Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce (ive-vie siècle)

 | 
Sophie Métivier

Chapitre I. Les provinces de Cappadoce

Texte intégral

  • 1 Dans Constantine and Eusebius, p. 245, p. 254, T. D. Barnes parle de « nouvelle monarchie » confor (...)
  • 2 Sur la continuation des réformes de Dioclétien par Constantin, voir Barnes, Constantine and Eusebi (...)
  • 3 A. Chastagnol, L’évolution politique du règne de Dioclétien (284-305), An Tard 2, 1994, p. 28 : «  (...)

1À la suite des crises militaires et politiques auxquelles l’Empire romain avait été confronté dans les décennies précédentes, les Tétrarques et leurs successeurs tentèrent de rénover son fonctionnement institutionnel afin d’en garantir la sauvegarde, en prenant acte de l’universalité de la citoyenneté romaine, acquise depuis 212. Instigateur d’un « nouvel Empire », suivant les termes de Timothy Barnes1, le projet politique mis en œuvre réforma les structures de l’État par l’uniformisation et la bureaucratisation des instances d’administration de l’Empire, la multiplication des provinces et des gouverneurs, la création des diocèses, puis la régionalisation des préfectures du prétoire, par la séparation des commandements civils et militaires, bref par la mise en place d’un nouvel ordre institutionnel, politique et géographique, que consacra, dans un second temps et en Orient, la fondation de Constantinople2 et qui profita à l’empereur et à l’ensemble de l’appareil d’État3. La concentration et la distribution uniformisée et contrôlée du pouvoir laissaient-elles une place à une entité aussi ancienne que peu définie comme la Cappadoce ?

  • 4 Sartre, L’Asie Mineure et l’Anatolie, p. 190-191.
  • 5 Ulpien, De officio praetoris tutelaris, Digeste, éd. T. Mommsen et P. Krüger, Corpus Iuris Civilis(...)
  • 6 Le Haut-Empire n’a pas tenté, semble-t-il, d’anéantir la référence régionale, au contraire.

2Devenue, du fait de son annexion par Tibère, une province de l’Empire romain, la Cappadoce acquit une identité institutionnelle nouvelle avec laquelle, tout au long du Haut-Empire, elle ne fut pas confondue. Au iie et au iiie siècle, elle fut, à plusieurs reprises, associée à d’autres territoires, comme la Galatie ou l’Arménie Mineure, au sein d’une seule et unique province, dont le nom conservait la personnalité propre de chacune de ces régions4, à l’instar des magistratures religieuses qui leur furent attachées, comme celle de Cappadocarque5. À l’inverse, avec la réforme de l’administration de l’Empire par Dioclétien et ses successeurs, elle désigna une, puis deux provinces homonymes de l’Empire romain d’Orient, les Cappadoces Première et Seconde, après que les fondements de son identité – ses singularités linguistique et institutionnelle – avaient peut-être commencé à disparaître avec l’acquisition d’une seule et même citoyenneté romaine, depuis 212. La définition de l’espace provincial, commencée au ier siècle et achevée sous le règne de Théodose Ier, contribua peut-être à modeler une nouvelle entité territoriale qui fût cappadocienne. Si, tout au long du Haut-Empire, les provinces auxquelles la Cappadoce a pu appartenir ne désignèrent jamais exclusivement cette dernière, celles de Cappadoce I et de Cappadoce II réussirent à monopoliser le toponyme, comme si, désormais, il n’y avait pas de territoire qui pouvait être dit cappadocien en dehors des deux provinces homonymes. L’histoire de la Cappadoce pendant l’antiquité tardive fait connaître la capacité des institutions provinciales à définir, en droit et en pratique, un espace, à conserver, voire à sauvegarder une entité qui ne survit plus en tant que telle que par la mémoire de son histoire ou que par l’usage que l’administration romaine en fait6. En étant identifiée à l’institution provinciale, la Cappadoce fit sens encore une fois et reçut une nouvelle légitimité.

La genèse des provinces cappadociennes

La province tétrarchique

  • 7 En désignant la province de Cappadoce, qui est attestée dans le Laterculus Veronensis en 314, comm (...)
  • 8 Laterculus Veronensis, II 2-8. Sur la date de création des diocèses, voir Carrié et Rousselle, Emp (...)
  • 9 Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 111, souligne, en conclusion de son ouvrage, l’im (...)

3Le Laterculus Veronensis atteste, au début du ive siècle, l’existence d’une unique province de Cappadoce7 : aux côtés de la Bithynie, de la Galatie, de la Paphlagonie, du Diospont, du Pont Polémoniaque et de l’Arménie Mineure, elle appartient au diocèse du Pont, créé pendant la Tétrarchie8. Quoiqu’héritière du royaume homonyme, annexé par Rome en 17/18 ap. J.-C., il est improbable qu’elle en recouvrît exactement l’extension et qu’elle se conformât, après trois siècles d’histoire romaine, à la description donnée par Strabon de ce même royaume. S’il constitua certes le cœur de la province romaine, celle-ci n’était pas réductible aux onze stratégies dépeintes par l’écrivain d’Amasée. Le territoire de la province de Cappadoce, à l’image de l’ensemble de l’Asie Mineure orientale, subit maintes fluctuations, du ier au iiie siècle, dans la définition de ses frontières et de ses structures administratives9.

  • 10 Sa fondation remonte à 255 av. J.-C. Voir Sartre, L’Asie Mineure et l’Anatolie, p. 38.
  • 11 En 8 av. J.-C., Archélaos, roi de Cappadoce, adjoignit au royaume le territoire du Pont, après avo (...)
  • 12 Le Pont et la Cilicie Trachée furent attribués respectivement à Pythodôris et Archélaos II. Voir R (...)
  • 13 Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 39-40.
  • 14 Voir, par exemple, Mitchell, Anatolia, t. II, p. 151.
  • 15 Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 65-73, fait de la division de la province Cappado (...)
  • 16 Elle engloba même sous le règne de Trajan l’Arménie Majeure, jusqu’à l’abandon de celle-ci par Had (...)
  • 17 R. K. Sherk, The Legates of Galatia from Augustus to Diocletian, Baltimore 1951, p. 61-62.
  • 18 Sur l’édification du limes en Cappadoce orientale, voir Mitford, Cappadocia and Armenia Minor. En (...)
  • 19 Il s’agit de Tavium et de sa chôra. M. Christol et X. Loriot, Aurelius Basileus, gouverneur de Cap (...)
  • 20 Sous le règne de Dèce, elle fut momentanément associée à la Galatie au sein d’un unique commandeme (...)
  • 21 X. Loriot, Le Pont au iiie siècle de notre ère, Bulletin de la société nationale des Antiquaires d (...)
  • 22 Ibid., p. 56.
  • 23 M. Christol et X. Loriot, Le Pontus et ses gouverneurs dans le second tiers du iiie siècle, p. 13- (...)
  • 24 X. Loriot, Le Pont au iiie siècle de notre ère, p. 60 (cité n. 21), met en parallèle le démembreme (...)
  • 25 M. Christol et X. Loriot, Le Pontus et ses gouverneurs dans le second tiers du iiie siècle, p. 32 (...)
  • 26 Ibid., p. 102.
  • 27 Thomasson, Laterculi praesidum, 272, 50.
  • 28 Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 108. De même, on ignore le destin de la Galatie a (...)

4Le royaume de Cappadoce10, avant même son annexion par Tibère, fut, avec l’aide d’Auguste, considérablement quoique momentanément agrandi en direction de la Méditerranée et du Pont11. Une fois intégré dans l’Empire, en 17/18 ap. J.-C., il retrouva son ancienne extension12 : il fut érigé en province impériale, son gouvernement fut confié à un procurateur de rang équestre. Pourtant la nouvelle province de Cappadoce fut affectée par les modifications territoriales qu’entraîna, pendant le Haut-Empire, la politique romaine sur la frontière orientale de l’Anatolie. À deux reprises, elle fut associée, au sein d’un unique commandement, à la Galatie : à la fin de l’année 54, pour une décennie13, et en 75, sous le règne de Vespasien. Elle fut alors incluse dans une très vaste province qui, confiée à un légat impérial de rang consulaire et comprenant les régions de Galatie, Cappadoce, Pisidie, Lycaonie, Phrygie, Paphlagonie, Pont Galatique, Pont Polémoniaque, Isaurie et Arménie Mineure, regroupait la zone frontalière et l’arrière-pays dans une même finalité défensive14. Trajan mit fin à cette association entre les années 107 et 11415, sans pour autant restituer à la Cappadoce ses frontières initiales. La province de Cappadoce continua d’inclure l’Arménie Mineure et recouvrit, sous le règne d’Hadrien au plus tard, dès 114 vraisemblablement, le Pont Galatique et le Pont Polémoniaque, jusque-là parties intégrantes de la province de Galatie16, tandis que cette dernière conserva la Paphlagonie, la Lycaonie, la Phrygie et la Pisidie17. La mise en place de la province de Cappadoce, dans le premier siècle de son histoire, obéit principalement aux impératifs de la politique militaire et diplomatique de l’Empire en Orient18. Aussi le déplacement de la frontière de l’Empire, jusqu’au-delà de l’Euphrate, affecta-t-il encore la Cappadoce, sous les Sévères : il semble que la partie orientale de la Galatie lui fût momentanément rattachée aux alentours de 22019 ; inversement, une province procuratorienne du Pont fut formée à ses dépens, entre les années 227-228 et 233-235. Dans des études conjointes ou séparées, Michel Christol et Xavier Loriot ont montré, grâce à l’examen des milliaires, qu’il existait une provincia Ponti20, attestée sous Dioclétien21, sous Carus (282-283) et Probus (276-282)22, sous Philippe l’Arabe (244-249), Maximin le Thrace (235-238) et Sévère Alexandre (222235)23. Comprenant, dès sa création, les territoires d’Amasée, Zèla, Néocésarée, Komana du Pont et Sébastopolis, elle était issue du démembrement de la Cappadoce24. Toutes ces cités en effet appartenaient, au iie siècle, au Pontus Mediterraneus, un district rattaché depuis Hadrien au gouvernement de Cappadoce25. Sévère Alexandre ordonna peut-être la séparation des deux entités alors qu’il séjournait en Cappadoce, au moment de sa campagne contre les Perses en 231/23226. Les données manquent dès lors pour éclairer l’histoire de la province jusqu’au début du ive siècle. Le dernier gouverneur connu, A. Vergilius Maximus, était en poste sous les règnes conjoints de Trébonien Galle et de Volusien (251-253)27. Bernard Rémy peut ainsi écrire : « Nous ne savons quelles ont pu être les conséquences sur cette province de la conquête de l’Arménie par les Perses, des invasions perses en 251/252 et surtout en 259/260 après la capture de Valérien, et de la réforme de Gallien28. »

  • 29 J. B. Bury, The Provincial List of Verona, JRS 13, 1923, p. 127-148 ; A. H. M. Jones, The Date and (...)
  • 30 Laterculus Veronensis, II 2-8. La Paphlagonie est, à la date de la rédaction du Laterculus Veronen (...)
  • 31 Patrum Nicaenorum nomina, p. 24-33 (XII-XVIII), p. 48-51 (XXIX) ; p. 65-66 (XIII-XIX), p. 69 (XXX) (...)
  • 32 Barnes, New Empire, p. 217.
  • 33 X. Loriot, Le Pont au iiie siècle de notre ère (cité n. 21), p. 54. Outre le fait que les cités de (...)
  • 34 À titre d’exemple, la Carie, après avoir été incluse dans une province de Carie et de Phrygie, ell (...)
  • 35 Voir M. Christol et T. Drew-Bear, Antioche de Pisidie capitale provinciale et l’œuvre de M. Valeri (...)
  • 36 W. Seston, Dioclétien et la Tétrarchie, t. I : Guerres et réformes (284-300), Paris 1946, p. 320 ; (...)
  • 37 La Passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, 2 (Athénogène naquit dans le distr (...)
  • 38 Malalas, Chronographia, XII 47.
  • 39 Outre M. Christol et T. Drew-Bear, Antioche de Pisidie capitale provinciale et l’œuvre de M. Valer (...)

5Au début du siècle suivant, le Laterculus Veronensis, ou Liste de Vérone, fait connaître l’histoire de la province de Cappadoce en énumérant les provinces de l’Empire, tant en Orient qu’en Occident, diocèse par diocèse. Rédigé dans le premier quart du ive siècle à une date très discutée – 308/315 pour John Bury, 312/314 pour Arnold Jones, 303/314, dans le cas des provinces occidentales, et 314/324, dans celui des provinces orientales, pour Timothy Barnes29 –, le Laterculus témoigne des conséquences des réformes administratives de la période tétrarchique. Il atteste l’existence, dans le diocèse pontique, des provinces de Bithynie, Cappadoce, Galatie, Paphlagonie, Diospont, Pont Polémoniaque et d’Arménie Mineure, ainsi que le rattachement de l’«  Arménie Majeure »30. Les listes de participation des évêques au concile de Nicée confirment la validité de l’énumération31. Étant donné que seules sont connues au iiie siècle les provinces de Bithynie, de Galatie, de Cappadoce et du Pont, et du fait de leur extension géographique respective, il s’ensuit que la Paphlagonie a été créée aux dépens de l’ancienne province de Galatie32, que le Diospont et le Pont Polémoniaque résultent de la scission de la province du Pont33, que l’Arménie Mineure a été détachée de la Cappadoce. L’une et l’autre, en effet, sont nettement dissociées dans l’énumération du Laterculus : l’Arménie Mineure clôt la liste, tandis que la Cappadoce est citée en deuxième position, derrière la Bithynie. Aux alentours de l’année 314, l’Arménie Mineure échappait donc à l’autorité du gouverneur de Cappadoce en constituant une province à part entière. Le seul témoignage de la Liste de Vérone empêche d’en préciser la date. L’institution de la province d’Arménie Mineure fut-elle antérieure ou non à la réforme administrative introduite par Dioclétien34 ? Il est probable qu’elle participât de la division des provinces, qui, encouragée par Dioclétien à partir de la fin du iiie siècle35, aboutit au doublement de leur nombre36. Aux environs de 303-304, la Passion d’Athénogène de Pédachthoé localise indirectement Sébastopolis en Cappadoce et non en Arménie Mineure, rattachant de ce fait la seconde à la première37, tandis que Malalas date la création des provinces d’Arménie I et II des règnes de Galère et de Maxence. En dépit d’une terminologie anachronique, comme le montre, entre autres, la Liste de Vérone, et à l’image de celle-ci, Malalas rend peut-être compte de la création des provinces d’Arménie Mineure et d’Arménie Majeure38. Les datations proposées il y a peu des créations des provinces de Pisidie et d’Hellespont incitent à considérer que l’institution de la province d’Arménie Mineure fut postérieure à Dioclétien, conformément au témoignage de la Passion d’Athénogène de Pédachthoé39.

  • 40 Exemple similaire de la Pisidie : voir M. Christol et T. Drew-Bear, Antioche de Pisidie capitale p (...)

6Aussi, au début du ive siècle et pour la première fois depuis le milieu du ier siècle de notre ère, la Cappadoce constituait-elle seule, sans être associée à d’autres régions anatoliennes, une entité administrative de l’Empire40.

Les provinces théodosiennes

Cappadoce I et Cappadoce II

7Comme dans la continuité de la réforme inaugurée par la Tétrarchie, la province de Cappadoce donna naissance, au cours du ive siècle, à deux provinces homonymes, la Cappadoce I et la Cappadoce II. Elle fut divisée une première fois sous Valens, puis réunifiée au début du règne de Théodose Ier au plus tard. Elle fut scindée une dernière fois, peu après, en des termes identiques.

  • 41 Basile, Ep. 74.
  • 42 Id., Ep. 75, 76, 98 (citation).
  • 43 Grégoire de Nazianze, Ep. 47, 1.
  • 44 Id., Or. XLIII 58.
  • 45 Id., De Vita Sua, v. 458.
  • 46 Sévère d’Antioche, Select Letters, II, Ep. 2, p. 205.
  • 47 Malalas, Chronographia, XIII 35.
  • 48 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10. Vie d’Olympias, V, p. 416-417.
  • 49 Voir par exemple Honigmann, Le concile de Constantinople de 394, p. 28 ; Hauser-Meury, Prosopograp (...)
  • 50 Basile adresse, en tant qu’évêque, sa requête à Martinianos, Abourgios et Sôphronios : il invoque, (...)
  • 51 Ce que suggère Grégoire de Nazianze dans l’Oratio XLIII, à la condition toutefois qu’il ait choisi (...)
  • 52 Le témoignage de Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 58 et De Vita Sua, v. 386-485, ne laisse aucun do (...)
  • 53 Seeck, Regesten, p. 241-243.
  • 54 La datation des trois lettres de Basile dépend de la date du séjour de Valens. Sur la datation des (...)

8La division ordonnée sous le règne de Valens est mieux connue que la précédente scission de la province, grâce aux témoignages contemporains de Basile de Césarée et de Grégoire de Nazianze, ainsi qu’aux mentions plus tardives qu’en font Sévère d’Antioche et Malalas. Le premier évoque tour à tour la division d’une patrie déchirée41, le départ, sous la contrainte, d’une partie des curiales de Césarée pour Podandos, le clan formé sur-le-champ par « les évêques de la seconde Cappadoce42 ». Le deuxième mentionne ce même événement en des termes plus explicites encore, quoique similaires. Il parle, en réaction immédiate à la réforme de la province, « d’innovation récente43 », dans deux récits postérieurs aux faits, de la « division de notre patrie en deux gouvernements et deux métropoles44 » et de « la coupure de la patrie45 ». Le troisième auteur, Sévère d’Antioche, témoigne de la validité de la division dans l’Église de Cappadoce46. Malalas note simplement la création, sous Valens, d’une province de Cappadoce Seconde47. Le caractère officiel et l’usage de la numération des deux nouvelles provinces issues de la division sont confirmés, dès le règne de Théodose Ier, par une loi adressée au préfet du prétoire d’Orient Kynégios, datée du 27 mars 386, et par une mention de la Vie d’Olympias48. Grâce aux témoignages contemporains de Basile et de Grégoire le Théologien, la division de la province est datée des années 371/37249. Décidée sous l’épiscopat de Basile50, après que Valens avait séjourné à Césarée51, elle précéda la nomination de Grégoire comme évêque de Sasima52. On sait par ailleurs que Valens séjourna dans la métropole juste avant de s’établir à Antioche pendant l’hiver 371/37253, on ignore en revanche la date du terminus ante quem54.

  • 55 CTh VI 30, 2 = CJ XII 23, 3.
  • 56 Peut-on néanmoins extrapoler des maisons divines à la province de Cappadoce, des institutions eccl (...)

9Dans les années qui suivirent la mort de Valens, la dualité des provinces de Cappadoce semble avoir disparu : concernant le comte des maisons divines, une loi de Théodose Ier, adressée au comes rei privatae et datée du 6 juillet 379, atteste, peut-être, une unique province de Cappadoce55, ainsi que, deux ans plus tard, la liste des Pères, présents au concile de Constantinople56. Grégoire de Nazianze témoigne, après coup, de la réintégration de Nazianze dans la province de Cappadoce I :

  • 57 Grégoire de Nazianze, Ep. 154, 2, tr. P. Gallay.

« Olympios le Grand n’est plus avec nous ! Il ne tient plus notre gouvernail ! Nous trépassons, nous sommes trahis, nous sommes redevenus la Seconde Cappadoce, nous qui, par toi, étions devenus Première57 ! »

10La signification des propos de Grégoire, en eux-mêmes ambigus – s’agit-il uniquement de Nazianze, dans ce cas ancienne cité de Cappadoce II détachée momentanément en Cappadoce I, ou de l’ensemble de la province à laquelle Nazianze appartient ? –, est précisée par les deux attestations précédentes : la Cappadoce II, intégrée à la Cappadoce I, grâce, si l’on en croit Grégoire, à l’action de son correspondant Olympios, redevient une province autonome, en l’année 382, suivant la datation des lettres de l’évêque de Nazianze.

  • 58 Honigmann, Le concile de Constantinople de 394, p. 28-31.
  • 59 Voir p. 50-51.

11Rassemblant ces mêmes témoignages, Ernest Honigmann affirme que, peu après son avènement, soit aux alentours de 379, Théodose Ier ordonna, à la demande du gouverneur Olympios, la réunification de la Cappadoce avant de l’abolir, en 382, alors qu’Olympios était encore à la tête de la province58. Les mêmes hommes auraient donc été les instigateurs ou les témoins de ces deux mesures contradictoires, dans un laps de temps très court et sans justification connue. En datant la réunification de la Cappadoce des débuts du règne de Théodose, E. Honigmann rend hésitante la politique de l’empereur dans la région. Dès lors que Théodose Ier favorisa, en d’autres régions de l’Empire, la division de provinces existantes59, ne peut-on considérer la réunification de la Cappadoce comme antérieure à son avènement ? Rien n’interdit en fait une datation plus haute : l’ensemble des attestations d’une province de Cappadoce I ou II concerne la première période de l’épiscopat de Basile sans dépasser, si l’on en croit les dates assignées à ses lettres, l’année 372. Il n’est donc pas exclu que Valens lui-même ait décidé la réunification des deux provinces, mesure qui expliquerait la conciliation intervenue entre Basile de Césarée et Anthimos de Tyane.

L’Arménie II

  • 60 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10.
  • 61 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 182 et p. 432, n. 17, suivi par F. Hild et M. (...)
  • 62 Adontz, Armenia in the Period of Justinian, p. 56-57 ; Garsoïan, Some Preliminary Precisions, p. 2 (...)
  • 63 Mitchell, Anatolia, t. II, p. 163 : Mélitène serait demeuré dans le ressort de la province de Capp (...)

12La province tétrarchique de Cappadoce ne donna pas seulement naissance à deux provinces homonymes de Cappadoce, elle participa aussi à la création de la province d’Arménie II. Attestée pour la première fois en 38660, contemporaine de la refondation des provinces de Cappadoce I et de Cappadoce II, la province d’Arménie II fut peut-être une création composite dont le territoire était issu des anciennes provinces d’Arménie Mineure et de Cappadoce. Arnold Jones suggère que la partie orientale de la province de Cappadoce a été rattachée pour un temps à l’Arménie Mineure, avant de former la province séparée d’Arménie II, en précisant toutefois que l’Arménie Mineure ne comprenait que la seule stratégie de Mélitène, n’incluant sans doute pas la totalité de la future Arménie II61. Nicolas Adontz et Nina Garsoïan considèrent aussi que l’Arménie Mineure recouvrait l’ensemble des terres armé niennes cis-euphratésiennes, dont la région de Mélitène, faisant de toutes les cités d’Arménie II d’anciennes dépendances d’Arménie Mineure62. En revanche, Stephen Mitchell s’est opposé à l’idée que Mélitène ait pu appartenir à l’Arménie Mineure dès le début du ive siècle63. La méconnaissance de l’évolution administrative de l’Anatolie orientale au ive siècle a peut-être conduit à une simplification de l’histoire des provinces cappadociennes et arméniennes.

  • 64 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10.
  • 65 Hiéroklès, Synekdèmos, 703, 6-12 : Mélitène, Arka, Arabissos, Koukousos, Komana, Ariaratheia. L’én (...)
  • 66 ACO I 1 ii, p. 3, §7.
  • 67 ACO II 1 i, p. 79, l. 31.
  • 68 ACO II 1 ii, p. 99, l. 45.
  • 69 Théodoret de Cyr, HE V 34, 7 ; Socrate, HE II 26, 6 et V 9, 1 ; Sozomène, HE IV 2, 2 et VIII 22, 6
  • 70 Socrate rédigea l’Histoire ecclésiastique entre 438 et 443, Sozomène dédicaça son œuvre à Théodose (...)
  • 71 Théodoret de Cyr, HE II 5, 2.
  • 72 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. XVII 4b ; Ep. 52, 64, 67, 68, 69, 77, 78, 127.
  • 73 Id., Ep. 121.
  • 74 Id., Ep. 68-69 : dans la première lettre, il décrit comment il vit reclus dans une forteresse d’Ar (...)
  • 75 ACO I 1 ii, p. 4, §25, p. 58, §79 ; I 1 vii, p. 117, §193 ; ACO II 1 i, p. 60, §179 ; ii, p. 73, § (...)

