Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

3. Le cérémonial impérial

p. 19-32


Texte intégral

Mise en scène et glorification du pouvoir, le cérémonial impérial a pour fonction de rendre à la fois visible et intelligible la place prééminente de l’empereur et celle qui revient à chaque individu selon son origine, son groupe social, sa dignité et son rang. Ce cérémonial reflète la taxis, l’ordre du monde comme image de l’ordre divin. Le cérémonial impérial et la taxis sont connus par les taktika : le taktikon Uspenskij (842-843), le taktikon de Philothée (899), le taktikon Beneševič (934-944), le taktikon de l’Escurial (971-975). Ces textes fournissent un ordre hiérarchique des dignités et des fonctions à respecter lors des cérémonies impériales, banquets, promotions ou remise de la roga (voir p. 36). L’atriklinès Philothée est celui qui a décrit avec le plus de détails la place attribuée à chaque convive lors des banquets et l’admission ou non à la table impériale, reflet de l’organisation hiérarchique de la société byzantine. Le cérémonial impérial est aussi connu grâce au Livre des cérémonies, un ouvrage où ont été rassemblés à l’initiative de l’empereur Constantin VII Porphyrogénète (913-959) un ensemble de documents concernant l’exact déroulement des cérémonies à la cour de Constantinople. Même si la majeure partie des documents sont contemporains des dynasties amorienne et macédonienne, on y trouve aussi des documents plus anciens, par exemple des protocoles d’accession des empereurs de Léon Ier (457-474) à Justinien Ier (527-565) directement extraits du traité de Pierre le Patrice. Le Livre des cérémonies n’est pas totalement ordonné. Il est composé de deux tomes : le livre I traite principalement des processions organisées à Constantinople les jours de fêtes religieuses et de diverses cérémonies laïques telles que les couronnements, les mariages ou les promotions de dignitaires. Le livre II est plus disparate. Il comprend, entre autres choses, les archives concernant la préparation de plusieurs expéditions militaires dont celles de Crète1, le Traité de Philothée, ainsi que les rapports sur les ambassades reçues à Constantinople.
Le chapitre 15 du livre II présente le cérémonial à suivre pour la réception d’une personnalité étrangère, puis des exemples précis de réceptions qui ont eu lieu à l’époque de Constantin VII, comme celle de la princesse russe Olga (nommée Elga dans le texte grec conformément à l’origine scandinave du nom). La date de cette visite a été très disputée car le texte indique juste qu’il s’agit d’un mercredi de septembre, sans préciser l’année, et mentionne la présence d’enfants porphyrogénètes, sans les nommer.
Les ambassadeurs envoyés à Constantinople ont parfois décrit les cérémonies auxquelles ils ont assisté. C’est le cas de Liutprand, évêque de Crémone, reçu à deux reprises, en 949 pour le compte de Bérenger de Provence et en 968 pour le compte d’Otton Ier afin de négocier un mariage entre le fils d’Otton et Anne, la fille de feu l’empereur Romain (959-963) et de Théophanô. Il a fait les rapports de ses deux ambassades, celle de 949 auprès de Constantin VII, qui lui a laissé un excellent souvenir (l’Antapodosis), et celle de l’été 968 auprès de Nicéphore Phocas (963-969), qui s’est déroulée dans une atmosphère conflictuelle entre les deux empires (la Legatio). Le témoignage de Liutprand est précieux : il nous rapporte le point de vue d’un Italien bien informé – car son père avait déjà été ambassadeur – qui a observé avec une grande finesse la capitale impériale et les usages de la cour. Reçu au palais de la Magnaure lors de sa première ambassade en 949, il note à quel point le cérémonial était conçu pour impressionner les étrangers. Liutprand de Crémone décrit aussi un banquet auquel il assista lors de la difficile ambassade de 968. Il se plaint de la place qui lui fut alors octroyée et qu’il considéra comme une insulte à lui-même en tant qu’évêque et à son maître, Otton Ier.
Le cérémonial impérial ne se contente pas de réceptions ou de banquets, il comporte aussi des courses à l’hippodrome, des divertissements, des processions religieuses et plus rarement des triomphes, occasion pour le peuple de la capitale de voir l’empereur. L’hippodrome est assez vaste pour contenir la quasi-totalité de la population masculine de l’époque. Le Livre des cérémonies décrit, sur plusieurs chapitres, le déroulement de différentes courses. Au xiie siècle le canoniste Balsamon, dans son commentaire du canon 24 du concile in Trullo (692), évoque plus largement la mainmise de l’institution impériale sur le monde de l’hippodrome.
Bibliographie
G. Brett, « The Automata in the Byzantine “Throne of Solomon” », Speculum 29, 1954, p. 477-487. Byzantine Diplomacy : Papers from the Twenty-fourth Spring Symposium of Byzantine Studies, Cambridge, March 1990, éd. J. Shepard, S. Franklin, Aldershot 1992. G. Dagron, « Trônes pour un empereur », dans Byzantio, kratos kai koinônia : mnèmè Nikou Oikonomidè, éd. A. Avraméa, A. Laiou, E. Chrysos, Athènes 2003, p. 179-203. N. Drocourt, « Ambassades latines et musulmanes à Byzance : une situation contrastée (viiie-xie siècles) », Byzantion 75, 2004, p. 348-380. R. Guilland, Études de topographie de Constantinople byzantine, Berlin 1969. N. Maliaras, Die Orgel im byzantinischen Hofzeremoniell des 9. Und 10. Jahrhunderts : eine Quellenuntersuchung, Munich 1991. E. Piltz, « Middle Byzantine Court Costume », dans Byzantine Court Culture, éd. H. Maguire, Washington D.C. 1997, p. 39-51. J. B. Thibaut, « La musique instrumentale chez les Byzantins », Échos d’Orient 5, 1901, p. 343-353. E. Wellesz, A History of Byzantine Music and Hymnography, Oxford 1998.
2 : J.-Cl. Cheynet, « La patricienne à ceinture : une femme de qualité », dans Au cloître et dans le monde. Femmes, hommes et société (ixe-xve s.). Mélanges en l’honneur de P. L’Hermite-Leclercq, éd. P. Henriet, M. Legras, Paris 2000, p. 179-187. M. Featherstone, « Olga’s visit to Constantinople in De Cerimoniis », Revue des Études byzantines 61, 2003, p. 241-251. Franklin, J. Shepard, The Emergence of Rus 750-1200, Londres-New York 1996. I. Kalavrezou, « Luxury Objects », dans The Glory of Byzantium. Art and Culture of the Middle Byzantine Era, A.D. 43-1261, éd. H. C. Evans, W. D. Wixom, New York 1997, p. 218-223. G. G. Litavrin, « Die Kiever Rus’ und Byzanz im 9. und 10. Jahrhundert », Byzantinische Forschungen 18, 1992, p. 43-59. C. Zuckerman, « Le voyage d’Olga et la première ambassade espagnole à Constantinople en 946 », Travaux et Mémoires 13, 2000, p. 647-672.
3 : J. Koder, Liutprand von Cremona in Konstantinopel : Untersuchungen zum griechischen Sprachschatz und zu realienkundlichen Aussagen in seinen Werken, Vienne 1980.
4-7 : A. Dalby, Flavours of Byzantium, Totnes 2003. Food and Cooking in Byzantium, éd. D. Papanikola-Bakirtzi, Athènes 2005. C. Jouanno, « Sur un topos remarquable oublié : les scènes de banquet », Revue des Études grecques 109, 1996, p. 157-184. S. Malmberg, Dazzling dining : banquets as an expression of imperial legitimacy, Uppsala 2003. N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ix ixe et xe siècles, Paris 1972. Br. Scott, Liudprand of Cremona Relatio de Legatione Constantinopolitana, Bristol 1993. D. Zimpel, « Zur Bedeutung des Essens in der ‘Relatio de Constantinopolitana’ des Liutprand von Cremona », Historische Zeitschrift 269, 1999, p. 1-18.
8-9 : G. Dagron, « L’organisation et le déroulement des courses d’après le Livre des cérémonies », Travaux et Mémoires 13, 2000, p. 1-200.

