Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Byzance et le monde extérieur

 | 
Michel Balard
, 
Élisabeth Malamut
, 
Jean-Michel Spieser
, 
et al.

Les Occidentaux dans les villes de province de l’Empire byzantin

Les Latins dans les villes de Romanie jusqu’en 1261 : le versant méditerranéen des Balkans*

David Jacoby

Texte intégral

  • * DCV = Documenti del commercio veneziano nei secoli XI-XIII, éd. R. Morozzo della Rocca, A. Lombard (...)
  • 1 Cette étude constitue une version remaniée et amplifiée de celle présentée à une séance du Congrès (...)
  • 2 Elle résulte de la répartition du thème général entre plusieurs participants à la séance selon un (...)

1L’objet de cette brève étude est de retracer dans leurs grandes lignes l’activité économique, l’immigration et l’établissement des Latins dans les villes situées sur le versant méditerranéen de la région balkanique dans la période qui s’étend du xe siècle à 12611. La délimitation du sujet est artificielle, tant sur le plan géographique que chronologique2. En effet, la région qui nous concerne ici ne constituait pas une unité politique ou économique particulière, ni dans la période précédant la Quatrième Croisade, quand elle était entièrement comprise dans l’Empire byzantin, ni par la suite, quand elle fut morcelée en plusieurs unités politiques. En outre, l’année 1261, date de la reconquête byzantine de Constantinople, ne reflète pas une coupure ou un tournant dans l’évolution des Balkans.

  • 3 J. H. Pryor, Commerce, Shipping and Naval Warfare in the Medieval Mediterranean, Londres 1987, p.  (...)

2Les sources des xe et xie siècles relatives aux Occidentaux dans les villes de l’Empire éclairent surtout les rapports commerciaux entre l’Italie et Constantinople. Même après 1060, fort peu d’entre elles se réfèrent aux côtes ou aux villes balkaniques, malgré la fonction importante des unes et des autres due à leur position géographique. En effet, jusqu’à la seconde moitié du xiie siècle la navigation côtière était de règle et, à défaut, les navires avançaient d’une île à l’autre dans la traversée de grandes étendues d’eau. La voie maritime reliant l’Italie à Constantinople longeait les côtes des Balkans, et c’est à partir de celles du Péloponnèse que les bateaux, en traversant l’Egée, atteignaient l’Asie Mineure, le Levant et l’Egypte3. Les provinces balkaniques de l’Empire étaient donc fermement intégrées dans des réseaux commerciaux et maritimes amples et complexes débordant le cadre de la Romanie. Le trafic dans le cadre de ces réseaux impliquait l’approvisionnement en eau et en vivres et des transactions commerciales dans les escales, ainsi que le transport de passagers et de marchandises d’une localité à l’autre. Ces opérations étaient indispensables afin de rentabiliser les voyages.

  • 4 D. Jacoby, Silk crosses the Mediterranean, Le vie del Mediterraneo. Idee, uomini, oggetti (secoli (...)
  • 5 Cf. M. Balard, Amalfi et Byzance (xe-xiie siècles), TM 6, 1976, p. 87-92 ; V. Von Falkenhausen, Il (...)
  • 6 Nouvelle éd. par M. Pozza, G. Ravegnani, I trattati con Bisanzio, 992-1198, Venise 1993 (Pacta ven (...)
  • 7 Liutprand v. Cremona, Opéra, éd. J. Becker, Hanovre-Leipzig 1915 (MGH, Scriptores rerum germanicar (...)
  • 8 Cf. V. Von Falkenhausen, Bari bizantina : profilo di un capoluogo di provincia (secoli ix-xi), Spa (...)

3Venise et Amalfi dominèrent jusque vers la fin du xie siècle les échanges commerciaux entre l’Italie et Constantinople, transitant dans les ports balkaniques. Les Vénitiens vendaient des soieries byzantines aux foires de Pavie dès les dernières décennies du ixe siècle, sinon avant, et la participation des Amalfitains à l’exportation de ces tissus est attestée dès la première moitié du siècle suivant4. Des Amalfitains étaient établis à Constantinople en 9445. La bulle des co-empereurs Basile II et Constantin VIII en faveur de Venise, rédigée en 992, révèle le rôle important des navires vénitiens dans le transport des habitants et cargaisons d’Amalfi, de Bari et d’autres localités de l’Italie byzantine entre le versant adriatique de cette région et Constantinople6. Gaète et Bari participaient également au trafic entre l’Italie et la capitale byzantine dès le milieu du xe siècle7. En 1062 trois navires de Bari en route vers Constantinople coulaient au large du cap Malée, à la pointe sud-est du Péloponnèse, tandis qu’en 1067 des pirates musulmans capturaient une autre embarcation de Bari dans ces parages8.

  • 9 DCV, doc. 2; S. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as P (...)
  • 10 D’après une lettre de la Guenizah du Caire: Be-malkhut Yishma’el bi-tequfat ha-geonim [= In the Ki (...)
  • 11 DCV, doc. 11, témoignage de l’année suivante.
  • 12 Cf. Von Falkenhausen, Bari bizantina, cité supra n. 8, p. 211-212; C. Foss, The Lycian Coast in th (...)

4Les navires occidentaux longeaient également les côtes du Péloponnèse pour gagner la Crète, dont ils exportaient les produits, en particulier le fromage, à partir de la première moitié du xie siècle. Les Vénitiens ayant fait escale dans l’île traversaient ensuite l’Égée en direction de Constantinople ou de l’Égypte, selon des témoignages datant respectivement de 1022 et des années soixante du xie siècle9. En 1062 des Génois embarquaient en Crète des marchandises destinées à Alexandrie10. Un navire vénitien rentrant d’Égypte avec de l’alun mouillait en 1071 à Modon, port du sud-ouest du Péloponnèse11. Il en fut de même de celui de Bari qui, en 1087, revenant d’Antioche, transportait les restes de saint Nicolas, enlevés par des marchands à Myra, dans le sud de l’Asie Mineure, pour les ramener dans leur ville12. Les Occidentaux semblent avoir emprunté régulièrement ces itinéraires dès la seconde moitié du xie siècle, sinon plus tôt.

  • 13 DCV, doc. 12, témoignage de l’année suivante; cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium before the (...)
  • 14 A. Ducellier, La présence latine sur les côtes albanaises du xie au xiiie siècle : modalités et co (...)

5Leur intégration dans les réseaux commerciaux et maritimes de Byzance, orientés en grande partie vers l’approvisionnement de l’Empire, en particulier celui de Constantinople, était déjà passablement établie à cette époque. En effet, certains d’entre eux avaient étendu leur activité en pénétrant dans l’arrière-pays à partir des ports balkaniques. Dès avant 1071 des Vénitiens passaient par Corinthe pour atteindre Thèbes, devenue le plus grand centre de manufacture de soieries dans les provinces occidentales de l’Empire13. Dyrrachion (Durazzo) servait à la fois d’escale maritime et de base d’opération à l’intérieur, riche en denrées alimentaires. En 1081 elle était la seule ville de l’Empire, hormis Constantinople et Thessalonique, à compter des Occidentaux parmi ses habitants, mais on ne peut pas déterminer si les Vénitiens et les Amalfitains y résidaient dans un quartier compact14.

  • 15 ID., Italian Privileges and Trade in Byzantium before the Fourth Crusade: A Reconsideration, Anuar (...)

