Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cappadoce (ive-vie siècle)

 | 
Sophie Métivier

Chapitre VII. La Cappadoce dans l’Empire

Texte intégral

1Tandis que les métropolites de Césarée reconnurent d’emblée le « leadership » de l’empereur dans l’histoire de l’Église de l’Empire romain d’Orient et finirent par accepter la primauté du patriarcat de Constantinople, les Cappadociens contribuèrent à la genèse de Constantinople comme capitale de l’Empire au prix ou en conséquence de la marginalité de leurs provinces. L’histoire de ces Cappadociens dénonce-t-elle à tort ou à raison la marginalisation de la Cappadoce dans l’histoire de l’Empire pendant l’antiquité tardive ? Quelle place fut reconnue à ces provinces dans un État qui entendait s’organiser autour de l’empereur et de Constantinople, alors même que les difficultés de l’Empire au iiie siècle, l’éclatement des pouvoirs notamment, témoignent incidemment de la personnalité politique de la région, interdisant d’accorder trop de crédit au silence des sources ?

Soutien et remise en cause de la personne impériale en Cappadoce

  • 1 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI vii 2.
  • 2 Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 361-362 (Septime Sévère), p. 377 et p. 437-438 (Élagabal), p. 38 (...)
  • 3 Dion Cassius, Histoire, LXXVI 15, 4, éd. H. B. Foster, tr. angl. E. Cary, t. IX, Londres 1927 (The (...)
  • 4 Histoire Auguste, Vie de Caracalla, XI 6-7.
  • 5 Aurelius Victor, Livre des Césars, 36, 2.
  • 6 Polemius Silvius, Laterculus, III 38. L’usurpation eut lieu en Syrie selon Aurelius Victor, Livre (...)
  • 7 Conquête mentionnée dans Oracula Sibyllina, XIII 89-94, éd. D. S. Potter, Prophecy and History in (...)
  • 8 Zosime, Histoire nouvelle, I l 1, I lii 4 ; Histoire Auguste, Vie d’Aurélien, XXII 5-XXIV 7 ; Dion (...)
  • 9 En dernier lieu, Eusèbe de Césarée, HE VIII vi 8, attribue la promulgation du deuxième édit de per (...)

2Si, à plusieurs reprises, au ive siècle, l’empereur demeura en Cappadoce, où il possédait des propriétés, on ne peut faire de la région une simple étape, voire une halte estivale – selon Ammien Marcellin, Valens attendit à Césarée la fin des chaleurs ciliciennes avant de rejoindre Antioche1. En y séjournant en des circonstances données, Constance II, Julien et Valens font connaître la place de la Cappadoce, de Césarée particulièrement, dans l’histoire politique de l’Empire, entre la fondation de Constantinople et l’installation à demeure de Théodose Ier dans la ville de Constantin, à la faveur de la fonction impartie à Antioche sous Constance II et Valens et dans la continuité, peut-être, du Haut-Empire. Plusieurs empereurs romains sont en effet connus pour avoir résidé dans la région au iiie siècle2 : Septime Sévère en 2023, Élagabal vraisemblablement en 2184, Tacite qui décéda à Tyane à l’été 2765. Par trois fois au cours de ce siècle, l’institution impériale, voire la domination romaine, fut en difficulté en Cappadoce, comme si la province avait été tentée par la dissidence ou du moins avait contribué à la crise de la fonction impériale : sous Priscus, frère de Philippe l’Arabe (244-249), un certain Jotapianus y fut proclamé6 ; Tyane fut conquise par un usurpateur en 249-2517 ; cette même cité, une fois passée aux mains de Zénobie, résista au moment de la reconquête par Aurélien (270-275) de l’Asie Mineure8. Si, dans les décennies suivantes, particulièrement à l’époque des gouvernements des Tétrarques, la Cappadoce semble avoir été en retrait des conflits politiques9, la province fut encore au ive siècle partie prenante de cette même histoire politique, à l’occasion des affrontements entre Constance II et Julien, Procope et Valens.

Constance II

  • 10 Julien, Or. V 5, tr. J. Bidez.
  • 11 J. Bouffartigue, L’empereur Julien et la culture de son temps, Paris 1992 (Collection des Études A (...)
  • 12 Aurelius Victor, Livre des Césars, 41, 9.
  • 13 Zosime, Histoire nouvelle, II xxviii 2. Voir Barnes, Constantine and Eusebius, p. 77. Autre témoig (...)
  • 14 Origo Constantini imperatoris, 5, 29. Sur l’Origo Constantini imperatoris, voir I. König, dans Ori (...)
  • 15 Epitome de Caesaribus, 41, 7.
  • 16 Sur Martinianus, qui, alors qu’il était maître des offices, fut nommé César par Licinius après la dé (...)
  • 17 Zosime, Histoire nouvelle, II xxii 1-2.
  • 18 Selon Lactance, De la mort des persécuteurs, XLVII 5-6, Maximin Daïa, après la défaite qu’il essuy (...)
  • 19 Delmaire, Institutions, p. 88 ; James, Fabricae, p. 267.

3Tandis que Constantin n’y séjourna jamais, son fils Constance II résida par trois fois en Cappadoce, en 337, dans la décennie 340 et en 360. Le deuxième séjour n’est attesté que par Julien qui, dans un discours adressé au sénat et au peuple d’Athènes, évoque les entrevues qu’il eut avec son oncle : « Jusqu’alors il ne m’avait point aperçu, sinon une fois en Cappadoce, et une fois en Italie sur les instances d’Eusébie […]10. » Julien, avant qu’il ne fût Auguste, ne résida en Cappadoce qu’au cours des six années passées en exil à Macellum, entre 342 et 35111. En choisissant de reléguer ses cousins Gallus et Julien dans un domaine impérial de la région de Césarée, Constance II témoignait de sa confiance en la loyauté des habitants et du clergé de la province aux empereurs régnants, une loyauté qui fut peut-être acquise pendant le règne de Constantin. Quinze ans plus tôt, Martinianus, César de Licinius, avait été assassiné, sur ordre de Constantin. Tandis qu’Aurelius Victor n’y fait qu’allusion12, que Zosime affirme que Martinianus a été livré par Constantin à ses gardes pour être mis à mort13, l’Origo Constantini Imperatoris précise qu’il a été éliminé en Cappadoce14. De même que Licinius fut relégué puis assassiné à Thessalonique15, Martinianus, depuis Nicomédie, fut peut-être conduit puis massacré en Cappadoce par les gardes de Constantin16. Pourtant, selon Zosime, la Cappadoce, au même titre que d’autres provinces de l’Empire romain d’Orient, contribua à alimenter les forces militaires réunies par Licinius contre Constantin peu avant la bataille d’Andrinople le 3 juillet 32417. Alors que l’on ignore les conditions dans lesquelles la province accepta les passations de pouvoir de Maximin Daïa à Licinius en 31318, de Licinius à Constantin en 324, la mise à mort de Martinianus comme la relégation de Gallus et de Julien deux décennies plus tard attestent que la province a été très tôt considérée par Constantin et Constance II comme acquise à leur cause, une position qui rappelle l’engagement contemporain de plusieurs Cappadociens au service, civil et ecclésiastique, des empereurs ainsi que l’acceptation sans réserve par l’Église de Cappadoce de la politique religieuse de Cons tance II et dont témoigne encore la fondation d’une fabrique d’armes à Césarée pendant la Tétrarchie19. Contrairement au siècle précédent, la Cappadoce ne semble pas avoir profité des conflits entre Augustes pour faire dissidence.

  • 20 Grégoire de Nazianze, Or. IV 21. Sur la responsabilité de Constance dans l’élimination des branche (...)
  • 21 Id., Or. IV 3, 21, 33.
  • 22 Id., Or. V 16-18 : comptes rendus comparés des funérailles de Constance et de Julien.
  • 23 Id., Or. IV 37, tr. J. Bernardi : « […] il savait bien […] que le développement de Rome a coïncidé (...)
  • 24 Id., Or. IV 74, tr. J. Bernardi : « […] tenter d’évincer et de supplanter la religion chrétienne r (...)
  • 25 Id., Or. V 41.
  • 26 Sur cette dernière, voir Id., Or. V 8.
  • 27 Id., Or. IV 37, tr. J. Bernardi : « […] S’il lui est arrivé de nous causer quelque ennui, ce n’est (...)
  • 28 Id., Or. V 15.
  • 29 Id., Or. IV 3, 21, 22, tr. J. Bernardi (« le plus humain des rois »), 31, 34, tr. J. Bernardi (« l (...)
  • 30 Id., Or. XXI 26. Sur le portrait d’Athanase dressé par Grégoire de Nazianze dans ce discours, voir (...)
  • 31 Grégoire de Nazianze, Or. XXI 21 et 26.
  • 32 Id., Or. XXV 9-10 : Grégoire de Nazianze évoque successivement et sans transition « les lois hosti (...)
  • 33 Dans l’oraison funèbre consacrée à Césaire, Id., Or. VII 8, qualifie sobrement Constance de « gran (...)
  • 34 Id., Or. XLIII 30, tr. J. Bernardi : « […] c’était le roi, plein d’amour de l’or et de haine du Ch (...)

4En faisant paradoxalement l’éloge de l’empereur anti-nicéen, qu’il érige en contre-figure de Julien, Grégoire de Nazianze confirme la réalité de l’engagement de la province en faveur de Constance II. Dans les deux invectives qu’il rédigea contre l’empereur apostat, il dresse, en des termes univoques, le portrait de Constance II, au prix, semble-t-il, d’une réinterprétation des massacres de 337 dont il impute la responsabilité à l’armée et non au fils de Constantin. Tandis qu’il attribue la survie, en 337-338, de Gallus et de Julien à l’intervention de leur cousin20, Grégoire, qui tait l’assassinat ultérieur de Gallus sur ordre de l’empereur, entend n’adresser qu’un seul et unique reproche à Constance II, celui d’avoir élevé Julien au rang de César21. En opposant les figures du bon et du mauvais empereur, incarnées par Constance II et Julien22, Grégoire donne une présentation politique de chacun des deux règnes en identifiant l’Empire avec le christianisme : Constance a assuré la prospérité du premier en favorisant le second23, Julien a sapé les fondements de l’Empire parce qu’il a agressé la religion chrétienne24. Avec plus de précision, Grégoire fait de l’échec de l’expédition de Julien contre les Perses la sanction immédiate de la politique conduite pendant son règne, qui fut hostile et aux Perses et aux chrétiens25. La primauté de la vision politique, qui, en ces termes, allie conservation de l’Empire, essor du christianisme et stratégie défensive face aux Perses26, anéantit les critiques qui pourraient être énoncées contre Constance. Aussi Grégoire va-t-il jusqu’à justifier, sinon réhabiliter, la politique religieuse de celui-ci27, en incriminant son entourage28 et en faisant usage d’épithètes systématiquement laudatives pour le qualifier29. Il n’infléchit son jugement sur Constance que dans les discours qu’il rédigea à Constantinople, une fois qu’il fut contraint de prouver son entière orthodoxie en s’inscrivant dans la continuité d’Athanase (lequel fut exilé par Constance). Son règne est décrit, cette fois, comme un temps d’impiété, marqué entre autres par la culpabilité de l’empereur dans la disparition des Constantinides30. Cependant en distinguant encore Constance de son entourage et en décrivant son repentir à sa mort, dans l’oratio XXI31, en évitant de nommer l’empereur qui a persécuté l’orthodoxie au risque d’une confusion avec Julien, comme s’il s’agissait de détourner sur cette seule personne l’ensemble des accusations, dans l’oratio XXV32, Grégoire ne renonce pas à rendre compte de la piété de Constance et à composer une image positive de celui-ci, une image qu’il n’a pas forgée à seule fin de charger Julien33 et qui ne cesse de surprendre étant donné la virulence de la critique dont Valens, l’autre empereur homéen, fait l’objet34.

5L’éloge, franc ou déguisé, de Constance est conforme à l’engagement de la Cappadoce, du moins de Césarée, à ses côtés dans le conflit naissant avec Julien, conflit dont la ville fut le témoin. Ce fut à Césarée que Constance refusa de reconnaître l’élévation de Julien au rang d’Auguste et prit les premières mesures contre celle-ci.

Julien

  • 35 Sur l’épisode précédent, voir p. 408. Ammien Marcellin, Histoire, XXII ix 3-13.
  • 36 Sozomène, HE V 4, 1-5 ; Théodore le Lecteur, HE 126 ; Théophane, Chronographia, A. M. 5853, t. I, (...)
  • 37 Julien, Ep. 78.
  • 38 Grégoire de Nazianze, Or. XVIII 34. Ni Seeck, Regesten, p. 210, ni Bidez, Julien, p. 276, n’évoque (...)
  • 39 Ammien Marcellin, Histoire, XXV x 6. CTh XV 1, 10 : voir Seeck, Regesten, p. 70, p. 108 : c’est un (...)

6Lorsqu’à la mort de Constance II, Julien décida de marcher à son tour contre les Perses, quittant Ancyre pour les Pyles ciliciennes, il fut amené à séjourner en Cappadoce au printemps 362. Pourtant Ammien Marcellin, après avoir cité Nicomédie, Nicée, Pessinonte et Ancyre comme autant d’étapes de l’empereur, ne mentionne pas celle-ci35, pas plus que Sozomène qui, suivi par Théodore le Lecteur et Théophane36, énumère les sanctions ordonnées par Julien contre Césarée et ses habitants sans autre précision. Julien lui-même n’évoque que Tyane37. Seul Grégoire de Nazianze atteste, en fait, le séjour de Julien dans la métropole de Cappadoce, lorsqu’il décrit, à l’occasion de l’élection épiscopale d’Eusèbe de Césarée, la colère de l’empereur contre les habitants de la cité, colère que la ténacité de son père parvint à dissiper38. Plutôt que de gagner Tyane par Kolôneia (à l’instar de Jovien qui, à son retour de Syrie, en 363, traversa la Cilicie et longea la Cappadoce, en s’arrêtant successivement à Tarse, à Tyane et à Archélaïs, pour arriver en Galatie à hauteur d’Aspona39), Julien choisit, pour sanctionner les Cappadociens à Césarée même, de résider dans une région qui l’avait éprouvé et l’éprouvait encore. La mise en œuvre de sa politique religieuse suffit-elle à expliquer la traversée de la Cappadoce via Césarée ainsi que la gravité des sanctions qu’il prononça, à ce moment, contre la ville et ses habitants ?

  • 40 Libanios, Or. XVI 14.
  • 41 Grégoire de Nazianze, Or. IV 92.
  • 42 Id., Or. XVIII 34 (PG 35, col. 1029B).
  • 43 Sozomène, HE V 4, 2. Hypothèse de Van Dam, Kingdom of Snow, p. 99 : en détruisant le temple de la (...)
  • 44 Théophane, Chronographia, A. M. 5853, t. I, p. 48.

7Seuls les auteurs chrétiens et Libanios font mention de celles-ci. Le rhéteur d’Antioche entendit menacer ses concitoyens en évoquant, le premier, la dégradation dont Césarée avait été victime dans le passé, du fait de la hardiesse et de la franchise de ses habitants40. Peu après que Julien fut décédé, dans la première invective qu’il rédigea contre lui, Grégoire de Nazianze évoque les difficultés de ses coreligionnaires sous le règne de l’empereur apostat. En des termes énigmatiques et des périphrases allusives, il affirme refuser d’incriminer plus longuement l’empereur pour les outrages infligés aux pieux habitants de Césarée41, alors qu’il a détaillé, dans les paragraphes précédents, le martyre de Marc d’Aréthuse et qu’il expose, dans les lignes suivantes, la condamnation à l’exil du gouverneur de Palestine. Lorsqu’il raconte, quelque dix ans plus tard, l’élection d’Eusèbe de Césarée, il observe la même discrétion : il mentionne, en marge du récit principal, la colère de l’empereur au sujet de la Fortune, colère aggravée par différents motifs, dont la consécration du nouvel évêque42. Seul Sozomène, qui réitère certaines des accusations que Grégoire de Nazianze a énoncées dans ses deux invectives, expose avec précision les sanctions de Julien tout en les imputant exclusivement à la haine de l’empereur apostat pour les chrétiens, haine exacerbée, dans le cas de Césarée, par l’éradication, sous Constance II, des temples de Jupiter et d’Apollon et par la subversion de la population de la ville qui, en mettant à bas, sous Julien, le temple de la Fortune, le dernier qui fût encore debout selon le narrateur, a contrevenu aux décrets de l’empereur43. La gravité de ce dernier acte a peut-être amené Théophane à modifier la chronologie des faits : la destruction du temple de la Fortune aurait eu lieu sous Constance II44.

  • 45 Après Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 594-595, Vogler, Les gouverneurs et leurs bureaux au (...)
  • 46 Julien, Ep. 84. Grégoire de Nazianze, Or. V 40.
  • 47 Sozomène, HE V 3, 5.
  • 48 Julien, Ep. 115 (Édesse) ; Ammien Marcellin, Histoire, XXII xiii.
  • 49 Des tensions similaires entre le conseil de la cité et Gallus aboutirent, en 354, à l’emprisonne­m (...)
  • 50 Sozomène, HE V 3, 6-9.
  • 51 Id., HE V 11, 4.
  • 52 Id., HE V 11, 7-8.

8En conséquence de l’hostilité des habitants de la métropole au paganisme et de leur insoumission à l’autorité impériale, Julien châtia la cité dans son ensemble, la communauté des chrétiens et le clergé en particulier : tandis qu’il ordonna la reconstruction des temples, il priva Césarée de son nom et de son statut, confisqua les biens et les trésors des églises de la ville et des environs, inscrivit le clergé à l’office du gouverneur, soumit les chrétiens de la cité à l’imposition au même titre que les villageois. Bien qu’en incorporant les clercs de Césarée dans le bureau du gouverneur il ait peut-être simplement condamné la désertion de l’officium45, ces sanctions n’en furent pas moins parmi les plus sévères que l’empereur prononça contre une communauté. En dépit de ses avertissements envers plusieurs cités, Julien ne sanctionna que Césarée et Constantia. Il se contenta en effet de menacer de châtier Pessinonte, si celle-ci continuait de négliger la Mère des dieux à laquelle Julien était venu rendre un culte46 ; il abandonna Nisibe à son sort face aux Perses47. Édesse et Antioche encoururent aussi la colère de l’empereur, l’une pour ne pas avoir respecté la liberté de culte accordée aux différentes confessions, du fait des attaques des ariens contre les valentiniens, l’autre en raison de la crise frumentaire de 362-363 et de l’incendie du temple de Daphnè. Dans les deux cas, la sanction fut uniquement religieuse : confiscation de tous les biens de l’église d’Édesse et fermeture de la grande église d’Antioche en représailles immédiates de la destruction du temple48. Étant donné la violence du conflit qui opposa Julien aux curiales et à la population de la cité, Antioche fut frappée d’un châtiment limité et mesuré, à l’image du dénouement pacifié de la crise49. Seule Constantia partagea en fait le sort de Césarée : port très chrétien de Gaza, que Constantin avait élevé au rang de cité sous le nom de Constantia, elle fut déclassée par Julien à la suite d’une requête des habitants de Gaza, dans la dépendance desquels elle retomba50. La rivalité entre les deux communautés, nourrie de l’antagonisme entre chrétiens de Constantia et païens de Gaza, fut à l’origine de la décision impériale. De la comparaison avec Constantia, la spécificité de Césarée ressort avec plus d’évidence : la sanction frappait une cité très ancienne, capitale de longue date de l’une des plus vastes provinces de l’Empire romain d’Orient. La mesure apparaît comme d’autant plus exceptionnelle que sa cause ne l’est point, la destruction de temples du vivant même de Julien. Ces actes sacrilèges furent châtiés individuellement par la personne du gouverneur : trois chrétiens de Phrygie subirent le martyre dans la ville de Méros après avoir brisé les statues d’un temple nouvellement purifié ; un autre, de Galatie, fut soumis à la torture pour ses provocations contre le paganisme51. Dans la continuité de ces exemples, Sozomène cite l’exécution du Césaréen Eupsychios et mentionne la condamnation, à la mort ou à l’exil, de tous les protagonistes de la destruction du temple de la Fortune52, révélant incidemment les différents niveaux de sanction auxquels celle-ci donna lieu.

