Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Byzance et le monde extérieur

 | 
Michel Balard
, 
Élisabeth Malamut
, 
Jean-Michel Spieser
, 
et al.

Les Occidentaux dans les villes de province de l’Empire byzantin

Les Occidentaux dans les villes de province de l’Empire byzantin : le cas de Chypre (xiie-xiiie siècle)

Catherine Otten-Froux

Texte intégral

1Évoquer Chypre dans le cadre d’une question sur la présence des Occidentaux dans les villes de province de l’Empire byzantin suppose une remarque initiale sur les limites chronologiques de ce travail. Il faudrait considérer la période allant de la reprise de l’île par Nicéphore Phocas dans la seconde moitié du xe siècle - événement qui met fin à la période du condominium arabo-byzantin - jusqu’à la conquête de Richard Cœur de Lion en 1191, qui place Chypre sous domination franque pour trois siècles. Mais le premier siècle suivant la reconquête byzantine est très pauvre en documents sur l’histoire de l’île et nous ne pourrons commencer à étudier les contacts des Occidentaux avec Chypre qu’à partir de la fin du xie siècle. Il nous a par ailleurs semblé nécessaire de continuer l’enquête pendant au moins deux générations suivant la conquête de façon à pouvoir étudier les conditions d’installation des Francs dans l’île. Poursuivre l’étude encore plus longtemps nous donnerait l’avantage de pouvoir disposer des sources qui se multiplient à partir de la fin du xiiie siècle, mais Chypre est alors clairement passée dans le monde latin, politiquement et économiquement, même si numériquement la population grecque est majoritaire ; Chypre ne peut plus être considérée comme une province byzantine, bien qu’elle garde un fort attachement à sa culture grecque, ce qui se marque notamment dans les domaines religieux et artistique. Nous nous intéresserons donc au xiie et à la première moitié du xiiie siècle, période de réelle pénétration économique des Latins en Romanie.

  • 1 Ce thème a fait l’objet d’une thèse de doctorat d’A. Nicolaou-Konnari, The Encounter of Greeks and (...)

2La conquête de Chypre précède de peu celle de Constantinople en 1204 et la création de l’Empire latin. Comme pour cette dernière, il faut se demander s’il existait des forces économiques susceptibles d’ouvrir la voie à la conquête. Qu’est-ce que l’île représentait pour les Latins ? Qu’y venaient-ils chercher ? Y avait-il déjà dans l’île une présence latine capable d’accueillir et d’aider les conquérants ? Comment s’est faite l’implantation franque ? Comment expliquer l’existence d’une acculturation qui s’est manifestée assez rapidement1 et la quasi-absence de révolte de grande envergure de la population autochtone comme la Crète en a connu ? La situation initiale était-elle donc si différente ?

3Avant d’étudier plus précisément qui sont les Occidentaux présents à Chypre rappelons la place de l’île dans les relations Orient-Occident.

CHYPRE DANS LES RAPPORTS POLITIQUES ORIENT-OCCIDENT PENDANT LA PÉRIODE BYZANTINE

  • 2 Sur l’histoire de Chypre, voir L. De Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des pri (...)
  • 3 C. Mango, Chypre, carrefour du monde byzantin, xve Congrès International d’Études byzantines, rapp (...)
  • 4 É. Malamut, Les îles de l’empire byzantin, 2 vol. , Paris 1988 (Byzantina Sorbonensia 8).
  • 5 J.-Cl. Cheynet, Chypre à la veille de la conquête franque, Les Lusignans et l’Outre-Mer, Poitiers (...)
  • 6 Iohannis Scylitzae Synopsis Historiarum, éd. I. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5), p. 429 ; cf. (...)
  • 7 Anne Comnène, Alexiade, éd. B. LEIB, 3 vol. , Paris 1939-1945 (Collection byzantine), 2, p. 162, 1 (...)
  • 8 Cheynet, Pouvoir et contestations, passim.

4La situation des Occidentaux dans l’île pendant la période antérieure à la conquête est mal connue, comme l’histoire même de Chypre, ainsi que l’ont souligné les historiens2. Nous ne reviendrons pas ici sur ce que l’on sait des détails de l’administration byzantine et de ses représentants dans l’île ; l’étude en a été menée par Cyril Mango3, Élisabeth Malamut4, Jean-Claude Cheynet5. Rappelons seulement que Chypre a connu deux révoltes contre le gouvernement impérial byzantin au cours du xie siècle, celle de Théophilos Érôtikos en 1042-10436, et celle de Rhapsomatès sous le règne d’Alexis Ier, en 1093, peu avant le passage de la Première Croisade7, à une époque où d’autres régions de l’Empire byzantin connaissent également des mouvements de révolte8. L’île se trouve assez éloignée de Constantinople pour qu’un usurpateur puisse espérer se rendre indépendant ; c’est d’ailleurs ce que fit le dernier maître byzantin de l’île, Isaac Comnène, autoproclamé empereur.

  • 9 Mango, Chypre, carrefour, p. 12-13.

5La situation géographique explique en grande partie le manque d’information initial des Latins et l’importance progressive de Chypre pour ces derniers. Loin de Constantinople, Chypre est proche de la côte sud de l’Asie Mineure et des côtes syriennes (golfe d’Antalya, Cilicie, Antioche, Tripoli), et ses relations avec ces régions sont plus étroites qu’avec la capitale byzantine, ainsi que l’a montré Cyril Mango9. C’est lorsque ces régions sont au centre des événements politiques que l’île revient sur le devant de la scène internationale, ce qui est le cas au xiie siècle avec le grand mouvement des croisades. Chypre, située sur la route maritime vers la Terre sainte, peut fournir du ravitaillement et servir de base arrière lors des opérations militaires.

  • 10 Anne Comnène, Alexiade, cité supra n. 7, 3, p. 44 ; cf. C. Otten-Froux, Les Pisans en Chypre au Mo (...)
  • 11 Willelmi Tyrensis archiepiscopi Chronicon, éd. R. Β. C. Huygens, Turnhout 1986 (Corpus Christianor (...)

6Dès la Première Croisade, Chypre est en effet une escale pour les grandes flottes croisées en route pour la Terre sainte. Les navires de la flotte pisane partis pour la Première Croisade sous la conduite de Daimbert abordent Chypre avec une attitude hostile, après avoir subi une attaque de la part des Byzantins entre Rhodes et Pataras. Les Pisans débarquent dans l’île, s’y livrent au pillage ; certains pénètrent même dans les terres ; mais les Pisans sont battus par les troupes du général byzantin Eumathios Philokalès et remontent en hâte sur leurs navires, abandonnant leurs compagnons qui s’étaient aventurés dans l’île10. La flotte vénitienne en route pour la Terre sainte en 1123 s’y arrête également11. C’est au cours de la Troisième Croisade que Richard Cœur de Lion s’empare de Chypre, et, plus tard, en 1248-49, Louis IX hiverne dans l’île avant de gagner l’Égypte.

  • 12 Sur la géographie de l’île et ses ressources, voir G. Grivaud, Villages désertés à Chypre (fin xii(...)
  • 13 Au xiie siècle, les arsenaux de Constantia et de Limassol construisaient de petits navires de comm (...)
  • 14 IBN Hauqal, Configuration de la terre, trad. J.-H. KRAMERS, G. WIET, Paris 1965, p. 199, cité par (...)
  • 15 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium before the Fourth Crusade, BZ 84-85, 1991-1992, p. 452-500, i (...)
  • 16 Voir le texte de l’archevêque Nicolas Mouzalôn, Ή παραίτησις τοῦ Νικολάου τοῦ Μουζάλωνος ἀπό τῆς ’ (...)
  • 17 Κ. HORNA, Das Hodoiporikon des Konstantin Manasses, BZ 13, 1904, p. 337, d’après MANGO, Chypre, ca (...)
  • 18 Cheynet, Chypre à la veille de la conquête franque, p. 69 ; Chronique de Michel le Syrien, patriar (...)
  • 19 Arnold De Lubeck, Chronica Slavorum, MGH, Scriptores, 21, p. 178 ; R.-J. Lilie, Handel und Politik (...)
  • 20 Nicetae Choniatae Historia, éd. J. Van Dieten, Berlin 1975 (CFHB 11), p. 138 ; Ioannis Cinnami Epi (...)

7Très vite, les croisés ont pu en apprécier les richesses. Du point de vue agricole, les Occidentaux découvrent une île fertile ; on y cultive le blé, la vigne, l’olivier ; on y pratique l’élevage, surtout caprin et ovin ; Chypre peut fournir du ravitaillement en céréales, vin, viande, fruits, lorsqu’elle n’est pas soumise aux aléas des catastrophes naturelles que sont les tremblements de terre, la sécheresse entraînant des famines, les pluies torrentielles pouvant causer des inondations catastrophiques comme celles de 1330 à Nicosie12. L’île fournit également du sel et du bois pour la construction navale13. Parmi les activités artisanales, la production textile semble importante : Ibn Hauqal note le tissage de soieries brochées d’or14. L’exportation de tissus de soie à partir de Chypre vers la côte de Syrie-Palestine (Tripoli, Ramla) au xie siècle est attestée par des documents de la Geniza15. L’impression d’enchantement, de richesse est réelle16, même si ceux qui, comme Constantin Manassès, viennent de Constantinople, trouvent cette province bien loin de la capitale et bien arriérée17. L’île devait connaître une certaine prospérité au xiie siècle, quand elle fait l’objet de raids de pillage comme celui mené en commun par Renaud de Châtillon, prince d’Antioche, et le prince arménien Thoros en 1155, ou plus tard en 1161 par Raymond de Tripoli, après l’échec du mariage projeté entre Manuel Comnène et la fille du comte de Tripoli18. Cette prospérité diminue peut-être avec les lourds impôts réclamés par Manuel Comnène, la famine provoquée par la sécheresse des années 1176-1179 et l’émigration des opposants à Isaac Comnène. Le montant des taxes dues au trésor impérial se monte encore à cette époque à 700 livres d’or, soit environ 50 400 nomismata selon Arnold de Lübeck19. Les revenus de Chypre sont parfois utilisés sur place ; ainsi, le montant des impôts de l’île sert à financer les campagnes d’Andronic Comnène, alors gouverneur de Cilicie20.

