Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Biais, hiatus et absences en archéologie

 | 
Elisa Caron-Laviolette
, 
Nanouchka Matomou-Adzo
, 
Clara Millot-Richard
, 
et al.

Contraintes sociales et environnementales dans la préhistoire du littoral pacifique colombien et équatorien

Social and Environmental Pressures in the Prehistory of the Colombian and Ecuadorian Pacific Coast

Manuel Alejandro Ariza Pareja

Résumé

Dans cet article, nous tentons de comprendre les changements culturels survenus dans la région de Tumaco et La Tolita entre 800 av. J.-C. et 1600 ap. J.-C. Pour cela, nous avons suivi une méthode de comparaison intégrant les résultats des recherches des régions voisines, notamment la vallée du Jama.
Cette vision macrorégionale nous permet d’établir des corrélations synchroniques entre les changements dans la culture matérielle et les mouvements de population dans un cadre géographique plus large. Il s’agit ainsi d’intégrer la préhistoire de ces régions archéologiques dans une possible dynamique de peuplement commune le long du littoral pacifique équatorial.
Cependant, les ressemblances et les corrélations relevées pour chaque période restent hypothétiques. Nous proposons donc des méthodes de travail adaptées afin de déterminer si ces corrélations ont une base solide ou non.

In this paper we will try to understand the cultural changes that happened in the Tumaco and La Tolita region between 800 B.C. and 1600 A.D. In order to do this we followed a methodology that integrates the results of studies done in other neighbouring regions, mostly, of the Jama river valley.
It is this macro-regional point of view, which allowed us to stablish synchronic correlations between the changes in the cultural material and the population movements of the Jama river valley and the Tumaco and La Tolita region. This way, the prehistory of these archaeological regions can be integrated into a possible common dynamic of settlement, specific to the Equatorial Pacific coast.
However, the similarities and the correlations of each period are still hypothetic. So, we propose adapted methods for determining whether these correlations have a solid basis or not.

Texte intégral

Introduction

1Cet article porte sur les causes des changements culturels survenus entre 800 av. J.-C. et 1600 ap. J.-C. dans les environs de Tumaco et La Tolita, située sur la côte Pacifique, à cheval entre la Colombie et l’Équateur (fig. 1). Cette région comporte encore des zones d’ombre (ruptures culturelles, hiatus chronologiques) dont les causes restent inconnues. Sur ce point, il nous semble important d’élargir l’aire géographique d’étude aux régions voisines du littoral afin d’obtenir une vision plus globale des dynamiques de peuplements. Si les alentours de Tumaco et La Tolita ont été très peu étudiés, la région du fleuve Jama plus au sud (Équateur) en revanche, l’a été beaucoup plus. C’est pourquoi nous avons décidé d’établir une macrorégion pour cette étude, dont les limites seront au nord le fleuve San Juan (Colombie) et au sud le fleuve Jama (Équateur) (fig. 1). Cette méthode nous permettra, par comparaison, de percevoir de probables liaisons culturelles et chronologiques entre, notamment, la vallée du Jama et l’aire de Tumaco-La Tolita, et ainsi de mieux cerner les dynamiques culturelles du littoral pacifique sud-colombien et nord-équatorien. Cela nous permettra également d’insérer la préhistoire de Tumaco et La Tolita dans un cadre archéologique plus large, ce qui n’a jamais été effectué auparavant.

Fig. 1 : Carte de la macrorégion comprise entre le fleuve San Juan (Colombie) et le fleuve Jama (Équateur)

Fig. 1 : Carte de la macrorégion comprise entre le fleuve San Juan (Colombie) et le fleuve Jama (Équateur)

La région de Tumaco et La Tolita est encerclée en rouge.

2Pour ce faire, nous traiterons des quatre périodes qui composent la préhistoire de Tumaco et La Tolita (Bouchard, 1984 ; DeBoer, 1996 ; Patiño, 2003), en comparant les ruptures avec les événements survenus dans la vallée du Jama (Pearsall et Zeidler, 1994 ; Zeidler et Isaacson, 2003 ; Pearsall, 2004 ; Zeidler, 2015). Nous verrons que l’on observe plusieurs coïncidences chronologiques et culturelles entre ces deux aires (fig. 2).

Fig. 2 : Chronologie, filiations culturelles, phases et éruptions volcaniques entre le fleuve Jama et le fleuve San Juan, entre 1900 av. J-C. et 1600 ap. J.-C.

Fig. 2 : Chronologie, filiations culturelles, phases et éruptions volcaniques entre le fleuve Jama et le fleuve San Juan, entre 1900 av. J-C. et 1600 ap. J.-C.

