Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Byzance et le monde extérieur

 | 
Michel Balard
, 
Élisabeth Malamut
, 
Jean-Michel Spieser
, 
et al.

La lettre diplomatique

Les relations diplomatiques entre Constantinople et la Russie au XIVe siècle

Les lettres patriarcales, les envoyés et le langage diplomatique1

Martin Hinterberger

Texte intégral

  • 1 Le présent article constitue la version française de ma communication tenue en allemand, avec quelq (...)
  • 1 Sur le registre, voir en général J. Darrouzès, Le registre synodal du patriarcat byzantin au xive s (...)
  • 2 Voir la liste des documents à la fin du présent article.
  • 3 Sur les relations byzantino-russes pendant la période concernée, voir : J. Meyendorff, Byzantium an (...)

1Les deux seuls codices du registre synodal du patriarcat de Constantinople qui nous sont parvenus de l’époque byzantine (Cod. Vind. hist. gr. 47 et 48), contiennent environ 800 documents qui datent de la période 1315-14021. Parmi ces documents se trouvent au total 40 pièces qui concernent les relations diplomatiques entre le patriarcat de Constantinople (ou l’empereur byzantin) d’une part et les métropolites, les évêques et les souverains russes d’autre part2. Le nombre même de ces documents, qui correspond à 5 % du total, est significatif de l’importance que la Russie présentait pour le patriarcat de Constantinople au xive siècle3.

2Ces documents, en majorité, ont été expédiés pendant les mois de juin à septembre, parce que, normalement, ils étaient liés à une ambassade en Russie, pour laquelle on préférait les mois d’été, plus adaptés à un voyage si lointain. Il s’agit des étés 1347, 1354, 1361, 1370, 1371 et 1393. Pour la même raison, plusieurs documents sont chaque fois conservés en bloc, car, bien que destinés à différents destinataires en Russie, ils étaient cependant expédiés ensemble. Au total, les 6 blocs comprennent 32 documents.

  • 4 La question de savoir selon quels critères les documents ont été en général incorporés dans le regi (...)

3Les deux lettres impériales transmises dans le registre et adressées à des destinataires en Russie, proviennent de Jean Cantacuzène et datent de septembre 1347. Il s’agit d’une lettre adressée au Grand-duc Syméon de Moscou et d’une autre au duc de Vladimir, Dimitri Ljubart. En même temps que ces lettres, un chrysoboullos logos impérial fut expédié, qui fut inséré dans lesdites lettres et auquel le contenu des lettres se réfère. Ce chrysoboullos logos ne fut pas copié dans le registre4.

4Si l’on considère le total des documents, les lettres de Jean Cantacuzène s’avèrent plutôt des exceptions à la règle. Les documents se réfèrent bien sûr plusieurs fois à l’approbation des décisions ecclésiastiques par l’empereur, mais les actes juridiques du patriarche et du synode se trouvent clairement au premier plan. Dans le cas concret mentionné plus haut, l’empereur Jean Cantacuzène est intervenu à la demande explicite du Grand-duc de Moscou.

5Le chrysobulle impérial, qui est seulement inséré (DÖ. Reg. 2925), forme le noyau du bloc des documents de l’été de 1347. Il annule juridiquement la soumission effectuée par le patriarche Jean XIV de quelques évêchés de la Petite Russie à la métropole de Galitza, qui était alors établie. Cet acte d’annulation explique la présence des documents qui accompagnent le chrysobulle, comme les lettres impériales envoyées au Grand-duc de Moscou et au duc de Vladimir (PRK 168 et 169), la praxis synodale correspondante, qui confirme l’acte impérial (PRK 170), et le pittakion d’Isidore Ier au métropolite Théodore de Galitza (PRK 171).

6Dans d’autres cas, c’est normalement une praxis synodale qui constitue le document principal de caractère légal auquel se réfèrent les lettres d’accompagnement du bloc de documents. Ce sont les praxeis synodales PRK 193 (30 juin 1354, transfert d’Alexis de Vladimir à la métropole de Kiev) et MM 319 (le futur PRK 402, mai 1371, le transfert d’Antoine à la métropole de Galitza).

7Quant au reste des documents, 29 sont des pittakia expédiés par le patriarche et le synode. 8 sont adressés au métropolite de Kiev, 3 (5) à l’archevêque (et au peuple) de Novgorod, 1 au métropolite de Galitza et de Lithuanie et 1 à l’archevêque de Souzdal.

8À part cela, on trouve encore quelques lettres du patriarche à des souverains profanes en Russie, particulièrement aux ducs russes (MM 266 [ = PRK 345] à l’ensemble des ducs russes, MM 269 [ = PRK 348] au duc de Smolensk) et surtout au Grand-duc russe (de Moscou MM 264 [ = PRK 343] et MM 447 ; de Tver MM 322 et 328 [ = PRK 406 et 412]) ainsi qu’un pittakion aux autorités de la cité de Novgorod (MM 347).