  • 21 Sur les rapports de Chypre byzantine avec les croisés, voir R.-J. Lilie, Byzanz und die Kreuzfahre (...)
  • 22 Albert D’aix, Historia Hierosolymitana, RHC Occ, 4, p. 489; cf. A History of the Crusades, éd. K. (...)
  • 23 Guibert De Nogent, Dei Gesta per Francos, éd. R. B. C. HUYGENS, Turnhout 1996 (Corpus Christianoru (...)
  • 24 Anne Comnène, Alexiade, 3, p. 35, 39.
  • 25 Albert D’aix, Historia Hierosolymitana, cité supra n. 22, p. 671.

8Les flottes musulmanes, occupées plus au sud, laissent l’île jouir de la paix pendant les deux premiers tiers du xiie siècle ; elle sert alors de base arrière pouvant fournir ravitaillement ou lieu de repli lors de la Première Croisade21. Cette double fonction est utilisée par les Grecs et par les Latins, comme le montrent Anne Comnène et les chroniqueurs latins de la croisade. Ainsi c’est à Chypre que se réfugie Syméon II, patriarche grec de Jérusalem, peu avant la conquête de la ville par les croisés. Albert d’Aix indique que Syméon, en rapport avec le légat du pape Adhémar de Monteil, envoya de Chypre des vivres aux croisés assiégeant Antioche pendant l’hiver 109822. Guibert de Nogent, quant à lui, signale que lors du siège d’Antioche, « la menue gent, consumée par toutes sortes de privations, errait en diverses provinces ; les uns commençaient à se répandre vers Chypre, d’autres en Romanie, d’autres dans la montagne23 ». Pour la construction de Mont Pèlerin, le comte de Toulouse est aidé par des hommes et du matériel envoyés par le duc de Chypre sur les ordres d’Alexis Comnène ; de même, à la mort de Raymond de Tripoli, l’empereur ordonna au duc de Chypre d’envoyer de l’argent à Guillaume Jourdain afin de se le concilier24. Lors de la menace sur Beyrouth en 1110, des objets précieux sont transportés à Chypre25.

  • 26 Nicetae Choniatae Historia, cité supra n. 20, p. 161.
  • 27 Une liste des administrateurs et des hommes d’Église byzantins se trouve dans le livre de Malamut, (...)

9Les Byzantins utilisent également l’île comme lieu de rassemblement de la flotte sous les ordres de Kontostéphanos pour l’attaque conjointe menée avec le roi Amaury Ier contre l’Égypte26. Pour les Byzantins, Chypre est une province lointaine qui ne fait parler d’elle qu’en liaison avec les événements se déroulant sur les frontières sud de l’Empire, en Cilicie, et en Syrie-Palestine à l’occasion de l’épisode majeur que constituent les croisades. Pourtant ils ne s’en sont pas désintéressés et l’ont incluse dans leur politique régionale, visant à créer un pôle chrétien fort autour d’Antioche et de la Cilicie, dont Jean comme Manuel Comnène espèrent reprendre le contrôle total. On en verra pour preuve la personnalité des gouverneurs nommés au xiie siècle, tous membres des grandes familles constantinopolitaines, quand ce ne sont pas des membres de la famille impériale27, et le projet de créer pour le fils de l’empereur un grand commandement Cilicie-Chypre.

  • 28 LILIE, Byzanz und die Kreuzfahrerstaaten, cité supra n. 21.

10Pour les Byzantins, Chypre est à la fois une base arrière où la flotte peut se rassembler et qui fournit argent et ravitaillement, et une tête de pont pour des opérations militaires en Cilicie et dans la région d’Antioche28. Pour les Occidentaux, l’île offre une dernière escale avant d’aborder en Terre sainte ; ils peuvent s’y procurer les vivres nécessaires. Ils ont ainsi commencé à fréquenter Chypre et appris à en connaître les richesses.

QUELS OCCIDENTAUX FRÉQUENTENT CHYPRE AVANT LA CONQUÊTE ?

  • 29 Voir les cartes dressées par Malamut, Les îles, p. 661-663.
  • 30 C. Galatariotou, The Making of a Saint. The Life, Times and Sanctification of Neophytos the Reclus (...)
  • 31 A History of the Crusades, éd. Setton, cité supra n. 22, 1, p. 503, n. 33.
  • 32 Παράλιος Κυπριακός Χώρος = αποδελτίωση πηγών καί καταγραφή μνεμείων (μέσα 11ου-τέλη Που αι.), Athè (...)
  • 33 C. D. Cobham, Excerpta Cypria. Materials for a History of Cyprus, Cambridge 1908, p. 13-14.
  • 34 Ibid., p. 5, et Benjamin Of Tudela, Itinerary, éd. M. N. Adler, Londres 1907, p. 14-15.
  • 35 Voir plus haut et n. 10.

11Chypre, idéalement située sur la route maritime vers la Terre sainte en venant de Constantinople29 comme d’Occident, d’Italie en particulier, est d’abord le lieu de passage d’un certain nombre de pèlerins, de croisés et de voyageurs célèbres. Parmi ceux-ci, on peut citer l’archevêque de Cambrai Lietbert, retenu quelques jours par le katépan en 1055 ; puis ce sont les croisés ; ceux dont le nom nous est parvenu sont ceux qui ont eu le malheur de mourir dans l’île, comme Welf IV de Bavière, qui y décède lors de son retour de la croisade de 1101, Erik Ier de Danemark qui meurt à Paphos en 110330. Amédée III, comte de Savoie, qui accompagnait Louis VII lors de la Seconde Croisade est enterré à Nicosie31. On notera également le passage de Saewulf, qui aborde à Chypre en 1102 et 110332, et plus tard de Willibrand d’Oldenburg33. L’île fait également partie de l’itinéraire de Benjamin de Tudèle34. Il s’agit là de visiteurs temporaires. On se souviendra également de la visite beaucoup moins appréciée de la flotte pisane35.

  • 36 Hill, A History of Cyprus, 1, p. 266, citant l’abbé islandais Nicholas of Thingeyrar qui visita l’ (...)
  • 37 La continuation de Guillaume de Tyr (1184-1197), éd. M. R. Morgan, Paris 1982, § 1 Π115, p. 115-11 (...)
  • 38 Benoît De Peterborough, Gesta Henrici II et Ricardi I, trad. dans Cobham, Excerpta Cypria, cité su (...)
  • 39 Le fait qu’il parle grec ne signifie pas obligatoirement qu’il a résidé longtemps à Chypre, il a p (...)
  • 40 G. Bertolotto, Nuova serie di documenti sulle relazioni di Genova con l’impero byzantino, Atti del (...)

12À côté des voyageurs, il faut faire une place spéciale aux hommes de guerre. On sait que l’île était défendue par des mercenaires. Au milieu du xiie siècle et jusqu’à la veille de la conquête, un corps de Varangues était stationné à Paphos36. Une des versions de la continuation de Guillaume de Tyr, celle contenue dans le manuscrit de Lyon, mentionne la présence d’un chevalier originaire de Normandie, au service de l’usurpateur Isaac Comnène, dont il est l’un des proches ; le texte raconte comment il sauva de la mort un groupe de pèlerins venus d’Occident qui, en route pour Jérusalem, s’étaient échoués sur l’île après avoir subi une tempête et avaient été faits prisonniers par les Grecs. Isaac avait ordonné leur exécution ; saisi de compassion, le chevalier prit sur lui d’ordonner le report de l’exécution et les bourreaux obéirent car ils crurent que l’ordre venait d’Isaac lui-même, dont le chevalier était un familier. Celui-ci, dont le nom n’est pas cité, parla alors en français aux pèlerins et leur conseilla de se cacher à l’intérieur de l’île. Il paya de sa vie cet acte de compassion car Isaac le fit décapiter37. Cet épisode n’est pas précisément daté ; il est inséré dans le récit après l’arrivée de Bérangère à Chypre et avant celle de Richard. Il s’agit probablement des trois vaisseaux ayant fait naufrage avant l’arrivée de Richard et dont parle Benoît de Peterborough38. Le récit montre ainsi la continuation d’un phénomène bien connu à Byzance : l’engagement de mercenaires latins, et notamment de Normands dans les aimées byzantines ; le texte semble même préciser que ce chevalier était particulièrement au service d’Isaac, donc probablement recruté par lui ; peut-être était-il venu avec l’amiral de Sicile Margaritone qui aida Isaac à repousser une flotte venue de Constantinople pour reprendre l’île. On peut aussi noter au passage qu’il est bilingue, il parle grec et français39. Il n’est pas un cas isolé. On sait par un document de 1174 qu’un certain Calvo, Génois au service de l’empereur Manuel Comnène, avait été envoyé à Chypre où son frère avait été tué40. Mais il est impossible d’évaluer le nombre de mercenaires latins dans l’île.

