avec le commandement de la Grèce, le tyran bulgare Samuel3 tenta plusieurs fois de prendre Larissa, tantôt de force, tantôt par la ruse, mais ne le put, parce que [mon grand-père] le repoussa et le berna. Tantôt il le repoussait par les armes, tantôt il cajolait ses proches et lui par des cadeaux, si bien qu’il put sans entraves semer la terre et récolter, et maintenir sa population dans l’autosuffisance. Chaque fois qu’il voyait [Samuel] au faîte de la puissance, il le proclamait [empereur], et l’ayant ainsi de nouveau manipulé, il semait et récoltait. Il écrivit aussi au porphyrogénète kyr Basile4 : « Seigneur sacré, contraint par le rebelle, j’ai ordonné aux gens de Larissa de l’acclamer, et, avec l’aide de Dieu, ils ont semé et récolté. Pour soutenir ta majesté, j’ai rassemblé assez de grain pour quatre ans pour les gens de Larissa, et vois, ils sont de nouveau sujets de ta majesté. » Apprenant cela, l’empereur agréa la ruse de mon grand-père.

  • 5 Reddition de Larissa en 986.

17Trois ans plus tard, [l’empereur] nomma un autre stratège en Grèce. Mon grand-père ne résidait plus à Larissa, mais dans la Ville, et le nouveau stratège n’avait pas autant de talent pour inventer quelque stratagème ; Samuel vint et ne laissa pas [les gens de Larissa] récolter, mais aux semailles les laissa semer, puis l’été ne les laissa pas sortir du tout. Il fit ainsi pendant trois ans, si bien que, la nourriture leur manquant, ils mangèrent des chiens, des ânes et d’autres viandes impies ; quand celles-ci aussi vinrent à manquer, ils allèrent chercher les peaux sur les dépotoirs, les bouillirent et les mangèrent, pour apaiser leur faim. Une femme mangea même la cuisse de son mari qui venait de mourir. À cause de la pression de cette famine insupportable, Samuel les prit sans combat et asservit tous les gens de Larissa sauf la famille de Nikoulitzas5. Il fit partir ceux-là seuls indemnes et libres avec leurs biens, en ajoutant : « Je rends mille grâces au porphyrogénète kyr Basile d’avoir retiré votre beau-frère Kékauménos de Grèce et de m’avoir débarrassé de ses ruses. »

  • 6 Nikoulitzas le Jeune ; voir P. Lemerle, op. cit., p. 41-56.
  • 7 Constantin X Doukas (1059-1067).
  • 8 Le syncelle est à l’origine le clerc « second » d’un évêque, litt. « qui partage sa cellule » ; le (...)
  • 9 Attestée en 1066.
  • 10 Robert Guiscard.
  • 11 Le récit passe à la première personne, sans doute parce que Kékauménos cite des notes de Nikoulitz (...)
  • 12 1064-1075.
  • 13 1068-1071.
  • 14 L’auteur désigne ainsi des Turcs.
  • 15 Il s’agit de Niképhoritzès, quasi premier ministre de Michel VII.
  • 16 Michel VII (1071-1078).
  • 17 Les ploïma sont clairement les bateaux de la flotte, mais le terme kontaratai est moins clair : pi (...)

