Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Spinoza au XIXe siècle

 | 
André Tosel
, 
Pierre-François Moreau
, 
Jean Salem

Spinoza, Marx, marxisme

Georges Plekhanov, lecteur de Spinoza

Jean Salem

Texte intégral

  • 1 Cf. E. H. Carr, Studies in Revolution, Londres, Macmillan, 1950. Cf. également le titre de l’intér (...)

1Gueorgui Valentinovitch Plekhanov, né en 1856, mort en 1918, est traditionnellement présenté comme le père fondateur du marxisme russe : c’est là, déclare E. H. Carr, son text-book label, l’étiquette qui lui est réservée d’ordinaire1. Plekhanov fut un polygraphe : l’édition russe de ses Œuvres complètes ne comporte pas moins de 24 volumes ; les trois tomes de son Histoire de la pensée sociale en Russie, publiés de 1914 à 1917, tout comme ses Notes sur l’histoire de la littérature française de Lanson, ses études sur Belinski, sur Ibsen, Gorki ou Tolstoï prouvent assez combien ses intérêts furent souvent encyclopédiques et débordèrent le cadre étroit de l’agitation et de la propagande politiques.

  • 2 Parti ouvrier social-démocrate de Russie.

2Sa vie peut se diviser en trois périodes successives : 1°/ populiste, de 1875 à 1883 ; 2°/ promoteur du marxisme en Russie, de 1883 à 1903 ; 3°/ « compagnon de route » de la minorité menchévique du POSDR2, entre 1903 et 1918.

31°/ Dès l’âge de 20 ans, il avait rejoint le mouvement révolutionnaire des narodniki, des populistes, et plus particulièrement le groupe qui s’intitulait Zemlia i Volia (« Terre et Liberté »). Lorsqu’en 1879 cette organisation se scinde en deux fractions - Narodnaia Volia, « La Volonté du Peuple » (qui considère l’assassinat politique comme une des armes les plus efficaces contre le despotisme) et Chernyi Peredel, « Partage de la Terre » (aux vues moins « blanquistes » et moins messianiques) -, Plekhanov prend précisément la tête de ceux-là qui rejettent le terrorisme comme méthode d’action révolutionnaire. Vers 1880, contraint et forcé par les dangers qu’il encourt, il prend définitivement le chemin de l’exil : après un séjour d’un an à Paris, il va s’installer à Genève.

  • 3 Michel Bakounine en avait donné une première traduction en 1860.
  • 4 La censure avait laissé paraître en 1872 la traduction du Capital qu’avait donnée Danielson.

42°/ C’est en Suisse qu’il finit de rompre avec les thèses des populistes russes, lesquels considéraient que c’était à l’immense masse des paysans pauvres que reviendrait le premier rôle dans la révolution à venir. De concert avec Pavel Axelrod, Léon Deutsch et Véra Zassoulitch, il fonde en 1883 le groupe Osvobojdenie Trouda (« Libération du travail »), qui est la première organisation social-démocrate russe. Il commence de traduire en russe certaines des œuvres maîtresses du marxisme : en 1882, il donne une nouvelle traduction dans cette langue du Manifeste du Parti communiste de Marx et d’Engels3 ; il traduit aussi Travail salarié et capital, Socialisme utopique et socialisme scientifique, ainsi que le Ludwig Feuerbach d’Engels, et tous ces ouvrages seront diffusés secrètement en Russie4. En 1889, Georges Plekhanov prend part au Congrès fondateur de la IIe Internationale, congrès qui se tient à Paris : il y critique très vivement le « révisionnisme » d’Edouard Bernstein, ses variantes russes (celle, notamment, qu’on appelle alors le « marxisme légal »), ainsi que l’économisme, qui entendait limiter les luttes ouvrières en Russie à des revendications de type syndical. Comme il continue de livrer bataille contre ses anciens amis populistes, il rédige en 1894 son Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire [К вопросу о развитии монистическодо вздляда на историю], qui fut un temps l’évangile de la social-démocratie russe : et le premier chapitre qu’il rédige, le chapitre V, prétend que le marxisme est applicable en Russie - et pas seulement en Occident.

53°/ Après la scission qui intervint au deuxième congrès du Parti social-démocrate russe en 1903, Plekhanov — non sans quelques hésitations — se joignit aux mencheviks et son chemin se sépara désormais de celui des futurs vainqueurs. Certes, il se rapproche passagèrement de Lénine entre 1908 et 1912. Mais il se rallie, à la veille du conflit mondial, aux thèses prônant la « défense nationale » contre les Empires centraux, critique le « défaitisme internationaliste » des bolcheviks et reste ensuite, jusqu’à sa mort, un adversaire du nouveau pouvoir soviétique. C’est à Terijokien, en Finlande, qu’il meurt le 12 juin 1918.

6Nous allons voir dans cette étude comment Spinoza fut considéré par Plekhanov :

  • comme un modèle pour le libre penseur ;
  • comme l’auteur de la meilleure définition qui se puisse donner de la liberté ;
  • comme l’ancêtre du matérialisme moderne ;
  • comme l’antidote le plus idoine dans la lutte contre le retour à Kant que prônèrent certains marxistes allemands et autrichiens en matière de théorie de la connaissance.

