Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce (ive-vie siècle)

 | 
Sophie Métivier

Chapitre VI. Voyages et migrations des Cappadociens à travers l’Empire

Texte intégral

  • 1 La mobilité des Cappadociens est attestée dès l’époque hellénistique. Voir les témoignages réunis (...)

1La présence des Cappadociens, individuelle le plus souvent, collective parfois, est attestée en différents points de l’Empire, preuve de la mobilité des habitants et de l’ouverture de la région1, bien qu’il soit impossible d’évaluer celles-ci à leur juste mesure, en raison du caractère partiel et arbitraire des témoignages qui nous sont parvenus. Ainsi, de l’ensemble des Cappadociens qui sont cités en dehors du cadre de la région, la quasi-totalité relève-t-elle de l’une ou l’autre des catégories suivantes : apprentis et maîtres du savoir, pèlerins et ascètes, serviteurs de l’État ou de l’Église. En revanche, on n’a conservé nulle trace de marchands, d’artistes ou de médecins cappadociens, à une exception près. La nature des sources suffit à expliquer les caractéristiques professionnelles des voyageurs et des émigrants originaires de Cappadoce.

  • 2 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 147.
  • 3 Sur ce thème, voir Avraméa, Mort loin de la patrie. L’étude tente de réunir l’ensemble des épitaph (...)
  • 4 Usage du même effet rhétorique dans le cas de Priskos. Voir Isidore de Péluse, I Ep. 258.
  • 5 Un autre Jean de Cappadoce est pourtant attesté, au vie siècle, à Constantinople : il s’agit du pa (...)

2La correspondance, les discours ou les histoires des lettrés cappadociens – Basile, les deux Grégoire, Philostorge, Firmos de Césarée –, en signalant à l’occasion que plusieurs de leurs compatriotes voyagent ou demeurent hors de leur patrie, témoignent de ce que la mobilité de ces hommes ne vaut que par rapport à celle-ci, qu’elle ne prend sens que comme abandon, momentané ou définitif, de la patrie, que cette dernière désigne une cité de Cappadoce ou la Cappadoce elle-même. Lorsque Grégoire de Nazianze rédige une épitaphe en l’honneur d’un nommé Bassos, il déplore que la dépouille de ce dernier, qui est décédé loin de sa patrie, repose hors du tombeau de ses pères2. Loin de faire allusion accidentellement à l’origine cappadocienne de l’un ou de l’autre, les auteurs mettent en avant une communauté de patrie, qui justifie la mention de l’origine. Au nom de cette solidarité patriotique Basile et Firmos adressent plusieurs requêtes à des Cappadociens installés à Constantinople ou en d’autres cités de l’Empire, principalement des hauts fonctionnaires de l’Empire, capables de transmettre ou de satisfaire leurs demandes. Outre ces auteurs cappadociens, les biographes de sophistes ou de saints personnages définissent l’identité de leur sujet et notent, à ce titre, le nom de sa patrie. Aussi plusieurs sophistes et moines cappadociens sont-ils attestés aux ive et ve siècles en dehors de leur région. De la même manière, des inscriptions funéraires, qui livrent en quelques mots l’état civil du défunt et mentionnent éventuellement sa patrie, rendent compte, aux hasards des découvertes épigraphiques, de la diaspora des Cappadociens en différentes régions de l’Empire3. Le reste des sources, correspondances, histoires ecclésiastiques, chroniques et traités, ne mentionnent qu’à l’occasion et jamais systématiquement l’origine de leurs protagonistes. C’est néanmoins sans hasard qu’elles notent l’identité cappadocienne de tel ou tel personnage, justifiant par l’origine cappadocienne, implicitement ou explicitement, le comportement ou la position de celui-ci. Athanase d’Alexandrie, en faisant remarquer que les deux évêques qui ont usurpé son siège, Grégoire et Georges, et le préfet d’Égypte qui l’a jeté en exil, Philagrios, sont tous les trois cappadociens, laisse entendre que la connivence qui unit le parti antinicéen aux autorités temporelles est une connivence religieuse doublée d’une complicité patriotique. Isidore de Péluse et Jean Lydos usent sciemment de la réputation ambivalente des Cappadociens, le premier pour critiquer avec grande virulence le gouverneur d’Augustamnique, Gigantios4, le second pour dénigrer le préfet du prétoire Jean le Cappadocien et valoriser son prédécesseur et compatriote Constantin. La mention de l’appartenance à la Cappadoce a donc une signification en elle-même, qu’elle entende dénoncer la solidarité voire le réseau des Cappadociens, servir les intentions, critiques ou laudatives, de l’auteur, ou encore conforter son argumentation. Elle est aussi une caractérisation de la personne. Simple élément de l’état civil, elle peut stigmatiser le personnage, lorsqu’il est systématiquement désigné comme cappadocien, et avoir valeur de surnom. Jean le Cappadocien est ainsi immédiatement identifié, l’épithète ne laissant aucune ambiguïté sur la personne qui est nommée5.

  • 6 Il y a des exceptions. Quoiqu’il mentionne l’origine cappadocienne du sophiste Julien, Eunape ne m (...)
  • 7 Feissel, Immigration à Constantinople, p. 368, précise que la mention de l’origo n’est pas requise (...)

3Ce constat justifie l’étude de la présence des Cappadociens dans l’Empire puisque cette présence est apparue, aux auteurs contemporains ou postérieurs, comme ayant un sens. Il en montre aussi les limites, interdit de rien conclure des silences des textes et condamne, bien sûr, toute analyse quantitative. Des migrations et des voyages des Cappadociens dans l’Empire, seule une part nous est connue, celle mettant en jeu les habitants de la province qui maintinrent des relations avec leur patrie6, qui gardèrent et transmirent le souvenir de leur origine cappadocienne7. Nous échappent très probablement l’ensemble des Cappadociens qui rompirent totalement avec leur région. Aussi, les témoignages construisent une géographie conservatrice, modelée par les attaches patriotiques, la solidarité des compatriotes, le retour dans la patrie, réel ou rêvé. En étant dispersés dans l’ensemble de l’Empire romain d’Orient et jusqu’en Occident, les étudiants ou les clercs cappadociens placent la Cappadoce au cœur de la géographie dessinée par leurs pérégrinations. Pour cette raison peut-être Constantinople n’apparaît à aucun moment comme une destination privilégiée, des Cappadociens étant indifféremment attestés dans la ville de Constantin dès les lendemains de sa fondation et jusqu’à la fin du vie siècle.

4Pourtant, ces Cappadociens qui quittèrent leur province pour tout l’Empire participèrent à la mise en place de Constantinople comme capitale impériale et, avec plus d’évidence, contribuèrent à faire de la Palestine un haut lieu du monachisme, au cours des ive, ve et vie siècles. Leurs itinéraires attestent peut-être la capacité de l’Empire à associer et à intéresser certains provinciaux à sa construction politique et géographique, au prix d’une redéfinition de la place de la Cappadoce dans l’histoire de ces mêmes Cappadociens, voire dans celle de l’Empire.

Les Cappadociens à la recherche du savoir et du pouvoir : la réussite sous-jacente de la capitale impériale

Les étudiants cappadociens

Itinéraires et lieux d’étude

  • 8 Sur la paideia au ive siècle, voir Brown, Pouvoir et persuasion, p. 57-65 et Kaster, Guardians of (...)
  • 9 Grégoire de Nazianze, Or. VII 6-8 ; Épigrammes, 100.
  • 10 Petit, Étudiants de Libanius, p. 124.
  • 11 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 376. Nous excluons Astérios d’Amasée de notre étude (...)
  • 12 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 14 ; Or. VII 6.
  • 13 Une épigramme funéraire grecque de Rome témoigne en revanche de la présence d’étudiants cappadocie (...)

5La correspondance de Libanios, les biographies d’Eunape et les hommages rendus par Grégoire de Nazianze à plusieurs de ses compatriotes témoignent de l’intégration de la Cappadoce aux circuits du savoir dans l’Empire romain d’Orient au ive siècle8. Plusieurs de ses habitants quittèrent la province, une fois achevée leur formation élémentaire, et gagnèrent les écoles des différentes cités de l’Empire, Alexandrie, Antioche, Constantinople ou Athènes, afin de poursuivre et parfaire leur formation. Césaire et son compagnon Philagrios se rendirent à Alexandrie9, Libanios accueillit dans la capitale de Syrie douze étudiants originaires de Cappadoce10. Basile et Grégoire de Nazianze séjournèrent à Athènes, à l’image d’Aidésios11. Le premier alla jusqu’à Constantinople, le deuxième passa par les écoles de Palestine et d’Alexandrie12. Ces cités résument sommairement la géographie des écoles dans l’Empire, bien qu’en soient exclus, faute de témoignages, la côte égéenne de l’Asie Mineure et l’Occident13. Leur diversité interdit de trop baliser les pérégrinations savantes des Cappadociens, qui furent loin de se limiter à l’horizon du haut plateau anatolien, et de privilégier, aux dépens des autres, certaines destinations.

  • 14 Nous ne prenons pas en compte les études qu’Eunomios fit à Constantinople. Il ne semble pas en eff (...)
  • 15 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 14.
  • 16 Libanios, Ep. 634, Ep. 670, 3, Ep. 671. Voir Petit, Étudiants de Libanius, p. 125.
  • 17 Libanios, Or. I 14, fut pourtant amené à traverser la province tandis qu’il faisait route vers Con (...)
  • 18 Id., Or. I 138 : les personnages sont identifiés par P. Petit avec l’empereur Jovien et le Cappado (...)
  • 19 Basile, Ep. 335, laisse entendre qu’il a recommandé, une fois au moins dans le passé, un compatrio (...)
  • 20 Fedwick, Bibliotheca basiliana universalis, xv, p. 632-633, p. 635-638 (« lettres douteuses ») ; P (...)
  • 21 L’identification du correspondant homonyme de Libanios, Ep. 647, avec Basile le Grand a fait l’obj (...)

6Ainsi n’y eut-il pas de « courant naturel » vers Constantinople, suivant les mots et contrairement au présupposé de Paul Petit, qui constate avec surprise que plusieurs élèves de Libanios sont cappadociens. Le seul séjour d’études attesté à Constantinople est en effet celui effectué par Basile14. Encore apparaît-il comme une étape temporaire de son itinéraire qui eut pour terme Athènes15. Libanios eut pour condisciples Amphiloque l’Ancien, Palladios et Philippe, dont il instruisit ultérieurement les fils16. Faute d’avoir pu se lier avec eux en Cappadoce17, où il ne semble pas avoir séjourné, il les rencontra pendant son apprentissage et ses premières années d’enseignement, entre Athènes, Constantinople et Nicomédie, ou encore en Syrie, une fois qu’il y fut installé (il fait encore allusion à un condisciple d’origine cappadocienne auquel il dut d’avoir échappé à une condamnation impériale18). Outre les enfants de ces condisciples, Libanios accueillit trois autres Cappadociens, dont un certain Anysios, que Basile lui recommande et dont il lui confie la formation dans les lettres 335, 337 et 33919. Authentiques ou non, les trois lettres confirment la présence de Cappadociens dans le cercle des élèves de Libanios, présence qui n’aurait pas étayé une correspondance factice si elle avait été jugée incongrue20. L’évêque de Césarée lui-même a peut-être été le disciple de Libanios, non à Antioche mais à Constantinople ou à Nicomédie21.

  • 22 Libanios, Or. I 11. Sur le nom proche de Iasôn, une épitaphe rédigée en l’honneur de sa femme défu (...)
  • 23 Souda, Π 2375.
  • 24 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 378.
  • 25 Philostorge, HE II 14. Eunomios le Cappadocien séjourna également à Antioche, avant sa rencontre a (...)
  • 26 Nombreuses sont les biographies de Cappadociens à témoigner des relations qui unissaient cette rég (...)
  • 27 Libanios, Or. LXII 27.
  • 28 Données résumées dans Petit, Étudiants de Libanius, p. 114 : 12 Cappadociens contre 36 Syriens, 20 (...)

7La mise en place d’un courant d’échange entre la Cappadoce et Antioche précéda l’enseignement de Libanios dans la capitale de la Syrie. Avant même que Libanios n’y exerçât, il eut à Antioche un compagnon d’étude d’origine cappadocienne, du nom de Iasiôn, dont « les histoires […] recueillies de ses aînés sur Athènes » firent naître en Libanios le désir de se rendre en Attique22. Suivant la notice de la Souda, Prohairésios se rendit à Antioche avant d’enseigner à Athènes23. Aidésios, pour parachever son éducation et rencontrer Jamblique, quitta la Cappadoce pour la Syrie24. Au début du ive siècle, le Cappadocien Astérios avait été un disciple de Lucien d’Antioche25. Aussi Libanios, qui eut des élèves cappadociens, bénéficia-t-il d’une tradition ancienne, quoique secondaire à ses yeux26. Commentant les origines de ses auditeurs, il affirme que les Cappadociens sont peu nombreux à l’instar des Thraces, des Bithyniens, des habitants de l’Hellespont, des Ioniens, des Cariens et des Paphlagoniens, et au contraire des Galates, des Arméniens, des Ciliciens et des Syriens27. Pourtant Paul Petit a montré que les étudiants cappadociens, bien qu’en plus petit nombre que les Syriens, les Arméniens, les Galates, les Phéniciens et les Ciliciens, formaient un groupe homogène et visible28. Contradiction qui n’est qu’apparente au regard de la position charnière de la Cappadoce dans l’énumération de Libanios, seule province de l’intérieur à être citée aux côtés des régions pontiques ou égéennes, comme si la Cappadoce, en dépit de sa proximité évidente avec la Galatie, l’Arménie ou la Cilicie, s’insérait dans la géographie du savoir à la manière des premières provinces mentionnées.

  • 29 Voir aussi Libanios, Or. XXXI 40.
  • 30 Grégoire de Nazianze, De vita sua, v. 128-129 ; Jérôme, De viris illustribus, 113, 1. Épitaphe de (...)
  • 31 Grégoire de Nazianze, Or. VII 6.
  • 32 Id., Or. XLIII 14-24.
  • 33 Id., Or. VII 8.
  • 34 Brown, Pouvoir et persuasion, p. 59-60, citant Kaster, Guardians of Language, p. 21-22. P. Lemerle(...)
  • 35 Plusieurs inscriptions attestent que des Cappadociens ont résidé en Grèce, particulièrement à Athè (...)
  • 36 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 376.
  • 37 Grégoire de Nazianze, Ep. 189-190.
  • 38 Grégoire de Nazianze, Or. VII 6.
  • 39 Zacharie de Mytilène, Vie de Sévère, p. 64, tr. M.-A. Kugener : « Ménas de Cappadoce, qui étudiait (...)

8Tout en appartenant à l’auditoire de Libanios, auditoire dont l’horizon géographique est élargi à tout l’Orient, au plateau anatolien et aux côtes égéennes et pontiques de l’Asie Mineure29, les Cappadociens ne privilégièrent pas une seule et unique destination. Comme Antioche et Constantinople, Athènes, Alexandrie et d’autres cités accueillirent plusieurs étudiants de la région : Grégoire de Nazianze partit pour la Palestine, où il suivit l’enseignement du rhéteur Thespésios en compagnie d’Euzôïos, puis pour Alexandrie30 ; Césaire résida dans la capitale de l’Égypte31. Basile et Grégoire se retrouvèrent à Athènes, où ils continuèrent leur apprentissage32 ; Grégoire, qui regagnait sa patrie, et Césaire, qui entendait mettre au service de la cour et de la cité sa compétence, se rencontrèrent à Constantinople33. Il n’y a pas de meilleure illustration de la mobilité des étudiants cappadociens, de son déploiement à l’échelle de tout l’Empire romain d’Orient, de sa contribution à la primauté de quelques cités, que ces trois parcours. Suivant les mots de Peter Brown, qui poursuit la métaphore proposée par Robert A. Kaster d’un « archipel de cités » pour donner une expression géographique à la culture de l’antiquité tardive, « les fils de l’aristocratie issus des provinces moins favorisées (comme l’Arménie, l’Arabie et la Cappadoce) s’engageaient dans une ronde bondissante d’île en île jusqu’aux principaux centres – Athènes, Antioche, Gaza et Alexandrie – pour parfaire leur éducation »34. À Athènes, Basile et Grégoire ne furent ni les seuls ni les premiers Cappadociens35 : Aidésios découvrit sa vocation en Grèce36, Grégoire de Nazianze y eut comme condisciple et compatriote Eustochios37. À Alexandrie Césaire retrouva d’autres Cappadociens. L’éloge que Grégoire de Nazianze fait de son frère indique qu’il fréquentait avant tout « ceux de ses compatriotes [qui étaient] les plus estimés et les plus connus38 ». À la fin du règne de Zénon, un Cappadocien nommé Ménas étudiait le droit dans la ville de Beyrouth39.

  • 40 Philostrate, Vies des sophistes, I 21.
  • 41 Ibid., II 13.
  • 42 Ibid., II 27. Sur Diodotos, voir Diodotos 13, RE 5, col. 715 : Philostrate est la seule source d’i (...)

9La dispersion des Cappadociens dans les écoles de l’Empire n’est pas spécifique aux ive et ve siècles, elle caractérisait aussi l’époque de la Seconde Sophistique : les élèves de Skopélianos, qui enseigna dans la ville de Smyrne, au début du iie siècle, étaient originaires, entre autres, de Cappadoce, selon Philostrate40. Pausanias le sophiste, un Cappadocien, suivit à Athènes l’enseignement d’Hérode Atticus41. Hippodromos le Thessalien, professeur de rhétorique à Athènes pendant quatre ans, pleura la disparition précoce de Diodotos le Cappadocien42.

10Les pérégrinations des étudiants originaires de Cappadoce continuaient-elles de sanctionner l’insuffisance culturelle et la marginalité de la région ? Leur dispersion dans tout l’Empire aboutit-elle à isoler la Cappadoce ?

Césarée de Cappadoce au centre des itinéraires

  • 43 Grégoire de Nazianze, Or. VII 6. Voir aussi le résumé que Nicétas le Paphlagonien, The Encomium of (...)
  • 44 Voir Lim, Public Disputation, p. 118-119 ; Parmentier, Eunomius (d’après Grégoire de Nysse, Contra (...)
  • 45 Grégoire de Nazianze, Ep. 157 (à Théodore évêque de Tyane), 167 (à Helladios évêque de Césarée). D (...)

11En quittant leur région au profit d’autres destinations, ces étudiants firent de la Cappadoce, de Césarée particulièrement, une première étape d’un seul et même itinéraire d’apprentissage43. Comme Grégoire de Nazianze et Césaire gagnèrent la métropole provinciale depuis Diocésarée, Basile, une fois les rudiments acquis auprès de son père, dans le Pont, débuta son apprentissage à Césarée. Eunomios le Cappadocien fut formé à la tachygraphie en Cappadoce, par son propre père, avant de partir pour Constantinople44. Grégoire de Nazianze recommande son petit-neveu Nikoboulos, qui se rend à Tyane, pour y acquérir cette même technique de la tachygraphie, et à Césarée, où Grégoire souhaite le voir confié « aux meilleurs maîtres », aux évêques des deux cités45.

  • 46 Voir les témoignages sur les « gains des rhéteurs » extraits de l’œuvre de Grégoire de Nazianze pa (...)
  • 47 Palladios : Libanios, Ep. 1014, 1 et 3 et 1222, 2 (Palladios rhéteur), la première lettre étant da (...)
  • 48 Grégoire de Nazianze, Ep. 188-192.
  • 49 Id., Ep. 174-177.
  • 50 Id., Ep. 37-38. Sur Eudoxios et son père, voir PLRE I, Eudoxius 2 et Eudoxius 1.
  • 51 Grégoire de Nysse, Ep. 9. Voir aussi Id., Ep. 27. Sur Stagirios, voir PLRE I, Stagirius.
  • 52 Souda, E 3755. Sur Eustochios, voir FHG, t. IV, p. 3, qui signale qu’un Eustochios est mentionné d (...)
  • 53 À dire vrai, ni la terminologie ni la distinction entre sophiste et rhéteur ne sont assurées. Grég (...)
  • 54 Grégoire de Nazianze, Ep. 190, 3.

12Du milieu à la fin du ive siècle, plusieurs sophistes ou rhéteurs enseignèrent en Cappadoce, à Césarée ou à Tyane46. Aux alentours de 363-364, les anciens condisciples de Libanios, Palladios et Philippe, y exerçaient en tant que rhéteurs47. Au début des années 380, Grégoire de Nazianze écrit, au sujet de Nikoboulos le Jeune, à trois sophistes ou rhéteurs, d’une part Eustochios et Stagirios, qui se disputent son instruction48, d’autre part Eudoxios le Jeune49. Eudoxios, fils d’un rhéteur homonyme et ami de Grégoire de Nazianze, fut introduit par celui-ci auprès de leur compatriote Sôphronios50. Stagirios fut invité par Grégoire de Nysse à venir séjourner dans sa cité, afin de donner à celle-ci quelque éclat. L’évêque précise alors que le chemin à parcourir n’est pas long51. Eustochios fait peut-être l’objet d’une brève notice de la Souda qui mentionne un sophiste cappadocien homonyme, auteur d’un ouvrage intitulé Sur l’empereur Constance et d’une Archéologie de la Cappadoce et d’autres peuples52. Alors que Grégoire de Nazianze qualifie Eustochios de sophiste, au contraire de Stagirios et d’Eudoxios le Jeune53, il rappelle, ailleurs, le souvenir de leur amitié athénienne54. Les deux hommes, mentionnés par la Souda et par la correspondance de Grégoire de Nazianze, ne sont peut-être qu’un seul et unique sophiste, dont l’œuvre, sinon l’activité, a franchi les frontières de la Cappadoce.

  • 55 Id., Or. XLIII 13. Place et fonction similaires d’Ancyre comme centre culturel et administratif, d (...)
  • 56 Basile, Ep. 74, tr. Y. Courtonne.
  • 57 Id., Ep. 76.
  • 58 Grégoire de Nysse, Ep. 9.

13Aussi Grégoire de Nazianze peut-il faire l’éloge des écoles de Césarée, évoquer en parallèle la supériorité de leur éloquence et la primauté de la cité dans la province, son apologie n’ayant de sens qu’au regard de la place et de la fonction de Césarée au sein de la Cappadoce et des proches régions55. Il peut nommer successivement Césarée, Constantinople et Athènes, et ainsi établir la filiation qui, d’une cité à l’autre, rattache sa métropole aux centres les plus prestigieux. De même, pour défendre l’unité de la province de Cappadoce et, plus encore, l’intégrité de Césarée, pour illustrer la prospérité passée de la ville, Basile n’omet pas de rappeler à Martinianos « [l]es réunions, [l]es discours, [l]es entretiens de lettrés sur l’agora, et tout ce qui auparavant faisait la renommée de [leur] ville56 », et d’évoquer, dans sa lettre à Sôphronios, l’éloquence de ses habitants57. Il fait de la culture de Césarée un critère de son rang, comme son frère Grégoire tente d’obtenir du sophiste Stagirios qu’il séjourne momentanément à Nysse58. Si les Pères, par l’importance qu’ils attachent à l’hellénisme de leur patrie, attestent en premier lieu leur propre intégration aux élites de l’Empire, ils n’en éclairent pas moins, à un autre degré, celui de la Cappadoce.

  • 59 Sur Amphiloque, qui semble avoir résidé en Cappadoce avant sa nomination à l’évêché d’Ikonion, voi (...)
  • 60 Zacharie de Mytilène, Vie de Sévère, p. 64.
  • 61 Firminos : Basile, Ep. 116 (double reproche de Basile à Firminos, celui de préférer la patrie de s (...)
  • 62 Grégoire de Nazianze, Or. VII 9, l. 21, tr. M.-A. Calvet-Sébasti.
  • 63 Id., Or. VII 9, tr. M.-A. Calvet-Sébasti.
  • 64 Id., Or. VII 15.

14En retournant dans leur patrie, une fois leur paideia achevée, les Cappadociens firent plus encore participer leur province à l’histoire culturelle de l’Empire. Grégoire de Nazianze et Basile revinrent en Cappadoce, comme Palladios et Philippe, condisciples de Libanios, Amphiloque le Jeune et Euphémios, élèves du rhéteur d’Antioche, ainsi qu’Eustochios et Philagrios59. Lorsqu’il présente Ménas, Zacharie de Mytilène mentionne d’emblée le désir de celui-ci de retourner en Cappadoce60. Césaire et Firminos sont au contraire blâmés pour avoir prolongé, ou en avoir eu la tentation, leur expatriation au-delà de la durée de leur apprentissage61. Faisant perdre à leur patrie le bénéfice de leur paideia, ils ont l’obligation morale de s’élever en protecteurs de celle-ci, comme si toute rupture était inadmissible. Ainsi, Césaire justifie son départ de la Cappadoce par son « désir de la gloire et de protéger la ville (τοῦ προστατϵῖν τῆς πόλϵως)62 ». À deux reprises, Grégoire de Nazianze n’en affirme pas moins avoir combattu l’intention de son frère de s’installer à la cour, et d’invoquer « les vœux de [leurs] parents, les exigences de la patrie et [son] propre désir63 ». L’ensemble de son argumentation, en opposant dans un cas la résidence dans la patrie aux séjours à la cour, dans l’autre la vérité du chrétien à la gloire profane de Césaire, se déploie en deux registres indissociables. L’ambivalence est encore à l’œuvre dans l’évocation de la mort de Césaire, célébrée comme un double retour, à Dieu et dans sa patrie64.

  • 65 Dans le cas des étudiants, Petit, Étudiants de Libanius, p. 124-128, croit pouvoir reconnaître tro (...)
  • 66 Grégoire de Nazianze, Ep. 31, 115, 234, 235.
  • 67 Basile, Ep. 9, 135, 248.
  • 68 Julien, Ep. 107.
  • 69 Id., Ep. 106, tr. J. Bidez. Id., Ep. 107.

15La Cappadoce continua donc d’être le point d’ancrage des différents itinéraires ; la patrie demeurait au centre des pérégrinations des étudiants cappadociens du fait de la diversité des destinations et du caractère quasi systématique du retour. Leur mobilité, loin d’amoindrir ou de dévaloriser la région, contribua peut-être au désenclavement de celle-ci par la mise en place de réseaux que ne limitait pas le cadre provincial et dont la fonction était de favoriser la circulation des étudiants, des livres, des lettres ou des services65. Si Grégoire de Nazianze fut amené à prêter et faire circuler des livres, des œuvres de Démosthène, la Philocalie d’Origène, des Lettres d’Aristote66, si Basile procéda pareillement67, dans les années antérieures Julien a évoqué la valeur et l’intérêt de la bibliothèque d’un autre Cappadocien. Lors de sa relégation à Macellum, il eut l’occasion de découvrir les livres que possédait Georges de Cappadoce et dont une partie fut mise à sa disposition68. Ce fut en connaissance de cause qu’à la mort de celui-ci il demanda au préfet d’Égypte de retrouver et de préserver ladite bibliothèque, en justifiant en ces termes sa requête : « Georges avait une très vaste et importante bibliothèque, où figuraient des philosophes de toute sorte et beaucoup de commentateurs ; on y trouvait surtout les livres des Galiléens, en grand nombre et de toute espèce69. » Julien témoigne aussi, par ces mots, de la mobilité de la bibliothèque et des livres eux-mêmes, qui, à l’en croire, suivirent Georges, de Cappadoce en Égypte.

  • 70 Basile, Ep. 134, 135 ; Grégoire de Nysse, Ep. 15 (le manque de copistes retarde la divulgation du (...)
  • 71 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX 3f, mentionne les οἱ απὸ ἡγεμονίωτ σοϕισταί, ce que A (...)

16Les pérégrinations scolaires de certains Cappadociens, comme les transferts ou les échanges de livres, d’une province à l’autre, intégrèrent la région aux réseaux culturels et savants de l’Empire. Elles interdisent de marginaliser, dans la géographie culturelle de l’Empire, une province qui, au ive siècle, fut le lieu d’élaboration d’une écriture chrétienne et un centre de culture, d’isoler les œuvres de Basile de Césarée, de Grégoire de Nazianze, de Grégoire de Nysse et d’Amphiloque d’Ikonion du contexte immédiatement cappadocien dans lequel elles furent élaborées, en somme d’évoquer simultanément l’inculture de la région et l’érudition de ses Pères. Lorsque Basile, ou Grégoire de Nysse, déplore le manque de copistes, il rend compte de l’activité de copie et de la circulation des manuscrits à Césarée70. Lorsqu’il met en avant les difficultés d’accès à la région pendant l’hiver, il regrette que la sévérité des conditions climatiques et topographiques isole momentanément la province. Quand Jean Chrysostome décrit la solitude qui est la sienne dans les montagnes du Taurus, entre Koukousos et Komana, il distingue implicitement ces régions d’Arménie II de la province de Cappadoce I, notamment de la région de Césarée qu’il a précédemment traversée et où il a été accueilli entre autres par des sophistes71.

  • 72 Anthologie palatine, XI 436, tr. R. Aubreton.
  • 73 Philostrate, Vies des sophistes, II 13 : Pausanias tend à permuter les consonnes, à abréger les vo (...)
  • 74 Id., Vie d’Apollonios de Tyane, I vii : en revanche l’éloquence d’Apollonios n’est pas affectée pa (...)
  • 75 Isidore de Péluse, I Ep. 281, 351, 352, 485, 486, 487 et 489.
  • 76 Id., I Ep. 351 et 487.
  • 77 Constantin VII, De thematibus, II, p. 66. Procédé identique pour les thèmes de Sicile et de Longob (...)
  • 78 Eusèbe de Césarée, Vita Constantini, IV 43. C’est un éloge qu’il leur réserve.
  • 79 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XXXI, 383a, cité dans Photios, Bibliothèque, 244, t. V (...)
  • 80 Robert, Noms indigènes, p. 491-492, n. 6, p. 481-482 (datation) : « Il ne faut pas attacher trop d (...)
  • 81 Robert, Noms indigènes, p. 490. Jacopi, Esplorazioni e studi, p. 22 : épitaphe métrique inscrite s (...)
  • 82 Himérios, Orationes, Oratio XVIII ; Photios, Bibliothèque, 243, t. VI, p. 112-113.
  • 83 Sur le Mélas, voir Strabon, Géographie, XII 2, 8 et Ptolémée, Geographia, V 6, 7. Prenant sa sourc (...)
  • 84 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, éd. et com. F. Vian, tr. fr. E. Delage, Paris 1976 (CUF), cha (...)
  • 85 Peut-on extrapoler l’interprétation de P. Chuvin des Dionysiaca de Nonnos de Pannopolis à ce disco (...)

17Aussi les brocards portés contre la Cappadoce et l’image d’inculture qui fut la sienne dans le passé sont-ils périmés, à l’instar de l’épigramme sarcastique de Lucien, bien qu’elle soit citée dans l’Anthologie palatine : « Tu trouverais plus facilement des corbeaux blancs et des tortues volantes qu’en Cappadoce un orateur acceptable72 ! » Si, au iie siècle, Philostrate confirme indirectement la validité de l’assertion, lorsqu’il évoque les particularités de la prononciation de Pausanias, particularités qu’il attribue à l’ensemble des Cappadociens73 et auxquelles il fait encore allusion dans son portrait d’Apollonios74, cette réputation d’incorrection n’est plus d’actualité pendant l’antiquité tardive. Dans les reproches injurieux qu’il formule à l’encontre de Gigantios, Isidore de Péluse mentionne tour à tour la malfaisance, la malhonnêteté, la sournoiserie, la cupidité des Cappadociens, mais non leur inculture, à deux exceptions près75 – il les accuse en effet de se comporter en barbares et d’être voués au travail de la terre et à la servitude, sans autres précisions76. Lorsque Constantin VII rapporte trois calomnies énoncées contre la Cappadoce – l’une d’entre elles est dans la Souda, les deux autres sont mentionnées par l’Anthologie palatine –, il indique d’emblée qu’elles mettent en cause le « mauvais naturel » des Cappadociens et il omet précisément l’épigramme de Lucien sur la médiocrité des orateurs de la région77. Ainsi a cessé de circuler l’image d’une infirmité culturelle de la région. Avant même que ne soient connus les écrits des Pères cappadociens, Eusèbe de Césarée fait l’éloge de l’éducation des premiers des Cappadociens, lorsqu’il énumère les différents participants à la dédicace de l’église de Jérusalem, en 33578. Si la Cappadoce a encore et parfois mauvaise réputation, c’est moins la qualité de son savoir qui est mise en cause que sa participation aux rouages du pouvoir. L’hellénisation de la Cappadoce n’est plus mise en doute, et cela depuis longtemps, comme l’atteste Diodore de Sicile à l’époque augustéenne79. Aussi Louis Robert a-t-il suggéré de négliger les sarcasmes dont les Cappadociens furent victimes, invoquant à l’appui de son opinion le décret d’Hanisa, « rédigé [à la basse époque hellénistique] en un grec parfait, avec les formules rhétoriques du temps », qu’il considère comme « la plus ancienne production de la rhétorique grecque en Cappadoce »80. De l’époque impériale est conservée l’épitaphe d’un homme fier d’avoir enseigné la rhétorique dans la cité de Tyane81. Comme en écho lointain à Diodore de Sicile, Himérios témoigne encore, au ive siècle, de l’hellénisation de la région dans un discours prononcé à l’intention d’un Cappadocien, et cité dans la Bibliothèque de Photios82. Dans un récit étiologique qui a pour objet le nom du Mélas, un fleuve cappadocien proche de Césarée83, Himérios raconte que des adeptes de Dionysos, originaires de l’Inde et parvenus jusqu’aux frontières de la Cappadoce, ont noirci la couleur de l’eau du fleuve en s’y baignant et, ce faisant, lui ont donné son nom contemporain. Le récit d’Himérios est peut-être inspiré d’un thème dionysiaque attesté, au iiie siècle avant notre ère, chez Apollonios de Rhodes qui, dans les Argonautiques, impute la dénomination du fleuve Kallichoros, sur la côte pontique, aux danses célébrées sur ses rives par Dionysos à son retour d’Inde84. Il rend néanmoins ce thème paradoxal en faisant d’un peuple étranger, adepte d’un dieu lui-même perçu comme étranger dans la tradition hellénique, l’introducteur du nom grec Mélas85. Par ces motifs, Himérios désigne l’origine doublement étrangère de l’hellénisme en Cappadoce, tout en en prenant acte.

Philosophes et sophistes cappadociens

  • 86 Sur la mobilité des enseignants, voir Kaster, Guardians of Language, p. 126-127.
  • 87 Philostrate, Vies des sophistes, II 13 ; II 27. Sur Pausanias, W. Stegemann, Pausanias 21, RE 18, (...)
  • 88 Robert, Noms indigènes, p. 490-492, commentaire en ces termes : « C’est pour le moment le plus anc (...)

