Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Rousseau et la philosophie

 | 
Jean Salem
, 
André Charrak

Deuxième partie. Anthropologie et politique

La population comme signe du bon gouvernement

Michel Senellart

Texte intégral

  • 1 Puvilland, 1912 ; Spengler, 1942.
  • 2 Dupâquier, 1985.
  • 3 J.-Cl. Perrot, 1992 ; É. Brian, 1994.
  • 4 Voir Desrosières, 1993.
  • 5 Voir Sécurité, territoire, population, 1978.

1La question de la population a fait l’objet, au xviiie siècle, d’une vaste littérature dont la plupart des titres, aujourd’hui tombés dans l’oubli, ont longtemps retenu l’attention des seuls historiens de la démographie. À la recherche des précurseurs de Malthus1 ou soucieux de repérer les étapes du progrès de la science démographique2, ceux-ci se sont moins intéressés au contenu positif de ce discours qu’aux intuitions théoriques, aux techniques d’enquête et aux modes de calcul témoignant d’une rigueur croissante de la discipline. Depuis quelques années, toutefois, s’est dessinée une autre approche de la part d’historiens des sciences sociales qui ont mis en évidence les liens étroits unissant le thème de la population, l’essor des techniques administratives et la formation des sciences de gouvernement3. Loin d’être réduites à la simple préhistoire d’une science encore balbutiante, les théories de la population du xviiie siècle ont ainsi retrouvé leur véritable place au croisement de l’analyse des richesses et de la politique des grands nombres4. Elles sont l’expression d’un problème qui, comme l’avait déjà souligné M. Foucault5, est au cœur de la gouvernementalité du siècle des Lumières.

  • 6 Voir Perrot, p. 500, qui renvoie à la monumentale bibliographie éditée par A. Sauvy, J. Hecht et J. (...)
  • 7 Contrat social, II 5, O. C. III, p. 376.

2Riche de plusieurs milliers d’ouvrages, cette littérature a connu une brusque accélération autour de 17506. Écrivains politiques, économistes et moralistes participent activement au débat sur le rôle de la population et les moyens de l’accroître, en vue du bonheur commun. Il est donc légitime de se demander comment Rousseau, qui publie alors ses premiers écrits politiques, s’y est associé, de quel courant il était le plus proche et s’il a défendu des positions originales. Or, assez curieusement, il semble qu’il ait choisi de peu s’engager sur ce terrain. À l’exception du Projet de constitution pour la Corse, non destiné à la publication, il ne consacre en effet que de rares développements au sujet, expose ses arguments dans des notes en bas de page ou en fin de volume et se contente de répéter la même idée simple sur les effets bénéfiques du bon gouvernement en matière de population sans l’étayer d’aucune démonstration précise. Tout se passe comme si la question de la population ne remplissait qu’une fonction marginale dans sa pensée et qu’il se soit contenté de reproduire, sans y insister, les lieux communs de son époque. De là, peut-être, le silence des commentateurs sur le sujet. Rousseau est un théoricien du peuple, non de la population. N’y a-t-il pas une difficulté fondamentale, en effet, à prendre en compte la spécificité de cette dernière dans le cadre d’une doctrine de la souveraineté populaire ? Comment concilier le volontarisme individualiste et la naturalité des processus collectifs ? Quelle dynamique reconnaître aux hommes en tant qu’êtres vivants dès lors que leur vie, selon les termes du contrat social, n’est plus désormais qu’un « don conditionnel de l’État7 ? » Comment concevoir une technique de gouvernement s’exerçant sur le grand nombre dans les limites du rapport contractuel entre individu et puissance publique ? Ces questions, sans doute, sont celles de notre modernité. La discrétion de Rousseau, la distance qu’il adopte par rapport au débat contemporain, le caractère convenu de ses formules témoigneraient de sa réticence à les poser.

  • 8 Sur ce changement de plan et sa signification dans l’œuvre politique de Rousseau, voir Masters, 196 (...)
  • 9 Voir Montesquieu, Lettres persanes, CXV, p. 302 : « [...] plus il y a d’hommes dans un état, plus l (...)

3Plusieurs indices, toutefois, invitent à récuser ce constat. La manière radicale, tout d’abord, dont il reprend la thèse, communément admise par les philosophes, de la dépopulation du monde, dans sa critique des méfaits de la vie sociale. Le reproche, ensuite, qu’il adresse aux auteurs politiques de son temps de méconnaître le signe simple, évident et indiscutable de la bonté du gouvernement, que constitue la population : en attirant ainsi le regard sur ce signe qui saute aux yeux et que pourtant, selon lui, personne ne voit ou ne veut voir, Rousseau, qui ne peut ignorer la profusion des écrits sur le thème, ne fait-il pas signe lui-même vers une conception tout à fait neuve des conditions d’existence de la population ? La force, enfin, des analyses qu’il consacre à ce problème dans les programmes de réforme rédigés à l’intention des Corses et des Polonais, dans lesquels, passant des principes du droit politique aux maximes de gouvernement8, il fait apparaître les présupposés pratiques de sa conception d’un État libre. L’hypothèse que je voudrais tenter de soutenir est que l’idée de population-signe, dans son apparente et paradoxale banalité, enveloppe une critique incisive, non seulement de la monarchie absolue (ce en quoi elle n’est guère originale), mais, plus fondamentalement, de l’esprit de commerce qui anime le discours réformateur des philosophes et des économistes9. Elle pointe vers l’utopie d’une société rustique, affranchie du joug de l’argent, et marque ainsi le point de rupture avec le paradigme au sein duquel se posait, au xviiie siècle, le problème général de la population.

4Je retracerai brièvement l’histoire du mot « population » au xviiie siècle et en ferai ressortir les différentes significations, puis j’examinerai la façon dont Rousseau en fait usage dans le second Discours et dans le Contrat social, me contentant, dans les limites de cet exposé, d’évoquer le Projet de constitution pour la Corse en conclusion.

-I-

  • 10 Esprit des Lois, XVIII, 10, p. 536.
  • 11 Ibid., XXIII, 26, p. 710 ; 27, p. 71 1 ; voir Lettres Persanes, CXXII, p. 313.
  • 12 Lettres Persanes, CXVII, p. 305 ; Esprit des Lois, XXIII, 19, p. 695 ; 28, p. 711. L’usage du mot r (...)
  • 13 Voir Esprit des Lois, XXIII, 19, p. 695 : « Dépopulation de l’univers » (titre) ; « Toutes ces peti (...)
  • 14 Rééd. 1910, p. 109 : « C’est du sein de notre mère commune que les hommes tirent leurs besoins ; de (...)
  • 15 Par l’abbé Le Blanc, dans Hume, Discours politiques, Amsterdam, 1754, 2 vol.
  • 16 Par M. de Joncourt, Londres, 1754.
  • 17 Vingt fois réédité entre 1756 et 1760 !
  • 18 Op. cit., avertissement, p. 3.
  • 19 Ibid., I, 1, p. 35 : « La multiplication des hommes s’appelle population. L’augmentation du produit (...)
  • 20 Op. cit., p. 88 a.
  • 21 Et non pas 1835, comme l’écrit inexactement Littré, t. 6, p. 113.
  • 22 5e éd., 1798 : « Population. subst. fém. Il se dit du nombre des habitants d’un Pays relativement à (...)

5Population : le mot, d’origine anglaise, commence à circuler en France vers le milieu du xviiie siècle. Montesquieu, en 1748, l’ignore encore. Il parle de « nombre des hommes10 » ou des habitants, de « propagation de l’espèce11 ». En revanche, il emploie fréquemment, dès les Lettres persanes (1721), la forme négative du mot, « dépopulation12 », au sens actif du verbe « se dépeupler13 » – j’y reviendrai. Absent de la première édition de l'Essai sur la police générale des grains de Herbert en 1753, le mot apparaît dans la cinquième édition parue à Berlin en 175514. L’essai de Hume, Of the Populousness of Ancient Nations, écrit en 1752, fut traduit en français en 175415 sous le titre « Discours sur la population des nations antiques », la même année que l'Essai sur la différence du nombre des hommes dans les temps anciens et modernes du pasteur Wallace16, auquel il répondait. Lorsque Mirabeau, en 1756, publie son célèbre Ami des hommes ou Traité de la population17 dans lequel, désignant la population comme « le plus utile et le plus intéressant de tous les objets d’ici-bas pour l’humanité18 », il la définit par « la multiplication des hommes19 », le mot a acquis droit de cité dans la langue littéraire et savante. Damilaville, dans l’article qu’il lui consacre en 1765 dans l'Encyclopédie, le juge encore « abstrait20 » et il faudra attendre la fin du siècle21 pour que le Dictionnaire de l'Académie française accepte de l’accueillir22.

