Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Byzance et le monde extérieur

 | 
Michel Balard
, 
Élisabeth Malamut
, 
Jean-Michel Spieser
, 
et al.

La lettre diplomatique

Introduction

Élisabeth Malamut

Texte intégral

  • 1 N. Oikonomidès, Byzantine diplomacy, A.D. 1204-1453 : means and ends, Byzantine Diplomacy, Papers (...)

1Je suis heureuse aujourd’hui de pouvoir éditer les actes de la table-ronde consacrée à la Lettre diplomatique qui s’est tenue au XXe Congrès international des Études byzantines, mais je regrette profondément l’absence en ce volume de Nicolas Oikonomidès qui devait, lors de cette table-ronde, présenter une synthèse sur ce vaste sujet. Sa mort prématurée nous a privés du regard du grand historien qu’il était dans un domaine où il avait justement renouvelé la problématique il y a déjà quelques années1. Les communications qui ont été proposées il y a deux ans s’inspirent de son exemple et présentent une multiplicité d’approches thématiques.

  • 2 F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-1453, I-V, Munich-Berlin 1 (...)
  • 3 V. Grumel, V. Laurent, J. Darrouzès, Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople. Les a (...)
  • 4 Das Register des Patriarchats von Konstantinopel. I, Edition und Übersetzung der Urkunden aus den (...)
  • 5 Voir l’ouvrage fondamental de A. A. Vasiliev, M. Canard, Byzance et les Arabes, t. 1 : La dynastie (...)
  • 6 À titre d’exemple, D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth. Eastern Europe 500-1453, Londres 1971 (...)
  • 7 Parmi les travaux récents, citons A. E. Laiou, Constantinople and the Latins : the Foreign Policy (...)
  • 8 Oikonomidès, Byzantine diplomacy (cité supra n. 1), p. 73-78.

2Une grande partie de la byzantinologie est fondée sur la diplomatique et ce domaine a été conforté par de grandes collections. Je pense aux Regestes impériaux de Franz Dölger et Peter Wirth2, et à leur pendant, les Regestes ecclésiastiques, redevables aux pères Grumel, Laurent et Darrouzès3, complétés aujourd’hui par les éditeurs du PRK4. La publication des Regestes a d’abord permis l’étude de la politique extérieure de l’Empire, aussi bien envers le monde musulman5 qu’envers les pays slaves6 ou l’Occident7, alors que la diplomatie se différenciait de la politique étrangère et que leurs rapports se précisaient8.

  • 9 R. J. Loenertz, Ambassadeurs grecs auprès du pape Clément VI, 1348, OCP 19, 1953, p. 178-196. Parm (...)
  • 10 F. Dölger, J. Karayannopulos, Byzantinische Urkundenlehre. 1, Die Kaiserurkunden, Munich 1968 (Han (...)
  • 11 Loenertz, Ambassadeurs grecs (cité supra n. 9), p. 178.
  • 12 Cette question a été reprise par Lounghis, Les ambassades (cité supra n.7), p. 371-398, et Oikonom (...)
  • 13 Pour les sauf-conduits accordés par l’empereur byzantin aux ambassadeurs étrangers, voir O. Kreste (...)

3Après la mise à disposition pour l’historien de la politique étrangère de l’instrument de travail est venu le temps de la réflexion sur la lettre diplomatique et sur ceux auxquels elle était confiée, les émissaires. Il y a déjà un demi-siècle, le père Loenertz avait rassemblé un dossier de trois pièces écrites distinctes pour une ambassade de Jean Cantacuzène auprès du pape Clément VI, dont une seule était la lettre diplomatique, à proprement parler9. Depuis, les études sur la lettre diplomatique se sont multipliées, ses caractéristiques ont été définies et sa typologie spécifiée par rapport aux autres documents diplomatiques10. De même, en ce qui concerne le rôle des émissaires, ladite ambassade de 1348 distinguait les ambassadeurs selon leur importance11. Outre les ambassadeurs, il y avait le simple porteur de lettre, qui n’avait aucune responsabilité politique12. Enfin, le statut de l’ambassadeur a été examiné dans une optique nouvelle, celle de sa sécurité en territoire étranger et des documents qui en attestent, les sauf-conduits13.