LIBRE PENSÉE, LIBRE PAROLE, LIBRE EXAMEN

  • 5 Nos controverses [Наши разнодласия - on pourrait traduire aussi bien par : Nos désaccords, ou bien (...)

7Spinoza, selon Plekhanov, c’est tout d’abord le chantre de la liberté de penser et de publier. C’est là ce qui paraît ressortir d’un passage de l’ouvrage intitulé Nos controverses (1883), ouvrage dans lequel est délibérément consommée la rupture avec le vieux populisme5. Rappelons quel est l’objet des controverses en question : pour Plekhanov, il est absurde et vain de vouloir « éviter » le capitalisme en Russie puisque celui-ci y est déjà présent, absurde et vain de cultiver indéfiniment le mythe d’un socialisme paysan puisque le mir n’empêche aucunement la concentration croissante des moyens de production, terre comprise, entre les mains d’une nouvelle bourgeoisie rurale. La communauté paysanne (mir) ne peut plus, dans ces conditions, devenir la base d’une organisation socialiste de la production : et c’est bien au prolétariat industriel qu’il appartient de mener l’ensemble de la société vers le socialisme.

  • 6 Cf. ci-dessus.
  • 7 Brochure qui fut publiée à Genève, en 1883 ; cf. G. Plekhanov, Œuvres philosophiques, op. cit., 1. (...)
  • 8 P. Lavrov, Le messager de la volonté du peuple, n° 2 ; cit. par G. Plekhanov, dans Nos controverse (...)
  • 9 Ibid, t. I, p. 72.

8L’ouvrage de Plekhanov se présente extérieurement comme une réponse à Piotr Lavrov (1823-1900), l’un des pères spirituels du populisme russe : Lavrov s’était plaint, en effet, de ce que Plekhanov, au nom du groupe « Libération du Travail6 », eut entamé dans une précédente brochure intitulée Socialisme et Lutte politique7 une « polémique avec le parti de la Volonté du Peuple8 ». Il avait fait reproche à Plekhanov de ce que ce dernier avait censément négligé ses devoirs pratiques en ferraillant contre un autre détachement de 1’ « armée sociale », alors qu’en bonne politique « semer le désarroi dans l’organisation de cette armée, même si l’on y voit, ou croit y voir, quelque défaut, n’est permis qu’aux ennemis de la cause de cette armée, ou à un groupe qui, par son action, sa force et son organisation, serait capable, à la minute historique présente, de devenir une armée sociale9 ».

  • 10 Ibid., t. I, p. 73.

9Eh bien, le nom qu’invoque spontanément Plekhanov, lorsqu’il entend s’élever contre ce qu’il faut bien appeler un centralisme démocratique avant la lettre, n’est autre que celui de... Spinoza ! Il daube sur 1’ « infaillibilité pontificale » qu’on paraît réclamer (du côté de Piotr Lavrov) chez tout auteur révolutionnaire qui ne se condamne point au silence10.

  • 11 Cf. B. Spinoza, Traité théologico-politique, chap. XX : « Où l’on montre que dans un État libre il (...)
  • 12 G. Plekhanov, Nos controverses, loc. cit., t. I, p. 73-74. Souligné par nous.

Au fait — ajoute Plekhanov — la pureté de leurs intentions sera-t-elle mise en doute chaque fois que [des écrivains] prendront la plume pour attirer l’attention des révolutionnaires sur ce qu’est, ou ce que devrait être, à leur modeste jugeote, l’action révolutionnaire ? Au dix-septième siècle - écrit-il - Spinoza a dit que, dans un pays libre, chacun doit avoir le droit de penser ce qu’il veut et de dire ce qu’il pense11. Faudrait-il que ce droit fût révoqué en doute à la fin du dix-neuvième siècle dans un parti socialiste, même au pays le plus arriéré de l’Europe ? S’ils reconnaissent en son principe le droit de parler librement, et s’ils en font une revendication de leur programme, les socialistes russes ne sauraient en octroyer Y exercice à la seule fraction ou au seul « parti » qui prétend à l’hégémonie à une étape donnée du mouvement révolutionnaire12.

L’ILLUSION DU LIBRE ARBITRE

  • 13 Cf. F. Engels, Anti-Duhring [1877-1878], Éditions sociales, 1963, p. 146.
  • 14 Lbid., p. 147. Plekhanov (Les questions fondamentales du marxisme [1908 — Основые вопросы марксизм (...)
  • 15 G. Plekhanov, Le rôle de l’individu dans l’histoire [1898], chap. II ; dans Œuvres philosophiques, (...)

10Tout esprit libre a donc contracté une dette envers Spinoza : mais, si l’on en croit Plekhanov, on doit également à ce philosophe la meilleure définition qui se puisse donner de la liberté. Celle-ci ne réside nullement en une « indépendance rêvée à l’égard des lois de la nature », mais dans la connaissance de ces lois et dans la possibilité donnée par là-même de les mettre en œuvre méthodiquement pour des fins déterminées13. Elle consiste « dans l’empire sur nous-mêmes et sur la nature extérieure, [empire] fondé sur la connaissance des nécessités naturelles14 ». La liberté, c’est « la nécessité dont on a pris conscience » (свобода есть сознанная необходимость)15.