6Il est possible, à partir de ce bref inventaire, de dégager les significations essentielles du mot.

  • 23 Sécurité, territoire, population, leçon 3.
  • 24 Ibid. C’est le mot français « peuplement » qui correspondait alors à cet usage (voir Lanoue, xvie s (...)
  • 25 Ibid., leçon 13.
  • 26 J.-Cl. Perrot, dans Dupâquier, 1995, p. 545. Voir également É. Brian, 1994, p. 261 : « [...] le pré (...)
  • 27 Ibid., p. 517.

71. « Population » s’entend tout d’abord comme le contraire de « dépopulation », soit au sens d’un processus réparateur (repeupler un pays dévasté par une catastrophe, une épidémie ou une guerre), soit au sens d’une dynamique inverse (tendance à l’accroissement plus forte que la tendance à la diminution). M. Foucault, dans son cours de 1978 au Collège de France, voyait dans cette opposition dépopulation-population la marque d’une époque – xvie-début xviie siècle – qui considérait le problème de la population « sous une modalité essentiellement négative23 ». « [...] C’est par rapport au désert ou à la désertification due aux grandes catastrophes humaines que se posait le problème de la population24. » Avec l’essor du mercantilisme et du caméralisme, cette approche circonstancielle et négative du problème aurait cédé la place à une prise en compte générale et positive du phénomène population. À l’antithèse dépopulation-population se serait alors substituée celle des moyens de majorer le nombre des hommes : encadrement disciplinaire ou laisser-faire, toute la question étant désormais de savoir s’il valait mieux soumettre la population à une réglementation volontariste et contraignante ou la gérer comme un phénomène naturel ayant ses propres lois25. Nous aurons à revenir sur ce débat capital. Il convient de ne pas oublier, toutefois, que la question de la population restait en grande partie déterminée, au xviiie siècle, par celle de la dépopulation. C’est dans le cadre de la querelle ouverte par Montesquieu, dans L'Esprit des lois, sur la dépopulation du monde et à laquelle faisait écho, en Angleterre, la controverse entre Wallace et Hume, que se sont développées, pendant plusieurs décennies, les analyses relatives au sujet. Le préjugé dépopulationniste, ultime avatar sans doute de la querelle des Anciens et des Modernes, a même été qualifié de « féconde erreur26 » en raison des réactions qu’il a suscitées du côté de la statistique démographique. L’enjeu de cette thèse, il est vrai, était plus politique que scientifique. Comme l’écrit J.-Cl. Perrot, « la puissance et la longévité de la querelle française s’expliquent par la séduction que les arguments de Montesquieu exercent sur tous ceux qui veulent réformer la monarchie. Puisque celle-ci est responsable en dernier ressort du déclin, la population est une arme des Lumières philosophiques27 ». Rousseau, nous allons le voir, ne fait pas exception à cette attitude.

  • 28 Voir la phrase de Mirabeau citée plus haut.
  • 29 Cantillon, 1755, ch. 15 ; rééd. 1997, p. 47. L’aphorisme est repris textuellement par Mirabeau dans (...)
  • 30 Cité par Puvilland, p. 102.
  • 31 Op. cit. (cité par Roussel, 1979, p. 49). Voir également Melon, 1733, qui « croit qu’on peut obteni (...)

82. « Population », ensuite, désigne fréquemment la tendance des hommes à se multiplier28 plutôt que le nombre des occupants d’un espace donné. Beaucoup d’auteurs, anticipant de près ou de loin le fameux principe énoncé par Malthus à la fin du siècle, rapportent cette tendance à l’état des subsistances. Les hommes se multiplient « comme des souris dans une grange s’ils ont les moyens de subsister sans limitation », écrit Cantillon29. Et Voltaire : « C’est une loi générale que la population est d’ordinaire en raison de la bonté du sol30. » La question est alors de savoir si cette multiplication est virtuellement indéfinie, l’augmentation de la force de travail permettant d’accroître la productivité du sol – « plus vous faites rapporter à la terre, plus vous la peuplez » (Mirabeau)31 –, si elle trouve sa limite naturelle dans la qualité de ce dernier ou si elle rencontre un frein nécessaire dans divers facteurs accidentels (maladies, guerres, rigueurs du climat, etc.).

  • 32 Op. cit., p. 88. Voir Moheau, 1778, p. 58 : « On soutint, il y a quelques temps, dans un papier avo (...)
  • 33 Enquête demandée aux intendants par le duc de Beauvillier, gendre de Colbert, pour le duc de Bourgo (...)
  • 34 Voir Brian, p. 168-172.

93. « Population », enfin, s’emploie également dans un sens descriptif, non pas, comme cela deviendra courant au xixe siècle, pour désigner un ensemble d’hommes vivant dans un même lieu et présentant des traits communs de sensibilité ou de comportement, mais, de façon plus précise, pour en marquer le caractère dénombrable. « Population » n’est pas le synonyme de « peuple » (il serait intéressant d’examiner par quelles voies les deux termes en sont venus à se recouvrir partiellement l’un l’autre au xixe siècle), mais le concept d’une multiplicité nombrée. La population, ce n’est pas ce qui vit, travaille, souffre, réagit, etc. Elle n’est pas le sujet d’affects ou d’actions. Elle est essentiellement ce qui se compte et se trouve, de ce fait, doublement objectivé : en tant que donnée quantifiable, d’une part, relative, d’autre part, à un espace particulier. C’est ainsi que pour Damilaville, dans son article de l’Encyclopédie, elle « désigne le rapport des hommes au terrain qu’ils occupent, en raison directe de leur nombre et inverse de l’espace32 ». Il ne s’agit plus, selon ce troisième sens, de savoir si l’espèce s’accroît ou décroît ni d’analyser les éléments favorables à sa propagation, mais de dénombrer les hommes, de façon aussi exacte que possible, sur un territoire afin de répondre aux exigences fiscales et militaires du gouvernement. À cette acception correspond non pas tant le discours des philosophes ou des économistes que celui des arithméticiens politiques qui, à la suite des enquêtes commandées par le pouvoir, depuis la fin du xviie siècle, sur l’état de la population française33, entreprirent de calculer le nombre des habitants du royaume au moyen du multiplicateur des naissances (c’est-à-dire le procédé consistant à multiplier le nombre moyen des baptêmes sur quelques années par un coefficient fixe)34.

  • 35 Le mot d’origine allemande entra dans la langue française à la fin du xviiie siècle. Voir les Mémoi (...)

10Sans doute, en dépit des tensions opposant les représentants de ces diverses tendances (l’hostilité des physiocrates, par exemple, aux calculs d’arithmétique politique), les significations que l’on vient de dégager étaient-elles étroitement solidaires les unes des autres. La thèse de la dépopulation s’appuyait sur des calculs auxquels ses adversaires opposaient d’autres calculs, et la recherche des causes de l’accroissement ou de la diminution des hommes se fondait elle-même en partie sur l’analyse comparée des statistiques35 nationales. Elles définissent, toutefois, des niveaux de problématisation distincts, qu’il était nécessaire de mettre en évidence pour mieux comprendre la stratégie argumentative de Rousseau.

-II-

  • 36 Fragments politiques, IX [De la population], § 1, O. C. III, p. 527.
  • 37 Ibid.
  • 38 Considérations sur le Gouvernement de Pologne, [XI] « Système économique », O. C. III, p. 1009.
  • 39 Voir Contrat social III 9, note, O. C. III, p. 420 : « C’est de [l’]état permanent [des peuples] qu (...)

11De la conclusion de l’article Économie politique (1755)-non reprise dans le texte imprimé36 – aux Considérations sur le gouvernement de Pologne, qu’il ne destinait pas au grand public (1771), Rousseau défend inlassablement la même idée : c’est dans l’accroissement de la population que réside la preuve du bon gouvernement. « Voulez-vous savoir si un État est bien ou mal gouverné, examinez si le nombre de ses habitans augmente ou diminue37. » « L’effet infaillible et naturel d’un Gouvernement libre et juste est la population38. » Cette thèse englobe trois propositions distinctes : 1) La condition d’une population abondante est d’abord politique ; 2) Le bon gouvernement assure la prospérité commune par la liberté qu’il accorde aux citoyens39 ; 3) La multiplication du peuple, dès lors, en résulte « infailliblement ». La liberté constituant le moyen terme entre la cause politique et l’effet démographique, Rousseau récuse ainsi toute politique autoritaire de population, sur le mode colbertien ; il concilie harmonieusement la notion physique de population avec le concept juridique de peuple ; il épouse, en apparence, le discours libéral des économistes qui, dénonçant les effets néfastes de l’interventionnisme étatique, subordonnaient l’accroissement de la population à celui des richesses, favorisé par le « laisser faire ». Conception, en somme, tout aussi constante et cohérente que peu originale.