  • 14 Voir N. Oikonomidès, La chancellerie impériale de Byzance du 13e au 15e siècle, RÉB 43, 1985, p. 1 (...)
  • 15 Voir H. Hunger, Prooimion. Elemente der byzantinischen Kaiseridee in den Arengen der Urkunden, Vie (...)
  • 16 Voir à titre d’exemple pour les sources latines, O. Kresten, Zur Rekonstruktion der Protokolle kai (...)
  • 17 Sur le faux célèbre que constitue la lettre d’Alexis Ier à Robert de Flandres, voir P. schreiner, (...)

4Cette réflexion sur la lettre diplomatique s’est approfondie et a débouché sur de multiples analyses : les actes impériaux envoyés à l’étranger ont donc été répertoriés, datés ; leurs particularités de langue ont été analysées14. Puis, des particularités stylistiques et même rhétoriques15, on est passé à l’analyse de plus en plus fine du contenu. Les protocoles des lettres diplomatiques ont ainsi fait l’objet de nombreuses études, qui n’hésitent pas à faire appel aux sources non byzantines16 dont on peut garantir l’authenticité17.

  • 18 F. Dölger, Zur Form des Auslandsschreibens der byzantinischen Kaiserkanzlei, ZRVI 8/1, 1963 (= Mél (...)
  • 19 N. Oikonomidès, Le support matériel des documents byzantins, dans La paléographie grecque et byzan (...)
  • 20 Voir en particulier O. Kresten, Zur Chrysographie in den Auslandsschreiben der byzantinischen Kais (...)

5De la même façon, on s’est interrogé sur l’aspect matériel (support, dimensions, encre, écriture, décoration, sceau) de la lettre diplomatique, démarche qui s’avère ardue, dans la mesure où l’original est un document peu répandu et même inconnu, exception faite du Kaiserbrief, jusqu’au xiie siècle18. Il est remarquable que l’étude « archéologique » des lettres diplomatiques se soit développée de façon si heureuse, faisant appel à la codicologie et à la paléographie19. Néanmoins, le recours aux documents étrangers, décrivant en totalité ou en partie ces originaux, a fourni également quantité d’informations20.

  • 21 Le « grand interprète » a particulièrement attiré l’attention, cf. : R. Guilland, Études sur l’his (...)

6La chancellerie impériale ayant focalisé l’attention des spécialistes, on a fini par pénétrer dans le bureau même (je devrais dire « les bureaux ») de la chancellerie, de sa formation, de ses préposés et intermédiaires entre les grands de ce monde qu’étaient les traducteurs et les interprètes21.

  • 22 F. Dölger, Die Kaiserurkunde der Byzantiner als Ausdruck ihrer politischen Anschauungen, Historisc (...)
  • 23 O. Kresten, Der « Anredestreit » zwischen Manuel I. Komnenos und Friedrich I. Barbarossa nach der (...)
  • 24 Pour l’importance, en particulier, du témoignage de la littérature byzantine, cf. O. Kresten, Die (...)

7Au-delà, en effet, de l’intérêt de reconstituer le plus fidèlement possible le contenu et la forme des actes impériaux, l’importance de l’aspect idéologique que représente la lettre diplomatique n’a cessé d’être soulignée depuis Franz Dölger22, notamment en tant que signe fort envoyé à l’étranger, surtout à l’empereur d’Occident, avec lequel la querelle de la titulature s’est prolongée jusqu’au xiie siècle23. La question s’est posée de savoir si la lettre diplomatique pouvait être considérée comme un élément statistique et si, par conséquent, le nombre de lettres envoyées à un souverain étranger correspondait à une orientation nouvelle de la politique étrangère de Byzance. C’est là qu’intervient le problème crucial de la conservation non seulement des originaux ou des copies diplomatiques, mais également de leur mémoire (contenu intégral, extrait ou simple allusion) dans l’ensemble des sources médiévales24.

