Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Byzance et le monde extérieur

 | 
Michel Balard
, 
Élisabeth Malamut
, 
Jean-Michel Spieser
, 
et al.

Byzance entre Occident chrétien et monde musulman. Les données artistiques

La vaisselle de table à Byzance : un artisanat et un marché peu perméables aux influences extérieures

Véronique François

Texte intégral

  • 1 J. W. Hayes, Réflexions sur les céramiques paléochrétiennes d’Orient et leurs liens avec l’Occiden (...)
  • 2 On compte 20 000 fragments de vaisselle à pâte blanche dans les fouilles du Grand Palais.
  • 3 G. D. R. Sanders, New Relatives and Absolute Chronologies for 9th to 13th Century Glazed Wares at (...)
  • 4 Son emploi à la cour au xive siècle témoigne de l’état de décadence dans lequel l’Empire est tombé (...)

1La production de vaisselle de table glaçurée commence à Byzance au début du viie siècle1. Jusqu’au xe siècle, sa fabrication est centralisée et sa diffusion est limitée aux grandes implantations urbaines telles que Constantinople, Athènes, Corinthe, Nessèbre, Chersonèse et Otrante. C’est la vaisselle à pâte blanche qui domine - mais elle reste minoritaire par rapport aux vases sans glaçure -, et compte tenu des quantités importantes découvertes dans la capitale de l’Empire2, elle est considérée comme la céramique constantinopolitaine par excellence même si aucun indice de production ou vestige d’atelier n’y a été mis au jour. À partir du xie siècle, les centres de fabrication se multiplient et les productions se diversifient avec l’apparition des vases à pâte rouge. La tendance entre céramique glaçurée et céramique commune s’inverse alors. Ces transformations de la production qui se développent à une époque de vastes réformes dans l’économie byzantine peuvent apparaître comme la conséquence de l’impact économique sur la culture matérielle, comme le suggère le cas de Corinthe mis en évidence par Guy Sanders3. Au xe siècle, on assiste à Corinthe à une réurbanisation et à une « remonétisation » de la cité, qui s’accélèrent au xie siècle. Ces deux phénomènes sont vraisemblablement la résultante du passage d’une économie rurale de subsistance à une économie de marché, localement florissante. Les découvertes archéologiques témoignent d’une augmentation des revenus des couches sociales les plus modestes et de leur capacité à acquérir de la vaisselle de table plus coûteuse. Ces trouvailles reflètent aussi une modification du goût des consommateurs et de leurs manières de table ; les réchauds et les plats de service sans décor qui ont été utilisés pendant trois cents ans sur les tables byzantines disparaissent et sont remplacés par des céramiques à glaçure diversement décorées. À Corinthe donc, l’augmentation du volume de la production de la vaisselle fine glaçurée et la multiplication des types ont eu lieu au sein d’une économie de marché urbaine prospère et peuvent être considérées comme le contrecoup de ce changement économique, alors que, dans les campagnes, la poterie glaçurée reste rare et que sa présence dans des implantations urbaines plus réduites - comme Sparte, Thèbes et Athènes -n’est pas attestée avant le milieu du xiie siècle. Bien que révélatrice d’une amélioration du niveau de vie d’une partie de la population, la vaisselle de table glaçurée n’est pas considérée à Byzance comme une vaisselle de luxe, recherchant des effets décoratifs à destination d’un milieu raffiné prêt à accueillir de nouvelles formes et des décors originaux. Ce qu’on trouve et les conditions même des découvertes - dans des établissements urbains, civils ou ecclésiastiques, des villes fortifiées et des forteresses rurales assez modestes -le confirment4.

2Dans ce contexte, j’ai cherché à savoir si des échanges notables s’étaient opérés entre Byzance et l’Occident chrétien et le monde musulman dans le domaine de l’artisanat potier d’une part et dans celui du commerce de la vaisselle de table d’autre part.

QUELQUES TECHNIQUES D’ORIGINES EXOGÈNES

  • 5 H. Hatcher, A. Kaczmarczyk, A. Scherer, R. P. Symonds, Chemical Classification and Provenance of S (...)
  • 6 J. C. Rubright, Lamps from Sirmium in the Museum of Sremska Mitrovica, Sirmium 3, 1973, p. 53-54.
  • 7 V. Ivanišević, Ranovizantijsko utvrdjenje na Humu kod Tutina [La forteresse protobyzantine de Hum] (...)
  • 8 R.-R Gayraud, Les céramiques égyptiennes à glaçure, ixe-xiie siècles, La céramique médiévale en Mé (...)
  • 9 Cl. Hanusse, M. Leenhardt, N. Meyer-Rodrigues, L. Vallauri, L’apparition des glaçures plombifères (...)
  • 10 P. Armstrong, H. Hatcher, M. Tite, Changes in Byzantine Glazing Technology from Ninth to Thirteent (...)