9De plus, en rapport étroit avec ce que nous avons déjà dit, rajoutons la lettre au roi Jagellon de Pologne (MM 515). Une lettre du prédécesseur de ce dernier, Kazimir, adressée au patriarche de Constantinople (MM 318 = PRK 401) fut aussi incorporée au registre ainsi que celle du roi de la Lithuanie Olgerd (MM 320 = 403).

10Les praxeis synodales de 1354 (PRK 193) et 1371 (MM 319 = PRK 402) furent reçues par les destinataires eux-mêmes à Constantinople. Aussi bien Alexis de Kiev qu’Antoine de Galitza étaient venus dans la capitale byzantine, pourvus des lettres de recommandation du souverain profane de leur diocèse et, à leur tour, remirent des lettres byzantines à leur patrie. La fonction d’ambassadeur offrait évidemment à l’envoyé l’occasion d’agir pour son compte personnel : Antoine de Galitza (PLP 1095) et Cyprien de Kiev (PLP 13925) avaient été ambassadeurs avant d’être promus au trône métropolitain. Les porteurs des documents se trouvaient être les ambassadeurs russes déjà mentionnés, aux lettres desquels répondent les documents patriarcaux ou impériaux byzantins, ou bien des ambassadeurs byzantins qui avaient été spécialement choisis par le patriarche (et l’empereur) pour une mission en Russie.

  • 5 PLP 22438 et 5576 respectivement ; sur la carrière de Perdikès, voir en particulier A. Failler, La (...)

11Parmi les ambassadeurs byzantins, outre le célèbre Cyprien de Kiev, se distinguent particulièrement Georges Perdikès et Jean Dokeianos5.

12En juin 1354 Georges Perdikès, kanstrisios et skeuophylax de la Grande Église, accompagnait, en tant qu’exarchos et dikaiô du patriarche, Alexis qui, peu auparavant, avait été nommé métropolite de Kiev et toute la Russie par le patriarche et le synode et qui maintenant retournait en Russie, pour que Perdikès procède à son intronisation canonique et fasse fonction de juge (kritès), au cas où se produirait quelque querelle (PRK 194). En juin 1361 le même Georges Perdikès, alors sakellarios de la Grande Église et dikaiophylax, et le métropolite Denys de Keltzènè reçurent l’ordre du patriarche Calliste Ier et du synode de se rendre en Russie pour y apprendre ce qui était vraiment survenu : des messages étaient, en effet, arrivés à Constantinople selon lesquels le métropolite de Lithuanie, Romain, aurait transgresse les frontières de sa juridiction et envahi la Petite Russie. Dans ce but, les deux ambassadeurs devraient, entre autres, convoquer une assemblée des évêques et des ducs russes, rédiger un protocole concernant cette réunion et l’apporter à Constantinople (PRK 259).

  • 6 Sur l’identification probable des deux envoyés Georges et Jean avec Perdikès et Dokeianos, voir Mey (...)

13Pendant l’été 1371, Jean Dokeianos fut envoyé par Philothée Kokkinos auprès d’Alexis de Kiev pour discuter avec lui des problèmes concernant la Petite Russie ainsi que des conflits armés entre Moscou et la Lithuanie et du rôle qu’y jouait Alexis (MM 321 = PRK 404). Enfin, en 1375, Georges Perdikès et Jean Dokeianos furent envoyés en mission auprès d’Alexis de Kiev, afin de l’amener à un accord avec Cyprien (qui le 2 décembre 1375 fut consacré métropolite de la Petite Russie et de la Lithuanie)6. Le mandat des deux ambassadeurs ne consistait pas seulement dans la remise de lettres - pour cette tâche on n’avait pas besoin de hauts fonctionnaires de la Grande Église-, mais dans une mission diplomatique particulière, celle de médiateurs de la paix, qui devaient auparavant entreprendre une « fact-finding mission ».

  • 7 Voir ibid., p. 191-199, et S. C. Rowell, Lithuania Ascending. A Pagan Empire within East-Central Eu (...)

14Les lettres que Jean Dokeianos devait remettre à Kiev nous donnent une image saisissante des activités fiévreuses de la diplomatie « internationale », dont les fils se nouaient à Constantinople7.

  • 8 Voir aussi la traduction anglaise de ce document dans Meyendorff, Byzantium and the Rise of Russia, (...)
  • 9 Voir la traduction anglaise, ibid. p. 288-289.