6L’accroissement de la demande à l’intérieur de l’Empire, en particulier à Constantinople, ainsi qu’en Occident à partir du début du xie siècle, conduisit à l’intensification des échanges en Méditerranée orientale et à l’établissement d’un réseau triangulaire reliant l’Occident, Byzance et le Proche-Orient entre eux. Le trafic dans le cadre de ce réseau prit encore plus d’ampleur après l’établissement des États croisés au Levant vers 1100, qui stimula l’expansion du commerce de l’Occident avec cette région et l’Égypte au cours du xiiie siècle. Les marchands occidentaux contribuèrent de manière décisive à ce processus, favorisé entre autres par les privilèges que les principales puissances maritimes occidentales, Venise, Pise et Gênes, obtinrent dans l’Empire, respectivement à partir de 1082, 1111 et 1155, ainsi que dans les États de l’Orient latin et l’Égypte15.

  • 16 Cf. note précédente et A. E. Laiou, Byzantine Traders and Seafearers, The Greeks and the Sea, éd. (...)
  • 17 Jacoby, Silk in Western Byzantium, cité supra n. 13, p. 462, 495 (avec référence à la datation du (...)
  • 18 Ibid., p. 462-464, 466-468, 478-479, 490-500. Un voyage à Alexandrie à partir de Corinthe, le port (...)
  • 19 DCV, doc. 65, 358, 360, 361 ; Nuovi documenti del commercio veneto dei sec. xi-xiii, éd. A. Lombar (...)
  • 20 Stefano Capello y possédait un cellier et faisait le commerce du vin vers 1150 : cf. D. Jacoby, Mi (...)
  • 21 ID., Byzantine Crete, cité supra n. 10, p. 525-529, 533-536.
  • 22 Ibid., p. 531-532.

7Les provinces balkaniques de l’Empire étaient fermement insérées dans le réseau triangulaire mentionné plus haut. Les Occidentaux y étendirent leurs opérations16. Ils achetaient les produits locaux aux grands propriétaires fonciers et aux marchands en gros byzantins pour les revendre ailleurs et servaient d’intermédiaires dans le commerce et les transports entre les marchés byzantins, ainsi qu’entre ces derniers et d’autres régions. Selon le Timarion, œuvre satirique byzantine rédigée vers 1110, des Italiens fréquentaient la foire annuelle de saint Démétrius, tenue aux portes de Thessalonique, et y vendaient des tissus17. Il s’agissait manifestement des soieries de Thèbes et de Corinthe. Notons que les Vénitiens étaient les seuls Occidentaux autorisés à acquérir à Thèbes certaines soieries de luxe, produites dans des ateliers dont l’activité était financée par des archontes locaux. Les Vénitiens vendaient également ces tissus à Constantinople, à Venise, vraisemblablement aussi en Égypte et en Sicile normande, du moins jusqu’en 1147 dans ce dernier territoire18. Des Vénitiens achetaient massivement aux archontes de Sparte de l’huile, qu’ils exportaient vers l’Égypte en 1135 et vers Constantinople en 1147 ou 1148 et en 117119, ainsi que du vin à Halmyros20. Les ports balkaniques bénéficiaient aussi, bien qu’indirectement, de l’intensification des exportations de produits crétois, en particulier le fromage, vers l’Italie, Constantinople, l’Orient latin et l’Egypte21. Vers 1135, alors que les navires de Gênes n’atteignaient pas encore la capitale de l’Empire, un marchand génois s’embarquait à destination de cette ville sur un navire de Bari qui, de toute évidence, fit escale dans des ports balkaniques22.

  • 23 Vue d’ensemble dans Jacoby, Italian Privileges, cité supra n. 15, p. 349-369.
  • 24 ID., The Byzantine Outsider in Trade (c.900-c. 1350), Strangers to Themselves: The Byzantine Outsi (...)
  • 25 S. Borsari, Venezia e Bisanzio nel xii secolo. I rapporti economici, Venise 1988, offre une vue d’ (...)
  • 26 DCV, doc. 166, 308, 379, et cf. note suivante.
  • 27 Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 471 et n. 101, 495 et n. 243. Les voyages par voie de terre (...)

8Il y a lieu de souligner qu’au xiie siècle, l’activité des marchands de Venise, Pise et Gênes dans l’Empire ne se développa pas simultanément, ni de manière parallèle23. Certes, le régime auquel étaient soumis les étrangers dans les provinces byzantines était plus souple qu’à Constantinople. Point de quartiers octroyés par les empereurs ou de limitation spatiale à la résidence, ni de restriction à l’acquisition de biens immobiliers24. Toujours est-il que les Vénitiens jouissaient de privilèges fiscaux et commerciaux bien plus étendus que ceux de leurs rivaux, même après les accords conclus par Pise et Gênes avec l’Empire en 1192. L’avantage des Vénitiens, particulièrement marqué dans les provinces, y privilégia leur activité dans les ports, leur pénétration à l’intérieur des terres, ainsi que leur établissement dans les principaux centres commerciaux des Balkans25. Ce commerce exigeait parfois de gros investissements. Vitale Voltani, attesté à Thèbes depuis 1164, conclut entre cette date et 1171 un contrat avec un marchand occidental de Constantinople pour un montant de mille hyperpères26. Les Vénitiens voyagaient également par voie de terre entre le Péloponnèse, Corinthe, Thèbes, proche de la Via Egnatia, Thessalonique et Constantinople, ainsi qu’il ressort de documents s’échelonnant de 1155 à 117127.

  • 28 Voltani réapparaît à Thèbes dès 1175 : cf. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 495-496.
  • 29 TTH, I, p. 246-278, en particulier 258-272 ; nouvelle éd. par Pozza et Ravegnani, I trattati con B (...)
  • 30 Borsari, Venezia e Bisanzio, cité supra n. 25, p. 34-42, 53 ; R.-J. Lilie, Handel und Politik zwis (...)
  • 31 Plusieurs cas dans Jacoby, Migrations familiales, cité supra n. 20, p. 360-362. Ajoutons un Véniti (...)

9En mars 1171 Manuel Ier fit arrêter tous les Vénitiens se trouvant dans l’Empire, mais certains réussirent à prendre la fuite. Les Vénitiens reprirent leur activité peu après, soit plus d’une dizaine d’années avant le rétablissement formel des rapports entre Venise et Byzance en 118728. Le commerce vénitien s’intensifia et s’étendit à travers les Balkans de Dyrrachion à Constantinople, ce que confirme le chrysobulle d’Alexis III qui, en 1198, énuméra les régions de l’Empire dans lesquelles les Vénitiens bénéficieraient de leurs privilèges29. Des colons vénitiens étaient installés à Dyrrachion, Sparte, Thèbes, Corinthe, ainsi qu’à Halmyros, Thessalonique et Rhaidestos, surnommée Rodosto par les Latins. Ces trois derniers ports étaient les débouchés maritimes respectifs des plaines de Thessalie, de Macédoine et de Thrace, riches en blé, et constituaient d’importantes escales sur la route entre Venise et Constantinople. Dans quelques-unes des localités mentionnées les Vénitiens possédaient leurs propres églises et monastères, ce qui suppose la présence continue d’un clergé latin30. Certains Vénitiens établis dans les villes balkaniques conduisaient des opérations commerciales conjointement avec des parents ou des associés établis dans la capitale de l’Empire, à Venise ou ailleurs31.

  • 32 Vue d’ensemble dans Jacoby, Italian Privileges, p. 365-368.
  • 33 S. Borsari, Pisani a Bisanzio nel xii secolo, Studi di storia pisana e toscana in onore del prof. (...)
  • 34 L’Eubée, reliée à la terre ferme par des ponts, doit être traitée ici. L’évolution de la présence (...)
  • 35 D. Jacoby, Benjamin of Tudela in Byzantium, Chryse Porta / Zlatyia Vrata: Essays presented to Ihor (...)
  • 36 Codice diplomatico della repubblica di Genova dai MCLXIII al MCLXXXX, éd. C. Impériale Di Sant’ang (...)
  • 37 Commerce de soie, soieries et kermès attesté en 1201 : JACOBY, Silk in Western Byzantium, p. 496-4 (...)
  • 38 Cf. P. Magdalino, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution des structures urbaines, Paris (...)
  • 39 Un navire amalfitain part en 1112 d’Halmyros vers Constantinople, un autre fait voile de Corinthe (...)

