Version classiqueVersion mobile

La Cappadoce (ive-vie siècle)

 | 
Sophie Métivier

Introduction

Texte intégral

  • 1 En 1833 C. Texier fut chargé par le gouvernement français d’explorer les antiquités de l’Asie Mineu (...)

« Aussi est-ce une tâche ingrate et difficile que d’essayer, après tant d’écrivains, de réunir quelques lambeaux de l’histoire de la Cappadoce. Il faut recourir à des sources épuisées par cent redites, et se contenter de textes souvent contradictoires. »
Charles Texier, Description de l’Asie Mineure, t. II, p. 15 (1849)1.

  • 2 Voir Carrié et Rousselle, Empire romain en mutation, p. 709-718, qui explicite et analyse le thème (...)

1Loin d’être démenti par qui entend faire l’histoire de la Cappadoce aux premiers siècles de l’Empire byzantin, le pessimisme de Charles Texier pourrait être encore justifié : y a-t-il une place, pour l’histoire de la Cappadoce, entre l’histoire des cités et celle de l’Empire ? La primauté de ces deux patries ne rend-elle pas caduque toute histoire qui a pour objet une région, toute étude qui souhaite considérer cet échelon, en analyser les fondements et la pertinence aux ive, ve et vie siècles2 ?

La Cappadoce dans l’histoire : les fondements de l’identité cappadocienne pendant l’antiquité tardive

  • 3 Teja, Capadocia en el siglo iv, tient pour acquises les frontières de l’espace ainsi nommé. Excluan (...)
  • 4 Avraméa, Mort loin de la patrie.

2Du ive au vie siècle, cette région cappadocienne, héritée du Haut-Empire et des royaumes hellénistiques, et divisée en plusieurs provinces civiles et ecclésiastiques, n’a aucune acception définie. Toutes les historiographies antique, byzantine et moderne, Strabon et Constantin VII exceptés (au ier et au xe siècle), s’abstiennent d’expliciter la signification du toponyme, les historiens notamment manquent de définir ce qu’ils entendent par Cappadoce3. Pourtant celle-ci continue d’être conçue, dans l’Empire romain d’Orient, comme un peuple, voire une nation qui fait sens dans la littérature contemporaine et qui suffit à caractériser ses habitants. Plus que les cités de Cappadoce, les auteurs préfèrent nommer la Cappadoce elle-même pour indiquer l’origine de l’un de ses ressortissants, ce qui atteste tout à la fois leur méconnaissance de la région et l’évidence de celle-ci, qui n’a pas cessé de faire référence4. Ils n’hésitent pas non plus à supposer, à tort ou à raison, des solidarités ou des complicités entre Cappadociens, à évoquer ces derniers par deux ou trois et non isolément, comme par allusion à l’unité, voire à la singularité, de ce peuple et comme en compensation du caractère fragmentaire et approximatif de leurs témoignages sur la réalité cappadocienne. Tandis que la Cappadoce avait été érigée en province romaine sous le règne de Tibère, elle conservait, pendant l’antiquité tardive, sa personnalité.

L’image de la Cappadoce et des Cappadociens

  • 5 Image évoquée par Robert, Géographie et philologie, p. 392 ; Franck, Sources classiques concernant (...)
  • 6 Plaute, Curculio, II 1, dans Plaute, t. III : Cistellaria, Curculio, Epidicus, éd. et tr. fr. A. Er (...)
  • 7 Alciphron, Lettres de pêcheurs, de paysans, de parasites et d’hétaïres, tr. fr. A.-M. Ozanam, Paris (...)
  • 8 Ibid., IV 17 (lettre de Léontion à Lamia), tr. A.-M. Ozanam.

3De cette continuité de la nation cappadocienne témoigne l’image qui lui est attachée de la période hellénistique jusqu’à l’époque byzantine5, une image tôt attestée, peut-être élaborée à l’occasion des séjours des Cappadociens, particulièrement des esclaves cappadociens, à Rome ainsi que des citoyens de Rome en Cappadoce, une image homogène, devenue topos dans la littérature latine, qui fait des Cappadociens des hommes rudes et bornés, à l’instar du leno Cappadox dans la comédie de Plaute intitulée Curculio6. Ce leno, obsédé par sa maladie, intéressé, parjure et lâche (et au demeurant naïf et peu méchant pour avoir élevé la jeune fille Planésie dans la chasteté et l’honnêteté), est le seul personnage de la comédie qui soit lésé, contraint et de rembourser le prix qu’on lui a versé pour l’achat de la jeune fille Planésie et de perdre tout droit sur celle-ci. C’est encore cette image de grossièreté et d’inculture dont Alciphron, dans le recueil épistolaire intitulé Lettres de pêcheurs, de paysans, de parasites et d’hétaïres, fait usage, à une date et en des circonstances inconnues7. Léontion, amante d’Épicure, proteste contre les prétentions du philosophe, qui n’hésite pas à dévaloriser son jeune rival Timarchos pour exiger son renvoi : « Et tu ne peux imaginer de quels noms il le traite : on ne dirait pas un citoyen de l’Attique ni un philosophe […] plutôt un homme de Cappadoce, qui vient pour la première fois en Grèce8. »

  • 9 Autre caractérisation des Cappadociens dans Pétrone, Le Satiricon, éd. et tr. fr. A. Ernout, Paris (...)
  • 10 Grégoire de Nazianze, Or. XXXIII 6, tr. P. Gallay : « Tu es d’une petite ville, dit mon adversaire, (...)
  • 11 Anthologie palatine, XI 237 ; Constantin VII, De thematibus, II, p. 66 ; Souda, ∆ 1262, K324.
  • 12 Michel Psellos, Ep. 110, dans Epistulae, t. V, éd. C. N. Sathas, Paris 1876, p. 355. Voir encore le (...)

4Comme en écho à cette image des Cappadociens, attestée par des auteurs et latins et grecs, au Haut-Empire et dans les siècles qui ont précédé9, Grégoire de Nazianze se voit reprocher sa rusticité à Constantinople10. Plus encore, et quelle que soit l’ancienneté de l’image de la Cappadoce, ses compatriotes continuent d’être stigmatisés en tant que tels dans des brocards qui, depuis l’époque hellénistique, ont survécu pendant l’antiquité tardive et à l’époque mésobyzantine. Au xe siècle, l’Anthologie palatine, la Souda ou le De thematibus dénoncent encore les trois très mauvais kappa – Cappadoce, Crète et Cilicie –, ou relatent l’anecdote de la vipère qui périt, empoisonnée, après avoir mordu un Cappadocien11. Au siècle suivant, Michel Psellos invoque le caractère indocile des Cappadociens12. La perpétuation de cette image des Cappadociens n’est pas simplement le fait de la tradition érudite ; l’image elle-même évolue au gré des enjeux contemporains : de la dénonciation de la barbarie, de l’inculture, de la rusticité des Cappadociens, aux premiers siècles de notre ère, à la mise en cause de leur malfaisance et de leur goût du pouvoir, aux ve et vie siècles. Loin de faire figure d’archaïsme pendant l’antiquité tardive, elle semble être actualisée, attestant que les Cappadociens continuent d’avoir une réputation très spécifique.

L’antiquité de la Cappadoce

  • 13 Sur la représentation de la Cappadoce pendant le Haut-Empire, voir Berges et Nollé, Tyana, t. II, p (...)
  • 14 X. de Planhol, La Cappadoce : formation et transformations d’un concept géographique, Le Aree omoge (...)
  • 15 Sur la géographie physique de la Cappadoce, voir TIB 2, p. 48-61.
  • 16 Lorsque X. de Planhol, La Cappadoce : formation et transformations d’un concept géographique (cité (...)
  • 17 Xénophon d’Éphèse, Les Éphésiaques, III i 2, tr. G. Dalmeyda : « Hippothoos connaissait […] la lang (...)
  • 18 Sur les attestations du cappadocien à l’époque hellénistique et sous l’Empire, voir Franck, Sources (...)
  • 19 K. Holl, Das Fortleben der Volkssprachen in Kleinasien in nachchristlicher Zeit, Hermes 43, 1908, p (...)
  • 20 Basile, Sur le Saint-Esprit, XXIX 74, tr. B. Pruche.
  • 21 Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, II 406, tr. Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, (...)
  • 22 Voir, par exemple, J. P. V. D. Balsdon, Romans and Aliens, Liverpool 1979, p. 117 ; C. Brixhe, Essa (...)

5Si la Cappadoce conserve une singularité dans l’Empire romain d’Orient13, elle le doit à son histoire plus qu’à sa géographie ou à sa culture. Outre que l’extension de la Cappadoce a varié depuis l’époque classique14, et même si l’on peut désigner l’ensemble comme haut plateau de l’Anatolie orientale où alternent massifs et bassins15, elle ne forme pas un unique pays pendant l’antiquité tardive : elle comprend, au nord, une partie du bassin de l’Halys, à l’est et au sud les premiers contreforts de l’Antitaurus et du Taurus, au centre la région volcanique, à l’ouest le début de la plaine d’Ikonion16. On cherche en vain des spécificités culturelles, faute d’avoir conservé une quelconque trace de l’usage du cappadocien dans l’Empire aux ive, ve et vie siècles. Si cette langue est encore attestée pendant le Haut-Empire, par Xénophon d’Éphèse notamment dans les Éphésiaques et par Philostrate dans la Vie d’Apollonios de Tyane17, elle cesse quasiment de l’être à l’époque suivante18. Auteur d’une étude, qui continue de faire référence, sur les langues indigènes d’Asie Mineure à l’époque chrétienne, Karl Holl ne mentionne que deux allusions, l’une de Basile de Césarée, l’autre de Grégoire de Nysse, au cappadocien19. Lorsque le premier analyse l’emploi de la préposition « avec » en différentes langues, il affirme qu’en Cappadoce, comme en Mésopotamie, elle est omise dans la doxologie au profit de la conjonction de coordination « et » : « C’est ainsi que nous aussi, Cappadociens, nous nous exprimons en notre parler régional (Kαὶ Kαππαδóκαι δέ oὔτω λέγoµєν έγχωρὶωϛ)20. » En ajoutant immédiatement : « car l’Esprit avait déjà prévu, au temps de la division des langues, l’avantage de cette expression-là », il semble impliquer qu’il a évoqué le cappadocien et non une forme dialectale du grec ; pourtant il a peut-être simplement rendu compte du maintien en grec de la structure grammaticale autochtone. Grégoire de Nysse cite, sans qu’il y ait d’ambiguïté dans ce cas, le cappadocien pour illustrer encore la diversité des langues21. Aussi suppose-t-on généralement, à la suite de Karl Holl, que le cappadocien a pu se maintenir au moins jusqu’au ive siècle, à l’instar d’autres langues d’Asie Mineure comme l’isaurien, le lycaonien et le phrygien22.

  • 23 Eutrope, Breviarium, IV 6, 2 et 20, 1, V 5, 2. Festus, Breviarium, 11, 4 (réduction de la Cappadoce (...)
  • 24 Voir Roueché, Provincial Governors and their Titulature, p. 86.
  • 25 Jean Lydos, De magistratibus, III 57.
  • 26 Étienne de Byzance, Ethnika, p. 347, p. 118.
  • 27 M. Whitby, Greek Historical Writing after Procopius: Variety and Vitality, The Byzantine and Early (...)
  • 28 Souda, E 3755.

6La Cappadoce est considérée par la tradition byzantine comme étant détentrice d’une histoire antique et irréductible à la romanisation de la province, histoire dont la mémoire est conservée, quoique de manière succincte, parce qu’elle participe de la propre histoire de Rome. Et Eutrope et Festus, qui tous deux écrivirent sous et à la demande de Valens, citent, en tant qu’alliés de Rome, les rois hellénistiques de Cappadoce, Ariarathe IV, Ariarathe V, Ariobarzane Ier et, dernier d’entre eux, Archélaos, ainsi qu’ils mentionnent la provincialisation du royaume sous le règne de Tibère23. Le préambule de la novelle XXX de Justinien rappelle en quelques mots la haute antiquité du génos des Cappadociens et de Césarée, en faisant allusion à l’annexion du royaume de Cappadoce par l’Empire24. Jean Lydos, en nommant Césarée Mazaka et en mentionnant le dernier roi cappadocien, entend ne pas réduire l’histoire de la région à la provincialisation par Rome du royaume de Cappadoce25. Étienne de Byzance évoque encore ce passé hellénistique dans les notices consacrées à Kaisareia/Mazaka et à Ariaratheia26. Ces allusions, parcimonieuses et identiques d’un auteur à l’autre27, témoignent de ce que l’histoire hellénistique de la Cappadoce continue de fonder l’identité de la région et de ses habitants au vie siècle, en dépit de la méconnaissance dont elle fait alors l’objet et qui s’est peut-être accentuée pendant l’antiquité tardive. On sait en effet qu’un sophiste de Cappadoce nommé Eustochios a composé, probablement au ive siècle, une Archéologie de la Cappadoce et d’autres peuples28, traité qui n’a pas été conservé.

  • 29 Basile, Ep. 258, 4.
  • 30 Sur les Zoroastriens dans l’Empire pendant l’antiquité tardive, voir Boyce et Grenet, History of Zo (...)
  • 31 Sur l’anthroponymie perse en Cappadoce, voir Robert, Noms indigènes, p. 514-519. Voir aussi l’index (...)
  • 32 Boyce et Grenet, History of Zoroastrianism, t. III, p. 279-280. Sur le calendrier cappado cien conn (...)
  • 33 Grégoire de Nazianze, Ep. 122, tr. P. Gallay.
  • 34 ACO IV 1, p. 98, §42.
  • 35 Basile, Ep. 258, 4, tr. Y. Courtonne.
  • 36 Constantin VII, De thematibus, II, p. 64-65. Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. (...)