La réception des étrangers de marque au palais de la Magnaure

1. La réception d’un étranger au palais impérial : Livre des cérémonies

1Ce qu’il faut observer pour une réception donnée dans le grand Triklinos de la Magnaure, lorsque les souverains sont assis sur le trône de Salomon

2À noter que : lorsqu’une réception doit avoir lieu à la Magnaure, on n’ouvre pas le Palais pour qu’ait lieu la procession quotidienne du matin, et tout le Sénat vient le matin à la Magnaure et revêt là la tenue de cérémonie. Vers la fin de la deuxième heure, quand tout est prêt, les préposites et tous les gens de la Chambre entrent en passant par l’église du Seigneur. Revêtus de leur divitèsion et de leur sagion bordé d’or, les souverains s’en vont par la galerie des Quarante-Saints et le Sigma, escortés par les gens de la Chambre, les manglavites et l’Hétairie ; ils pénètrent dans l’église du Seigneur et allument des cierges. De là, ils traversent la Sakellè et l’Ôatos, puis prennent le passage étroit montant à la terrasse de la Magnaure, et pénètrent dans le grand triklinos où se dresse le trône de Salomon ; c’est là, en effet, à droite en regardant vers l’est, au bas de l’abside, que sont placés les sièges d’or et que sont déposées les chlamydes et les couronnes. Les souverains entrent dans la chambre qui se trouve là, à gauche […]. Quand tout a été bien préparé par le préposé aux cérémonies, les préposites et le logothète du Dromos, les préposites entrent et en avertissent les souverains. Ces derniers sortent aussitôt, vont là où sont déposées les chlamydes et les couronnes, et, après en avoir été revêtus par les préposites, montent s’asseoir sur les trônes. Le peuple, qui se tient à l’extérieur des deux portières qui se tirent à l’ouest, prononce à forte voix le vœu de « Nombreuses années ». Après quoi les préposites sortent et introduisent les gens de la Chambre par les deux bas-côtés, à droite et à gauche, comme le veut la coutume. Lorsque ces derniers sont en place, le préposite fait un signe à l’ostiaire qui tient le bâton d’or, lequel sort et procède à la première entrée, celle des magistres. À nouveau, sur un signe de tête du préposite, un autre ostiaire sort et procède de la même façon à la deuxième entrée, celle des patrices. À nouveau, sur un signe de tête du préposite, l’autre ostiaire sort et procède de la même façon à la troisième entrée, celle des sénateurs, et ainsi de suite pour toutes les entrées que prévoient la coutume et le cérémonial des réceptions. Ensuite entrent le katépanô avec le domestique et les dignitaires du Chrysotriklinos, qui se placent à droite et à gauche devant les deux portières qui se tirent, à l’ouest ; et lorsqu’ils sont en place, le préposite fait un signe à l’ostiaire qui tient le bâton d’or, et ce dernier introduit l’étranger (tenu par le katépanô des impériaux, ou par le comte de l’Écurie, ou encore par le prôtostratôr, qui ont avec eux l’interprète, tandis que le logothète du Dromos marche devant eux).

3En entrant, cet étranger salue les souverains d’une proskynèse en tombant à terre, et aussitôt les orgues jouent. Ensuite, il s’avance et s’arrête à une certaine distance du trône, et aussitôt les orgues cessent – À noter que : lorsque l’ami fait mouvement vers l’empereur, les principaux membres de sa suite entrent et, après s’être prosternés, se tiennent en des portières qui se tirent – Et tandis que le logothète du Dromos lui pose les questions habituelles, les lions se mettent à rugir, les oiseaux du trône de même que ceux des arbres se mettent à chanter harmonieusement, et les bêtes du trône se dressent sur leur socle. Pendant que la cérémonie se déroule ainsi, les cadeaux de l’étranger sont apportés par le protonotaire du Dromos. Peu après, les orgues cessent à nouveau, les lions se tiennent tranquilles, les oiseaux cessent de chanter et les bêtes reprennent leur position assise. Alors, à la fin de la présentation des cadeaux, l’étranger, sur les indications du logothète, fait la proskynèse et sort. Pendant qu’il fait mouvement pour sortir, les orgues jouent, les lions et les oiseaux se font entendre chacun à leur façon, et toutes les bêtes se dressent sur leur socle. Quand il franchit la portière, les orgues et les oiseaux cessent, et les bêtes reprennent leur position assise. S’il y a un autre ami et que les souverains donnent l’ordre de le faire venir, pour son arrivée et son départ on observe à nouveau le même cérémonial et le même protocole, de la façon que nous avons dite : en un mot, si nombreux que puissent être les amis, on procède pour chacun comme il a été dit plus haut.