3L’artisanat potier byzantin fait appel à des techniques simples qui vont perdurer sans changement ni innovation majeure durant neuf siècles. Ce conservatisme est une des grandes caractéristiques de la production de vaisselle byzantine. L’utilisation continue d’un seul et même type de glaçure est assez symptomatique de cet immobilisme et du manque de curiosité et de recherche des artisans. La glaçure plombifère employée par les potiers de l’Empire est une fine couche de verre composée d’un mélange d’oxyde de plomb et de sable siliceux qui imperméabilise les pâtes poreuses. Pour l’artisan, la technique est rapide, la glaçure est facile à appliquer, elle adhère bien au vase et est peu sujette aux défauts de cuisson. Pour le public, l’aspect brillant et coloré a dû séduire tout autant que la facilité d’emploi et de nettoyage. La glaçure plombifère n’est pas une invention byzantine, c’est en Mésopotamie, à l’époque hellénistique, que sa recette est mise au point5. Elle se développe à l’époque romaine aux côtés de la glaçure alcaline. Encore attestée à Athènes vers 360, on en trouve la trace sur des productions de Pannonie et de Rhétie au ive siècle6. Des découvertes faites en ex-Yougoslavie et en Italie du Nord (région subalpine) témoignent d’une continuité dans la production de céramique à glaçure du ive au viie siècle7. Il ne semble donc pas y avoir eu de rupture dans l’utilisation de cette couverte entre l’époque romaine et l’Antiquité tardive et on suppose que son introduction dans les ateliers de Constantinople au viie siècle s’est faite par Ravenne. Si on trouve des céramiques à glaçure plombifère à peu près au même moment en Mésopotamie sassanide, il faut attendre le début du ixe siècle pour en rencontrer en Égypte8. En France septentrionale, les premières glaçures plombifères sont attestées à partir du ixe siècle, mais, dans le sud, elles n’apparaissent pas avant le début du xiiie, voire le xive siècle9. Alors que dans tout le bassin méditerranéen et en Iran coexistent au sein des mêmes ateliers divers types de glaçure - plombifère, alcaline et stannifère -, la couverte au plomb est la seule qui sera jamais utilisée dans les officines byzantines et ceci sans changement notable dans sa composition comme le révèlent des analyses chimiques faites sur des fragments des ixe-xiiie siècles10. Cette continuité signifie qu’il n’y a pas eu d’impact en provenance de l’extérieur et que, même lorsqu’on est passé d’une production centralisée à une production dispersée, les techniques utilisées sont restées les mêmes.

4Peu de création donc, peu d’invention dans la production byzantine de vaisselle en comparaison avec ce qui se passe en Iran, en Syrie et en Égypte. Il ne semble pas y avoir eu de véritable renouvellement interne au sein de cette activité et les apports extérieurs qu’on peut identifier sont très limités.

La pernette, un outil venu de Chine via le Moyen-Orient

  • 11 Cette datation est établie à partir des marques d’arrachement observées sur les Zeuxippus Wares et (...)
  • 12 Pour une série d’exemples, voir D. Papanikola-Bakirtzis, Τριποσδίσκοι ψησίματος των βυζαντινών και (...)
  • 13 Certaines productions du xiiie siècle, comme les Aegean Wares par exemple, n’en portent aucune tra (...)
  • 14 L. Fasheng et al, Ancient Long Kiln and Kiln Furniture in Zhejiang Province, Scientific and Techno (...)
  • 15 M. Kervran, Les niveaux islamiques du secteur oriental du tépé de l’Apadana. II. Le matériel céram (...)
  • 16 Terres secrètes de Samarcande, Céramiques du viiie au xiiie siècle, Institut du monde arabe, 26-27 (...)

5À la fin du xiie siècle11, un nouvel outil fait son apparition dans les ateliers, il s’agit des pernettes ou trépieds, c’est-à-dire des petits supports à arêtes vives, modelés à la main ou moulés12, qui, intercalés entre les formes ouvertes, facilitent leur empilement lors de l’enfournement (Fig. 1, 2). Cette opération est délicate car il convient tout à la fois de remplir le four de façon compacte afin de minimiser la perte de chaleur et de rentabiliser la fournée, sans toutefois entasser les céramiques glaçurées au risque de les retrouver collées les unes aux autres. Des tessons de pièces manquées disposés entre les objets contigus et de petits cylindres d’argile grossière permettaient jusqu’alors d’éviter ces incidents ; ils sont avantageusement remplacés par les pernettes dont l’utilisation à Byzance se généralise sans toutefois devenir systématique13. L’emploi de cette cale tripode est très antérieur en Extrême-Orient puisque des productions chinoises en possèdent déjà les marques vers 220 de notre ère14. On suppose que c’est par l’intermédiaire de marchands musulmans que cet outil a été introduit au Proche et au Moyen-Orient. Au ixe siècle, les céramiques glaçurées de Samarra n’en portent aucune trace alors que les poteries iraniennes dites « trois couleurs » affichent les trois marques d’arrachement caractéristiques. Son usage est attesté, au xe siècle, en Mésopotamie, à Suse15, ainsi qu’en Asie Centrale dans les ateliers de la forteresse d’Afrasiab à Samarcande16. Dans le Levant, les potiers recourent à cette cale au xiiie siècle, et en Égypte seulement au xive.

Fig. 1 - Pernettes

Le four à barres de Serres : un unicum de type islamique

  • 17 Pour des exemples illustres, voir Ch. Morgan, Excavations at Corinth XI : the Byzantine Pottery, C (...)
  • 18 D. Papanikola-Bakirtzis, E. Dauterman Maguire, H. Maguire, Ceramic Art from Byzantine Serres, Urba (...)
  • 19 Pour une synthèse sur le sujet, voir J. Thiriot, Géographie du four de potier à barres d’enfournem (...)

