Version classiqueVersion mobile

Leçons sur Kant

 | 
Mario Caimi

Chapitre 3

Texte intégral

L’application des catégories à des objets réels. Le paragraphe 26. L’achèvement de la déduction

1Nous sommes désormais à même d’accomplir le pas décisif de la déduction. Ce pas consiste à introduire la multiplicité intuitive empirique dans l’argumentation. Par cette multiplicité empirique, des objets réels, effectivement existants, nous sont effectivement donnés. En s’appliquant à des objets effectivement existants, les catégories ne peuvent plus être appelées vides. C’est ce qu’il faut démontrer maintenant.

2L’argumentation du paragraphe 26, dans ses traits généraux, vise à montrer que la multiplicité empirique doit être synthétiquement appréhendée par l’entendement et que cette appréhension doit être régie par les règles de la synthèse de la multiplicité pure, pour se subordonner à l’unité de l’aperception. C’est ainsi que l’hétérogénéité radicale de la multiplicité empirique et de la pensée pure pourra être surmontée. « On prouve de cette manière que la synthèse de l’appréhension, qui est empirique, doit être nécessairement conforme à la synthèse de l’aperception, qui est intellectuelle et contenue tout à fait a priori dans la catégorie. » (B 162 note).

3C’est ainsi que les catégories s’appliquent à des objets effectivement donnés dans la sensibilité (donnés au moyen de l’affection, dans la sensation). C’est-à-dire que c’est de cette façon qu’elles s’appliquent à des objets empiriques effectivement existants, ce qu’il fallait démontrer. « Il s’agit maintenant d’expliquer comment, par le moyen des catégories, les objets qui ne sauraient se présenter qu’à nos sens peuvent nous être connus a priori. » (B 159/160). L’application est ici un rapport de connaissance, comme nous l’avions déjà démontré à propos des paragraphes 20 et 21, et comme Kant le répète ici.

4Jusqu’ici nous avions démontré l’application des catégories (ou, en d’autres termes, la possibilité des connaissances a priori au moyen des catégories) par rapport à une multiplicité sensible en général, dont on ne savait pas si elle contenait ou non des objets réels. Il nous faut effectuer maintenant la déduction des catégories par rapport à une multiplicité sensible humaine empirique, la seule qui puisse nous garantir la présence des objets réels dans l’intuition et partant le rapport des catégories à de véritables objets réels. Nous montrerons la validité des catégories, non seulement par rapport à la forme de la sensibilité, mais aussi par rapport aux contenus de l’intuition : par rapport à des objets empiriques.

5Une telle entreprise implique que les règles de la liaison (ou de la synthèse), engendrées par l’entendement, aient une validité, non seulement en ce qui concerne l’entendement lui-même et ses représentations, mais aussi par rapport aux objets de la nature. Le texte poursuit : « Il s’agit maintenant d’expliquer comment, par le moyen des catégories, […] nous pouvons prescrire en quelque sorte à la nature sa loi et même la rendre possible. » (B 159/160).

  • 1 B XVI.

6C’est en ce point du développement que va s’accomplir la révolution copernicienne. Cette révolution avait été introduite dans la discussion pour expliquer la possibilité de la connaissance a priori des objets au moyen des concepts1. Or ce problème est le même que celui de la déduction transcendantale : le problème consistant à expliquer comment il est possible que des concepts a priori (les catégories) aient un rapport (rapport que nous avons défini comme rapport de synthèse et comme rapport de connaissance) à des objets réels (c’est-à-dire à des objets de nos sens, à des objets empiriques). La question pourrait se formuler d’une manière inverse : Comment est-il possible que les objets empiriques soient soumis aux lois de la synthèse pensées dans les concepts a priori ? Et c’est précisément cela que nous devons expliquer maintenant, à savoir : « […] comment tout ce qui peut seulement s’offrir aux sens doit être soumis aux lois qui dérivent a priori du seul entendement. » (B 160).

7Ce programme s’accomplit en deux étapes. Dans un premier temps (de B 160 et suiv. jusqu’à la fin des exemples, en B 163), on montrera que toute représentation empirique est soumise à la synthèse de l’aperception. Puis (de B 163 jusqu’à B 165), on montrera que les phénomènes doivent s’accorder avec les lois de l’entendement.

L’appréhension

  • 2 Hermann Jean De Vleeschauwer, La déduction transcendantale dans l’Œuvre de Kant, t. iii, p. 235.

8De Vleeschauwer a cru voir dans le paragraphe 26 une reprise de la totalité de la déduction A2. Dans cette reprise, la synthèse de l’appréhension aurait pris la place de la triple synthèse (celle de l’appréhension, la reproduction, et la recognition) exposée dans la première édition. Il nous semble plutôt que nous devons prendre le texte littéralement : c’est précisément la synthèse de l’appréhension qui a un rôle à jouer ici ; ce rôle est celui de la synthèse de la diversité empirique.

  • 3 De A 98 à A 100. Voir cependant A 120 (où l’appréhension est définie comme une action exercée sur l (...)

9Contrairement à ce qu’il disait, en 1781, dans la première version de la déduction3, Kant définit maintenant l’appréhension comme une synthèse éminemment empirique : « Je ferai remarquer d’abord que j’entends par synthèse de l’appréhension cette réunion des éléments divers d’une intuition empirique qui rend possible la perception, c’est-à-dire la conscience empirique de cette intuition (comme phénomène). » (B 160). Cela ne s’explique que si l’on tient compte de ce que, dans le § 26, il s’agit d’intégrer la multiplicité empirique à l’unité de l’aperception.

  • 4 La conscience de cette première synthèse, si on pouvait l’exprimer dans un jugement, donnerait un j (...)

10La synthèse (appréhension) de la multiplicité sensible empirique produit un phénomène purement subjectif : une intuition empirique. Ce qui n’était que la présence, dans la sensibilité, des modifications éparpillées, devient ainsi une intuition empirique : car ces modifications sont rassemblées synthétiquement, ce qui est le premier pas vers leur intégration dans le je. Elles font désormais une perception4.