10Les Pisans et les Génois en route vers Constantinople, l’Orient latin et l’Égypte fréquentaient également les ports balkaniques, mais l’absence de privilèges dans les provinces de l’Empire jusqu’en 1192 y réduisait leurs opérations commerciales et leur présence32. Des Pisans étaient cependant installés à Halmyros et à Thessalonique dans la seconde moitié du xiie siècle. L’amélioration de leur condition en 1192 favorisa leur commerce dans le Péloponnèse où, peu avant 1201, trois d’entre eux servirent d’intermédiaires entre marchands locaux et vénitiens dans la vente d’une grosse quantité d’huile destinée à Constantinople33. Les Génois, cités dans plusieurs localités des Balkans, d’Andrinople à Avlona, transitaient par Halmyros et Euripos (Négrepont), ville principale de l’Eubée34. Un contrat commercial de 1157 et le témoignage du voyageur juif Benjamin de Tudèle, vers 1160, suggèrent un commerce génois plus ou moins régulier à Halmyros35. En 1171 un navire génois en route de Constantinople à Gênes fut incendié par les Vénitiens à Halmyros, à la défense de laquelle les Génois participaient, tandis qu’un autre fut saisi par eux à Euripos36. On ne trouve toutefois pas de Génois établis dans les villes balkaniques, sans nul doute à cause des conditions particulièrement défavorables dans lesquelles ils opéraient entre 1169 et 1192. Leur part dans l’approvisionnement du marché byzantin semble toutefois avoir augmenté après 119237. Quant aux Amalfitains, ils étaient présents à Constantinople jusqu’en 120438, mais leur rôle dans le commerce des provinces byzantines était devenu mineur, conséquence inéluctable de la concurrence des grandes puissances maritimes et de l’absence de privilèges semblables aux leurs. Ils semblent avoir concentré leur activité dans le transport maritime entre les ports balkaniques, sans toutefois s’y établir, ainsi qu’entre ces derniers et d’autres régions39.

  • 40 ID., Byzantine Crete, p. 533-536, 539, et sur la navigation en haute mer, ibid., p. 536-537, 540 ; (...)

11Le développement de la navigation en haute mer dans les dernières décennies du xiie siècle favorisa le rôle de la Crète comme escale entre l’Italie et les ports de la Méditerranée orientale et détourna une partie du trafic des côtes balkaniques. En particulier les navires génois empruntèrent de plus en plus fréquemment la voie maritime plus directe et plus rapide reliant le détroit de Messine via la Crète à Constantinople, l’Orient latin et l’Egypte. Le voyageur musulman Ibn Jubayr fournit l’itinéraire en sens inverse d’un de ces navires, sur lequel il s’embarqua à Acre en 1184. Par la suite la Crète servit également de relais à de nombreux navires d’autres nations traversant la Méditerranée40.

12Le sort des provinces balkaniques de l’Empire conquises par les Latins aussitôt après la Quatrième Croisade fut loin d’être uniforme. La région s’étendant grosso modo de la Thessalie méridionale à la Thrace fut réoccupée par les Grecs d’Épire jusqu’en 1224, celle proche de Constantinople en 1234-1235 par Jean III Vatatzès, empereur de Nicée, tandis que la domination latine se maintenait pendant plus de deux siècles en Grèce centrale et méridionale. Le morcellement politique et territorial des Balkans ouvrit la voie à une pénétration et une implantation occidentales nettement plus prononcées et continues que dans la période précédente, tant sur le plan économique que démographique, en particulier dans les territoires restés aux mains des Latins. L’origine, la condition sociale et économique, ainsi que les motivations des colons et des marchands occidentaux furent plus variées qu’auparavant, et leur dispersion géographique plus ample.

  • 41 J. Longnon, Les compagnons de Villehardouin. Recherches sur les croisés de la quatrième croisade, (...)
  • 42 Nicétas Chômâtes, Historia, éd. J. A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 11), I, p. 600.
  • 43 TTH, II, p. 214-215.

13La première étape dans l’accroissement de leur présence fut abrupte, parce que liée à la conquête. Celle-ci introduisit dans la région des chevaliers occidentaux, absents des villes balkaniques jusqu’à la Quatrième Croisade. L’immigration latine qui suivit fut un phénomène de longue durée embrassant à la fois nobles et bourgeois. L’armée participant à la Quatrième Croisade comprenait des effectifs provenant de nombreuses régions de l’Occident41. L’importance du contingent des chevaliers issus des comtés de Flandre et de Hainaut était manifeste dans l’Empire latin de Constantinople, celle des chevaliers de Lombardie dans le royaume de Thessalonique. Des considérations de sécurité incitèrent les chefs militaires à s’établir avec leurs suites dans les villes. Boniface de Montferrat confisqua les plus belles maisons de Thessalonique et les distribua à ses vassaux42. Un baron latin dont l’origine est inconnue résidait à Ainos, port de Thrace, où il servit de témoin à l’accord de 1219 entre l’Empire latin de Constantinople et Venise43.

  • 44 Tel Giovanni Bon, attesté en 1206 : TTH, II, p. 43-45.
  • 45 D. Jacoby, The Venetian Presence in the Latin Empire of Constantinople (1204-1261): the Challenge (...)
  • 46 TTH, II, p. 15-17.
  • 47 Lombardo, Morozzo Della Rocca, Nuovi document, cité supra n. 19, p. 99, doc. 87, référence dans un (...)
  • 48 Inséré dans un acte inédit du 27 avril 1285 : Venise, Archivio di Stato, Procuratori di S. Marco, (...)

14On est mieux renseigné au sujet de Rodosto et de Gallipoli. En fonction du traité de 1204 entre les chefs de la croisade, ces importantes places stratégiques permettant de contrôler la navigation entre la Méditerranée et Constantinople étaient comprises dans la portion de l’Empire latin allouée à Venise. Les deux villes furent brièvement occupées par des forces vlaquo-bulgares en 1206. Certains de leurs habitants vénitiens se réfugièrent à Constantinople et y restèrent, tandis que d’autres regagnèrent leurs domiciles44. Probablement dès 1204 les colons vénitiens de Rodosto étaient groupés en contingents militaires, d’après leur quartier d’origine respectif à Venise, ce qui implique qu’ils y étaient passablement nombreux. Des dispositions concernant l’élection des capitaines vénitiens de Rodosto et Gallipoli furent adoptées en 122445. On ne sait rien des colons vénitiens de ces deux villes depuis cette année jusqu’en 1261. Quant à Halmyros, elle continua à être le siège d’une colonie vénitienne après la Quatrième Croisade. Le monastère San Giorgio de Venise y détint des biens depuis 120646. Deux Vénitiens y conclurent un contrat en 1211, sans qu’on puisse déterminer s’il s’agit de colons ou de marchands de passage47. D’autres Vénitiens la fréquentaient en 1259, selon un témoignage de la même année sur la mort de l’un d’entre eux48.

  • 49 Jacoby, Foreigners, p. 92-93.
  • 50 M. Balard, Les Génois en Romanie entre 1204 et 1261. Recherches sur les minutiers notariaux génois (...)
  • 51 Contrat de 1206 mentionné dans un acte de 1210 : DCV, doc. 519.
  • 52 Cf. Jacoby, Foreigners, p. 93-94.
  • 53 Cf. ID., La Venezia d’oltremare nel secondo Duecento, Storia di Venezia dalle origini alla caduta (...)