18Et si tu vois, mon enfant, que tu ne peux plus résister à ceux qui se sont révoltés contre l’empereur et que tu ne peux plus semer ni récolter, rassemble tes gens et qu’ils acclament le rebelle. Berne-le par des dons ou des ruses, écris à l’empereur au sujet de toute l’affaire, et garantis-toi le salut. Et quand l’empereur t’écrit, fais tout ce qu’il te dit, et tu ne perdras pas le kastron de l’empereur et sa population. Que je te dise ce qui est arrivé à Nikoulitzas6 de Larissa sous le défunt empereur Doukas7. L’empereur lui était attaché et se fiait à sa parole. Un jour il lui dit : « Maître excellent, un soulèvement va se produire en Grèce, et si tu veux je te raconterai ce qui doit se passer. » L’autre lui ordonna de se taire. [Nikoulitzas] pensa que c’était à cause des personnes présentes qu’il lui avait alors dit de se taire, et il laissa l’affaire pour le moment. Après plusieurs jours, allant voir le protosyncelle8 kyr Georges Korinthios, il lui suggéra de dire à l’empereur qu’il s’entretienne en privé avec lui de la rébellion à venir ; l’autre le fit attendre jour après jour. Ayant perdu trente jours dans la Ville à cause de cette affaire sans avoir obtenu de réponse, il partit courroucé. Il y eut en plus alors une comète9, dont les experts en ces matières dirent qu’elle annonçait des malheurs. Elle était grande, semblable à une poutre, se levant le soir comme la lune. On racontait aussi à l’époque que Robert le Franc10 se préparait à marcher contre nous. Et [Nikoulitzas], chagriné que l’empereur n’ait pas voulu lui parler, inquiet à cause des rumeurs et de l’apparition de cet astre, s’en alla. Arrivé chez lui à Larissa, il se renseigna plus précisément sur le complot et écrivit à l’empereur, lui détaillant tout le complot. Mais lui (je ne peux dire pourquoi) ne lui répondit pas. Ceux qui préparaient ce complot n’osaient pas révéler [à Nikoulitzas] la moindre part, et lui, sans réponse du défunt empereur, s’affligeait. Pensant à se saisir des chefs de la perverse entreprise, il réfléchissait que, s’il s’emparait d’eux sans les aveugler ou décapiter tout de suite, nécessairement leurs compagnons s’attaqueraient à lui (ils avaient fait une conjuration avec les Vlaques et les gens de Trikala) et pourraient bien le vaincre et l’éliminer ; et s’il voulait leur résister, qu’il y avait combat entre eux, que certains y étaient tués et s’il en prenait certains et les aveuglait, l’empereur lui dirait sûrement : « Le pays est à moi et non à toi ; tu m’as parlé deux fois de cette affaire, et si je l’avais voulu, je t’aurais écouté. Mais toi, sans mon ordre, comment as-tu osé tuer ou aveugler des gens ? Tu l’as fait parce que tu enviais leur succès. » Car le défunt empereur était indulgent dans ces affaires. Calculant donc que s’il agissait ainsi il ne s’en tirerait pas bien, car il aurait agi sans ordre de l’empereur – à coup sûr les rebelles brûleraient sa maison, tueraient ses deux fils et ses deux frères, Théodore et Démétrios, et ses filles, et lui-même, l’ayant enfermé dans la ville, le laisseraient souffrir et dépérir de faim –, il resta chez lui comme s’il ne savait rien, bien qu’il eût beaucoup d’espions par lesquels il apprenait leur projet qui était le suivant. Car ils avaient un plan à son sujet : « Si nous voulons agir sans lui, nous ne pourrons réaliser notre projet ; si au contraire nous voulons le tuer, là aussi nous ne pourrons rien faire et il nous fera du tort ; car il a des gens et une troupe à lui, et le kastron et le pays obéissent à tout ce qu’il dit. Révélons-lui donc notre affaire. » Ce qu’ils firent en lui envoyant leurs chefs, Jean Grèmianètès ex-protospathaire et Grégoire Bambakas, qui lui révélèrent tout. Il fit semblant de ne rien savoir, et leur répondit : « Quoi que vous fassiez, moi aussi. » Son but en tout était de les faire changer d’avis, si possible, lorsqu’ils se seraient tous rassemblés. Eux tenaient leur réunion du lendemain chez Bériboos le Vlaque. Lorsqu’ils annoncèrent aux Vlaques que « le protospathaire Nikoulitzas Delphinas (il était alors protospathaire) s’est joint à notre entreprise », ils furent remplis de joie et voulurent tous lui rendre visite. Mais lui, sans tarder, les devança et alla à leur réunion. À sa vue inattendue, ils accoururent tous à sa rencontre avec soumission, et lorsqu’il eut mis pied à terre ils le reçurent au milieu d’eux en lui disant : « Nous te considérons comme notre père et notre patron (authentès) et sans toi nous ne voulions rien faire, car ce ne serait pas juste. Puisque tu es venu, dis-nous ce que nous devons faire dans cette entreprise. » Il leur répondit : « Ce n’est pas bien ; nous faisons du tort d’abord à Dieu en le prenant comme ennemi, puis à l’empereur qui va lancer plusieurs nations contre nous et nous anéantir. En plus, c’est déjà juin : comment allons-nous moissonner s’il y a des troubles ? » Il dit aux Vlaques : « Où sont vos troupeaux et vos femmes maintenant ? » Ils répondirent : « Dans les montagnes de Bulgarie » – les Vlaques ont effet coutume de mettre leurs troupeaux et leurs familles d’avril à septembre dans des montagnes élevées et des lieux très frais. Et il dit : « Et si les gens de là-bas, du moins tous ceux du parti de l’empereur, s’en emparent ? » Et les Vlaques à l’entendre furent persuadés par ses raisonnements et [les autres] dirent : « Pour nous, nous n’abandonnons pas ce projet et nous l’acceptons. » Cependant, ils laissèrent tout et allèrent dîner. Après avoir dîné et s’être reposés, ils revinrent le midi tous ensemble auprès de lui, Vlaques et Bulgares, incités par les gens de Larissa. Ceux-ci en effet, les gens de son kastron, leur disaient : « Désormais, ce projet ne reste plus secret, d’autant qu’il a deux fils à la ville, Grégoras et Pangratis, et il nous fait obstacle de toutes les manières pour que l’empereur l’apprenne et se saisisse de nous. » Persuadés par ces paroles, ils lui disent : « Tout ce que tu dis est très joli, mais il ne nous est pas avantageux d’abandonner ce projet. » Ils accoururent tous le retenir en disant : « À partir d’aujourd’hui, nous t’avons pour chef et patron, et dans cette rébellion nous te choisissons pour nous commander ce qu’il faut faire. » Il les repoussa plusieurs fois, disant qu’il aimait la paix. Puis certains de ses amis vinrent lui dire, en jurant au nom de Dieu : « Si tu ne te joins pas à leur plan, tu périras de leurs mains. » Si bien que sans le vouloir je suis devenu leur chef, voulant prendre au piège j’ai été pris11. Cependant, lui ayant tous confié leur projet pervers, ils le firent s’écarter des commandements divins. Pour que tout leur territoire ne soit pas dévasté et rasé, que la population ne soit pas massacrée et asservie, il se joignit à l’affaire et se consacra à les prendre en charge. Il sortit donc de chez lui jusqu’à Pharsale et au Plèrès. Ce fleuve Plèrès traverse une grande plaine et passe au milieu des Vlaques en les divisant en deux. Il y dressa son camp et rassembla les Vlaques et Bulgares de la contrée, et il constitua une forte troupe. Il envoya aussi à Kitros un détachement avec l’ordre de prendre ce kastron, ce qui fut fait. Il écrivit aussi à l’empereur en ces termes : « Je t’avais bien dit oralement qu’il allait y avoir une rébellion, et lorsque je suis rentré chez moi je t’ai aussi écrit à ce sujet, et maintenant je déclare à ta Sérénité : crois au moins maintenant qu’ils se sont rebellés et m’ont pris pour chef. Rends grâces à Dieu : je tiens le peuple et je vais réduire cette