11Nous avons ainsi constaté la réalité des représentations empiriques dans la conscience, en tant que perceptions. Voilà le nouvel élément qui doit être intégré maintenant à ce que nous avons obtenu dans les résultats précédents de la déduction.

12Kant a déjà démontré (dans l’Esthétique transcendantale) que toute représentation donnée dans l’intuition doit s’adapter à la forme pure de l’intuition. Cela veut dire que toute représentation donnée sera donnée successivement dans le temps, et que, si elle est une intuition externe, ses parties seront extérieures les unes aux autres. C’est ce que Kant rappelle ici : « Nous avons dans les représentations de l’espace et du temps des formes a priori de l’intuition sensible, tant externe qu’interne, et la synthèse de l’appréhension des éléments divers du phénomène doit toujours être en harmonie avec ces formes, puisqu’elle ne peut elle-même avoir lieu que suivant elles. » (B 160).

13Mais nos recherches précédentes nous ont menés plus loin. Nous avions établi qu’il y a un espace unique et un temps unique, qui contiennent respectivement toute la multiplicité de l’espace et toute la multiplicité du temps. C’est le résultat du paragraphe 24. Kant le reprend ici pour le joindre synthétiquement au nouvel élément acquis par l’appréhension : « Mais l’espace et le temps ne sont pas seulement représentés a priori comme des formes de l’intuition sensible, mais comme des intuitions mêmes (qui contiennent une diversité), et par conséquent avec la détermination de l’unité des éléments divers qui y sont contenus […] » (B 160).

  • 5 En reprenant une expression kantienne (qui se trouve dans la note B 160), De Vleeschauwer attire no (...)

14La synthèse de l’appréhension doit s’accorder non seulement avec la forme pure de l’espace et du temps, mais elle doit aussi obéir aux règles de la synthèse figurative qui font qu’il n’y a qu’un seul temps et un seul espace. Ces règles suivies par la synthèse figurative sont, comme nous l’avons vu, les concepts purs de l’entendement. En obéissant à ces règles, l’appréhension unifie la multiplicité empirique en un temps unique et en un espace unique. Ainsi chaque élément de la multiplicité empirique est-il situé dans son moment temporel propre, dans l’ordre objectif de tous les événements dans le temps. De même, chaque élément, s’il est une donnée de l’intuition externe, se voit assignée sa place dans l’espace unique. « Avec (je ne dis pas : dans) ces intuitions est donc déjà donnée a priori, comme condition de la synthèse de toute appréhension, l’unité même de la synthèse du divers qui se trouve hors de nous ou en nous, et par conséquent aussi une liaison à laquelle est nécessairement conforme tout ce qui doit être représenté d’une manière déterminée dans l’espace et dans le temps. » (B 160). Autrement dit : la synthèse de l’appréhension est assujettie à une condition a priori, qui est l’unité synthétique de la multiplicité intuitive pure de l’espace (l’unité synthétique du « divers hors de nous ») et du temps (l’unité synthétique du divers « en nous »)5. Une telle unité synthétique n’est pas elle-même donnée dans l’intuition, elle n’est pas une représentation intuitive contenue dans le temps ou dans l’espace. Elle accompagne toujours les intuitions, mais elle n’est pas reçue passivement dans la réceptivité ; elle appartient à la spontanéité, car elle est la règle, selon laquelle s’opère la liaison universelle de l’espace et du temps. Nous avons déjà rencontré cette liaison à titre d’œuvre de l’imagination. Pour représenter une intuition empirique de manière déterminée (c’est-à-dire de telle manière qu’elle reçoive sa place dans le temps et l’espace uniques, ce qui est le propre de l’intuition empirique véritablement donnée et non pas seulement rappelée), il faut que s’opère cette liaison fondamentale qui produit l’unité du temps et l’unité de l’espace. Et par conséquent, la synthèse de l’appréhension est soumise à l’unité synthétique de la multiplicité intuitive pure de l’espace et du temps.

15La synthèse de l’appréhension doit donc respecter l’unité du temps et l’unité de l’espace. Or nous savons déjà que l’unité synthétique de la multiplicité intuitive pure de l’espace et du temps s’achève par des synthèses dont les règles sont les catégories : « Or cette unité synthétique ne peut être autre que celle de la liaison dans une conscience originaire des éléments divers d’une intuition donnée en général, mais appliquée uniquement, conformément aux catégories, à notre intuition sensible. » (B 161). C’est à cette unité synthétique que la synthèse de l’appréhension doit s’accorder. Par conséquent, la synthèse de l’appréhension (par laquelle la multiplicité sensible empirique devient une perception qui peut s’intégrer dans le je) est, elle aussi, assujettie aux catégories : « Par conséquent, toute synthèse par laquelle la perception même est possible est soumise aux catégories […] » (B 161).

16Par cette voie indirecte, les catégories, étant des règles valides pour la synthèse de la multiplicité sensible empirique, s’avèrent d’abord des conditions de possibilité de la connaissance empirique en général, puis des conditions de la connaissance empirique complexe (l’expérience), et s’avèrent ensuite valables pour des objets réels, ce qu’il fallait démontrer. Le passage complet est le suivant : « Par conséquent, toute synthèse par laquelle la perception même est possible est soumise aux catégories ; et, comme l’expérience est une connaissance formée de perceptions liées [entre elles], les catégories sont les conditions de la possibilité de l’expérience, et elles sont donc aussi valables a priori pour tous les objets de l’expérience. » (B 161).

17Le principe de l’aperception s’est accompli : la multiplicité empirique s’est, elle aussi, intégrée à l’aperception, au moyen de la synthèse de l’appréhension et au moyen des catégories. On a démontré que les catégories ont un rapport nécessaire à des objets effectivement existants. Elles ne sont donc pas vides. Elles entrent en rapport avec leurs objets, non pas selon un rapport de pensée, mais selon un rapport que l’on définit comme connaissance. Le but de la déduction a été finalement atteint.