  • 25 O. Kresten, A. Muller, Die Auslandsschreiben der byzantinischen Kaiser des 11. und 12. Jahrhundert (...)

8Finalement, l’édition critique des lettres diplomatiques, qu’il s’agisse d’originaux, de copies ou d’extraits dans des sources littéraires, a trouvé ses propres critères, en se détachant en partie des principes de l’édition diplomatique adoptés pour les archives monastiques, pour se conformer davantage aux usages de la chancellerie25.

  • 26 Dans les documents patriarcaux en général, voir O. Mazal, Die Prooimien der byzantinischen Patriar (...)
  • 27 Voir J. Darrouzès, Ekthésis néa. Manuel des pittakia du xive siècle, RÉB 27, 1969, p. 1-127 (en pa (...)

9La chancellerie patriarcale, qui avait des règles tout aussi complexes que la chancellerie impériale, mais dont les critères étaient complètement distincts, a également fait, certes de façon plus limitée jusqu’à aujourd’hui, l’objet d’études concernant la terminologie diplomatique, la langue et la rhétorique26, l’adresse et l’utilisation du sceau27 dans les actes envoyés à des souverains ou à des autorités religieuses à l’étranger.

10Cet aperçu, rapide et nécessairement tronqué, de la richesse des travaux de fond et des contributions dans un passé plus ou moins récent, donne néanmoins le cadre des communications qui sont ici publiées. Elles ont la particularité de ressortir à l’ensemble des champs d’études cités, si l’on met à part bien entendu l’instrument de travail que constituent désormais les Regestes.

11J’évoquerai les auteurs selon la thématique définie ci-dessus : la communication de Michael McCormick porte sur la lettre diplomatique en tant qu’objet et sur sa transmission ; Christian Gastgeber étudie la lettre diplomatique telle qu’elle est émise par la chancellerie impériale et ses bureaux d’interprètes ; Martin Hinterberger se penche, quant à lui, sur les porteurs des lettres, la nature et la langue des documents émis par la chancellerie patriarcale. Peter Schreiner procède au dénombrement des lettres envoyées en Occident pendant toute la durée de l’Empire, en distinguant les lettres authentiques des faux. Deux communications traitent de l’aspect idéologique, celle de Luca Pieralli, avec l’étude des intitulationes des protocoles et de la rhétorique des préambules, et celle de Jonathan Shepard, avec l’analyse des usages divers de l’histoire dans la diplomatie byzantine et de leurs objectifs.

12Si ces communications ont ainsi illustré les nombreuses facettes de la lettre diplomatique, elles ont, de plus, l’intérêt de s’ancrer dans une réalité historique unique. Ainsi, au-delà même de la spécificité du point de vue de l’auteur, chaque étude nous en apprend davantage sur les relations de l’Empire à une époque précise avec telle ou telle puissance étrangère, ce que l’auteur d’ailleurs met en relief. À côté des exposés sur la longue période de Peter Schreiner et John Shepard, nous trouvons les communications de Christian Gastgeber et de Luca Pieralli qui portent sur deux siècles, englobant chacune une période caractéristique de l’Empire : celle de la pénétration des Occidentaux à Byzance et, pour ce qui nous concerne, des Latins au sein de la chancellerie (Christian Gastgeber), celle des négociations avec le pape pour l’union des Églises à une époque où l’Empire byzantin est encore puissant (Luca Pieralli). La communication de Michael McCormick, après avoir situé l’ensemble des correspondances diplomatiques entre Byzance et l’Occident jusqu’en l’an 1000, reprend l’étude de la plus ancienne lettre diplomatique originale émanant de l’Empire, le Kaiserbrief, dans une approche globale du contexte de l’ambassade byzantine de 827. Enfin, Martin Hinterberger se livre à une analyse extrêmement détaillée des relations diplomatiques de Byzance avec la Russie dans la seconde moitié du xive siècle, qui le mène au cœur des problèmes complexes de souveraineté des métropoles et des principautés russes.