rébellion, pourvu que tu m’entendes et que tu abolisses les augmentations [d’impôt] et impositions que tu leur as imposées. » Car il avait fait des augmentations considérables d’impôt en numéraire. Et [l’empereur] lui envoya les serments les plus terribles en disant : « Tout ce que j’ai fait depuis le début de mon règne jusqu’aujourd’hui, j’en fais grâce, et qu’aucun des hommes de ton parti ne soit exilé ou expulsé, on ne demandera pas compte d’un dommage public ou privé, je fais grâce de tout au nom de la crainte de Dieu. » Avant de recevoir ce serment, [Nikoulitzas] avait marché sur le kastron de Servia. Celui-ci se trouve sur des rochers très élevés, entouré de ravins abrupts et profonds. Il y alla donc, mais la garnison ne voulait pas combattre contre lui, ni la rébellion combattre contre eux, et donc, arrivé là-bas, il y mit son armée en ordre de bataille. Ayant dressé son camp face à eux dans la plaine en contrebas du kastron, il leur dit de descendre auprès de lui. Ils descendirent tous en bloc et, mettant pied à terre, se tinrent face à lui au milieu du camp, les mains liées, disant : « Nous sommes tes serviteurs, et, si tu veux, nous t’acclamons maintenant. » Il leur répondit : « Je sais que si je vous laisse aller, dès que vous serez rentrés dans le kastron vous n’observerez pas ce que vous m’avez promis, et il conviendrait que je vous garde ici ; mais puisque c’est une loi militaire [litt. stratégique] antique que celui qui se présente de sa propre initiative à l’empereur, à un rebelle ou à un général ne soit pas retenu par lui contre son gré et retourne librement chez lui, moi aussi je vous laisse aller, retournez joyeux chez vous, et si vous mentez, je ne vous épargnerai pas. » Ils lui firent mille promesses et partirent. Lorsqu’il les eut renvoyés, ils remontèrent au kastron, et commencèrent à l’outrager, comme le font les gens sans éducation. Lui, affligé de leur manque de conscience, commença à les assiéger à cause de leurs insultes ; car il ne voulait pas les attaquer parce qu’ils n’avaient pas rejoint spontanément la rébellion ou pour obtenir de se faire acclamer comme empereur, mais à cause de ses propres troupes, pour qu’elles ne soient pas scandalisées jusqu’à l’éliminer comme un malfaiteur. À cause de leurs insultes et de leur orgueil, il marcha contre eux, guerroya contre eux deux jours et les prit le troisième. Alors arriva le serment du défunt empereur avec une image, des serments, des promesses de dignités et bien d’autres choses. Mais ceux qui servent les empereurs parlent à leur guise, ils ne sont pas francs, mais ils ont en bouche le mensonge et l’injustice et la ruse est sur leurs lèvres. Ils voulaient en effet qu’il n’y ait pas de paix alors et que la terre des chrétiens soit souillée par le meurtre et le sang. Mon parent, tombé à l’improviste dans un tel embarras, priait Dieu d’en être tiré et de voir l’affaire se pacifier. Dieu qui est bon le prit en pitié, et, par sa grâce, il put tout pacifier comme il le voulait. Il reçut donc les serments et la sainte icône du Christ notre Dieu, de la Théotokos et de nombreux autres saints [figurés] sur l’icône, et il rendit grâce à Dieu qui procure la paix. Convoquant les troupes, il exhiba devant tous et leur montra les icônes et leur lut le serment, et les pressa de revenir à la paix et retourner chacun chez soi. Mais ils ne voulaient pas, disant : « Tu as déclenché une guerre, ne cherche pas la paix. » Il avait beau insister en faveur de la paix, ils refusaient en poussant de grands cris comme peut le faire une foule indisciplinée. Il ordonna donc d’enfermer parmi les Vlaques le chef qu’ils s’étaient choisi, Sthlavôtas Karmalakès, et parmi les gens de Larissa Théodore Scribon Pétastos. Tous les autres, voyant