  • 16 G. Plekhanov, Les questions fondamentales du marxisme, chap. XIV, op. cit., p. 74.
  • 17 Ibid., p. 71.
  • 18 G. Plekhanov, Le rôle de l’individu dans l’histoire, chap. VI ; dans Œuvres philosophiques, op. ci (...)
  • 19 Cf. ibid., chap. VIII ; dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 332. Exemple privilégié en (...)

11Or Spinoza n’a pas seulement défini la liberté comme compréhension de la nécessité : il a critiqué, pour ce faire, l’illusion du libre arbitre. Et de cela aussi Plekhanov lui sait gré. Plekhanov se plaît en effet à considérer que l’âme (si l’on peut dire) de toute société est l’idée du corps politique et économique de cette même société. Il aime à répéter que le « cours des idées » (ход идей) se règle ordinairement sur le « cours des choses » (ход вещей)16. Il donne même une présentation plus que déterministe - et plus que spinoziste - de l’idée que Marx et Engels se seraient faite des rapports entre « base » économique et superstructure. Plekhanov déclare en effet, en renvoyant à la célèbre « Préface » de la Contribution à la critique de l’économie politique, que toute société est constituée par la superposition de cinq strates, qu’il classe par ordre d’autonomie décroissant : « 1. État des forces productives ; 2. Rapports économiques, conditionnés par ces forces ; 3. Régime social-politique, édifié sur une base économique donnée ; 4. Psychologie de l’homme social, déterminée en partie directement par l’économie, en partie par tout le régime socio-politique édifié sur elle ; 5. Idéologies diverses reflétant cette psychologie17 ». En outre, Plekhanov ne manque pas de tenir le hasard - particulièrement en histoire - pour « quelque chose de relatif », qui « n’apparaît qu’au point d’intersection de processus nécessaires18 ». Enfin, il écrit qu’« un grand homme est grand non pas parce que ses qualités personnelles donnent aux grands événements historiques leur physionomie propre, mais parce qu’il est doué de qualités qui le rendent plus capable que tous les autres de répondre aux grands besoins sociaux de son temps19 »... Bref, on n’est pas étonné de trouver ceci dans son Essai de 1895 sur le développement de la conception moniste de l’histoire :

  • 20 В. Spinoza, Lettre 58 [ = note de Plekhanov lui-même].
  • 21 Plekhanov (G.), Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire [1895 -К вопросу (...)

Une cause extérieure a communiqué à une pierre une certaine quantité de mouvement. Le mouvement se poursuit encore un certain temps après que la cause extérieure a cessé d’opérer. Et cette permanence de la pierre dans son mouvement est nécessaire en vertu des lois du monde matériel. Supposez maintenant que la pierre pense, qu’elle ait conscience de son mouvement, qu’elle en éprouve du plaisir, mais qu’elle n’en connaisse pas les causes, qu’elle ignore même qu’il y a quelque cause extérieure à ce mouvement. Comment, alors, se le représentera-t-elle ? Incontestablement comme le résultat de son propre désir, de son libre arbitre : elle se dira qu’elle se meut parce qu’elle veut se mouvoir. Telle est cette liberté humaine que tous les hommes se vantent d’avoir et qui consiste en cela seul que les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent. C’est ainsi qu’un enfant croit désirer librement le lait20.
Même à beaucoup de nos lecteurs, cette explication - ajoute Plekhanov — paraîtra d’un « matérialisme grossier21 ».

  • 22 Ibid, 1.1, p. 537.
  • 23 Ibid., t. I, p. 537 : ce dernier exemple est emprunté par Plekhanov à Leibniz. Cette invocation es (...)
  • 24 Tous deux publicistes liés à la nébuleuse populiste.
  • 25 G. Plekhanov, Le rôle de l’individu dans l’histoire, chap. I, dans Œuvres philosophiques, op. cit. (...)
  • 26 G. Plekhanov, Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire, loc. cit., t. I, (...)

12Et pourtant, poursuit-il, c’est là un « fait indiscutable quand il est question du cerveau : un mouvement de la matière soumis à des lois inéluctables s’y accompagne de ce qu’on appelle libre activité de la pensée22 ». L’illusion du libre arbitre, c’est donc celle de l’aiguille aimantée qui croirait qu’elle se déplace vers le nord parce qu’elle a « plaisir à s’y diriger23 » ; c’est celle d’un Kablitz tout comme celle d’un Mikhaïlovski24, qui débattent de la part respective qu’ont (selon le premier) le sentiment ou (au gré du second) l’intelligence d’un chacun dans le cours de l’histoire25. Alors qu’en vérité, selon Plekhanov, ce n’est jamais que la nécessité matérielle qui se présente à la subjectivité comme une activité spirituelle libre26.

  • 27 G. Plekhanov, Le rôle de l’individu dans l’histoire, chap. I ; loc. cit., t. II, p. 309 [trad. mod (...)
  • 28 Voyez notamment : G. W. F. Leibniz, Essais de théodicée [1710], I, § 54 ; Garnier-Flammarion, 1969 (...)

