Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les facultés de l’âme à l’âge classique

 | 
Tamás Pavlovits
, 
Chantal Jaquet

Troisième partie. Le jugement

Remarques sur la fonction du jugement dans La Logique ou l'art de penser

Denis Kambouchner

Texte intégral

1Dans l’histoire des théories du jugement à l’âge classique, la Logique publiée en 1662 par Arnauld et Nicole occupe assurément une place des plus notables.

  • 1 Nous citons la Logique dans l’édition critique de P. Clair et F. Girbal, Paris, PUF, 1965.

2Chacun le sait, la fonction du jugement est évoquée dès le titre complet de l’ouvrage : La Logique ou l’art de penser, contenant, outre les règles communes, plusieurs observations nouvelles, propres à former le jugement1. Et ce thème de la formation du jugement intervient dès les premières lignes du grand Discours introductif à la première édition ; ou plus exactement, dès le second alinéa, lorsqu’après avoir évoqué 1« exactitude de la raison » comme étant la même chose que la « justesse de l’esprit », à savoir une qualité universelle dont la possession ou non fait la « première et plus importante différence » entre les esprits des hommes, les auteurs poursuivent :

« Ainsi la principale application qu’on devrait avoir serait de former son jugement et de le rendre aussi exact qu’il le peut être, et c’est à quoi devrait tendre la plus grande partie de nos études. » (p. 15)

3« Former le jugement » comme objet principal de l’éducation et des études : le thème n’a pas ici besoin d’introduction. Il est courant en France au moins depuis les célèbres formules de Montaigne (Essais I, XXVI), relayées par Charron (De la Sagesse, III, 14), et se trouve ici repris d’une manière qui rappelle nettement la première des Règles pour la direction de l’esprit. L’émergence de ce thème de la « formation du jugement » dans la culture française et européenne à partir de la seconde moitié du xvie siècle constitue un phénomène complexe et stratifié qui, selon toute apparence, n’a pas encore été étudié avec la systématicité requise. Quoi qu’il en soit, c’est dans une certaine atmosphère d’évidence, du moins quant au but, que cette nouvelle Logique propose pour la formation du jugement de nouvelles voies. Après l’étude des lettres en général, après une éducation morale fondée sur l’exemple, sur la lecture des bons auteurs et sur le commerce quotidien, après l’étude méthodique des mathématiques qui exercent l’esprit – dira le même Discours – « à s’appliquer davantage et à se tenir plus ferme dans ce qu’il connaît », voici une revisitation et une réforme des logiques traditionnelles, beaucoup plus radicale et systématique que celle de Ramus, et beaucoup plus soucieuse de l’application, de l’usage commun, et d’abord des habitudes effectives des esprits des hommes.

4Je n’entrerai pas ici dans le détail de cette revisitation ou réforme, avec ses diverses dimensions : discrimination marquée dans les matières de logique entre l’indispensable ou le réellement utile et le très peu utile ou même nuisible (l’usage des catégories d’Aristote, I, III, et en général la méthode des lieux, III, XVII, le jargon de l’universel a parte rei et des secondes intentions, et l’excès de formalités, III, IX) ; déplacement du centre de gravité de la nouvelle logique de la théorie du syllogisme (IIP partie) vers celle des propositions (IP partie) ; nouvelle alliance de la logique et de la grammaire avec l’analyse systématique d’expressions très composées ; application des règles et de l’analyse en général à des exemples authentiquement significatifs et pour certains cruciaux, réunissant à la logique la métaphysique, la physique et la morale. Je souhaite plutôt aller droit au point suivant : le concept de ce jugement qu’il s’agit de former ne semble pas lui-même formé ni exhibé ; de ce fait, il fera énigme dès lors qu’il cessera de faire évidence.

I.

  • 2 « Quand on a jugé qu’une manière pouvait être utile pour former le jugement, on a peu regardé à que (...)