6Les fours de potiers construits à Byzance sont du type dit à flammes nues ; de plan circulaire, un fort pilier central ou plusieurs petits piliers supportent la chambre de cuisson et soutiennent la sole percée d’un nombre variable de trous. La forme extérieure du four correspond à un dôme avec une ouverture au sommet qui assure le tirage du foyer17. Or des barres d’enfournement en terre cuite ont été trouvées à Serres en Macedoine18 ; elles indiquent qu’un autre type de four est alors en usage dans le monde byzantin à la fin du xiiie-début du xive siècle. II s’agit cette fois d’un four équipe d’étagères faites de barres d’argile enfoncées dans la paroi qui soutiennent les vases à cuire (Fig. 3). Ce four est caractéristique du monde islamique19. Aussi sa présence en Grèce du Nord est d’autant plus surprenante que la céramique réalisée dans cet atelier est une production de tradition byzantine.

Fig. 2 - Mode d’enfournement avec pernettes (D. Papanikola-Bakirtzis, Byzantine Glazed Ceramics: The Art of Sgraffito, Athenes, The Archaeological Receipts Fund, 1999, p. 21)

Fig. 3 - Restitution du four à barres. Maquette de Pierre Vallauri. Avec 1’aimable autorisation de l’artiste (Le Vert et le Brun, Marseille 1995, p. 36)

LE MARCHÉ DE LA VAISSELLE

  • 20 Pour un inventaire détaillé des découvertes, voir V. François, Céramiques importées à Byzance : un (...)

7Si le Byzantin ne semble guère manifester d’intérêt pour sa propre production de poterie, son gotit pour la vaisselle étrangère n’est pas plus développé, même si des découvertes faites en Grèce et en Turquie révèlent l’existence de céramiques venues d’Orient et d’Occident20. Des productions islamiques des xiie-xiiie siècles ont été trouvées à Constantinople tandis que des céramiques occidentales plus nombreuses, datées des xiiie-xive siècles, apparaissent essentiellement en Grèce. La présence occasionnelle de ces importations est vraisemblablement à mettre en rapport avec les étrangers installés dans l’Empire byzantin et constitue peut-être un indicateur de la permanence de leurs pratiques de table.

Céramiques de l’Orient islamique : une présence épisodique

  • 21 G. Nicolacopoulos, Céramiques encastrées dans les anciennes églises de Grèce, Faenza 63/2, 1977, p (...)
  • 22 J.-M. Spieser, Die hyzantinische Keramik aus der Stadtgrabung von Pergamon, Berlin-New York 1996 ( (...)
  • 23 D. Talbot-Rice, The Pottery of Byzantium and the Islamic World, Studies in Islamic Art and Archite (...)

8Très rares en Grèce21 et à peine plus nombreuses en Anatolie22, les découvertes de poterie orientale ont principalement été faites dans la capitale de 1’Empire où elles apparaissent en faible quantité - le volume le plus important correspond aux cent soixante tessons exhumés dans 1’église Saint-Polyeucte23. Les productions de 1’Égypte fatimide puis mamelouke sont tout à fait exceptionnelles, alors que les céramiques fabriquées en Syrie du Nord à 1’époque ayyoubide sont plus nombreuses. Elles sont majoritairement représentées par les productions de Raqqa, bien qu’on soit en droit de penser que certaines attributions faites à ce centre sont à revoir au profit des productions seldjoukides d’Anatolie. Ce sont les vases perses seldjoukides qui constituent 1’essentiel du matériel importé d’origine islamique. Il s’agit principalement de vases au décor en relief moulé, découpé ou incisé sous une glaçure alcaline opaque, blanche ou turquoise ; on trouve en quantité moindre des productions remarquables comme les céramiques de type minaï originaires des fameux ateliers de Rayy et Kâshân, et des vases de type lakâbi dont une partie au moins semble avoir été fabriquée en Iran.

  • 24 V. Francois, Les Seldjoukides, médiateurs des importations de céramique perse à Byzance, Bvzance e (...)
  • 25 Cl. Cahen, La Turquie pré-ottomane, Istanbul-Paris 1988, p. 347.

9L’importation de cette vaisselle à Byzance trouve son origine, selon moi, dans 1’installation en Anatolie des Turcs seldjoukides24. D’un point de vue économique, cet événement facilite la pénétration dans 1’Empire byzantin des produits d’Orient acheminés sur les grandes routes caravanières qui traversent l’Asie Mineure, et attire de nombreux commercants iraniens. D’un point de vue culturel, il faut savoir qu’en Perse, la céramique est prisée dans des classes sociales très diverses et occupe une place importante parmi les productions artistiques. Dans la mesure où 1’aristocratie turque plus ou moins iranisée établie dans les villes d’Asie Mineure aspire à reproduire des modèles connus en Perse - se comportant plus, au xiiie siècle, en Perses qu’en Turcs comme le souligne Claude Cahen25 -, on peut raisonnablement supposer que c’est elle qui est responsable de 1’introduction à Byzance de cette poterie.

Céramiques de l’Occident chrétien dans les régions occupées par les Francs

  • 26 Pour le détail des importations, l’historique de chaque site (Samothrace, Arta, Palaiokatouna, Thè (...)