15La domination de Boniface de Montferrat sur Thessalonique à partir de 1204 y permit l’implantation du clergé latin49. Elle semble avoir également favorisé l’activité des Génois, du moins à court terme. C’est ce que suggèrent deux contrats de prêt maritime sur Thessalonique et le transport de la fille de Boniface de Gênes vers cette ville en 120650. Trois Vénitiens y conclurent un contrat de collegantia en 120651. Malgré l’absence de témoignages directs, il est probable que des colons vénitiens résidaient à Thessalonique entre 1204 et 126152. Il n’est pas exclu que des Vénitiens en aient exporté du blé, bien que ce trafic ne soit signalé qu’à partir de 126853.

  • 54 ID., Italian Migration and Seulement in Latin Greece: the Impact on the Economy, Die Kreuzfahrerst (...)

16Les sources concernant la Grèce centrale et méridionale sont bien plus abondantes. Les territoires exigus de Coron et Modon, dans le sud-ouest du Péloponnèse, et une partie de la ville d’Euripos, dénommée Négrepont par les Latins, furent aux mains de Venise respectivement depuis 1207 et 1211. Des chevaliers issus pour la plupart de la Champagne, de la Bourgogne et de Franche-Comté s’établirent dans les territoires latins non vénitiens, aux côtés d’autres originaires de la Lombardie, de la Toscane et de l’Emilie. En 1205 Boniface de Montferrat, roi de Thessalonique, octroya l’Eubée en fief à trois seigneurs véronais. Vers 1225 on dénombrait cent soixante-dix fiefs de chevaliers en Morée franque. Les chevaliers introduisirent dans leurs territoires respectifs un régime féodal, dont les terres rurales constituaient l’assise économique principale. On assiste à leur dispersion sur le terrain et à la création de multiples noyaux de colons, souvent fort exigus. En effet, de nombreux chevaliers s’établirent dans leurs fiefs ou dans des châteaux isolés situés dans les régions rurales. En revanche, d’autres s’installèrent soit dans les anciennes acropoles surplombant les villes, soit dans des localités urbaines constituant les centres politiques et administratifs des grandes seigneuries ou proches de leurs fiefs, telles que Négrepont, Thèbes, Patras et Andravida, capitale de la principauté de Morée. Enfin, d’autres maintenaient au moins des résidences secondaires dans ces mêmes villes, à Clarence, Coron ou Modon54.

  • 55 Pour ce qui précède, cf. ID., Italian Migration, cité note précédente, p. 102-106 ; ID., Changing (...)

17Ce sont toutefois les non-nobles qui furent les protagonistes de la présence latine dans les territoires conquis, en particulier dans les villes55. Divers facteurs, outre le morcellement politique et territorial, y facilitèrent et stimulèrent leur pénétration économique et leur installation : la sécurité et la continuité, assurées par la domination latine, plus grandes que sous celle de l’Empire, l’abolition du contrôle centraliste restrictif de l’Etat byzantin sur divers secteurs de l’économie, l’accès direct aux ressources locales, aux producteurs et aux marchés, enfin, la concurrence entre seigneurs latins, désireux d’accroître leurs propres revenus.

  • 56 G. Morgan, The Venetian Claims Commission of 1278, BZ 69, 1976, p. 411-438, dont les datations ne (...)

18L’ouverture des territoires latins de Grèce se manifesta dans plusieurs domaines. Certes, les Latins continuèrent à exercer leur activité économique dans les ports et les centres de manufacture qu’ils avaient fréquentés avant 1204, mais ils y intensifièrent leurs opérations et étendirent ces dernières à d’autres localités urbaines. Celles qui servaient de sièges aux cours féodales principales constituaient autant de centres de consommation de haut niveau. Les marchands latins déployèrent également une activité croissante dans les villes servant à la fois d’escales maritimes et de débouchés ou points de concentration des produits régionaux, notamment Patras, Corinthe, Argos, Nauplie, Coron, Modon et Clarence. Cette dernière ville, fondée dans la première moitié du xiiie siècle, devint rapidement le port principal de la Morée franque. Il faut ajouter Négrepont, insérée dans le grand trafic transméditerrannéen entre l’Italie et Constantinople, mais étroitement liée aussi à l’économie de la mer Egée. Toutes ces villes attirèrent des immigrants latins. En outre, les Latins s’engagèrent également, bien plus qu’avant 1204, dans le cabotage et dans les transports maritimes à courte et moyenne distance à l’intérieur même de la Romanie Cette activité est particulièrement bien représentée dans les sources vénitiennes à partir de 1270 environ, mais il ne peut faire de doute qu’elle avait déjà acquis beaucoup d’importance dans les décennies précédentes56.

  • 57 Cf. ID., The Production of Silk Textiles in Latin Greece, Tεχνογνωσία στη λατιvοκρα-τούµενη Eλλάδα(...)
  • 58 Cf. ID., Genoa, Silk Trade and Silk Manufacture in the Mediterranean region (ca. 1100-1300), Tessu (...)

19Les facteurs politiques et économiques mentionnés plus haut, conjugués avec la colonisation latine, engendrèrent des mutations dans le réseau routier et dans l’emplacement et l’importance relative des marchés et des foires. Ces mutations s’expliquent également par un changement d’orientation majeur dans le commerce des régions grecques passées sous domination latine. On a vu qu’avant 1204 l’économie de ces régions était en grande partie axée sur l’approvisionnement de l’Empire, en particulier celui de Constantinople. Bien que la Grèce latine ait maintenu après 1204 son rôle dans ce domaine, ainsi que dans les échanges bilatéraux avec d’autres régions et dans le trafic transméditerranéen, son économie se tourna vers l’Occident, conséquence à la fois de la contraction économique sévère dont souffrit la capitale de l’Empire jusqu’en 1261 et de la croissance de la demande occidentale. Fait nouveau, cette demande ne se limitait plus aux denrées alimentaires et aux produits de luxe tels que les soieries, dont le volume exporté vers l’Italie s’accrut sensiblement57. Elle s’étendait également aux matières premières industrielles, soie brute et produits tinctoriaux, en particulier le kermès, nécessaires à la production des tissus de soie de haute qualité. Celle-ci s’était développée à Lucques depuis 1160 environ et prit son essor à Venise peu après la Quatrième Croisade58.

  • 59 Au sujet des Génois, des Vénitiens et de la soie dans ce paragraphe, cf. ID., Genoa, Silk Trade an (...)
  • 60 Pour la période étudiée ici nous ne possédons malheureusement pas de cartulaires semblables à celu (...)

20La documentation relative à la Grèce latine de 1204 à 1261, dont les actes notariaux qui sont en majorité vénitiens, a créé l’impression que les développements que nous venons de circonscrire ont assuré rapidement la domination économique de Venise dans cette région. Il n’en est rien. Certes, l’exercice de l’autorité de Venise à Coron, Modon et sur une partie de la ville de Négrepont y stimulait l’activité économique et la concentration des Vénitiens. Ces derniers exportaient de la soie et du kermès de ces territoires et des soieries de l’Eubée59. À leurs côtés on trouvait cependant des marchands et colons originaires d’autres localités et régions d’Italie, depuis la Vénétie jusqu’aux Pouilles60.