7C’est évidemment une histoire très lacunaire dont la tradition garde mémoire pendant l’antiquité tardive, dépouillée de toute allusion à la domination exercée par les Perses en Asie Mineure orientale. Si Basile de Césarée atteste l’existence, en Cappadoce, de communautés zoroastriennes qui ont résisté à toute forme de christianisation29, les Cappadociens semblent avoir perdu la mémoire de ce passé perse. Très peu de vestiges de la colonisation iranienne perdurent30 : pendant l’antiquité tardive, contrairement à l’époque hellénistique et au Haut-Empire, peu de Cappadociens sont connus pour avoir porté un nom perse31. Le calendrier zoroastrien, probablement introduit à l’époque achéménide et employé jusqu’à la période hellénistique32, est encore attesté dans la deuxième moitié du ive siècle, mais il n’est jamais caractérisé en tant que tel. Dans l’une de ses lettres, Grégoire de Nazianze invite son correspondant Théodore à célébrer la fête des martyrs « le vingt-deuxième jour de notre mois de Dathousa33 ». À l’image de Grégoire, Euphrantas de Tyane, lorsqu’il commente cette lettre au concile réuni à Constantinople en 553, ignore l’origine iranienne de ce mois, qu’il consi dère comme spécifique à la Cappadoce34. Seuls les Maguséens, « [d]ispersés dans presque toute la campagne » selon Basile35, continuent d’attester qu’il y a eu, dans la région, domination des Achéménides et colonisation des Perses à l’époque classique. Aussi, lorsqu’au xe siècle Constantin VII rappelle à plusieurs reprises l’influence des Perses en Cappadoce, il exploite peut-être directement les lectures qu’il a pu faire de Polybe36.

Le passé biblique de la Cappadoce

  • 37 Sur la pluralité des représentations du passé, voir Maas, John Lydus, p. 40-41.
  • 38 Sur la Cappadoce dans la Bible, voir E. Beurlier, Dictionnaire de la Bible, t. II, col. 216-218, 18 (...)
  • 39 La Bible d’Alexandrie. Le Deutéronome, tr. fr. C. Dogniez et M. Harl, Paris 1992, Deutéronome, II 2 (...)
  • 40 Septante, Amos IX 7, p. 511. Sur les allophyloi, voir Dictionnaire de la Bible, t. I, col. 390.
  • 41 Sur le traitement et l’actualisation des noms propres de lieu dans le Deutéronome, voir La Bible d’ (...)
  • 42 Eusèbe de Césarée, Onomastikon, Chapitre Γ, Des Nombres et du Deutéronome, p. 62.
  • 43 Jean Chrysostome, Commentarius in sanctum Matthaeum evangelistam, VIII 4, PG 57, col. 86.
  • 44 Théodoret de Cyr, Commentaire sur Isaïe, 4e section, 9, 11.
  • 45 Id., In divini Jeremiae prophetiam interpretatio, IX 47, PG 81, col. 716C-717A.
  • 46 Basile, Commentarius in Isaiam prophetam, 286, PG 30, col. 621B. Les Pères cappadociens n’ont pas c (...)
  • 47 Théodoret de Cyr, In divini Ezechielis prophetiam interpretatio, XII 32, PG 81, col. 1137B, XV 38, (...)
  • 48 Flavius Josèphe, Les antiquités juives, éd. et tr. fr. É. Nodet, Paris 1990, I 6, 1, 125, p. 20, tr (...)
  • 49 Philostorge, HE IX 12 : « Césarée était appelée autrefois Mazaka, tirant son nom du génarque de Cap (...)
  • 50 Isidore de Péluse, I Ep. 281 : « Si les allophyloi remontent aux Cappadociens et si les allophyloi (...)

8Plus encore que son histoire antique, hellénistique et romaine, la tradition protobyzantine semble retenir l’histoire biblique de la Cappadoce37. Les Cappadociens sont en effet connus par plusieurs exégètes comme l’un des peuples de l’Ancien et du Nouveau Testament, conformément aux attestations de la Septante et des Actes des Apôtres38. La Septante mentionne à deux reprises la Cappadoce. Dans le Deutéronome, lorsque Moïse relate la traversée des terres des Édomites, des Moabites et des Ammanites par les Hébreux, il affirme que, de même que les Ammanites ont défait les Raphaïn, de même les Cappadociens ont vaincu les Évéens39. Dans le livre d’Amos, les allophyloi (à savoir les Philistins) sont cités comme étant originaires de Cappadoce40. Dans ces deux cas, la Septante substitue au toponyme du texte massorétique, Caphtor, le terme grec de Kappadokia41, faisant de celle-ci un peuple biblique. Aux ive et ve siècles, Eusèbe de Césarée, Jean Chrysostome et Théodoret de Cyr témoignent du statut que la Cappadoce a ainsi acquis. Le premier présente Gaza, conformément au Deutéronome, comme la « [c]ité des Euaiens dans laquelle des Cappadociens s’installèrent, après avoir tué les Euaiens42 », le second cite Amos43, tandis que le troisième interprète les prophéties d’Isaïe et de Jérémie dans la continuité d’Amos. Pour montrer que les allophyloi et les Grecs peuvent désigner une seule et même communauté, Théodoret de Cyr affirme en effet que des Cappadociens et des Chypriotes ont habité avec les allophyloi44 – il assimile de ce fait les Cappadociens aux Grecs –, n’hésitant pas à considérer, dans son commentaire du livre de Jérémie, que les allophyloi désignent, entre autres, des Cappadociens45. De même que la Septante a fait des Cappadociens un peuple de la Bible, de même Théodoret de Cyr les introduit dans les prophéties d’Isaïe et de Jérémie, par son interprétation du terme d’allophyloi (ce dont s’abstient Basile de Césarée46). Plus encore, et au contraire de la Septante, il identifie, dans son exégèse d’Ézéchiel et d’Isaïe, un certain Mosoch, fils de Japhet, fils de Noé, comme étant l’ancêtre des Cappadociens47. En cela il se conforme à une tradition attestée dans Les Antiquités juives de Flavius Josèphe qui affirme que « [l]es Moshekites, fondés par Moshek, sont appelés aujourd’hui Cappadociens, et un signe manifeste de leur ancien nom le montre : il existe chez eux une ville appelée Mazaca, qui montre à qui peut le comprendre que tel était autrefois le nom de tout le peuple48 ». Philostorge a connaissance de cette tradition : il considère lui aussi Mosoch comme l’ancêtre, le génarque des Cappadociens49, tandis qu’Isidore de Péluse fait allusion aux Cappadociens allophyloi afin de mieux les dénigrer50.

  • 51 Actes des Apôtres, 2, 9-11.
  • 52 Grégoire de Nazianze, Or. XLI 17. Sur les circonstances du discours, ibid., p. 82-83. Grégoire de N (...)
  • 53 I Pierre 1.
  • 54 Jean Chrysostome, Homélie II, dans Jean Chrysostome, Sur l’incompréhensibilité de Dieu, t. I : Homé (...)
  • 55 Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne, III 66.
  • 56 Jean Chrysostome, Commentarius in epistolam ad Romanos, Homilia XXIX, 5, PG 60, col. 660 : « Puisqu (...)

9Ce qui assure la postérité de la Cappadoce comme peuple de la Bible, c’est, plus encore que l’identification des Cappadociens avec les Caphtorim ou celle de leur ancêtre avec Mosoch, le fait qu’ils ont assisté au miracle de la glossolalie le jour de la Pentecôte et qu’ils ont été évangélisés par les apôtres. Suivant les Actes des Apôtres, des habitants de la Cappadoce, entre autres, entendent les apôtres s’exprimer en leur langue51. Grégoire de Nazianze en fait mention dans le discours qu’il prononça à la Pentecôte 379 à Constantinople52 : tout en citant les Actes des Apôtres, il n’omet pas de reconnaître dans les Cappadociens ses compatriotes. Enfin, les habitants de la Cappadoce sont parmi d’autres les destinataires de la Première Épître de Pierre53. Aussi les Cappadociens sont-ils systématiquement cités au nombre des peuples évangélisés, chez Jean Chrysostome54 comme dans la Topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès55. Plus généralement, ils sont nommés, à titre d’exemple, dans plusieurs homélies de Jean Chrysostome, qui n’hésite pas à évoquer la Cappadoce contemporaine56.

  • 57 Voir N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972 (Le monde (...)

10Pour désigner, notamment dans les homélies des exégètes, la partie orientale de l’Asie Mineure, pour être partie prenante de la géographie vétéro- et néo-testamentaire du monde chrétien ainsi que de l’histoire de la romanisation de l’Asie Mineure, la Cappadoce acquiert une identité incontestée au sein du monde protobyzantin et byzantin, son histoire lui donnant unité et personnalité et assurant, peut-être, la survie du toponyme de Cappadoce à l’époque mésobyzantine. C’est en effet l’un des seuls toponymes provinciaux d’Asie Mineure qui résiste à la réforme de l’administration de l’Empire, des provinces aux thèmes : il retrouve une acception administrative et officielle dans la première moitié du ixe siècle (le thème de Cappadoce est attesté à cette époque pour la première fois57), à l’instar de la Paphlagonie et à l’inverse des autres dénominations des provinces de l’ancien diocèse du Pont qui ont alors disparu, celles de Galatie, d’Hélénopont, de Pont Polémoniaque, d’Honoriade, de Bithynie.

L’histoire de la Cappadoce aux IVe, Ve et VIe siècles

11Pourtant la Cappadoce est presque dénuée de toute histoire aux ive, ve et vie siècles, en l’absence de chronique ou de géographie qui lui soit consacrée et qui soit conservée. On sait certes, par la Souda, qu’au ive siècle probablement, un sophiste cappadocien, Eustochios, rédigea une Archéologie de la Cappadoce et d’autres peuples. Toutefois, ce traité ayant été perdu, la Cappadoce n’est jamais l’objet principal d’une œuvre ou d’un discours, elle n’est jamais au cœur des sources qui constituent comme un corpus décalé par rapport à notre objet d’études, en raison de la spécificité des vestiges matériels, archéologiques ou épigraphiques, et de la primauté des textes dont les auteurs ne mentionnent qu’incidemment la province.

Les vestiges matériels

Archéologie

  • 58 Sur les sites mentionnés ci-après, voir la carte de localisation donnée en annexe.
  • 59 Le site de Kırşehir (identifié avec Aquae Saravenae, une étape de la route Ancyre–Césarée suivant T (...)
  • 60 Sur Şar/Komana, aux frontières des provinces de Cappadoce et d’Arménie, voir R. Harper, I. Bayburtl (...)
  • 61 Sur Topaklı, situé à 65 km au nord-ouest de Kayseri, voir L. Polacco, Topaklı: Campaign of Excavati (...)
  • 62 Sur Porsuk, à l’extrémité méridionale de la Cappadoce, voir, entre autres, O. Pelon, Six campagnes (...)
  • 63 Berger, Viranşehir (1998). Equini Schneider, Varia Cappadocica (1997). Berges et Nollé, Tyana (2000 (...)
  • 64 Les témoignages de ces auteurs des époques moderne et contemporaine ont été réunis dans la TIB 2. I (...)
  • 65 À l’exception des sites que nous avons cités, les vestiges romains et byzantins ne sont mentionnés (...)
  • 66 Yenipinar, Şahinefendi.
  • 67 Ayant adopté la périodisation mise en place par G. de Jerphanion, ils désignent, par le terme de pa (...)

12Si des investigations conduisirent les archéologues à étudier différents sites de Cappadoce, elles furent le plus souvent consacrées à des vestiges des périodes du bronze et du fer58. À l’exception des sites de Kırşehir59, de Komana60 et de Topaklı61, examinés à la fin des années 1960 et au début des années 1970, de celui de Porsuk, fouillé à intervalles irréguliers sur plus de vingt ans62, il faut attendre la dernière décennie pour voir les archéologues s’intéresser plus systématiquement aux périodes romano-byzantines. Les études, récemment publiées, d’Albrecht Berger, d’Eugenia Equini Schneider, de Dietrich Berges et de Johannes Nollé sur la région du Hasan Dağı63, confirment l’importance des vestiges antiques en Cappadoce, conformément aux descriptions laissées par les voyageurs des xviiie, xixe et xxe siècles64. Pourtant, et même si les ves tiges de Tyane et de ses environs sont systématiquement inventoriés et décrits par Berges et Nollé, un seul site de la période protobyzantine est étudié en tant que tel, celui de Viranşehir, aux pieds du Hasan Dağı, le reste des ves tiges romains et byzantins ne faisant ou n’ayant fait l’objet d’aucune prospection archéologique65. Il faut excepter le site localisé à proximité du village de Şahinefendi où ont été récemment découverts et fouillés les vestiges d’une salle de réunion, d’une église (postérieure), de tombes (dont une renfermant le squelette d’un adulte), de thermes et d’autres bâtiments non identifiés, particulièrement de mosaïques qui dateraient de l’époque tardo-antique66. Les autres monuments de Cappadoce qui sont examinés et analysés, notamment les églises rupestres, sont encore considérés comme postérieurs au ive siècle, y compris, probablement, les édifices définis comme paléochrétiens par les historiens de l’art français67.

  • 68 Voir Jolivet-Lévy, Cappadoce, p. 14-16.
  • 69 C. Mango, The Art of the Byzantine Empire 312-1453, Toronto 1986, p. 26-27 (Grégoire de Nazianze, O (...)
  • 70 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 177 et 178. Sur ces épigrammes, voir G. Petzl, Die Epigramme des (...)
  • 71 AASS, Novembris III, p. 331, 4.