10Ce sont les productions originaires du sud de la péninsule italienne - les proto-majoliques, fabriquées en Campanie et dans les Pouilles entre le début du xiiie siècle et le début du xve, et, dans une moindre mesure, les vases de type Ramina Manganese Rosso dates du xiiie siècle - qui sont les plus fréquemment attestées sur les sites de Grèce. La seconde grande zone d’exportation correspond à Venise et sa région qui diffusent d’abord des céramiques de types Roulette Ware (xiiie-xive siècle), Spirale-cerchio (deuxième moitié du xiiie siècle), Metallic Ware (fin xiiie-xive siècle), puis des Graffita des xive et xve siècles. Ces trouvailles concernent une vingtaine de sites qui ont presque tous en commun d’avoir été directement sous controle franc ou d’avoir entretenu d’étroites relations politiques ou économiques avec l’Italie26 - rappelons qu’a partir du troisième tiers du xiiie siècle, on assiste à une intensification du commerce italien en Grèce, en rapport avec les liens politiques plus étroits établis entre la principauté de Morée et les Angevins de Naples. Ces vases sont essentiellement transportés par les navires venus d’Italie du Sud, des flottes qui appareillent des ports des Pouilles, de Brindisi et d’Otrante dont le rôle est déterminant dans cette distribution puisque ce sont des têtes de pont vers l’Orient mais aussi des centres de fabrication de proto-majolique. C’est aux marchands vénitiens qu’est attribué le rôle principal dans la diffusion des céramiques italiennes. Ils sont les mieux placés pour commercialiser les productions padanes et du Vénétin mais aussi celles des Pouilles puisque de 1100 à 1480 ils utilisent Otrante comme point d’appui pour leurs voyages vers Byzance et la Méditerranée orientale. La présence des importations italiennes dans l’Empire apparaît à l’évidence comme la conséquence d’un système de transport et de distribution favorable à une telle diffusion dans le cadre de contacts politiques et économiques multipliés entre l’Italie et la Grèce.

  • 27 Pour une carte de diffusion, voir H. Blake, La ceramica medievale spagnola e la Liguria, Atti del (...)
  • 28 Spieser, Die byzantinische Keramik, cité supra n. 22, p. 92, Tafel 60 n° 592 ; François, Éléments (...)
  • 29 Ead., La céramique byzantine à Thasos, Paris 1995 (Études Thasiennes 16), p. 113-115, fig. 76-77, (...)

11Un second groupe d’importations occidentales est illustré par les faïences produites dans les ateliers de la région de Valence en Espagne. Ces vases des xive et xve siècles sont largement distribués en Méditerranée orientale, mais à Byzance on les trouve en faible quantité27. Presque inexistantes en Anatolie28, les faïences espagnoles sont principalement attestées en Grèce sur des sites qui sont en contact avec les Catalans au xive siècle29, ce qui incite à croire que cette vaisselle répond plutôt aux habitudes et aux besoins des Catalans qu’à ceux des Byzantins.

Vaisselle chinoise : une absence remarquable

  • 30 V. François, L’arrivée de l’Islam en Anatolie, un vecteur de diffusion de la céramique chinoise, A (...)
  • 31 Constantinople est le point d’aboutissement, du xiie au milieu du xive siècle, des grands axes de (...)

12La céramique chinoise constitue la manifestation la plus visible des réseaux commerciaux qui, entre le ixe et le xve siècle, relient la Chine au Moyen-Orient30. En Iran, en Irak, en Syrie, au Liban, en Égypte et sur les côtes de la péninsule Arabique tant sur la mer Rouge que dans le golfe Persique, les fouilles ont livré des centaines, voire des milliers, de fragments de céladons et de porcelaines. À Byzance, on ignore tout des productions chinoises et cette absence est d’autant plus troublante que les conditions de leur introduction et de leur commercialisation dans l’Empire sont réunies, c’est-à-dire des moyens financiers suffisants permettant d’acquérir de la vaisselle de prix et l’existence de diverses routes commerciales venues d’Extrême-Orient convergeant à Constantinople, qui auraient permis un tel approvisionnement si la demande avait existé31.

EMPRUNTS STYLISTIQUES ET TRANSFERTS TECHNOLOGIQUES

Influence des productions orientales et occidentales sur les fabrications byzantines

  • 32 A. Grabar, Recherches sur les influences orientales dans l’art balkanique, Paris 1928, p. 7-55 ; D (...)
  • 33 A. Grabar, Le succès des arts orientaux à la cour byzantine sous les Macédoniens, Münchner Jahrbuc (...)
  • 34 A. Grabar, Le rayonnement de l’art sassanide dans le monde chrétien, La Persia nel Medioevo, Atti (...)

13Les traces laissées par l’art islamique dans les productions artistiques byzantines sont très visibles de la fin du xe siècle au début du xiie et il en est de même dans le domaine de la céramique même si on a jusqu’à présent trop peu insisté sur ces influences. Il est admis que la première manifestation d’une inspiration orientale dans la production de poterie byzantine remonte aux xe-xie siècles et concerne les décors de la Polychrome Painted Ware, qui révèlent des éléments décoratifs clairement sassanides32. C’est par l’entremise des soies de luxe byzantines dont l’iconographie, aux xe-xie siècles, est très marquée par le répertoire iranien contemporain - véritable conservatoire de la tradition sassanide - qu’on explique l’apparition de ces motifs sur la poterie33. Mais, comme l’a montré André Grabar, l’adoption dans l’art byzantin macédonien du style sassanide peut être une reprise des versions ornementales constantinopolitaines très en vogue au vie siècle et encore visibles sur le décor monumental des plus grandes églises justiniennes de la capitale34. L’iconographie des Polychrome Painted Wares pourrait ainsi renvoyer à une version byzantine ancienne des prototypes sassanides et non à une adaptation iranienne contemporaine.