  • 53 Julien, Ep. 78, tr. J. Bidez : « […] Jusqu’ici [Tyane] je ne vois que des gens qui refusent de sac (...)
  • 54 E. Päck, Städte und Steuern in der Politik Julians. Untersuchungen zu den Quellen eines Kaiserbild (...)

9Il reste à comprendre pourquoi Césarée fit l’objet, en la présence même de l’empereur, de sanctions individuelles et collectives, ecclésiastiques et civiles, les mesures antichrétiennes étant élargies à l’ensemble de la population. Le souvenir de son exil à Macellum, confondu avec celui de son initiation à la religion chrétienne – il y prit la fonction de lecteur –, la christianisation avancée de la région et le déclin du culte païen, qu’il constata de visu au cours de ce même voyage53, alimentèrent sans nul doute l’hostilité de Julien à l’encontre de la Cappadoce. Il semble cependant, suivant l’exposé de Sozomène et les blâmes adressés par Julien aux Cappadociens païens, que l’antagonisme entre l’empereur et les habitants de la cité ait été autant politique que religieux et personnel. La destruction du temple de la Fortune fait connaître, par-delà la remise en cause de l’entière liberté de culte octroyée aux païens, la difficulté du ralliement, voire l’hostilité de la cité au nouvel empereur. Ainsi comprise par Julien, elle justifie le séjour de celui-ci dans la capitale de la province, le châtiment de l’ensemble de la communauté civile et la sévérité des sanctions, dont on ignore si elles furent effectives, même momentanément54. La conduite des Cappadociens témoigne de ce qu’ils n’ignoraient pas les antagonismes qui divisaient l’Empire à cette date.

Procope et Valens

  • 55 PLRE I, Procopius 4; RE 23, 1957, col. 252-256, Prokopios 2.
  • 56 Sur les modalités de sa prétendue légitimité, voir Norman J. E. Austin, A Usurper’s Claim to Legit (...)
  • 57 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI vi 4, tr. M.-A. Marié.
  • 58 Zosime, Histoire nouvelle, IV iv 3.
  • 59 Philostorge, HE IX 5 et 6 : récit conforme, dans sa ligne générale, à celui d’Ammien Marcellin, su (...)
  • 60 CTh XII 6, 5 : Seeck, Regesten, p. 227, p. 33 (correction de la date, du 4 juillet au 2 novem­bre (...)
  • 61 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI vii 2.

10Dans les années suivantes, la province se tint à l’écart des conflits qui continuèrent de menacer la personne de l’empereur, en s’abstenant de soutenir la révolte de Procope de 365/366. Ce parent de Julien par les femmes, qui, après avoir participé à l’expédition perse de 363 à la tête d’un détachement de l’armée romaine, conduisit les funérailles de l’empereur à Tarse55, fomenta une révolte contre Valens, en 365, à l’occasion de laquelle il prit la pourpre à Constantinople, en arguant de sa désignation par Julien en même temps que de sa parenté avec le dernier des Constantinides56. Entre la célébration des funérailles de Julien à Tarse, en 363, et sa proclamation dans la ville de Constantin, le 28 septembre 365, Procope semble avoir choisi de se retirer puis, après la mort de Jovien, de se cacher en Asie Mineure. Selon Ammien Marcellin, il se réfugia dans des « endroits secrets et écartés », dans des « lieux isolés », puis il se rendit à Chalcédoine pour, de là, gagner Constantinople57. Pour Zosime, il résida à Césarée de Cappadoce, où il possédait plusieurs propriétés, avant de quitter la province à la suite d’une tentative d’arrestation intentée par Valentinien et Valens contre sa personne58. Philostorge fait savoir que le Cappadocien Eunomios offrit l’hospitalité à Procope dans sa propriété des environs de Chalcédoine, avant d’intercéder avec succès en faveur des habitants de Cyzique auprès de celui-ci, qui entre-temps fut proclamé empereur (Eunomios obtint la libération des partisans de Valens retenus prisonniers dans cette ville)59. Pourtant, lorsque le conflit éclata entre l’usurpateur et l’empereur, la province de Cappadoce ne semble pas avoir fait dissidence. Selon Ammien Marcellin, Valens, qui gagnait Antioche, apprit, en octobre, la nouvelle de l’usurpation de Procope à Césarée de Cappadoce où il n’hésita pas à demeurer quelque temps – comme l’atteste la constitution qu’il adressa au préfet du prétoire Secundus60–, avant de marcher contre son rival en Galatie, Phrygie et Bithynie61. Tandis que la Thrace, la Bithynie et l’Hellespont basculaient dans le camp de Procope, le reste des provinces d’Asie Mineure, dont la Cappadoce, restait acquis à la cause de Valens.

  • 62 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 31-33 ; Ep. 16. Voir aussi Sozomène, HE VI 15 qui donne un récit t (...)
  • 63 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 33, tr. J. Bernardi : « Ils se retirèrent donc sur cet échec et ce (...)
  • 64 Voir chapitre II, p. 117-119.

11Ainsi l’usurpation de Procope n’est-elle jamais mentionnée dans le récit que Grégoire de Nazianze fait du premier séjour de Valens à Césarée, comme si elle n’avait constitué aucun enjeu. Après avoir narré que Basile, par crainte du prosélytisme de l’empereur, quitta le Pont pour retourner dans sa ville, consolider l’autorité de son évêque Eusèbe et affronter, avec succès, Valens62, il considère implicitement que le refus des Cappadociens de souscrire au symbole homéen, et non l’usurpation de Procope, provoqua et suffit à provoquer le départ de l’empereur63. Il fait une unique lecture des séjours de Valens à Césarée, en 365 et en 371/372, une lecture modelée par le conflit entre ariens et nicéens et par la résistance du clergé cappadocien à la politique religieuse de l’empereur, au mépris de tout autre circonstance certes, mais conformément à la portée de l’affrontement. Tandis que le conflit religieux qui avait opposé les Cappadociens à Julien, en 363, masquait l’hostilité initiale de la province à l’empereur qui avait pris le titre d’Auguste contre Constance II, dans la décennie suivante le différend entre homéens et nicéens n’aboutit jamais à la mise en cause de la personne de Valens, comme si les querelles religieuses avaient cessé de cacher des clivages politiques. À cette date, la contestation de la politique impériale s’était détournée de la personne même de l’empereur aux dépens de ses subordonnés de l’administration provinciale, vicaire et gouverneur, la résistance au pouvoir impérial se déployant désormais à une échelle locale et sous une forme latente64.

  • 65 Kandidos, Fragmenta, 1 ; Évagre, HE III 26 (Allen, Evagrius Scholasticus, p. 139) ; Jean d’Antioch (...)

12Dans les décennies suivantes, on ignore s’il y eut acceptation ou rejet de la politique impériale dans les provinces de Cappadoce. Tout au plus peut-on supposer que Marcien, qui fomenta une révolte contre Zénon et fut relégué à Césarée en 479, réussit à échapper à ses gardes et à marcher sur Ancyre avec la complicité d’habitants de la région, des moines pour Évagre, des paysans pour Kandidos65. Il semble donc que la Cappadoce, à l’image probablement des autres provinces de l’Empire et du fait de la mobilité de l’empereur, ait été partie prenante des conflits qui affaiblirent l’institution impériale sous Constance II et sous Julien, comme si les règnes de ces deux souverains avaient constitué un temps exceptionnel dans l’histoire de la province. À ce moment, n’ayant pas de relations exclusives avec l’autorité impériale, elle fut en mesure ou eut l’occasion de prendre position, pour Constance II et contre Julien.

Exil en Cappadoce, relégation de la Cappadoce : la périphérie

  • 66 Julien, Or. V 3 ; Ammien Marcellin, Histoire, XV ii 7 ; Sozomène, HE V 2, 9 ; Théodore le Lecteur, (...)
  • 67 Théophane, Chronographia, A. M. 5940, t. I, p. 99.
  • 68 Kandidos, Fragmenta, 1 ; Chronicon Paschale, 478, p. 602 ; Évagre, HE III 8 (à Koukousos et non à (...)
  • 69 Évagre, HE III 26 ; Jean d’Antioche, Fragmenta, 211, 4, FHG, t. IV, p. 619.
  • 70 Athanase, Apologia de fuga sua, 3 ; Socrate, HE II 26, 6 ; Théodoret de Cyr, HE II 5, 2 ; Vie de P (...)
  • 71 Jérôme, De viris illustribus, 96, 1.
  • 72 Philostorge, HE X 6.
  • 73 ACO I 4, n° 279, 3, p. 203.
  • 74 Koukousos : Jean Chrysostome, Ep. 25, 84, 87, 88, 108, 109, 114, 115, 121, 125, 131, 221, 232, 234 (...)
  • 75 Valentinien : Sozomène, HE VI 6, 6. Mélétios de Mopsueste : ACO I 4, n° 279, 6, p. 203.

13Si, peu avant que les empereurs n’aient cessé d’y séjourner, la Cappadoce abandonna toute participation directe aux conflits politiques, du moins civils, de l’Empire, elle n’en est pas moins mentionnée à leurs marges aux ive et ve siècles. En illustration et comme en compensation de son exclusion, la Cappadocee fut une région d’exil : y furent relégués, du règne de Constance II à celui de Zénon, des membres de la famille impériale ou des proches de l’empereur ainsi que des évêques. Au nombre des premiers, les cousins de Constance II, Gallus et Julien, détenus, dans la décennie 340, dans les environs de Césarée66, le compagnon d’enfance de Théodose II, Paulin, exilé en Cappadoce dans les années 44067, le frère de l’impératrice Vérine, Basiliskos, enfermé, sur ordre de Zénon, dans le fort de Limnai, non loin de Sasima68, enfin le petit-fils de Marcien et gendre de Léon Ier, lui-même nommé Marcien, déporté, en 479, dans la capitale cappadocienne69. À des époques contemporaines, Paul de Constantinople fut relégué à Koukousos par Constance II70, Eusèbe de Verceil, en Cappadoce par le même empereur71, Eunomios, à Césarée puis sur ses propres terres cappadociennes sous Théodose Ier72, Dorothée de Marcianopolis, à Césarée au lendemain du concile d’Éphèse73. Aux frontières de la Cappadoce, en Arménie II, Jean Chrysostome fut amené à résider à Koukousos puis à Arabissos74. Mélitène elle-même fut à plusieurs reprises, comme Césarée, lieu de relégation : Valentinien, sous le règne de Julien, et certains évêques, dans les décennies suivantes, y furent conduits, ainsi Mélétios de Mopsueste, en 43575. Au cours des ive et ve siècles, les condamnations à l’exil circonscrivirent, en Anatolie orientale, une vaste région de déportation qui avait en son cœur Césarée et qui s’étendait jusqu’aux rives de l’Euphrate, recouvrant de fait l’ancienne province romaine de Cappadoce.

Le « désert » de Cappadoce

  • 76 Voir Kleinfeller, Deportatio in insulam, RE 5, 1, col. 231-233, 1903 ; T. Mommsen, Le droit pénal (...)
  • 77 CTh XVI 5, 53 (398), où les complices de Jovinien furent condamnés à la déportation à perpétuité d (...)
  • 78 Boa : CTh XVI 5, 53 (398) ; Chypre, lieu de déportation d’Eutrope : CTh IX 40, 17 (399) ; Gypsos, (...)
  • 79 L’Oasis : Sozomène, HE VIII 7, 2 et Zosime, Histoire nouvelle, V ix 5 (assignation à demeure de Ti (...)
  • 80 Chersonèse : Ammien Marcellin, Histoire, XXVI x 8 (relégation, à la faveur des procès intentés aux (...)
  • 81 Arius est banni à Gallinaria, dans une île de la mer Tyrrhénienne (Sozomène, HE III 14, 40), Athan (...)
  • 82 Sozomène, HE IV 11, 3 et Théodore le Lecteur, HE 94 (Libère) ; Sozomène, HE VI 13, 4 et Théodore l (...)
  • 83 Malalas, Chronographia, XV 6. Voir Théophane, Chronographia, A. M. 5969, t. I, p. 125 (exil de Pie (...)
  • 84 Malalas, Chronographia, XVI 11 (Euphémios) ; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 511 (Makédonios).
  • 85 Théodore le Lecteur, HE 362 (Dioscore) et 380 (Timothée Élure).
  • 86 Sozomène, HE VIII 28, 2 et Théodore le Lecteur, HE 298.
  • 87 ACO I 1 iii, p. 67 (Nestorius, relégué ultérieurement dans l’Oasis) ; Malalas, Chronographia, XVI (...)
  • 88 Sidon : Zosime, Histoire nouvelle, V x (assignation à résidence, sur ordre d’Arcadius, du consul A (...)
  • 89 ACO I 4, p. 25.

14Peine accompagnée de la confiscation des biens du condamné ainsi que de l’abandon de ses droits et doublée de l’assignation d’un domicile obligatoire, la condamnation à la déportation mettait en jeu l’autorité impériale, directement requise et seule capable de se prononcer sur le lieu de résidence forcée de l’exilé, tandis que les gouverneurs de province n’étaient habilités à se prononcer que dans leur seul ressort76. Aussi la carte que dessinent les lieux d’exil dans leur totalité fait-elle sens à l’échelle de tout l’Empire, et non pas seulement dans un ensemble régional circonscrit. C’est au sein de cette géographie de l’exil, modelée par la volonté et la vision impériales de l’Empire, que la Cappadoce trouve sa place. Une place qui n’apparaît avec clarté que par comparaison avec les autres lieux de déportation, définis, dans les textes juridiques, en vertu d’un seul et même principe, celui de l’isolement, garant de l’enfermement ou de l’exclusion des affaires civiles et ecclésiastiques du condamné. Ainsi les Codes désignent-ils le plus fréquemment « les îles ou les places désolées » comme lieux d’assignation à résidence77, et de citer nominalement l’île de Boa, sur la côte dalmate, celle de Chypre, en Méditerranée orientale, Gypsos ou les oasis, dans les déserts d’Égypte78. Les chroniqueurs et les historiens de l’Église donnent nom et réalité aux loca desolata auxquels les textes juridiques font allusion : des oasis égyptiennes et des îles en effet, à l’instar de Boa, de la Bretagne et de Chypre79, des régions continentales, comme la Thrace, la Chersonèse80, la Cappadoce, l’Arménie, le Pont et l’Arabie. De l’énumération des mêmes sites dans les différentes sources, il ressort que les exilés étaient assignés en quelques places de l’Empire d’Orient et d’Occident81. En Thrace, la ville de Bizyè accueillit, dans les années qui suivirent le concile de Nicée, Eustathe d’Antioche, celle de Béroia le pape Libère, en 35582. À Euchaïta, dans l’Hélénopont, sous les règnes de Zénon et d’Anastase, furent exilés Pierre le Foulon, évêque d’Antioche, vers 47683, Euphémios et Makédonios, patriarches de Constantinople, en 496 et 51184 ; à Gangres, en Paphlagonie, Dioscore d’Alexandrie, en 451, et Timothée Élure, en 459/46085 ; à Pityous, sur la côte caucasienne de la mer Noire, Jean Chrysostome, qui décéda avant d’y parvenir86 ; à Pétra, en Palestine III, Nestorius, à l’issue du concile d’Éphèse, et deux de ses partisans, le comte Irénée et un certain Photios, ainsi que, sous Anastase, un escroc arrêté à Constantinople, Flavien d’Antioche et Jean de Paltos87. Dans l’Empire romain d’Orient, les diocèses de Thrace et du Pont ainsi que l’Égypte ont une place d’importance dans la géographie de l’exil. On peut ajouter Sidon en Phénicie, Dolichè en Commagène, Sardique en Dacie88. Le motif de l’isolement continue de justifier, quand justification il y a, la désignation du lieu d’exil. Ainsi les partisans de Nestorius furent-ils déportés à Pétra pour y être « torturés par la pauvreté perpétuelle et la solitude des lieux89 ». La Cappadoce se révèle comme une région de désolation, ni insulaire ni désertique, que la difficulté du relief et la sévérité du climat suffisent à isoler à la faveur de l’hiver, lorsque les routes du haut plateau cappadocien et des montagnes du Taurus sont rendues impraticables par l’enneigement et le mauvais temps.

  • 90 ACO I 4, n° 279, 6, p. 203. Voir Histoire du christianisme, t. III, p. 23.
  • 91 Théophane, Chronographia, A. M. 5969, t. I, p. 125.
  • 92 Marcellinus Comes, Chronicon, ad a. 511; Théophane, Chronographia, A. M. 6004, t. I, p. 155 (Makéd (...)
  • 93 ACO I 4, n° 279, p. 203.
  • 94 Philostorge, HE X 6.
  • 95 Jérôme, De viris illustribus, 96.

15L’évidence de ce motif masque cependant la complexité de cette géographie de l’Empire, modelée, entre autres, par les positions cyrilliennes ou chalcédoniennes des évêques des cités d’exil. À la demande de Jean d’Antioche, Mélétios de Mopsueste, un partisan de Nestorius, fut relégué, en 435, à Mélitène, où il souffrit tout particulièrement de l’opposition du métropolite Akakios qui appartenait à la faction adverse90. Pierre le Foulon, banni à Pityous, échappa à ses gardes et trouva asile à Saint-Théodore d’Euchaïta91. Inversement, le patriarche chalcédonien de Constantinople, Makédonios, en exil à Euchaïta, se réfugia, devant la menace des Huns, à Gangres, où avaient été bannis, un demi-siècle auparavant, les monophysites Dioscore d’Alexandrie et Timothée Élure et où fut exilé, quatre ans plus tard, un autre monophysite, Philoxène de Hiérapolis92. Conformément à ces clivages, Césarée, dont l’évêque Firmos fut un partisan convaincu de Cyrille d’Alexandrie au concile d’Éphèse, accueillit, en 435, l’évêque nestorien de Marcianopolis, Dorothée93. Près de quatre décennies plus tôt, Eunomios, un anoméen d’origine cappadocienne, avait été relégué par Théodose Ier à Césarée dont les habitants, au dire d’un autre Cappadocien, Philostorge, le haïssaient du fait de ses attaques contre Basile94. Sous Constance II, Eusèbe de Verceil, qui avait refusé de signer l’édit d’Arles au concile de Milan en 355, fut relégué à Scythopolis, en Cappadoce et en Thébaïde95.