13En 386, le Code théodosien atteste que l’Arménie II comprenait au minimum les villes d’Ariaratheia et de Komana64. Au début du vie siècle, le Synekdèmos de Hiéroklès et la novelle XXXI énumèrent, au titre de la province d’Arménie II, les cités d’Ariaratheia, de Komana, de Mélitène, d’Arka, d’Arabissos et de Koukousos65. Entre-temps, la correspondance de Jean Chrysostome et les Histoires ecclésiastiques rédigées dans la première moitié du ve siècle, les actes des conciles d’Éphèse (431 et 449) et de Chalcédoine témoignent de l’appartenance de plusieurs de ces villes à une province d’Arménie, parfois désignée comme Arménie Seconde. Mélitène est localisée en Arménie II dans les actes du concile d’Éphèse66, de même qu’Ariaratheia au « Brigandage » d’Éphèse67 et Komana au concile de Chalcédoine68. Les trois Histoires ecclésiastiques de Socrate, Sozomène et Théodoret de Cyr considèrent que Koukousos est arménienne69, usant de la terminologie contemporaine70. Théodoret précise en outre qu’à son époque elle est incluse en Arménie II71. Les lettres de Jean Chrysostome attestent la pertinence de cette localisation dès le début du ve siècle : alors que l’évêque de Constantinople, depuis Koukousos et Arabissos, décrit les conditions de son exil à Olympias et à ses autres correspondants, il évoque la froideur de l’hiver arménien en même temps que la surprise des Arméniens devant sa propre endurance72. Il désigne le lieu de sa relégation, Koukousos, comme « un lieu très retiré de l’Arménie73 ». Pareillement, quoiqu’implicitement, il fait d’Arabissos une ville d’Arménie74. Seule la ville d’Arka, quoiqu’elle soit citée dans les actes des conciles d’Éphèse et de Chalcédoine, n’est pas localisée, dans la première moitié du ve siècle75. Si les textes évoquent très généralement l’Arménie, plutôt que la province d’Arménie II, ou celle d’Arménie I, Komana et Ariaratheia étant à l’ouest de Koukousos, d’Arabissos, d’Arka et de Mélitène, il est très vraisemblable que l’ensemble des six évêchés aient appartenu, dès la décennie 380, à l’Arménie II, et non aux provinces de Cappadoce ou d’Arménie Mineure, contrairement aux précédentes décennies du ive siècle.

  • 76 Mansi, t. III, col. 568.
  • 77 Basile, Ep. 99.
  • 78 Grégoire de Nysse, Ep. 10, Ep. 18.
  • 79 Id., Ep. 19, 13-18 ; Ep. 29, 1.
  • 80 Id., Ep. 29. Voir P. Devos, S. Pierre Ier, évêque de Sébastée, dans une lettre de Grégoire de Nazi (...)
  • 81 Dans la lettre 195, Basile oppose, du fait de son isolement, l’évêque de Kolôneia d’Arménie aux au (...)
  • 82 Basile, Ep. 99.
  • 83 Id., Ep. 195.
  • 84 Id., Ep. 263.
  • 85 Id., Ep. 310.
  • 86 Grégoire de Nysse, Ep. 29. Les deux livres en question sont présentés au concile de Constantinople (...)
  • 87 Basile, Ep. 75, tr. Y. Courtonne.
  • 88 Id., Ep. 74, tr. Y. Courtonne.
  • 89 Kopeček, Curial Displacements and Flight, p. 321, fait une lecture littérale du terme employé par (...)
  • 90 Pour Klein, Widerstand des Bischofs Basilius von Caesarea, p. 721, Basile, dans la lettre 75, fait (...)

14Lors du concile réuni en 381 à Constantinople, deux évêques d’Arménie Mineure signèrent la profession de foi des Pères : Otrèios de Mélitène et Otrèios d’Arabissos76. À aucun moment de leur correspondance ou de leurs discours, les Pères cappadociens ne témoignent de ce que la Cappadoce ait été amputée au profit de la province arménienne, alors même qu’ils évoquent à plusieurs reprises les affaires arméniennes, à l’exception de Grégoire de Nazianze qui ne fait aucune mention de l’Arménie dans sa correspondance : Basile rend compte de ses relations conflictuelles avec Eustathe de Sébaste et de l’échec de sa mission épiscopale en Arménie Mineure77 ; Grégoire de Nysse échange des billets d’amitié avec Otrèios de Mélitène78 et part pour Sébaste afin de donner un successeur à Eustathe sur le siège épiscopal de la ville79 ; leur frère Pierre est élu évêque de Sébaste80. En employant indifféremment les termes d’Arménie et de Petite Arménie81, Basile évoque dans plusieurs lettres une unique province d’Arménie Mineure, dont il ne fait connaître que les villes de Nikopolis et de Satala82, de Kolôneia83 et de Sébaste84. Il présente une requête, sans adresse, en faveur des habitants d’Ariaratheia, et plus spécialement de ses parents qui y résident, sans toutefois en préciser la localisation85. Grégoire de Nysse mentionne l’Arménie à une unique reprise et au singulier, lorsqu’il rédige les deux premiers livres du Contre Eunome86. Les Pères cappadociens témoignent a silentio de ce que les scissions de Mélitène et d’Arabissos ne furent pas contemporaines de la division de la province de Cappadoce, sous Valens. Basile y fait-il néanmoins allusion comme à un événement récent, lorsque, dans son plaidoyer en faveur de Césarée – la ville étant confrontée à la division de la Cappadoce et au départ d’une partie de ses curiales au profit d’une autre cité – il écrit que « [c]’est ainsi qu’elle a été changée soudain en une complète solitude : beaucoup de magistrats déjà auparavant lui avaient été enlevés, mais maintenant presque tous ont été transportés à Podand[os]87 », et qu’il affirme ailleurs et au même moment qu’« [i]ls la divisent et la divisent encore, et, comme les mauvais médecins, ils aggravent ses blessures par leur ignorance88 » ? Pourtant, et contrairement à l’analyse de Thomas Kopeček89, Basile évoque moins une division ou une amputation de la province qu’un transfert de curiales d’une cité à une autre90.

  • 91 Ammien Marcellin, Histoire, XX xi 4, tr. J. Fontaine.
  • 92 Id., Histoire, XIX viii 12.
  • 93 Id., Histoire, XV ii 7 ; XX ix 1 ; XXV x 6.
  • 94 Les livres XIV-XXV sont composés avant l’année 392 : Libanios, Ep. 1063 (lettre de félicitations à (...)
  • 95 Libanios, Ep. 245. Sur Kartérios, voir PLRE I, Carterius 2 ; Petit, Étudiants de Libanius, p. 132, (...)
  • 96 Libanios, Ep. 107 (357/358). Sur Euthérios, voir PLRE I, Eutherius 2 ; Petit, Étudiants de Libaniu (...)
  • 97 Philostorge, HE IV 4. Arabissos est la patrie du père d’Eudoxios, évêque anti-nicéen de Germanicée (...)

15Ammien Marcellin confirme le fait que Mélitène a appartenu à la province d’Arménie Mineure antérieurement à l’épiscopat de Basile et aux années qui l’ont immédiatement précédé. Lorsqu’il narre la genèse du conflit entre Constance et son cousin Julien, il décrit en ces termes le départ en campagne du premier : « […] passant par Mélitène, place de la Petite Arménie, puis par Lacotène et Samosate, il franchit l’Euphrate et arrive à Édesse91 ». Dans son récit autobiographique de la prise d’Amida, en 359, par les Perses, il caractérise encore Mélitène : il réussit à s’enfuir et à gagner Melitenam minoris Armeniae92. Au contraire de Macellum, Césarée et Tyane93, qu’il situe en Cappadoce, il fait de Mélitène une place d’Arménie Mineure. Bien qu’il rédigeât les livres XIX et XX dans les deux dernières décennies du ive siècle, il a probablement ignoré la terminologie officielle alors en usage pour avoir vécu à Rome à cette époque94. En revanche, rescapé de la prise d’Amida d’une part, compagnon de Julien dans son expédition contre les Perses, en 363, d’autre part, il connaissait la géographie administrative et militaire de l’Anatolie orientale dans ces années. Ainsi livre-t-il le plus ancien témoignage sur le rattachement de Mélitène à la province d’Arménie Mineure, rattachement qui peut avoir accompagné la création de celle-ci, d’autant que la ville voisine d’Arka semble avoir été arménienne à la même époque. Libanios proteste en effet contre l’inscription de Kartérios, bientôt professeur, à la curie d’Arka, dans une lettre à Euthérios95. Celui-ci ayant été praeses d’Arménie puis gouverneur d’Augustam nique96, Libanios atteste que la ville d’Arka appartenait à la province d’Arménie Mineure à la fin du règne de Constance, confirmant le témoignage d’Ammien Marcellin sur Mélitène et celui de Philostorge qui fait d’Arabissos une cité de Petite Arménie97.

  • 98 Patrum Nicaenorum nomina, p. 25-27, p. 65, p. 86-89, p. 104-105, p. 128-129, p. 196-199. La plupar (...)
  • 99 Socrate, HE III 25, 3 et IV 12, 22. On ne peut invoquer la lettre 206 de Basile à Elpidios, évêque (...)
  • 100 Sur la condamnation de Paul à l’exil, voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 425-435 : les deux (...)
  • 101 Athanase, Apologia de fuga sua, 3 ; Historia Arianorum, 7. Il évoque dans le même paragraphe Émèse (...)
  • 102 Théodoret de Cyr, HE II 5, 2 : πόλισµα δὲ αὕтη σµικρόν, πάλαι µὲν єἰϛ тò Kαππαδoκῶν ἔθνoϛ тєλoῦν, (...)
  • 103 Histoire acéphale, 1, 4. L’Histoire acéphale est l’œuvre d’un clerc de l’Église d’Alexandrie, rédi (...)
  • 104 Socrate, HE II 26, 6 ; V 9, 1. Sozomène, HE IV 2, 2. Vie de Paul de Constantinople, 25, p. 104, 37 (...)

16Contrairement à Mélitène et à Arka, on sait que les villes de Komana et de Koukousos continuèrent d’appartenir à la Cappadoce après la création de la province d’Arménie Mineure. Dans les listes épiscopales du concile de Nicée, l’évêque de Komana, Ambrosios, est mentionné dans l’éparchie de Cappadoce, au même titre que les évêques de Césarée, de Tyane, de Kolôneia et de Kybistra et au contraire des évêques de Sébaste et de Satala désignés comme évêques d’Arménie Mineure98. Dans les décennies suivantes, on ignore tout de l’évêché de Komana : si Socrate mentionne qu’en 363 son évêque, Léontios, signa une requête adressée par le parti macédonien à Jovien, il n’en précise pas la province ecclésiastique99. Athanase d’Alexandrie et Théodoret de Cyr considèrent la ville de Koukousos comme étant cappadocienne au moment de l’exil de Paul de Constantinople, en 350100. Le premier, qui séjourna en Cappadoce, évoque, dans le De sua fuga et dans l’Historia Arianorum, la relégation et la mort de l’évêque Paul à « Koukousos de Cappadoce101 ». Lorsque le second relate l’histoire de Paul, d’après le De sua fuga qu’il cite immédiatement après, il constate que Koukousos a été incluse par le passé dans la province de Cappadoce102. En revanche, à l’instar de l’Histoire acéphale (« […] ils l’exilèrent en Arménie103 »), Socrate et Sozomène, la Vie prémétaphrastique de Paul de Constantinople (BHG 1472a) localisent Koukousos en Arménie104, employant la terminologie contemporaine.

  • 105 Libanios, Ep. 275, 284, 285, 287, 288. Sur πoλιтєύєσθαι au sens d’administrer comme curiale, voir (...)
  • 106 PLRE I, Maximus 19 : la notice est établie à partir de la seule correspondance de Libanios ; Petit(...)
  • 107 Le Breviarium de Festus, 3, 3, qui, rédigé en 369/370 à la demande de Valens, rend compte de l’his (...)

17À considérer successivement l’histoire administrative de Mélitène, d’Arabissos, d’Arka, de Komana et de Koukousos, on ne peut exclure que la province tétrarchique de Cappadoce ait été démembrée en trois provinces, la Cappadoce I, la Cappadoce II et l’Arménie II. Pourtant il s’agit là encore d’une simplification. Le territoire de la province de Cappadoce a pu être amputé indépendamment de toute création de province, qu’il se soit agi de l’Arménie Mineure ou de l’Arménie II. Libanios recommande Philastrios, curiale de Koukousos et parent du rhéteur Prohairésios, à la bienveillance de Maxime, dont il mentionne, en d’autres extraits de sa correspondance, la magistrature et l’activité en Arménie105 : Maxime fut praeses d’Arménie en 361 – il succédait à Euthérios –, puis gouverneur de Galatie en 362-364, enfin préfet d’Égypte en 364106. Libanios atteste que Koukousos a cessé d’appartenir à la province de Cappadoce au début de la décennie 360, date à laquelle il formule sa recommandation en faveur de Philastrios, sans pour autant invalider le témoignage d’Athanase sur le lieu d’exil de Paul de Constantinople en 350. Faut-il en conclure que la cession de Koukousos a eu lieu dans la deuxième moitié du règne de Constance II ? Si l’ensemble des témoignages est trop incertain pour justifier une réponse affirmative, il empêche, en l’absence d’autres attestations, toute histoire définitive des provinces de Cappadoce et d’Arménie au ive siècle et il interdit de considérer que la Cappadoce a été dépouillée de la totalité de sa région orientale dès la fondation de l’Arménie Mineure. Tout au plus peut-on supposer que la création de la province d’Arménie II, antérieure à 386, ignorée des Pères cappadociens, particulièrement Basile, et des listes épiscopales du concile de 381, a été ordonnée entre 381 et 386, et en conclure qu’elle a été contemporaine de la restauration des deux provinces de Cappadoce107.

  • 108 Basile, Ep. 138.
  • 109 Id., Ep. 204.
  • 110 Malalas, Chronographia, XIII 37 (Phénicie Libanaise), 41 (Palestine II), 43 (Galatie II). Malalas (...)
  • 111 Malalas, Chronographia, XIV 24.
  • 112 La lacune reflète-t-elle une éventuelle hésitation de la part de l’administration entre Podandos e (...)
  • 113 Malalas écrit que l’empereur fit une province séparée de la Lycaonie qu’il appela Lycie tandis que (...)
  • 114 Notitia Dignitatum Orientis, II 18 et 17 (Phénicie Libanaise et Palestine II), 51 (Galatie Salutai (...)
  • 115 Sur les provinces de Palestine, voir L. di Segni, New Epigraphical Discoveries at Scythopolis and (...)
  • 116 Malalas, Chronographia, XII 47 : soumission des régions de Persarménie aux Romains, « […] que [Max (...)
  • 117 Barnes, New Empire, p. 206.
  • 118 L’on ne peut tenir compte des indications de la liste transmise par Polemius Silvius au milieu du (...)
  • 119 Jones, The Later Roman Empire, t. II, p. 1458-1459, d’après la comparaison entre le Laterculus Ver (...)
  • 120 Sur la politique provinciale de Th éodose Ier, voir RE Supplementband, 13, col. 913-914.

18Loin d’être un cas isolé, la division de la Cappadoce relevait d’une réforme générale de l’administration des provinces de la préfecture du prétoire d’Orient, au tournant des ive et ve siècles. À la même époque, Basile de Césarée, en commentant le nouveau statut d’Ikonion, fait connaître la province de Lycaonie, aux frontières occidentales de la Cappadoce, quoique dans le diocèse d’Asie108, province créée, pour partie, par la scission de la province de Pisidie et la promotion d’Ikonion au rang de métropole et nommée suivant une ancienne appellation de la région attestée dans une lettre de Basile109. Après avoir évoqué la formation de la Cappadoce II à l’époque de Valens, Malalas continue de mentionner, sous les successeurs de celui-ci, la création de plusieurs provinces, la Phénicie Libanaise, la Palestine II et la Galatie II sous Théodose Ier110, la Lycie, la Syrie II, la Cilicie II et l’Honoriade sous Théodose II111. Dans chaque cas, il évoque tour à tour la division d’une province existante, la création et la dénomination d’une nouvelle province, l’octroi du statut de métropole ou de cité à l’un des centres de celle-ci. La dernière information ne fait précisément défaut que dans la notice sur la Cappadoce112. Si le témoignage de Malalas est parfois erroné113, il est confirmé en Phénicie Libanaise, en Palestine II et en Galatie II par la Notitia Dignitatum114, en Palestine et en Syrie par d’autres attestations115 ; surtout il fait connaître l’ensemble des provinces fondées, à un moment ou à un autre du ive siècle, dans le diocèse du Pont, rendant compte du remaniement des frontières intérieures de celui-ci sous Valens et, plus encore, sous Théodose Ier et Théodose II. Même s’il impute, probablement à tort, la création de l’Arménie II à Maxence116, il mentionne en effet la création des provinces d’Arménie II, de Cappadoce II, de Galatie II et d’Honoriade, ce que la comparaison entre le Laterculus Veronensis et la Notitia Dignitatum confirme : comprenant successivement sept puis onze provinces117, le diocèse pontique s’enrichit, au cours du ive siècle, de l’Arménie II ainsi que de l’Honoriade, de la Galatie Salutaire et de la Cappadoce II, toutes trois prises respectivement sur les territoires des anciennes provinces de Bithynie, de Paphlagonie, de Galatie et de Cappadoce. La création de la Cappadoce II et de l’Arménie II précédant celle de l’Honoriade et de la Galatie Salutaire118, la réforme se diffusa de fait des provinces orientales aux provinces centrales. Dans le diocèse d’Asie, deux nouvelles provinces, la Lycie et la Lycaonie, furent instituées ; dans celui d’Orient, la Cilicie II, la Syrie Salutaire et la Palestine II119. Au cours des trois dernières décennies du ive siècle, les provinces firent donc l’objet d’une politique impériale spécifique120, affectant surtout le diocèse pontique.

Nouvelles provinces et administration du territoire

Les mauvaises raisons de la réforme provinciale

  • 121 Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 176 : « affaiblir l’influence du métropolitain de Césarée (...)
  • 122 Basile, Ep. 74, 1.
  • 123 Théodoret de Cyr, HE IV 19, 13.
  • 124 Basile, Ep. 94, tr. Y. Courtonne.
  • 125 Brown, Pouvoir et persuasion, p. 142 : « Le souci du pauvre […] facilita un processus moins ostens (...)
  • 126 C’est l’interprétation que propose Van Dam, Emperor, Bishops and Friends, p. 57, du don fait par V (...)
  • 127 Basile, Ep. 99, 1.
  • 128 Id., Ep. 210, 5, qualifie Anthimos d’ὁµόψυχoν ἡµῶν. Sur l’ensemble de la question, voir également (...)

19De ce fait et faute d’indices, il semble inutile d’interpréter la division de la province tétrarchique de Cappadoce comme une sanction politique, d’y reconnaître une mise en cause de l’Église de Césarée par l’autorité impériale, en conséquence immédiate de la résistance de son évêque à la politique anti-nicéenne de Valens121. À aucun moment, Basile et Grégoire de Nazianze n’incriminent, à mots découverts ou voilés, celle-ci. Ils taisent toute relation possible entre la division de la Cappadoce et l’affrontement qui opposa le premier à Valens. Basile ne se dit pas victime directe de la politique impériale122. Le silence ne semble pas simplement de stratégie : tous deux témoignent de la résorption du conflit entre l’empereur et l’évêque. Non seulement Valens, en renonçant à exiler Basile, étayait la légitimité de l’élection de celui-ci, pourtant fort contestée jusqu’à cette date, mais favorisait également le « leadership » de l’évêque, dans la cité et dans la province, en cédant à l’Église de Césarée des biens impériaux. Si le ralliement de Valens à Basile, connu par Grégoire de Nazianze, peut être mis en doute, il est plus difficile de contester la réalité du soutien accordé par l’empereur à l’œuvre de bienfaisance de Basile, dont on a deux attestations, l’une tardive et explicite, l’autre contemporaine et fort discrète. Théodoret de Cyr achève de narrer l’affrontement entre Basile et Valens en relatant la réconciliation des deux hommes : l’empereur, admis par l’évêque dans son église, lui remet des biens-fonds destinés au soin des pauvres123. Le geste ne se réduisait pas à une simple gratification. Basile, qui se justifie auprès du gouverneur de Cappadoce des travaux entrepris sous sa direction, aux environs de Césarée, invoque en sa faveur la licence impériale : « C’est pour cette raison, me semble-t-il, que le grand Empereur, ayant appris nos multiples soucis, nous a permis d’administrer par nous-mêmes les Églises124. » Basile, fort de la délégation accordée par l’empereur, put faire œuvre de bâtisseur et de bienfaiteur sans en référer à l’instance provinciale. Valens consolida ainsi l’un des fondements de l’autorité de l’évêque dans son ressort125 en même temps qu’il entendit peut-être compenser les conséquences de la partition de la Cappadoce126. Il continua d’affermir l’influence de Basile dans la région en lui confiant une mission au sein de l’Église de la province d’Arménie Mineure127. Bien que la scission de la province ait nui aux partisans de Nicée et au rayonnement de l’Église de Césarée dès lors qu’elle fut suivie d’un conflit virulent entre les hiérarchies épiscopales des deux Cappadoces, Valens ordonna cette scission ni par hostilité envers Basile de Césarée ni par souci de faire apparaître une Cappadoce anti-nicéenne, Anthimos de Tyane appartenant, tout comme Basile dont il était le rival, au parti nicéen128.

  • 129 Basile, Ep. 74-76.
  • 130 Libanios, Or. XVI 14 ; Sozomène, HE V 4, 1-5 ; Théophane, Chronographia, A. M. 5853, t. I, p. 48.
  • 131 Voir chapitre VII, p. 393-398.

20La division de la Cappadoce, si elle n’eut pas pour fin première de saper l’autorité de l’Église de Césarée et de son évêque, eut pour conséquence immédiate d’amoindrir et d’affaiblir la curie de la cité. En même temps que la division de la province, Basile déplore, à trois reprises, le départ, contraint ou volontaire, d’une partie de ses membres129. Il faut en effet distinguer le transfert de certains curiales de Césarée vers la cité de Podandos de la désertion spontanée de leurs collègues, désormais retirés sur leurs terres, reconnaître dans le premier cas une mesure administrative, dans le second une crise interne à la cité. Basile entremêle les deux faits dans un même tableau, celui d’une « dépolitisation » et d’une ruralisation de Césarée. Il entend décrire la mort moins d’une province, comme il le dit, que d’une cité. En cela il ne fait pas simplement œuvre de rhéteur : dix ans auparavant, Césarée avait perdu, sous le règne de Julien, son statut de cité130, sa population, ouvertement chrétienne, ayant menacé grandement la prospérité, voire l’existence des cultes païens. De 363 au début des années 370, la cité de Césarée semble avoir mécontenté, à deux reprises, l’empereur, Julien puis Valens. La proximité et la similarité des faits laissent accroire que l’hostilité de l’empereur à la cité sanctionne et le désaccord des habitants de Césarée avec la politique religieuse de l’empereur et les récentes mises en cause dont il fut l’objet. Pourtant, tandis que Césarée s’était rangée aux côtés de Constance et avait désapprouvé l’autoproclamation de Julien au rang d’Auguste, elle ne soutint pas l’usurpation de Procope aux dépens de Valens131. Basile, en ne rappelant pas ces événements, entend opposer systématiquement les institutions civiles et les réformes impériales.

  • 132 Basile, Ep. 74, 3, tr. Y. Courtonne.
  • 133 Sur les modalités et les formes de la défense de l’hellénisme, cristallisées par la personne de Ju (...)

21La division de la Cappadoce n’aboutit pas tant à la création d’une nouvelle province qu’à la mise à mort de la cité de Césarée. C’est du moins ce qu’affirme son métropolite qui ne cesse d’opposer la cité à la province, l’hellénisme à l’administration impériale. Décrivant l’infortune de Césarée, il mentionne successivement la fuite des curiales et l’irruption, aux dépens de la culture grecque, de l’ »  ignorance de certains Scythes ou Massagètes »132 et renvoie, pour mieux déplorer la perte de l’un et l’émergence de l’autre, à deux mondes, l’un lettré et autochtone, l’autre ignorant de la culture hellénique et étranger à la patrie. Il dénonce implicitement, dans la réforme de l’administration de la province, la dispersion et le déploiement des citoyens à une échelle nouvelle, la rupture de la cohérence et de la hiérarchie des espaces, la fin de l’autonomie de la cité de Césarée. L’évêque de Césarée reproche à la politique impériale d’anéantir l’hellénisme dans sa double expression, culturelle et civique, donnant une interprétation très partisane de la réforme de l’administration provinciale de la Cappadoce, proche à maints égards des critiques adressées par Libanios au gouvernement impérial. Comme le rhéteur païen d’Antioche, Basile entend défendre la cité, ses institutions, ses élites et sa culture133.

  • 134 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 59.
  • 135 Il n’est pas certain que Podandos ait été durablement élevé au rang de cité, le site est cité par (...)

22Grégoire de Nazianze refuse en revanche d’adopter un point de vue identique : dans l’oraison funèbre qu’il prononce en l’honneur de Basile, quelques années plus tard, il décrit différemment les conséquences de la division de la province. Loin de déplorer une quelconque atteinte à la cité, Grégoire mentionne, pour en créditer le défunt, la multiplication des évêchés en Cappadoce et, de ce fait, la maîtrise par chaque ville de ses propres affaires134. Il ne se contente pas d’évoquer ici la création des sièges épiscopaux de Sasima et de Nysse, qui fit suite à la division de la province, plus précisément à la rivalité, née de cette division, entre l’évêque de Césarée et l’évêque de Tyane. Il dévoile, au plan religieux, la mise en œuvre d’une politique qui, loin d’aboutir au dépérissement des centres urbains, privilégia leur essor et transforma le tissu ecclésiastique, urbain et peut-être civique de la Cappadoce. La création de la province de Cappadoce II favorisa en fait l’émergence de nouveaux centres, Tyane bien sûr, la nouvelle métropole, mais aussi Podandos, Sasima et Nysse135. Telles furent les conséquences paradoxales de la mise en cause de Césarée.