15Vers la fin de l’année 1370 (avant le 5 novembre, date de la mort de Kazimir), le roi de Pologne, Kazimir, avait envoyé l’évêque Antoine de Galitza à Constantinople pour demander à Philothée Kokkinos de nommer Antoine métropolite de Galitza (MM 318 = PRK 401)8. Craignant de perdre la paroisse de Galitza au profit de l’Église Romaine, Philothée fut contraint d’acquiescer à cette demande. En mai 1371, il décida en accord avec le synode le transfert d’Antoine à la métropole de Galitza ainsi que le transfert en épidosis de diverses églises de la Volhynie à Antoine (MM 319 = PRK 402). Au printemps de 1371 était arrivée aussi une lettre d’Olgerd de Lithuanie, qui rejetait les accusations du patriarche concernant de soi-disant empiétements sur la Russie et, à son tour, accusait Alexis de Kiev, son accusateur, de graves contraventions (MM 320 = PRK 403)9. Dans le pittakion MM 321 ( = PRK 404) qui est confié à Jean Dokeianos, Philothée donc renseigne Alexis de Kiev sur ces deux lettres (celle de Kazimir et celle d’Olgerd, qui toutes les deux sont en partie insérées dans la lettre adressée à Alexis) et lui demande de prendre position en se rendant personnellement à Constantinople ou en y envoyant un délégué. Puis arrive l’envoyé du duc de Tver Michel, l’archimandrite Théodose, avec une lettre dans laquelle Michel accuse Alexis de Kiev de l’avoir excommunié de façon injustifiée. Le pittakion MM 321 avait été déjà expédié et Jean Dokeianos allait partir de Constantinople, quand le document MM 322 ( = PRΚ 405) fut rédigé et put encore être remis aux envoyés byzantins. Dans ce pittakion Philothée exhorte Alexis de Kiev à se rendre à une réunion au sommet des parties engagées dans cette affaire, fixée pour le mois de septembre suivant (1372) à Constantinople, ou à y envoyer des délégués ainsi qu’à lever temporairement l’excommunication du duc Michel. Michel à son tour est incité dans une lettre (MM 323 = PRK406) à obéir à l’invitation et à se présenter à la réunion susdite. Ce document devait aussi être remis par Jean Dokeianos. Sur des points particulièrement délicats Michel serait informé par Jean personnellement. A nouveau, un peu plus tard, arrive à Constantinople le moine Abbakoum, envoyé et porteur de lettres du métropolite de Kiev. Par son intermédiaire, le patriarche apprend, par écrit et de vive voix, ce qui s’est passé entre Alexis et Michel de Tver, du point de vue d’Alexis. Mais à ce moment-là, Jean Dokeianos avait déjà définitivement quitté la capitale et il était trop tard pour ajouter encore d’autres lettres à celles que Jean portait déjà. Les pittakia patriarcaux MM 328 ( = PRK 412) à Michel de Tver et MM 139 ( = PRK 413) à Alexis de Kiev, qui exhortent chacun à rester en paix avec son adversaire et à se modérer, sont remis à Abbakoum. De plus, le patriarche ordonne à Alexis qu’à l’arrivée d’Abbakoum, il transmette la lettre adressée à Michel à Jean Dokeianos, qui la remettra lui-même à son destinataire à Tver, étape suivante de son voyage. On voit donc clairement à quelle vitesse les choses changeaient, ce qui exigeait grande souplesse et mobilité de la part de la diplomatie byzantine.

  • 10 MM 139 (= PRK 413), p. 321 : δος δ αύτ κα νθρωπόν σου δραγομάνον. - Au contraire, 30 % des amba (...)
  • 11 MM 514 (cf. Dar. Reg. 3038), p. 278. Sur Michel de Bethléem voir PLP 19025 et en particulier D. Obo (...)

16Du fait que plusieurs fois des missions difficiles, qui, sans aucun doute, demandaient une exceptionnelle habileté diplomatique, furent confiées à Georges Perdikès et à Jean Dokeianos, on peut déduire que ces personnages étaient spécialement qualifiés comme ambassadeurs en Russie. Mais cette qualification ne reposait pas sur la connaissance de la langue russe, puisque dans le troisième pittakion patriarcal à Alexis de l’année 1371 on lit qu’Alexis dut faire accompagner Jean Dokeianos d’un dragoman, c’est-à-dire d’un interprète, pour son voyage à Tver10. Dans le cas de Michel de Bethléem, l’envoyé patriarcal des années 1393 et 1397, il est souligné au contraire que celui-ci était particulièrement apte aux missions en Valachie et en Russie grâce à sa connaissance de la langue locale11.

  • 12 PRK 193, 1. 47-48 et MM 321 (= PRK 404). p. 583.
  • 13 PRK215,1.49-58.