  • 40 Bodin, déjà, déplorait « que les hommes soient beaucoup diminués de nombre[...], de force, de vigue (...)

12La position de Rousseau, à y regarder de près, se révèle en réalité plus complexe. Loin de tenir le même langage tout au long de ses écrits, ce sont trois discours assez différents qu’il met en œuvre. Un discours, en premier lieu, de type catastrophique, dans lequel il radicalise la thèse, actualisée par Montesquieu40, de la dépopulation du monde. Un discours, ensuite, de type statistique, dans les chapitres du Contrat social consacrés aux rapports de la population et du gouvernement. Un discours, enfin, de type programmatique-utopique dans son projet de réformes adressé aux Corses, où il lie l’essor de la population à l’établissement d’un « système rustique », c’est-à-dire d’un modèle d’organisation sociale fondé sur l’abolition des « finances ». Ces trois types de discours correspondent chacun, on le constate, aux différentes significations du mot « population » dégagées plus haut. Il convient donc de les examiner successivement, afin de voir comment ils s’articulent.

  • 41 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 205.
  • 42 Voir supra, note 16, p. 168.
  • 43 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 205.
  • 44 Lettres persanes, CXIV, p. 299. Voir lettre CXII, p. 295-296 : « Comment le Monde est-il si peu peu (...)
  • 45 Ibid., CXIII, p. 299.
  • 46 Ibid., CXIV, p. 299.
  • 47 Ibid., CXIV.
  • 48 Ibid., CXVI.
  • 49 Ibid., CXVII (p. 305 : « Ce métier de continence a anéanti plus d’hommes que les pestes et les guer (...)
  • 50 Ibid., CXIX, p. 309.
  • 51 Ibid., CXXI.
  • 52 Ibid., CXXII.
  • 53 Esprit des Lois, XXIII, 18, p. 695.
  • 54 Ibid., XXIII, 20, p. 696.
  • 55 Ibid., XXIII, 23, p. 708-709.
  • 56 Perrot, p. 517.
  • 57 Voir Esprit des Lois, XXIII, 28, p. 711 : « Comment on peut remédier à la dépopulation ».
  • 58 Voir le résumé qu’en donne E. Daire dans son édition de l'Essai sur la population des nations ancie (...)

13C’est dans la note IX du Discours sur l’origine de l’inégalité que Rousseau expose son analyse des « raisons de la diminution de l’espèce, observée par plus d’un Philosophe41 ». Ce développement s’inscrit, de façon tout à fait explicite, dans l’espace d’une discussion philosophique sur l’évolution historique de l’humanité. L’allusion finale renvoie évidemment à Montesquieu, dont les arguments, au livre XXIII de l'Esprit des lois, avaient connu un retentissement considérable, et peut-être à Wallace, dont le livre, objet d’une récente polémique avec Hume, venait d’être traduit en français42. Il y a toutefois une très grande différence entre la thèse soutenue par ces deux auteurs et celle que défend ici Rousseau. Alors que pour les premiers, le problème de la dépopulation se pose en termes historiques, à partir de la comparaison des temps anciens et modernes, pour le second, c’est à l’existence même de la société qu’il se rapporte. La cause du déclin de l’espèce n’est pas à chercher dans des choix politiques ou des traits de culture. Elle réside « dans l’établissement et la perfection des sociétés43 » et est donc inhérente au progrès de la socialisation. Demandant, dans les Lettres persanes, « pourquoi la Terre est moins peuplée qu’elle ne l’étoit autrefois44 », Montesquieu distinguait tout d’abord les causes physiques – catastrophes, pestes universelles – des causes morales45, puis opposait les mœurs romaines à celles, moins « favorables à la propagation de l’Espèce », créées par les religions chrétienne et musulmane46. Il accusait ainsi la polygamie47, l'interdiction du divorce48, le célibat des prêtres et des religieuses49, mais aussi, au plan politique, le principe du droit d’aînesse50, la création de colonies51 et l’exercice d’un pouvoir arbitraire, générateur d’extrême inégalité52. La comparaison, ici, jouait donc systématiquement en faveur de Rome. Dans l'Esprit des lois, Montesquieu affinait ce schéma en faisant apparaître, au sein même de l’histoire antique, des phases d’expansion et de recul démographique. Les petites républiques, avant la conquête romaine, « regorgeoient d’habitants », sans qu’il y eût « besoin de lois pour en augmenter le nombre53 ». Les ayant vaincues, les Romains, qui se détruisaient eux-mêmes en détruisant tous les peuples, durent faire des lois en faveur de la propagation de l’espèce54. Efficace sous la République, cette législation perdit toute force avec la corruption de l’Empire, et Rome, épuisée, périt sous les assauts des barbares55. La thèse de la dépopulation permet ainsi de construire un modèle explicatif56 applicable aux sociétés modernes, de dénoncer les effets funestes d’un gouvernement autoritaire, excessivement centralisé et menant une politique hégémonique de conquête, et d’appeler aux réformes politiques nécessaires afin d’y remédier57. Ce sont les mêmes arguments, pour l’essentiel, qu’avance Wallace dans son Essai58.

  • 59 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 204-206 : « Le luxe, impossible à prevenir chez (...)

14Rousseau, quant à lui, n’instruit pas le procès du christianisme ; il ne met pas en cause telle ou telle forme de gouvernement ; et s’il mentionne les « maladies épidémiques », c’est pour y voir une suite fatale de la concentration urbaine. La dépopulation ne constitue pas une phase, transitoire et réversible, de l’histoire des hommes ; elle accompagne, depuis son origine, le processus de civilisation. Guerre, propriété privée (avec le cortège de crimes et la surenchère punitive qu’elle entraîne), pratiques contraceptives, multiplication des métiers malsains ou périlleux, telles en sont les causes réelles, aggravées, dans les nations riches, par le goût du luxe59. À l’opposition des temps anciens et modernes, Rousseau substitue donc celle de l’état de nature et de l’état social. C’est de l’abandon de l’état sauvage que résulte la tendance de l’espèce à dépérir. Cette conception radicale d’une dépopulation coextensive au développement des sociétés semble n’offrir aucune perspective de salut. Elle appelle cependant plusieurs correctifs, qui en atténuent le pessimisme.

  • 60 Esprit des Lois, XXIII, 10, p. 688-689.
  • 61 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 207 ; voir note XVII, O. C. III, p. 222 : « [... (...)
  • 62 Voir Fragments politiques, X [L’influence des climats sur la civilisation], p. 533. Voir infra, not (...)

15La dépopulation, en premier lieu, est nécessairement relative à un certain quantum de population. Comment évaluer, dès lors, la population de l’état de nature ? Rousseau ne se contente pas de la qualifier de nombreuse, selon le principe, énoncé par Montesquieu, que « les peuples naissants se multiplient et croissent beaucoup60 ». Il affirme que, livrée à elle-même, elle fût devenue « excessive » par rapport à l’espace disponible61. L’état de nature se caractérise, non par le fait qu’il est plus favorable à la multiplication des hommes, mais qu’il tend à accroître leur nombre indéfiniment. Aussi cet état, s’il s’était perpétué, aurait-il conduit à sa propre destruction, sans qu’il fût besoin, pour cela, d’invoquer de « grands accidents de la nature62 ». La dépopulation, de la sorte, se mesure par rapport à une norme, porteuse elle-même d’un dérèglement essentiel.

  • 63 Discours sur l'inégalité I, note IX, O. C. III, p. 207.
  • 64 C’est pourquoi il voit dans les accidents de la nature (déluges, éruptions volcaniques, tremblement (...)
  • 65 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 206 : « [...] les plus puissantes Monarchies, ap (...)

16La société, cause de la dépopulation, se trouve alors réinvestie d’une fonction positive. « J’ai bien peur, écrit Rousseau, que quelqu’un ne s’avise à la fin de me répondre que toutes ces grandes choses, savoir les Arts, les Sciences et les Loix, ont été très Sagement inventées par les hommes, comme une peste Salutaire pour prévenir l’excessive multiplication de l’espèce, de peur que ce monde, qui nous est destiné, ne devînt à la fin trop petit pour ses habitans63. » L’ironie de Rousseau porte sur l’interprétation providentielle de la genèse de l’état social, prêtant aux hommes des lumières qu’ils étaient incapables d’avoir64. Elle ne met pas en question l’utilité de la société. En l’absence d’une théorie de la sélection naturelle, c’est à celle-ci, en effet, qu’il revient de jouer le rôle de régulateur démographique et de freiner la tendance à la surpopulation. Elle entraîne, de ce fait, une dépopulation relative, seule compatible avec la recherche d’un équilibre optimal, selon les lieux, entre le nombre des hommes et l’étendue, la qualité et les ressources du terrain. Le problème de la population, chez Rousseau, s’inscrit donc entre deux extrêmes, celui de la surpopulation globale et celui de la dépopulation locale, le premier représentant la limite à partir de laquelle l’état de nature eût nécessairement basculé, faute de place suffisante pour tous, dans l’état de guerre, le second le point critique où le corps politique, vidé de ses forces, exténué, tombe sous la coupe d’un État plus puissant65.

