Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les facultés de l’âme à l’âge classique

 | 
Tamás Pavlovits
, 
Chantal Jaquet

Troisième partie. Le jugement

Le jugement dans la philosophie morale de Locke

Gábor Boros

Texte intégral

1Ceux qui connaissent la philosophie lockéenne s’étonneront peut-être de ce titre : il semble tout à fait possible de n’accorder aucun rôle au jugement en dehors de la théorie de la connaissance proprement dite, du moins à première vue. Pourtant, – et c’est ce que je tenterai de montrer – cette apparence est trompeuse. Je montrerai quelle est la place du jugement dans la philosophie morale de Locke et comment il s’inscrit dans sa philosophie en général.

  • 1 Essai philosophique concernant l'entendement humain (4, 21,2 ; 602). Je citerai l’Essay de Locke d (...)
  • 2 Cf. Essai philosophique concernant l’entendement humain, (4, 3, 2 ; 439).

2Locke, on le sait, a constamment refusé d’écrire une éthique malgré la demande de ses interlocuteurs. Cependant, bien des composants requis pour une théorie de la morale se trouvent disséminés à travers ses ouvrages. Les questions concernant la loi naturelle, le débat tantôt philosophique, tantôt théologico-politique avec des partisans de la théorie de l’innéisme, la nature et l’origine des modes mixtes, la question de l’hédonisme, le véritable fondement de la morale, le rôle de la langue dans la formation des concepts moraux sont autant de thèmes parmi les plus délicats de cette partie de la pensée de Locke. La théorie du jugement, par ailleurs, correspond approximativement à la partie de la philosophie lockéenne appelée Physique ou Philosophie naturelle. C’est « la connaissance des choses comme elles sont dans leur propre existence, dans leur constitutions, propriétés et opérations »1, qui constitue ce domaine où nous ne savons pas du tout comparer les idées les unes avec les autres, ni immédiatement, d’une manière intuitive ni par l’intermédiaire d’autres idées, c’est-à-dire démonstrativement. La raison en est que les êtres traités dans la Physique existent indépendamment de nous, c’est-à-dire que leur essence réelle et leur essence nominale, ne se conviennent pas et que leur essence réelle est le modèle sur lequel nos concepts des étants physiques doivent se former. Donc, dans ce cas, nous utilisons la troisième manière de connaître nommée « sensation » dans le chapitre 3 du livre 4. C’est par elle que nous apercevons l’existence des choses particulières2. Pourtant, étant donné que chez Locke l’objet immédiat de la connaissance est l’idée, le nom du troisième genre de connaissance, qui est donné dans le chapitre 14 du livre 4, paraît être plus adéquat. C’est du mot de « jugement » dont Locke se sert ici :

  • 3 Ibid., 4, 14, 4 ; 545.

« Le jugement [...] consiste à joindre des idées dans l’Esprit ou à les séparer l’une de l’autre, lorsqu’on ne voit pas qu’il y ait entr’elles une convenance ou une disconvenance certaine.3 »

  • 4 Ibid.

3En revanche, dans la géométrie, nous nous servons de « la connaissance par où l’Esprit aperçoit certainement, & est indubitablement convaincu de la convenance ou de la disconvenance qui est entre deux idées »4.

4Locke, certes, a toujours refusé de fournir une éthique détaillée, mais ce fait ne s’explique pas par la conviction personnelle de l’impossibilité fondamentale d’une éthique philosophique. Bien au contraire, Locke était persuadé qu’au fond la morale peut se traiter démonstrativement aussi bien que la géométrie :

  • 5 Ibid, 4, 3, 18 ; 454.