17À côté de ces fonctionnaires diplomatiques propres, sont mentionnés à plusieurs reprises des porteurs d’informations sans caractère officiel. Les textes parlent de manière imprécise des gens qui viennent régulièrement de Russie à Constantinople12. À côté de quelques lettres de recommandation, ce sont eux qui garantissent la renommée d’Alexis avant son tranfert au trône métropolitain de Kiev en 1354 ; dix-sept ans plus tard, ce sont également eux qui renseignent Philothée sur les délits d’Alexis. Ainsi dans l’affaire de Syméon d’Alanie (PRK 215) de tels informateurs sont mentionnés ; dans ce cas ils ont un profil plus clair : il s’agit de marchands byzantins, qui commercent dans la région concernée (mer Noire)13. On peut supposer qu’il en est de même en ce qui concerne les gens qui viennent régulièrement de Russie.

  • 14 J. Darrouzès, Ekthésis néa. Manuel des pittakia du xive siècle, RÉB 27, 1969, p. 1-127. Voir en par (...)

18Considérons maintenant la question de la forme interne des pittakia patriarcaux adressés aux dignitaires ecclésiastiques et profanes russes, dont seules les copies conservées dans le registre patriarcal sont à notre disposition. L’analyse montre que les formes de l’adresse en général sont en accord avec celles du manuel de rédaction des pittakia patriarcaux connu comme ἔκθεσις νέα de 138614.

19Je n’aborderai que très brièvement quelques propriétés structurales dans l’adresse, le souhait initial et le souhait final, qui sont remarquablement constantes dans tous les documents. Dans l’adresse en forme de vocatif, la désignation de la fonction se lie à un épithète au superlatif : ίερώτατε μητρο-πολτα, θεοφιλέστατε πίσκοπε, εγενέστατε ρήγα. Dans le souhait initial qui suit immédiatement, l’épithète est reprise sous la forme du nom abstrait correspondant, au datif et associé à un adjectif possessif : χάρις εη κα ερήνη παρά / ἀπò Θεο τ σ ίερότητι et χάρις εη κα ερήνη παρ / ἀπò Θεο τσ θεοφιλί respectivement. D’une manière identique le souhait initial adressé à un duc (avec plus de détails et de variations) s’adresse à τ εγένει σου (MM 264 [ = PRK 343] et MM 447 ; voir aussi les pittakia au voïvode de la Hongrovalachie PRK 243 et 244). Le souhait final constitue une variation du souhait initial, dans la mesure où, à côté d’autres changements (abandon d’εἰpήvη, changement de la syntaxe), le nom abstrait d’adresse au génitif se construit avec la préposition μετά au lieu du datif absolu : ή χάρις το Θεοεη μετ τς σς ερότητος et μετ τς σς θεοφιλίας respectivement. Ce souhait final apparaît aussi sous forme d’une phrase subordonnée relative, reliée à la dernière phrase principale de la partie du document contenant le dispositif, dans laquelle doit se trouver le mot Θεός : ο χάρις εη μετ τς σς ερότητος (PRK 122). Ces éléments structuraux restent invariables dans tous les pittakia adressés aux métropolites et aux évêques russes. Seul le pittakion MM 265 ( = PRK 344) au métropolite de Kiev et de toute la Russie constitue une exception car les souhaits initial et final y sont exprimés de la manière normalement appliquée aux pittakia adressés aux ducs (peut-être s’agit-il d’une erreur du scribe).

20Intéressants sont les souhaits en langue populaire au début et à la fin de la lettre adressée à Jagellon de Pologne (MM 515, janvier 1397) : άμποτε vὰ ύγιαίν εγένει σου κα νέχς λόκαλα et ἄμποτε ν ύγειαίν εγένει σου κα vὰ ήσαι λόκαλα respectivement. La version « en langue savante » de ce souhait avait été déjà utilisée dans le pittakion de Jean VI Cantacuzène à Syméon de Moscou (PRK 168, septembre 1347) : ἄν ποτε να γιαίνς και σ, άνέψιέ μου.

21L’absence de l’adresse et du souhait, que l’on observe dans quelques documents, est peut-être due au fait que ces documents furent ajoutés à des lettres déjà expédiées au même destinataire et envoyés avec celles-ci (voir plus haut « les blocs de documents »), de sorte que la répétition de l’adresse a paru sans doute superflue (par ex. PRK 195 en tant que supplément à PRK 194 ou MM 139 | = PRK 413] auquel manque le souhait final avec renvoi à MM 322 et MM 321 respectivement [ = PRK 405 et 404]). Les souhaits initial et final manquent dans la lettre adressée à Svjatoslav de Smolensk parce que celui-ci avait été excommunié (MM 269 = PRK 348, juin 1370).