18Tandis que, selon Libanios, Grégoire de Nazianze et Grégoire de Nysse, d’anciens étudiants exerçaient à Césarée ou à Tyane en tant que sophistes, continuant de témoigner de l’intégration de la Cappadoce à l’histoire culturelle de l’Empire, d’autres, connus par des auteurs qui n’étaient pas cappadociens, rompirent au contraire avec leur patrie86, soit que, du fait de leur appartenance à l’école néoplatonicienne des disciples de Jamblique, ils aient enseigné à Athènes ou dans les cités d’Asie Mineure occidentale, suivant la description qu’en donne Eunape dans les Vitae philosophorum et sophistarum, soit qu’ils aient servi l’institution impériale, à Constantinople particulièrement. Seul Eustochios, nommé dans la Souda et dans la correspondance de Grégoire de Nazianze, semble s’être illustré et en Cappadoce et dans l’ensemble de l’Empire, comme si la renommée avait exigé l’expatriation. Ces sophistes, qui n’avaient pas d’autres liens avec la Cappadoce que le fait d’en être originaires, perpétuèrent peut-être l’héritage de la Seconde Sophistique. Au iiie siècle, Philostrate cite, en effet, Pausanias de Césarée, qui, au siècle précédent, exerça à Athènes et à Rome, et Alexandre le Cappadocien, qui n’est connu que par cette mention87. Louis Robert a réuni des témoignages plus anciens encore : « Un décret de Delphes [aux alentours de notre ère ou un peu avant] fait connaître un rhéteur de Mazaka, Artémidôros fils d’Euboulos, […] [qui] avait séjourné à Athènes car il y a reçu le droit de cité88. » Pour avoir fait profiter la ville de Delphes de son influence et de son enseignement, celui-ci y fut honoré par ce décret dont une copie fut envoyée aux habitants de Mazaka.

19La carrière de ces sophistes qui, hors de leur patrie, contribuèrent à l’enseignement de la rhétorique et à la transmission de la philosophie néoplatonicienne dans l’Empire, ne fait-elle qu’indiquer les limites de la participation des élites de Cappadoce à l’histoire culturelle de celui-ci ?

Les néoplatoniciens

  • 89 Sur les Vitae philosophorum et sophistarum d’Eunape et sur les sophistes d’origine cappadocienne q (...)
  • 90 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 466-476. Sur Julien, voir PLRE I, Iulianus 5 ; RE 1 (...)
  • 91 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 364, p. 378. Sur Aidésios, voir PLRE I, Aedesius 2  (...)
  • 92 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 364, p. 392. Sur Eustathe, voir Seeck, Die Briefe d (...)
  • 93 Sur la donation, voir Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 466. Seule la Souda, P 2375, (...)
  • 94 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 478-480. Ibid., p. 484 : Prohairésios quitte l’Armé (...)
  • 95 Il est vrai que la Souda et l’auteur des Vitae philosophorum et sophistarum désignent une seule et (...)
  • 96 Grégoire de Nazianze, PG 38, Epitaphia, 5, col. 13. Selon R. Goulet, Prohérésius le païen et quelq (...)
  • 97 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 14-24.

20Dans le cadre étroit de l’œuvre d’Eunape, qui fait l’histoire d’une filiation, celle de l’école néoplatonicienne rénovée par Jamblique, plutôt qu’elle ne décrit avec exhaustivité le milieu sophistique du ive siècle89, plusieurs Cappadociens participent à la transmission de l’héritage philosophique de Porphyre et de ses successeurs : Julien, détenteur de la chaire de rhétorique à Athènes dans la première moitié du ive siècle90, Aidésios, disciple de Jamblique, installé à Pergame91, Eustathe, son parent et son condisciple, convoqué à la cour impériale de Constance II92. À ce même groupe appartient Prohairésios, successeur et héritier de la maison de Julien à Athènes, quoiqu’il soit peu probable qu’il fût originaire de Cappadoce, contrairement à ce qu’affirme la Souda93. Eunape, qui prétend l’avoir rencontré à l’âge de seize ans, tandis que Prohairésios avait lui-même quatre-vingt-sept ans, le dit arménien, plus précisément de « cette partie de l’Arménie limitrophe de la Perse jusqu’en son extrêmité94 ». Il exclut donc la Cappadoce, y compris la partie la plus orientale de la région, devenue province d’Arménie II au moment où il rédige son œuvre. Son propos est confirmé, contre l’attestation de la Souda95, par le fait que Grégoire de Nazianze ne reconnaît jamais en Prohairésios un compatriote. Dans l’épitaphe qu’il dédie à sa mémoire, il invoque l’Attique et Athènes et non la Cappadoce96. Lorsqu’il évoque ses propres années d’apprentissage, ainsi que celles de Basile, à Athènes, il omet de le mentionner – il est vrai qu’il ne cite aucun de leurs maîtres97.

  • 98 Sur la mort de Julien à Athènes, Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 476, p. 486 ; sur (...)
  • 99 Socrate, HE IV 26, 6; Sozomène, HE VI 17, 1.
  • 100 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 508. Sur la fonction de stratopédarque, conférée ic (...)
  • 101 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 508. Sur les diverses acceptions du terme de οιτηρέ (...)

21Julien et Prohairésios enseignèrent et décédèrent à Athènes98. Ils ne conservèrent que des liens très ténus avec la Cappadoce. Julien n’instruisit aucun autre compatriote que Prohairésios, si tant est que celui-ci en fût un. Prohairésios, qui eut pourtant deux disciples cappadociens, Basile et Grégoire de Nazianze99, n’est jamais décrit par son biographe hors du cadre athénien. Il fit bénéficier la seule Athènes des fruits de son éloquence : à sa demande, Constant, qui l’honora par ailleurs en l’invitant à sa cour et en lui conférant le titre de stratopédarque100, accorda à la ville d’Athènes que plusieurs îles fussent désormais redevables à celle-ci d’un tribut en blé (ϵἰς ἀπαγωγὴν ϕόρου κατὰ σιτηρέσιον ταῖς ’Αθήναις)101

  • 102 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 392.
  • 103 Voir Lim, Public Disputation, p. 50-51. Sur Sôpatros, PLRE I, Sopater I.
  • 104 Fowden, Pagan Holy Man, p. 40-48.
  • 105 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 410. La chronologie des faits qui se rapportent aux (...)
  • 106 Aidésios aurait peut-être eu l’occasion d’enseigner en Cappadoce suivant une hypothèse de G. Fowde (...)
  • 107 Fowden, Pagan Holy Man, p. 42.
  • 108 Julien, Ep. 78.

22Seul Aidésios, qui décéda à Pergame102, revint dans sa patrie : à son retour de Syrie, il choisit de faire retraite momentanément dans la campagne cappadocienne pour abandonner toute activité d’enseignement et se consacrer exclusivement à la recherche de la communion avec les dieux, suivant en cela un oracle divin. Néanmoins, pour satisfaire les requêtes de plusieurs étudiants venus solliciter son art, Aidésios dut quitter la Cappadoce et s’installer en Asie, comme s’il lui était impossible de mener à bien son activité de philosophe et de sophiste dans sa province. Il s’agit en fait, pour Aidésios, de prendre la succession de l’école de Jamblique, après la mise à mort de Sôpatros sur l’ordre du préfet du prétoire de Constantin, Ablabios103. Alors que les néoplatoniciens enseignèrent, pendant le ive siècle, à Apamée, à Constantinople, à Pergame et à Éphèse – Garth Fowden a mis en évidence la fluidité topographique de la succession néoplatonicienne aux iiie et ive siècles104 – Aidésios ouvrit son école à Pergame, plutôt que dans une cité de Cappadoce, imité ou devancé en cela par la femme d’Eustathe, Sôsipatra, qui, à l’inverse, s’installa sur ses terres en gagnant Pergame105. Cependant l’isolement de la Cappadoce ne suffit pas à justifier le départ d’Aidésios : ses élèves n’hésitèrent pas à se rendre jusque dans la province pour requérir l’instruction de leur maître106. Selon Garth Fowden, seule la peur de la persécution donna toute son importance aux cités de l’Asie Mineure occidentale, à Éphèse et à Sardes particulièrement, villes natales de Maxime d’Éphèse et de Chrysanthios de Sardes. À ce titre, elles étaient mieux à même de les protéger et, par l’ancienneté de leur hellénisme et la vigueur de leur paganisme, moins susceptibles de menacer l’enseignement des sophistes néoplatoniciens107. À l’inverse, il semble qu’Aidésios ait pu être exposé, en Cappadoce, à l’hostilité ouverte des chrétiens. Césarée, qui fut, sous les règnes de Constance II et de Julien, le théâtre de plusieurs destructions de temples, ne constituait pas un cadre propice à la création d’une école philosophique au paganisme ouvertement militant. Il n’est pas besoin en effet de rappeler l’acrimonie de Julien à l’encontre des Cappadociens lorsqu’il constate la faiblesse du paganisme dans la région108. Aussi l’émigration de plusieurs sophistes et philosophes néoplatoniciens témoigne-t-elle moins de la marginalité culturelle de la Cappadoce que de la régression du paganisme dans l’Empire, moins de l’isolement de la région que de son adhésion au christianisme.

  • 109 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 410, p. 394-398. Eustathe étant resté à l’écart des (...)
  • 110 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 364.
  • 111 Sur les critères d’Eunape, voir Penella, Greek Philosophers and Sophists, p. 134-140 : Eunape a ex (...)
  • 112 Ammien Marcellin, Histoire, XVII v 15 et xiv 1-2. Ammien et Eunape témoignent, en des termes ident (...)
  • 113 Il semble que le destinataire de l’Ep. 1 de Basile de Césarée, adressée à « Eustathe philosophe », (...)
  • 114 Julien, Ep. 34-36.

23Tandis que Julien, Prohairésios et Aidésios rompirent avec la Cappadoce, faute de pouvoir y exercer en toute licence, Eustathe accepta d’y demeurer en même temps que de servir, à l’occasion, l’empereur Constance II, sans s’attacher à une cité et à des disciples : à l’Asie et à la Grèce, il préféra la Cappadoce, où il géra la propriété d’Aidésios, et les cours de Constance II et de Sapor, où il fit office d’ambassadeur109. En ne disant mot ou presque de son activité, hormis qu’il portait le manteau de philosophe et qu’il participa à une ambassade de Constance, en ne citant que ses liens familiaux avec l’école de Jamblique – il était le parent d’Aidésios et l’époux de Sôsipatra –, quoiqu’il fût lui-même un disciple de Jamblique110, Eunape esquisse une figure atypique qui l’intéresse peu, en raison peut-être de ses difficultés à la circonscrire, au contraire du portrait de sa femme, Sôsipatra, et de celui de son fils, Antoninos111. Ammien Marcellin fait davantage connaître la personne d’Eustathe : sur la suggestion du préfet du prétoire d’Orient Musonianus, en raison de son art oratoire et à titre de philosophe, il participa, avec le comte Prosper et le tribun et notaire Spectatus, à l’ambassade déléguée, en 358, auprès de Sapor112. Convié113, quelques années plus tard, par Julien à se rendre auprès de lui, Eustathe est attesté à la cour impériale, avant de mettre fin à son séjour auprès de l’empereur pour retourner dans sa patrie114. Ainsi Eustathe ne semble-t-il jamais avoir totalement rompu avec la Cappadoce tout en étant demeuré à proximité du pouvoir impérial, à mi-chemin peut-être entre les figures de Thémistios et de Libanios, pour d’une part avoir préféré les cités politiques de Constantinople ou d’Antioche aux cités savantes d’Asie ou de Grèce, pour d’autre part ne pas avoir quitté définitivement sa patrie. En servant, même momentanément, le pouvoir impérial et en n’habitant aucune des « cités néoplatoniciennes », Eustathe s’est distingué de ses contemporains Julien, Prohairésios et Aidésios, comme l’ont fait d’autres sophistes d’origine cappadocienne, que la faveur impériale a fixés à Constantinople.

Des sophistes cappadociens à Constantinople

  • 115 Souda, B 259.
  • 116 Libanios, Or. I 31.
  • 117 Id., Or. I 39.
  • 118 Id., Or. I 35 et 39. Libanios évoque, au chapitre 31, le sophiste Bèmarchios, au chapitre 35, le C (...)
  • 119 Libanios, Or. I 44-47.
  • 120 Sur Bèmarchios, voir FGH, 2 I B, n° 280, p. 950; Kennedy, Greek Rhetoric, p. 164; PLRE I, Bemarchi (...)
  • 121 Libanios, Ep. 1052 et 1061. Sur Zénon, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, p. 315, Zeno IV ; Peti (...)

24La Souda mentionne un sophiste du nom de Bèmarchios, qui, originaire de Césarée de Cappadoce, écrivit, entre autres ouvrages, une histoire du règne de Constantin115. Dans son autobiographie, Libanios évoque les activités du sophiste Bèmarchios, qui fut en poste à Constantinople où il bénéficiait de la faveur de Constance II, lorsque lui-même fut amené à y séjourner. Détenteur d’une chaire d’enseignement à Constantinople, Bèmarchios l’abandonna momentanément116. Païen, il prononça, jusqu’aux bords du Nil, l’éloge d’une église édifiée par Constance, probablement la Grande Église d’Antioche117. Dans le conflit qui opposa Libanios aux sophistes officiels de Constantinople, il prit parti pour un compatriote, détenteur de la chaire à laquelle Libanios, qui tait le nom de celui-ci, aspirait à son retour d’Athènes118. Rival malheureux de Libanios, au dire de Libanios lui-même, il fomenta une émeute contre lui et précipita son départ de la ville de Constantin119. Aucun autre Bèmarchios n’étant par ailleurs attesté et en l’absence de tout obstacle à l’identification des deux sophistes homonymes, il semble que la Souda et l’autobiographie de Libanios aient évoqué un seul et même personnage120. Sophiste d’origine cappadocienne, immigré à Constantinople, il servit le pouvoir de Constance II, comme Eustathe fut amené à le faire quelques années plus tard. À la fin du ive siècle, Libanios félicite un autre sophiste d’origine cappadocienne, Zénon, pour sa réussite dans les villes d’Athènes, de Rome et de Constantinople121.

  • 122 Sur l’émergence de Constantinople comme capitale culturelle de l’Empire sous le règne de Constance (...)
  • 123 Basile, Ep. 1, tr. Y. Courtonne : « J’ai longé en vitesse la ville située sur l’Hellespont comme a (...)
  • 124 Conclusion identique de Kaster, Guardians of Language, p. 126-127, dans le cas des grammairiens. L (...)

25L’itinéraire de ces trois Cappadociens, sophistes ou philosophes, témoigne de l’attrait que la cour impériale exerça122 et que tendent à cacher les œuvres d’Eunape et des Pères cappadociens, soucieuses d’ignorer le pouvoir impérial chrétien dans un cas, la capitale constantinopolitaine dans l’autre, au contraire de la Souda, qui cite les ouvrages écrits par Bèmarchios et Eustochios, l’un sur le règne de Constantin, l’autre sur celui de Constance II. Si Constantinople, simple étape sur la route d’Athènes pour Basile comme pour Libanios, fut évitée par les étudiants cappadociens123, elle fut au contraire privilégiée par les sophistes dont l’art contribuait à l’exercice du pouvoir124. En choisissant d’y enseigner, ces derniers témoignèrent de la marginalité politique, et non culturelle, de leur patrie.

Les Cappadociens au service de l’Empire

  • 125 Brown, Pouvoir et persuasion, p. 58.

26Cette dernière focalisation naît en effet de la proximité étroite qui lie la détention d’un savoir académique et l’exercice du pouvoir, naît aussi et surtout de « l’existence d’une culture commune, tenue pour la marque distinctive de la classe politique disséminée dans l’Empire, partagée aussi bien par les notables de toutes les régions que par le personnel du gouvernement impérial125 ». Par la vertu de cette culture commune les élites curiales et provinciales d’une part, les fonctionnaires du gouvernement impérial d’autre part, trouvaient un terrain d’entente et une reconnaissance mutuelle. Grâce à sa maîtrise, plusieurs Cappadociens entrèrent au service, civil ou ecclésiastique, de l’État, dans la continuité de leur apprentissage en diverses régions de l’Empire, à l’exemple de Césaire qui, après avoir étudié en différentes cités de l’Empire, choisit d’exercer à la cour et de résider dans une ville impériale.

Des Cappadociens dans l’administration de l’Empire

  • 126 Grégoire de Nazianze, Or. VII 15, tr. M.-A. Calvet-Sébasti, fait cependant allusion à la conversio (...)
  • 127 À l’occasion du changement de règne de Constance II à Julien, selon Coulie qui suppose, dans Les r (...)
  • 128 Grégoire de Nazianze, Or. VII 10 et 14.
  • 129 Id., Ep. 7, 3, tr. P. Gallay, corrigé par Coulie dans Les richesses dans l’œuvre de Grégoire de Na (...)
  • 130 Grégoire de Nazianze, Or. VII 15, tr. A.-M. Calvet-Sébasti.
  • 131 Le texte de Grégoire a été interprété dans ce sens par Delmaire, Largesses sacrées et res privata, (...)
  • 132 Grégoire de Nazianze, Or. VII 15, l. 22, tr. A.-M. Calvet-Sébasti.

27Si la carrière de Césaire n’est connue que par les témoignages de Grégoire de Nazianze et de Basile, qui condamnent, implicitement ou explicitement, son engagement dans le siècle, elle trouve toute son unité dans le service de l’empereur et de la cour, de la première installation de Césaire à Constantinople jusqu’à sa mort, des suites de ses blessures contractées pendant le tremblement de terre de Nicée, le 11 octobre 368126. Employé par la ville lorsqu’il commença à exercer à Constantinople, Césaire fut retenu par le service de la cour et de l’empereur, ayant quitté, à une date inconnue, le service de la ville pour celui-là127. Grégoire de Nazianze, qui ne nomme jamais sa fonction avec précision, lui assigne, à un moment donné, la première place parmi les médecins et le compte au nombre des amis de l’empereur128. Au début du règne de Julien, les compatriotes de Grégoire de Nazianze reprochèrent à Césaire de demeurer à la cour : « Maintenant le fils d’un évêque fait une carrière publique (στρατεύεσθαι) ; maintenant il aspire à la puissance et à la gloire du dehors […]129. » Si Césaire fut contraint, peu après, de quitter la cour, il y retourna, à la mort de Julien, et poursuivit sa carrière au service de l’Empire, en Bithynie. « Il s’agissait de percevoir l’argent pour le roi et d’exercer la surveillance des trésors130. » Il y exerça peut-être la fonction de comes largitionum diocésain, dans le Pont131, avant de mourir. Césaire ne cessa quasiment pas de servir l’Empire, ce que lui reproche Grégoire de Nazianze, « vivement ému de voir sa noble nature évoluer dans la médiocrité et sa personnalité de philosophe se complaire dans les affaires publiques (ἐν τοἰς δημοσίοις), comme le soleil se cache derrière un nuage132 ».

28L’Expositio totius mundi et gentium et la prosopographie des hauts fonctionnaires de l’Empire, quoique connue de façon très parcellaire, achèvent de montrer ce que la carrière de Césaire laisse entrevoir. Dans le tableau que l’Expositio totius mundi et gentium donne du diocèse du Pont, en évoquant tour à tour le Pont, la Paphlagonie, la Galatie et la Cappadoce, elle fait l’éloge de ses ressortissants dans les termes suivants :

  • 133 Expositio totius mundi et gentium, XLIV, tr. J. Rougé.

« Si tu veux en effet entendre parler de la “prudence” de ses hommes, regarde vers les deux cours, celle d’Orient comme celle d’Occident, et là tu trouveras, plus que dans toute autre ville ou dans toute autre province, de nombreux Pontiques ou Paphlagoniens, et des Cappadociens et des Galates. Voilà pourquoi l’on pense qu’ils traitent les affaires par ordre des empereurs : ils sont en effet tout à fait dignes de confiance, car le bien est en eux une richesse naturelle : ils sont ainsi poussés à servir les grands et les notables133. »

  • 134 F. Jacques, Les moulins d’Orcistus, dans Institutions, société et vie politique dans l’Empire roma (...)
  • 135 Voir, par exemple, Expositio totius mundi et gentium, XXII (Nisibe et Édesse), XXXIII (les villes (...)
  • 136 Sur le séjour de Cappadociens à Rome et en Occident, à titre d’esclaves principalement, voir Franc (...)
  • 137 ICUR IV, 10 549. Voir aussi ICUR IV 12 201 (Παῦλος πωλείτης Кαπα[δοκίας]) ; ILCV 4 460 A (Bibianus (...)
  • 138 Expositio totius mundi et gentium, p. 72. Sur Helpidios, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Help (...)
  • 139 Voir chapitre VII, p. 390-393.

29Si l’auteur énumère le plus souvent des lieux communs sur les habitants de l’Empire134 en faisant un usage systématique de l’éloge, seuls les Pontiques, les Paphlagoniens, les Cappadociens et les Galates sont glorifiés en ces mots135 : s’agit-il d’une simple allusion à une tradition ancienne, voire passée ? L’émigration des Cappadociens à Rome, attestée de longue date136, s’est perpétuée pendant l’antiquité tardive, les inscriptions paléochrétiennes de la ville mentionnant à l’occasion des Cappadociens. Des quatre épitaphes qui témoignent de leur présence, une seule, rédigée en grec, signale la profession. Il s’agit d’un cocher, nommé Akakios137. Avec plus de précision, l’éditeur Jean Rougé reconnaît en cet éloge insolite une allusion à l’histoire contemporaine, qui a vu le Paphlagonien Helpidios succéder au Pontique Hermogénès à la tête de la préfecture du prétoire d’Orient, en 359138. Constance II, sous le règne duquel l’Expositio totius mundi et gentium a probablement été composée, entretint peut-être des relations privilégiées avec la Cappadoce139. Plusieurs évêques, qui en étaient originaires, servirent la politique ecclésiastique de cet empereur et de son père – à Antioche (Euphronios), à Alexandrie (Grégoire et Georges), à Milan (Auxence) –, à l’instigation desquels ils avaient peut-être été nommés. Dans ces circonstances, l’auteur de l’Expositio totius mundi et gentium a-t-il extrapolé la réalité contemporaine en procédant à une généralisation abusive ?

  • 140 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 116. Voir aussi 106, 107, 113.
  • 141 Il semble en effet qu’il s’agisse d’un hapax.
  • 142 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 106, 113.
  • 143 A. Chastagnol, Les Fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire, Paris 1962 (Études prosopographi (...)
  • 144 CTh XII 1, 44 (22 mai 358/21 juin 358), 45 (22 juin 358/21 juin 358), 46 (27 juin 358) ; CTh IV 13 (...)
  • 145 CTh I 5, 8. Voir A. Chastagnol, Les Fastes de la préfecture de Rome (cité n. 143), p. 203.
  • 146 Basile, Ep. 74, 2.

30Pendant la seconde moitié du ive siècle, quatre Cappadociens exercèrent dans les villes ou à la cour impériale : Arkadios fut comes rei privatae, Martinianos préfet de la ville de Rome, Sôphronios occupa une fonction identique, à une date proche, à Constantinople, Abourgios fut peut-être comte d’Orient. L’origine des hauts fonctionnaires de l’Empire est trop rarement connue pour que ces données soient totalement négligées, d’autant que leur isolement ne préjuge en rien du nombre de Cappadociens présents à leur côté. Ainsi, lorsque Grégoire de Nazianze rédige plusieurs épigrammes en hommage à Martinianos, il célèbre la gloire que celui-ci acquit au titre de préfet en même temps que le rang qu’il gagna au milieu « des nobles Cappadociens de Rome (Καππαδοκῶν ‘Ρώμης πρόθρονον εὐγενέων)140 ». Que Martinianos en ait été le représentant officiel ou la figure la plus illustre, l’expression de Grégoire désigne tout au moins une communauté de Cappadociens en résidence à Rome. Si le titre de prothronos demeure énigmatique, faute d’être attesté ailleurs141, si la carrière de Martinianos est connue de manière allusive à la lecture des épigrammes de Grégoire qui évoquent tour à tour « la cité des Ausoniens », la Sicile et la Libye142, il apparaît néanmoins qu’il a principalement exercé dans l’Empire romain d’Occident, en occupant successivement les fonctions de consulaire de Sicile, de vicaire d’Afrique et de préfet de la ville de Rome143. La deuxième de ces fonctions est attestée par plusieurs lois du Code théodosien, datées de mai, de juin et de juillet 358144, la troisième est peut-être confirmée et datée par une autre constitution du même Code, adressée ad Marinum p. u. le 9 mars 378, suivant l’étude d’André Chastagnol145. Quoique Martinianos ait fait carrière en Occident, il est loin d’avoir perdu tout lien avec l’Orient : au moment de la première division de la province de Cappadoce, Basile le prie de bien vouloir intervenir auprès de l’empereur romain d’Orient, en se déplaçant à la cour de celui-ci, à défaut en lui écrivant146.

  • 147 Sur la datation, voir Delmaire, Responsables des finances impériales, p. 52, qui ne discute pas l’ (...)
  • 148 Basile, Ep. 32, 76, 96, 177, 180, 192, 272.
  • 149 Grégoire de Nazianze, Ep. 21, 22, 29, 37, 39, 93 et 135. D’après l’édition de P. Gallay, Σωϕρονίῳ (...)
  • 150 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI vii 2, tr. M.-A. Marié.
  • 151 Voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 251 (p. 275, mention, à tort, de Sôphronios comme comes (...)

31Les carrières des Cappadociens à la cour d’Orient et à la même époque sont à peine mieux attestées. Seuls deux d’entre eux exercèrent peut-être dans la capitale impériale, encore que le premier, le comes rei privatae Arkadios, soit uniquement mentionné dans la lettre 15 de Basile, aux alentours de 364-365147. Le second, Sôphronios, est connu de Basile, de Grégoire de Nazianze et d’Ammien Marcellin. Tandis que Basile le désigne comme magistros148, Grégoire de Nazianze le qualifie tantôt de préfet, tantôt de magistros, suivant la tradition manuscrite de la correspondance149 – Sôphronios ayant été nommé préfet de la ville de Constantinople après la mort de Basile, celui-ci ignore cette dernière fonction. Les lettres de Grégoire de Nazianze, en mentionnant celle-ci, permettent d’identifier Sôphronios avec le personnage homonyme qu’Ammien Marcellin évoque à l’occasion de l’usurpation de Procope. Selon l’historien, Sôphronios, apprenant à Constantinople cette révolte, rallia le camp de Valens en quittant, le premier, Constantinople pour Césarée de Cappadoce, où il informa et conseilla l’empereur. À ce propos, Ammien Marcellin résume en ces termes sa carrière : « Sophronius, alors notaire et plus tard préfet de Constantinople […]150 ». En l’absence de tout autre information, Sôphronios semble avoir accompli l’ensemble de sa carrière à la cour ou à Constantinople en étant successivement notaire, maître des offices, préfet de la ville de Constantinople151.

  • 152 Basile, Ep. 75. Voir aussi Id., Ep. 33, 147, 178.
  • 153 Id., Ep. 196.
  • 154 Seeck, Die Briefe des Libanius, Aburgius, p. 36 ; Hauser-Meury, Prosopographie, Abugrius, p. 21, i (...)

32Abourgios est le plus mal connu des trois fonctionnaires auxquels Basile s’adresse au nom de sa patrie. Tout en attestant sa gloire et sa puissance, Basile tait ou évoque à mots couverts sa fonction et son titre152. Dans la lettre 196, l’évêque mentionne sa présence en différentes régions du monde barbare, aux côtés de l’armée ou devant l’empereur. Si Otto Seeck et Marie-Madeleine Hauser-Meury ont considéré qu’Abourgios avait été préfet du prétoire d’Orient, Roland Delmaire, remarquant que Basile lui souhaite de continuer d’aller de l’avant153, a préféré reconnaître en lui un comte d’Orient, qui fut en poste dans les années où Valens résidait à Antioche154.

  • 155 Magninianos : Index syriaque des Lettres festales, II ; En-tête des Lettres festales d’Athanase d’ (...)
  • 156 Athanase, Historia Arianorum, 18.
  • 157 Ibid., 7.
  • 158 Le magistrat qui tranche le différend entre Libanios et son rival de Nicomédie se nomme en effet P (...)
  • 159 Grégoire de Nazianze, Ep. 30. Un autre homonyme, beau-frère d’un certain Tibère, est mentionné par (...)
  • 160 Basile, Ep. 61. Il s’agit plus probablement d’un gouverneur de Libye inférieure, Basile faisant de (...)

33Trois autres hauts fonctionnaires, originaires de Cappadoce, sont connus au ive siècle pour avoir exercé en province. Deux d’entre eux, qui furent préfets d’Égypte, sont attestés, à quelques années d’intervalle, par l’Index syriaque des Lettres festales d’Athanase d’Alexandrie. Magninianos, mentionné sous le nom de Fl. Magnilianos dans un papyrus d’Oxyrhynchos, est cité à l’année 330 comme gouverneur d’Égypte, tandis que Philagrios est mentionné, au même titre, en 336-337 et en 338-340155. La carrière de ce dernier est connue avec quelques détails dans la décennie suivante : il appuya le parti anti-nicéen en Thrace et dans le Pont, où il fut successivement en fonction, selon Athanase156. Comme vicaire du Pont, il témoigna de l’exil et de la mort de Paul de Constantinople à Koukousos157. Dans les mêmes années, à un titre identique semble-t-il, il jugea de l’accusation de magie portée contre Libanios à Nicomédie158. On ignore la suite de sa carrière, faute de l’identifier, lui qui fut en fonction dans le milieu des années 330 en Égypte, avec l’ami et le correspondant homonyme de Grégoire de Nazianze, probablement né, comme le Nazianzène et son frère Césaire, dans la décennie 320159. Basile de Césarée, dans la lettre 61 qu’il adresse à Athanase d’Alexandrie, mentionne enfin un gouverneur de Libye (τοῦ ἡγεμόνος τῆς Λιβύης) originaire de Cappadoce160

  • 161 Van Dam, Kingdom of Snow, p. 58-61, mentionne deux autres cas, qui sont hypothétiques : Évagrios, (...)
  • 162 L’engagement des Cappadociens dans les armées romaines n’est bien sûr pas une nouveauté. Eusèbe de (...)
  • 163 Malalas, Chronographia, XIII 23. Sur Eutychianos, voir O. Seeck, Zur Chronologie und Quellenkritik (...)
  • 164 Passio S. Sabae Gothi, 8. Junius Soranus est probablement le destinataire de la lettre 155 de Basi (...)
  • 165 Palladios, Dialogue sur la vie de Jean Chrysostome, IV 34-39, 57-61. Palladios le dit, l. 36-37, ἀ (...)
  • 166 Sur cette affaire, sur la réception par Innocent de Rome puis par Honorius de la sentence énoncée (...)

34Ainsi est-il possible d’illustrer, à défaut d’étayer, l’affirmation de l’auteur de l’Expositio totius mundi et gentium, en dépit des lacunes de la documentation161. Dans les décennies qui suivirent le règne de Constance, plusieurs Cappadociens servirent par les armes le pouvoir impérial162 : Eutychianos, qui, en tant que vicaire du numerus des Primoarmeniaci, participa à la campagne de Julien contre les Perses dont il fit le récit163, le duc de Scythie Junius Soranus qui fit chercher, sur la rive barbare du Danube, les reliques de Sabas le Goth avant de les expédier en Cappadoce164, le praepositus numeri Valérianos, qui empêcha que l’ambassade, envoyée par Innocent à Arcadius, demandât la révision du procès de Jean Chrysostome165. Après avoir tenté de la faire entrer dans la communion d’Attikos de Constantinople, il l’expulsa du port d’Athyras, en Thrace166. À travers la mise en cause de la brutalité de Valérianos, qui arracha à l’ambassade les lettres dont elle était porteuse, Palladios fait de celui-ci un exécutant fidèle de la politique d’Arcadius et de son préfet du prétoire Anthémios dont il stigmatise l’illégitimité.

  • 167 Kynégios est comes, il jouit de la mégaloprépeia. Sur cette qualité, voir R. Delmaire, Les dignita (...)
  • 168 Sur Kynégios, voir Firmos, Epistulae, p. 53-54 et PLRE II, Cynegius 3.
  • 169 Sur Thalassios, voir Delmaire, Largesses sacrées et res privata, p. 110, n. 124 ; Id., Responsable (...)
  • 170 CTh X 10, 34 (22 février 430).
  • 171 CJ II 7, 7 (7 septembre 439). CJ VII 42, 1 (13 août 439). Socrate, HE VII 48, 4-5.
  • 172 Firmos, Ep. 16.
  • 173 M.-A. Calvet-Sébasti et P.-L. Gatier ne procèdent pas à l’identification des deux personnages dans (...)

35La correspondance de Firmos de Césarée mentionne encore, dans la première moitié du ve siècle, deux hauts fonctionnaires originaires de Cappadoce, Kynégios et Thalassios. Le premier n’est pas connu par ailleurs. L’intitulé et l’adresse de la lettre 4 de Firmos désignent un fonctionnaire de haut rang167, qui fut en poste en Phrygie168. Quant à Thalassios169, comes rei privatae170 puis préfet du prétoire d’Illyricum, il briguait le poste de préfet du prétoire d’Orient au moment où il fut nommé évêque de Césarée171. Seule l’identification avec le correspondant homonyme de Firmos, un très haut fonctionnaire, atteste son origine cappadocienne172. Néanmoins la contemporanéité des deux attestations, la similarité de rang et la nomination à l’évêché métropolitain de Césarée laissent supposer qu’il s’agit d’un seul et même fonctionnaire, originaire de Cappadoce173.

36Il semble donc que, dès le ive siècle, des Cappadociens aient été associés et intéressés au gouvernement de l’Empire, comme s’ils avaient directement profité de la réforme de celui-ci, de la naissance de la capitale constantinopolitaine et de la proximité nouvelle de l’institution impériale.

Le gouvernement des Cappadociens

  • 174 Il est malheureusement impossible d’analyser l’origine des fonctionnaires impériaux, faute de conn (...)
  • 175 Mention par Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 431-433, n° 127 d’un sénateur originaire de Tyane, T (...)

37En mentionnant la contribution des provinciaux originaires du Pont, de la Paphlagonie, de la Cappadoce et de la Galatie au gouvernement de l’Empire, l’Expositio totius mundi et gentium rend peut-être compte, sinon de la nouveauté, du moins de l’importance de la participation des provinces de l’Anatolie centrale à l’exercice du pouvoir, en conséquence immédiate de la fondation de Constantinople et de son sénat174 (des Cappadociens ont exercé au Haut-Empire des fonctions de commandement175). Il semble que cette participation a été admise avec difficulté par certains de leurs contemporains, qui contestèrent la légitimité des magistratures détenues par des Cappadociens.