3Cela nous permettra dans un second temps d’établir des hypothèses sur les causes des changements observés dans la région de Tumaco et La Tolita, et enfin de proposer des méthodes d’études qui pourraient vérifier ces hypothèses pour chaque période.

Période 1 (1900 à 350 av. J.-C.)

4Durant la première période, nous observons deux corrélations entre Tumaco/La Tolita et la vallée du Jama. La première est l’absence de traces des populations précéramiques dans toute la macrorégion (Bouchard, 1984, p. 139 ; Valdez, 1987, p. 17 ; Pearsall et Zeidler, 1994, p. 203 ; DeBoer, 1996, p. 68 ; Patiño, 2003, p. 5), et une possible première occupation appartenant à la tradition Valdivia (Zeidler et Sutliff, 1994, p. 111 ; DeBoer, 1996, p. 68-70). La deuxième corrélation est le peuplement synchronique par des populations d’affiliation Chorrera de toute la macrorégion à partir de 1300 av. J.-C. (Casas, 1991, p. 106 ; Salgado et Stemper, 1995, 111-114 ; DeBoer, 1996, p. 66 ; Patiño, 2003, p. 100 ; Valdez, 2008, p. 5 ; Zeidler et Sutliff, 1994, p. 115) (fig. 3).

Fig. 3 : Carte de localisation des sites de la période 1 (1900-350 av. J.-C.)

Fig. 3 : Carte de localisation des sites de la période 1 (1900-350 av. J.-C.)

Les numéros correspondent aux phases de la figure 2.

Premiers habitants avant 1300 av. J.-C.

5C’est dans la vallée du Jama que les premiers vestiges, datés de 2030 av. J.-C., ont été trouvés. Il s’agit de la phase Piquigua du complexe céramique Valdivia 8 (fig. 4) (Zeidler et Sutliff, 1994, p. 111 ; Zeidler, 2015, p. 80). Cette occupation n’a pas été longue car, vers 1880 av. J.-C., le volcan Guagua Pichincha, situé à 12 km à l’ouest de la ville actuelle de Quito, entre en éruption et provoque l’abandon de toute la côte centrale de l’Équateur durant 580 ans (Zeidler, 2015, p. 80). La céramique Valdivia disparaît de la vallée du Jama peu après cet événement (Isaacson, 1994, p. 137 ; Zeidler et Isaacson, 2003, p. 89).

Fig. 4 : Céramique appartenant au complexe Valdivia

Fig. 4 : Céramique appartenant au complexe Valdivia

A) Céramique de la phase Piquigua provenant des fouilles de la vallée du Jama (d’après Zeidler et Sutliff ; 1994). B) Tesson trouvé en récollection superficielle dans le bassin du fleuve Cayapas (d’après DeBoer, 1996).

6Dans la région de Tumaco et La Tolita, seuls deux tessons Valdivia ont été retrouvés en récollection superficielle (fig. 4) (DeBoer, 1996, p. 68-70). Ce nombre presque insignifiant ne permet pas d’affirmer que les populations Valdivia ont habité la région de Tumaco et La Tolita, ou si elles s’y sont installées après l’éruption du Guagua Pichincha. Cependant, la présence de ces tessons nous laisse suggérer la possibilité de contacts entre les deux régions au temps Valdivia. Mais une question persiste : où se trouvent les vestiges de ces premières occupations, si elles existent ?

Discussion

7Si nous nous concentrons sur le contexte dans lequel ont été trouvées les céramiques Valdivia, nous obtenons déjà des éléments de réponse sur l’insuffisance des premières traces d’occupation au nord de la macrorégion.

8La poterie de la tradition Valdivia Terminal, trouvée dans la vallée moyenne du fleuve Jama, a été mise au jour entre 5 et 7 mètres de profondeur (fig. 4) (Zeidler, 1994, p. 88). La réalisation de fouilles à une telle profondeur semble difficile au nord du fleuve Esmeraldas. Le climat y étant beaucoup plus humide, la saison des pluies est plus longue et la nappe phréatique, plus superficielle. Ces faits sont autant de contraintes pour la réalisation de fouilles profondes. La conservation des vestiges semble, pour cette même raison, moins certaine. Les fouilles à Tumaco et La Tolita n’atteignent donc pas plus de 4 mètres de profondeur, sauf lors de fouilles de monticules artificiels (Cubillos, 1955, p. 38 ; Alcina, 1979 ; Bouchard, 1984 ; Valdez, 1987, p. 37 ; Casas, 1991, p. 87-88 ; Salgado et Stemper, 1995 ; DeBoer, 1996 ; Reichel-Dolmatoff, 1997 ; Patiño, 2003). Ce cadre de travail diminue la probabilité de trouver des vestiges Valdivia au nord du fleuve Esmeraldas.