Digression. La possible raison du détour par l’intuition formelle

18On pourrait se demander si le détour à travers l’unité de l’espace et du temps, pour intégrer la synthèse de l’appréhension dans l’unité de l’aperception, ne serait pas en quelque sorte superflu. En effet, l’appréhension, étant elle-même une synthèse, présuppose l’unité du je même sans avoir recours à l’espace et au temps. Il semblerait donc que l’on n’ait pas besoin de démontrer que la synthèse de l’appréhension doit s’accorder avec la synthèse figurée pure.

  • 6 Dans la première édition de la déduction (A 99 et suiv.) Kant avait résolu ce problème en admettant (...)

19Or la nature de la multiplicité synthétisée exige cet accord. Outre que la multiplicité empirique ne peut être donnée que dans les formes de l’espace et du temps, elle est le témoin d’une présence réelle, indépendante du sujet. La multiplicité empirique pourrait donc adopter, tout en étant soumise à l’appréhension, une forme discontinue, due aux rencontres contingentes avec cette réalité, sans tenir aucunement compte des principes nécessaires de la synthèse a priori. Il n’y a rien, dans la nature de l’appréhension, qui empêche de regrouper la multiplicité empirique en des synthèses partielles sans rapport mutuel. On aurait ainsi des objets discrets, des unifications arbitraires de certaines portions de la multiplicité empirique, sans rapport à l’identité de l’aperception et partant sans objectivité. C’est le cas de la conscience animale. Et c’est seulement au moyen de l’unification dans un temps unique, que la synthèse de l’appréhension échappe à la conscience animale pour atteindre le je6.

Les exemples, I. La maison

20Après avoir ainsi démontré la validité des catégories par rapport à des objets empiriques effectivement existants, Kant en donne deux exemples. Le premier porte sur la multiplicité empirique spatiale, telle qu’elle est synthétisée par les catégories à l’occasion de l’intuition empirique d’une maison.

21Les sensations provoquées par la présence d’une maison dans l’intuition externe ne sont pas encore des perceptions, mais des modifications du sens. Pour qu’elles soient intégrées dans la conscience (comme l’exige le principe de l’aperception) elles doivent être recueillies par la synthèse de l’appréhension. C’est au moyen de cette synthèse que la multiplicité empirique de ces sensations devient une perception au sens propre. Mais la synthèse de l’appréhension ne peut s’effectuer qu’en accord avec l’unité synthétique de l’espace en général, comme nous l’avons démontré. « Quand donc de l’intuition empirique d’une maison, par exemple, je fais une perception par l’appréhension de ses éléments divers, l’unité nécessaire de l’espace et de l’intuition sensible extérieure en général me sert de fondement. » (B 162).

22Par la synthèse de l’appréhension, la multiplicité empirique est réunie comme une multiplicité qui a sa place dans un espace unique. Mais pour que cela soit possible, il faut que cette synthèse tienne compte, non seulement de la multiplicité empirique, mais aussi de la diversité de l’espace lui-même, de la synthèse figurative par laquelle l’espace est ramené à l’unité, et de l’unité de la synthèse de l’espace. Or l’espace ne peut être un que pour une conscience capable de cette représentation du je qui demeure identique à travers toutes les synthèses partielles. La conscience animale (la conscience incapable de la représentation je) possède bien la représentation des lieux divers, mais non pas celle de l’espace unique. L’unité de l’espace (comme d’ailleurs toute unité : nous pouvons faire abstraction de l’espace ici, pour ne considérer que son unité synthétique) dépend de l’entendement qui conçoit le je. « Or cette même unité synthétique, si je fais abstraction de la forme de l’espace, a son siège dans l’entendement. » (B 162).

23Donc la synthèse de l’appréhension, très précisément parce qu’elle respecte l’unité de l’espace, respecte aussi l’unité de l’aperception. Or nous avions déjà établi que l’unité de l’aperception s’imposait sur le multiple sensible pur en le synthétisant par des actes synthétiques dont les règles étaient les catégories. La synthèse de l’appréhension est donc soumise aux catégories. Dans le cas particulier de l’appréhension de la maison, puisqu’il s’agit de données empiriques externes, spatiales, la catégorie employée comme règle de la synthèse figurée de l’espace est celle de la quantité : car elle est la catégorie qui régit la synthèse de l’homogène, et les parties de l’espace sont homogènes les unes aux autres : « […] elle est la catégorie de la synthèse de l’homogène dans une intuition en général, c’est-à-dire la catégorie de la quantité. » (B 162).

  • 7 Seulement si l’on admet qu’il y a ici un détour à travers l’unité de l’espace pur, on peut s’expliq (...)

24On accomplit donc un détour par lequel s’achève la synthèse de l’espace homogène, c’est-à-dire de l’intuition formelle pure, à laquelle l’appréhension des données empiriques doit s’accorder7. C’est grâce à cet accord avec l’unité homogène de l’espace pur que l’appréhension des intuitions empiriques de la maison, toutes hétérogènes, finit par être soumise aux catégories, et particulièrement à la catégorie de la quantité. À cette catégorie « la synthèse de l’appréhension, c’est-à-dire la perception, doit donc être entièrement conforme » (B 162).

25De cette manière on démontre que la synthèse de l’appréhension, tout en étant une synthèse des intuitions empiriques données dans la sensibilité, s’opère par la médiation de la synthèse figurative toute pure de l’espace, nécessairement soumise à la synthèse de l’aperception, laquelle n’est pas empirique, mais a lieu a priori, et n’est pas sensible, mais intellectuelle.

26« On prouve de cette manière que la synthèse de l’appréhension, qui est empirique, doit être nécessairement conforme à la synthèse de l’aperception, qui est intellectuelle et contenue tout à fait a priori dans la catégorie. » (B 162 note). La catégorie a donc une correspondance nécessaire à la multiplicité empirique, ce qu’il fallait démontrer.