  • 41 R. Morozzo Della Rocca, A. Lombardo, Documenti del commercio veneziano nei sec. XI-XIII, 2 vol. , (...)
  • 42 Ibid., doc. 82.
  • 43 Ibid., doc. 455.
  • 44 Ibid., doc. 373. Sur les différents qualificatifs des besants, voir T. Bertelè, Numismatique byzan (...)
  • 45 N. Coureas, Western merchants and the ports of Cyprus up to 1291, Proceedings of the International (...)

13Dans le sillage des croisés, des marchands italiens ont fréquenté les ports chypriotes. Quelques rares contrats commerciaux du xiie siècle montrent des Vénitiens en 1139 à Limassol, en 1142 et 1189 à Paphos. Ces actes sont bien connus ; rappelons brièvement leur contenu : la compagnia conclue à Limassol entre Domenico Rossani et Angelo Agnello, dans laquelle chacun avait mis 23 besants sarracénats pour les faire fructifier à Damiette sur la nave dont Marco Mantello est le nocher, arrive à son terme en octobre 1139 ; les comptes sont faits, et quittance est donnée à Damiette par Domenico41. En janvier 1143, lors d’un voyage d’Acre à Constantinople sur la nave de Pietro Marzagnolo, trois Vénitiens sont témoins du paiement de 51 besants effectué à Paphos, au profit de Pietro par Giovanni Raldo, pour un jeune esclave qui avait appartenu à Giovanni, fils de Pietro Marzagnolo42. A Venise, en 1201, deux Vénitiens témoignent que Pietro Rambaldo a présenté trois documents : l’un rédigé en 1173 dans lequel Fatius Totulo de confinio Sancti Hermachore atteste que lorsqu’il était à Chypre, à Paphos, Pietro Rambaldo a envoyé en garde à Giovanni Menzulo, son neveu et associé, 71 besancios stravratos de Chypre43. Enfin en août 1189, Fasana, fille de feu Bisancio Longobardo, donne mandat à Romano Mairano pour obtenir de Giacomo Dolce, habitant à Tyr, l’exécution d’une créance de 300 besants manolati que son père avait sur un homme de Chypre, et pour exiger le paiement de toutes les créances qu’elle et son père pouvaient avoir44. Ainsi on constate que les lieux visités par les marchands vénitiens sont les ports de la côte méridionale de Chypre, Paphos et Limassol45.

  • 46 D. Abulafia, The two Italies, Cambridge 1977, passim ; voir en particulier les tableaux.

14Aucun des documents commerciaux pisans ou génois conservés pour cette période ne mentionne Chypre. Les actes vénitiens sont-ils dans ce cas représentatifs de la situation dans l’île ou bien l’image fournie n’est-elle que le fruit du hasard de la conservation des documents ? On sait que les actes notariés conservés de cette époque sont rares. On possède le minutier du notaire génois Giovanni Scriba portant sur les années 1155-1164. Un autre minutier génois édité remonte à 1186 (Oberto Scriba de Mercato), un autre encore à 1190. Il existe des documents inédits du même notaire d’août 1179, quelques-uns d’avril 1180, puis du 16 septembre 1182 jusqu’à la fin de janvier 1183, du 13 mars au 22 mai et du 4 août jusqu’au 10 septembre 1184. Tous ces actes ont été analysés par David Abulafia ; on n’y trouve aucune référence à Chypre, mais l’importance grandissante de la Syrie y apparaît clairement46. La collection de documents vénitiens édités par Raimondo Morozzo della Rocca et Antonino Lombardo contient nombre de contrats commerciaux marquant des liens Terre sainte-Crète, Constantinople-Égypte, Constantinople-Antioche. On peut avec vraisemblance supposer que Chypre dut alors servir d’escale aux navires des marchands italiens. Les documents vénitiens montrent en effet la place de l’île dans le réseau commercial qui la met en contact avec Constantinople, l’Egypte, les côtes de Syrie-Palestine et Venise. Chypre fut certainement visitée par les marchands italiens plus souvent que les quatre contrats cités ne le laissent apparaître.

  • 47 Selon l’hypothèse de Lilie, Handel und Politik, cité supra n. 19, p. 375.
  • 48 G. L. F. Tafel, G. M. Thomas, Urkunden zur alteren Handel- und Staatsgeschichte der Republik Vened (...)
  • 49 D. Jacoby, Italian Privileges and Trade in Byzantium before the Fourth Crusade: a Reconsideration, (...)
  • 50 F. Thiriet, Délibérations des assemblées vénitiennes concernant la Romanie, vol. I, Paris-La Haye (...)

15Juridiquement quelle était la situation de ces Latins qui abordaient dans l’île ? On a souvent souligné la mention explicite de Chypre dans le chrysobulle accordé par Manuel Comnène aux Vénitiens en 1147 ; ce document renouvelle un privilège, non conservé, accordé par Jean Comnène, peut-être en 113647 ; entre autres mesures, le texte prévoit la liberté d’accès et de commerce dans un certain nombre de places qui sont énumérées, parmi lesquelles Chypre48. Les Vénitiens constituent la seule nation pour laquelle l’île est explicitement citée comme lieu ouvert au commerce, mais l’empereur ne leur accorde aucune facilité d’installation comme il l’a fait à Constantinople où ils jouissent d’un véritable quartier avec maisons, église, bain, etc.49 Cependant, rien ne semble interdire aux Vénitiens d’acheter maison ou terrain. Les privilèges obtenus pendant la période byzantine sont encore évoqués dans un document émanant du Maggior Consiglio de Venise, du 2 juin 1302, contenant les instructions données à un ambassadeur auprès d’Henri II50.

  • 51 G. Muller, Documenti sulle relazioni delle cità toscane coll ’Oriente cristiano e coi Turchi fino (...)
  • 52 Chrysobulle d’octobre 1155, dans Bertolotto, Nuova serie di documenti, cité supra n. 40, p. 343-34 (...)

16Les Vénitiens sont-ils les seuls privilégiés ? Les Pisans, quant à eux, ont obtenu leur premier privilège dans l’Empire byzantin en 1111 ; s’ils reçoivent clairement des possessions foncières à Constantinople, l’empereur Alexis Comnène leur donne également sa protection dans tout l’Empire et des réductions de taxes « dans sa terre et ses îles51 ». Cette réduction ne concerne que les produits importés de Pise dans l’Empire, l’or et l’argent étant complètement exemptés de taxe ; pour les produits achetés dans l’Empire, les Pisans étaient astreints aux mêmes taxes que les sujets de l’empereur. Les Pisans étaient-ils en mesure de faire appliquer cette réduction de taxe à Chypre ? L’absence de documentation empêche de répondre. Comme pour les Vénitiens, il n’est question d’aucune facilité d’installation. Quant aux Génois, ils ont obtenu plus tardivement que les autres des privilèges dans l’Empire byzantin, où leur position va se trouver alignée sur celle des Pisans. Toutefois les termes du premier chrysobulle qui leur est octroyé restent assez vagues à propos des territoires autres que Constantinople52. Ces mesures ont-elles favorisé une implantation durable ou bien n’avons-nous affaire ici qu’à des gens de passage ?

  • 53 L’Estoire de Eracles empereur et la conqueste de la Terre d’Outremer, RHC Occ, 2, Paris 1859, p. 1 (...)

17On sait que des Latins étaient établis à Limassol avant la conquête. A la nouvelle de l’arrivée du roi d’Angleterre, Isaac Comnène avait rassemblé des troupes dans cette ville. Mais voyant l’importance et la détermination des croisés, il avait abandonné Limassol et retiré ses troupes. C’est alors qu’un groupe de Latins est venu avertir Richard que les troupes byzantines avaient fui et qu’il pouvait prendre la ville sans difficulté53. Qui sont ces gens ? Depuis combien de temps sont-ils là ? S’agit-il de commerçants italiens ? Ou bien de personnes qui se sont installées profitant de la protection impériale garantie par les chrysobulles ? Ou bien encore de Latins ayant abandonné Constantinople à la suite des massacres de 1182, ou plus simplement de réfugiés, commerçants ou artisans ayant fui les villes de Terre sainte à la suite des campagnes victorieuses de Saladin ? Dans ce cas, Isaac Comnène aurait-il mené sciemment une politique visant à accueillir ces populations de non-combattants ? Parmi ces gens il y avait des Vénitiens si l’on en croit un inventaire de leurs biens, contenu dans le fameux rapport du milieu du xiiie siècle, sur lequel nous allons revenir.

18En somme, au xiie siècle, les Latins restent en petit nombre ; s’ils ne sont pas des mercenaires au service des Byzantins, ils abordent Chypre pour des visites ponctuelles. Ce sont des marchands italiens, des pèlerins francs, ou des croisés. A l’exception d’un petit groupe de Vénitiens à Limassol, leur présence est, semble-t-il, de courte durée et se limite à la zone côtière, aux villes portuaires de Limassol et Paphos. Pour les Occidentaux, Chypre ne présente un intérêt qu’en fonction de la situation en Terre sainte et cette position se maintient après la conquête.