13Il y a comme un hiatus chronologique entre la majeure partie des vestiges de la région qui sont datés, avec approximation le plus souvent, et les témoignages littéraires, les premiers datant des ixe-xiiie siècles, les seconds des ive-vie siècles68, faute de correspondance entre la documentation archéologique et ces témoignages de l’antiquité tardive, ceux de Grégoire de Nysse et de Grégoire Nazianze particulièrement. On ne peut identifier les quelques édifices décrits par ces deux évêques69, pas plus qu’on ne conserve d’allusions aux vestiges de Cappadoce dans les témoignages littéraires. Il n’y a encore aucune certitude que le site de Viranşehir ait été celui de Môkissos. Tout au plus peut-on reconnaître dans les tombeaux encore visibles en Cappadoce les sépultures antiques que Grégoire de Nazianze évoque en quelques mots70 – ou voir dans les paysages contemporains la grotte que l’auteur de la Passio prior de Hiéron mentionne71.

  • 72 Étude de quelques tombeaux antiques et byzantins dans Thierry, Nécropole de Göreme, et Id., La Capp (...)
  • 73 Voir dans Arts de Cappadoce les contributions de L. Giovannini (« Le territoire et les établissemen (...)
  • 74 Texier, Description de l’Asie Mineure, t. II, p. 8.
  • 75 Arts de Cappadoce : mise en place d’une typologie des villages rupestres, reprise par R. Bixio, Sur (...)
  • 76 Dans Le Città sotterranee della Cappadocia, R. Bixio, La cultura rupestre nell’ area mediterranea i (...)
  • 77 Varron, Économie rurale, éd. et tr. fr. J. Heurgon, Paris 1978 (CUF), I 57 (mention de greniers à b (...)
  • 78 Dans Le Città sotterranee della Cappadocia, A.-R. Bicchi, E. Burri, M. Castellani, V. Castellani et (...)
  • 79 R. Bixio, F. Dal Cin et M. Traverso, Cappadocia: un apiario rupestre. Un nuovo tipo di cavità artif (...)
  • 80 Dans Le Città sotterranee della Cappadocia, V. Castellani, Human Underground Settlements in Cappado (...)

14Les vestiges antiques, principalement des tombeaux romains éparpillés dans la campagne72, ou encore des installations rupestres, souterraines ou non, échappent aux exigences d’une étude chronologique. La grossièreté du matériel interdit toute datation précise73 et explique les avertissements et les jugements pessimistes de Charles Texier, dans sa Description de l’Asie Mineure : « Avec un pareil peuple, l’histoire de l’art est une science incertaine, car pour lui tous les siècles se ressemblent, et tout en se creusant des tanières impérissables, il n’a jamais songé à écrire une ligne sur ses murailles, pour que ses descendants puissent avoir au moins une idée quelconque de la langue qu’il parlait […]74 », comme si la continuité dans l’histoire interdisait l’histoire. Les études des cités souterraines de Cappadoce sont principalement des études structurelles, consacrées aux systèmes de défense, particulièrement les portes et les tunnels, aux installations hydrauliques et aux tombes rupestres75. Les travaux dirigés par Roberto Bixio ont pour objet la « civilisation » ou la « culture » rupestre de Cappadoce (on remarque que chaque village de Cappadoce comprend un établissement excavé dans les dépôts volcaniques), définie grâce à un inventaire des sites et une typologie des établissements76. Décrites avec précision, les cités ou installations souterraines ne sont pas datées, faute d’inscriptions et de tout autre témoignage écrit, même si Varron, Théodoret de Cyr, la Passio prior de Hiéron, Léon le Diacre attestent, à différentes époques, l’utilisation de cavités, naturelles ou artificielles, par les Cappadociens77. De la très grande altération naturelle des aménagements hydrauliques les chercheurs concluent l’ancienneté de cette civilisation78. L’excavation d’églises à l’époque byzantine laisse tout au plus supposer que la majeure partie des établissements a été aménagée à cette période, les ruchers, étudiés en dernier lieu, et, particulièrement, les installations défensives, qui auraient été creusées à la suite des expéditions arabes en Cappadoce79. Ces installations comprennent à la fois des chambres extérieures, qui font fonction d’abris thermiques, et des cavités intérieures, auxquelles on accède par d’étroits tunnels : fermées par des meules, ces dernières pouvaient protéger temporairement une communauté80. Il est vrai que rien, ou pratiquement, ne justifie, aux ive, ve et vie siècles, l’aménagement de ces chambres défensives.

  • 81 Equini Schneider, Varia Cappadocica, p. 156, p. 174, p. 185, p. 196.
  • 82 Voir Lemaigre Demesnil, L’architecture religieuse rupestre, p. 101-102, p. 353.

15Les données archéologiques et l’analyse historique se déploient à deux échelles temporelles différentes, qu’en l’absence de témoignages épigra phiques, plus particulièrement d’inscriptions datées, il est difficile de concilier. Les vestiges antiques et protobyzantins ne font donc que rappeler la continuité du peuplement en plusieurs sites de Cappadoce – ainsi, les chambres funéraires antiques sont réutilisées à l’époque byzantine soit à des fins identiques soit comme habitations81 –, attester l’ancienneté de l’implantation des églises dans les villages de Cappadoce, en même temps que témoigner de la proximité architecturale de ces monuments, tombeaux et églises, avec ceux des régions d’Orient, Cilicie et Syrie particulièrement82.

Épigraphie

  • 83 Voir, par exemple, C. Jolivet-Lévy et G. Kiourtzian, Découvertes archéologiques et épigraphie funér (...)
  • 84 Une inscription mentionne le préfet du prétoire d’Orient Fl. Domitius Modestus : désormais, Berges (...)
  • 85 Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration ; Jacopi, Esplorazioni e studi ; G. de Jerphanion, In (...)
  • 86 À la liste qui suit, on peut ajouter les inscriptions de Komana publiées par R. P. Harper (Komana c (...)
  • 87 Eyice et Noret, S. Lucien (inscription de Kırşehir datée des ve-vie siècles).
  • 88 Thierry, Un problème de continuité ou de rupture (inscription n° 1 reprise par I. Ševčenko, A Shado (...)
  • 89 Sheppard, St. George and the Angels.
  • 90 T. Drew-Bear, Un eunuque arménien en Cappadoce, EA 4, 1984, p. 139-150 (inscription datée de la fin (...)
  • 91 Kiourtzian, Psaume 131 (trois inscriptions d’Ürgüp et de sa région des ve-vie siècles).
  • 92 Berges et Nollé, Tyana.
  • 93 Equini Schneider, Classical Sites in Anatolia, p. 431-432 (deux inscriptions grecques de Nenizi-Bek (...)

16Si, depuis le xviiie siècle, voyageurs et savants ont relevé diverses inscriptions, grecques ou latines, en Cappadoce, très peu sont datées des ive, ve et vie siècles : il s’agit soit d’inscriptions des époques hellénistique et romaine (Haut-Empire), soit d’inscriptions peintes au Moyen Âge83. Il est vrai que beaucoup ont été anciennement et mal éditées, en l’absence de toute photographie, d’après des reproductions manuscrites, et dans l’ignorance de la provenance de la pierre. De nombreuses inscriptions sont donc datées avec approximation et qualifiées tantôt d’hellénistiques, tantôt de romaines, tantôt de chrétiennes ou byzantines. Rares sont les inscriptions qui sont explicitement datées de la période paléochrétienne, voire de l’antiquité tardive. Il faut attendre les deux dernières décennies pour trouver une telle caractérisation, qui demeure le plus souvent aléatoire en l’absence d’éléments assurés de datation, à une exception notable près84. Des savants ayant publié des inscriptions paléochrétiennes sans les présenter en tant que telles85, des chercheurs s’attachèrent plus spécifiquement à cette période et à cette région, à l’occasion de fouilles ou de recherches de surface86 : Semavi Eyice et Jacques Noret en 197387, Nicole Thierry en 1977 et 198488, A. R. R. Sheppard en 197989, Thomas Drew-Bear en 1984, 1987 et 199190, Georges Kiourtzian en 199791, Dietrich Berges et Johannes Nollé en 200092. Les inscriptions du Haut-Empire n’en continuent pas moins d’être éditées ou rééditées en plus grand nombre, comme en témoignent les publications les plus récentes, celles d’Eugenia Equini Schneider en 1993 et 1997, de David French en 1997, de Dietrich Berges et de Johannes Nollé en 200093.

  • 94 Voir pour le Haut-Empire les remarques préliminaires de D. H. French, Inscriptions from Cappadocia (...)
  • 95 Désormais Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 196-197, no 20 (inscription chrétienne de Yarhisar, à qu (...)
  • 96 Désormais ibid., t. I, p. 272-273, no 111 (épitaphe chrétienne de Bor).
  • 97 Jacopi, Esplorazioni e studi, p. 18 (épitaphe paléochrétienne de Kırşehir).
  • 98 Ibid., p. 33-36 et Thierry, Un problème de continuité ou de rupture, p. 116, no 2 (épitaphe paléoch (...)
  • 99 Thierry, Un problème de continuité ou de rupture, p. 118, no 4 (épitaphe paléochrétienne de Derinku (...)
  • 100 Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration, p. 127, no 103 (inscription chrétienne un peu au sud (...)
  • 101 Thierry, Un problème de continuité ou de rupture, p. 118, no 5 (inscription paléochrétienne d’Ereğl (...)
  • 102 Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration, p. 94-95, no 79 (épitaphe chrétienne de Malakopéa/De (...)
  • 103 Jacopi, Esplorazioni e studi, p. 36 et Thierry, Un problème de continuité ou de rupture, p. 118, no(...)
  • 104 Théodore : inscription chrétienne de Dendil publiée par G. de Jerphanion, Inscriptions de Cappadoce (...)
  • 105 Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 262-263, no 102 (inscription bilingue de Kemerhisar, maintenant au (...)

17Ces inscriptions suscitent peu d’intérêt car il s’agit avant tout d’épitaphes, plus encore qu’au Haut-Empire et qu’à l’époque hellénistique94, rarement de dédicaces et d’inscriptions de construction, de milliaires et de décrets impériaux. Elles font connaître partiellement et approximativement la localisation de cités ou de villages de la région pendant l’antiquité tardive, le répertoire anthroponymique et les cultes de la Cappadoce protobyzantine. Elles permettent aussi l’inventaire de quelques fonctions ou statuts : les épitaphes nomment la xénodochos Euphronia95, le scriniarios Georges96, le notarios Étienne97, la diaconesse Marie98, le comte Pantaléôn99, le tailleur de marbre Paul100, le didaskalos Paul101, le presbytéros Phalérios102, la clarissime Sôsipatra103, les évêques Théodore et Chariton104, les soldats Théodore et Vitalianus105. À l’instar des vestiges archéologiques, elles témoignent enfin des limites de la documentation littéraire, qui, parce qu’elle n’a jamais eu la Cappadoce comme principal objet de considération, livre des informations d’un autre ordre, en dépit de la diversité des textes retenus.

Les auteurs

18Ces textes, grecs, latins, arméniens ou syriaques, qui évoquent, à un titre ou à un autre, la Cappadoce ou les Cappadociens, furent rédigés soit par des Cappadociens, soit par des auteurs étrangers à la région. Ils forment pourtant un seul et unique corpus qui a pour objet moins l’histoire de la Cappadoce que celle de l’Empire et de ses institutions.

Les écrivains cappadociens et la Cappadoce ou l’absence d’historiographie cappadocienne

19Les écrits que des Cappadociens – Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze, Grégoire de Nysse, Amphiloque d’Ikonion, Philostorge, Firmos de Césarée – nous ont légués – des discours, des correspondances, une histoire ecclésiastique –, n’ont jamais pour premier objet la patrie de leurs auteurs.

  • 106 Basile, Ep. 204, 6. Sur ce thème et son exploitation par Basile et Grégoire de Nysse, voir Rousseau(...)

20Bien que Basile et son ami Grégoire aient été éduqués en différentes cités de l’Empire, que l’évêque de Césarée ait effectué des visites épiscopales en plusieurs provinces du Pont, que Grégoire de Nazianze ait prêché et ait été évêque à Constantinople, que Grégoire de Nysse ait eu en charge des missions ecclésiastiques à Antioche, dans la province romaine d’Arabie et à Constantinople, l’histoire de chacun de ces trois Pères eut principalement pour champ la Cappadoce ; aussi sont-ils considérés à juste titre par la tradition comme étant les Cappadociens. Nés tous trois dans des familles de Cappadoce, Basile fut prêtre puis évêque de l’église de Césarée ; Grégoire accepta de servir son père dans son ministère, à Nazianze, puis se retira dans sa province après un séjour à Constantinople de 378/379 à 381 ; Grégoire de Nysse fut consacré évêque en Cappadoce. La Cappadoce semble avoir conservé son importance pendant toute leur vie, aucun ne l’ayant quittée durablement. Seul Amphiloque, en acceptant l’épiscopat d’Ikonion, quitta la Cappadoce, sans pour autant s’expatrier (sa mère était lycaonienne, semble-t-il). Les carrières des trois premiers évêques sont conformes à la mémoire de la famille de Basile de Césarée et de Grégoire de Nysse, mémoire ancrée dans l’histoire du christianisme du Pont et de la Cappadoce. Basile et son frère Grégoire n’hésitent pas à évoquer leurs ancêtres aux côtés de Grégoire le Thaumaturge, considéré comme la figure tutélaire des chrétiens de la région. En faisant de leur grand-mère Macrine le réceptacle de l’enseignement qu’il dispensa, ils légitiment la place de leur famille, particulièrement la leur, dans l’histoire des églises d’Asie Mineure orientale, comme si la filiation était évidente106. L’influence qu’exerça Eustathe de Sébaste sur la vie et l’œuvre de Basile de Césarée témoigne encore de l’importance du cadre régional, une influence qui fut momentanément revendiquée par Basile dans son expérience de l’ascétisme et sa réflexion à ce sujet, une influence que des historiens contemporains décèlent également dans la position homéousienne adoptée par Basile avant son élection à l’épiscopat. L’ensemble de ces données biographiques suggère que l’œuvre théologique et religieuse de l’évêque de Césarée s’est construite dans un espace donné, espace auquel appartenait également celui qui fut pourfendu par Basile et Grégoire de Nysse, Eunomios.