Les exemples, II. L’eau

27L’exemple de la congélation de l’eau a, lui aussi, pour fonction de montrer que l’application des catégories à l’intuition empirique s’opère au moyen d’une synthèse pure, qui est cette fois celle du temps. La catégorie dont résulte ici la validité objective est la catégorie de la causalité. Toutefois, l’état de fluidité de l’eau n’est pas la cause de son état de solidité. La catégorie de cause doit être employée ici en un sens qui n’est pas celui de l’application immédiate aux perceptions. En fait, elle s’applique au temps lui-même, dont elle établit l’unité.

28La perception de l’eau fluide et la perception de l’eau gelée peuvent être synthétisées dans des séries entièrement subjectives, qui dépendent de la succession contingente de mes perceptions. Nous pouvons en former des groupements arbitraires et discontinus, tels que les regroupements de la conscience animale que nous avons déjà mentionnés. Mais il n’est possible de les intégrer à une série non subjective et non arbitraire – faisant partie de l’expérience unique, universelle et appartenant ainsi au je – que si, dans l’appréhension de ces données empiriques, on les considère comme appartenant à un temps unique. « Mais dans le temps, que je donne pour fondement au phénomène, considéré comme intuition interne, je me représente nécessairement une unité synthétique des états divers ; autrement la relation dont il s’agit ici ne pourrait être donnée dans une intuition d’une manière déterminée (au point de vue de la succession). » (B 163).

  • 8 Comparer avec l’espace unique, B 160 note.

29Or le temps unique (le temps « considéré comme intuition interne »)8 reçoit son unité du je de l’aperception. L’unité du temps est l’unité de la synthèse par laquelle on établit une succession temporelle unique. La succession temporelle est unique quand elle est irréversible et n’admet pas de variantes. Cette synthèse est donc commandée par la règle/concept de succession nécessaire. Or la règle de la succession nécessaire, considérée abstraction faite de la multiplicité à laquelle elle s’applique, n’est rien d’autre que la catégorie de la causalité. Celle-ci est donc la règle qui régit la synthèse du temps pur. « Or cette unité synthétique, considérée comme la condition a priori qui me permet de lier les éléments divers d’une intuition en général, et abstraction faite de la forme existante de mon intuition interne, ou du temps, est la catégorie de la cause. » (B 163).

  • 9 C’est-à-dire, il est possible de lui assigner une date déterminée (par rapport à la naissance du Ch (...)

30Cette catégorie, appliquée à l’intuition sensible humaine, unifie tous les instants du temps dans un temps unique, de sorte qu’il est possible d’assigner à chaque événement contenu dans le temps une position par rapport à tous les autres9. Au moyen de la catégorie de cause, donc, « je détermine, en l’appliquant à la sensibilité, toutes les choses qui arrivent quant à leur relation dans le temps en général » (B 163). L’ordre des événements peut être ainsi établi (déterminé) comme un ordre objectif, indépendant du moi empirique qui les perçoit.

31Cet ordre ne dépend pas des événements eux-mêmes ni des perceptions empiriques ; nous avons affaire maintenant au temps pur. Le rapport de succession des événements empiriques n’est possible que sous la condition d’un temps unique dont l’unité est celle du je et dont la synthèse est donc catégorielle. En ce qui concerne les événements eux-mêmes, leur ordre n’a aucune nécessité. Il se peut que cet ordre soit : 1°) la perception de l’eau fluide, et 2°) la perception de l’eau gelée (si nous faisons l’observation en automne), ou qu’il soit 1°) la perception de l’eau gelée, et 2°) la perception de l’eau fluide (si nous faisons l’observation au printemps). Ce qui est nécessaire, c’est que la succession des états ait lieu dans un temps unique ; c’est-à-dire qu’on puisse assigner à chaque état une date et une heure précises, pour que leur succession soit quelque chose de plus qu’un simple jeu de l’imagination avec l’arrangement des perceptions.

32La synthèse catégorielle du temps pur est, à son tour, impliquée dans l’appréhension de la multiplicité empirique des états de l’eau, car c’est seulement comme multiplicité appréhendée dans un temps unique, que la perception empirique de la succession des états de l’eau peut être intégrée dans le je, ou ramenée à l’unité de l’aperception. Or l’unité du temps dépend, comme nous l’avons vu, de la synthèse catégorielle (causale). Par ce détour par l’unité synthétique du temps pur, l’appréhension des données empiriques temporelles est donc soumise aux catégories, et notamment dans notre exemple à la catégorie de causalité. « L’appréhension dans un événement de ce genre, et par conséquent cet événement lui-même, relativement à la possibilité de la perception, est donc soumis au concept du rapport des effets et des causes. » (B 163).

33Qu’il nous soit permis de répéter ici les conclusions de l’exemple précédent : La synthèse de l’appréhension, tout en étant une synthèse des intuitions empiriques données dans la sensibilité, se soumet à la synthèse de l’aperception (laquelle n’est pas empirique, mais a priori ; elle n’est pas sensible, mais intellectuelle). Cette soumission s’obtient par la médiation de la synthèse figurative entièrement pure du temps. « On prouve de cette manière que la synthèse de l’appréhension, qui est empirique, doit être nécessairement conforme à la synthèse de l’aperception, qui est intellectuelle et contenue tout à fait a priori dans la catégorie. » (B 162 note). La catégorie de causalité trouve donc une correspondance nécessaire dans la multiplicité empirique temporelle, ce qu’il fallait démontrer.

Résultat des exemples

34Les deux exemples donnés par Kant montrent que la synthèse de la multiplicité empirique, aussi bien spatiale que temporelle, présuppose la synthèse figurative de l’espace et du temps. La synthèse figurative est, comme nous l’avons déjà vu, l’œuvre de l’imagination. Au moyen de cette synthèse, la multiplicité de notre intuition peut s’intégrer à l’unité de la conscience. Les règles de cette synthèse sont les catégories. Les exemples montrent comment la multiplicité sensible empirique, par cela même qu’elle présuppose la synthèse figurative, se soumet, elle aussi, aux catégories. Celles-ci ont donc un rapport nécessaire non seulement à des objets possibles d’une intuition sensible en général, mais aussi aux objets réels, effectivement existants, qui sont ceux de l’intuition sensible empirique.