13Néanmoins, quels que soient les spécificités propres à chaque communication, le contexte politique et l’aire géographique précise, on remarque que très souvent les mêmes questions sont abordées, soit qu’elles constituent l’objet principal de l’exposé, soit qu’elles soient traitées en arrière-plan ou de façon complémentaire. Ainsi des thèmes semblables reviennent sous la plume des auteurs : l’insertion de la lettre diplomatique dans l’ensemble des communications écrites et orales avec les puissances étrangères ; la forme et l’évolution des protocoles, préambules et salutations ; la rédaction et la langue de la diplomatique ; les problèmes des interprètes, des traducteurs et des traductions ; l’authenticité et la transmission des documents ; la tradition littéraire et les références bibliques. La pluralité des thèmes abordés par l’ensemble des participants correspond à la richesse du sujet d’étude que constitue la lettre diplomatique et dont témoigne au moins partiellement la présente publication.

Notes

1 N. Oikonomidès, Byzantine diplomacy, A.D. 1204-1453 : means and ends, Byzantine Diplomacy, Papers from the Twenty-fourth Spring Symposium of Byzantine Studies, Cambridge, March 1990, éd. J. Shepard, S. Franklin, Aldershot 1992, p. 73-87.

2 F. Dölger, Regesten der Kaiserurkunden des oströmischen Reiches von 565-1453, I-V, Munich-Berlin 1924-1965 (Fasc. 2-3 : deuxième édition augmentée et améliorée par P. Wirth, Munich 1977 et 1995).

3 V. Grumel, V. Laurent, J. Darrouzès, Les Regestes des actes du patriarcat de Constantinople. Les actes des patriarches, 6 fasc., Istanbul-Bucarest-Paris 1932-1979.

4 Das Register des Patriarchats von Konstantinopel. I, Edition und Übersetzung der Urkunden aus den Jahren 1315-1331, éd. H. Hunger, O. Kresten, Vienne 1981 ; II, Edition und Übersetzung der Urkunden aus den Jahren 1337-1350, éd. H. Hunger, O. Kresten, E. Kislinger, C. Cupane, Vienne 1995 ; III, Edition und Übersetzung der Urkunden aus den Jahren 1350-1363, éd. J. Koder, M. Hinterberger, O. Kresten, Vienne 2001 (CFHB 19/1-3).

5 Voir l’ouvrage fondamental de A. A. Vasiliev, M. Canard, Byzance et les Arabes, t. 1 : La dynastie d’Amorium (820-867), Bruxelles 1935 ; t. 2. 1 : La dynastie macédonienne (867-959), Bruxelles 1968 ; t. 2. 2 : Extraits des sources arabes, Bruxelles 1950. Byzance et le monde extérieur, Paris, Publications de la Sorbonne, 2005 (Byzantina Sorbonensia, 21)

6 À titre d’exemple, D. Obolensky, The Byzantine Commonwealth. Eastern Europe 500-1453, Londres 1971 ; Id., The Principles and Methods of Byzantine Diplomacy, Actes du xiie Congrès Intern. d’Études byzantines, I, Belgrade 1964, p. 45-61 (= Byzantium and the Slavs, collected studies, Londres 1971, I) ; J. Meyendorff, Byzantium and the Rise of Russia. A Study of Byzantino-Russian Relations in the fourteenth century, Cambridge 1981 ; J. Malingoudi, Die russisch-byzantinischen Verträge des 10. Jhds. aus diplomatischer Sicht, Thessalonique 1994.