4À noter que : lorsque les amis sont sortis, le préposite dit à voix forte : « S’il vous plaît », et les magistres, patrices et sénateurs sortent après avoir lancé le vœu : « Pour de nombreuses années. » Une fois qu’ils sont sortis, le préposite dit à nouveau : « S’il vous plaît », et les dignitaires du Chrysotriklinos et de la Chambre sortent après avoir lancé le vœu : « Pour de nombreuses années. » Quand tout le monde est sorti, les souverains descendent de leur trône et, après avoir retiré leur couronne et leur chlamyde, revêtent leur sagion bordé d’or. Ils rentrent privément au Palais gardé par Dieu en suivant le même itinéraire qu’à l’aller, escortés par les gens de la Chambre ; ces derniers s’arrêtent dans le Chrysotriklinos et, quand l’empereur le traverse, lancent le vœu : « Pour de nombreuses années, etc. »

Constantini Porphyrogeniti imperatoris De cerimoniis aulae byzantinae libri duo, II 15, éd. I. Reiske, Bonn 1829 (Corpus Scriptorum Historiae Byzantinae [abrégé CSHB]), p. 566-570. Texte traduit du grec par G. Dagron2.

2. La réception d’Elga au palais impérial : Livre des cérémonies

5Elga est reçue au palais.

6Le 9 septembre, un mercredi se déroula une réception […] à l’occasion de la venue d’Elga, l’archontissa de Rôsia. Cette archontissa entra avec des archontissai ses parentes et des servantes choisies, marchant elle-même en tête de toutes les autres femmes et ces dernières se suivant l’une l’autre en file, et elle s’arrêta à l’endroit où le logothète pose habituellement les questions. Derrière elle entrèrent les représentants des archontes de Rôsia et marchands, qui s’arrêtèrent à l’aplomb des portières. Le reste se déroula comme pour la réception décrite plus haut. En sortant, Elga passa à nouveau par le jardin complanté d’arbres, le triklinos des Candidats et le triklinos où se trouve le dais et où se fait la promotion des magistres ; elle traversa l’Onopous et la Main d’Or, autrement dit le portique de l’Augusteus ; et là, elle s’assit.

7L’empereur étant rentré au Palais avec le cérémonial habituel, une seconde réception eut lieu, qui se déroula ainsi. Dans le triklinos de Justinien, on dressa une estrade recouverte de tentures de soie pourpre vive, où l’on dressa le grand trône de l’empereur Théophile et, sur le côté, un siège impérial en or. Les deux orgues d’argent des deux factions avaient été installés en contrebas, à l’intérieur des portières, tandis que les soufflets, eux, se trouvaient à l’extérieur des portières. On fit venir l’archontissa de l’Augousteus ; elle traversa l’Augousteus, l’Apside et l’Hippodrome en empruntant la galerie extérieure dudit Augousteus, et, ayant atteint les Skyla, s’y assit. La souveraine, elle, s’assit sur le trône susdit, la jeune épouse sa bru sur le siège ; la Chambre au grand complet entra, et le préposite et les ostiaires procédèrent aux entrées : première entrée, les patriciennes à ceinture, deuxième entrée, les femmes de magistres, troisième entrée, les femmes des patrices, quatrième entrée, les femmes des protospathaires titulaires d’offices, cinquième entrée, les femmes des autres protospathaires, sixième entrée, les femmes des spatharocandidats, septième entrée, les femmes des spathaires, des stratores et des candidats. Après quoi, l’archontissa fut introduite par le préposite et les deux ostiaires ; elle marchait en tête, suivie, comme nous l’avons dit, par les archontissai ses parentes et des ser vantes choisies. Le préposite lui posa ses questions, comme si c’était l’impératrice qui parlait. L’archontissa se retira et alla s’asseoir aux Skyla. La souveraine se leva de son trône, traversa le Lausiakos et le Tripéton, pénétra dans le Kainourgion, qu’elle traversa pour gagner sa chambre. De son côté, l’archontissa, accompagnée de ses parentes et servantes, traversa le Ioustinianos, le Lausiakos et le Tripéton pour se rendre dans le Kainourgion, où elle se reposa. Ensuite, l’empereur s’étant assis avec l’Augousta et ses enfants porphyrogénètes, on fit venir l’archontissa du Triklinos du Kainourgion, et, l’empereur lui ayant ordonné de s’asseoir, elle lui dit tout ce qu’elle voulait lui dire.

8Le même jour, un banquet fut donné dans ledit Triklinos de Justinien. La souveraine et la jeune épouse sa bru s’assirent sur le trône mentionné plus haut, tandis que l’archontissa se tenait debout à leur côté. Le préposé à la Table, selon le protocole, ayant introduit les archontissai et toutes ayant salué d’une proskynèse, l’archontissa répondit par une légère inclinaison de la tête, de l’endroit où elle se trouvait debout, et s’assit à la table à part avec les patriciennes à ceinture, conformément au protocole. – À noter que : les chantres des Saints-Apôtres et de Sainte-Sophie étaient présents audit banquet et chantaient les hymnes en l’honneur des empereurs. On joua aussi toutes sortes d’intermèdes scéniques –. Un autre banquet fut donné au Chrysotriklinos, où mangèrent tous les représentants des archontes de Rôsia, les hommes parents de l’archontissa et les marchands. Ils reçurent : le neveu de l’archontissa 30 miliarèsia, les huit hommes de sa famille 20 miliarèsia chacun, les vingt représentants 12 miliarèsia chacun, les quarante-trois marchands 12 miliarèsia chacun, le papas Grègorios 8 miliarèsia, les deux interprètes 12 miliarèsia chacun, les hommes de Svendosthlavos 5 miliarèsia chacun, les six hommes des représentants 3 miliarèsia chacun, l’interprète de l’archontissa 15 miliarèsia. Lorsque l’empereur se fut levé de table, on servit le dessert dans l’Aristètèrion. On y dressa la petite table d’or conservée dans le pentapyrgion, sur laquelle on servit le dessert sur des plateaux en émail sertis de pierres précieuses. Y étaient assis l’empereur, Romain l’empereur porphyrogénète, [l’Augousta], les enfants porphyrogénètes de ceux-ci, la jeune épouse et l’archontissa. On offrit 500 miliarèsia à l’archontissa dans un récipient d’or serti de pierres précieuses, 20 miliarèsia à chacune des six femmes de sa famille, 8 miliarèsia à chacune de ses dix-huit servantes.