  • 136 Basile, Ep. 76, tr. Y. Courtonne : « C’en est fait de l’État [le gouvernement de la cité : тò Πoλί (...)
  • 137 Id., Ep. 74, 75, 76. Dans la lettre 74, Basile mentionne dans un premier temps, avec brièveté, « n (...)
  • 138 Dagron, Thémistios, p. 91-92, qui parle à propos de Libanios d’« esprit fédératif ».
  • 139 Petit, Libanius et la vie municipale à Antioche, p. 175, p. 177.
  • 140 Sur la signification de la patrie chez Basile, voir Giet, Basile, p. 160-164.

23Aussi la vision de Basile s’avère-t-elle particulièrement polémique. Le transfert des curiales de Césarée aboutit-il à la ruralisation des élites urbaines136 ? Méconnaissant la distribution inédite de ces mêmes élites dans de nouveaux centres, Basile accorde une attention quasi exclusive à Césarée et ignore le reste de la province, une instance absente et de son langage et de sa pensée. En évoquant successivement la polis puis la patris, il en vient à identifier les deux termes et à restreindre sa patrie à la ville de Césarée plutôt qu’à prendre en compte deux entités différentes, notamment la province137. Là encore il rejoint ou devance sur ce point les autres défenseurs de l’hellénisme que sont Libanios et Synésios de Cyrène138. Gilbert Dagron montre que Synésios, en ne concevant que des relations directes entre cités et empereur, sous la forme des requêtes ou des visites impériales, nie la réalité de l’Empire. Seule une place étroite est laissée aux maillons intermédiaires que sont, entre autres, les gouverneurs. Loin de la conception idéale de Synésios de Cyrène dans le Discours sur la royauté, Basile reconnaît pleinement la fonction de ces derniers, destinataires privilégiés de ses lettres. Pourtant, tout en invoquant fréquemment leur autorité, il omet toujours le champ géographique de leur compétence. On peut répéter pour Basile ce que Paul Petit écrit pour Libanios : la province n’existe pour le rhéteur d’Antioche qu’en tant que ressort administratif du gouverneur139. Soit l’expression d’une conception étroite de la patrie, entendue comme cité et non comme région140, ainsi que la manifestation d’une réticence implicite à l’égard d’un nouveau « quadrillage » du territoire cappadocien.

La raison fiscale

  • 141 Sur les Scythes, voir Synésios de Cyrène, Discours sur la royauté, 21-23 : l’ambassadeur de Cyrène (...)
  • 142 Basile, Ep. 74, 3, tr. Y. Courtonne. Dans la deuxième citation, Basile écrit ἀπαιтoύνтων (tandis q (...)
  • 143 Lactance, De la mort des persécuteurs, VII.
  • 144 Ibid. ; Zosime, Histoire nouvelle : II (Constantin Ier) xxxviii 4 ; IV (Th éodose Ier) xxviii 3 ; (...)
  • 145 Une fois remarquée l’insistance des sources sur la lourdeur de l’impôt et l’augmentation effective (...)

24Basile dissimule en effet, pour partie, les raisons de son hostilité à la réforme de la province, du fait même de l’identité de ses correspondants, tous trois hauts fonctionnaires : il évoque très généralement « l’ignorance des Scythes et des Massagètes » d’une part – allusion voilée ou lieu commun ?141 –, « la voix des exacteurs » d’autre part142, sans aucune référence à l’administration provinciale et à la principale finalité de celle-ci, la perception de l’impôt. Il ne manque pas cependant de noter l’exode des élites et de décrire leur découragement, de revenir, en d’autres points de sa correspondance, sur l’incapacité de certains curiales à remplir leurs fonctions, de réclamer plus généralement, au nom de contribuables impécunieux, un allègement de la charge fiscale. Basile rend compte, à travers sa correspondance, des difficultés nouvelles des habitants de la cité ou de la province à s’acquitter des exigences de l’impôt, en même temps qu’il répète un lieu commun de la critique de la réforme provinciale qui associe, depuis Lactance143, division des provinces et aggravation de la pression fiscale. Multiplier les provinces, c’est accroître le nombre de fonctionnaires dans chacune d’entre elles, c’est anéantir les cités sous le poids de l’impôt et des exactions des gouverneurs. Les deux thèmes, excès de l’impôt et vénalité des charges, sont entremêlés, chez Lactance, au ive siècle, comme chez Zosime, au vie siècle144. Faut-il considérer les requêtes fiscales de Basile comme l’exploitation opportune d’un lieu commun ancien ou comme la manifestation d’une pression fiscale excessive, induite par la réforme provinciale145 ?

  • 146 Sur celui-ci, en matière de fiscalité, voir Forlin Patrucco, Fiscalismo tardo-imperiale, Athenaeum(...)
  • 147 Basile, Ep. 83.
  • 148 Id., Ep. 310.
  • 149 Id., Ep. 110.
  • 150 Id., Ep. 309.
  • 151 Id., Ep. 315, tr. Y. Courtonne. L’acception fiscale de l’expression ressort de la requête finale, (...)
  • 152 Grégoire de Nazianze, Ep. 196 : il semble que l’on puisse donner un sens technique au verbe ἐπηρєά (...)

25Le témoignage de l’évêque de Césarée146, par sa complexité, éclaire les conditions de la réforme provinciale en Cappadoce, en dénonçant les excès de l’impôt, en contestant la validité du dernier recensement, en évoquant, à mots couverts, les difficultés de la perception de l’impôt. Au-delà du paradoxe de leur concomitance, ces thèmes, inégalement présents dans la correspondance de Basile, donnent sens et réalité à l’institution des deux provinces homonymes. À plusieurs reprises, l’évêque rend compte des difficultés réelles de certains Cappadociens à satisfaire les exigences du fisc et invoque la surcharge d’impôts. Ainsi plaide-t-il, après la division de la province, en faveur de la propriété abandonnée d’un ami en Chamanène147 ; il fait de même au nom de parents, qui résidaient dans la ville d’Ariaratheia148, et des habitants du Taurus soumis à l’impôt du fer149 ; il recommande un indigent, inquiet du cens de sa maison150, et une parente, dont « la maison est plus redoutable qu’une hydre aux multiples têtes151 ». Grégoire de Nazianze est plus allusif encore lorsqu’il évoque la menace qui pèse sur les orphelins de Nikoboulos152.

  • 153 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10, tr. A. Déléage, La capitation du Bas-Empire, Macon 1945, p. 198 : « (...)
  • 154 Grégoire de Nazianze, Ep. 67-69 ; Or. XIX, PG 35, col. 1057A : « Pour toi, répartiteur de nos impô (...)
  • 155 CJ XI 52, 1 : constitution de Théodose, Arcadius et Honorius adressée au préfet du prétoire d’Orie (...)

26La légitimité de leurs requêtes est prouvée néanmoins par une constitution promulguée, le 27 mars 386, en faveur des villes d’Ariaratheia et de Komana en Arménie II, de Diocésarée en Cappadoce II et d’Amasée en Hélénopont. Le préfet du prétoire d’Orient, Kynégios, reçoit l’ordre d’élargir l’assiette du caput, d’un homme ou de deux femmes à deux et trois hommes alternativement ou à quatre femmes, une mesure qui allège, au profit de chaque contribuable, la charge de l’impôt assis sur le caput153. Cette constitution valide a posteriori les réclamations de Basile au nom de citoyens d’Ariaratheia ainsi que les exhortations de Grégoire de Nazianze au péréquateur Julien en faveur des habitants de Diocésarée, au premier rang desquels les pauvres et les clercs154, mais elle circonscrit aussi les difficultés fiscales à certaines régions de la Cappadoce : au contraire de la constitution du 3 avril 393, qui supprime la capitatio humana dans l’ensemble du diocèse de Thrace, elle restreint la modification de l’assiette fiscale à quatre cités du diocèse du Pont155. Il s’agit, suivant les termes mêmes de la constitution, d’une péréquation. Aussi ne semble-t-il pas que toute la province soit soumise à une pression excessive de l’impôt.

  • 156 Voir Teja, Capadocia en el siglo iv, p. 48-49.
  • 157 Grégoire de Nazianze, Ep. 67, 2.
  • 158 Basile, Ep. 36, 104, 142, 143, 284. Sur les immunités fiscales accordées aux clercs, voir J. Gaude (...)
  • 159 Basile, Ep. 142 et Ep. 143. Id., Ep. 284, tr. Y. Courtonne : « […] j’écris à ta parfaite sagacité (...)
  • 160 Id., Ep. 36. Id., Ep. 104, tr. Y. Courtonne : « Ceux qui se consacrent au culte de notre Dieu, les (...)
  • 161 Sur l’importance de la péréquation dans le système d’imposition mis en place par Dioclétien, voir (...)
  • 162 C’est en ce sens que Delmaire, Largesses sacrées et res privata, p. 367-368, interprète la lettre (...)
  • 163 Basile, Ep. 36. Il faut restituer son sens technique au terme ἐξίσωσις et modifier en conséquence (...)
  • 164 Id., Ep. 104.
  • 165 Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 147, cite les éloges qu’Ammien Marcellin, Histoire, XXX ix (...)

27Il semble en effet que la correspondance des Pères, qui défendent les intérêts de leur Église, peut donner lieu à une interprétation erronée de la réalité fiscale en Cappadoce156. De même que Grégoire réclame avec le plus de force une exemption pour les clercs de Nazianze157, Basile intervient le plus fréquemment en faveur du clergé et des moines, dont la demande d’exemption est légitimée, dans l’invocation d’un choix de vie et d’une mission entreprise au nom de la charité, par la pauvreté de leur condition statutaire158. Il requiert, dans certains cas, purement et simplement l’exemption159, dans d’autres, le maintien de l’ancien cens160. En défendant ou en revendiquant l’immunité fiscale des clercs et des moines, Basile ne réclame pas une diminution du poids de l’impôt, mais entend obtenir sa redistribution au bénéfice de ces derniers, sans remettre en cause les exigences du fisc161. Il se fait l’avocat des intérêts de la seule Église de Cappadoce et non de l’ensemble des contribuables de sa province162. Basile dénonce en effet la péréquation dont un prêtre est victime163 et l’action des agents recenseurs164 – une démarche qui laisse entrevoir une augmentation de la pression fiscale dans la région à l’issue d’une simple péréquation, non le poids excessif de celle-là165.

  • 166 Grégoire de Nazianze, Carmina II 2, 1, PG 37, col. 1451-1477, v. 278-279, v. 359-360.
  • 167 Grégoire de Nazianze, Carmina II 2, 2 (Ad Julianum), PG 37, col. 1477-1480, v. 5-7. À l’instar de (...)
  • 168 Basile, Ep. 281.
  • 169 Id., Ep. 85 (rédigée, d’après l’éditeur, en 372).
  • 170 CTh X 1, 11 (367) ; CTh V 14, 31 : les empereurs Valentinien, Théodose et Arcadius retirent aux go (...)
  • 171 J. et J. C. Balty, L’Apamène antique et les limites de la Syria Secunda, La géographie administrat (...)
  • 172 Van Dam, Governors of Cappadocia, p. 8-9.

28La pratique épistolaire de Basile dément donc son propre silence sur l’administration fiscale de la province, elle en montre l’activité jusque dans la région la plus occidentale de la Cappadoce Première, la Chamanène, ainsi qu’au cœur du Taurus, dans la ville d’Ariaratheia, conformément à ce qui est probablement le principal enjeu de la réforme, un appesantissement de l’administration provinciale, fiscale en particulier, dans la région. Des responsables du fisc connus nommément – Hellénios, Julien, Helladios – un seul est cappadocien. Hellénios, qui ne peut avoir appartenu à la curie de Diocésarée – la formulation de Grégoire de Nazianze ne laissant aucune hésitation – est d’origine arménienne166. De Julien, on sait seulement qu’il a exercé une fonction, peut-être de gouverneur, au sein de l’administration impériale, avant d’avoir la responsabilité de la péréquation167. Helladios est, en revanche, cappadocien : Basile demande au préfet du prétoire Modeste d’ordonner au gouverneur de la province de libérer le principalis Helladios de la péréquation afin qu’il puisse s’occuper des affaires de la patrie168. Basile opposant la péréquation et les « affaires de la patrie », il n’est pas certain pourtant qu’Helladios ait été nommé peraequator en raison de son rang de principalis. Il semble donc que ces trois responsables, chargés de fixer ou de répartir la contribution, aient appartenu, non aux curies des cités de Cappadoce, mais à l’administration provinciale. Cet enjeu de la réforme, constamment tu par l’évêque de Césarée qui, se contentant d’en évoquer les effets, passe sous silence la création d’une nouvelle charge de gouverneur, le dédoublement de l’officium et l’arrivée de nouveaux fonctionnaires au sein de l’ancienne province de Cappadoce, est justifié par les difficultés de perception de l’impôt, dont Basile rend compte dans une lettre rédigée au début de son épiscopat en niant toute légitimité aux serments exigés des paysans par les percepteurs169. Ces difficultés sont attestées précisément dans le cas de la collecte des revenus ou des impôts des domaines de la Res privata, en 367 et en 382 ou 389, dans les régions d’Orient170. Il n’est donc pas exclu que la réforme provinciale ait eu pour finalité première de remédier à des dysfonctionnements administratifs et d’améliorer le contrôle fiscal en Cappadoce, à l’image du remodelage de la fonction de gouverneur à l’époque de Justinien, destiné à combattre la fuite des revenus tamiaques171, d’autant que, suivant la suggestion de Raymond Van Dam, la division de la province peut avoir coïncidé avec la préparation du census à l’automne 371, la nouvelle indiction commençant au 1er septembre 372172.

Espaces et frontières en jeu

  • 173 Sur la date de rédaction du livre XII de la Géographie de Strabon, voir Strabon, Géographie, t. IX (...)
  • 174 Sur cette question il existe une étude que nous n’avons pu consulter : P.-G. Veh, Der Grenzverlauf (...)

29Si les réformes de l’administration de l’Empire, commencées avec les Tétrarques et continuées par leurs successeurs, donnèrent naissance à un État bureaucratique, dans ses règles et dans ses méthodes, elles favorisèrent également l’émergence ou la reconnaissance de territoires neufs, dont la cohérence fut peut-être géographique et historique en même temps qu’administrative et institutionnelle. À travers la mise en place des frontières des provinces de Cappadoce, entre respect et violation de l’histoire passée de celles-ci, l’institution sut peut-être se matérialiser, bien que les sources ne fassent jamais connaître l’exacte étendue des provinces et le tracé de leurs frontières. En l’absence d’un tableau contemporain de la région, à l’image de celui laissé par Strabon au début du ier siècle de notre ère173, seul l’examen des itinéraires et des qualifications des toponymes, dans les textes des ive et ve siècles, permet d’esquisser une géographie des provinces cappadociennes174.

Les frontières héritées : les frontières septentrionale, occidentale et méridionale

  • 175 Les quelques tentatives existantes de représentation cartographique des provinces dans l’antiquité (...)
  • 176 Dès le règne de Sévère Alexandre, Zèla et Sébastopolis sont exclues de la province de Cappadoce ; (...)
  • 177 Mentionné par Étienne de Byzance, Ethnica, p. 309, Basilika Therma est attesté comme évêché de Cap (...)
  • 178 Sur la localisation de Korniaspa, Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 107.
  • 179 C’est du moins ce que laisse entendre Grégoire de Nysse à deux reprises (Grégoire de Nysse, Contra (...)
  • 180 Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 105.
  • 181 Strabon, Géographie, XII 2, 10. Voir le commentaire de F. Lasserre, dans ibid., p. 155, n. 4.
  • 182 Strabon, Géographie, XII 3, 37 (identité probable des villes de Mégalopolis et de Sébaste d’après (...)
  • 183 La première est évoquée en XII 1, 4 et 2, 10, la seconde en XII 1, 4 ; 2, 10 et 3, 37. De la Lavia (...)
  • 184 Elle apparaît une nouvelle fois dans les limites qu’A. Bryer et D. Winfield, The Byzantine Monumen (...)

30Les frontières septentrionale, occidentale et méridionale de la Cappadoce au ive siècle semblent ne pas avoir été remaniées pendant l’antiquité tardive et être héritées, au plus tard, de l’époque tétrarchique. La comparaison des sources du ive siècle avec les données de Strabon laisse apparaître la longue continuité du dessin frontalier, tout au moins à l’ouest et au sud de la province. Au nord, entre Cappadoce d’une part, Galatie, Diospont/Hélénopont et Arménie Mineure d’autre part175, on peut au mieux exclure, faute d’informations, les régions de Tavium en Galatie, de Zèla en Diospont/Hélénopont, de Sébaste et de Sébastopolis en Arménie Mineure176. Cette esquisse de la ligne frontalière, qui suggère l’extension maximale, certainement excessive, de la province de Cappadoce, ne peut être précisée et confirmée qu’en deux points, la place de Korniaspa et l’évêché de Basilika Therma177. Korniaspa, particulièrement, appartenait aux confins de la Galatie et de la Cappadoce178 : Eunomios, originaire du village d’Oltisèris179, dans la région de Korniaspa, peut se plaindre d’avoir été qualifié de galate, et non de cappadocien, dans la controverse qui l’oppose à Basile, et Grégoire de Nysse ironiser sur les prétentions de celui qui demeure entre deux patries180. Cette ligne frontalière, grossièrement dessinée, ne contredit pas la limite assignée par Strabon aux Cappadoces taurique et pontique : il fait courir celle-ci de l’extrémité occidentale de la Chamanène à la partie la plus orientale de la Laviansène, suivant une ligne de crêtes imaginaire181, qui exclut Mégalopolis/Sébaste de la Cappadoce taurique182 (le problème étant qu’il ne localise pas les deux stratégies frontalières citées183). La fixité de la frontière septentrionale de la Cappadoce184 explique peut-être la difficulté à préciser, tant au début du Haut-Empire que pendant l’antiquité tardive, son tracé.

Carte 1. Les frontières héritées : les frontières septentrionale, occidentale et méridionale de la Cappadoce

  • 185 Leur localisation est donnée, avec approximation ou précision, pour le premier dans la TIB 4, pour (...)
  • 186 Sur Parnassos, voir Hild, Strassensystem in Kappadokien p. 39.
  • 187 En sont originaires les parents de l’évêque Ourphila. Philostorge, HE II 5.
  • 188 Hiéroklès, Synekdèmos, 700, 7.
  • 189 Hild, Strassensystem in Kappadokien p. 38.
  • 190 Mansi, t. III, col. 139A.
  • 191 Hiéroklès, Synekdèmos, 696, 7. Voir TIB 4, Aspona, p. 135.
  • 192 TIB 2, p. 207. Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 40-41.
  • 193 Patrum Nicaenorum nomina, p. 24-25, p. 65, p. 87, p. 105, p. 129. Voir Honigmann, Liste originale (...)
  • 194 TIB 2, p. 188. Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 62-63.
  • 195 Patrum Nicaenorum nomina, p. 24-25, p. 65, p. 105, p. 129, p. 199. Honigmann, Liste originale des (...)
  • 196 Hiéroklès, Synekdèmos, 700, 4.
  • 197 Sur les quatre cités, voir TIB 4, p. 213 (Perta), p. 174-5 (Hydè), p. 185 (Kana), p. 157 (Derbè).
  • 198 Patrum Nicaenorum nomina, p. 44-45, p. 68, p. 111, p. 137, p. 209. Entre ces villes cappadociennes (...)

31Les contours de la province sont mieux connus à l’ouest et au sud. En 333, l’Itinerarium Burdigalense localise la frontière en deux points, entre la Galatie et la Cappadoce d’une part, entre la Cappadoce et la Cilicie d’autre part. Dans le premier cas, la frontière passe entre les relais d’Andrapa et de Parnassos185. L’appartenance de Parnassos186 à la Cappadoce est confirmée au ive siècle et dans les siècles suivants : évoquant l’invasion des Scythes en Anatolie, Philostorge affirme que le village de Sadalgothina, non loin de la cité de Parnassos, est cappadocien187 ; Hiéroklès compte la ville au nombre des cités de Cappadoce II188. Si Andrapa n’est mentionné que dans l’Itinerarium Burdigalense, Aspona, trois stations avant Parnassos, cité dans plusieurs itinéraires189 et comme évêché dès 343190, appartient, au début du vie siècle, à la province de Galatie I191. Les rives du lac Tatta, depuis leur pointe septentrionale, façonnent donc la frontière entre Galatie et Cappadoce. À leur extrémité méridionale, Kolôneia192 était en effet une ville cappadocienne au ive siècle : son évêque Érythrios participa au concile de Nicée avec d’autres évêques de la province193. À une centaine de kilomètres au sud, Kybistra194 est connu comme évêché de la province aux conciles de Nicée et de Chalcédoine195 et comme cité de Cappadoce II au début du vie siècle196. Aucun site, à l’ouest de ces deux cités, ne relève, au ive siècle, du ressort de la province. Les évêchés de Perta, Hydè, Kana et Derbè197 sont tous rattachés à la Lycaonie au concile de Constantinople de 381, celui de Barata à l’Isaurie au concile de Nicée198.

  • 199 Strabon, Géographie, XII 2, 5 et 6, 1.
  • 200 Strabon, Géographie, XII 1, 4 : cela, en dépit des précautions de Strabon, du fait de l’annexion r (...)
  • 201 Strabon, Géographie, XII 2, 9.

32Décrivant brièvement, dans la région de Kolôneia, la limite entre Lycaonie et Cappadoce, Strabon valide la frontière occidentale de la province, comme ses confins septentrionaux. Il situe explicitement Garsaura/Kolôneia à la frontière de la Lycaonie et qualifie de lycaoniens deux villages à proximité de Garsaura, Koropassos et Soatra199. En l’absence d’informations contradictoires, on peut admettre que, jusque dans l’antiquité tardive, la frontière passait immédiatement à l’ouest de Kolôneia. Strabon atteste en outre l’appartenance de Kybistra/Hérakleia au royaume de Cappadoce200 et désigne implicitement la ville comme poste limitrophe201.

  • 202 Itinerarium Burdigalense, 576, 2-4.
  • 203 Socrate, HE II 47, 4 et Sozomène, HE V 1, 6. Sozomène note la proximité du Taurus. Le lieu-dit est (...)
  • 204 Ammien Marcellin, Histoire, XXII ix 13.
  • 205 Une inscription de Caracalla (CIL III 12118), retrouvée in situ, dans l’entrée du défilé, mentionn (...)
  • 206 Basile, Ep. 74 et 75.
  • 207 Hiéroklès, Synekdèmos, 699, 3 et 700, 3. Sur Faustinopolis, Ballance, Derbe and Faustinopolis.
  • 208 Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 51-59.
  • 209 French, Roman Roads and Milestones of Asia Minor, t. 1, p. 89-90.
  • 210 Strabon, Géographie, XII 2, 9.

33Hérakleia est à la fois l’une des villes les plus occidentales et les plus méridionales de la Cappadoce. La frontière méridionale est indiquée avec précision en un point. L’Itinerarium Burdigalense établit la frontière de Cappadoce et de Cilicie entre les étapes des Pyles et de Mansucrinae202, ce que confirment Ammien Marcellin, Socrate et Sozomène. En 361, Constance, parti combattre Julien, décéda, entre Cilicie et Cappadoce, au lieu-dit de Mopsoukrènai203. Peu après, Julien, en route depuis Constantinople pour Antioche, parvint aux « Portes, une place qui sépare les Cappadociens des Ciliciens », où il fut accueilli par le gouverneur de la province, un ancien condisciple204. Dès le premier quart du iiie siècle, les inscriptions font des Pyles ciliciennes un poste frontalier de la Cappadoce205. Au nord des Pyles, Podandos bénéficia du transfert des magistrats de Césarée, lors de la première scission de la province de Cappadoce206. Hiéroklès cite, comme étant en Cappadoce, Podandos et Faustinopolis, en aval des Pyles ciliciennes, sur la route qui conduit à Tyane207. D’autres sites208 appartiennent encore à la Cappadoce, pendant le iiie siècle et l’antiquité tardive, comme en témoigne un milliaire, trouvé à Eminlik, à mi-chemin entre Niğde et Pozantı, et daté de l’année 222, par la mention d’un légat gouverneur de Cappadoce209. Strabon atteste l’ancienneté de la frontière taurique : lorsqu’il mesure l’espace cappadocien, il choisit les Pyles ciliciennes, entre autres bornes210.

34Les frontières occidentale, méridionale et, dans une moindre mesure, septentrionale de la Cappadoce sont connues avec précision en certaines régions. Malgré l’hétérogénéité des témoignages – itinéraires, listes ecclésiastiques, histoires – il est possible d’en conclure qu’elles n’ont pas été modifiées depuis l’annexion du royaume de Cappadoce par les Romains jusque dans l’antiquité tardive. Les mêmes lieux n’ont pas cessé d’être désignés comme cappadociens. Les provinces de Cappadoce continuent de recouvrir le cœur du royaume homonyme. Aussi le toponyme fut-il dédoublé plutôt que partiellement abandonné au moment des dernières scissions de la province, sous Valens et sous Théodose Ier.

Les nouvelles frontières

La frontière orientale, entre les provinces d’Arménie (Arménie Mineure puis Arménie II) et les provinces de Cappadoce

  • 211 Mitford, Cappadocia and Armenia Minor, p. 1169-1228.
  • 212 Strabon, Géographie, XII 1, 2 et 4.
  • 213 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, V xx 84.
  • 214 Étienne de Byzance, Ethnica, p. 443.
  • 215 Ibid., p. 118, écrit cependant que la ville est proche de la Cappadoce. Il s’agit certainement d’u (...)
  • 216 Ptolémée, Geographia, V 6, 12.
  • 217 Strabon, Géographie, XII 2, 3. Sur l’appartenance de Komana à la Cappadoce, voir également Ptolémé (...)