  • 35 Morgan, Excavations, p. 86-90, 209, fig. 2, 65-67, 202, pl. XXV, XXVI.

14Si les importations de vaisselle orientales et occidentales sont finalement assez rares sur le territoire de l’Empire, leur présence n’a pas été tout à fait sans conséquences sur les productions byzantines. Parfois les filiations entre elles sont évidentes, parfois elles le sont beaucoup moins. Ainsi à Corinthe, où les découvertes de poteries islamiques sont assez maigres, diverses productions locales sont à l’évidence marquées par le monde oriental - par ses productions de vaisselle ou par d’autres supports artistiques. À la fin du xie siècle, les céramiques peintes en rouge qualifiées d’Imitation Lustre Wares entretiennent de frappantes analogies avec les faïences islamiques peintes au lustre métallique dont certaines ont été retrouvées à Athènes et à Corinthe35. L’exemple le plus parlant est sans doute un vase corinthien qu’il serait tentant de considérer comme la copie d’une coupe fatimide égyptienne tant les ressemblances entre les deux sont criantes (Fig. 4, 5). Cependant l’artisan byzantin ignore tout des moyens techniques mis en œuvre pour une telle réalisation. L’émail et le lustre lui sont inconnus, aussi recourt-il à d’autres moyens pour s’approcher au plus près de l’effet souhaité, c’est-à-dire un engobe blanc couvert d’une glaçure plombifère incolore pour simuler l’émail et un engobe teinté de rouge pour rendre le lustre. À l’inverse, les importations perses seldjoukides - les plus nombreuses - n’ont eu aucune conséquence sur les productions byzantines contemporaines ou postérieures. On note pourtant une influence perse dans la production de vaisselle au xiie siècle. Elle se manifeste dans les Fine Sgraffito Wares à travers la composition - succession de bandeaux concentriques ornés de motifs géométriques et végétaux ou compositions centrées organisées autour d’un médaillon - et à travers les types iconographiques - oiseau se détachant sur un fond de rinceaux isolé dans un médaillon ou bandeau de lettres pseudo-coufiques. Ces coupes dont une partie est fabriquée à Corinthe s’apparentent nettement à des vases réalisés en Perse occidentale aux xe-xie siècles, dont aucun exemplaire n’a été retrouvé sur le sol byzantin (Fig. 6,7). Leur absence pose alors le problème du mode de transmission des décors et/ou du savoir-faire, qui a dû s’opérer à travers d’autres intermédiaires que la poterie ou qui résulte de transferts d’artisans. Plus tard, dans la deuxième moitié du xiiie siècle, les ateliers corinthiens produisent une vaisselle profondément marquée par les importations italiennes en nette augmentation à cette période sur le site. Il y a là une relation très nette avec une demande spécifique à laquelle répondent des importations et une adaptation de la production locale.

Fig. 4 - Coupe fatimide peinte au lustre métallique
Musée d’Art islamique, Le Caire © droits réservés

Fig. 5 - Coupe corinthienne peinte à l’engobe rouge
(D. Papanikola-Bakirtzis, Byzantine Glazed Ceramics: The Art of Sgraffito, Athènes, The Archaeological Receipts Fund, 1999, p. 160)

Fig. 6 - Céramique byzantine de type Fine Sgraffito Wares
(D. Papanikola-Bakirtzis, Byzantine Glazed Ceramics: The Art of Sgraffito, Athènes, The Archaeological Receipts Fund, 1999, p. 137)

Fig. 7 - Coupe de sgraffito perse, xe-xie siècle
(A. Lane, Early Islamic Pottery. Mesopotamia, Egypt and Persia, Londres, Faber and Faber, 1947, fig. 30 B)

Transfert technologique de Byzance vers l’Italie

  • 36 Voir le volume consacré aux importations byzantines en Italie, La ceramica nel monda bizantino, ci (...)
  • 37 G. Berti, S. Gelichi, T. Mannoni, Trasformazioni technologiche nelle prime produzioni italiane con (...)
  • 38 Pour le détail de ces importations, voir V. François, Sur la circulation des céramiques byzantines (...)

15Si les rares importations de vaisselle étrangère n’ont guère inspiré les potiers byzantins détenteurs d’un savoir-faire relativement limité en comparaison de celui de leurs confrères orientaux, il semble que certaines productions de Byzance aient en revanche suscité l’intérêt d’artisans italiens. Les importations byzantines apparaissent en Italie - principalement dans les grandes villes marchandes et sur les sites côtiers - au cours du xiie siècle comme substitut probable aux poteries islamiques du Maghreb, de Sicile et d’Égypte36. Au milieu du xiiie siècle, ces importations sont supplantées par les productions italiennes de Graffite arcaiche tirreniche de Savone et les vases de types San Bartolo et Spirale cerchio de Venise qui empruntent leurs techniques de fabrication aux productions byzantines - un décor incisé à travers une couche d’engobe sous une glaçure plombifère37. Ce n’est sûrement pas un hasard si les deux grandes zones de production de ces vases, la Ligurie et la Vénétie, sont les deux régions italiennes qui ont été le plus en contact avec Byzance et dans lesquelles on a retrouvé le plus grand nombre de poteries byzantines38.