13Qu’il nous soit permis cependant d’évoquer cum grano salis un texte assez curieux qui montre suffisamment, selon nous, les limites de ces rapprochements tant souhaités par Plekhanov (et par d’autres) entre le marxisme révolutionnaire et le spinozisme. Dans son étude sur Le rôle de l’individu dans l’histoire, Plekhanov écrit ce qui suit : « Quand nous disons qu’un individu considère son action comme un anneau nécessaire dans une chaîne d’événements nécessaires, cela revient à dire, entre autres choses, que l’absence de libre arbitre équivaut pour lui à une incapacité absolue d’inertie, qu’elle se traduit dans sa conscience par l’impossibilité d’agir autrement qu’il le fait27 ». Et d’invoquer... les mahométans qui, pour avoir été « fatalistes », n’en ont pas moins conquis un immense territoire. On croirait presque entendre Descartes ou Leibniz nous déconseillant de rester quiétistes, ou nous expliquant que la prière n’est pas aussi inutile qu’on aurait tendance à le croire dans un univers pourtant pré-ordonné de toutes parts : la Providence, nous disent-ils, a peut-être œuvré de telle sorte que, tout bien compté, ma prière fait partie de la chaîne des causes dont résultera ce qui doit inévitablement advenir28... !

  • 29 Diogène D’Œnoanda, frag. 54, Smith, col. 3 : τò δὲ µὲγιστoυ πιστείσης γὰρ εἱµαρµέυης αἴρεται πᾆσα (...)
  • 30 Voyez à ce propos la remarquable évolution de L. Althusser : du « spinozisme » dont se réclament e (...)

14Car non seulement, « si l’on croit à la fatalité, toute admonestation et tout blâme disparaissent29 », et toute morale devient problématique ; mais encore, on voit mal comment le matérialisme historique, lorsqu’il considère la trajectoire que décrit un individu ou une formation sociale, pourrait se dispenser d’accorder aux objets sur lesquels il se penche cette marge d’indétermination dont les épicuriens avaient compris qu’on doit nécessairement en faire crédit à tout ce qui est30.

L’ONTOLOGIE « MATÉRIALISTE » DE SPINOZA

  • 31 Revue théorique de la social-démocratie allemande, qui avait été fondée à Stuttgart par Karl Kauts (...)
  • 32 G. Plekhanov, Pour le soixantième anniversaire de la mort de Hegel [1891] ; dans Œuvres philosophi (...)
  • 33 Ibid., t. I, p. 373.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.

15Dans un article qu’il fit paraître en 1891 dans les numéros 7, 8 et 9 de la revue Die Neue Zeit31, Plekhanov écrit ceci : « Il y a soixante ans, le 14 novembre 1831, mourait un homme à qui reviendra, toujours et sans conteste possible, une des premières places dans l’histoire de la pensée32. » Hegel - car c’est de lui qu’il s’agit -, de son vivant déjà, a joui d’une « gloire immense, universelle33 ». Sa philosophie a nourri et formé la pensée d’hommes tels que David Strauss, Bruno Bauer, Feuerbach, Fischer, Gans, Lassalle et, enfin, Engels et Marx. Mais à cet « enthousiasme presque général », qui dura jusque vers 1840, succéda une soudaine « désaffection34 ». Une réaction n’a pas tardé à se produire : « On s’est mis à traiter Hegel de la façon dont, au temps de Lessing, l’honnête Mendelssohn avait traité Spinoza, c’est-à-dire [...] “comme un chien crevé”35. »

  • 36 G. Plekhanov, Avertissement et notes pour la traduction russe du livre d’Engels : Ludwig Feuerbach (...)
  • 37 Ibid, t. I, p. 435.
  • 38 Cf. notamment : G. Plekhanov, Essais sur l’histoire du matérialisme [1896], dans Œuvres philosophi (...)
  • 39 G. Plekhanov, Le « Cant » contre Kant [1901], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 392- (...)

16Or, si l’on a traité Spinoza de la sorte, déclare Plekhanov, cela tient essentiellement au fait qu’il « fut incontestablement un matérialiste, encore que les historiens de la philosophie se refusent à le tenir pour tel36 ». Car, selon l’auteur de Y Ethique, « le “Moi”, loin de dicter ses lois au monde objectif, ne représente qu’une partie de ce monde considérée d’un autre biais, sous l’angle de la pensée au lieu de l’être sous celui de la durée37 ». Et c’est une même sollicitation de la théorie spinoziste du parallélisme des attributs qui, sous la plume de Plekhanov, fonde plusieurs autres déclarations du même genre38 : la grandeur du « monisme » de Spinoza, nous dit-on, c’est qu’il nous parle d’une « substance unique » qui se peut lire par plusieurs biais, d’une substance unique qui est « à la fois matérielle et spirituelle39 ».

  • 40 G. Plekhanov, Bernstein et le matérialisme [1898], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. (...)
  • 41 Sur l’analyse plekhanovienne du « monisme » de Hegel, cf. B. A. Tchaguin, Разработка Г. В. Плехано (...)
  • 42 G. Plekhanov, Les questions fondamentales du marxisme, chap. II, op. cit., p. 21.
  • 43 Lbid., p. 21.

17Or, du point de vue de Plekhanov, la grandeur de Hegel est, certes, moins univoque quant à elle que celle du « noble et génial penseur juif40 » mais elle repose, tout aussi bien, sur une conception « moniste » de la substance41. Alors que l’idéalisme est traditionnellement dualiste (il « n’établit pas l’identité de l’être et de la pensée et ne peut pas l’établir, il la brise, au contraire42 »), l’idéalisme de Hegel s’est efforcé de supprimer cette contradiction entre la pensée et l’être, et a pour ce faire usé d’un moyen radical : il a, tout bonnement, supprimé « l’un des termes de la contradiction, à savoir l’être ou l’existence de la matière, de la nature43 ».