9Le 18 octobre, un dimanche, un banquet fut donné au Chrysotriklinos, auquel siégeait l’empereur avec les Rôs. Un autre banquet fut donné au Pentakouboukleion de Saint-Paul, auquel siégeaient la souveraine avec ses enfants porphyrogénètes, la jeune épouse et l’archontissa. On offrit à l’archontissa 200 miliarèsia, à son neveu 20 miliarèsia, au papas Grègorios 8 miliarèsia, à chacune des seize parentes de l’archontissa 12 miliarèsia, à chacune de ses dix-huit esclaves 6 miliarèsia, à chacun des vingt-deux représentants 12 miliarèsia, à chacun des quarante-quatre marchands 6 miliarèsia, à chacun des deux interprètes 2 miliarèsia.

Constantini Porphyrogeniti imperatoris De cerimoniis aulae byzantinae libri duo, II 15, éd. I. Reiske, Bonn 1829 (CSHB), p. 594-598. Texte traduit du grec par G. Dagron.

3. Réception de Liutprand de Crémone au palais de la Magnaure

104 Le fait est que le jour des calendes d’août, quittant Pavie en suivant la vallée du Heridanus [Pô], j’arrivai à Venise en trois jours. J’y retrouvai Salomon, un ambassadeur grec, un koitonite eunuque, qui revenait d’Hispanie et de Saxe et qui désirait retourner à Constantinople, accompagnant un envoyé de notre seigneur, alors roi et maintenant empereur, à savoir Liutefredus, très riche marchand de Mayence, qui emportait avec lui de somptueux cadeaux. Et puis, en quittant Venise le 8 des calendes de septembre, nous sommes arrivés à Constantinople le 15 des calendes d’octobre. Cela ne me chagrinera pas d’écrire de quelle manière inouïe et admirable nous avons été reçus.

115 À côté du palais, il y a à Constantinople une maison d’une taille et d’une beauté admirable, que les Grecs appellent Magnaure, quasiment « magna aura » [grand souffle] en substituant le son v au son du digamma. Aussi Constantin ordonna-t-il de la préparer ainsi pour les envoyés d’Espagne qui venaient d’arriver auprès de lui, comme pour Liutefredus et moi. Était placé devant le siège de l’empereur un certain arbre de bronze doré dans les branches duquel se trouvaient plein d’oiseaux de différentes espèces, également en bronze doré. Les divers oiseaux émettaient des chants chacun selon son espèce. Le trône de l’empereur était agencé avec une telle habileté qu’à un moment il paraissait bas, et bientôt à un autre moment très haut dans les airs. Des lions semblaient monter la garde. Ils étaient de taille immense, soit en bois soit en bronze, je ne sais, mais assurément couverts d’or ; ils frappaient le sol de leur queue et ils rugissaient en remuant la langue dans leur gueule ouverte. C’est ainsi que je fus conduit dans ce lieu, porté sur les épaules de deux eunuques, en présence de l’empereur. À mon arrivée, les lions rugirent, les chants des oiseaux retentirent, chacun selon son espèce. Je ne ressentis aucun effroi, aucune admiration, puisque j’avais questionné sur tout cela ceux qui savaient bien. Ainsi, pour adorer l’empereur, j’ai penché à trois reprises la tête. Et l’empereur que j’avais vu assis à une distance modérée du sol, bientôt vêtu d’autres habits je l’ai vu assis presque au plafond de la pièce. Je ne pus comprendre comment cela s’était produit, à moins que peut-être il n’ait été soulevé par un engin (argalio) du genre de ceux dont on se sert pour soulever les troncs d’arbres. Il était resté muet jusqu’alors, car s’il avait voulu parler, la grande distance aurait rendu la prise de parole inconvenante. Il s’informa de la vie de Bérenger et de sa santé par l’intermédiaire du logothète. Après lui avoir répondu comme il convenait, je sortis sur un signe de l’interprète et peu après, je fus reçu dans la demeure qui m’avait été octroyée.

Liutprand de Crémone, Antapodosis, VI 4-5, éd. P. Chiesa, Liudprandi Cremonensis Antapodosis, Homelia paschalis, Historia Ottonis, Relatio de legatione Constantinopolitana, Turnhout 1998 (Corpus Christianorum. Continuatio mediaevalis 156), p. 146-147. Texte traduit du latin par B. Caseau.

La taxis des banquets à Byzance

4. Un banquet à la table d’honneur des XIX Lits : Traité de Philothée

12À la table d’honneur des XIX Lits, il vous faut inviter deux magistroi, six parmi les anthypatoi, patrices et stratèges, deux amis Bulgares et deux offikialioi3 du rang du logothète du stratiôtikon ou d’un rang inférieur : douze amis qui vont s’allonger avec l’empereur comme les douze apôtres ; il faut les mettre en cortège sur une ligne, selon l’ordre du titre de chacun, habillés de leurs chlamydes agrafées par-devant, et portant leurs kampagia4, et les faire entrer après l’arrivée des serviteurs impériaux [de la table] et des boukalioi5 qui assistent [au repas] ; donc, lorsque le kastrèsios de la table impériale recevra l’ordre par un geste de l’éminent préposite qui se trouve en haut, il montera avec eux au haut des trois marches, à l’endroit où se restaure l’empereur, et les placera autour de la table d’honneur afin que l’empereur puisse inviter spécialement auprès de lui les amis qu’il voudra. En ce jour splendide et fameux, il vous faut inviter aux Lits des deux côtés tout le sénat hypo kampagin, à savoir les asèkrètai, les chartulaires des grands sékréta, les notaires impériaux desdits sékréta, à condition qu’ils soient spatharocandidats ou de rang inférieur, les hypatoi, les dishypatoi, les comtes des scholes, les silentiaires, les protiktôres, les eutychophoroi, les skèptrophoroi, les axiômatikoi [archontes ?] des divers tagmata, au nombre de 168 ; 24 Agarènes du prétoire ; 12 hommes des amis Bulgares ; et 12 frères indigents. Il faut les disposer en cortège en ligne comme suit : les sénateurs de part et d’autre, compte tenu de leurs dignités et de la différence de leurs charges ; les Agarènes face aux empereurs à la sixième et à la septième table ; les hommes des Bulgares, à la neuvième table de la même rangée ; il faut que les indigents soient invités eux aussi à la neuvième table du côté gauche, où se trouve la place du drongaire. Il faut les faire entrer tous après l’arrivée des amis invités en premier lieu à la table impériale, de la façon suivante : tous les détenteurs de titres avec leurs vêtements de gala, chlamydes et kampagia, l’un après l’autre, suivant la dignité et la charge de chacun ; les Agarènes habillés en blanc, sans ceinture, chaussés. L’atriklinès qui les a invités les précédera, montera avec eux de chaque côté, par l’arrière de chaque Lit, se placera en avant et comptera une douzaine de personnes pour chaque Lit et ne laissera personne s’allonger à table jusqu’à ce que les boukalioi impériaux présents annoncent le moment. Lorsque tout le monde sera à table, il faut faire attention à la musique ; lorsqu’elle retentit, tous doivent se lever, acclamer les empereurs et enlever leurs chlamydes. Ceci doit être répété chaque fois que la musique retentit, ou qu’un jeu quelconque est exécuté pour le plaisir, ou qu’un comestible quelconque est envoyé de la table impériale aux convives par l’intermédiaire de l’agréable kastrèsios. À la sortie, il faut faire attention aux boukalioi latinophones : au moment de leur acclamation il faut faire attention au geste du glorieux kastrèsios et aussitôt faire se lever tous les invités à chlamydes par l’arrière des Lits et, d’en bas, les faire monter vers la petite sortie de la même rangée. Puis, après qu’ils se sont tous retirés, il faut faire sortir les convives de la table impériale précédés par le glorieux kastrèsios de la vénérable table impériale.