Méthodologies proposées

9Pour trouver ces vestiges, nous proposons donc une méthode de travail qui combine des prospections utilisant un GPR (Ground Penetrating Radar) et des fouilles plus profondes en saison sèche avec l’aide de pompes à eau.

La vague « Chorreroide »

10La deuxième corrélation est l’occupation de toute la macrorégion par des peuples de tradition potière Chorrera entre 1300 et 800 av. J.-C. (fig. 5, fig. 3) (Casas, 1991, p. 106 ; Salgado et Stemper, 1995, p. 111-114 ; DeBoer, 1996, p. 66 ; Patiño, 2003, p. 100 ; Valdez, 2008, p. 5 ; Zeidler et Sutliff, 1994, p. 115).

Fig. 5 : Céramique appartenant au complexe « Chorrera »

Fig. 5 : Céramique appartenant au complexe « Chorrera »

D’après Zeidler et Sutliff, 1994.

Discussion et hypothèse

11Les raisons de la migration des peuples Chorrera sont encore inconnues, mais il a été proposé que ces populations soient parties à la recherche de l’or (Bouchard et Usselmann, 2003, p. 112). C’est une hypothèse viable, mais il faut également prendre en compte les modes de subsistance des peuples Chorrera et leur dynamique de peuplement.

12Ceux-ci pratiquaient l’agriculture en plaine inondable, une technique agricole saisonnière qui a besoin de terres le long des berges des fleuves (Pearsall et Zeidler, 1994, p. 211 ; Denevan, 2001 ; Pearsall, 2007, p. 224). De plus, les vestiges des peuples Chorrera ont été trouvés sur l’île Gorgona (Casas, 1991, p. 106) et la vallée du fleuve Timbiqui (Patiño, 1992, p. 39). Bien que ces zones se trouvent au nord de la région de Tumaco et La Tolita, les dates des vestiges coïncident chronologiquement avec ceux qui ont été mis au jour dans la vallée du Jama, après le hiatus de 580 ans entraîné par l’éruption du volcan Guagua Pichincha. De plus, ces deux occupations indiquent que ces peuples maîtrisaient le cabotage et la navigation en haute mer. Ce peuplement Chorrera a dû être graduel car seulement quatre régions semblent occupées entre 1300 et 900 av. J.-C., alors qu’entre 900 et 600 av. J.-C., on note la présence de leur poterie dans toute la macrorégion (fig. 3) (Casas, 1991, p. 106 ; Salgado et Stemper, 1995, p. 111-114 ; DeBoer, 1996, p. 66 ; Patiño, 2003, p. 100 ; Valdez, 2008, p. 5). Cela pourrait indiquer une augmentation démographique constante des peuples d’affiliation Chorrera au cours des siècles. Cette possible augmentation aurait nécessité la recherche de nouvelles terres pour l’agriculture de plaines inondables, vers le nord.

13Pour confirmer cette hypothèse, nous proposons d’effectuer des fouilles plus profondes afin d’augmenter le corpus de la céramique Chorrera des régions encore très méconnues, comme l’île Gorgona, la vallée du fleuve Timbiquí, la baie de Buenaventura, la vallée basse du fleuve Patía, et la vallée du fleuve Esmeraldas. Il s’agira ensuite de comparer typologiquement et microstructuralement ce corpus céramique avec la poterie des vallées plus connues des fleuves Jama, Coaque, Santiago, Cayapas, Mira et Rosario.

Période 2 (350 av. J.-C. à 300 ap. J.-C.)

14Durant cette période, nous constatons la disparition des traits Chorrera dans la poterie de la vallée du Jama (Zeidler et Sutliff, 1994, p. 125) et de la région de Tumaco et la Tolita (fig. 6) (Bouchard, 1984, p. 50-79 ; DeBoer, 1996, p. 82-105 ; Patiño, 2003, p. 103-104). Les causes ne sont pas nécessairement les mêmes dans chaque région mais peuvent être liées.

Fig. 6 : Carte de localisation des sites de la période 2 et la période 3 (350 av. J.-C.- 500 ap. J.-C.)

Fig. 6 : Carte de localisation des sites de la période 2 et la période 3 (350 av. J.-C.- 500 ap. J.-C.)

Les numéros correspondent aux phases de la figure 2.