  • 44 G. Plekhanov, Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire, loc. cit., t. I, (...)
  • 45 Cf. F. Engels, Anti-Duhring, op. cit., p. 172 et 387.
  • 46 G. Plekhanov, Essais sur l’histoire du matérialisme, loc. cit., t. II, p. 76.
  • 47 Ibid., t. II, p. 77.
  • 48 Ibid., t. II, p. 76.

18Et c’est à ce seul prix - au prix d’une conception unitaire, « moniste », du Tout - que l’on peut être gratifié, selon Plekhanov, de l’épithète de « dialecticien ». Hegel, cela va sans dire, fut dialecticien. Mais Spinoza le fut tout autant ! Tout d’abord, parce que, dans son système : omnis determinatio est negatio44 (Engels, après le Marx du Capital et Hegel lui-même, avait déjà dit cela dans l’Anti-Dùhring45). Ensuite, parce que la « philosophie idéaliste (plus exactement : dualiste)46 » trouve sa plus parfaite expression dans le cartésianisme : or « il n’y a pas la moindre trace du concept d’évolution dans le cartésianisme47 ». Le « monisme » de Leibniz et de Spinoza explique, inversement, que ces deux auteurs « ont su fort bien manier parfois l’outil dialectique48 ».

  • 49 G. Plekhanov, D’une prétendue crise du marxisme [1898], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. I (...)
  • 50 G. Plekhanov, D’une prétendue crise du marxisme, loc. cit., t. II, p. 354. Herzen (1812-1870) voul (...)

19Ainsi, « le matérialisme, sous la forme élaborée au xviiie siècle et tel qu’il a été adopté par les fondateurs du socialisme scientifique, nous enseigne que “nous ne pouvons connaître une substance pensante en dehors de la substance douée d’étendue, et que la pensée est, au même titre que le mouvement, une fonction de la matière” [ici, Plekhanov cite expressément Thomas Huxley, naturaliste anglais, de l’école darwinienne — J. S.]. Mais c’est la négation du dualisme philosophique, poursuit Plekhanov, qui nous ramène tout droit au vieux Spinoza et à sa substance unique dont l’étendue et la pensée constituent simplement les attributs49 ». Partant, on peut affirmer sans ambages que « le matérialisme moderne est, en effet, un spinozisme plus ou moins conscient50 ».

  • 51 G. Plekhanov, D’une prétendue crise du marxisme, loc. cit., t. II, p. 354.
  • 52 Ibid., t. II, p. 353. La phrase latine provient de : B. Spinoza, Ethique, II, prop. 13, scolie : « (...)
  • 53 G. Plekhanov, Bernstein et le matérialisme, loc. cit., t. II, p. 374-375.
  • 54 G. Plekhanov, Le « Cant » contre Kant, loc. cit., t. II, p. 405.
  • 55 Ibid., t. II, p. 405.

20« Je dis : “plus ou moins conscient”, précise Plekhanov, car il y a eu des matérialistes fort peu conscients de leur parenté avec Spinoza : La Mettrie, par exemple51 ». Mais, au temps même de La Mettrie, d’autres que lui savaient fort bien qu’ils procédaient de Spinoza ; ainsi, Diderot, qui ne manquait pas d’invoquer la proposition XIII de la deuxième partie de Y Ethique : Omnia individua quamvis gradibus diversis animata sunt52. « Au vrai, il ne fait aucun doute que Feuerbach était spinoziste, comme Diderot l’avait été en son temps. [...] Le matérialisme de Feuerbach, comme la philosophie de Diderot, est une simple variété du spinozisme53 ». Marx et Engels, enfin, n’ont jamais soutenu le matérialisme de Vogt et de Moleschott, c’est-à-dire le matérialisme vulgaire, réductionniste : notre conviction, déclare Plekhanov, est que « leur matérialisme, aussi, était une variété de spinozisme54 », un « spinozisme modifié55 ».

  • 56 G. Plekhanov, Bernstein et le matérialisme, loc. cit., t. II, p. 374-376.

C’est avec la plus complète conviction que je l’assure, déclarait déjà notre auteur dans Bernstein et le matérialisme : devenus matérialistes, Marx et Engels n’ont jamais abandonné le point de vue de Spinoza. Cette conviction se fonde, notamment, sur le témoignage personnel d’Engels. En 1889, [...] je m’étais rendu à Londres pour faire sa connaissance. [...] Un jour, l’entretien portait sur la philosophie, et Engels critiqua avec beaucoup de vivacité ce que Stern appelle fort mal à propos « matérialisme physique ». —Ainsi donc, demandai-je, le vieux Spinoza avait raison, lorsqu’il disait que la pensée et l’étendue ne sont que deux attributs d’une seule et même substance ? — Assurément, me répondit Engels. Le vieux Spinoza avait tout à fait raison56.

CONTRE LA NÉCESSITÉ PRÉTENDUE D’UN « RETOUR À KANT »

  • 57 A. Tosel, Du matérialisme de Spinoza, Kimé, 1994, p. 195. Voir à ce sujet : I. Getzler, « Georgi V (...)