5Admirablement médité, et dans l’ensemble de grand style, le même Premier Discours qui commence par prendre pour synonymes « exactitude de la raison », « exactitude du jugement » et « justesse de l’esprit » n’assortit la reprise de cette expression, « former le jugement », d’aucune explication expresse ou spécifique. Il dit de quel côté cette formation peut se chercher, et se donne l’autorisation d’aborder tout ce qui paraîtra utile à cette fin2 ; mais il ne dit précisément ni en quoi cette formation peut consister (quel peut en être le programme), ni ce qu’est ce jugement qu’il s’agit de former. Tout au plus aura-t-on trouvé, tout au début, l’indication suivante :

« Ce n’est pas seulement dans les sciences qu’il est difficile de distinguer la vérité de l’erreur, mais aussi dans la plupart des sujets dont les hommes parlent et des affaires qu’ils traitent. Il y a presque partout des routes différentes, les unes vraies, les autres fausses ; et c’est à la raison d’en faire le choix. Ceux qui choisissent bien sont ceux qui ont l’esprit juste ; ceux qui prennent le mauvais parti sont ceux qui ont l’esprit faux. » (p. 15)

6De ce texte au style assez peu formel, il semble ressortir que le jugement, pris au sens positif, se confondra avec la puissance de distinguer le vrai avec le faux, donc avec le bon sens, ou avec le sens commun (17/37). Mais en l’occurrence, on rencontrera une première difficulté, avec le fait que ces diverses expressions ne sont qu’imparfaitement substituables, et qu’en particulier ni cette puissance, en tant que telle, ni le bon sens ne se laisseront à proprement parler former. Mais il faudra compter aussi avec deux autres difficultés.

7D’une part, 1’« exactitude du jugement » apparaît en tout état de cause comme la plus rare des qualités :

« On ne rencontre partout que des esprits faux, qui n’ont presque aucun discernement de la vérité, qui prennent toutes choses d’un mauvais biais, qui se paient des plus mauvaises raisons, et qui veulent en payer les autres ; qui se laissent emporter par les moindres apparences ; qui sont toujours dans l’excès et dans les extrémités ; qui n’ont point de serres pour se tenir fermes dans les vérités qu’ils savent... » (p. 16)

8Et cette rareté tient au rapport de l’exactitude requise, non pas seulement avec « la quantité d’intelligence que nous apportons en naissant », mais avec « le peu d’amour que les hommes ont pour la vérité » (p. 17). Si véritablement nous aimons mieux « supposer pour véritables » toutes sortes de discours et de maximes que de les examiner, ou bien si (III, XX, a, 1, p. 261) nous ne nous attachons ordinairement à une opinion plutôt qu’à une autre que par « quelque lien d’amour propre, d’intérêt ou de passion », dans quelle mesure cette pente sera-t-elle résistible, et à quelle échelle ou dans quelle mesure cette formation du jugement pourra-t-elle être pratiquée ?

9D’autre part, comme l’indique l’avant-propos placé après ce discours (comme après celui qui suivra dans la seconde édition), les réflexions contenues dans cette Logique y seront présentées d’après les « quatre principales opérations » de l’esprit des hommes : concevoir, juger, raisonner et ordonner. L’action de juger, par laquelle l’esprit, « joignant ensemble diverses idées, affirme de l’une qu’elle est l’autre ou nie de l’une qu’elle soit l’autre », apparaît ainsi de droit comme l’un des objets de cette Logique, et comme l’objet propre de sa seconde partie, qui sera dite contenir « les réflexions que les hommes ont faites sur leurs jugements ». Mais sur l’opération même du jugement, ou sur les diverses manières de juger, cette seconde partie restera fort peu explicite. Dès son incipit, elle semble du reste opérer en la matière une substitution de nom qui peut malaisément passer pour autre chose que pour une substitution partielle d’objet, impliquant peut-être même quelque metabasis eis allo genos :

« Comme nous avons dessein d’expliquer ici les diverses remarques que les hommes ont faites sur leurs jugements, et que ces jugements sont des propositions qui sont composées de diverses parties, il faut commencer par l’explication de ces parties, qui sont principalement les noms, les pronoms et les verbes. » (ρ. 103)

10Et si le chapitre III commence par dire :

« Après avoir conçu les choses par nos idées, nous comparons nos idées ensemble ; et trouvant que les unes conviennent entre elles, et que les autres ne conviennent pas, nous les lions et délions, ce qui s’appelle affirmer ou nier, ou généralement juger » (p. 113),

11c’est pour ajouter aussitôt que

« [...] ce jugement s’appelle aussi proposition, et il est aisé de voir qu’elle doit avoir deux termes : l’un de qui l’on affirme ou de qui l’on nie, lequel on appelle sujet ; et l’autre que l’on affirme ou que l’on nie, lequel on appelle attribut ou praedicatum ».