  • 61 Balard, Les Génois en Romanie, cité supra n. 50, p. 480.
  • 62 A. Ferretto (éd.), Liber magistri Salmonis, Sacri Palatii notarii (1222-1226), Atti della Società (...)
  • 63 La vente, rapportée par un acte de 1233, avait eu lieu en Romanie in insula : BALARD, Les Génois e (...)
  • 64 Balard, Les Génois en Romanie, p. 480. Pour des actes de 1248,1250 et 1251, cf. E. Basso, Le relaz (...)
  • 65 Edité par E. H. Byrne, Genoese Shipping in the Twelfth and Thirteenth Century, Cambridge, Mass. 19 (...)
  • 66 Padoue, Archivio di Stato, Archivio Diplomatico, b. 18, n° 2630, 5 août 1274; Jacoby, Foreigners, (...)

21L’origine de ceux qui opéraient ou s’établirent dans les territoires non vénitiens était encore plus variée. Outre les Vénitiens, on trouvait des Génois dans certaines villes de la Grèce mentionnées ci-dessus. Leur activité à Négrepont est documentée entre 1218 et 1273. Elle était conduite en partie par des colons établis dans cette ville, où la présence d’un consul de Gênes est attestée en 123661. Une enquête conduite à Acre en 1224 se réfère au voyage d’un navire génois à Négrepont en 121862. Un acte de 1233 mentionne une vente effectuée en Eubée par Guillelmus Fornarius, vraisemblablement en 123163. À Gênes une veuve reçoit en 1245 une somme en hyperpères de Négrepont provenant des biens de son mari décédé dans cette ville, en confie une partie en prêt maritime remboursable au même endroit, et donne procuration pour la récupérer à Johannes Fornarius, probablement un proche parent de son mari défunt qui continuait à y résider64. Ces opérations suggèrent que la veuve et son mari avaient habité à Négrepont, la veuve étant rentrée à Gênes après la mort de son époux. Un contrat de nolis établi à Gênes en 1254 envisage Négrepont, Thessalonique et Constantinople comme escales65. Selon un document vénitien inédit de 1274, un habitant génois de Négrepont avait servi trois années auparavant comme marin à bord d’un bateau arrivé à Thessalonique66.

  • 67 Nouvelle éd. par S. Dellacasa, I Libri Iurium della Repubblica di Genova 1/4, Gênes 1998 (Fonti pe (...)
  • 68 Cf. Jacoby, Silk crosses the Mediterranean, cité supra n. 4, p. 69-70.
  • 69 DCV, doc. 833.
  • 70 Sur ces actes, cf. M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome 1978 (Bibliothèq (...)

22Le traité de 1240 entre Gênes et le duc d’Athènes Guy Ier de La Roche révèle la présence de colons à Thèbes et à Athènes et d’un consul génois dans la première de ces villes67. Aux côtés des Vénitiens déjà présents dès avant 1204, ils y remplaçaient les archontes byzantins en tant qu’entrepreneurs finançant l’activité de certains ateliers de soieries locaux et vendaient leurs produits68. En 1255 un consortium de résidents de Thèbes, dont un individu originaire de Brindisi et d’autres - peut-être des Génois –, prêtait une somme à Marco Gradenigo, capitaine de l’armée vénitienne. Certains d’entre eux avaient des rapports d’affaires avec un Placentin établi à Venise69. Il est significatif qu’en Morée franque le poids de Lucques était utilisé pour la pesée de la soie à partir du xiiie siècle. Compte tenu du rôle majeur de Gênes dans l’approvisionnement de Lucques en matières premières, il est vraisemblable que les Génois avaient une part prépondérante dans l’exportation de ces dernières à partir de la Morée, comme ils l’avaient pour les soieries à Thèbes. Il est même probable que certains d’entre eux s’établirent à Clarence avant 1274, date à laquelle les actes notariés génois commencent à nous informer sur leur activité70.

  • 71 Pour ce qui suit à ce sujet, cf. Jacoby, Italian Migration, p. 106-108, 111-113 ; ID., Changing Ec (...)
  • 72 ID., New Evidence on the Greek Peasantry in Latin Romania. Porphyrogenita: Essays in Honour of Jul (...)
  • 73 Cf. M. Gallina, Una società coloniale del Trecento. Creta fra Venezia e Bisanzio, Venise 1989 (Dep (...)
  • 74 ID., Italian Migration, p. 111, 113, 118.

23En Grèce latine les dépenses militaires des seigneurs féodaux et leur consommation de luxe, l’augmentation des investissements dans tous les secteurs de l’économie, agricoles et industriels, ainsi que les transferts de fonds de la papauté à partir de 1240 environ n’auraient guère été possibles sans l’apport de crédits et l’intervention de banquiers71. Cette activité financière, inexistante parmi les Occidentaux dans l’Empire avant 1204, était pratiquée surtout par des individus originaires des villes italiennes de l’intérieur, connues pour leurs opérations commerciales et bancaires conjuguées en Occident. Des colons provenant de Modène, Parme, Crémone et Plaisance résidaient à Négrepont entre 1225 et 1232. L’un d’eux, propriétaire de terres rurales peuplées de vilains, pratique le commerce et investit des capitaux dans des prêts maritimes, tandis qu’un autre offre des crédits à des paysans grecs72. Il faut croire que certaines compagnies mercantiles et bancaires de Sienne avaient établi des succursales en Grèce latine dès la première moitié du xiiie siècle, entre autres en rapport avec le commerce de la soie, bien que des Siennois y soient attestés seulement à partir des années soixante et des compagnies siennoises à partir de la décennie suivante. Les autres grands centres de crédit étaient Corinthe, Thèbes, en rapport avec le financement des ateliers de soieries, et Négrepont, dont le rôle commercial a déjà été souligné. Il faut croire que les Latins y procédèrent à des investissements importants afin de promouvoir la production de soie et de soieries à fin d’exportation, tout comme ils le firent plus tard en Crète pour le blé, le vin et le fromage73. L’apport de capitaux et l’utilisation de techniques bancaires avancées, développées en Italie, assurèrent des liquidités plus grandes, favorables à la croissance économique74.

  • 75 ID., Migrations familiales, p. 367-368, 371-372.

24Quelques remarques supplémentaires au sujet des colons s’imposent. Il existait parfois des rapports entre migrations familiales vénitiennes et stratégies commerciales. En 1239 Pietro Lion était installé à Négrepont, tandis que ses frères Giovanni et Giacomo habitaient Thèbes. Ils annulèrent alors une fraterna compagnia, avec leur oncle paternel Giorgio, resté à Venise. En 1246 Pietro, toujours à Négrepont, conjointement avec Giacomo, passé à Athènes, héritaient du legs fait par ce même oncle. Ce dernier cas illustre également un phénomène de migration à l’intérieur même de la Romanie latine. Par ailleurs, la reconquête byzantine de Constantinople en 1261 provoqua un afflux de réfugiés occidentaux en Grèce latine, vénitiens pour la plupart. Exceptionnellement la documentation permet de suivre pendant plusieurs générations des familles établies dans cette région. Toutefois, l’installation outre-mer, accompagnée généralement de l’acquisition de biens immobiliers, n’était pas nécessairement définitive. On assiste parfois au retour d’émigrés en Occident après un séjour prolongé variant de quelques années à plusieurs décennies, soit par choix personnel après une longue période d’activité et à un âge élevé, soit à la suite de développements politiques ou militaires75.

  • 76 ID., Changing Economic Patterns, p. 199-202, 204, 212-213.

25Il suffira d’une conclusion fort brève. C’est surtout en Grèce latine, mieux connue, que nous pouvons percevoir l’impact de la conquête occidentale des territoires balkaniques de l’Empire à la suite de la Quatrième Croisade. Divers aspects de l’économie de ces territoires manifestèrent une certaine continuité au-delà de 1204, notamment l’exploitation des campagnes et le trafic maritime à courte et moyenne distance76. Il est toutefois évident que la pénétration économique et démographique des Latins était bien plus substantielle qu’auparavant. Elle engendra la réorientation partielle de l’économie de cette région, la diversification de la demande occidentale pour les produits de cette dernière, ainsi que des investissements occidentaux. Ces facteurs y favorisèrent la croissance économique et des changements structurels majeurs dans les échanges entre la Romanie et l’Occident.