qu’on menait ceux-là à la mort, tombèrent à genoux et le supplièrent d’avoir pitié d’eux, disant : « Nous ferons tout ce que tu ordonneras. » Se laissant fléchir par leurs prières, il eut pitié d’eux ; il prit avec lui l’élite des Vlaques et des gens de Larissa et se rendit auprès du catépan de Bulgarie, Andronic Philokalès, qui lui avait envoyé le serment de l’empereur. Il le trouva blotti à Pétériskos, plein de peur devant lui ; car il ne croyait pas qu’il [Nikoulitzas] voulait vraiment la paix. Et de là il alla trouver à la Ville le défunt empereur, qui lui fit bon accueil, et il séjourna sans crainte quatre mois à la Ville avec l’élite des Vlaques et des gens de Larissa venue avec lui. Puis [l’empereur] l’envoya auprès du défunt patriarche de Constantinople, kyr Jean Xiphilin12, pour voir si le patriarche invaliderait le serment et annulerait ses concessions, et alors il [l’empereur] réglerait leur compte à lui et à ses compagnons. Mais le très saint patriarche, ayant pitié de lui et de tous ses compagnons, confirma plutôt le serment et les exempta de toute faute ; alors l’empereur s’emporta sans se cacher et l’exila au kastron d’Amasée, en l’enfermant dans la prison dite Marmarotè. Pendant qu’il y était, il écrivit à mon père Kékauménos tout ce qui lui était arrivé dans sa vie. À la mort de l’empereur, Romain Diogénès13 devint empereur à sa place, un homme fidèle en amitié. Dès le jour de son couronnement, il écrivit au protosyncelle Georges Korinthios, préteur de l’Arméniakon, pour qu’il ne l’empêche pas de revenir à la Ville. Car le défunt Diogénès était son ami depuis le temps où il était catépan. Il lui écrivit aussi : « Réjouis-toi et sois heureux, car Dieu m’a élevé à la dignité impériale. Viens donc au plus vite, que ma Majesté te comble de bienfaits. » Il fit ainsi et se rendit rapidement à la capitale où il se prosterna devant l’empereur et le remercia de s’être souvenu de lui. Mais [l’empereur] ne lui fit pas d’autre faveur que de promouvoir son fils Grégoire de spatharocandidat à protospathaire et d’augmenter la roga de son frère Pangratios. À cause de la jalousie des hommes, il lui ordonna de rentrer chez lui et de faire comme bon lui semblait, car [l’empereur] avait bonne opinion de lui. Il passa donc quatre ans à se reposer chez lui en rendant grâces à Dieu et à [l’empereur], car alors que beaucoup le calomniaient, il [l’empereur] n’en crut aucun. Lorsque le défunt empereur fut fait prisonnier par les Perses14, il rentra à la capitale. Car le très glorieux sébastophore kyr Nicéphore était alors juge du Péloponnèse et de Grèce, un homme excellent en tout, très intelligent, d’une parfaite compétence militaire et politique, quoique eunuque, magnanime, très prompt à concevoir et parler à l’improviste15. Il le vit, lui parla et fit son éloge, car en prenant sa charge il était passé par Larissa, et il lui avait conseillé de revenir à la Ville, comme dès sa jeunesse y régnait le très doux et clément kyr Michel16. Il y réfléchit et trouva le conseil bon, il alla se prosterner devant l’empereur qui lui fit bon accueil. Il y resta longtemps et peina à cause des affaires qu’il avait à régler. Puis [l’empereur] le fit administrateur et recenseur des kontaratai et des ploïma17. Car Dieu, voyant que ce n’était pas par méchanceté de sa part qu’avait eu lieu la rébellion, inspira au cœur du très pieux empereur kyr Michel de le prendre en pitié et compassion. Car jamais personne n’a osé se révolter contre l’empereur et la Romanie et essayé de détruire la paix sans être lui-même anéanti. C’est pour cela, chers enfants que Dieu m’a donnés, que je vous conseille d’être dans le parti de l’empereur et dans sa sujétion. Car l’empereur qui se tient à Constantinople l’emporte toujours.