35À l’occasion des créations, au ive siècle, des provinces d’Arménie Mineure et d’Arménie II, la Cappadoce fut amputée de sa partie orientale. Au cours du Haut-Empire, la province de Cappadoce, ayant été étendue jusqu’à l’Euphrate, avait inclus plusieurs places du limes de l’Empire, dont Mélitène211. Cette place forte, érigée au rang de cité par Trajan, tenait son nom de la Mélitène, la première et la plus orientale des stratégies du royaume de Cappadoce décrites par Strabon212. Pline qualifie la ville de cappadocienne213, Étienne de Byzance, par archaïsme, fait de même214. Comme Mélitène, Ariaratheia et Komana étaient cappadociennes pendant l’antiquité hellénistique et romaine. Pour Étienne de Byzance, qui reprend des traditions antiques, Ariaratheia est une fondation du roi cappadocien Ariarathe215. Elle est comptée, par Ptolémée, au nombre des villes de Sargarausène216, une stratégie du royaume de Cappadoce. Komana est décrite par Strabon comme un sanctuaire majeur de ce royaume217. Pour la première fois, semble-t-il, depuis son annexion, l’ancien royaume de Cappadoce est démembré par le gouvernement de l’Empire. Les créations des provinces d’Arménie Mineure et d’Arménie II, plus encore que les réformes administratives du Haut-Empire, bouleversent son unité.

Carte 2. La frontière orientale entre les provinces de Cappadoce et la province d’Arménie II

36Pour cette raison peut-être, les circonstances des créations des provinces d’Arménie Mineure et d’Arménie II nous sont inconnues. Les cités de Mélitène, d’Ariaratheia et de Komana furent-elles transférées en Arménie à l’occasion des créations des provinces d’Arménie Mineure et d’Arménie II, pendant la Tétrarchie et sous Théodose Ier, ou indépendamment de toute fondation de province, sous les règnes de Constantin Ier et de Constance II ? Tandis que Mélitène, Arka, Arabissos et Koukousos cessèrent d’appartenir à la Cappadoce dès le milieu du ive siècle, Komana et Ariaratheia ne sont pas attestées comme étant en Arménie avant 386. Étant localisées à l’ouest de Mélitène, d’Arka et d’Arabissos, on ne peut exclure qu’elles aient été cappadociennes jusqu’à la création de l’Arménie II. La complexité de cette histoire fragilise toute définition de la frontière entre Cappadoce et Arménie antérieurement au ve siècle.

  • 218 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, 1.

37La frontière qui s’établit à cette date et jusqu’à la fin de l’antiquité tardive, en limite orientale de la province de Cappadoce I, est à proximité de Césarée et des bourgades des environs. Cyrille de Scythopolis précise que le village natal du moine palestinien Théodose, Môgariassos – village qu’il dit cappadocien –, dépend de Césarée, tout en étant non loin de Komana218. La frontière entre la Cappadoce I et l’Arménie II épouse peut-être la délimitation physique entre la région volcanique de Césarée et du centre de la Cappadoce d’une part, le Taurus d’autre part. Séparant dans ce cas deux entités physiques et géogra phiques distinctes, elle acquit, aux ve et vie siècles, une évidence dont elle semble avoir été dépourvue au siècle précédent.

La frontière « intérieure », entre les provinces de Cappadoce I et de Cappadoce II

  • 219 Basile, Ep. 98, 2 : l’évêque de Césarée déplore l’insoumission des évêques de Cappadoce II. Ainsi, (...)

38La création de nouvelles provinces au ive siècle aboutit à la formation ou à la consolidation de frontières internes à l’espace cappadocien, entre les provinces de Cappadoce I, de Cappadoce II et d’Arménie II. Leur validité n’est assurée qu’à l’issue des conflits que suscita leur mise en œuvre dans la géographie ecclésiastique, car l’introduction de la division de la province de Cappadoce dans les structures de l’Église posa d’emblée le problème de l’extension de l’autorité des métropoles de Césarée et de Tyane219. Grégoire de Nazianze raconte à Basile comment l’évêque de Tyane, Anthimos, peu après la création de la Cappadoce II, se rendit à Nazianze pour convaincre Grégoire l’Ancien de le reconnaître comme métropolite aux dépens de l’évêque de Césarée :

  • 220 Grégoire de Nazianze, Ep. 50, 4, tr. P. Gallay.

« Il nous a mis à l’épreuve maintes fois et sur maints sujets : sur les diocèses, sur Sasima, sur Limnai, sur notre consécration épiscopale, flattant, priant, menaçant, se justifiant, blâmant, louant, délimitant ses propres circonscriptions pour montrer que nous ne devons regarder que vers lui et vers la nouvelle métropole, qui est plus grande220. »

Carte 3. La frontière « intérieure » de Cappadoce

39L’enjeu en était, dans l’alignement des structures ecclésiastiques sur les structures civiles, l’adoption du modèle provincial dans l’administration du territoire cappadocien par le clergé. Grégoire de Nazianze le nomme précisément :

  • 221 Id., Or. XLIII 58, tr. J. Bernardi.

« L’un entendait que notre organisation s’adaptât au découpage officiel et il revendiquait pour ce motif les parties rattachées à la nouvelle province comme le concernant désormais et comme séparées de l’autre. Quant à ce dernier, il s’en tenait à l’ancienne coutume et à la division qui remontait à nos pères221. »

  • 222 Basile, Ep. 190, 1, tr. Y. Courtonne. Il s’agit précisément de l’évêque d’Isaura ou Isauropolis dé (...)
  • 223 Grégoire de Nazianze, Or. XXI 16. Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 105.
  • 224 Sur ces dernières, voir French, Th e Definition of Territories : Cappadocia, p. 49-59.

40Il faut reconnaître une nouvelle fois, dans l’attachement de Basile à la géographie ancestrale de l’Église de Cappadoce, la négation de la pertinence du cadre provincial, le refus de cloisonner et de juxtaposer les espaces, le rejet de toute frontière à son autorité. Il s’agit pour lui, habitué à effectuer des tournées épiscopales dans les régions voisines de la Cappadoce, particulièrement en Arménie Mineure, de garantir le rayonnement du siège de Césarée en même temps que d’affirmer la solidarité et la communion de tous les évêques. Basile fut cependant contraint, du fait de la division des provinces et de l’opposition entre nicéens et homéens, de délimiter la sphère de juridiction des évêques. Il recommande à Amphiloque d’Ikonion de faire « circonscrire le territoire qui appartient en propre à l’évêque d’Isaurie222 ». Aussi les marges provinciales, que Grégoire de Nazianze et Grégoire de Nysse n’hésitent pourtant pas à dénigrer en les décrivant comme des terres d’hérésies223, gagnent-elles une visibilité nouvelle dans le paysage cappadocien, civil et ecclésiastique, à côté des frontières de cités ou de villages224.

  • 225 ACO II 5, p. 79 : Kybistra est désigné sous le terme de « cobistulae ».
  • 226 Notitiae episcopatuum, Notitia 1, 73, 75, 224-226, 409-412. Tyane, Sasima, Faustinopolis, Kolôneia (...)
  • 227 Palladios, Dialogue sur la vie de Jean Chrysostome, XX 173-179 ; ACO I 1 ii, n° 33, 28, p. 4 et I (...)
  • 228 Grégoire de Nazianze, De vita sua, v. 439-485 ; Id., Ep. 48-49, avoue ne pas avoir pris possession (...)
  • 229 Id., Ep. 152.
  • 230 Id., Or. XIII, PG 35, col. 852A ; Basile, Ep. 231 et 239, 1 (l’élection de l’évêque de Doara échap (...)
  • 231 ACO IV 1, n° 48, p. 100.
  • 232 ACO IV 1, n° 46, p. 98-99.
  • 233 Concile d’Éphèse, 431 : ACO I 1 v, n° 151, 37 et 38, p. 124 (Parnassos et Faustinopolis). Concile (...)
  • 234 Il peut en effet y avoir confusion avec la cité de Kolôneia en Arménie I, de même d’ailleurs qu’en (...)

41Grâce aux notations des Pères cappadociens et aux listes épiscopales, les circonscriptions ecclésiastiques de Cappadoce I et de Cappadoce II sont connues avec précision. Suivant les listes des signataires des lettres adressées à Léon Ier, en 457/458, par les évêques des Cappadoces Première et Seconde, les épiscopats de Césarée et de Nysse sont inscrits en Cappadoce I, ceux de Tyane, Parnassos, Nazianze, Kolôneia, Kybistra, Sasima, Faustinopolis et Doara en Cappadoce II225. Cette distribution des évêchés de Cappadoce est confirmée par la plus ancienne des notices épiscopales, qui date du viie siècle226, et validée, dans certains cas, par quelques mentions antérieures. L’évêché de Kolôneia est localisé en Cappadoce II par Palladios, au début du ve siècle, ainsi que par lesrédacteurs des actes du concile d’Éphèse et ceux du concile de Chalcédoine227. Les sièges de Doara, Nazianze et Sasima relèvent de la juridiction du métropolite de Tyane suivant les deux Pères cappadociens. Sasima est conquis par ce métropolite sans jamais être ultérieurement mentionné dans la juridiction de Césarée228. L’évêque de Nazianze ne conteste l’autorité d’Anthimos que du vivant et sur ordre de Basile, tandis qu’il reconnaît sans ambiguïté l’autorité de Théodore de Tyane au début des années 380229. Eulalios de Doara est consacré par Grégoire de Nazianze avant d’être chassé230. Au concile de 553, Euphrantas de Tyane évoque la juridication exercée par sa cité, jusqu’au règne de Justinien, sur les évêchés de Doara et de Nazianze231 ; les lettres adressées par Grégoire de Nazianze à Théodore y sont interprétées en ce sens232. Seuls Parnassos, Faustinopolis et Nysse ne sont pas localisés, avec certitude, dans l’une ou l’autre des provinces ecclésiastiques avant la date de 457/458, quoique tous trois soient nommés dans les actes des conciles d’Éphèse ou dans ceux du concile de Chalcédoine233. Ces actes ne font mention de la province ecclésiastique que dans trois cas, lorsqu’ils citent les deux métropoles de Cappadoce ou mentionnent Kolôneia, un toponyme attesté en diverses régions234. En l’absence de toute réforme avant le règne de Justinien, il est donc très probable que, dès la reconnaissance de l’existence des deux provinces ecclésiastiques par les métropolites de Césarée et de Tyane, Parnassos et Faustinopolis aient appartenu à la Cappadoce II, Nysse à la Cappadoce I.

  • 235 ACO III 5 n° 52, p. 126 ; n° 73, p. 154 ; n° 86, p. 160 ; n° 87, p.162 ; n° 96, p. 166 ; n° 104, p (...)
  • 236 Procope, De aedifi ciis, V iv 15-18.
  • 237 ACO IV 1, p. 100.
  • 238 ACO IV 1, p. 5, p. 21, p. 33, p. 40. La dénomination justinienne tombe cependant rapidement en dés (...)
  • 239 Paul est cité, au concile de 536, comme évêque de la métropole de Tyane aux côtés de Pierre de Jus (...)

42En 536 sont attestées et l’existence du siège épiscopal de Justinianopolis et sa promotion au rang de métropole. Son évêque Pierre assista au concile réuni à Constantinople cette année et prit part, dans le cadre de celui-ci, à la deuxième délégation envoyée auprès d’Anthimos235. Il est alors précisé que le siège, désigné sous le seul nom de Justinianopolis, appartient à la province de Cappadoce II. D’après les témoignages de Procope et des actes du concile de 553, il s’agit là de la ville de Môkissos. Au dire du premier, le phrourion de Môkissos fut transformé en cité et métropole à l’initiative de Justinien236. Suivant les seconds, Môkissos ne fut pas seulement doté des droits métropolitains, mais fut également dénommé Justinianopolis237, appellation par laquelle la ville est désignée dans les actes du concile238. Il y a donc eu, avant 536, création d’un nouvel évêché et introduction d’une nouvelle métropole ecclésiastique en Cappadoce II, sans que Tyane ait perdu son propre rang239.

  • 240 CJ I 1, 6, 9.
  • 241 Trébizonde est archevêché autocéphale du Pont Polémoniaque dans les siècles suivants. Notitiae epi (...)
  • 242 Il peut également s’agir des évêchés homonymes de Bithynie et de Pisidie.
  • 243 Il est très improbable que la métropole de Cilicie II, Anazarbe, rebaptisée Justinopolis (Évagre, (...)
  • 244 ACO III, p. 183, n° 23.

43L’existence de la nouvelle métropole de Cappadoce II est peut-être attestée pour la première fois dans un édit de Justinien, daté de 533240. L’édit, publié en faveur de la foi chalcédonienne, fut envoyé aux métropoles d’Asie, de Cappadoce I, d’Hellespont, de Mésopotamie, d’Arménie I, de Cilicie I et de Galatie I, aux patriarcats de Jérusalem et d’Antioche, au plus important évêché du Pont Polémoniaque241, probablement à la métropole de Syrie II242. À l’exception de Trébizonde et, peut-être, d’Apamée, l’édit fut adressé à des sièges patriarcaux ou métropolitains des diocèses d’Asie, du Pont et d’Orient. Justinianopolis ne désigne donc pas l’un des simples évêchés rebaptisés, en ces années, du nom de Justinien, mais l’un des deux sièges métropolitains de Môkissos ou de Pessinonte243. Celle-ci en effet, métropole de la Galatie II, dans le diocèse du Pont, fut dénommée, comme Môkissos, Justinianopolis244.

  • 245 C’est à une telle identification que procède Honigmann, dans Evêques et évêchés monophysites, p. 1 (...)
  • 246 ACO IV 1, p. 100. Notitiae episcopatuum, Notitia 1, 408-412.

44Faute de pouvoir préciser l’identification, on ne peut exclure que l’édit de Justinien témoigne pour la première fois de l’existence de la métropole de Justinianopolis/Môkissos245. Son ressort est connu grâce aux témoignages conjoints et concordants du concile de 553 et de la plus ancienne notitia épiscopale qui soit conservée. Le premier note qu’elle a sous sa juridiction les évêchés de Doara, de Nazianze et d’autres cités, la seconde cite, outre les deux précédents, ceux de Kolôneia et de Parnassos246. Ces sièges relevant par le passé de la métropole de Tyane, il y a donc eu division de la province ecclésiastique de Cappadoce II. La région septentionale et occidentale de la province fut rattachée à la métropole de Môkissos, tandis que la partie la plus méridionale demeura sous l’autorité de l’évêque de Tyane. Pour autant, la division de la province ecclésiastique de Cappadoce II ne suscita pas une appellation spécifique. La juridiction de la métropole de Môkissos continue d’être notée sous la rubrique Cappadoce II.

  • 247 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10.
  • 248 Basile, Ep. 74 et 75.
  • 249 Le village de Borissos, où résida le père de Philostorge, est explicitement localisé en Cappadoce (...)

45Au contraire de la géographie des circonscriptions ecclésiastiques, l’extension des provinces civiles fait difficulté. Hormis le Synekdèmos de Hiéroklès, les sources n’ont laissé d’informations que sur quatre cités, les deux métropoles, Césarée et Tyane, et les villes ou bourgades de Diocésarée/Nazianze et de Sasima, ainsi que sur deux villages, ceux de Limnai et de Borissos. Une constitution de Théodose Ier, datée de l’année 386, indique, sans ambiguïté, l’appartenance de Diocésarée à la province de Cappadoce II247. Il s’agit là de la seule donnée des textes juridiques sur la géographie de la Cappadoce. Le témoignage de Grégoire de Nazianze compense un peu le silence des sources officielles : Anthimos revendique l’exercice de son autorité sur des évêchés, anciens ou récents, pour l’unique raison qu’ils sont inclus dans le ressort de la métropole civile de Tyane. Seule l’extension de la province civile fonde la légitimité de ses droits. Il en ressort que l’ensemble des villes ou lieux-dits disputés par Anthimos et Basile – Nazianze, Sasima, Limnai – relève de la province civile de Cappadoce II. Rien ne prouve en revanche l’appartenance de Podandos à la Cappadoce II248. Évoquant la division de la province de Cappadoce, Basile proteste encore contre le transfert d’une partie des curiales de Césarée à Podandos, sans indiquer ni suggérer jamais la raison de ce transfert. On ne peut en conclure que le bourg cappadocien ait été érigé au rang de métropole de la nouvelle province. Seule Tyane est nommée à ce titre par les sources contemporaines. À travers Tyane, Diocésarée/Nazianze, Sasima et Limnai, s’esquisse une géographie minimale de la province civile de Cappadoce II249, qui, aussi ténue soit-elle, s’accorde avec la géographie de la province ecclésiastique correspondante.

  • 250 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 185-187, p. 521. A. H. M. Jones a fait cette (...)

46Cette même géographie civile peut être restituée grâce au Synekdèmos de Hiéroklès, bien que sa pertinence ait été mise en doute par Arnold Jones. Celui-ci affirme en effet que le traité de Hiéroklès rend compte, non de la distribution des cités en chacune des provinces civiles de Cappadoce, mais de la répartition des évêchés connue par les actes du concile de Chalcédoine et la « Lettre à Léon ». Considérant que la novelle XXX de Justinien fait connaître l’existence d’une unique cité en Cappadoce I, Césarée, il dénonce en conséquence la mention de Nysse dans la province civile de Cappadoce I comme une erreur de Hiéroklès, erreur qu’explique, selon lui, l’appartenance de Nysse à la circonscription ecclésiastique de Cappadoce I ; il conteste aussi le fait que Therma ait eu rang de cité250. Bref, Arnold Jones dénie au Synekdèmos toute signification dans la géographie civile des provinces de Cappadoce.

  • 251 Sur la signification du préambule de la novelle XXX, voir Roueché, Provincial Governors and their (...)
  • 252 La nouvelle province d’Arménie I comprend deux cités de la province du Pont Polémoniaque et trois (...)

47Si la novelle XXX de Justinien ne cite que Césarée, elle ne prouve pas l’existence d’une unique cité dans la province de Cappadoce I. D’un côté, le préambule de la novelle n’évoque pas la seule province de Cappadoce I mais l’ensemble de la région soumise, sous le nom de Cappadoce, à la juridiction des Romains. De l’autre, en mentionnant la cité de Césarée, il souhaite avant tout rappeler le caractère impérial du toponyme et invoquer, à l’appui de son éloge de la région, la grandeur romaine, justifiant préalablement la création d’une province proconsulaire251. L’unique mention de Césarée, dans la novelle XXX, peut donc cacher l’existence d’autres cités en Cappadoce. Par ailleurs d’autres novelles de Justinien légifèrent sur l’administration provinciale et omettent pareillement de mentionner les cités placées dans la juridiction de la province concernée, ainsi les novelles XXIV (De praetore Pisidiae), XXV (De praetore Lycaoniae), XXVI (De praetore Thraciae) et XXVII (De comite Isauriae), et ce contrairement aux novelles XXVIII (De moderatore Helenoponti), XXIX (De praetore Paphlagoniae) et XXXI (De dispositione quattuor administrationum Armeniae). Cette lacune signifie que les provinces de Cappadoce ne font alors l’objet d’aucun remaniement de frontières, à l’inverse des provinces d’Arménie, et qu’elles conservent sous leur autorité les mêmes territoires252.

  • 253 L’identité des toponymes est attestée ultérieurement dans les listes épiscopales des xiie et des x (...)
  • 254 Sur Kybistra, voir E. Dalleggio, Aux confins de la Cappadoce. Cybistra-Héraclée, Mélanges Octave e (...)
  • 255 Cicéron, Correspondance, t. IV, éd. et tr. fr. L.-A. Constans et J. Bayet, Paris 1962 (CUF), Ep. 2 (...)
  • 256 Patrum Nicaenorum nomina, p. 24-25, p. 65, p. 105, p. 129, p. 199 ; ACO, II 1 ii, p. 8, n° 202 ; N (...)
  • 257 Références données dans TIB 2, « Herakleia », p. 188-189.

48Bien que le Synekdèmos et les notices épiscopales emploient les mêmes toponymes, dans les cas particulièrement de Kybistra et de Nazianze, qui sont nommés par ailleurs Hérakleia253 et Diocésarée, le traité de Hiéroklès n’a été pas influencé par les listes ecclésiastiques, comme le suggère Arnold Jones : cela supposerait que certaines appellations aient été caractéristiques des sources ecclésiastiques, d’autres des textes civils ou profanes. Contrairement à ce que laissent entendre Friedrich Hild et Marcell Restle, il est impossible de faire de l’un ou l’autre toponyme la forme privilégiée de l’une ou l’autre organisation, puisque les termes sont employés à des époques différentes. Le nom de Kybistra est le plus anciennement attesté254 : la ville est ainsi désignée par Cicéron et Strabon255, elle apparaît encore sous cette appellation dans les actes des conciles de Nicée et de Chalcédoine ainsi que dans les listes épiscopales256. Le toponyme d’Hérakleia est connu à des dates ultérieures, au début du viiie siècle, chez les chroniqueurs byzantins et dans les sources arabes257. Ces attestations n’étant pas contemporaines, il est peut-être hasardeux d’étendre aux ive-vie siècles la conclusion de Friedrich Hild et Marcell Restle qui fait de Kybistra un toponyme ecclésiastique et d’Héraclée la forme priviligiée par les chroniqueurs.

  • 258 En faveur de l’identification, Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 182 ; Gallay, (...)
  • 259 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 135 : Tυтθòν µὲν πтoλίєθρoν ; Querela de suis calamitatibus, Car (...)
  • 260 Ptolémée, Geographia, V 6, 13 (Diocésarée) ; W. Ruge, RE 16, col. 2099-2101 d’après Grégoire, Rapp (...)
  • 261 ACO IV 1, p. 100, n° 48-49.
  • 262 Grégoire de Nazianze, Ep. 141, 8 ; Ep. 57 ; Or. XVIII 39, PG 35, col. 1037.
  • 263 En mettant sur le même plan Constantinople et Diocésarée, l’Ep. 141, 8 sous-entend que Diocésarée (...)
  • 264 Basile, Ep. 98, 1 ; Grégoire de Nazianze, Carmina II 2, 1, PG 37, col. 1477, v. 363-368.
  • 265 On peut encore considérer le témoignage de J. Szymusiak, Les sites de Nazianze et de Karbala, Epek (...)
  • 266 Sur Diocésarée, voir Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 134, 135 ; Querela de suis calamitatibus, C (...)
  • 267 Gallay, Grégoire de Nazianze, p. 13-16. Contra, W. Ruge, Nazianzos, RE 16, col. 2099-2101, qui ref (...)
  • 268 Itinerarium Burdigalense 577, 2 ; Itinerarium Antonini 144, 5.
  • 269 CTh XIII 11, 2 (27 mars 386) = CJ XI 48, 10. En raison de leur emploi simultané dans la correspond (...)
  • 270 Philostorge, HE VIII 11 a. Stoffel, Über die Staatspost, p. 18, observe que les mansiones sont sit (...)

49L’usage du terme de Nazianze dans le Synekdèmos, de Diocésarée dans des textes plus anciens indique et sanctionne pareille mutation dans la dénomination des lieux-dits : Diocésarée et Nazianze désignent une seule et même cité258, de médiocre importance (en dépit du nom impérial de Diocésarée)259, située, par le passé, en Garsauritide (identification étant faite de Nazianze avec Nantianulus/Anathiango/Nenizi)260. Grégoire désigne Diocésarée comme sa patrie, ainsi que celle de son oncle Amphiloque. Euphrantas de Tyane et Théodose de Justinianopolis/Môkissos affirment, au concile de 553, que Grégoire est originaire de Nazianze, plus précisément du bien-fonds d’Arianzos, lui-même inclus dans la juridiction de Nazianze261. Grégoire affirme et pour Diocé sarée et pour Nazianze que son père et lui y ont fait construire une église262. On peut encore considérer qu’il s’agit dans un cas de leur patrie, dans l’autre de leur siège épiscopal263. Pourtant, tandis que Basile qualifie Hellénios de « répartiteur des impôts à Nazianze », Diocésarée implore la clémence fiscale d’Hellénios dans une prosopopée rédigée par Grégoire264. Seule la dualité de l’appellation, qui n’est attestée qu’au long du ive siècle, fonde donc l’altérité des deux lieux-dits265. S’il emploie les deux toponymes, Grégoire évoque Diocésarée dans ses œuvres poétiques et dans une lettre adressée au gouverneur Olympios, Nazianze dans le reste de sa correspondance266, ayant probablement fait un usage littéraire des deux toponymes, poétique et administratif dans un cas, prosaïque et générique dans l’autre267. Le témoignage de Basile sur Hellénios montre l’archaïsme de la dénomination de Grégoire. Les plus anciennes mentions de Nazianze ne sont pas antérieures au ive siècle : le lieu-dit constitue l’une des étapes de la route des pèlerins268. En revanche Diocésarée est nommée pour la dernière fois dans une loi du Code théodosien269. Elle est absente de l’énumération des villes de Cappadoce faite dans le Synekdèmos. Il n’est donc pas exclu que le nom, à l’origine ecclésiastique, de Nazianze ait supplanté l’appellation ancienne et administrative de Diocésarée dès la fin du ive siècle, en raison peut-être de la célébrité de son évêque, voire que le site de Nazianze ait détourné à son profit le statut de Diocésarée. Nazianze est en effet qualifiée d’étape par le Cappadocien Philostorge, et non de cité, tandis que Diocésarée est absente des itinéraires270.