12Selon toute apparence, la proposition sera pour cette partie un objet plus propre que le jugement ; et de fait, après les considérations grammaticales des deux premiers chapitres, on trouvera essentiellement ici une typologie des propositions, la discussion de certains problèmes d’interprétation des propositions complexes, et enfin des réflexions sur les règles de conversion. Il ne peut faire de doute que cette partie de la Logique aussi bien que les autres ne doive contribuer à la formation du jugement ; mais apparemment, ce sera une formation sans théorie ni définition de son objet.

13En somme, il y aura ici problème sur plusieurs plans :

141. Si le jugement (au singulier) constitue dans l’âme une faculté déterminée, cette faculté n’est pas nettement définie.

152. Dans la mesure où le jugement est pris non comme la faculté qui opère mais comme une simple opération, la nature de cette faculté n’apparaît pas non plus clairement. Cette faculté sera-t-elle la volonté, ou bien l’entendement ? Le Premier Discours rapportait bien, de manière toute cartésienne, « une grande partie des faux jugements des hommes » à la « précipitation de l’esprit » et au « défaut d’attention » (p. 17) ; et l’avertissement de III, XX évoquera pour nos erreurs (p. 261) « deux principales causes », dont l’une, intérieure, est le dérèglement de la volonté (l’autre, extérieure, tenant aux objets dont on juge et qui trompent notre esprit par une fausse apparence). Le dérèglement de la volonté « trouble et dérègle le jugement » ; on songera naturellement aux formules pascaliennes de L’Art de persuader sur les « entrées » ou « portes » par lesquelles les opinions sont reçues dans l’âme. Mais que ce soit la volonté elle-même qui juge, la Logique ne va pas jusqu’à l’affirmer. D’où il paraît décidément que la psychologie des facultés est chose à quoi elle a voulu rester étrangère.

  • 3 De la Sagesse (2e éd., 1604), II, II ; éd. B. de Negroni, Fayard, 1986, p. 388.
  • 4 Ibid., p. 410

163. Mais, du même fait ou à peu près, il reste malaisé de discerner en quoi consiste l’opération même du jugement, dont Arnauld et Nicole avaient pourtant à leur disposition plusieurs modèles. Le jugement compose-t-il des notions ou idées, ou bien tranche-t-il entre des partis à prendre ? Établit-il une relation ou délivre-t-il un assentiment ? L’esprit qui juge a-t-il directement rapport à la matière de son jugement, ou bien perçoit-il et statue-t-il sur son propre état ? On aurait pu imaginer sur ces questions une discussion explicite, confrontant les modèles tirés d’Aristote, du stoïcisme et de la tradition sceptique, et allant jusqu’à affronter les paradoxes de Charron (De la Sagesse, II, II), réduisant le jugement à l’examen ou à la mise en balance, à telle enseigne que « celui qui se résout ne juge plus »3, et que le propre d’une « pleine, entière, généreuse et seigneuriale liberté d’esprit « (dans sa première forme, comme liberté du jugement, à distinguer de la liberté de la volonté), consistera à la fois et indissociablement à « juger de tout » et à « ne juger rien »4. Mais de ces paradoxes, ou même de ces variations attestées dans la compréhension de la fonction judicative, il ne sera question nulle part.

174. Au lieu de cela, et sur un registre qui n’est pas celui des opinions à considérer mais celui de la pure conceptualité, on trouve un éventail de formulations qui ne sont pas toutes superposables :

(a) « On appelle juger l’action de notre esprit, par laquelle joignant ensemble diverses idées, il affirme de l’une qu’elle est l’autre ou nie de l’une qu’elle soit l’autre » (Avant-propos, p. 37).

(b) Le jugement s’effectue avec un verbe rapporté à un nom ou à un pronom : le verbe « n’est rien d’autre qu’un mot dont le principal usage est de signifier l’affirmation, c’est-à-dire de marquer que le discours où ce mot est employé est le discours d’un homme qui ne connaît pas seulement les choses, mais qui en juge et qui les affirme » (II, II, p. 109).