« L’idée d’un Être Suprême, infini en puissance, en bonté & en sagesse, qui nous a fait, & de qui nous dépendons ; & l’idée de Nous-mêmes comme de Créatures intelligentes & raisonnables, ces deux idées, dis-je, étant une fois clairement dans notre esprit, en sorte que nous les considérassions comme il faut pour en déduire les conséquences qui en découlent naturellement, nous fourniroient, à mon avis, de tels fondemens de nos Devoirs, & de telles règles de conduite, que nous pourrions par leur moyen élever la Morale au rang des Sciences capables de démonstration. [...] je ne doute nullement qu’on ne puisse déduire, de Propositions évidentes par elles-mêmes, les véritables mesures du Juste & de l’injuste par des conséquences nécessaires, & aussi incontestables que celles qu’on emploie dans les Mathématiques, si l’on veut s’appliquer à ces discussions de Morale avec la même indifférence & avec autant d’attention qu’on s’attache à suivre des raisonnemens Mathématiques.5 »

  • 6 Ibid.
  • 7 Ibid., I, 2, 6 ; 27/8.
  • 8 Cf. 2, 31, 3 ; 300.

5Si l’on prend les propositions « Il ne saurait y avoir de l’injustice où il n’y a point de propriété » ou « Nul Gouvernement n’accorde une absolue liberté », on peut être aussi certain de leur vérité « que d’aucune qu’on trouve dans les Mathématiques »6. Donc, d’après Locke, il peut y avoir un système de la morale modelé sur la raison mathématique, voire peut-être une éthique définitive dont « le véritable fondement » « ne peut être autre chose que la volonté ou la Loi de Dieu, qui voyant toutes les actions des Hommes, [...] tient, pour ainsi dire, entre ses mains les peines & les récompenses, & a assez de pouvoir pour faire venir à compte ceux qui violent ses ordres avec le plus d’insolence »7. Au fond, la supposition de l’existence possible d’un « Euclide de la morale », qui en élaborerait les éléments consistant en chaînes de propositions construites à partir de modes mixtes, ne semblait pas une absurdité aux yeux de Locke. Car, semblables aux idées complexes de la géométrie, les modes mixtes sont des archétypes, ils n’ont aucun modèle naturel hors de nos esprits8. Par conséquent, le système de modes mixtes peut en principe s’avérer aussi cohérent et sans contradiction interne que celui de la géométrie. Et « le véritable fondement » de ce système ne peut être autre chose que Dieu même, dont l’existence se démontre par des preuves philosophiques, et dont l’idée – forcément inadéquate – se compose d’idées simples sur la base de la réflexion, de la sensation, et bien entendu, par-dessus tout de la révélation.

6Si la théorie morale lockéenne s’était achevée là-dessus, il serait absolument inutile d’assigner au jugement un rôle dans la théorie de la morale. Toutefois, les difficultés que Locke mentionne en plusieurs endroits de l’Essai, et qui font finalement échouer cette idée d’une éthique définitive, nous autorisent à considérer le jugement comme l’outil le plus précieux de l’esprit pour son travail dans le domaine de la morale.

  • 9 Ibid., 2, 33, 4 ; 316.
  • 10 Ibid., 2, 33, 3 ; 316

7Constatons, tout d’abord, que lorsque nous utilisons l’expression d’« éthique définitive » nous pouvons nous appuyer sur une figure de la pensée de Locke qui peut se nommer « rationalisme », du moins dans le domaine de l’éthique. Les « Eléments de la morale » seraient pour lui un système établi par la raison, dont les règles devraient être suivies par tout ceux qui veulent être tenus pour des esprits raisonnables. Refuser de les suivre équivaudrait justement à la folie selon Locke. Il nous assure qu’« il n’y a presque personne, » qui soit si exempt de « l’opposition à la Raison »,-autrement dit la folie-, « qu’il ne fût jugé plus propre à être mis aux petites-maisons qu’à être reçu dans la compagnie des honnêtes gens, s’il raisonnait et agissait toujours et en toutes occasions, comme il fait constamment en certains rencontres »9. Dans le même chapitre 33 du livre 2, Locke dit aussi que « le terme de Préjugé est un mot général très propre à désigner la chose même, c’est-à-dire, le défaut de raison »10. Pourtant un peu plus loin, il ajoute également que c’est dans des liaisons d’idées dites « non-naturelles » que les racines de ce défaut sont à chercher.