LES LENDEMAINS DE LA CONQUÊTE : L’IMPLANTATION D’UNE NOUVELLE SOCIÉTÉ

  • 54 J.Richard, Les révoltes chypriotes de 1191-1192 et les inféodations de Guy de Lusignan, Montjoie. (...)
  • 55 Sur l’installation de l’Église latine, voir N. Coureas, The Latin church in Cyprus, 1195-1312, Ald (...)

19La conquête rapide de Richard Cœur de Lion et la vente de l’île aux Templiers amènent une révolte des Grecs, suivie d’un mouvement d’émigration des familles les plus importantes, mouvement déjà amorcé sous Isaac Comnène. Aussi Guy de Lusignan, l’ancien roi de Jérusalem, vaincu par Saladin à la bataille de Hattîn en 1187, puis devenu maître de l’île après que les Templiers y eurent renoncé, doit-il mener une politique de peuplement pour défendre son territoire. Il appelle des habitants de Terre sainte et des Occidentaux. Les chroniques mentionnent ce fait en termes vagues. Il faut cependant comprendre que la nouvelle conquête attira non seulement des chevaliers souhaitant recevoir un fief pour compenser celui qu’ils avaient perdu en Terre sainte, mais également des bourgeois des villes (artisans et commerçants) qui seront amenés à rendre un service de sergent54. Les ordres militaires, Hospitaliers et Templiers, s’implantent rapidement et reçoivent ces biens assez importants dans les vingt premières années suivant la conquête. Guy de Lusignan et son frère et successeur Aimery instituent une société féodale en distribuant des fiefs aux chevaliers, et mettent très tôt en place l’Église latine, ce qui constitue les cadres de ce nouveau royaume franc55. Mais il faut assurer au plus vite la défense de l’île, contre les musulmans et aussi contre une tentative de reconquête de la part des Byzantins. Les chevaliers nouvellement arrivés ainsi que les représentants des ordres militaires s’en chargent.

  • 56 PL 214, col. 417-418 ; J. Delaville Le Roulx (éd.), Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers (...)
  • 57 A. H. S. Megaw, Cyprus: military architecture, A History of the Crusades, éd. Setton, 5, p. 196-20 (...)
  • 58 A. H. S. Megaw, A Castle in Cyprus attributable to the Hospital?, The Military Orders. Fighting fo (...)

20La menace byzantine était certainement bien réelle, puisqu’en 1198, le pape demande au prince d’Antioche, au comte de Tripoli, aux Templiers et aux Hospitaliers d’aider Aimery contre les Byzantins56. La flotte byzantine quitta en effet Constantinople mais fut dispersée en mer par la tempête avant de rejoindre Chypre. Les châteaux de Kyrenia, Saint-Hilarion, Buffavento, Kantara sont alors remis en état57. A Paphos, un nouveau château est mis en chantier, d’abord une simple tour de guet, qui sera englobée dans le château connu sous le nom de Saranda Kolones, peut-être construit par les Hospitaliers, détruit par un tremblement de terre en 122258.

  • 59 PL 214, col. 809-810.
  • 60 Ibid., col. CXXIII-CXXV. R. Röhricht, Regesta Regni Hierosolymitani, Innsbruck 1893-1904, réimpr. (...)

21L’idée que Chypre va servir à secourir la Terre sainte est clairement exprimée par le pape Innocent III dans ses demandes d’aide aux ordres militaires, au prince d’Antioche et au comte de Tripoli ; en 1199, il s’adresse aux rois de France et d’Angleterre en les priant d’écrire à l’empereur Alexis Ange pour lui demander de renoncer à reprendre l’île et de soutenir l’entreprise de reconquête de la Terre sainte ; il refuse d’envisager la restitution de l’île aux Byzantins59. Les Gesta Innocenti III Papae rapportent également une lettre du pape en réponse à une missive de l’empereur Alexis III Ange, transmise par le prieur des Pisans à Constantinople, où Innocent demande clairement à l’empereur de ne pas attaquer Chypre, tant que la Terre sainte ne sera pas revenue aux chrétiens60. Mais la menace d’une attaque byzantine s’estompe bientôt avec la Quatrième Croisade et la création d’un Empire latin à Constantinople.

  • 61 Edbury, The Kingdom of Cyprus, p. 18-19 et 39-41.

22Les fondements du succès de la domination franque sont posés par Guy et son frère et successeur Aimery, ce sont les liens avec la Terre sainte. Aimery est à la fois roi de Chypre et de Jérusalem. Les grands vassaux du roi, comme les Barlais, Philippe et Baudouin de Bethsan, et plus tard les Ibelin, ainsi que les ordres militaires sont possessionnés en Terre sainte comme à Chypre61. Qu’en est-il du point de vue économique ?

LES FORCES ÉCONOMIQUES : L’IMPLANTATION DES MARCHANDS DE LA PÉNINSULE ITALIENNE

23Il serait hasardeux de se livrer à une évaluation de l’importance de la présence occidentale au lendemain de la conquête. Si les Francs constituent très vite la couche dominante, la majorité de la population reste grecque. Mais un groupe se détache parmi la population latine, c’est celui des commerçants venus des républiques maritimes italiennes. Quel impact la conquête de l’île par Richard Cœur de Lion et l’établissement de la dynastie française des Lusignan ont-ils eu sur le commerce des marchands italiens ? Y a-t-il des changements dans le nombre et l’origine des marchands, dans l’ampleur et la variété des échanges ? Les marchands vont-ils jouir de plus grandes facilités que sous l’administration byzantine ? Les actes de la pratique commerciale sont malheureusement peu nombreux avant la fin du xiiie siècle.

24Les Italiens se sont très tôt intéressés à asseoir leur position juridique dans la Chypre franque, sur le modèle des privilèges obtenus en Terre sainte (possessions foncières et église, représentant avec cour de justice, abaissement ou exemption des droits de douane, sécurité des biens en cas de décès et en cas de naufrage). D’ailleurs, le représentant dans l’île de chaque nation (Génois, Pisan, Vénitien, Provençal) dépend de son collègue installé en Syrie jusqu’à la chute d’Acre à la fin du xiiie siècle.

  • 62 Morgan, La continuation de Guillaume de Tyr, cité supra n. 37, p. 150-151.
  • 63 Muller, Documenti, cité supra n. 51, doc. 73, p. 108-109.
  • 64 Mas Latrie, Histoire, cité supra n. 2, 2, p. 102-108 ; autre édition dans G.-Μ. Thomas, Diplomatar (...)
  • 65 L. De Mas Latrie, Nouvelles preuves de l’histoire de Chypre, Bibliothèque de l’École des Chartes 3 (...)
  • 66 D. Forges Davanzati, Dissertazione sulla seconda moglie del re Manfredi e su loro figliuoli, Naple (...)
  • 67 Respectivement pour le privilège de la reine Alice de 1218 : Mas Latrie, Histoire, 2, p. 39, et I (...)
  • 68 Mas Latrie, Histoire, 1, p. 315 ; cf. H. E. Mayer, Marseilles Levanthandel und ein akkonensisches (...)

25D’après une des continuations de Guillaume de Tyr, les Pisans auraient obtenu « grans dons et grans franchises » en échange de leur aide pour livrer Tyr à Aimery de Lusignan, lorsque celui-ci luttait contre Henri de Champagne62. Mais nous n’avons aucune trace de ce document ; le plus ancien privilège accordé aux Pisans est celui d’Henri II de 129163. Il en est de même pour les Vénitiens ; le premier privilège conservé date de 130664, mais pour ces derniers, il est certain qu’ils avaient obtenu quelque chose sous le règne d’Henri Ier, et la régence de la reine Plaisance ; il y est fait allusion dans une résolution du Sénat de Venise de 130265. Pour l’honneur de l’empereur Henri et à la demande de l’archevêque de Trani envoyé avec la couronne de Chypre, les gens de Trani auraient obtenu du roi Guy de Lusignan, en mai 1196, le privilège d’entrée et de sortie pour eux et leurs marchandises66. Ce document est un faux ; Guy n’a jamais porté le titre de roi de Chypre, par ailleurs il est mort en 1194, mais le texte suit vraisemblablement un modèle authentique ; une attribution à Amaury ou à ses successeurs serait plus vraisemblable. Les Génois, quant à eux, peuvent montrer des privilèges remontant à 1218, donnés par la régente Alice, et qui ont été confirmés et accrus en 1232 par le roi Henri Ier en échange de l’aide que les Génois lui ont apportée dans sa lutte contre les représentants impériaux : ils reçoivent des terrains à Limassol, Famagouste, Nicosie et Paphos, le droit d’avoir leur propre juridiction, des exemptions de taxes diverses67. A ceux-ci, il faut encore ajouter les privilèges obtenus par les Provençaux, Marseillais et gens de Montpellier en 123668. L’importance et la nature des privilèges aux Génois montrent que ces derniers cherchaient à compenser leur éviction de Romanie à la suite de la Quatrième Croisade et de l’installation de l’Empire latin de Constantinople. Sont-ils alors plus favorisés que les Vénitiens, peut-être davantage préoccupés d’exploiter leurs avantages acquis après 1204 en Romanie (Constantinople et Crète) ? La perte des premiers privilèges vénitiens ne permet pas de le dire. Quelle est la réalité de la situation des Italiens à Chypre au milieu du xiiie siècle ?