Le concept de nature. Nouvelle formulation du principe de l’aperception

  • 10 C’est la section qui commence avec les mots : « Les catégories sont des concepts qui prescrivent a (...)

35Nous avons donc démontré que les catégories ne sont pas vides. Il a été établi qu’elles ont un rapport nécessaire aux objets présents dans l’intuition sensible empirique, les seuls objets qui soient à notre portée comme objets réels, effectivement existants. La déduction est donc accomplie. Dans un corollaire10, Kant introduit un concept nouveau : celui de la nature.

36Ce concept enrichit synthétiquement et la formulation du problème de la déduction, et le principe de l’aperception. En ce qui concerne la formulation du problème, l’« énigme » que Kant énonce au début de ce passage n’est qu’une répétition amplifiée de la question générale de la déduction. « Or, puisque ces catégories ne sont pas dérivées de la nature et qu’elles ne se règlent pas sur elle comme sur leur modèle (car autrement elles seraient purement empiriques), il s’agit de savoir comment l’on peut comprendre que la nature [au contraire] se règle nécessairement sur ces catégories, ou comment elles peuvent déterminer a priori la liaison des éléments divers de la nature, sans la tirer de la nature même. » (B 163).

  • 11 Comparer Prolégomènes, § 16, A. A. iv, 295.
  • 12 Prolégomènes, § 14, A. A. iv, 294. Critique de la raison pure, A 216 = B 263 : « Nous entendons par (...)

37Cette question n’est d’abord qu’une nouvelle formulation du problème, tel qu’il a déjà été présenté, à savoir « comment des concepts a priori peuvent se rapporter à des objets » (B 117). Kant inverse ici la question, et demande comment les objets (ceux de la nature materialiter spectata) peuvent se règler sur des concepts a priori (c’est-à-dire sur des concepts qui ne sont pas dérivés des objets de la nature). La question ainsi posée est déjà résolue dans la déduction. Mais Kant non seulement inverse la question, il l’amplifie aussi. Il ne s’agit plus seulement de démontrer l’application des catégories à l’ensemble des objets qui forment la matière de la nature, il s’agit maintenant de démontrer l’application des catégories à la nature elle-même considérée du point de vue de sa forme. Il a déjà été démontré, dans ce qui précéde, que les objets (dont l’ensemble constitue la nature materialiter spectata)11 dépendent des catégories : « Les catégories sont des concepts qui prescrivent a priori des lois aux phénomènes, par conséquent à la nature, considérée comme l’ensemble de tous les phénomènes (natura materialiter spectata). » (B 163). Maintenant ce sont les lois de la nature (la nature formaliter spectata)12 qui deviennent dépendantes des catégories.

  • 13 Comparer avec Prolégomènes, A. A. iv, 296 : « Les lois de la nature ne peuvent jamais être connues (...)

38Si l’on peut énoncer des lois universelles sur des objets réels, c’est parce que ces objets ne sont pas des choses en soi, mais des phénomènes qui dépendent d’un sujet. « En effet les lois n’existent pas plus dans les phénomènes que les phénomènes eux-mêmes n’existent en soi, et les premiers ne sont que relativement au sujet auquel les phénomènes sont inhérents, en tant qu’il est doué d’entendement, comme les seconds ne sont que relativement au même sujet, en tant qu’il est doué de sens. » (B 164)13.

39C’est donc l’activité synthétique de l’entendement qui produit la connexion regulière des objets. Autrement dit, c’est de cette activité que dépend le réseau de lois que nous appelons nature (au sens formel). Car les lois de la nature ne sont que des liaisons synthétiques des phénomènes, liaisons qui sont soumises aux conditions générales de la synthèse que nous avons déjà étudiées. « Tous les phénomènes de la nature doivent être, quant à leur liaison, soumis aux catégories et la nature (considérée simplement comme nature en général, ou en tant que natura formaliter spectata) dépend de ces catégories comme du fondement originaire de sa conformité nécessaire à des lois. » (B 165).

  • 14 Expression qui a évolué aussi comme « tous les éléments divers de l’intuition », dans § 17, B 136 ; (...)

40En ce qui concerne le principe de l’aperception, ce principe dit, dans sa formulation du § 16, que « la diversité des représentations données » doit être ramenée à « l’unité de l’aperception » (B 135). Or l’expression « la diversité des représentations données »14 est remplacée maintenant par l’expression « tous les phénomènes de la nature », et le principe s’énonce : « Tous les phénomènes de la nature doivent être, quant à leur liaison, soumis aux catégories. » (B 164/165). (Nous savons déjà que « être soumis aux catégories » est équivalent à « être ramené à l’unité de l’aperception ».)

41Avec l’introduction du concept de nature, le principe de l’aperception est donc porté à son extension maximale. Non seulement les objets isolés, mais aussi la structure même du monde de l’expérience – la nature dans sa forme même – sont soumis à l’unité de l’aperception et conséquemment aux catégories, lesquelles s’appliquent ainsi à la réalité et s’avèrent non vides.

Le « résultat » de la déduction. (Le paragraphe 27)

  • 15 De Vleeschauwer remarque que dans le § 27 Kant ne se rapporte pas aux résultats du paragraphe 20 ni (...)

42D’après le titre du paragraphe 27, on pourrait s’attendre à une évaluation générale du chemin parcouru dans la déduction. Or si Kant fait cela, il le fait d’une manière assez particulière15. En fait, il ne s’agit pas ici d’une simple reprise. Bien sûr, l’auteur rappelle les conclusions auxquelles nous sommes arrivés dans la déduction, mais il introduit en outre des concepts nouveaux, à savoir ceux de préformation, d’épigenèse et de génération équivoque. Ces concepts à leur tour sont l’expression métaphorique d’une pensée nouvelle, qui vient s’ajouter à ce qui a été développé jusqu’ici dans l’argumentation de la déduction. Cette pensée nouvelle donne à la déduction une portée extraordinairement large.