(c) Affirmer ou nier, et généralement juger, c’est lier ou délier des idées des choses, que nous comparons ensemble (II, III, p. 113).

(d) Si ce dont on affirme ou nie quelque chose est ce qu’on appelle sujet, et ce qu’on affirme ou nie de cette chose, attribut ou prédicat (ibid.), affirmer ne sera pas seulement unir mais même « identifier, pour le dire ainsi, le sujet avec l’attribut » (II, XVII, p. 168).

18On comparera en outre ces formules avec celles de la Grammaire (II, I) :

(e) « Juger, c’est affirmer qu’une chose que nous concevons est telle ou n’est pas telle : comme lorsqu’ayant conçu ce que c’est que la terre, et ce que c’est que la rondeur, j’affirme de la terre, qu’elle est ronde. »

19Si le jugement est à titre essentiel liaison ou déliaison, sur quel registre et sur quel fondement cette liaison (ou déliaison) est-elle appelée à s’effectuer ? Les formulations proposées situent cette liaison sur deux plans différents : celui des idées et celui des mots (étant admis que ces idées sont des idées des choses, et que l’esprit n’opère pas directement sur les choses elles-mêmes). Cette dualité coïncide avec celle des plans de la conception et de la formulation, entre lesquels par conséquent s’effectue ici un passage incessant :

« Le jugement que nous faisons des choses, comme quand je dis, la terre est ronde, s’appelle proposition » (Grammaire, II, I) ; « ce jugement <que nous faisons en comparant nos idées ensemble> s’appelle aussi proposition, et il est aisé de voir qu’elle doit avoir deux termes » (Logique, II, III).

20Selon la représentation la plus insistante ici, l’esprit ne lie (avec le jugement) les termes de la proposition qu’en tant qu’il conçoit les idées comme liées. Mais comment la dualité de ces idées est-elle donnée, et doit-on dire en toute rigueur que l’esprit a affaire à deux idées, ou bien à une seule ?

II.

21Il faut commencer à répondre à ces perplexités.

22S’agissant des idées, on se rendra d’abord sensible à la grande prudence du chapitre initial de la Première partie, avec deux formulations dont chacune rend un son cartésien :

(a) « Le mot d’idée est du nombre de ceux qui sont si clairs qu’on ne les peut expliquer par d’autres, parce qu’il n’y en a point de plus clairs et de plus simples. » (p. 39)

(b) « Nous n’appelons point de ce nom <d’idées> les images qui sont peintes en la fantaisie, mais tout ce qui est dans notre esprit, lorsque nous pouvons dire avec vérité que nous concevons une chose, de quelque manière que nous la concevions. » (p. 41)

23La seconde formulation, tirée pour partie de l’Exposé géométrique des Réponses aux Secondes Objections, et pour une autre partie d’une lettre à Mersenne (juillet 1641), est en réalité plus strictement cartésienne que la première, qui fait tomber sous la condition cartésienne du notum per se une notion (celle d’idée) que Descartes lui-même n’y a jamais placée expressément. Et il y aurait une manière de contradiction dans le rapport des deux formulations, si la seconde pouvait valoir pour définition de l’idée. Mais l’idée n’est pas ici définie : elle est seulement désignée de manière indirecte, comme ce qui, du côté de l’esprit, doit se trouver au principe d’un certain phénomène d’expression. Or, dans cette saisie exclusivement indirecte, il va de soi que plusieurs choses nous échapperont : ne pouvant savoir ce qu’est en soi une idée, nous ne saurons ni comment, formellement parlant, elle se compose, ni en quoi précisément consiste la liaison ou déliaison que nous opérons ; nous n’aurons plutôt de connaissance de ces choses qu’avec la distinction des mots et des fonctions logiques intérieures au plan de la proposition.