  • 107 Rousseau, Basil of Caesarea, p. 24.
  • 108 Fedwick, Church and Charisma of Leadership, p. 1, p. 101-128 : l’évêque a œuvré pour la restauratio (...)
  • 109 Grégoire de Nazianze, Or. XXVI 14, l. 15, tr. J. Mossay : « Mequalifieront-ils d’exilé ? Quelle idé (...)

21Pourtant Basile de Césarée et Grégoire de Nysse relatent et interprètent l’histoire de leur propre famille à la lumière de l’histoire de l’Église, des persécutions qu’elle a subies et de son essor107. Leur réflexion théologique, leur engagement ecclésiastique et social n’ont jamais pour seul et unique cadre la Cappadoce. Bien plus, ils semblent n’avoir de cesse de dépasser celui-ci. Toute l’action et toute l’œuvre de Basile de Césarée ont été analysées comme une tentative pour mettre en pratique une conception communautaire et universaliste de l’Église, qui impose de prendre en considération l’ensemble des Églises, jamais la seule Église de Césarée108. Suivant un lieu commun, qui est peut-être hagiographique, Grégoire de Nazianze nie, à l’occasion, toute pertinence de l’idée de patrie, dans son cas comme dans celui de Basile109.

  • 110 Voir Giet, Basile, p. 158-167, particulièrement p. 160, p. 164 (du domaine familial à la Cappadoce)

22La tension entre l’identité cappadocienne de ces Pères et la vertu œcuménique de leur action (cela vaut pour Grégoire de Nazianze, qui, au nom de la défense de l’orthodoxie, accepta de gagner Constantinople, comme pour Basile) justifie la place contradictoire de la Cappadoce dans leurs œuvres. Tandis qu’ils laissent affleurer, dans leurs correspondances, la réalité de la province – en évoquant les relations avec les autorités provinciales, les difficultés fiscales des contribuables cappadociens, la rivalité et les conflits qui divisent leur communauté –, qu’à l’occasion ils font référence à la patrie, ils ne décrivent jamais le monde cappadocien. Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze et Grégoire de Nysse ne rédigèrent, semble-t-il, aucun tableau de la province, de ses cités ou de ses campagnes, ne prononcèrent aucun éloge, si ce n’est apologétique, de leur patrie. Eux-mêmes et Firmos de Césarée n’évoquent la Cappadoce que lorsqu’elle est en péril, comme si seule l’urgence ou la crise justifiait sa mention : en 371/372, lorsque la province est scindée en deux sur ordre de Valens, ou au lendemain du concile d’Éphèse, quand Firmos de Césarée désire tout à la fois accroître le rayonnement de sa métropole, limiter les effets de la famine dans la région et renforcer le gouvernement de la province. Ils omettent, sinon, de préciser l’acception qu’ils donnent au terme de Cappadoce. Plus que la Cappadoce, ils mentionnent leur patrie, ce dernier terme désignant, chez Basile de Césarée, tantôt l’ensemble de la région tantôt la cité de Césarée110. Ainsi font-ils de la Cappadoce une réalité sous-jacente mais ambiguë, partiellement occultée.

  • 111 On peut élargir la critique que J. Gribomont, Notes biographiques sur s. Basile le Grand, dans Basi (...)

23Plus encore, les auteurs cappadociens omettent de s’inscrire dans une histoire ou une géographie données, de dater et de localiser leurs propos. Les discours que Basile et Grégoire de Nazianze prononcent dans leurs évêchés respectifs reflètent-ils l’histoire de la région ? Lorsqu’ils stigmatisent l’enrichissement de certains, en puisant maintes images dans les Écritures, se contentent-ils de commenter un thème biblique et évangélique ou font-ils allusion à de réelles tensions sociales en Cappadoce ? Même lorsqu’ils eurent pour auditoire des Cappadociens, il semble peu probable que la Cappadoce constitue l’unique référence de la prédication des Pères, ce qui interdit de considérer leurs homélies comme autant de miroirs de la réalité sociale et économique de la région111. Du fait de leur culture exégétique, patristique et historique, de leur double appartenance à l’élite culturelle et à la communauté chrétienne de l’Empire, leurs propos n’ont pas nécessairement un enjeu en Cappadoce.

  • 112 Sur la patrie de Philostorge, voir Grégoire, Géographie byzantine.
  • 113 À une exception près : Philostorge, HE XI 8, mentionne les expéditions des Isauriens en Cappadoce.
  • 114 Sur ce point, voir A. Emmett Nobbs, Philostorgius’ View of the Past, Reading the Past in Late Antiq (...)

24La Cappadoce est à peine mieux connue à l’issue de la lecture de l’Histoire ecclésiastique de Philostorge (368-429), un écrivain cappadocien laïc, qui rédigea, dans les années 420, une histoire arienne de l’Église, couvrant les années 300-425112. L’œuvre, conservée de manière fragmentaire, en raison probablement de l’arianisme militant de son auteur, retrace l’itinéraire d’Eunomios, un aîné et un compatriote de Philostorge en même temps qu’une figure de proue de l’arianisme radical. Quoiqu’écrite par un Cappadocien et conçue comme l’apologie, voire la biographie, d’un autre Cappadocien, elle ne mentionne la Cappadoce qu’à travers les conflits qui divisèrent l’Église au ive siècle et la participation des Cappadociens à ces derniers. Tout au plus l’œuvre de Philostorge fait-elle l’histoire des anti-nicéens et du subordinatianisme en Cappadoce, en mentionnant les figures ou les itinéraires d’Astérios, de Grégoire et de Georges d’Alexandrie, d’Eunomios et de son disciple Théophronios113. Lorsque les eunomiens sont condamnés et exclus par Théodose Ier, elle cesse de relater l’histoire de l’Église114, et ne fait plus mention de la Cappadoce.

25L’« historiographie cappadocienne », qu’elle soit orthodoxe ou arienne, est dominée dans les faits par les conflits contemporains, qui modelèrent alors l’histoire de l’Empire, et non par l’histoire de la seule Cappadoce. En ne différant pas de l’historiographie générale, elle témoigne de ses propres limites ainsi que des limites du genre monographique conçu avec trop d’exclusivité, comme si l’histoire de la Cappadoce n’avait de sens que dans et par rapport à l’histoire de l’Empire, ce que confirme l’ensemble des textes qui évoquent, à un titre ou à un autre, la Cappadoce et qui, tous, font l’histoire de l’Empire aux ive, ve et vie siècles : des chroniques, des histoires, profanes et ecclésiastiques, des traités administratifs, les codes juridiques, des récits hagiographiques ou biographiques, des discours ou encore des correspondances.

La Cappadoce dans l’histoire de l’Empire

  • 115 Eutrope, Breviarium : la mort de Constance II entre Cilicie et Cappadoce.
  • 116 Ammien Marcellin, Histoire : l’exil de Julien en Cappadoce, les séjours de Constance II et de Jovie (...)
  • 117 Zosime, Histoire nouvelle : la contribution de la Cappadoce à la campagne de Licinius contre Consta (...)
  • 118 Procope, De bello vandalico : l’exil et le décès de Basiliskos et de sa famille en Cappadoce.
  • 119 Marcellinus Comes, Chronique : l’exécution du maître des offices Paulin à Césarée de Cappadoce sous (...)
  • 120 Malalas, Chronographia : la révélation de la mort de Julien à Basile de Césarée ; la création de la (...)
  • 121 Agathias, Histoires : le commandement du Cappadocien Jean Daknas en Lazique sous le règne de Justin (...)
  • 122 Théophylacte Simocatta, Histoire : l’hivernage de Maurice et de son armée à Césarée de Cappadoce so (...)
  • 123 Origo Constantini Imperatoris : l’assassinat de Martinianus en Cappadoce après la victoire de Const (...)
  • 124 Chronicon Paschale : la mission confiée par Constantin à Hannibalianus en Cappadoce ; la révélation (...)
  • 125 Averil Cameron, Procopius and the Sixth Century, Berkeley et Los Angeles 1985 (Th e Transformation (...)
  • 126 La Cappadoce n’est ainsi jamais mentionnée dans les fragments conservés de l’Histoire de Ménandre l (...)
  • 127 Malalas est probablement né à Antioche ou dans les environs. Cette focalisation sur Antioche vaut d (...)

26La Cappadoce n’est en effet mentionnée par les historiens ou les chroniqueurs de l’antiquité tardive que lorsqu’elle participe de l’histoire de l’Empire. Eutrope115, Ammien Marcellin116, Zosime117, Procope118, le comte Marcellin119, Malalas120, Agathias121, Théophylacte Simocatta122, les auteurs de l’Origo Constantini Imperatoris123 et du Chronicon Paschale124 évoquent la Cappadoce à l’occasion de quelques faits qui, presque tous, se rapportent à l’institution impériale : les séjours des empereurs, les relations, pacifiques ou conflictuelles, avec le pouvoir impérial, les mesures promulguées en sa faveur ou à ses dépens, les exils qui y furent purgés, les expéditions ennemies. À l’exception peut-être de Malalas, chacun de ces auteurs ne consacre qu’une place sommaire à la Cappadoce, soit qu’ils aient écrit à Constantinople ou pour les habitants de Constantinople (la plupart d’entre eux sont néanmoins des provinciaux), soit qu’ils aient préféré témoigner des faits militaires de l’Empire, soit enfin qu’ils aient exclu, plus ou moins systématiquement, tout fait ecclésiastique, à l’image, par exemple, des histoires de Procope et d’Agathias125. Conçues comme des relations quasi exclusives des guerres de Justinien en Orient, en Afrique ou en Italie, elles n’évoquent que fort peu la Cappadoce, qui fut épargnée par la guerre tout au long de l’antiquité tardive, à trois exceptions près. Parce qu’en paix, la Cappadoce est comme exclue de l’histoire militaire de l’Empire faute de constituer un quelconque enjeu entre les fronts de conflit ou de reconquête et Constantinople126. Pourtant, tout en désignant l’institution impériale comme le principal acteur de l’histoire, les historiens et les chroniqueurs, du moins Procope et Agathias, font connaître quelques personnalités cappadociennes qui participèrent aux campagnes militaires ou à l’administration de l’Empire, conformément à la tradition historiographique dont ils revendiquent l’héritage. S’il n’y avait ces Cappadociens, au premier rang desquels le préfet du prétoire d’Orient, Jean, la Cappadoce n’aurait pas d’histoire au vie siècle, du moins d’histoire profane. Seuls les historiens ecclésiastiques, qui tous évoquent la Cappadoce, – ou encore les hagiographes – font que la Cappadoce participe de l’histoire de l’Empire tout au long des ive, ve et vie siècles. Si Malalas, plus que les autres chroniqueurs ou historiens profanes, mentionne la Cappadoce, c’est peut-être parce qu’il n’exclut pas tout fait d’histoire ecclésiastique (et parce qu’il choisit Antioche comme point de référence de toute son œuvre127).

  • 128 Socrate présente des notices sur Alexandre de Jérusalem, Astérios, Georges d’Alexandrie, Eustathe d (...)
  • 129 Sozomène mentionne les mêmes personnes et les mêmes faits que Socrate (à l’exception d’Alexandre de (...)
  • 130 Outre Basile, les deux frères de celui-ci, Grégoire de Nysse et Pierre, et Grégoire de Nazianze, Th (...)
  • 131 Gélase de Cyrique n’évoque que Léontios de Césarée et Eupsychios de Tyane au concile de Nicée. Théo (...)
  • 132 Si Zacharie de Mytilène, condisciple de Sévère élu évêque de Mytilène sous Justinien Ier, et son co (...)
  • 133 Jean d’Éphèse évoque des moines de Cappadoce, l’origine de Maurice (et l’histoire de sa ville, Arab (...)
  • 134 De même que seul Zacharie de Mytilène, dont il utilise l’Histoire ecclésiastique dans les livres II (...)
  • 135 Allen, Evagrius Scholasticus, p. 63-64.

27Philostorge, Socrate128, Sozomène129, Théodoret de Cyr130, le prétendu Gélase de Cyzique, Théodore le Lecteur131, Zacharie de Mytilène132, Jean d’Éphèse133 et Évagre134 font des évêques de Cappadoce, à l’instar des plus illustres d’entre eux, Basile de Césarée, Grégoire de Nazianze et Grégoire de Nysse, et de l’ensemble des évêques, des acteurs à part entière de l’histoire de l’Église de l’Empire. Les cinq premiers tout particulièrement, qui font connaître l’action des Cappadociens dans l’Église, témoignent de l’importance du christianisme comme facteur d’intégration à l’Empire romain d’Orient. Ils exposent les conflits qui divisèrent les communautés chrétiennes et relatent la genèse de l’orthodoxie comme un processus qui intéressa l’ensemble de l’Empire. En mentionnant à l’occasion les positions des évêques de Cappadoce en même temps que celles de leurs collègues et des autorités profanes, ils reconnaissent à la Cappadoce ce que les historiens de la guerre ne peuvent lui concéder, à savoir une participation active à l’histoire de l’Empire, en même temps que de l’Église. Zacharie de Mytilène et son continuateur, Théodore le Lecteur, Jean d’Éphèse et Évagre n’hésitent d’ailleurs pas à mentionner des faits séculiers, dans l’impossibilité de dissocier histoire politique et histoire ecclésiastique de l’Empire135.

  • 136 Voir, par exemple, la Chronique de Georges le Moine ou encore, et postérieurement, celle de Kédrèno (...)
  • 137 Théophane mentionne le séjour de Gallus et de Julien au domaine de Makellè, le confl it qui opposa J (...)