  • 69 C. Desimoni, Quatre titres des Génois à Acre et Tyr, A.O.L. 2, Paris 1884, p. 213-230.
  • 70 G. Thomas, Ein Bericht über die ältesten Besitzungen der Venezianer auf Cypern, Sitzungsberichte d (...)
  • 71 Sur la question de la datation voir Berggôtz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, introduction (cité n (...)

26Dans les années 1240, les communautés génoises et vénitiennes semblent bien installées dans l’île ; nous possédons deux documents qui permettent d’en juger. Il s’agit dans les deux cas de mentions annexes à des rapports dressés par les représentants de Gênes et de Venise en Terre sainte, concernant les possessions respectives des deux républiques maritimes en Palestine. Le document génois, le plus bref, daté de 1249, note la possession d’un bain à Nicosie, d’un palais de la commune à Famagouste, ce qui suppose bien entendu l’installation dans ces deux villes de communautés d’une certaine importance69. Il faut bien sûr y ajouter ce qui a été obtenu par le privilège de 1232 et, pour Limassol, d’anciennes propriétés vénitiennes tenues par des Génois, comme il apparaît dans le document vénitien. Ce dernier est un rapport non daté, contenu dans un manuscrit conservé à Venise, à la suite de l’inventaire des biens des Vénitiens à Acre et Tyr dressé par Marsilio Zorzi, baile des Vénitiens en Syrie, à la demande du doge Jacopo Tiepolo en 1242 et 1244. Le texte concernant Chypre a fait l’objet de plusieurs éditions et de plusieurs études70. Nous utiliserons la dernière édition, celle d’Oliver Berggötz. Les éditeurs du manuscrit situent l’inventaire des biens des Vénitiens à Chypre entre 1236 et 1247, vraisemblablement vers 1244, peu après la rédaction du texte concernant Acre. Marsilio Zorzi est attesté comme baile en Syrie pour la première fois en juin 1242, et encore en 1244. Par sa fonction il est responsable aussi de Chypre, mais on ignore s’il s’est rendu dans l’île. Par ailleurs, en 1246, un ambassadeur vénitien, Pietro Dandolo, visite le royaume arménien de Cilicie et Chypre. Peut-être aurait-il pu se servir de la liste des possessions pour de futures négociations. Il est certain que le document fut élaboré dans le contexte de la guerre contre les Impériaux71.

  • 72 Ibid., p. 191.
  • 73 Que condam antiquitus Veneti et comune Venecie habuerunt vel habent et eis pertinuerunt in insula (...)

27Le rédacteur du texte est un certain Iacobus de Vairago72. Le document rappelle d’abord en termes vagues les anciens privilèges vénitiens. Il s’agit de la liberté totale d’importation et d’exportation, du droit d’avoir leur curia pour rendre la justice, et ea omnia, que pertinent vel pertinere possunt principalibus et specialibus dominis terre. Cette dernière phrase semble leur accorder des droits seigneuriaux pleins. Il n’est question d’aucune possession foncière. Ces privilèges sont présentés comme anciens dans le but probable de tenter de les récupérer73, mais l’énoncé est curieux. Ce passage contraste avec le reste de l’inventaire pour Chypre qui est très précis, et avec le reste du manuscrit, où les privilèges obtenus en Terre sainte sont cités de façon beaucoup plus exacte et complète, quand ils ne sont pas recopiés, comme dans le cas du diplôme de Jean d’Ibelin de 1221. Pour Chypre, le rédacteur n’avait pas de document sous les yeux. Est-ce à dire que le diplôme avait été perdu, ou bien n’a-t-il jamais été mis par écrit ? S’agit-il d’un des diplômes évoqués dans le document de 1302 ? Il est bien étonnant alors que son auteur ne soit pas cité nommément. En l’absence de référence à un document écrit, on ne saurait négliger la possibilité pour les Vénitiens d’exagérer des droits qu’ils n’auraient obtenus que partiellement.

  • 74 Cf. n. 62.

28S’il faut croire cet énoncé, l’octroi de tels privilèges ne pourrait remonter qu’à des époques où le pouvoir en place avait besoin d’appui, c’est-à-dire sous le gouvernement de l’usurpateur Isaac Comnène ou celui de Guy de Lusignan au lendemain de la conquête. L’octroi d’une libre curia, sans aucune restriction, est étonnant ; aucun exemple de ce type n’est connu dans l’Empire byzantin ; mais Isaac Comnène aurait pu avoir besoin de soutien dans le domaine économique et peut-être attirer de cette manière des marchands de Terre sainte, cherchant un autre établissement à la suite des victoires de Saladin de 1187. Plus vraisemblablement, il pourrait s’agir de promesses de Guy de Lusignan, un pendant en quelque sorte des « grans dons et grans franchises » accordés aux Pisans74. Le rapport se poursuit par une énumération des possessions foncières vénitiennes à Limassol, qui occupe la plus grande part de l’inventaire, et à Nicosie et Paphos. Le texte présente la particularité de donner une image évolutive de ces possessions, puisqu’il recense à la fois des biens vénitiens du moment, avec le nom du propriétaire et la manière dont ceux-ci ont été acquis (héritage, dot), et des biens ayant autrefois appartenu à des Vénitiens, et dans ce dernier cas le nom de l’ancien et du nouveau possesseur. La liste compte des maisons, des boutiques, des églises, un bain, des jardins, des vergers, des vignes. Ces propriétés ne sont pas seulement urbaines (à Limassol et Nicosie), il y a aussi des casaux dans le voisinage de Limassol. Pour rédiger cette liste, Vairago a certainement disposé d’un document, vraisemblablement un cadastre.

  • 75 Papadopoulou, Oἱ πρῶτες ἐγκαταστάσεις, cité supra n. 70, p. 303-308 ; S. V. Bliznjuk, Die Venezian (...)
  • 76 Ibid., p. 487-497.

29On a voulu voir dans cet inventaire une liste des possessions vénitiennes à l’époque byzantine, notamment pour les propriétés perdues. Des arguments en ce sens ont été avancés par divers historiens75. Cette hypothèse est très vraisemblable pour les églises Saint-Marc et Saint-Georges, construites par les Vénitiens, peut-être aussi pour les possessions qui étaient autrefois tenues par un Vénitien par héritage (que fuit suo patrimonio, ou bien fuerunt de iure paterno), ou encore pour les possessions que l’on sait avoir été acquises très tôt par les ordres militaires76. Mais on peut également penser aux premiers moments de la conquête, lorsque Guy de Lusignan eut besoin de support, ce qui correspondait à un moment particulièrement critique pour les marchands et artisans en Terre sainte ; Chypre pouvait alors offrir des perspectives de profit. Des Vénitiens de Terre sainte, et peut-être d’autres venus à l’occasion de la Troisième Croisade, se seraient installés à Limassol autour d’un noyau existant à l’époque byzantine. L’inventaire vénitien nous montre également des Génois, des Pisans, et des Provençaux installés à Limassol, ainsi que des chevaliers, des templiers et des hospitaliers. Les Grecs ont même repris des terres ayant appartenu à des Vénitiens. Aucun quartier spécifique ne semble exister, contrairement à la situation à Acre à la même époque. Ceci montre bien le succès de l’implantation latine et l’essor de Limassol dans la première moitié du xiiie siècle.

30Le volume des affaires est-il en rapport avec l’image fournie par l’inventaire des possessions vénitiennes et les possibilités offertes par les privilèges ? Malheureusement les documents restent encore rares pendant les deux premiers tiers du xiiie siècle.

  • 77 Jacoby, Silk in Western Byzantium, cité supra n. 15, p. 495-496. Le renseignement provient des ins (...)
  • 78 R. Röhricht, Amalrich I., König von Jerusalem (1162-1174), Mittheilungen des Instituts fur oesterr (...)
  • 79 Giovanni de Guiberto (1200-1211), éd. M. W. Hall-Cole, H. G. Krueger, R. G. Reinert, R. L. Reynold (...)
  • 80 M. Amari, I diplomi arabi del R. Archivio florentine, Florence 1863, p. 70.

31En 1201, un chargement appartenant à un marchand génois est arrêté à Abydos par un officier byzantin ; il comprenait du kermès, de la soie brute, deux pièces de samit et des variétés inférieures de tissus ; il faisait route vers Constantinople, peut-être en provenance de Chypre, selon David Jacoby77. Un privilège de 1203 de Bohémond III, prince d’Antioche et comte de Tripoli, accorde aux Génois la liberté de commercer à Tripoli, d’y posséder des maisons et d’avoir leur curia, sauf aux Génois qui étaient déjà bourgeois du royaume de Jérusalem, du comté de Tripoli, de la principauté d’Antioche ou de Chypre (exceptis Ianuensibus et omnibus Ianuensium filiis, qui erunt burgenses regni Ierusalem vel comitatus Tripolis vel principatus Antiochie sive Cypri)78. Le 11 mai 1205, Ottobono Bercerio conclut à Gênes une societas avec Aimelina, veuve d’Idone de Pallo, Guglielmo Manento et Ogerio de Pallo, fils d’Idone, qui apportent 222 livres de Gênes, lui-même fournissant 111 livres, pour faire du commerce en Syrie et à Chypre (per riveiram Solie et in Cipri). Ottobono porte aussi dans ce voyage 60 livres de son propre argent, non investies dans la société, et a le droit de conclure d’autres commende. Il rendra des comptes à Gênes à son retour79. Des marchands vénitiens et pisans, un autre de Beyrouth, un de Crète, et un employé d’un marchand musulman, sont partis de Beyrouth pour négocier en Egypte après avoir fait escale à Chypre, où ils ont chargé des marchandises. Au moment de repartir d’Egypte, ils furent retenus sous prétexte qu’ils étaient de Chypre et durent rester une année à Alexandrie ; leurs marchandises furent alors perdues. En 1208, ils envoient une pétition au sultan al-Adil, pour invoquer sa clémence80.