7 Parmi les travaux récents, citons A. E. Laiou, Constantinople and the Latins : the Foreign Policy of Andronic II, Cambridge, Mass. 1972 ; T. C. lounghis, Les ambassades byzantines en Occident depuis la fondation des États barbares jusqu’aux Croisades (407-1096), Athènes 1980 ; D. Nerlich, Diplomatische Gesandtschaften zwischen Ost- und Westkaisern 756-1002, Berne 1999 ; S. Mergiali-Sahas, A Byzantine ambassador to the West and his office during the Fourteenth and Fifteenth centuries : a profile, BZ 94/2, 2001, p. 588-604.

8 Oikonomidès, Byzantine diplomacy (cité supra n. 1), p. 73-78.

9 R. J. Loenertz, Ambassadeurs grecs auprès du pape Clément VI, 1348, OCP 19, 1953, p. 178-196. Parmi les récentes études sur la lettre diplomatique et l’ambassade, voir Nerlich, Diplomatische Gesandtschaften (cité supra n. 7), p. 122-128 ; É. Malamut, De 1299 à 1451. Au cœur des ambassades byzantines, Bisanzio, Venezia e il mondo franco-greco (xiii-xv secolo), Atti del Colloquio Internazionale organizzato nel centeriano délia nascita di Raymond-Joseph Loenertz O.P. , Venezia, 1-2 dicembre 2000, éd. C. A. Maltezou, P. Schreiner, Venise 2002, p. 109-113.

10 F. Dölger, J. Karayannopulos, Byzantinische Urkundenlehre. 1, Die Kaiserurkunden, Munich 1968 (Handbuch der Altertumswissenschaft 12.3), p. 89-107.

11 Loenertz, Ambassadeurs grecs (cité supra n. 9), p. 178.

12 Cette question a été reprise par Lounghis, Les ambassades (cité supra n.7), p. 371-398, et Oikonomidès, Byzantine diplomacy, p. 83.

13 Pour les sauf-conduits accordés par l’empereur byzantin aux ambassadeurs étrangers, voir O. Kresten, Der Geleitbrief - Ein wenig beachteter Typus der byzantinischen Kaiserurkunde. Mit einem Exkurs : Zur Verwendung des Terminus Sigillion in der byzantinischen Kaiserkanzlei, RHM 38, 1996, p. 41-83. Pour le sauf-conduit de l’ambassadeur byzantin à l’étranger aux xive-xve siècles, voir Malamut, De 1299 à 1451 (cité supra n. 9), p. 118-122.

14 Voir N. Oikonomidès, La chancellerie impériale de Byzance du 13e au 15e siècle, RÉB 43, 1985, p. 167-195 (p. 176-177).

15 Voir H. Hunger, Prooimion. Elemente der byzantinischen Kaiseridee in den Arengen der Urkunden, Vienne 1964 (Wiener Byzantinistiche Studien 1).

16 Voir à titre d’exemple pour les sources latines, O. Kresten, Zur Rekonstruktion der Protokolle kaiserlich-byzantinischer Auslandsschreiben des 12. Jahrhunderts aus lateinischen Quellen. Polypleuws Nous. Miscellanea fur Peter Schreiner zu seinem 60. Geburtstag. éd. C. Scholz, G. Makris, Munich-Leipzig 2000, p. 125-163.

17 Sur le faux célèbre que constitue la lettre d’Alexis Ier à Robert de Flandres, voir P. schreiner, Der Brief des Alexios I. Komnenos an den Grafen Robert von Flandern und das Problem gefàlschter byzantinischer Kaiserschreiben in den westlischen Quellen, Documenti medievali graeci e latini. Studi comparativi. Atti del seminario di Erice (23-29 ottobre 1995), éd. G. de Gregorio, O. Kresten, Spolète 1998 (Incontri di Studio 1), p. 111-140.