15Dans la vallée du Jama, on note un changement brutal avec l’éruption du volcan Pululahua, volcan situé à 17 km au nord de Quito, vers 467 av. J.-C. Cette dernière a contraint les peuples à abandonner la région pendant plus de 200 ans (Zeidler, 2015, p. 80).

16En revanche, dans la région de Tumaco et La Tolita, les changements dans la poterie ont été graduels : la population a augmenté, de nouvelles aires ont été occupées, l’interfluve a été habité et cultivé (Bouchard, 1984 ; Valdez, 1987 ; DeBoer, 1996 ; Patiño, 2003).

17Parmi les formes et décorations potières qui se développent localement, il est important de souligner les écuelles tripodes à pieds mammiformes, coniques, phalliques, sauromorphes, et probablement en forme de hochets (fig. 7) (Bouchard, 1984, p. 50-79 ; DeBoer, 1996, p. 82-105 ; Patiño, 2003, p. 103-104). Vers 300 av. J.-C., ces changements sont perceptibles dans toute la région de Tumaco et La Tolita (Patiño, 2003, p. 102). Certaines nouveautés apparaissent, comme les moules à figurines, utilisés justement auparavant dans la vallée du Jama (Zeidler et Isaacson, 2003, p. 110).

Fig. 7 : Écuelles tripodes de la région Tumaco-La Tolita

Fig. 7 : Écuelles tripodes de la région Tumaco-La Tolita

D’après DeBoer, 1996.

18On constate en outre une croissance démographique et l’occupation de zones nouvellement habitées, sans pour autant noter l’abandon des sites occupés depuis la période précédente. Le nombre de sites augmente dans l’interfluve, loin des fleuves principaux (DeBoer, 1996, p. 109-110 ; Patiño, 2003, p. 122). De plus, il est probable que les premiers champs surélevés (fig. 8) de la région apparaissent à cette époque (Patiño, 2003, p. 71 ; Valdez, 2008, p. 5-6).

Fig. 8 : Champs surélevés de la région de Tumaco, les formes et tailles sont très variées

Fig. 8 : Champs surélevés de la région de Tumaco, les formes et tailles sont très variées

A) Grandes structures rectangulaires, à 2,8 km du fleuve plus proche, Chilví, Tumaco. B) formes irrégulières entourant une rivière, Nueva Puerto Nidia, Tumaco. C) canaux inondés, Chilví, Tumaco.

Source : DAO et cliché M. Ariza.

Discussion et hypothèse

19Les indices que nous avons actuellement ne sont pas nombreux mais importants. En effet, les changements au nord, détectés dans la poterie vers 409 av. J.-C. (DeBoer, 1996, p. 66), mais aussi l’adoption des moules, la croissance démographique et l’emploi d’une nouvelle technologie agraire (Patiño, 2003) sont synchroniques de l’abandon de la vallée du Jama.

20En outre, les champs surélevés améliorent les conditions des sols (Denevan, 2001, p. 220) et ce, sans dépendre des inondations saisonnières. Or, on sait qu’une grande partie des cendres du volcan Pululahua, qui a rendu infertile la vallée du Jama et forcé son abandon, a été déposée par le fleuve dans la plaine inondable (Zeidler et Isaacson, 2003, p. 105 ; Pearsall, 2007, p. 220). Pour cette raison, en réponse à ce phénomène, les populations auraient pu commencer à cultiver dans l’interfluve, moins vulnérable à ce type de catastrophes. C’est possiblement en s’adaptant à l’environnement plus humide de la région de Tumaco et La Tolita que les populations ont alors développé la technique des champs surélevés.

21Cela nous amène à proposer l’hypothèse que la migration des peuples vers le nord, causée par l’éruption du Pululahua (Zeidler et Isaacson, 2003, p. 109), a obligé à l’aménagement graduel des terres de l’interfluve.

Méthodologies proposées

22Pour prouver ou réfuter cette possibilité, nous proposons la datation directe des champs surélevés à partir des phytholithes (Piperno, 2006, p. 93-95 ; Martín et al., 2015). Il serait également à propos d’effectuer une comparaison par analyse microstructurale et typologique entre la poterie du fleuve Jama et celle de la région de Tumaco et La Tolita.

Période 3 (300 à 500 ap. J.-C.)

23Cette période est marquée par l’apparition de la culture Jama-Coaque (Zeidler et Sutliff, 1994, p. 115).