  • 81 Archivio di Stato di Genova (A.S.G.), Notai antichi, cart. 20, (notaire Simeone de Flacono) respec (...)
  • 82 Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen Âge, éd. L. Blancard, Marseille 1884, réim (...)
  • 83 A.S.G., Notai antichi, cart. 29, f. 33.

32En 1237, plusieurs actes génois montrent un investissement pour un voyage outre-mer : le 8 août, Baiamons bancherius reconnaît avoir reçu en commenda de Giovanni Gafa, drapier, 23 livres de Gênes pour un voyage Ultramare, Alepo et Cipri et riperiam Syrie. Le 15 août, Pietro de Nogeria reçoit en commenda de Simona, épouse d’Anfossio de Monte Rubeo, 100 livres, dont seulement 3 livres et 10 sous et demi sont à elle, le reste étant à son mari, pour les porter Ultramare et Ripariam Syrie, usque Alepo et Cipri et Turchia et Alexandria. Le même jour, Giacomo Grillo de Platea Lunga reconnaît avoir reçu en commenda d’Oglerio de Crespa 20 livres de Gênes appartenant aux héritiers de feu Giovanni Margoni, pour le même voyage (Ultramare, Riparia Syrie, Cipro et Aleppo, in Turchiam)81. Il faut ensuite mentionner les 17 contrats passés à Marseille, en 1248, devant le notaire Girault Amalric, en direction de Chypre ; ils sont tous en relation avec la croisade de Louis IX et concernent trois bateaux différents82. En 1253, Idetus Alpanis reçoit en commenda d’Albertino de Flisco, fils d’Ugo de Flisco, 100 livres de Gênes à porter outre-mer et où Dieu l’enverra ; il a la possibilité d’envoyer des marchandises avant ou après lui, per ripariam Syrie, Cipri, Aleppe83.

  • 84 L. Balletto, Fonti notarili genovesi del secondo Duecento per la storia del regno latino di Gerusa (...)
  • 85 Dans un acte du 30 septembre 1258, Giovannino de Turre déclare à Manfredo, pelliparius, avoir reçu (...)

33À partir de la seconde moitié du xiiie siècle, les contrats se multiplient. Mais les actes commerciaux passés à Chypre ou concernant l’île sont très peu nombreux à Venise, car peu de minutes ou de grosses ont été conservées ; à Gênes, où la richesse des archives notariales est bien connue, même pour le xiiie siècle, il est plus étonnant de ne trouver que très peu de mentions de Chypre, alors que l’on sait que les Génois ont obtenu des privilèges en 1218 et en 1232, ce dernier en récompense de leur appui lors des opérations militaires aux côtés du roi Henri. Mais le nombre assez important de contrats commerciaux à destination de l’outre-mer autorise à mon avis à envisager l’arrêt à Chypre des navires avec leurs marchandises, surtout lorsque les notaires emploient une formule aussi vague que in viagio ultramaris et deinde quo Deus melius administraverit84 ; les contrats commerciaux n’ont que rarement pour but Chypre, peut-être parce que la consommation locale n’offre pas encore de perspectives suffisantes, peut-être plutôt parce que les profits du commerce avec Acre sont encore très importants et que ce dernier port reste incontournable pour l’approvisionnement en produits orientaux. On se livre à Chypre à un commerce d’occasion, avec les ressources locales ; l’île est encore avant tout un lieu de ravitaillement en denrées alimentaires, un peu aussi en soieries ou en draps85. Ce n’est qu’avec la croisade de saint Louis, le développement commercial du royaume arménien de Cilicie et la création du port de L’Aïas, puis la reconquête progressive des ports de Syrie-Palestine par les Mamelouks, que Chypre prend de l’importance. Mais nous sortons alors du cadre chronologique de notre sujet.

CONCLUSION

34Par sa position géographique, Chypre s’est trouvée entraînée au xiie siècle dans le grand mouvement des croisades qui l’a définitivement rattachée au destin des régions de Cilicie et Syrie-Palestine. Politiquement et économiquement elle en est le prolongement ; sa conquête s’est réalisée à un moment particulièrement difficile pour les Francs de Terre sainte, après la défaite de Hattîn, et elle a été vue par la papauté comme un secours nécessaire pour la « province orientale ». Son détachement définitif de Byzance a certainement été rendu possible par la faiblesse du pouvoir impérial à Constantinople au moment de la conquête et de l’avènement de l’Empire latin. Avant 1191, les documents ne montrent pas de présence latine qui aurait pu affaiblir l’île. Des Occidentaux, mercenaires, marchands en provenance de la péninsule italienne, pèlerins, des Latins en général, ont fréquenté Chypre et certains s’y sont installés. Leur présence, du moins dans les derniers temps avant la conquête, est peut-être plus importante qu’on ne l’a imaginé jusqu’à présent, si l’on en croit la liste des possessions vénitiennes ; ce fait pourrait être la conséquence des conquêtes de Saladin et de la nécessité pour les marchands de s’établir ailleurs.

35Après 1191, on assiste à un renforcement très net de l’élément latin : des marchands venus surtout des républiques maritimes italiennes, de Marseille et de Montpellier ; ils sont soumis à la noblesse franque qui détient le pouvoir politique et militaire et établit les lois dont les marchands vont chercher à s’émanciper. Comme à l’époque byzantine, les Italiens restent soumis à un autre pouvoir politique ; aucune république maritime ne dispose d’un quartier permettant un regroupement de ses membres, qui pourraient menacer le pouvoir royal. On ne saurait malheureusement mesurer exactement les changements économiques survenus après la conquête, les documents chiffrés sont trop rares. Les quelques indices que nous possédons montrent cependant que l’occupation latine de Chypre n’a pas modifié les tendances observées du temps de la domination byzantine : l’île reste attachée à l’aire économique Cilicie-Syrie-Palestine, et joue un rôle d’escale.

Notes

1 Ce thème a fait l’objet d’une thèse de doctorat d’A. Nicolaou-Konnari, The Encounter of Greeks and Franks in Cyprus in the Late Twelfth and Thirteenth Centuries, Phenomena of Acculturation and Ethnic Awareness, soutenue à Cardiff en 1999 (à paraître).

2 Sur l’histoire de Chypre, voir L. De Mas Latrie, Histoire de l’île de Chypre sous le règne des princes de la maison de Lusignan, 3 vol. , Paris 1852-1861, qui ne considère que la période franque, sans retour sur la période byzantine antérieure ; G. Hill, History of Cyprus, 1 et 2, Cambridge 1948, rééd. 1952, pour la période qui nous intéresse ; P. W. Edbury, The Kingdom of Cyprus and the Crusades, Cambridge 1991 ; ’Iστορία τῆς Ḳύπρου, éd. Th. Papadopoulos, 4 et 5 (pour la période franque et vénitienne), Nicosie 1998 ; le volume sur la période byzantine est en cours de publication. Voir également l’ouvrage de A. Dèmosthenous, H Bυζαντινή Ḳύπρος (965-1191), Thessalonique 2002, dont je n’avais pas pu prendre connaissance au moment de la rédaction de cet article.

3 C. Mango, Chypre, carrefour du monde byzantin, xve Congrès International d’Études byzantines, rapports et co-rapports, V/5, Athènes 1976, p. 3-13 ( = Byzantium and its Image, Londres 1984, XVII).

4 É. Malamut, Les îles de l’empire byzantin, 2 vol. , Paris 1988 (Byzantina Sorbonensia 8).

5 J.-Cl. Cheynet, Chypre à la veille de la conquête franque, Les Lusignans et l’Outre-Mer, Poitiers 1993, p. 67-77.

6 Iohannis Scylitzae Synopsis Historiarum, éd. I. Thurn, Berlin-New York 1973 (CFHB 5), p. 429 ; cf. Mango, Chypre, carrefour, cité supra n. 3, p. 10, et J.-Cl. Cheynet, Pouvoir et contestations à Byzance (963-1210), Paris 1990 (Byzantina Sorbonensia 9), p. 56, 410.

7 Anne Comnène, Alexiade, éd. B. LEIB, 3 vol. , Paris 1939-1945 (Collection byzantine), 2, p. 162, 164 ; cf. Mango, Chypre, carrefour, p. 10-11, et Cheynet, Pouvoir et contestations, cité note précédente, p. 153 et 410.

8 Cheynet, Pouvoir et contestations, passim.

9 Mango, Chypre, carrefour, p. 12-13.

10 Anne Comnène, Alexiade, cité supra n. 7, 3, p. 44 ; cf. C. Otten-Froux, Les Pisans en Chypre au Moyen Âge, Πρακτικά τοῦ δευτέρου διεθνοῦς Κυπριολογικού συνεδρίου 2, Nicosie 1986, ρ. 127-128.