  • 15 Par ex. MM 270 (= PRK 349) ; voir aussi la liste des incipit chez Dar. Reg. fasc. V, p. 600-601 ;fa (...)

22La narratio des pittakia commence de façon caractéristique avec une forme d’oἶδa (PRK 169, 194 et 262 : οδας... ; MM 321 [ = PRK 404], 447 et 556 : οδεν ή εγένει σου / ἡ ερότης σου...) ou de γνωρίζω/γιγνσκω (PRK 171, MM 267 [ = PRK 346] et 444). Cet élément stylistique est comparable à l’usage fréquent dans d’autres documents d’une forme de φθάνω au début de la narration15. Normalement, quand les pittakia sont signés, ils portent la signature sous forme de ménologe.

  • 16 À ce sujet, voir en général H. Hunger, Stil und Sprache des Patriarchatsregisters. Studien zum Patr (...)

23Si l’on compare la langue des divers documents adressés à des destinataires russes, on constate de claires différences16. Les actes synodaux envoyés en Russie sont rédigés en ce langage que l’on trouve également dans d’autres praxeis synodales et que l’on pourrait qualifier de grec élaboré de chancellerie. En général les règles morphologiques du grec ancien y sont observées, mais les formes grammaticales qui depuis longtemps étaient devenues obsolètes dans la langue parlée sont évitées, comme le duel, le plus-que-parfait ou bien l’optatif. En même temps, on trouve aussi des éléments non attiques comme la formation du futur avec le verbe auxiliaire μέλλω + l’infinitif. Le langage de ces textes est également caractérisé par l’accumulation des participes ainsi que par des phrases d’une longueur excessive ; néanmoins les textes disposent d’une structure simple, bien que le lecteur moderne y perde parfois le fil. Il est bien sûr significatif que, dans les praxeis synodales destinées à la Russie, les proimia ornés de fioritures et littérarisants, que nous connaissons pour d’autres documents, soient absents.

  • 17 Sur l’opposition entre la lettre littéraire et le pittakion, voir la remarque de Joseph Bryennios ( (...)

24Le langage utilisé dans les pittakia se détache d’une manière très claire du langage des praxeis synodales. Il s’agit, en effet, d’un genre épistolaire byzantin qui n’aspire pas à suivre la tradition de l’épistolographie classique, même si ces lettres ne renoncent pas totalement à des ambitions littéraires17. La fonction de ces lettres en φος πιττακικόν consiste en premier lieu dans la transmission d’informations. Leur forme linguistique se rapproche plutôt du langage courant, ce qui se manifeste à tous les niveaux grammaticaux.

25Les pittakia eux-mêmes ne sont pas homogènes. Des différenciations apparaissent notamment lors de l’insertion de documents d’origine différente. Ainsi des passages des pittakia de Kazimir de Pologne et d’Olgerd de Lithuanie sont insérés dans le pittakion adressé à Alexis de Moscou (MM 321 = PRK 404). Dans les passages insérés on trouve des formes caractéristiques de la langue populaire telles que χαώνεται (MM I, p. 582), νά, κουρσεύειν, θέλημαν, μάναν, ρθώσουν, τόρα (ρ. 584), qui sont absentes du reste du texte.

  • 18 Voir également les pittakia MM 328 et 329 (= PRK 412 et 413) à Michel de Tver et à Alexis de Kiev a (...)

26Le langage appliqué dans un pittakion standardisé adressé à un clerc se distingue aussi de l’idiome qui est utilisé dans les lettres adressées aux institutions profanes. Les lettres du patriarche Antoine (MM 515 et 516) furent expédiées en même temps (janvier 1397), l’une adressée au roi de Pologne Jagellon, l’autre au métropolite Cyprien de Kiev et de toute la Russie. Dans les deux documents la question de l’union des Églises ainsi que la situation précaire de Constantinople assiégée par les Ottomans sont abordées et le patriarche exprime son espoir dans l’aide de la Pologne et de la Hongrie. Malgré les multiples concordances verbales, les différences stylistiques sont apparentes dans le reste du texte. En particulier, la formule de salutation, déjà mentionnée, à la fin du document 515 en langue populaire ἅμποτε ν γειαίνη εγένει σου κα vὰ ἦσαι όλόκαλα (MM II, ρ. 282) contraste avec le souhait final dans la lettre au métropolite : ἡ το θεο χάρις εη μετά τς σς ίερότητος (p. 285). Puisque la lettre au roi de Pologne peut être considérée comme le premier document émis, on peut en conclure que dans la lettre à Cyprien, le contenu a été transposé dans un style convenant à un pittakion métropolitain18.

  • 19 Sur la formation du futur en grec médiéval, voir en général D. Holton, The Formation of the Future (...)