  • 271 Voir p. 265, n. 112. ACO II 5, Ep. 39, p. 79 ; Notitiae episcopatuum, Notitia 1, 410.
  • 272 C’est une lacune que l’on retrouve dans le De thematibus.
  • 273 L’argument est en fait peu probant dans la mesure où il ne semble pas y avoir eu de hiérarchie des (...)

50L’emploi de dénominations identiques ne peut fonder l’hypothèse, dans le cas de la Cappadoce du moins, d’une contamination du Synekdèmos par les listes conciliaires, d’autant qu’ils divergent par deux fois au moins. En Cappadoce I, Podandos, cité par Hiéroklès, n’est mentionné dans aucune liste ecclésiastique connue, qu’il s’agisse de listes conciliaires ou de notices épiscopales ; en Cappadoce II, à l’inverse, l’évêché de Kolôneia, cité au concile de Chalcédoine, attesté en 457/458 et jusqu’au viie siècle au moins271, est omis dans le Synekdèmos272. Les sources ne sont donc identiques ni sur le fond ni dans la forme : le Synekdèmos et les listes épiscopales énumèrent les villes selon des principes différents qui semblent irréductibles273. Ces divergences retiennent d’assimiler le premier aux secondes ; elles garantissent que le Synekdèmos rend compte, ou, au minimum, tente de rendre compte de la géographie civile de la Cappadoce, au début du vie siècle.

  • 274 Voir chapitre V, p. 285 et n. 234.
  • 275 ACO III 5, n° 4, p. 27 ; n° 40, p. 115 ; n° 52, p. 126 ; n° 73, p. 154 ; n° 86, p. 160 ; n° 87, p. (...)
  • 276 Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 189, §73.
  • 277 Sur le sens de ces importations de statues à Constantinople, voir Dagron, Constantinople imaginair (...)

51L’ensemble des agglomérations, sauf Môkissos, sont attestées de la deuxième moitié du ive siècle au viie siècle, voire dès l’époque de Strabon. Celle de Môkissos, en revanche, n’est pas mentionnée avant le début du vie siècle, à une exception près274 : elle est citée, dans ces décennies, par les rédacteurs des actes du concile de 536, Procope et Étienne de Byzance275. Les premiers se réfèrent à ce même concile, le deuxième au règne de Justinien tandis que le troisième ne date pas son information. Suivant le témoignage ultérieur des Patria, les statues élevées par Constantin Ier sur l’hippodrome de Constantinople proviendraient entre autres de Môkissos276. Le récit est en fait anachronique. Loin de préciser l’époque de la première attestation de Môkissos dans l’antiquité tardive, il est lui-même daté par la mention qu’il fait simultanément de Césarée, Môkissos et Tyane : évoquant les trois métropoles ecclésiastiques des provinces de Cappadoce, il ne peut être antérieur au règne de Justinien277. Hiéroklès désigne la cité sous le nom de Môkissos et non de Justinianopolis, appellation que lui donne Justinien une fois la ville fortifiée, restaurée et élevée au rang de métropole ecclésiastique. Peut-on en conclure que son tableau de la géographie civile de la Cappadoce est antérieur à la rénovation justinienne de la ville ? Ernest Honigmann a montré que le Synekdèmos ne rend pas compte de plusieurs des réformes provinciales engagées par Justinien, entre autres la création des provinces de Théodoriade et de Grande Arménie. La dernière place et le terme de regio assignés par Hiéroklès à Môkissos dans son énumération des cités de Cappadoce II témoignent encore de la date à laquelle le Synekdèmos a été rédigé au plus tard, soit le premier quart du vie siècle.

52Au tableau très succinct de la géographie des provinces de Cappadoce à la fin du ive siècle succède une description plus précise au début du vie siècle. Du fait de la continuité et de la cohérence entre l’un et l’autre, de la concordance générale entre les sources ecclésiastiques et le Synekdèmos, de l’absence de toute mention de remaniement territorial, il est possible d’assigner à l’une ou l’autre province plusieurs cités, villes ou lieux-dits : en Cappadoce I, Césarée, Nysse, Podandos, Therma ; en Cappadoce II, Tyane, Borissos, Doara, Faustinopolis, Kolôneia, Kybistra, Limnai, Môkissos, Nazianze, Parnassos, Sasima. Autant de lieux qui, partiellement localisés, dessinent une géographie approximative des deux provinces civiles.

Force et faiblesse des frontières provinciales en Cappadoce

Stratégies, cités et domaines impériaux

  • 278 Basile, Ep. 110. Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 58. Pitarakis, Mines anatoliennes, carte p. 184, (...)

53Quel est le principe d’organisation de la géographie de ces provinces ? La limite entre les provinces de Cappadoce I et de Cappadoce II est-elle en tout point artificielle ou épouse-t-elle les contours de frontières géographiques ou historiques ? Les deux provinces scindent la Cappadoce en deux triangles selon une diagonale nord-ouest/sud-est. Elles ne recouvrent aucune unité physique, sauf le bassin de l’Halys, tout entier situé en Cappadoce I. Il est donc fort peu probable que la géographie du paysage ait commandé la répartition des terres en l’une ou l’autre province, à une exception près : chacune des provinces confine aux Portes ciliciennes et à la Cilicie, par Podandos dans le cas de la Cappadoce I, par Faustinopolis dans le cas de la Cappadoce II, une région dont le minerai de fer a donné lieu à une exploitation ancienne et a pu alimenter la fabrique d’armes de Césarée278. Les deux provinces conservent en outre une frontière avec la Galatie. L’enjeu est-il de garder un accès à la grande route transanatolienne ou de continuer à bénéficier d’un terroir hétérogène pour faire face aux exigences fiscales ?

  • 279 Les stratégies cappadociennes sont également attestées par des inscriptions : une inscription de K (...)
  • 280 French, Th e Definition of Territories : Cappadocia, p. 49.

54Ces nouvelles frontières suivent-elles des délimitations plus anciennes ? Celles des territoires des cités antérieurement connues, voire des stratégies mentionnées par Strabon et Ptolémée279 ? On ne peut confirmer l’hypothèse de David French selon laquelle les frontières des provinces romaines respectaient l’intégrité des territoires des cités en Cappadoce, faute de connaître les frontières des cités et des provinces280. Les cités ne peuvent, dans tous les cas, expliquer seules la distribution du territoire dans chaque province : parce qu’elles ne recouvraient pas l’ensemble du territoire cappadocien, elles n’ont pas suffi à définir les provinces. Aussi le territoire cappadocien était-il divisé, à l’époque hellénistique, en plusieurs stratégies, lesquelles n’ont pas totalement disparu pendant l’Empire.

  • 281 Sur l’identification Kolôneia/Archelaïs/Garsaura : Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VI iii 8 ; (...)
  • 282 Ptolémée, Geographia, V 6, 22, mentionne en outre, dans la stratégie de Cataonie, Kybistra, Podand (...)
  • 283 Voir Strabon, Géographie, XII 2, 5. Il est difficile d’accepter l’identification parfois proposée (...)
  • 284 Grégoire de Nazianze, Ep. 246-248. Les lettres, après avoir été attribuées à Basile, ont été imput (...)

55Cités ou bourgades qui furent évoquées par Strabon ou Ptolémée et qui sont encore attestées au ive siècle dans les provinces de Cappadoce, Césarée appartient ou appartenait à la stratégie de Cilicie, Tyane à celle de Tyanitide, Ouènasa et Nysse à celle de Morimène, Kolôneia, alors appelée Garsaura ou Archelaïs281, et Diocésarée à celle de Garsauritide282. À l’époque protobyzan tine, Kolôneia et Diocésarée/Nazianze relèvent encore d’une seule et même unité administrative. Incluses dans la province de Cappadoce II, elles dépendent toutes deux, à l’intérieur même de la province, de la juridiction ecclésiastique de Môkissos à partir du règne de Justinien, conséquence de leur proximité géographique, ou encore vestige du ressort de l’ancienne stratégie. En revanche Nysse et Ouènasa ont cessé, semble-t-il, de relever d’un seul et même district, du moins ecclésiastique283. Tandis que la première cité appartient à la province de Cappadoce I, la seconde n’est pas localisée dans l’une ou l’autre des provinces. On sait néanmoins que le diacre de son église, Glykérios, a été ordonné par Grégoire de Nazianze et qu’il continue de relever de son autorité, dont il brave les semonces284. Il ressort que l’Église de Ouènasa, située par le passé en Morimène, dépend de l’évêque de Nazianze, elle-même incluse dans la stratégie de Garsauritide. Au ive siècle, la hiérarchie ecclésiastique contredit donc la géographie des stratégies, à moins de considérer que l’ordination de Glykérios est antérieure à la création du siège épiscopal de Nysse et qu’en conséquence la Morimène, ne disposant d’aucun évêque propre, a dû faire appel au plus proche – une situation qui, dans ce cas, a cessé dès la nomination de Grégoire comme évêque de Nysse.

  • 285 Strabon, Géographie, XII 1, 2. Voir Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 178.
  • 286 En Thrace, les stratégies sont conservées jusqu’à Trajan. Leur abolition est suivie et compensée p (...)
  • 287 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VI iii 9 (qui n’utilise pas le terme de stratégie). Ptolémée, (...)
  • 288 Eusèbe de Césarée, HE VIII vi 8. Il s’agit de la tentative d’usurpation du tribun Eugène à Séleuci (...)
  • 289 Eusèbe écrit ainsi : « […] dans le pays appelé Mélitène (καтἀ тῆν Mєλιтηνὴν oὕтω καλoυµένην χώραν) (...)
  • 290 C’est ainsi que traduit G. Bardy, dans Eusèbe de Césarée, HE VIII vi 8.
  • 291 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 178, fait remarquer que seules deux stratégie (...)
  • 292 Basile, Ep. 83.
  • 293 Strabon, Géographie, XII 2, 10.
  • 294 Constantin VII, De thematibus, II, p. 64.
  • 295 Strabon, Géographie, XII 1, 2 et 2, 2-6 ; Ptolémée, Geographia, V 6, 22.

56En dépit des réserves que suscitent les cas de Nysse et de Ouènasa, on n’exclut pas que l’intégrité des stratégies antiques ait été respectée à l’époque impériale et que leurs frontières aient pu modeler les limites des provinces romaines, d’autant que, des onze stratégies décrites et nommées par Strabon, toutes n’ont pas disparu pendant l’antiquité tardive. Au nombre de dix puis de onze, au ier siècle avant notre ère285, elles survécurent à la disparition du royaume de Cappadoce et à la formation des provinces286. Elles sont en effet mentionnées, partiellement ou en totalité, par Pline l’Ancien et Ptolémée dans les décennies qui suivirent287, et sont localisées très approximativement, en accord ou en contradiction avec le témoignage de Strabon. Trois d’entre elles sont évoquées ultérieurement : la Mélitène, la Chamanène et la Cataonie. Eusèbe de Césarée raconte comment une tentative de révolte, en Mélitène et en Syrie, fut à l’origine du second édit de persécution de Dioclétien288. Il emploie le terme de Mélitène pour qualifier non la cité homonyme mais la région de même nom289. Il n’est pas besoin en effet de modifier la traduction littérale du texte grec et de comprendre, en lieu et place de la Mélitène, le pays « dont Mélitène était la capitale290 ». De même que Strabon, il fait appel à ce toponyme pour nommer une chôra donnée291. Basile, dans une lettre rédigée en 372, recommande à un kensitor l’une de ses propriétés, qu’il détient aux environs de Chamanène292. La famille de l’évêque de Césarée est précisément connue pour avoir possédé des biens tant en Cappadoce que dans le Pont, deux régions en frontière desquelles la Chamanène est très approximativement située par Strabon293. Constantin VII, dans sa description du thème des Arméniaques, rappelle l’ancienne partition de la Cappadoce en trois régions, la Cataonie, la Cappadoce taurique et la Mésogée294. En conformité avec la terminologie transmise par Strabon et Ptolémée, la Cataonie recouvre la région centrée sur la ville de Komana, avant-pays de la Mélitène précédemment évoquée295. Pourtant l’emploi par Constantin VII de ce toponyme antique ne suffit pas à prouver la perpétuation de son usage à l’époque byzantine. Seule la correspondance de Basile atteste donc la continuité, après la réforme tétrarchique, de l’une au moins des stratégies hellénistiques.

  • 296 Voir M. Sartre, L’Orient romain, Paris 1991, p. 262.
  • 297 J. et J. C. Balty, L’Apamène antique et les limites de la Syria Secunda, La géographie administrat (...)

57Si la répartition des cités, bourgades et territoires entre la Cappadoce I et la Cappadoce II s’est conformée à ces antiques divisions du royaume cappadocien, la Garsauritide et la Tyanitide furent regroupées dans la province de Tyane, la Cilicie, la Chamamène, la Morimène et, peut-être, la Saravène dans celle de Césarée. Il est d’autant moins absurde de supposer la permanence de ces frontières hellénistiques que les stratégies ont, à l’époque hellénistique et aux premiers temps de la domination romaine, compensé la faiblesse de l’urbanisation de la région296. La distribution des deux provinces de Cappadoce dans l’espace régional a peut-être été marquée par cet aménagement spécifique du territoire297.

  • 298 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 186-190. Reprise de cette interprétation par (...)
  • 299 Voir chapitre III, p. 147-148.

58Constatant la différence d’urbanisation entre les deux provinces, Arnold Jones a considéré que la mise en place des provinces de Cappadoce, sous Valens et Théodose Ier, opérait une distinction entre les cités d’une part, les domaines impériaux d’autre part ; il en conclut que Césarée et l’ensemble des propriétés impériales furent réunis en Cappadoce I, la totalité des autres cités en Cappadoce II298, contre le témoignage de Hiéroklès qui localise la cité de Nysse en Cappadoce I et les regiones de Doara et de Môkissos en Cappadoce II. Or la répartition des propriétés impériales, qui ne sont pas attestées exclusivement en Cappadoce I299, empêche de faire de la Cappadoce II une région entièrement organisée en cités, pas plus qu’elle n’exclut l’existence, en Cappadoce I, de plusieurs cités (d’autant que la division de la province de Cappadoce entraîna la création de cités en Cappadoce I, comme en Cappadoce II). Il paraît plus probable que la différence d’urbanisation entre les deux provinces soit un simple héritage des siècles antérieurs, conservé à l’époque protobyzantine. En comprendre les raisons impose de remonter à l’époque hellénistique. Il suffit peut-être de remarquer que les cités cappadociennes sont apparues le long, ou à proximité, de la principale traversée de l’Asie Mineure qui contournait le Hasan Dağı en deux itinéraires.

Validité et pérennité des provinces de Cappadoce

  • 300 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 433, n. 23. Sur la multiplication des diverge (...)
  • 301 Voir chapitres II et III.

59Quoique les frontières provinciales ne soient que partiellement connues et justifiées, quoiqu’elles aient été contestées dans un premier temps par les contemporains eux-mêmes, elles acquirent très vite leur pleine validité, ce dont témoigne la concordance entre géographie civile et géographie ecclésiastique des provinces de Cappadoce jusqu’au règne de Justinien. Non seulement la division de la province de Cappadoce ordonnée sous Valens et Théodose Ier fut prise en compte par l’Église de Cappadoce, mais encore les frontières civiles réussirent à s’imposer à l’organisation ecclésiastique. Il semble en conséquence que le cadre provincial soit devenu effectif et intangible au point de ne pas être bouleversé par la création d’une nouvelle métropole ecclésiastique en Cappadoce II sous Justinien. Môkissos/Justinianopolis ainsi que les évêchés placés sous sa juridiction continuent d’appartenir à la province civile de Cappadoce II selon la terminologie explicite des actes des conciles de 536 et de 553 d’une part, des Notitiae episcopatuum d’autre part. Il n’y a eu, à aucun moment, création d’une troisième province civile de Cappadoce300. La réforme de l’administration provinciale, promulguée par Justinien en 535 et 536, respecta encore la dualité des provinces de Cappadoce alors même qu’en d’autres régions elle redéfinit momentanément la géographie des provinces et restaura l’unité, dans le diocèse du Pont, de la Paphlagonie et de l’Honoriade, de l’Hélénopont et du Pont Polémoniaque. Justinien se contenta, en Cappadoce, d’octroyer une autorité supraprovinciale au gouverneur de Cappadoce I, dans l’ensemble du Pont pour la gestion des maisons divines, sur les deux Cappadoces pour la juridiction d’appel301.

  • 302 Isidore de Péluse, I Ep. 281 (la Cappadoce comme nation), I Ep. 158 (les Cappadoces, sans autre pr (...)
  • 303 Chronicon Paschale, 478, p. 602 ; Malalas, Chronographia, XIII 40, XV 5, XVI 17, XVIII 126 ; Marce (...)
  • 304 Philostorge, HE, sauf en IX 9. Socrate, HE. Sozomène, HE. Théodoret de Cyr, HE. Théodore le Lecteu (...)
  • 305 La Passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, 11. Sur la restitution de la date, (...)
  • 306 Socrate, HE II 42, 6 : καππαδoκίας ou µακєδoνίας.
  • 307 Cyrille de Scythopolis, Vie de Th éognios, p. 241.
  • 308 Évagre, HE V 19 ; Jean d’Éphèse, HE III 47, V 22. Faut-il imputer cette localisation au fait qu’Év (...)

60La Cappadoce, tout au long de l’histoire du Haut et du Bas-Empire, n’a cessé de désigner une (ou des) province(s) romaine(s) qui a (ou ont) survécu aux différents remaniements territoriaux. La réussite des provinces de Cappadoce n’a-t-elle été qu’institutionnelle ? La Cappadoce I et la Cappadoce II n’ont-elles constitué des espaces de référence que dans l’administration de l’Empire ? En raison de l’usage privilégié du singulier, sans autre précision, pour nommer la Cappadoce, il ne semble pas que la quasi-totalité des épistoliers302, des chroniqueurs303 et des historiens ecclésiastiques304 de l’antiquité tardive ait la province administrative pour objet de leur discours, sans pour autant nier sa réalité. Les cités dites cappadociennes sont effectivement situées dans les provinces de Cappadoce, sauf Sébastopolis dans la Passion d’Athénogène de Pédachthoé qui est indirectement localisée en Cappadoce par l’hagiographe – il est vrai que le martyre du saint est supposé avoir lieu sous les règnes de Dioclétien et de Maximien305. Inversement aucune ville de Cappadoce I ou de Cappadoce II n’est localisée en une autre province de l’Empire. Ainsi n’y a-t-il pas de confusion entre les sites des provinces de Cappadoce et d’Arménie, à trois exceptions près. Socrate situe Satala en Cappadoce mais la leçon est incertaine306. Cyrille de Scythopolis, dans la Vie de Théognios, localise Ariaratheia en Cappadoce307. Une approximation qu’explique peut-être l’origine cappadocienne des compagnons de Théognios en Palestine, au premier rang desquels Théodose. Enfin Évagre et Jean d’Éphèse affirment que l’empereur Maurice est originaire d’Arabissos de Cappadoce308.

  • 309 Théodoret de Cyr, HE II 5, 2.
  • 310 Théodoret de Cyr, HE I 4, 59 ; II 5, 4 ; II 8, 1 ; II 14, 4 ; IV 3, 8 ; IV 30, 1. Id., Histoire de (...)
  • 311 Palladios, Dialogue sur la vie de Jean Chrysostome, XX 173-179. Les homélies festales d’Hésychios (...)
  • 312 Malalas, Chronographia, XVI 17 : ἔκтσєν δὲ καὶ тєίχη тα тαĩς µєγάλαις κώµαις Kαππαδoκίας καί ἠσφαλ (...)
  • 313 Philostorge, HE IX 9.
  • 314 Id., HE VI 3 ; X 6.

61Aussi, dans la quasi-absence de toute contradiction, y a-t-il une reconnaissance implicite de la géographie administrative de la région que la généralité du discours voile mais ne nie pas, entre rejet a silentio et acceptation tacite de la réforme provinciale, promue au long du ive siècle. Seul Théodoret de Cyr y fait explicitement référence, dans la conscience avouée des bouleversements induits. En rappelant que Koukousos d’Arménie II a été cappadocien, il oppose passé et présent sans légitimer l’un plus que l’autre309. Dans le reste de son œuvre, il fait usage tantôt du singulier pour désigner la Cappadoce avant sa division en deux provinces homonymes, tantôt du pluriel pour évoquer l’histoire présente310. La géographie administrative est prise en compte dans le respect de l’unité de la région cappadocienne – c’est une limite évidente à l’acceptation de la première. Les provinces de Cappadoce I et de Cappadoce II ne sont pratiquement jamais nommées, hors les textes juridiques et ecclésiastiques. Dans la continuité de ces derniers, Palladios mentionne, entre autres amis des partisans de Jean Chrysostome, deux évêques de Cappadoce Seconde, Théodore de Tyane et Bosporios de Kolôneia ; l’auteur de l’une des deux Passions de Longin localise en Cappadoce Seconde le village d’Andralès dont le martyr aurait été originaire ; Sévère précise le ressort ecclésiastique des évêques qui acceptent ou refusent sa communion, opposant, comme Palladios, la Cappadoce I à la Cappadoce II311. Par référence peut-être à une loi d’Anastase, Malalas mentionne les mesures de sécurité prises par l’empereur en faveur des deux Cappadoces312. Seules les administrations civiles et ecclésiastiques semblent donc reconnaître la division de la Cappadoce en deux provinces homonymes. À l’image des auteurs étrangers à la région, le Cappadocien Philostorge évoque au singulier et de manière générique la Cappadoce, à une exception près : dans une brève histoire des sympathies eunomiennes de sa famille, il mentionne le lieu de résidence de son grand-père, Borissos, et indique qu’il s’agit là d’un village de Cappadoce Seconde313. Une information unique, qu’il s’abstient de donner dans le cas d’Eunomios, son congénère. De celui-ci, il se contente de dire qu’il a pour patrie la Cappadoce et de nommer ses biens-fonds sans les situer, faute de connaître leur emplacement314.

  • 315 Vie d’Olympias, V.
  • 316 Honigmann, Heraclidas of Nyssa, p. 104-122.

62Il semble en conséquence que la structuration de la Cappadoce en deux provinces est omise par défaut. Pour cette raison peut-être la Vie d’Olympias livre la sixième mention connue de Cappadoce I ou Cappadoce II. Elle indique en effet que les propriétés cédées par Olympias à la Grande Église sont entre autres localisées en Cappadoce I315. Par ailleurs elle mentionne, avant la Cappadoce I, la Galatie sans autres précisions, soit que son auteur ait méconnu la création de la province de Galatie Salutaire, soit qu’il ait ignoré la localisation exacte des propriétés d’Olympias en Galatie. On peut donc supposer avec Ernest Honigmann qu’il s’agit d’un Cappadocien, peut-être Héraklidas, évêque de Nysse316.

63À l’issue de cet examen, il semble qu’il faille nuancer le constat initial : le silence des sources est moins une négation de la géographie provinciale de la région que la conséquence d’une méconnaissance de celle-ci et le fruit d’une simplification. Il rend compte d’une conciliation entre l’unité de la Cappadoce, inscrite dans l’histoire d’un génos, et les aménagements administratifs du ive siècle. L’appartenance à l’une ou l’autre des deux provinces ne fonde exclusivement ni ne met en cause l’identité cappadocienne.

64Pourtant la Cappadoce est désormais indissociable de sa réalité institutionnelle, comme si elle n’avait fini par désigner que les deux provinces de Cappadoce I et II. La fixité du cadre provincial, de Théodose Ier au viie siècle, alors que la géographie d’autres provinces de l’Empire fut modifiée, sous Justinien notamment, la correspondance des provinces civiles et ecclésiastiques, l’homonymie des deux provinces, la pérennité des frontières septentrionale, occidentale et méridionale de la Cappadoce, la préservation de la cohérence spatiale de plusieurs entités, comme les stratégies, favorisèrent la mise en place d’une nouvelle définition géographique qui, apparue au ive siècle, réussit à s’imposer dans les siècles suivants, en dépit des difficultés mêmes du gouvernement provincial. Tandis que la réforme des provinces, promue par les Tétrarques, par Valens et par Théodose Ier, eut pour finalité d’améliorer le contrôle fiscal de la région, elle aboutit du moins à ce que la Cappadoce fût partie prenante de l’administration de l’Empire en créant un espace institutionnel qui fût reconnu, en lui donnant une signification renouvelée, dont la réussite est attestée par la validité de ses frontières chez les Pères cappadociens comme chez leurs contemporains.

Notes

1 Dans Constantine and Eusebius, p. 245, p. 254, T. D. Barnes parle de « nouvelle monarchie » conformément à la comparaison qu’Eusèbe de Césarée tissa entre l’Empire christianisé de Constantin et le royaume de Dieu. L’expression de « Nouvel Empire » a été reprise et justifiée par J.-M. Carrié dans Carrié et Rousselle, Empire romain en mutation, p. 145-215.

2 Sur la continuation des réformes de Dioclétien par Constantin, voir Barnes, Constantine and Eusebius, p. 256-258. Sur l’ensemble des réformes de la Tétrarchie et de Constantin, voir Carrié et Rousselle, Empire romain en mutation, p. 145-215, particulièrement p. 184-190 (« Les réformes administratives »).