16Les potiers exerçant à Byzance ont peu emprunté à leurs collègues étrangers, que ce soit dans le domaine technique mais aussi stylistique ou iconographique. Cet artisanat est resté très hermétique aux procédés de fabrication et de décoration de la vaisselle de terre, pourtant très variés en Orient. Aux côtés de ces modestes fabrications locales, des productions plus sophistiquées ont été commercialisées dans l’Empire ; elles semblent davantage répondre à la demande d’étrangers installés à Byzance - en particulier les Seldjoukides et les Francs - qu’à celle de consommateurs byzantins. L’absence d’innovations dans le domaine de la poterie byzantine est-elle liée à la structure de la profession ? Un certain corporatisme est-il à l’origine de ce conservatisme ? La dispersion des ateliers a-t-elle limité les transferts de technologie ? Autant de questions que l’on peut se poser face à cet artisanat refermé sur lui-même à l’inverse de celui des pays voisins.

Notes

1 J. W. Hayes, Réflexions sur les céramiques paléochrétiennes d’Orient et leurs liens avec l’Occident, La céramique médiévale en Méditerranée, Actes du VIe Congrès de l’AIECM2, Aix-en-Provence 13-18 novembre 1995, Aix-en-Provence 1997, p. 49-52.

2 On compte 20 000 fragments de vaisselle à pâte blanche dans les fouilles du Grand Palais.

3 G. D. R. Sanders, New Relatives and Absolute Chronologies for 9th to 13th Century Glazed Wares at Corinth: Methodology and Social Conclusions, Byzanz als Raum. Zu Methoden und lnhalten der historischen Geographie des ôstlischen Mittelmeerraumes, éd. Kl. Belke et al, Vienne 2000, p. 153-173.

4 Son emploi à la cour au xive siècle témoigne de l’état de décadence dans lequel l’Empire est tombé. Nicéphore Grégoras, Byzantinae Historiae Libri, III, Bonn 1829 (CSHB), p. 788.

5 H. Hatcher, A. Kaczmarczyk, A. Scherer, R. P. Symonds, Chemical Classification and Provenance of Some Roman Glazed Ceramics, AJA 98, 1994, p. 431.

6 J. C. Rubright, Lamps from Sirmium in the Museum of Sremska Mitrovica, Sirmium 3, 1973, p. 53-54.

7 V. Ivanišević, Ranovizantijsko utvrdjenje na Humu kod Tutina [La forteresse protobyzantine de Hum], Novopazarski Zbornik 12, 1988, p. 5-12 avec résumé en français ; L. Bjelajac, La céramique de Carićin Grad, Carićin Grad II. Le quartier sud-ouest de la ville haute, Belgrade-Rome 1990, p. 161-186, pl. X-XXI; H. Blake, Ceramica paleo-italiana: studio in onore di Giusepe Liverani, Faenza 67, 1-6, 1981, p. 20-54.

8 R.-R Gayraud, Les céramiques égyptiennes à glaçure, ixe-xiie siècles, La céramique médiévale en Méditerranée, cité supra n. 1, p. 263-264.

9 Cl. Hanusse, M. Leenhardt, N. Meyer-Rodrigues, L. Vallauri, L’apparition des glaçures plombifères et stannifères : exemples français, L’innovation technique au Moyen Âge, Actes du VIe Congrès International d’archéologie médiévale, Paris 1998, p. 242-247.

10 P. Armstrong, H. Hatcher, M. Tite, Changes in Byzantine Glazing Technology from Ninth to Thirteenth Centuries, La céramique médiévale en Méditerranée, p. 225-229.

11 Cette datation est établie à partir des marques d’arrachement observées sur les Zeuxippus Wares et grâce aux découvertes de pernettes à Rédina en Macédoine, datées par des monnaies de la fin du xiie siècle. A. H. S. Megaw, Zeuxippus Ware, Annual of the British School of Athens 63, 1968, p. 67-88 ; N. C. Moutsopoulos, La vie quotidienne dans une agglomération byzantine fortifiée en vertu des résultats des fouilles, Byzantiaka 6, 1986, p. 33-46.

12 Pour une série d’exemples, voir D. Papanikola-Bakirtzis, Τριποσδίσκοι ψησίματος των βυζαντινών και μεταβυζαντινών αγγείων [The Tripods Stilts of Byzantine and Post-Byzantine Pottery], Άμητος. Τιμητικός τόμος γιά τον καθηγητή Μανώλη Ανδρόνικο, Thessalonique 1987, p. 641-652, pl. 127-130, avec résumé en anglais.

13 Certaines productions du xiiie siècle, comme les Aegean Wares par exemple, n’en portent aucune trace.

14 L. Fasheng et al, Ancient Long Kiln and Kiln Furniture in Zhejiang Province, Scientific and Technological Insights Ancient Chinese Pottery and Porcelain (Proceedings of the International Conference on Ancient Chinese Pottery and Porcelain held in Shanghai, November 1-5, 1982), Pékin 1986, p. 318, fig. 2.

15 M. Kervran, Les niveaux islamiques du secteur oriental du tépé de l’Apadana. II. Le matériel céramique, Cahiers de la Direction Archéologique Française en Iran 1, 1977, p. 87, fig. 49, 3 et 4.

16 Terres secrètes de Samarcande, Céramiques du viiie au xiiie siècle, Institut du monde arabe, 26-27 septembre 1992, Paris 1993, p. 34, n° 117, p. 38.