27Il est intéressant de constater que le futur périphrastique formé de μέλλω + infinitif se trouve parfois aussi dans les actes synodaux (quelquefois même en combinaison avec le très rare infinitif de futur ancien, par ex. MM 321, p. 583 : ερήσειν μέλλομεν), mais figure surtout dans les pittakia adressés aux métropolites et aux évêques russes, tandis que dans les lettres adressées aux souverains profanes (ainsi que dans les lettres écrites par eux) est surtout utilisée la forme θέλω + infinitif19.

  • 20 P. Mackridge, An editorial problem in medieval Greek texts. The position of the object clitic prono (...)
  • 21 Meyendorff, Byzantium and the Rise of Russia, p. 191 et 193-194, maintient cependant que dans les d (...)

28Par ailleurs, la langue des pittakia adressés aux destinataires russes profanes diffère nettement du grec utilisé par les correspondants profanes non grecs. La lettre d’Olgerd se distingue, entre autres, par l’utilisation des pronoms personnels courts atones (par ex. κούρσευσάν με, πραν την, πίασάν την, πάλιν κουρσεύαμέν τους [MM I ρ. 580-581]). L’application de ces pronoms enclitiques et proclitiques diverge de l’utilisation dans le grec ancien ainsi que dans le grec moderne, mais suit en général les règles complexes que Peter Mackridge a constatées en analysant des textes littéraires postérieurs20. Malgré les russismes apparents de la salutation, le grec de ces textes doit être qualifié de correct et provient d’une personne dont la langue maternelle était peut-être le grec ou qui, du moins, en avait une connaissance excellente21.

  • 22 R. Maisano, Giorgio Sfranze. Cronaca, Rome 1990 (CFHB 29).
  • 23 Voir aussi les lettres rédigées en grec simple chez J. Darrouzès, Lettres de 1453, RÉB 22, 1964, p. (...)
  • 24 Voir par ex. J. Lefort, Documents grecs dans les archives de Topkapi Sarayi. Contri­bution à l’hist (...)

29Le langage utilisé par le patriarche quand il écrit des pittakia à des souverains russes, on le retrouve par exemple dans les mémoires du diplomate Georges Sphrantzès (1401-1478) rédigés environ cent ans plus tard22. Lui aussi distingue deux niveaux linguistiques différents : pour rendre des discours directs il utilise un idiome qui ressemble beaucoup à celui des lettres d’Olgerd ou de Kazimir23. Cette forme de grec a dû être, en effet, très proche du langage courant de l’époque. Dans les passages narratifs, au contraire, Sphrantzès applique un grec un peu plus élaboré que l’on trouve dans les pittakia patriarcaux, la lingua franco de la diplomatie internationale sud-est-européenne de l’époque, que Sphrantzès lui-même avait utilisée pendant ses innombrables missions au service de Jean VIII et Constantin XI Paléologue. C’est d’ailleurs cette forme de grec dont se servait aussi la chancellerie ottomane pour les contacts avec les souverains chrétiens jusqu’à la fin du xve siècle24.

30On ne doit pas négliger la force suggestive de chaque style épistolaire. Les lettres MM 446 et 444 (dans cet ordre chronologique) sont toutes les deux adressées aux dirigeants de la ville de Novgorod. La première lettre (MM 446, septembre/octobre 1393) a un air raide et sévère, non seulement à cause des prescriptions de droit canonique égrenées dans le pittakion, mais encore comme si, au niveau linguistique, l’auteur prenait ses distances vis-à-vis du destinataire, ce qui traduisait d’ailleurs le sentiment profond du patriarche qui reprochait à Novgorod son comportement obstiné envers le métropolite de Kiev. La lettre suivante (MM 444, octobre 1393), en revanche, rédigée dans le style léger du langage courant, semble être plus obligeante et conciliante et ainsi réagit-elle à une lettre reçue entre temps de Novgorod, qui apparemment avait apaisé le patriarche.

31En considérant l’histoire complexe de la langue grecque et en particulier les rapports entre les multiples formes de la langue écrite du Moyen Âge, on pourrait dire que la langue populaire grecque non littéraire, dont lesdites lettres conservées dans le registre patriarcal constituent quelques-uns des plus anciens témoignages, paradoxalement a été élevée au niveau d’une langue écrite à travers les relations diplomatiques hautement officielles.

32Nicosie/Berlin/Vienne

APPENDICE : LES DOCUMENTS DU REGISTRE PATRIARCAL CONCERNANT LES AFFAIRES RUSSES

Notes

1 Sur le registre, voir en général J. Darrouzès, Le registre synodal du patriarcat byzantin au xive siècle. Etude paléographique et diplomatique, Paris 1971 (Archives de l’Orient Chrétien 12), ainsi que les articles d’introduction de H. Hunger et O. Kresten dans PRK I.