24Après l’éruption de volcan Pululahua, la vallée du Jama est repeuplée vers 240 av. J.-C. par les peuples appartenant à la phase Munchique 1 du complexe céramique Jama-Coaque (Zeidler, 2015, p. 80). Le style céramique est totalement différent de la tradition Chorrera, il se caractérise par la confection de coupes à pied unique (fig. 9) (Zeidler et Sutliff, 1994, p. 125). Vers 90 ap. J.-C., la vallée est affectée par une autre éruption du volcan Guagua Pichincha, qui cause une nouvelle fois l’abandon de la région. En 420 ap. J.-C., après un hiatus de 330 ans, la vallée est réoccupée par des populations toujours affiliées à la tradition Jama-Coaque, mais appartenant à la phase Munchique 2 (Pearsall et Zeidler, 1994 ; Pearsall, 2004 ; Zeidler, 2015, p. 80).

Fig. 9 : Coupes à pied unique

Fig. 9 : Coupes à pied unique

A) Provenant de la vallée du fleuve Jama (Munchique 1) (d’après Zeidler et Sutliff, 1994). B) Provenant de la région de Tumaco et La Tolita, phase El Morro (d’après Bouchard, 1984).

25Parallèlement, dans la région de Tumaco et La Tolita, des changements graduels apparaissent dans la poterie entre 200 et 300 ap. J.-C. (DeBoer, 1996, p. 104). Le changement le plus notable est le remplacement des assiettes à base polypode par les coupes à pied unique (fig. 9) (Bouchard, 1984, p. 112-118 ; DeBoer, 1996, p. 112-126 ; Patiño, 2003, p. 113-114), ces derniers sont justement courants dans la phase Munchique 1, présente dans la vallée du Jama (Zeidler et Sutliff, 1994, p. 125).

26Concernant les patrons de résidence, les changements se traduisent par l’augmentation des sites localisés le long des cours d’eau principaux, et la diminution des sites se trouvant dans l’interfluve (DeBoer, 1996, p. 109-110 ; Patiño, 2003, p. 122). Un des sites abandonnés partiellement durant cette période est l’île de La Tolita, lieu qui semble jouer un rôle très important, voire fondamental, pendant la période 2 (Valdez, 1987, p. 55). En outre, les échanges interrégionaux semblent diminuer, même si la présence d’obsidienne indique que cet usage persiste (DeBoer, 1996, p. 112).

Discussion et hypothèse

27Comme pour la période 2, on observe des corrélations chronologique et matérielle. Après l’éruption du volcan Guagua Pichincha en 90 ap. J.-C., des modifications graduelles sont détectées dans la poterie de la région de Tumaco et la Tolita. Même si ces changements étaient déjà notables plus au nord, dans la vallée du fleuve Saija, et plus tôt (190 av. J.-C.) (Patiño, 1988, p. 132), c’est vers 300 ap. J.-C. qu’ils se sont généralisés dans la région (DeBoer, 1996, p. 66 ; Patiño, 2003, p. 113). De plus, l’arrivée de coupes à pied unique coïncide curieusement avec l’abandon de la vallée du Jama (DeBoer, 1996, p. 106 ; Patiño, 2003, p. 114). Bien que les coupes à pied unique de la phase Munchique 1 ne soient pas totalement semblables à celles de la région de Tumaco et La Tolita, leur adoption ouvre la possibilité de contacts et de migrations du sud vers le nord.

28L’autre questionnement est le changement des patrons de résidence ainsi que l’abandon de sites importants et de l’interfluve de la région Tumaco-La Tolita. En effet, même si la vallée du Jama a été abandonnée, on constate une baisse démographique et une diminution de la variété des formes et décorations dans la poterie de Tumaco et La Tolita (DeBoer, 1996, p. 106 ; Patiño, 2003, p. 113-114). C’est cette fois-ci dans la vallée du Jama qu’est attestée en 420 ap. J.-C. une croissance démographique, avec la réoccupation des terres par les peuples de la phase Munchique 2 du complexe Jama-Coaque (Zeidler, 2015, p. 91).

29Si les habitants de la région de Tumaco et La Tolita, pendant la période précédente, ont développé des systèmes d’agriculture intensive dans l’interfluve, il semblerait qu’ils ne les aient pas ou peu utilisés durant cette période. Serait-ce à cause de la baisse démographique ? Et si tel est le cas, pour quelles raisons cette baisse de population aurait-elle eu lieu si l’on émet l’hypothèse que les populations de la vallée du Jama ont trouvé, de nouveau, refuge au nord ?

30Pour répondre à ces questions, nous proposons l’idée d’une migration plus violente que celle de la période 2. En effet, il est possible que l’augmentation croissante des populations, au nord comme au sud, ait compliqué l’accès aux ressources et ait pu déclencher des conflits. (Zeidler, 2015, p. 89-90).