21Last but not least : le retour de Spinoza dans les ouvrages marxistes à la fin du xixe siècle, écrit André Tosel, « a pour fonction d’empêcher l’intégration de la conception matérialiste de l’histoire dans un projet néo-kantien57 ». « Quelle différence y a-t-il, demande Plekhanov, entre le matérialisme de Marx et le kantisme ? — Une différence prodigieuse ! »

  • 58 G. Plekhanov, D’une prétendue crise du marxisme, loc. cit., t. Il, p. 354.

Elle réside tout entière dans ce qui concerne l’inconnaissable. Pour Kant, les choses en soi ne sont point telles que nous les percevons, ni leurs rapports dans la réalité ceux que nous nous représentons. Si nous faisons abstraction de la structure subjective de nos sensations, toutes les propriétés des objets, tous leurs rapports dans l’espace et dans le temps, l’espace et le temps eux-mêmes disparaissent, car tout cela n’existe qu’à titre de phénomène, c’est-à-dire seulement en nous. La nature des choses, considérées en elles-mêmes er indépendamment de notre propre faculté de perception, nous est parfaitement inconnue. [...] Les matérialistes, en ce point, sont loin de donner à Kant leur accord58.

  • 59 A. Tosel, « Labriola devant Spinoza, une lecture non spéculative », dans G. Labica et J. Texier, L (...)
  • 60 L. Althusser, Lire le Capital, § 17, Maspero, 1968,1.1, p. 17.
  • 61 G. Plekhanov, Matérialisme ou kantisme [1898], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 448 (...)
  • 62 Toutes les citations qui précèdent proviennent de la même page : cf. G. Plekhanov, Conrad Schmidt (...)
  • 63 Ibid., t. II, p. 432.
  • 64 A. Tosel, Du matérialisme de Spinoza, op. cit., p. 197.
  • 65 Ibid., p. 198.

22Aux yeux d’un Plekhanov, Spinoza serait donc le précurseur direct de Marx également en ce qu’il affirme la « connaissabilité de la matière en son en-soi59 ». Et, de fait, dans les textes qu’il consacre à la polémique contre Conrad Schmidt et Edouard Bernstein, Plekhanov use et abuse de références à ce qu’Althusser appelait le « malheureux pudding d’Engels60 » (« la meilleure réfutation du kantisme, a dit Engels, est administrée quotidiennement par notre activité pratique, et par l’industrie surtout. Pour reprendre son expression, the proof of the pudding is in the eating61 »). Il déclare que « notre science et notre technologie » sont « garantes » de ce que nous pouvons prévoir certains phénomènes. Or « prévoir un phénomène, c’est prévoir l’action sur nous de la chose en soi ». Et si nous « prévoyons l’action sur nous de ladite chose », nous connaissons au moins certaines de ses propriétés et, dès lors, « nous n’avons pas le droit de l’appeler inconnaissable62 ». Après Fichte, Schopenhauer et bien d’autres, Plekhanov tente de mettre Kant en contradiction avec lui-même : « Les choses en soi sont la cause de nos sensations. Mais le même Kant dit que la catégorie de causalité, comme toutes les autres catégories, n’est pas applicable aux choses en soi63 », etc. Selon Plekhanov, explique A. Tosel, Marx a donc achevé « une conception matérialiste et moniste de la réalité, fondée sur le réalisme gnoséologique et sur le primat exclusif de la détermination causale64 ». L’ordre naturel est premier, et nous ne faisons jamais notre histoire que sous la pression de la nécessité. Marx et Engels, en nous indiquant que la technologie nous permet de comprendre la nécessité et de nous en rendre comme maîtres et possesseurs, auraient « achevé de réaliser l’intention anti-idéaliste de l’ontologie et de la gnoséologie spinoziennes65 ».

  • 66 G. Plekhanov, Sur la guerre [1914 –O воине], cit. d’après S. H. Baron, Plekhanov. The Father of Ru (...)

23Il est fort intéressant de remarquer par contraste qu’à la fin de sa vie, lorsque Plekhanov aura rompu avec l’orthodoxie marxiste, il changera corrélativement d’attitude à l’égard de Kant : comme ses principales préoccupations auront alors trait aux questions de « défense nationale », c’est-à-dire à ce qu’il tiendra pour une légitime défense de la Russie contre l’Allemagne wilhelmienne, il ira jusqu’à écrire que « l’organisation des nouvelles sociétés voulues par Marx a uni la politique extérieure du prolétariat avec la loi morale de Kant66 ». Inviolabilité de l’individu et de la nation : ce seront là les nouvelles valeurs d’un Plekhanov désormais fort proche du Bernstein auquel il s’était affronté naguère, en lui opposant un Marx « spinoziste » et... inconciliable avec Kant.

Notes

1 Cf. E. H. Carr, Studies in Revolution, Londres, Macmillan, 1950. Cf. également le titre de l’intéressant ouvrage de Samuel H. Baron : Plekhanov. The Father of Russian Marxism, Stanford, University Press, 1963.

2 Parti ouvrier social-démocrate de Russie.

3 Michel Bakounine en avait donné une première traduction en 1860.

4 La censure avait laissé paraître en 1872 la traduction du Capital qu’avait donnée Danielson.

5 Nos controverses [Наши разнодласия - on pourrait traduire aussi bien par : Nos désaccords, ou bien encore : Nos divergences], Genève, Imprimerie du groupe Osvobojdenie Trouda, 1884. — Cf. Œuvres philosophiques (trad. L. et J. Cathala), Moscou, Éd. du Progrès, 1983,1.1, p. 67-320.