Notes

1 Cette étude constitue une version remaniée et amplifiée de celle présentée à une séance du Congrès byzantin tenu à Paris en 2001 et publiée dans les Pré-actes, 1, Séances plénières, p. 279-290. Les notes ci-dessous sont réduites au strict minimum, en particulier à des travaux récents renvoyant aux sources et à la bibliographie antérieure. Comme j’ai abondamment traité ces dernières années du sujet de la présente étude, les références à mes propres travaux sont fréquentes, ce dont on voudra bien m’excuser.

2 Elle résulte de la répartition du thème général entre plusieurs participants à la séance selon un critère purement géographique.

3 J. H. Pryor, Commerce, Shipping and Naval Warfare in the Medieval Mediterranean, Londres 1987, p. 87-101, mais cf. infra, n. 40, mes réserves au sujet de la navigation en haute mer en rapport avec la Crète.

4 D. Jacoby, Silk crosses the Mediterranean, Le vie del Mediterraneo. Idee, uomini, oggetti (secoli xi-xvi), éd. G. Airaldi, Gênes 1997 (Università degli studi di Genova, Collana dell’lstituto di storia del medioevo e della espansione europea 1), p. 57-58 ( = Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean, Aldershot 2001, X, avec corrections).

5 Cf. M. Balard, Amalfi et Byzance (xe-xiie siècles), TM 6, 1976, p. 87-92 ; V. Von Falkenhausen, Il commercio di Amalfi con Costantinopoli e il Levante nel secolo xii, Amalfi, Genova, Pisa e Venezia. Il commercio con Costantinopoli e il Vicino Oriente nel secolo xii, éd. O. Banti, Pise 1998 (Biblioteca del « Bollettino Storico Pisano », Collana storica 46), p. 19-24.

6 Nouvelle éd. par M. Pozza, G. Ravegnani, I trattati con Bisanzio, 992-1198, Venise 1993 (Pacta veneta 4), p. 21-25, doc. 1, mais cf. les corrections et l’interprétation du texte dans mon compte rendu de ce volume paru dans Mediterranean Historical Review 9, 1994, p. 140-141. Cf. aussi D. JACOBY, The Jews and the Silk Industry of Constantinople, Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean, cité supra n. 4, XI, p. 5-6.

7 Liutprand v. Cremona, Opéra, éd. J. Becker, Hanovre-Leipzig 1915 (MGH, Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum 41), Antapodosis, V, § 21, ibid., p. 143 ; nouvelle éd., P. Chiesa, Liudprandi Cremonensis Antapodosis, Homelia paschalis, Relatio de legatione constantinopolitana, Turnhout 1998 (Corpus Christianorum. Continuatio mediaevalis 156), p. 136. Cf. aussi M. Merores, Gaeta imfrühen Mittelalter (8. bis 12. Jahrhundert). Beiträge zur Geschichte der Stadt, Gotha 1911, p. 96 ; A. SCHAUBE, Handelsgeschichte der romanischen Vôlker des Mittelmeergebiets bis zum Ende der Kreuzzüge, Munich 1906, p. 35-36, § 22.

8 Cf. V. Von Falkenhausen, Bari bizantina : profilo di un capoluogo di provincia (secoli ix-xi), Spazio, società, potere nell’halia dei Comuni, éd. G. Rossetti, Naples 1986 (Europa mediterranea, Quaderni 1), p. 210-211.

9 DCV, doc. 2; S. D. Goitein, A Mediterranean Society. The Jewish Communities of the Arab World as Portrayed in the Documents of the Cairo Geniza, Berkeley-Los Angeles 1967-1988, IV, p. 168.

10 D’après une lettre de la Guenizah du Caire: Be-malkhut Yishma’el bi-tequfat ha-geonim [= In the Kingdom of Ishmael], éd. M. G IL, Jérusalem 1997, IV, p. 445-450, doc. 749,1. 1-6, trad, anglaise dans S. SIMONSOHN, The Jews of Sicily. vol. I, 383-1300, Leyde 1997, p. 314-316, doc. 145. Contexte commercial et maritime de ces transactions dans D. Jacoby, Byzantine Crete in the Navigation and Trade Networks of Venice and Genoa, Oriente e Occidente tra medioevo ed eta moderna. Studi in onore di Geo Pistarino, éd. L. BALLETTO, Acqui Terme 1997 (Università degli Studi di Genova, Sede di Acqui Terme, Collana di Fonti e Studi 1.1 ), p. 521 -525, 528 (= Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean, II).

11 DCV, doc. 11, témoignage de l’année suivante.

12 Cf. Von Falkenhausen, Bari bizantina, cité supra n. 8, p. 211-212; C. Foss, The Lycian Coast in the Byzantine Age, DOP 48, 1994, p. 34-35 (= Cities, Fortresses and Villages of Byzantine Asia Minor, Aldershot 1996, II).

13 DCV, doc. 12, témoignage de l’année suivante; cf. D. Jacoby, Silk in Western Byzantium before the Fourth Crusade, BZ 84/85, 1991-1992, p. 477-479, 494-495 (= Trade, Commodities and Shipping in the Medieval Mediterranean, Aldershot 1997, VII).

14 A. Ducellier, La présence latine sur les côtes albanaises du xie au xiiie siècle : modalités et conséquences, EYΨYXIA. Mélanges offerts à Hélène Ahrweiler, Paris 1998 (Byzantina Sorbonensia 16), I, p. 212-214.

15 ID., Italian Privileges and Trade in Byzantium before the Fourth Crusade: A Reconsideration, Anuario de estudios medievales 24, 1994, p. 349-369 (= Trade, Commodities and Shipping, cité supra n. 13, II); ID., Byzantine Trade with Egypt from the Mid-Tenth Century to the Fourth Crusade, Thesaurismata 30, 2000, p. 50-59.

16 Cf. note précédente et A. E. Laiou, Byzantine Traders and Seafearers, The Greeks and the Sea, éd. Sp. Vryonis, Jr., New Rochelle, N. Y. 1993, p. 79-96.

17 Jacoby, Silk in Western Byzantium, cité supra n. 13, p. 462, 495 (avec référence à la datation du texte), 500.

18 Ibid., p. 462-464, 466-468, 478-479, 490-500. Un voyage à Alexandrie à partir de Corinthe, le port le plus proche de Thèbes, est signalé en 1140 : Famiglia Zusto, éd. L. Lanfranchi, Venise 1955 (Fonti per la storia di Venezia, Sez. IV : Archivi privati), doc. 14.

19 DCV, doc. 65, 358, 360, 361 ; Nuovi documenti del commercio veneto dei sec. xi-xiii, éd. A. Lombardo, R. Morozzo Della Rocca, Venise 1953, doc. 9 et 11 ; datation des transactions dans Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 478, 479, 494.

20 Stefano Capello y possédait un cellier et faisait le commerce du vin vers 1150 : cf. D. Jacoby, Migrations familiales et stratégies commerciales vénitiennes aux xiie et xiiie siècles, Migrations et diasporas méditerranéennes (xe-xvie siècles), éd. M. Balard, A. Ducellier, Paris 2002 (Byzantina Sorbonensia 19), p. 360-361. À noter la présence à Constantinople, en 1204. d’un marchand de vin vénitien, ami de l’historien byzantin Nicétas Choniatès : ibid., p. 359-360.