  • 66 Ibid.
  • 67 Contrat social III 8, O. C. III, p. 415.
  • 68 Ibid., III 8, O. C. III, p. 416 : « Les lieux où l’excès du produit par rapport au travail convienn (...)
  • 69 Ibid., II 9, p. 388.

17De l’un à l’autre de ces deux extrêmes, enfin, se déploie une hiérarchie de degrés permettant de mesurer la plus ou moins grande vigueur des sociétés. C’est ainsi que Rousseau oppose aux nations « opulentes et désertes » d’Europe du Nord la « prodigieuse population » des barbares « qui, durant tant de siècles, ont inondé l’Europe, l’Asie et l’Afrique »66. Population elle-même en excès par rapport aux ressources de son territoire natal, comme on peut l’inférer du Contrat social (« Les lieux où le travail des hommes ne rend exactement que le nécessaire doivent être habités par des peuples barbares67 »). Au niveau intermédiaire, se rencontrent les peuples libres qui, jouissant du nécessaire et se satisfaisant de peu68, vivent dans « la proportion la plus avantageuse » à leur conservation69.

  • 70 Ibid., II 10, p. 388.

18Ainsi, plus une population tend à l’excès, plus elle est proche de l’état de nature ; plus elle tend à décroître, plus elle s’en éloigne. L’opposition de l’état de nature et de l’état civil ne sert donc pas à marquer un déclin irrésistible. Elle permet de justifier la vie en société, tout en la soumettant à la norme d’un optimum démographique, défini par le « rapport convenable » entre l’espace disponible et le nombre du peuple70. C’est cet optimum qui fait l’objet des analyses développées dans les livres II et III du Contrat social.

-III-

  • 71 Ibid., II 10, p. 388 et 389 ; III 1, ibid., p. 397 et 398.
  • 72 Ibid., II 10, p. 389.
  • 73 Ibid., III 8, p. 418.
  • 74 Voir par exemple II 10, O. C. III, p. 389 (première occurrence du mot dans le traité) : « Il faut e (...)
  • 75 Ibid., II 10, p. 389.
  • 76 Voir III 8 qui prolonge et approfondit l’argument de ce chapitre.
  • 77 Ibid., III 1 [p. 395-400].
  • 78 Ibid., III 8 [p. 414-419].

19La population apparaît tout d’abord, dans ce livre, comme l’une des variables essentielles du bon ordre politique. Rousseau, cependant, n’emploie pas le mot dans ce sens descriptif et quantitatif, et préfère parler alors de « nombre du peuple71 », de « nombre d’homme72 » ou de « nombre d’habitants73 », conservant à « population » son acception dynamique et cumulative74. C’est ce nombre que le législateur doit prendre en compte, avec l’étendue du territoire, pour réaliser le « maximum de force » dont un peuple est capable75. Première expression de l’idée d'optimum démographique : à la nature du sol, selon son degré de fertilité, la nature de ses productions, l’influence des climats76, etc., doit correspondre « un nombre donné de peuple » dont la détermination relève, non d’un équilibre naturel spontané, mais de l’art du législateur. C’est ce nombre, également, qui entre, de façon géométriquement plus rigoureuse, dans le calcul de la proportion continue entre le souverain, le prince et le peuple, dont Rousseau prétend déduire la force relative du gouvernement77. Deuxième expression de l’idée d'optimum : toute forme de gouvernement s’établit en corrélation avec un nombre défini de citoyens. Cela ne veut pas dire que ce nombre soit immuable. Mais il ne saurait changer sans que la forme du gouvernement ne s’en trouve altérée. Or ce nombre étant relatif aux caractères du terrain, et ces derniers impliquant le choix d’institutions gouvernementales spécifiques (voir le chapitre « Que toute forme de gouvernement n’est pas propre à tout pays78 »), il s’ensuit qu’un même « rapport convenable » lie le nombre du peuple au territoire, d’une part, et au gouvernement de l’autre.

  • 79 Ibid., III 9, p. 420 (souligné par moi).
  • 80 Ibid., II 10, p. 389.
  • 81 Ibid., III 9, p. 420.

20Comment passe-t-on, dès lors, de ces considérations d’arithmétique politique, qui font entrer le nombre des hommes dans un calcul d’équilibre optimal, à l’affirmation que la population est le signe du bon gouvernement ? Dans les deux cas que l'on vient de voir, en effet, la quantité du peuple n’est pas le résultat de l’action gouvernementale, mais une donnée première qui la conditionne. Le bon gouvernement ne serait-il que celui qui respecte les rapports convenables entre le nombre d’hommes, l’étendue du terrain et la puissance de la force réprimante ? Mais la population, dans cette hypothèse, n’en serait plus le seul signe irrécusable. La difficulté, en réalité, n’est qu’apparente. Ce n’est pas le nombre des hommes en lui-même, mais leur tendance à se multiplier – « population » donc, au sens actif de « peupler » – qui a valeur de signe. « Le Gouvernement sous lequel, sans moyens étrangers, sans naturalisations, sans colonies les Citoyens peuplent et multiplient davantage est incontestablement le meilleur79. » La multiplication des hommes répond, du côté des effets, aux rapports convenables du côté des causes. Elle constitue l’expression dynamique de leur heureuse proportion, le corps politique ne pouvant assurer la conservation et la prospérité de ses membres – but de l’association civile – sans se conformer à ces rapports. Elle ne vient pas rompre l’équilibre institué, puisqu’elle est elle-même intégrée dans le calcul initial du législateur qui « ne doit pas fonder son jugement sur ce qu’il voit, mais sur ce qu’il prévoit, ni s’arrêter autant à l’état actuel de la population qu’à celui où elle doit naturellement parvenir80 ». Nulle discontinuité, par conséquent, entre les deux moments de l’analyse en termes de nombre, puis de population. C’est toujours le langage de l’arithmétique politique, réduit à des propositions générales, qu’emprunte ici Rousseau. Aux techniciens d’en tirer les conclusions pratiques. « Calculateurs, c’est maintenant votre affaire ; comptez, mesurez, comparez81. »

  • 82 Ibid., p. 419.
  • 83 Burke, peu suspect d’avoir subi l’influence de Rousseau, l’énonce encore en 1790 : « Parmi les crit (...)
  • 84 République, V, 2, p. 64.
  • 85 Cité par Puvilland, p. 21.
  • 86 Melon, dans Daire, p. 818.
  • 87 Cité par Perrot, p. 507.
  • 88 Voir Puvilland, p. 41.
  • 89 Cité par Puvilland, p. 124. Voir l’article « Hommes », cité par Perrot, p. 523 : « [...] l’accroiss (...)
  • 90 Perrot, p. 508.
  • 91 Hume, 1752 ; trad. 1847, p. 107 (je souligne).