Éd. trad. N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972 (Le monde byzantin), p. 166-171.

5. Un banquet pour des ambassadeurs venus de Tarse : Livre des cérémonies

13Sur la réception donnée dans l’illustre grand Triklinos de la Magnaure sous Constantin et Romain les Porphyrogénètes, empereurs des Romains dans le Christ, à l’occasion de la présence des ambassadeurs venus de Tarse de la part de l’amermoumnès6 au sujet de l’échange et de la paix, le dimanche 31 mai, 4e indiction

14Pendant le banquet, les magistres portaient leurs sticharia de magistres, des baltidia7 et des chlamydes, selon le protocole observé pour Pâques. Le parakoimomène portait un spékion ; de même, le logothète et les autres patrices portaient eux aussi des spékia. Pendant que les amis Saracènes étaient en train de dîner avec les souverains, les chantres des Saints-Apôtres se tenaient à l’intérieur de la portière, dans l’abside voûtée donnant accès à la chambre à coucher de l’empereur, tandis que les chantres de Sainte-Sophie se tenaient à l’intérieur de la portière dans l’abside voûtée donnant accès au Panthéon, tous chantant tout au long du banquet des hymnes en l’honneur des empereurs, ne faisant silence qu’à l’entrée des mets parce que les orgues jouent.

15À noter que : lorsque l’empereur se fut levé de table, avant de sortir, les amis reçurent de la main du préposé à la Table, dans des plats creux d’or sertis de pierres, pour les deux amis cinq cents miliarèsia chacun, et par ailleurs pour leurs hommes trois mille miliarèsia.

16Après être sortis, lesdits amis s’assirent dans le Triklinos de Justinien, dans la partie est en direction du Mésokèpion, sur les bancs qui se trouvent là, et l’empereur leur fit apporter par un koitonite de l’œnanthe, de l’eau de rose, de la civette et autres parfums ; et quand ils se furent lavés dans des bassins ciselés disposés là à l’avance, essuyés avec de très précieuses serviettes et imprégnés autant qu’ils le voulaient de parfums, d’essences parfumées et odorantes et d’onguents, ils traversèrent à nouveau le Lausiakos, l’Horloge et le Chrysotriklinos, pour sortir par les portes orientales du Chrysotriklinos ; et, en passant par la terrasse du Phare, descendirent au Tzikanistèrion par la terrasse de la Néa et le grand triklinos. Là, ils montèrent à cheval et regagnèrent leur résidence, c’est-à-dire le Chrysiôn.

Constantini Porphyrogeniti imperatoris De cerimoniis aulae byzantinae libri duo, II 15, éd. I. Reiske, Bonn 1829 (CSHB), p. 585-586. Texte traduit du grec par G. Dagron.

6. Réception d’un ambassadeur à la table impériale sous Nicéphore Phocas

1711. Ce même jour [de Pentecôte], [l’empereur] ordonna que je mange à sa table. Toutefois il n’accepta pas de juger digne que j’ai la préséance en aucune manière sur ses grands dignitaires, et il me fit asseoir à quinze places de lui, sans nappe ; à personne de ma suite il ne fut permis, je ne dis pas de s’asseoir à la table, mais même de voir la maison dans laquelle j’étais invité. Au cours de ce repas affreux et dégoûtant, plein d’ivrogneries, dégoulinant d’huile et arrosé d’un abominable liquide à base de poisson, il m’interrogea abondamment sur votre puissance, sur vos royaumes et sur vos soldats. […]

1819 […] Le jour de la fête [des saints Apôtres], à moi qui étais assez malade ainsi qu’aux envoyés bulgares arrivés la veille, [l’empereur] ordonna de venir à sa rencontre à l’église des Saints-Apôtres. Après qu’ils eurent débité des balivernes et célébré la messe, nous fûmes invités à table et je fus placé à l’extrémité d’une table qui était longue et étroite, derrière l’envoyé bulgare, tonsuré à la mode hongroise, ceint d’une chaîne en bronze et, à mon avis, catéchumène. Mes seigneurs, le but était clairement de vous insulter. En votre nom, je fus méprisé, en votre nom, je fus avili, en votre nom, je fus humilié. Mais je rends grâce au Seigneur Jésus Christ que, vous, vous servez de toute votre âme, d’avoir été jugé digne de supporter ces injures en votre nom. En vérité, considérant que l’insulte s’adressait non à moi, mais à vous, je quittai la table. Alors que je voulais m’en aller plein d’indignation, Léon le curopalate, frère de l’empereur, et Syméon, le prôtoasèkrètis, me suivirent par derrière, aboyant ces mots : « Quand Pierre, basileus des Bulgares, prit pour épouse la fille de Christophe [Lécapène], il y eut un traité – c’est-à-dire un accord – écrit que nous avons confirmé par serment, selon lequel les envoyés des Bulgares seraient mis au premier rang, honorés et favorisés plus que les envoyés de toutes les nations, c’est-à-dire leurs ambassadeurs. Cet envoyé bulgare, bien qu’il soit, comme tu le dis à juste titre, tonsuré, sale et ceint d’une chaîne de bronze, est cependant un patrice, nous avons estimé et décidé qu’il serait inconvenant de placer devant lui un évêque, surtout un Franc. Puisque nous avons compris que tu t’indignes de cette situation, nous ne te laissons pas, comme tu le penses, regagner ta demeure maintenant, mais nous t’envoyons dans une salle à manger où tu goûteras la nourriture en compagnie des serviteurs de l’empereur. »

1920. Il n’y a rien de comparable à la douleur que je ressentis… Mais le saint empereur adoucit ma douleur d’un beau cadeau ; il m’envoya, parmi les mets si délicieux, un chevreau gras, qu’il avait personnellement goûté, cuisiné avec de l’ail, des oignons et des poireaux et arrosé de garum, dont j’ai souhaité alors qu’on le trouve à votre table pour que, vous qui ne croyez pas aux heureux délices du saint empereur, du moins vous en soyez persuadé après examen.