6 Cf. ci-dessus.

7 Brochure qui fut publiée à Genève, en 1883 ; cf. G. Plekhanov, Œuvres philosophiques, op. cit., 1.1, p. 7-65.

8 P. Lavrov, Le messager de la volonté du peuple, n° 2 ; cit. par G. Plekhanov, dans Nos controverses, loc. cit., t. I, p. 71.

9 Ibid, t. I, p. 72.

10 Ibid., t. I, p. 73.

11 Cf. B. Spinoza, Traité théologico-politique, chap. XX : « Où l’on montre que dans un État libre il est loisible à chacun de penser ce qu’il veut et de dire ce qu’il pense » (trad. Ch. Appuhn, Garnier-Flammarion, 1965, p. 330).

12 G. Plekhanov, Nos controverses, loc. cit., t. I, p. 73-74. Souligné par nous.

13 Cf. F. Engels, Anti-Duhring [1877-1878], Éditions sociales, 1963, p. 146.

14 Lbid., p. 147. Plekhanov (Les questions fondamentales du marxisme [1908 — Основые вопросы марксизма], chap. XV, op. cit., p. 81) cite lui-même cette dernière phrase.

15 G. Plekhanov, Le rôle de l’individu dans l’histoire [1898], chap. II ; dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 314 [trad. modifiée].

16 G. Plekhanov, Les questions fondamentales du marxisme, chap. XIV, op. cit., p. 74.

17 Ibid., p. 71.

18 G. Plekhanov, Le rôle de l’individu dans l’histoire, chap. VI ; dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 332.

19 Cf. ibid., chap. VIII ; dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 332. Exemple privilégié en Russie dans les développements de ce genre : celui de Napoléon Bonaparte. « Pour rétablir l’ordre [auquel le Directoire aspirait sans pouvoir l’imposer], il fallait une bonne épée, selon l’expression de Sieyès. Pour ce rôle d’épée bienfaisant, on songea d’abord au général Joubert, et quand il fut tué à Novi, on parla de Moreau, de Macdonald, de Bernadotte. Ce n’est qu’ensuite qu’on parla de Bonaparte » (ibid., p. 263). Souvenons-nous que Napoléon figure en bonne place parmi les « individus extraordinaires » qu’un Raskolnikov oppose au « troupeau », aux « individus ordinaires ». Selon Raskolnikov, la première de ces deux catégories d’hommes « meut l’univers et le conduit à son but », - fût-ce au prix de « torrents de sang », de crimes que seuls de tels « législateurs et guides de l’humanité [...] peuvent se permettre en conscience » ; cf. F. Dostoïevski, Crime et châtiment [1865], IIP partie, chap. 5, Le Livre de poche, 1964, t. I, p. 411-413.

20 В. Spinoza, Lettre 58 [ = note de Plekhanov lui-même].

21 Plekhanov (G.), Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire [1895 -К вопросу 0 развитии монистическодо вздляда на историю] ; dans Œuvres philosophiques, op. cit., 1.1, p. 536.

22 Ibid, 1.1, p. 537.

23 Ibid., t. I, p. 537 : ce dernier exemple est emprunté par Plekhanov à Leibniz. Cette invocation est ici juxtaposée avec - une fois de plus - l’exemple spinozien de la pierre qui, si elle venait à prendre conscience de son propre mouvement, aurait le sentiment qu’elle se meut librement, etc. : le même rapprochement se trouvait déjà chez Jacobi, et c’est là que Plekhanov a dû l’emprunter ; cf. Ê-H. Jacobi, Œuvres philosophiques (trad. J.-J. Anstett), Aubier, 1946, p. 115.

24 Tous deux publicistes liés à la nébuleuse populiste.

25 G. Plekhanov, Le rôle de l’individu dans l’histoire, chap. I, dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 307.

26 G. Plekhanov, Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire, loc. cit., t. I, p. 536.

27 G. Plekhanov, Le rôle de l’individu dans l’histoire, chap. I ; loc. cit., t. II, p. 309 [trad. modifiée].

28 Voyez notamment : G. W. F. Leibniz, Essais de théodicée [1710], I, § 54 ; Garnier-Flammarion, 1969, p. 133-134 ; ou : R. Descartes, Les passions de l’âme [1649], art. 145 et passim.

29 Diogène D’Œnoanda, frag. 54, Smith, col. 3 : τò δὲ µὲγιστoυ πιστείσης γὰρ εἱµαρµέυης αἴρεται πᾆσα υoυθεσ[ί]α καὶ ἐπιτείµησις...

30 Voyez à ce propos la remarquable évolution de L. Althusser : du « spinozisme » dont se réclament encore les Éléments d’autocritique [1974] aux entretiens de 1984-1987 avec F. Navarro - entretiens au cours desquels Althusser signale tout l’intérêt spéculatif que présente le dogme épicurien relatif à la déclinaison des atomes pour un matérialisme soucieux de faire place à 1’ « aléatoire », à 1’« imprévisible », à quelque marge d’indétermination dans le cours des choses ; cf. L. Althusser, Sur la philosophie, Gallimard, 1994, p. 40-43 et 45.