21Le problème, en revanche, se pose à un autre niveau. Comment expliquer l’originalité que s’attribue ici Rousseau ? « Pour moi, je m’étonne toujours qu’on méconnoisse un signe aussi simple ou qu’on ait la mauvaise foi de n’en pas convenir82. » Cet étonnement, à vrai dire, ne laisse pas de surprendre. L’idée qu’une population nombreuse témoigne d’une bonne politique, en effet, est des plus communes au xviiie siècle83. Elle s’inscrit dans le prolongement de la doctrine mercantiliste, selon laquelle la population, qui constituait la principale richesse de l’État, devait être majorée au maximum. « Il ne faut jamais craindre qu’il y ait trop de sujets, écrivait Bodin, vu qu’il n’y a richesse ni force que d’hommes84. » Plus l’État était peuplé, plus il était puissant, sur les plans économique et militaire. La population avait donc bien là, déjà, valeur de signe. Les auteurs du xviiie siècle, toutefois, s’ils prolongent cette conception, la renversent sur trois points essentiels : 1) La population, en premier lieu, constituait la mesure de la puissance de l’État. (C’est à cette façon de voir que se réfère encore Malthus dans la seconde version de son Essai, lorsqu’il écrit : « Je suis prêt à reconnaître, avec tous les anciens écrivains, que la puissance d’un État ne doit pas se mesurer par l’étendue d’un territoire, mais par l’étendue de la population85. ») Son accroissement n’était donc considéré qu’en vue de l’État. Il s’évaluait en termes de gain de puissance, et non de bien-être. Premier renversement au xviiie siècle : le bonheur des hommes apparaît désormais, pour la plupart des philosophes, comme la condition de leur nombre. Melon, en 1733, offre un bon exemple de transition entre ces deux points de vue : « C’est multiplier les hommes que de travailler à leur conservation, mais ce doit être toujours avec le grand motif de les rendre heureux [...]. L’expression arithmétique de la gloire du législateur est le nombre de personnes dont il a fait le bonheur, multiplié par le nombre des obstacles qu’il a surmontés86 » ; 2) Dans le système mercantiliste, en deuxième lieu, la population était tenue pour la cause de la richesse nationale. Plus il y avait de bras pour travailler, plus on pouvait fabriquer d’objets au moindre coût, plus on pouvait exporter et attirer du dehors de grandes quantités de métaux précieux. Deuxième renversement au xviiie siècle : ce n’est plus la population qui produit la richesse, mais la richesse qui détermine la population. Vauban énonce ce principe dès 1694, dans sa Dîme royale87 en même temps que Boisguilbert dans son Traité des grains88, et ce sera, bien sûr, le grand leitmotiv de Quesnay : « [...] les royaumes ne sont peuplés qu’à peu près en raison de leurs richesses. Ce n’est pas la population qui répare les richesses, ce sont les richesses qui réparent la population89. » Comme l’écrit J.-Cl. Perrot, à propos de cette « révolution intellectuelle » : « la population a perdu son rôle de cause initiale, pour devenir simple indicateur des effets économiques90 » ; 3) Alors que la population, en troisième lieu, faisait l’objet d’une police réglementaire la transformant en matière passive de l’action gouvernementale, les économistes et philosophes du xviiie siècle soutiennent qu’il suffit, pour en favoriser l’essor, de laisser jouer librement la nature. Troisième renversement : au dirigisme de l’État se substitue désormais la régulation spontanée de la population en fonction des ressources disponibles. L’idée d'optimum découle de ce triple renversement. Il ne doit pas y avoir plus de gens que ceux dont le produit du travail permet de satisfaire les besoins. Il ne doit pas y en avoir trop non plus, pour éviter la baisse excessive des salaires, la perte de l’ardeur au travail et, par suite, la chute de la consommation qui soutient les prix. Inutile, enfin, de redouter que ce nombre ne devienne excessif, puisqu’il s’ajustera de lui-même aux conditions économiques du moment. L’accroissement de la population, dans les limites optimales d’une situation donnée, est donc bien, pour les théoriciens libéraux du xviiie siècle, le signe d’un sage gouvernement, soucieux du bonheur public et laissant fonctionner les mécanismes naturels de l’économie. C’est ainsi que Hume, par exemple, écrit en 1752 : « [...] tout gouvernement sage, juste et doux, en rendant la condition de ses sujets sûre et aisée, sera toujours le plus abondant en peuple, aussi bien qu’en commodités et en richesses. Un pays, à la vérité, dont le climat et le sol sont propres pour les vins, sera naturellement plus peuplé qu’un qui ne produit que du blé, et celui-ci le sera aussi plus qu’un autre dont les pâturages feraient l’unique richesse. Mais en supposant toutes choses égales, on doit s’attendre naturellement qu’où se trouve le plus de bonheur et de vertu avec le gouvernement le plus sage, il doit y avoir aussi la population la plus nombreuse91. » Rousseau ne se contente donc pas de reproduire un lieu commun, tout en feignant d’énoncer une idée neuve, il se tient au plus près, avec sa propre conception d’un optimum lié au respect d’équilibres naturels, de l’analyse des économistes libéraux de son temps.

  • 92 Contrat social, III 9, O. C. III, p. 420.
  • 93 Ibid.
  • 94 Lettres Persanes, CXXII, p. 313.

22La posture qu’il adopte est d’autant plus troublante qu’il reprend fidèlement, dans la note du même chapitre, les arguments de Montesquieu : dépopulation de la France sous la monarchie absolue (« quand malgré son éclat un pays se dépeuple, il n’est pas vrai que tout aille bien, et il ne suffit pas qu’un poète ait cent mille livres de rente pour que son siècle soit le meilleur de tous92 ») opposée à la vitalité démographique des temps féodaux et des républiques grecques et italiennes ; éloge de la liberté comme condition d’une population nombreuse (« ce qui fait vraiment prospérer l’espèce est moins la paix que la liberté93 »). Montesquieu ne disait pas autre chose dans ses Lettres persanes : « La douceur du gouvernement contribue merveilleusement à la propagation de l’Espèce. Toutes les républiques en sont une preuve constante [...]94. »

  • 95 Voir Projet de constitution pour la Corse, O. C. III, p. 920.
  • 96 Ibid., p. 924.
  • 97 Ibid., p. 904-905.

23Suffit-il alors de retourner contre Rousseau l’accusation de mauvaise foi ? Je ne le pense pas. S’il prétend être seul à voir ce que personne ne voit, ce n’est pas par vanité d’auteur, mais parce qu’il donne un contenu très différent à la thèse communément admise. Et cela sur trois points essentiels. Alors que l’analyse des philosophes et des économistes remet en question le dirigisme autoritaire de l’État monarchique, c’est le pouvoir monarchique lui-même, et non son seul exercice despotique, que récuse Rousseau, montrant que ce pouvoir, contraint d’accroître indéfiniment les contributions publiques et d’opprimer plus lourdement le peuple, entraîne nécessairement la dépopulation des campagnes et, par là, du pays tout entier95. Alors qu’économistes et philosophes valorisent le commerce comme moyen d’augmenter le bien-être général, l’enrichissement des uns assurant le travail des autres, Rousseau, pour qui monarchie et commerce sont solidaires, l’exclut de son programme réformateur et lui oppose le principe : « que tout le monde vive et que personne ne s’enrichisse96. » Alors que l’argent, enfin, est indissociablement lié à l’essor du commerce, Rousseau fait l’éloge d’une économie autarcique, fondée sur l’agriculture – le « système rustique » et affranchie du « système de finance »97. Ce sont ces propositions, développées notamment dans le Projet de constitution pour la Corse, qui constituent, me semble-t-il, les véritables présupposés de sa théorie de la population et justifient son étonnement par rapport au discours de ses contemporains : non pas que ceux-ci n’aient pas vu que la population était le signe d’un pays bien gouverné, mais parce que, associant cette maxime au commerce et au luxe dans le cadre de l’État monarchique, ils n’ont pas compris à quelles conditions pouvait se réaliser l'optimum de population, en dehors duquel les hommes, victimes de la misère ou de l’opulence, sont condamnés à l’oppression. Ces conditions impliquent une critique radicale de l’économie politique de son temps, et c’est par cette radicalité, au-delà de ses aspects conventionnels, que l’idée rousseauienne de population-signe rejoint son analyse des causes de la dépopulation.

Bibliographie

Bibliographie

I- Sources

– Bodin J., Les Six Livres de la république (1576), Paris, Fayard, « Corpus des œuvres de philosophie en langue française », 1986.

– Burke E., Réflexions sur la révolution de France (1790), trad. fr. de P. Andler, Paris, Hachette, « Pluriel », 1989.

– Cantillon R., Essai sur la nature du commerce en général, 1755, Paris, INED, 1997.

– Damilaville, article « Population », dans d’Alembert et Diderot, Encyclopédie, t. 13, Neufchastel, 1765, p. 88-103.

– Herbert, Essai sur la police générale des grains, Londres, 1753, 53 p. ; 4e éd. considérablement augmentée, Berlin, 1754 ; rééd. de cette dernière (version de 1755) par E. Depitre, Paris, Librairie P. Geuthner, « Collection des économistes et réformateurs sociaux de la France », 1910.

– Hume D., « Of the Populousness of Ancient Nations », dans Political Discourses, 1752 ; trad. fr. de l’abbé Le Blanc revue et corrigée, « Essai sur la population des nations anciennes », dans E. Daire et G. de Molinari éd., Mélanges d’économie politique, s. l., 1847, « Collection des principaux économistes », p. 103-165.

– Malthus Th. R., Essai sur le principe de population (1798), trad. fr. par E. Vilquin, Paris, INED, 1980.

– Melon J.-F., Essai politique sur le commerce, 1734 ; 2e éd. augmentée, 1736 ; rééd. dans E. Daire éd., Economistes-financiers du xviiie siècle, s. l., 1843, « Collection des principaux économistes », p. 707-834.