Méthodologies proposées

31Tout comme pour la période 2, il est nécessaire de faire des comparaisons typologiques et microstructurales entre la céramique des deux zones et de la vallée du fleuve Saija. Il serait également intéressant de déterminer la durée d’utilisation des systèmes de champs surélevés à partir de l’identification et de la datation des phytholithes (Piperno, 2006, p. 93-95 ; Martín et al., 2015).

Période 4 (500 à 1600 ap. J.-C.)

32Pour cette dernière période, nous observons des changements qui n’ont possiblement aucun lien avec des phénomènes naturels comme des éruptions volcaniques. Dans la vallée du Jama, on note une continuité culturelle jusqu’à l’arrivée des Européens (Zeidler et Sutliff, 1994, p. 127). On constate une augmentation démographique, l’intensification agricole des zones fluviales et interfluviales (Pearsall, 2004, p. 136 et 2007, p. 225-226) ainsi que l’augmentation des échanges à longue distance (Pearsall et Zeidler, 1994 ; Zeidler, 2015, p. 86).

33Cependant, dans la région de Tumaco et La Tolita, c’est le phénomène inverse. L’unité potière de la région est fragmentée (Bouchard, 1984, p. 143 ; Patiño, 2003, p. 36) et plusieurs complexes céramiques sont circonscrits, parfois, au bassin d’un fleuve (fig. 10) (De Boer, 1996, p. 130-159). Généralement la production potière est grossière et limitée aux récipients fonctionnels, presque sans décoration (Bouchard, 1984, p. 143 ; De Boer 1996, p. 130-172 ; Patiño, 2003, p. 115).

Fig. 10 : Carte de localisation des sites de la période 4 (500-1600 ap. J.-C.)

Fig. 10 : Carte de localisation des sites de la période 4 (500-1600 ap. J.-C.)

Les numéros correspondent aux phases de la figure 2.

La population diminue, les habitations s’éloignent des côtes et des fleuves principaux (DeBoer, 1996, p. 159 ; Patiño, 2003, p. 123), les monticules artificiels sont plus élevés et réutilisés comme habitations (Bouchard, 1984, p. 143 ; Patiño, 2003, p. 114). Enfin, nous ne trouvons plus de traces d’échanges à longue distance (DeBoer, 1996, p. 159-160).

Discussion et hypothèses

34Durant cette période, aucun hiatus dû à l’éruption d’un volcan ne peut expliquer le comportement des populations. De plus, nous n’observons plus de liens macrorégionaux entre le nord du fleuve Esmeraldas et le sud. Au nord, dans la région de Tumaco et La Tolita, nous observons une tendance à l’isolation et à la rupture avec les autres périodes (DeBoer, 1996, p. 130-159 ; Patiño, 2003, p. 115). Au sud, dans la vallée du Jama et la baie d’Atacames, c’est tout le contraire, on constate une continuité culturelle, une société ouverte, hiérarchisée, possiblement guerrière, pratiquant l’agriculture intensive et avec une importante croissance démographique (Alcina, 1979 ; Pearsall et Zeidler, 1994 ; Zeidler, 2015, p. 91).

35Cela nous amène à suggérer une hypothèse selon laquelle le comportement des sociétés de cette période a pu suivre la continuation des processus qui ont commencé dans la période 3, c’est-à-dire des relations conflictuelles entre le nord et le sud. Les peuples du nord se seraient repliés en amont des fleuves et des cours d’eau secondaires, pour se protéger des incursions des peuples envahisseurs du sud. C’est d’ailleurs durant la phase Munchique 2 qu’apparaissent à Jama-Coaque de nombreuses figurines de guerriers. Cela pourrait indiquer que la guerre avait une place importante dans cette société (Zeidler, 2015, p. 91).

36Le comportement des habitants de la région de Tumaco et La Tolita pourrait également s’expliquer par une possible catastrophe naturelle. Ces populations ont décidé de s’éloigner des côtes et des fleuves principaux pour se protéger des raz-de-marée, courants sur la côte Pacifique. Cependant, cette deuxième option n’explique pas l’interruption des contacts avec la cordillère, phénomène constaté depuis la période précédente.

Méthodologies proposées

37Pour vérifier l’hypothèse de relations conflictuelles entre le nord et le sud, nous proposons la réalisation de fouilles dans les fleuves secondaires, et les monticules artificiels de l’interfluve, ainsi que la révision et prise de photographies aériennes à la recherche de possibles structures défensives. Pour vérifier l’hypothèse environnementale, nous suggérons le relevé stratigraphique par carottages depuis la côte jusqu’à au moins 10 km à l’intérieur du continent. Cette distance permettra de détecter la plupart des paléo-tsunamis et de déterminer leur puissance et leur direction.