11 Willelmi Tyrensis archiepiscopi Chronicon, éd. R. Β. C. Huygens, Turnhout 1986 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis 63), ch. XII, 22, p. 573-574 (désormais Guillaume De Tyr) ; M.-L. Favreau-Lilie, Die ltaliener im Heiligen Land, Amsterdam 1989, p. 141-142 ; Foucher De Chartres, Hisioria Hierosolymilana. Gesta Francorum Iherusalem peregrinantium, RHC Occ., 3, Paris 1866, p. 452.

12 Sur la géographie de l’île et ses ressources, voir G. Grivaud, Villages désertés à Chypre (fin xiie-fin xixe siècle), Nicosie 1998 (Μελέτοα και ’Υπομνήματα 3), ch. 1. Sur les conditions agricoles, voir J. Richard, Une économie coloniale ? Chypre et ses ressources agricoles au Moyen Âge, Byz. Forsch. 9, 1976, p. 331-354; ID., Agriculture in the Kingdom of Cyprus, A History of the Crusades, éd. K. M. Setton, 5, Madison 1985, p. 267-284, ne considère que l’époque franque ; A. Guillou, La géographie historique de l’île de Chypre pendant la période byzantine (ive-xiie s.), Matériaux pour une histoire de Chypre (ive-xxe s.), Paris 1998 (Études Balkaniques. Cahiers Pierre Belon 5), p. 10-32, ainsi que les aperçus dans HILL, History of Cyprus, cité supra n. 2, MALAMUT, Les îles, cité supra n. 4, et Cheynet, Chypre à la veille de la conquête franque, cité supra n. 5.

13 Au xiie siècle, les arsenaux de Constantia et de Limassol construisaient de petits navires de commerce et des barques pour le trafic entre Chypre et la côte syrienne. Cf. Al Idrisi, Géographie, trad. A. JAUBERT, 2, p. 30, cité par Guillou, La géographie historique, cité note précédente, p. 13.

14 IBN Hauqal, Configuration de la terre, trad. J.-H. KRAMERS, G. WIET, Paris 1965, p. 199, cité par GUILLOU, La géographie historique, p. 14.

15 D. Jacoby, Silk in Western Byzantium before the Fourth Crusade, BZ 84-85, 1991-1992, p. 452-500, ici, p. 495-496.

16 Voir le texte de l’archevêque Nicolas Mouzalôn, Ή παραίτησις τοῦ Νικολάου τοῦ Μουζάλωνος ἀπό τῆς ’Αρχιεπισκοπῆς Κύπρου, éd. S. DOANIDOU, ’Ελληνικά 7, 1934, p. 109-150.

17 Κ. HORNA, Das Hodoiporikon des Konstantin Manasses, BZ 13, 1904, p. 337, d’après MANGO, Chypre, carrefour, p. 10-11.

18 Cheynet, Chypre à la veille de la conquête franque, p. 69 ; Chronique de Michel le Syrien, patriarche jacobite d’Antioche (1166-1199), éd. J.-B. Chabot, Paris 1889-1924, réimpr. 1963, p. 315 ; Guillaume De Tyr, cité supra n. 11, ch. XVIII, 33, p. 858-859 : Chypre n’y est pas citée nommément, seules les terres de l’empereur sont évoquées (regiones imperatoris tam que in insulis erant quant que in terra mari contermina).

19 Arnold De Lubeck, Chronica Slavorum, MGH, Scriptores, 21, p. 178 ; R.-J. Lilie, Handel und Politik zwischen dem byzantinischen Reich und den italienischen Kommunen Venedig, Pisa und Genua in der Epoche der Komnenen und der Angelot (1081-1204), Amsterdam 1984, p. 127, et Cheynet, Chypre à la veille de la conquête franque, p. 70-71.

20 Nicetae Choniatae Historia, éd. J. Van Dieten, Berlin 1975 (CFHB 11), p. 138 ; Ioannis Cinnami Epitome rerum ab loanne et Alexio Comnenis gestarum, éd. A. Meineke, Bonn 1836 (CSHB), p. 250.

21 Sur les rapports de Chypre byzantine avec les croisés, voir R.-J. Lilie, Byzanz und die Kreuzfahrerstaaten, Munich 1981 (Poikila Byzantina 1); A. Savvidès, The consolidation of Byzantine power in Cyprus on the eve of the first crusade and the first décades of the empire’s relations with the crusaders, Cyprus and the Crusades, éd. N. Coureas, J. Riley-Smith, Nicosie 1995, p. 3-17.

22 Albert D’aix, Historia Hierosolymitana, RHC Occ, 4, p. 489; cf. A History of the Crusades, éd. K. M. Setton, 1, Madison 1969, p. 313.

23 Guibert De Nogent, Dei Gesta per Francos, éd. R. B. C. HUYGENS, Turnhout 1996 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis 127A), ch. 4, 493, p. 184.

24 Anne Comnène, Alexiade, 3, p. 35, 39.

25 Albert D’aix, Historia Hierosolymitana, cité supra n. 22, p. 671.

26 Nicetae Choniatae Historia, cité supra n. 20, p. 161.

27 Une liste des administrateurs et des hommes d’Église byzantins se trouve dans le livre de Malamut, Les îles, p. 506-513.

28 LILIE, Byzanz und die Kreuzfahrerstaaten, cité supra n. 21.

29 Voir les cartes dressées par Malamut, Les îles, p. 661-663.

30 C. Galatariotou, The Making of a Saint. The Life, Times and Sanctification of Neophytos the Recluse, Cambridge 1991, p. 54. Pour saint Lietbert, voir aussi HILL, History of Cyprus, 1, p. 297 (la vie du saint a été racontée par l’abbé Nicolas de Thingeyrar) ; pour Erik de Danemark, ibid., p. 304, voir les références aux sources ; pour Welf de Bavière, Albert D’aix, Historia Hierosolymitana, p. 583.

31 A History of the Crusades, éd. Setton, cité supra n. 22, 1, p. 503, n. 33.

32 Παράλιος Κυπριακός Χώρος = αποδελτίωση πηγών καί καταγραφή μνεμείων (μέσα 11ου-τέλη Που αι.), Athènes 1982, ρ. 135 ; Saewulf, Peregrinationes tres. Saewulf John of Wurzburg, Theodericus, éd. R. B. C. Huygens, Turnhout 1994 (Corpus Christianorum. Continuatio Mediaevalis 139), p. 61, 76.

33 C. D. Cobham, Excerpta Cypria. Materials for a History of Cyprus, Cambridge 1908, p. 13-14.

34 Ibid., p. 5, et Benjamin Of Tudela, Itinerary, éd. M. N. Adler, Londres 1907, p. 14-15.

35 Voir plus haut et n. 10.

36 Hill, A History of Cyprus, 1, p. 266, citant l’abbé islandais Nicholas of Thingeyrar qui visita l’île vers 1150.

37 La continuation de Guillaume de Tyr (1184-1197), éd. M. R. Morgan, Paris 1982, § 1 Π115, p. 115-117, trad. anglaise par P. W. Edbury, The conquest of Jerusalem and the Third Crusade, Aldershot 1996, p. 101-102.

38 Benoît De Peterborough, Gesta Henrici II et Ricardi I, trad. dans Cobham, Excerpta Cypria, cité supra n. 33, p. 6. Pour une comparaison des différents récits concernant la conquête de Chypre, voir A. Nicolaou-Konnari, The Conquest of Cyprus by Richard the Lionheart and its Aftermath : a Study of Sources and Legend, Politics and Attitudes in the Year 1191-1192, ’Eπετηρις του Κέντρου ’Επιστημονικών ’Ερευνών [Λευκωσία] 26, 2000, ρ. 25-123.

39 Le fait qu’il parle grec ne signifie pas obligatoirement qu’il a résidé longtemps à Chypre, il a pu l’apprendre en Italie du Sud ou en Sicile où cette langue était parlée par endroits.

40 G. Bertolotto, Nuova serie di documenti sulle relazioni di Genova con l’impero byzantino, Atti della Società Ligure di Storia Patria (A.S.L.S.P.) 28, 1897, p. 402-404 ; cité par S. ORIGONE, Bisanzio e Genova, Gênes 1992, p. 65.

41 R. Morozzo Della Rocca, A. Lombardo, Documenti del commercio veneziano nei sec. XI-XIII, 2 vol. , Turin 1940, doc. 74.

42 Ibid., doc. 82.

43 Ibid., doc. 455.

44 Ibid., doc. 373. Sur les différents qualificatifs des besants, voir T. Bertelè, Numismatique byzantine, éd. française mise à jour et augmentée de planches par C. Morrisson, Wetteren 1978, p. 105-106.

45 N. Coureas, Western merchants and the ports of Cyprus up to 1291, Proceedings of the International Symposium, Cyprus and the Sea, Nicosia 25-26 September 1993, Nicosie 1995, p. 255-261.

46 D. Abulafia, The two Italies, Cambridge 1977, passim ; voir en particulier les tableaux.

47 Selon l’hypothèse de Lilie, Handel und Politik, cité supra n. 19, p. 375.

48 G. L. F. Tafel, G. M. Thomas, Urkunden zur alteren Handel- und Staatsgeschichte der Republik Venedig mit besonderer Beziehung auf Byzanz. und die Levante, Vienne 1856, 1, p. 114-124 ; I trattati con Bisanzio, 992-1198, éd. M. Pozza, G. Ravegnani, Venise 1993 (Pacta Veneta 4), p. 60-65.