  • 96 Par exemple, Jean Chrysostome, Ep. 25, col. 626 (à l’évêque Elpidios) : « […] l’isolement de ce li (...)
  • 97 Ainsi que l’Oasis : Nestorius fut enlevé au cours d’une expédition des Blemmyes dirigée contre cel (...)
  • 98 Philostorge, HE X 6.
  • 99 Jean Chrysostome, Ep. 120, 121 et 221.
  • 100 Théophane, Chronographia, A. M. 5952, t. I, p. 112.

16Les exilés, exposés à la solitude des lieux et à l’hostilité des autorités en place, ecclésiastiques ou civiles, étaient isolés et affaiblis, deux thèmes récurrents dans les lettres d’exil de Jean Chrysostome : constamment menacé par les raids des Isauriens96 sur la route de Césarée à Koukousos et à Arabissos, il ne cesse de déplorer la solitude et l’insécurité du pays, comme si le danger encouru faisait partie intégrante de la peine. Ce fut peut-être en vertu de ce double principe, d’isolement et d’insécurité, que les régions frontalières de l’Empire, la Thrace, le Caucase, l’Arménie Mineure et l’Arabie, constituèrent des lieux privilégiés d’exil en même temps qu’elles furent désignées dans le cadre des sanctions les plus sévères97. Déporté à Halmyris, depuis Chalcédoine, Eunomios quitta la bourgade de Mésie, une fois qu’elle fut attaquée et prise par les Barbares venus d’au-delà du Danube98. Jean Chrysostome protesta contre la rigueur des lieux où il fut assigné en même temps qu’il regretta de ne pas avoir été conduit à Sébaste plutôt qu’à Koukousos99. Timothée Élure, après avoir provoqué divers troubles à Gangres, fut banni, pour la seconde fois, à Cherson100.

La mainmise impériale

  • 101 Sur les deux exils de Paul de Constantinople, en 337-338 et 344-350, voir l’analyse de Dagron, Nai (...)
  • 102 Alan Cameron, The Empress and the Poet: Paganism and Politics at the Court of Theodosius II, Yale (...)
  • 103 Malalas, Chronographia, XV 5 ; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 476, 1 ; Chronicon Paschale, 47 (...)
  • 104 Sur Marcien, PLRE II, Fl. Marcianus 17.
  • 105 Kandidos, Fragmenta, 1 (la Cappadoce est mentionnée globalement) ; Évagre, HE III 26 ; Jean d’Anti (...)
  • 106 Justinien bannit Éphrem à Alexandrie (Chronicon Paschale, 532, p. 628), Jean le Cappadocien à Cyzi (...)

17L’isolement géographique, l’engagement dans les conflits ecclésiastiques, le caractère frontalier, qui, tour à tour, justifient la désignation des différents lieux d’exil, ne suffisent pas à déterminer la spécificité de la Cappadoce. Contrairement aux autres provinces d’Asie Mineure, qu’il s’agisse de l’Hélénopont ou de la Paphlagonie, contrairement aussi à l’Égypte et au diocèse d’Orient, proches ou membres de la famille régnante furent exilés en Cappadoce de même que les fautes les plus graves y furent sanctionnées. Plusieurs opposants à l’empereur, certains ayant prétendu au pouvoir impérial, y furent assassinés, après qu’ils eurent été condamnés à la déportation. Outre Martinianus, Paul de Constantinople y fut mis à mort une fois qu’il eut été exilé en différents lieux, Thessalonique, Singara et Émèse101. Théodose II ordonna que Paulin fût éliminé en Cappadoce102, suivant le récit de Théophane qui seul mentionne la déportation dans la région tandis que tous les autres auteurs notent simplement son exécution ; Zénon fit enfermer et dépérir son beau-frère Basiliskos, accompagné de sa femme et de ses enfants, dans une forteresse cappadocienne. Il s’agissait probablement du village de Limnai, situé à proximité de Sasima dans la province de Cappadoce II, désigné par Malalas, Marcellinus Comes et le Chronicon Paschale, plutôt que de Sasima, mentionné par Victor de Tunnuna, et de Koukousos, cité par Évagre et Théophane103. En revanche, Marcien, beaufrère de Zénon et gendre de Léon, pour avoir conduit une attaque contre le palais impérial à Constantinople, fut effectivement relégué en Cappadoce, où il parvint à fomenter une nouvelle révolte et prendre la route de la Galatie, mais, défait une seconde fois, il fut banni au château de Papirion en Isaurie104 (dans ce château Zénon fit enfermer plusieurs membres de la famille impériale, dont Vérine, sa belle-mère, et Longin, son frère)105. Comme si, à ce moment, la Cappadoce était considérée, avec l’Isaurie, dont Zénon était originaire et où il put se réfugier lors de l’usurpation de Basiliskos, comme point d’appui du pouvoir impérial. Les soutiens que des habitants de la province donnèrent à la révolte de Marcien, pour avoir manifesté une faillite momentanée de l’autorité impériale, expliquent-ils que la Cappadoce n’ait plus jamais été désignée comme lieu d’exil alors que sous le règne de Justinien d’autres destinations sont nommées106 ?

18En effet le choix de la Cappadoce comme région d’exil semble résulter du contrôle direct exercé par l’empereur et de l’appesantissement de son pouvoir dans la province, et cela dès la détention de Gallus et de Julien sur le domaine de Macellum : outre le fait qu’il s’agissait d’une propriété de la famille impériale, celui-ci était sous la surveillance immédiate des hommes de Constance II, échappant tant aux curiales de Césarée qu’au gouverneur de Cappadoce. Les domaines impériaux furent autant de points d’ancrage de l’autorité de l’empereur dans la région : ce fut au moment où ils furent organisés que la Cappadoce fut plusieurs fois désignée comme lieu d’exil. Le déclassement politique de la région fut suivi ou accompagné d’un réaménagement de sa fonction dans l’Empire grâce aux relations privilégiées que la maison impériale entretenait avec la Cappadoce, relations que révèlent les différentes assignations et exécutions et qu’explique peut-être l’importance des propriétés de l’empereur sur ces terres.

La Cappadoce en paix : l’arrière-pays

  • 107 Sur l’acception à donner à ce terme, dont la signification traditionnelle a été mise en cause par (...)
  • 108 Exposé classique dans Mitford, Cappadocia and Armenia Minor. Voir J. Crow, A Review of the Physica (...)
  • 109 Mélitène est principalement mentionnée dans les sources ecclésiastiques du ive et du ve siècle. Su (...)

19Tout au long du ive siècle, la place de la Cappadoce fut redéfinie à l’occasion des réformes des provinces de l’Empire. Avec la constitution des provinces d’Arménie Mineure, d’Arménie I et d’Arménie II, la cession de Satala, de Mélitène et de leurs régions, la Cappadoce cessa d’avoir autorité sur les garnisons et les forts du limes107 de l’Euphrate, un limes dont l’importance fut secondaire pendant le Haut et le Bas-Empire, comme en témoigne la médiocrité de ses vestiges archéologiques et épigraphiques108, ou encore le cas de Mélitène, cas fort mal connu avant le vie siècle109.

La Cappadoce et l’Arménie : Césarée, capitale du diocèse du Pont ?

20Bien que la Cappadoce ait cessé de constituer une province frontalière de l’Empire, à plusieurs occasions elle fut partie prenante du conflit avec les Perses, qui immobilisa l’empereur sur le front oriental pendant de longues années. À deux reprises, peut-être trois, Césarée fut étroitement associée, à la fin du règne de Constantin et sous celui de Constance II, à la politique de l’Empire en Arménie.

  • 110 Il s’agit, selon Blockley, East Roman Foreign Policy, p. 12, de deux manières de répondre à la men (...)
  • 111 Chronicon Paschale, 335, p. 532.
  • 112 Origo Constantini imperatoris, 6, 35. R. H. Hewsen, The Successors of Tiridate the Great : A Contr (...)
  • 113 Epitome de Caesaribus, 41, 20, tr. M. Festy (« l’Arménie et les nations alliées d’alentour »), p.  (...)
  • 114 Ammien Marcellin, Histoire, XIV i 2. Voir aussi Zosime, Histoire nouvelle, II xxxix 2 ; Philostorg (...)
  • 115 Polemius Silvius, Laterculus, III 63. Sur cet auteur, voir A. Chastagnol, Notes chronologiques sur (...)
  • 116 W. Ensslin, Zu dem vermuteten Perserfeldzug des rex Hannibalianus, Klio 29, 1936, p. 102-110.
  • 117 Voir l’exposé des opinions contradictoires par N. Garsoïan, dans Pseudo-Faustus de Byzance, The Ep (...)
  • 118 Zuckerman, Sur la Liste de Vérone, p. 628-635.
  • 119 Inventaire de ce qui est encore ignoré du massacre des Constantinides par J. W. Leedom, Constantiu (...)
  • 120 En faveur de Constantinople, voir Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 131 et Jones, The Later (...)
  • 121 Zosime, Histoire nouvelle, II xl 3.

21En même temps qu’il envoya, en 335, le césar Constance combattre les Perses, Constantin éleva son neveu Hannibalianus au titre royal110. Seul le Chronicon Paschale affirme qu’une fois revêtu de pourpre Hannibalianus reçut l’ordre de partir pour Césarée111. L’auteur de l’Origo Constantini Imperatoris mentionne la nomination d’Hannibalianus au titre de « roi des rois et des nations pontiques (regem regum et Ponticarum gentium) », après son mariage avec la fille de Constantin, sans faire allusion à la Cappadoce112. L’Epitome de Caesaribus attribue à Hannibalianus « l’Arménie et les nations associées (Armeniam nationesque circumsocias)113 ». Rétrospectivement Ammien Marcellin n’évoque que le « roi Hannibalianus » qui épousa Constantina114, tandis que Polemius Silvius désigne Hannibalianus comme « roi des rois des nations pontiques (rex regum gentium Ponticarum)115 ». Suivant l’Origo Constantini Imperatoris et l’Epitome de Caesaribus, l’Arménie et les nations alentours lui furent imparties, dans des circonstances énigmatiques. Même si Hannibalianus ne semble pas avoir participé aux opérations militaires conduites en Arménie à la même période116, plusieurs historiens suggèrent, du fait de l’obscurité et de la confusion de l’histoire de l’Arménie dans les années 330-338, que Constantin a profité d’une vacance du trône arménien et d’un effondrement momentané de la dynastie arsacide117, tandis que Constantin Zuckerman considère que la nomination d’un Constantinide comme roi d’Arménie succède à la provincialisation de l’Arménie Majeure, acquise en 314118. Dans tous les cas Hannibalianus ne semble pas avoir quitté l’Empire jusqu’à son assassinat, qui suivit le décès de Constantin et dont le lieu n’est jamais précisé119. Si son père et son frère ainsi que d’autres Constantinides furent éliminés à Constantinople à la suite d’une révolte fomentée par l’armée, lui-même fut peut-être mis à mort ailleurs que dans la ville de Constantin120 : Zosime n’énumère tour à tour les sorts de Jules Constance, de Dalmatius et d’Hannibalianus que pour illustrer la disparition de l’ensemble des branches collatérales de Constantin et de ses fils121. Quoique la place de la Cappadoce dans la mission que Constantin conféra à son neveu demeure hypothétique, faute d’informations, l’action, avortée et méconnue, d’Hannibalianus semble avoir commencé à Césarée, qu’il y soit demeuré ou non de 335 à sa mort.

  • 122 Julien, Or. I 15. Julien ne nomme pas ce souverain : pour N. Garsoïan, dans Pseudo-Faustus de Byza (...)
  • 123 Julien, Or. I 15, qui donne une chronologie approximative des événements. Conclusion identique dan (...)
  • 124 Athanase d’Alexandrie, Apologie à l’empereur Constance, 5, affirme avoir eu trois entrevues avec l (...)
  • 125 Une hypothèse que Pietri, Politique de Constance II, p. 124, et Barnes, Athanasius and Constantius(...)

22Après la mort de son père, au moment des préparatifs de sa première campagne contre les Perses, Constance II intervint dans les affaires d’Arménie en restaurant le roi arménien sur son trône122. En vue de cette campagne, il fut amené à résider à Césarée de Cappadoce123. On sait en effet qu’Athanase d’Alexandrie rencontra Constance II à Césarée de Cappadoce, soit en 337 soit en 338124. Bien qu’Athanase ne justifie pas le séjour de Constance II en Cappadoce, on peut supposer que celui-ci y régla la succession d’Hannibalianus et les affaires d’Arménie125.

  • 126 Ammien Marcellin, Histoire, XX ix 1.
  • 127 Seeck, Regesten, p. 207.
  • 128 Ammien Marcellin, Histoire, XX xi 4-6.
  • 129 Ibid., XX xi 4 et ix 1-5.

23Lorsque Constance II reçut et congédia les messagers de Julien, qui l’informèrent de l’élévation de celui-ci au rang d’Auguste, il se trouvait à Césarée de Cappadoce, à la veille d’une nouvelle expédition contre les Perses126. Parti de Constantinople à la fin de l’hiver afin de riposter à la campagne perse de 359127, il fit halte dans la capitale cappadocienne avant de prendre la route de Mélitène, de Samosate, d’Édesse et d’Amida jusqu’à Bezabde128. Il y convo qua Aršak, roi d’Arménie, pour raffermir sa loyauté et recevoir le renouvellement de son engagement (bien qu’Ammien Marcellin ne précise pas que la rencontre entre les deux souverains eut lieu en Cappadoce, il en fait le récit après avoir mentionné la résidence de Constance à Césarée dans les paragraphes précédents)129. En dépit des complications que provoqua l’usurpation de Julien et qui aboutirent, entre autres, aux nominations d’un préfet du prétoire et d’un maître des offices, la résidence de Constance en Cappadoce était justifiée, en 360 comme en 337/338, par le conflit avec les Perses et, particulièrement, les relations avec l’Arménie.

  • 130 Ibid., XXVII xii 9. Voir Blockley, East Roman Foreign Policy, p. 34-35.
  • 131 Voir chapitre V, p. 254-256.
  • 132 Voir R. Blockley, The Division of Armenia between the Romans and the Persians at the End of the Fo (...)

24Césarée confirme, une fois encore, sa place dans la stratégie des forces romaines comme point de relais et d’appui de la politique impériale en Arménie, après s’être vu reconnaître, sous Constantin et son fils, un rôle de premier plan dans l’ensemble des régions pontiques. Cette place semble toutefois lui échapper dans les dix années suivantes. Valens assigna Pap, le fils du roi arménien Aršak, à Néocésarée, dans le Pont Polémoniaque, probablement en 368, après qu’Aršak eut été fait prisonnier par les Perses et que Pap se fut réfugié dans l’Empire130. Alors que l’Arménie continua d’être au centre des relations entre les Romains et les Perses dans les deux décennies suivantes, la Cappadoce ne semble plus avoir joué aucun rôle dans la politique arménienne de l’Empire, au moment où les relations entre la Cappadoce et l’Arménie se banalisaient (le patriarche arménien cessa de se rendre et de se faire ordonner à Césarée131) et avant même que le partage de l’Arménie entre Rome et la Perse ne consacrât, en 387, la dévalorisation du limes du Haut-Euphrate132, comme si la participation de la Cappadoce à la politique orientale de l’Empire avait été étroitement circonscrite.

  • 133 Foss, Ankara, p. 33-34, n. 19, suivi par Mitchell, Anatolia, t. II, p. 74, p. 93. Les deux auteurs (...)
  • 134 Vie de Clément d’Ancyre (BHG 353), XIV, PG 114, col. 825C. Vie de Platon (BHG 1550), PG 115, col. (...)
  • 135 Basile, Ep. 237 (sur la même affaire, Id., Ep. 225).
  • 136 Nov. VIII 3.
  • 137 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 55 et 57.
  • 138 Nov. VIII 2. Le gouverneur de Phrygie Pacatienne hérita de la dignité du vicaire du diocèse d’Asie (...)
  • 139 Nous ne mentionnons pas, à l’appui de cette hypothèse, le témoignage de Jean Chrysostome, Lettres (...)

25Cette place de la Cappadoce atteste peut-être que Césarée était capitale du diocèse du Pont, bien qu’Ancyre ait été désignée comme telle par Clive Foss qui cite les témoignages de l’hagiographie, de la correspondance de Basile de Césarée et de la législation de Justinien133. Les Vies métaphrastiques de Clément et de Platon affirment que ces martyrs ont comparu à Ancyre devant le vicaire134. L’évêque de Césarée atteste qu’un synode réuni à Ancyre par le vicaire du diocèse a jugé et condamné son frère Grégoire de Nysse135. En 535, la novelle VIII remet au comte de Galatie Première la dignité de vicaire du diocèse du Pont136. Outre que le témoignage des Vies est tardif et suspect, le vicaire peut avoir jugé en différentes cités du diocèse. En décidant de faire comparaître Grégoire de Nysse devant un synode d’évêques galates, il réussit à échapper à l’influence de Basile. Tout au plus peut-on constater que, sous l’épiscopat de Basile, le vicaire résidait tantôt à Ancyre tantôt à Césarée137, comme si sa fonction avait été itinérante. La novelle VIII atteste-t-elle, au contraire, que le vicaire du diocèse avait pour quartier général Ancyre en Galatie, antérieurement à 535 ? Si cette loi anticipe la réforme du gouvernement des provinces promulguée l’année suivante, Justinien ne pouvait confier au gouverneur de Cappadoce I la dignité du vicaire : en cumulant celle-ci avec les fonctions de gouverneur et de comte des maisons divines, celui-ci aurait dominé, pour la première fois, tous les autres magistrats du diocèse. De même que la promotion du gouverneur de Phrygie Pacatienne n’atteste pas que Laodicée a été la capitale du diocèse d’Asie138, de même l’attribution au gouverneur de Galatie I de la dignité du vicaire du diocèse du Pont ne prouve pas qu’Ancyre ait eu ce statut plutôt que Césarée. En revanche, l’ordination épiscopale de Grégoire l’Illuminateur à Césarée, la place de cette cité dans les relations entre l’Empire et l’Arménie, sous Licinius, Constantin et Constance II, le rang qui, à partir du concile de Chalcédoine, fut imparti au métropolite de Césarée dans le patriarcat de Constantinople, témoignent, en vertu du principe d’accommodement entre géographie ecclésiastique et géographie civile, en faveur de la qualité de Césarée comme capitale du diocèse du Pont139.