Conclusion

38Cette étude des relations entre le sud et le nord de la macrorégion comprise entre les fleuves San Juan et Jama a permis d’établir des synchronisations abandon/occupation qui caractérisent les périodes décrites. Nous observons ainsi que même s’il s’agit souvent d’un même type de catastrophe naturelle, l’éruption volcanique, les comportements sociaux prennent des chemins différents. Lors de la première éruption, nous observons l’abandon de la vallée du fleuve Jama pendant 580 ans. Cette région sera repeuplée en 1300 av. J.-C. par des peuples d’affiliation Chorrera, ce que l’on observe également dans quelques zones du nord de notre macrorégion. Pour la deuxième période, nous constatons un abandon de la zone du fleuve Jama suite à l’éruption du Pululahua et une croissance démographique au nord. La troisième période est marquée par un autre abandon de la vallée du Jama et une graduelle décroissance démographique au nord. Ce phénomène s’accentue durant la dernière période, laissant des sociétés très organisées au sud, et fortement fragmentées au nord.

39Bien que les interprétations de ces changements synchroniques relèvent de l’hypothèse, la proposition de ces questionnements et de méthodologies adaptées ouvre sur de nouvelles perspectives de travail et permet de mieux saisir les dynamiques de peuplement de cette région. Cela nous permet également d’insérer les régions de Tumaco-La Tolita et de la vallée du Jama dans un cadre géographique plus large qu’est le littoral pacifique équatorial.

Alcina J. (1979), La arqueología de Esmeraldas (Ecuador). Introducción general, Madrid, Alianza Editorial.

Bouchard J.-F. (1984), « Recherches archéologiques dans la région de Tumaco (Colombie) », Mémoire, 34.

Bouchard J.-F., Usselmann P. (2003), Trois millénaires de civilisation entre Colombie et Équateur. La région de Tumaco-La Tolita, Paris, CNRS Éditions.

Casas P. (1991), « La Gorgona en tiempos precolombinos », Revista de Antropología y Arqueología, 7/1-2, p. 82-115.

Cubillos J. C. (1955), Tumaco (Notas arqueológicas), Bogotá, Ministerio de Educación.

DeBoer W. R. (1996), Traces Behind the Esmeraldas Shore. Prehistory of the Santiago-Cayapas Region, Ecuador, Tuscaloosa, University of Alabama Press.

Denevan W. (2001), Cultivated Landscapes of Native Amazonia and the Andes, New York, Oxford University Press.

Isaacson J. S. (1994), « Volcanic Sediments in Archaeological Contexts from Western Ecuador », dans J. A. Zeidler, D. M. Pearsall (dir.), Regional Archaeology in Northern Manabí, Ecuador, Pittsburgh, University of Pittsburgh, vol. 1, p. 131-140.

Martín J. G., Mendizabal T., Schreg R., Cooke R. G., Piperno D. (2015), « Pre-Columbian Raised Fields in Panama: First Evidence » (http://dx.doi.org/​10.1016/​j.jasrep.2015.08.018, consulté le 1er février 2016).

Patiño D. (1988), Asentamientos prehispánicos en la costa pacífica caucana, Bogotá, Fundación de Investigaciones Arqueológicas Nacionales.

Patiño D. (1992), « Sociedades Tumaco-La Tolita: Costa Pacífica de Colombia y el Ecuador », Boletín de Arqueología FIAN, 7 (1), p. 37-48.

Patiño D. (2003), Tumaco prehispánico. Asentamiento, subsistencia e intercambio en la Costa Pacífica de Colombia, Popayán, Editorial Universidad del Cauca.

Pearsall D. M. (2004), Plants and People in Ancient Ecuador: The Ethnobotany of the Jama River Valley, Belmont, Wadsworth Publishing.

Pearsall D. M. (2007), « Modeling Prehistoric Agriculture through the Paleoenvironmental Record: Theoretical and Methodological Issues », dans T. Denham, J. Iriarte, L. Vrydaghs (dir.), Rethinking Agriculture, Archaeological and Ethnoarchaeological Perspectives, New York, One World Archaeology, p. 210-230.

Pearsall D. M., Zeidler J. A. (1994), « Regional Environment, Cultural Chronology, and Prehistoric Subsistence in Northern Manabí », dans J. A. Zeidler, D. M. Pearsall (dir.), Regional Archaeology in Northern Manabí, Ecuador, Pittsburgh, University of Pittsburgh, vol. 1, p. 200-216.