  • 11 Ibid., 4, 14, 4 ; 545.
  • 12 Ibid., 2, 33, 5 ; 316.

8La première chose que je voudrais souligner ici, c’est que ce mot de « liaison » peut être appréhendé soit en termes d’activité soit en termes de passivité. Nous pouvons parler de deux idées qui se trouvent liées ou nous pouvons accentuer l’activité de l’esprit établissant des liaisons entre des idées. Ainsi, je pense que ce n’est qu’en plaçant les opérations de l’esprit sur une échelle de l’activité et de la passivité qu’il est possible de déterminer le rôle du jugement en général, et du préjugé en particulier dans la philosophie morale lockéenne Il faut, selon moi, faire attention au caractère actif ou passif dans la définition des deux principales opérations de l’entendement mentionnées ci-dessus. La première faculté de l’esprit « qui s’exerce sur la Vérité & sur la Fausseté » est « la connaissance par où l’Esprit aperçoit certainement, & est indubitablement convaincu de la convenance ou de la disconvenance qui est entre deux idées »11. En fait, selon le chapitre 3 du livre 4, on doit entendre deux choses par la connaissance : ou bien la connaissance par l’intuition, ou bien la connaissance par la raison. Mais la raison renvoie à l’intuition au sens où ce sont toujours deux idées dont la convenance ou disconvenance doit – ou bien peut – être aperçue. Ce qui importe ici, c’est l’auto-manifestation de la convenance ou de la disconvenance des idées : ce n’est pas l’esprit attentif qui produit cette liaison entre des idées d’une façon active et avant qu’il puisse être indubitablement certain de leur propre liaison. Apercevoir la liaison qui se manifeste implique la réceptivité passive de l’esprit, semblable à celle qu’il subit en recevant les idées simples. Mais en jugeant, l’esprit est toujours actif : il joint ou sépare des idées dont la convenance ou disconvenance est cachée. Juger, c’est en ce sens toujours pré-juger. La question qui se pose est donc la suivante : peut-on parler d’un manque de certitude indubitable à propos de la liaison entre deux idées dans la philosophie morale de Locke ? Nous répondrons par l’affirmative, mais auparavant, il nous faut distinguer avec Locke deux espèces de « correspondance et liaison » : la naturelle et la non-naturelle. Nous identifierons sans peine la connexion naturelle à celle de la raison où les connexions particulières font partie du système général de l’éthique définitive fondée et fournie par Dieu qui établit des lois de récompense. La déviation par rapport à ce système naturel sera assimilée à la folie construisant un contre-système de liaisons non-naturelles des idées. Une liaison des idées est non-naturelle lorsqu’elle « dépend uniquement du hasard ou de la coutume, de sorte que des idées qui d’elles-mêmes n’ont absolument aucune connexion naturelle, viennent à être si fort unies dans l’esprit de certaines personnes, qu’il est fort difficile de les séparer »12.

  • 13 Ibid., 2, 33, 4 ; 316.

9À partir de là, deux fils conducteurs s’offrent à nous. D’une part, nous pouvons nous demander comment il se fait que ce ne sont pas seulement quelques gens extrêmement vicieux qui négligent les correspondances naturelles des idées, mais qu’« il n’y a presque personne qui en soit [...] exempt »13. Autrement dit, comment expliquer que le système rationnel de liaisons naturelles des idées ne se soit jamais trouvé élaboré d’une manière telle qu’il puisse gagner l’esprit de tout le monde ? D’autre part, nous pouvons nous demander comment les idées sans aucune connexion naturelle en viennent « à être fort unies dans l’esprit. » Nous commencerons par cette dernière question.

  • 14 Ibid., 2, 33, 3 ; 316.

10Locke mentionne le hasard et la coutume comme des causes produisant les connexions d’idées, qui d’elles-mêmes n’ont aucune liaison. Mais il est certain qu’on « doit porter la vue un peu plus loin »14 en posant la question de l’origine de la puissance du hasard et de la coutume sur nos esprits. Locke parle également de l’éducation et du préjugé. Le préjugé a été déjà mentionné, mais l’éducation aussi importe beaucoup dans ce contexte. Car elle nous renvoie au traitement de la puissance, dans le chapitre 21 du livre 2, et notamment aux arguments de la seconde partie de ce chapitre sur la signification de la liberté en tant qu’indifférence. Pour le comprendre, il faut faire attention à l’arrière-plan divin de nos vies, selon Locke.

  • 15 Ibid., 2,21,34 ; 195.

11« Le sage Auteur de notre Être » nous donne deux structures fondamentales naturelles, c’est-à-dire des structures qui assurent la connexion entre notre propre nature humaine et la nature hors de nous. Il s’agit, d’une part, des idées simples, et, d’autre part, d’une série de désirs naturels, comme la faim et la soif « qui viennent dans leur tems, afin d’exciter & déterminer [les] volontés [des Hommes] à leur propre conservation, & à la continuation de leur Espèce »15. En même temps, les hommes ont reçu le système d’une éthique définitive modelé sur la raison géométrique. Toutefois, entre ces deux niveaux de l’édifice divin, il n’y a pas de connexion directe. Les désirs naturels menacent de se rendre indépendants du système de l’éthique rationnelle en déterminant les volontés par une inquiétude (uneasiness) plus forte que celle qui est éveillée par la raison. Donc entre les deux niveaux, un relais a été installé par Dieu pour rompre le fonctionnement automatique qui préétablirait, pour ainsi dire, le bonheur dans cette vie aussi bien que dans l’autre vie. C’est la liberté de l’homme en tant qu’indifférence, qui constitue en même temps le plus grand danger et l’espoir du salut. Mais qui est-ce qui dirige ce relais et qui détermine la direction ? Qu’est-ce qui se passe dans l’esprit de l’homme lorsqu’un tournant s’effectue ?

  • 16 Cf. Essai philosophique concernant l’entendement humain, 2, 21, 69 ; 218
  • 17 Ibid., 2, 21, 55 ; 208.
  • 18 Ibid, 2, 21, 56 ; 210.

12La réponse à la première question, quant à elle, peut être donnée facilement : ce sont « la Mode & les Opinions communément reçues » qui ont « établi de fausses notions dans le Monde », « l’Éducation & la Coutume » qui ont formé « de mauvaises habitudes » et enfin, « le goût des Hommes » qui s’est corrompu entièrement16. La mode, les opinions communes, l’éducation et la coutume sont, par conséquent, à blâmer si le goût est corrompu. Mais qu’est-ce qui s’appelle goût chez Locke ? C’est du goût de l’âme bien évidemment dont il s’agit, parce que « l’Âme a différens goûts aussi bien que le Palais »17. Et, bien entendu, le goût de l’âme se forme dans l’entendement qui devient responsable des choix de la volonté : car la volonté est « toujours déterminée à ce que son entendement lui fait juger être bon »18.

  • 19 Ibid.

13Nous voilà donc tombés sur le jugement dans un contexte proprement moral ! L’entendement montre à la volonté qu’une certaine chose est bonne, en vertu de quoi la volonté juge qu’elle est bonne, et elle la veut nécessairement. Pourtant, finalement ce n’est pas le seul entendement qui est louable ou blâmable pour nos décisions. Il s’agit plutôt d’une espèce de coopération entre lui et la volonté dans la mesure où c’est l’homme tout entier qui est à l’origine de la fausseté morale, « parce que par un choix précipité qu’il a fait lui-même, il s’est imposé de fausses mesures du Bien & du Mal »19.

