Version classiqueVersion mobile

Spinoza au XIXe siècle

 | 
André Tosel
, 
Pierre-François Moreau
, 
Jean Salem

Spinoza, Marx, marxisme

Pour une étude systématique du rapport de Marx à Spinoza

Remarques et hypothèses

André Tosel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La question des rapports entre la pensée de Marx et celle de Spinoza a jusqu’ici relevé davantage de l’herméneutique que de la philologie. Il est plus facile de faire l’histoire des interprétations de Spinoza au sein des divers marxismes que de déterminer la fonction précise de la référence à Spinoza dans l’œuvre de Marx et de définir l’usage fait par Marx de la problématique spinozienne dans l’élaboration de sa pensée.

Grosso modo, les marxistes se sont d’abord rapportés à Spinoza comme à un jalon important sur la voie de ce que l’on a nommé le matérialisme historique et dialectique. L’affaire a commencé au sein de la Seconde Internationale. La singularité de la pensée spinozienne a longtemps été réduite au rang d’étape au sein de l’immanentisme « moniste » supposé être la structure philosophique d’accueil des deux pensées, comme l’a affirmé Plekhanov en des textes péremptoires exploitant certaines notes d’Engels inscrites dans les manuscrits publiés en URSS sous le titre Dialectiqu...

© Éditions de la Sorbonne, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search