2 Voir la liste des documents à la fin du présent article.

3 Sur les relations byzantino-russes pendant la période concernée, voir : J. Meyendorff, Byzantium and the Rise of Russia. A Study of Byzantino-Russian Relations in the Fourteenth Century, Crestwood, N. Y. 1981 ; F. Tinnefeld, Byzantinisch-Russische Kirchenpolitik im 14. Jahrhundert, BZ 67, 1974, p. 359-384 ; I. Ševčenko, Russo-Byzantine Relations, Proceedings of the XIIIth International Congress of Byzantine Studies, Oxford, 5-10 Sep-tember 1966, éd. J. M. Hussey, D. Obolensky, S. Runciman, Londres 1967, p. 93-104 (= Byzantium and the Slavs in Letters and Culture, Cambridge, Mass. 1991, XX).

4 La question de savoir selon quels critères les documents ont été en général incorporés dans le registre ne sera sans doute jamais résolue. A ce sujet, voir l’introduction codicologique d’O. Kresten dans PRK I, p. 37-39.

5 PLP 22438 et 5576 respectivement ; sur la carrière de Perdikès, voir en particulier A. Failler, La déposition du patriarche Calliste Ier (1353), RÉB 31, 1973, p. 5-163, ici p. 111 -112. Sur Cyprien de Kiev voir PLP 13925 et en particulier D. Obolensky, A Philorhomaios Anthropos: Metropolitan Cyprian of Kiev and All Russia (1375-1406), DOP 32, 1978, p. 77-98. On trouve encore en tant qu’envoyés de Constantinople en Russie Alexis Aaron (PLP 3 ; cf. MM 446, 449 et 490) et Denys archevêque de Souzdal (PLP 5483 ; cf. MM 347, p. 33-34). En ce qui concerne les ambassadeurs byzantins en Europe occidentale, voir S. Mergiali-Sahas, A Byzantine Ambassador to the West and his Office during the Fourteenth and Fifteenth Centuries: A Profile, BZ 94, 2001, p. 588-604.

6 Sur l’identification probable des deux envoyés Georges et Jean avec Perdikès et Dokeianos, voir Meyendorff, Byzantium and the Rise of Russia, cité supra n. 3, p. 205, n. 21.

7 Voir ibid., p. 191-199, et S. C. Rowell, Lithuania Ascending. A Pagan Empire within East-Central Europe, 1295-1345, Cambridge 1994, p. 166-167, ainsi que l’analyse dans Dar. Reg. 2635, p. 536-537.

8 Voir aussi la traduction anglaise de ce document dans Meyendorff, Byzantium and the Rise of Russia, p. 287.

9 Voir la traduction anglaise, ibid. p. 288-289.

10 MM 139 (= PRK 413), p. 321 : δος δ αύτ κα νθρωπόν σου δραγομάνον. - Au contraire, 30 % des ambassadeurs qui se rendirent en Europe occidentale connaissaient la langue latine, voir Mergiali-Sahas, A Byzantine Ambassador to the West, cité supra n. 5, p. 604.

11 MM 514 (cf. Dar. Reg. 3038), p. 278. Sur Michel de Bethléem voir PLP 19025 et en particulier D. Obolensky, A Late Fourteenth-Century Byzantine Diplomat: Michael, Archbishop of Bethlehem, Byzance et les Slaves. Etudes de Civilisation. Mélanges Ivan Dujčev, Paris 1979, p. 299-315.

12 PRK 193, 1. 47-48 et MM 321 (= PRK 404). p. 583.

13 PRK215,1.49-58.

14 J. Darrouzès, Ekthésis néa. Manuel des pittakia du xive siècle, RÉB 27, 1969, p. 1-127. Voir en particulier le texte des chap. 18 et 19 (p. 47,1. 87-88 et 89-90), chap. 34 et 35 (p. 53, 1. 47-52, ainsi que la note) et chap. 49 (p. 57-58,1. 57-61). Sur les pittakia patriarcaux, voir aussi J. Darrouzès, Sur la nomenclature des actes patriarcaux au xive siècle, RÉSEE 11, 1973, p. 241-250, en particulier p. 244-245.

15 Par ex. MM 270 (= PRK 349) ; voir aussi la liste des incipit chez Dar. Reg. fasc. V, p. 600-601 ;fasc. VI, p. 540.

16 À ce sujet, voir en général H. Hunger, Stil und Sprache des Patriarchatsregisters. Studien zum Patriarchatsregister von Konstantinopel, I, éd. H. Hunger, Vienne 1981 (Sitzungsber. Österr. Akad. Wiss., phil.-hist. Kl. 383), p. 11-60, particulièrement p. 52-60.