43Avant d’essayer d’expliquer cette pensée, il nous faut examiner les nouveaux concepts introduits. Cet exament les rattachera à une théorie biologique, éclairera leur signification et rendra compte de la manière dont Kant s’en sert métaphoriquement.

Épigenèse et préformation

44Le système de l’épigenèse représente une explication de la reproduction des êtres vivants. Il s’oppose au système de la préformation des êtres vivants. Ce dernier soutient que le nouvel être est déjà contenu entièrement préformé dans la semence (soit dans l’ovule soit dans le spermatozoïde) ; les parents transmettent l’existence, mais ils ne produisent rien de nouveau. Le système de l’épigenèse, au contraire, soutient qu’il se produit une véritable génération de l’être nouveau, une production successive de ses parties, à laquelle et les parents et le milieu prennent une part importante. La spécificité de l’épigenèse consiste en ce qu’aucun des facteurs intervenant dans la génération ne contient en lui le fondement complet de l’être nouveau.

  • 16 Diccionario Enciclopédico Hispano-Americano, Montaner et Simon éd., t. viii, p. 468 (article « epig (...)
  • 17 Selon Gottfried Martin (éditeur), Allgemeiner Kantindex zu Kants gesammelten Schriften.
  • 18 Voir en particulier l’essay 14, deuxième section : « Du développement du corps humain », t. II, p.  (...)

45L’introducteur de la doctrine de l’épigenèse fut Kaspar Friedrich Wolf (Berlin, 1733 ; Saint-Petersbourg, 1794). Il a été « le premier à démontrer que l’embryon n’existe pas préformé dans l’œuf, et que les organes non plus ne préexistent pas dans l’embryon »16. Il n’y a pas de mention explicite de Kaspar Friedrich Wolf dans les écrits de Kant17. Celui-ci peut avoir eu connaissance de l’épigenèse par la lecture de Tetens, qui développe longuement la discussion de cette théorie dans le volume 2 de ses Philosophische Versuche über die menschliche Natur und ihre Entwickelung, Leipzig, 177718.

L’épigenèse comme métaphore de la déduction

46Il est clair que l’emploi que Kant fait de ces concepts est métaphorique, ce qui nous autorise à parler d’une métaphore biologique mise au service de la déduction.

  • 19 La traduction de Barni est déroutante ici : « Il n’y a que deux manières de concevoir un accord néc (...)
  • 20 Une formulation antérieure de cette question se trouve, on le sait, dans le préface de la seconde é (...)

47Dans le passage où il introduit cette métaphore biologique, Kant vise à reprendre le problème de la déduction dans sa forme la plus générale, comme étant le problème qui consiste à expliquer l’accord des représentations avec leur objets. « Or il n’y a que deux manières de concevoir un accord nécessaire de l’expérience avec les concepts de ses objets. » (B 166) (« ses », c’est-à-dire des objets de l’expérience)19. Les deux manières dont il est question ici sont : « Ou bien c’est l’expérience qui rend possibles les concepts, ou bien ce sont les concepts qui rendent possible l’expérience. » (B 166). On se souvient ici du passage du commencement du § 14 : « Il n’y a pour une représentation synthétique et ses objets que deux manières possibles de coïncider, de s’accorder d’une façon nécessaire et, pour ainsi dire, de se rencontrer. Ou bien c’est l’objet qui rend possible la représentation, ou bien c’est la représentation qui rend l’objet possible. » (B 124)20. La « représentation » dont il était question au § 14 a été précisée comme le concept a priori ; les « objets » du § 14 ont été interprétés, au long de la déduction, comme des objets de l’expérience ou bien, de manière générale, comme l’expérience entière (en ce qui concerne ses objets et ses lois).

48La première de ces deux possibilités d’accord a été écartée dans la déduction : « La première explication ne peut convenir aux catégories. » (B 166/167). Ce sont donc les concepts a priori (les catégories) qui rendent possible l’expérience. Or c’est précisement dans le contexte du développement de cette « seconde explication » que Kant introduit la métaphore de l’épigenèse, et avec elle (qu’il nous soit ici permis d’interpréter) la nouvelle pensée qui vient couronner la déduction.

  • 21 Tetens fait mention de la generatio aequivoca dans son tome ii, p. 470.
  • 22 Michael Oberhausen, Das neue Apriori, p. 204. Voir sur l’épigenèse dans le même ouvrage les pages 1 (...)
  • 23 De Vleeschauwer, La déduction transcendantale…, t. iii, p. 270.

49Cette métaphore biologique a été étudiée par les commentateurs dans sa signification relative à l’origine des catégories. Prétendre que les catégories, concepts a priori, tirent leur origine de l’expérience, serait équivalent à affirmer, en biologie, qu’une procréation pourrait produire un être vivant entièrement nouveau, d’une espèce toute différente de celle de ses parents (ce serait la generatio aequivoca des catégories)21. Mais on ne saurait pas non plus affirmer la préexistence, dans le sujet, de catégories toutes formées, car Kant a toujours affirmé qu’elles ne sont pas des concepts innés, mais des concepts acquis, qui tirent leur origine « de l’activité du pouvoir cognitif humain »22. L’emploi de la métaphore de l’épigenèse a pour finalité de « marquer que cette acquisition originaire se fait sous la sollicitation directe de l’expérience. Ce terme, par conséquent, évoque l’opposition simultanée de Kant contre l’empirisme et contre l’innéisme. »23

50Nous aimerions soutenir que la métaphore de l’épigenèse vise à décrire non seulement l’origine des catégories, mais aussi le rapport de la pensée à l’être des objets empiriques. Ce que le système de l’épigenèse explique c’est « que les catégories contiennent, du côté de l’entendement, les principes de la possibilité de toute expérience en général » (B 167). C’est donc bien l’expérience (autrement dit, la connaissance des objets empiriques, ou de la nature) qui a besoin des catégories pour être ce qu’elle est. Le savoir que nous appelions connaissance d’expérience joue donc ici le rôle qui, dans la métaphore biologique, correspond à l’enfant ou au nouvel être. Ce savoir n’est pas le produit d’une connaissance toute préformée dans les concepts purs, et il n’est pas non plus le produit d’un monde empirique entièrement préexistant et indépendant du sujet. La métaphore de l’épigenèse nous dit qu’il n’y a pas un monde de l’expérience, préformé, préexistant à la connaissance catégorielle, de même qu’il n’y a pas « des dispositions subjectives à penser qui sont nées en nous en même temps que l’existence ». La pensée et l’être (des objets empiriques) se conditionnent mutuellement. Aucun des deux ne préexiste indépendamment de l’autre. C’est la coopération de ces deux facteurs (qui jouent ici le rôle des parents selon la métaphore biologique) qui donne naissance à la connaissance.

51Si au contraire la préformation avait lieu, aussi bien les concepts purs que la nature et ses lois auraient alors une existence dès le commencement, des mains du Créateur lui-même. Il n’y aurait pas, alors, de rapport de conditionnement mutuel entre l’entendement et l’expérience, mais plutôt une harmonie préétablie, telle que l’usage des concepts purs « s’accordât exactement avec les lois de la nature suivant lesquelles se déroule l’expérience » (B 167).

  • 24 Comme d’ailleurs nous le savons dès l’introduction à la logique transcendantale, A51=B75 :« La conn (...)

52Nous osons ici affirmer (au risque d’interpréter exagérément le texte) que l’emploi de la métaphore de l’épigenèse exprime le résultat selon lequel l’être lui-même – dans la mesure où il est à la portée de notre connaissance – s’avère donc conditionné par la pensée. La pensée et l’être se conditionnent mutuellement, et tous deux interviennent dans la génération de la connaissance24. Ainsi, la question du rapport entre l’être et la pensée (le problème de la déduction dans sa généralité maximale) se pose-t-elle à nouveau dans le § 27, et elle est résolue à l’aide des résultats de la déduction.

La clôture de la déduction. Le « résumé » final

53Conformément au modèle des déductions juridiques, Kant a fait figurer à la fin de la déduction transcendantale un « bref résumé de cette déduction ». C’est une phrase unique et complexe, assez difficile à comprendre. Nous essaierons de l’interpréter, et pour cela nous la diviserons en trois parties.

54La première dit que la déduction « consiste à exposer les concepts purs de l’entendement (et avec eux toute la connaissance théorique a priori) comme principes de la possibilité de l’expérience ». Nous avons ici une allusion à l’inversion copernicienne comme fondement de la démonstration de la validité des catégories. La déduction n’a été rien d’autre que l’accomplissement de cette inversion. Par elle, les catégories ont un rapport nécessaire aux objets de l’expérience, parce qu’elles sont les principes de l’expérience d’objets.

55Or pour que les catégories puissent être principes de la possibilité de l’expérience, celle-ci doit être regardée « comme la détermination des phénomènes dans l’espace et dans le temps en général ». D’après cette deuxième partie de la phrase, les phénomènes ne deviennent expérience au sens strict que quand ils ont une place déterminée dans l’espace unique et dans le temps unique (dans l’espace et dans le temps unifiés synthétiquement selon l’unité de l’aperception). Autrement ils ne sont que des perceptions isolées dont la validité est seulement subjective. L’expérience est donc la détermination des phénomènes dans l’espace et dans le temps uniques.

56Or l’unification synthétique de l’espace et du temps se fait à partir du principe de l’unité originaire de l’aperception. Cette unité originaire de l’aperception est la forme de l’entendement. Elle produit l’unification des formes originaires de la sensibilité, dès qu’elle entre en rapport avec celles-ci. Ainsi les formes de la sensibilité deviennent-elles des intuitions formelles : elles deviennent l’espace et le temps uniques. La déduction est donc finalement l’exposition de l’espace et du temps, formes de la sensibilité, unifiés d’après l’unité de l’aperception (et par conséquent unifiés d’après les catégories). Soit la troisième partie de la phrase : « – ceux-ci enfin, à partir du principe de l’unité synthétique originaire de l’aperception, comme forme de l’entendement dans son rapport avec l’espace et le temps, comme formes originaires de la sensibilité. » Ainsi, tous les objets donnés dans l’espace et dans le temps sont-ils soumis aux catégories, et celles-ci ont un rapport nécessaire à eux.

Conclusions

57Après avoir parcouru le chemin complet de l’argumentation de la déduction B, nous pensons être en mesure de tirer les conclusions suivantes.

58En privilégiant l’exposition de la structure de l’argumentation plutôt que l’analyse de détail du texte, nous avons pu montrer l’unité de l’argumentation dans toute la déduction B, en dépit de la césure rencontrée après le paragraphe 20. Deux raisons viennent soutenir notre interprétation. Nous avons constaté, en premier lieu, que la déduction ne parvenait à ses fins qu’après avoir démontré que les catégories s’appliquaient à des objets effectivement existants (et non à des objets simplement possibles), car c’est seulement à cette condition que l’on peut dire des concepts purs qu’ils ne sont pas vides. Nous avons montré, en second lieu, que la déduction obéissait à un principe unique, à savoir le principe de l’aperception. Et l’examen des transformations subies par ce principe nous a permis de considérer son enrichissement synthétique tout au long de l’argumentation.

59La métaphore biologique employée par Kant au § 27 confirme, en outre, notre interprétation de la déduction comprise, dans son sens le plus général, comme une étude du rapport de la pensée et de l’être. Conformément à cette métaphore, la connaissance (au sens propre) est en effet le produit de l’interaction de la pensée et de la sensibilité. C’est dans cette dernière que se manifeste la présence réelle de l’être. Partant de là, nous oserions en outre conclure que la déduction fournit un fondement à la fonction sémantique du langage en général.