14Jusqu’à présent nous avons parlé de l’origine des « liaisons non-naturelles des idées » en tant que non-naturelles. Nous en sommes arrivés à l’activité de la volonté qui se manifeste par des jugements faux dans bien des cas. Locke ne s’occupe dans les articles 58-71 que des causes et des espèces principales de jugements faux. Nous voyons donc que l’intervention du relais sous la forme de la liberté d’indifférence constitue un obstacle pratiquement insurmontable à une mise en œuvre de la connaissance démonstrative dans la morale. Quand bien même la morale « naturelle » se construirait d’une manière géométrique, nous avons découvert un obstacle fondamental qui nous empêche de nous en servir. Mais il ne manque pas d’autres obstacles qui nous contraignent à recourir au jugement en tant qu’activité de la connaissance. Quels sont les principaux composants des jugements moraux ? D’abord, on a les modes mixtes, puis les lois, les règles qui fonctionnent en tant que « mesures du Bien & du Mal. » D’abord on forme un concept de l’action que quelqu’un est en train d’accomplir – ou que quelqu’un vient d’accomplir-, un concept en termes moraux et non pas physiques. Puis on met en œuvre une loi ou une règle morale en la reliant avec le mode mixte qui est le concept moral que l’on a formé de l’action accomplie ou à accomplir. Si l’action et la mesure conviennent, c’est-à-dire si l’entendement fait que la volonté juge que l’action est bonne, elle la veut et l’homme l’accomplit. Autrement, il refuse de l’accomplir.

  • 20 Ibid., 2, 22, 5 ; 226.
  • 21 Ibid.

15C’est donc au niveau des modes mixtes et des lois que surgissent de nouvelles difficultés. Car, bien que les modes mixtes soient formés par des hommes, ce ne sont pas tous les individus particuliers qui les forment en tant que particuliers. C’est toujours au sein d’une communauté de langue que ces modes se forment. L’explication du fait que les hommes sont prêts à « convertir diverses combinaisons d’idées simples en autant de Modes distincts »20 se trouve « dans le but même du Langage. Car les Hommes l’ayant institué pour se faire connoître ou se communiquer leurs pensées les uns aux autres aussi promptement, qu’ils peuvent, ils font d’ordinaire de ces sortes de collections d’idées qu’ils convertissent en Modes complexes auxquels ils donnent certains noms, selon qu’ils en ont besoin par rapport à leur manière de vivre & à leur conversation ordinaire »21. C’est la raison pour laquelle ces modes changent souvent non seulement d’un pays à l’autre, mais aussi dans un même pays d’une époque à une autre :

  • 22 Ibid, 2, 22, 6 ; 226.

« Il y a dans chaque Langue des termes particuliers qu’on ne peut rendre mot pour mot dans une autre. »22

  • 23 Ibid, 2, 22, 7 ; 226.

16De la même manière, « les Langues sont sujettes à de continuels changemens »23. Donc il y a une ambiguïté principale déjà à la base du jugement moral. En outre, lorsque Locke passe à la recherche du rôle du langage dans le fonctionnement de l’entendement dans le livre 3, un autre motif du glissement du jugement dans le domaine de la morale s’éclaircit. Dès lors que l’idée d’infidélité, par exemple, est adéquate dans l’entendement de celui qui a décidé le premier de convertir quelques idées simples en une même idée complexe et qui l’a désignée par le mot « infidélité », les autres, qui apprendront ce mot avec les autres mots de la langue française, n’en auront plus une idée adéquate, car ils ne possèdent pas le modèle : c’est l’idée de l’inventeur de cet usage du mot « infidélité » qui leur servira d’archétype. Mais voilà, lorsqu’on a un archétype auquel une idée doit répondre, on a déjà quitté le domaine des idées adéquates où la seule opération mentale de la connaissance démonstrative suffit à voir la convenance ou la disconvenance entre deux idées. On est déjà dans le domaine du jugement.

  • 24 Ibid., 3, 11, 15 ; 419.
  • 25 Ibid.
  • 26 Cf. 3, 9, 20 ; 395.