3 A. Chastagnol, L’évolution politique du règne de Dioclétien (284-305), An Tard 2, 1994, p. 28 : « […] renforcement de l’absolutisme affirmé maintenant au grand jour et […] centralisation sur le plan de la prise des décisions » ; « On ne saurait trop insister sur le rôle de la bureaucratisation dans tout cet appareil d’État, car, en dehors des bureaux centraux proches des empereurs, on étoffa également et on réorganisa les bureaux des vicaires et surtout des gouverneurs pour assurer une meilleure efficacité. »

4 Sartre, L’Asie Mineure et l’Anatolie, p. 190-191.

5 Ulpien, De officio praetoris tutelaris, Digeste, éd. T. Mommsen et P. Krüger, Corpus Iuris Civilis, I, Berlin 1908, 1954, XXVII 1, 6, 13 et 14. Magistrature mentionnée dans Acta S. Carterii Cappadocis, p. 18 : une femme nommée Libyè, du génos des Anikiôroi, et baptisée par le martyr dont elle recueille le corps, a revêtu cette fonction. Le koinon de Cappadoce est attesté par trois inscriptions au moins, des environs de 25 ap. J.-C. aux iie/iiie siècles : IGR IV 1645 ; L. Moretti, Iscrizioni agonistiche greche, Rome 1953 (Studi pubblicati dall’ Istituto italiano per la storia antica 12), 62 et 69. Créé à la suite de l’annexion de la Cappadoce, il était localisé à Césarée. Voir J. Deininger, Die Provinziallandtage der römischen Kaiserzeit von Augustus bis zum Ende des dritten Jahrhunderts n. Chr., Munich, Berlin 1965 (Vestigia 6), p. 82.

6 Le Haut-Empire n’a pas tenté, semble-t-il, d’anéantir la référence régionale, au contraire.

7 En désignant la province de Cappadoce, qui est attestée dans le Laterculus Veronensis en 314, comme une « province tétrarchique », nous suggérons seulement qu’elle a été définie à l’occasion ou à la suite de la réforme provinciale engagée par Dioclétien et ses successeurs.

8 Laterculus Veronensis, II 2-8. Sur la date de création des diocèses, voir Carrié et Rousselle, Empire romain en mutation, p. 185-186, qui réitère la date communément admise dans l’historiographie, celle de 297 ; Zuckerman, Sur la Liste de Vérone, p. 620-628, qui révise celle-ci pour imputer la création des diocèses à Constantin et à Licinius, à la date de 313-314.

9 Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 111, souligne, en conclusion de son ouvrage, l’importance des modifications territoriales et administratives subies par les provinces romaines d’Anatolie tout au long du Haut-Empire, mobilité qui contraste avec la fixité du cadre administratif des provinces voisines d’Asie et de Syrie.

10 Sa fondation remonte à 255 av. J.-C. Voir Sartre, L’Asie Mineure et l’Anatolie, p. 38.

11 En 8 av. J.-C., Archélaos, roi de Cappadoce, adjoignit au royaume le territoire du Pont, après avoir épousé la veuve de Polémon, souverain du Pont. Il avait en outre obtenu la Cilicie Trachée, la Lycaonie et l’Arménie Mineure en 20 av. J.-C. Le royaume de Cappadoce s’étendait alors de la Mer noire au golfe d’Issos et recouvrait le Pont, l’Arménie Mineure, la Cappadoce à proprement parler et une grande partie de la Cilicie. Voir R. D. Sullivan, The Dynasty of Cappadocia, ANRW II 7, 2, p. 1155-1159.

12 Le Pont et la Cilicie Trachée furent attribués respectivement à Pythodôris et Archélaos II. Voir Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 32. Sur l’annexion du royaume de Cappadoce, Tacite, Annales, II 42, éd. et tr. fr. P. Wuilleumier, t. I, Paris 1974, (CUF) et Dion Cassius, Histoire romaine, 57, 17, 7, tr. fr. J. Auberger, Paris 1995 (La Roue à livres 20). Il semble néanmoins que la province de Cappadoce ait été formée non à la mort d’Archélaos en 17 mais à l’occasion de l’expédition de Germanicus en Orient en 18. Voir Magie, Roman Rule in Asia Minor, t. 2, p. 1349 et M. Pani, Roma e i re d’Oriente da Augusto a Tiberio (Cappadocia, Armenia, Media Atropatene), Bari 1972, p. 222.

13 Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 39-40.

14 Voir, par exemple, Mitchell, Anatolia, t. II, p. 151.

15 Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 65-73, fait de la division de la province Cappadoce-Galatie un préalable à l’annexion de l’Arménie. Mitford, Cappadocia and Armenia Minor, p. 1195, se contente de lier la division de la province et la campagne arménienne de Trajan. Exposé des données et discussions dans Mitchell, Anatolia, t. II, p. 155.

16 Elle engloba même sous le règne de Trajan l’Arménie Majeure, jusqu’à l’abandon de celle-ci par Hadrien et jusqu’au retour de la frontière de l’Empire sur l’Euphrate.

17 R. K. Sherk, The Legates of Galatia from Augustus to Diocletian, Baltimore 1951, p. 61-62.

18 Sur l’édification du limes en Cappadoce orientale, voir Mitford, Cappadocia and Armenia Minor. En même temps que la province fut remaniée, elle fut dotée de deux légions sur sa frontière orientale : la première, la XII Fulminata, stationna à partir de 70 à Mélitène, la deuxième, la XVI Flavia Firma, fut installée, en 75, à Satala. Elle bénéficia, à des fins également défensives, de la construction de routes.

19 Il s’agit de Tavium et de sa chôra. M. Christol et X. Loriot, Aurelius Basileus, gouverneur de Cappadoce : problèmes de géographie administrative dans la première moitié du iiie siècle après Jésus-Christ, Cahiers du Centre Gustave-Glotz 4, 1993, p. 209-221.

20 Sous le règne de Dèce, elle fut momentanément associée à la Galatie au sein d’un unique commandement provincial. M. Christol et X. Loriot, Le Pontus et ses gouverneurs dans le second tiers du iiie siècle, Mémoires VII. Recherches épigraphiques : documents relatifs à l’histoire des institutions et de l’administration de l’Empire romain, éd. B. Rémy, Saint-Étienne 1986, p. 36-39.

21 X. Loriot, Le Pont au iiie siècle de notre ère, Bulletin de la société nationale des Antiquaires de France, 1976, p. 53-54.

22 Ibid., p. 56.

23 M. Christol et X. Loriot, Le Pontus et ses gouverneurs dans le second tiers du iiie siècle, p. 13-40 (cité n. 20).

24 X. Loriot, Le Pont au iiie siècle de notre ère, p. 60 (cité n. 21), met en parallèle le démembrement de la Cappadoce et la création du Pont avec des mesures analogues prises sous les Sévères comme la division de la Bretagne et celle de la Syrie, ou encore la séparation de la Cyrénaïque d’avec la Crète.

25 M. Christol et X. Loriot, Le Pontus et ses gouverneurs dans le second tiers du iiie siècle, p. 32 (cité n. 20). D. H. French, Milestones of Cappadocia, EA 5, 1985, p. 152-153, considère également que les cités d’Amasée, de Zèla et de Sébastopolis ainsi que leurs territoires ont été transférés, au plus tard dans le deuxième quart du iiie siècle, de la Cappadoce dans le Pont, tout en datant la création de la province du règne de Septime Sévère. L’extension territoriale de la nouvelle province est également discutée par Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 102.

26 Ibid., p. 102.

27 Thomasson, Laterculi praesidum, 272, 50.

28 Rémy, Évolution administrative de l’Anatolie, p. 108. De même, on ignore le destin de la Galatie après qu’il a été mis fin à la province de Galatie-Pont : ibid.

29 J. B. Bury, The Provincial List of Verona, JRS 13, 1923, p. 127-148 ; A. H. M. Jones, The Date and Value of the Verona List, JRS 44, 1954, p. 21-29 ; Id., The Later Roman Empire, t. I, p. 43 ; Barnes, New Empire, p. 203-205, qui a abandonné cette position dans Emperors, Panegyrics, Prefects, Provinces and Palaces (284-317), Journal of Roman Archaeology 9, 1996, p. 548-550. J.-M. Carrié, dans L’Empire romain en mutation, p. 186 : la Liste est désormais datable de la fin de 314.

30 Laterculus Veronensis, II 2-8. La Paphlagonie est, à la date de la rédaction du Laterculus Veronensis, divisée en deux. La TIB 9 ne prend pas en compte cette division qui est mentionnée, semble-t-il, par le seul Laterculus Veronensis, les souscriptions d’évêques au concile de Nicée ne faisant connaître qu’une seule éparchie de Paphlagonie.

31 Patrum Nicaenorum nomina, p. 24-33 (XII-XVIII), p. 48-51 (XXIX) ; p. 65-66 (XIII-XIX), p. 69 (XXX). Voir Honigmann, Liste originale des Pères de Nicée, p. 46-48. Présentation des listes épiscopales par C. Markschies, dans Patrum Nicaenorum nomina, p. 271-283.

32 Barnes, New Empire, p. 217.

33 X. Loriot, Le Pont au iiie siècle de notre ère (cité n. 21), p. 54. Outre le fait que les cités de Sinope, Amasée, Zèla et Komana pontique appartenaient assurément au Pont, X. Loriot invoque la mention, dans la novelle XXVIII de Justinien, d’une unique province, ancêtre des deux provinces d’Hélénopont/Diospont et du Pont Polémoniaque. Il contredit ainsi les points de vue de Jones, Th e Later Roman Empire, appendice III, t. II, p. 1458 et de Barnes, New Empire, p. 216 : de la division de la Cappadoce en trois pour le premier, en quatre pour le second, est issu, outre l’Arménie Mineure, le Pont Polémoniaque.

34 À titre d’exemple, la Carie, après avoir été incluse dans une province de Carie et de Phrygie, elle-même détachée, aux alentours de 250, de l’Asie proconsulaire, fut érigée en province séparée entre 301 et 305. Roueché, Aphrodisias, p. 1-21, suggère que la province de Carie et de Phrygie peut avoir été divisée à la même date que la Numidie, en 303.

35 Voir M. Christol et T. Drew-Bear, Antioche de Pisidie capitale provinciale et l’œuvre de M. Valerius Diogenes, AnTard 7, 1999, p. 39-40, n. 2 : « Contrairement aux points de vue récemment exprimés sur la relative précocité d’amples réformes administratives associant division des provinces, création des diocèses et organisation d’une production monétaire décentralisée […], nous estimons que la réforme administrative de l’Empire fut plus progressive dans le temps et qu’elle se développa surtout à partir du début du ive siècle, dans les dernières années du règne de Dioclétien, puis sous ses premiers successeurs. » Ils affirment un peu plus loin que l’essentiel de la réorganisation administrative eut lieu sous Galère, Maximin Daïa et Licinius, soit de 305 à 324.

36 W. Seston, Dioclétien et la Tétrarchie, t. I : Guerres et réformes (284-300), Paris 1946, p. 320 ; Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 69 (voir note 22, p. 69).

37 La Passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, 2 (Athénogène naquit dans le district de Sadopinè qui dépendait de la ville de Sébastopolis), 25 (le chantre d’Athénogène, un certain Sévérianos, déclare au gouverneur qu’Athénogène habite dans un village de Cappadoce, dans la patrie de Sadopinè). P. Maraval suggère qu’il s’agit de Sébaste et non de Sébastopolis : ibid., p. 14, n. 49. Ce témoignage n’est pas invalidé par le fait qu’Athénogène, lors de son interrogatoire devant le gouverneur, mentionne, non pas la Cappadoce, mais le Pont comme garant de son innocence (une leçon qui est attestée par la version arménienne de la Passion et non par la Passion grecque) : le toponyme a peut-être désigné l’ensemble de la région et non la province. Voir La Passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, 35, p. 72 et n. 74. Plusieurs philologues ou historiens ont prouvé ou accepté l’authenticité des interrogatoires ou de la souscription de la Passion : P. Maraval, La Passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, p. 7-9, p. 12 ; B. Flusin, Compte rendu de La passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, éd. et tr. P. Maraval, dans REB 50, 1992, p. 281-282 ; C. P. Jones, Compte rendu de La passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, éd. et tr. P. Maraval, dans JTS, New Series 43, 1992, p. 245-248 ; A. Laniado, Hilarios Pyrrhachas et la Passion de saint Athénogène de Pédachthoé (BHG 197b), REB 53, 1995, p. 279-284.

38 Malalas, Chronographia, XII 47.

39 Outre M. Christol et T. Drew-Bear, Antioche de Pisidie capitale provinciale et l’œuvre de M. Valerius Diogenes (cité n. 35) – la création de la province est datée de 309-310 –, Zuckerman, Sur la Liste de Vérone, p. 617-620 : la province d’Hellespont est attestée pour la première fois en 307-308. C. Zuckerman remarque que l’on ne peut plus considérer le découpage des provinces comme une réforme mise en place par le seul Dioclétien.

40 Exemple similaire de la Pisidie : voir M. Christol et T. Drew-Bear, Antioche de Pisidie capitale provinciale et l’œuvre de M. Valerius Diogenes (cité n. 35), p. 40.

41 Basile, Ep. 74.

42 Id., Ep. 75, 76, 98 (citation).

43 Grégoire de Nazianze, Ep. 47, 1.

44 Id., Or. XLIII 58.

45 Id., De Vita Sua, v. 458.

46 Sévère d’Antioche, Select Letters, II, Ep. 2, p. 205.

47 Malalas, Chronographia, XIII 35.

48 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10. Vie d’Olympias, V, p. 416-417.

49 Voir par exemple Honigmann, Le concile de Constantinople de 394, p. 28 ; Hauser-Meury, Prosopographie, p. 41-42, n. 47 ; T. D. Barnes, Ammianus Marcellinus and the Representation of Historical Reality, New York, Londres 1998 (Cornell Studies in Classical Philology 56), p. 252, n. 15.

50 Basile adresse, en tant qu’évêque, sa requête à Martinianos, Abourgios et Sôphronios : il invoque, dans la lettre 76, « le soin des Églises ».

51 Ce que suggère Grégoire de Nazianze dans l’Oratio XLIII, à la condition toutefois qu’il ait choisi de présenter les événements de la vie de Basile dans un ordre strictement chronologique : il y évoque successivement « la guerre d’avec le monde » et « la guerre » menée au sein du clergé ; dans le cadre de la première il mentionne le séjour de Valens à Césarée, pour expliquer le déclenchement de la seconde il cite la division de la province.

52 Le témoignage de Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 58 et De Vita Sua, v. 386-485, ne laisse aucun doute sur ce point : Basile nomme son ami évêque de Sasima une fois qu’a éclaté le conflit avec Anthimos de Tyane.

53 Seeck, Regesten, p. 241-243.

54 La datation des trois lettres de Basile dépend de la date du séjour de Valens. Sur la datation des lettres de Basile, voir, récemment, Pouchet, Basile le Grand, p. 30-31, p. 222-226.

55 CTh VI 30, 2 = CJ XII 23, 3.

56 Peut-on néanmoins extrapoler des maisons divines à la province de Cappadoce, des institutions ecclésiastiques aux institutions civiles ?

57 Grégoire de Nazianze, Ep. 154, 2, tr. P. Gallay.

58 Honigmann, Le concile de Constantinople de 394, p. 28-31.

59 Voir p. 50-51.

60 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10.

61 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 182 et p. 432, n. 17, suivi par F. Hild et M. Restle dans TIB 2, p. 44.

62 Adontz, Armenia in the Period of Justinian, p. 56-57 ; Garsoïan, Some Preliminary Precisions, p. 254.

63 Mitchell, Anatolia, t. II, p. 163 : Mélitène serait demeuré dans le ressort de la province de Cappadoce.

64 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10.

65 Hiéroklès, Synekdèmos, 703, 6-12 : Mélitène, Arka, Arabissos, Koukousos, Komana, Ariaratheia. L’énumération semble se conformer à un principe géographique, de Mélitène, la métropole en même temps que la ville la plus orientale, à Ariaratheia la ville la plus septentrionale, en passant d’est en ouest par Arka, Arabissos, Koukousos et Komana. Nov. XXXI 1, 2 (536).

66 ACO I 1 ii, p. 3, §7.

67 ACO II 1 i, p. 79, l. 31.

68 ACO II 1 ii, p. 99, l. 45.

69 Théodoret de Cyr, HE V 34, 7 ; Socrate, HE II 26, 6 et V 9, 1 ; Sozomène, HE IV 2, 2 et VIII 22, 6.

70 Socrate rédigea l’Histoire ecclésiastique entre 438 et 443, Sozomène dédicaça son œuvre à Théodose II en 443, Théodoret de Cyr composa la sienne entre 444 et 450.

71 Théodoret de Cyr, HE II 5, 2.

72 Jean Chrysostome, Lettres à Olympias, Ep. XVII 4b ; Ep. 52, 64, 67, 68, 69, 77, 78, 127.

73 Id., Ep. 121.

74 Id., Ep. 68-69 : dans la première lettre, il décrit comment il vit reclus dans une forteresse d’Arménie par crainte des raids des Isauriens ; dans la seconde, il raconte que les attaques des mêmes Isauriens l’ont conduit à se réfugier dans la forteresse d’Arabissos.

75 ACO I 1 ii, p. 4, §25, p. 58, §79 ; I 1 vii, p. 117, §193 ; ACO II 1 i, p. 60, §179 ; ii, p. 73, §142 ; ii, p. 88, §144 ; ii, p. 134, §160 ; ii, p. 146, §161.

76 Mansi, t. III, col. 568.

77 Basile, Ep. 99.

78 Grégoire de Nysse, Ep. 10, Ep. 18.

79 Id., Ep. 19, 13-18 ; Ep. 29, 1.

80 Id., Ep. 29. Voir P. Devos, S. Pierre Ier, évêque de Sébastée, dans une lettre de Grégoire de Nazianze, An. Boll. 79, 1961, p. 359-360.

81 Dans la lettre 195, Basile oppose, du fait de son isolement, l’évêque de Kolôneia d’Arménie aux autres frères de Petite Arménie, avec lesquels il est en correspondance. Sur le sens d’Arménie dans les sources grecques des ive et ve siècles, voir Garsoïan, Nersès le Grand, Basile de Césarée et Eustathe de Sébaste, p. 149-152 : le terme désigne la Petite Arménie et non la Grande Arménie ; l’expression basilienne d’ »  Arménie de la Tétrapole », dans la lettre 68, qualifie la province romaine d’Arménie Mineure qui comptait quatre villes principales, Sébaste, Nikopolis, Satala et Mélitène. Il faut néanmoins remarquer que Mélitène est la seule des quatre villes à ne pas être mentionnée par Basile.

82 Basile, Ep. 99.

83 Id., Ep. 195.

84 Id., Ep. 263.

85 Id., Ep. 310.

86 Grégoire de Nysse, Ep. 29. Les deux livres en question sont présentés au concile de Constantinople : Jérôme, De viris illustribus, 128. La lettre 29 de Grégoire est donc antérieure à 381, l’usage du singulier cohérent avec la représentation de la seule Arménie Mineure au concile.

87 Basile, Ep. 75, tr. Y. Courtonne.

88 Id., Ep. 74, tr. Y. Courtonne.

89 Kopeček, Curial Displacements and Flight, p. 321, fait une lecture littérale du terme employé par Basile, Ep. 74, qui, dans le lexique médical, désigne une incision en forme de croix ; il y voit la preuve d’une double division de la Cappadoce pendant le ive siècle, suivant des lignes longitudinale puis latitudinale.

90 Pour Klein, Widerstand des Bischofs Basilius von Caesarea, p. 721, Basile, dans la lettre 75, fait allusion à la création de la province d’Arménie Mineure : des curiales de Césarée furent obligés de s’installer dans la nouvelle province.

91 Ammien Marcellin, Histoire, XX xi 4, tr. J. Fontaine.

92 Id., Histoire, XIX viii 12.

93 Id., Histoire, XV ii 7 ; XX ix 1 ; XXV x 6.

94 Les livres XIV-XXV sont composés avant l’année 392 : Libanios, Ep. 1063 (lettre de félicitations à Ammien).

95 Libanios, Ep. 245. Sur Kartérios, voir PLRE I, Carterius 2 ; Petit, Étudiants de Libanius, p. 132, n. 201. Sur l’affaire, voir Petit, Libanius et la vie municipale à Antioche, p. 39, n. 1.

96 Libanios, Ep. 107 (357/358). Sur Euthérios, voir PLRE I, Eutherius 2 ; Petit, Étudiants de Libanius, p. 38-39 ; Petit, Fonctionnaires dans l’œuvre de Libanius, Eutherius 2, p. 103-104. Les dates de son gouvernement en Arménie ne sont pas précisément connues, 357-358 ou 360-361.

97 Philostorge, HE IV 4. Arabissos est la patrie du père d’Eudoxios, évêque anti-nicéen de Germanicée puis d’Antioche. L’information est reprise dans la Souda à l’article Eudoxios, 3428 où il est dit originaire d’Arabissos d’Arménie Mineure.

98 Patrum Nicaenorum nomina, p. 25-27, p. 65, p. 86-89, p. 104-105, p. 128-129, p. 196-199. La plupart des listes des évêques de Nicée mentionne un certain Elpidios de Komana. L’attestation a été corrigée par Honigmann, Liste originale des Pères de Nicée, p. 46.

99 Socrate, HE III 25, 3 et IV 12, 22. On ne peut invoquer la lettre 206 de Basile à Elpidios, évêque de Komana. Il s’agit en fait de la ville homonyme du Pont, contrairement à ce que dit la note 2, p. 182, t. II, de l’édition d’Y. Courtonne. Basile, dans la lettre précédente, souhaite un entretien avec Elpidios et « les autres frères très honorés, les évêques qui résident sur le bord de la mer […] ».

100 Sur la condamnation de Paul à l’exil, voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 425-435 : les deux témoignages d’Athanase constituent les plus anciennes pièces du dossier, ils auraient été rédigés au début des années 360.

101 Athanase, Apologia de fuga sua, 3 ; Historia Arianorum, 7. Il évoque dans le même paragraphe Émèse et Singara ; il ne situe pas la première mais il localise la seconde avec raison en Mésopotamie.

102 Théodoret de Cyr, HE II 5, 2 : πόλισµα δὲ αὕтη σµικρόν, πάλαι µὲν єἰϛ тò Kαππαδoκῶν ἔθνoϛ тєλoῦν, νῦν δέ γє тῇ ’Aρµєνίᾳ тῇ δєυтέρᾳ συναριθµoύµєνoν. L’expression тò Kαππαδoκῶν ἔθνoϛ désigne la province, civile et ecclésiastique, comme le prouvent les différentes occurrences du terme ἔθνoϛ chez Théodoret de Cyr : HE I 2, 3 ; II 4, 6 ; V 4, 2 ; V 17, 1.

103 Histoire acéphale, 1, 4. L’Histoire acéphale est l’œuvre d’un clerc de l’Église d’Alexandrie, rédigée après la mort d’Athanase en 373. A. Martin, Histoire acéphale, p. 66-67, considère que l’Histoire acéphale, pourfendeur sévère de toute position arienne, a été composée sous l’épiscopat de Pierre (373-381), que menaçait le primat des homéens, et que les brèves notices concernant les ordinations épiscopales de Timothée (381-385) et de Théophile (385 à 412) ont été ajoutées par la suite.

104 Socrate, HE II 26, 6 ; V 9, 1. Sozomène, HE IV 2, 2. Vie de Paul de Constantinople, 25, p. 104, 37, p. 112 (dont la source est, dans ce cas, l’Histoire ecclésiastique de Socrate). Voir aussi Théodore le Lecteur, HE 84.

105 Libanios, Ep. 275, 284, 285, 287, 288. Sur πoλιтєύєσθαι au sens d’administrer comme curiale, voir Petit, Libanius et la vie municipale à Antioche, p. 25-26, 30, 63.

106 PLRE I, Maximus 19 : la notice est établie à partir de la seule correspondance de Libanios ; Petit, Fonctionnaires dans l’œuvre de Libanius, 193, Maximus VI.

107 Le Breviarium de Festus, 3, 3, qui, rédigé en 369/370 à la demande de Valens, rend compte de l’histoire de chaque province de l’Empire (10, 1), ne fait mention que de l’Arménie Mineure, jamais d’une province d’Arménie II. Voir Festus, Breviarium, V-VII, particulièrement n. 4 (datation). Kopeček, Curial Displacements and Flight, p. 320-322, considère que la création de la province d’Arménie II est antérieure à la scission de la Cappadoce en Cappadoce I et Cappadoce II, en invoquant la lettre 74 de Basile qui fait allusion à une double division de la province et à un transfert plus ancien des curiales de Césarée mais il ne justifie pas la terminologie et la liste des signataires du concile de 381. Adontz, Armenia in the Period of Justinian, p. 72-73, affirme que les provinces d’Arménie I et II ont été créées sous le règne de Valens en même temps que la Cappadoce a été divisée. Il suppose en conséquence que la hiérarchie ecclésiastique n’a pas eu le temps, avant la réunion du concile de Constantinople, de s’adapter à la nouvelle géographie civile. Garsoïan, Some Preliminary Precisions, p. 254, date en revanche la création du règne de Théodose Ier.