Liutprand de Crémone, Relatio de legatione Constantinopolitana, 11, 19-20, éd. P. Chiesa, Liudprandi Cremonensis Antapodosis, Homelia paschalis, Historia Ottonis, Relatio de legatione Constantinopolitana, Turnhout 1998 (Corpus christianorum. Continuatio mediaevalis 156), p. 192, p. 195-196. Texte traduit du latin par B. Caseau.

L’hippodrome

7. Les courses du 11 mai : Livre des cérémonies

20Le 11 mai, ainsi se déroulent les courses de l’anniversaire de naissance de cette ville impériale gardée par Dieu.

21La veille desdits jeux hippiques, le préposite va voir l’empereur et lui demande s’il ordonne que les jeux hippiques aient lieu. Par ailleurs, le maître des cérémonies introduit le thessarios et le place à l’intérieur de la porte donnant de la Thermastra dans le Lausiakos. Le préposite, ayant reçu l’agrément de l’empereur pour que les jeux hippiques aient lieu, sort, s’en va trouver le thessarios et lui remet le permis. Aussitôt le thessarios sort et fait tout ce qu’il a l’habitude de faire à chaque séance hippique. L’après-midi, les gens des deux factions font sortir les chevaux, qui portent des housses, des colliers et des brides dorés, chaque faction procédant de même dans sa propre phiale, et ils les produisent en public en acclamant l’empereur. Les deux factions conduisent les chevaux à l’hippodrome, les y font entrer en passant par le Dihippion et la Première Porte et les produisent en public, en disant les paroles accoutumées, jusqu’à la sphendonè ; et, après s’être rendus à leurs emplacements, ils acclament de là l’empereur, d’abord les Verts, ensuite les Bleus. Le préfet est assis sur un siège au kathisma, là où se tient l’aktouarios. Après les acclamations des deux factions, les gens du podium acclament, et les chevaux rebroussent chemin. Ensuite, le préfet descend, et sa tente est installée sur les lignes au niveau de la quatrième porte. Il fait venir là chacune des factions, fait apporter au milieu d’elles l’urne, chaque faction regarde attentivement les boules qui sont à l’intérieur, puis le préfet, les ayant scellés devant tout le monde, confie l’urne au silentiaire qui devra, le jour suivant, la faire pivoter.

22Le lendemain, c’est-à-dire le jour des jeux hippiques, l’empereur sort de sa chambre gardée par Dieu et, escorté par ceux qui d’habitude l’escortent, s’en va par la galerie du Triconque, l’Abside, la Daphnè, et monte par l’escalier secret en colimaçon dans les parakyptika du kathisma. Quand sont achevés tous les préparatifs de l’hippodrome, le maître des cérémonies le fait savoir au préposite et celui-ci à l’empereur. L’empereur descend par l’escalier de pierre et dit au préposite : « Donne le signal du déplacement ! » Et ce dernier dit à voix forte : « Déplacement ! » L’empereur entre dans sa chambre et le préposite appelle les gens du Vestiaire ; ceux-ci entrent et revêtent l’empereur de sa chlamyde ; ensuite, il est couronné par le préposite. Il sort de la chambre escorté par les dignitaires de la Chambre et, s’étant placé au milieu de la salle étroite, fait un signe au préposite et celui-ci à l’ostiaire, et ce dernier introduit les patrices. La tenture de la porte par laquelle ils entrent est levée par un silentiaire. Une fois à l’intérieur, les patrices ainsi que les stratèges tombent à terre, et quand ils se sont relevés, l’empereur fait un signe au préposite, qui dit à forte voix : « S’il vous plaît ! », et ils lancent l’acclamation « Pour de nombreuses et bonnes années ! » De là, l’empereur, escorté par les dignitaires de la Chambre, les patrices ou les stratèges, va jusqu’à la salle où il déjeune ce jour-là et se place à cet endroit. Trois ou plus exactement quatre silentiaires entrent ; trois passent par la droite de la réception pour se mettre derrière, le dernier se place au milieu. Sur un signe de l’empereur, le préposite fait un signe au silentiaire qui se trouve au milieu, et le silentiaire s’en va à la portière, dit à voix forte : « Leva ! » et introduit le maître des cérémonies, qui se place au milieu de la réception. Le préposite, sur un signe de l’empereur, fait un signe au magistros – ou, s’il n’y a pas de magistros, fait un signe au questeur – et le magistros fait un signe en disant au maître des cérémonies : « Les komètés ! » ; ce dernier dit en direction de la portière : « Leva ! » Les gens du sénat entrent et, après avoir fait la proskynèse, se placent chacun à son rang. Ensuite, l’empereur fait à nouveau un signe au préposite, le préposite au magistros, et le magistros au maître des cérémonies en disant « Le premphektôr ! » ; ce dernier s’en va à la portière et dit : « Leva ! » ; entre l’ancien préfet, qui à son tour fait la proskynèse et se place à son rang. Ensuite, l’empereur fait un signe au préposite et ce dernier au maître des cérémonies, qui dit : « S’il vous plaît ! », et ils acclament : « Pour de nombreuses et bonnes années ! »

23Après quoi, le maître des cérémonies prend l’extrémité de la chlamyde de l’empereur, fait un pli et le donne à l’empereur, et l’empereur monte dans la loge. De son côté, le silentiaire susdit se rend à la borne des Verts en emportant l’urne avec lui, et l’accompagnent ceux des factions qui ont coutume de venir avec lui ; après avoir montré à tous ceux qui sont venus avec lui le sceau du préfet, il fait pivoter l’urne. Après quoi, tous ceux qui sont venus avec le silentiaire s’en vont avec lui et mettent en tas à ladite borne des légumes et, par-dessus, des galettes. À l’autre borne et en différents endroits de l’Euripe, c’est à l’avance que l’on fait de semblables tas de légumes et de galettes, à savoir la veille des jeux hippiques, tandis que la borne des Verts, en raison du tirage au sort, est réservée. Les biges se placent sur les lignes tracées à la craie, et, quand l’empereur pénètre dans la loge, bénit le peuple et s’assied sur son trône, une fois que les patrices et, s’il y en a, les stratèges ont fini leur proskynèse, les prôtéia des factions viennent avec des croix faites de fleurs tressées et se placent dans les coupures [de l’Euripe]. Après quoi, sur un ordre, l’aktouarios donne un signal et les biges sont lâchés. Quand ils arrivent au compartiment impérial, devant le kathisma, [leurs cochers] acclament l’empereur. Ensuite, sur un ordre, l’aktouarios fait un signe et l’orgue impérial retentit, tandis que les cochers descendent de leur bige au niveau de leur faction, pénètrent dans le stama, reçoivent chacun une couronne et s’en retournent. Après quoi, les gens des susdites factions s’avancent, donnent les croix et, après avoir acclamé l’empereur, s’en retournent eux aussi.