21 ID., Byzantine Crete, cité supra n. 10, p. 525-529, 533-536.

22 Ibid., p. 531-532.

23 Vue d’ensemble dans Jacoby, Italian Privileges, cité supra n. 15, p. 349-369.

24 ID., The Byzantine Outsider in Trade (c.900-c. 1350), Strangers to Themselves: The Byzantine Outsider, Papers from the Thirty-second Spring Symposium of Byzantine Studies, University of Sussex, Brighton, March 1998, éd. D. C. Smythe, Aldershot 2000, p. 136.

25 S. Borsari, Venezia e Bisanzio nel xii secolo. I rapporti economici, Venise 1988, offre une vue d’ensemble sur les Vénitiens, à laquelle il faut toutefois apporter d’importantes retouches : cf. Jacoby, Italian Privileges, p. 365-366.

26 DCV, doc. 166, 308, 379, et cf. note suivante.

27 Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 471 et n. 101, 495 et n. 243. Les voyages par voie de terre semblent avoir été plus fréquents à cette époque que ne le suppose Ducellier, La présence latine, cité supra n. 14, p. 214-215. Sur le réseau routier, cf. J. Koder, F. Hild, Hellas und Thessalia, Vienne 1976 (TIB 1 = Österreichische Akademie der Wissenschaften, Philosophisch-historische Klasse, Denkschriften 125), p. 90-98, et P. Soustal, Thrakien (Thrake, Rodope und Haiminontos), Vienne 1990 (TIB 6, même série, 221), p. 132-146.

28 Voltani réapparaît à Thèbes dès 1175 : cf. Jacoby, Silk in Western Byzantium, p. 495-496.

29 TTH, I, p. 246-278, en particulier 258-272 ; nouvelle éd. par Pozza et Ravegnani, I trattati con Bisanzio, cité supra n. 6, p. 119-137, en particulier 130-131. Cf. également Ducellier. La présence latine, p. 215-217.

30 Borsari, Venezia e Bisanzio, cité supra n. 25, p. 34-42, 53 ; R.-J. Lilie, Handel und Politik zwischen dem byzantinischen Reich und den italienischen Kommunen Venedig, Pisa und Genua in der Epoche der Komnenen und der Angeloi (1081-1204), Amsterdam 1984, p. 119-120, 178-216, passim, sous les noms de ces localités et la vue d’ensemble ibid., p. 216-221 ; ID., Die lateinische Kirche in der Romania vor dem vierten Kreuzzug, BZ 82, 1989, p. 202-220 ; D. Jacoby, Foreigners and the Urban Economy in Thessalonica, c. 1150-c. 1430, DOP 57, 2003, p. 92.

31 Plusieurs cas dans Jacoby, Migrations familiales, cité supra n. 20, p. 360-362. Ajoutons un Vénitien qui s’identifie comme habitator de Thessalonique en 1191 et un autre en 1193 : DCV, doc. 399, 417.

32 Vue d’ensemble dans Jacoby, Italian Privileges, p. 365-368.

33 S. Borsari, Pisani a Bisanzio nel xii secolo, Studi di storia pisana e toscana in onore del prof. Cinzio Violante, Pise 1991 (Biblioteca del « Bollettino Storico Pisano », Collana storica 38), p. 65-68 ; la transaction est mentionnée en 1201 : DCV, doc. 456. Sur Thessalonique, cf. Jacoby, Foreigners, cité supra n. 30, p. 89, 92.

34 L’Eubée, reliée à la terre ferme par des ponts, doit être traitée ici. L’évolution de la présence latine y était étroitement liée à celle des territoires continentaux voisins.

35 D. Jacoby, Benjamin of Tudela in Byzantium, Chryse Porta / Zlatyia Vrata: Essays presented to Ihor Sevčenko on his Eightieth Birthday by his Colleagues and Students, éd. P. Schreiner, O. Strakhov, Cambridge, Mass. 2002 ( = Palaeoslavica 10/1, 2002), p. 180-182.

36 Codice diplomatico della repubblica di Genova dai MCLXIII al MCLXXXX, éd. C. Impériale Di Sant’angelo, Rome 1936-1942, II, p. 213 et n. 1 ; p. 215 et n. 2.

37 Commerce de soie, soieries et kermès attesté en 1201 : JACOBY, Silk in Western Byzantium, p. 496-497.

38 Cf. P. Magdalino, Constantinople médiévale. Études sur l’évolution des structures urbaines, Paris 1996, p. 85-88.

39 Un navire amalfitain part en 1112 d’Halmyros vers Constantinople, un autre fait voile de Corinthe à Alexandrie en 1140, tous deux avec des Vénitiens à bord : respectivement DCV, doc. 35, et Lanfranchi, Famiglia Zusto, cité supra n. 18, doc. 16, acte de 1144 avec référence à 1119. Les Amalfitains sont également attestés dans le transport maritime du xiie siècle sur l’axe Constantinople-Égypte : cf. Jacoby, Byzantine Trade with Egypt, cité supra n. 15, p. 47-50.

40 ID., Byzantine Crete, p. 533-536, 539, et sur la navigation en haute mer, ibid., p. 536-537, 540 ; ID., Creta e Venezia nel contesto economico del Mediterraneo orientale sino alla metà del Quattrocento, Venezia e Creta, Atti del Convegno internazionale di studi, Iraklion-Chanià, 30 settembre - 5 ottobre 1997, éd. G. Ortalli, Venise 1998, p. 76-83.

41 J. Longnon, Les compagnons de Villehardouin. Recherches sur les croisés de la quatrième croisade, Genève 1978, et le compte rendu de cet ouvrage par M.-L. Favreau, BZ 72, 1979, p. 84-87 ; G. Ortalli, Da Canossa a Tebe. Vicende di una famiglia feudale tra xii e xiii secolo, Abano Terme (Padoue) 1983 ; A. BON, La Morée franque. Recherches historiques, topographiques et archéologiques sur la principauté d’Achaie (1205-1430), Paris 1969 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 213), p. 104-115.

42 Nicétas Chômâtes, Historia, éd. J. A. Van Dieten, Berlin-New York 1975 (CFHB 11), I, p. 600.

43 TTH, II, p. 214-215.

44 Tel Giovanni Bon, attesté en 1206 : TTH, II, p. 43-45.

45 D. Jacoby, The Venetian Presence in the Latin Empire of Constantinople (1204-1261): the Challenge of Feudalism and the Byzantine Inheritance, JÖB 43, 1993, p. 150-151, 154-155, 158-160, 181-182 (= Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean, VI).

46 TTH, II, p. 15-17.

47 Lombardo, Morozzo Della Rocca, Nuovi document, cité supra n. 19, p. 99, doc. 87, référence dans un document de 1233.

48 Inséré dans un acte inédit du 27 avril 1285 : Venise, Archivio di Stato, Procuratori di S. Marco, Miscellanea Perg., b. 7, notaire Matteo di Crescencio.

49 Jacoby, Foreigners, p. 92-93.

50 M. Balard, Les Génois en Romanie entre 1204 et 1261. Recherches sur les minutiers notariaux génois, Mélanges d’archéologie et d’histoire, publiés par l’École française de Rome 78, 1966, p. 472-473 ( = La mer Noire et la Romanie génoise [xiiie-xve siècles], Londres 1989, I).

51 Contrat de 1206 mentionné dans un acte de 1210 : DCV, doc. 519.

52 Cf. Jacoby, Foreigners, p. 93-94.

53 Cf. ID., La Venezia d’oltremare nel secondo Duecento, Storia di Venezia dalle origini alla caduta della Serenissima, II, L’età del Comune, éd. G. Cracco, G. Ortalli, Rome 1995, p. 270, où il s’agit toutefois d’exportation de Thessalonique et d’Héraclée de Thrace, et non d’importation dans ces ports.