  • 176 Sur cette province, qui a pour métropole Péluse, voir R. Delmaire, Notes prosopographiques sur que (...)
  • 177 Sur une affaire similaire, voir Évieux, Isidore de Péluse, p. 56-60. Sur la chronologie de l’affai (...)
  • 178 Isidore de Péluse, I Ep. 483, 484, 486, 487.
  • 179 Id., I Ep. 158 : « J’ai peur que tu ne sois originaire de la partie des Cappadoces souillée par to (...)
  • 180 Id., I Ep. 485 et 489. A. Cristofori, Lo status di cartaginesi ed egiziani in Isidoro di Pelusio, (...)
  • 181 CTh IX 38, 9 (31 août 396). Voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 256.

38Dans la première moitié du ve siècle, Isidore de Péluse dénonce et critique, avec virulence, le gouvernement du Cappadocien Gigantios dans la province d’Augustamnique ou d’Augustamnique I176. À plusieurs occasions, il proteste contre les prétentions de Gigantios auprès de hauts fonctionnaires constantinopolitains pour y faire échec177. Après avoir administré une première fois la province de Péluse, Gigantios tente d’en obtenir la charge une seconde fois et, dans ce but, se rend à Constantinople (à la cour, selon les lettres 483 et 484, en Thrace, suivant la lettre 487)178. Pour remettre en cause l’aptitude de l’ancien gouverneur à administrer de nouveau la province, Isidore de Péluse associe systématiquement la méchanceté de Gigantios à la malfaisance de la nation cappadocienne, la première n’étant qu’une illustration de la seconde. N’esquissant jamais le portrait du fonctionnaire sans faire référence à la patrie de celui-ci, Isidore de Péluse procède pareillement dans la lettre qu’il adresse à un autre Cappadocien, nommé Priskos : en même temps qu’il lui reproche d’avoir acheté le sacerdoce et qu’il l’invite à s’amender, il décrit en termes contrastés la Cappadoce179. En mettant en exergue l’identité cappadocienne de Gigantios, en rappelant implicitement la détestable réputation de ses compatriotes, Isidore entend le disqualifier avec plus d’aisance. Loin de se contenter d’user d’un lieu commun, il demande encore que les Cappadociens soient interdits de gouvernement180. Le Code théodosien atteste l’existence de sanctions similaires : en 396, Arcadius annule l’exclusion des honneurs et des dignités et la charge d’infamie dont les Lyciens ont été victimes, à la suite de la déposition de leur compatriote et préfet du prétoire d’Orient, Tatianos, en 393181.

  • 182 Jean Lydos, De magistratibus, III 57. Voir l’apparat critique de l’épigramme dans l’Anthologie pal (...)

39En confirmant et contredisant tout à la fois l’affirmation de l’Expositio totius mundi et gentium, Isidore critique peut-être l’appartenance des Cappadociens aux cercles du pouvoir, comme le laissent supposer les sarcasmes que Jean Lydos rapporte au siècle suivant et qui stigmatisent la participation de ces provinciaux au gouvernement, dans une épigramme anonyme de quatre vers182. Dénonçant le caractère néfaste du gouvernement des Cappadociens, elle s’alarme sur la mainmise qui en résulte :

  • 183 Anthologie palatine, XI 238, tr. R. Aubreton.

« Les Cappadociens sont toujours de mauvaises gens. Obtiennent-ils un ceinturon ? Ils le sont encore davantage ; avec le gain ils le sont tout à fait. Mais si, deux ou trois fois, ils s’octroient l’honneur du char officiel, alors ils touchent au comble de la méchanceté183. »

  • 184 Sur ce portrait et les reproches que Jean Lydos adresse à Jean le Cappadocien, voir Maas, John Lyd (...)
  • 185 Sur le surnom donné à celui-ci, dans Jean Lydos, De magistratibus III 58, maxilloploumakios dans l (...)
  • 186 Jean Lydos, De magistratibus, III 58, 61.
  • 187 Sur Jean Maxilloploum(b)akios, voir, en dernier lieu, Feissel, Vicaires et proconsuls d’Asie, p. 1 (...)
  • 188 Jean Lydos, De magistratibus, III 58-62.
  • 189 Jean Lydos s’enorgueillit en outre de sa patrie, Philadelphie : voir Maas, John Lydus, p. 30-31.
  • 190 Anthologie palatine, XI 235 (les gens de Chios) et 236 (les Ciliciens).

40Citée, sans autres précisions, par Jean Lydos, l’épigramme est une critique à peine voilée de Jean le Cappadocien, faisant allusion à ses deux préfectures du prétoire ainsi qu’à la sévérité de sa politique fiscale sous Justinien Ier. Mentionnée à l’issue du résumé de la carrière de Jean le Cappadocien, elle introduit le portrait moral que Jean Lydos esquisse de celui-ci et de son entourage184. Comme l’épigramme, ce portrait entend dévoiler le danger que recèle toute administration confiée aux Cappadociens, celui d’un dépouillement des contribuables de l’Empire – thème qu’illustre également la correspondance d’Isidore. Mais il précise aussi l’accusation sous-jacente à l’épigramme, celle d’une mainmise des Cappadociens sur le gouvernement des provinces, contestant, dans un même mouvement, la nature et les modalités de la politique conduite par le préfet du prétoire de Justinien. En décrivant la collaboration du préfet du prétoire Jean le Cappadocien avec son homonyme et compatriote, surnommé Maxilloploum(b)akios185, l’auteur du De magistratibus laisse apparaître que ces fonctionnaires d’origine cappadocienne, loin d’avoir rompu toute relation avec leur patrie, faisaient appel aux services de leurs compatriotes. Jean Lydos stigmatise, à deux reprises, « l’armée » ou « les foules de Cappadociens » qui accompagnent Jean Maxilloploum(b)akios en Asie186 et oppose à l’envi Cappadociens et Lydiens187. En élargissant sa critique de Jean le préfet du prétoire et de Jean Maxilloploum(b)akios à l’ensemble des Cappadociens, en dénonçant la participation de toute la maison du préfet, cuisiniers et esclaves compris, au gouvernement de l’Empire188, Jean Lydos, qui fut lui-même engagé comme exceptor à la faveur de la préfecture du prétoire du Lydien Zôtikos189, remet en cause l’irruption de réseaux personnels au sein de l’État. C’est encore le sens des deux vers par lesquels l’épigramme précédemment citée s’achevait à une date inconnue. Incluse au sein de l’Anthologie palatine, à la suite de deux épigrammes qui brocardent différents peuples190, elle s’achève en ces termes :

  • 191 Ibid., XI 238, tr. R. Aubreton. On doit peut-être modifier la traduction : « […] afin que le monde (...)

« Non, je t’en supplie, César, pas quatre fois, ou c’est la fin d’un monde tout “encappadocisé”191 ! (Μή, λίτομαι βασιλεῦ, μὴ τετράκις, ὄϕρα μὴ αὐτòς [] κόσμος ὀλισθήσῃ καππαδοκιζόμενος) »

  • 192 Théodore Téganistès (voir PLRE II, Theodorus qui et Teganistes 57), dont on ignore l’origine, a pa (...)
  • 193 The Oracle of Baalbek. The Tiburtine Sibyl in Greek Dress, p. 20-21, commentaire p. 142 (l’auteur (...)

41Il n’est pas certain cependant que ces deux vers soient postérieurs à la citation de Jean Lydos qui a pu les supprimer, pour mieux dénoncer Jean le Cappadocien et stigmatiser sa carrière, usant contre celui-ci d’une épigramme qui a peut-être été rédigée contre un autre Cappadocien192. Sous le règne d’Anastase, un texte apocalyptique qui fut composé, selon son éditeur, à Héliopolis (en Phénicie Libanaise), en 503-504, et qui entend narrer une prophétie délivrée par la Sibylle aux cent juges de Rome, n’hésite pas à affirmer que l’Antéchrist, qui doit régner trente ans et restaurer les autels d’Égypte, sera désigné par « le peuple impur des Cappadociens »193.

  • 194 Georges le Moine, Chronique, t. II, p. 666-667.
  • 195 Les Cappadociens ne sont pas les seuls à être tournés en dérision : voir par exemple, Procope, His (...)
  • 196 Anthologie palatine, XI 237, tr. R. Aubreton. L’éditeur a bien sûr mentionné sa postérité voltairi (...)
  • 197 Voir les témoignages réunis par Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 112-116, et (...)
  • 198 Visibilité qui semble avoir été d’autant plus forte que le nombre des Cappadociens était faible.

42La réutilisation de l’épigramme témoigne de son succès en même temps que de la genèse d’un lieu commun. L’épigramme, attestée pour la première fois au vie siècle, est citée, à l’époque mésobyzantine, dans l’Anthologie palatine et dans le De thematibus – seuls les quatre premiers vers sont alors repris. De même les propos d’Isidore de Péluse sont invoqués, au ixe siècle, dans la Chronique de Georges le Moine, au sujet de l’empereur Phocas : après avoir fait de Phocas un Cappadocien, l’auteur cite les lettres 281 et 352 d’Isidore194. En témoignant, ainsi que l’Anthologie palatine et le De thematibus, de la postérité des brocards portés contre les Cappadociens, il atteste le scandale, le caractère incongru, voire intempestif, de l’exercice, à l’échelle de la province ou de l’Empire, des plus hautes magistratures par des Cappadociens pendant l’antiquité tardive. Le lieu commun, qui vise à exclure les Cappadociens hors des cercles du pouvoir, est inconnu dans les siècles précédents, alors même que les Cappadociens ne manquèrent pas d’être tournés en dérision195. La plus réussie et la plus célèbre des épigrammes sarcastiques dont ils firent les frais est attribuée à un auteur du ve siècle avant notre ère, Démodokos : « Une méchante vipère mordit un jour un homme de Cappadoce. Mais, pour avoir goûté de ce sang empoisonné, ce fut elle qui mourut196 ! » Moqués pour leur méchanceté ou leur rusticité, ils ne sont jamais mis en scène dans le cadre de l’exercice du pouvoir197. L’Expositio totius mundi et gentium est le premier texte à les présenter ainsi, suivie en cela par les témoignages d’Isidore de Péluse et de Jean Lydos. Du règne de Constance II à la première moitié du ve siècle, la perception de leur présence et de leur action s’est pourtant transformée – de l’éloge de l’Expositio totius mundi et gentium aux critiques d’Isidore de Péluse et de Jean Lydos –, en même temps qu’elle a donné naissance à un lieu commun. Celui-ci, dont la trace peut être suivie du ve au xe siècle, sanctionne la visibilité nouvelle des Cappadociens dans les cercles du pouvoir à Constantinople, pendant l’antiquité tardive198.

Des fonctionnaires de l’Empire au service de leur patrie

  • 199 Grégoire de Nazianze, Ep. 22, 5, tr. P. Gallay.

43En étant attestés dans la correspondance de l’un ou l’autre des Pères cappadociens, ainsi que de Firmos de Césarée, les quelques fonctionnaires originaires de la région gardèrent, par définition, des relations avec la Cappadoce et ses habitants, un lien que les Pères cappadociens n’hésitèrent pas à invoquer et à resserrer. De même que Césaire oppose à Grégoire son désir de protéger sa patrie, de même Basile rappelle ses différents correspondants, Arkadios, Martinianos, Sôphronios et Abourgios, à leur devoir supposé envers leurs compatriotes. Plus que tout autre argument, moral ou personnel, la communauté de patrie motive les requêtes de Basile comme celles de Grégoire, qui recommande la cause de Nikoboulos à Sôphronios en ces termes : « […] honore la patrie, secours la vertu, aie des égards pour nous199 », et introduit la requête d’Eudoxios par ces mots :

  • 200 Id., Ep. 37, 1, tr. P. Gallay.

« Honorer sa mère est au nombre des actions pieuses. Mais les uns ont une mère, les autres une autre ; tandis que la mère commune de tous, c’est la patrie. Cette dernière, tu l’as honorée par tout l’éclat de ta vie ; et tu l’honoreras encore maintenant en ayant des égards pour nous à propos de ce qui fait l’objet de notre requête200. »

  • 201 Id., Épigrammes, 106, 113, 116 (sauf à considérer que les épigrammes de Grégoire sont de purs exer (...)
  • 202 Basile, Ep. 154-155, 164-165 et Passio S. Sabae Gothi, 8.
  • 203 Voir chapitre IV, p. 190-195. Si les positions des évêques d’origine cappadocienne ne semblent pas (...)

44La réalité du lien qui unit les fonctionnaires à leur patrie apparaît avec plus de clarté encore dans leur biographie. Martinianos, dont la carrière semble avoir eu pour seule scène l’Occident romain, est inhumé en Cappadoce, suivant ce que laissent entendre les épigrammes que Grégoire de Nazianze rédigea en son hommage et qui désignent aux Cappadociens la tombe de Martinianos comme un lieu de mémoire et de vénération201. Le Cappadocien Junius Soranus expédia à Basile de Césarée les reliques de Sabas le Goth, aidé en cela par son compatriote, le prêtre Ascholios, lui-même en poste en Scythie202. Deux des quatre fonctionnaires originaires de Cappadoce et connus indépendamment des Pères sont mentionnés dans le cadre de la Cappadoce. Au titre de vicaire du Pont, Philagrios fut en tournée en Cappadoce ; lorsqu’il fut préfet d’Égypte, il prêta main forte à son compatriote Grégoire, affecté, comme lui, à Alexandrie. Près d’un siècle plus tard, Thalassios accepta d’être nommé évêque de Césarée, renonçant de ce fait à ses ambitions préfectorales. Tout comme ces fonctionnaires, ni Georges d’Alexandrie ni les autres évêques du parti anti-nicéen qui étaient d’origine cappadocienne n’avaient rompu avec leur province203. Aussi, le lien entre les fonctionnaires ou les évêques et leur patrie s’affirme indépendamment des requêtes et du propre sentiment patriotique des Pères cappadociens. Parce que ce lien était effectif, les hauts fonctionnaires d’origine cappadocienne constituèrent autant de relais de la province vers la cour impériale. Loin d’être strictement et seulement individuels, leurs itinéraires semblent avoir engagé, dans chacun des cas, la patrie cappadocienne.

Relégation et oubli de la patrie ?

  • 204 Procope, De bello persico, I xxiv 11-15 et xxv 3, 7-10 ; Zacharie de Mytilène, HE IX 14. Procope, (...)

45Lorsque Jean Lydos entend montrer que le pouvoir a été confisqué par Jean le Cappadocien et ses hommes, il semble désigner pareillement l’importance de la patrie cappadocienne dans l’itinéraire du préfet du prétoire. Il hésite pourtant entre deux motifs d’accusation : plus que la mainmise des compatriotes de celui-ci il dénonce l’usurpation de l’autorité publique par les proches et les serviteurs de Jean. « L’armée » et les « foules de Cappadociens » appartiennent à l’entourage de Jean Maxilloploum(b)akios, et non à celui de Jean, qui fait primer, semble-t-il, les relations personnelles sur les solidarités patriotiques. Aussi la Cappadoce, dans l’itinéraire de Jean, n’est-elle invoquée que secondairement par Jean Lydos, à travers l’exemple de Jean Maxilloploum(b)akios et la citation de l’épigramme, tandis qu’elle est totalement absente des charges de Procope et de Zacharie de Mytilène contre le préfet du prétoire204. D’Isidore de Péluse aux contemporains de Justinien, la référence à la province d’origine ne s’impose peut-être plus.

  • 205 Voir Jean Lydos qui, le plus souvent, désigne le préfet du prétoire par ces mots : « le Cappadocie (...)
  • 206 Jean Lydos et le continuateur de Zacharie de Mytilène précisent néanmoins que Jean est originaire (...)
  • 207 Sur la première, voir Jean Lydos, De magistratibus, III 57. Sur la seconde, ibid., III 57 ; Procop (...)
  • 208 Sur les fonctions de scriniarius et de logothète, voir Jean Lydos, De magistratibus, III 57 : si J (...)
  • 209 Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 544, 3. C’est à cette date, et non en 541, que la chronique me (...)
  • 210 Malalas, Chronographia, XVIII 89-90 ; Procope, De bello persico, I xxx 49-54 (Procope ne mentionne (...)

46Le préfet du prétoire Jean n’est connu comme étant cappadocien que par le surnom qui accompagne son nom, voire le désigne sans autres précisions205, et par son entourage constitué partiellement de compatriotes, au dire de Jean Lydos, qui n’en cite qu’un seul nommément206. Aucun auteur contemporain n’évoque son passé provincial, ni Jean Lydos, ni Procope, ni Malalas, le comte Marcellin, Zacharie de Mytilène, Évagre et le Chronicon Paschale ne faisant que des allusions ponctuelles à son action. Ainsi son histoire commence-t-elle à Constantinople, avec sa nomination comme scriniarius de l’un des magisteria militum praesentalia, quand ce n’est pas, en 531, avec sa désignation à la tête de la préfecture du prétoire d’Orient, voire en 541, au moment de sa seconde destitution, précisément décrite et analysée par Procope et Malalas207. L’ensemble de sa carrière eut pour cadre Constantinople : de son poste de scriniarius à celui de logothète de la préfecture du prétoire jusqu’à sa nomination à la tête de celle-ci et son consulat ordinaire en 538, en passant par la direction de la commission juridique chargée de la compilation du Code justinien208. Jean quitta la ville impériale lorsqu’il fut exilé à Cyzique, en Bithynie, puis à Antinoé, en Égypte. Des biens qui lui furent confisqués, sa demeure fut offerte par l’empereur à Bélisaire, en 544209. Après la mort de Théodora, en 548, il fut autorisé par Justinien à s’installer à Constantinople où il décéda dans les années suivantes210. À nul moment de la biographie de Jean, la Cappadoce n’est mentionnée. Aucune allusion n’est faite à la détention de biens ou à une résidence dans les provinces cappadociennes.

  • 211 Jean est en effet considéré comme le père des réformes de l’administration provinciale : voir Stei (...)
  • 212 Roueché, Provincial Governors and their Titulature, p. 86. M. Maas, History and Ideology in Justin (...)
  • 213 Respectivement Nov. XXV, XXVI, XXIX, CIII. Sur les préambules des novelles, voir aussi T. Honoré, (...)
  • 214 Voir M. Maas, History and Ideology in Justinianic Reform Legislation (cité n. 212), p. 24.

47Si la Cappadoce est absente de l’histoire de Jean, elle ne l’est pas cependant de l’action qu’il engagea à la tête de la préfecture du prétoire. À son initiative, l’administration de la région fut en effet réformée, dans les années 535-536, par la promulgation des novelles VIII, XX et XXX, qui lui furent adressées211. La troisième, l’un des plus longs textes à promouvoir la réorganisation du gouvernement des provinces, met en avant des problèmes identiques aux difficultés rencontrées en d’autres régions en même temps qu’elle les résout avec originalité : sans procéder à l’unification de plusieurs provinces, elle renforce l’autorité du gouverneur de Cappadoce I en lui donnant, entre autres, le commandement militaire et les compétences du comte des maisons divines dans la région. La réforme provinciale prend ainsi pleinement en compte la spécificité des provinces cappadociennes, précisément invoquée dans le préambule de la novelle. Elle respecte également la primauté de Césarée, seule cité à être mentionnée, et de la province dont celle-ci est capitale, en confiant au gouverneur de Cappadoce I les appels de Cappadoce II, en n’évoquant que très brièvement cette dernière province. Enfin la novelle XXX fait l’éloge de la région en des termes qui rappellent son antiquité et son intérêt. Si Charlotte Roueché a vu dans certaines formulations du préambule un hommage implicite au préfet du prétoire Jean, si Michael Maas a reconnu la main d’un Cappadocien dans la justesse des informations sur la région212, ils ont dégagé en d’autres novelles la même volonté d’énoncer en quelques mots l’histoire de la province réformée. La Lycaonie, la Thrace, la Paphlagonie et la Palestine I font aussi l’objet d’un bref exposé historique213, au contraire des provinces d’Arménie et d’Arabie par exemple214. La mise en valeur de la Cappadoce est toute relative, ne laissant pas transparaître le lien privilégié qui semble avoir uni plusieurs hauts fonctionnaires du ive siècle à leur patrie. L’importance politique de Jean le Cappadocien, pendant la décennie 530, ne valorisa d’aucune manière la région dont il était originaire : il est impossible de considérer sa préfecture du prétoire comme « un moment cappadocien », contrairement à ce que laisse entendre l’épigramme citée par Jean Lydos.

  • 215 Le nom de sa fille, Euphémia, ne semble pas caractéristique de la Cappadoce. C’est aussi celui de (...)
  • 216 Voir PLRE IIIB, Tribonianus 1.
  • 217 Sur le premier, voir Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 9, 25 (le surnom de Jean, qui appartien (...)

48Ainsi le surnom du préfet du prétoire d’Orient, que Jean Lydos désigne presque systématiquement comme étant « le Cappadocien », est-il le seul lien manifeste que celui-là a gardé avec sa région natale215. Son histoire étant constantinopolitaine, l’usage de son surnom est probablement justifié par la banalité de son nom, plutôt que par l’incidence de son origine cappadocienne dans son itinéraire et dans sa carrière. Tandis que le pamphylien Tribonien n’eut pas de surnom216, d’autres Cappadociens, qui se nommaient pareillement Jean, eurent eux aussi un surnom : Jean Konôn, Jean Maxilloploum(b)akios, Jean Daknas ainsi que, peut-être, Jean le Cappadocien, patriarche de Constantinople en 518-519217.

  • 218 Sur Constantin, voir PLRE II, Constantinus 8. Constantin est identifié avec le destinataire de plu (...)
  • 219 Jean Lydos, De magistratibus, II 20. Le texte mentionne successivement la construction d’une agora(...)

49Au contraire des quelques hauts fonctionnaires cappadociens du ive siècle et de la première moitié du ve siècle dont on a gardé mémoire, Jean ne semble avoir conservé que des liens insignifiants avec sa patrie, à l’image peut-être de l’un de ses prédécesseurs et compatriotes, le préfet du prétoire d’Orient Constantin. Jean Lydos, qui seul atteste celui-ci, le dit en effet originaire de Mazaka/ Césarée218. Pendant l’exercice de sa magistrature, sous le règne de Léon, Constantin fit construire à ses frais un forum et une résidence de fonction au profit de ses successeurs219. Son petit-fils, Rufus, était un contemporain de Jean Lydos. Ces deux remarques ancrent Constantin dans le seul espace constantinopolitain et non dans les provinces cappadociennes.

  • 220 Nous laissons de côté les exemples connus par les Pères cappadociens, faute de disposer de sources (...)
  • 221 Procope, De bello gothico, V xxix 20-21. Sur Georges, voir PLRE IIIA, Georgius 3. Sur Théodoriskos (...)
  • 222 P. Cairo Masp. 67032. L’acte précise, aux lignes 14-18, que Flavios Palladios est fils de Jean, qu (...)
  • 223 Sur l’ensemble de la documentation, voir D. Feissel, Magnus, Mégas et les curateurs des « maisons (...)

50L’oubli de la province et la focalisation sur Constantinople, dont témoignent les itinéraires de Constantin et de Jean, sont le fait des plus hauts fonctionnaires de l’Empire en même temps qu’ils reflètent l’intérêt pour la ville impériale des auteurs contemporains, Jean Lydos et Procope. Comparés cependant à la carrière de Thalassios, qui, en acceptant, dans le deuxième quart du ve siècle, la charge épiscopale de Césarée, dut rentrer en Cappadoce, après avoir été préfet du prétoire d’Illyricum et au moment même où il briguait la préfecture du prétoire d’Orient, comparés aussi au parcours de Philagrios qui, au ive siècle, ne semble pas non plus avoir perdu tout lien avec sa patrie220, les itinéraires de Constantin et de Jean le Cappadocien montrent que la patrie cappadocienne a peut-être perdu de son importance, sinon de son intérêt, qu’elle se réduit au cercle familial et amical, qui accompagne et suit le fonctionnaire parti pour Constantinople. Comme Jean le Cappadocien et Jean Maxilloploum(b)akios, deux soldats cappadociens, Georges et Théodoriskos, combattirent de conserve sous le commandement de Martinos pendant la première guerre gothique et s’illustrèrent à Rome, en 537, aux côtés d’un Isaurien221. Deux comtes du consistoire, d’origine cappadocienne, Épigonos et Flavius Palladius, furent chargés de faire exécuter, en faveur des habitants d’Aphroditô, des sentences impériales222. Pourtant, à l’exception de ce compagnonnage entre compatriotes, les quelques Cappadociens attestés en ce siècle sont connus en dehors de toute référence à leur patrie. Celle-ci n’apparaît plus que pour désigner une origine, au mieux une solidarité, ressortissant davantage au champ du discours qu’à la réalité. Tel est le paradoxe de ces fonctionnaires stigmatisés comme cappadociens, quoiqu’ils n’entretiennent que fort peu de relations avec leur patrie, à l’inverse, par exemple, du favori de Justin II et de Tibère, Magnus. Originaire de Syrie, celui-ci fut curateur des maisons impériales, en Pamphylie puis en Syrie ; il fut aussi propriétaire dans cette dernière région et commerciaire d’Antioche223. Il semble en conséquence que la participation des Cappadociens au gouvernement de l’Empire induise ou provoque une rupture avec la Cappadoce, que leur réussite n’aboutisse pas à son intégration dans l’histoire politique de l’Empire.

Les Cappadociens à Constantinople

  • 224 Grégoire de Nazianze, Or. VII 9 ; Or. XLIII 14.
  • 225 Id., Or. VII 8, tr. M.-A. Calvet-Sébasti.
  • 226 Firmos, Ep. 9, Ep. 22.

51L’irritation de certains contemporains et l’effacement de la patrie dans le parcours de plusieurs Cappadociens manifestent l’attraction exercée par Constantinople sur la Cappadoce, avec plus de clarté que les quelques données qui nous ont été transmises. En effet, les auteurs anciens ne font jamais de Constantinople la destination privilégiée des Cappadociens, comme si la ville, au fur et à mesure qu’elle imposait sa primauté politique, sociale et économique, n’avait pas focalisé les déplacements, voire les migrations de ces derniers. Résidant dans la ville impériale aux débuts du règne de Théodose Ier, Grégoire de Nazianze félicite Césaire d’avoir préféré la Cappadoce à Constantinople. S’il qualifie celle-ci de « première ville » de l’Empire, s’il reconnaît une primauté d’honneur à la ville de Constantin, s’il accepte tacitement la place conquise par la nouvelle cité, « qui autrefois était Byzance et qui maintenant siège la première en Europe » et « en Orient »224, il évite cependant de la considérer et de la décrire comme le centre de l’Empire romain d’Orient. Lorsqu’il affirme que « […] Césaire, en peu de temps, y obtint une telle réputation qu’on lui proposa des honneurs officiels […] pour que la première ville eût à se parer et à s’honorer du premier des savants225 », il prétend que Césaire a été moins honoré que Constantinople. Comme Basile, Grégoire de Nysse et Firmos de Césarée, qui n’ont pas ou peu évoqué la capitale de l’Empire – le dernier la désignant simplement comme la « grande ville226 » –, Grégoire de Nazianze, qui, le premier parmi les Cappadociens, put en faire le constat, ignore volontairement l’importance de celle-ci, hormis son importance religieuse.

  • 227 Il s’agit de Basile uniquement.
  • 228 Sur celle-ci, voir PLRE I, Theodosia ; Bernardi, Famille de Grégoire de Nazianze (Théodosie aurait (...)
  • 229 Grégoire de Nazianze, Ad Olympiadem, PG 37, col. 1549, 97-103 (Théodosie), à la condition qu’il s’ (...)
  • 230 Id., Or. VII 8, tr. M.-A. Calvet-Sébasti.
  • 231 Id., Or. VII 9-11, 15.
  • 232 Sozomène, HE VII 17 (Eunomios). Philostorge, HE X 6 (Philostorge, âgé de vingt ans), XII 11 (Lucie (...)
  • 233 Cyrille de Scythopolis, Vie de Jean l’Hésychaste, 23-24 (Basilina) ; Théodore le Lecteur, HE 523 ( (...)
  • 234 Voir Feissel, Immigration à Constantinople, p. 372-375. Ont été incluses les épitaphes des faubour (...)

52De fait, peu de Cappadociens sont attestés dans la ville impériale. Outre les étudiants227, les sophistes, les fonctionnaires et les dignitaires mentionnés dans les pages précédentes, Grégoire de Nazianze, son frère Césaire, sa cousine Théodosie228 et l’une de ses nièces, qu’il ne nomme pas, demeurèrent à Constantinople, dans le dernier quart du ive siècle229. À l’occasion de son premier séjour à Constantinople, Césaire se vit proposer « des honneurs officiels, un mariage parmi les notables, une place au Sénat230 ». S’il ne semble pas avoir accepté de résider à cette date dans la ville de Constantin, il exerça néanmoins à la cour impériale de Constance II et de Julien, après avoir accompagné son frère en Cappadoce et avant d’achever sa carrière en Bithynie, sous le règne de Valens231. Eunomios et ses partisans qui étaient d’origine cappadocienne – Lucien et Philostorge – ont quitté leur province pour la ville impériale232. Au vie siècle, Basilina, diaconesse de la Grande Église, Jean, qui devint patriarche de la ville, et un évêque de Césarée, qui décéda dans la capitale233, habitèrent à Constantinople. Au total, seule une vingtaine de Cappadociens sont connus pour avoir séjourné ou immigré dans la ville de Constantin, le silence de la documentation épigraphique ne compensant pas la pauvreté des témoignages textuels. Alors que, aux termes d’une étude conduite par Denis Feissel, l’épigraphie funéraire de Constantinople et de ses environs montre que les immigrés à Constantinople sont principalement originaires d’Asie Mineure – de Phrygie Salutaire, des provinces pontiques, de Galatie – aucune épitaphe de Cappadocien n’a été retrouvée234.

  • 235 Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 50. Voir Parmentier, Eunomius, p. 243-244 ; Vaggione, Eunomi (...)
  • 236 Grégoire de Nazianze, Ep. 186, 5.
  • 237 Id., De vita sua, v. 12-17, cité chapitre IV, p. 219.
  • 238 AASS, Mai II, xxxviii-xli, 1866 : Akakios, centurion de la cohorte des Martésiens, fut arrêté en C (...)

53Pourtant le parti pris ou les lacunes de la documentation ne gomment pas totalement l’attraction exercée par Constantinople. En témoignent, quelques décennies après sa fondation, l’itinéraire, atypique, d’Eunomios et l’histoire de la famille même de Grégoire de Nazianze. Fils d’un petit propriétaire terrien ou d’un cultivateur, Eunomios s’établit chez un parent, des enfants duquel il devint précepteur, avant de partir pour Constantinople et y servir comme pédagogue235, son cas attestant peut-être l’attraction économique et sociale exercée par Constantinople dès le milieu du ive siècle. Si son frère, sa nièce et sa cousine rendent compte du poids social et politique de Constantinople, Grégoire de Nazianze, qui qualifie la ville de « terre étrangère236 », prend acte de l’importance religieuse de la nouvelle cité en acceptant d’y prêcher. Tandis que la résolution des affaires de sa nièce exigeait qu’elle séjournât à Constantinople, il consent, face aux Constantinopolitains, à reconnaître le caractère exceptionnel de la ville237 : il accepte de glorifier Constantinople comme centre religieux de l’Empire, de lui donner une fonction fondatrice dans l’avènement de l’orthodoxie. Comme en reconnaissance de la contribution des Cappadociens à la genèse de son identité religieuse, la ville de Constantinople vénéra, dès le ive siècle, un centurion de Cappadoce du nom d’Akakios, qui aurait souffert le martyre en 303 ou en 306 à Périnthe puis à Byzance (BHG 13)238.

  • 239 Socrate, HE VII 48, 2. Voir chapitre IV, p. 215-216.
  • 240 Nov. XXX 5, 1.
  • 241 Théodore le Lecteur, HE 523 ; Victor de Tunnuna, Chronique, 99 (ad a. 517).
  • 242 Théophane, Chronographia, A. M. 6101, t. I, p. 297-298.
  • 243 Jean était originaire de la ville de Nikopolis, dans la province voisine d’Arménie I : Cyrille de (...)

54Si les départs pour Constantinople ne sont pas attestés en nombre plus grand dans les deux siècles suivants, deux faits confirment, de loin en loin, la réalité de l’attraction exercée par la ville impériale. « Firmos, évêque de Césarée de Cappadoce, étant décédé [en 439], des habitants de Césarée étaient venus [à Constantinople] réclamer un évêque239. » Au vie siècle, les Cappadociens n’hésitèrent pas à protester, jusque devant la cour impériale, contre les modalités de l’administration de la justice dans leur province240. Plus encore, la rupture, même symbolique, des Cappadociens immigrés à Constantinople avec leur patrie témoigne de l’emprise de la ville de Constantin dans l’Empire. Des sept Cappadociens attestés dans la capitale au vie et au début du viie siècle – Basilina, Jean évêque de Constantinople, Jean préfet du prétoire, Jean Maxilloploum(b)akios, Épigonos, Flavius Palladius et Théodore – aucun ne semble encore en relation avec la Cappadoce, à l’image du préfet du prétoire de Léon Ier, Constantin. Basilina, diaconesse de la Grande Église de Constantinople, se rendit à Jérusalem, accompagnée d’un neveu ; le préfet du prétoire fut exilé en Bithynie et en Égypte ; Jean Maxilloploum(b)akios exerça en Lydie ; les comtes du consistoire Épigonos et Flavius Palladius furent envoyés en Égypte. Jean fut élu évêque de Constantinople après avoir été prêtre et syncelle de la Grande Église de Constantinople, sous le patriarcat de son prédécesseur241. Théodore n’est évoqué que dans le cadre de la ville impériale, où il trouva la mort après avoir fomenté un complot contre Phocas242. La patrie cappadocienne ne fait sens dans aucune de ces histoires, à l’exception, peut-être, de celle de Basilina qui, en se rendant auprès de Jean l’Hésychaste, va rencontrer un « presque compatriote »243.

  • 244 Procope, De bello vandalico, II viii 24, xiv 32-41, xv 6 et 49, xvii 6, xviii 1 et 4 : après qu’en (...)
  • 245 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 1, 9 et 25. En 444, Jean quitta la Cappadoce pour Alexandrie (...)
  • 246 Agathias, Histoires, IV 17-20, p. 143-148 : Jean Daknas, qui fut envoyé par Justinien en Lazique ( (...)