17En outre, la plupart des idées de modes mixtes sont très complexes et les choses qu’elles désignent ne se trouvent pas du tout dans la nature hors de nous. Ainsi, il est extrêmement difficile pour un enfant de les apprendre quand il est en train d’acquérir la langue. Locke a beau nous avertir que « c’est une grande négligence ou une extrême malice que de discourir de choses morales d’une manière vague & obscure »24, il suit de la condition humaine que cette grande négligence ne peut pas être évitée. Bien que Locke ajoute que le discours vague « est beaucoup plus pardonnable lorsqu’on traite des Substances naturelles »25, son argument est peu convaincant : les noms de modes mixtes – surtout ceux des plus complexes – sont presque aussi douteux que ceux des substances26.

  • 27 2, 28, 4 ; 279.

18Mais ce ne sont pas seulement les modes mixtes qui troublent l’image d’un système naturel et rationnel de la morale chez locke. Car, après avoir formé des idées de modes mixtes et après avoir désigné ces idées complexes par des noms appropriés, nous devons les rapporter à certaines règles ou lois pour mettre en lumière la valeur morale de la chose désignée doublement par l’idée et par le nom. Et alors que « nous avons dans cette affaire un intérêt bien plus important & qui s’étend beaucoup plus loin » que d’avoir des idées déterminées de modes mixtes27, nous ne pouvons pas dire que le rapport entre les modes mixtes et les lois qui leur correspondent s’éclaircisse d’une manière géométrique.

  • 28 Ibid., 2, 28, 5 ; 279.

« [L]e Bien & le Mal considéré moralement, n’est autre chose que la conformité ou l’opposition qui se trouve entre nos actions volontaires & une certaine Loi. »28

  • 29 Cf. 2, 28, 8 ; 280.

19La question du législateur et celle de la récompense et de la punition mises à part, c’est la question de l’opération mentale établissant le rapport entre l’action et la loi qui nous va nous occuper maintenant. Nous avons déjà vu que les modes mixtes contiennent une ambiguïté inévitable. Mais l’expression « une certaine loi », dans la phrase citée, révèle aussi une assez grande ambiguïté dans le concept de la loi morale. Selon Locke, il y a trois sortes de loi : la Loi Divine, « la Loi Civile qui est établie par la Société » et la Loi d’opinion ou de réputation. Les relations entre ces lois sont loin d’être évidentes, bien qu’elles doivent l’être pour ne pas rendre caduque l’idée d’un système naturel de la morale rationnelle. La loi divine contient une certaine difficulté en elle-même aussi : il n’est pas évident de voir comment s’articulent la loi notifiée par la Lumière de la Nature et la loi notifiée par voie de Révélation29. Quant à la relation des différentes lois entre elles on peut se demander si les lois divines impliquent les lois civiles. Si la réponse est positive, comment expliquer la diversité dans les systèmes de lois des différents pays ? De la même manière, les lois divines impliquent-elles les lois d’opinion ? Partiellement, tout au plus, dira-t-on. Mais quelle est la partie divine qui est en ce sens la seule pierre de touche de la rectitude morale ? D’où viennent les lois civiles : d’une source divine, des lois d’opinion ou de la volonté despotique du souverain ?

  • 30 Ibid., 2, 28, 14 ; 284.

