Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce (ive-vie siècle)

 | 
Sophie Métivier

Conclusion

Texte intégral

1Toutes les institutions de l’Empire ne connurent pas une égale réussite à l’époque protobyzantine. Si les provinces, mises en place de la Tétrarchie au règne de Théodose Ier, donnèrent une acception nouvelle à la Cappadoce, en constituant un espace institutionnel reconnu, leur réussite ne fut que partielle et comme inachevée du fait de la fragilité de toutes les institutions civiles locales, cités, gouverneurs et comte des maisons compris. Pourtant le gouvernement central ne manqua pas de tenter d’affermir ces instances locales ou régionales : il concéda une juridiction importante au comte des maisons divines ; il valorisa, quoique tardivement, la fonction de gouverneur de Cappadoce I ; il promut plusieurs bourgades au rang de cités. Contrairement à ce que suggère l’accord entre les témoignages des Pères du ive siècle et la novelle XXX de Justinien, l’histoire de ces instances comme celle des provinces de Cappadoce est loin en effet d’avoir été linéaire, l’institution impériale n’ayant pas renoncé à faire vivre ces instances et ces espaces.

2Or – facteur primordial – la réussite de l’institution impériale s’affirma très tôt dans l’histoire des provinces de Cappadoce. Les cadres administratifs, mis en place tout au long du ive siècle, cessèrent d’être opérants au vie siècle, parce que paradoxalement ils pâtirent de l’immixtion des intérêts impériaux dans la région et de la proximité du pouvoir impérial. Dès le ive siècle la Cappadoce apparaît comme une province dominée par l’institution impériale qui la considérait comme acquise à son autorité. Aussi, et très symboliquement, les empereurs n’hésitèrent pas à reléguer dans ses provinces et dans la province immédiatement voisine d’Arménie II plusieurs de leurs adversaires, notamment des membres de la famille impériale, en l’absence de presque toute révolte contre leur personne. Pourtant, selon Grégoire de Nazianze, Julien ou Libanios, les habitants de la région et de sa capitale, Césarée, n’ont pas manqué d’être enclins à la sédition, contre les autorités locales précisément ; s’ils se sont abstenus de prendre position contre l’un ou l’autre des empereurs, c’est peut-être parce qu’ils ont accepté le projet idéologique de Constantin et de ses héritiers, voire qu’ils se sont engagés en faveur de la réforme de l’Empire promue par ces mêmes empereurs. Les circonstances de la genèse de l’orthodoxie et de la mise en place du patriarcat de Constantinople dans les provinces de Cappadoce en témoignent plus encore : les évêques de Cappadoce et leurs communautés acceptèrent l’idéologie et la vision de l’Empire que les empereurs ont rendues manifestes à cette occasion. L’ensemble de l’histoire des églises de Cappadoce fait connaître la solidarité de l’empereur et des évêques des provinces de Cappadoce, du premier au cinquième concile œcuménique. Là encore ces évêques ne se sont pas abstenus de prendre position et de faire valoir des convictions – ils n’hésitent pas à le faire lorsque l’institution impériale leur en laisse la possibilité –, ils ont néanmoins conçu cet engagement dans le respect des exigences de l’empereur et du gouvernement de l’Empire, ayant d’emblée accepté, sans jamais la remettre en question, l’autorité de l’empereur dans l’Église. Aussi ont-ils reconnu ou fini par reconnaître la primauté de l’archevêque de Constantinople, conformément au projet impérial. En même temps que les évêques de Cappadoce acceptaient le « leadership » de l’empereur et la primauté de l’archevêque de Constantinople dans l’Église, ils assirent leur propre autorité dans leur province, grâce au soutien de l’institution impériale qui n’abandonna pas ces institutions locales. Plus encore, le métropolite de Césarée gagna au sein du patriarcat de Constantinople une primauté d’honneur, qui compensa ou impliqua peut-être sa subordination aux deux institutions centrales, civile et ecclésiastique. La convergence des intérêts de l’empereur et des évêques de Cappadoce et la réciprocité des soutiens justifient la réussite de l’une et l’autre institutions en Cappadoce.