24De fait, en plusieurs endroits, la distinction entre les jugements et les idées qu’ils sont censés avoir pour matière apparaîtra toute relative. Ainsi, dans le courant de la Seconde partie, l’on apprendra des propositions relatives qu’elles ne sont des propositions que « fort imparfaitement », ou quelles sont « des propositions qui ont été faites auparavant et qu’alors on ne fait plus que concevoir, comme si c’étaient de simples idées » (II, V, p. 119) ; on apprendra aussi qu’il y a quelquefois de la fausseté non seulement dans les jugements et propositions, mais dans les idées : « non dans les idées simples, mais dans les termes complexes ; parce qu’il suffit pour cela qu’il y ait quelque jugement et quelque affirmation ou expresse ou virtuelle » (II, VII, p. 125). La relativité de cette distinction entre idée et jugement a du reste son pendant dans celle de la distinction entre jugement et raisonnement : « presque toujours », dira le plus important chapitre de la Troisième partie,

« [...] il y a un raisonnement caché et enveloppé en ce qui nous paraît un jugement simple, y ayant toujours quelque chose qui sert de motif et de principe à ce jugement » (III, XX, p. 260-261).

25Il arrive donc souvent que nos idées des choses soient fondées sur des jugements qui précèdent, de sorte que les jugements afférents ne feront que reproduire des jugements antérieurs. Ainsi sur le plan moral : si les fausses idées des choses bonnes ou mauvaises sont les sources des mauvais jugements qu’on en fait (I, X, p. 77), sans doute relèveront-elles elles-mêmes de mauvais jugements qui précèdent.

26Il suit de là, d’une part, que dans l’objectivité que la Logique se donne à explorer, le jugement sera proprement partout ; et d’autre part, qu’à l’égard d’une idée dont la réalité formelle échappe à notre prise, l’opération du jugement est elle-même destinée à rester en dernière instance indéfinissable (et non pas seulement inimaginable, étant souligné d’emblée qu’il ne peut être donné aucune image du oui et du non : I, I, p. 41). C’est pourquoi l’on en reviendra nécessairement au plan de l’expression, pour considérer la structure de la proposition et notamment la fonction du verbe qui, à titre principal, signifiera l’affirmation (II, II, p. 109). Mais peut-être ce retrait sur le plan de l’expression ne pourra-t-il s’imposer ici que dans un premier moment. Car si, dans un premier moment, le jugement se résume et se réduit à la proposition, dans un second moment, ce qui vient au premier plan est la distance de ce qui est dit à ce qui est pensé, laquelle ne se laisse pas interpréter comme un simple fait d’anthropologie.

27Certes, on peut évoquer ici une quantité de paroles insincères, et une forme d’absence des hommes à leur propre discours, du fait qu’ils « laissent entrer dans leur âme toutes sortes de discours et de maximes » et « aiment mieux les supposer pour véritables que de les examiner ; s’ils ne les entendent pas, ils veulent croire que d’autres les entendent bien, etc. ». Mais l’on trouve, en de nombreux endroits de la Logique, une forme positive de cette distance, à savoir partout où le jugement se trouve présenté comme portant sur les propositions comme telles. Ainsi lorsqu’il est question (III, I, p. 178) ou de « juger de la vérité ou de la fausseté d’une proposition », recevant statut de question, ou bien de « juger des raisonnements » (III, IX), et par exemple (III, X, p. 211) « de la bonté ou du défaut de toute sorte de syllogisme ».

  • 5 Des Vraies et des fausses idées, chap. VI ; éd. C. Frémont, Fayard, 1986, p. 56.

28Il apparaît dans tous ces lieux que l’on peut reconduire à propos des jugements deux distinctions qui se trouvent souvent sous la plume d’Arnauld : d’une part en distinguant entre le jugement virtuel qu’implique la proposition (et qui la constitue comme telle), et le jugement exprès qui la prendra pour objet ; d’autre part en distinguant d’un jugement direct des objets de la proposition un jugement réfléchi qui portera sur la signification même de cette proposition. La plus grande différence de qualité dans nos jugements se laissera comprendre avec cette seconde distinction – juger étant une opération toute différente selon que la proposition est ou non examinée en tant que telle, moyennant ce qu’Arnauld, dans Des Vraies et des fausses idées (1683), appellera la « vue réfléchie » que notre esprit possède de lui-même et de ses propres opérations, et en quoi il désignera « une des plus admirables facultés »5.