28Les chroniqueurs byzantins, héritiers de la double tradition, profane et ecclésiastique, de l’historiographie des ive, ve et vie siècles, restituent a posteriori, et en dépit de simplifications, les enjeux de l’histoire de la Cappadoce pendant l’antiquité tardive. En mentionnant les combats de Basile de Césarée et de Grégoire de Nazianze en faveur du concile de Nicée, les exils des adversaires de l’empereur régnant dans les provinces de Cappadoce ou d’Arménie II, l’invasion des Huns Sabirs sous Anastase136, voire, comme Théophane, les relations conflictuelles entre l’empereur Julien et la Cappadoce, la condamnation du concile de Chalcédoine par des évêques de la région ou encore les faits et gestes de Théodore le Cappadocien dans la guerre vandale137, ils désignent comme principes ou moteurs de cette nouvelle histoire de la Cappadoce empereurs et évêques, deux institutions que d’autres documents font connaître.

29Tandis que les actes des conciles, principalement des conciles œcuméniques, les discours ou les correspondances d’Athanase d’Alexandrie, de Jean Chrysostome, de Théodoret de Cyr, de Sévère d’Antioche, attestent les positions des métropolites de Césarée, sinon des évêques de Cappadoce, dans les conflits qui divisèrent l’Église aux ive, ve et vie siècles, les codes juridiques, plus encore que les chroniques contemporaines, font connaître la place de l’institution impériale dans les provinces de Cappadoce. Promulguée le 18 mars 536, la novelle XXX de Justinien – le seul texte à traiter principalement de la Cappadoce – justifie la création de la fonction de proconsul de Cappadoce et décrit la crise des institutions de l’Empire dans la région : elle évoque les difficultés, politiques et sociales, de cette dernière en considérant les intérêts de l’empereur et de l’État. Si elle montre la crise de l’administration provinciale et des maisons divines de Cappadoce, la novelle, qui privilégie l’analyse institutionnelle, omet d’en citer nommément les acteurs. Participant d’une réforme plus générale des provinces de l’Empire, dont on ignore la postérité immédiate, elle offre une vision normative de la région, vision qui assigne à celle-ci une place dans l’histoire de l’Empire romain d’Orient en même temps qu’elle réaffirme la fonction des institutions de gouvernement dans les provinces concernées, conformément à ce que suggèrent les traités administratifs, la Liste de Vérone et la Notitia Dignitatum (ou encore le Synekdèmos de Hiéroklès), ainsi par exemple que les itinéraires (qui, comme l’Itinerarium Burdigalense, énumèrent les étapes du cursus publicus). La novelle XXX témoigne comme a contrario de la vigueur des liens qui unirent la Cappadoce à l’Empire.

30La Cappadoce acquiert encore une visibilité grâce aux actions de ses citoyens. De même que Procope et Agathias ou les historiens ecclésiastiques font connaître brièvement des soldats, des évêques ou des hérétiques cappadociens, de même des correspondances – celles de Julien, de Libanios, de Jean Chrysostome, d’Isidore de Péluse, de Firmos de Césarée, de Sévère d’Antioche –, des discours, des biographies, celles des sophistes cappadociens par Eunape, ou des hagiographies exposent les faits et gestes de quelques-uns de leurs compatriotes. Avec les correspondances de Basile de Césarée, de Grégoire de Nazianze et de Grégoire de Nysse et l’Histoire ecclésiastique de Philostorge, elles fondent une prosopographie des Cappadociens dont les actes éclairent l’histoire de leurs provinces indépendamment des institutions locales et centrales, épiscopales et impériales. Il n’y a pourtant pas de rupture entre les itinéraires de ces Cappadociens et l’histoire de ces institutions, les premiers participant le plus souvent de la seconde. Les biographies de ces Cappadociens, sans véhiculer la vision institutionnelle et, souvent, constantinopolitaine des chroniqueurs et des historiens, attestent encore, au cas par cas, l’influence, voire l’attraction de ces mêmes institutions.

31Que les auteurs aient été cappadociens ou non, qu’ils mentionnent la Cappadoce ou ses ressortissants dans le cadre ou indépendamment de tout projet historiographique ou littéraire, l’histoire de la Cappadoce ne fait que ressortir de l’histoire plus générale de l’Empire, ne laissant de trace que dans la mesure où elle participe de celle-ci. La Cappadoce n’a d’histoire que dans l’Empire et par rapport à l’Empire, comme si elle était étroitement et nécessairement solidaire de celui-ci aux ive, ve et vie siècles.

La Cappadoce dans l’Empire

  • 138 L’ensemble de ces données a été inventorié par Teja, Capadocia en el siglo iv, p. 23-36 et Id., Die (...)
  • 139 Anonymi auctoris chronicon ad annum Christi 1234 pertinens, CXXIV.
  • 140 Voir Tate, Campagnes de la Syrie du Nord, t. I, p. 347.

32Si les naturalistes antiques ont dressé l’inventaire des richesses minéralogiques et botaniques de la région, si les Pères qui en étaient originaires évoquent ses capacités agricoles et la diversité de ses cultures, – céréaliculture et élevage, culture de la vigne, des fruits et des légumes –, si les produits de ses ateliers textiles et sidérurgiques sont bien attestés, étant exportés138, on ne peut en revanche apprécier la vitalité de son économie dans l’Empire. Outre la richesse de ses ressources naturelles, la fondation de cités, l’édification ou l’excavation de lieux de culte chrétiens, la description de Césarée comme une ville opulente au moment de sa prise par les Arabes en 647139 excluent toute analyse trop pessimiste de son économie, d’autant que sa population, moins nombreuse qu’en d’autres provinces à en croire son urbanisation, a peut-être cru pendant cette période. L’émigration des Cappadociens dans tout l’Empire sanctionne-t-elle, à l’instar de la Syrie, une « surcharge démographique140 » à la suite d’une expansion de la population pendant l’antiquité tardive ? Ces attestations, trop diverses et éparses pour fonder une histoire économique et démographique de la région, caractérisent néanmoins la place de la Cappadoce et des Cappadociens dans l’Empire.

  • 141 Van Dam, Kingdom of Snow ; Id., Becoming Christian. The Conversion of Roman Cappadocia, Philadelphi (...)
  • 142 La discontinuité des informations est patente : abondantes dans la seconde moitié du ive siècle, el (...)

33Si, dans une trilogie qui traite de l’hellénisation, de la romanisation et de la christianisation de la Cappadoce au ive siècle141, Raymond Van Dam a pu en analyser les institutions, la société (notamment la famille) et la culture, profane ou religieuse, grâce à l’étude des biographies des Cappadociens qui nous sont connus dans cette seconde moitié du ive siècle, seuls les institutions, les actes et les processus politiques sont encore attestés avec assez d’évidence dans les deux siècles suivants pour soutenir une histoire pluriséculaire de la Cappadoce, histoire à laquelle ils donnent unité et cohérence (en dépit des témoignages fragmentaires et lacunaires encore disponibles et bien que fort peu de lois traitent spécifiquement de la Cappadoce ou de ses institutions142). Le champ de l’étude historique ainsi réduit, l’histoire de la Cappadoce devient une épure qui met en exergue le fonctionnement et les dysfonctionnements de l’État et qui fait valoir l’importance du fait politique dans l’Empire romain d’Orient. À défaut d’être économique et sociale, cette histoire n’est ni uniquement ni spécifiquement religieuse, elle s’avère éminemment politique.

  • 143 Sur la Cappadoce dans les siècles antérieurs, plusieurs études ont été réunies dans ANRW II 7 2, Be (...)
  • 144 Voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 544 : « L’héritage de Rome en Orient est double, un Empir (...)

34Peu connue pendant le Haut-Empire143, l’histoire de la Cappadoce l’est davantage aux siècles suivants, du fait tout à la fois de la fondation de Constantinople et, plus encore, de la christianisation de l’Empire et de ses institutions, de la proximité nouvelle des institutions impériales et de la mise en place de l’Église comme corps constitué et instance d’administration. Ces deux faits, ces deux processus semblent avoir modifié la place de la Cappadoce dans l’histoire de l’Empire en donnant à celle-ci une manière de participation qui fût nouvelle, même si la Cappadoce ne fut pas isolée aux siècles précédents – les émigrations de ses ressortissants sont anciennes comme en témoigne l’image qui leur est attachée. Avec la fondation de Constantinople et la naissance de la capitale de l’Empire romain d’Orient, l’installation à demeure de l’empereur et des institutions fondatrices de la romanité, les rapports avec le pouvoir impérial et, plus généralement, l’ensemble des institutions centrales se posent en des termes inédits. Dans la province elle-même, la création ou la diffusion de plusieurs institutions – le comte des maisons divines, les gouverneurs, les évêques – caractérise l’histoire de la Cappadoce pendant l’antiquité tardive. À travers la réussite ou l’échec de ces institutions est en jeu l’acceptation par la Cappadoce de la nouvelle identité de l’Empire, modelée par l’affirmation de l’autorité impériale, la définition d’une orthodoxie et la primauté de Constantinople, en même temps que la place de la Cappadoce au sein de cet Empire. L’histoire de l’Empire protobyzantin, dont l’identité est assise moins par les provinces qui le constituent que par son centre, lui-même ayant pu être caractérisé comme « une capitale sans Empire144 », laisse-t-elle une place à l’histoire de la Cappadoce, une région qui n’est pas même une province ?

  • 145 Sur cette expression, voir chapitre I, n. 1.

35En examinant les institutions, et civiles et ecclésiastiques, et locales et centrales, qui font l’histoire de la Cappadoce aux ive, ve et vie siècles, en évaluant leur réussite ou leur échec, nous avons cherché à analyser les relations, d’intégration ou d’exclusion, alors définies entre la Cappadoce et le « Nouvel Empire145 ». L’histoire de la province, puis des provinces de Cappadoce, de leurs administrations, assurées par les curiales, les gouverneurs et les fonctionnaires impériaux qui gérèrent les propriétés impériales, celle des évêques et de leurs communautés ecclésiastiques, celle enfin des Cappadociens qui choisirent de s’expatrier témoignent des modalités, des raisons et des conséquences de l’acceptation par la Cappadoce de la genèse et de l’affermissement du « Nouvel Empire ».

Notes

1 En 1833 C. Texier fut chargé par le gouvernement français d’explorer les antiquités de l’Asie Mineure. Il accomplit quatre voyages en dix ans. Sur ce voyageur, archéologue et membre de l’Institut, voir Dictionnaire universel des contemporains contenant toutes les personnes notables de la France et des pays étrangers, par G. Vapereau, Paris 1865, col. 1707-1708.

2 Voir Carrié et Rousselle, Empire romain en mutation, p. 709-718, qui explicite et analyse le thème de la double cité, une fois la citoyenneté romaine devenue universelle, particulièrement p. 710.

3 Teja, Capadocia en el siglo iv, tient pour acquises les frontières de l’espace ainsi nommé. Excluant de son étude les correspondances d’Amphiloque d’Ikonion et d’Astérios d’Amasée, il examine par ailleurs les cas des villes d’Arka, d’Ariaratheia et de Mélitène, tout en notant uniquement dans le cas de la dernière qu’elle n’appartient plus à la province romaine de Cappadoce : voir ibid., p. 9, p. 169, p. 37, p. 24 et p. 27, n. 3. Quant à F. Hild et M. Restle, n’entendant pas inventorier un espace historique, ils justifient de diverses manières l’extension de la région qu’ils ont choisi d’étudier et de cartographier. Ils invoquent tour à tour Strabon (dans le cas de la frontière entre la Lycaonie et la Cappadoce), des inscriptions d’époques variées (dans les Pyles ciliciennes et dans la passe Mazgaç Beli au sud de Koukousos), les itinéraires du ive siècle (pour la frontière entre la Galatie et la Cappadoce), l’organisation thématique (frontière nord-orientale), les limites naturelles (la vallée du Divle pour la frontière avec la Lycaonie, le Taurus pour celle avec la Cilicie, l’Euphrate, de sa source septentrionale, le Karasu, jusqu’à l’embouchure du Çalti Suyu) : TIB 2, p. 41-42.

4 Avraméa, Mort loin de la patrie.

5 Image évoquée par Robert, Géographie et philologie, p. 392 ; Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 112-116 ; Teja, Die römische Provinz Kappadokien in der Prinzipatszeit, p. 1116-1117.

6 Plaute, Curculio, II 1, dans Plaute, t. III : Cistellaria, Curculio, Epidicus, éd. et tr. fr. A. Ernout, Paris 1935 (CUF), p. 57-107. Plaute a-t-il emprunté à Ménandre ce personnage ? On trouve dans Kolax, comédie de Ménandre qui a peut-être inspiré Curculio, le personnage d’un soldat dont on sait qu’il s’est rendu en Cappadoce : Ménandre, Kolax, fragment 2, dans Menandri quae supersunt, éd. A. Körte, Leipzig 1957 (Teubner).

7 Alciphron, Lettres de pêcheurs, de paysans, de parasites et d’hétaïres, tr. fr. A.-M. Ozanam, Paris 1999 (La roue à livres), d’après éd. M. A. Schepers, Leipzig 1905. Sur l’ouvrage, peut-être rédigé à la fin du iie siècle de notre ère par un auteur dont on ignore tout, voir ibid., p. 13-17, p. 33.

8 Ibid., IV 17 (lettre de Léontion à Lamia), tr. A.-M. Ozanam.

9 Autre caractérisation des Cappadociens dans Pétrone, Le Satiricon, éd. et tr. fr. A. Ernout, Paris 1922 (CUF), 63 et 69.

10 Grégoire de Nazianze, Or. XXXIII 6, tr. P. Gallay : « Tu es d’une petite ville, dit mon adversaire, et ce n’est même pas une ville, mais un lieu sec, sans agrément et peu habité. […] Mais nous, dit-il, nous avons des remparts, des théâtres, des cirques, des palais, de beaux et grands portiques, cet ouvrage incroyable qu’est le fleuve coulant sous terre et à l’air libre, cette illustre colonne que l’on voit de si loin, une agora remplie de monde, un peuple tumultueux et une assemblée d’hommes de haute naissance. » Ibid., 8, tr. P. Gallay : « Et ne me reproches-tu pas de manquer de culture et d’avoir, paraît-il, un parler rude et campagnard ? » Sur les reproches qui sont adressés à Grégoire de Nazianze pendant son séjour à Constantinople, voir J. Mossay, Gregor von Nazianz in Konstantinopel (379-381 A.D.), Byz. 47, 1977, p. 223-238.