– Mirabeau, L’Ami des hommes ou Traité de la population, Avignon, s. n., 1756.

– Moheau, Recherches et Considérations sur la population de la France, Paris, 1778 ; rééd. par E. Vilquin, Paris, INED, 1994.

– Montesquieu, Lettres persanes, dans Œuvres complètes, I, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1956.

De l’esprit des lois, dans Œuvres complètes, II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1958.

– Rousseau J.-J., Discours sur l’origine de l’inégalité, Fragments politiques, Du contrat social, Projet de constitution pour la Corse, dans Œuvres complètes, III, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964.

– Wallace R., A Dissertation on the Numbers of Mankind..., trad. franç. par M. de Joncourt, Essai sur la différence du nombre des hommes dans les tems anciens et modernes, Londres, 1754.

II - Études

– Brian É., La Mesure de l’État. Administrateurs et géomètres au xviiie siècle, Albin Michel, « L’Évolution de l’humanité », 1994.

– Desrosières A., La Politique des grands nombres, Paris, La Découverte, 1993, rééd. 2000.

– Dupâquier J., Histoire de la démographie, Paris, Perrin, 1985.

– Id. (dir.), Histoire de la population française, t. 2, Paris, PUF, 1988, rééd. « Quadrige », 1995.

– Id., « Calculer le nombre des animaux enfermés dans l’arche de Noé », p. 52-68 du même ouvrage.

– Foucault M., Sécurité, territoire, population, cours au Collège de France 1977-1978, Gallimard-Le Seuil, « Hautes Études » (à paraître).

– Masters R. D., The Political Philosophy of Rousseau, 1968, trad. fr. de G. Colonna d’Istria et J.-P. Guillot, La Philosophie politique de Rousseau, ENS Éditions, « Théoria », 2002.

– Morilhat Cl., Montesquieu, politique et richesses, Paris, PUF, « Philosophies », 1996.

– Perrot J.-Cl. « Les économistes, les philosophes et la population », dans J. Dupâquier, Histoire de la population française, t. 2 (voir supra), p. 499-551 (édition citée) ; article repris dans Perrot, J.-CL, Histoire intellectuelle de l’économie politique (xviie-xviiie siècle), Paris, EHESS, 1992, p. 143-192.

– Puvilland A., Les Doctrines de la population en France au xviiie siècle, Lyon, Imprimerie de la « Revue judiciaire », 1912.

– Roussel A., Histoire des doctrines démographiques illustrée par les textes, Paris, Nathan, 1979.

– Spengler J. J., French Predecessors of Malthus, 1942, trad. fr. de G. Le Carpentier et A. Fage, Economie et population. Les doctrines françaises avant 1800. De Budé à Condorcet, Paris, PUF, 1954.

Annexes

Discussion ayant suivi l’intervention de Michel Senellart

De la salle

Pourriez-vous préciser en quoi la position de Rousseau se distingue-t-elle de celle des économistes libéraux ?

Michel Senellart

Il est vrai que Rousseau est à la fois très proche dans son discours et très éloigné, quant au fond, de la position des économistes libéraux. Il faudrait donc reprendre l’ensemble des textes, afin de souligner les similitudes avec les agrariens. Dans tous les cas, Rousseau tient un discours particulier, puisqu’il brasse des influences assez diverses et qu’il n’est pas toujours cohérent. Ainsi n’est-il pas facile de concilier la façon dont il reprend textuellement le discours de Montesquieu avec la façon dont il se démarque de la position des libéraux. Je ne sais donc pas, autrement dit, si la recherche des sources permettrait de mettre en évidence une filiation doctrinale très constante.

Un participant

Mais il y a chez Rousseau une différence positive par rapport aux classiques : le travail. L’objectif n’est donc plus que les bouches soient nourries, mais que les bras trouvent des emplois. Rousseau dit d’ailleurs qu’il ne faut pas accepter les machines si elles suppriment des emplois.

Michel Senellart

Je ne sais pas si cette position est si nouvelle que cela. Des économistes avaient déjà mis en évidence que l’accroissement de la population est lié au travail : qu’il fallait donc que les hommes disposent de revenus suffisants, et pas seulement de nourriture.

L’originalité vient plutôt, à mon sens, de la façon dont Rousseau développe cet argument.

De la salle

Rousseau dit que la question n’est pas de se demander s’il faut surtaxer ou non les marchandises de luxe, mais si cela crée ou non des emplois.

Gilles Campagnolo

Dans l'Économie politique, Rousseau écrit : « Ce devoir [celui qu’a le gouvernement de pourvoir aux besoins publics] n’est pas de remplir les greniers des particuliers et de les dispenser du travail, mais de maintenir l’abondance tellement à leur portée que, pour l’acquérir, le travail soit toujours nécessaire mais ne soit jamais inutile. »

L’objectif du pouvoir n’est donc pas non plus de remplir les greniers du Prince, – tandis que l'économie du Prince se charge d’alimenter les caisses du trésor. Le discours ne porte plus sur les richesses, mais sur la production et le travail. Cette position, je le répète, oppose Rousseau à tous les économistes de son temps : physiocrates, libéraux mais aussi agrariens. En effet, ces derniers souhaitaient surtout que les greniers soient remplis.

Rousseau met ainsi l’accent sur le travail et la production. Il faut, selon lui, mettre en place un pacte économique et évoquer la question de la propriété, – propriété qu’il défend dans un premier temps, mais avec des arguments qui, par la suite, seront repris à son encontre. Il est particulièrement intéressant, à ce titre, de comparer la façon dont la propriété apparaît dans l'Économie politique et dans le Contrat social. Dans le premier texte, la propriété existe déjà avant l’état civil, et un discours économique peut donc être présupposé à un discours politique ; dans le second, elle n'existe plus qu’une fois que l’on se situe dans l’état civil.

Jean Salem

Ce débat sur la dépopulation ne fut-il pas surtout fantasmatique, – puisque la France était alors le pays le plus peuplé d’Europe (20 millions d’habitants à l’époque de Louis XIV, et 28 millions à la veille de la Révolution française) ?

Michel Senellart

Absolument. La croissance démographique est progressive et continue au xviiie siècle, – ce qui contredit la thèse de la dépopulation, laquelle répondait surtout à des fins polémiques et politiques. Pour autant, cette erreur a été féconde, puisqu’elle a poussé les statisticiens à multiplier les calculs et les enquêtes de terrain.

Jean Salem

Mais l’on devait pourtant se rendre compte de ce qu’on était toujours plus nombreux !

Même les Grecs (malgré la notable exception de Platon, lequel paraît avoir tenu pour constant le nombre des hommes) étaient déjà conscients, peu ou prou, de l’augmentation continue de la population. – Ce qui est absolument certain, en tout cas, c’est que la peur de manquer en matière démographique et, par voie de conséquence, en matière militaire, a hanté la politique grecque et, bien plus encore, celle de Rome. De la guerre dite sociale qui vit les socii, les alliés italiotes, se révolter afin que Rome leur concédât le droit de cité romaine (c’est-à-dire divers avantages, notamment fiscaux) jusqu’à l’édit de Caracalla (212 après J.-C., soit près de trois siècles plus tard) qui accorde ce même droit à tous les habitants de l’Empire, il y a là une série de gesticulations juridiques qui n’ont pas empêché Rome de succomber finalement sous les assauts des barbares. Car plus Rome s’est agrandie, plus elle a souffert, comme on sait, d’un déficit de citoyens susceptibles de la défendre.

Bref, cette discussion – un peu fantasmatique, avons-nous convenu, en plein xviiie siècle français -, cette crainte touchant la dépopulation, ne s’expliquerait-elle pas par une sorte de fréquentation trop assidue de l’histoire... romaine ?

Michel Senellart

Montesquieu avait déjà fait référence à Rome dans L’Esprit des lois. D’ailleurs, il n’oppose pas Rome à la dépopulation des États modernes, mais il utilise cet exemple pour montrer comment une certaine politique d’expansion et de conquête peut avoir des effets positifs ou négatifs sur la population. Ainsi, la politique devint-elle mauvaise, écrit-il, lorsque Rome accrut exagérément son empire et se trouva conduite, pour maîtriser son immense population, à suivre une politique de plus en plus autoritaire et centralisée. Pour Montesquieu, l’excès de territoire, résultant de la politique de conquête, conduit donc nécessairement au renforcement du pouvoir central et à la dérive despotique de l’État, ce qui finit par entraîner l’épuisement de la population.

Et Montesquieu construit en effet ce modèle pour l’appliquer à la France de Louis XIV. Rousseau reprend cet exemple dans le Livre III sur la population : sous la Fronde, le peuple est de plus en plus nombreux ; mais sous le règne absolu de Louis XIV, les mêmes effets négatifs que ceux de la conquête romaine se font jour.