55Longtemps point d’ancrage de pérégrinations longues et lointaines, en différentes régions de l’Empire romain d’Orient, épicentre d’une géographie ouverte et éparse, la patrie cappadocienne cessa peut-être, à un moment donné, de constituer un repère majeur au contraire de la ville ou de la région d’expatriation, comme si ces pérégrinations avaient cédé la place à des départs définitifs. La marginalisation progressive de la Cappadoce est de ce fait signifiée. Des voyages à travers l’Empire des étudiants cappadociens aux fonctions gouvernementales ou administratives exercées par des Cappadociens à Constantinople ou en d’autres provinces de l’Empire, la Cappadoce semble avoir perdu de son importance, au profit de la capitale impériale. À l’exception des moines qui gagnent les communautés monastiques de la Palestine et de l’Égypte, les seuls Cappadociens attestés en dehors de leur patrie et de Constantinople sont au service de l’État, en tant que fonctionnaires ou soldats, à l’image de Théodore le Cappadocien, qui, dans la guerre vandale, seconda Solomon face aux insurgés244. Le service, civil ou militaire, de l’Empire est devenu le principal vecteur de la mobilité des Cappadociens. De même que le père de Sabas, Jean, qui appartenait au numerus des Isauriens, quitta la Cappadoce pour Alexandrie245, Théodore le Cappadocien combattit en Afrique vandale, Georges et Théodoriskos en Italie ostrogothique, Jean Daknas qui, en 556, fut magister utriusque militiae, en Lazique246.

56Au moment où des Cappadociens étaient étroitement associés au gouvernement de l’Empire, leur patrie cessa de faire référence, comme si leur participation à l’exercice du pouvoir avait paradoxalement marginalisé leurs provinces, comme si le service de l’Empire avait exclu celles-ci de son fonctionnement politique. N’est-ce pas plutôt que la réussite des Cappadociens à Constantinople compensa, voire justifia, la marginalité de leur patrie ? Leur intéressement à la genèse et à l’administration d’un Empire réformé et centralisé ne permit-il pas de sauver, sinon la place de la Cappadoce, du moins la position de certains de ses provinciaux ? En sachant associer ces provinciaux au gouvernement de l’Empire, à la mise en place de la primauté de Constantinople, l’institution impériale n’a-t-elle pas dans le même temps sauvegardé l’intérêt de ces derniers pour l’Empire et assuré la réussite de celui-ci ?

Les Cappadociens en quête du « désert » : la primauté de la Terre sainte ou la marginalité de la Cappadoce

La tentation des Lieux saints

Pèlerins et moines cappadociens en Orient

  • 247 Eusèbe de Césarée, HE VI 11, 1, tr. G. Bardy.
  • 248 Sur le premier point, voir Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient, p. 26-27.
  • 249 Itinerarium Burdigalense ; Égérie, Journal de voyage, 23, 7 ; Jérôme, Ep. 3, 3.
  • 250 Basile, Ep. 223, 2, tr. Y. Courtonne : « […] Je découvris beaucoup de ces hommes à Alexandrie, bea (...)
  • 251 Athanase, Epistula ad Palladium, PG 26, col. 1168B-1169A; Basile, Ep. 258, 2, Ep. 259.
  • 252 Grégoire de Nysse, Ep. 2 et 3. Sur l’édition et l’authenticité de la lettre 2, voir P. Maraval, Un (...)
  • 253 Grégoire de Nysse, Ep. 2, 18, tr. P. Maraval.
  • 254 Jérôme, Ep. 46, 10, tr. J. Labourt.
  • 255 Jérôme, Ep. 58, 3, tr. J. Labourt.
  • 256 P. Maraval, Saint Jérôme et le pèlerinage aux Lieux saints de Palestine, Jérôme entre l’Occident e (...)
  • 257 Patlagean, Pauvreté, p. 336.
  • 258 Chitty, Et le désert devint une cité, p. 105.

57Selon Eusèbe de Césarée, au début du règne de Caracalla, les habitants de Jérusalem désignèrent, comme évêque de leur cité, Alexandre qui, « sorti de la terre des Cappadociens, où d’abord il avait été honoré de l’épiscopat, […] entreprit le voyage de Jérusalem pour prier et voir les Lieux [saints]247 ». Cette mention constitue tout à la fois le premier jalon de l’histoire du pèlerinage aux Lieux saints et le plus ancien témoignage sur l’histoire de l’Église de Césarée248, attestant la proximité des chrétientés de Cappadoce et de Palestine, laquelle ne disparut pas aux siècles suivants. À l’image d’Alexandre, des hommes d’Église, principalement des moines, voire de simples laïcs, d’origine cappadocienne, prirent, au ive siècle, la route de la Palestine, une route précisément désignée comme la voie de pèlerinage par excellence, celle qui fut empruntée, au début des années 330, par le Pèlerin de Bordeaux, dans le dernier quart du ive siècle, par Égérie et Jérôme249. Après qu’il eut abandonné sa fonction de rhéteur et alors qu’il s’apprêtait à quitter le monde profane, Basile entreprit, à la fin des années 350, en 357 peut-être, plusieurs voyages en Orient, en quête de modèles spirituels250. Alors qu’il était devenu évêque de Césarée, l’un de ses compatriotes et anciens compagnons, le moine et prêtre Palladios, s’installa dans la communauté monastique d’Éléona, à Jérusalem251. À la même époque, Grégoire de Nysse proteste violemment contre la multiplicité des départs des moines cappadociens pour Jérusalem, attestant qu’il a lui-même visité les Lieux saints, à l’image de plusieurs de ses compatriotes252. La virulence de ses propos montre la force de l’attraction exercée par Jérusalem et la Palestine sur les communautés de Cappadoce. En critiquant tout à la fois le voyage à Jérusalem, contraire à la stabilité et à l’obéissance exigées des moines, et la vénération des Lieux saints, qui privilégie une vision anthropomorphique de Dieu, Grégoire de Nysse défend l’universalité de la foi et l’Église de Cappadoce. Et de conclure : « Conseille donc aux frères, mon cher, de quitter leur corps pour aller vers le Seigneur, et non la Cappadoce pour aller en Palestine253. » À l’extrême fin du ive siècle, dans une défense et illustration des Lieux saints, Jérôme rend compte de la présence des Cappadociens parmi des pèlerins venus de tout l’Orient : « Pourquoi rappeler les Arméniens, les Perses, les peuples d’Inde et d’Éthiopie et l’Égypte voisine elle-même, fertile en moines, le Pont et la Cappadoce, la Célésyrie, la Mésopotamie et tous les essaims de l’Orient qui […] accourent en foule vers ces lieux saints […]254 ? » Les protestations de Grégoire de Nysse valident l’énumération de Jérôme, ce dernier prétendant encore et à l’inverse que les moines de ces mêmes régions sont demeurés loin des Lieux saints : « Antoine et tous ces essaims de moines d’Égypte, de Mésopotamie, Pont, Cappadoce et Arménie, ils n’ont pas vu Jérusalem ; pourtant, bien qu’ils se passent de visiter cette ville, la porte du ciel leur est ouverte255. » Il n’y a pas en effet de contradiction dans les propos de Jérôme qui, dans un cas, entend persuader une aristocrate romaine, Marcella, de faire le voyage jusqu’à Jérusalem et, dans l’autre, tente de consoler Paulin de Nole de son incapacité à se rendre aux Lieux saints256. Nonobstant les circonstances des discours, il faut reconnaître, dans la versatilité des points de vue de Grégoire de Nysse et de Jérôme sur le pèlerinage aux Lieux saints, la réalité de l’attraction exercée par Jérusalem et la Palestine qui devint, au ive siècle, « une destination à la mesure de l’Empire tout entier257 », en même temps que les difficultés qu’elle engendra, par la déstabilisation des chrétientés voisines comme des Églises plus lointaines. Après que de nombreux sanctuaires et monastères eurent été construits sous le règne de Constantin et au moment où le monde fit irruption, suivant une expression de Derwas Chitty, dans la vie des communautés monastiques d’Égypte et de Palestine258, la Cappadoce fut exposée à l’attraction, sinon à la concurrence de la Terre sainte.

  • 259 Sur la présence d’étrangers dans le monachisme palestinien et égyptien, dès la deuxième moitié du (...)
  • 260 Palladios, Histoire lausiaque, 48 et 49. Vie de Chariton, 21. Sur Douka, voir S. Vailhé, Répertoir (...)
  • 261 Jean Cassien, Conférences, X 3, tr. Dom E. Pichery.

58Dès le ive siècle, certains Cappadociens, abandonnant le simple statut de pèlerins, choisirent de s’établir dans les communautés monastiques qui avaient été ou furent fondées, au même moment, en Palestine et en Égypte, à l’instar d’autres citoyens de l’Empire, originaires d’Asie Mineure ou d’Occident259. Palladios, dans l’Histoire lausiaque, atteste l’émigration des Cappadociens en Palestine, en évoquant deux moines, Elpidios et Sisinnios, qui étaient tous deux originaires de Cappadoce, à la laure de Douka, fondée, vers l’an 340, par Chariton, sur la montagne homonyme, dans les environs de Jéricho260. À une date voisine, Jean Cassien témoigne, à la suite de Basile, de l’intérêt que suscitaient les communautés égyptiennes en rendant compte de l’arrivée, au désert de Scété, d’un diacre cappadocien nommé Photin que poussait le seul « désir de voir les frères demeurant au désert de Scété ». Au milieu des moines de l’abbé Paphnoutios, Photin défendit le bien-fondé de la lettre envoyée par l’évêque Théophile d’Alexandrie, à l’Épiphanie 399, contre les anthropomorphites261.

  • 262 Palladios, Histoire lausiaque, 48, 2.
  • 263 Jean Moschos, Pré spirituel, 154. Voir S. Vailhé, Répertoire alphabétique des monastères de Palest (...)
  • 264 Vie de Chariton, 21.
  • 265 Sur les difficultés chronologiques de la vie de Palladios, voir le résumé de B. Flusin, dans DS, X (...)

59Dans la mise en place et la réussite des laures et des koinobia en Palestine, à la fin du ive siècle et au siècle suivant, plusieurs moines d’origine cappadocienne jouèrent un rôle important, comme l’ont suggéré les protestations de Grégoire de Nysse. Si Palladios évoque principalement le caractère admirable de l’ascèse du moine Elpidios, il mentionne aussi la manière dont celui-ci contribua à l’essor de la laure de Douka : « Près de lui vivait une multitude de frères, comme des abeilles autour de leur roi, […] si bien qu’il avait transformé la montagne en véritable cité262. » Comme Cyrille de Scythopolis évoque, au siècle suivant, l’action des moines originaires d’Arménie et de Cappadoce, Palladios rend compte de la fonction d’Elpidios dans le développement de la communauté de Douka, laquelle est appelée du nom de celui-ci au vie siècle263. L’hagio graphe de Chariton confère à Elpidios une importance identique dans l’histoire de la laure : « […] [Chariton] fit construire un autre phrontistèrion de vertus, qu’Elpidios de sainte mémoire, un homme qui brilla particulièrement par ses actions ascétiques, élargit par la suite et nomma Douka, du nom d’un habitant d’ici […]264 ». Il est impossible cependant de dater avec précision l’action de l’ascète cappadocien à la tête de la commnauté fondée par Chariton. Palladios se contente de faire référence à son propre séjour aux côtés d’Elpidios, sans autres détails. Or, entre les années 386 et la fin du ive siècle, il résida à plusieurs reprises en Palestine, à des dates qui font elles-mêmes difficultés265. Elpidios est néanmoins le premier moine d’origine cappadocienne à jouer un rôle fondateur dans l’histoire du monachisme palestinien.

  • 266 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 2-3.
  • 267 Ibid., 11.
  • 268 Ibid., 16. Voir Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, p. 359.
  • 269 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 32. Martyrios et son compagnon quittèrent l’Égypte après qu (...)

60Quoiqu’Euthyme ne fût pas cappadocien, il était lui-même originaire de la province voisine d’Arménie II, étant né et ayant grandi à Mélitène, sous la direction, entre autres, de l’évêque Otrèios266. Après avoir été accompagné, au début de ses pérégrinations en Palestine, par un compatriote nommé Dométianos267, il eut pour premiers disciples trois frères d’origine cappadocienne, Kosmas, Chrysippos et Gabriel, qui prennent place, dans la liste symbolique de ses douze premiers disciples, aux côtés de quatre Méliténiens, trois hommes originaires de Raïthou, un Antiochien et un Palestinien268. Il fut rejoint, en 457, par deux anachorètes des monts du Nitrie : l’un était originaire d’Arabie, l’autre, Martyrios, de Cappadoce269.

  • 270 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 1 et 6.
  • 271 Id., Vie de Sabas, 7.
  • 272 Id., Vie de Théodose, p. 235-236 ; Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 6 (Théodore de Pétra ne men (...)
  • 273 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théognios, p. 241 ; Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 5. Quoique les (...)
  • 274 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théognios, p. 242 ; Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 10.
  • 275 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 38 et Vie de Sabas, 11. Dométianos était originaire de Méli (...)
  • 276 Id., Vie de Théognios, p. 242 ; Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 7.
  • 277 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 30 ; Id., Vie de Théodose, 4.
  • 278 Id., Vie de Sabas, 56-57.
  • 279 Id., Vie de Théodose, 5.
  • 280 Id., Vie de Sabas, 76.

61En 456, quelque cinquante ans après l’arrivée d’Euthyme à Jérusalem, un Cappadocien, âgé de dix-huit ans, Sabas, abandonna sa patrie et son monastère pour gagner la Ville sainte et s’établir au monastère de Saint-Passarion, aux côtés d’un compatriote anonyme270. L’année suivante, il visita Euthyme et, sur le conseil de celui-ci, entra dans la communauté fondée par Théoktistos271. À la même époque, sous le règne de Marcien, un autre Cappadocien, Théodose, se rendit à Jérusalem où il fut accueilli, à la Tour de David, par un moine originaire de Cappadoce, Longin272. Du temps du même empereur, un troisième Cappadocien, Théognios, quitta sa patrie pour les Lieux saints273. Sous le double patronage de Théodose et d’Élie, il accomplit sa vocation monastique et ecclésiastique, s’installant au désert aux côtés du premier avant de fonder son propre monastère puis d’accepter, à la demande du second, le trône épiscopal de la cité de Bétylios274. Âgé de trente ans, Sabas fut accepté dans l’entourage d’Euthyme, lorsque celui-ci se retira dans le grand désert à l’époque du Carême, avec Dométianos, Martyrios, Élie et Gérasimos275. Après que Sabas eut fondé une laure et Théodose un koinobion, qui accueillit momentanément Théognios276, ils furent nommés par le patriarche de Jérusalem, Salluste, successeur de Martyrios, archimandrite des anachorètes (Sabas) et archimandrite des cénobites (Théodose), dans le ressort de la Ville sainte277. Théodose et Sabas défendirent ensemble le concile de Chalcédoine face à l’empereur Anastase278. Le premier décéda en 529279, le second en 532280.

  • 281 Le récit est transmis à Jean Moschos par l’archimandrite du monastère de Saint-Théodose, lequel su (...)
  • 282 Jean Moschos, Pré spirituel, 92. Sur Phasaélis, voir S. Vailhé, Répertoire alphabétique des monast (...)

62Le dernier Cappadocien qui nous soit connu en Palestine est mentionné, probablement dans la seconde moitié du vie siècle, au monastère de Saint-Théodose281 : d’après le récit que fit l’archimandrite de ce monastère à Jean Moschos, un moine d’origine cappadocienne, Georges, bénéficia de la protection divine, à la boulangerie et dans les prés de Phasaélis282.

  • 283 Jean Cassien, Conférences, X 3.
  • 284 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 6, tr. A.-J. Festugière. Id., Vie de Théodose, p. 236, tr. A (...)
  • 285 Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 5.
  • 286 Palladios, Histoire lausiaque, 48 et 49.
  • 287 Ibid., 49, 2.

63Du milieu du ive siècle au début du vie siècle, les migrations des moines cappadociens n’eurent eu ni la même finalité ni le même enjeu. Aussi est-ce en des termes différents que Basile de Césarée et Cyrille de Scythopolis justifient les pérégrinations religieuses. Si le premier explique ses propres voyages par la quête de modèles spirituels – quête qui conduit encore le Cappadocien Photin au désert de Scété283 –, le second ne met en avant que la seule attraction des Lieux saints en invoquant tour à tour le « désir béni de Dieu [de Sabas] de voir la ville sainte et de vivre en solitaire dans le désert avoisinant » et la volonté de Théodose « d’y vivre en solitaire dans le désert près de la ville »284. Tandis que Cyrille de Scythopolis omet de mentionner les intentions de Théognios, Paul d’Éluse invoque « la prière des Lieux saints285 ». De Basile aux contemporains de Sabas, le projet s’est peut-être déplacé, de la Cappadoce à la Palestine : de la recherche de modèles, dans la découverte et la fréquentation des communautés monastiques d’Égypte et de Palestine, à leur imitation, sur les lieux mêmes qui les ont engendrés, de la volonté d’importer et de créer en Cappadoce des aspirations similaires au désir de gagner et de grossir les communautés palestiniennes. Tandis que le voyage de Basile culmina avec la fondation, à son retour, d’une première communauté à Annisa, les pérégrinations de Martyrios, de Sabas et de Théodose trouvèrent sens une fois qu’ils se furent inscrits en continuateurs d’Euthyme par la création de nouveaux monastères, en Terre sainte. L’Histoire lausiaque décrit en quelques lignes ces deux figures du pèlerin et du moine en Terre sainte : si Elpidios et Sisinnios furent unis par une solidarité patriotique et spirituelle – Sisinnios fut le disciple d’Elpidios, en la compagnie duquel il vécut six ou sept ans, avant de s’enfermer dans un tombeau trois décennies durant –, Elpidios, comme Sabas et Théodose, semble s’être établi définitivement en Palestine tandis que Sisinnios retourna en Cappadoce faire œuvre de fondateur, à l’instar de Basile286. Cette filiation est implicite dans le récit de Palladios lorsque celui-ci évoque la générosité de Sisinnios : « [Il] est également hospitalier, quoique pauvre : ceci, pour la confusion des riches qui ne veulent pas partager287. »

  • 288 Lorsque Photin prit position contre l’anthropomorphisme devant les moines de Paphnoutios, il inter (...)
  • 289 Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 12.
  • 290 Vie de Syméon le Jeune, 43, 168, 191.
  • 291 Ibid., 43.
  • 292 Ibid., 96 (Isauriens), 103 (Ibères), 118, 123, 237.
  • 293 Les premiers travaillent comme maçons au monastère, une partie des seconds se fait moine.
  • 294 Par exemple, Flusin, Cyrille de Scythopolis, p. 89 (tandis que les moines syriens et égyptiens son (...)

64Si des Cappadociens voyagèrent, voire résidèrent, en Égypte, au ive siècle, et assistèrent à l’émergence et au développement des communautés monastiques d’Alexandrie et des déserts de Scété et de Nitrie, à l’image de Basile, de Photin et de Martyrios, ils furent témoins plutôt qu’acteurs de l’essor de ces mêmes communautés288. Ainsi, Martyrios, anachorète aux monts de Nitrie, ne semble pas avoir occupé une fonction prééminente. Les moines, d’origine cappadocienne, ne participèrent pas davantage à la mise en place du monachisme syrien, alors que plusieurs Cappadociens sont attestés en Syrie : des hommes de Dieu dont le portrait est exécuté par Théodoret de Cyr dans l’Histoire Philothée, aucun n’est issu de Cappadoce, comme si la Syrie n’avait pas retenu les pèlerins et les moines qui, depuis la Cappadoce, faisaient route vers la Palestine. Théodoret cite pourtant des moines originaires d’Égypte (Pierre, XIV 1), de Perse (Jacques, I 2, Jacques, II 6, Aphraate, VIII 1), d’Arménie (Théodotos, V 7), de Galatie (Pierre, IX 1), du Pont (Zénon, XII 1) et de Rome (Olympios, IV 10). Lorsque Théodose parvint à Antioche, il décida de rendre visite à Syméon l’Ancien, avant de poursuivre son voyage289. Le fait, mentionné par Théodore de Pétra et ignoré par Cyrille de Scythopolis, n’est pas isolé. Syméon le Jeune, au siècle suivant, guérit, par la vertu de ses pouvoirs thaumaturgiques, plusieurs pèlerins cappadociens, qui tous repartirent vers une destination inconnue, à une exception près290. Le premier d’entre eux s’en retourna en Cappadoce où il témoigna des qualités du stylite syrien en même temps qu’il provoqua, de ce fait, plusieurs départs pour la colonne du saint291. Ces visites brèves et passagères attestent le prestige du stylite et la mobilité des habitants de l’Anatolie orientale, non l’établissement de Cappadociens dans la région. Cités avec d’autres habitants de l’Empire, Isauriens, Ibères, Ciliciens ou Arméniens292, ils ne restèrent pas, même temporairement, auprès du saint, au contraire, par exemple, des Isauriens et des Ibères293. Le pèlerin ne met fin à ses pérégrinations qu’en Palestine, un fait caractéristique de l’histoire de la Terre sainte, laquelle profita de fondations initiées en grand nombre par des hommes ou des femmes étrangers à la région. L’ensemble des historiens a opposé le caractère autochtone des monachismes égyptien et syrien, dans leurs fondements du moins, au cosmopolitisme du monachisme palestinien294.

Les Cappadociens dans le monachisme palestinien

  • 295 Quoiqu’il prétende, dans le préambule de l’Histoire lausiaque, avoir précisé « pour la plupart leu (...)
  • 296 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 11, 16.
  • 297 Id., Vie de Sabas, 20.
  • 298 Id., Vie de Sabas, 27.
  • 299 Id., Vie de Sabas, 21 ; Vie de Jean l’Hésychaste, 1, 3.
  • 300 Id., Vie de Théodose, p. 240.
  • 301 Jean Moschos, Pré spirituel, 128.
  • 302 Honigmann, Two Metropolitans, Relatives of the Emperor Maurice, p. 224-225.
  • 303 ACO II 1 i, première actio, n° 3, 177, p. 60 ; ACO II 1 ii, troisième actio, n° 1, 140, p. 73, qua (...)
  • 304 Jean Chrysostome, Ep. 126. Ni la correspondance de Jean Chrysostome ni le Dialogue sur la vie de J (...)
  • 305 Voir aussi Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 40-41 : comme Ammâ Damianè est parente de l’empere (...)

65L’origine cappadocienne de plusieurs moines palestiniens n’est pas simple illustration du cosmopolitisme du monachisme de la Terre sainte. Il semble, à la lecture de l’Histoire lausiaque et des Vies de Cyrille de Scythopolis, que la Cappadoce contribua, de manière privilégiée, à la mise en place de celui-ci295, au même titre que les régions arméniennes de l’Empire : tandis qu’Euthyme, originaire d’Arménie II, réunit autour de lui plusieurs compatriotes – Dométianos, Étienne, André et Gaïanos296 –, Sabas fut, à différentes reprises, accompagné d’Arméniens, venus d’Arménie II, comme Jérémie, Pierre et Paul297, Théodore, Serge et Paul298, ou d’Arménie I, comme Jean l’Hésychaste, né à Nikopolis et évêque de Kolôneia299. Le Cappadocien Théodose fut remplacé à sa mort, en 529, par un Arménien de la région de Sébaste, Sôphronios300. Suivant le récit d’un père de la laure de Saint-Sabas, le grand-oncle de l’évêque Athénogène de Pétra, Adelphios, aurait été évêque d’Arabissos, en Arménie II, tandis que la sœur de celui-ci, Jeanne, aurait elle-même possédé une maison à Koukousos et accueilli, dans celle-ci, Jean Chrysostome au moment de son exil301. La famille d’Athénogène de Pétra et de sa mère, la recluse Damianè, semble avoir été installée en Arménie II, non loin de la Cappadoce, quoique l’anecdote soit à plusieurs reprises inexacte302. Si l’histoire de l’Église d’Arabissos mentionne en effet un certain Adelphios, c’est en 451, en 457 et en 458, et non au début du ve siècle303. Encore n’est-il, à la première date, que chorévêque et représentant de l’évêque d’Arabissos, Adolios. À l’inverse, la correspondance de Jean Chrysostome cite un certain Otrèios comme évêque d’Arabissos304. Bien qu’il soit impossible d’accepter l’ensemble de l’anecdote rapportée par Jean Moschos, rien n’autorise à remettre en cause l’origine arméno-cappadocienne de ces reclus palestiniens305. Aussi, la Cappadoce et l’Arménie, principalement la province d’Arménie II, qui fut cappadocienne jusqu’au cours du ive siècle, semblent avoir formé une seule et même région de départ en direction de la Palestine.

  • 306 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 16 ; Vie de Sabas, 9, 44 ; Vie de Kyriakos, 14.
  • 307 Id., Vie d’Euthyme, 32, 47.
  • 308 Id., Vie d’Euthyme, 16, 39, 57 ; Vie de Sabas, 36, 39, 42, 84, 88. La Vie de Sabas, 86, mentionne (...)
  • 309 Id., Vie d’Euthyme, 16, 47, 48 ; Vie de Sabas, 49, 76, 84 ; Vie d’Abraamios, p. 243 (Abraamios est (...)
  • 310 Id., Vie de Sabas, 32, 34.
  • 311 Id., Vie d’Euthyme, 48, 55 ; Vie de Sabas, 84 ; Vie d’Abraamios, p. 245.
  • 312 Id., Vie d’Euthyme, 18 ; Vie de Sabas, 43, 44, 89.
  • 313 Id., Vie de Sabas, 38, 72.
  • 314 Id., Vie de Sabas, 36, 39 ; Vie de Kyriakos, p. 223 (Kyriakos est originaire de Corinthe, il est a (...)
  • 315 Id., Vie d’Euthyme, 24 ; Vie de Sabas, 36.
  • 316 Id., Vie d’Euthyme, 50.
  • 317 Schneider, Das Kloster der Theotokos zu Choziba.
  • 318 Voir Binns, Ascetics and Ambassadors of Christ, p. 92-93 : J. Binns totalise neuf Cappadociens, il (...)
  • 319 Voir Schneider, Das Kloster der Theotokos zu Choziba, p. 299-302.
  • 320 Voir Binns, Ascetics and Ambassadors of Christ, p. 26-32 : le père de Cyrille, Jean, fut un ami de (...)

66Si les Vies de Cyrille de Scythopolis énumèrent, au total, neuf moines Cappadociens et treize Arméniens, elles mentionnent en outre des Égyptiens306, des Arabes307, des Palestiniens308, des Syriens309, des Isauriens310, des Galates311, des moines originaires du diocèse d’Asie312, des Byzantins313, des Grecs314 et des Romains315 ainsi qu’un Cilicien316. Les Cappadociens n’en sont pas moins parmi les provinciaux les plus fréquemment cités par Cyrille de Scythopolis, avec et après les Palestiniens et les Arméniens. Si ces chiffres n’ont de valeur que relative, ils sont néanmoins confirmés par les épitaphes découvertes au monastère de la Théotokos à Choziba, qui, pour soixante-treize d’entre elles, indiquent l’origine du défunt317. Elles désignent surtout des Palestiniens (17), des Ciliciens (12) et des Cappadociens (9), tout en nommant également des Grecs et des Chypriotes, des habitants d’Arabie, de Mésopotamie, d’Arménie, de Géorgie, de Perse et de Rome318. Or le site initial du monastère fut occupé par cinq Syriens et le monastère lui-même fondé par un homme originaire de la Thébaïde319. Son épigraphie funéraire atteste que la place des Cappadociens n’est pas limitée aux sanctuaires fondés par leurs compatriotes, que la place que leur confère Cyrille de Scythopolis ne ressort pas uniquement à la familiarité de ce dernier avec Sabas et Euthyme320.

  • 321 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 32.
  • 322 Ibid., 37. Sur la localisation de ce monastère, voir S. Vailhé, Les monastères et les églises Sain (...)
  • 323 Il s’agit de la Grande Laure, de la Nouvelle Laure, de la Laure dite des Sept bouches et de la lau (...)
  • 324 À savoir le koinobion du Kastellion, le petit koinobion, le koinobion de Nikopolis, le koinobion d (...)
  • 325 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 31.
  • 326 Id., Vie de Sabas, 29 : le koinobion de Théodose est à 35 stades à l’ouest de la Grande Laure. Id. (...)
  • 327 Id., Vie de Théognios, p. 242. Monastère également mentionné dans Jean Moschos, Pré spirituel, 160

67Leurs fondations monastiques et leurs carrières ecclésiastiques, dans la seconde moitié du ve siècle et au début du vie siècle, en Terre sainte témoignent encore de leur poids dans l’histoire du monachisme palestinien. Cinq des huit Cappadociens connus par Cyrille de Scythopolis fondèrent en effet un ou plusieurs monastères en Palestine. Après avoir séjourné à la laure d’Euthyme, Martyrios institua son propre monastère, non loin de Jérusalem, à l’image de son compagnon Élie321. Gabriel, en même temps qu’il fut higoumène du monastère de l’église Saint-Étienne, après 456, fonda un petit koinobion à proximité de Jérusalem322. Le plus illustre d’entre eux, Sabas, fonda au total quatre laures323 et six koinobia324. Il acquit également plusieurs hôtelleries, pour la Grande Laure et le Kastellion, à Jérusalem et à Jéricho325. En 479, Théodose institua un koinobion, à l’est de Bethléem326. Théognios fit pareillement à proximité du monastère de Théodose327.

  • 328 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 20.
  • 329 Ibid., 30.
  • 330 Ibid., 37. Sur Chrysippos, voir G. Bardy, DGHE XII, col. 784-785, ainsi que S. Vailhé, Chrysippe, (...)
  • 331 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 30, 37. Sur Gabriel, voir J.-M. Sauget, DHGE XIX, col. 558.
  • 332 Voir K. G. Holum, Theodosian Empresses. Women and Imperial Dominion in Late Antiquity, Berkeley 19 (...)
  • 333 Voir S. Vailhé, Chrysippe, prêtre de Jérusalem (cité p. 372, n. 330) et B. Altaner, Patrologie. Le (...)
  • 334 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 30 (Kosmas), 33 (Kosmas), 35 (Gabriel) ; Vie d’Euthyme, 48 (...)
  • 335 Voir Binns, Ascetics and Ambassadors of Christ, p. 182.
  • 336 Sur ce point, voir K. G. Holum, Theodosian Empresses. Women and Imperial Dominion in Late Antiquit (...)

68Les moines d’origine cappadocienne contribuèrent aussi au gouvernement de l’Église de Palestine en acceptant plusieurs fonctions ecclésias tiques. Les quatre disciples d’Euthyme firent tous une carrière emblématique de leur importance dans le monachisme palestinien. Les trois frères, Kosmas, Chrysippos et Gabriel, servirent successivement la laure d’Euthyme et l’Anastasis : au moment du concile d’Éphèse, Kosmas fut ordonné diacre, prêtre et stavrophylarque de celle-ci328. Chrysippos, ancien économe de la laure, et Gabriel entrèrent également, à la demande d’Eudocie, dans le clergé de l’Anastasis, en étant tous deux ordonnés prêtres329. Kosmas fut élu, le 3 septembre 466, évêque de Scythopolis, en Palestine II, Chrysippos lui succéda alors dans la fonction de stavrophylarque330, tandis que Gabriel avait été nommé higoumène du monastère de Saint-Étienne, à Jérusalem331, par Eudocie, entre 455/456 et 460 (date du décès d’Eudocie)332. Les trois frères exercèrent leurs fonctions jusqu’à leur mort. Chrysippos s’illustra en outre par la rédaction de plusieurs œuvres dont quatre sont conservées333. En rendant compte de leur itinéraire Cyrille de Scythopolis entend montrer que, quoiqu’ils aient abandonné le désert et retrouvé le monde dans le cadre de l’Église séculière, aucun des trois ne rompit avec la laure : ils font office de messagers entre les deux institutions, offrent des parcelles du bois de la Croix à la laure ou se rendent auprès de la dépouille d’Euthyme334. L’hagiographe illustre ainsi l’intégration progressive et réelle des communautés monastiques de Palestine à la vie de l’Église et de l’Empire335 en même temps qu’il témoigne du ralliement d’Eudocie au parti d’Euthyme et justifie la carrière accomplie, avec la bienveillance de celle-ci, par les trois frères cappadociens336.

  • 337 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 42.
  • 338 Id., Vie d’Euthyme, 42, 43 ; Vie de Sabas, 15, 19.
  • 339 B. Flusin, dans Histoire du christianisme, t. III, p. 536.
  • 340 Ibid., t. III, p. 586.
  • 341 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 50-51. Pour la date, voir Frend, Rise of the Monophysite Mov (...)
  • 342 Sur ce point, voir Flusin, Hagiographie palestinienne, p. 26-30.

69Autre disciple d’Euthyme, Martyrios quitta le désert pour Jérusalem après la mort du saint337. Avec son compagnon Élie, il fut nommé prêtre de l’Anastasis, puis élu, au décès d’Anastase, en 478, patriarche de Jérusalem, fonction qu’il conserva jusqu’à sa mort, en 486338. À ce titre, il accepta l’Hénotikon de Zénon, en 482, et obtint la réconciliation des moines du désert avec l’Église de Jérusalem, anticipant et annonçant la politique conduite par son compagnon Élie une fois qu’il fut élu au patriarcat339. À ce moment, Sabas et Théodose, archimandrites des laures et des koinobia de Palestine, soutinrent sans défaillance la politique prochalcédonienne d’Élie, devenant, pour avoir achevé de rallier les communautés monastiques de Palestine à la profession de foi du concile de 451, « des héros de l’orthodoxie chalcédonienne340 ». Après avoir défendu en conséquence la position de son patriarche Élie à la cour de Constantinople, en 511/512341, Sabas, ainsi que Théodose, continua de refuser, dans les années suivantes, la communion avec Sévère d’Antioche, conservant l’Église de Jérusalem dans la fidélité à la christologie chalcédonienne. Ces moines d’origine cappadocienne, qui jouèrent un rôle essentiel dans la réception du concile de Chalcédoine en Palestine342, épousèrent, voire façonnèrent, les modalités et les enjeux de l’histoire du monachisme et de l’Église en Terre sainte.

  • 343 Id., dans Histoire du christianisme, t. III, p. 586.

70En faisant de Sabas et de Théodose des héritiers d’Euthyme et, d’emblée, des partisans du concile de Chalcédoine, Cyrille de Scythopolis relate, dans les Vies de Sabas, de Théodose, d’Euthyme et de Théognios, une seule et même histoire, celle de l’institution et de l’orthodoxie monastiques en Palestine ; il en arrive à simplifier la contribution de ces Cappadociens à leur mise en place. Et Cyrille de raconter comment Sabas, mû par le désir de voir Euthyme, quitta le monastère de Passarion, alors administré par l’archimandrite Elpidios, pour gagner l’entourage du « seul des moines du désert, [qui] a su choisir [alors] le camp de Chalcédoine343 ». Pour avoir projeté des enjeux ultérieurs, Cyrille de Scythopolis masque, jusqu’à un certain point, les discontinuités et les ruptures de l’émigration des Cappadociens en Terre sainte, inscrivant sur un seul et même plan les départs qui se sont succédé, comme si l’attrait des Lieux saints suffisait à justifier et à expliquer l’importance des Cappadociens dans le monachisme palestinien (et dans le seul monachisme palestinien).