11 Anthologie palatine, XI 237 ; Constantin VII, De thematibus, II, p. 66 ; Souda, ∆ 1262, K324.

12 Michel Psellos, Ep. 110, dans Epistulae, t. V, éd. C. N. Sathas, Paris 1876, p. 355. Voir encore le portrait que Michel Psellos, Chronographie ou histoire d’un siècle de Byzance (976-1077), CXXXIX, éd. et tr. fr. E. Renaud, Paris 1928 (Collection byzantine), t. VI, p. 38, dresse du familier de l’empereur Constantin IX, Romain Boïlas, s’il est vrai que ce dernier est apparenté au Cappadocien Eustathe Boïlas.

13 Sur la représentation de la Cappadoce pendant le Haut-Empire, voir Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 491 : sur les monnaies frappées sous Hadrien, la Cappadoce est personnifiée, vêtue d’un vêtement non grec.

14 X. de Planhol, La Cappadoce : formation et transformations d’un concept géographique, Le Aree omogene della Civiltà Rupestre nell’ambito dell’Impero bizantino : la Cappadocia, Galatina 1981, p. 25-38.

15 Sur la géographie physique de la Cappadoce, voir TIB 2, p. 48-61.

16 Lorsque X. de Planhol, La Cappadoce : formation et transformations d’un concept géographique (cité n. 14), p. 32, évoque, à propos du royaume hellénistique de Cappadoce puis de la province du ive siècle, « le concept géographique de Cappadoce », il le définit au même moment comme « une unité politique fondée sur le secteur centre-est du haut plateau, entre le lac Salé et l’Anti-Taurus », entre les montagnes et la steppe centrale, une unité politique justifiée par le contrôle de l’accès aux Portes ciliciennes.

17 Xénophon d’Éphèse, Les Éphésiaques, III i 2, tr. G. Dalmeyda : « Hippothoos connaissait […] la langue du pays (тϛ Kαππαδoκωv φωvϛ) et les gens le traitaient comme un des leurs. » Philostrate, Vie d’Apollonios de Tyane, III 41 et IV 19.

18 Sur les attestations du cappadocien à l’époque hellénistique et sous l’Empire, voir Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 91-94. Sur la survie des langues indigènes pendant le Haut et le Bas-Empire, voir Mitchell, Anatolia, t. I, p. 173-176.

19 K. Holl, Das Fortleben der Volkssprachen in Kleinasien in nachchristlicher Zeit, Hermes 43, 1908, p. 240-254, particulièrement p. 247.

20 Basile, Sur le Saint-Esprit, XXIX 74, tr. B. Pruche.

21 Grégoire de Nysse, Contra Eunomium, II 406, tr. Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 92 : « Nous l’appelons oὐρανóν, les Hébreux σὐµαµίν, les Romains κєλoύµ, les Syriens, les Mèdes, les Cappadociens, les Maurétaniens, les Scythes, les Thraces, les Égyptiens ont d’autres mots. »

22 Voir, par exemple, J. P. V. D. Balsdon, Romans and Aliens, Liverpool 1979, p. 117 ; C. Brixhe, Essai sur le grec anatolien au début de notre ère, Nancy 1984, p. 11 ; Mitchell, Anatolia, t. I, p. 5051, p. 173-176, qui considère que la majorité de la population anatolienne était bilingue. Opinion plus réservée ou prudente de G. Neumann, Kleinasien, dans Die Sprachen im römischen Reich der Kaiserzeit, Cologne 1980, p. 167-185, particulièrement p. 178-180, les attestations de langues indigènes pendant l’antiquité tardive (et non simplement de mots) étant le fait de la littérature patristique (ou hagiographique) (il est vrai en effet que les inscriptions, citées par exemple par S. Mitchell, sont datées du Haut-Empire). Y a-t-il allusion à une langue indigène ou à une forme dialectale du grec ?

23 Eutrope, Breviarium, IV 6, 2 et 20, 1, V 5, 2. Festus, Breviarium, 11, 4 (réduction de la Cappadoce en province sous Claude et non sous Tibère).

24 Voir Roueché, Provincial Governors and their Titulature, p. 86.

25 Jean Lydos, De magistratibus, III 57.

26 Étienne de Byzance, Ethnika, p. 347, p. 118.

27 M. Whitby, Greek Historical Writing after Procopius: Variety and Vitality, The Byzantine and Early Islamic Near East, I : Problems in the Literary Source Material, éd. Averil Cameron et L. I. Conrad, Princeton 1992, p. 70, évoque la contraction de la mémoire historique collective dans l’historiographie du vie siècle.

28 Souda, E 3755.

29 Basile, Ep. 258, 4.

30 Sur les Zoroastriens dans l’Empire pendant l’antiquité tardive, voir Boyce et Grenet, History of Zoroastrianism, t. III, p. 257 (ils sont mentionnés en 464 et 562).

31 Sur l’anthroponymie perse en Cappadoce, voir Robert, Noms indigènes, p. 514-519. Voir aussi l’index épigraphique de Berges et Nollé, Tyana, t. II, p. 533 : Datames (t. I, p. 286-287, no 130 : épitaphe d’époque impériale), Mithres (t. I, p. 248-249, n° 83 : épitaphe d’époque impériale). Seul un évêque de Tyane du début du vie siècle porte un nom perse, celui de Kyros : Doctrina Patrum de incarnatione Verbi, éd. F. Diekamp, XXXV-XXXVI (encore est-ce un nom d’origine littéraire et non épichorique selon D. Feissel).

32 Boyce et Grenet, History of Zoroastrianism, t. III, p. 279-280. Sur le calendrier cappado cien connu par les hémérologia, voir Ginzel, Kappadokischer Kalender, RE 10, col. 1917, 1919 et A. E. Samuel, Greek and Roman Chronology, Munich 1972, p. 177 (Handbuch der Altertumswissenschaft I 7).

33 Grégoire de Nazianze, Ep. 122, tr. P. Gallay.

34 ACO IV 1, p. 98, §42.

35 Basile, Ep. 258, 4, tr. Y. Courtonne.

36 Constantin VII, De thematibus, II, p. 64-65. Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 82 : Polybe, fr. 54, dans Constantin Porphyrogénète, De thematibus, I 2.

37 Sur la pluralité des représentations du passé, voir Maas, John Lydus, p. 40-41.

38 Sur la Cappadoce dans la Bible, voir E. Beurlier, Dictionnaire de la Bible, t. II, col. 216-218, 1899.

39 La Bible d’Alexandrie. Le Deutéronome, tr. fr. C. Dogniez et M. Harl, Paris 1992, Deutéronome, II 23.

40 Septante, Amos IX 7, p. 511. Sur les allophyloi, voir Dictionnaire de la Bible, t. I, col. 390.

41 Sur le traitement et l’actualisation des noms propres de lieu dans le Deutéronome, voir La Bible d’Alexandrie. Le Deutéronome (cité n. 39), p. 98-99 : Kappadokia correspond dans le texte massorétique à Kaptôr. Sur Caphtor et les Caphtorim, voir H. Marucchi, Dictionnaire de la Bible, t. II, col. 211-213, 1899, qui mentionne que la traduction de la Septante a été acceptée, entre autres, par Eusèbe, Jérôme, Cyrille, Théodoret et Procope.

42 Eusèbe de Césarée, Onomastikon, Chapitre Γ, Des Nombres et du Deutéronome, p. 62.

43 Jean Chrysostome, Commentarius in sanctum Matthaeum evangelistam, VIII 4, PG 57, col. 86.

44 Théodoret de Cyr, Commentaire sur Isaïe, 4e section, 9, 11.

45 Id., In divini Jeremiae prophetiam interpretatio, IX 47, PG 81, col. 716C-717A.

46 Basile, Commentarius in Isaiam prophetam, 286, PG 30, col. 621B. Les Pères cappadociens n’ont pas commenté ces mentions de la Cappadoce dans la Septante : voir Biblia Patristica.

47 Théodoret de Cyr, In divini Ezechielis prophetiam interpretatio, XII 32, PG 81, col. 1137B, XV 38, PG 81, col. 1200C. Id., Commentaire sur Isaïe, 20e section, Le salut universel. Isaïe, 19. Sur Mosoch, voir É. Pannier, Dictionnaire de la Bible, t. IV, col. 1319-1321, 1908 (Mosoch est « éponyme d’un peuple d’Asie Mineure, désigné par Hérodote et Strabon sous le nom de Móσχoι , et souvent mentionné dans les inscriptions assyriennes sous la forme Mu-uš-ki ou Mu-us-ki, contrée et peuple », un peuple qui a été diversement localisé et qu’il faut situer au nord-est de la Cappadoce, « dans la région montagneuse du cours de l’Euphrate »).

48 Flavius Josèphe, Les antiquités juives, éd. et tr. fr. É. Nodet, Paris 1990, I 6, 1, 125, p. 20, tr. p. 31. Voir Franck, Sources classiques concernant la Cappadoce, p. 30 et p. 83.

49 Philostorge, HE IX 12 : « Césarée était appelée autrefois Mazaka, tirant son nom du génarque de Cappadoce, Mosoch. Le temps passant, elle a été appelée Mazaka par déformation. » Voir également Constantin VII, De thematibus, II, p. 65 (« Mazaka, de Mousôch l’ancêtre des Cappadociens »).

50 Isidore de Péluse, I Ep. 281 : « Si les allophyloi remontent aux Cappadociens et si les allophyloi sont les descendants des Cappadociens, si d’autre part les Gabaonites font partie également des allophyloi, il est clair que les Cappadociens sont des Gabaonites. Alors que tu as la méchanceté de ces hommes consignée par écrit, pourquoi admires-tu Gigantios [un Cappadocien] ? »

51 Actes des Apôtres, 2, 9-11.

52 Grégoire de Nazianze, Or. XLI 17. Sur les circonstances du discours, ibid., p. 82-83. Grégoire de Nazianze est le seul Père cappadocien à citer explicitement les Cappadociens : voir Biblia Patristica, p. 329. Autre citation des Actes des Apôtres dans Eusèbe de Césarée, Eusebius Werke, IX, Der Jesajakommentar, c. 63, p. 87, l. 5-10.

53 I Pierre 1.

54 Jean Chrysostome, Homélie II, dans Jean Chrysostome, Sur l’incompréhensibilité de Dieu, t. I : Homélies I-V, éd. A.-M. Malingrey et tr. fr. R. Flacelière, Paris 1970 (SC 28 bis), p. 162-165 ; In dimissionem Chananaeae, 6, PG 52, col. 453 ; In psalmum XLIV, 3, PG 55, col. 186 ; Commentarius in epistolam ad Romanos, Homilia XXIX, 2, PG 60, col. 656.

55 Cosmas Indicopleustès, Topographie chrétienne, III 66.

56 Jean Chrysostome, Commentarius in epistolam ad Romanos, Homilia XXIX, 5, PG 60, col. 660 : « Puisque j’ai fait mention des bestiaux, réfléchissons aussi à tout ce qu’endurent les bergers, ceux de Cappadoce pour la défense de leurs animaux. Souvent ils demeurent trois jours de suite ensevelis sous la neige. » Id., In epistolam primam ad Timotheum commentarius, Homilia XVII, 3, PG 62, col. 596 : « Il en est ainsi : ce qui fait le prix c’est la rareté et non la nature. Il y a chez nous des fruits de peu de prix, qui sont très chers en Cappadoce, d’autres qui sont très chers chez nous sont encore plus coûteux chez les Sères, d’où viennent ces vêtements. »

57 Voir N. Oikonomidès, Les listes de préséance byzantines des ixe et xe siècles, Paris 1972 (Le monde byzantin), p. 348 (première mention d’un stratège en 830) ; TIB 2, p. 75.

58 Sur les sites mentionnés ci-après, voir la carte de localisation donnée en annexe.

59 Le site de Kırşehir (identifié avec Aquae Saravenae, une étape de la route Ancyre–Césarée suivant TIB 2, p. 143-144) a fait l’objet de recherches de surface au milieu du xxe siècle : voir U. B. Alkim, Kırşehir. Hüyük und Lesefunde, Belleten XX 77, 1956, p. 79-101 (quelques débris des époques romaine et byzantine mais aucun vestige architectonique) ; W. Ruben, Eigenartige Denkmäler aus Kırşehir, Belleten XII 45, 1948, p. 194-205 (inscriptions grecques et tombes romaines).

60 Sur Şar/Komana, aux frontières des provinces de Cappadoce et d’Arménie, voir R. Harper, I. Bayburtluoğlu, Preliminary Report on Excavations at Şar, Comana Cappadociae, Türk Arkeoloji Dergisi XVI, 1967, p. 107-112 ; Id., Preliminary Report on Excavations at Şar, Comana Cappadociae, in 1967, Anat. St. 18, 1968, p. 149-158.

61 Sur Topaklı, situé à 65 km au nord-ouest de Kayseri, voir L. Polacco, Topaklı: Campaign of Excavation 1968, Türk Arkeologi Dergisi XVII 2, 1968, p. 165-175 (découverte d’un martyrion protobyzantin et d’un cimetière chrétien) ; Id., Topaklı the 1970 Campaign of Excavation, Türk Arkeologi Dergisi XIX 1, 1970, p. 187-200 (découverte d’une inscription romaine au village de Çaliş, à quelques kilomètres de Topaklı, et d’un important site romain plus au nord) ; Id., Topaklı. Th e 1969 Campaigns of Excavations, Türk Arkeologi Dergisi XXI 1, 1974, p. 147-158 (fouille du cimetière chrétien, d’un château byzantin, du martyrion et d’un bâtiment civil interprété comme étant un petit palais) ; Id., Topaklı – 1974 Field Expedition Excavations, Türk Arkeologi Dergisi XXIII 2, 1976, p. 67-78 (mise en place de la chronologie des vestiges : des édifices civils et religieux, dont le martyrion, des ive et ve siècles, qui ont été détruits ; une nécropole des vie et viie siècles, également détruite). Voir également TIB 2, p. 297.