17 Sur l’opposition entre la lettre littéraire et le pittakion, voir la remarque de Joseph Bryennios (ca 1350-1431/38 ; PLP 5257) dans une lettre à Alexis Apokaukhos : « Souvent j’ai voulu t’écrire, le calamos à droite, le papier à gauche, mais j’ai abandonné, en réfléchissant à ce qui m’arriverait, [à savoir] que, si j’écris en observant les règles du genre pittakikon, il s’en trouverait beaucoup pour me faire grief de ma simplicité, et si j’écris selon le genre épistolaire, on me reprocherait la recherche d’élégance », cf. Ν. B. Tomadakès, Ό Ιωσήφ Βρυέννιος κα Κρήτη κατά τò 1400. Μελέτη φιλολογικ κα στορική, Athènes 1947, ρ. 126 ; voir aussi Darrouzes, Ekthésis néa, cité supra n. 14, p. 86.

18 Voir également les pittakia MM 328 et 329 (= PRK 412 et 413) à Michel de Tver et à Alexis de Kiev ainsi que le document MM 268 (= PRK 347) en contraste avec le pittakion à Svjatoslav de Smolensk MM 269 (= PRK 348).

19 Sur la formation du futur en grec médiéval, voir en général D. Holton, The Formation of the Future in Modem Greek Literary Texts up to the 17th century. Origini della letleratura neograeca, éd. N. M. Panayotakis, Venise 1993, I, p. 118-128.

20 P. Mackridge, An editorial problem in medieval Greek texts. The position of the object clitic pronoun in the Escorial Digenes Akrites, Origini della letteratura neograeca (cité note précédente), I, p. 325-342.

21 Meyendorff, Byzantium and the Rise of Russia, p. 191 et 193-194, maintient cependant que dans les deux cas (la lettre de Kazimir et celle d’Olgerd) il s’agissait de scribes slaves. Ševčenko, Russo-Byzantine Relations, cité supra n. 3, p. 102, parle, concernant la lettre de Kazimir, de « broken Greek, behind which I suspect a Slavic scribe’s original ».

22 R. Maisano, Giorgio Sfranze. Cronaca, Rome 1990 (CFHB 29).

23 Voir aussi les lettres rédigées en grec simple chez J. Darrouzès, Lettres de 1453, RÉB 22, 1964, p. 72-127.

24 Voir par ex. J. Lefort, Documents grecs dans les archives de Topkapi Sarayi. Contri­bution à l’histoire de Cem Sultan, Ankara 1981, et M. Delilbaşi, Greek as a Diplomatic Language in the Turkish Chancery, Πρακτικά το B’Διεθνος Συμποσίου «‘H Επικοινωνία στ Βυζάντιο », 4-6 ‘Oκτωβρίου 1990. éd. Ν. G. Moschonas, Athènes 1993, p. 145-153.

Notes de fin

1 Le présent article constitue la version française de ma communication tenue en allemand, avec quelques additions et un minimum de notes absolument indispensables. Je remercie la fondation Alexander von Humboldt, qui m’a généreusement accordé une bourse pour l’année universitaire 2001/2002 et a aussi facilité la rédaction du présent texte.
Dar. Reg. = J. Darrouzès, Les regestes des actes du patriarcat de Constantinople, I. Les actes des patriarches, Fasc. V. Les regestes de 1310 à 1376 ; Fasc. VI. Les regestes de 1377 à 1410, Paris 1977-1979.
Do. Reg. = F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-1453,I-V, Munich-Berlin 1924-1965 (Fasc. 2-3 : deuxième édition augmentée et améliorée par P. Wirth, Munich 1977 et 1995).
MM = F. Miklosich, J. Muller, Acta et diplomata graeca medii aevi sacra et profana, I-II, Vienne 1860-1862.
PLP = E. Trapp et al., Prosopographisches Lexikon der Palaiologenzeit, I-XII et Add., Vienne 1976-1994.
PRK= Das Register des Patriarchats von Konstantinopel, i. Edition und Übersetzung der Urkunden aus den Jahren 1315-1331, éd. H. Hunger, O. Kresten, Vienne 1981 ; II. Edition und Übersetzung der Urkunden aus den Jahren 1337-1350, éd. H. Hunger, O. Kresten, E. Kislinger, C. Cupane, Vienne 1995 ; III. Edition und Übersetzung der Urkunden aus den Jahren 1350-1363, éd. J. Koder, M. Hinterberger, O. Kresten. Vienne 2001 (CFHB 19/1-3). Quand je me réfère aux documents patriarcaux des années 1364-1376, je renvoie au numéro dans MM, mais aussi au numéro que le document portera selon la numérotation du quatrième volume du PRK, déjà préparé sous la direction d’Otto Kresten.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.