Soldats, armée et armement en Cappadoce

  • 140 Grégoire de Nazianze, Ep. 225, tr. P. Gallay. Sur Hellébichos, voir M.-M. Hauser-Meury, Prosopogra (...)
  • 141 Jean d’Éphèse, HE VI 14, 27. Voir J. F. Haldon, Recruitment and Conscription in the Byzan­tine Arm (...)
  • 142 Voir chapitre VI, p. 332, n. 61, p. 347-348, p. 362-363.
  • 143 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 1 (encore que Cyrille de Scythopolis écrive que Jean a été e (...)
  • 144 Sur ces trois martyrs qui sont considérés comme étant cappadociens, pour avoir été originaires de (...)

26Si la Cappadoce ne semble avoir eu aucune place spécifique dans la stratégie de l’Empire à partir de la seconde moitié du ive siècle, elle ne fut pas totalement étrangère à son organisation militaire. Des Cappadociens servirent dans les armées de l’Empire, tout au long de l’antiquité tardive. Tandis que Grégoire de Nazianze avait plaidé en faveur du lecteur Mamas, « fils d’un père soldat », auprès d’Hellébichos140, Maurice n’eut pas de difficulté à recruter des hommes parmi les Isauriens et les Cappadociens ainsi que dans les principautés arméniennes141, comme si la Cappadoce avait constitué une réserve de soldats, à l’image de l’Isaurie. On sait en effet que des Cappadociens ont été soldats – Eutychianos, Junius Soranus, Firminos, Valérianos, Jean Konôn, père de Sabas, Théodore, Georges et Théodoriskos, Jean Daknas142– qui, presque tous, ont servi hors de leur province (seul Jean Konôn a peut-être exercé en Cappadoce avant son départ pour l’Égypte143), à l’instar des martyrs et soldats cappadociens, Longin, Mercure et Georges144.

La fabrique d’armes

  • 145 Pour le Haut-Empire, voir M. P. Speidel, The Roman Army in Asia Minor, Recent Epigraphical Discove (...)
  • 146 Notitia Dignitatum Orientis, XXXVIII. Voir le commentaire de Wheeler, Rethinking the Upper Euphrat (...)
  • 147 Notitia Dignitatum Orientis, XI 26.
  • 148 Sur les fabriques d’armes, voir Delmaire, Institutions, p. 86-90 ; James, Fabricae, p. 257-331. Ce (...)
  • 149 James, Fabricae, p. 261 et n. 63, p. 299.
  • 150 James, Fabricae, p. 263 : il n’y eut aucune fabrique d’armes en Égypte, en Afrique et en Italie pé (...)
  • 151 James, Fabricae, p. 267. Sur la production de fer en Cappadoce, Pitarakis, Mines anatoliennes, p.  (...)
  • 152 Voir Delmaire, Institutions, p. 89-90, qui accepte les conclusions de S. James sur la datation et (...)
  • 153 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 57, tr. J. Bernardi : « Comme un essaim que la fumée a mis en mouv (...)
  • 154 La fabrique d’armes est peut-être encore attestée comme étant en fonctionnement au xe siècle : Bas (...)

27Pourtant, et en dépit du retrait de la Cappadoce, la province n’était pas sans infrastructures ni troupes militaires145. Alors qu’au tout début du ve siècle la Notitia dignitatum semble n’avoir mentionné aucune garnison en Cappadoce parmi les troupes que commandait le dux Armeniae146, elle atteste l’existence d’une fabrique d’armes à Césarée de Cappadoce147, probablement fondée pendant la Tétrarchie en même temps que les quatorze autres fabriques que la Notitia Dignitatum énumère en Orient148, spécialisée dans la production des armures de la cavalerie lourde, les clibanaria, en raison de l’implantation en Orient des catafractarii et des clibanarii149. Sa création comme celle d’autres fabriques à Nicomédie, à Sardes, à Antioche, à Damas, à Édesse et à Irénopolis150 rappelle qu’à cette date Césarée, située au carrefour de plusieurs routes et au cœur d’une région minière151, était encore considérée comme étant partie prenante du limes de l’Empire. Elle-même est définie comme un « corps militaire » placé sous la juridiction du maître des offices, les fabricenses étant astreints aux mêmes conditions de service que les soldats152. Grégoire de Nazianze note leur participation à une révolte fomentée, sous l’épiscopat de Basile, par la population de Césarée contre le vicaire du diocèse153 : les fabricenses sont décrits comme les bras armés de la cité, pour avoir pleinement défendu la cause de leur évêque. Grégoire de Nazianze atteste leur statut d’exception en même temps que la place qu’ils ont acquise dans la métropole de Cappadoce à cette date. Vestige, qui continuait de témoigner, au début du ve siècle, du rôle de la province dans la stratégie de l’Empire à l’époque dioclétienne154, cette fabrique conserva peut-être une fonction dans la défense de la Cappadoce un siècle après.

Tribun et garnisons à Césarée

  • 155 Grégoire de Nazianze, Or. XVIII 28.
  • 156 Basile, Ep. 306, adressée au gouverneur de Sébaste : décès à Sébaste d’un homme d’Alexandrie à l’o (...)
  • 157 Grégoire de Nysse, Vie de Macrine, 36, interprété par Zuckerman, Early Byzantine Strongholds in Ea (...)
  • 158 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX, 2b.
  • 159 Exemple d’Anemurium en Isaurie dans J. Russell, The Military Garrison of Anemurium during the Reig (...)
  • 160 Voir Delmaire, Institutions, p. 89-90 (« [c]haque fabrique est dirigée par un tribun ou préposé [… (...)
  • 161 Firmos, Ep. 12, tr. M.-A. Calvet-Sébasti et P.-L. Gatier.
  • 162 Voir Mitchell, Anatolia, t. II, p. 75 : « Des soldats étaient déployés en permanence dans plu­sieu (...)

28Grégoire de Nazianze mentionne la présence d’une troupe de soldats en garnison à Césarée au moment de l’élection du métropolite Eusèbe155. Dans la province voisine d’Arménie I, tandis que Basile de Césarée témoigne de la résidence temporaire à Sébaste de troupes militaires156, Grégoire de Nysse montre qu’il y avait à Sébastopolis une garnison permanente157. Jean Chrysostome atteste, dans une lettre adressée à Olympias, qu’au moment où il y résida, un tribun et ses hommes défendirent Césarée contre les raids des Isauriens158. L’évêque est trop allusif pour que l’on puisse considérer avec certitude que ces soldats formaient une garnison permanente à Césarée de Cappadoce159 d’autant qu’il désigne peut-être par le terme de tribun le responsable de la fabrique d’armes de la cité160. Lorsque Firmos de Césarée intervient auprès d’un certain Helladios pour éviter que l’armée ne traverse sa ville, il laisse entendre que des soldats pouvaient stationner en permanence à Césarée : « Nous souhaitons alors que tu nous juges dignes de considération, nous et notre patrie accablée par la famine, au point d’alléger les dépenses maintenant écrasantes qu’occasionnent les soldats, et d’ordonner qu’aucune armée ne traverse notre territoire161. » Des corps d’armes cantonnèrent à Césarée, de manière temporaire et, peut-être, permanente162.

Le comes dicoseseos ponticae

  • 163 Voir Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 77-103 : route C1 (Ancyre-Césarée-Mélitène), la route (...)
  • 164 CTh VI 13, 1 (413) = CJ XII 11, 1 (les comites Aegypti vel Ponticae dioceseos sont d’un rang supér (...)
  • 165 Voir RE 4, 1901, col. 661, n° 71, qui suppose que le commandement du dux Armeniae a été élargi à t (...)
  • 166 Notitia Dignitatum Orientis, I 35-37, 49-50.
  • 167 CJ XII 59, 10, §5. Voir Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 223-224, p. 609.
  • 168 Sur les différentes troupes qui stationnaient en Isaurie pour contrer les raids des Isauriens, voi (...)
  • 169 Plusieurs inscriptions font néanmoins connaître des soldats qui habitèrent, à un titre ou à un aut (...)
  • 170 Théodoret de Cyr, Epistulae, t. IV Ep. 7. Voir le commentaire de Y. Azéma, p. 157, n. 5 : « Ce per (...)

29Si les armées faisaient étape à Césarée de Cappadoce conformément à l’un des itinéraires qui conduisaient d’Ancyre à l’Euphrate163, il ne faut pas exclure que la ville ait pu être dotée d’une garnison, comme capitale du diocèse du Pont. En 413, l’existence du comes dioceseos ponticae est attestée pour la première et unique fois164. Bien que l’on ignore tout de celui-ci, y compris sa fonction, on peut supposer qu’il disposait d’un commandement militaire, étant cité avec le comte d’Égypte165. Néanmoins, à la différence de celui-ci, il n’est pas mentionné dans la Notitia Dignitatum Orientis166, soit que sa charge ait été créée postérieurement à la rédaction de celle-ci, soit qu’elle ait été dénommée autrement. En 471/472 est cité pour la première fois le dux utriusque Ponti– avec les comtes de Pamphylie, de Pisidie et de Lycaonie –167, dont l’autorité est limitée, dans la titulature du moins, aux provinces du Pont, Hélénopont et Pont Polémoniaque. La fonction de comes dioceseos ponticae, attestée quelques années après que Jean Chrysostome a mentionné un tribun et ses troupes à Césarée même, a-t-elle été créée en raison des raids isauriens qui, au début du ve siècle, pénétraient dans le diocèse du Pont168 ? La métropole de Cappadoce Première a-t-elle été dotée de troupes permanentes pour faire face à ces agressions ? À l’inverse, aucune cité de Cappadoce Seconde, pas même Tyane, ne semble en effet avoir abrité des troupes, occasionnellement ou en permanence, alors que Tyane contrôlait la route d’accès aux Pyles ciliciennes169. Lorsqu’au lendemain du concile d’Éphèse Firmos de Césarée tenta de destituer Euthérios de Tyane, il se heurta au comte Longin et aux Isauriens auxquels les habitants de la métropole de Cappadoce Seconde avaient fait appel, faute peut-être d’avoir disposé de forces armées dans leur ville170.

Le commandement militaire du proconsul de Cappadoce

  • 171 Nov. XXX 1, 1. Nov. XXX 5, 6, 7.
  • 172 En d’autres provinces du diocèse du Pont, les gouverneurs eurent un commandement civil et militair (...)
  • 173 Novelle de Théodose, V 3 (441) analysée par Zuckerman, Dispositif frontalier en Arménie, p. 109-11 (...)
  • 174 Nov. XXIV 1.
  • 175 On a vu que le comte des maisons divines exerçait, en 536 et probablement avant, sa juridiction en (...)

30Les compétences conférées au proconsul de Cappadoce en 536 montrent encore que la région disposait de forces militaires avant cette date. Justinien attribua en effet une autorité militaire au gouverneur de Cappadoce. Suivant la novelle XXX, le proconsul de Cappadoce obtint le commandement des soldats de toutes les provinces du diocèse pontique qui détenaient des biens tamiaques171. Bien que la novelle prétende le doter d’une triple compétence, civile, militaire et tamiaque, il semble que le proconsul de Cappadoce ait commandé aux soldats d’une partie du diocèse en tant qu’héritier du comte des maisons divines. Comme en d’autres provinces du Pont, le gouverneur eut à exercer une autorité militaire qui préexistait probablement aux réformes de Justinien172. En unifiant les autorités civile et militaire de ces provinces, Justinien eut pour but de supprimer la dualité des commandements, non d’y établir des troupes. Il semble qu’en Cappadoce le commandement des soldats ait été remis dans le passé au comte des maisons divines plutôt qu’à une magistrature spécifique qui n’est jamais attestée, de même qu’en Arménie, au milieu du ve siècle, la défense était confiée pour partie aux troupes et aux garnisons issues des domaines royaux des environs de Théodosiopolis et de Satala173. Au contraire de la novelle XXIV qui justifie la fusion des autorités civiles et militaires de la province de Pisidie en arguant de la rivalité et de l’hostilité qui les opposaient jusque-là174, la novelle XXX n’évoque que la concurrence entre le praeses de Cappadoce I et le comte des maisons divines sans faire aucune allusion à l’existence, dans le passé, d’un commandement militaire qui lui fût spécifique. Peut-on rétrospectivement considérer que le comes dioceseos Ponti ait désigné, en 413, le comte des maisons divines175 ?

  • 176 Zuckerman, Dispositif frontalier en Arménie, p. 126.
  • 177 Carrié, Séparation ou cumul ?, p. 116 : « Justinien a donc traité les territoires d’Égypte comme d (...)
  • 178 Nov. XXX 7, 1.

31Tandis qu’à une date voisine les garnisons d’Arménie III, commandées par le gouverneur civil de la province, gardaient tout au plus la valeur de force de police176, a fortiori les troupes de Cappadoce mises à la disposition du proconsul de Cappadoce durent avoir pour principale fonction de maintenir l’ordre dans la province177. La novelle XXX rappelle qu’elles avaient pour tâche d’aider le proconsul à exercer son autorité, soit à maintenir la cité dans le calme, à lever les impôts et à percevoir les revenus tamiaques178.

La guerre en Cappadoce

  • 179 Grégoire de Nazianze, Or. V 15. Sur Libanios, voir Dagron, Thémistios, p. 92-95.
  • 180 Grégoire de Nazianze, Ep. 141, 3.
  • 181 Sur les campagnes sassanides et gothiques, sur l’invasion de Zénobie, voir Teja, Die römische Prov (...)
  • 182 Voir Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 84-103 : route C1 (Césarée-Mélitène), attestée au ive(...)
  • 183 Malalas, Chronographia, XIII 40. Voir TIB 2, p. 68.
  • 184 Strabon, Géographie, XII 3, 18 (mention des Sannoi).
  • 185 Voir Herrmann, Makrones, RE 14, 1, col. 815, 1928; Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 271; Zu (...)
  • 186 Zuckerman, Early Byzantine Strongholds in Eastern Pontus, p. 533, suppose cependant que Dioclétien (...)
  • 187 Jérôme, Ep. 60, 16 (à Héliodore).
  • 188 Claudien, Contre Rufi n, p. 90, avec commentaire de J.-L. Charlet, p. 209-210.
  • 189 Philostorge, HE XI 8.
  • 190 Chronicon ad annum domini 724, p. 106 (« Lors de cette année même vint le peuple maudit des Huns d (...)

32De l’effacement, dans la stratégie de l’Empire, de la Cappadoce et du limes qui, jusqu’à Dioclétien au moins, fut inscrit dans son ressort provincial, rend compte, sur un autre plan, l’attitude fort indulgente de Grégoire de Nazianze à l’égard des Perses. Loin d’une position obsidionale, à l’image de Libanios, Grégoire condamne toute politique offensive à leur encontre, montrant par là combien la Cappadoce est, ou considère être, à l’abri de la menace de leurs expéditions, en dépit du souvenir qu’elle en a gardé179. Qu’il fasse référence à la campagne de Sapor ou usage d’un lieu commun, Grégoire mentionne certes les ravages que les Perses occasionnèrent dans Diocésarée, entre autres dangers auxquels la cité a résisté et qui témoignent de son antiquité180. Pourtant la Cappadoce ne fut pas exposée à des raids ennemis depuis la seconde moitié du iiie siècle181, étant fort peu en relations avec le limes du Haut-Euphrate, comme si l’Antitaurus faisait réellement barrière entre le haut plateau cappadocien et la vallée de l’Euphrate, en dépit des itinéraires précisément attestés au ive siècle182. Tout au long de l’antiquité tardive et jusque dans le dernier quart du vie siècle, la région ne fut victime que de deux incursions ennemies, celle des Tzanoi sous Théodose Ier et celle des Huns Sabirs à la fin du règne d’Anastase, encore que la première soit peut-être mentionnée à tort par Malalas183. Il semble en effet que l’écrivain du vie siècle ait désigné avec anachronisme les Tzanoi. Si ces derniers, qui étaient connus de Strabon184, sont mentionnés au vie siècle, au moment de leur soumission à l’Empire et de leur christianisation au début du règne de Justinien185, ils ne sont jamais évoqués sous Théodose Ier, au contraire des Huns186. Tandis que Jérôme mentionne, en 396, une incursion de Barbares qui, venus du Caucase, pénétrèrent en Syrie et jusque dans la vallée de l’Halys187 et que Claudien compte la Cappadoce parmi les régions victimes des Barbares188, Philostorge affirme que les Huns, qui ravagèrent la Grande Arménie, l’Euphratésie et la Cilicie, tombèrent sur Mélitène189, une chronique syriaque cite explicitement la Cappadoce parmi les régions dévastées par les Huns l’année suivant la mort de Théodose Ier190.

  • 191 Grégoire de Nysse, Opera, X 1, p. 59-71. Interprétation des allusions de Grégoire de Nysse dans Zu (...)
  • 192 Basile, Ep. 268, p. 138, l. 24, tr. Y. Courtonne. Voir encore Id., Ep. 215.
  • 193 Voir, en dernier lieu et avec bibliographie, N. Lenski, Basil and the Isaurian Uprising of A.D. 37 (...)
  • 194 Jean Chrysostome, Ep. 20, 25, 30, 35, 42, 49, 52, 56, 57, 61, 68-70, 72, 74, 104, 107, 108­111, 11 (...)
  • 195 Philostorge, HE XI 8; Sozomène, HE VIII 25, 1; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 405 (pas de loc (...)
  • 196 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX, 2b, tr. A.-M. Malingrey.
  • 197 Sur les raids perpétrés par les Isauriens dans plusieurs provinces de l’Empire en 403-406, voir J. (...)