3Cette réussite des institutions centrales, qui témoigne de leur enracinement dans l’Empire, est confirmée par l’attraction qu’elles surent exercer. Les Cappadociens qui choisirent de s’expatrier, conformément à une tradition ancienne, l’ont attesté. En servant la construction de l’Empire avec ambivalence – ils ont à la fois participé du mouvement d’implantation des provinciaux à Constantinople et contribué à la genèse de la Terre sainte comme foyer spirituel –, ils ont certes fait connaître les résistances que la primauté de Constantinople a pu susciter (résistances qui sont rendues manifestes hors de Cappadoce et non dans les provinces mêmes), ils ont surtout témoigné de la mise en danger de la Cappadoce : en même temps que les Cappadociens gagnaient une visibilité nouvelle dans le gouvernement civil, ecclésiastique et spirituel de l’Empire, leur patrie fut marginalisée au sein même de celui-ci. Du ive au vie siècle, elle semble avoir perdu tout enjeu, voire toute fonction dans l’histoire politique, économique et ecclésiastique de l’Empire. Les cités de Cappadoce sont absentes de la vie politique de l’Empire, alors même qu’elles accueillirent à plusieurs reprises, du moins au ive siècle, les empereurs. Tout au plus eurent-elles pour fonction de recevoir des condamnés à l’exil. L’Église de Césarée que distinguait, à la même époque, le prestige de Basile, perdit de sa primauté effective en Asie Mineure orientale au profit d’une préséance d’honneur. L’autorité de son métropolite fut assise par la fonction qui, dans les faits, lui fut reconnue aux côtés du patriarche, voire de l’empereur, à Constantinople (c’est du moins ce que suggère l’action de Théodore Askidas), et non plus dans sa province ou dans son diocèse. Elle valut davantage comme relais de l’autorité centrale que comme émanation de sa communauté religieuse. Les conflits entre l’Empire et la Perse ne suffirent pas à conférer à la région une importance stratégique. Seuls les itinéraires de ces Cappadociens qui ont immigré à Constantinople ou en Palestine témoignent encore quoiqu’indirectement et par défaut de leur patrie. Bref, la Cappadoce est comme occultée dans l’histoire de l’Empire, voire exclue de cette dernière, alors même que tout suggère son étroite intégration à celui-ci. En même temps que le cadre provincial était invalidé, la région perdait de son envergure et de sa visibilité dans l’histoire de l’Empire, faute peut-être d’avoir trouvé une acception institutionnelle adéquate.