31 Revue théorique de la social-démocratie allemande, qui avait été fondée à Stuttgart par Karl Kautsky en 1883.

32 G. Plekhanov, Pour le soixantième anniversaire de la mort de Hegel [1891] ; dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. I, p. 373.

33 Ibid., t. I, p. 373.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 G. Plekhanov, Avertissement et notes pour la traduction russe du livre d’Engels : Ludwig Feuerbach et la fin de la philosophie classique allemande, dans Œuvres philosophiques, op. cit., 1.1, p. 435.

37 Ibid, t. I, p. 435.

38 Cf. notamment : G. Plekhanov, Essais sur l’histoire du matérialisme [1896], dans Œuvres philosophiques, loc. cit., t. II, p. 17. Ces Essais sont une suite de trois études respectivement consacrées à : d’Holbach (I), Helvétius (II) et Marx (III).

39 G. Plekhanov, Le « Cant » contre Kant [1901], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 392-423 (cit. : p. 406).

40 G. Plekhanov, Bernstein et le matérialisme [1898], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 361-377 (cit. : p. 367).

41 Sur l’analyse plekhanovienne du « monisme » de Hegel, cf. B. A. Tchaguin, Разработка Г. В. Плехановсм общесояиологической теории марксизма, Leningrad, Naouka, 1977, p. 54-55.

42 G. Plekhanov, Les questions fondamentales du marxisme, chap. II, op. cit., p. 21.

43 Lbid., p. 21.

44 G. Plekhanov, Essai sur le développement de la conception moniste de l’histoire, loc. cit., t. I, p. 527. Plekhanov renvoie à la Lettre 50 de Spinoza.

45 Cf. F. Engels, Anti-Duhring, op. cit., p. 172 et 387.

46 G. Plekhanov, Essais sur l’histoire du matérialisme, loc. cit., t. II, p. 76.

47 Ibid., t. II, p. 77.

48 Ibid., t. II, p. 76.

49 G. Plekhanov, D’une prétendue crise du marxisme [1898], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 347-360 (cit. : p. 353).

50 G. Plekhanov, D’une prétendue crise du marxisme, loc. cit., t. II, p. 354. Herzen (1812-1870) voulait déjà que Spinoza, comme les matérialistes du xviiie siècle, eût convergé vers l’abolition de tout dualisme. Mais, selon lui, leurs voies avaient été inverses. Spinoza n’aurait eu une « qu’une issue : sacrifier la réalité des phénomènes à l’essence, ce qui était une façon de sortir du dualisme » cartésien ; au lieu que le « matérialisme » (issu notamment de Bacon et de Locke) devait inévitablement aboutir, dans l’œuvre de David Hume, au « reniement complet » de l’essence ; cf. A. Herzen, Lettres sur l’étude de la nature [1845-1846], 8e lettre, dans Textes philosophiques choisis, Moscou, Editions en langues étrangères, 2e éd., 1948, p. 313.

51 G. Plekhanov, D’une prétendue crise du marxisme, loc. cit., t. II, p. 354.

52 Ibid., t. II, p. 353. La phrase latine provient de : B. Spinoza, Ethique, II, prop. 13, scolie : « Tous les individus sont animés, bien qu’à des degrés divers. » Plekhanov cite à nouveau cette même phrase dans Bernstein et le matérialisme, loc. cit., t. II, p. 370-371.

53 G. Plekhanov, Bernstein et le matérialisme, loc. cit., t. II, p. 374-375.

54 G. Plekhanov, Le « Cant » contre Kant, loc. cit., t. II, p. 405.

55 Ibid., t. II, p. 405.

56 G. Plekhanov, Bernstein et le matérialisme, loc. cit., t. II, p. 374-376.

57 A. Tosel, Du matérialisme de Spinoza, Kimé, 1994, p. 195. Voir à ce sujet : I. Getzler, « Georgi V. Plekhanov : la dannazione dell’ ortodossia », dans Storia del Marxismo, vol. 2 : Il marxismo nell’età della Seconda Internazionale, Turin, Einaudi, 1979.

58 G. Plekhanov, D’une prétendue crise du marxisme, loc. cit., t. Il, p. 354.

59 A. Tosel, « Labriola devant Spinoza, une lecture non spéculative », dans G. Labica et J. Texier, Labriola, d’un siècle à l’autre [Actes du colloque international, CNRS, 28-30 mai 1985], Méridiens-Klincksieck, 1988, p. 22.

60 L. Althusser, Lire le Capital, § 17, Maspero, 1968,1.1, p. 17.

61 G. Plekhanov, Matérialisme ou kantisme [1898], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 448-467 (cit. : p. 449).

62 Toutes les citations qui précèdent proviennent de la même page : cf. G. Plekhanov, Conrad Schmidt contre Karl Marx et Friedrich Engels [1898], dans Œuvres philosophiques, op. cit., t. II, p. 425-447 (cit. : p. 429).

63 Ibid., t. II, p. 432.

64 A. Tosel, Du matérialisme de Spinoza, op. cit., p. 197.

65 Ibid., p. 198.

66 G. Plekhanov, Sur la guerre [1914 –O воине], cit. d’après S. H. Baron, Plekhanov. The Father of Russian Marxism, Stanford, University Press, 1963, p. 330.

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site