108 Basile, Ep. 138.

109 Id., Ep. 204.

110 Malalas, Chronographia, XIII 37 (Phénicie Libanaise), 41 (Palestine II), 43 (Galatie II). Malalas cite également, par erreur, l’institution des provinces d’Hémimont, dans le Pont, et de Nouvelle Épire, 37 et 41. Voir RE Supplementband, 13, col. 913-914. Les divisions du Pont et de l’Épire sont antérieures à la rédaction du Laterculus Veronensis, (voir II 6 et 7 et V 9 et 10) ; la province d’Hémimont (« Emosmons ») appartient en outre au diocèse de Thrace et non à celui du Pont (Laterculus Veronensis, IV 5).

111 Malalas, Chronographia, XIV 24.

112 La lacune reflète-t-elle une éventuelle hésitation de la part de l’administration entre Podandos et Tyane ?

113 Malalas écrit que l’empereur fit une province séparée de la Lycaonie qu’il appela Lycie tandis que Basile de Césarée mentionne expressément la création de la Lycaonie et que la province de Lycie est attestée au plus tard sous le règne de Constantin. Voir C. Naour, Nouvelles inscriptions de Balboura, Ancient Society 9, 1978, p. 181. Malalas affirme également que la fondation de l’Honoriade a été faite aux dépens de la Bithynie, tandis qu’il omet de mentionner que plusieurs cités de la nouvelle province ont appartenu précédemment à la Paphlagonie occidentale : voir K. Belke dans TIB 9, p. 66. Il date probablement à tort sa création du règne de Théodose II. Il omet enfin de mentionner la création de l’Arménie II, imputant celle-ci à Maxence (Chronographia, XII 47).

114 Notitia Dignitatum Orientis, II 18 et 17 (Phénicie Libanaise et Palestine II), 51 (Galatie Salutaire). Sur la Galatie Seconde ou Salutaire, voir TIB 4, p. 55 et E. Demougeot, De l’unité à la division de l’Empire romain, 395-410. Essai sur le gouvernement impérial, Paris 1951, p. 16, n. 80. La Notitia Dignitatum mentionne aussi les provinces de Syrie Salutaire, de Cilicie II et d’Honoriade. Si elle a été rédigée en 401 (sur cette datation de la Notitia Dignitatum, voir C. Zuckerman, Comtes et duc d’Égypte autour de l’an 400 et la date de la Notitia Dignitatum Orientis, AnTard 6, 1998, p. 144-146), elle contredit le témoignage de Malalas qui prétend que ces dernières provinces ont été créées sous Théodose II. Sur l’Honoriade, voir la mise au point de K. Belke dans TIB 9, p. 66 et n. 64 et E. Demougeot, De l’unité à la division de l’Empire romain, 395-410 (cité supra), p. 16, n. 80. Sur la Cilicie Seconde, TIB 5, I, p. 39. Sur la Syrie Salutaire, voir note suivante.

115 Sur les provinces de Palestine, voir L. di Segni, New Epigraphical Discoveries at Scythopolis and in Other Sites of Late-antique Palestine, XI Congresso Internazionale di Epigrafia Greca e Latina, II, Rome 1999, p. 630. Sur les deux provinces de Syrie, voir J. et J. C. Balty, L’Apamène antique et les limites de la Syria Secunda, La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet, p. 62-65.

116 Malalas, Chronographia, XII 47 : soumission des régions de Persarménie aux Romains, « […] que [Maxence] appela Arménie Première et Seconde des Romains ». Le Laterculus Veronensis, II 8, fait mention des provinces d’Arménie Mineure et d’Arménie Majeure, et non d’Arménie I et d’Arménie II, ce qui peut expliquer la confusion de Malalas en l’absence d’autres informations sur la création de la province d’Arménie II.

117 Barnes, New Empire, p. 206.

118 L’on ne peut tenir compte des indications de la liste transmise par Polemius Silvius au milieu du ve siècle, qui cite huit provinces dans le Pont : le Pont Polémoniaque, le Pont Amasée, l’Honoriade, la Bithynie, la Paphlagonie, l’Arménie Mineure à deux reprises et la Cappadoce. En cet état, la liste est incohérente (omission de la Galatie qui est citée parmi les provinces d’Asie, mention de l’Honoriade créée après 388, omission de la Cappadoce Seconde et de l’Arménie Seconde créées avant ou en 386). Laterculus Polemii Silvii IX dans Notitia Dignitatum accedunt notitia urbis Constantinopolitanae et latercula provinciarum, éd. O. Seeck, p. 259. Sur cette liste datée de 448-449, voir T. Mommsen, Gesammelte Schriften, t. 7, Berlin 1909, p. 633-667 (édition et commentaire) ; A. Chastagnol, Notes chronologiques sur l’Histoire Auguste et le Laterculus de Polemius Silvius, Historia 4, 1955, p. 173-188 ; en dernier lieu, G. Wesch-Klein, Der Laterculus des Polemius Silvius – Überlegungen zu Datierung, Zuverlässigkeit und historischem Aussagewert einer spätantiken Quelle, Historia 51, 2002, p. 57-88, particulièrement p. 67-69 (sur le diocèse du Pont).

119 Jones, The Later Roman Empire, t. II, p. 1458-1459, d’après la comparaison entre le Laterculus Veronensis et la Notitia Dignitatum.

120 Sur la politique provinciale de Th éodose Ier, voir RE Supplementband, 13, col. 913-914.

121 Stein, Histoire du Bas-Empire, t. I, p. 176 : « affaiblir l’influence du métropolitain de Césarée Basile le Grand, qui était désormais, comme Athanase naguère, le chef de l’opposition nicéenne ».

122 Basile, Ep. 74, 1.

123 Théodoret de Cyr, HE IV 19, 13.

124 Basile, Ep. 94, tr. Y. Courtonne.

125 Brown, Pouvoir et persuasion, p. 142 : « Le souci du pauvre […] facilita un processus moins ostensible mais décisif qui fit de l’évêque un patron urbain de première importance. » Suit l’analyse du cas de Basile.

126 C’est l’interprétation que propose Van Dam, Emperor, Bishops and Friends, p. 57, du don fait par Valens à l’Église de Césarée.

127 Basile, Ep. 99, 1.

128 Id., Ep. 210, 5, qualifie Anthimos d’ὁµόψυχoν ἡµῶν. Sur l’ensemble de la question, voir également chapitre IV. Analyse similaire dans Klein, Widerstand des Bischofs Basilius von Caesarea, p. 721-722 (la division de la province par Valens s’inscrit dans la continuité de la politique de Dioclétien, sa motivation est politique et non religieuse ; Basile proteste contre la mise en cause des intérêts de son Église).

129 Basile, Ep. 74-76.

130 Libanios, Or. XVI 14 ; Sozomène, HE V 4, 1-5 ; Théophane, Chronographia, A. M. 5853, t. I, p. 48.

131 Voir chapitre VII, p. 393-398.

132 Basile, Ep. 74, 3, tr. Y. Courtonne.

133 Sur les modalités et les formes de la défense de l’hellénisme, cristallisées par la personne de Julien, voir Dagron, Thémistios, p. 78-79.

134 Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 59.

135 Il n’est pas certain que Podandos ait été durablement élevé au rang de cité, le site est cité par Hiéroklès, Synekdèmos, 699, 3, au titre des regiones ; il n’est jamais attesté comme siège épiscopal.

136 Basile, Ep. 76, tr. Y. Courtonne : « C’en est fait de l’État [le gouvernement de la cité : тò Πoλίтєυµα], et tout le corps des citoyens, découragé par ce qui est arrivé aux magistrats, abandonne le séjour de la ville pour errer à travers la campagne. »

137 Id., Ep. 74, 75, 76. Dans la lettre 74, Basile mentionne dans un premier temps, avec brièveté, « notre patrie » et la « province », puis évoque longuement Césarée qu’il appelle « notre polis ». Dans les deux autres lettres, il omet toute allusion à la ou aux provinces et ne fait référence qu’à la patrie et à la polis ; il explicite, dans les dernières lignes de la lettre 75, l’identification sous-jacente à sa pensée en demandant l’aide d’Abourgios pour ses concitoyens. La province est une réalité qui affleure à peine dans le raisonnement de Basile, tandis que la cité, au sens exact ou métonymique du terme, est omniprésente.

138 Dagron, Thémistios, p. 91-92, qui parle à propos de Libanios d’« esprit fédératif ».

139 Petit, Libanius et la vie municipale à Antioche, p. 175, p. 177.

140 Sur la signification de la patrie chez Basile, voir Giet, Basile, p. 160-164.

141 Sur les Scythes, voir Synésios de Cyrène, Discours sur la royauté, 21-23 : l’ambassadeur de Cyrène leur reproche, comme Basile, leur non-appartenance à l’Empire en même temps que leur omniprésence au sein de celui-ci. Sur la présence des Scythes en Asie Mineure, voir Ammien Marcellin, Histoire, XXII vii 8.

142 Basile, Ep. 74, 3, tr. Y. Courtonne. Dans la deuxième citation, Basile écrit ἀπαιтoύνтων (tandis que la novelle XXX utilise le terme ἀπαιтηтαί).

143 Lactance, De la mort des persécuteurs, VII.

144 Ibid. ; Zosime, Histoire nouvelle : II (Constantin Ier) xxxviii 4 ; IV (Th éodose Ier) xxviii 3 ; xxix 1 ; xxxii 2.

145 Une fois remarquée l’insistance des sources sur la lourdeur de l’impôt et l’augmentation effective des besoins de l’État au cours du ive siècle, les historiens peinent à préciser et à évaluer celles-ci. Voir, par exemple, A. Chastagnol, Problèmes fiscaux du Bas-Empire, Points de vue sur la fiscalité antique, dir. H. Van Effenterre, Paris 1979 (Publications de la Sorbonne. Études 14), p. 127-140 ; plus récemment Carrié et Rousselle, Empire romain en mutation, p. 607-609 (pas d’alourdissement systématique de l’imposition mais redistribution de son poids général).

146 Sur celui-ci, en matière de fiscalité, voir Forlin Patrucco, Fiscalismo tardo-imperiale, Athenaeum 51, 1973, p. 294-309, qui reconnaît successivement, dans la correspondance de Basile, des mentions de la capitatio-iugatio, de la collatio equorum et du chrysargyre, ainsi que d’un impôt du fer perçu sur les habitants du Taurus.

147 Basile, Ep. 83.

148 Id., Ep. 310.

149 Id., Ep. 110.

150 Id., Ep. 309.

151 Id., Ep. 315, tr. Y. Courtonne. L’acception fiscale de l’expression ressort de la requête finale, « rendre désormais cette possession supportable », et, peut-être, de ses termes mêmes : les têtes de l’hydre font-elles allusion aux capita du cens ? Basile, Ep. 285, emploie la même image, au profit de l’Église cette fois.

152 Grégoire de Nazianze, Ep. 196 : il semble que l’on puisse donner un sens technique au verbe ἐπηρєάζєιν à la lecture de la lettre 211, 3 (l’exemption de toute menace, ἐπήρєια, garantit partiellement l’entretien d’un asile de pauvres). Voir Hauser-Meury, Prosopographie, p. 58, n. 86. Le terme appartient en outre au lexique usité dans la novelle XXX, son acception est fiscale sans qu’il y ait d’ambiguïté : voir Nov. XXX 2 ; 3 ; 4 ; 6, 1. Sur les requêtes fiscales de Grégoire de Nazianze, voir Coulie, Les richesses dans l’œuvre de Grégoire de Nazianze, p. 63-66.

153 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10, tr. A. Déléage, La capitation du Bas-Empire, Macon 1945, p. 198 : « Tandis que précédemment la norme de l’unité-tête aurait été établie à raison d’une pour un homme et d’une pour deux femmes, désormais le poids d’une unité-tête a été attribué alternativement à deux hommes et à trois hommes ou à quatre femmes. C’est pourquoi ta sublimité fera insérer dans les actes publics le barème de la péréquation salutaire et mesurée dans les villes de Komana et Ariarathie d’Arménie Seconde, Amasea d’Hélénopont [et non Hellespont comme dans la traduction d’A. Déléage] et Diocésarée de Cappadoce Seconde. » Sur la signifi cation fiscale de la constitution et sur la nature de l’impôt semblablement assis, voir le compte rendu qu’A. Cérati, Caractère annonaire et assiette de l’impôt foncier au Bas-Empire, Paris 1975 (Bibliothèque d’histoire du droit et droit romain XX), p. 298-301, fait de la bibliographie et des interprétations antérieures à 1975. A. Déléage et A. Cérati concluent pareillement que la réduction du nombre de capita aboutit à une diminution de l’impôt. Ils excluent l’un et l’autre qu’il s’agisse là d’un impôt personnel, le premier y reconnaît un réajustement de la cédule humaine de l’impôt foncier par rapport à la cédule terrienne, le second une modification de l’assiette personnelle de l’impôt foncier.

154 Grégoire de Nazianze, Ep. 67-69 ; Or. XIX, PG 35, col. 1057A : « Pour toi, répartiteur de nos impôts, opère avec justice ta répartition » ; Carmina II 2, 2, PG 37, col. 1477-1480 : À Julien, v. 5-10. Sur Grégoire de Nazianze et Julien, voir Coulie, Les richesses dans l’œuvre de Grégoire de Nazianze, p. 66-70.

155 CJ XI 52, 1 : constitution de Théodose, Arcadius et Honorius adressée au préfet du prétoire d’Orient Rufin entre le 30 juin 392 et le 17 janvier 395 (d’après A. Déléage, La capitation du Bas-Empire, p. 203). Autre exemple donné dans ibid., p. 205, pour l’Illyricum (CJ XI 53).

156 Voir Teja, Capadocia en el siglo iv, p. 48-49.

157 Grégoire de Nazianze, Ep. 67, 2.

158 Basile, Ep. 36, 104, 142, 143, 284. Sur les immunités fiscales accordées aux clercs, voir J. Gaudemet, L’Église dans l’Empire romain (ive-vie siècles), Paris 1958 (Histoire du droit et des institutions de l’Église en Occident 3), p. 176-179 ; A. H. M. Jones, Capitatio and Iugatio, JRS 47, 1957, p. 90 ; Histoire du christianisme, t. II, p. 291, p. 407.

159 Basile, Ep. 142 et Ep. 143. Id., Ep. 284, tr. Y. Courtonne : « […] j’écris à ta parfaite sagacité pour demander que soient exemptés des contributions (ἀφιέναι тῶν συνтєλєιῶν) ceux qui depuis longtemps ont renoncé au monde et ont mortifié leur corps au point de ne pouvoir se rendre utiles à l’État [тoῖϛ δηµoσίoιϛ : au fisc] par aucun service, ni pécuniaire ni corporel. » Doit-on reconnaître dans cette précision, réitérée quelques lignes plus loin, le principe d’une assiette double, foncière et personnelle ?

160 Id., Ep. 36. Id., Ep. 104, tr. Y. Courtonne : « Ceux qui se consacrent au culte de notre Dieu, les prêtres et les diacres, l’ancien cens (ὁ παλαιòϛ κῆνσoϛ) les avait exemptés d’impôts. Or ceux qui viennent de faire le recensement […] les ont inscrits (ἀπєγράψανтo) […]. Accorde que les ministres sacrés soient traités d’après l’ancienne loi de la contribution (καтὰ тòν παλαιòν νóµoν тῆϛ συνтєλєίαϛ) […]. » Voir Gascou, Privilèges du clergé, p. 197-199 (particulièrement traduction nouvelle de la dernière phrase : « (Nous demandons donc) que, conformément à l’ancienne législation, les membres du clergé soient exemptés de la contribution »).

161 Sur l’importance de la péréquation dans le système d’imposition mis en place par Dioclétien, voir Carrié et Rousselle, Empire romain en mutation, p. 594-607, particulièrement p. 598,p. 605-606.

162 C’est en ce sens que Delmaire, Largesses sacrées et res privata, p. 367-368, interprète la lettre 88 de Basile : demandant un délai dans le paiement du chrysargyre, l’évêque n’intervient pas pour le compte des commerçants de Césarée mais se fait le représentant de sa seule Église.

163 Basile, Ep. 36. Il faut restituer son sens technique au terme ἐξίσωσις et modifier en conséquence la traduction donnée par Y. Courtonne, non plus équivalence mais péréquation.

164 Id., Ep. 104.

165 Jones, The Later Roman Empire, t. I, p. 147, cite les éloges qu’Ammien Marcellin, Histoire, XXX ix 1, XXXI xiv 2, et Thémistios, Or. VIII 113, font de la modération fiscale de Valens qui, selon le premier, n’exige pas d’impôts supplémentaires et, suivant le second, stabilise puis réduit l’indiction. Remise en cause implicite de l’idée que la fiscalité ait été trop lourde et rigoureuse en Syrie du Nord dans Tate, Campagnes de la Syrie du Nord, t. I, p. 348.

166 Grégoire de Nazianze, Carmina II 2, 1, PG 37, col. 1451-1477, v. 278-279, v. 359-360.

167 Grégoire de Nazianze, Carmina II 2, 2 (Ad Julianum), PG 37, col. 1477-1480, v. 5-7. À l’instar de R. Van Dam, il nous semble difficile d’accepter l’identification proposée par O. Seeck et M.-M. Hauser-Meury, entre le péréquateur de Cappadoce et le gouverneur homonyme de Phrygie et d’Euphratésie qui exerça dans la suite de sa carrière la fonction de peraequator dans le diocèse pontique. L’activité de ce dernier est attestée entre 358 et 363 par la correspondance de Libanios. Il disparaît par la suite, tandis que le peraequator de Nazianze, qui a été le condisciple de Grégoire, semble appartenir à une génération postérieure à celle du gouverneur de Phrygie et d’Euphratésie. Sur celui-ci, voir Petit, Fonctionnaires dans l’œuvre de Libanius, Julianus VIII, p. 141-143 ; Libanios, Ep. 1363, 1367, 1368. Sur Hellénios et Julien, voir Van Dam, Kingdom of Snow, p. 88-92, qui suppose que Julien était cappadocien du fait de sa camaraderie avec Grégoire de Nazianze.

168 Basile, Ep. 281.

169 Id., Ep. 85 (rédigée, d’après l’éditeur, en 372).

170 CTh X 1, 11 (367) ; CTh V 14, 31 : les empereurs Valentinien, Théodose et Arcadius retirent aux gouverneurs provinciaux la perception des impôts sur les saltus et les fonds patrimoniaux d’Orient pour la confier aux rationales rei privatae. Voir Delmaire, Largesses sacrées et res privata, p. 200.

171 J. et J. C. Balty, L’Apamène antique et les limites de la Syria Secunda, La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet, p. 62-63, justifie en des termes similaires la création de la Syrie Seconde.

172 Van Dam, Governors of Cappadocia, p. 8-9.

173 Sur la date de rédaction du livre XII de la Géographie de Strabon, voir Strabon, Géographie, t. IX, p. 6-10 : F. Lasserre propose la date de 18 ou 19 de notre ère.

174 Sur cette question il existe une étude que nous n’avons pu consulter : P.-G. Veh, Der Grenzverlauf der römischen Provinz Cappadocia unter Kaiser Trajan und ihrer Nachfolgeprovinzen bis Th eodosius, Diss. Erlanger-Nuremberg 1980.

175 Les quelques tentatives existantes de représentation cartographique des provinces dans l’antiquité tardive s’accordent en effet sur celles-ci : Jones, The Later Roman Empire, t. II, p. 1070-1071 et Mitchell, Anatolia, t. II, p. 162.

176 Dès le règne de Sévère Alexandre, Zèla et Sébastopolis sont exclues de la province de Cappadoce ; seul le sort de Sébaste, « la plus méridionale des cités pontiques », reste alors inconnu : voir M. Christol et X. Loriot, Le Pontus et ses gouverneurs dans le second tiers du iiie siècle, p. 32 (cité n. 20). Participent au concile de Nicée, de l’éparchie de Galatie, l’évêque de Tavium, de l’éparchie du Diospont, celui de Zèla, de l’éparchie d’Arménie Mineure, celui de Sébaste. Voir Patrum Nicaenorum nomina, p. 26-31 ; Honigmann, Liste originale des Pères de Nicée, p. 46-47. Basile, dans la lettre 263, situe explicitement Sébaste en Arménie Mineure. Le Synekdèmos de Hiéroklès confirme, au début du vie siècle, les données conciliaires : Tabia est en Galatie Première (696, 6), Zèla est en Hélénopont (701, 5), Sébaste et Sébastopolis en Arménie I (703, 1 et 5).

177 Mentionné par Étienne de Byzance, Ethnica, p. 309, Basilika Therma est attesté comme évêché de Cappadoce I au concile de Chalcédoine : ACO II 2 ii, p. 71. La TIB 2 mentionne également le site d’Euaissa mais nous ne pouvons déduire d’une lettre de Basile de Césarée à ses habitants son appartenance à la province de Cappadoce dès l’antiquité tardive (voir également Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 114). Enfin, nous ignorons de quelle province dépendent les différents toponymes cités dans l’Itinerarium Antonini et la Tabula Peutingeriana (route 105, col. 729-730), entre Césarée et Sébaste, faute d’en posséder d’autres occurrences pendant l’antiquité tardive. Voir Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 74-76.

178 Sur la localisation de Korniaspa, Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 107.

179 C’est du moins ce que laisse entendre Grégoire de Nysse à deux reprises (Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 34 et 105).

180 Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 105.

181 Strabon, Géographie, XII 2, 10. Voir le commentaire de F. Lasserre, dans ibid., p. 155, n. 4.

182 Strabon, Géographie, XII 3, 37 (identité probable des villes de Mégalopolis et de Sébaste d’après l’éditeur F. Lasserre, ibid., p. 220).

183 La première est évoquée en XII 1, 4 et 2, 10, la seconde en XII 1, 4 ; 2, 10 et 3, 37. De la Laviansène, nous savons qu’elle était voisine de l’Arménie Mineure.

184 Elle apparaît une nouvelle fois dans les limites qu’A. Bryer et D. Winfield, The Byzantine Monuments and Topography of the Pontos, Washington 1985 (Dumbarton Oaks Studies 20), p. 2, dans le souci des contraintes de la géographie et de l’histoire, ont imposées à leur étude : il s’agit des vallées est-ouest des rivières du Lykos, de l’Iris et de l’Akampsis. Sont ainsi incluses les villes de Zèla, de Sébastopolis et de Sébaste.

185 Leur localisation est donnée, avec approximation ou précision, pour le premier dans la TIB 4, pour le second dans la TIB 2. Distants d’une dizaine de kilomètres, ils sont situés l’un et l’autre entre la rive nord-est du lac Tatta et l’Hirfanlı Barajı.

186 Sur Parnassos, voir Hild, Strassensystem in Kappadokien p. 39.

187 En sont originaires les parents de l’évêque Ourphila. Philostorge, HE II 5.

188 Hiéroklès, Synekdèmos, 700, 7.

189 Hild, Strassensystem in Kappadokien p. 38.

190 Mansi, t. III, col. 139A.

191 Hiéroklès, Synekdèmos, 696, 7. Voir TIB 4, Aspona, p. 135.

192 TIB 2, p. 207. Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 40-41.

193 Patrum Nicaenorum nomina, p. 24-25, p. 65, p. 87, p. 105, p. 129. Voir Honigmann, Liste originale des Pères de Nicée, p. 46.

194 TIB 2, p. 188. Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 62-63.

195 Patrum Nicaenorum nomina, p. 24-25, p. 65, p. 105, p. 129, p. 199. Honigmann, Liste originale des Pères de Nicée, p. 46.

196 Hiéroklès, Synekdèmos, 700, 4.

197 Sur les quatre cités, voir TIB 4, p. 213 (Perta), p. 174-5 (Hydè), p. 185 (Kana), p. 157 (Derbè).

198 Patrum Nicaenorum nomina, p. 44-45, p. 68, p. 111, p. 137, p. 209. Entre ces villes cappadociennes et ces villes lycaoniennes, plusieurs sites sont nommés dans les itinéraires antiques ; pour aucun d’entre eux, l’appartenance à l’une ou l’autre région n’est connue.

199 Strabon, Géographie, XII 2, 5 et 6, 1.

200 Strabon, Géographie, XII 1, 4 : cela, en dépit des précautions de Strabon, du fait de l’annexion récente des territoires, antérieurement ciliciens, de Kybistra, Katasbala et Derbè, soit le piémont septentrional du Taurus. Sur les réserves de Strabon, voir également Géographie, XII 2, 7.

201 Strabon, Géographie, XII 2, 9.

202 Itinerarium Burdigalense, 576, 2-4.

203 Socrate, HE II 47, 4 et Sozomène, HE V 1, 6. Sozomène note la proximité du Taurus. Le lieu-dit est mentionné entre les étapes de Tarse et de Tyane par l’Itinerarium Cappadociae, dans Tabula Peutingeriana, p. lxxiii. Voir encore French, Roman Roads and Milestones of Asia Minor, t. 1, p. 124-125, qui signale une inscription (CIL VI 5076), trouvée près de Rome et non datée. Sur Mopsoukrènai, TIB 5, 1, p. 359-360.

204 Ammien Marcellin, Histoire, XXII ix 13.

205 Une inscription de Caracalla (CIL III 12118), retrouvée in situ, dans l’entrée du défilé, mentionne explicitement les ΟPΟІ KIΛIKΩN : voir R. Harper, Podandus and the Via Tauri, Anat. St. 20, 1970, p. 149 et French, Roman Roads and Milestones of Asia Minor, t. 1, p. 98. Sur le site, lire également Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 58.