17 Pour des exemples illustres, voir Ch. Morgan, Excavations at Corinth XI : the Byzantine Pottery, Cambridge, Mass. 1942, p. 14-21 ; T. Totev, Keramični pešti v časata na jazovir Vinica kraj Preslav [Fours à céramique dans le lac de retenue des eaux du barrage Vinica près de Preslav], Arheologija 15/4, Sofia 1973, p. 58-68 avec résumé en français.

18 D. Papanikola-Bakirtzis, E. Dauterman Maguire, H. Maguire, Ceramic Art from Byzantine Serres, Urbana-Chicago 1992, p. 32, fig. 21.

19 Pour une synthèse sur le sujet, voir J. Thiriot, Géographie du four de potier à barres d’enfournement, Marseille, les ateliers de potiers du xiiie siècle et le quartier Sainte-Barbe (ve-xviie s.), dir. H. Marchesi, J. Thiriot, L. Vallauri, Paris 1997 (Documents d’archéologie française 65), p. 346-372.

20 Pour un inventaire détaillé des découvertes, voir V. François, Céramiques importées à Byzance : une quasi-absence, BSl. 67/2, 1997, p. 387-404.

21 G. Nicolacopoulos, Céramiques encastrées dans les anciennes églises de Grèce, Faenza 63/2, 1977, p. 27-31 ; A. H. S. Megaw, Glazed Bowls in Byzantine Churches, DChAE 4, 1965, p. 158 ; Morgan, Excavations, cité supra n. 17, p. 168-171, fig. 147-151, p. 177, fig. 160c ; H. S. Robinson, S. S. Weinberg, Excavations at Corinth 1959, Hesperia 29, 1960, p. 234 ; Ch. K. William II, O. H. Zervos, Frankish Corinth : 1993, Hesperia 63, 1994, p. 16-22. 14 n° 11.

22 J.-M. Spieser, Die hyzantinische Keramik aus der Stadtgrabung von Pergamon, Berlin-New York 1996 (Pergamenische Forschungen 9), p. 92, Tafel 60 nos 587-594 ; J. A. Scott, D. C. Kamilli, Late Byzantine Glazed Pottery from Sardis, Actes du XVe CIEB, Athenes, septembre 1976, II, 2, Athènes 1981, p. 687 ; V. François, Éléments pour 1’histoire ottomane d’Aphrodisias : la vaisselle de terre, Anatolia Antiqua 9, 2001, p. 150-152, pl. 2 nos 1 et 2, fig. 1 nos 1 et 2.

23 D. Talbot-Rice, The Pottery of Byzantium and the Islamic World, Studies in Islamic Art and Architecture in Honour of Professor K. A. C. Creswell, éd. C. Geddes, Le Caire 1965, p. 194; Id., Byzantine Glazed Pottery, Oxford 1930, p. 25, pl. III, 1; Id., The Byzantine Pottery, Preliminary Report upon the Excavations carried out in the Hippodrome of Constantinople in 1927, Londres 1928, p. 39; R. B. K. Stevenson, The Pottery, The Great Palace of the Byzantine Emperors, First Report 1935-1938, Londres 1947, p. 56, pl. 26, fig. 3, 4; D. Talbot-Rice, The Byzantine Pottery, The Great Palace of the Byzantine Emperors, Second Report, Édimbourg 1958, p. 111; A. Lane, The Early Sgraffito Ware of the Near-East, Transactions of the Oriental Ceramic Society, Londres 1938, p. 50; U. Peschlow, Byzantinische Keramik aus Istanbul. Ein Fundkomplex bei der Irenenkirche, Istanbuler Mitteilungen 27-28, 1977-1978, p. 371-372, 402-403, Abb. 13, 14, Tafel 139 n° 6, 140 nos 1, 3; J. W. Hayes, The Excavated Pottery from the Bodrum Camii, dans C. L. Striker, The Myrelaion (Bodrum Camii) in Istanbul, Princeton 1981, p. 36, 38, fig. 82a; Id., Excavations at Saraçhane in Istanbul. II, The Pottery, Princeton 1992, p. 43-44, fig. 16, pl. 9.

24 V. Francois, Les Seldjoukides, médiateurs des importations de céramique perse à Byzance, Bvzance et l’Asie, 7e Symposion Byzantinon, décembre 1997, Amsterdam 1999 ( = Byz. Forsch. 25), p. 101-109.

25 Cl. Cahen, La Turquie pré-ottomane, Istanbul-Paris 1988, p. 347.

26 Pour le détail des importations, l’historique de chaque site (Samothrace, Arta, Palaiokatouna, Thèbes, Égine, Athènes, Corinthe, Isthmia, Patras, Argos, Merbaka, Akrai, Sparte, Tripi, Glarentza, Klemoutsi, Gastouni, La Canée, Héraklion, Malia, Mochlos et Rhodes) et la bibliographie relative, voir François, Céramiques importées, cité supra n. 20, p. 392-400.

27 Pour une carte de diffusion, voir H. Blake, La ceramica medievale spagnola e la Liguria, Atti del V Convegno Internazionale délia Ceramica, Albisola 1972, p. 80-83 ; V. François, La céramique médiévale à Alexandrie, Le Caire 1999 (Études Alexandrines 2), p. 171.

28 Spieser, Die byzantinische Keramik, cité supra n. 22, p. 92, Tafel 60 n° 592 ; François, Éléments pour l’histoire, cité supra n. 22, p. 184-185, fis. 4, nos 209-210.