62 Sur Porsuk, à l’extrémité méridionale de la Cappadoce, voir, entre autres, O. Pelon, Six campagnes de fouilles à Porsuk (Turquie méridionale) de 1969 à 1977, CRAI 1978, p. 347-359 ; Id., Les travaux à Porsuk en 1986, Araştırma Sonuçları Toplantısı V 2, 1987, p. 105-108 (résumé des campagnes conduites de 1969 à 1977 et de la reprise des travaux en 1986) ; Id., Quatre campagnes à Porsuk (Cappadoce méridionale) de 1986 à 1989, Syria 69, 1992, p. 305-347 (présentation des campagnes et étude des niveaux hittites) ; C. Abadie-Reynal, La céramique romaine de Porsuk, Kazı Sonuçları Toplantısı XI 1, 1989, p. 221-224 (compte rendu de la mission de 1988 : présentation de Porsuk comme une agglomération rurale d’importance secondaire qui fut encore occupée durant le Bas-Empire, ce que la fouille de la nécropole chrétienne, datée de la fin du iiie ou du ive siècle, a confirmé en 1994) ; Id., Porsuk. Rapport sur la campagne de fouilles de 1989. Chantier est, Syria 69, 1992, p. 349-377 (la partie orientale du site a connu une dernière phase d’habitation au iie siècle de notre ère) ; F. Blaizot, L’usage funéraire tardo-antique de Porsuk : approche archéo-anthropologique (Ulukişla, Cappadoce méridionale, Turquie). Résultats préliminaires, Anatolia Antiqua 7, 1999, p. 179-218 (à partir des soixante-seize sépultures trouvées, étude des pratiques funéraires et de la population inhumée dans la nécropole, qui fut édifiée sur un habitat du Haut-Empire).

63 Berger, Viranşehir (1998). Equini Schneider, Varia Cappadocica (1997). Berges et Nollé, Tyana (2000).

64 Les témoignages de ces auteurs des époques moderne et contemporaine ont été réunis dans la TIB 2. Ils ont été présentés par Jerphanion, Une nouvelle province de l’art byzantin, p. xxxiii-xlviii. À ces recherches de surface, on peut ajouter l’étude anthropologique qui a été faite d’un cimetière des vie-viie siècles à Boğazköy ainsi que l’examen d’un Kale situé au nord de la Cappadoce et daté du viie siècle : voir U. Wittwer-Backofen, Anthropologische Untersuchungen des byzantinischen Friedhofs Boğazköy-Hattusa, Araştırma Sonuçları Toplantısı IV, 1986, p. 380-389 et G. D. Summers, Keykavus Kale and Associated Remains on the Kerkenes Dağ in Cappadocia, Central Turkey, Anatolia Antiqua IX, 2001, p. 39-60 (le site, occupé au ve siècle, aurait été intégré au viie siècle à un système de défenses construit face aux Arabes).

65 À l’exception des sites que nous avons cités, les vestiges romains et byzantins ne sont mentionnés qu’incidemment dans H. Alkim, Explorations and Excavations in Turkey, 1964, Anatolica I, 1967, p. 1-43 ; Id., Explorations and Excavations in Turkey, 1965 and 1966, Anatolica II, 1968, p. 1-76 ; Id., Explorations and Excavations in Turkey, 1967 and 1968, Anatolica III, 1969-1970, p. 1-91 ; Id., Explorations and Excavations in Turkey, 1969, Anatolica IV, 1971-1972, p. 1-82.

66 Yenipinar, Şahinefendi.

67 Ayant adopté la périodisation mise en place par G. de Jerphanion, ils désignent, par le terme de paléochrétien, l’ensemble des églises antérieures à la période « archaïque », soit au ixe siècle. Sur les églises paléochrétiennes de Cappadoce, voir Restle, Studien zur frühbyzantinischen Architektur Kappadokiens (églises construites), Lemaigre Demesnil, L’architecture religieuse rupestre (églisesrupestres), ainsi que diverses études de N. Thierry, dont Thierry, Église paléochrétienne de Hanköy. Les églises cappadociennes, tant rupestres que construites, sont considérées comme étant postérieures au ive siècle à la suite de l’étude de M. Restle, dont les critères de datation (le style et les parallélismes avec l’architecture arménienne) ont été critiqués : voir le compte rendu de C. Foss, Speculum, 1984, p. 656-662. Il ne semble pas néanmoins qu’il y ait d’obstacle majeur à une datation plus haute.

68 Voir Jolivet-Lévy, Cappadoce, p. 14-16.

69 C. Mango, The Art of the Byzantine Empire 312-1453, Toronto 1986, p. 26-27 (Grégoire de Nazianze, Or. XVIII 39), p. 27-29 (Grégoire de Nysse, Ep. 25).

70 Grégoire de Nazianze, Épigrammes, 177 et 178. Sur ces épigrammes, voir G. Petzl, Die Epigramme des Gregor von Nazianz über Grabräuberei und das Hierothesion des kommagenischen Königs Antiochos I., EA 10, 1987, p. 117-129.

71 AASS, Novembris III, p. 331, 4.

72 Étude de quelques tombeaux antiques et byzantins dans Thierry, Nécropole de Göreme, et Id., La Cappadoce, p. 39-46. Inventaire des nécropoles rupestres dans Equini Schneider, Varia Cappadocica, p. 152-196 : les auteurs de l’étude désignent comme principale difficulté de celle-ci l’absence d’éléments de datation du fait de l’uniformité des tombeaux et de la pauvreté de leur décoration, du maintien pendant toute la période romaine de l’art funéraire monumental hérité de l’époque hellénistique. Tout au plus considèrent-ils que les simples fosses rectangulaires, excavées à même le sol, sont postérieures aux chambres funéraires rupestres, attestant peut-être la réutilisation de la nécropole à l’époque protobyzantine (certains sites combinent les deux usages funéraires).

73 Voir dans Arts de Cappadoce les contributions de L. Giovannini (« Le territoire et les établissements rupestres ») et de P. Cuneo (« L’architecture »). L’un précise en effet que la technique d’excavation – des coups de pic dans le tuf des parois – n’a pas changé au cours des siècles, l’autre, que le conditionnement dans le traitement des formes naturelles est fondamentalement inchangé au cours des âges, qu’en outre il y a eu homogénéisation des éléments stylistiques, décoratifs et techniques.

74 Texier, Description de l’Asie Mineure, t. II, p. 8.

75 Arts de Cappadoce : mise en place d’une typologie des villages rupestres, reprise par R. Bixio, Surveys in the Underground Cities of Cappadocia, Araştırma Sonuçları Toplantısı XI, 1993, p. 43-56. Plusieurs études, consacrées à ces sites, ont été publiées, en turc, dans Müze Kurtarma Kazıları Semineri, 1991 et 1992. Surtout Le Città sotterranee della Cappadocia : entre autres articles, V. Castellani, Human Underground Settlements in Cappadocia: a Topological Investigation of the Redoubt System of Göstesin (NE 20), p. 41-52 ; V. Castellani et G. Pani, Filiktepe: a Step toward Underground Towns, p. 53-67 ; G. Pani, Note sulle tombe rupestri di Filiktepe e Sivasa, p. 68-70 ; A.-R. Bicchi, E. Burri, M. Castellani, V. Castellani et G. Pensabene, Evidences for Hydrogeological Planning in Ancient Anatolia, p. 78-86.

76 Dans Le Città sotterranee della Cappadocia, R. Bixio, La cultura rupestre nell’ area mediterranea in Cappadocia, p. 18-30 (particulièrement p. 23-25) ; R. Bixio, Cappadocia sotterranea: sintesi delle indagini dal 1991 al 1994, p. 13-17 ; R. Bixio et V. Castellani, Tipologia delle strutture sotterranee della Cappadocia, p. 106-120.

77 Varron, Économie rurale, éd. et tr. fr. J. Heurgon, Paris 1978 (CUF), I 57 (mention de greniers à blé souterrains en Cappadoce). Théodoret de Cyr, Haereticum fabularum compendium, IV 3, PG 83, col. 421B (commentaire du terme troglodyte appliqué aux partisans d’Eunomios : voir chapitre V, p. 303). AASS, Novembris III, p. 331, 4 (Hiéron se cache dans une grotte). Léon le Diacre, Historiae libri decem, éd. C. B. Hase, Bonn 1828 (CSHB XI), III 1 (les Cappadociens étaient appelés troglodytes parce qu’ils vivaient dans des cavernes).

78 Dans Le Città sotterranee della Cappadocia, A.-R. Bicchi, E. Burri, M. Castellani, V. Castellani et G. Pensabene, Evidences for Hydrogeological Planning in Ancient Anatolia, p. 82-86.

79 R. Bixio, F. Dal Cin et M. Traverso, Cappadocia: un apiario rupestre. Un nuovo tipo di cavità artificiale nella valle di Kizil Çukur, Opera ipogea 2, 2002, p. 17-28. R. Bixio, La datazione degli insediamenti sotteranei cappadoci: considerazioni sui riferimenti storici, p. 33-40.

80 Dans Le Città sotterranee della Cappadocia, V. Castellani, Human Underground Settlements in Cappadocia: a Topological Investigation of the Redoubt System of Göstesin (NE 20), p. 41-52 ; V. Castellani et G. Pani, Filiktepe: a Step toward Underground Towns, p. 53-67.

81 Equini Schneider, Varia Cappadocica, p. 156, p. 174, p. 185, p. 196.

82 Voir Lemaigre Demesnil, L’architecture religieuse rupestre, p. 101-102, p. 353.

83 Voir, par exemple, C. Jolivet-Lévy et G. Kiourtzian, Découvertes archéologiques et épigraphie funéraire dans une vallée de Cappadoce, Études balkaniques. Cahiers Pierre Belon 1, 1994, p. 135-176 (des graffites datés du viiie siècle).

84 Une inscription mentionne le préfet du prétoire d’Orient Fl. Domitius Modestus : désormais, Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 202-203, n° 26 (inscription de Niğde).

85 Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration ; Jacopi, Esplorazioni e studi ; G. de Jerphanion, Inscriptions de Cappadoce et du Pont, Mélanges de la Faculté orientale de Beyrouth 7, 1914-1921, p. 1-22 ; Jerphanion et Jalabert, Inscriptions d’Asie Mineure ; Rott, Kleinasiatische Denkmäler ; V. W. Yorke, Inscriptions from Eastern Asia Minor, JHS 18, 1898, p. 318-319.

86 À la liste qui suit, on peut ajouter les inscriptions de Komana publiées par R. P. Harper (Komana cesse d’appartenir aux provinces de Cappadoce au cours du ive siècle) : Tituli Comanorum Cappadociae, Anat. St. 18, 1968, p. 135-137 ; Inscriptiones Comanis Cappadociae in A.D. 1967 eff ossae : titulorum loci supplementum, Anat. St. 19, 1969, p. 36-37. Voir aussi W. Ruben, Türk tarih kurumu, Belleten XII 45, 1948, p. 173-205 (d’après le Bulletin épigraphique de REG 1950, des épitaphes de l’époque impériale et de l’époque chrétienne) : non vidi.

87 Eyice et Noret, S. Lucien (inscription de Kırşehir datée des ve-vie siècles).

88 Thierry, Un problème de continuité ou de rupture (inscription n° 1 reprise par I. Ševčenko, A Shadow Outline of Virtue: The Classical Heritage of Greek Christian Literature (Second to Seventh Century), Age of Spirituality: a Symposium, éd. K. Weitzmann, New York 1980, p. 71, n° 89) ; Id., Découvertes à la nécropole de Göreme (Cappadoce).

89 Sheppard, St. George and the Angels.

90 T. Drew-Bear, Un eunuque arménien en Cappadoce, EA 4, 1984, p. 139-150 (inscription datée de la fin du iiie ou du début du ive siècle) ; Id., Découvertes épigraphiques à Özkonak, Les dossiers histoire et archéologie 121, nov. 1987, p. 46-49 ; Id., Inscriptions de Cappadoce (inscription no 5 datée de la première moitié du vie siècle).

91 Kiourtzian, Psaume 131 (trois inscriptions d’Ürgüp et de sa région des ve-vie siècles).

92 Berges et Nollé, Tyana.

93 Equini Schneider, Classical Sites in Anatolia, p. 431-432 (deux inscriptions grecques de Nenizi-Bekarlar/Nazianze) ; Id., Varia Cappadocica, p. 196-205 (des épitaphes, souvent fragmentaires). Berges et Nollé, Tyana. D. H. French, Inscriptions from Cappadocia I. Th e Museums of Kırşehir and Niğde, EA 28, 1997, p. 115-124.

94 Voir pour le Haut-Empire les remarques préliminaires de D. H. French, Inscriptions from Cappadocia I. The Museums of Kırşehir and Niğde (cité n. 93), p. 115, sur le corpus qu’il a réuni et publié à cette occasion : la plupart des inscriptions sont funéraires, quelques-unes sont des dédicaces honorifiques ou votives.

95 Désormais Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 196-197, no 20 (inscription chrétienne de Yarhisar, à quelque 25 kilomètres de Niğde).

96 Désormais ibid., t. I, p. 272-273, no 111 (épitaphe chrétienne de Bor).

97 Jacopi, Esplorazioni e studi, p. 18 (épitaphe paléochrétienne de Kırşehir).

98 Ibid., p. 33-36 et Thierry, Un problème de continuité ou de rupture, p. 116, no 2 (épitaphe paléochrétienne d’Aksaray).