Kékauménos, Conseils et récits, éd. G. G. Litavrin, Sovety i rasskazy Kekavmena, Moscou 1972, p. 250-268. Texte traduit du grec par V. Déroche.

3. La révolte d’Isaac Comnène (1057) d’après Michel Attaleiatès

19Ils [l’entourage de Théodora] proclamèrent donc [empereur] un vieillard du nom de Michel, familier des us et coutumes de la vie civile, qui dirigeait alors le bureau militaire. Il leur paraissait un homme simple et sans malice, qui, usé par l’âge, les associerait aux affaires de l’empire, les conserverait toujours comme collaborateurs et en passerait par leurs désirs et volontés. Le pouvoir se trouva partagé entre des personnages nombreux et divers, chaque conseiller se vantant de détenir l’empire. Les aristocrates aussi bien que les gens du peuple, au nom de la « démocratie », protestèrent vigoureusement et s’émurent de ce que la prospérité était réservée à ceux de la faction de l’empereur ou à ceux qui lui étaient apparentés, qu’ils soient utiles à l’État ou qu’ils soient nuisibles ou inefficaces. Les autres ne comptaient pour rien, si ce n’est qu’ils étaient l’objet d’une stupide insolence ou d’une vaine arrogance.

20Pour cette raison, un homme bien né, d’une illustre famille d’Orient, nommé Isaac et appelé Comnène, fut outragé par ce mépris, après avoir été couvert d’in sultes, et manifesta son affliction débordante, faisant partager son malheur à quelques militaires. Se trouvant déjà excités par l’anomalie de la situation et par le chagrin, ils le poussèrent à la rébellion. Peu à peu, ils rassemblèrent un nombre suffisant de complices, mûrirent leur projet le temps convenable, puis quittèrent la capitale. Peu de temps après, ils révélèrent leur plan, couvrant d’injures le souverain et divulguèrent leur projet au vu et su de tous.

21Avant cela, un des chefs du complot, du nom de Bryennios, un homme originaire d’Andrinople, promu stratège des Cappadociens, avait malmené ou plutôt abusé l’envoyé de l’empereur chargé de distribuer la solde aux soldats et s’était emparé de lui, l’ayant mis aux fers. D’autres soldats se levèrent pour le venger et il fut délivré de ses fers et, s’emparant de celui qui l’avait saisi, il le priva de la vue. La peur gagna ceux qui avaient partagé le même complot que leur collègue mutilé et ils se sentirent obligés de prendre les armes et de risquer rapidement leur vie de peur d’être arrêtés un à un et de souffrir le pire.

22Lorsque la sédition éclata à l’équinoxe de printemps, nombreux furent ceux qui se joignirent à eux. Chaque jour, la rébellion prenait de l’ampleur et réunissait une foule énorme. On proclama Isaac Comnène, le chef du complot, stratège avec les pleins pouvoirs (autokratôr). Mais nombreux furent les soldats d’Orient qui se rallièrent à l’empereur de Byzance. Comnène ne disposait que de ceux d’Orient qui s’étaient joints à lui, tandis que l’autre avait les troupes d’Orient ralliées à lui et toute l’armée d’Occident. Quand [Michel VI] eut organisé par tous les moyens une force suffisante, il fit passer les soldats d’Europe en Asie. Parvenus à Nicomédie, les soldats y établirent leur camp, attendant l’attaque des adversaires. Quand elle fut sur le point de se produire, ils s’approchèrent, par ordre impérial, des confins de Nicée, mais Isaac Comnène les devança, occupant pour lui-même la ville. Quand Isaac eut montré la foule de son parti, il laissa la ville derrière lui et s’avança contre ses ennemis.