49 D. Jacoby, Italian Privileges and Trade in Byzantium before the Fourth Crusade: a Reconsideration, Anuario de estudios medievales 24, 1994, p. 349-369.

50 F. Thiriet, Délibérations des assemblées vénitiennes concernant la Romanie, vol. I, Paris-La Haye 1966, doc. 58, p. 94 ; Le deliberazioni del Consiglio dei Rogati, série « Mixtorum », éd. R. CESSI, P. SAMBIN, Venise 1960, p. 55-57.

51 G. Muller, Documenti sulle relazioni delle cità toscane coll ’Oriente cristiano e coi Turchi fino all’anno MDXXXI, Florence 1879, réimpr. Rome 1966, p. 44.

52 Chrysobulle d’octobre 1155, dans Bertolotto, Nuova serie di documenti, cité supra n. 40, p. 343-347 ; I libri Iurium della Repubblica di Genova, éd. D. Puncuh, A. Rovere, S. Dellacasa, E. Madia, M. Bibolini, E. Pallavicino, 9 vol. , Gênes 1992-2002, doc. 181.

53 L’Estoire de Eracles empereur et la conqueste de la Terre d’Outremer, RHC Occ, 2, Paris 1859, p. 163-164.

54 J.Richard, Les révoltes chypriotes de 1191-1192 et les inféodations de Guy de Lusignan, Montjoie. Studies in Crusade History in Honour of Hans Eberhard Mayer, éd. Β. Z. Kedar, J. Riley-Smith, R. Hiestand, Aldershot 1997, p. 123-128.

55 Sur l’installation de l’Église latine, voir N. Coureas, The Latin church in Cyprus, 1195-1312, Aldershot 1997. Sur l’installation des Francs, voir Edbury, The Kingdom of Cyprus, cité supra n. 2, ainsi que ’Ιστορία τῆς Κύπρου, éd. Papadopoullos, cité supra n. 2, vol. 4.

56 PL 214, col. 417-418 ; J. Delaville Le Roulx (éd.), Cartulaire général de l’Ordre des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem (1100-1310), 1, Paris 1894, n° 1044 en date du 20 novembre 1198, renouvelé le 2 décembre (ibid., n° 1048).

57 A. H. S. Megaw, Cyprus: military architecture, A History of the Crusades, éd. Setton, 5, p. 196-207; K. Molin, Fortifications and Internal Security in the Kingdom of Cyprus, 1191-1426, From Clermont to Jerusalem. The Crusades and Crusader Societies (1095-1500), éd. A. Murray, Turnhout 1998, p. 185-199.

58 A. H. S. Megaw, A Castle in Cyprus attributable to the Hospital?, The Military Orders. Fighting for the Faith and Caring for the Sick, éd. M. Barber, Aldershot, 1994, p. 42-51; J. Rosser, The Lusignan Castle at Paphos called Saranda Kolones, Western Cyprus, Connections. An archaeological symposium at Brock University, march 1986, éd. D. W. RUPP, Göteborg 1987, p. 185-198; A. H. S. Megaw, J. ROSSER, A Watchtower before Paphos Castle, Report of the Department of Antiquity of Cyprus, 2001, p. 319-334.

59 PL 214, col. 809-810.

60 Ibid., col. CXXIII-CXXV. R. Röhricht, Regesta Regni Hierosolymitani, Innsbruck 1893-1904, réimpr. New York 1960, n° 782 ; Röhricht date la lettre de mars-avril 1201.

61 Edbury, The Kingdom of Cyprus, p. 18-19 et 39-41.

62 Morgan, La continuation de Guillaume de Tyr, cité supra n. 37, p. 150-151.

63 Muller, Documenti, cité supra n. 51, doc. 73, p. 108-109.

64 Mas Latrie, Histoire, cité supra n. 2, 2, p. 102-108 ; autre édition dans G.-Μ. Thomas, Diplomatarium Veneto-Levantinum, Venise 1880, p. 42-45.

65 L. De Mas Latrie, Nouvelles preuves de l’histoire de Chypre, Bibliothèque de l’École des Chartes 34, 1873, p. 34-36. Voir aussi D. Jacoby, The Rise of a New Emporium in the Eastern Mediterranean: Famagusta in the Late Thirteenth Century, Μελέται και ’Υπομνήματα 1, Nicosie 1984, p. 165-166.

66 D. Forges Davanzati, Dissertazione sulla seconda moglie del re Manfredi e su loro figliuoli, Naples 1791, doc. 7.

67 Respectivement pour le privilège de la reine Alice de 1218 : Mas Latrie, Histoire, 2, p. 39, et I Libri lurium della Repubblica di Genova, cité supra n. 52, n° 348. Pour le privilège de 1232 : MAS LATRIE, Histoire, 2, p. 51 -56 et I Libri lurium della Repubblica di Genova, n° 351. Le privilège est mentionné également par Philippe de Novare dans son récit de la guerre de Frédéric II en Orient : Fii.Ippo Da Novara, Guerra di Federico II in Oriente (1223-1242), éd. S. Melani, Naples 1994, p. 180.

68 Mas Latrie, Histoire, 1, p. 315 ; cf. H. E. Mayer, Marseilles Levanthandel und ein akkonensisches Fälscheratelier des 13. Jahrhunderts, Tübingen 1972, p. 193-194.

69 C. Desimoni, Quatre titres des Génois à Acre et Tyr, A.O.L. 2, Paris 1884, p. 213-230.

70 G. Thomas, Ein Bericht über die ältesten Besitzungen der Venezianer auf Cypern, Sitzungsberichte der philosophisch-philologischen und historischen Classe der königlich bayerischen Akademie der Wissenschaften. Munich 1878, p. 144-157 ; E. Papadopoulou, Οί πρώτες εγκαταστάσεις Βενετών στην Κύπρο, Σύμμεικτα 5, 1983, ρ. 303-332 ; Ο. Berggotz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, Francfort-sur-le-Main 1991 (Kieler Werkstücke, Reihe C, Beiträge zur europäischen Geschichte des frühen und hohen Mittelalters 2).

71 Sur la question de la datation voir Berggôtz, Der Bericht des Marsilio Zorzi, introduction (cité note précédente).

72 Ibid., p. 191.

73 Que condam antiquitus Veneti et comune Venecie habuerunt vel habent et eis pertinuerunt in insula Cipri : ibid., p. 184.

74 Cf. n. 62.

75 Papadopoulou, Oἱ πρῶτες ἐγκαταστάσεις, cité supra n. 70, p. 303-308 ; S. V. Bliznjuk, Die Venezianer auf Zypern im 13. und in der ersten Hälfte des 14. Jahrhunderts, BZ 84-85, 1991-1992, p. 441-451 ; Richard, Les révoltes chypriotes de 1191-1192, cité supra n. 54 ; T. Papacostas, Secular Landholdings and Venetians in 12th Century Cyprus, BZ 92, 1999, p. 479-501.

76 Ibid., p. 487-497.

77 Jacoby, Silk in Western Byzantium, cité supra n. 15, p. 495-496. Le renseignement provient des instructions données le 4 mai 1201 à l’envoyé génois Ottobone della Croce chargé de réclamer à l’empereur réparation pour les dommages subis. Le texte mentionne un nom jusque-là inconnu pour la provenance du navire ; les arguments avancés par D. Jacoby en faveur d’une origine chypriote du bateau ne me paraissent pas entièrement convaincants, pour une époque où l’île était déjà depuis 10 ans aux mains des Latins.

78 R. Röhricht, Amalrich I., König von Jerusalem (1162-1174), Mittheilungen des Instituts fur oesterreichische Geschichtsforschung 12, 1891, p. 489.

79 Giovanni de Guiberto (1200-1211), éd. M. W. Hall-Cole, H. G. Krueger, R. G. Reinert, R. L. Reynolds, Turin 1939, p. 536-537, doc. 1153 (Notai liguri del sec. XII, 5).

80 M. Amari, I diplomi arabi del R. Archivio florentine, Florence 1863, p. 70.

81 Archivio di Stato di Genova (A.S.G.), Notai antichi, cart. 20, (notaire Simeone de Flacono) respectivement f. 224v, 226v-227, 227v.

82 Documents inédits sur le commerce de Marseille au Moyen Âge, éd. L. Blancard, Marseille 1884, réimpr. Genève 1978, 2, doc. 383, 393, 410, 426, 432, 434, 435, 446, 452, 465, 490, 549, 565, 727, 728, 777, 878.

83 A.S.G., Notai antichi, cart. 29, f. 33.

84 L. Balletto, Fonti notarili genovesi del secondo Duecento per la storia del regno latino di Gerusalemme, I comuni italiani nel regno crociato di Gerusalemme, éd. G. Airaldi, B. Z. Kedar, Gênes 1986, p. 175-279, ici p. 231, pour l’année 1269.

85 Dans un acte du 30 septembre 1258, Giovannino de Turre déclare à Manfredo, pelliparius, avoir reçu les marchandises que son frère Crescembono de Turre avait déposées près de Pietrobono de Campello, neveu de Manfredo in partibus ultramarinis ; parmi ces marchandises, 2 draps de Chypre (Balletto, Fonti notarili genovesi, cité note précédente, p. 192, n. 52).

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540