29En tous les cas, c’est ici que nous trouverons le jugement qu’il s’agit de former. Former le jugement, ce sera instituer l’esprit dans la connaissance réflexive de ses propres idées, jugements, raisonnements et procédés, au sein des formes expressives qu’elles prennent nécessairement et qui ne nous sont pas transparentes. Cette dernière clause signifie que c’est aussi nécessairement dans les propositions, avec leurs formes, leurs structures et leurs relations nécessaires, que la connaissance dont il s’agit possèdera son objet nucléaire. Mais en outre, on pourrait aller jusqu’à dire qu’il n’y a absolument aucune faculté de jugement à chercher, en dehors de cette connaissance même. Le jugement n’est pas dans l’esprit une faculté fantôme, qui par exemple se donnerait des raisons contraires mais de force égale pour se mettre soi-même en balance et cultiver sa propre suspension. Il n’est pas davantage l’acte de la volonté consentant ou non à ce que l’entendement lui présente. Il n’est en fait que le degré de connaissance que nous avons des propositions que nous formons (soit de nous-mêmes, soit sous l’impulsion d’autrui), en tant que cette connaissance est hiérarchisante et discriminante.

30Chez la plupart des hommes, le jugement reste faible, dans la mesure où reste faible la connaissance des différences entre les propositions (et entre les idées) : ce dont on trouvera confirmation avec le thème de la fréquence des divisions incomplètes (II, XV, p. 162) comme avec celui des fausses disjonctions (III, XII, p. 221). Et certes, cette faiblesse commune participe d’une sorte de loi psychologique ou anthropologique :

« Les hommes n’aiment point à faire des distinctions ; le discernement les embarrasse, ils veulent tout ou rien [...]. Ils aiment les voies courtes, décisives et abrégées. » (III, XX, b, 6, p. 284)

31Au rebours, l’éducation du jugement fera prendre l’habitude de « considérer chaque chose séparément » (III, XX, b, 8, p. 287), c’est-à-dire dans sa spécificité ; et cette éducation aux différences pertinentes aura par soi, pour la pratique, un effet discriminant, comme il apparaît par exemple dans le passage suivant :

« Pour former les hommes dans une éloquence judicieuse et solide, il serait bien plus utile de leur apprendre à se taire qu’à parler, c’est-à-dire à supprimer et à retrancher les pensées basses, communes et fausses, qu’à produire comme ils font un amas confus de raisonnements bons et mauvais, dont on remplit les livres et les discours. » (III, XVII, p. 236)

32À la question de savoir comment cette éducation peut avoir lieu, en dépit des dispositions morales que les hommes montrent quasi universellement à qui sait lire dans leurs paroles et dans leur conduite, il y aura deux types de réponse possibles : d'une part, dans des esprits qui s’attacheraient à l’exactitude du jugement, la connaissance des opérations de l’esprit, telles qu’elles s’enregistrent dans le discours, ne pourra pas manquer d’être efficace ; d’autre part, la connaissance des propositions ne peut pas être purement celle d’une certaine matière logico-linguistique : elle est nécessairement celle des intentions dont ces propositions doivent procéder. Parce que l’usage du langage est essentiellement pragmatique, le logique et l’anthropologique, sans se confondre, resteront ici indissociables. De là une nouvelle et puissante formalisation de la culture, dont peut-être il reste à prendre l’entière mesure – non plus rassemblée dans le souci du bien dire, ni même dans celui de l’action, mais dans celui du discernement de la vérité des pensées.

Notes

1 Nous citons la Logique dans l’édition critique de P. Clair et F. Girbal, Paris, PUF, 1965.

2 « Quand on a jugé qu’une manière pouvait être utile pour former le jugement, on a peu regardé à quelle science elle appartenait » : p. 24.

3 De la Sagesse (2e éd., 1604), II, II ; éd. B. de Negroni, Fayard, 1986, p. 388.

4 Ibid., p. 410

5 Des Vraies et des fausses idées, chap. VI ; éd. C. Frémont, Fayard, 1986, p. 56.

Auteur

Professeur d’histoire de la philosophie moderne à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, où il anime un séminaire d’anthropologie classique. A publié L’Homme des passions. Commentaires sur Descartes, Paris, Albin-Michel, 1995, 2 vol. ; Une école contre l’autre, Paris PUF, 2000 ; Les Méditations métaphysiques de Descartes, vol. I, Introduction générale, Première Méditation, Paris, PUF, Quadrige Grands Textes, 2005.

© Éditions de la Sorbonne, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540