54 ID., Italian Migration and Seulement in Latin Greece: the Impact on the Economy, Die Kreuzfahrerstaaten als multikulturelle Gesellschaft. Einwanderer und Minderheiten im 12. und 13. Jahrhundert, éd. H. E. Mayer, Munich 1997 (Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien 37), p. 98-99, 103-106 (= Byzantium, Latin Romania and the Mediterranean, IX); ID., Changing Economic Patterns in Latin Romania: the Impact of the West, The Crusades from the Eastern Perspective: Byzantium and the Muslim World, éd. A. E. Laiou, R. P. Mottahedeh, Washington 2001, p. 197-200, 210-212. Cf. aussi supra n. 31, et ID.. La féodalité en Grèce médiévale. Les « Assises de Romanie » sources, application et diffusion, Paris-La Haye 1971, p. 185-195.

55 Pour ce qui précède, cf. ID., Italian Migration, cité note précédente, p. 102-106 ; ID., Changing Economic Patterns, cité note précédente, p. 212-215, 220-222.

56 G. Morgan, The Venetian Claims Commission of 1278, BZ 69, 1976, p. 411-438, dont les datations ne sont pas toujours fiables ; Jacoby, La Venezia d’oltremare, cité supra n. 53, p. 272-273 ; ID., Foreigners, p. 97-98.

57 Cf. ID., The Production of Silk Textiles in Latin Greece, Tεχνογνωσία στη λατιvοκρα-τούµενη Eλλάδα [ = Technologie en Grèce latine], Athènes 2000, p. 22-35.

58 Cf. ID., Genoa, Silk Trade and Silk Manufacture in the Mediterranean region (ca. 1100-1300), Tessuti, oreficerie, miniature in Liguria, xiii-xv secolo, éd. A. R. Calderoni Masetti, C. Di Fabio, M. Marcenaro, Bordighera 1999 (Istituto internazionale di Studi liguri, Atti dei Convegni 3), p. 16-20 ; ID., Dalla materia prima ai drappi tra Bisanzio, il Levante e Venezia : la prima fase dell’industria serica veneziana, La seta in Italia dal Medioevo al Seicento. Dal baco al drappo, éd. L. MOLA, R. C. Mueller, C. Zanier, Venise 2000, p. 265-266, 271-272, 274-277.

59 Au sujet des Génois, des Vénitiens et de la soie dans ce paragraphe, cf. ID., Genoa, Silk Trade and Silk Manufacture, cité note précédente, p. 21-23, 29-31 ; ID., Italian Migration, p. 118-121 ; ID., Dalla materia prima, cité note précédente, p. 272-273 ; ID., The Production of Silk Textiles, cité supra n. 57, p. 23-26, 28-29 ; ID., Changing Economic Patterns, p. 226.

60 Pour la période étudiée ici nous ne possédons malheureusement pas de cartulaires semblables à celui du notaire vénitien Pasquale Longo, qui exerça à Coron de 1289 à 1293 : Pasquale Longo notaio in Corone,éd. A. Lombardo, 1289-1293, Venezia 1951. Ce cartulaire semble refléter un état valable également pour la période antérieure à 1261, compte tenu de la composition de la population dans d’autres villes de la région et malgré la mainmise des Angevins de Naples sur la principauté de Morée depuis 1278, qui sans nul doute y stimula une immigration à partir des territoires angevins. Cf. S. Borsari, Studi suite colonie veneziane in Romania nel xiii secolo, Naples 1966, p. 113, pour l’identification des lieux et régions d’origine des individus mentionnés dans le cartulaire. Pour Négrepont, cf. en particulier D. Jacoby, The Demographic Evolution of Euboea under Latin Rule, 1205-1470, The Greek Islands and the Sea, éd. J. Chrysostomydes, Camberley (Surrey) 2004 (sous presse).

61 Balard, Les Génois en Romanie, cité supra n. 50, p. 480.

62 A. Ferretto (éd.), Liber magistri Salmonis, Sacri Palatii notarii (1222-1226), Atti della Società Ligure di Storia Patria 36, 1906, p. 308-316, en particulier 315, doc. DCCXXXVI-DCCXXXIX.

63 La vente, rapportée par un acte de 1233, avait eu lieu en Romanie in insula : BALARD, Les Génois en Romanie, p. 478, la met à juste titre en rapport avec une ambassade génoise envoyée auprès de l’empereur Jean III Vatatzès. L’insula en question semble bien être l’Eubée, située sur la voie maritime menant de Gênes à l’empire de Nicée. Pour trois contrats de 1236 citant Négrepont, cf. ibid., p. 480.

64 Balard, Les Génois en Romanie, p. 480. Pour des actes de 1248,1250 et 1251, cf. E. Basso, Le relazioni fra Genova e gli stati latini di Grecia nei secoli xiii-xiv, Studi halcanici, éd. F. Guida, L. Valmarin, Rome 1989, p. 24.

65 Edité par E. H. Byrne, Genoese Shipping in the Twelfth and Thirteenth Century, Cambridge, Mass. 1930, p. 125-128, doc. XXXVII. Selon Balard, Les Génois en Romanie, p. 486-487, la Romanie aurait été presque inconnue pour les Génois à cette époque, et l’éventualité envisagée qu’on ne puisse pas trouver à Gênes un pilote connaissant l’Égée semblerait le prouver. Les témoignages rassemblés ici sur la présence des Génois en Grèce contredisent cette hypothèse.

66 Padoue, Archivio di Stato, Archivio Diplomatico, b. 18, n° 2630, 5 août 1274; Jacoby, Foreigners, p. 97-98.

67 Nouvelle éd. par S. Dellacasa, I Libri Iurium della Repubblica di Genova 1/4, Gênes 1998 (Fonti per la storia della Liguria XI), p. 38-40, doc. 671.

68 Cf. Jacoby, Silk crosses the Mediterranean, cité supra n. 4, p. 69-70.

69 DCV, doc. 833.

70 Sur ces actes, cf. M. Balard, La Romanie génoise (xiie-début du xve siècle), Rome 1978 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 235), I, p. 163-64 et n. 211.

71 Pour ce qui suit à ce sujet, cf. Jacoby, Italian Migration, p. 106-108, 111-113 ; ID., Changing Economic Patterns, p. 224-225.

72 ID., New Evidence on the Greek Peasantry in Latin Romania. Porphyrogenita: Essays in Honour of Julian Chrysostomides, éd. Ch. Dendrinos, J. Harris, E. Harvalia-Crook, J. Herrin, Aldershot 2003, p. 239-252.

73 Cf. M. Gallina, Una società coloniale del Trecento. Creta fra Venezia e Bisanzio, Venise 1989 (Deputazione di storia patria per le Venezie, Miscellanea di studi e memorie 28), p. 95-139 ; D. Jacoby, Cretan Cheese : A Neglected Aspect of Venetian Medieval Trade, Medieval and Renaissance Venice, éd. E. E. Kittel, Th. F. Madden, Urbana-Chicago 1999, p. 49-68.

74 ID., Italian Migration, p. 111, 113, 118.

75 ID., Migrations familiales, p. 367-368, 371-372.

76 ID., Changing Economic Patterns, p. 199-202, 204, 212-213.

Notes de fin

* DCV = Documenti del commercio veneziano nei secoli XI-XIII, éd. R. Morozzo della Rocca, A. Lombardo, Turin 1940.
TTH = Urkunden zur älteren Handels-und Staatsgeschichte der Republik Venedig, éd. G. L. Fr. Tafel, G. Thomas, Vienne 1856-1857.

Auteur

Université hébraïque de Jérusalem

© Éditions de la Sorbonne, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540