206 Basile, Ep. 74 et 75.

207 Hiéroklès, Synekdèmos, 699, 3 et 700, 3. Sur Faustinopolis, Ballance, Derbe and Faustinopolis.

208 Hild, Strassensystem in Kappadokien, p. 51-59.

209 French, Roman Roads and Milestones of Asia Minor, t. 1, p. 89-90.

210 Strabon, Géographie, XII 2, 9.

211 Mitford, Cappadocia and Armenia Minor, p. 1169-1228.

212 Strabon, Géographie, XII 1, 2 et 4.

213 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, V xx 84.

214 Étienne de Byzance, Ethnica, p. 443.

215 Ibid., p. 118, écrit cependant que la ville est proche de la Cappadoce. Il s’agit certainement d’une actualisation par l’auteur des informations qu’il détient sur ce point.

216 Ptolémée, Geographia, V 6, 12.

217 Strabon, Géographie, XII 2, 3. Sur l’appartenance de Komana à la Cappadoce, voir également Ptolémée, Geographia, V 6, 22 et VII 17, 28.

218 Cyrille de Scythopolis, Vie de Théodose, 1.

219 Basile, Ep. 98, 2 : l’évêque de Césarée déplore l’insoumission des évêques de Cappadoce II. Ainsi, dès la scission de la province civile, les suffragants dont les sièges appartenaient désormais à la nouvelle province de Cappadoce II, choisirent de ne plus reconnaître l’évêque de Césarée comme métropolite et prirent acte de la division administrative.

220 Grégoire de Nazianze, Ep. 50, 4, tr. P. Gallay.

221 Id., Or. XLIII 58, tr. J. Bernardi.

222 Basile, Ep. 190, 1, tr. Y. Courtonne. Il s’agit précisément de l’évêque d’Isaura ou Isauropolis dépendant, du fait de la création de la Lycaonie, du métropolite d’Ikonion. Sur Isaura, TIB 4, « Isauropolis », p. 180-181. Basile et Grégoire de Nazianze emploient la même expression pour désigner la délimitation de la juridiction de l’évêque métropolitain. Basile écrit πєριγράψαι тῷ ’Iσαύρῳ тòν ἴδιoν кύкλov, Grégoire Kύкλoυϛ ἑαυтῷ πєριγράψαι.

223 Grégoire de Nazianze, Or. XXI 16. Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, I 105.

224 Sur ces dernières, voir French, Th e Definition of Territories : Cappadocia, p. 49-59.

225 ACO II 5, p. 79 : Kybistra est désigné sous le terme de « cobistulae ».

226 Notitiae episcopatuum, Notitia 1, 73, 75, 224-226, 409-412. Tyane, Sasima, Faustinopolis, Kolôneia, Doara, Nazianze et Parnassos sont tous inclus dans l’éparchie de Cappadoce II, quoique désormais répartis entre le ressort épiscopal de Tyane pour les trois premiers et celui, créé par Justinien, de Môkissos pour les quatre derniers.

227 Palladios, Dialogue sur la vie de Jean Chrysostome, XX 173-179 ; ACO I 1 ii, n° 33, 28, p. 4 et I 1 vii, n° 73, 28, p. 85 ; ACO II 1 ii, n° 9, 39, p. 98. La localisation de Kolôneia ne peut être déduite des correspondances de Basile, Ep. 51 et de Grégoire de Nazianze, Ep. 89, 138, 153, 183 et 184, au sujet de ou avec son évêque Bosporios.

228 Grégoire de Nazianze, De vita sua, v. 439-485 ; Id., Ep. 48-49, avoue ne pas avoir pris possession de son siège du fait des prétentions de l’évêque de Tyane.

229 Id., Ep. 152.

230 Id., Or. XIII, PG 35, col. 852A ; Basile, Ep. 231 et 239, 1 (l’élection de l’évêque de Doara échappe à Basile).

231 ACO IV 1, n° 48, p. 100.

232 ACO IV 1, n° 46, p. 98-99.

233 Concile d’Éphèse, 431 : ACO I 1 v, n° 151, 37 et 38, p. 124 (Parnassos et Faustinopolis). Concile d’Éphèse, 449 : ACO II 1 i, n° 78, 28, p. 79, n° 884, 21, p. 183, n° 984, p. 193 (Nysse). Concile de Chalcédoine, 451 : ACO II 1 ii, deuxième session, n° 2, 123, p. 6 (Nysse).

234 Il peut en effet y avoir confusion avec la cité de Kolôneia en Arménie I, de même d’ailleurs qu’entre Césarée de Cappadoce et Césarée de Palestine, toutes deux métropoles.

235 ACO III 5 n° 52, p. 126 ; n° 73, p. 154 ; n° 86, p. 160 ; n° 87, p.162 ; n° 96, p. 166 ; n° 104, p. 170 ; n° 131, p. 183 ; n° 4, p. 27 ; n° 40, p. 115.

236 Procope, De aedifi ciis, V iv 15-18.

237 ACO IV 1, p. 100.

238 ACO IV 1, p. 5, p. 21, p. 33, p. 40. La dénomination justinienne tombe cependant rapidement en désuétude : dans les Notitiae episcopatuum, la ville est désignée sous le nom de Môkissos, jamais sous celui de Justinianopolis.

239 Paul est cité, au concile de 536, comme évêque de la métropole de Tyane aux côtés de Pierre de Justinianopolis de Cappadoce Seconde. ACO III 5 n° 52, p. 127, l. 36 ; n° 73, p. 155, l. 38 ; n° 87, p. 162, l. 43 ; n° 104, p. 170, l. 43 ; n° 131, p. 183, l. 21 ; n° 4, p. 28, l. 35 ; n° 40, p. 114, l. 22. Pour le viie siècle, voir Notitiae episcopatuum, Notitia 1 et suivantes.

240 CJ I 1, 6, 9.

241 Trébizonde est archevêché autocéphale du Pont Polémoniaque dans les siècles suivants. Notitiae episcopatuum, Notitia 2, 78, Notitia 4, 75, Notitia 5, 78. Sous le règne de Justinien, elle bénéficie d’importants travaux de rénovation : Procope, De aedificiis, III vii 1 ; RE 6, col. 2219. Surtout son évêque, Anthimos, a participé, du côté des chalcédoniens, aux discussions préalables à l’édit de 533. Une fois élu patriarche de Constantinople en 535, il affiche ses positions sévèriennes. Voir Stein, Histoire du Bas-Empire, t. II, p. 381.

242 Il peut également s’agir des évêchés homonymes de Bithynie et de Pisidie.

243 Il est très improbable que la métropole de Cilicie II, Anazarbe, rebaptisée Justinopolis (Évagre, HE IV 8 ; ACO IV 1, p. 116, l. 24 ; p. 119, l. 20 ; p. 128, l. 7) et parfois appelée, par contamination, Justinianopolis (ACO IV 1, p. 226, l. 22), soit ainsi désignée dans un édit de Justinien. DHGE II, col. 1504-1506.

244 ACO III, p. 183, n° 23.

245 C’est à une telle identification que procède Honigmann, dans Evêques et évêchés monophysites, p. 151.

246 ACO IV 1, p. 100. Notitiae episcopatuum, Notitia 1, 408-412.

247 CTh XIII 11, 2 = CJ XI 48, 10.

248 Basile, Ep. 74 et 75.

249 Le village de Borissos, où résida le père de Philostorge, est explicitement localisé en Cappadoce Seconde par l’historien arien ; on ignore cependant son site. Philostorge, HE IX 9. Voir TIB 2, p. 159 et H. Grégoire, Géographie byzantine, p. 61-62, qui propose néanmoins de l’identifier, pour des raisons phonétiques, avec l’ancien village de Sorsovu/Sofular, à quelques kilomètres de Nazianze.

250 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 185-187, p. 521. A. H. M. Jones a fait cette étude avant qu’E. Honigmann n’édite le Synekdèmos de Hiéroklès, en 1939. Dans la deuxième édition de Cities of the Eastern Roman Provinces, en 1971, il note cette parution mais ne modifi e pas son analyse du Synekdèmos.

251 Sur la signification du préambule de la novelle XXX, voir Roueché, Provincial Governors and their Titulature, p. 86-87 et M. Maas, Roman History and Christian Ideology in Justinianic Reform Legislation, DOP 40, 1986, p. 17-31.

252 La nouvelle province d’Arménie I comprend deux cités de la province du Pont Polémoniaque et trois de l’ancienne province homonyme qui elle-même reçoit une cité du Pont Polémoniaque et une d’Hélénopont. Voir Nov. XXXI 1 (Arménie I), 1, 1 (Arménie II).

253 L’identité des toponymes est attestée ultérieurement dans les listes épiscopales des xiie et des xiiie siècles : Notitiae episcopatuum, Notitia 11, 143-144 ; Notitia 12, 138 ; Notitia 15, 119.

254 Sur Kybistra, voir E. Dalleggio, Aux confins de la Cappadoce. Cybistra-Héraclée, Mélanges Octave et Melpo Merlier, I, Athènes 1956, p. 167-180.

255 Cicéron, Correspondance, t. IV, éd. et tr. fr. L.-A. Constans et J. Bayet, Paris 1962 (CUF), Ep. 218, 1 (Ad Atticum V 18) ; Ep. 220, 1 et 2 (Ad Familiares XV 2) ; Strabon, Géographie, XII 1, 4 ; 2, 7 et 2, 9.

256 Patrum Nicaenorum nomina, p. 24-25, p. 65, p. 105, p. 129, p. 199 ; ACO, II 1 ii, p. 8, n° 202 ; Notitiae episcopatuum, Notitia 1, 224, et notices suivantes.

257 Références données dans TIB 2, « Herakleia », p. 188-189.

258 En faveur de l’identification, Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 182 ; Gallay, Grégoire de Nazianze, p. 13-16. Contre l’identification, TIB 2, p. 171, p. 244 ; W. Ruge, RE 16, col. 2099-2101.

259 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 135 : Tυтθòν µὲν πтoλίєθρoν ; Querela de suis calamitatibus, Carmina II 1, 19, PG 37, col. 1273, v. 26 : ἡ ∆ιoкαισαρέων ỏλίγη πтόλιϛ.

260 Ptolémée, Geographia, V 6, 13 (Diocésarée) ; W. Ruge, RE 16, col. 2099-2101 d’après Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration, p. 95, inscription n° 80, qui comporte le terme de πόλιϛ. Voir Equini Schneider, Classical Sites in Anatolia, p. 431-432, qui localise Nazianze au village moderne de Nenizi-Bekarlar, plutôt qu’à Nenizigözü, à 4 kilomètres de celui-ci, en raison des vestiges qui ont été trouvés, plus particulièrement de deux épitaphes.

261 ACO IV 1, p. 100, n° 48-49.

262 Grégoire de Nazianze, Ep. 141, 8 ; Ep. 57 ; Or. XVIII 39, PG 35, col. 1037.

263 En mettant sur le même plan Constantinople et Diocésarée, l’Ep. 141, 8 sous-entend que Diocésarée est l’église de Grégoire de Nazianze.

264 Basile, Ep. 98, 1 ; Grégoire de Nazianze, Carmina II 2, 1, PG 37, col. 1477, v. 363-368.

265 On peut encore considérer le témoignage de J. Szymusiak, Les sites de Nazianze et de Karbala, Epektasis. Mélanges patristiques offerts au cardinal Jean Daniélou, éd. J. Fontaine et C. Kannengiesser, Paris 1972, p. 548 : « Enfin l’un des conseillers du mukhtar nous amène un paysan porteur d’une demi-borne romaine en marbre, fendue dans le sens de la hauteur, trouvée dans son champ sur la colline. Le début de l’inscription est très net : sur la ligne du haut ∆IO (Diokaisaraia ?) et sur la ligne du bas NAZ (Nazianzos ?). »

266 Sur Diocésarée, voir Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 134, 135 ; Querela de suis calamitatibus, Carmina II 1, 19, PG 37, col. 1273, v. 25-26 ; Ep. 141, 8. Sur Nazianze, Id., Ep. 139, Ep. 182, Ep. 183.

267 Gallay, Grégoire de Nazianze, p. 13-16. Contra, W. Ruge, Nazianzos, RE 16, col. 2099-2101, qui refuse d’identifier les deux toponymes faute de pouvoir expliquer leur emploi conjoint par Grégoire de Nazianze.

268 Itinerarium Burdigalense 577, 2 ; Itinerarium Antonini 144, 5.

269 CTh XIII 11, 2 (27 mars 386) = CJ XI 48, 10. En raison de leur emploi simultané dans la correspondance de Sévère d’Antioche, F. Hild et M. Restle, dans TIB 2, refusent d’identifi er les toponymes de Nazianze et de Diocésarée. La récurrence des deux termes dans les lettres de Sévère ne constitue pas en fait un obstacle : Nazianze n’est cité qu’au sujet de Grégoire le Th éologien ; Diocésarée est mentionné comme siège épiscopal dans le diocèse pontique sans autre précision, il ne s’agit pas nécessairement de la ville de Cappadoce.

270 Philostorge, HE VIII 11 a. Stoffel, Über die Staatspost, p. 18, observe que les mansiones sont situées à l’écart des zones habitées, cités ou villages. Le fait que des vestiges aient été découverts à 4 kilomètres d’intervalle confirme peut-être cette hypothèse : voir Equini Schneider, Classical Sites in Anatolia, p. 431-432.

271 Voir p. 265, n. 112. ACO II 5, Ep. 39, p. 79 ; Notitiae episcopatuum, Notitia 1, 410.

272 C’est une lacune que l’on retrouve dans le De thematibus.

273 L’argument est en fait peu probant dans la mesure où il ne semble pas y avoir eu de hiérarchie des sièges ou des cités à l’intérieur même des provinces. Il est impossible d’expliquer l’ordre dans lequel les différents toponymes sont énumérés, aussi bien dans le cas du Synekdèmos que dans celui des listes épiscopales, qui ne se conforment pas à une description géographique, du moins dans le cas de la Cappadoce. Sur l’ordre géographique suivi par Hiéroklès en d’autres provinces, voir Robert, Villes d’Asie Mineure, p. 191-192, p. 204, n. 4 (interprétation des notices épiscopales comme des listes de préséance).

274 Voir chapitre V, p. 285 et n. 234.

275 ACO III 5, n° 4, p. 27 ; n° 40, p. 115 ; n° 52, p. 126 ; n° 73, p. 154 ; n° 86, p. 160 ; n° 87, p. 162 ; n° 96, p. 166 ; n° 104, p. 170 ; n° 131, p. 183. Procope, De aedificiis, V iv 15. Étienne de Byzance, Ethnica, p. 457.

276 Scriptores originum Constantinopolitanarum, p. 189, §73.

277 Sur le sens de ces importations de statues à Constantinople, voir Dagron, Constantinople imaginaire, p. 132.

278 Basile, Ep. 110. Grégoire de Nazianze, Or. XLIII 58. Pitarakis, Mines anatoliennes, carte p. 184, tableaux p. 182-183.

279 Les stratégies cappadociennes sont également attestées par des inscriptions : une inscription de Komana qui mentionne un stratège de Cataonie, dans W. H. Waddington, Inscriptions de la Cataonie, BCH 7, 1883, p. 127-128, n° 1 ; une inscription bilingue de Faraşa, datée du dernier siècle de l’époque hellénistique qui cite un stratège de la région ou de la cité d’Ariaramneia dans H. Grégoire, Note sur une inscription gréco-araméenne trouvée à Faraşa (Ariaramneia-Rhodandos), CRAI, 1908, p. 437-447.

280 French, Th e Definition of Territories : Cappadocia, p. 49.

281 Sur l’identification Kolôneia/Archelaïs/Garsaura : Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VI iii 8 ; Itinerarium Antonini, 144. Voir aussi une inscription signalée par B. Rémy, L’activité des fonctionnaires sénatoriaux dans la province de Cappadoce au Haut-Empire d’après les inscriptions, dans La Cappadoce méridionale jusqu’à la fin de l’époque romaine, éd. B. Le Guen Pollet et O. Pelon, Paris 1991, p. 62 : commémoration de la réparation des temples de la Colonia Archelaïs.

282 Ptolémée, Geographia, V 6, 22, mentionne en outre, dans la stratégie de Cataonie, Kybistra, Podandos, Komana et Mopsoukrènai, tandis que Strabon, Géographie, XII 2, 3 et XII 2, 7, ne cite, dans cette même stratégie, que Komana et localise Kybistra dans une onzième stratégie qu’il ne nomme pas. Du fait de cette contradiction et de l’hétérogénéité de la description que Ptolémée a laissée de la Cataonie, et faute de pouvoir définir celle-ci, nous négligeons ces exemples (à l’inverse, Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 442, considèrent que Podandos a appartenu à la Cataonie puis, à l’instar de toute la stratégie, à la Cappadoce I – omettant de mentionner que Komana est en Arménie II et Kybistra en Cappadoce II).

283 Voir Strabon, Géographie, XII 2, 5. Il est difficile d’accepter l’identification parfois proposée entre Ouènasa et Ouanôta que Grégoire de Nysse décrit dans sa lettre 21 : Thierry, Avanos-Vénasa, p. 119, p. 121-123 (qui, sans discuter de l’identification entre Ouènasa et Ouanôta, évoque la propriété d’Adelphios à Vénasa – et non à Ouanôta suivant ce qu’écrit Grégoire de Nysse) ; TIB 2, p. 302, Ouènasa « peut-être identique à » Ouanôta ; M. Coindoz et C. Jouvenot, Avanos vu par Grégoire de Nysse au 4e siècle, Histoire et archéologie novembre 1987, p. 27-29 ; P. Maraval, dans Grégoire de Nysse, Epistulae, p. 259, n. 3, qui néanmoins remarque à juste titre que « Grégoire parle de Ouanôta “la sacrée” (en utilisant le terme païen ίєρóς et non le terme chrétien ἅγιoς) : or le site de Ouènasa était, pour les païens, la seconde ville sacrée de Cappadoce ». En notant le caractère galate de la dénomination employée dans le pays, Grégoire de Nysse contredit l’appartenance de Ouènasa à la Cappadoce, acquise dès l’époque de Strabon. Identification non mentionnée dans Rossiter, Roman Villas of the Greek East.

284 Grégoire de Nazianze, Ep. 246-248. Les lettres, après avoir été attribuées à Basile, ont été imputées pour des raisons essentiellement stylistiques à Grégoire (l’argument selon lequel Ouènasa se situait à proximité de Nazianze et qui impliquait de reconnaître dans le protestataire l’évêque le plus proche n’est désormais plus recevable). Voir A. Cavallin, Studien zu den Briefen des hl. Basilius, Lund 1944, p. 81-92. Sur cette question, voir également chapitre V, n. 294. Il est évident que, dans le cas inverse, nous pourrions conclure sans difficulté de l’ordination de Glykérios par Basile au respect de la cohérence géographique Nysse/Ouènasa dans le dessin des frontières provinciales de la Cappadoce I.

285 Strabon, Géographie, XII 1, 2. Voir Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 178.

286 En Thrace, les stratégies sont conservées jusqu’à Trajan. Leur abolition est suivie et compensée par la mise en place d’un réseau de cités du fait de la volonté impériale, de Trajan à Justinien : voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 61-62.

287 Pline l’Ancien, Histoire naturelle, VI iii 9 (qui n’utilise pas le terme de stratégie). Ptolémée, Geographia, V 6, 11-14, 17, 21-25.

288 Eusèbe de Césarée, HE VIII vi 8. Il s’agit de la tentative d’usurpation du tribun Eugène à Séleucie. A. Harnack, Die Mission und Ausbreitung des Christentums in den ersten drei Jahrhunderten, Leipzig 1906, t. II, p. 113-114, remarque que la révolte de la Mélitène est inconnue par ailleurs.

289 Eusèbe écrit ainsi : « […] dans le pays appelé Mélitène (καтἀ тῆν Mєλιтηνὴν oὕтω καλoυµένην χώραν) […] ».

290 C’est ainsi que traduit G. Bardy, dans Eusèbe de Césarée, HE VIII vi 8.

291 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 178, fait remarquer que seules deux stratégies sont nommées d’après l’appellation d’une cité existante, la Tyanitide et la Garsauritide. Dans les cas de la Saravène et de la Mélitène, la stratégie précède la cité (celle d’Aquae Saravenae, jamais attestée pendant l’antiquité tardive, ou celle de Mélitène).

292 Basile, Ep. 83.

293 Strabon, Géographie, XII 2, 10.

294 Constantin VII, De thematibus, II, p. 64.

295 Strabon, Géographie, XII 1, 2 et 2, 2-6 ; Ptolémée, Geographia, V 6, 22.

296 Voir M. Sartre, L’Orient romain, Paris 1991, p. 262.

297 J. et J. C. Balty, L’Apamène antique et les limites de la Syria Secunda, La géographie administrative et politique d’Alexandre à Mahomet, p. 72, p. 75, suggèrent que la frontière entre les provinces de Syrie I et Syrie II correspond à une ancienne limite de satrapie hellénistique, qui a survécu à la formation d’une unique province romaine à l’époque de Pompée. Ils font une remarque similaire à propos de la province de Théodoriade, instituée par Justinien.

298 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 186-190. Reprise de cette interprétation par Van Dam, Kingdom of Snow, p. 29, p. 79.

299 Voir chapitre III, p. 147-148.

300 Jones, The Cities of the Eastern Roman Provinces, p. 433, n. 23. Sur la multiplication des divergences entre provinces civiles et ecclésiastiques à la suite des réformes provinciales promues par Justinien, voir Histoire du christianisme, t. III, p. 516-517. L’auteur de ces pages, B. Flusin, fait observer cependant la particularité du cas de la Cappadoce II : la réforme concerne ici l’Église et non l’administration civile de la province, ce qui témoigne peut-être de ce que la promotion de Môkissos au rang de métropole dotée d’évêchés suffragants est antérieure à l’ensemble de la réforme provinciale promulguée dans les années 535-536.

301 Voir chapitres II et III.

302 Isidore de Péluse, I Ep. 281 (la Cappadoce comme nation), I Ep. 158 (les Cappadoces, sans autre précision).

303 Chronicon Paschale, 478, p. 602 ; Malalas, Chronographia, XIII 40, XV 5, XVI 17, XVIII 126 ; Marcellinus Comes, Chronique, ad a. 440, 1 et ad a. 515, 5. Procope, De aedificiis, V iv 7, 14 et 15, mentionne la région des Cappadociens (même emploi de l’ethnique par Théophylacte Simocatta, Histoire, III xvii 5).

304 Philostorge, HE, sauf en IX 9. Socrate, HE. Sozomène, HE. Théodoret de Cyr, HE. Théodore le Lecteur, HE. Évagre, HE, sauf en II 18 (il s’agit alors de la transcription des procès-verbaux du concile d’Éphèse de 449 : « Thalassios, évêque de Césarée de Cappadoce Première »), III 31 (« Éleusinos, évêque de la seconde Cappadoce »).

305 La Passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, 11. Sur la restitution de la date, voir C. P. Jones, Compte rendu de La passion inédite de S. Athénogène de Pédachthoé en Cappadoce, éd. et tr. P. Maraval, dans JTS, New Series 43, 1992, p. 246-247 (12 juillet 303).

306 Socrate, HE II 42, 6 : καππαδoκίας ou µακєδoνίας.

307 Cyrille de Scythopolis, Vie de Th éognios, p. 241.

308 Évagre, HE V 19 ; Jean d’Éphèse, HE III 47, V 22. Faut-il imputer cette localisation au fait qu’Évagre est originaire d’Épiphaneia, en Syrie II, Jean d’Éphèse, d’Amida ? On ne peut évaluer la justesse de la terminologie employée par Évagre dans le cas des provinces de Cappadoce et d’Arménie (il ne mentionne que Césarée de Cappadoce). Sur l’emploi du toponyme de Cappadoce chez Jean d’Éphèse, voir chapitre IV, p. 235 et n. 407. Sur l’origine de Maurice, voir chapitre VII, p. 421.

309 Théodoret de Cyr, HE II 5, 2.

310 Théodoret de Cyr, HE I 4, 59 ; II 5, 4 ; II 8, 1 ; II 14, 4 ; IV 3, 8 ; IV 30, 1. Id., Histoire des moines de Syrie, XII 1. Id., Haereticum fabularum compendium, III 6, PG 83, col. 409A.

311 Palladios, Dialogue sur la vie de Jean Chrysostome, XX 173-179. Les homélies festales d’Hésychios de Jérusalem, t. II, Homélie XX, 17, p. 888 : M. Aubineau, ibid., p. 865-867, suggère précisément que cette homélie, attribuée à tort à Hésychios de Jérusalem, a peut-être été rédigée afin de rehausser le prestige de la métropole de Tyane. Sévère d’Antioche, Select Letters, I, Ep. 13 ; IV, Ep. 3.

312 Malalas, Chronographia, XVI 17 : ἔκтσєν δὲ καὶ тєίχη тα тαĩς µєγάλαις κώµαις Kαππαδoκίας καί ἠσφαλίσαтo тὰς δύo Kαππαδoκίας. Emploi consécutif du singulier et du pluriel.

313 Philostorge, HE IX 9.

314 Id., HE VI 3 ; X 6.

315 Vie d’Olympias, V.

316 Honigmann, Heraclidas of Nyssa, p. 104-122.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search