La Cappadoce en question

Cénobitisme et érémitisme en Cappadoce

  • 344 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 3-5.
  • 345 Palladios, Histoire lausiaque, 48, 1.
  • 346 Elpidios habita une grotte, Sisinnios un tombeau. Ce sont précisément ces abris naturels ou aménag (...)

71Outre cet attrait des Lieux saints et l’expérience ascétique que constituait en soi le départ, l’histoire du monachisme cappadocien, de son modèle et de ses contraintes favorisa-t-elle l’établissement dans des monastères de la Terre sainte des pèlerins originaires de Cappadoce ? En se retirant à Jérusalem et dans ses environs, après avoir abandonné leur première communauté monastique ou ecclésiastique, les moines d’origine cappadocienne rejettent implicitement les cadres de la vie monastique en Cappadoce, cadres qui furent précisément élaborés par Basile de Césarée dans les années 360-370 et qu’évoque à demi-mots Cyrille de Scythopolis dans la Vie de Sabas. Cyrille tisse en effet une opposition voilée entre les modalités du séjour de Sabas au monastère de Flavianai et le désir que celui-ci réaffirme, tout au long des premiers mois en Palestine, de se retirer au désert, de « vivre en solitaire ». En comptant soixante à soixante-dix « compagnons de lutte » dans l’entourage de Sabas, en mentionnant successivement le travail de Sabas au jardin et à la boulangerie, il désigne de fait les raisons de l’insatisfaction spirituelle de celui qui aspire à la solitude344. Par son départ pour la Palestine, Sabas sanctionne l’incapacité de sa communauté religieuse à prendre acte de ses exigences et dénonce les limites du monachisme cappadocien. Palladios cite, antérieurement à l’ascèse conduite, en Palestine, par Elpidios, une première expérience monastique qui a peut-être eu lieu en Cappadoce. Le moine de Douka a en effet appartenu au « monastère de Timothée, chorévêque de Cappadoce345 » – il n’est donc pas certain que le monastère ait été cappadocien. Est-ce à dire que les aspirations érémitiques d’Elpidios et de Sabas ne pouvaient s’accomplir dans le cadre de la Cappadoce, qui, pourtant, n’était pas sans receler des lieux privilégiés d’ascèse, tels les grottes et les tombeaux346 ?

  • 347 Jolivet-Lévy, Cappadoce, p. 69-70, 76-79, qui, p. 72, suppose néanmoins que le site du monastère d (...)
  • 348 Sozomène, HE VI 34, 7-8.
  • 349 Id., HE VI 34, 8-9. Sur Léontios d’Ancyre, voir Le Quien, Oriens christianus, t. I, p. 462-463 (ce (...)
  • 350 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX.
  • 351 Palladios, Histoire lausiaque, 49, 2.
  • 352 Voir, par exemple, Basile/Diogène, fondateur d’une communauté près de Nysse (Grégoire de Nysse, Ep (...)
  • 353 Jean Moschos, Pré spirituel, 129, tr. M.-J. Rouët de Journel. Il n’est pas certain cependant que c (...)
  • 354 On peut remarquer l’absence de tout « saint homme » en Cappadoce contrairement à la Syrie ou à d’a (...)

72Tandis que pour cette première époque, au contraire des siècles suivants, et dans cette région aucun anachorète n’est connu347, Sozomène rend compte de l’absence de tradition érémitique en Galatie, en Cappadoce et sur les terres voisines : en raison, probablement, des contraintes du climat, la plupart des moines de ces régions sont réunis en communautés à l’intérieur des villes ou des villages348. Et Sozomène de noter la rupture ainsi accomplie avec la première tradition monastique, celle d’Égypte, de Syrie, de Palestine, qu’il a évoquée dans les lignes précédentes, et de citer deux moines, dont l’un, Léontios, fut évêque d’Ancyre, l’autre, Prapidios, chorévêque et administrateur de la Basiliade349. Le témoignage de Sozomène est peut-être confirmé par le récit que Jean Chrysostome fait de son séjour en Cappadoce, lequel ne mentionne les moines que dans le cadre de la ville de Césarée et comme un parti inféodé aux volontés de son évêque350. À l’époque de la rédaction de l’Histoire lausiaque, la communauté fondée par Sisinnios, qui reçut le sacerdoce, n’est caractérisée que par sa mixité351. Aucun des moines, connu dans le cadre cappadocien, n’est célébré pour son ascèse et son anachorèse352. Seul Jean Moschos atteste l’existence, à une date inconnue, d’un stylite sur les terres voisines d’Arménie II : « Le même abbé Athanase nous raconta encore qu’il avait entendu dire à l’abbé Athénogène, qu’il y avait dans son pays un stylite353. » L’hagiographie ne décrit pas non plus une sainteté ascétique qui fût cappadocienne354.

  • 355 Voir, par exemple, Fedwick, Church and Charisma of Leadership, p. 18-24 : hostile à l’érémitisme, (...)
  • 356 Grégoire de Nysse, Ep. 2, 2.
  • 357 Voir Basile, Grandes Règles, 44, PG 31, col. 1029-1032 (éd. E. D. Moutsoulas, Βιβλιοθήκη ‘Ελλήνων (...)

73Les fondements du monachisme cappadocien ne privilégiant ni la mobilité ni la retraite des moines, les départs de Sabas et de ses compatriotes peuvent être considérés comme autant de désapprobations tacites des formes cappadociennes de la vie monastique ; ces moines constituèrent peut-être, comme ceux que Grégoire de Nysse réprimande, une population réfractaire aux principes du monachisme basilien355. Grégoire de Nysse conteste en effet la légitimité du pèlerinage des moines aux Lieux saints au nom de l’obéissance à la règle, qui ne prescrit pas le voyage à Jérusalem356, tandis que Basile, sans évoquer le pèlerinage aux Lieux saints et la visite des communautés monastiques, condamne tout voyage que ne justifient pas les besoins de la communauté357.

  • 358 Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 50, tr. A.-J. Festugière. Ibid., 53. Voir Gribomont, Histoire (...)
  • 359 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, p. 238.
  • 360 Patrich, Sabas, p. 295 : à la différence des monastères fondés par Pachôme qui furent conçus indép (...)
  • 361 Basile, Ep. 258, 2. Sur Éléona, voir Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient, p. 265.
  • 362 Chitty, Et le désert devint une cité, p. 176. Même influence du monachisme basilien chez Pierre l’ (...)

74Pourtant, au moment où les moines d’origine cappadocienne acquièrent une importance croissante dans le monachisme palestinien, on ne peut plus opposer l’anachorétisme de la Terre sainte et le cénobitisme de Basile de Césarée, l’influence de ce dernier se faisant sentir jusqu’en Palestine. Suivant la Vie rédigée par Théodore de Pétra, Théodose cite en effet les Grandes Règles de Basile de Césarée devant sa communauté : « Souvent aussi il tirait l’instruction qu’il nous adressait des Constitutions du grand Basile insurpassable en vertu, inexpugnable quant à la doctrine de la vérité : plus que nul autre, c’est à se ressouvenir de Basile qu’il faisait ses délices, et il avait constamment sur les lèvres celle-ci entre autres parmi les sentences basiliennes […]358. » Dans les vertus qu’il illustre, par sa générosité envers les pauvres et son respect de la liturgie notamment, il se conforme encore à l’idéal monastique de Basile359. Les koinobia de Palestine qu’il eut en charge sont eux-mêmes plus influencés par le système basilien que par la règle de Pachôme360. Théodose ne fut peut-être pas le premier Cappadocien, ou Anatolien, à faire pénétrer les impératifs du monachisme basilien en Palestine. Le moine Palladios, en correspondant avec Basile et en défendant les positions de celui-ci, dans les années 370, eut peut-être une action similaire, lui qui appartint à la communauté de Basile avant d’entrer dans le monastère d’Éléona, à Jérusalem361. Aussi, quoique cette influence, tue par Cyrille de Scythopolis, ait été absente des fondations monastiques de Sabas, qui précisément, à Jérusalem, quitta le monastère de Passarion, ouvert aux fondements du monachisme basilien suivant Derwas Chitty (par l’importance accordée à la liturgie, la disposition cénobitique et le souci des pauvres)362, le milieu des laures et des koinobia palestinien ne constitua pas systématiquement un contre-modèle spirituel au monachisme cappadocien.

Rupture, symbolique ou réelle, autour de 451

  • 363 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 16.
  • 364 Ibid., 32.
  • 365 Les trois frères rejoignirent la compagnie d’Euthyme avant la consécration de la laure, datée de 4 (...)
  • 366 Voir B. Flusin, dans Histoire du christianisme, t. III, p. 582 (infiltration des moines « égyptien (...)
  • 367 Id., Hagiographie palestinienne, p. 46, remarque que, suivant le récit de Cyrille de Scythopolis, (...)
  • 368 Palladios, Histoire lausiaque, 48 (monastère de Timothée puis montagne de Douka, dans le cas d’Elp (...)

75Outre le fait que les témoignages des ve et vie siècles contrastent avec la discrétion des sources à l’époque précédente, les Vies de Cyrille de Scythopolis désignent une évolution, voire une rupture chronologique, dans l’histoire de cette émigration des Cappadociens en Terre sainte en présentant deux types d’itinéraires, à deux générations différentes : les histoires de Kosmas, Chrysippos, Gabriel et Martyrios s’opposent, à leur début, à celles de Sabas, Théodose et Théognios (on ne connaît rien, en revanche, de Longin et du moine cappadocien qui accueillit Sabas au monastère de Saint-Passarion). Lorsque l’hagiographe palestinien fait la biographie des premiers disciples cappadociens d’Euthyme, qui, à la différence de Sabas, de Théodose et de Théognios, ne font pas l’objet d’une Vie, il ne décrit jamais comment ces moines, depuis la Cappadoce, se rendirent jusqu’en Palestine. Les trois frères, Kosmas, Chrysippos et Gabriel, furent élevés en Syrie363, tandis que Martyrios, à la suite du meurtre de Protérios d’Alexandrie, survenu en 457, sortit des monts du Nitrie, en compagnie d’un autre anachorète, originaire d’Arabie, Élie364. Au contraire des trois Cappadociens Sabas, Théodose et Théognios, arrivés à Jérusalem sous le règne de Marcien, Kosmas, Chrysippos, Gabriel, trois ou quatre décennies plustôt365, et Martyrios, à la même époque, gagnèrent les communautés monastiques de Palestine en dehors de toute attache cappadocienne, l’arrivée de Martyrios à la laure d’Euthyme ressortissant davantage à l’histoire du monachisme égyptien et de sa diffusion en Palestine que des relations entre la Cappadoce et l’Orient366. À l’instar de Basile, qui cite, sans autres précisions, la Palestine avec la Syrie et l’Égypte, la Vie d’Euthyme ne fait pas de la Ville sainte une destination privilégiée des pèlerins et des voyageurs cappadociens : les quatre Cappadociens ne semblent pas avoir séjourné à Jérusalem, avant leur arrivée dans le désert, contrairement à leurs trois jeunes compatriotes367. L’itinéraire d’Elpidios et de Sisinnios, brièvement retracé par Palladios, ne fait pas davantage mention de la Ville sainte368.

  • 369 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, p. 235-236, tr. A.-J. Festugière ; Vie de Théognios, p. 2 (...)
  • 370 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 6, tr. A.-J. Festugière : « Il fallait en effet que ce déser (...)
  • 371 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 2 ; Vie de Théognios, p. 241. Paul d’Éluse, Vie de Théognios(...)
  • 372 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, p. 236.
  • 373 Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 5 ; Cyrille de Scythopolis, Vie de Théognios, p. 241 ; Id., Vie de (...)
  • 374 Voir S. Vailhé, Répertoire alphabétique des monastères de Palestine, ROC 4, 1899, p. 535-536.
  • 375 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 16. Sabas prit la succession, comme archimandrite des laure (...)
  • 376 Voir S. Pétridès, Le monastère des Spoudaei à Jérusalem et les Spoudaei de Constantinople, EO 4, 1 (...)
  • 377 Voir Flusin, Hagiographie palestinienne, p. 46.
  • 378 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, p. 236-237 ; Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 13.
  • 379 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théognios, p. 242. Récit quasi identique dans Paul d’Éluse, Vie de (...)

76Les moines Sabas, Théodose et Théognios ont une histoire différente. Tandis que la personne d’Euthyme garantissait l’unité des itinéraires décrits dans le cadre de sa Vie, la Palestine est cette fois le principal point d’ancrage des récits de Cyrille de Scythopolis, qui qualifie Théodose et Théognios par les termes suivants : « cette grande illustration de la Palestine » et « cet illustre ornement de toute la Palestine »369, tandis que Sabas est plus étroitement associé au désert370. L’hagiographe relate un seul et même itinéraire, construit en trois temps et trois étapes, la patrie cappadocienne, Jérusalem, le désert. Le départ pour la Ville sainte est précédé, en Cappadoce, d’un premier apprentissage monastique, ou simplement d’une première expérience religieuse : Sabas passe dix ans au monastère de Flavianai, non loin de son village natal, tandis que Théognios « est formé à la discipline monastique » à Ariaratheia371. Théodose est instruit dans l’église de la ville de Komana372. Chacun de ces apprentissages aboutit au départ pour Jérusalem, conçu comme un achèvement – ou plutôt un prélude – et non comme une rupture ou une conversion. Le séjour dans la Ville sainte est cette fois une étape obligatoire, quoique transitoire. À Jérusalem, tandis que Théognios est reçu au monastère de Flavia, à Gethsémani, Sabas et Théodose sont accueillis l’un et l’autre par un compatriote, le premier, au monastère de Saint-Passarion, par « un pieux moine de Cappadoce », le second, à la Tour de David, par « un certain Longin, moine cappadocien, qui appartient au tagma de la Sainte Anastasis du Christ »373, l’histoire de ces trois monastères reflétant les étapes du développement du monachisme à Jérusalem. La fondatrice du monastère de Flavia était encore vivante au moment de l’arrivée de Théognios à Jérusalem374. Passarion, qui fut higoumène des laures et des anachorètes de Palestine, décéda quelques mois après avoir assisté à la dédicace de la laure d’Euthyme375. Quant à l’Anastasis, elle fut peut-être desservie, dès sa fondation au ive siècle, par une communauté d’hommes pieux, n’étant organisée en monastère qu’à la fin du siècle suivant376. Théodose et Théognios bénéficient l’un et l’autre de l’intervention d’une femme, Hikélia ou Flavia, conformément à l’importance des pieuses laïques et des moniales dans le monachisme de Jérusalem. Comme en réponse aux critiques de Grégoire de Nysse, la Ville sainte n’est cependant pas le point d’aboutissement des pérégrinations des trois Cappadociens, d’autant que Cyrille de Scythopolis ne s’attarde pas sur leur séjour à Jérusalem, pour masquer le passé antichalcédonien de celle-ci377. Dans un troisième temps, en effet, Sabas, Théognios et Théodose fuient la Ville sainte en direction du désert, le premier dans les mois qui suivent son arrivée en Palestine, le deuxième et le troisième plusieurs années après avoir quitté la Cappadoce. Lorsque Théodose est élu higoumène de l’église du Kathisma, après la mort d’Hikélia, commanditaire de l’église, il part au désert de Métôpa378. Dans des circonstances identiques, Théognios abandonne Jérusalem, quand, à la disparition de Flavia, il est désigné comme higoumène de l’église que celle-ci a fondée en l’honneur de Julien379.

  • 380 Selon Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 13, Longin n’est pas recommandé à Théodose. En revanche, (...)

77Aussi l’unité des trois itinéraires décrits par Cyrille de Scythopolis est-elle affirmée dans le temps, la géographie et le rythme de chacune des trois histoires, comme si, loin de ressortir au hasard des vocations et des pérégrinations, d’avoir été initiées par des départs tous azimuts, celles-ci illustraient, du fait de leur cohérence, la mise en place de contacts approfondis et ininterrompus entre la Cappadoce et les communautés monastiques de Palestine, comme si elles rendaient compte d’une intensification des échanges entre les deux régions. Parti avec l’accord de l’archimandrite du monastère de Flavianai et reçu par un Cappadocien au monastère de Passarion, Sabas voyage jusqu’en Palestine en bénéficiant de l’existence, sinon d’un réseau, de recommandations, d’une région à l’autre380.

  • 381 Sur ce thème, voir Flusin, Hagiographie palestinienne, p. 29-30, plus précisément p. 30 : « On voi (...)
  • 382 Sur la filiation qui unit Passarion, décédé à la date du concile de Chalcédoine, et le parti anti- (...)
  • 383 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 6.
  • 384 Id., Vie de Théognios, p. 241-242.
  • 385 Id., Vie de Théodose, p. 236.
  • 386 Id., Vie d’Euthyme, 30. Sur le ralliement d’Eudocie au camp des chalcédoniens, voir Flusin, Hagiog (...)

78Cyrille de Scythopolis choisit de désigner, explicitement et implicitement, le règne de Marcien comme le point d’inflexion majeur de l’histoire de ces migrations, en datant des années 450-457 les départs de Sabas, de Théodose et de Théognios pour la Palestine et en distinguant ces mêmes départs des itinéraires des autres moines cappadociens. À mots couverts, il considère le concile de Chalcédoine, précisément réuni par Marcien, comme l’événement fondateur de cette évolution, conformément à l’ensemble de son projet hagiographique, qui fait de celui-ci un élément central de l’identité du monachisme palestinien381. Aussi introduit-il, dans son récit des entrées de Sabas, de Théodose et de Théognios à Jérusalem, le conflit qui oppose les partisans du concile de Chalcédoine aux Aposchistes. En faisant part du refus de Sabas de demeurer au monastère de Passarion382 ainsi que de son empressement à rejoindre Euthyme, Cyrille de Scythopolis efface, subrepticement, l’entrée en scène de Sabas sous les auspices d’un archimandrite antichalcédonien, Elpidios383, tandis qu’il fait l’éloge de Théognios, qui a évité tout monastère aposchiste384, et de Longin, qui interdit à Théodose de se retirer immédiatement au désert, pour des raisons identiques385. Le séjour de Sabas au monastère de Saint-Passarion, la protection accordée par Eudocie aux trois frères cappadociens, Kosmas, Chrysippos et Gabriel, prouvent néanmoins que la défense du concile de 451 ne constitue pas, à ce moment, le principal enjeu des itinéraires de l’ensemble de ces moines. Bien que, au dire de Cyrille de Scythopolis, Eudocie ait appelé à ses côtés Chrysippos et Gabriel après avoir accepté de se rallier au parti d’Euthyme et de Juvénal, elle ne rompit pas totalement avec les adversaires du concile de Chalcédoine386. Aussi l’adhésion à celui-ci ne fut-elle pas à l’origine des départs des moines cappadociens pour la Palestine, en l’absence de toute ligne de rupture entre ces derniers et l’Église de Cappadoce : tandis que les évêques de Cappadoce acceptèrent, au lendemain du concile de 451, la christologie chalcédonienne, Sabas et Théodose n’étaient pas encore les héros de cette même christologie. En quittant leur patrie pour la Palestine, Sabas et ses compatriotes ne firent pas acte de militantisme religieux.

  • 387 Firmos, Ep. 12. Évagre, HE II 6 (Allen, Evagrius Scholasticus, p. 105 : seul Évagre mentionne ces (...)
  • 388 The Oracle of Baalbek. The Tiburtine Sibyl in Greek Dress, p. 16.
  • 389 Pour une analyse de la famille et de la patrie des héros de Cyrille de Scythopolis, voir Flusin, C (...)
  • 390 Moutalaskè et Môgariassos sont des κῶμαι, Ariaratheia est une cité. Cyrille de Scythopolis, Vie de (...)
  • 391 Patlagean, Pauvreté, p. 336.

79Le règne de Marcien ne manque cependant pas de faire sens dans l’histoire de la Cappadoce. La région fut alors doublement fragilisée, le siège de Césarée affaibli, à l’occasion du concile de Chalcédoine, par la genèse du patriarcat de Constantinople ainsi que par la déposition, momentanée, de son évêque, Thalassios, la région, qui avait été menacée, vingt ans plus tôt, par une famine, selon son évêque Firmos, éprouvée, au dire d’Évagre, par sécheresse, disette et peste387. La gravité de la crise ressort de ce que L’oracle de Baalbek, composé à Héliopolis (en Phénicie Libanaise) au début du vie siècle, mentionne sous le règne de Théodose II une invasion de sauterelles en Syrie et en Cappadoce ainsi qu’une famine dans cette dernière région388. Les faits, contemporains des départs de Sabas, de Théodose et de Théognios, sont absents des Vies de Cyrille de Scythopolis, quoique l’hagiographe ne soit pas entièrement silencieux sur le milieu familial et social de ces trois Cappadociens. Tandis qu’il évoque les biens et les revenus de Sabas, lesquels requièrent les soins de celui-ci puis favorisent l’essor de ses fondations, il s’abstient de faire allusion aux patrimoines de Théodose et de Théognios pour en cacher peut-être la médiocrité389. Seule la patrie de chacun des trois hommes est en effet caractérisée, comme village ou comme cité390. Aussi, quoique Cyrille de Scythopolis souligne la noblesse de la famille de Sabas et l’importance du monastère cappadocien de Flavianai, qui comprenait soixante ou soixante-dix hommes, les départs de Sabas, de Théodose et de Théognios sanctionnent peut-être les difficultés économiques et sociales de la Cappadoce, suivant les termes de l’analyse socio-économique mis en évidence par Évelyne Patlagean dans l’histoire des migrations des moines. Examinant les données épigraphiques du monastère de Choziba, celle-ci écrit, après avoir noté la primauté des moines originaires de Cilicie et de Cappadoce : « En un mot, on reconnaît à Choziba le recrutement des montagnes peuplées et pauvres, dont les hommes ont été attirés par la Terre sainte en dépit de la distance391. » La confrontation des données de Firmos et d’Évagre d’une part, des Vies de Cyrille de Scythopolis d’autre part suffit à justifier l’intensification des départs depuis la Cappadoce en même temps qu’elle désigne celle-ci comme une région d’exode, voire comme une terre répulsive. En quittant leur patrie pour la Terre sainte, Sabas, Théodose et Théognios font connaître qu’ils ne pouvaient réaliser leur projet spirituel en Cappadoce, à la suite des inflexions générales, plutôt que religieuses, de l’histoire de la région, même si le prestige de Jérusalem était encore rehaussé par l’affaiblissement momentané du siège métropolitain de Césarée.

  • 392 Voir une remarque similaire de Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 46, dans la conclusion de son (...)
  • 393 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 5. Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, p. 359, n. 1, p. 374, (...)
  • 394 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 55, tr. A.-J. Festugière : « Notre père Sabas envoya une gro (...)
  • 395 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 9, 25.
  • 396 Voir chapitre IV, p. 231.

80Aussi, bien que des conflits aient par la suite éclaté entre l’épiscopat de Cappadoce et l’Église de Jérusalem, sur les questions monophysite et origéniste, ces moines cappadociens ne rompirent pas définitivement avec leur patrie à la suite de leur émigration. S’ils vécurent et agirent principalement en Palestine, où ils décèdèrent, ils ne perdirent pas tout contact avec la Cappadoce392. Longin et le moine anonyme de la Sainte-Anastasis accueillirent et introduisirent des compatriotes dans le milieu monastique de Jérusalem et des environs. Théodose fit pénétrer les principes du monachisme basilien en Palestine. Sabas, qui fait l’objet de la plus détaillée des Vies que Cyrille de Scythopolis consacra à des moines d’origine cappadocienne, ne fut jamais en rupture totale avec les siens : il retrouva ses parents à Alexandrie, puis il accueillit sa mère à Jérusalem, avant d’hériter de celle-ci. Il fut en outre peut-être rejoint par un cousin, dont Cyrille de Scythopolis cite le témoignage393. Grâce à un don impérial, il put ordonner la transformation, au village de Moutalaskè, de la maison de ses parents en église, dédiée aux saints Côme et Damien, après avoir passé l’hiver 511/512 à Constantinople et, de ce fait, probablement traversé la Cappadoce394. Jusqu’à un âge avancé, Sabas resta donc propriétaire en Cappadoce, profitant de son voyage à Constantinople pour témoigner de son attachement à sa patrie : après avoir investi la presque totalité de l’héritage parental dans les fondations monastiques de Jérusalem et des environs, il consacra une importante somme d’argent à son village natal395, au moment précisément où le conflit avec l’évêque de Césarée, dont dépendait Moutalaskè, était patent396.

81Les Vies de Cyrille de Scythopolis rendent compte d’une émigration monastique que ni la quête de l’anachorèse ni la défense de l’orthodoxie chalcédonienne, moins encore que la visite des Lieux saints, ne suffisent à justifier. En faisant de la Palestine le centre des voyages et des migrations des ascètes originaires de Cappadoce, elles dessinent une géographie symbolique que modèlent premièrement la primauté des Lieux saints, deuxièmement la faiblesse, politique et économique, de la Cappadoce et l’absence de Constantinople.

Constantinople désavouée

L’absence de moines cappadociens dans la ville impériale

  • 397 Voir B. Flusin, dans Histoire du christianisme, t. III, p. 592 : « Seule la capitale, avec la vast (...)
  • 398 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Abraamios, p. 244 (c’est à la suite d’une incursion arabe contre son (...)
  • 399 Sabas et Théognios ont néanmoins l’occasion de se rendre dans la ville impériale comme porte-parol (...)
  • 400 Grégoire de Nazianze, Ep. 77, 1.
  • 401 G. Dagron, La Vie ancienne de saint Marcel l’Acémète, 2, An. Boll. 86, 1968, p. 271-321. Vie de Da (...)
  • 402 Apophthegmata patrum, dans Apophtegmes des Pères : Les sentences des Pères du désert, série des an (...)
  • 403 G. Dagron, La Vie ancienne de saint Marcel l’Acémète (cité n. 401), 5 et 29.
  • 404 Voir Dagron, Les moines et la ville, p. 232-237, p. 254-255 ; J. Pargoire, Les débuts du monachism (...)
  • 405 Contrairement à TIB 2, p. 263 (l’hypothèse est émise avec réserve), nous ne considérons pas comme (...)
  • 406 Nicéphore, Breviarium, 40; Souda, I 447; Théophane, Chronographia, A. M. 6187, t. I, p. 368-369. S (...)
  • 407 Jolivet-Lévy, Cappadoce, p. 80.
  • 408 L’origine des moines constantinopolitains est d’autant plus mal connue que ceux-ci étaient dispers (...)
  • 409 Voir chapitre IV, p. 209.

82En même temps que la Terre sainte profite de l’arrivée de nombreux pèlerins et moines étrangers à la Palestine, d’autres centres monastiques se sont mis en place dans l’Empire, principalement à Constantinople397. Alors que des Cappadociens façonnèrent, dans une certaine mesure, le monachisme palestinien, aucun moine d’origine cappadocienne n’est connu à Constantinople. Cyrille de Scythopolis, qui raconte comment Abraamios, originaire d’Émèse en Syrie, hésite entre Constantinople, où il se rend à la suite de son higoumène, l’Honoriade, où il est lui-même higoumène puis évêque, et les Lieux saints398, ne fait jamais de Constantinople le lieu des aspirations monastiques des moines cappadociens399. Grégoire de Nazianze apparaît comme singulièrement isolé au moment de son agression par les moines et les pauvres de Constantinople, dans la nuit de Pâques 379400. Ce furent pourtant et naturellement des provinciaux qui furent aux origines des communautés monastiques de la ville fondée par Constantin : si l’hagiographie byzantine cite successivement les Syriens Isaac, Marcel, Dios et Daniel, l’Arménien Jonas, le Phrygien Hypatios401, si des communautés égyptiennes et syriennes sont attestées, au milieu du ve siècle, dans la ville impériale402, si Marcel l’Acémète attira dans sa compagnie des Bithyniens, des Perses et des Illyriens403, si, un siècle plus tôt, le monachisme constantinopolitain était né sous l’influence d’Eustathe de Sébaste404, il n’y a nulle trace, avant la fin du viie siècle, de la participation d’un ou de plusieurs Cappadociens aux communautés monastiques de la Ville405. L’higoumène du monastère constantinopolitain τῶν Φλώρου, Grégoire, mentionné par Nicéphore et Théophane à la fin du viie siècle, est le premier moine cappadocien attesté à Constantinople (il fut l’un des instigateurs du complot de Léontios contre Justinien II)406, tandis qu’aux siècles suivants d’autres Cappadociens ont été moines à Constantinople, à l’instar d’Étienne de Sougdaia407. En revanche408, des clercs d’origine cappadocienne, particulièrement des partisans d’Eunomios, sont attestés à Constantinople409. Si les Cappadociens reconnurent la primauté ecclésiologique de l’Église de Constantinople, ils ne rejoignirent pas pour autant les communautés monastiques de la ville, prenant acte de la suprématie de droit, mais non de fait, de celle-ci. Ils ignorèrent le monachisme urbain qui se mettait alors en place sur les bords du Bosphore et de la Propontide, à l’image d’abbâ Paul, dont l’histoire est transmise dans un apophtegme de l’Évergétinon :

  • 410 Paul Évergétinos, Synagôgè, II, 19, 5 (BHG 1445n).

« Abbâ Paul le Cappadocien nous racontait que : lorsqu’il y eut la dévastation des Perses, nous aussi nous fuîmes de notre monastère et nous fûmes dispersés. Comme j’arrivais à Constantinople, je trouvai par hasard un navire sur le point de partir pour Alexandrie et, après avoir payé le prix du passage, j’embarquai à son bord. En quelques jours, nous arrivâmes à Alexandrie. Trouvant là des moines de la montagne de Nitrie, je fis route avec eux. Alors que je me pressais vers la montagne, j’habitais avec l’un des vieillards et je passais avec lui une année entière et trois mois […]410. »

  • 411 A. Guillaumont, Nitria, dans The Coptic Encyclopedia, t. VI, éd. A. S. Atiya, p. 1795-1796.

83L’itinéraire de Paul n’est ni daté ni localisé en son commencement. De même que l’on ignore si le monastère que Paul fuit sous la menace des Perses était situé en Cappadoce ou dans une autre région de l’Empire, l’on ne sait à quelle incursion ou invasion des Perses le narrateur fait allusion. Pourtant, se rendant à Constantinople puis à Alexandrie, par la mer, Paul fut probablement contraint d’abandonner l’Anatolie et non la Syrie ou la Palestine. Aussi, en l’absence de tout autre indice, peut-on supposer qu’il a été moine en Cappadoce, puis qu’il a abandonné la région, plusieurs fois mise en péril par les invasions perses, avant le milieu du viie siècle : Paul, qui se retira en compagnie d’un vieillard, fut accueilli dans la communauté égyptienne de Nitrie, dont le déclin est attesté à cette date411.

Une émigration contestataire ?

84En partant pour la Palestine, Sabas et ses compatriotes se dérobèrent à toute reconnaissance de la primauté nouvellement acquise de Constantinople. À ce titre, leur installation en Terre sainte – une terre dont la légitimité et l’identité étaient anciennes, même si elles continuaient, au long des ve et vie siècles, de se construire – sanctionnait une double rupture avec le monde, un double refus de l’institution, par leur anachorèse et par leur rejet des impératifs politiques qui firent de Constantinople la ville du pouvoir.

  • 412 Jean Moschos, Pré spirituel, 112.
  • 413 Sur la localisation de l’Oasis : P. Van Cauwenbergh et M.-J. Rouët de Journel, dans Jean Moschos, (...)
  • 414 Jean Moschos, Pré spirituel, 122. La laure de Raïthou est au bord de la mer Rouge, à deux jours de (...)
  • 415 Jean Moschos, Pré spirituel, 127.
  • 416 Ibid., 92 (au monastère de Théodose).
  • 417 Ibid., 42 (Auxanon à la laure de Pharan), 124 (Paul à Porphyrite), 127 (une vieille femme originai (...)
  • 418 Ibid., 86 (Thomas au monastère de Théodose), 123 (Zosime au Sinaï), 177 (Jean à Alexandrie), 182 ( (...)
  • 419 Jean Moschos, Pré spirituel, 30 (Isidore à Chypre), 124 (Théodore au monastère d’Euthyme et à Porp (...)
  • 420 Ibid., 95 (un moine anonyme au monastère de Théodose).
  • 421 Ibid., 139 (Serge, sans localisation).
  • 422 Ibid., 100 (Pierre au monastère de Théodose).
  • 423 Ibid., 135 (Nicolas au monastère des Eunuques à Jéricho).
  • 424 Ibid., 187 (Jean de Cyzique au monastère d’Abraham sur le mont des Oliviers).
  • 425 Ibid., 101 (Paul au monastère de Théodose).
  • 426 Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 43-44.

85D’autant que la Palestine ne fut pas l’unique destination des moines d’origine cappadocienne, leur absence à Constantinople n’étant pas la simple conséquence de l’attraction exercée par la Terre sainte. Ces moines gagnèrent également l’Égypte ou encore le Sinaï, ne cessant pas d’alimenter les plus anciennes communautés monastiques de l’Empire. Si, faute de témoignages, Martyrios est le seul Cappadocien dont le séjour en Égypte est attesté au ve siècle, Jean Moschos, dans le tableau qu’il dresse des différentes communautés qu’il a visitées à travers la Palestine, le Sinaï, l’Égypte, la Cilicie, les îles de Chypre et de Samos, l’Épire, raconte qu’il y a rencontré, sous le règne de Tibère, un moine d’origine cappadocienne : Léon, dans la Grande Oasis, en Haute-Égypte412, lequel fut exécuté par les Maziques après qu’ils eurent fait une incursion contre l’Oasis413. Au mont Sinaï, Jean Moschos voulut rencontrer Étienne de Cappadoce, moine dans deux importantes colonies monastiques de la péninsule sinaïtique, le monastère de Raïthou puis le mont Sinaï, suivant son propre témoignage rapporté par Jean Moschos414. Là, il fut délégué, en compagnie de deux autres moines, le Cilicien Zosime et le Romain Dulcitius, auprès de Pierre, patriarche de Jérusalem de 524 à 552, quelque six mois avant la mort de celui-ci415. L’ensemble de l’œuvre de Jean Moschos montre la mobilité des hommes de Dieu : étant elle-même le fruit des pérégrinations de deux moines itinérants, Jean Moschos et Sôphronios, des rives orientales aux rives occidentales de la Méditerranée, elle mentionne aussi, en différents monastères d’Orient, Georges de Cappadoce416, cinq Galates417, cinq Ciliciens418, quatre Arméniens – de Mélitène419, de Sébastopolis420 ou d’ailleurs421 –, un habitant du Pont422, un Lycien423, un habitant de l’Hellespont424, un Romain425. En citant trois Cappadociens, en Égypte, au Sinaï et en Palestine, elle témoigne de la perpétuation de la mobilité de ces derniers, du ive au vie siècle, en même temps que de la cohérence de cette mobilité. Il semble en effet qu’au moment où des moines d’origine cappadocienne sont mentionnés au Sinaï, le monachisme de la péninsule s’inscrivait dans la continuité de celui du désert de Juda : « […] à la fois […] héritier d’une riche tradition ascétique et […] détenteur de Lieux saints », « tout comme le monachisme du désert de Juda, et avec les mêmes limites, [il] recrute largement dans les provinces orthodoxes de l’Empire », tandis que « la péninsule sinaïtique, selon la géographie civile et ecclésiastique, est liée à la Palestine »426.