De la salle

Mais procède-t-on seulement – et, si oui, de quelle façon – à l’établissement de statistiques au xviiie siècle ?

Michel Senellart

Au début du xviiie siècle, on parle d’arithmétique politique en référence à William Petty et à son traité (publié aux environs de 1690). Dans ce traité, celui-ci cherchait à mettre en rapport l’étendue du territoire, la taille de la population, le commerce, les ressources, afin de montrer que l’Angleterre, bien que moins peuplée que la France, avait un potentiel bien plus important. L’arithmétique politique fait référence à un type de calcul qui s’inscrit dans la logique de la politique mercantiliste.

Toutefois, au milieu du xviiie siècle, certains auteurs, en réaction à la thèse de la dépopulation, ont proposé de nouveaux calculs, afin de montrer que la population croît. Ces auteurs se sont qualifiés eux-mêmes d’arithméticiens politiques. Pour autant, le terme n’a pas eu de succès et, à la fin du xviiie siècle, le mot « statistique », issu de l’allemand ainsi qu’on l’a dit, s’est imposé auprès des économistes.

De la salle

C’est plutôt le xixe siècle qui a empêché le développement de cette science en France. Ce n’est qu’après que les statistiques sont réapparues.

Michel Senellart

L’idée selon laquelle la grande ville, la capitale, cannibalise le pays est tout à fait fondamentale dans la critique que fait Rousseau de la dépopulation des sociétés modernes. C’est pour cela qu’il oppose à ce déséquilibre entre la ville et la campagne (dû au commerce et à la monarchie) le principe d’une population également répartie sur l’ensemble du territoire.

De la salle

Comment cependant maintenir un tel équilibre, – à supposer qu’on soit parvenu à l’atteindre ?

Michel Senellart

C’est la grande difficulté que l’on rencontre en essayant de saisir la cohérence de ce discours sur la population. En effet, si l’on pousse la logique de la population à ses conséquences extrêmes, on constate que les conditions nécessaires à l’atteinte d’un optimum dans ce domaine sont très contraignantes. Rousseau conseille aux Polonais tout à la fois de favoriser l’agriculture, de délaisser le commerce et de trouver l’équilibre entre la richesse et la pauvreté... Les conditions pour atteindre l'optimum sont les suivantes : 1) une économie essentiellement rurale ; 2) le rééquilibrage entre les campagnes et les villes au profit des premières ; 3) l’abolition de l’argent. La voie est donc très étroite pour réaliser le bon gouvernement. De plus, cette conclusion contredit ce qui est développé dans le troisième livre, à savoir qu’il y a plusieurs formes possibles de bon gouvernement.

Pour concilier les deux propositions, la réponse que je suggère est donc de rappeler que Rousseau ne défend pas une conception relativiste du bon gouvernement. Il va ainsi à l’encontre de la psychologie traditionnelle des régimes ou de la définition des meilleurs gouvernements à partir de l’organisation même du pouvoir. Pour autant, il définit une norme, dont les différents gouvernements doivent se rapprocher pour être en mesure d’assurer la conservation et la prospérité de leurs membres.

Il est par ailleurs évident que le gouvernement ne doit pas conduire le peuple là où celui-ci ne souhaite pas aller. Pour autant, cela n’empêche pas la définition d’une certaine pédagogie à destination du peuple, afin que ce dernier soit instruit de ce qui est le meilleur pour lui – de telle façon qu’il puisse le demander en toute connaissance de cause.

Gilles Campagnolo

Il faut que le peuple trouve lui-même la norme qui le mène à son propre bien.

Michel Senellart

Il faut plutôt qu’il trouve les moyens d’adapter cette norme.

De la salle

La Corse ou la Pologne constituent-elles des exemples instructifs de ce point de vue ?

Michel Senellart

Lorsqu’il parle de la Corse ou de la Pologne, Rousseau part toujours du constat que ces États souffrent d’une dépopulation, sans toutefois la quantifier. Il faut donc se demander si les Corses et les Polonais sont moins nombreux qu’auparavant ou s’ils ne sont pas aussi nombreux qu’ils pourraient l’être. Rousseau ne l’explique pas.

Il propose la mise en place d’une police aux Polonais, mais ne fait pas référence aux différentes politiques de population mises en œuvre, notamment en Prusse, ni au discours des caméralistes allemands et autrichiens, discours qui était essentiellement populationniste. Cela ne veut pas dire qu’il ne connaissait pas ce discours.

Notes

1 Puvilland, 1912 ; Spengler, 1942.

2 Dupâquier, 1985.

3 J.-Cl. Perrot, 1992 ; É. Brian, 1994.

4 Voir Desrosières, 1993.

5 Voir Sécurité, territoire, population, 1978.

6 Voir Perrot, p. 500, qui renvoie à la monumentale bibliographie éditée par A. Sauvy, J. Hecht et J. Lévy, Économie et population. Les doctrines françaises avant 1800. Bibliographie générale commentée, Paris, INED, 1958. Entre 1760 et 1789 sont parus environ 1900 ouvrages sur les questions de population et d’économie politique (É. Brian, op. cit., p. 12).

7 Contrat social, II 5, O. C. III, p. 376.

8 Sur ce changement de plan et sa signification dans l’œuvre politique de Rousseau, voir Masters, 1968.

9 Voir Montesquieu, Lettres persanes, CXV, p. 302 : « [...] plus il y a d’hommes dans un état, plus le commerce y fleurit ; je prouverai aussi facilement que plus le commerce y fleurit, plus le nombre des hommes y augmente : ces deux choses s’entraident et se favorisent nécessairement ».

10 Esprit des Lois, XVIII, 10, p. 536.

11 Ibid., XXIII, 26, p. 710 ; 27, p. 71 1 ; voir Lettres Persanes, CXXII, p. 313.

12 Lettres Persanes, CXVII, p. 305 ; Esprit des Lois, XXIII, 19, p. 695 ; 28, p. 711. L’usage du mot remonte au xive siècle (voir Littré, t. 2, p. 1645).

13 Voir Esprit des Lois, XXIII, 19, p. 695 : « Dépopulation de l’univers » (titre) ; « Toutes ces petites républiques [voir ch. 18, p. 695] furent englouties dans une grande [Rome], et l’on vit insensiblement l’univers se dépeupler ».

14 Rééd. 1910, p. 109 : « C’est du sein de notre mère commune que les hommes tirent leurs besoins ; de la supériorité de la culture naît une supériorité de population. »

15 Par l’abbé Le Blanc, dans Hume, Discours politiques, Amsterdam, 1754, 2 vol.

16 Par M. de Joncourt, Londres, 1754.

17 Vingt fois réédité entre 1756 et 1760 !

18 Op. cit., avertissement, p. 3.

19 Ibid., I, 1, p. 35 : « La multiplication des hommes s’appelle population. L’augmentation du produit de la terre s’appelle agriculture. Ces deux principes de richesses sont intimement liés l’un à l’autre. »

20 Op. cit., p. 88 a.

21 Et non pas 1835, comme l’écrit inexactement Littré, t. 6, p. 113.

22 5e éd., 1798 : « Population. subst. fém. Il se dit du nombre des habitants d’un Pays relativement à l’étendue du Pays. La population de la Hollande est considérable. On dit, Favoriser la population, pour dire : favoriser les moyens d’augmenter le nombre des habitans d’un Pays. »

23 Sécurité, territoire, population, leçon 3.

24 Ibid. C’est le mot français « peuplement » qui correspondait alors à cet usage (voir Lanoue, xvie siècle : « Et pourvoyeroit-on au peuplement d’icelle [ville] et à la bonne police », cité par Littré, t. 5, p. 1802).

25 Ibid., leçon 13.

26 J.-Cl. Perrot, dans Dupâquier, 1995, p. 545. Voir également É. Brian, 1994, p. 261 : « [...] le préjugé dépopulationniste [...] avait suscité le renouvellement des techniques et des priorités d’observation de ceux qui, en France, cherchèrent dans l’arithmétique politique la matière d’une mise à l’épreuve de l’économie politique. »

27 Ibid., p. 517.

28 Voir la phrase de Mirabeau citée plus haut.

29 Cantillon, 1755, ch. 15 ; rééd. 1997, p. 47. L’aphorisme est repris textuellement par Mirabeau dans l'Ami des hommes. Voir Malthus, 1798, ch. 2, p. 33 : « [...] la population s’accroît immanquablement là où les moyens de subsistance le permettent. »

30 Cité par Puvilland, p. 102.

31 Op. cit. (cité par Roussel, 1979, p. 49). Voir également Melon, 1733, qui « croit qu’on peut obtenir de la terre des ressources illimitées par une culture assidue et laborieuse » (Puvilland, p. 52).