29 Ead., La céramique byzantine à Thasos, Paris 1995 (Études Thasiennes 16), p. 113-115, fig. 76-77, pl. 19e, 20a-e, 26 ; M. Georgopoulou-Melanide, Μεσαιωνικὰ μνημεῖα Εὐβοίας, AD 26, B2, 1971, p. 504 ; Ph. Stavropoulos, Παράρτημα τοῦ ἀρχαιολογικοῦ δελτίου zov 1930-31, AD 13, 1930-31, 1933, p. 6, fig. 6 ; T. E. Gregory, Local and Imported Medieval Pottery from Isthmia, La ceramica nel mondo bizantino tra xi e xiv secolo e i suoi rapporti con l’Italia, éd. S. Gelichi, Florence 1993, p. 302-304 ; M. Michailidou, Ceramica veneziana dalla citta medievale di Rodi (1309-1522), nota preliminare, ibid., p. 334.

30 V. François, L’arrivée de l’Islam en Anatolie, un vecteur de diffusion de la céramique chinoise, Annales Islamologiques 32, 1998, p. 41-47.

31 Constantinople est le point d’aboutissement, du xiie au milieu du xive siècle, des grands axes de circulation qui, par les marchés du Turkestan, les steppes d’Asie Centrale et la Crimée, viennent de Chine. Les marchandises acheminées sur cette route se concentrent en grand nombre en Crimée et sur la mer d’Azov et sont ensuite transportées par les Génois et par les Vénitiens jusqu’à Constantinople puis vers l’Italie. Une autre entrée peut se faire par Trébizonde, point d’aboutissement des caravanes venues de Tabriz - le carrefour perse de plusieurs routes asiatiques. Si la voie terrestre, la plus en rapport avec Constantinople, n’a pas servi à son approvisionnement en vaisselle chinoise, le grand axe maritime du sud, actif du xie à la fin du xiiie siècle puis dans la seconde moitié du xive, reliant l’Égypte par la mer Rouge et l’océan Indien à la Chine, n’a aucunement contribué à la diffusion de telles poteries à Byzance.

32 A. Grabar, Recherches sur les influences orientales dans l’art balkanique, Paris 1928, p. 7-55 ; D. Talbot-Rice, Byzantine Polychrome Pottery, CArch. 7, 1954, p. 69-77 ; Id., The Pottery, cité supra n. 23, p. 197-210.

33 A. Grabar, Le succès des arts orientaux à la cour byzantine sous les Macédoniens, Münchner Jahrbuch der bildenden Kunst 2, 1951, p. 32-42 (= L’art de la fin de l’Antiquité et du Moyen Âge, Paris 1968, p. 265-290) ; J. Durand, Ch. Vogt, Plaques de céramique décorative byzantine d’époque macédonienne, Revue du Louvre 4, 1992, p. 38-44.

34 A. Grabar, Le rayonnement de l’art sassanide dans le monde chrétien, La Persia nel Medioevo, Atti del Convegno Internationale, Roma 1970, Rome 1971 (Accademia Nazionale dei Lincei, Quaderno 160), p. 679-707.

35 Morgan, Excavations, p. 86-90, 209, fig. 2, 65-67, 202, pl. XXV, XXVI.

36 Voir le volume consacré aux importations byzantines en Italie, La ceramica nel monda bizantino, cité supra n. 29.

37 G. Berti, S. Gelichi, T. Mannoni, Trasformazioni technologiche nelle prime produzioni italiane con rivestimenti vetrificati (secc. xii-xiii), La céramique médiévale en Méditerranée, p. 383-403 ; F. Saccardo, Contesti medievali nella laguna e prime produzioni graffite veneziane, La ceramica nel mondo bizantino, p. 201-239.

38 Pour le détail de ces importations, voir V. François, Sur la circulation des céramiques byzantines en Méditerranée orientale et occidentale, La céramique médiévale en Méditerranée, p. 231-233.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 - Pernettes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Légende Fig. 2 - Mode d’enfournement avec pernettes (D. Papanikola-Bakirtzis, Byzantine Glazed Ceramics: The Art of Sgraffito, Athenes, The Archaeological Receipts Fund, 1999, p. 21)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Fig. 3 - Restitution du four à barres. Maquette de Pierre Vallauri. Avec 1’aimable autorisation de l’artiste (Le Vert et le Brun, Marseille 1995, p. 36)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 4 - Coupe fatimide peinte au lustre métalliqueMusée d’Art islamique, Le Caire © droits réservés
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1868/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 338k
Légende Fig. 5 - Coupe corinthienne peinte à l’engobe rouge(D. Papanikola-Bakirtzis, Byzantine Glazed Ceramics: The Art of Sgraffito, Athènes, The Archaeological Receipts Fund, 1999, p. 160)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1868/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Fig. 6 - Céramique byzantine de type Fine Sgraffito Wares(D. Papanikola-Bakirtzis, Byzantine Glazed Ceramics: The Art of Sgraffito, Athènes, The Archaeological Receipts Fund, 1999, p. 137)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1868/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Légende Fig. 7 - Coupe de sgraffito perse, xe-xie siècle(A. Lane, Early Islamic Pottery. Mesopotamia, Egypt and Persia, Londres, Faber and Faber, 1947, fig. 30 B)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/1868/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 395k

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540