33Plus que des expéditions des puissances étrangères la Cappadoce semble avoir souffert des raids des habitants de l’Empire, les Goths peut-être au début du règne de Théodose Ier, les Isauriens sous l’épiscopat de Basile et dans les années 403-406. Tandis que Grégoire de Nysse déplorait, en 380, les exactions des Barbares dans l’homélie qu’il prononça en l’honneur de Théodore le conscrit191, Jean Chrysostome décrit, vingt-cinq ans plus tard, les méfaits des Isauriens qui menacèrent jusqu’à la métropole de la province, comme en écho au témoignage antérieur de Basile de Césarée rapportant, dans la lettre 268, les rumeurs d’effroi dont il avait eu connaissance : « Comme nous avons entendu dire que toutes les routes étaient remplies de brigands et de déserteurs (λŋστῶν καὶ δησερτóρων) […]192. » À plusieurs reprises dans sa correspondance, Basile de Césarée fait allusion aux méfaits de Barbares qu’il s’abstient de nommer et qui sont identifiés tantôt avec les Goths tantôt avec les Isauriens193, sans pour autant suggérer que Césarée ou d’autres cités de la province aient été menacées par leurs exactions. De même, tandis que la crainte des Isauriens est omniprésente dans la correspondance que Jean Chrysostome rédigea à Koukousos ou à Arabissos, en Arménie II194, la Cappadoce fut, semble-t-il, moins frappée que d’autres régions de l’Anatolie centrale et orientale au tout début du ve siècle. Les Isauriens, qui ravagèrent plusieurs provinces de l’Empire – la Cilicie, la Syrie, la Pamphylie, la Lycie, Chypre, la Lycaonie, la Pisidie, la Cappadoce et le Pont –, d’après les témoignages concordants de Philostorge, de Sozomène, de Marcellinus Comes et de Zosime195, ne firent que menacer la métropole cappadocienne suivant le récit que Jean Chrysostome adressa à Olympias de ces événements : « Pendant que nous en étions là, voici qu’on annonce soudain que les Isauriens parcouraient en foule innombrable la région de Césarée, après avoir brûlé un gros bourg et s’être livrés aux pires excès. À cette nouvelle, le tribun ayant pris les soldats qu’il avait sous la main, partit en campagne. On avait craint, en effet, pour la ville, une attaque et tous étaient dans l’anxiété, tous dans l’angoisse, sentant le sol même de la patrie en danger, si bien que les vieillards eux-mêmes participaient à la garde des remparts196. » Contrairement à Koukousos et à Arabissos, dans la province voisine d’Arménie II, les Isauriens n’attaquèrent pas Césarée : Jean Chrysostome évoque l’insécurité qui prévalait alors afin de stigmatiser la cruauté des moines et de l’évêque de Césarée qui le chassèrent de la cité dans ce contexte197.

  • 198 Firmos, Ep. 1; The Oracle of Baalbek. The Tiburtine Sibyl in Greek Dress, p. 15, p. 87-88 : appari (...)
  • 199 Jacques d’Édesse, Hymnes de Sévère, 264, PO VII, p. 712 (« Sur la guerre qui fut faite en Cappadoc (...)
  • 200 Les auteurs antiques attestent l’existence de places fortes en Cappadoce, outre les villes fortifi (...)
  • 201 Voir Greatrex, Rome and Persia, p. 125 (« On garda longtemps mémoire des dévastations causées par (...)
  • 202 Greatrex, Rome and Persia, p. 130, suggère que les Perses ont peut-être détourné vers l’Empire l’i (...)
  • 203 Voir Zuckerman, Dispositif frontalier en Arménie, p. 123-128 : sous Justinien, les garnisons des p (...)
  • 204 Voir Berger, Viranşehir, p. 368-371, p. 418-421 : l’auteur considère que la nouvelle fondation a é (...)

34Même si Firmos de Césarée mentionne à l’occasion l’insécurité des confins, en écho peut-être à d’autres incursions des Isauriens en Anatolie centrale198, la Cappadoce semble avoir été épargnée par la guerre pendant plus d’un siècle, des raids des Isauriens jusqu’à l’invasion des Huns Sabirs qui, attestée par Sévère, Marcellinus Comes, Malalas, Théodore le Lecteur, Victor de Tunnuna et Évagre, dévasta en 515 les deux Cappadoces, entre autres provinces d’Asie Mineure199. À la suite de cette invasion, Anastase accorda une exemption fiscale aux provinces ravagées en même temps qu’il assura la défense des deux Cappadoces en fortifiant leurs bourgades. Si Malalas fait de cette dernière mesure la conséquence immédiate de la campagne des Huns Sabirs, il n’est pas certain cependant que ces provinces aient été davantage menacées200. Exemptions fiscales et fortifications témoignent de l’exception que constitua l’invasion de 515 dans l’histoire des provinces qui furent alors dévastées, de même que l’hymne que Sévère d’Antioche rédigea à cette occasion atteste qu’elle impressionna fortement les habitants de l’Empire, par les massacres et les incendies auxquels elle donna lieu, par la capacité, surtout, des Huns Sabirs à frapper au cœur de l’Empire, à l’instar des Huns, qui, en 395, mirent à mal les provinces d’Anatolie orientale201. En dépit des fortifications édifiées à cette occasion, l’invasion de 515 semble avoir eu, au pire, valeur d’avertissement202. Lorsque Procope cite les travaux édilitaires que, dans les décennies suivantes, Justinien Ier fit exécuter en Cappadoce, il montre que Césarée et Môkissos ont été fortifiées, comme si l’empereur régnant avait continué l’action d’Anastase. Pourtant il s’agit peut-être là de mesures minimales, conformes à la réorganisation de la stratégie défensive de l’Empire. Cette réorganisation, en privilégiant la fortification des cités203, intégra des provinces qui, jusqu’au vie siècle, n’y participaient que peu. Le site de Viranşehir est dépourvu en effet de fortifications à l’exception d’une acropole et, dans les environs, de deux forteresses qui contrôlaient peut-être l’accès à la ville204. L’invasion de 515 et la politique de défense de la Cappadoce, de ses bourgs et de ses cités (du moins de Césarée et de Môkissos) qui s’ensuivit, attestent a contrario la paix qui prévalut dans la région pendant le ve siècle en même temps que la mutation du limes, non la vulnérabilité de la région ou la proximité du danger.

  • 205 Joshua, Chronique, L. Kavadh refusa la proposition de Rufin qu’il retint prisonnier. Voir Greatrex(...)
  • 206 Évagre, HE V 14. Jean d’Éphèse, HE VI 8-9 (déroute des Perses après qu’ils ont mis à sac Mélitène) (...)
  • 207 Jean d’Éphèse, HE VI 14 et 27. Voir Goubert, Byzance avant l’Islam, t. I, p. 74; Whitby, Th e Empe (...)
  • 208 Théophylacte Simocatta, Histoire, III xvii 5. Voir Goubert, Byzance avant l’Islam, t. I, p. 80; TI (...)
  • 209 Vie de Théodore de Sykéôn, 120. Sur cette invasion, voir Stratos, Byzantium in the Seventh Century(...)
  • 210 Agapius, Histoire universelle, p. 450 ; Pseudo-Sébéos, 33-34, t. I, p. 64-67, commentaire, t. II, (...)

35La guerre continua d’épargner son territoire jusqu’aux premières invasions perses dans la région, dans le dernier quart du vie siècle et au début du viie siècle. Lorsqu’en 502 Rufin fut chargé par Anastase de proposer un tribut au Perse Kavadh, il n’hésita pas à déposer celui-ci à Césarée de Cappadoce avant de rencontrer le roi perse à Amida205 : en dépit du conflit entre Byzantins et Perses, la métropole de Cappadoce I continuait d’être considérée comme un lieu sûr. De même qu’elle fut épargnée, sous le règne de Justinien, par la guerre entre les deux empires, la Cappadoce, bien qu’elle soit plusieurs fois mentionnée au cours des campagnes qui opposèrent les deux puissances à partir des années 570, ne subit encore aucun dommage, au contraire des régions immédiatement voisines. En 575/576, le magister militum per Orientem Justinien arrêta, entre Sébaste et Césarée, l’armée de Chosroès Ier, qui, dans sa retraite, incendia Sébaste et Mélitène206. À l’hiver 577/578, lorsque Maurice prit le commandement des armées d’Orient, il réunit des troupes en Cappadoce entre autres régions207 avant de ravager la Mésopotamie. En 579/580 (ou 580/581), il hiverna à Césarée de Cappadoce après avoir envahi la Perse jusqu’en Médie208. En dépit de l’expédition de Chosroès Ier dans les années précédentes, la Cappadoce fut donc considérée comme une région de repli des armées romaines, la guerre entre Romains et Perses continuant d’épargner ses provinces sous Justin II, Tibère et Maurice ainsi que sous Phocas. L’on ignore tout des ravages que l’expédition conduite par les Lazes en 605 occasionna ; la Vie de Théodore de Sykéon qui, seule, mentionne celle-ci209, n’y fait pas même allusion. Aussi, quand, en 611, les Perses prirent puis incendièrent Césarée210, la cité fut pour la première fois victime, depuis le iiie siècle peut-être, des raids ennemis, ayant été épargnée en 395, en 515 comme en 575. L’occupation, pendant une année, de la capitale historique de la Cappadoce témoigne de la fragilité nouvelle des régions qui avaient formé jusque-là le cœur de l’Empire, fragilité devenue patente une fois que l’Empire fut confronté aux invasions arabo-musulmanes.

  • 211 Pseudo-Sébéos, 11, t. I, p. 21. Sur Mushel, principalement connu par le Pseudo-Sébéos, voir Gouber (...)
  • 212 Évagre, HE V 19 (« Arabissos, ville de Cappadoce ») ; Jean d’Éphèse, HE III 47, V 22. Voir aussi E(...)
  • 213 Georges le Moine, Chronique, t. II, p. 662 ; Patria dans Scriptores Originum Constantinopolitanaru (...)
  • 214 Georges le Moine, Chronique, t. II, p. 666-667.
  • 215 Jean de Nikiou, Chronique, 106, 109. Sur Héraclius, Mango, Deux études, p. 114 ; PLRE IIIB, Heracl (...)
  • 216 Théophylacte Simocatta, Histoire, III i 1, n’affirme pas qu’Héraclius l’Ancien était arménien, il (...)
  • 217 Jean de Nikiou, Chronique, 106. Sur l’arrestation à Constantinople de la fiancée et de la mère d’H (...)
  • 218 Jean Moschos, Pré spirituel, 112, tr. M.-J. Rouët de Journel. La suite de l’anecdote justifie et e (...)

36Si le règne d’Héraclius fit rupture dans l’histoire militaire de la région comme dans celle de l’Empire, la Cappadoce avait peut-être commencé à constituer un enjeu politique dans le conflit entre Romains et Perses dès le début des années 590 : sous le règne de Maurice, le Perse et rival de Chosroès II, Vahram, promit à l’Arménien Mushel Mamikonian, qu’il entendait gagner à sa cause, de lui remettre des terres jusqu’à Césarée de Cappadoce211. Faut-il considérer que l’origine cappadocienne parfois prêtée aux empereurs Maurice, Phocas et Héraclius atteste l’importance nouvelle de la région dans l’histoire de l’Empire ? Suivant les témoignages contemporains d’Évagre et de Jean d’Éphèse, Maurice était originaire d’Arabissos212. Les deux auteurs localisent cette cité en Cappadoce, alors qu’elle avait cessé d’appartenir à cette province depuis le courant du ive siècle et qu’elle dépendait, à l’époque de Maurice, du ressort de l’Arménie III, comme s’ils avaient confondu les provinces de Cappadoce et d’Arménie. Aux ixe et xe siècles, Phocas est désigné comme cappadocien par Georges le Moine et dans les Patria de Constantinople213. Si les Patria ne justifient pas l’ethnique dont ils affublent Phocas, Georges le Moine, par sa longue citation des critiques et des sarcasmes qu’Isidore de Péluse a formulés contre les Cappadociens, montre qu’il entend charger Phocas en faisant de lui un Cappadocien214. Jean de Nikiou considère qu’Héraclius était cappadocien215, tandis que Théophylacte Simocatta laisse peut-être supposer que son père avait l’Arménie pour patrie216. On ignore en fait d’où était originaire celui-ci, faute de pouvoir accorder tout crédit à Jean de Nikiou, qui, à tort, localise en Cappadoce, et non à Constantinople, l’arrestation de la mère et de la femme d’Héraclius sous Phocas217. La nouveauté de cette tradition, qui fait, dès le viie siècle, de Maurice et d’Héraclius des empereurs originaires de Cappadoce, ressort d’une anecdote que raconte Jean Moschos, dans le Pré spirituel : lorsqu’un moine de la Grande Oasis, nommé Léon, un Cappadocien, prétendit être appelé à régner, ses visiteurs lui rétorquèrent : « Crois-nous plutôt, abbé Léon, jamais personne de Cappadoce n’a régné ; tu as donc là une pensée importune218. »

37À la fin du vie ou au début du viie siècle, les visiteurs du moine Léon excluent donc qu’un Cappadocien ait pu exercer la fonction impériale. Ils stigmatisent, en la considérant comme acquise, la marginalité institutionnelle de la Cappadoce. L’histoire politique, diplomatique et militaire de l’Empire, du ive au vie siècle, aboutit à faire de la Cappadoce une région périphérique de l’Empire, et cela dès la seconde moitié du ive siècle. Du fait, peut-être, de leur ralliement à Constantin et à son fils Constance II, de la force des intérêts impériaux dans la région, de la disparition de tout impératif stratégique ou militaire, les provinces de Cappadoce cessèrent de constituer un enjeu dans l’histoire de l’Empire. Acquises à l’empereur, au patriarche et à Constantinople, elles apparaissent, à l’issue de ces trois siècles, comme une périphérie dominée par les institutions centrales, alors qu’elles n’ont pas manqué de faire échec aux instances d’administration de l’Empire. On ne peut, au vie siècle, caractériser la Cappadoce que par rapport à Constantinople, à l’empereur et au patriarche. Aussi la Cappadoce est-elle comme interdite de toute histoire qui lui soit propre, à l’image ou en conséquence de sa place dans les sources qui ne la mentionnent qu’en relation avec Constantinople et ses institutions ou, dans une moindre mesure, avec la Terre sainte. Faut-il en conclure que le sens à donner à cette histoire s’est épuisé et qu’il faut abandonner celle-ci au profit de l’histoire de l’Empire ? En faisant de la Cappadoce une province frontalière aux viie et viiie siècles, les invasions perses puis arabes donnèrent à celle-ci un enjeu inédit.

Notes

1 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI vii 2.

2 Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 361-362 (Septime Sévère), p. 377 et p. 437-438 (Élagabal), p. 384-385 (Tacite). Les deux auteurs supposent que ce fut également le cas de Caracalla (ibid., p. 367-368 et p. 415-416) et de Sévère Alexandre (ibid., p. 377-378).

3 Dion Cassius, Histoire, LXXVI 15, 4, éd. H. B. Foster, tr. angl. E. Cary, t. IX, Londres 1927 (The Loeb Classical Library).

4 Histoire Auguste, Vie de Caracalla, XI 6-7.

5 Aurelius Victor, Livre des Césars, 36, 2.

6 Polemius Silvius, Laterculus, III 38. L’usurpation eut lieu en Syrie selon Aurelius Victor, Livre des Césars, 29, 2. Voir Teja, Die römische Provinz Kappadokien in der Prinzipatszeit, p. 1091.

7 Conquête mentionnée dans Oracula Sibyllina, XIII 89-94, éd. D. S. Potter, Prophecy and History in the Crisis of the Roman Empire. A Historical Commentary on the Th irteenth Sibylline Oracle, Oxford 1990 (Oxford Classical Monographs), p. 172 et p. 268-276. Voir Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 378.

8 Zosime, Histoire nouvelle, I l 1, I lii 4 ; Histoire Auguste, Vie d’Aurélien, XXII 5-XXIV 7 ; Dionis Continuatio, Fragmenta, 10, 4, FHG, t. IV, p. 197. Voir Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 379-383 ; Teja, Die römische Provinz Kappadokien in der Prinzipatszeit, p. 1091.

9 En dernier lieu, Eusèbe de Césarée, HE VIII vi 8, attribue la promulgation du deuxième édit de persécution de Dioclétien à une ou des tentatives d’usurpation de la fonction impériale en Méli­tène et en Syrie.

10 Julien, Or. V 5, tr. J. Bidez.

11 J. Bouffartigue, L’empereur Julien et la culture de son temps, Paris 1992 (Collection des Études Augustiniennes. Série Antiquité 133), p. 29-39.

12 Aurelius Victor, Livre des Césars, 41, 9.

13 Zosime, Histoire nouvelle, II xxviii 2. Voir Barnes, Constantine and Eusebius, p. 77. Autre témoignage dans Philostorge, HE, Anhang VII 3a (Fragmente eines arianischen Historiogra­phen), p. 204 : après trois mois de tyrannie, Martinos fut assassiné.

14 Origo Constantini imperatoris, 5, 29. Sur l’Origo Constantini imperatoris, voir I. König, dans Origo Constantini : Anonymus Valesianus, p. 5-30 : l’œuvre, qui a pour thème central le confl it entre Constantin et Licinius, aurait été composée, par un auteur inconnu, entre 337 et 414.

15 Epitome de Caesaribus, 41, 7.

16 Sur Martinianus, qui, alors qu’il était maître des offices, fut nommé César par Licinius après la défaite de celui-ci face à Constantin le 3 juillet 324 près d’Andrinople (Epitome de Caesaribus, 41, 6-7 ; Zosime, Histoire nouvelle, II xxv 2), voir W. Ensslin, RE 14, col. 2016-2017 ; PLRE I, Martinianus 2.

17 Zosime, Histoire nouvelle, II xxii 1-2.

18 Selon Lactance, De la mort des persécuteurs, XLVII 5-6, Maximin Daïa, après la défaite qu’il essuya face à Licinius en Thrace, et après avoir abandonné la pourpre, s’enfuit jusqu’en Cappa­doce, où il « regroupa une partie des fuyards et des soldats venus d’Orient. C’est ainsi qu’il reprit la pourpre ». Poursuivi par Licinius passé en Bithynie, il gagna Tarse où il mourut en août 313. Voir Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 92-93.

19 Delmaire, Institutions, p. 88 ; James, Fabricae, p. 267.

20 Grégoire de Nazianze, Or. IV 21. Sur la responsabilité de Constance dans l’élimination des branches collatérales de la maison de Constantin, voir J. W. Leedom, Constantius II : Th ree Revi­sions, Byz. 48, 1978, p. 132-136 et R. Klein, Die Kämpfe um die Nachfolge nach dem Tode Constantins des Grossens, Byz. Forsch. 6, 1979, p. 118-138. L’examen des différentes sources ne permet pas de prouver cette responsabilité. Grégoire de Nazianze, Or. XXI 26, expose lui-même un point de vue contradictoire au sein de son œuvre.

21 Id., Or. IV 3, 21, 33.

22 Id., Or. V 16-18 : comptes rendus comparés des funérailles de Constance et de Julien.

23 Id., Or. IV 37, tr. J. Bernardi : « […] il savait bien […] que le développement de Rome a coïncidé avec celui du christianisme […] et c’est la raison principale qui, me semblait-il, le poussa à nous traiter avec prévenance […] ».

24 Id., Or. IV 74, tr. J. Bernardi : « […] tenter d’évincer et de supplanter la religion chrétienne revenait à ébranler l’empire romain et à mettre en danger l’État tout entier ».

25 Id., Or. V 41.

26 Sur cette dernière, voir Id., Or. V 8.

27 Id., Or. IV 37, tr. J. Bernardi : « […] S’il lui est arrivé de nous causer quelque ennui, ce n’est pas parce qu’il nous méprisait ou pour nous faire injure, ce n’était pas non plus pour complaire à d’autres plutôt qu’à nous : c’était pour que nous ne fissions qu’un seul corps et que nous n’eussions qu’un seul esprit qu’il nous a harcelés, pour que nous ne fussions pas séparés et divisés par des schismes. »

28 Id., Or. V 15.

29 Id., Or. IV 3, 21, 22, tr. J. Bernardi (« le plus humain des rois »), 31, 34, tr. J. Bernardi (« le plus divin des rois et le plus épris du Christ »), 64.

30 Id., Or. XXI 26. Sur le portrait d’Athanase dressé par Grégoire de Nazianze dans ce discours, voir R. Pouchet, Athanase d’Alexandrie, modèle de l’évêque, selon Grégoire de Nazianze, discours 21, dans Vescovi e pastori in epoca teodosiana, t. II, p. 347-357.

31 Grégoire de Nazianze, Or. XXI 21 et 26.

32 Id., Or. XXV 9-10 : Grégoire de Nazianze évoque successivement et sans transition « les lois hostiles à l’orthodoxie » et l’élimination du fléau par les Perses.

33 Dans l’oraison funèbre consacrée à Césaire, Id., Or. VII 8, qualifie sobrement Constance de « grand empereur ».

34 Id., Or. XLIII 30, tr. J. Bernardi : « […] c’était le roi, plein d’amour de l’or et de haine du Christ, qui était en proie à deux très graves maladies : la cupidité et le blasphème ». Ibid., 43.

35 Sur l’épisode précédent, voir p. 408. Ammien Marcellin, Histoire, XXII ix 3-13.

36 Sozomène, HE V 4, 1-5 ; Théodore le Lecteur, HE 126 ; Théophane, Chronographia, A. M. 5853, t. I, p. 48.

37 Julien, Ep. 78.

38 Grégoire de Nazianze, Or. XVIII 34. Ni Seeck, Regesten, p. 210, ni Bidez, Julien, p. 276, n’évoquent la présence de Julien à Césarée.

39 Ammien Marcellin, Histoire, XXV x 6. CTh XV 1, 10 : voir Seeck, Regesten, p. 70, p. 108 : c’est une constitution qui fait plusieurs fois difficulté, en raison de sa localisation erronée (AQUIL. pour ARCIL. suivant la rectification de Seeck), de sa datation inexacte et contradictoire (le 7 décembre 362 à en croire les consuls cités, le 7 décembre 363 selon le destinataire de la constitution, Rufin), de l’absence de toute titulature concernant Rufin (comte d’Orient depuis le début de l’année 363 jusqu’en avril 364). Il semble néanmoins que l’hypothèse de Seeck soit juste au regard de l’itinéraire mentionné par Ammien Marcellin.

40 Libanios, Or. XVI 14.

41 Grégoire de Nazianze, Or. IV 92.

42 Id., Or. XVIII 34 (PG 35, col. 1029B).

43 Sozomène, HE V 4, 2. Hypothèse de Van Dam, Kingdom of Snow, p. 99 : en détruisant le temple de la Fortune, les habitants de Césarée ont peut-être réagi à la visite de Julianus, oncle de Julien, chargé de restaurer les cultes païens à Antioche.

44 Théophane, Chronographia, A. M. 5853, t. I, p. 48.

45 Après Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 594-595, Vogler, Les gouverneurs et leurs bureaux au Bas-Empire romain, p. 53-69, compare la condition des officiales à celle des curiales, les uns et les autres pouvant être tentés d’abandonner leur état. Même remarque de Palme, Die Officia der Statthalter, p. 118-119.

46 Julien, Ep. 84. Grégoire de Nazianze, Or. V 40.

47 Sozomène, HE V 3, 5.

48 Julien, Ep. 115 (Édesse) ; Ammien Marcellin, Histoire, XXII xiii.

49 Des tensions similaires entre le conseil de la cité et Gallus aboutirent, en 354, à l’emprisonne­ment des principaux curiales. Sur la dégradation des relations de Julien avec les curiales d’Antioche au moment de la crise de 362-363, voir Petit, Libanius et la vie municipale à Antioche, p. 109-118, p. 206-207, et J. H. W. G. Liebeschutz, Antioch. City and Imperial Administration in the Later Roman Empire, Oxford 1972, p. 127-130.

50 Sozomène, HE V 3, 6-9.

51 Id., HE V 11, 4.

52 Id., HE V 11, 7-8.

53 Julien, Ep. 78, tr. J. Bidez : « […] Jusqu’ici [Tyane] je ne vois que des gens qui refusent de sacrifier, ou bien un petit nombre qui voudrait le faire, mais qui ne sait comment s’y prendre. »

54 E. Päck, Städte und Steuern in der Politik Julians. Untersuchungen zu den Quellen eines Kaiserbildes, Bruxelles 1986 (Latomus 194), ne commente pas le fait que la cité de Césarée aurait été privée de son statut.

55 PLRE I, Procopius 4; RE 23, 1957, col. 252-256, Prokopios 2.

56 Sur les modalités de sa prétendue légitimité, voir Norman J. E. Austin, A Usurper’s Claim to Legitimacy Procopius in A. D. 365/6, Rivista Storia dell’ Antichità 2, 1972, p. 187-194.

57 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI vi 4, tr. M.-A. Marié.

58 Zosime, Histoire nouvelle, IV iv 3.

59 Philostorge, HE IX 5 et 6 : récit conforme, dans sa ligne générale, à celui d’Ammien Marcellin, sur certains détails à celui de Zosime. Sur les fonctionnaires qui participèrent ou furent associés à l’usurpation de Procope, voir R. Delmaire, Les usurpateurs du Bas-Empire et le recrutement des fonctionnaires (Essai de réflexion sur les assises du pouvoir et leurs limites), Usurpationen in der Spätantike, éd. F. Paschoud et J. Szidat, Stuttgart 1997, p. 118-120 (Historia. Einzelschriften 111).

60 CTh XII 6, 5 : Seeck, Regesten, p. 227, p. 33 (correction de la date, du 4 juillet au 2 novem­bre 365 : Valens ne peut être à Césarée le 4 juillet, sa présence est encore attestée à Constantinople le 30 juillet).

61 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI vii 2.

62 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 31-33 ; Ep. 16. Voir aussi Sozomène, HE VI 15 qui donne un récit très proche de celui de Grégoire.

63 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 33, tr. J. Bernardi : « Ils se retirèrent donc sur cet échec et ces misérables furent alors pour la première fois misérablement couverts de honte et battus ; ils avaient aussi appris qu’il n’est pas facile de mépriser les Cappadociens […], ces Cappadociens qui n’ont rien qui leur soit propre comme l’indestructibilité de leur foi et leur fidélité sincère à la Trinité. »

64 Voir chapitre II, p. 117-119.

65 Kandidos, Fragmenta, 1 ; Évagre, HE III 26 (Allen, Evagrius Scholasticus, p. 139) ; Jean d’Antioche, Fragmenta, 211, 4, FHG, t. IV, p. 619. Voir également Malchus, Fragmenta 1 et 22, FCH, t. II, p. 402-403, p. 450-451 ; Théodore le Lecteur, HE 419-420. Voir PLRE II, Fl. Marcianus 17.

66 Julien, Or. V 3 ; Ammien Marcellin, Histoire, XV ii 7 ; Sozomène, HE V 2, 9 ; Théodore le Lecteur, HE 120.

67 Théophane, Chronographia, A. M. 5940, t. I, p. 99.

68 Kandidos, Fragmenta, 1 ; Chronicon Paschale, 478, p. 602 ; Évagre, HE III 8 (à Koukousos et non à Limnai) ; Malalas, Chronographia, XV 5 ; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 476, 1 ; Procope, De bello vandalico, III 24 ; Théodore le Lecteur, HE 414 ; Victor de Tunnuna, Chro­nique, 47 (ad a. 476) : à Sasima. Références complètes dans PLRE II, Fl. Basiliscus 2.

69 Évagre, HE III 26 ; Jean d’Antioche, Fragmenta, 211, 4, FHG, t. IV, p. 619.

70 Athanase, Apologia de fuga sua, 3 ; Socrate, HE II 26, 6 ; Théodoret de Cyr, HE II 5, 2 ; Vie de Paul de Constantinople (BHG 1472a), 25, 37.

71 Jérôme, De viris illustribus, 96, 1.

72 Philostorge, HE X 6.

73 ACO I 4, n° 279, 3, p. 203.

74 Koukousos : Jean Chrysostome, Ep. 25, 84, 87, 88, 108, 109, 114, 115, 121, 125, 131, 221, 232, 234. Arabissos : Id., Ep. 69, 131. Koukousos est explicitement désigné par Jean Chrysostome comme le lieu de son assignation, au contraire d’Arabissos qui semble constituer une simple étape.

75 Valentinien : Sozomène, HE VI 6, 6. Mélétios de Mopsueste : ACO I 4, n° 279, 6, p. 203.

76 Voir Kleinfeller, Deportatio in insulam, RE 5, 1, col. 231-233, 1903 ; T. Mommsen, Le droit pénal romain, t. III, tr. fr. J. Duquesne, Paris 1907, p. 309-329.

77 CTh XVI 5, 53 (398), où les complices de Jovinien furent condamnés à la déportation à perpétuité dans des îles solitaires et éloignées les unes des autres (solitariis et longo spatio inter se positis insulis) ; CTh IX 38, 10 (405) qui mentionne les insulae ou les loca desolata.

78 Boa : CTh XVI 5, 53 (398) ; Chypre, lieu de déportation d’Eutrope : CTh IX 40, 17 (399) ; Gypsos, des mines d’Égypte : CJ IX 47, 26 (sous Justinien et le préfet du prétoire d’Orient Ménas) ; l’Oasis qui désigne l’ensemble des oasis du désert libyen : CTh IX 32, 1 = CJ IX 38, 1 (409), CJ IX 47, 26 (sous Justinien et le préfet du prétoire d’Orient Ménas).

79 L’Oasis : Sozomène, HE VIII 7, 2 et Zosime, Histoire nouvelle, V ix 5 (assignation à demeure de Timasios à la suite des intrigues d’Eutrope) ; Socrate, HE VII 34, 11 ; Évagre, HE I 7 (Nestorius) ; Théodore le Lecteur, HE 443 (exil de Kalandiôn par Zénon) et 481 (bannissement de Dorothée par Anastase). Boa : Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII i 23 (relégation par le Sénat de Rome du proconsul d’Afrique, Hymétius, condamné pour détournement de fonds et haute trahison, sous Valentinien). Bretagne : Ammien Marcellin, Histoire, XXVIII i 21 (exil, dans la même affaire, de Frontinus, conseiller d’Hymétius). Chypre : Philostorge, HE XI 6 ; Zosime, Histoire nouvelle, X xviii 1 (condamnation d’Eutrope). Les îles sans autres précisions : Ammien Marcellin, Histoire, XIV v 3 (entre autres condamnations des partisans de Magnence, la relégation dans une île déserte), XXVI x 7 (déportation sur une île d’Araxios, partisan de Procope) ; Socrate, HE IV 24, 12-13 (exil de Macaire et de différents moines).

80 Chersonèse : Ammien Marcellin, Histoire, XXVI x 8 (relégation, à la faveur des procès intentés aux hommes de Procope, de Phronimius, ancien partisan de Julien).

81 Arius est banni à Gallinaria, dans une île de la mer Tyrrhénienne (Sozomène, HE III 14, 40), Athanase en Gaule ; inversement les évêques de Verceil et de Cagliari sont exilés en Asie Mineure et en Égypte : voir Martin, Athanase d’Alexandrie, p. 542-543, n. 4. Si les textes précisent rarement la région d’exil, c’est que celle-ci n’est pas nécessairement définie : la condamnation équivaut alors à un bannissement, d’une cité ou d’une province, et non à un internement dans une place donnée. Sur cette distinction, voir T. Mommsen, Le droit pénal romain, t. III, p. 310 (cité p. 400, n. 76).

82 Sozomène, HE IV 11, 3 et Théodore le Lecteur, HE 94 (Libère) ; Sozomène, HE VI 13, 4 et Théodore le Lecteur, HE 174 (Eustathe). Pour Eusèbe de Césarée, Vita Constantini, III 39, Eustathe aurait été exilé par Constantin à Trajanopolis en Thrace (voir également Jérôme, De viris illustribus, 85, 1). En Thrace, sans autre précision : Théodore le Lecteur, HE 178 (exil d’Eusèbe de Samosate sur ordre de Valens).

83 Malalas, Chronographia, XV 6. Voir Théophane, Chronographia, A. M. 5969, t. I, p. 125 (exil de Pierre le Foulon à Pityous).

84 Malalas, Chronographia, XVI 11 (Euphémios) ; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 511 (Makédonios).

85 Théodore le Lecteur, HE 362 (Dioscore) et 380 (Timothée Élure).

86 Sozomène, HE VIII 28, 2 et Théodore le Lecteur, HE 298.

87 ACO I 1 iii, p. 67 (Nestorius, relégué ultérieurement dans l’Oasis) ; Malalas, Chronographia, XVI 5 (un escroc) ; ibid., XVI 11 (Flavien) ; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 512, 9 (Flavien et Jean).

88 Sidon : Zosime, Histoire nouvelle, V x (assignation à résidence, sur ordre d’Arcadius, du consul Abundantius, lui-même originaire de Scythie). Dolichè : Théodore le Lecteur, HE 356 (exil d’Eutychès par Marcien) ; Sardique : Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 519, 2 (exil, sous Justin, des cubiculaires Misahel et Ardabur).

89 ACO I 4, p. 25.

90 ACO I 4, n° 279, 6, p. 203. Voir Histoire du christianisme, t. III, p. 23.

91 Théophane, Chronographia, A. M. 5969, t. I, p. 125.

92 Marcellinus Comes, Chronicon, ad a. 511; Théophane, Chronographia, A. M. 6004, t. I, p. 155 (Makédonios). Évagre, HE II 5; Théodore le Lecteur, HE 362; Théophane, Chronographia, A. M. 5944, t. I, p. 106; Zacharie de Mytilène, HE III 1 (Dioscore d’Alexandrie). Évagre, HE II 5 ; Théodore le Lecteur, HE 380 ; Théophane, Chronographia, A. M. 5952, t. I, p. 112 ; Zacharie de Mytilène, HE IV 7 et 11 (Timothée Élure). Théophane, Chronographia, A. M. 6008, t. I, p. 165 (Philoxène).

93 ACO I 4, n° 279, p. 203.

94 Philostorge, HE X 6.

95 Jérôme, De viris illustribus, 96.

96 Par exemple, Jean Chrysostome, Ep. 25, col. 626 (à l’évêque Elpidios) : « […] l’isolement de ce lieu, la crainte des voleurs qui exacerbe celui-ci, enfin la saison qui bloque les routes rendent Koukousos inaccessible à tous ».

97 Ainsi que l’Oasis : Nestorius fut enlevé au cours d’une expédition des Blemmyes dirigée contre celle-ci (Évagre, HE I 7).

98 Philostorge, HE X 6.

99 Jean Chrysostome, Ep. 120, 121 et 221.

100 Théophane, Chronographia, A. M. 5952, t. I, p. 112.

101 Sur les deux exils de Paul de Constantinople, en 337-338 et 344-350, voir l’analyse de Dagron, Naissance d’une capitale, p. 425-435.

102 Alan Cameron, The Empress and the Poet: Paganism and Politics at the Court of Theodosius II, Yale Classical Studies 27, 1982, p. 256-264, repris dans Literature and Society in the Early Byzantine World, Londres 1985 (Variorum Reprints. CS 209), III, a fait justice de l’accusation d’adultère portée contre Paulin et Eudocie, en faisant une seule et même lecture politique des mises à l’écart successives de Kyros, de Paulin, de Pulchérie et d’Eudocie au profit de l’eunuque Chrysaphios. Il conteste de ce fait le synchronisme de la condamnation de Paulin et du départ d’Eudocie pour Jérusalem.

103 Malalas, Chronographia, XV 5 ; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 476, 1 ; Chronicon Paschale, 478, p. 602. Victor de Tunnuna, Chronique, 47 (ad a. 476). Évagre, HE III 8 ; Théo­phane, Chronographia, A. M. 5969, t. I, p. 124 (mention de Koukousos de Cappadoce).

104 Sur Marcien, PLRE II, Fl. Marcianus 17.

105 Kandidos, Fragmenta, 1 (la Cappadoce est mentionnée globalement) ; Évagre, HE III 26 ; Jean d’Antioche, Fragmenta, 211, 4, FHG, t. IV, p. 619 ; Théophane, Chronographia, A. M. 5971, t. I, p. 127 (le récit, en évoquant le bannissement de Marcien au château de Papyrion en Cappadoce, est là encore inexact parce que trop rapide).

106 Justinien bannit Éphrem à Alexandrie (Chronicon Paschale, 532, p. 628), Jean le Cappadocien à Cyzique, puis à Antinoé (Malalas, Chronographia, XVIII 89).

107 Sur l’acception à donner à ce terme, dont la signification traditionnelle a été mise en cause par B. Isaac, The Limits of Empire. The Roman Army in the East, Oxford 1992, voir Carrié et Rousselle, Empire romain en mutation, p. 616-621, p. 765 et, en Asie Mineure orientale, Zuckerman, Dispositif frontalier en Arménie, p. 113-123.

108 Exposé classique dans Mitford, Cappadocia and Armenia Minor. Voir J. Crow, A Review of the Physical Remains of the Frontiers of Cappadocia, The Defence of the Roman and Byzantine East, éd. P. Freeman et D. Kennedy, Ankara 1986 (BAR International Series 297), t. 1, p. 77-91 (inventaire « pessimiste » des vestiges épigraphiques et archéologiques, de Trébizonde à Mélitène); Wheeler, Rethinking the Upper Euphrates Frontier, p. 505-511; Id., From Pityus to Zeugma: Th e Northern Sector of the Eastern Frontier 1983-1996, Roman Frontier Studies, éd. N. Gudea, Zalau 1999, p. 215-230, particulièrement p. 222-224. Il n’est pas jusqu’à D. H. French qui mette indirectement en cause l’importance du limes de l’Euphrate dans une étude sur Amasée, en montrant que la présence de celui-ci ne s’y fait nullement sentir (ce qu’il interprète comme la conséquence de la faiblesse des liens entre le gouvernement impérial et les provinciaux) : D. H. French, Cappadocia and the Eastern Limes : Aspects of Romanisation at Amaseia in Cappadocia, The Defence of the Roman and Byzantine East, éd. P. Freeman et D. Kennedy, Ankara 1986 (BAR International Series 297), t. 1, p. 277-285.

109 Mélitène est principalement mentionnée dans les sources ecclésiastiques du ive et du ve siècle. Sur les vestiges archéologiques et épigraphiques de la ville, voir Mitford, Cappadocia and Armenia Minor, p. 1186 et T. B. Mitford, Further Inscriptions from the Cappadocian Limes, ZPE 71, 1988, p. 167-179.

110 Il s’agit, selon Blockley, East Roman Foreign Policy, p. 12, de deux manières de répondre à la menace perse résurgente en Mésopotamie et en Arménie. Sur Hannibalianus, O. Seeck, RE 7, 2, col. 2352-2353 ; PLRE I, Hannibalianus 2. Sur le titre de roi qui lui fut accordé, Origo Constantini imperatoris, 6, 35 (« Il institua le frère de celui-ci, Hannibalianus, après lui avoir donné sa fille Consantiana, roi des rois et des nations pontiques »), Ammien Marcellin, Histoire, XIV i 2, et Chronicon Paschale, 335, p. 532. Voir Barnes, Constantine and Eusebius, p. 259 et R. Klein, Die Kämpfe um die Nachfolge nach dem Tode Constantins des Grossen, Byz. Forsch., 6 1979, p. 109-110.

111 Chronicon Paschale, 335, p. 532.

112 Origo Constantini imperatoris, 6, 35. R. H. Hewsen, The Successors of Tiridate the Great : A Contribution to the History of Armenia in the Fourth Century, REArm., Nouvelle série 13, 1978-1979, p. 110, affirme que le titre de « roi des rois » est traditionnellement accordé par Rome au seul souverain arménien. Il reprend en fait l’allégation de N. H. Baynes, JRS 21, 1931, p. 134 (revue de La vie de l’empereur Julien, de J. Bidez), selon laquelle le titre est emprunté au protocole arménien, et non perse, sans que la moindre référence ne soit avancée. Même propos dans Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 130. Pour Barnes, Constantine and Eusebius, p. 259, p. 397, n. 151, en accord avec O. Seeck, le titre de « roi des rois » qui lui est alors conféré et des monnaies de Constantinople qui portent au droit l’inscription Regi Hannibaliano et au revers une représentation de l’Euphrate (Royal Imperial Coinage, 7 584, 589 f.) montreraient qu’Hannibalianus aurait été désigné par Constantin comme roi des Perses, et non comme roi d’Arménie. Voir aussi E. Chrysos, The Title BAΣIΛEϓΣ in Early Byzantine International Relations, DOP 32, 1978, p. 35-38 et le commentaire d’I. König, dans Origo Constantini : Anonymus Valesianus, p. 182-184. La titulature conférée par l’Origo Constantini Imperatoris à Hannibalianus est explicitée par l’Epitome de Caesaribus.

113 Epitome de Caesaribus, 41, 20, tr. M. Festy (« l’Arménie et les nations alliées d’alentour »), p. 196, n. 31 (circum socias plutôt que circumsocias qui est un hapax) – pour M. Festy, l’expression peut désigner l’Ibérie. Sur l’auteur, qui n’est pas Aurelius Victor, et l’œuvre, rédigée entre 395 et 408, voir T. D. Barnes, The Epitome de Caesaribus and its Sources, Classical Philology 71, 1976, p. 258-268 ; Epitome de Caesaribus, vii-lx.

114 Ammien Marcellin, Histoire, XIV i 2. Voir aussi Zosime, Histoire nouvelle, II xxxix 2 ; Philostorge, HE III 22.

115 Polemius Silvius, Laterculus, III 63. Sur cet auteur, voir A. Chastagnol, Notes chronologiques sur l’Histoire Auguste et le Laterculus de Polemius Silvius, Historia 4, 1955, p. 173-188 et R. Burgess, Principes cum tyrannis: Two Studies on the Kaisergeschichte and its Tradition, Classical Quaterly 43, 1993, p. 491-500. E. Chrysos et I. König (voir n. 112) préfèrent cette version à celle de l’Origo Constantini Imperatoris.

116 W. Ensslin, Zu dem vermuteten Perserfeldzug des rex Hannibalianus, Klio 29, 1936, p. 102-110.

117 Voir l’exposé des opinions contradictoires par N. Garsoïan, dans Pseudo-Faustus de Byzance, The Epic Histories, p. 352, p. 414-415, p. 429-430 et R. H. Hewsen, The Successors of Tiridate the Great (cité p. 405, n. 112), p. 109-110. La nomination d’Hannibalianus comme roi d’Arménie ne se comprend que dans le cas d’un effondrement, momentané, de la dynastie arsacide, survenu, selon R. H. Hewsen, à l’occasion de l’affrontement, en Arménie, entre les partis pro-perse et pro-romain, après la mort de Tiridate le Grand en 330.

118 Zuckerman, Sur la Liste de Vérone, p. 628-635.

119 Inventaire de ce qui est encore ignoré du massacre des Constantinides par J. W. Leedom, Constantius II : Three Revisions, Byz. 48, 1978, p. 132-135. La localisation et la chronologie des assassinats demeurent inconnues. Sur cette dernière, voir Pietri, Politique de Constance II, p. 121-124 : la tentative de reconstitution n’est pas totalement satisfaisante, elle bouleverse l’ordre d’énumération de Zosime.

120 En faveur de Constantinople, voir Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 131 et Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 112. Barnes, Athanasius and Constantius, p. 35, note simplement que la plupart des Constantinides ont été assassinés à Constantinople.

121 Zosime, Histoire nouvelle, II xl 3.

122 Julien, Or. I 15. Julien ne nomme pas ce souverain : pour N. Garsoïan, dans Pseudo-Faustus de Byzance, The Epic Histories, p. 352, p. 414, il s’agit le plus probablement de Tiran, et non de son fils Aršak, à l’inverse de ce que P. Peeters a soutenu dans L’intervention politique de Constance II dans la Grande Arménie en 338, Académie royale de Belgique. Bulletins de la classe des lettres et des sciences morales et politiques, 5e série, 17, 1931, p. 10-47, et de ce que soutient R. S. Hewsen, The Successors of Tiridate the Great (cité p. 405, n. 112), p. 111.

123 Julien, Or. I 15, qui donne une chronologie approximative des événements. Conclusion identique dans Barnes, Imperial Chronology, p. 162. Datation divergente dans Blockley, Constantius II and Persia, p. 470, qui place en 339 le rétablissement d’Aršak à la tête du royaume.

124 Athanase d’Alexandrie, Apologie à l’empereur Constance, 5, affirme avoir eu trois entrevues avec l’empereur : une première fois à Viminacium, en Mésie Supérieure, tandis qu’il revenait d’exil à la mort de Constantin, une deuxième à Césarée de Cappadoce et une dernière à Antioche, en 346, à son deuxième retour d’exil. Avant son départ pour l’Occident, en 339, où il demeura jusqu’en 346, Athanase ne put traverser la Cappadoce qu’en 337 ou 338, soit qu’en route pour Alexandrie il se fût arrêté à Césarée, soit qu’il s’y fût rendu ultérieurement depuis l’Égypte, soucieux, après l’élimination de Paul de Constantinople, de faire confirmer ses droits par l’empereur. Constance lui-même, après avoir retrouvé ses deux frères en Pannonie, était à Antioche le 11 octobre 338 (CTh XII 1, 23, et Seeck, Regesten, p. 186), il y demeura jusqu’en 349, à une exception près (il se rendit en 342 à Constantinople). Voir Martin, Athanase d’Alexandrie, p. 394-395, n. 7 et 8 (337) ; Barnes, Athanasius and Constantius, p. 34-46 (338).

125 Une hypothèse que Pietri, Politique de Constance II, p. 124, et Barnes, Athanasius and Constantius, p. 42, ont également formulée, sans prendre en compte cependant le précédent d’Hanniba­lianus. A. Piganiol, L’Empire chrétien (325-395), Paris 1947, 1972 (Collection hier), p. 63, p. 83, en conclut l’exécution d’Hannibalianus à Césarée.

126 Ammien Marcellin, Histoire, XX ix 1.

127 Seeck, Regesten, p. 207.

128 Ammien Marcellin, Histoire, XX xi 4-6.

129 Ibid., XX xi 4 et ix 1-5.

130 Ibid., XXVII xii 9. Voir Blockley, East Roman Foreign Policy, p. 34-35.

131 Voir chapitre V, p. 254-256.

132 Voir R. Blockley, The Division of Armenia between the Romans and the Persians at the End of the Fourth Century A. D., Historia 36, 1987, p. 222-234.

133 Foss, Ankara, p. 33-34, n. 19, suivi par Mitchell, Anatolia, t. II, p. 74, p. 93. Les deux auteurs sont néanmoins prudents, considérant comme possible que le quartier général du vicaire du diocèse du Pont ait été à Ancyre. Avis également nuancé de Dagron, Naissance d’une capitale, p. 476 : « Césarée n’est qu’une résidence du vicaire du Pont et partage peut-être ce privilège avec Ancyre. »

134 Vie de Clément d’Ancyre (BHG 353), XIV, PG 114, col. 825C. Vie de Platon (BHG 1550), PG 115, col. 404C-405A.

135 Basile, Ep. 237 (sur la même affaire, Id., Ep. 225).

136 Nov. VIII 3.

137 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 55 et 57.

138 Nov. VIII 2. Le gouverneur de Phrygie Pacatienne hérita de la dignité du vicaire du diocèse d’Asie en raison du cumul, antérieurement à 535, du vicariat et du gouvernement de cette province : voir Feissel, Vicaires et proconsuls d’Asie, p. 102.

139 Nous ne mentionnons pas, à l’appui de cette hypothèse, le témoignage de Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX, 3f, qui ne semble pas avoir évoqué, à cette occasion, les membres du bureau du vicaire. À titre de comparaison, C. Lepelley, Quelques aspects de l’administration des provinces romaines d’Afrique avant la conquête vandale, AnTard 10 : L’Afrique vandale et byzantine (1re partie), 2002, p. 69-71 : confronté à la difficulté à localiser la résidence du vicaire du diocèse d’Afrique – Cirta Constantine et/ou Carthage ? –, l’auteur conclut que « la question du lieu de résidence est complexe, et que la réglementation à ce sujet a pu varier au cours de la période ».

140 Grégoire de Nazianze, Ep. 225, tr. P. Gallay. Sur Hellébichos, voir M.-M. Hauser-Meury, Prosopographie, Hellebicus, p. 96 (magister utriusque militiae per Orientem).

141 Jean d’Éphèse, HE VI 14, 27. Voir J. F. Haldon, Recruitment and Conscription in the Byzan­tine Army c. 550-950. A Study on the Origins of the Stratiotika Ktemata, Vienne 1979 (Österreichische Akademie der Wissenschaften. Philosophisch-historische Klasse. Sitzungsberichte 357), p. 22.

142 Voir chapitre VI, p. 332, n. 61, p. 347-348, p. 362-363.

143 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 1 (encore que Cyrille de Scythopolis écrive que Jean a été enrôlé à Alexandrie dans le numerus des Isauriens).

144 Sur ces trois martyrs qui sont considérés comme étant cappadociens, pour avoir été originaires de la région et pour y avoir péri, voir chapitre V, p. 309, 315-317. Dans son étude intitulée Les légendes grecques des saints militaires, H. Delehaye cite plusieurs martyrs d’origine cappadocienne.

145 Pour le Haut-Empire, voir M. P. Speidel, The Roman Army in Asia Minor, Recent Epigraphical Discoveries and Research, dans Armies and Frontiers in Roman and Byzantine Anatolia, p. 7-39.

146 Notitia Dignitatum Orientis, XXXVIII. Voir le commentaire de Wheeler, Rethinking the Upper Euphrates Frontier, p. 506-507 (carte), et celui de Zuckerman, Early Byzantine Strongholds in Eastern Pontus, p. 525-540. Tous les toponymes ne sont pas identifiés.

147 Notitia Dignitatum Orientis, XI 26.

148 Sur les fabriques d’armes, voir Delmaire, Institutions, p. 86-90 ; James, Fabricae, p. 257-331. Ce dernier, ibid., p. 265-266, montre que les fabriques d’armes de Nicomédie, d’Édesse, de Damas et d’Antioche ont été créées pendant et à l’initiative de la Tétrarchie suivant les témoignages de Lactance, De la mort des persécuteurs, VII 9 et de Malalas, Chronographia, XII 38 ; du fait de la cohérence de l’implantation géographique des fabriques, il considère que la plupart, voire la totalité de ces fabriques, ont été fondées à la même époque, bien que certaines, comme celle de Césarée, ne soient attestées qu’à la fin du ive siècle.

149 James, Fabricae, p. 261 et n. 63, p. 299.

150 James, Fabricae, p. 263 : il n’y eut aucune fabrique d’armes en Égypte, en Afrique et en Italie péninsulaire, toutes ayant été localisées dans les régions du Rhin, du Danube et de la frontière orientale, comme si leur implantation dans les provinces septentrionales et orientales de l’Empire résultait de la militarisation de ces mêmes provinces.

151 James, Fabricae, p. 267. Sur la production de fer en Cappadoce, Pitarakis, Mines anatoliennes, p. 168-174 ; Teja, Die römische Provinz Kappadokien in der Prinzipatszeit, p. 1097-1102, particulièrement p. 1099.

152 Voir Delmaire, Institutions, p. 89-90, qui accepte les conclusions de S. James sur la datation et la localisation des fabriques d’armes.

153 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 57, tr. J. Bernardi : « Comme un essaim que la fumée a mis en mouvement, ils se dressent et s’insurgent l’un après l’autre, toutes catégories et tous âges réunis, en particulier les personnels de l’armurerie et de l’atelier de tissage royal (οἰ πєρὶ τὴν óπλοποιητικὴν καὶ βασίλєιον ἱστουργικήν), car, en pareil cas, ils s’échauffent particulièrement et ils tirent leur audace de la liberté dont ils jouissent. »

154 La fabrique d’armes est peut-être encore attestée comme étant en fonctionnement au xe siècle : Basile le Minime, métropolite de Césarée sous le règne de Constantin VII, commente en ces termes l’expression utilisée par Grégoire de Nazianze pour désigner les fabricenses : « ceux qui sont appe­lés par nous exkoussatoi ». Voir Basile le Minime, Scolii inediti, p. 30-31. J. F. Haldon, Theory and Practice in Tenth-Century Military Administration. Chapters II, 44 and 45 of the Book of Ceremonies, TM 13, 2000, p. 292 considère que les armuriers, exemptés de certaines obligations fiscales, continuaient de produire des armes et de l’équipement militaire. Sur Basile le Minime et ses commentaires, voir Basilii Minimi in Gregorii Nazianzeni orationem XXXVIII commentarii, éd. T. S. Schmidt, Turnhout, Louvain 2001 (Corpus christianorum. Series Graeca 46. Corpus Nazianzenum 13), p. x-xv.

155 Grégoire de Nazianze, Or. XVIII 28.

156 Basile, Ep. 306, adressée au gouverneur de Sébaste : décès à Sébaste d’un homme d’Alexandrie à l’occasion du séjour de l’armée dans la ville. Sur le thème des abus des soldats dans les discours de Basile, voir Mitchell, Anatolia, t. II, p. 75, qui cite notamment Basile, De virginitate, 15, PG 30, col. 700D-701A (immixtion des soldats chez les particuliers).

157 Grégoire de Nysse, Vie de Macrine, 36, interprété par Zuckerman, Early Byzantine Strongholds in Eastern Pontus, p. 532 : une garnison permanente, mentionnée par Grégoire de Nysse et dans la Notitia Dignitatum (comme cohors prima Claudia equitata), réside à Sébastopolis du Pont.

158 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX, 2b.

159 Exemple d’Anemurium en Isaurie dans J. Russell, The Military Garrison of Anemurium during the Reign of Arcadius, XI Congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina, II, Rome 1999, p. 721-727 (on ne peut cependant considérer également les provinces d’Isaurie et de Cappadoce dans le dernier quart du ive siècle, la première étant dotée de plusieurs légions).

160 Voir Delmaire, Institutions, p. 89-90 (« [c]haque fabrique est dirigée par un tribun ou préposé […] ») ; James, Fabricae, p. 277, considère en revanche que le responsable d’une fabrique est désigné comme praepositus fabricae, le titre de tribun n’étant utilisé que par Ammien Marcellin.

161 Firmos, Ep. 12, tr. M.-A. Calvet-Sébasti et P.-L. Gatier.

162 Voir Mitchell, Anatolia, t. II, p. 75 : « Des soldats étaient déployés en permanence dans plu­sieurs cités provinciales. » L’auteur cite divers exemples en Phrygie, en Lycaonie et en Galatie.

163 Voir Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 77-103 : route C1 (Ancyre-Césarée-Mélitène), la route la plus importante à l’époque byzantine avec la diagonale Constantinople-Pyles ciliciennes.

164 CTh VI 13, 1 (413) = CJ XII 11, 1 (les comites Aegypti vel Ponticae dioceseos sont d’un rang supérieur aux duces). La loi fait mention du diocèse du Pont et non de la province du Pont.

165 Voir RE 4, 1901, col. 661, n° 71, qui suppose que le commandement du dux Armeniae a été élargi à tout le diocèse du Pont dans des circonstances inconnues. PLRE II ne mentionne aucun titu­laire de cette fonction. Sur le comte d’Égypte, voir Carrié, Séparation ou cumul ?, p. 108-111.

166 Notitia Dignitatum Orientis, I 35-37, 49-50.

167 CJ XII 59, 10, §5. Voir Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 223-224, p. 609.

168 Sur les différentes troupes qui stationnaient en Isaurie pour contrer les raids des Isauriens, voir H. Hellenkemper, Legionen in Bandenkrieg – Isaurien im 4. Jahrhundert, dans Studien zu den Militärgrenzen Roms III, Stuttgart 1986, p. 625-634. Firmos de Césarée, dans sa première lettre, remercie un certain Achille pour avoir pacifié des confins, une cité et un défilé du Taurus. Ce personnage était-il comes dioceseos ponticae ?

169 Plusieurs inscriptions font néanmoins connaître des soldats qui habitèrent, à un titre ou à un autre, la région de Tyane, principalement au Haut-Empire. Voir Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 226-230, n° 53-56 (époque impériale), p. 278, n° 119 (époque impériale), p. 285, n° 128 (époque impériale), p. 259-263, n° 101 et 102 (antiquité tardive). Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 502-504, soulignent l’importance militaire de Tyane au Haut-Empire.

170 Théodoret de Cyr, Epistulae, t. IV Ep. 7. Voir le commentaire de Y. Azéma, p. 157, n. 5 : « Ce personnage et son titre de comte sont confirmés par Sévère d’Antioche, Contra impium grammaticum 3, 10 […] qui cite une lettre de Cyrille. Il n’est pas nécessaire de supposer qu’il est praeses d’Isaurie comme le fait PLRE II, Longinus 1 ; il peut s’agir d’un notable gratifié du titre de comte […] et son intervention à Tyane se fait avec des fidèles ou des clercs venus d’Isaurie, non pas avec des troupes, qu’un gouverneur d’Isaurie n’aurait pas pu sortir de sa province. » Environ dix ans plus tard, le Cappadocien Jean Konôn appartenait au numerus des Isauriens. Sous Zénon, la forteresse de Limnai dans laquelle fut enfermé Basiliskos était gardée par des soldats isauriens : Malalas, Chronographia, XV 5.

171 Nov. XXX 1, 1. Nov. XXX 5, 6, 7.

172 En d’autres provinces du diocèse du Pont, les gouverneurs eurent un commandement civil et militaire : Nov. VIII 3 (Galatie I), Nov. XXVIII 3 (Hélénopont), Nov. XXIX 3 (Paphlagonie), Nov. XXXI 3 (Arménie III). Voir encore Carrié, Séparation ou cumul ?, p. 116 ; Stein, Histoire du Bas-Empire, t. II, p. 466. Le comte de Galatie I semble avoir hérité, dans les limites de sa province, du vicaire du diocèse pontique le commandement des soldats (Nov. VIII 3). Foss, Ankara, p. 55, mentionne en outre le fait que des domestici et des protectores stationnaient en Galatie d’apres Procope, Histoire secrète, XXIV 25. L’Hélénopont et l’Arménie III appartenaient respectivement aux ressorts du dux utriusque Ponti et du dux utriusque Armeniae. Seules la Paphlagonie et la Cappadoce semblent avoir été dépourvues d’autorité militaire. En ces deux provinces (comme dans l’Hélénopont) sont précisément attestés des domaines impériaux. Pour la Paphlagonie, voir Feissel et Kaygusuz, Mandement impérial du vie siècle, p. 416-417 (Nov. XXIX 4).

173 Novelle de Théodose, V 3 (441) analysée par Zuckerman, Dispositif frontalier en Arménie, p. 109-110.

174 Nov. XXIV 1.

175 On a vu que le comte des maisons divines exerçait, en 536 et probablement avant, sa juridiction en dehors des provinces de Cappadoce. Il était en outre spectabilis d’après CJ III 26, 11 (442), comme, semble-t-il, les comtes d’Égypte et du diocèse du Pont. Sur le rang du comte d’Égypte, voir Carrié, Séparation ou cumul ?, p. 111.

176 Zuckerman, Dispositif frontalier en Arménie, p. 126.

177 Carrié, Séparation ou cumul ?, p. 116 : « Justinien a donc traité les territoires d’Égypte comme des provinces à faible risque militaire, où la présence de troupes se justifiait essentiellement par des raisons de maintien de l’ordre intérieur. Comme l’a remarqué Jones (p. 282), le principe de séparation des autorités civiles et militaires était par contre maintenu dans les provinces réellement exposées, comme les Arménie Première et Quatrième […]. » Hormis la dénonciation, sous Justinien, des violences perpétrées par les puissants, le banditisme n’est attesté qu’au ive siècle dans les provinces de Cappadoce et dans les régions voisines. Voir Basile, Ep. 3.

178 Nov. XXX 7, 1.

179 Grégoire de Nazianze, Or. V 15. Sur Libanios, voir Dagron, Thémistios, p. 92-95.

180 Grégoire de Nazianze, Ep. 141, 3.

181 Sur les campagnes sassanides et gothiques, sur l’invasion de Zénobie, voir Teja, Die römische Provinz Kappadokien in der Prinzipatszeit, p. 1087-1090. Sur une invasion supposée du temps de Dioclétien, voir Zuckerman, Early Byzantine Strongholds in Eastern Pontus, p. 532.

182 Voir Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 84-103 : route C1 (Césarée-Mélitène), attestée au ive siècle par l’Itinerarium Antonini et la Tabula Peutingeriana.

183 Malalas, Chronographia, XIII 40. Voir TIB 2, p. 68.

184 Strabon, Géographie, XII 3, 18 (mention des Sannoi).

185 Voir Herrmann, Makrones, RE 14, 1, col. 815, 1928; Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 271; Zuckerman, Early Byzantine Strongholds in Eastern Pontus, p. 539 (carte avec localisation des Tzanoi). Témoignage de Procope, De aedificiis, III vi : les Tzanoi, un peuple autonome, voisin des Arméniens, vivant de rapines et non de l’agriculture, fut soumis et christianisé sous Justinien. Id., De bello persico, I xv 19-25, II xxix 10, 14, 41, xxx, 13-14. Sur les mentions des Tzanoi au ve siècle, voir Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 291 (en 441), p. 360 (en 469). Autre mention des Tzanoi, sous Anastase, dans Théodore le Lecteur, HE 466.

186 Zuckerman, Early Byzantine Strongholds in Eastern Pontus, p. 533, suppose cependant que Dioclétien a déployé des unités militaires pour faire obstacle aux raids de la tribu voisine des Tzanoi.

187 Jérôme, Ep. 60, 16 (à Héliodore).

188 Claudien, Contre Rufi n, p. 90, avec commentaire de J.-L. Charlet, p. 209-210.

189 Philostorge, HE XI 8.

190 Chronicon ad annum domini 724, p. 106 (« Lors de cette année même vint le peuple maudit des Huns dans les régions des Romains ; ils traversèrent la Sophène, l’Arménie, la Mésopotamie, la Syrie, la Cappadoce, jusqu’à la Galatie ; ils emmenèrent de très nombreux captifs et s’en retournèrent pour regagner leur région »). Blockley, East Roman Foreign Policy, p. 47 : en 395 et 396, raids des Huns à travers le Caucase, l’Arménie et la Mésopotamie jusqu’en Cappadoce, Galatie et Syrie. Voir Socrate, HE VI 1, 6-7 ; Sozomène, HE VIII 1, 2 ; Joshua, Chronique, IX.

191 Grégoire de Nysse, Opera, X 1, p. 59-71. Interprétation des allusions de Grégoire de Nysse dans Zuckerman, Cappadocian Fathers and the Goths, p. 479-486.

192 Basile, Ep. 268, p. 138, l. 24, tr. Y. Courtonne. Voir encore Id., Ep. 215.

193 Voir, en dernier lieu et avec bibliographie, N. Lenski, Basil and the Isaurian Uprising of A.D. 375, Phœnix 53, 1999, p. 317-325 : l’auteur considère qu’il y a bien eu une révolte isau­rienne, en 375, comme Zosime en fait mention et quoiqu’Ammien Marcellin l’ignore, trouvant, entre autres, dans la correspondance de Basile de Césarée des allusions à celle-là. Outre les lettres que nous avons citées, il argue des règles énoncées par Basile concernant « ceux qui marchent contre les brigands » et ceux qui, « pendant l’incursion des barbares, ont violé la foi en Dieu » (Basile, Ep. 217, 55 et 81, tr. Y. Courtonne).

194 Jean Chrysostome, Ep. 20, 25, 30, 35, 42, 49, 52, 56, 57, 61, 68-70, 72, 74, 104, 107, 108­111, 114, 120, 121, 127, 131, 135, 140, 194, 234. L’évêque décrit l’absence ou l’insuffisance des fortifications urbaines qui provoque la fuite des citadins pour les campagnes. Il affirme, dans Ep. 69 et 127, s’être réfugié lui-même dans des ravins et dans des bois. Sozomène, HE VIII 27, 8, prétend que Jean a racheté des prisonniers aux Isauriens.

195 Philostorge, HE XI 8; Sozomène, HE VIII 25, 1; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 405 (pas de localisation des raids isauriens) ; Zosime, Histoire nouvelle, V xxv 1-4. Voir également Eunape, Fragmenta, 71, 4 ; Jérôme, Ep. 114, 1 ; Malalas, Chronographia, XIV 21 (invasion des Isauriens en Pamphylie et en Syrie) ; Iordanis Romana, éd. T. Mommsen, Berlin 1882 (MGH. AA, V 1), 321, p. 41.

196 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX, 2b, tr. A.-M. Malingrey.

197 Sur les raids perpétrés par les Isauriens dans plusieurs provinces de l’Empire en 403-406, voir J. Rougé, L’Histoire Auguste et l’Isaurie au ive siècle, Revue des Études anciennes 68, 1966, p. 297­299 ; Vie et miracle de sainte Thècle, éd., tr. fr. et com. G. Dagron, Paris 1978 (SH 62), p. 113-123; B. D. Shaw, Bandit Highlands and Lowland Peace: the Mountains of Isauria-Cilicia, Journal of the Economic and Social History of the Orient 33, 1990, p. 249; J. Russell, The Military Garrison of Anemurium during the Reign of Arcadius, XI Congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina, II, Rome 1999, p. 721-722.

198 Firmos, Ep. 1; The Oracle of Baalbek. The Tiburtine Sibyl in Greek Dress, p. 15, p. 87-88 : apparition d’un peuple de tyrans qui pillera le Taurus d’Orient, l’Antitaurus d’Arménie et le Liban sous Théodose II et Valentinien III.

199 Jacques d’Édesse, Hymnes de Sévère, 264, PO VII, p. 712 (« Sur la guerre qui fut faite en Cappadoce par les Huns ») ; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 515, 5 (de l’Arménie à la Lycaonie en passant par toute la Cappadoce) ; Malalas, Chronographia, XVI 17 ; Théodore le Lecteur, HE 514 ; Victor de Tunnuna, Chronique, 96 (ad a. 515) ; Évagre, HE III 43. Voir Blockley, East Roman Foreign Policy, p. 93 ; Greatrex, Rome and Persia, p. 125, p. 130 ; Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 105, p. 268 ; Herrmann, RE 1A2, col. 1603-1604, 1920 (localisation des Huns Sabirs dans Procope, De bello persico, II xxix 15, De bello gothico, VIII iii 5 et xi 23).

200 Les auteurs antiques attestent l’existence de places fortes en Cappadoce, outre les villes fortifiées comme Tyane et Césarée : Strabon, Géographie, XII 2, 5, 6 et 9, celle de forts, particulièrement en Cataonie ; Malalas, Chronographia, XV 5, celle de Limnai, qu’il décrit comme étant dotée d’une tour et qu’il désigne du nom de kastron ; Procope, celle de Môkissos – un phrourion –, avant que Justinien n’y effectuât des travaux. Sur les acceptions des termes phrourion et kastron, voir Dagron, La bourgade rurale des ive-viie siècles, p. 44, n. 69. Jean Chrysostome considère également Arabissos d’Arménie II comme un phrourion : Jean Chrysostome, Ep. 68-70, Ep. 131, Ep. 135. Sur les forteresses attestées par l’archéologie, voir Equini Schneider, Varia Cappadocica, p. 105-108 (localisation de la forteresse d’Argos mentionnée par Strabon, Géographie, XII 2, 6), p. 111-151 (les sites de Viranşehir, une partie étant identifiée avec la forteresse de Nora, mentionnée en 321-320, Yenipınar, Keçikalesi, Çömlekçi-Koron et Sivrihisar).

201 Voir Greatrex, Rome and Persia, p. 125 (« On garda longtemps mémoire des dévastations causées par le raid des Huns de 395/6 à travers les provinces orientales de Rome »).

202 Greatrex, Rome and Persia, p. 130, suggère que les Perses ont peut-être détourné vers l’Empire l’invasion des Huns Sabirs.

203 Voir Zuckerman, Dispositif frontalier en Arménie, p. 123-128 : sous Justinien, les garnisons des provinces d’Arménie sont réduites tandis que les fortifications sont multipliées ; le dispositif frontalier privilégie alors les places fortes, avec ou sans garnisons. La défense de Césarée, consolidée à cette date, fut peut-être conçue d’après ce modèle, illustré par Mélitène et Satala (démunies de garnisons). Voir également Dagron, La bourgade rurale des ive-viie siècles, p. 44 : les bourgs bénéficient aussi de ces mesures de fortification.

204 Voir Berger, Viranşehir, p. 368-371, p. 418-421 : l’auteur considère que la nouvelle fondation a été la conséquence du raid des Huns.

205 Joshua, Chronique, L. Kavadh refusa la proposition de Rufin qu’il retint prisonnier. Voir Greatrex, Rome and Persia, p. 76-84; A. D. Lee, Information and Frontiers: Roman Foreign Relations in Late Antiquity, Cambridge 1993, p. 115.

206 Évagre, HE V 14. Jean d’Éphèse, HE VI 8-9 (déroute des Perses après qu’ils ont mis à sac Mélitène) et II 24 (évocation allusive des mêmes événements) ; Théophylacte Simocatta, Histoire, III xiv 11 (défaite des Perses face aux Romains avant que les Perses n’incendient Mélitène) ; Eustratios, Vie d’Eutychios, PG 86, 2, col. 2344B (expédition des Perses contre Sébaste et Mélitène, panique des habitants de Nikopolis, de Néocésarée, de Komana et de Zèla, qui se réfugient à Amasée). Voir Goubert, Byzance avant l’Islam, t. I, p. 70 ; TIB 2, p. 69 ; Whitby, The Emperor Maurice and his Historian, p. 262-266 (datation de la campagne de 576 et non de 575 comme Stein, Studien, p. 65-68, p. 82 n. 6).

207 Jean d’Éphèse, HE VI 14 et 27. Voir Goubert, Byzance avant l’Islam, t. I, p. 74; Whitby, Th e Emperor Maurice and his Historian, p. 268.

208 Théophylacte Simocatta, Histoire, III xvii 5. Voir Goubert, Byzance avant l’Islam, t. I, p. 80; TIB 2, p. 69; Whitby, The Emperor Maurice and his Historian, p. 272.

209 Vie de Théodore de Sykéôn, 120. Sur cette invasion, voir Stratos, Byzantium in the Seventh Century, t. I, p. 71-73, qui suggère que l’invasion des Lazes, qui avaient été libérés par Maurice, eut peut-être pour fin de soutenir le complot perpétré au même moment contre Phocas, étant donné que le gouverneur de Cappadoce fut impliqué dans celui-ci.

210 Agapius, Histoire universelle, p. 450 ; Pseudo-Sébéos, 33-34, t. I, p. 64-67, commentaire, t. II, p. 173 (l’auteur, un contemporain ou un presque contemporain des événements relatés, et le titre original de cette œuvre sont inconnus) ; Théophane, Chronographia, A. M. 6100 et A. M. 6103, t. I, p. 296 et p. 299 ; Vie de Théodore de Sykéôn, 153. Voir TIB 2, p. 69. Sur la prise de Césarée par les Perses, voir Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 81-83 ; Foss, Persians in Asia Minor, p. 722-723 ; W. Kaegi, New Evidence on the Early Reign of Heraclius, BZ 66, 1973, p. 322-323; Stratos, Byzantium in the Seventh Century, t. I, p. 65.

211 Pseudo-Sébéos, 11, t. I, p. 21. Sur Mushel, principalement connu par le Pseudo-Sébéos, voir Goubert, Byzance avant l’Islam, t. I, p. 191-197 (Mouschegh Mamikonian) ; PLRE IIIB, Mushegh Mamikonian, (ce noble arménien, qui accompagna l’armée romaine envoyée par Maurice restaurer Chosroès II en Perse, refusa les propositions que Vahram fit aux Arméniens ; après la défaite de celui-ci, il fut accusé par Chosroès de l’avoir laissé échapper ; à la demande de Maurice, il se rendit à Constantinople avant de s’engager, au service de Byzance, dans une campagne de Thrace où il perdit la vie).

212 Évagre, HE V 19 (« Arabissos, ville de Cappadoce ») ; Jean d’Éphèse, HE III 47, V 22. Voir aussi Eustratios, Vie d’Eutychios, 68-69, PG 86, 2, col. 2352A-2353A ; Jean de Nikiou, Chronique, 94, 23 (qui considère Maurice comme cappadocien et non, précisément, comme originaire d’Arabissos) ; Léon le Grammairien, Chronographia, p. 139 (Maurice était originaire de Cappadoce). Sur l’origine de Maurice et de sa famille, voir Goubert, Byzance avant l’Islam, t. I, p. 36-41 (réfutation de la tradition de l’historiographie arménienne qui fait de Maurice un Arménien selon des auteurs tardifs et plusieurs historiens arméniens, au profit du témoignage de Jean d’Éphèse) ; PLRE IIIB, Fl. Mauricius Tiberius 4, p. 855; Whitby, The Emperor Maurice and his Historian, p. 3-5. Acceptation par ces auteurs du fait que Maurice était natif d’Arabissos.

213 Georges le Moine, Chronique, t. II, p. 662 ; Patria dans Scriptores Originum Constantinopolitanarum, III 13, p. 218. Voir Dagron, Constantinople imaginaire, p. 316 (d’autres empereurs sont désignés par leur origine ethnique dans les Patria : Théodose l’Espagnol, Justin le Thrace, Léon l’Isaurien ou le Syrien). Sur Phocas, voir Goubert, Byzance avant l’Islam, t. I, p. 37 ; PLRE IIIB, Phocas 7, p. 1030; Stratos, Byzantium in the Seventh Century, t. I, p. 57 (« Phocas est originaire de Thrace »).

214 Georges le Moine, Chronique, t. II, p. 666-667.

215 Jean de Nikiou, Chronique, 106, 109. Sur Héraclius, Mango, Deux études, p. 114 ; PLRE IIIB, Heraclius 4, p. 586 (la famille d’Héraclius était en fait originaire d’Arménie, et non de Cappa­doce comme le prétend Jean de Nikiou) et Heraclius 3, p. 584 ; Stratos, Byzantium in the Seventh Century, t. I, p. 80 (le père d’Héraclius est cappadocien d’après Jean de Nikiou, Manassès, Breviarium chronicum, éd. O. Lampsidis, Athènes 1996 (CFHB XXXVI/1. Series Atheniensis), v. 3608 / v. 3664, et non 3644 comme indiqué par l’auteur, et Léon le Grammairien, Chronogra­phia, p. 147 – la référence est fausse).

216 Théophylacte Simocatta, Histoire, III i 1, n’affirme pas qu’Héraclius l’Ancien était arménien, il écrit que Philippikos lui enjoignit de se retirer dans sa cité à son arrivée en Arménie. Pour Mary et Michael Whitby dans Theophylact Simokatta, Histoire, tr. angl., p. 72, Héraclius était probablement magister militum per Armeniam. Mango, Deux études, p. 114, p. 118, argue de l’homonymie et de la conclusion de mariages incestueux dans la famille d’Héraclius pour faire de celui-ci un descendant d’un certain Héraclius d’Édesse qui combattit les Vandales d’Afrique en 468, la célébration de mariages incestueux étant répandue en Osrhoène.

217 Jean de Nikiou, Chronique, 106. Sur l’arrestation à Constantinople de la fiancée et de la mère d’Héraclius par Phocas, Jean d’Antioche, Fragmenta 218f, FHG, t. V, p. 38 ; Théophane, Chronographia, A. M. 6102, t. I, p. 298. Voir PLRE IIIA, Epiphania 1 et Eudocia quae et Fabia ; Stratos, Byzantium in the Seventh Century, t. I, p. 88-89. H. Zotenberg, dans Jean de Nikiou, Chronique, p. 421, n. 1, indique que le passage est très altéré du fait de plusieurs confusions.

218 Jean Moschos, Pré spirituel, 112, tr. M.-J. Rouët de Journel. La suite de l’anecdote justifie et explicite le propos du moine, qui faisait allusion au royaume céleste et non au royaume terrestre. Le Pré spirituel a été rédigé sous le règne d’Héraclius.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540