32 Op. cit., p. 88. Voir Moheau, 1778, p. 58 : « On soutint, il y a quelques temps, dans un papier avoué du Ministère François [c’est-à-dire dans un document officiel du gouvernement], que la force des États devoit être estimée par la somme de la Population divisée par l’étendue des terrains sur lesquels elle est répandue. »

33 Enquête demandée aux intendants par le duc de Beauvillier, gendre de Colbert, pour le duc de Bourgogne en 1697 (selon le programme tracé par les précepteurs du dauphin, Fénelon et Fleury : « Connaître l’état présent du royaume : qualité des terres, nombre d’hommes, mœurs, profession, occupation, le tout en détail autant qu’il se pourra ») (voir Brian, p. 160) ; enquêtes lancées par le Contrôle général des Finances tout au long du xviiie siècle, la plus générale étant celle inaugurée par la lettre circulaire du Contrôleur général Orry du 17 décembre 1744 (Brian, p. 167).

34 Voir Brian, p. 168-172.

35 Le mot d’origine allemande entra dans la langue française à la fin du xviiie siècle. Voir les Mémoires secrets pour servir à l’histoire de la république des Lettres, t. XXIX, p. 123, quelques années avant la Révolution : « [Les économistes] ont créé un mot pour désigner la science de cette partie de l’économie politique [les dénombrements] et l’appellent statistique » (cité par Brian, p. 364, note 19).

36 Fragments politiques, IX [De la population], § 1, O. C. III, p. 527.

37 Ibid.

38 Considérations sur le Gouvernement de Pologne, [XI] « Système économique », O. C. III, p. 1009.

39 Voir Contrat social III 9, note, O. C. III, p. 420 : « C’est de [l’]état permanent [des peuples] que naissent leurs prospérités ou leurs calamités réelles ; quand tout reste écrasé sous le joug, c’est alors que tout dépérit. »

40 Bodin, déjà, déplorait « que les hommes soient beaucoup diminués de nombre[...], de force, de vigueur, d’âge eu égard aux anciens » (Les Six Livres de la république, 1576, cité par Perrot, 1992, p. 160).

41 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 205.

42 Voir supra, note 16, p. 168.

43 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 205.

44 Lettres persanes, CXIV, p. 299. Voir lettre CXII, p. 295-296 : « Comment le Monde est-il si peu peuplé en comparaison de ce qu’il étoit autrefois ? Comment la Nature a-t-elle pu perdre cette prodigieuse fécondité des premiers temps ? » ; et p. 297 : « Après un calcul aussi exact qu’il peut l’être dans ces sortes de choses, j’ai trouvé qu’il y a à peine sur la Terre la dixième partie des hommes qui y étoient dans les anciens temps. Ce qu’il y a d’étonnant, c’est qu’elle se dépeuple tous les jours, et, si cela continue, dans dix siècles, elle ne sera qu’un désert ». Sur les arguments de Montesquieu, voir Morilhat, 1996, p. 33-43 (« Le mythe de la dépopulation »).

45 Ibid., CXIII, p. 299.

46 Ibid., CXIV, p. 299.

47 Ibid., CXIV.

48 Ibid., CXVI.

49 Ibid., CXVII (p. 305 : « Ce métier de continence a anéanti plus d’hommes que les pestes et les guerres les plus sanglantes n’ont jamais fait »).

50 Ibid., CXIX, p. 309.

51 Ibid., CXXI.

52 Ibid., CXXII.

53 Esprit des Lois, XXIII, 18, p. 695.

54 Ibid., XXIII, 20, p. 696.

55 Ibid., XXIII, 23, p. 708-709.

56 Perrot, p. 517.

57 Voir Esprit des Lois, XXIII, 28, p. 711 : « Comment on peut remédier à la dépopulation ».

58 Voir le résumé qu’en donne E. Daire dans son édition de l'Essai sur la population des nations anciennes de Hume, p. 103, note 1.

59 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 204-206 : « Le luxe, impossible à prevenir chez des hommes avides de leurs propres commodités et de la considération des autres, achève bientôt le mal que les Sociétés ont commencé, et sous prétexte de faire vivre les pauvres qu’il n’eût pas fallu faire, il appauvrit tout le reste, et dépeuple l’État tôt ou tard » (cit. : p. 205-206).

60 Esprit des Lois, XXIII, 10, p. 688-689.

61 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 207 ; voir note XVII, O. C. III, p. 222 : « [...] si l’on pense à l’excessive population qui résulte de l’état de Nature, on jugera que la terre dans cet état n’eût pas tardé à être couverte d’hommes ainsi forcés à se tenir rassemblés ».

62 Voir Fragments politiques, X [L’influence des climats sur la civilisation], p. 533. Voir infra, note 64.

63 Discours sur l'inégalité I, note IX, O. C. III, p. 207.

64 C’est pourquoi il voit dans les accidents de la nature (déluges, éruptions volcaniques, tremblements de terre, incendies etc.) les « instrumens [dont] se servit la Providence pour forcer les humains à se rapprocher » (Essai sur l’origine les langues IX, cité par R. Derathé, dans O. C. III, p. 1534).

65 Discours sur l’inégalité I, note IX, O. C. III, p. 206 : « [...] les plus puissantes Monarchies, après bien des travaux pour se rendre opulentes et désertes, finissent par devenir la proye des Nations pauvres qui succombent à la tentation de les envahir. »

66 Ibid.

67 Contrat social III 8, O. C. III, p. 415.

68 Ibid., III 8, O. C. III, p. 416 : « Les lieux où l’excès du produit par rapport au travail conviennent aux peuples libres. »

69 Ibid., II 9, p. 388.

70 Ibid., II 10, p. 388.

71 Ibid., II 10, p. 388 et 389 ; III 1, ibid., p. 397 et 398.

72 Ibid., II 10, p. 389.

73 Ibid., III 8, p. 418.

74 Voir par exemple II 10, O. C. III, p. 389 (première occurrence du mot dans le traité) : « Il faut encore avoir égard à la plus grande ou moindre fécondité des femmes, à ce que le pays peut avoir de plus ou moins favorable à la population, à la quantité dont le législateur peut espérer d’y concourir par ses établissements. »

75 Ibid., II 10, p. 389.

76 Voir III 8 qui prolonge et approfondit l’argument de ce chapitre.

77 Ibid., III 1 [p. 395-400].

78 Ibid., III 8 [p. 414-419].

79 Ibid., III 9, p. 420 (souligné par moi).

80 Ibid., II 10, p. 389.

81 Ibid., III 9, p. 420.

82 Ibid., p. 419.

83 Burke, peu suspect d’avoir subi l’influence de Rousseau, l’énonce encore en 1790 : « Parmi les critériums qui permettent de juger des effets d’une forme de gouvernement, j’estime que l’état de la population n’est pas le moins sûr » (p. 162).

84 République, V, 2, p. 64.

85 Cité par Puvilland, p. 21.

86 Melon, dans Daire, p. 818.

87 Cité par Perrot, p. 507.

88 Voir Puvilland, p. 41.

89 Cité par Puvilland, p. 124. Voir l’article « Hommes », cité par Perrot, p. 523 : « [...] l’accroissement des richesses augmente la population. Cette diminution ou cet accroissement ne dépendent pas du peuple ; elles sont toujours l’effet du gouvernement d’un État. »

90 Perrot, p. 508.

91 Hume, 1752 ; trad. 1847, p. 107 (je souligne).

92 Contrat social, III 9, O. C. III, p. 420.

93 Ibid.

94 Lettres Persanes, CXXII, p. 313.

95 Voir Projet de constitution pour la Corse, O. C. III, p. 920.

96 Ibid., p. 924.

97 Ibid., p. 904-905.

Auteur

Professeur de philosophie politique à l’École normale supérieure des lettres et sciences humaines de Lyon.
Il est l’auteur de Machiavélisme et raison d’Etat, PUF, 1989 ; Les Arts de gouverner, Seuil, 1995.
Il a traduit l'Histoire du droit public en Allemagne, 1600-1800. Théorie du droit public et science de la police de M. Stolleis, PUF, 1998 ; il a publié (avec Gérald Sfez) L’enjeu Machiavel, PUF, 2001, et (avec Alain Caillé et Christian Lazzeri) Le Bonheur et l’utile. Une histoire raisonnée de la philosophie morale et politique, La Découverte, 2001.
Précédente étude consacrée à Rousseau : « Censure et estime publique », Cahiers philosophiques de Strasbourg, 13, mai 2002, p. 67-105.

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540