  • 427 Anastase le Sinaïte, Récits, VI, p. 63-64. Sur la localisation du désert de Γουδδά, à quinze mille (...)

86Le courant d’émigration, ainsi dessiné au cours de l’histoire des ive, ve et vie siècles, ne s’épuisa pas au siècle suivant : il est encore attesté avec la présence au désert de Γουδδά, dans la première moitié du viie siècle, d’un moine qui est dit cappadocien. Dans son sixième Récit, Anastase le Sinaïte mentionne, comme disciple de Jean le Sabaïte, Étienne le Cappadocien, à l’occasion d’une rencontre entre ces deux hommes, Martyrios et Jean le futur higoumène (Jean Climaque)427.

87Jusqu’à la veille des invasions arabes, l’Orient continua d’attirer des ascètes et des moines d’origine cappadocienne, assignant de ce fait une limite à l’attraction exercée par Constantinople en Asie Mineure orientale. Peut-on en conclure qu’en partant pour la Palestine ou le Sinaï ces moines furent susceptibles d’avoir protesté contre l’entrée de la Cappadoce dans la sphère d’influence de Constantinople tout en ayant probablement refusé le monachisme urbain ?

88Parce que le monachisme fut, à ses débuts tout au moins et à Constantinople particulièrement, rétif à toute institutionnalisation, son histoire désigne avec clarté la nature et les limites de l’assise de la ville impériale dans l’Empire, une assise qui fut d’abord institutionnelle. Les carrières de plusieurs sophistes, fonctionnaires ou clercs cappadociens confirment a posteriori non seulement la capacité de Constantinople à intéresser les provinciaux mais aussi la place et la réussite de l’institution, qu’elle ait été impériale ou patriarcale, dans l’Empire protobyzantin, aux dépens peut-être des provinces de Cappadoce elles-mêmes. L’histoire de ces migrations, qui témoigne de la participation des Cappadociens à la mise en place de Constantinople comme capitale impériale et de la Palestine comme haut lieu du monachisme, montre en effet la marginalisation de la Cappadoce qui, aux ve et vie siècles, plus qu’au siècle précédent, apparaît tout à la fois comme une référence secondaire dans les itinéraires de ses habitants qui s’expatrièrent et comme une terre répulsive, ce que confirme son histoire pendant ces trois siècles, celle d’une région qui, au cœur même de l’Empire, entre Constantinople et le diocèse d’Orient, fit fonction de périphérie.

Notes

1 La mobilité des Cappadociens est attestée dès l’époque hellénistique. Voir les témoignages réunis par Robert, Hellenica II, p. 81-85, particulièrement p. 83, n. 1 ; Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 112-116 ; Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 422-433.

2 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 147.

3 Sur ce thème, voir Avraméa, Mort loin de la patrie. L’étude tente de réunir l’ensemble des épitaphes grecques et latines de l’époque paléochrétienne qui, par l’indication de l’origine du défunt, suggèrent que celui-ci est décédé en dehors de sa patrie. Elle mentionne plusieurs épitaphes dressées en l’honneur de Cappadociens, une, incertaine, à Constantinople, deux, pareillement aléatoires, dans le diocèse de Thrace, cinq à Rome. Au total, elle énumère onze épitaphes de Cappadociens (suivant la définition antique de la Cappadoce, qui comprend ici des cités d’Arménie II, comme Komana et Arabissos) sur quatre cent vingt recensés.

4 Usage du même effet rhétorique dans le cas de Priskos. Voir Isidore de Péluse, I Ep. 258.

5 Un autre Jean de Cappadoce est pourtant attesté, au vie siècle, à Constantinople : il s’agit du patriarche de Constantinople. Théodore le Lecteur, HE 523 (Jean le Cappadocien, originaire de Kolôneia en Cappadoce).

6 Il y a des exceptions. Quoiqu’il mentionne l’origine cappadocienne du sophiste Julien, Eunape ne montre pas que des liens aient pu être conservés.

7 Feissel, Immigration à Constantinople, p. 368, précise que la mention de l’origo n’est pas requise dans les épitaphes et constitue de ce fait « une marque facultative d’attachement à une patrie plus ou moins lointaine ». Avraméa, Mort loin de la patrie, p. 6, remarque que la plupart des émigrants ne laissent aucune trace : « la pauvreté économique et la spiritualité chrétienne conduisent à l’anonymat collectif des ξενοτάϕια ».

8 Sur la paideia au ive siècle, voir Brown, Pouvoir et persuasion, p. 57-65 et Kaster, Guardians of Language. Synthèse récente d’Averil Cameron, dans The Cambridge Ancient History, t. XIII, p. 667-684.

9 Grégoire de Nazianze, Or. VII 6-8 ; Épigrammes, 100.

10 Petit, Étudiants de Libanius, p. 124.

11 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 376. Nous excluons Astérios d’Amasée de notre étude car il n’est nulle part précisé qu’il est d’origine cappadocienne, quoiqu’il soit compté parfois au nombre des Pères cappadociens, par confusion peut-être avec le sophiste et hérétique cappadocien homonyme. Astérios, évêque d’Amasée, n’est connu que par ses homélies, lesquelles ne mentionnent pas la Cappadoce : Asterius of Amasea, Homilies I-XIV, éd. C. Datéma, Leyde 1970. Selon Photios, Bibliothèque, 271, t. VIII, p. 91-92, qui cite Astérios lui-même, il fut l’élève d’un Scythe acheté et éduqué par un grammairien d’Antioche.

12 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 14 ; Or. VII 6.

13 Une épigramme funéraire grecque de Rome témoigne en revanche de la présence d’étudiants cappadociens en Occident pendant le Haut-Empire : Moretti, Nuovi epigrammi greci di Roma, p. 69-70, n. 2, qui la date du iie siècle de notre ère. Il s’agit du Cappadocien Gordios, venu étudier le droit à Rome où il a trouvé la mort (tr. dans Ann. ép., 1975, n° 112).

14 Nous ne prenons pas en compte les études qu’Eunomios fit à Constantinople. Il ne semble pas en effet s’être rendu dans la ville de Constantin à cette fin, mais il profite d’y résider et d’y travailler pour approfondir sa formation. Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 50 : employé (nourri) chez un parent à titre de tachygraphe, puis de pédagogue, il souhaite s’initier à la rhétorique. Détails identiques dans un texte extrait du Thesaurus de Nikètas Akominatos et cité par Parmentier, Eunomius, p. 241-242, sur la biographie d’Eunomios. Sur les écoles de Constantinople au ive siècle, voir Kennedy, Greek Rhetoric, p. 164.

15 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 14.

16 Libanios, Ep. 634, Ep. 670, 3, Ep. 671. Voir Petit, Étudiants de Libanius, p. 125.

17 Libanios, Or. I 14, fut pourtant amené à traverser la province tandis qu’il faisait route vers Constantinople ou Athènes (mention du trajet depuis Antioche jusqu’à Tyane).

18 Id., Or. I 138 : les personnages sont identifiés par P. Petit avec l’empereur Jovien et le Cappadocien Fourtounatianos (d’après Libanios, Ep. 1425). Sur Fourtounatianos, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Fortunatianus I, p. 159-160 (aucune allusion à son origine) ; Petit, Étudiants de Libanius, p. 193 ; PLRE I, Fortunatianus 1 (comes rei privatae, de 370 à 377, qui n’est pas désigné comme étant cappadocien) ; Delmaire, Responsables des finances impériales, p. 57-59, qui propose de reconnaître celui-ci dans le destinataire de la lettre 303 de Basile de Césarée, adressée à un comes rei privatae. En fait, Libanios ne suggère jamais que Fourtounatianos ait été cappadocien (voir l’Ep. 1425 de Libanios, invoquée par P. Petit), pas plus que Basile ne s’adresse à son correspondant comme à un compatriote.

19 Basile, Ep. 335, laisse entendre qu’il a recommandé, une fois au moins dans le passé, un compatriote à Libanios. Petit, Étudiants de Libanius, p. 125-128, identifie, parmi les étudiants cappadociens de Libanios, un cercle dont Basile aurait été le centre. L’analyse n’est pas totalement convaincante : Amphiloque le Jeune et Euphémios n’ont pas eu besoin de la médiation de Basile, tandis que Zénon n’apparaît jamais en relation avec celui-ci. Seul Firminos II semble avoir fait l’objet de recommandations mutuelles entre Libanios et Basile.

20 Fedwick, Bibliotheca basiliana universalis, xv, p. 632-633, p. 635-638 (« lettres douteuses ») ; Pouchet, Basile le Grand, p. 155-156, 160-163. L’authenticité de ces lettres a généralement été acceptée.

21 L’identification du correspondant homonyme de Libanios, Ep. 647, avec Basile le Grand a fait l’objet d’une controverse. Voir, entre autres, Seeck, Die Briefe des Libanius, p. 30-34 ; R. Cadiou, Le problème des relations scolaires entre saint Basile et Libanios, REG 79, 1966, p. 89-98 ; Petit, Étudiants de Libanius, p. 125-126 ; Pouchet, Basile le Grand, p. 152-154. Ce dernier conclut à « l’historicité des rapports oraux, de disciple à maître, qu’entretient Basile avec Libanios », après avoir étudié la lettre 13 de Grégoire de Nysse, qui ne témoigne pourtant que du respect de Basile pour Libanios (le terme de « disciple » n’a pas nécessairement une acception technique), et avoir invoqué la biographie de Basile par Grégoire de Nazianze, laquelle atteste le passage du Cappadocien à Constantinople à une époque, vers 349, où Libanios a pu y enseigner (Or. XLIII 14).

22 Libanios, Or. I 11. Sur le nom proche de Iasôn, une épitaphe rédigée en l’honneur de sa femme défunte par un certain T(itos) Fl(avios) Iasôn. Voir Jerphanion et Jalabert, Inscriptions d’Asie Mineure, p. 464, n° 41 (région de Soğanlı) ; ibid., p. 462-463, n° 39 (Césarée). Voir encore Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 242-243, n° 73 (inscription d’époque impériale, actuellement au musée de Niğde), p. 245, n° 78 (inscription de Hallaç, à l’est de Kemerhisar, d’époque impériale), p. 255, n° 94 (inscription d’époque impériale, actuellement au musée de Niğde). Sur l’origine de ce nom, voir Robert, Noms indigènes, p. 441, n. 4.

23 Souda, Π 2375.

24 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 378.

25 Philostorge, HE II 14. Eunomios le Cappadocien séjourna également à Antioche, avant sa rencontre avec Aétios : Id., HE III 20.

26 Nombreuses sont les biographies de Cappadociens à témoigner des relations qui unissaient cette région de l’Anatolie au diocèse d’Orient, à l’instar d’une épitaphe, découverte à Jaff a, d’un juif cappadocien : Corpus Inscriptionum Iudaicarum, t. 2, Rome 1952, p. 137, n° 931, « Ci-gît Isakis, Ancien de la (communauté) des Cappadociens, de Tarse, marchand de lin ». La relecture de l’inscription par Dagron et Feissel, Inscriptions de Cilicie, p. 82, suggère qu’il y a eu à Tarse une communauté de juifs cappadociens : « Le seul témoin de la présence juive à Tarse, au Bas-Empire, était jusqu’ici l’épitaphe, découverte à Joppé en Palestine, d’Isakios, Ancien de la communauté des Cappadociens de Tarse, marchand de lin. Il y avait donc dans la capitale cilicienne au moins deux synagogues, avec leur conseil d’Anciens, dont l’une était celle des Cappadociens. »

27 Libanios, Or. LXII 27.

28 Données résumées dans Petit, Étudiants de Libanius, p. 114 : 12 Cappadociens contre 36 Syriens, 20 Arméniens, 16 Galates, 15 Phéniciens et 14 Ciliciens.

29 Voir aussi Libanios, Or. XXXI 40.

30 Grégoire de Nazianze, De vita sua, v. 128-129 ; Jérôme, De viris illustribus, 113, 1. Épitaphe de Grégoire de Nazianze, PG 38, Epitaphia, 4, col. 12-13, rédigée à la mémoire de son maître Thespésios. La notice de la PLRE I, Thespesius 2, fait erreur en notant que Thespésios a été grammaticus à Césarée de Cappadoce. Il s’agit plus probablement de Césarée de Palestine. L’on sait en effet que Grégoire s’est rendu en Palestine, tandis qu’il n’est nulle part mentionné qu’Euzôïos, originaire de Césarée de Palestine, soit allé en Cappadoce. Correction identique dans Kaster, Guardians of Language, p. 435, n° 268.

31 Grégoire de Nazianze, Or. VII 6.

32 Id., Or. XLIII 14-24.

33 Id., Or. VII 8.

34 Brown, Pouvoir et persuasion, p. 59-60, citant Kaster, Guardians of Language, p. 21-22. P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin. Notes et remarques sur enseignement et culture à Byzance des origines au xe siècle, Paris 1971 (Bibliothèque byzantine. Études 6), p. 51-52, note l’intense activité culturelle, aux ive et ve siècles, des cités d’Antioche, Nicomédie, Césarée de Palestine, Athènes, Alexandrie, Beyrouth, Édesse et Nisibe.

35 Plusieurs inscriptions attestent que des Cappadociens ont résidé en Grèce, particulièrement à Athènes, à l’époque hellénistique : Robert, Hellenica II, p. 83, n. 1 ; Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 423-427, n° 114-119.

36 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 376.

37 Grégoire de Nazianze, Ep. 189-190.

38 Grégoire de Nazianze, Or. VII 6.

39 Zacharie de Mytilène, Vie de Sévère, p. 64, tr. M.-A. Kugener : « Ménas de Cappadoce, qui étudiait aussi en ce moment le jus civile, rivalisa plus tard de zèle avec [Jean de Palestine]. Il reçut également l’habit monastique dans ce même temple [l’église Saint-Jude], et il se proposait de retourner ainsi dans sa ville de Césarée et de s’y faire admettre dans les rangs de son clergé – Jean avait voulu, à cause de la carrière qu’il [Ménas] avait d’abord embrassée, qu’il n’eût rien à souffrir des égarements de la jeunesse, – mais il monta à Dieu avec l’habit même dont il était revêtu. » Le traducteur signale, à la note 3, que le sens du passage n’apparaît pas avec netteté. Sur le témoignage de Zacharie de Mytilène, voir J.-M. Blasquez, La vida estudiantil en Beyruth y Alejandria a final del siglo V segun la Vida de Severo de Zacarias Escolatico. Paganos y Cristianos I, Gerion 16, 1998, p. 415-436. Ménas résidait à Beyrouth au moment où Zacharie, qui quitta Alexandrie un an après Sévère, y étudiait le droit en compagnie de celui-ci, soit après 486 : voir Frend, Rise of the Monophysite Movement, p. 202.

40 Philostrate, Vies des sophistes, I 21.

41 Ibid., II 13.

42 Ibid., II 27. Sur Diodotos, voir Diodotos 13, RE 5, col. 715 : Philostrate est la seule source d’informations.

43 Grégoire de Nazianze, Or. VII 6. Voir aussi le résumé que Nicétas le Paphlagonien, The Encomium of Gregory Nazianzen by Nicetas the Paphlagonian, éd. et tr. angl. J. J. Rizzo, Bruxelles 1976 (SH 58), 3, donne des différents voyages de Grégoire. Sur le thème de la mobilité géographique, voir Kaster, Guardians of Language, p. 21-22.

44 Voir Lim, Public Disputation, p. 118-119 ; Parmentier, Eunomius (d’après Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 50) ; Vaggione, Eunomius, p. 3-9.

45 Grégoire de Nazianze, Ep. 157 (à Théodore évêque de Tyane), 167 (à Helladios évêque de Césarée). Dans le premier cas, Grégoire recommande les enfants de Nikoboulos, dans le second Nikoboulos le Jeune, très probablement l’un d’entre eux. Sur le sens de l’apprentissage de la sténographie au ive siècle, voir Kaster, Guardians of Language, p. 47 : requis par les besoins de la bureaucratie impériale, il acquiert alors une respectabilité nouvelle.

46 Voir les témoignages sur les « gains des rhéteurs » extraits de l’œuvre de Grégoire de Nazianze par Coulie, Les richesses dans l’œuvre de Grégoire de Nazianze, p. 129-139.

47 Palladios : Libanios, Ep. 1014, 1 et 3 et 1222, 2 (Palladios rhéteur), la première lettre étant datée de 391, la dernière de 363/364. Voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Palladius XIX, p. 230 ; Petit, Étudiants de Libanius, p. 124, p. 193 (P. Petit évoque tantôt Palladius XIV, p. 124 et p. 139, n. 9, tantôt Palladius XV, p. 118, tantôt Palladius XIX, p. 58-59) ; PLRE I, Palladius 8. Philippe : Libanios, Ep. 408, 429, 1223, 1425, datée de 363 (Philippe rhéteur), 1427, datée de 363 (Philippe ancien condisciple de Libanios). Voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Philippus II, p. 240 ; Petit, Étudiants de Libanius, p. 124-125, p. 193 ; PLRE I, Philippus 3. Il s’agit peut-être du correspondant de Julien, Ep. 40.

48 Grégoire de Nazianze, Ep. 188-192.

49 Id., Ep. 174-177.

50 Id., Ep. 37-38. Sur Eudoxios et son père, voir PLRE I, Eudoxius 2 et Eudoxius 1.

51 Grégoire de Nysse, Ep. 9. Voir aussi Id., Ep. 27. Sur Stagirios, voir PLRE I, Stagirius.

52 Souda, E 3755. Sur Eustochios, voir FHG, t. IV, p. 3, qui signale qu’un Eustochios est mentionné dans Étienne de Byzance, Παντικαπαιάτης. Voir aussi PLRE I, Eustochius 2 et Eustochius 5 (le rapprochement n’est pas fait entre les deux sophistes).

53 À dire vrai, ni la terminologie ni la distinction entre sophiste et rhéteur ne sont assurées. Grégoire de Nazianze invoque, au sujet d’Eudoxios, la condition de rhéteur (Ep. 176, 3, Ep. 198, 7) ; même s’il mentionne brièvement son œuvre de rhéteur et son œuvre de sophiste, il oppose aussitôt Eudoxios au groupe des sophistes (Ep. 176, 6). La même remarque et une restriction identique valent dans le cas de Stagirios (Ep. 188, 1). Sur les emplois des termes de sophiste et de rhéteur chez Grégoire de Nazianze, voir Coulie, Les richesses dans l’œuvre de Grégoire de Nazianze, p. 134-139.

54 Grégoire de Nazianze, Ep. 190, 3.

55 Id., Or. XLIII 13. Place et fonction similaires d’Ancyre comme centre culturel et administratif, d’après Mitchell, Anatolia, t. II, p. 84-86.

56 Basile, Ep. 74, tr. Y. Courtonne.

57 Id., Ep. 76.

58 Grégoire de Nysse, Ep. 9.

59 Sur Amphiloque, qui semble avoir résidé en Cappadoce avant sa nomination à l’évêché d’Ikonion, voir Grégoire de Nazianze, Ep. 25-26 ; Seeck, Die Briefe des Libanius, Amphilochius III, p. 59. Sur Euphémios, décédé ou, du moins, inhumé en Cappadoce, voir Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 118, 121-123, 125, 126 et 129 ; Seeck, Die Briefe des Libanius, Euphemius II, p. 137. Sur Philagrios, voir Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 100.

60 Zacharie de Mytilène, Vie de Sévère, p. 64.

61 Firminos : Basile, Ep. 116 (double reproche de Basile à Firminos, celui de préférer la patrie de son grand-père paternel (Antioche ?) à Césarée, celui de choisir la carrière des armes plutôt que le service curial). Sur Firminos, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Firminus II, p. 156 ; Kopeček, Curial Displacements and Flight, p. 327-334.

62 Grégoire de Nazianze, Or. VII 9, l. 21, tr. M.-A. Calvet-Sébasti.

63 Id., Or. VII 9, tr. M.-A. Calvet-Sébasti.

64 Id., Or. VII 15.

65 Dans le cas des étudiants, Petit, Étudiants de Libanius, p. 124-128, croit pouvoir reconnaître trois groupes parmi les élèves cappadociens de Libanios, des groupes plutôt que des réseaux à proprement parler en raison de leur faiblesse numérique.

66 Grégoire de Nazianze, Ep. 31, 115, 234, 235.

67 Basile, Ep. 9, 135, 248.

68 Julien, Ep. 107.

69 Id., Ep. 106, tr. J. Bidez. Id., Ep. 107.

70 Basile, Ep. 134, 135 ; Grégoire de Nysse, Ep. 15 (le manque de copistes retarde la divulgation du Contra Eunomium).

71 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX 3f, mentionne les οἱ απὸ ἡγεμονίωτ σοϕισταί, ce que A.-M. Malingrey traduit par « l’élite des fonctionnaires », au contraire de Delmaire, « Lettres d’exil » de Jean Chrysostome, p. 128, « Firminus », qui identifie « des professeurs décorés du titre honoraire d’ex praesidibus ».

72 Anthologie palatine, XI 436, tr. R. Aubreton.

73 Philostrate, Vies des sophistes, II 13 : Pausanias tend à permuter les consonnes, à abréger les voyelles longues et à allonger les courtes.

74 Id., Vie d’Apollonios de Tyane, I vii : en revanche l’éloquence d’Apollonios n’est pas affectée par son origine cappadocienne.

75 Isidore de Péluse, I Ep. 281, 351, 352, 485, 486, 487 et 489.

76 Id., I Ep. 351 et 487.

77 Constantin VII, De thematibus, II, p. 66. Procédé identique pour les thèmes de Sicile et de Longobardie par exemple.

78 Eusèbe de Césarée, Vita Constantini, IV 43. C’est un éloge qu’il leur réserve.

79 Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, XXXI, 383a, cité dans Photios, Bibliothèque, 244, t. VI, p. 144, tr. R. Henry : « Ce fils [Ariarathe], quand son père eut accompli sa destinée, fit montre d’une manière de vivre des plus dignes et s’appliqua à la philosophie ; dès lors, la Cappadoce, autrefois ignorée des Hellènes, devint un séjour habitable pour les gens instruits. » Il s’agit d’Ariarathe V (163-130) : Niese, Ariarathes 5, RE 2, col. 818-819, 1895.

80 Robert, Noms indigènes, p. 491-492, n. 6, p. 481-482 (datation) : « Il ne faut pas attacher trop d’importance aux brocards sur les Cappadociens et leur prononciation, plaisanteries de lettrés des capitales hellénistiques contre des “provinciaux”. » Id., Géographie et philologie ou la terre et le papier, p. 392. Cette réputation est peut-être née, dans le Haut-Empire, au contact des esclaves originaires de Cappadoce. Sur l’hellénisation de la Cappadoce, voir Drew-Bear, Inscriptions de Cappadoce (l’inscription n° 3 – une inscription d’Özkonak de la fin du iie et du début du iiie siècle – témoigne de la diffusion de la culture hellénique du fait même de ses « vulgarismes »).

81 Robert, Noms indigènes, p. 490. Jacopi, Esplorazioni e studi, p. 22 : épitaphe métrique inscrite sur une stèle retrouvée à Bor. Repris, en dernier lieu, dans Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 230-232, n° 57 (Sarapion et non Sérapion).

82 Himérios, Orationes, Oratio XVIII ; Photios, Bibliothèque, 243, t. VI, p. 112-113.

83 Sur le Mélas, voir Strabon, Géographie, XII 2, 8 et Ptolémée, Geographia, V 6, 7. Prenant sa source à l’Argée (Ptolémée) et irriguant la plaine de Mazaka/Césarée (Strabon), le Mélas se jette dans l’Halys à 29 kilomètres au nord-ouest de Césarée. Voir TIB 2, p. 233 (le Mélas, aujourd’hui le Karasu, à savoir la rivière noire) et le commentaire de F. Lasserre dans Strabon, Géographie, t. IX, p. 153-154, p. 220-221 (qui identifie le Mélas non avec le « Kara Su » mais avec la rivière voisine du Sarmaklı Su suivant la description de Strabon et reconnaît dans l’Euphrate que mentionne celui-ci le « Kara Su »).

84 Apollonios de Rhodes, Argonautiques, éd. et com. F. Vian, tr. fr. E. Delage, Paris 1976 (CUF), chant II, v. 904-910.

85 Peut-on extrapoler l’interprétation de P. Chuvin des Dionysiaca de Nonnos de Pannopolis à ce discours d’Himérios ? P. Chuvin, Local Traditions and Classical Mythology in the Dionysiaca of Nonus, Studies in the Dionysiaca of Nonnus, éd. N. Hopkinson, Cambridge 1994 (Proceedings of the Cambridge Philological Society. Supplementary 17), p. 167-176, montre que l’Empire indien, mentionné dans les Dionysiaca, vaut comme projection de l’Empire sassanide. Himérios fait-il allusion aux origines iraniennes d’une partie de la population de Cappadoce ?

86 Sur la mobilité des enseignants, voir Kaster, Guardians of Language, p. 126-127.

87 Philostrate, Vies des sophistes, II 13 ; II 27. Sur Pausanias, W. Stegemann, Pausanias 21, RE 18, 4, col. 2405-2406 : sophiste du iie siècle, élève à Athènes d’Hérode Atticus, lui-même professeur de rhétorique à Athènes puis à Rome où il eut pour étudiants Ailianos et Aspasios, auteur de plusieurs mélanges. Sur Pausanias, outre Philostrate, voir la Souda, P 819 (« de Césarée, sophiste, contemporain d’Aristide, dont Philostrate fait mention comme d’un mauvais rhéteur dans les Vies des sophistes. Auteur d’un livre Περὶ συντάξεως, d’un autre de Problèmes et d’autres encore »). Alexandre ne semble pas autrement connu.

88 Robert, Noms indigènes, p. 490-492, commentaire en ces termes : « C’est pour le moment le plus ancien exemple de ces maîtres cappadociens qui ont travaillé εἰς προκοπὴν παιδείας καὶ λόγων […], ont posé les fondations du développement culturel et de l’hellénisation plus profonde encore de la Cappadoce à l’époque impériale, et en définitive […] ont été à l’origine de la fl oraison des grands Cappadociens du ive siècle, Grégoire de Nysse, Grégoire de Nazianze, Basile de Césarée avec tout leur entourage disert et cultivé. »

89 Sur les Vitae philosophorum et sophistarum d’Eunape et sur les sophistes d’origine cappadocienne qui y sont évoqués, voir Penella, Greek Philosophers and Sophists.

90 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 466-476. Sur Julien, voir PLRE I, Iulianus 5 ; RE 10, col. 10-11.

91 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 364, p. 378. Sur Aidésios, voir PLRE I, Aedesius 2 ; Dictionnaire des philosophes antiques, dir. R. Goulet, Paris 1994, t. I, 56, p. 75-77.

92 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 364, p. 392. Sur Eustathe, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Eustathius II, p. 147 ; PLRE I, Eustathius 1 ; RE 6, col. 1451.

93 Sur la donation, voir Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 466. Seule la Souda, P 2375, mentionne qu’il est originaire de Césarée de Cappadoce. Penella, Greek Philosophers and Sophists, p. 83-84, oppose à la Souda le double témoignage d’Eunape en faveur d’une origine arménienne de Prohairésios et explique cette confusion de la Souda par le fait que Basile et Grégoire de Nazianze ont été élèves de Prohairésios. R. Goulet, Prohérésius le païen et quelques remarques sur la chronologie d’Eunape de Sardes, AnTard 8, 2000, p. 210 et n. 3, suggère que Prohairésios a été assimilé à un Cappadocien par confusion avec son maître, Julien le Cappadocien. Sur Prohairésios, voir PLRE I, Proaeresius ; RE 23, 1, col. 30-32.

94 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 478-480. Ibid., p. 484 : Prohairésios quitte l’Arménie pour Antioche. La rencontre est datée de 362 par Kennedy, Greek rhetoric, p. 138 (sans que cette date soit justifiée).

95 Il est vrai que la Souda et l’auteur des Vitae philosophorum et sophistarum désignent une seule et même région, les confins orientaux de l’Empire, une région peu connue, de ce fait mal délimitée et, peut-être, mal nommée.

96 Grégoire de Nazianze, PG 38, Epitaphia, 5, col. 13. Selon R. Goulet, Prohérésius le païen et quelques remarques sur la chronologie d’Eunape de Sardes (cité n. 93), p. 210-211, il s’agit non pas d’une mais de deux épitaphes.

97 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 14-24.

98 Sur la mort de Julien à Athènes, Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 476, p. 486 ; sur celle de Prohairésios, attestée indirectement, ibid., p. 512 (Prohairésios décède quelques jours après qu’Eunape a quitté Athènes pour la Lydie), p. 514-516 (le sophiste Diophantos l’Arabe, professeur à Athènes, lui consacre une oraison funèbre), p. 516 (à sa mort, le rhéteur Himérios se précipite à Athènes).

99 Socrate, HE IV 26, 6; Sozomène, HE VI 17, 1.

100 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 508. Sur la fonction de stratopédarque, conférée ici à titre honoraire, voir Mason, Greek terms for Roman institutions, p. 13 et p. 87 (le terme désigne, à l’époque constantinienne, un magister militum d’après Eusèbe de Césarée, HE VIII iv 3 et IX v 2) et Delmaire, « Lettres d’exil » de Jean Chrysostome, p. 170 (même interprétation).

101 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 508. Sur les diverses acceptions du terme de οιτηρέσιον à Constantinople, voir Durliat, De la ville antique à la ville byzantine, p. 191-192. Il est difficile de préciser la nature du présent de Constant, d’autant qu’il demande à être confirmé par le préfet du prétoire Anatolios. J. Durliat ne semble pas avoir commenté ce texte.

102 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 392.

103 Voir Lim, Public Disputation, p. 50-51. Sur Sôpatros, PLRE I, Sopater I.

104 Fowden, Pagan Holy Man, p. 40-48.

105 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 410. La chronologie des faits qui se rapportent aux deux Cappadociens et à leur femme et amie Sôsipatra n’apparaît pas avec clarté à la lecture d’Eunape, qui présente séparément les trois protagonistes. Sur l’interprétation du texte d’Eunape et sur l’acception à donner au terme ἀποχώρησις, décès ou retraite d’Eustathe, voir Penella, Greek Philosophers and Sophists, p. 53-54, qui expose et accepte le point de vue de G. Fowden, dans Pagan Philosophers in Late Antiquity Society. With Special References to Iamblichus and His Followers, Oxford 1979, p. 105-108.

106 Aidésios aurait peut-être eu l’occasion d’enseigner en Cappadoce suivant une hypothèse de G. Fowden, dans The Platonist Philosopher and His Circle in Late Antiquity, Philosophia 7, 1977, p. 375-376.

107 Fowden, Pagan Holy Man, p. 42.

108 Julien, Ep. 78.

109 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 410, p. 394-398. Eustathe étant resté à l’écart des villes de la province d’Asie et de la Grèce, les Grecs en viennent à désirer et à prédire sa visite, puis à lui envoyer une ambassade.

110 Eunape, Vitae philosophorum et sophistarum, p. 364.

111 Sur les critères d’Eunape, voir Penella, Greek Philosophers and Sophists, p. 134-140 : Eunape a exclu ou brièvement évoqué divers sophistes parce qu’ils ont refusé le néoplatonisme ou qu’ils ont pleinement adhéré à l’ordre romain, comme Thémistios.

112 Ammien Marcellin, Histoire, XVII v 15 et xiv 1-2. Ammien et Eunape témoignent, en des termes identiques, du statut d’Eustathe et des raisons de sa qualification. Sur Musonianus, voir PLRE I, Musonianus. Sur le compte rendu de cette ambassade par Eunape et Ammien Marcellin, voir Penella, Greek Philosophers and Sophists, p. 53, p. 57-58. Sur l’ambassade elle-même, Blockley, East Roman Foreign Policy, p. 21 (médiocrité des ambassadeurs du point de vue statutaire), p. 239, n. 27.

113 Il semble que le destinataire de l’Ep. 1 de Basile de Césarée, adressée à « Eustathe philosophe », soit Eustathe de Sébaste (Basile affirme avoir cherché son destinataire à Césarée, en Syrie et en Égypte, et avoir renoncé à le suivre jusqu’en Perse) : J. Gribomont, Eustathe le philosophe et les voyages du jeune Basile de Césarée, dans Id., Saint Basile, I, p. 107-116.

114 Julien, Ep. 34-36.

115 Souda, B 259.

116 Libanios, Or. I 31.

117 Id., Or. I 39.

118 Id., Or. I 35 et 39. Libanios évoque, au chapitre 31, le sophiste Bèmarchios, au chapitre 35, le Cappadocien détenteur de la chaire en question. Il s’agit bel et bien de deux personnages distincts. Le Cappadocien est l’un des deux sophistes que Libanios affronte, sur le plan oratoire, à la suite de son installation à Constantinople et auxquels Bèmarchios vient en aide : Id., Or. I 37-39.

119 Libanios, Or. I 44-47.

120 Sur Bèmarchios, voir FGH, 2 I B, n° 280, p. 950; Kennedy, Greek Rhetoric, p. 164; PLRE I, Bemarchius.

121 Libanios, Ep. 1052 et 1061. Sur Zénon, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, p. 315, Zeno IV ; Petit, Étudiants de Libanius, p. 118, 127-128 ; PLRE I, Zenon 7.

122 Sur l’émergence de Constantinople comme capitale culturelle de l’Empire sous le règne de Constance II, voir P. Lemerle, Le premier humanisme byzantin (cité p. 329, n. 34), p. 52-57.

123 Basile, Ep. 1, tr. Y. Courtonne : « J’ai longé en vitesse la ville située sur l’Hellespont comme aucun Ulysse n’a fait pour le chant des sirènes. »

124 Conclusion identique de Kaster, Guardians of Language, p. 126-127, dans le cas des grammairiens. Les cités impériales constituent des destinations privilégiées des grammairiens qui abandonnent leur patrie pour faire carrière.

125 Brown, Pouvoir et persuasion, p. 58.

126 Grégoire de Nazianze, Or. VII 15, tr. M.-A. Calvet-Sébasti, fait cependant allusion à la conversion de Césaire, qui « [a] changé de service » et « [choisit] une autre Cour loin de ce qui est soumis à ébranlement ». Grégoire invoque la correspondance que Césaire lui a adressée.

127 À l’occasion du changement de règne de Constance II à Julien, selon Coulie qui suppose, dans Les richesses dans l’œuvre de Grégoire de Nazianze, p. 143-146, que Césaire a été successivement archiatre de la ville et archiatre de la cour.

128 Grégoire de Nazianze, Or. VII 10 et 14.

129 Id., Ep. 7, 3, tr. P. Gallay, corrigé par Coulie dans Les richesses dans l’œuvre de Grégoire de Nazianze, p. 140.

130 Grégoire de Nazianze, Or. VII 15, tr. A.-M. Calvet-Sébasti.

131 Le texte de Grégoire a été interprété dans ce sens par Delmaire, Largesses sacrées et res privata, p. 186-187, p. 271, n. 65.

132 Grégoire de Nazianze, Or. VII 15, l. 22, tr. A.-M. Calvet-Sébasti.

133 Expositio totius mundi et gentium, XLIV, tr. J. Rougé.

134 F. Jacques, Les moulins d’Orcistus, dans Institutions, société et vie politique dans l’Empire romain au ive siècle ap. J.-C., éd. M. Christol, Rome 1992, p. 431-446 (Collection de l’École française de Rome 159).

135 Voir, par exemple, Expositio totius mundi et gentium, XXII (Nisibe et Édesse), XXXIII (les villes de Syrie et de Palestine), XXXIV (l’Égypte, adorateurs des dieux et savants), XLI (la Galatie, qui « fournit aussi quelquefois de bons soldats aux empereurs »), XLII (la Phrygie, qui « elle aussi possède des hommes valeureux au témoignage des écrits des anciens », Homère et Virgile), XLIII (l’Arménie Mineure qui « fournit des cavaliers et des archers utiles à la guerre »), XLV (l’Isaurie), L (la Thrace, qui « possède des hommes très grands et valeureux à la guerre »), LII (l’Attique, ses savants et ses orateurs), LVIII (la Gaule, des hommes valeureux), LIX (l’Espagne, des hommes doctes), LXII (la Libye, des hommes « bons, pieux et prudents »), LXIV (la Crète, « des hommes particulièrement riches et instruits »), LXV (la Sicile, « des hommes riches et instruits en toute culture, grecque aussi bien que latine »), LXVII (la Bretagne, « des hommes aussi combatifs que valeureux »).

136 Sur le séjour de Cappadociens à Rome et en Occident, à titre d’esclaves principalement, voir Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 112-116 et Robert, Géographie et philologie, p. 392-393. Autres attestations : celle d’un esclave cappadocien, décédé à l’âge de treize ans et honoré par son maître Longinus. Inscription publiée et datée du iie siècle par M. P. Speidel et S. Panciera, Chiron 19, 1989, p. 122-126 (Ann. ép., 1989, n° 103). Retrouvée en Italie également, dans la regio VII, une inscription élevée en l’honneur de Diodotos, fils de Tauros et médecin de Tyane en Cappadoce, datée par l’éditeur du iiie siècle : A. Naso, Ricognizioni archeologiche 5, 1989, p. 51-57 (Ann. ép., 1989, n° 307). Voir aussi à Rome Ann. ép., 1980, n° 151a.

137 ICUR IV, 10 549. Voir aussi ICUR IV 12 201 (Παῦλος πωλείτης Кαπα[δοκίας]) ; ILCV 4 460 A (Bibianus Cappados) ; ILCV 4 460 = ICUR I, 1 441 (civem Armeniacum Cappadocem). Les quatre exemples ont été réunis par Avraméa, dans Mort loin de la patrie. Nous laissons de côté le cinquième exemple cité par A. Avraméa, celui de Spinthéros, originaire de Tyane, en raison de la datation proposée par l’éditeur, à savoir le iiie siècle (A. Ferrua, Antiche iscrizioni inedite di Roma, Epigraphica 1, 1939, p. 145-146, n° 5).

138 Expositio totius mundi et gentium, p. 72. Sur Helpidios, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Helpidius I, p. 168-170 ; PLRE I, Helpidius 4. Sur Hermogénès, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Hermogenes IV, p. 173-174 ; PLRE I, Hermogenes 3. Il semble que la passation de pouvoir ait eu lieu en 360 et non en 359, comme l’écrit J. Rougé.

139 Voir chapitre VII, p. 390-393.

140 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 116. Voir aussi 106, 107, 113.

141 Il semble en effet qu’il s’agisse d’un hapax.

142 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 106, 113.

143 A. Chastagnol, Les Fastes de la préfecture de Rome au Bas-Empire, Paris 1962 (Études prosopographiques 2), p. 202, en conclut que Martinianos était sénateur de Rome. Voir aussi PLRE I, Martinianus 5 ; Seeck, Die Briefe des Libanius, Martinianus II, p. 204-205.

144 CTh XII 1, 44 (22 mai 358/21 juin 358), 45 (22 juin 358/21 juin 358), 46 (27 juin 358) ; CTh IV 13, 5 (14 juillet 358). L’éditeur du Code et A. Chastagnol, Les Fastes de la préfecture de Rome (cité n. 143), p. 203, n. 34, datent différemment les deux premiers textes.

145 CTh I 5, 8. Voir A. Chastagnol, Les Fastes de la préfecture de Rome (cité n. 143), p. 203.

146 Basile, Ep. 74, 2.

147 Sur la datation, voir Delmaire, Responsables des finances impériales, p. 52, qui ne discute pas l’origine d’Arkadios. Celle-ci n’est cependant étayée que parce que Basile parle de Césarée comme de « notre métropole », le problème étant que l’évêque emploie fréquemment le pluriel de majesté. Sur Arkadios, voir PLRE I, Arcadius 3.

148 Basile, Ep. 32, 76, 96, 177, 180, 192, 272.

149 Grégoire de Nazianze, Ep. 21, 22, 29, 37, 39, 93 et 135. D’après l’édition de P. Gallay, Σωϕρονίῳ ὑπάρχῳ dans les familles u (Marcianus graecus 79 et Mutinensis Estensis 229) et v (Laurentianus IV-14 et Londinensis British Museum Additional 36749) ; Σωϕροίῳ μαγίστρῳ dans la famille g (Athous τῆς ἱερᾶς μovῆς ’Ιβήρωv 355, nunc 241, Athous τῆς μεγίστης Λαύρας 59 et Laurentianus LVII-7).

150 Ammien Marcellin, Histoire, XXVI vii 2, tr. M.-A. Marié.

151 Voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 251 (p. 275, mention, à tort, de Sôphronios comme comes sacrarum largitionum). Sur Sôphronios, voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Sophronius I, p. 279-280 ; Hauser-Meury, Prosopographie, p. 156-157 ; PLRE I, Sophronius 3 ; Delmaire, Responsables des finances impériales, p. 49 (Sôphronios n’est jamais cité comme comes sacrarum largitionum).

152 Basile, Ep. 75. Voir aussi Id., Ep. 33, 147, 178.

153 Id., Ep. 196.

154 Seeck, Die Briefe des Libanius, Aburgius, p. 36 ; Hauser-Meury, Prosopographie, Abugrius, p. 21, identification reprise dans PLRE I, Aburgius ; Delmaire, Responsables des finances impériales, p. 61-62.

155 Magninianos : Index syriaque des Lettres festales, II ; En-tête des Lettres festales d’Athanase d’Alexandrie, II, dans ibid., p. 321 ; P. Oxy. 2562. Voir PLRE I, Fl. Magnilianus ; C. Vandersleyen, Chronologie des préfets d’Égypte de 284 à 395, Bruxelles 1962 (Latomus 55), p. 14. Philagrios : Index syriaque des Lettres festales, VIII, IX, XI, XII, XV ; En-tête des Lettres festales d’Athanase d’Alexandrie, VI, VII, X, dans ibid., p. 323-327 ; P. Oxy. 1470. Voir Seeck, Die Briefe des Libanius, Philagrius I, p. 235-236 ; PLRE I, Fl. Philagrius 5 ; C. Vandersleyen, Chronologie des préfets d’Égypte de 284 à 395 (cité supra), p. 15-16, p. 128-130.

156 Athanase, Historia Arianorum, 18.

157 Ibid., 7.

158 Le magistrat qui tranche le différend entre Libanios et son rival de Nicomédie se nomme en effet Philagrios ; contacté en Cappadoce par les adversaires de Libanios, il juge la cause à Nicée, ce qui autorise son identification avec le Cappadocien et vicaire du Pont Philagrios, son contemporain. Ce dernier, témoin de l’exil et de l’assassinat de Paul de Constantinople, est en effet vicaire du Pont de 348 à 350 (voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 428), alors que Libanios réside à Nicée et à Nicomédie dans les années 344-349 (Or. I, p. XII) et qu’il est jugé au moment où se font « les préparatifs de la guerre contre les Perses » (Or. I 66), une allusion à la campagne de 348 selon P. Petit. Libanios se contente de dire archôn (I 72) ou dikastès (I 69, 70) le magistrat qui juge de son cas. Seeck, Die Briefe des Libanius, Philagrius I et Philagrius II, p. 235-236, a distingué le préfet d’Égypte Philagrios du vicaire du Pont homonyme, arguant de l’infériorité du vicariat à la préfecture d’Égypte. L’argument n’a été retenu ni par J. Lallemand, L’administration civile de l’Égypte de l’avènement de Dioclétien à la création du diocèse (284-382), Bruxelles 1964, p. 243, ni par les auteurs de la PLRE.

159 Grégoire de Nazianze, Ep. 30. Un autre homonyme, beau-frère d’un certain Tibère, est mentionné par Libanios, Ep. 372, 2, comme étant décédé à la date de 358.

160 Basile, Ep. 61. Il s’agit plus probablement d’un gouverneur de Libye inférieure, Basile faisant de la province administrée par celui-ci la voisine de la province de l’évêque d’Alexandrie (sur l’extension de la province de Libye inférieure, voir J. Lallemand, L’administration civile de l’Égypte de l’avènement de Dioclétien à la création du diocèse (284-382), cité n. 158, p. 47-49). Ainsi, à l’heure actuelle, on ne peut l’identifier avec le praeses de Libye supérieure qui fut en poste en 367/375 (sous Valentinien, Gratien et Valens), d’après la PLRE I, Anonymus 135, p. 1025 et p. 1099 (qui renvoie à une inscription de Ptolémaïs).

161 Van Dam, Kingdom of Snow, p. 58-61, mentionne deux autres cas, qui sont hypothétiques : Évagrios, comes rei privatae en 360-361 (PLRE I, Evagrius 5 et Delmaire, Responsables des finances impériales, p. 36), et Adelphios (PLRE I, Adelphius 2 et Adelphius 3), élève de Libanios puis gouverneur de Galatie en 392, auraient été cappadociens (étant identifiés avec des correspondants de Grégoire de Nazianze, Ep. 3 et 204, et de Grégoire de Nysse, Ep. 20).

162 L’engagement des Cappadociens dans les armées romaines n’est bien sûr pas une nouveauté. Eusèbe de Césarée, Les martyrs en Palestine, XI 1, 20-23, 25-27, décrit le martyre enduré, à Césarée de Palestine et avec Pamphile, par un Cappadocien nommé Séleukos, qui fut soldat de l’armée romaine.

163 Malalas, Chronographia, XIII 23. Sur Eutychianos, voir O. Seeck, Zur Chronologie und Quellenkritik des Ammianus Marcellinus, Hermes 41, 1906, p. 538-539 (Eutychianos aurait été l’auteur d’une chronique qui fut utilisée par Ammien Marcellin) ; FGH, 2 I B, n° 226, p. 954, et 2 II, p. 638-639 (contestation de l’hypothèse d’O. Seeck) ; PLRE I, Eutychianus 3 (même propos) ; E. Jeffreys, Malalas’ sources, dans Studies in John Malalas, p. 181. Les Patria de Constantinople, 48, dans Scriptores originum constantinopolitanarum, p. 143-144, mentionnent un grammatikos homonyme, qui relata les cérémonies d’inauguration de Constantinople en 330 et qui participa à l’expédition de Julien en Perse. Comme le propose Dagron, Constantinople imaginaire, p. 27, n. 21, il s’agit peut-être d’un seul et même historien, les témoins oculaires cités par le rédacteur des Patria étant fictifs. De même que Bèmarchios a rédigé une histoire du règne de Constantin, de même qu’Eustochios a écrit sur Constance II, Eutychianos aurait narré l’expédition de Julien. On ne peut analyser avec précision les témoignages de Malalas et des Patria de Constantinople, qui sont pour partie erronés. Malalas attribue, à tort, à Eutychianos le récit de la mort de Julien sous les coups de Mercure, cette tradition étant attestée pour la première fois à la fin du ve siècle ; avec anachronisme, l’auteur des Patria fait d’Eutychianos un prôtasèkrètis.

164 Passio S. Sabae Gothi, 8. Junius Soranus est probablement le destinataire de la lettre 155 de Basile de Césarée. Il n’est pas autrement connu. Sur Junius Soranus, voir PLRE I, Iunius Soranus 2, et Zuckerman, Cappadocian Fathers and the Goths, p. 473 et 477. Les inscriptions font connaître l’installation de plusieurs Cappadociens dans les Balkans, à des dates inconnues : à Tomi, en Scythie, mention de deux Cappadociens, l’un de Mazaka, l’autre de Tyane, dans une inscription cultuelle (voir Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 427-428, n° 120) – il faut peut-être ajouter l’inscription que cite Avraméa, Mort loin de la patrie, p. 24, d’après I. Barnea, Les rapports de la province de Scythia Minor avec l’Asie Mineure, la Syrie et l’Égypte, Pontica 5, 1972, p. 262-263, inscription qui mentionne un certain Entôlios de Césarée.

165 Palladios, Dialogue sur la vie de Jean Chrysostome, IV 34-39, 57-61. Palladios le dit, l. 36-37, ἀϕηγούμενος ἀριθμοῦ Οὐαλεριανὸς ὀνόματι, Καππαδόκης, puis, l. 57, χιλίαρχος. Pour l’éditeur A.-M. Malingrey, il s’agit d’un tribun commandant d’un numerus, pour Pietri, Roma christiana, t. II, p. 1325, à tort, d’un notaire (en fait seul un certain Patrikios est désigné comme notaire). Sur le sens de χιλίαρχος, voir Mason, Greek Terms for Roman Institutions, p. 99-100 et p. 163 : tribunus militum. Sur Valérianos, PLRE II, Valerianus 2.

166 Sur cette affaire, sur la réception par Innocent de Rome puis par Honorius de la sentence énoncée contre Jean Chrysostome, voir Pietri, Roma christiana, t. II, p. 1299-1326, particulièrement p. 1323-1326 : l’ambassade, constituée par Innocent à la demande d’Honorius, portait, entre autres, une lettre de celui-ci, qui demandait la réunion d’un concile œcuménique à Thessalonique. Acheminée par le cursus publicus, elle fut internée à Athyras (ou Athyra), sur la côte thrace, après avoir été séparée des évêques orientaux, partisans de Jean, qui s’étaient réfugiés à Rome. Elle se vit refuser la comparution devant l’empereur avant de regagner l’Occident.

167 Kynégios est comes, il jouit de la mégaloprépeia. Sur cette qualité, voir R. Delmaire, Les dignitaires laïcs au concile de Chalcédoine, Byz. 54, 1984, p. 157-159, qui remarque qu’elle est réservée, chez Firmos, aux personnages de haut rang, praepositus sacri cubiculi comme Lausos, magister militum comme Plintha, préfet du prétoire comme Florentios.

168 Sur Kynégios, voir Firmos, Epistulae, p. 53-54 et PLRE II, Cynegius 3.

169 Sur Thalassios, voir Delmaire, Largesses sacrées et res privata, p. 110, n. 124 ; Id., Responsables des finances impériales, p. 216-217 ; Firmos, Epistulae, p. 60 ; PLRE II, Thalassius 1.

170 CTh X 10, 34 (22 février 430).

171 CJ II 7, 7 (7 septembre 439). CJ VII 42, 1 (13 août 439). Socrate, HE VII 48, 4-5.

172 Firmos, Ep. 16.

173 M.-A. Calvet-Sébasti et P.-L. Gatier ne procèdent pas à l’identification des deux personnages dans leur commentaire de la lettre 16 de Firmos, tandis que R. Delmaire semble l’admettre dans Les responsables des finances impériales, p. 217, et dans son tableau de Largesses sacrées et res privata, p. 100, n. 124, sans la justifier. Thalassios n’est pas le premier Cappadocien à monter sur le trône épiscopal de Césarée : les Cappadociens Eusèbe et Basile l’y précédèrent.

174 Il est malheureusement impossible d’analyser l’origine des fonctionnaires impériaux, faute de connaissances suffisantes. Grâce à la PLRE, nous connaissons l’origine de huit des vingt-cinq préfets du prétoire d’Orient, cités de 337 à 395, de seize des soixante-quatre préfets, recensés de 395 à 527, de cinq des vingt-quatre préfets, attestés entre 527 et 641. Sur les huit premiers (nous excluons le Cappadocien Abourgios en qui les auteurs ont reconnu un préfet du prétoire), deux sont originaires de Gaule, les six autres étant de Palestine (Beyrouth), d’Arabie, du Pont, de Paphlagonie, d’Étrurie et de Rome. Sur les seize suivants, quatre sont originaires de Syrie, quatre d’Égypte, deux de Phrygie, un de Lycie, un de Lydie, un de Cappadoce, un d’Osrhoène, un d’Euphratésie, un de Palestine (Beyrouth). Sur les cinq derniers, deux sont cappadociens, deux syriens, un égyptien. Synthèse concernant les préfets augustaux, les comtes d’Orient, les gouverneurs de province dans Laniado, Notables protobyzantins, p. 246-249.

175 Mention par Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 431-433, n° 127 d’un sénateur originaire de Tyane, Tiberius Claudius Gordianus, qui fut questeur de la province de Chypre, légat du proconsul de la même province, proconsul de Macédoine, commandant de la Legio XII Claudia puis de la Legio III Augusta, préfet de l’aerarium Saturni et consul. Voir H. Halfmann, Die Senatoren aus dem östlichen Teil des Imperium Romanum bis zum Ende des 2. Jh. n. Chr., Göttingen 1979 (Hypomnemata. Untersuchungen zur Antike und zu ihrem Nachleben 58), p. 58-59, p. 69, p. 197-198.

176 Sur cette province, qui a pour métropole Péluse, voir R. Delmaire, Notes prosopographiques sur quelques lettres d’Isidore de Péluse, Revue des Études augustiniennes 34, 1988, p. 234 : « […] à l’époque où écrit Isidore, l’Augustamnica est encore unie […] ». Position similaire de B. Palme, Praesides und correctores der Augustamnica, AnTard 6, 1998, p. 123-135. Pour Évieux, Isidore de Péluse, p. 36-39, la province d’Augustamnique fut probablement scindée en Augustamnique I et II à la fin du ive ou au début du ve siècle.

177 Sur une affaire similaire, voir Évieux, Isidore de Péluse, p. 56-60. Sur la chronologie de l’affaire Gigantios, voir les tentatives de reconstitution d’Évieux, Isidore de Péluse, p. 48-56, qui, après avoir identifié les correspondants d’Isidore, date le premier gouvernement de Gigantios du milieu des années 410 (sans raisons convaincantes), les démarches de celui-ci à la cour de la décennie 420, voire de 431-432. Voir aussi B. Palme, Praesides und correctores der Augustamnica, AnTard 6, 1998, p. 135 (gouvernement de Gigantios antérieur à 432) ; R. Delmaire, Notes prosopographiques sur quelques lettres d’Isidore de Péluse (cité n. 176), p. 230-232, qui date les lettres d’Isidore de Péluse de 420 environ à 435/440.

178 Isidore de Péluse, I Ep. 483, 484, 486, 487.

179 Id., I Ep. 158 : « J’ai peur que tu ne sois originaire de la partie des Cappadoces souillée par toutes les infériorités. Il existe en effet une autre région de Cappadoce, excellente, d’où sont originaires ceux qui ont illuminé partout les extrémités de la terre par la lumière de leur intelligence et de leur avertissement. »

180 Id., I Ep. 485 et 489. A. Cristofori, Lo status di cartaginesi ed egiziani in Isidoro di Pelusio, Epp. , I, 485 e 489, dans Egitto e storia antica dall’ellenismo all’età araba. Bilancio di un confronto, éd. L. Criscuolo et G. Geraci, Bologne 1989, p. 341-381, tente d’identifier la loi ou les lois auxquelles Isidore de Péluse fait allusion, tout en ne manquant pas de critiquer ses propres hypothèses. On ne peut exclure que la requête d’Isidore de Péluse à Rufin soit une boutade : alors qu’un gouverneur ne peut être en fonction dans sa patrie (et donc un Égyptien gouverner une province d’Égypte), Isidore demande que les Cappadociens ne puissent gouverner que la Cappadoce (suggestion de C. Zuckerman).

181 CTh IX 38, 9 (31 août 396). Voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 256.

182 Jean Lydos, De magistratibus, III 57. Voir l’apparat critique de l’épigramme dans l’Anthologie palatine, XI 238 : dans la quasi-totalité des manuscrits, par la mention τοῦ αὐτοῦ, elle est attribuée, à tort selon l’éditeur, au poète du ve siècle avant notre ère, Démodokos.

183 Anthologie palatine, XI 238, tr. R. Aubreton.

184 Sur ce portrait et les reproches que Jean Lydos adresse à Jean le Cappadocien, voir Maas, John Lydus, p. 87-88.

185 Sur le surnom donné à celui-ci, dans Jean Lydos, De magistratibus III 58, maxilloploumakios dans l’édition de R. Wuensch (1903), p. 148, maxilloploumbakios dans celle d’A. C. Bandy (1983), p. 222.

186 Jean Lydos, De magistratibus, III 58, 61.

187 Sur Jean Maxilloploum(b)akios, voir, en dernier lieu, Feissel, Vicaires et proconsuls d’Asie, p. 103 (conformément à la suggestion de Stein, Histoire du Bas-Empire, t. II, p. 448, n. 2, Jean aurait été vicaire du diocèse d’Asie avant que la fonction ne fût supprimée en 535).

188 Jean Lydos, De magistratibus, III 58-62.

189 Jean Lydos s’enorgueillit en outre de sa patrie, Philadelphie : voir Maas, John Lydus, p. 30-31.

190 Anthologie palatine, XI 235 (les gens de Chios) et 236 (les Ciliciens).

191 Ibid., XI 238, tr. R. Aubreton. On doit peut-être modifier la traduction : « […] afin que le monde lui-même ne dépérisse pas d’être “cappadocisé” ».

192 Théodore Téganistès (voir PLRE II, Theodorus qui et Teganistes 57), dont on ignore l’origine, a par exemple été à quatre reprises préfet de la ville de Constantinople, sous les règnes de Justin Ier et de Justinien Ier tout au moins. Voir Alan Cameron, Theodorus τρισέπαρχος, GRBS 17, 1976, p. 269-286, particulièrement p. 275-283, p. 285-286, repris dans Literature and Society in the Early Byzantine World, Londres 1985 (Variorum Reprints. CS 209), XVI.

193 The Oracle of Baalbek. The Tiburtine Sibyl in Greek Dress, p. 20-21, commentaire p. 142 (l’auteur a enrichi la présentation traditionnelle de l’Antéchrist en assignant à celui-ci un règne de trente ans, en lui attribuant la reconstruction des autels (païens ?) d’Égypte, en affirmant qu’il sera institué par les Cappadociens).

194 Georges le Moine, Chronique, t. II, p. 666-667.

195 Les Cappadociens ne sont pas les seuls à être tournés en dérision : voir par exemple, Procope, Histoire secrète, XXIV 7, sur la réputation défectueuse des Grecs (« comme s’il n’était possible à absolument aucun de ceux qui sont originaires de Grèce d’être gens d’honneur », tr. P. Maraval).

196 Anthologie palatine, XI 237, tr. R. Aubreton. L’éditeur a bien sûr mentionné sa postérité voltairienne (Voltaire, Épigrammes, Contre Fréron : « L’autre jour, au fond d’un vallon / Un serpent piqua Jean Fréron. / Que pensez-vous qu’il arriva ? / Ce fut le serpent qui creva. »)

197 Voir les témoignages réunis par Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 112-116, et, dans une moindre mesure, par P. Salmon, À propos du refus de la différence : l’image des peuples d’Asie Mineure à Rome, Latomus 56, 1997, p. 67-82.

198 Visibilité qui semble avoir été d’autant plus forte que le nombre des Cappadociens était faible.

199 Grégoire de Nazianze, Ep. 22, 5, tr. P. Gallay.

200 Id., Ep. 37, 1, tr. P. Gallay.

201 Id., Épigrammes, 106, 113, 116 (sauf à considérer que les épigrammes de Grégoire sont de purs exercices de style, qui désignent une réalité très générale plutôt que cappadocienne).

202 Basile, Ep. 154-155, 164-165 et Passio S. Sabae Gothi, 8.

203 Voir chapitre IV, p. 190-195. Si les positions des évêques d’origine cappadocienne ne semblent pas avoir contredit celles des évêques de Cappadoce, Martyrios, qui fut métropolite de Jérusalem en 478-486, fit cependant exception en acceptant, sous le règne d’Anastase, les conclusions du concile de Chalcédoine, alors que le métropolite de Césarée ne semble pas avoir pris clairement parti. À la génération suivante, le différend est patent entre Sabas et Sôtérichos de Césarée, anathématisé par celui-ci.

204 Procope, De bello persico, I xxiv 11-15 et xxv 3, 7-10 ; Zacharie de Mytilène, HE IX 14. Procope, De bello persico, I xxv 7, n’en dénonce pas moins l’importance de la garde personnelle de Jean (sans l’accuser d’être cappadocienne).

205 Voir Jean Lydos qui, le plus souvent, désigne le préfet du prétoire par ces mots : « le Cappadocien », par exemple en De magistratibus, II 17, 20, 21, III 38, 57. Malalas, Chronographia, XVIII 71, l. 63, explicite la valeur de surnom de l’expression : ’Ιωάννου τοῦ ἐπίκλην Καππάδοκος. Un tel usage est à distinguer de la mention de l’origine, laquelle est le plus souvent unique : voir Jean Lydos, De magistratibus, II 20 (Constantin est originaire de Mazaka), III 58 (Jean Maxilloploum(b)akios est « cappadocien »).

206 Jean Lydos et le continuateur de Zacharie de Mytilène précisent néanmoins que Jean est originaire de Césarée de Cappadoce. Sur Jean le Cappadocien, voir PLRE IIIA, Fl. Ioannes 11.

207 Sur la première, voir Jean Lydos, De magistratibus, III 57. Sur la seconde, ibid., III 57 ; Procope, De bello persico, I xxiv 11 ; Malalas, Chronographia, XVIII 61 ; Chronicon Paschale, 532, p. 621 (première destitution de Jean) ; Évagre, HE IV 16 ; Zacharie de Mytilène, HE IX 14. Sur la première mention de Jean au moment de son exil, Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 544, 3. Sur sa chute, Procope, De bello persico, I xxv 3-42 ; Malalas, Chronographia, XVIII 89-90.

208 Sur les fonctions de scriniarius et de logothète, voir Jean Lydos, De magistratibus, III 57 : si Jean Lydos ne mentionne pas explicitement l’appartenance de Jean le Cappadocien à la préfecture du prétoire d’Orient, la fonction de logothète n’est néanmoins attestée que dans le cadre de celle-ci (voir Procope, Histoire secrète, XXIV 1-11 et Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 285, 289, 405, 589, 759, ainsi que sur les logothètes CJ X 30, 4). Sur la direction de la commission du Code justinien, voir V. Purpura, Giovanni di Cappadocia…, Annali del seminario guiridico della Università di Palermo 36, 1976, p. 59-65 (non vidi) ; T. Honoré, Tribonian, Londres 1978, p. 13 et n. 14. Sur le consulat, Malalas, Chronographia, XVIII 84 et Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 544, 3.

209 Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 544, 3. C’est à cette date, et non en 541, que la chronique mentionne, d’un même trait, la destitution et l’exil de Jean d’une part, le don fait à Bélisaire d’autre part.

210 Malalas, Chronographia, XVIII 89-90 ; Procope, De bello persico, I xxx 49-54 (Procope ne mentionne pas la mort de Jean). On ignore la date à laquelle Jean est décédé.

211 Jean est en effet considéré comme le père des réformes de l’administration provinciale : voir Stein, Histoire du Bas-Empire, t. II, p. 463-464 ; Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 279.

212 Roueché, Provincial Governors and their Titulature, p. 86. M. Maas, History and Ideology in Justinianic Reform Legislation, DOP 40, 1986, p. 22.

213 Respectivement Nov. XXV, XXVI, XXIX, CIII. Sur les préambules des novelles, voir aussi T. Honoré, Tribonian (cité p. 356, n. 208), p. 125-126.

214 Voir M. Maas, History and Ideology in Justinianic Reform Legislation (cité n. 212), p. 24.

215 Le nom de sa fille, Euphémia, ne semble pas caractéristique de la Cappadoce. C’est aussi celui de la femme de l’empereur Justin Ier.

216 Voir PLRE IIIB, Tribonianus 1.

217 Sur le premier, voir Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 9, 25 (le surnom de Jean, qui appartient au numerus des Isauriens, fait référence au saint isaurien homonyme ; sur celui-ci, dont le culte est attesté en Cappadoce, voir F. Halkin, Vie de S. Conon d’Isaurie, An. Boll. 103, 1985, p. 5-34). Sur le second, Jean Lydos, De magistratibus, III 58-61. Sur le troisième, Agathias, Histoires, IV 17, 2. Sur le quatrième, Théodore le Lecteur, HE 523 ; Victor de Tunnuna, Chronique, 99 (ad a. 517) ; Théophane, Chronographia, A. M. 6010, 6011, 6012, t. I, p. 164-166. D’autres Jean sont affublés d’un surnom : voir, dans l’Histoire secrète de Procope, Jean le Glouton (IV 4), Jean le Bossu (VI 5), Jean Laxarion (XXIX 1).

218 Sur Constantin, voir PLRE II, Constantinus 8. Constantin est identifié avec le destinataire de plusieurs lois du Code justinien adressées par l’empereur Léon : CJ I 40, 14 (471) ; CJ I 40, 15 (non datée, probablement postérieure à la première) ; CJ XII 57, 14 (471) ; CJ X 32, 62 (460/473, 457/465 dans l’édition de P. Krüger).

219 Jean Lydos, De magistratibus, II 20. Le texte mentionne successivement la construction d’une agora, baptisée du nom de Léon et décorée de mosaïques, et la cession d’une résidence au profit de la préfecture du prétoire.

220 Nous laissons de côté les exemples connus par les Pères cappadociens, faute de disposer de sources d’origine cappadocienne au vie siècle.

221 Procope, De bello gothico, V xxix 20-21. Sur Georges, voir PLRE IIIA, Georgius 3. Sur Théodoriskos, voir PLRE IIIB, Theodoriscus. Sur Martinos, voir PLRE IIIB, Martinus 2. En 537, il est magister militum.

222 P. Cairo Masp. 67032. L’acte précise, aux lignes 14-18, que Flavios Palladios est fils de Jean, que les deux comtes sont originaires d’une cité, restée non identifiée, de la province de Cappadoce :
… Φλς Π[αλλαδιοσ ο λαμπρ/]
[κομης] του θ[ειου] κωνσιστωριου, υϊοσ Ι ωανν[ου του τησ μακαριας(?)]
μνημη[ς κα]ι Επιγονο[ς] ο λαμπρ° / κ[ο]μ, αμϕο[τεροι μεν … (?)
ορμωμενοι εκ της Λεovτι……. π[ο]λε[ω]ς τ[ης…..]
Καππαδοκων επ[αρ]χεια[ς]…
Voir PLRE IIIA, Epigonus et PLRE IIIB, Fl. Palladius 1.

223 Sur l’ensemble de la documentation, voir D. Feissel, Magnus, Mégas et les curateurs des « maisons divines » de Justin II à Maurice, TM 9, 1985, p. 465-468 ; PLRE IIIA, Magnus 2. Sur le reste de sa carrière, notamment sur sa fonction de comes sacrarum largitionum, voir Delmaire, Responsables des finances impériales, p. 278-281, qui, contrairement à la tradition historiographique, ne reconnaît pas en Magnus un comte des largesses sacrées.

224 Grégoire de Nazianze, Or. VII 9 ; Or. XLIII 14.

225 Id., Or. VII 8, tr. M.-A. Calvet-Sébasti.

226 Firmos, Ep. 9, Ep. 22.

227 Il s’agit de Basile uniquement.

228 Sur celle-ci, voir PLRE I, Theodosia ; Bernardi, Famille de Grégoire de Nazianze (Théodosie aurait épousé le frère aîné d’Olympias, celui-ci n’est pourtant jamais attesté directement, seul un neveu d’Olympias, Séleucus 2, dans PLRE I, est mentionné) ; Delmaire, « Lettres d’exil » de Jean Chrysostome, p. 145 (qui considère que Séleukos est le fils d’une sœur ou d’une demi-sœur d’Olympias) ; Hauser-Meury, Prosopographie, p. 167, Theodosia.

229 Grégoire de Nazianze, Ad Olympiadem, PG 37, col. 1549, 97-103 (Théodosie), à la condition qu’il s’agisse bien d’Olympias, la diaconesse ; Id., Ep. 186 (nièce de Grégoire de Nazianze).

230 Id., Or. VII 8, tr. M.-A. Calvet-Sébasti.

231 Id., Or. VII 9-11, 15.

232 Sozomène, HE VII 17 (Eunomios). Philostorge, HE X 6 (Philostorge, âgé de vingt ans), XII 11 (Lucien, qui dirigea la communauté eunomienne de Constantinople).

233 Cyrille de Scythopolis, Vie de Jean l’Hésychaste, 23-24 (Basilina) ; Théodore le Lecteur, HE 523 (Jean) ; Malalas, Chronographia, XVIII 126 : il s’agit très probablement de Théodore Askidas.

234 Voir Feissel, Immigration à Constantinople, p. 372-375. Ont été incluses les épitaphes des faubourgs de Péra et de l’Hebdomon ainsi que des ports de la côte bithynienne. Quelques dizaines mentionnent l’origine géographique des défunts et de leur famille. Ibid., p. 369-370.

235 Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 50. Voir Parmentier, Eunomius, p. 243-244 ; Vaggione, Eunomius, p. 3-8.

236 Grégoire de Nazianze, Ep. 186, 5.

237 Id., De vita sua, v. 12-17, cité chapitre IV, p. 219.

238 AASS, Mai II, xxxviii-xli, 1866 : Akakios, centurion de la cohorte des Martésiens, fut arrêté en Cappadoce sur ordre du tribun Flavios Firmos puis envoyé à Bibianos à Périnthe. Voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 393-395, qui suppose que sa passio a pu être écrite dès l’époque constantinienne et que son martyrion a été construit très tôt, étant attesté au début du ve siècle par Socrate, HE VI 23 ; H. Delehaye, Saints de Thrace et de Mésie, p. 228-229, qui, contrairement à S. Salaville, dénonce le peu d’historicité de la Passion ; S. Salaville, DHGE I, col. 237-240, 1912 ; Id., Les églises de Saint-Acace à Constantinople, EO 12, 1909, p. 103-108.

239 Socrate, HE VII 48, 2. Voir chapitre IV, p. 215-216.

240 Nov. XXX 5, 1.

241 Théodore le Lecteur, HE 523 ; Victor de Tunnuna, Chronique, 99 (ad a. 517).

242 Théophane, Chronographia, A. M. 6101, t. I, p. 297-298.

243 Jean était originaire de la ville de Nikopolis, dans la province voisine d’Arménie I : Cyrille de Scythopolis, Vie de Jean l’Hésychaste, 1.

244 Procope, De bello vandalico, II viii 24, xiv 32-41, xv 6 et 49, xvii 6, xviii 1 et 4 : après qu’en 534 Bélisaire eut confié le gouvernement de Libye à Solomon et eut quitté l’Afrique, Théodore le Cappadocien et Ildiger furent envoyés en renfort aux côtés de Solomon confronté à la révolte des Maures. En 536, le premier fit face à la révolte des soldats contre Solomon, conservant Carthage à l’empereur. Il participa encore à la bataille qui mit fin à la révolte de Stotzas en 537. Sur Théodore le Cappadocien, magister utriusque militiae qui n’est connu que par Procope, voir PLRE IIIB, Theodorus 8.

245 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 1, 9 et 25. En 444, Jean quitta la Cappadoce pour Alexandrie où il fut nommé commandant de son numerus ; il y retrouva son fils entre 456 et 469, il y décéda enfin en 491. Sur Jean, père de Sabas, PLRE II, Ioannes 23. Hypothèses sur l’identité du numerus auquel appartenait Jean dans D. Hoffmann, Das spätrömische Bewegungsheer und die Notitia Dignitatum, I-II, Dusseldorf 1969-1970, p. 242.

246 Agathias, Histoires, IV 17-20, p. 143-148 : Jean Daknas, qui fut envoyé par Justinien en Lazique (à la place de Rusticus, semble-t-il), réussit à prendre le fort de Tzachar aux dépens des Misimianoi. Voir PLRE IIIA, Ioannes 66.

247 Eusèbe de Césarée, HE VI 11, 1, tr. G. Bardy.

248 Sur le premier point, voir Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient, p. 26-27.

249 Itinerarium Burdigalense ; Égérie, Journal de voyage, 23, 7 ; Jérôme, Ep. 3, 3.

250 Basile, Ep. 223, 2, tr. Y. Courtonne : « […] Je découvris beaucoup de ces hommes à Alexandrie, beaucoup dans le reste de l’Égypte, d’autres en Palestine, en Coelésyrie, en Mésopotamie. J’admirai leur abstinence dans la nourriture, j’admirai leur endurance dans les travaux, je fus frappé de leur constance dans les prières et de la façon dont ils dominaient le sommeil […]. » Id., Ep. 1 (mention de la Syrie et de l’Égypte), Ep. 204, 6 ; Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 25.

251 Athanase, Epistula ad Palladium, PG 26, col. 1168B-1169A; Basile, Ep. 258, 2, Ep. 259.

252 Grégoire de Nysse, Ep. 2 et 3. Sur l’édition et l’authenticité de la lettre 2, voir P. Maraval, Une querelle sur les pèlerinages autour d’un texte patristique (Grégoire de Nysse, Lettre 2), Revue d’histoire et de philosophie religieuses 66, 1986, p. 131-146.

253 Grégoire de Nysse, Ep. 2, 18, tr. P. Maraval.

254 Jérôme, Ep. 46, 10, tr. J. Labourt.

255 Jérôme, Ep. 58, 3, tr. J. Labourt.

256 P. Maraval, Saint Jérôme et le pèlerinage aux Lieux saints de Palestine, Jérôme entre l’Occident et l’Orient, éd. Y.-M. Duval, Paris 1988 (Études augustiniennes), p. 345-353, qui expose les contradictions et les mutations du discours de Jérôme.

257 Patlagean, Pauvreté, p. 336.

258 Chitty, Et le désert devint une cité, p. 105.

259 Sur la présence d’étrangers dans le monachisme palestinien et égyptien, dès la deuxième moitié du ive siècle, voir Chitty, Et le désert devint une cité, p. 105, p. 110.

260 Palladios, Histoire lausiaque, 48 et 49. Vie de Chariton, 21. Sur Douka, voir S. Vailhé, Répertoire alphabétique des monastères de Palestine, ROC 4, 1899, p. 528-529.

261 Jean Cassien, Conférences, X 3, tr. Dom E. Pichery.

262 Palladios, Histoire lausiaque, 48, 2.

263 Jean Moschos, Pré spirituel, 154. Voir S. Vailhé, Répertoire alphabétique des monastères de Palestine, ROC 4, 1899, p. 529.

264 Vie de Chariton, 21.

265 Sur les difficultés chronologiques de la vie de Palladios, voir le résumé de B. Flusin, dans DS, XII, 1, col. 113-116, 1984.

266 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 2-3.

267 Ibid., 11.

268 Ibid., 16. Voir Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, p. 359.

269 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 32. Martyrios et son compagnon quittèrent l’Égypte après que Protérios d’Alexandrie eut été assassiné en mars 457 (pour la date, voir Histoire du christianisme, t. III, p. 156).

270 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 1 et 6.

271 Id., Vie de Sabas, 7.

272 Id., Vie de Théodose, p. 235-236 ; Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 6 (Théodore de Pétra ne mentionne pas que Longin est cappadocien).

273 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théognios, p. 241 ; Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 5. Quoique les deux hagiographes désignent la Cappadoce comme étant la patrie de Théognios, Cyrille de Scythopolis nomme, avec plus de précision, la ville d’Ariaratheia qui appartenait à cette époque à la province d’Arménie II.

274 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théognios, p. 242 ; Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 10.

275 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 38 et Vie de Sabas, 11. Dométianos était originaire de Mélitène, Martyrios de Cappadoce, Élie d’Arabie, Gérasimos de Lycie.

276 Id., Vie de Théognios, p. 242 ; Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 7.

277 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 30 ; Id., Vie de Théodose, 4.

278 Id., Vie de Sabas, 56-57.

279 Id., Vie de Théodose, 5.

280 Id., Vie de Sabas, 76.

281 Le récit est transmis à Jean Moschos par l’archimandrite du monastère de Saint-Théodose, lequel succéda à Théodose, décédé en 529, Sôphronios, mort en 543, et Eulogios, signataire au concile de 553.

282 Jean Moschos, Pré spirituel, 92. Sur Phasaélis, voir S. Vailhé, Répertoire alphabétique des monastères de Palestine, ROC 5, 1900, p. 42 : il s’agit d’un oratoire situé non loin de Saint-Théodose. Sur le monachisme palestinien évoqué par Jean Moschos, voir Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 39.

283 Jean Cassien, Conférences, X 3.

284 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 6, tr. A.-J. Festugière. Id., Vie de Théodose, p. 236, tr. A.-J. Festugière, 1. Même projet de retraite dans la Vie d’Euthyme, la Vie de Jean l’Hésychaste, la Vie de Kyriakos et la Vie d’Abraamios.

285 Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 5.

286 Palladios, Histoire lausiaque, 48 et 49.

287 Ibid., 49, 2.

288 Lorsque Photin prit position contre l’anthropomorphisme devant les moines de Paphnoutios, il intervint à titre extérieur : Jean Cassien, Conférences, X 3.

289 Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 12.

290 Vie de Syméon le Jeune, 43, 168, 191.

291 Ibid., 43.

292 Ibid., 96 (Isauriens), 103 (Ibères), 118, 123, 237.

293 Les premiers travaillent comme maçons au monastère, une partie des seconds se fait moine.

294 Par exemple, Flusin, Cyrille de Scythopolis, p. 89 (tandis que les moines syriens et égyptiens sont pour la plupart indigènes, ceux du désert de Jérusalem sont, dans leur majorité, étrangers à la Palestine).

295 Quoiqu’il prétende, dans le préambule de l’Histoire lausiaque, avoir précisé « pour la plupart leur pays d’origine, leur ville et leur lieu de résidence », Palladios n’indique que très irrégulièrement l’origine des différents moines qu’il évoque. En Palestine, il mentionne le Thébain Poseidônios, Évagre le Pontique, Adolios de Tarse, Mélanie l’Espagnole et les deux Cappadociens Elpidios et Sisinnios : Palladios, Histoire lausiaque, 36, 38, 43, 46, 48 et 49. Il est vrai que le préambule ne serait pas authentique : voir B. Flusin, DS, XII, 1, col. 118. Sur l’origine des moines qui sont cités dans les Vies de Cyrille de Scythopolis, voir Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, p. 359, n. 1. Voir aussi Patrich, Sabas, p. 67-68 (reprise, pour l’essentiel, de l’exposé d’E. Schwartz).

296 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 11, 16.

297 Id., Vie de Sabas, 20.

298 Id., Vie de Sabas, 27.

299 Id., Vie de Sabas, 21 ; Vie de Jean l’Hésychaste, 1, 3.

300 Id., Vie de Théodose, p. 240.

301 Jean Moschos, Pré spirituel, 128.

302 Honigmann, Two Metropolitans, Relatives of the Emperor Maurice, p. 224-225.

303 ACO II 1 i, première actio, n° 3, 177, p. 60 ; ACO II 1 ii, troisième actio, n° 1, 140, p. 73, quatrième actio, n° 1, 142, p. 88, sixième actio, n° 1, 158, p. 134 et n° 9, 159, p. 146 (Adelphios chorévêque pour Adolios d’Arabissos). ACO II 5 xi, 35, p. 23 et Ep. 37, p. 71, p. 75 (Adelphios d’Arabissos).

304 Jean Chrysostome, Ep. 126. Ni la correspondance de Jean Chrysostome ni le Dialogue sur la vie de Jean Chrysostome de Palladios ne mentionnent les deux frère et sœur.

305 Voir aussi Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 40-41 : comme Ammâ Damianè est parente de l’empereur Maurice, sa présence à Jérusalem atteste que « le monde monastique de Jérusalem comptait encore dans ses rangs des personnes d’influence ».

306 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 16 ; Vie de Sabas, 9, 44 ; Vie de Kyriakos, 14.

307 Id., Vie d’Euthyme, 32, 47.

308 Id., Vie d’Euthyme, 16, 39, 57 ; Vie de Sabas, 36, 39, 42, 84, 88. La Vie de Sabas, 86, mentionne en outre « les Besses du Jourdain », des Thraces qui combattirent pendant le Haut-Empire au service de l’Empire.

309 Id., Vie d’Euthyme, 16, 47, 48 ; Vie de Sabas, 49, 76, 84 ; Vie d’Abraamios, p. 243 (Abraamios est lui-même originaire d’Émèse).

310 Id., Vie de Sabas, 32, 34.

311 Id., Vie d’Euthyme, 48, 55 ; Vie de Sabas, 84 ; Vie d’Abraamios, p. 245.

312 Id., Vie d’Euthyme, 18 ; Vie de Sabas, 43, 44, 89.

313 Id., Vie de Sabas, 38, 72.

314 Id., Vie de Sabas, 36, 39 ; Vie de Kyriakos, p. 223 (Kyriakos est originaire de Corinthe, il est accueilli par ses compatriotes Anatolios et Olympios), p. 231.

315 Id., Vie d’Euthyme, 24 ; Vie de Sabas, 36.

316 Id., Vie d’Euthyme, 50.

317 Schneider, Das Kloster der Theotokos zu Choziba.

318 Voir Binns, Ascetics and Ambassadors of Christ, p. 92-93 : J. Binns totalise neuf Cappadociens, il s’agit en fait de sept Cappadociens et de deux habitants de Césarée (Κεσαρεὺς), sans indication de la province. Voir, dans l’article d’A.-M. Schneider, les inscriptions n° 30 (Λονγἰνος Κάπαδοξ), 37 (Θεόδωρος Κάππαδοξ), 48 (Στέϕανος Κάππαδοξ), 57 (’Ηλίας Κάππαδοξ), 97 (’Ισίδωρος Κάππαδοξ), 177 (Βασίλις Κάπ(παδο)ξ) et 191 (Θεόδωρος Καππάδοκος) ainsi que les inscriptions n° 62 (Κῦρος Κεσαρεὺς) et 193 (Πέτρος ὁ Κεσαρεὺς). Tableau récapitulatif dans Patlagean, Pauvreté, p. 337.

319 Voir Schneider, Das Kloster der Theotokos zu Choziba, p. 299-302.

320 Voir Binns, Ascetics and Ambassadors of Christ, p. 26-32 : le père de Cyrille, Jean, fut un ami de Sabas ; Cyrille est demeuré neuf ans au monastère d’Euthyme.

321 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 32.

322 Ibid., 37. Sur la localisation de ce monastère, voir S. Vailhé, Les monastères et les églises Saint-Étienne à Jérusalem, EO 8, 1905, p. 81-83 (lectures convergentes de S. Vailhé et de A. J. Festugière).

323 Il s’agit de la Grande Laure, de la Nouvelle Laure, de la Laure dite des Sept bouches et de la laure de Jérémie : Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 16, 36, 58, 74.

324 À savoir le koinobion du Kastellion, le petit koinobion, le koinobion de Nikopolis, le koinobion de la Grotte, le koinobion de la Tour et le koinobion de Zannos : Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 28, 35, 37, 38 (le koinobion de la Tour est nommé par la suite du nom de son premier higoumène, le scholarios Jean : voir ibid., 58), 42. Données résumées dans A.-J. Festugière, Moines d’Orient, III/2, p. 146-149.

325 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 31.

326 Id., Vie de Sabas, 29 : le koinobion de Théodose est à 35 stades à l’ouest de la Grande Laure. Id., Vie de Théodose, p. 238.

327 Id., Vie de Théognios, p. 242. Monastère également mentionné dans Jean Moschos, Pré spirituel, 160.

328 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 20.

329 Ibid., 30.

330 Ibid., 37. Sur Chrysippos, voir G. Bardy, DGHE XII, col. 784-785, ainsi que S. Vailhé, Chrysippe, prêtre de Jérusalem, ROC 10, 1905, p. 96-99.

331 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 30, 37. Sur Gabriel, voir J.-M. Sauget, DHGE XIX, col. 558.

332 Voir K. G. Holum, Theodosian Empresses. Women and Imperial Dominion in Late Antiquity, Berkeley 1982, p. 224 et infra.

333 Voir S. Vailhé, Chrysippe, prêtre de Jérusalem (cité p. 372, n. 330) et B. Altaner, Patrologie. Leben, Schriften und Lehre der Kirchenväter, Freibourg 1958, p. 190 : il s’agit de quatre enkomia, consacrés à saint Théodore, à l’archange Michel, à la Théotokos et à saint Jean-Baptiste. Le premier éloge est cité par Photios dans sa Bibliothèque, 171, t. II, p. 167, au sujet d’un ouvrage d’Eustratios, un prêtre de Constantinople qui dédia son livre à Chrysippos. Sur le quatrième, voir A. Sigalas, Des Chrysippos von Jerusalem Enkomion auf den hl. Johannes den Täufer, Athènes 1937 (Texte und Forschungen 20).

334 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 30 (Kosmas), 33 (Kosmas), 35 (Gabriel) ; Vie d’Euthyme, 48 (Kosmas et Chrysippos) ; Vie d’Euthyme, 40 (Chrysippos et Gabriel).

335 Voir Binns, Ascetics and Ambassadors of Christ, p. 182.

336 Sur ce point, voir K. G. Holum, Theodosian Empresses. Women and Imperial Dominion in Late Antiquity (cité n. 332), p. 219-220. Kosmas participa à la composition des Homerocentones: Eudocie, Homérocentones, dans A. Ludwich, Eudociae Augustae, Procli Lycii, Claudiani Carminum Graecorum Reliquiae, Leipzig 1897, p. 87.

337 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 42.

338 Id., Vie d’Euthyme, 42, 43 ; Vie de Sabas, 15, 19.

339 B. Flusin, dans Histoire du christianisme, t. III, p. 536.

340 Ibid., t. III, p. 586.

341 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 50-51. Pour la date, voir Frend, Rise of the Monophysite Movement, p. 219.

342 Sur ce point, voir Flusin, Hagiographie palestinienne, p. 26-30.

343 Id., dans Histoire du christianisme, t. III, p. 586.

344 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 3-5.

345 Palladios, Histoire lausiaque, 48, 1.

346 Elpidios habita une grotte, Sisinnios un tombeau. Ce sont précisément ces abris naturels ou aménagés que les moines cappadociens ont utilisés à la période mésobyzantine. Voir note suivante.

347 Jolivet-Lévy, Cappadoce, p. 69-70, 76-79, qui, p. 72, suppose néanmoins que le site du monastère de l’Archangélos, près de Cemil, a pu être habité, aux premiers temps de son occupation chrétienne, par des ermites qui auraient choisi comme lieux de leur ascèse des tombes païennes abandonnées.

348 Sozomène, HE VI 34, 7-8.

349 Id., HE VI 34, 8-9. Sur Léontios d’Ancyre, voir Le Quien, Oriens christianus, t. I, p. 462-463 (ce fut un adversaire de Jean Chrysostome).

350 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. IX.

351 Palladios, Histoire lausiaque, 49, 2.

352 Voir, par exemple, Basile/Diogène, fondateur d’une communauté près de Nysse (Grégoire de Nysse, Ep. 21), Markellos, Grégoire et Eustathe, qui sont « curateurs des indigents » (Grégoire de Nazianze, Testament, p. 30-32, commentaire p. 50-51), Homophronios, membre d’une communauté qui est peut-être cappadocienne (Id., Ep. 221).

353 Jean Moschos, Pré spirituel, 129, tr. M.-J. Rouët de Journel. Il n’est pas certain cependant que ce stylite ait vécu dans la région d’Arabissos et de Koukousos d’où était originaire la famille d’Athénogène de Pétra.

354 On peut remarquer l’absence de tout « saint homme » en Cappadoce contrairement à la Syrie ou à d’autres régions d’Asie Mineure caractérisées par « une société de villages prospères et turbulents, dans une région où “désert” et “zone habitée” s’imbriquaient », selon P. Brown, Le saint homme. Son essor et sa fonction dans l’antiquité tardive, dans La société et le sacré dans l’antiquité tardive, tr. A. Rouselle, Paris 1985, p. 74.

355 Voir, par exemple, Fedwick, Church and Charisma of Leadership, p. 18-24 : hostile à l’érémitisme, Basile de Césarée a conçu l’ascétisme comme une expérience commune à tous les chrétiens, désignant par le même terme d’ἀδελϕότης les groupes ascétiques et l’église locale.

356 Grégoire de Nysse, Ep. 2, 2.

357 Voir Basile, Grandes Règles, 44, PG 31, col. 1029-1032 (éd. E. D. Moutsoulas, Βιβλιοθήκη ‘Ελλήνων Πατέρων καί ἐκκλησιαστικῶν συγγραϕέων, t. 53, Athènes 1976, p. 205-206) ainsi que le commentaire de D. Amand, L’ascèse monastique de saint Basile. Essai historique, Maredsous 1949, p. 250.

358 Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 50, tr. A.-J. Festugière. Ibid., 53. Voir Gribomont, Histoire du texte des Ascétiques, Louvain 1953, p. 264-265, qui reconnaît dans le passage cité par Théodore de Pétra le Prologue des Grandes Règles et remarque que, partout ailleurs, les citations de Basile sont rares dans la littérature monastique palestinienne. Point de vue repris par Chitty, Et le désert devint une cité, p. 217 et Binns, Ascetics and Ambassadors of Christ, p. 45.

359 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, p. 238.

360 Patrich, Sabas, p. 295 : à la différence des monastères fondés par Pachôme qui furent conçus indépendamment de la hiérarchie ecclésiastique, les établissements inspirés par Basile participaient à la vie de l’Église locale, par leur fonction caritative principalement.

361 Basile, Ep. 258, 2. Sur Éléona, voir Maraval, Lieux saints et pèlerinages d’Orient, p. 265.

362 Chitty, Et le désert devint une cité, p. 176. Même influence du monachisme basilien chez Pierre l’Ibère.

363 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 16.

364 Ibid., 32.

365 Les trois frères rejoignirent la compagnie d’Euthyme avant la consécration de la laure, datée de 428/429 par Cyrille de Scythopolis, probablement dans les années 420, dans la mesure où Chrysippos est décédé en 479, Gabriel, le benjamin, en 490.

366 Voir B. Flusin, dans Histoire du christianisme, t. III, p. 582 (infiltration des moines « égyptiens » en Terre sainte).

367 Id., Hagiographie palestinienne, p. 46, remarque que, suivant le récit de Cyrille de Scythopolis, Euthyme, en 403, ne s’arrêta pas à Jérusalem, ce qu’il interprète comme la volonté, dans la rupture avec la tradition palestinienne antérieure, de faire d’Euthyme « le point de départ […] de la véritable tradition du monachisme palestinien ».

368 Palladios, Histoire lausiaque, 48 (monastère de Timothée puis montagne de Douka, dans le cas d’Elpidios) et 49 (communauté d’Elpidios, retraite dans le désert et monastère en Cappadoce, dans celui de Sisinnios).

369 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, p. 235-236, tr. A.-J. Festugière ; Vie de Théognios, p. 241, tr. A.-J. Festugière.

370 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 6, tr. A.-J. Festugière : « Il fallait en effet que ce désert fût colonisé [par lui] (ἔδει γὰρ δι’ αὐτoῦ ταύτηv πολισθῆναι). »

371 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 2 ; Vie de Théognios, p. 241. Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 5.

372 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, p. 236.

373 Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 5 ; Cyrille de Scythopolis, Vie de Théognios, p. 241 ; Id., Vie de Sabas, 6 ; Id., Vie de Th éodose, p. 236, tr. A.-J. Festugière.

374 Voir S. Vailhé, Répertoire alphabétique des monastères de Palestine, ROC 4, 1899, p. 535-536.

375 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Euthyme, 16. Sabas prit la succession, comme archimandrite des laures et des anachorètes de Palestine, de Passarion et du disciple de celui-ci, Elpidios, disciple qui précisément l’avait accueilli au monastère de Saint-Passarion : Id., Vie de Théodose, p. 239. Sur le monastère de Saint-Passarion, voir S. Vailhé, Répertoire alphabétique des monastères de Palestine, ROC 5, 1900, p. 39-40 ; Patrich, Sabas, p. 39.

376 Voir S. Pétridès, Le monastère des Spoudaei à Jérusalem et les Spoudaei de Constantinople, EO 4, 1900-1901, p. 225-231 ; Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 32. Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 31 : sur la fondation en monastère des spoudaioi de l’Anastasis par Élie, patriarche de Jérusalem, en 494.

377 Voir Flusin, Hagiographie palestinienne, p. 46.

378 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, p. 236-237 ; Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 13.

379 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théognios, p. 242. Récit quasi identique dans Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 5.

380 Selon Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 13, Longin n’est pas recommandé à Théodose. En revanche, le Corinthien Kyriakos fut accueilli, à Jérusalem même, par Eustorgios, puis, une fois qu’il eut rejoint la laure d’Euthyme, il retrouva, pendant quelques jours, deux compatriotes, deux frères qui lui étaient connus, Anatolios et Olympios : Cyrille de Scythopolis, Vie de Kyriakos, p. 224.

381 Sur ce thème, voir Flusin, Hagiographie palestinienne, p. 29-30, plus précisément p. 30 : « On voit quelle est la conception que les moines de Palestine, au vie siècle, ont et donnent de leur Église et d’eux-mêmes : gardiens des Lieux saints de l’Incarnation, ils ont su conserver une fidélité constante à une orthodoxie elle-même conçue comme une constante. »

382 Sur la filiation qui unit Passarion, décédé à la date du concile de Chalcédoine, et le parti anti-chalcédonien, voir Flusin, Hagiographie palestinienne, p. 36.

383 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 6.

384 Id., Vie de Théognios, p. 241-242.

385 Id., Vie de Théodose, p. 236.

386 Id., Vie d’Euthyme, 30. Sur le ralliement d’Eudocie au camp des chalcédoniens, voir Flusin, Hagiographie palestinienne, p. 45 : Eudocie continue de protéger les monophysites récalcitrants et lègue sa fortune au patriarche antichalcédonien Anastase.

387 Firmos, Ep. 12. Évagre, HE II 6 (Allen, Evagrius Scholasticus, p. 105 : seul Évagre mentionne ces calamités naturelles).

388 The Oracle of Baalbek. The Tiburtine Sibyl in Greek Dress, p. 16.

389 Pour une analyse de la famille et de la patrie des héros de Cyrille de Scythopolis, voir Flusin, Cyrille de Scythopolis, p. 88-91, qui note l’aristocratie du monachisme au nom duquel et pour lequel Cyrille écrit. Son silence concernant Théodose et Théognios fait suspecter la modestie du milieu d’où ils sont issus.

390 Moutalaskè et Môgariassos sont des κῶμαι, Ariaratheia est une cité. Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 1 ; Vie de Th éodose, p. 236 ; Vie de Th éognios, p. 241. Théodore de Pétra, Vie de Théodose, 6.

391 Patlagean, Pauvreté, p. 336.

392 Voir une remarque similaire de Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 46, dans la conclusion de son étude du monachisme palestinien à la fin du vie siècle : « […] leurs liens [ceux des moines] avec le reste de l’Empire sont nombreux, difficiles à trancher ».

393 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 5. Schwartz, Kyrillos von Skythopolis, p. 359, n. 1, p. 374, identifie celui-ci avec le moine homonyme, originaire du Pont, évoqué dans la Vie d’Abraamios, 3. Il n’y a cependant, hormis l’homonymie (les deux hommes s’appellent Grégoire) et l’origine pontique, aucun autre élément en faveur de cette hypothèse.

394 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 55, tr. A.-J. Festugière : « Notre père Sabas envoya une grosse somme d’or de Byzance à Moutalaska, son village natal, pour que la maison de ses parents fût transformée en église des saints Côme et Damien, ce qui fut fait. » Dans le chapitre 54 (tr. A.-J. Festugière), Cyrille de Scythopolis précise que Sabas « reçut de la main de l’empereur mille autres sous d’or, et, après lui avoir dit adieu, fit voile vers la Palestine au mois de mai de la cinquième indiction ». Selon A.-J. Festugière, ce fut une partie de cette somme que Sabas envoya à Moutalaskè (voir Moines d’Orient, t. III/2, p. 74, n. 143).

395 Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 9, 25.

396 Voir chapitre IV, p. 231.

397 Voir B. Flusin, dans Histoire du christianisme, t. III, p. 592 : « Seule la capitale, avec la vaste région sur laquelle se fait sentir son rayonnement, paraît avoir été, pour les moines, un pôle d’attraction […]. »

398 Cyrille de Scythopolis, Vie d’Abraamios, p. 244 (c’est à la suite d’une incursion arabe contre son monastère qu’il part pour Constantinople, en compagnie de son higoumène, bientôt nommé à la tête de l’un des monastères de la capitale), p. 244 (Abraamios higoumène d’un monastère de Krateia), p. 244-245 (fuite à Jérusalem), p. 246 (retour à Krateia, élection au rang d’évêque), tr. A.-J. Festugière, p. 77 d’après éd. Peeters (retour à Jérusalem).

399 Sabas et Théognios ont néanmoins l’occasion de se rendre dans la ville impériale comme porte-parole de leur communauté ecclésiastique. Cyrille de Scythopolis, Vie de Sabas, 50 et 70-73. Paul d’Éluse, Vie de Théognios, 11.

400 Grégoire de Nazianze, Ep. 77, 1.

401 G. Dagron, La Vie ancienne de saint Marcel l’Acémète, 2, An. Boll. 86, 1968, p. 271-321. Vie de Daniel le Stylite, 2, dans H. Delehaye, Les saints stylites, Bruxelles 1923 (SH 14). Kallinikos, Vie d’Hypatios, 2, 1 et 3, 1, éd. et tr. fr. G. J. M. Bartelink, Paris 1971 (SC 177).

402 Apophthegmata patrum, dans Apophtegmes des Pères : Les sentences des Pères du désert, série des anonymes, tr. fr. L. Régnault, Solesmes 1985, n° 1308.

403 G. Dagron, La Vie ancienne de saint Marcel l’Acémète (cité n. 401), 5 et 29.

404 Voir Dagron, Les moines et la ville, p. 232-237, p. 254-255 ; J. Pargoire, Les débuts du monachisme à Constantinople, Revue des questions historiques, Nouvelle série 21, 1899, p. 67-143.

405 Contrairement à TIB 2, p. 263 (l’hypothèse est émise avec réserve), nous ne considérons pas comme cappadocien Elpidios (μεμοροϕύλαξ τῶν Προκοπίου), qui, avec des archimandrites et moines de Constantinople, comparaît devant le concile de Chalcédoine, lors de la quatrième session (ACO II 1 ii, 64, p. 114). Selon Dagron, Les moines et la ville, p. 243, n. 80, le mémorophylax desservant une petite chapelle de quartier, la fonction d’Elpidios ne peut renvoyer à l’évêché cappadocien de Hagios Prokopios, attesté pour la première fois sous le règne de Léon VI.

406 Nicéphore, Breviarium, 40; Souda, I 447; Théophane, Chronographia, A. M. 6187, t. I, p. 368-369. Sur le monastère, voir R. Janin, La géographie ecclésiatique de l’Empire byzantin, première partie : Le siège de Constantinople et le patriarcat œcuménique, t. III : Les églises et les monastères, Paris 1969, p. 495-496 : le monastère, probablement fondé dans la seconde moitié du vie siècle, est attesté, pour la première fois, en 695. Il n’est pas localisé de manière assurée.

407 Jolivet-Lévy, Cappadoce, p. 80.

408 L’origine des moines constantinopolitains est d’autant plus mal connue que ceux-ci étaient dispersés dans la ville et, jusqu’en 451, échappaient partiellement au réseau des monastères. Sur les dix-huit moines constantinopolitains, dont l’identité est passée en revue au concile de Chalcédoine, un seul est désigné par son origine provinciale : Paul le Bithynien. Voir ACO II 1 ii, 63-64, p. 114-115.

409 Voir chapitre IV, p. 209.

410 Paul Évergétinos, Synagôgè, II, 19, 5 (BHG 1445n).

411 A. Guillaumont, Nitria, dans The Coptic Encyclopedia, t. VI, éd. A. S. Atiya, p. 1795-1796.

412 Jean Moschos, Pré spirituel, 112.

413 Sur la localisation de l’Oasis : P. Van Cauwenbergh et M.-J. Rouët de Journel, dans Jean Moschos, Pré spirituel, p. 163, n. 1, identifient l’Oasis mentionnée par Jean Moschos avec la Grande Oasis. Sur celle-ci, voir R.-G. Coquin, Monasteries of the Western Desert, dans The Coptic Encyclopedia, t. V, éd. A. S. Atiya, p. 1658-1659. Sur les incursions des Maziques dont les moines furent victimes, voir P. Van Cauwenbergh, Étude sur les moines d’Égypte depuis le concile de Chalcédoine (451) jusqu’à l’invasion arabe (640), Paris 1914, p. 112-114 : l’une d’elles pénétra, sous l’empereur Maurice, jusque dans la vallée du Nil et fut arrêtée par le duc Aristomachos. Le terme de Maziques désigne un peuple de Libye, mentionné entre autres par Ammien Marcellin, Histoire, XXIX v 17 : Dessau, Mazikes, RE 15, col. 5-6, 1931.

414 Jean Moschos, Pré spirituel, 122. La laure de Raïthou est au bord de la mer Rouge, à deux jours de marche du Sinaï : R. Devreesse, Le christianisme dans la péninsule sinaïtique des origines à l’arrivée des musulmans, Revue biblique 49, 1940, p. 205-223.

415 Jean Moschos, Pré spirituel, 127.

416 Ibid., 92 (au monastère de Théodose).

417 Ibid., 42 (Auxanon à la laure de Pharan), 124 (Paul à Porphyrite), 127 (une vieille femme originaire de Galatie phrygienne à l’église du monastère des Saints-Côme-et-Damien), 167 (Agathonikos au monastère du Kastellion et Poimèn à Rouban).

418 Ibid., 86 (Thomas au monastère de Théodose), 123 (Zosime au Sinaï), 177 (Jean à Alexandrie), 182 (Alexandre au monastère de Serge près de Bethléem), 187 (Théodore à Scété). Jean Moschos fait connaître un sixième Cilicien, un certain Théodore, originaire d’Adana, qui affirme avoir vécu dans la Ville sainte et y avoir reçu un moine originaire des « régions d’Asie » : T. Nissen, Unbekannte Erzählungen aus dem Pratum spirituale, 13, BZ 38, 1938, p. 368 (publication de récits attribués à Jean Moschos et découverts depuis l’édition de la Patrologie grecque).

419 Jean Moschos, Pré spirituel, 30 (Isidore à Chypre), 124 (Théodore au monastère d’Euthyme et à Porphyrite).

420 Ibid., 95 (un moine anonyme au monastère de Théodose).

421 Ibid., 139 (Serge, sans localisation).

422 Ibid., 100 (Pierre au monastère de Théodose).

423 Ibid., 135 (Nicolas au monastère des Eunuques à Jéricho).

424 Ibid., 187 (Jean de Cyzique au monastère d’Abraham sur le mont des Oliviers).

425 Ibid., 101 (Paul au monastère de Théodose).

426 Flusin, Anastase le Perse, t. II, p. 43-44.

427 Anastase le Sinaïte, Récits, VI, p. 63-64. Sur la localisation du désert de Γουδδά, à quinze milles du monastère du mont Sinaï, voir F. Nau, Récits divers d’Anastase l’humble moine sur les saints pères du Sinaï, p. 14, n. 2 (localisation d’après Anastase le Sinaïte, Récits, XXXI).

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search