99 Thierry, Un problème de continuité ou de rupture, p. 118, no 4 (épitaphe paléochrétienne de Derinkuyu).

100 Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration, p. 127, no 103 (inscription chrétienne un peu au sud de Ferhenk, à plus de 30 kilomètres au nord-est de Niğde).

101 Thierry, Un problème de continuité ou de rupture, p. 118, no 5 (inscription paléochrétienne d’Ereğli).

102 Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration, p. 94-95, no 79 (épitaphe chrétienne de Malakopéa/Derinkuyu).

103 Jacopi, Esplorazioni e studi, p. 36 et Thierry, Un problème de continuité ou de rupture, p. 118, no 3 (épitaphe chrétienne d’Aksaray).

104 Théodore : inscription chrétienne de Dendil publiée par G. de Jerphanion, Inscriptions de Cappadoce et du Pont (cité n. 85), p. 5, no 7. Chariton : Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 203, no 27, inscription de Fertek, à 4 km de Niğde (les auteurs remarquent qu’il peut s’agir du saint et non d’un évêque). Autre évêque possible (c’est du moins l’hypothèse d’H. Grégoire) dans Grégoire, Rapport sur un voyage d’exploration, p. 55, no 22.

105 Berges et Nollé, Tyana, t. I, p. 262-263, no 102 (inscription bilingue de Kemerhisar, maintenant au musée de Niğde, plusieurs fois éditée), et p. 259-262, no 101 (inscription chrétienne de Bor).

106 Basile, Ep. 204, 6. Sur ce thème et son exploitation par Basile et Grégoire de Nysse, voir Rousseau, Basil of Caesarea, p. 4-24. Voir Id., Basil of Caesarea: Choosing a Past, Reading the Past in Late Antiquity, éd. G. Clarke, avec B. Croke, A. E. Nobbs et R. Mortley, Canberra 1990, p. 3758 (Basile choisit ultérieurement de présenter ses jeunes années en mettant l’accent sur l’histoire de sa famille, plutôt que sur ses liens avec Eustathe de Sébaste).

107 Rousseau, Basil of Caesarea, p. 24.

108 Fedwick, Church and Charisma of Leadership, p. 1, p. 101-128 : l’évêque a œuvré pour la restauration de l’unité et de la paix au sein de l’Église de Césarée ainsi qu’entre toutes les Églises, convaincu du fait que la survie de chaque Église exigeait la coopération des autres. Sa correspondance a contribué à la mise en œuvre de cette communion des Églises. Rousseau, Basil of Caesarea, p. 347 (la communauté à laquelle tout chrétien doit appartenir est un moyen de salut et une fi n en soi). Pouchet, Basile le Grand.

109 Grégoire de Nazianze, Or. XXVI 14, l. 15, tr. J. Mossay : « Mequalifieront-ils d’exilé ? Quelle idée mesquine ils se font de nous, ces personnages vraiment insolents et xénophobes ! Car, enfin, Messieurs, y a-t-il une patrie limitée aux frontières d’un territoire, pour moi qui suis partout et nulle part dans mon pays (ᾦ πᾶσα πατρίϛ, καὶ oὐδєµία) ? » Id., Or. XLIII 49 (dans ce cas il s’agit de Basile).

110 Voir Giet, Basile, p. 158-167, particulièrement p. 160, p. 164 (du domaine familial à la Cappadoce).

111 On peut élargir la critique que J. Gribomont, Notes biographiques sur s. Basile le Grand, dans Basil of Caesarea: Christian, Humanist, Ascetic, t. I, p. 30, adresse aux tentatives de J. Bernardi pour rapprocher thèmes des homélies et expériences vécues par Basile : « Ces expériences [le conflit avec Eusèbe de Césarée, la résistance au préfet du prétoire Modeste, les dettes laissées par Césaire] n’étaient pas requises pour justifier les exhortations du moraliste, et aucune d’entre elles ne semble visée par quelque expérience spécifique. »

112 Sur la patrie de Philostorge, voir Grégoire, Géographie byzantine.

113 À une exception près : Philostorge, HE XI 8, mentionne les expéditions des Isauriens en Cappadoce.

114 Sur ce point, voir A. Emmett Nobbs, Philostorgius’ View of the Past, Reading the Past in Late Antiquity (cité n. 106), p. 251-264, particulièrement p. 257-262.

115 Eutrope, Breviarium : la mort de Constance II entre Cilicie et Cappadoce.

116 Ammien Marcellin, Histoire : l’exil de Julien en Cappadoce, les séjours de Constance II et de Jovien dans la région.

117 Zosime, Histoire nouvelle : la contribution de la Cappadoce à la campagne de Licinius contre Constantin ; la révolte de Procope contre Valens.

118 Procope, De bello vandalico : l’exil et le décès de Basiliskos et de sa famille en Cappadoce.

119 Marcellinus Comes, Chronique : l’exécution du maître des offices Paulin à Césarée de Cappadoce sous Théodose II ; l’exil et le décès de Basiliskos et de sa famille à Limnai de Cappadoce ; les ravages des Huns dans la région en 515 ; l’exil de Jean le Cappadocien.

120 Malalas, Chronographia : la révélation de la mort de Julien à Basile de Césarée ; la création de la province de Cappadoce Seconde ; l’invasion des Tzannoi sous Théodose le Grand ; l’exil et l’exécution de Paulin en Cappadoce sous Théodose II ; ceux de Basiliskos et de sa famille à Limnai en Cappadoce ; l’invasion des Huns Sabirs en 515 ; la fortification des bourgades des deux provinces de Cappadoce par Anastase ; les préfectures du prétoire de Jean le Cappadocien ; le décès à Constantinople, en 557, de l’évêque de Césarée de Cappadoce et l’élection de son nouvel évêque Théokritos.

121 Agathias, Histoires : le commandement du Cappadocien Jean Daknas en Lazique sous le règne de Justinien.

122 Théophylacte Simocatta, Histoire : l’hivernage de Maurice et de son armée à Césarée de Cappadoce sous le règne de Tibère.

123 Origo Constantini Imperatoris : l’assassinat de Martinianus en Cappadoce après la victoire de Constantin.

124 Chronicon Paschale : la mission confiée par Constantin à Hannibalianus en Cappadoce ; la révélation de la mort de Julien à Basile de Césarée ; l’exil et le décès de Basiliskos et de sa famille à Limnai de Cappadoce ; la promulgation par Justinien, le 20 juin 533, de l’édit théopaschite.

125 Averil Cameron, Procopius and the Sixth Century, Berkeley et Los Angeles 1985 (Th e Transformation of the Classical Heritage X), montre que Procope a écrit une histoire séculière et classicisante, centrée sur les événements politiques et militaires contemporains, une histoire conforme à son propre itinéraire.

126 La Cappadoce n’est ainsi jamais mentionnée dans les fragments conservés de l’Histoire de Ménandre le Protecteur (en dépit des campagnes de Chosroès et de Maurice dans la région) : R. C. Blockley, The History of Menander the Guardsman, Liverpool 1985 (ARCA Classical and Medieval Texts. Papers and Monographs 17).

127 Malalas est probablement né à Antioche ou dans les environs. Cette focalisation sur Antioche vaut du moins pour ce qui est considéré comme la première édition de la chronique. La suite, qui concerne le règne de Justinien et qui aurait été rédigée ultérieurement, est au contraire centrée sur Constantinople. Voir B. Croke, Malalas, the Man and his Work, Studies in John Malalas, p. 1-25.

128 Socrate présente des notices sur Alexandre de Jérusalem, Astérios, Georges d’Alexandrie, Eustathe de Sébaste, Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze, Eunomios et Th éophronios, il énumère les évêques de Cappadoce qui participèrent au concile de Nicée, il évoque l’exil de Paul de Constantinople à Koukousos, la mort de Constance II à Mopsoukrènai, les décrets du concile de Constantinople de 381 et l’élection de Firmos de Césarée ; il décrit les rites de l’Église de Césarée.

129 Sozomène mentionne les mêmes personnes et les mêmes faits que Socrate (à l’exception d’Alexandre de Jérusalem, des Pères de Nicée et de Firmos de Césarée) ; il évoque en outre l’ordination d’Euphronios de Cappadoce à Antioche, la participation de Dianios de Césarée au synode d’Antioche, l’exil de Julien et de Gallus en Cappadoce, les sanctions de Julien empereur contre Césarée, le martyre d’Eupsychios dans la métropole de Cappadoce, le concile de Tyane, le monachisme dans la région, la consécration de Gérontios de Cyzique par Helladios de Césarée, l’exil de Jean Chrysostome à Koukousos.

130 Outre Basile, les deux frères de celui-ci, Grégoire de Nysse et Pierre, et Grégoire de Nazianze, Théodoret de Cyr a évoqué, entre 323 et 428, plusieurs Cappadociens sans préciser leur origine : Euphronios d’Antioche, Grégoire et Georges d’Alexandrie, Eunomios ; en plus d’avoir rendu compte des exils de Paul de Constantinople et de Jean Chrysostome à Koukousos, du concile de Constantinople de 381, il a conservé plusieurs documents qui font mention de la Cappadoce (lettre d’Alexandre d’Alexandrie, lettre des évêques du concile de Sardique, lettre d’Athanase d’Alexandrie à Jovien).

131 Gélase de Cyrique n’évoque que Léontios de Césarée et Eupsychios de Tyane au concile de Nicée. Théodore le Lecteur, non sans avoir compilé les trois précédents historiens ecclésiastiques, mentionne, dans les dernières années du règne d’Anastase, Éleusinios de Sasima, Sôtérichos de Césarée et Jean de Constantinople ainsi que l’invasion des Huns Sabirs sous le règne d’Anastase.

132 Si Zacharie de Mytilène, condisciple de Sévère élu évêque de Mytilène sous Justinien Ier, et son continuateur évoquent peu la Cappadoce ou ses évêques (Thalassios de Césarée, Éleusinios et Jean de Constantinople), ils mentionnent seuls l’épiscopat d’Archélaos de Césarée et l’image de Kamouliana ainsi que la peste en Cappadoce. L’Histoire ecclésiastique de Zacharie de Mytilène n’est connue que par un epitome syriaque que composa un moine d’Amida. Elle en constitue les livres III à VI (de 451 à 491).

133 Jean d’Éphèse évoque des moines de Cappadoce, l’origine de Maurice (et l’histoire de sa ville, Arabissos, sous son règne), l’expédition de Chosroès.

134 De même que seul Zacharie de Mytilène, dont il utilise l’Histoire ecclésiastique dans les livres II et III de son œuvre, signale l’épiscopat d’Archélaos de Césarée, seul Évagre, qui traite des années 428-594, fait connaître la famine et la peste qui eurent lieu en Cappadoce sous le règne de Marcien ainsi que l’exil du petit-fils et homonyme de celui-ci. Il mentionne l’évêque Éleusinios de Sasima, les métropolites de Césarée Sôtérichos et Théodore Askidas, l’invasion des Huns Sabirs et l’expédition de Chosroès en Cappadoce ainsi que l’origine cappadocienne de Maurice.

135 Allen, Evagrius Scholasticus, p. 63-64.

136 Voir, par exemple, la Chronique de Georges le Moine ou encore, et postérieurement, celle de Kédrènos. Mêmes faits chez Jean de Nikiou.

137 Théophane mentionne le séjour de Gallus et de Julien au domaine de Makellè, le confl it qui opposa Julien à la cité de Césarée, le synode de Tyane, l’exil et l’assassinat de Paulin, la relégation de Marcien, la condamnation du concile de Chalcédoine par Éleusinios de Sasima et Sôtérichos de Césarée sous Anastase, l’accession de Jean, un Cappadocien, au patriarcat de Constantinople, l’action de Théodore le Cappadocien pendant la guerre vandale.

138 L’ensemble de ces données a été inventorié par Teja, Capadocia en el siglo iv, p. 23-36 et Id., Die römische Provinz Kappadokien in der Prinzipatszeit, p. 1091-1102. Sur les ressources minières de la région (plomb, argent, zinc, étain et or) et leur importance, voir en dernier lieu Pitarakis, Mines anatoliennes, p. 168-174, p. 181-183.

139 Anonymi auctoris chronicon ad annum Christi 1234 pertinens, CXXIV.

140 Voir Tate, Campagnes de la Syrie du Nord, t. I, p. 347.

141 Van Dam, Kingdom of Snow ; Id., Becoming Christian. The Conversion of Roman Cappadocia, Philadelphie 2003 ; Id., Families and Friends in Late Roman Cappadocia, Philadelphie 2003. Ces deux derniers livres sont parus après que nous avons achevé notre ouvrage.

142 La discontinuité des informations est patente : abondantes dans la seconde moitié du ive siècle, elles sont rares et ponctuelles à la fin du ve siècle et au vie siècle.

143 Sur la Cappadoce dans les siècles antérieurs, plusieurs études ont été réunies dans ANRW II 7 2, Berlin, New York 1980 : Teja, Die römische Provinz Kappadokien in der Prinzipatszeit, p. 1083-1124 (bibliographie antérieure à 1980 sur la Cappadoce pendant le Haut-Empire) ; R. D. Sullivan, The Dynasty of Cappadocia, p. 1125-1168 ; Mitford, Cappadocia and Armenia Minor, p. 1169-1228.

144 Voir Dagron, Naissance d’une capitale, p. 544 : « L’héritage de Rome en Orient est double, un Empire sans capitale, une capitale sans Empire. Une ville à laquelle se réduit très vite tout le domaine “politique”, dans laquelle se résorbe peu à peu toute une histoire, où les institutions de Rome sont transformées en rites et règlements d’une société urbaine. »

145 Sur cette expression, voir chapitre I, n. 1.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search