24Après quoi a lieu la première course ; les cochers vainqueurs reçoivent des prix doubles et, à la demande de la faction, sont donnés les dèmosia : des chosbaïtai les prennent et, en passant au beau milieu de l’hippodrome, les montent dans la salle d’équipement des cochers vainqueurs. À la fin des quatre courses, les gens du podium font tout comme à l’accoutumée. Quant aux cochers, ayant revêtu les dèmosia de la victoire, ils s’avancent sur leurs chars depuis les portes [des carceres] ; les démotes de la faction victorieuse, descendus [de leur dème] se saisissent de lauriers du podium et font une réception, au niveau de leur dème, aux cochers restés sur leurs chars ; ces derniers vont en faisant des sauts jusqu’à la borne opposée et remontent jusqu’au stama. Une fois qu’ils y sont, un signal est donné aux officiers des tagmata, qui vont se placer aux bornes et aux autres endroits susdits de l’Euripe, où se trouvent les tas de légumes et de galettes. Venus avec les démotes de leur faction au stama, les cochers se tiennent là sur leurs chars et les gens de la faction adressent des acclamations à l’empereur. Quand les acclamations sont achevées, l’empereur fait porter des couronnes aux cochers victorieux par l’aktouarios et le second, qui descendent, couronnent les cochers et remontent au kathisma. Aussitôt, la faction se met à demander l’autorisation de sortir et de danser sur la place ; et, ayant reçu l’autorisation de l’empereur, ils sortent sur la Mésè. Après quoi, l’empereur se lève, et après que l’empereur s’est levé, la foule du peuple vient sur les tas se saisir des légumes et des galettes. En même temps, on fait venir, portée sur une charrette, une barge remplie de poissons que l’on jette sur le sol de l’hippodrome. La foule du peuple s’en saisit.

25L’empereur, s’étant levé de son trône comme on vient de le dire, escorté par les dignitaires de la Chambre, passe au milieu des patrices et stratèges qui se tiennent debout dans la salle où l’on déjeune ce jour-là, tandis qu’ils lancent l’acclamation « Pour de nombreuses et bonnes années ! » Il entre dans la chambre, et, après que le préposite a retiré la couronne de sa tête, les gens du Vestiaire entrent, lui prennent sa chlamyde et sortent. L’empereur sort et s’assied à sa précieuse table avec les amis qu’il veut ; puis, s’étant levé du banquet et s’étant un peu reposé, il attend jusqu’à ce que tout ait été préparé à l’hippodrome.

26[Suit la description des courses de l’après-midi.]

Éd. trad. G. Dagron, « L’organisation et le déroulement des courses d’après le Livre des cérémonies », Travaux et Mémoires 13, 2000, p. 60-69.

8. L’hippodrome : commentaire de Balsamon au canon 24 du concile in Trullo

27Canon 24 du concile in Trullo

28Qu’il ne soit pas permis à quiconque est classé dans l’ordre clérical ou monastique d’aller aux courses de l’hippodrome ni d’assister à des pièces de théâtre. Si un clerc a été invité à un mariage, au moment où commencent les divertissements scéniques, qu’il se lève et quitte la compagnie aussitôt, comme l’ordonne l’enseignement des Pères. Celui qui serait pris à faire pareille chose doit cesser immédiatement ou être déposé.

29Commentaire de Balsamon

30Conformément au canon 54 du synode de Laodicée8, le présent canon défend lui aussi aux clercs et aux moines d’assister aux courses de l’hippodrome ou d’écouter des pièces de théâtre. Il ajoute que les clercs invités à un mariage – il n’est même pas venu à l’idée des Pères de parler des moines tant c’est, à l’évidence, inconvenant – doivent s’en aller dès que commencent les divertissements. Mais le canon du concile de Laodicée ne châtie pas ceux qui ne s’y conforment pas ; il exhorte ceux qui agissent ainsi à cesser et il prescrit de déposer ceux qui ne cessent pas. Alors que ces deux canons disent ces choses et que le parti de l’Église a, il y a peu de temps, interdit aux moines et à tous les clercs d’aller aux courses de l’hippodrome qui avaient lieu, certains ont dit que, certes, il est louable et tout à fait recommandé pour un clerc ou un moine de ne pas aller à l’hippodrome, de ne pas voir de spectacle qui féminise le regard, de ne pas entendre de mots qui ensorcèlent l’ouïe – au même titre que la virginité et les autres choses qui sanctifient l’homme. Mais ils ont aussi dit que, si quelqu’un, incapable de rester vierge, se marie, il ne sera pas châtié, et que celui qui est incapable de s’abstenir de tout plaisir, s’il va à l’hippodrome, sera pardonné, surtout s’il s’adonne à cela une fois et non de façon immodérée.

31Car ce canon, disent-ils, interdit les courses de l’hippodrome d’autrefois et non celles d’aujourd’hui, qui sont célébrées par décision impériale et en présence de l’empereur.