4Faut-il incriminer l’historiographie ? Doit-on considérer que l’effacement de la Cappadoce ne fait qu’indiquer les insuffisances ou la partialité des sources ? Tandis que plusieurs auteurs, au premier rang desquels les Pères cappadociens, évoquent la Cappadoce ou ses habitants jusque dans la première moitié du ve siècle, les écrivains sont de moins en moins nombreux à la mentionner ou simplement à y faire allusion au fur et à mesure de la période. Sa marginalisation résulte-t-elle du désintérêt de ces auteurs pour les provinces de Cappadoce et de la préférence qu’ils accordent à la personne et à la ville impériales, de la restriction du champ géographique qu’ils sont amenés à considérer ? Ou, à l’inverse, leur discrétion ou leur silence ne font-ils que refléter la marginalisation effective de la Cappadoce ? Il est en réalité artificiel d’opposer les auteurs du vie siècle à ceux du ive siècle, dès lors que l’histoire de la Cappadoce n’a jamais été mentionnée qu’incidemment, y compris par les Pères cappadociens. Leur silence est le point d’aboutissement d’une relégation progressive de la région, il ne fait que sanctionner sa marginalité nouvelle au sein de l’Empire. Dans le cas des maisons divines de Cappadoce, la novelle XXX, qui évoque longuement la crise de ces mêmes maisons, la diminution des revenus destinés à l’empereur et à l’impératrice et la réforme qui entend mettre fin à cette crise, est le dernier texte à les mentionner : l’absence de tout témoignage ultérieur rend peut-être compte de l’incapacité de la réforme à remédier aux difficultés des maisons, de la disparition de celles-ci dans un cadre cappadocien. Ainsi le silence des sources acquiert-il une valeur factuelle dès lors qu’il s’inscrit dans la continuité des témoignages antérieurs. Faute de constituer encore un enjeu politique, économique ou ecclésiastique, la Cappadoce a cessé d’être mentionnée. L’argumentation a silentio prend ici tout son sens, la difficulté du corpus toute sa valeur : elles rendent compte de l’effacement de la Cappadoce dans l’histoire de l’Empire ainsi que de la désuétude de la constitution provinciale de celui-ci ; elles révèlent la formation d’une arcature nouvelle au sein de laquelle la Cappadoce prend place, sans aucune tentation de dissidence, et en dépit de sa marginalisation. C’est peut-être cette contradiction que l’absence de tout indice sur l’histoire sociale de la région au vie siècle interdit d’expliquer. Tout au plus peut-on suggérer que des Cappadociens, à l’instar des métropolites de Césarée, ont été intéressés à la genèse du « nouvel Empire » du ive au ve siècle, que les pouvoirs centraux ont su se concilier certains provinciaux comme ils ont obtenu l’assentiment des institutions ecclésiastiques de la région.

5L’histoire des provinces de Cappadoce pendant l’antiquité tardive suggère, contre toute attente, la force de l’organisation de l’Empire à cette même période, organisation qui intégra, voire domina une région comme la Cappadoce, en dépit des dysfonctionnements qui caractérisaient le gouvernement local et provincial et malgré les résistances, tacites ou manifestes, qui furent d’abord opposées à la genèse du patriarcat et à l’affirmation de la primauté de Constantinople. En gagnant l’approbation, explicite ou implicite, des Cappadociens à la mise en place de ces deux institutions, en intéressant les provinciaux que sont ces derniers à son fonctionnement, l’Empire protobyzantin a assuré sa réussite et, aux siècles suivants, sa survie, du moins dans cette partie de l’Anatolie. C’est peut-être ici que résident l’originalité de la Cappadoce et l’intérêt de son histoire, à savoir qu’en raison de la faiblesse supposée de son hellénisation aux siècles précédents, de la médiocrité des cités dans ses provinces, de l’importance supputée de sa christianisation, elle accueillit d’une manière spécifique le projet de rénovation de l’Empire qui fut celui des empereurs au ive siècle. Tandis que d’autres provinces souffrirent de la construction de l’Empire, que d’autres cités furent disqualifiées par la genèse de Constantinople comme centre de l’Empire, la Cappadoce profita de l’émergence en Orient de ce nouveau pôle politique et ecclésiastique, romain et chrétien.

6Doit-on considérer que l’intégration institutionnelle et politique de la Cappadoce à l’Empire peut expliquer ou justifier que la région restât sous la juridiction de l’Empire dans les siècles suivants ? Lorsque l’Empire fut confronté aux viie et viiie siècles aux invasions et aux raids des armées des califes, la Cappadoce demeura dans la souveraineté de Byzance au contraire des régions qui lui étaient immédiatement voisines, à l’est et au sud, et qui furent conquises par les Arabo-musulmans. Elle constitua le terme de l’expansion des Umayyades en Asie Mineure. Peut-on considérer que l’acceptation par la Cappadoce de la politique conduite par les empereurs tout au long des trois siècles précédents explique que la région ne fit pas dissidence, à l’inverse des provinces du diocèse d’Orient ? La configuration de l’Empire byzantin modelée, en Asie Mineure, sous les coups des invasions arabo-musulmanes peut aussi être pensée comme le fruit d’un long processus, qui débuta avec la crise arienne et la fondation de Constantinople, l’installation à demeure de l’empereur dans la ville de Constantin et la formation du patriarcat de Constantinople.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search