23Les adversaires engagèrent le combat à dix stades de la ville, dans un lieu qui portait depuis longtemps le double nom de Polémôn et d’Hadès, et la bataille fut âprement disputée. Si l’aile droite de l’armée de Comnène souffrit, ce dernier fit serrer les rangs de l’aile gauche composée de combattants d’élite et marcha contre l’ennemi. La victoire changea de camp et les soldats venus de Byzance s’enfuirent. Quand l’aile droite s’aperçut de la défaite des adversaires, elle reprit courage et la fuite des impériaux fut complète. Les pertes des deux côtés furent considérables, mais plus encore chez les fuyards. Alors, le père et le fils, comme s’ils oubliaient les lois de la nature, se précipitèrent pour s’égorger réciproquement ; le fils souilla sa main droite du sang paternel, le frère porta une blessure mortelle au frère ; il n’y eut ni pitié ni considération des liens de parenté, d’amitié ou d’ethnie jusqu’au moment où leur fureur et leur folie bachique cessèrent, où ils prirent conscience du désastre et poussèrent un gémissement jusqu’au ciel. Mais Comnène ayant remporté la victoire reçut les acclamations triomphales et fut proclamé auguste illustre (sébastos péribleptos) par tous et donna à tous l’espoir que l’objectif serait atteint.

24Celui qui se distingua plus que les autres et se montra valeureux et fameux dans cette guerre fut le magistre Nicéphore Botaneiatès, issu d’une illustre lignée et qui tenait sa célébrité et sa gloire des commandements exercés et des exploits accomplis.

25Le lendemain, à la tête de ses troupes, [Comnène] prit la route de la capitale. Avant qu’il ne parvînt à proximité des rivages qui font face à la Ville, un complot fut ourdi contre le souverain à Constantinople par quelques hauts fonctionnaires. Le fait que le chef de l’Église, le patriarche Michel Cérulaire, participa ou non avec eux à ce projet, n’est pas clair. Cependant, si on tient compte des présomptions et des événements postérieurs, les soupçons ont pris l’apparence d’une esquisse de vérité. En effet, il aidait Comnène en tout et collaborait avec lui, alors qu’il était informé du premier complot, comme c’était le cas aussi d’un homme qui lui était très proche par l’amitié, le rang social et la parenté, le vestarque Constantin Doukas, époux de la nièce du patriarche et qui lui vouait une profonde bienveillance dont il était payé de retour.

26Ensuite lorsque le complot qui se préparait éclata, tous ses chefs ainsi que les participants entrèrent dans la divine et très grande église de Sainte-Sophie sous le prétexte que l’empereur avait rompu les conventions par lesquelles ils avaient juré de ne pas se rallier à Comnène, alors que le souverain lui-même avait passé un accord avec celui-ci, qui permettait [au rebelle] de participer au pouvoir impérial. Et aussitôt ils acclamèrent Comnène, se montrant tout à la fois les accusateurs, les avocats et les protecteurs de cet homme, qu’ils affirmaient avoir rejeté par serment et dont ils refusaient que l’empereur cherche son amitié, pas même une seule fois, alors que eux ceignaient Comnène de l’honneur impérial de leur côté. Ils furent encouragés par la venue des neveux du patriarche. Ceux-ci étaient venus sur ordre du patriarche, comme s’ils cherchaient à s’informer des causes du trouble. On fit semblant de les arrêter et d’être sur le point de les exécuter si le patriarche, qui était descendu, ne consentait pas à leur demande. Poussé par les liens de la nature, car il était leur oncle ou pratiquement comme leur père, et considérant aussi qu’il était nécessaire, comme la foule était divisée quant à ses opinions, que la colère ne montât point et que ne survînt pas une guerre civile dans la ville où les émeutes étaient réprimées, il entra dans l’église et s’installa dans le sanctuaire où il fit office de juge et arbitre des discussions. En penchant du côté de ceux qui voulaient déposer l’empereur et mettre à sa place Comnène, il se rendit agréable à la majorité et, pour que les troubles ne dégénérassent pas en guerre civile, comme nous l’avons dit, il contribua à renforcer l’acclamation en faveur de Comnène et poussa ses prêtres à la généraliser. Voilà comment l’attitude ambiguë du patriarche s’adapta à ce qui avait été vraisemblablement préparé de part et d’autre. Tous commencèrent à prendre le parti du seul Comnène et le pouvoir du Vieux fut renversé ; c’est ainsi que la faction de ceux qui ont comploté contre lui le surnommait et cette appellation s’est conservée jusqu’à aujourd’hui.