Notes

1 B XVI.

2 Hermann Jean De Vleeschauwer, La déduction transcendantale dans l’Œuvre de Kant, t. iii, p. 235.

3 De A 98 à A 100. Voir cependant A 120 (où l’appréhension est définie comme une action exercée sur les perceptions empiriques) et aussi A 108. Sur cette question voir Paton, Kant’s Metaphysic of Experience, t. i, p. 360.

4 La conscience de cette première synthèse, si on pouvait l’exprimer dans un jugement, donnerait un jugement de perception : la constatation des contenus de la conscience à un moment donné. Cette question a été développée déjà dans les paragraphes 18 et 19 de la déduction ; voir aussi Prolégomènes, § 18 et § 19.

5 En reprenant une expression kantienne (qui se trouve dans la note B 160), De Vleeschauwer attire notre attention sur le fait que Kant ne considère ici que la forme de l’intuition, mais particulièrement l’intuition formelle, comme la condition de la synthèse de l’appréhension (La déduction transcendantale…, iii, 236). Selon De Vleeschauwer, l’intuition formelle substitue ici à la synthèse figurée (La déduction transcendantale…, iii, 257). Nous ne pouvons pas le suivre dans cette opinion, qui nous semble un retour à la doctrine de la synopsis.

6 Dans la première édition de la déduction (A 99 et suiv.) Kant avait résolu ce problème en admettant une synthèse a priori de l’appréhension, de laquelle dépendait la synthèse empirique. La synthèse a priori de l’appréhension s’exerçait sur la multiplicité pure de l’espace et du temps. Une telle solution n’est pas possible, si l’on restreint l’appréhension à la synthèse empirique.

7 Seulement si l’on admet qu’il y a ici un détour à travers l’unité de l’espace pur, on peut s’expliquer cette préférence de la catégorie de la quantité là où toutes les catégories sont en fait engagées.

8 Comparer avec l’espace unique, B 160 note.

9 C’est-à-dire, il est possible de lui assigner une date déterminée (par rapport à la naissance du Christ, ou à la fondation de Rome, etc.) et une heure déterminée (par rapport aux mouvements du Soleil ou de la Terre).

10 C’est la section qui commence avec les mots : « Les catégories sont des concepts qui prescrivent a priori des lois aux phénomènes, par conséquent à la nature […] » B 163 et suiv. Dans l’édition de l’Académie cette section est séparée par trois astérisques (* * *) de ce qui précède.

11 Comparer Prolégomènes, § 16, A. A. iv, 295.

12 Prolégomènes, § 14, A. A. iv, 294. Critique de la raison pure, A 216 = B 263 : « Nous entendons par nature […] l’enchaînement des phénomènes [liés], quant à leur existence, par des règles nécessaires, c’est-à-dire par des lois. » Voir aussi A 126-127, commenté par Michael Barker, « The Proof Structure of Kant’s A-Deduction », p. 279.

13 Comparer avec Prolégomènes, A. A. iv, 296 : « Les lois de la nature ne peuvent jamais être connues a priori dans les objets, tant que ceux-ci sont considérés […] comme des choses en soi. »

14 Expression qui a évolué aussi comme « tous les éléments divers de l’intuition », dans § 17, B 136 ; comme la diversité donnée dans une intuition empirique, § 21, B 144 ; diversité « de ce qui est immédiatement représenté comme réel par la sensation dans l’espace et le temps ». § 22, B 146/147 ; « Notre intuition sensible et empirique » § 23, B 149 ; etc.

15 De Vleeschauwer remarque que dans le § 27 Kant ne se rapporte pas aux résultats du paragraphe 20 ni à ceux du § 26, mais seulement à ceux du § 24. Voir De Vleeschauwer, La Déduction transcendantale, t. iii, p. 267. Carl trouve dans le § 27 une explication générale de ce que Kant entend par « connaissance ». Voir Wolfgang Carl, « Die transzendentale Deduktion in der zweiten Auflage (B 129 - B 169) », p. 207.

16 Diccionario Enciclopédico Hispano-Americano, Montaner et Simon éd., t. viii, p. 468 (article « epigénesis »). Le livre de Wolf porte le titre Theoria Generationis. Tetens (t. 2, p. 459) le cite par une « nouvelle édition » de 1774.

17 Selon Gottfried Martin (éditeur), Allgemeiner Kantindex zu Kants gesammelten Schriften.

18 Voir en particulier l’essay 14, deuxième section : « Du développement du corps humain », t. II, p. 448-538. Kant ne mentionne pas Tetens, mais Blumenbach (Über den Bildungstrieb und das Zeugungsgeschäfte, Göttingen, 1781) comme exposant la doctrine de l’épigenèse (Critique de la faculté de juger, A. A. v, 424). Mais il a certainement lu Tetens, dont il possédait les Essais philosophiques mentionnés.

19 La traduction de Barni est déroutante ici : « Il n’y a que deux manières de concevoir un accord nécessaire de l’expérience avec les concepts de ces objets. » Il faudrait lire plutôt : « Il n’y a que deux manières de concevoir un accord nécessaire de l’expérience avec les concepts des objets de l’expérience. »

20 Une formulation antérieure de cette question se trouve, on le sait, dans le préface de la seconde édition, B xvi/xvii, où il est question de l’inversion copernicienne.

21 Tetens fait mention de la generatio aequivoca dans son tome ii, p. 470.

22 Michael Oberhausen, Das neue Apriori, p. 204. Voir sur l’épigenèse dans le même ouvrage les pages 185 et suiv., particulièrement la note 571. Oberhausen commente le § 27 de la déduction dans le même ouvrage, pages 87 et suiv.

23 De Vleeschauwer, La déduction transcendantale…, t. iii, p. 270.

24 Comme d’ailleurs nous le savons dès l’introduction à la logique transcendantale, A51=B75 :« La connaissance ne peut résulter que de leur union. »

© Éditions de la Sorbonne, 2007

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search