20On voit donc que les deux extrêmes de la relation morale sont assez loin d’avoir une évidence géométrique. Il s’ensuit de là que l’opération mentale qui a pour tâche d’établir cette relation aura du mal à le faire. Mais quelle est cette opération ? En d’autres termes, qu’est-ce qui justifie l’établissement de la relation morale en tant qu’elle est considérée comme l’œuvre du jugement ? C’est l’article 14 du chapitre 28 du livre 2 qui nous aide à répondre à cette question. Dans ce texte, Locke ne fait qu’analyser d’une façon tout à fait formelle la mise en rapport de l’action et de la loi. Formellement, c’est-à-dire sans considérer la rectitude de la loi ou celle du rapport. Cette analyse aboutit à une démonstration de la thèse la plus générale lockéenne selon laquelle « d’où que nous prenions la Règle des Actions morales, de quelque mesure que nous nous servions pour nous fournir des idées des Vertus ou des Vices, les actions morales ne sont composées que de collections d’idées simples que nous recevons originairement de la Sensation ou de la Réflection ; & leur rectitude ou obliquité consiste dans la convenance ou la disconvenance quelles ont avec des modèles prescrits par quelque Loi »30. Cet article a une double importance. D’une part, il montre clairement que c’est la convenance et la disconvenance des idées dont il s’agit non seulement dans la connaissance proprement dite, mais aussi dans la connaissance de la qualité morale d’une action. Il est important, d’autre part, car le résultat de l’analyse du concept d’action aussi bien que celui de loi révèle qu’ils ne sont finalement que des collections d’idées simples.

  • 31 Ibid., 2, 28, 14 ; 283.

« Or comme cette Règle n’est qu’une collection de différentes Idées simples, s’y conformer n’est autre chose que disposer l’action de telle sorte que les idées simples qui la composent, puisse correspondre à celles que la Loi exige. Par où nous voyons comment les Êtres ou Notions morales se terminent à ces idées simples que nous recevons par Sensation ou par Réflexion, & qui en sont le dernier fondement. »31

21En conclusion, si ce ne sont que des collections d’idées simples qui forment les idées complexes et de l’action et de la loi, il ne nous reste plus qu’à constater que le jugement a une fonction non négligeable dans la philosophie morale de Locke. Là-dessus s’achève le rêve d’une éthique en tant que science rigoureuse, que strenge Wissenschaft – du moins pour Locke.

Notes

1 Essai philosophique concernant l'entendement humain (4, 21,2 ; 602). Je citerai l’Essay de Locke dans la traduction de Pierre Coste : J. Locke. Traduit par Coste. Édité par É. Naert. Paris, Vrin, 1989. Les trois premiers chiffres désignent respectivement le livre, le chapitre et l’article de l’Essai, tandis que le quatrième donne la page de l’édition mentionnée.

2 Cf. Essai philosophique concernant l’entendement humain, (4, 3, 2 ; 439).

3 Ibid., 4, 14, 4 ; 545.

4 Ibid.

5 Ibid, 4, 3, 18 ; 454.

6 Ibid.

7 Ibid., I, 2, 6 ; 27/8.

8 Cf. 2, 31, 3 ; 300.

9 Ibid., 2, 33, 4 ; 316.

10 Ibid., 2, 33, 3 ; 316

11 Ibid., 4, 14, 4 ; 545.

12 Ibid., 2, 33, 5 ; 316.

13 Ibid., 2, 33, 4 ; 316.

14 Ibid., 2, 33, 3 ; 316.

15 Ibid., 2,21,34 ; 195.

16 Cf. Essai philosophique concernant l’entendement humain, 2, 21, 69 ; 218

17 Ibid., 2, 21, 55 ; 208.

18 Ibid, 2, 21, 56 ; 210.

19 Ibid.

20 Ibid., 2, 22, 5 ; 226.

21 Ibid.

22 Ibid, 2, 22, 6 ; 226.

23 Ibid, 2, 22, 7 ; 226.

24 Ibid., 3, 11, 15 ; 419.

25 Ibid.

26 Cf. 3, 9, 20 ; 395.

27 2, 28, 4 ; 279.

28 Ibid., 2, 28, 5 ; 279.

29 Cf. 2, 28, 8 ; 280.

30 Ibid., 2, 28, 14 ; 284.

31 Ibid., 2, 28, 14 ; 283.

Auteur

Maître de conférences à ELTE Budapest, chercheur invité à l’Académie Royale des Sciences et Arts de Flandre à Bruxelles, il travaille sur les théories philosophiques de l’émotion.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540