27En peu de temps, la rumeur des événements atteignit Comnène installé dans le bourg de Chrysopolis, de l’autre côté du détroit. Elle l’encourageait, puisque le Palais lui était ouvert et que tout le peuple de la Ville l’acclamait. Il retint son élan jusqu’à ce qu’il fût informé de façon sûre de la déposition du Vieux. En effet, comme le patriarche avait convoqué près de lui les hauts fonctionnaires, les uns venant de leur plein gré, les autres à contrecœur, contraints par les circonstances, des éléments de l’armée et du peuple mirent fin au pouvoir impérial de façon peu naturelle et pourvurent les charges de la manière qui semblait appropriée aux circonstances. Ils envoyèrent aussi un ordre brutal au Vieux lui intimant de se faire tonsurer aussitôt s’il tenait à la vie, car la foule l’ordonnait. Alors que les soldats de la cour et tous ceux qui lui étaient proches étaient prêts à sortir combattre les adversaires, à les réduire et à lui assurer le pouvoir, [Michel] s’y refusa disant que ce serait détester les hommes et se montrer égoïste que de laisser, à cause de lui, la capitale être souillée par les meurtres et les massacres. Et regardant ses sandales pourpres, il dit : « ce n’est pas à cause d’elles que Michel va renoncer à la piété », il les lança loin de lui, inclina la tête devant ceux qui avaient été envoyés lui couper la chevelure, changea bien volontiers la splendeur impériale contre l’état monastique et, à la place d’un vêtement éclatant et de grand prix, il se revêtit de haillons misérables ; il fut envoyé au sanctuaire, vêtu de noir et inscrit au nombre des moines. Le patriarche le reçut avec les apparences de l’amitié et du sourire et, après l’avoir salué, l’embrassa ; l’autre répliqua : « Patriarche, que Dieu t’accueille comme tu le mérites », avant de partir dans l’une des maisons du patriarcat, retirée et située en hauteur, après un règne d’une seule année.

28Comnène traversa la mer avec toute la flotte ; il entra sous les acclamations et les hourras, salué au son des trompettes et d’autres instruments, et il arriva au Palais dans la soirée, en septembre de la onzième indiction.

Michel Attaleiatès, Historia, éd. I. Pérez Martin, Madrid 2002 (Nueva Roma 15), p. 40-46. Texte traduit du grec par J.-Cl. Cheynet.

Notes

1 Ps 11 (12), 6.

2 Il s’agit de Nikoulitzas l’Ancien, vers le début du xie siècle.

3 Samuel de Bulgarie, régnant de ca 987 à 1018.

4 Basile II (976-1025).

5 Reddition de Larissa en 986.

6 Nikoulitzas le Jeune ; voir P. Lemerle, op. cit., p. 41-56.

7 Constantin X Doukas (1059-1067).

8 Le syncelle est à l’origine le clerc « second » d’un évêque, litt. « qui partage sa cellule » ; le terme semble être passé dans l’administration.

9 Attestée en 1066.

10 Robert Guiscard.

11 Le récit passe à la première personne, sans doute parce que Kékauménos cite des notes de Nikoulitzas rédigées en prison, évoquées plus bas, sans les transposer de façon conséquente.

12 1064-1075.

13 1068-1071.

14 L’auteur désigne ainsi des Turcs.

15 Il s’agit de Niképhoritzès, quasi premier ministre de Michel VII.

16 Michel VII (1071-1078).

17 Les ploïma sont clairement les bateaux de la flotte, mais le terme kontaratai est moins clair : piquiers ou rameurs ?

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search