32Jadis, en effet, les dèmes avaient pleine autorité sur les courses de l’hippodrome, faisaient celles-ci quand et comme ils voulaient, à leurs propres frais, puisqu’ils possédaient les bâtiments, les chevaux et les écuries – conservées jusqu’à aujourd’hui – ainsi que les revenus provenant des courses. L’empereur était invité et n’avait aucune autorité sur tout cela, si bien que, au moment des courses, il se passait beaucoup de choses inconvenantes et que survenaient de nombreuses émeutes, les uns étant partisans du dème des Bleus, les autres de la faction (méros) des Verts. À certains moments, même, des guerres civiles éclatèrent entre les dèmes rivaux et les démotes vomissaient des mots indécents contre la vigilance impériale, comme cela est montré par les différentes chroniques : cela arriva sous le règne de l’empereur Justinien, sous Anastase, sous Phocas le tyran et sous d’autres empereurs. De plus, comme les dèmes n’avaient pas interdit les paris, ils appelaient la victoire aux dés en invoquant leur fortune, ce qui est totalement interdit par les divins canons. Ils organisaient aussi des combats contre les bêtes sauvages et d’autres choses déshonorantes et inconvenantes. C’est bien à cause de cela, disent-ils, que le 51e canon du présent concile interdit les mimes, les pièces de théâtre, les scènes de chasse et les danses sur scène, et qu’il prescrit de déposer les contrevenants, s’ils sont clercs, et de les excommunier, s’ils sont laïcs. Et la fin du 15e canon du synode de Carthage9 dit textuellement : « Que les enfants des clercs ne participent pas aux spectacles laïcs, qu’ils ne les regardent pas non plus. » De plus, il a toujours été enseigné à tous les chrétiens de ne pas aller là où se trouve le blasphème.

33Mais aujourd’hui, les courses de l’hippodrome étant célébrées en présence de l’empereur, sans aucun élément répréhensible de ce genre, on ne peut soupçonner qu’il y ait là quelque chose de mal. C’est pour cela, dirent-ils, qu’il est certes louable de ne tirer aucun plaisir des courses de l’hippodrome ni de tout autre spectacle, mais qu’il n’est cependant pas répréhensible pour les clercs d’aller à de telles courses. En effet, comme c’est l’avis du plus grand nombre, si toutes les courses de l’hippodrome, celles célébrées autrefois comme celles qui ont lieu aujourd’hui, sont interdites, de même que tous les spectacles et les chasses, alors, on est obligé de dire que ni l’empereur ni quiconque ne peut, à aucun moment, faire une telle chose ; [et on sera aussi obligé de dire] qu’il ne faut pas même faire de courses de lièvres avec des chiens, pour éviter que les laïcs qui s’occupent de courses, de spectacles et de chasses ne tombent sous le coup d’une excommunication : cela est absurde.

34Pour cette raison, il faut distinguer deux catégories dans les courses de l’hippodrome, les spectacles et les chasses, comme il a été dit : d’une part, toutes celles qui sont répréhensibles, auxquelles non seulement les clercs mais même les laïcs n’ont pas la permission d’aller par crainte de l’excommunication, et, d’autre part, celles qui sont permises et qui ont lieu aujourd’hui, auxquelles non seulement les laïcs mais même les clercs assisteront sans châtiment. Que, disent-ils, les canons n’ont pas interdit tous les spectacles et les courses de l’hippodrome mais seulement ceux qui sont dangereux et déshonorants, cela est montré à l’évidence par le 61e canon du concile de Carthage qui dit textuellement : « On demande aussi que les spectacles des jeux théâtraux soient interdits les dimanches et les autres jours de la foi chrétienne ; et surtout, parce que, durant la semaine de la sainte Pâque, les foules préfèrent aller à l’hippodrome plutôt qu’à l’église, il faut, quand il arrive que des jeux ont été décidés pour ces jours-là, changer de jour ; et aucun chrétien ne doit être contraint d’aller à ces spectacles. » Il est évident que si toutes les courses de l’hippodrome avaient été interdites par les canons, les Pères n’auraient pas demandé que les courses de l’hippodrome et les spectacles n’aient pas lieu durant les jours du Seigneur ni durant les autres jours de fête, c’est-à-dire durant les jours de Pâques, mais qu’ils auraient imposé de les faire cesser complètement. D’ailleurs, le grand docteur de l’Église, Jean qui parlait d’or10, a rejeté les seules courses de l’hippodrome qui se tenaient les jours du Seigneur.

35Ils ajoutaient encore à ce qu’il avait dit que, aujourd’hui, il existe des lecteurs démotes, tout simplement parce qu’il est clair que les courses de l’hippodrome ont lieu avec l’autorisation de l’Église, et que le désordre ancien des démotes laïcs, ainsi que toutes les manifestations inconvenantes et blasphématoires, a cessé. En effet, dirent-ils, pourquoi permettre aux seuls lecteurs démotes d’aller aux courses de l’hippodrome et de donner le signal au dème, et fermer les portes de l’hippodrome aux autres lecteurs et aux clercs ? Ils se servaient à l’appui de leur discours, du chapitre 5, titre 8, livre 60 des Basiliques, qui dit :

« L’édit interdit les jeux, à l’exception de cinq, et définit certains châtiments contre ceux qui jouent aux dés, confiant à l’éparque de la ville, aux gouverneurs des provinces et aux évêques le soin de rechercher, d’inter dire et d’annuler tous les contrats auxquels ils donnent lieu. L’édit donne aussi les actions en justice à l’occasion des jeux permis et les réclamations des dettes faites à cette occasion, établissant une amende de dix livres contre ceux qui oseraient transgresser l’édit. »

36Et ils disaient qu’est permis le pentathlon, c’est-à-dire les cinq jeux : lutte, pugilat, course, saut et lancer du disque. Quant à la course des chevaux en bois, ils dirent qu’ils sont interdits par la loi, car ils sont prétexte à un jeu de dés, comme le montre le chapitre 29, titre 13 du présent recueil.

37Voilà donc ce que certains dirent à propos des courses de l’hippodrome : à propos des mimes et des jeux scéniques, ils ne firent aucune distinction mais ils les soumirent à la décision du canon. Mais les plus nombreux et surtout les plus pieux, dont je suis moi-même, ne sont pas de leur avis, car ils disent que les canons doivent être interprétés dans le sens le plus utile à l’âme et non dans le sens le plus dissolu ou dans le sens de l’indifférence.

G. A. Rhallès, M. Potlès, Syntagma tôn theiôn kai hierôn kanonôn, t. 2, Athènes 1852, 1966, p. 356-360. Texte traduit du grec par M.-Fr. Auzépy.

Notes de bas de page

1 J. Haldon, « Theory and Practice in Tenth-Century Military Administration. Chapters II, 44 and 45 of the Book of Ceremonies », Travaux et Mémoires 13, 2000, p. 201-352.

2 Je tiens à remercier Gilbert Dagron de nous permettre de publier ces extraits de sa traduction commentée du Livre des cérémonies.

3 Hauts fonctionnaires.

4 Sandales

5 Hérauts

6 Le « commandeur des croyants », à savoir le calife abbasside.

7 Ceinture de cuir rouge ornée de pierres, qui est l’insigne des magistres.

8 Synode régional réuni à la fin du ive siècle.

9 Synode régional tenu à la fin du ive siècle.

10 Jean Chrysostome.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.