18 F. Dölger, Zur Form des Auslandsschreibens der byzantinischen Kaiserkanzlei, ZRVI 8/1, 1963 (= Mélanges G. Ostrogorsky, I, Belgrade 1963), p. 83-90.

19 N. Oikonomidès, Le support matériel des documents byzantins, dans La paléographie grecque et byzantine (Paris 21-25 octobre 1974), Paris 1977 (Colloques Internationaux du Centre National de la Recherche Scientifique 559), p. 385-416 (en part. p. 389. 400-414) ; H. Hunger, Schriftästhetik in den drei originalen kaiserlichen Auslandsschreiben der Komnenenzeit, RHM 40, 1998, p. 187-196.

20 Voir en particulier O. Kresten, Zur Chrysographie in den Auslandsschreiben der byzantinischen Kaiser, RHM 40, 1998, p. 139-186 ; Id., Correctiunculae zu Auslandsschreiben byzantinischer Kaiser des 15. Jahrhunderts, RHM 41, 1999, p. 267-310.

21 Le « grand interprète » a particulièrement attiré l’attention, cf. : R. Guilland, Études sur l’histoire administrative de l’Empire byzantin. Titres et offices du Bas-Empire byzantin. Le Grand Interprète, ό μέγας διερμηνευτής, EEBS 36, 1968, p. 17-26 ; O. Kresten, W. Seibt, Theophylaktos Exubitos (kein « italienischer Rebell des spàten 10. Jh. », sondern μέγας διερμηνευτής unter Manuel I. Komnenos) und seine Siegel, JÖB 52, 2002, p. 231-241. Sur les interprètes aux xiiie-xive siècles, voir Malamut, De 1299 à 1451, p. 95-103 (avec la bibliographie afférente).

22 F. Dölger, Die Kaiserurkunde der Byzantiner als Ausdruck ihrer politischen Anschauungen, Historische Zeitschrift 159, 1938-1939, p. 229-250 (= Byzanz und die europäische Staatenwelt. Ausgewählte Vorträge und Aufsätze, Ettal 1953, p. 9-33).

23 O. Kresten, Der « Anredestreit » zwischen Manuel I. Komnenos und Friedrich I. Barbarossa nach der Schlacht von Myriokephalon, RHM 34/35, 1992/1993, p. 65-110.

24 Pour l’importance, en particulier, du témoignage de la littérature byzantine, cf. O. Kresten, Die Auslandsschreiben der byzantinischen Kaiser der Komnenenzeit : Die literarische Überlieferung bei Anna Komnene und Ioannes Kinnamos. Mit einem Exkurs : Zur Chronologie der Auslandsschreiben Dölger-Wirth, Reg. 1068, 1077, 1080 und 1114, RHM 39, 1996. p. 21-59.

25 O. Kresten, A. Muller, Die Auslandsschreiben der byzantinischen Kaiser des 11. und 12. Jahrhunderts : Specimen einer kritischen Ausgabe, BZ 86/87, 1993/1994, p. 402-429. Pour les usages de la chancellerie, voir Oikonomidès, La chancellerie (cité supra n. 14), p. 174-193.

26 Dans les documents patriarcaux en général, voir O. Mazal, Die Prooimien der byzantinischen Patriarchenurkunden, Vienne 1974 (Byzantina Vindobonensia 7) ; dans les lettres envoyées à l’étranger, voir H. Hunger, Stil und Sprache des Patriarchatsregisters, Studien zum Patriarchatsregister von Konstantinopel, I, éd. H. Hunger, Vienne 1981 (Sitzungsber. Österr. Akad. Wiss., phil.-hist. Kl. 383), p. 11-60.

27 Voir J. Darrouzès, Ekthésis néa. Manuel des pittakia du xive siècle, RÉB 27, 1969, p. 1-127 (en part. p. 99-103) ; Id., Sur la nomenclature des actes patriarcaux au xive siècle, RÉSEE 11, 1973, p. 241-250.

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.