Piperno D. R. (2006), Phytolithes, a Comprehensive Guide for Archaeologists and Paleoecologists, New York, Lanham.

Reichel-Dolmatoff G. (1997), Arqueología de Colombia, Bogotá, Fundación Segunda Expedition Botánica.

Salgado H., Stemper D. M. (1995), Cambios en alfarería y agricultura en el centro del litoral pacífico colombiano durante los dos últimos milenios, Bogotá, Fundación de lnvesrigadones Arqueológicas Nacionales.

Valdez F. (1987), Proyecto Arqueológico, La Tolita (1983-1986), Quito, Museo del Banco Central del Ecuador.

Valdez F. (2008), « La Laguna de la Ciudad, le grenier de La Tolita » (https://nda.revues.org/​357, consulté le 13  octobre 2016).

Zeidler J. A. (1994), « Archaeological Testing in the Middle Jama Valley », dans J. A. Zeidler, D. M. Pearsall (dir.), Regional Archaeology in Northern Manabí, Ecuador, Pittsburgh, University of Pittsburgh, vol. 1, p. 71-98.

Zeidler J. A. (2015), « Modeling Cultural Responses to Volcanic Disaster in the Ancient Jama-Coaque Tradition, Coastal Ecuador: A Case Study in Cultural Collapse and Social Resilience » (http://dx.doi.org/​10.1016/​j.quaint.2015.09.011, consulté le 18 avril 2017).

Zeidler J. A., Isaacson J. S. (2003), « Settlement Process and Historical Contingency in the Western Ecuadorian Formative », dans J. Quilter (dir.), Archaeology of Formative Ecuador, Washington, Dumbarton Oaks, p. 69-123.

Zeidler J. A., Sutliff M. J. (1994), « Definition of Ceramic Complexes and Cultural Occupation », dans J. A. Zeidler, D. M. Pearsall (dir.), Regional Archaeology in Northern Manabí, Ecuador, Pittsburgh, University of Pittsburgh, vol. 1, p. 111-130.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Carte de la macrorégion comprise entre le fleuve San Juan (Colombie) et le fleuve Jama (Équateur)
Légende La région de Tumaco et La Tolita est encerclée en rouge.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 882k
Titre Fig. 2 : Chronologie, filiations culturelles, phases et éruptions volcaniques entre le fleuve Jama et le fleuve San Juan, entre 1900 av. J-C. et 1600 ap. J.-C.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 3 : Carte de localisation des sites de la période 1 (1900-350 av. J.-C.)
Légende Les numéros correspondent aux phases de la figure 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 598k
Titre Fig. 4 : Céramique appartenant au complexe Valdivia
Légende A) Céramique de la phase Piquigua provenant des fouilles de la vallée du Jama (d’après Zeidler et Sutliff ; 1994). B) Tesson trouvé en récollection superficielle dans le bassin du fleuve Cayapas (d’après DeBoer, 1996).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Titre Fig. 5 : Céramique appartenant au complexe « Chorrera »
Crédits D’après Zeidler et Sutliff, 1994.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 682k
Titre Fig. 6 : Carte de localisation des sites de la période 2 et la période 3 (350 av. J.-C.- 500 ap. J.-C.)
Légende Les numéros correspondent aux phases de la figure 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 886k
Titre Fig. 7 : Écuelles tripodes de la région Tumaco-La Tolita
Crédits D’après DeBoer, 1996.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Fig. 8 : Champs surélevés de la région de Tumaco, les formes et tailles sont très variées
Légende A) Grandes structures rectangulaires, à 2,8 km du fleuve plus proche, Chilví, Tumaco. B) formes irrégulières entourant une rivière, Nueva Puerto Nidia, Tumaco. C) canaux inondés, Chilví, Tumaco.
Crédits Source : DAO et cliché M. Ariza.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 9 : Coupes à pied unique
Légende A) Provenant de la vallée du fleuve Jama (Munchique 1) (d’après Zeidler et Sutliff, 1994). B) Provenant de la région de Tumaco et La Tolita, phase El Morro (d’après Bouchard, 1984).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 893k
Titre Fig. 10 : Carte de localisation des sites de la période 4 (500-1600 ap. J.-C.)
Légende Les numéros correspondent aux phases de la figure 2.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/19174/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 862k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
UMR 8096, Archéologie des Amériques (ArchAm)
Thèse sous la direction de Stéphen Rostain : « Agriculture précolombienne dans le Pacifique sud colombien, Tumaco »

© Éditions de la Sorbonne, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter